La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Un ultime répit

Aller en bas 
AuteurMessage
Kula
Mercenaire
Mercenaire
Kula

Messages : 18
Date d'inscription : 31/01/2016

Un ultime répit Empty
MessageSujet: Un ultime répit   Un ultime répit Icon_minitimeLun 6 Mai - 22:50

La soirée touchait à sa fin, et Kula et Law furent les premiers à retourner dans la demeure de Shuujaku, ce dernier ayant proposé d'offrir son hospitalité au groupe de Scylla pour cette dernière nuit avant la bataille finale. Cependant, le retour du duo était assez inhabituel. Pendant toute le trajet vers le village Hajinmon, Kula avait maintenue ses distances avec Law. Elle avait marché à plusieurs pas de son ami qui, sous l'emprise de l'alcool, ne chercha pas vraiment à maintenir le cap avec elle ou de la rattraper. C'est seulement une fois arrivé dans la demeure de Shuujaku, qui semblait toujours absent avec Scylla, que Law put atteindre Kula qui s'était arrêté d'avancer loin de lui. Kula fit dos à son ami, sans montrer la moindre émotion, le moindre signe corporel. Devant cette silhouette de glace, Law s'avança lentement, et essaya de poser sa main gauche sur l'épaule de Kula. Une fois que ce dernier établit le premier contact avec elle depuis leurs retrouvailles, Kula se retourna d'un geste vif. Elle gifla ce dernier si fort, qu'on aurait presque pu voir la trace de sa main sur son visage. Le pirate, surprit de voir une fille si délicate faire preuve d'un geste aussi brusque, se mit à réagir instantanément.

- Mais, qu'est ce qui te prend ???

- Alors, c'est bon ? Tu te sens mieux maintenant ?

- Hein ?

- Si ma présence t'empêchait tellement de faire la fête, il suffisait de me le dire. En fait, si ma présence te dérange, dis-le moi une bonne fois pour toutes. Comme ça, tu pourras t'amuser à boire jusqu'à devenir ivre mort autant de fois que tu veux avec les salopes de ton choix !

- M-merde, tu m'as vu...

- Oh que oui, je t'ai vu ! Salaud ! Je pouvais entendre ton rire si enjoué à l'autre bout du festival, tellement tu semblais t'amuser avec ces deux putes !

- Ce sont juste deux femmes qui avaient besoin de partager leurs joies d'être ici, à ce festival. Il ne s'est rien passé de méchant, t'en fais pas. Cela m'a fait du bien de rigoler un peu avec des inconnues. Des fois, je me sens étouffé à toujours fréquenter les membres de la bande. J'ai besoin de voir autre chose...

- Alors, je compte pour du beurre, c'est ça ? C'était mon objectif en cette soirée, t'aider à te sentir mieux après cette longue cure chez les elfes. Mais vu ta gueule quand on marchait côte à côte, j'imagine que je suis trop pure, trop ennuyeuse, et pas assez dévergondée pour te satisfaire ! Comment peux-tu me faire ça ? Après toute l'anxiété que j'ai du refouler pour toi, quand tu étais entre les mains de ces gentils elfes. Toutes ces soirées que j'ai passé, à prier pour ton rétablissement ! Tout ça pour te voir te coltiner avec ces inconnues alors que j'ai toujours été là pour toi ! Pourquoi ? Non, tu sais quoi ? Ne réponds rien ! Tu es tellement un piètre conteur et menteur que tu serais capable de me dire que ce ninja t'a hypnotisé et t'a poussé à faire le con avec ces deux crétines !

- Mais où est le problème ? Je ne suis pas abonné à ta présence 24 heures sur 24 ! N'oublie pas que je suis un pirate, un aventurier ! J'ai besoin de voir d'autres horizons à chaque instant ! Ce n'est pas mon genre d'être dépendant à un lieu, une personne, ou un royaume ! Je pensais que tu l'avais compris, quand tu avais rejoint mon équipage ! Je n'ai de compte à rendre à personne, et ca date pas d'hier que tu m'observes à fêter, boire et rire avec d'autres femmes ! Qu'est ce qui te pose problème cette fois ? En quoi est-ce différent ?

- Toi qui rêvais d'être le roi des pirates, t'es surtout devenu le roi des crétins !

Brusquement, Kula s'avança vers Law et le tira par le col. Furieuse, elle défia son ami du regard, pour la toute première fois, preuve qu'elle cherchait à s'imposer face à lui et que personne, pas même Scylla, allait l'empêcher de dire ce qu'elle s'apprêtait à dire. Elle avait l'intention de l'avouer en cette soirée, mais pas de cette manière.

- Entre temps, nous avons mené notre propre aventure ensemble, loin d'un équipage de pirates ! L'aventure, c'est terminé ! Tu es seul à naviguer sur ton navire désormais, et tu resteras seul. Tu sais pourquoi ? Parce que tu es trop borné pour réaliser que quelque chose s'est construit en moi. Je t'aime, Law ! Je t'ai toujours aimé ! C'est toi qui m'a tendu la main, c'est toi qui m'a poussé à rejoindre cet équipage, comme c'est toi qui m'a motivé à rejoindre Scylla ! Je suis une âme pacifique qui refuse de donner de ma personne pour le moindre conflit, pourtant, j'ai risqué ma vie pour toi ! Si ça, ce n'est pas un signe d'amour ! Mais tu l'ignores depuis toujours. En fait, je jurerais même que tu le fais exprès d'ignorer mes sentiments ! Il faut que je fasse quoi pour que tu comprennes ? Que je retire mes vêtements et que je te saute dessus pour que tu piges que je suis éperdue de toi ? Désolée, mais c'est pas mon genre ! Alors, je dois faire quoi pour que tu comprennes ? HEIN ?

Cette fois, Kula l'avait dit, mais il existait plus romantique comme façon d'exprimer ses sentiments. Et Kula venait de lâcher la vérité, la rage entre les dents. Elle était prête à frapper Law au visage une nouvelle fois si il s'apprêtait à répondre aux sentiments de Kula par une réponse purement malhonnête. Histoire de calmer légèrement le jeu, Law posa ses deux mains sur celles de Kula pour qu'elle relâche son emprise sur lui, et les maintenait délicatement, fixant Kula avec des yeux plus sereins, pour tenter d'affronter la fermeté de Kula à sa manière.

- Tu n'as rien besoin de faire, Kula. Tout ce que tu viens d'avouer, je l'ai déjà compris. Seulement, ne t'attends pas à une relation plus intime avec moi, cela n'arrivera jamais.

A cet instant, Kula relâcha toute la pression et vida ses yeux de toutes les larmes qu'elle retenait. Les lèvres tremblotantes, elle laissa Law essuyer ces mêmes larmes avec ses doigts, sans réagir. Elle ne parvenait pas à réagir autrement de toute façon, l'homme qu'elle chérissait venait d'officiellement et brutalement lui avouer qu'elle ne sera jamais l'élue de son cœur. C'est donc désormais classée dans la "zone ami" de Law que Kula ne ressortit qu'un seul mot de son esprit, un seul et unique:

- P-Pourquoi ?

- Je te rassure, Kula. Je t'aime aussi. Mais à ma manière. Tu es comme ma petite sœur chérie à mes yeux. Mais cela s'arrête là. Un homme n'a pas forcément besoin d'une compagnie féminine avec qui s'engager ou partager son lit. Des fois, une simple confidente peut faire l'affaire, et c'est comme ça que je te vois, Kula. Comme mon amie avec qui je peux tout dire et me reposer à chaque instant. Si je devais aller plus loin avec toi, je perdrais ma liberté. Je me sentirais étouffé et je ne parviendrais plus à m'ouvrir à toi, car je sais qu'un rien pourrait briser cette belle entente entre nous.

A cet instant, Kula pleurait toujours, mais son expression faciale se métamorphosa. Ce n'était plus de la tristesse ou de la peine, mais de la colère, pure et dure. Kula se retint de gifler une seconde fois Law, mais pour la toute première fois de sa vie, elle s'adressa à lui avec l'air le plus sérieux et le plus glacial qu'elle n'a jamais eu jusqu'à présent.

- Tu sais, Law… Tu as entièrement le droit de me blesser avec la vérité. Je l'aurais accepté. Pleinement, même. Mais jamais je ne peux tolérer que tu cherches à me réconforter avec des mensonges !

C'est après cette dernière parole que Kula se dégagea de Law pour s'en aller vers l'extérieur, plus précisément le jardin de Shuujaku. Mais avant cela, la tête baissée, elle s'adressa une toute dernière fois à Law.

- Dans tous les cas, tu as brisé cette relation entre nous. Je ne sais même pas si je peux encore te regarder dans le blanc des yeux maintenant. Si tu vois Scylla, dis-lui que je ne participerais probablement pas à cette bataille. A quoi bon ? Avec toi et Scylla, je n'ai qu'un seul avenir: être seule.

Sans observer ou vérifier la moindre réaction de la part de Law, Kula s'en alla. Une fois à l'extérieur, malgré l'air frais, elle chercha un coin pour se poser et méditer. Elle trouva un banc devant un ruisseau, sous un cerisier bourgeonnant malgré l'hiver actuel. Elle fixa son reflet dans l'eau, puis fit tomber ses larmes dans la rivière, totalement perdue dans ses pensées. A quoi bon lutter et risquer sa peau pour un monde qui ne s'intéresse pas à elle ? Scylla et Law, ses seuls amis, vont s'en aller et l'abandonner. Quel est l'intérêt pour elle de continuer à se battre si ce n'est pour finir totalement seule ? Les elfes auraient beau lui offrir un toit que cela ne réglerait pas ses problèmes. Elle n'obtiendrait peut-être pas envers Eloraell l'amitié qu'elle a eu avec Scylla, surtout si cette femme est une reine. Kula maudissait de plus en plus cet aspect de la vie dont elle avait discuté avec Kakashi. Le rang, la classe, la race, tout prédéterminait la relation envers tous les êtres humains. Apprécier une personne, l'aimer, la chérir, ne suffisait pas pour construire un avenir. C'est ainsi que Kula se remémora d'une douce voix féminine qui un jour, alors que Kula croulait dans un laboratoire glacial et sombre, lui déclara:

- Tu te sens spéciale ? Tu se sens seule ? Réjouis-toi, Kula. C'est un monde sans distinction de races, avec une seule et unique famille, que je compte t'offrir. Tu dois juste accepter une seule et unique règle: Accepter la chute d'un Ordre qui ne s'intéressera jamais à ta singularité...

- Et si… "Elle" était la solution ? C'est son projet après tout. Un monde avec une seule et unique race. Non, je ne peux pas trahir Scylla… Mais me sentirais-je plus heureuse au sein de ce monde actuel ? Ce monde n'a pas besoin de moi… Je suis seule...

Trop enfouie dans ses pensées, Kula ne remarqua pas un seul instant les bruits de pas qui s'approchèrent d'elle. Elle ne faisait rien d'autre que noyer son chagrin, la tête vers le sol. Mais dès que son ouïe put percevoir les différents bruits de pas, Kula leva la tête d'un geste agressif, persuadée que Law était revenu soit pour la consoler, soit pour l'abaisser encore plus avec des mensonges perceptibles à des kilomètres. Cependant, ce n'est pas une seule personne qui se retrouva devant elle, mais deux. Visiblement, Scylla et Shuujaku étaient rentrés à leurs tours du festival. La valkyrie décida de s'accroupir à la hauteur de son amie et posa ses doigts sur le visage de Kula pour l'aider à sécher ses larmes.

- Kula ? Mais que se passe t'il ? C'est Law, c'est ça ?

- O...Oui.

- Tu lui as fait ta déclaration ?

- Oui...

- Ne me dis pas que ce sale chien t'a dit "non"...

Face au silence peu rassurant de Kula, Scylla avait compris de quoi il s'agissait. C'était bien Law. Il n'y avait que lui, de toute manière, qui pouvait mettre Kula dans tous ses états, positivement comme négativement. Et vu les larmes de Kula, ce n'était pas l'émotion d'avoir échangé un premier baiser qui l'enivrait. Le pirate avait probablement foutu un râteau à la jeune femme. Mais pourquoi ? Ces deux personnes étaient attachées entre elles comme les deux doigts de la main. Personne ne pouvait rendre plus heureux l'autre. Selon Scylla, ils étaient faits l'un pour l'autre, et c'est ce que la valkyrie espérait. Elle voulait que Law participe au bonheur de Kula une fois cette dernière loin des sentiers d'Atrium. Scylla ne pouvait rien faire contre ça à cause de sa mission et ses origines, mais une chose était insupportable pour elle: imaginer Kula seule. Or, avec ce qui vient de se passer, elle redoutait que la complicité entre les deux pirates disparaisse. Et avant cette bataille qui allait être la dernière, Scylla espérait que tout le monde soit prêt. C'est pour cela que Scylla avait cherché tant bien que mal de pousser Iris vers le haut, et qu'elle redoutait que Kula soit dans le même état dépressif désormais. La valkyrie, pour la seconde fois, se devait de prendre les choses en main.

- Je vais m'occuper de son cas...

- Non, Scylla ! Ce n'est pas grave si je suis triste ! Ne lui fais pas de mal !

- Ouais, et vu ce que tu as ingurgité d'alcool, j'espère que tu ne vas pas être fidèle à toi-même et le brutaliser. C'est pas comme si on était chez moi, hein.

Mais c'était bien trop tard. Scylla était déjà partie et avait rejoint l'intérieur du domicile. Elle marcha d'un pas ferme vers Law qui n'avait pas bougé et qui était adossé contre un mur, sans laisser transparaître la moindre émotion ou le moindre regret. Lorsque la rouquine arriva juste devant le pirate, et le prit par le col, mais bien plus brusquement que Kula. Elle ferma le poing et frappa le pirate qui fut projeté au sol, les narines en sang. Scylla écarta ensuite les jambes pour s'asseoir sur sa victime, toujours au sol, puis attrapa une seconde fois le col de Law, l'autre main bien fermé, prête à lui en coller une seconde.

- Keuf, keuf… ah, rien de mieux que de subir le courroux de notre princesse nationale. Alors, on veut jouer à la grande sœur ? Tu as tellement échoué avec ta véritable sœur que tu as décidé de rattraper tes erreurs avec Kula ? Haha, comme c'est drôle.

D'une manière incontrôlée, Scylla frappa une seconde fois Law au visage, dégoûtée par la provocation du pirate. Qu'est ce qui n'allait pas dans la tête du pirate ? Lui qui était si amical, si jovial. Ici, il était froid et impitoyable dans ses paroles. Il avait beau s'être pris deux beignes, il souriait froidement, fixant Scylla depuis le sol.

- De là où je suis, j'ai une magnifique vue sur ton décolleté. Tu peux continuer à me frapper si tu veux, au moins, la vue me fait oublier la douleur. Ou est-ce l'ironie ?

- Qu'est ce que t'essayes de me dire ?

- Ce que je veux dire, princesse, c'est que tu arrives un peu tard pour chercher à protéger Kula de ce qui la peine. Et d'ailleurs, sais-tu réellement ce qui la fait souffrir atrocement ? As-tu une idée de ce que Kula a tant besoin ? Un indice: Ce n'est pas de moi qu'elle a besoin.

- Idiot ! Kula est totalement éperdue de toi. Elle me l'a souvent communiqué. Et quand bien même, je n'ai pas eu besoin d'attendre Kula pour le comprendre. Il faut être un sacré crétin borné pour ne pas voir que tu représentes le centre de son petit univers ! Même si tu joues au nomade solitaire qui préfère faire route seul, cela ne change rien que tu as attiré toute l'attention de Kula parce que tu as été le premier à l'aider dans sa quête de souvenirs ! C'est la même chose pour Julia, quand on est la première personne à tendre la main à quelqu'un, on ne s'imagine pas un seul instant se séparer de cette personne !

- Tu ne connais rien de Kula. C'est justement parce que je l'accompagne depuis son plus lointain souvenir, que je suis le plus à même de comprendre ce qu'elle pense et ressent, et je peux t'affirmer que c'est de toi qu'elle a besoin. Pas moi… Kula est triste parce que sa tendre grand sœur de cœur s'en va. Kula n'est pas si différente que Julia, tu sais… Au pire, quand les deux "déesses immortelles" s'en iront dans leurs propres réalités, les deux pourront toujours se compléter, alors, de quoi t'as peur ? Que Kula finisse seule ?

- Mais peu importe ! Peu importe que Kula soit accompagnée de Julia ou de qui tu veux, l'amitié n'est rien comparé au pouvoir de l'amour qu'on ressent pour quelqu'un. Et surtout, Kula est encore une enfant dans son esprit. Tu n'imagines pas une seule seconde les dégâts que tu lui as causé en la rejetant ! Pour ma part, on en a déjà parlé ! Je ne PEUX PAS rester avec elle ! Je sais que je suis mal placée pour te faire la leçon, mais Kula le sait depuis longtemps que rien n'est éternel entre nous. En revanche, toi, elle a déjà imaginé, dans sa tête d'adolescente, un avenir avec toi ! Pourquoi tu brises ses rêves de te tenir la main jusqu'à sa mort ? Moi, je ne suis là que pour vous accompagner vers le premier chapitre de votre avenir, mais le reste de votre histoire, c'est à vous deux de le construire. Et j'avais espéré, vois-tu, que tu prennes la relève et que tu aides Kula à s'épanouir en mon absence !

- Tu aurais préféré que je mente, c'est ça ? Que je fasse semblant de l'aimer alors qu'il n'en est rien ?

- Alors POURQUOI ? DIS AU MOINS POURQUOI !

- PARCE QUE KULA N'EST PAS UNE HUMAINE COMME LES AUTRES ! VOILA, T'ES CONTENTE ??

[ Thème d'ambiance: https://www.youtube.com/watch?v=qg79KHkmz6M ]

A cet instant, Scylla relâcha son emprise sur Law et ne bougea plus. Qu'est ce que Law sous-entendait par "humaine pas comme les autres" ? Kula était elle l'une de ces créatures nocturnes du pays lunaire ? Après tout, Scylla se souvient de ses antécédents au sein du royaume d'Azelia. Cependant, elle avait noté l'insistance du pirate en expliquant que c'est de Scylla que Kula avait le plus besoin. Faisait-il référence à la longévité de la valkyrie ? Quoiqu'il en soit, Scylla ne prêtait plus du tout attention à Law, et reste, les fesses au sol, à se demander ce qu'elle avait loupé comme épisode concernant son amie et que Law semblait savoir. Le pirate profita que Scylla était sonnée par l'annonce pour se relever.

- Qu'est ce que tu veux dire ? Qu'est ce que tu sais de Kula ?

- Oh, mais pourquoi moi, simple nomade devrait éclairer la connaissance de notre future souveraine ? Si tu es vouée à devenir la gardienne de ce monde, tu devrais trouver toute seule, non ? De toute manière, tu le sauras très bientôt. La réelle nature de Kula sera dévoilée dans ce noyau, crois en mes paroles !

- Qu'est ce que tu me caches, Law ? Réponds !

Mais trop tard, Law avait déjà quitté le domicile du chef des Hajinmon. Scylla ne chercha pas à le poursuivre. Elle savait que ce type avait décidé de se la jouer énigmatique en défiant Scylla. Elle allait perdre son temps et son énergie. Néanmoins, Scylla considérait que se questionner sur la véritable nature de Kula à la veille de la bataille finale n'était pas la meilleure chose à faire, bien qu'elle redoutait une chose par les paroles de Law. C'est qu'Azelia avait des plans de prévus concernant Kula. Scylla avait pleinement confiance en son amie, mais pas en Azelia qui était sa dirigeante il fut un temps. Scylla songeait même qu'Azelia connaissait mieux Kula qu'elle-même, et cela l'attristait. Lorsque Shuujaku arriva pour constater les dégâts et voir des tâches de sang sur son tapis, Scylla avança à quatre pattes vers le mur le plus proche et s'y adossa.

- Bon sang, un tatami tout neuf...

- Kula… n'est pas une simple humaine ?

- J'ai raté un épisode ?

- Oh, Shuujaku, tu es là ? Pardonne-moi pour cet excès de violence et pour avoir taché ton beau tatami. Si tu veux que j'ailles dormir dehors, je comprendrais.

- Cherche pas à me faire culpabiliser d'avance pour quelque chose que je ne ferais pas. Pas à toi, du moins.

- Je ne sais pas ce qui m'a pris. C'est pas la première fois que je ressens une telle fureur. Dès que cela touche une personne que j'aime, je sens mes émotions qui explosent dans tous les sens. Mon sang ne fait qu'un tour, et me dicte de ne faire preuve d'aucune courtoisie. Je sais pas si ça à un rapport avec mes gênes et ce maléfice qui...

- Ohlà, stop l'auto-questionnement. Et file dans ma chambre d'ami que j'ai préparé pour vous. T'as besoin de sommeil, ma grande !

- Je… je ne suis pas fatiguée ! Je peux encore causer toute la nuit ! Viens t'asseoir près de moi !

Shuujaku ne put s'empêcher de sourire, tandis que Scylla tapotait le sol à sa droite pour faire signe au ninja de s'asseoir à côté d'elle. Ce qu'il fit.

- Dis, ce n'est pas trop dur d'être chef ?

- Je te demande pardon ?

- J'ai été nommée commandante de l'alliance anti-lunaire de demain. Je vais avoir une armée aux fesses qui va m'obéir au doigt et à l'œil à cause de mon pseudo-héroïsme face aux dragons blancs. Mais comme tu peux le constater, je ne suis pas capable de gérer deux gamins et leurs querelles d'amour. Bordel, je suis encore en train d'apprendre des tas de choses sur eux. Et bientôt, ce ne sont pas de banals soldats qui vont me suivre, mais des valkyries à qui je devrais imposer le respect. Donc pas n'importe quoi, pas vrai ? Alors, je suis prête à t'écouter me partager tes connaissances, pour éviter que je frappe la moindre valkyrie qui m'agace. Cela ne sera pas trop bien perçu sur le moment, haha.

- Déjà, sois toi-même. Ne cherche pas à bouleverser leurs relations, leurs pensées et leurs décisions. En te mêlant absolument des histoires de cœur de cette Kula, tu peux te mettre à dos tes alliés en un rien de temps. Ce n'est pas ton rôle. Ton rôle est d'accepter ce qu'ils sont, le rythme de leurs évolutions, et ainsi, automatiquement, ils approuveront ton existence. Je suis étonné que tu ne saches pas cela, après tout, tu as, tout comme moi, bénéficié des sages paroles d'Ignir. Mais bon, on va mettre ça sur le coup de la fatigue, n'est ce pas ? Vu que tu… es… en train de t'endormir, bon...

En effet, Shuujaku put sentir la joue de Scylla sur son épaule, et entendre de mignons petits ronflements. Shuujaku avait le sourire en voyant que même une furie comme Scylla pouvait être victime de la fatigue. Ainsi, sans l'observer plus longtemps, elle et son joli minois, Shuujaku se mit à porter Scylla jusqu'à l'étage de sa demeure. Cinq matelas étaient éparpillés sur le tapis, un pour chaque invité. Shuujaku fit doucement, au cas où Iris et Julia étaient éventuellement rentrées les premières pour dormir, même si le boucan d'avant allait probablement les réveiller. Il allongea Scylla sur un des matelas et la couvrit délicatement. Il la fixa une dernière fois, constatant que la valkyrie était très mignonne en dormant.

- Bonne nuit, Scylla. Repose toi bien. Demain sera une longue journée… Je vais en faire de même.

Ainsi, Shuujaku quitta cette chambre d'ami pour retrouver son lit. C'est ainsi que la lune éclaira une dernière fois le ciel pour le groupe de Scylla. Car au réveil, ils devront partir pour le pays de la lune, et cette fois, le ciel et les étoiles ne seront pas visibles pendant de nombreuses journées, car tout ce qui sera visible au dessus du regard de Scylla et de ses alliés, c'est un souterrain sans fin, sans accès au monde extérieur. Cependant, deux personnes allaient profiter pleinement de la pleine lune en cette soirée, car pendant toute la durée de la nuit, Law et Kula allaient passer leurs temps dehors, séparés...
Revenir en haut Aller en bas
Scylla
Capitaine
Capitaine
Scylla

Messages : 309
Date d'inscription : 29/12/2013

Un ultime répit Empty
MessageSujet: Re: Un ultime répit   Un ultime répit Icon_minitimeJeu 23 Mai - 22:56

Le jour s’était levé après cette soirée festive pour certains et déprimante pour d’autres. Qu’on ait pu profiter du festival pour se détendre, pour se remettre en question ou pour faire des découvertes décourageantes, ce jour marquait les esprits du groupe de Scylla de la même manière : C’était le grand jour, celui où l’alliance de la Yokume allait braver tous les dangers pour envahir le territoire lunaire. Le ciel était gris, l’air était frais. On aurait pu penser qu’il allait neiger d’une seconde à l’autre. Cela n’empêcha pas Scylla de se lever à l’aube malgré être tombée comme une enclume après son conflit avec Law, pour démarrer son échauffement matinal. Malgré le froid et les premiers flocons qui tombaient sur sa peau, Scylla s’installa au milieu d’un champ de bambou, après avoir enfilé son hakama, sa fidèle tenue d’entraînement qu’elle portait cette fois par nostalgie. En effet, c’est au pays de la montagne qu’elle a appris un nouvel art : celui du katana et de l’art de combat des Samurais. Passionnée par cet art, elle profita d’être au pays-cœur de cet art pour porter cette tenue confortable, histoire d’être dans l’ambiance, et décida de mener son entraînement avec Benizakura, le katana que le clan Busujima lui a offert lors de son voyage éducatif dans toute la Yokume, à la recherche de nouvelles techniques de combat. Elle savait qu’elle allait passer ses derniers jours sur la Yokume, alors autant commémorer son futur départ par une tenue et un katana qu’elle n’utilisera peut-être plus jamais.

Au beau milieu du champ de bambou, telle une kunoichi, Scylla prit une pose de combat, son katana pointé vers l’avant. Elle ferma les yeux, fit apparaître une aura écarlate autour de son corps, tandis que son Glyphe tatoué sur sa main droite s’illuminait également. Personne d’autre que Scylla ne pouvait le voir, mais une pluie de perles lumineuses et ailées tournoyait autour d’elle. Elle faisait appel, par le pouvoir de son Glyphe Astral, aux esprits du Valhalla qui nourrissaient la Yokume de son Eldrit limité.


- Concentre-toi, Scylla. Concentre-toi. Profite que ton âme est apaisée pour en absorber bien plus que contre Seto. Ne fais qu’une avec la nature, l’air, l’énergie, la vie…

Très vite, toutes les perles de lumière furent aspirées par le katana de Scylla. Tel un lien spirituel, l’énergie rassemblée dans son katana, traversa son corps tout entier. Toujours les yeux fermés, Scylla leva les talons, puis commença à frapper tout autour d’elle. Aucun de ses mouvements étaient imprécis, aucun mouvement était brouillon. Les esprits l’aidaient à garder une posture précise, sans failles. Certes, Scylla bougeait d’elle-même, mais ce qu’elle avait absorbé rectifiait toutes les imperfections de ses mouvements. Ainsi, le style de combat de Scylla était proche de la perfection, ou du moins, de l’idéal que recherchait Scylla si elle veut affronter une des douze élus du Nirvana. C’est donc en dansant avec subtilité et magnificence que Scylla découpait les bambous autour d’elle en seulement quelques secondes et les yeux parfaitement clos. Scylla demeura droite à la fin de sa technique et ouvrit les yeux, elle vit les bambous autour d’elle découpés en deux. Le seul bémol est qu’à la fin de la technique qui était trop forte pour la lame d’un katana ordinaire, Benizakura était en miettes. Elle leva la poignée de son katana, tout ce qui restait de son arme, la fixa et prit un sourire malgré tout bien satisfait.

- Adieu, Benizakura…

Scylla se retourna et vit une silhouette familière. Il s’agissait de Law. Le pirate pouvait s’estimer chanceux que Scylla était satisfaite de sa performance, car cette dernière fixait Law sereinement, mais pas vraiment le sourire aux lèvres. La neige commença à réellement tomber sur le champ de « bambou découpé », et le vent d’hiver remuait la chevelure écarlate de la valkyrie en même temps que le long manteau du pirate. Il se passa quelques secondes avant que l’un d’entre eux ne brise le silence.

- Scylla, je…. Je suis venu te dire…. Désolé pour hier soir.

- Ce n’est pas à moi que tu dois des excuses, imbécile

- Sauf que… si je tente de redémarrer une conversation avec Kula, elle va continuer de me harceler, jusqu’à ce que je crache le morceau. Je n’ai pas l’intention de lui dire la vérité. Cela ne serait pas lui rendre service. Elle est trop pure et trop faible mentalement pour accepter cette vérité. C’est bien trop tôt…

- Libre à toi de penser ainsi, mais te rends-tu compte de la gravité de tes cachotteries ? Hier, tu as bien trop fourché ta langue. Tu en as suffisamment dit pour que je comprenne que Kula possède une particularité qui s’activera lors de cette bataille. Je n’ai pas oublié que toi et Kula, vous êtes d’anciens mercenaires à la botte d’Azelia. Si quelque chose de spécial réside en Kula et est lié à Azelia, nous pouvons tirer avantage de la moindre information la concernant. Mais toi, tu préfères te comporter comme un gamin et tout garder pour toi.

- Je ne peux pas, Scylla. Crois-moi, je suis dans une impasse totale. Je pense que le mieux, c’est que nous ne t’accompagnons pas, Scylla. A cause de cette dispute, Kula refuse de participer à cette bataille. Elle n’a plus foi en rien… Tsss, j’ai totalement sous-estimé les sentiments de cette femme me concernant.

- Tu es effectivement un idiot pour croire que tu pouvais ignorer ses sentiments et ne rien provoquer de néfaste chez cette femme. Cependant, ce n’est pas parce que Kula est spéciale qu’il faut la foutre sur le banc de touche. Je vais aller la voir.

- Ne lui dis rien, je t’en prie.

- Aucune chance, Law. J’ai besoin de tous mes alliés pour cette ultime bataille. Il est trop tard pour faire demi-tour ou pour des caprices de dernière minute. C’est soit nous montons tous à bord, soit personne n’embarque. Suis-je claire ?

Law ne pouvait changer l’avis de Scylla. Celle-ci voulait que Kula l’accompagne, maintenant que les préparatifs étaient quasiment terminés. C’était avec ses alliés que Scylla savait qu’elle obtiendrait la force de lutter. D’habitude, elle possède un cœur solitaire, mais elle s’est faite une raison en voyant Iris évoluer grâce à Julia. Elle devait compter sur les autres, et pas seulement sur son propre pouvoir. Kula qui quitte le champ de bataille avant même d’y avoir mis les pieds n’était pas une idée qui convenait la valkyrie. Elle se devait donc de la retrouver pour tenter de la raisonner. Par chance, Kula n’était pas loin, comme si elle avait suivi le pirate depuis le début. Ou si Scylla avait fait tellement de grabuge dans ce pauvre champ de bambou qu’elle avait attiré l’attention de la jeune femme aux cheveux lavande. Elle trouva donc Kula sur le chemin de retour du village. Cette dernière remarqua en Kula quelque chose qui avait changé. Son air, son regard, sa posture, tout traduisait en Kula une volonté de se battre. Elle n’avait plus rien à voir avec la jeune femme souriante, bonne vivante, heureuse et rigolote. Là, c’était une combattante qui se présentait devant la valkyrie. Ce qui surprenait au plus haut point cette dernière.

- Je te cherchais, Kula.

- Ça tombe bien, moi aussi. J’imagine que tu vas me demander si je compte participer à la bataille malgré hier soir. La réponse est oui. Ce n’est pas parce que mon cœur est brisé que je vais ignorer toute l’attention que tu m’as adressé pendant ces quelques années. Je le fais pour toi, Scylla. Pour personne d’autre, pas même pour moi.

- Ecoute, Kula.

- Tu n’as plus besoin de jouer le rôle de la grande sœur, désormais. C’est à mon tour de te soutenir et te rendre la pareille. Après cela, une fois que nous rentrerons victorieux, je reprendrais mon existence d’autrefois. Travailler dans le mercenariat, seule. Aucun royaume n’acceptera une ancienne mercenaire lunaire. Je suis faite pour voyager, de toute manière. Etre attaché à un royaume, ce n’est pas mon fort. Je ne veux plus être attachée à rien, Scylla.

- Je peux comprendre que continuer ta route avec Law te paraît insupportable. Mais ne joue pas à l’aventurière solitaire. La vie de mercenaire, c’est pas fait pour toi, Kula. Tu es l’extrême opposée de ce que je suis, et c’est pour cela qu’on se complétait, toi et moi. N’oublie pas que tu as reçu l’approbation d’Eloraell. Tu es la bienvenue dans son royaume. Une reine t’ouvre les portes de sa maison. Tu n’as plus la moindre raison de continuer à t’aventurer n’importe où. Ta vie de nomade s’arrête maintenant, Kula.

- J’aie entendu Law brailler hier soir. « Une humaine pas comme les autres », c’est ça ?

- Hum, évidemment. Tu as tout entendu. J’aurais dû m’en douter.

- Tu l’as dit toi-même, Scylla. La vie des êtres différents est bien trop dangereuse pour inclure « l’ordinaire ». C’est parce que je suis reconnaissante d’Eloraell que je ne veux pas rester chez elle. Je ne veux pas lui attirer des ennuis. Seule, sans alliés, sans attache, je ne mettrais en danger personne.

- Fidèle à toi-même, pas vrai ? Le bonheur des autres passe avant le tien, c’est ainsi que tu conçois les choses. Je vais donc te dire la même chose que pour Iris. Partir en enfer t’aidera à réaliser l’importance de ton existence. Crois-en mon expérience. Tu ne mérites pas de vagabonder sans objectif. Tu mérites d’avoir une main tendue comme celle d’Eloraell, crois-moi. Et, je sais que c’est un peu fort de ma part de te « signer un chèque en blanc » comme je vais peut-être te faire, mais, si jamais tu es toujours en vie quand je reviendrais prendre le contrôle du Nirvana, alors j’abrogerais la loi qui interdit l’installation et l’habitation de mortels sur les terres Nirvits. Tu seras la bienvenue dans mon royaume natal, Kula.

Scylla n’aimait pas faire des promesses qui n’allaient peut-être jamais être respectées. Après tout, les chances de Scylla de survivre à sa prochaine bataille sur Legendia sont minces, comme celle qui la mènera à obtenir le trône d’Atrium. De très nombreuses batailles l’attendaient et personne ne pouvait prédire combien de temps cela allait durer et si elle allait exister à l’issue de ces batailles. Donc, Scylla n’avait jamais lancé une proposition si abrupte dans le but de redonner espoir à Kula. Mais c’est la seule chose qui lui vint à l’esprit sur l’instant, pour retrouver la Kula qu’elle aimait. La bataille allait être bien trop rude pour inclure une Kula qui n’a plus aucun objectif d’avenir que celle d’une rebelle solitaire qui a fait la paix avec un passé incertain. Elle allait peut-être regretter un jour faire une telle promesse, mais ce qui est dit est dit. Et pour remotiver un peu Kula, Scylla fit un mignon clin d’œil vers cette dernière. Cette dernière qui fonda en larmes et se jeta dans les bras de Scylla.

- Scylla ! Je suis désolée ! Pardon ! Pardon ! Je ne veux pas que tu t’en ailles ! J’ai besoin de toi !

- Pleure, ma belle. Pleure. Au moins, tu as vidé ce qui te retournait l’estomac. Tu vas pouvoir combattre dignement, Kula.

Scylla caressa l’arrière du crâne de Kula pour la réconforter, et cette fois, c’était la bonne. Kula a juste besoin d’un royaume qui l’accueille et l’empêche d’être seule si jamais Law l’abandonne. Déjà un peu plus assurée par les paroles de la valkyrie qu’elle pouvait continuer sa vie quelque part, Kula sécha ses larmes, le visage sur la poitrine de Scylla. Elle profitait de la chaleur humaine engendrée par son amie qui, par chance, ne portait aucune armure, et seulement quelques bouts de tissus. Cela ne dura pas bien longtemps, cependant. Scylla relâcha son étreinte, toujours souriante, tapotant vite fait le haut du crâne de Kula.

- Je vais te laisser quelques instants. Je dois parler avec Maître Shuujaku. Nous devons travailler notre stratégie, car il reste peu de temps avant que nous partons.

C’est en laissant Kula seule quelques instants, confiante que son moral soit revenu par les paroles rassurantes de la valkyrie, que Scylla retourna dans la demeure de son ami ninja. Ce dernier lui avait déjà proposé de s’entretenir avec elle au réveil et avait invité Iris à en faire de
même. Donc, logiquement, en arrivant dans la pièce centrale de la demeure, la valkyrie allait trouver le chef ninja, ainsi que sa camarade mercenaire. Une fois les trois acteurs réunis, Shuujaku invita les deux femmes à se poser sur le tatami, les deux genoux joints entre eux sur le sol. L’air toujours accueillant malgré le sujet sérieux de cette future conversation, il démarra ce mini-conseil.


- Bonjour, les filles ! Bien dormi ? Bon, je vais aller droit au but. Je ne vous ai pas encore expliqué l’autre jour, mais d’ici deux heures, une flotte maritime nous attend sur la côte Ouest. Je vous guiderais jusque-là. Cette flotte est composée de plusieurs vaisseaux des différentes nations de la Yokume, excepté les elfes que nous récupérerons en chemin.

- Une grande partie du peuple elfique s’est engagée lors de cette bataille. J’espère que cette flotte pourra accueillir des soldats supplémentaires.

- J’ai déjà interrogé le commandement solaire restant, ils vont mobiliser un vaisseau suffisamment volumineux pour y accueillir les elfes et les dragons blancs. Nous avons, en gros, peu de temps pour que je vous parle de notre cible. Sachez, Scylla et Iris, que j’ai déjà croisé le fer avec Azelia. J’ai donc pu prendre des notes sur ses capacités, et, nous n’avons vraiment pas affaire avec n’importe qui.

- Ca, nous le savons déjà, Shuu. Une personne qui peut faire plier les dragons blancs n’est pas une personne ordinaire.

- Je ne parle pas de ça, Scylla. Je vais être clair, je n’ai pas la moindre idée de comment la tuer. Pour résumer, j’ai déjà réussi à la blesser, voire à la décapiter. Et cela n’a pas changé grand-chose au résultat. J’ai perdu la bataille, au final.

- Attends, que veux-tu dire ? « Décapiter », tu dis ? C’est ridicule, Azelia n’est pas un spectre que je sache ?

- J’y viens, Scylla. Premièrement, je dois vous informer de son pouvoir principal. Azelia paraît intouchable aux premiers abords quand on ne connait pas le fonctionnement de son pouvoir. Je ne parle pas de cette carapace noire que lui procure le sang noir et qui la rend aussi solide que l’acier. Azelia est capable de créer une sorte de « lien du sang » entre elle et ses adversaires.  Si jamais on la blesse, par je ne sais quelle malédiction qui semble être la spécialité de cette succube, on subit les mêmes souffrances qu’elle. Pire, après le transfert de douleur entre l’attaquant et Azelia, Azelia se soigne automatiquement.

- Je vois, c’est comme si Azelia absorbait l’énergie vitale de ses adversaires une fois blessée. C’est une capacité propre chez les succubes et les vampires. Et comme Azelia est originaire de ces deux races, le résultat doit être effrayant. Mais est-ce que cela signifie que… ?

- … que celui qui la tue meurt également ? C’est une possibilité et un risque que je ne suis pas prêt de prendre. Et que je ne vous conseille pas de prendre. Chez les Hajinmon, la notion de sacrifice est peu tolérée. Nous sommes une famille, chaque membre de notre clan est précieux, et il en va de même pour les invités de notre clan. Il faudrait donc trouver un moyen différent de la neutraliser sans risquer le moindre suicide qui, au final, ne vaudra pas le coup.

- Attends, tu viens de dire que tu l’as « décapité » !

- Moi et Itachi, nous avions trouvé une combine. Itachi est un maître des illusions et de l’hypnose. Il a pénétré dans l’esprit d’Azelia pour la forcer à annuler son sortilège, en plus de la paralyser physiquement. Cette parade m’a donc permis de séparer sa tête de son corps. Je pensais que le combat était terminé. Merde, n’importe qui aurait pensé ainsi. Mais Azelia n’est définitivement pas humaine. Dès que nous l’avions achevé, une autre Azelia est apparue de nulle part.

- Quoi ?

- Ce n’était pas une clone crée par magie ou sortilège, ce type de clone ne peut être la cible des pupilles de mon collègue. Et en règle générale, ce type de clone disparaît après avoir été vaincu. Mais là, je peux vous le garantir, je venais de retirer la vie à une véritable personne. C’était un pur cadavre humain qui traînait au sol, pendant qu’une autre Azelia, se tenait là, devant moi, se vantant d’avoir utilisé à peine 25% de ses capacités. Sous le choc, nous avons pris une belle dérouillée par cette autre Azelia. Ce fut une défaite totale.

- Donc si j’ai bien suivi, non seulement on ne peut tuer Azelia sans risquer notre peau également, mais en plus, le sacrifice ne mènerait à rien à partir du moment où une autre Azelia peut débarquer de nulle part. Quelle joie…

- Désolé, mais je me devais de vous parler franchement et vous expliquer que ce n’est pas un combat traditionnel que nous allons mener. Mon but n’est pas de vous démoraliser, mais vous motiver à trouver un plan qui a du sens. Je ne connais pas vos capacités, ou peu. J’imagine, Scylla, que tu as de nouveaux outils entre tes mains depuis notre dernière bataille.

- Oui, j’ai même une nouvelle technique que j’ai exprès réservé à Azelia, mais après ce que tu m’as raconté, j’ai un doute que cela va fonctionner. D’autant que si hypnotiser Azelia est le seul moyen de l’obliger à annuler son sortilège mortel, je préfère être franche, les illusions, ce n’est pas mon délire. Et je me vois mal protéger les fesses d’un seul mortel lors de cette bataille. Je m’imaginais déjà l’affronter avec seulement vous deux, deux personnes qui sont mes semblables en tout et pour tout… Veiller à ce qu’un mortel ne se fasse pas dézinguer d’un trait par un monstre comme Azelia n’est pas dans mes plans.

- Je ne suis pas très motivé à mobiliser Itachi face à Azelia non plus. Mais… de tête, je n’ai pas vraiment de plan de rechange. Comme je ne sais pas combien d’Azelia différente existe dans le monde. Quelle est ta technique, Scylla ?

Mais Scylla ne répondit rien. Elle semblait ailleurs. Elle ferma les yeux, posa deux doigts sur son front, comme si une douleur la frappait. Pourtant, l’état de Scylla semblait stable, elle ne semblait ni souffrir, ni faiblir. Elle semblait méditer, réfléchir, tout en ignorant ses deux alliés.

- Quelque chose ne va pas, Scylla ? Tu es avec nous ?

- Navrée, je… je dois m’absenter quelques minutes. Je reviens tout de suite.

- Haha, tu as bien choisi ton moment pour aller au petit coin !

- Par tous les dieux, non…

Sous l’incompréhension de voir Scylla quitter la conversation brusquement, Shuujaku décida de prendre ce temps non pour se tourner les pouces, mais pour le rendre utile. Seul face à Iris dont il ne connaissait rien, il décida de la questionner pour mieux la connaître, car se battre aux côtés d’une inconnue n’était pas une idée bien positive pour le ninja.

- Bon, je n’ai pas vraiment eu le temps d’apprendre à te connaître, tout comme je ne savais pas comment t’aborder. Tu m’as paru assez distante hier soir, mais cela m’importe peu. Ce que tu es et pourquoi tu souhaites aider Scylla à en finir avec Azelia ne me concerne pas, tout ce qui m’intéresse, ce sont tes actions et ce que tu peux nous apporter. Donc je vais simplement te demander de m’apporter des précisions sur tes capacités, pour qu’on puisse déterminer quel rôle tu peux jouer dans notre future équipe. Je te propose, néanmoins, de te présenter ma capacité en premier.

Shuujaku fit apparaître dans sa main gauche une petite flamme noire, qui diffusait une chaleur intense, presque malfaisante. Mais Shuujaku se doutait que cela allait faire peu d’effet chez cette Iris. Alors, il la maintenait allumé, puis reprit son explication.

- Mon pouvoir principal réside dans cette flamme. Elle est spéciale car elle ne s’éteint que si je le décide. Par ailleurs, elle peut faire fondre n’importe quelle matière, voire même, la dévore entièrement. La défense du sang noir ne m’impressionne pas. Il me faudra quelques secondes pour défaire cette carapace transparente chez Azelia. De plus, je peux l’utiliser pour désintégrer certaines techniques ennemies. Azelia peut faire durcir son sang pour l’utiliser également sur le plan offensif. Je peux donc vous servir d’épée comme de bouclier si besoin. Cependant, cela s’arrête là, une fois la barrière défensive d’Azelia brisée, je ne pourrais rien faire d’autre que vous couvrir pour la suite, au risque de me brûler les ailes fatalement. Je n’ai pas le pouvoir pour annuler le sortilège d’Azelia. Mais nous allons trouver une solution, je suis confiant. J’aimerais donc en premier lieu entendre de quoi tu es capable pour comprendre comment pouvons-nous travailler ensemble.

Shuujaku pouvait servir à détruire la défense principale d’Azelia, mais c’est tout, il était conscient que son rôle ne pouvait aller plus loin que celui d’informateur et de celui qui mène le premier assaut. Ainsi, il souhaitait prendre connaissance des pouvoirs d’Iris et Scylla pour déterminer si l’une d’entre elles pouvaient passer outre la malédiction d’Azelia ou la renverser. Ou alors, si elle avait une capacité plus intéressante que Shuujaku.

***

Pendant ce temps, Scylla avait rejoint les jardins du chef Hajinmon pour une simple raison : elle avait entendu une voix féminine tenter de lui parler. Scylla reconnut très vite la voix du Theos qui vivait spirituellement dans son corps. Une fois éloignée de tout regard, Scylla ferma les yeux et laissa son esprit divaguer hors de la réalité. Ce même esprit, tel un rêve, se retrouva au beau milieu de cet espace blanc et paisible qu’était le Valhalla. Devant elle, se trouvait l’esprit royal qui l’attendait sur son trône, la divinité aux cheveux dorés et au long manteau rouge qui avait sauvé Scylla face à Seto.

- Reine divine du Valhalla, vous souhaitez me parler ?

- C’est exact, Scylla. J’ai observé ton dialogue avec cet illustre chef shinobi. Et vu la complexité de la situation, il me semble avéré que j’éclaire votre ignorance de ma lumière.

- Vous avez une idée de la nature des capacités d’Azelia et d’un moyen de passer outre ?

- Ce que je vais t’expliquer n’est qu’une supposition, basée sur mes connaissances de l’Ancien Atrium. Et vu l’âge de ton ennemie, je ne serais surprise qu’Azelia connaisse certains secrets dont personne n’a conscience dans l’Ordre actuel. Si il s’avère que j’aie raison, sache que tu n’as rien à craindre, Scylla. Azelia peut être vaincue si vous donnez de votre maximum.

- Je vous écoute

- Je dois pour cela retourner dans le passé, il y a plus d’un millénaire de cela, avant ta naissance. Le Nirvana, malgré sa prospérité et l’évolution constante de son évolution, était la cible d’un peuple jaloux. Un peuple primaire de sauvages, vivant dans la précarité et dans la soumission. Ils se cachaient dans les profondeurs d’un royaume désertique nommé « Hyrule ». On les nommait les Einherjahr. Les Einherjahr étaient rejetés par le reste d’Atrium, notamment le Nirvana. Le fils d’Ilia, Arcas Vermillion, n’a jamais trouvé une place convenable pour que les Einherjahr puissent résider en paix. Alors, les Einherjahr effectuèrent un appel à la guerre. Pour vaincre l’armée d’Arcas Vermillion, ils durent compter sur leurs capacités, que tu connais bien désormais : Le sang noir…

… tu l’auras deviné mais ces êtres sauvages, ces lépreux qui ont perdu toute morale, transformèrent chaque parcelle de terre qu’ils foulaient en désert aride. Ils étaient le symbole de la peste pour le Nirvana, à cause de ce sang noir qui les consumait. Et ce sang noir avait également le pouvoir de faire ce qu’Ilia jugeait d’impossible : Corrompre entièrement les Rokhs qui habitaient leurs corps, au point de pouvoir entièrement les manipuler.

- Les manipuler ?

- Comme tu l’as probablement compris, j’ose espérer, héritière du trône, les Rokhs sont nés de la source d’énergie même du Valhalla. Ces esprits féeriques sont envoyés aux quatre coins d’Atrium pour ressourcer un territoire précaire en Eldrit. Mais pas seulement. Les Rokhs ne possèdent aucune personnalité, aucune conscience. Ce ne sont que des perles de lumière qui servent de conscience cristallisée pour les habitants de ce monde. Une fois qu’un Rokh pénètre dans le corps d’un nouveau-né, il ne fait plus qu’un avec lui. Il se nourrit de sa conscience, de ses souvenirs, de sa vie toute entière. Et il y réside jusqu’à la mort de l’individu. Une fois ce dernier décédé, le Rokh retourne dans le Valhalla, avec une partie des souvenirs de l’être corporel en lui…

Ainsi, les êtres qui connaissent cette histoire savent que ces Rokhs permettent une existence éternelle des souvenirs des habitants d’Atrium. Ces âmes invisibles aux yeux des êtres ordinaires sont très rapidement devenus un sujet de recherche et d’étude pour les personnes exceptionnelles. Ils ne peuvent disparaître que des mains des Vermillion. Or, les Einherjahr ont commencés à étudier le fonctionnement d’un Rokh lorsqu’un événement survint. Les Einherjahr étaient des êtres tellement instables, tellement haineux et maudits par la fatalité, que leurs corps étaient totalement corrompus par le sang noir. Ils étaient tellement pourris jusqu’à la moelle, que même les Rokhs qui les habitaient sombraient dans la folie, la détresse et la malveillance. Et comme les Rokhs sont des esprits purs, provenant d’une source sans la moindre parcelle de corruption, cela était obligé de donner lieu à un résultat catastrophique.

- Catastrophique ?

- Les Einherjahr avaient une dirigeante. Elle fut la principale rivale de ton père. Avant Azelia, c’est elle qui était la cible de multiples royaumes qui voulaient sa tête empalée. Et c’est lorsque Leonis fit ses preuves face à elle qu’il devint le héros dont la réputation avait même atteint l’intérêt des valkyries en personne.

- Haha, j’imagine que c’est ainsi que Leonis rencontra ma mère.

- Cette femme était tellement un fléau qu’elle décéda de sa propre corruption. Un soir, son Rokh qui vivait dans son corps avait atteint un point de corruption tellement élevé et irréversible, qu’il se mit à grossir de plus en plus, tel une gangrène incurable. Et lorsqu’il devint trop pesant pour le corps de cette Einherjahr, il sortit de son corps devant les yeux du peuple Einherjahr, croyant qu’un exorciste avait « purgé le mal » de cette femme hors de son corps. Le Rokh devint un esprit noir, qui ne ressemblait plus à une perle de lumière avec des ailes féeriques. Il devint une silhouette indescriptible, répugnante et monstrueuse. L’esprit tenta de s’emparer du corps de tous les Einherjahr, mais sans succès. A chaque fois, le même phénomène se produisit. L’esprit ressortit des enveloppes corporelles qu’il tentait de posséder. Tous les Einherjahr sont morts ainsi. Certains survivants parmi les soldats Nirvits ont rapporté un témoignage intéressant : Tous les Einherjahr possédés ont déclarés être possédés par l’esprit de leur chef. Comme si la conscience de cette femme avait pris le dessus. Plus tard, les douze gardiens du Nirvana arrivèrent à la conclusion suivante. Le Rokh de cette femme avait tellement absorbé la corruption de son hôte, qu’il était possédé par sa conscience, et que cette conscience s’est déversée en cet esprit malfaisant qui est devenue une nouvelle entité, une évolution du Rokh vers un stade supérieur. Leonis avait nommé cela un « esprit errant » qui ne peut revenir vers le Valhalla, et qui vagabonde partout sur Atrium pour trouver un corps qui parviendra à le contenir et à l’apaiser. Ce qui a longtemps été impossible, sauf entre les mains des Archidiables, qui s’occupent de les isoler dans les profondeurs de Necros.

- Qu’est devenu l’esprit de cette Einherjahr ?

- Leonis, ainsi que son meilleur ami, un autre fils d’Ilia, l’ont pulvérisé, grâce à « Starlight ». Tu vois où je veux en venir ?

- Vous pensez qu’Azelia est devenue une âme errante ? Et que c’est pour cela que vous souhaitez que j’utilise Starlight.

- C’est une forte possibilité. Azelia est une archidiable, et les archidiables sont les seuls qui puissent contenir un « esprit errant » et l’utiliser comme bon lui semble. Azelia a probablement trouvé un moyen de dompter son Rokh et l’écraser avec sa conscience corrompue. Ainsi, elle empêche l’évacuation de son esprit hors de son enveloppe charnelle, qui aurait provoqué sa mort soudaine. Un Rokh n’est qu’un substitut d’Eldrit. Si il évacue le corps de son hôte, ce dernier meurt, vidé de tout Eldrit. Cependant, un archidiable peut séparer un fragment de son Rokh pour le ressortir, assurant alors sa survie. Puis déverser ce fragment dans le corps d’un autre être humain. Un morceau de sa personnalité se développera au sein de ce nouvel hôte, et finira par également prendre le dessus.

- Donc si j’ai bien suivi cette histoire difficile à croire, un être trop corrompu provoque l’effet inverse du procédé naturel que suit un Rokh. Au lieu de simplement observer le monde des yeux d’un corps humain, un être corrompu devient le Rokh et traverse le monde en tant que Rokh, c’est ça ?

- C’est cela. Azelia et cet Einherjahr manipulent la conscience de ce Rokh et l’utilisent pour obtenir la vie éternelle, car ils deviennent ce Rokh. Si jamais tu détruis le corps d’Azelia, il est fort probable que tu verras ressortir une image spirituelle d’Azelia. Cette dernière va probablement tenter de s’emparer d’un autre corps pour pouvoir survivre. Mais si tu utilises « Starlight » à temps, tu ne détruiras pas seulement son corps, mais également son esprit, comme ton père l’a fait jadis. Tu mettras donc à terme l’existence d’Azelia une bonne fois pour toute.

- Cependant, rien ne nous assure qu’Azelia n’a pas déjà fragmenté son esprit vers un autre corps, et cela n’explique pas non plus comment Azelia possède différentes versions d’elle.

- Je peux aussi te l’expliquer mais ce sera pour la prochaine fois. Cela me prendrait une bonne heure et tu n’as pas toute la journée, pas vrai ? Mais si je peux te rassurer, Azelia n’a aucun intérêt à fragmenter son esprit vers un autre corps, car cela diminuera sa puissance et la fiabilité de son corps. Or, elle va affronter une valkyrie, et une Testarossa. Pour l’emporter, elle devra utiliser un corps parfaitement alimenté par un esprit complet. Et même si un fragment d’esprit réside dans un autre corps, il mettra des siècles à se renforcer. Azelia ne sera plus une menace avant de très nombreux cycles. Quant à sa seconde technique dont t’a parlé ce dragon noir, c’est une technique propre aux Karnstein. Elle mélange lien corporel et lien spirituel. D’abord, par ce lien, le corps de l’attaquant est touché au même endroit que la cible, puis, Azelia aspire de l’Eldrit chez l’attaquant pour se renforcer, donnant l’impression qu’elle n’a subi aucun dommage collatéral, mais c’est une technique spirituelle. Tu es capable désormais, Scylla, de vaincre toute forme de sortilège puisque tu peux briser l’Eldrit grâce à ton glyphe.

- Merci pour ces informations, mon « autre moi ». Je reprends espoir désormais.

- Et c’est uniquement le but, Scylla. Reste néanmoins les deux pieds sur terre. Azelia est très imprévisible. Je t’ai dévoilé des informations par rapport à ce que je connais, mais je ne suis pas consciente de toutes les cartes que cette succube tient entre ses mains. C’est déjà un miracle qu’elle soit capable d’une telle prouesse. Alors j’ose imaginer qu’elle est également capable d’autres exploits. Concentre-toi sur ton objectif actuel, et ne te pose pas de questions sur l’avenir et ce que va devenir Azelia si jamais elle survit. Je reste tes yeux si jamais j’observe et constate une force supérieure à la tienne se dresser sur ton chemin.

- Merci infiniment.

Scylla s’inclina puis fut « déconnectée » de cette réalité spirituelle. Elle retrouva dans son champ de vision le jardin fleuri de son ami dragon, puis, d’un pas décidé, retourna à l’intérieur du bâtiment. Elle supposait que ses deux partenaires avaient un peu trop attendu le retour de la valkyrie qui s’était absentée pendant un bon moment.

- Navrée pour avoir quitté la conversation si subitement, mais me revoilà.

- Bah alors, Scylla ? Qu’est-ce que tu fichais ? On attendait plus que toi pour prendre le thé.

- Ecoutez, ce que je vais vous raconter peut paraître dingue, mais faites-moi confiance. Croyez moi sur parole, j’ai probablement la solution concernant Azelia. Il n’y a rien à craindre concernant ce que tu as raconté. Azelia a fragmenté son esprit dans un autre corps, mais cela a divisé sa puissance. Toi-même, Shuujaku, tu as confirmé qu’Azelia se vantait d’avoir utilisé une légère parcelle de sa puissance totale quand tu l’as vaincu. Une majorité de son esprit résidait dans cette seconde version d’elle qui t’a neutralisé. Mais si moi et Iris, nous nous rajoutons au combat, Azelia ne pourra plus se permettre de diviser son esprit dans un autre corps. Et si jamais elle l’a fait, elle mettra environ plus d’un siècle pour se reformer. Malgré qu’elle paraisse indestructible, elle a les mêmes faiblesses que nous. Son âme n’est pas illimitée !

- Ohlà, attends un peu, Scylla. Regarde-toi, tu es toute motivée et excitée, mais d’où est-ce que tu tires de telles informations ? Il y’a à peine dix minutes, tu semblais être dans l’ignorance, et là, tu as l’air de connaître Azelia comme si tu l’avais fait.

Scylla hésita quelques secondes avant de répondre. Elle n’était pas douée pour inventer des fausses réponses. Donc pour éviter de passer pour une timbrée, elle n’avait qu’une seule solution, dire la vérité, ce qui ne l’arrangeait pas trop. Cependant, deux détails participèrent à son changement d’avis. Premièrement, son interlocutrice, Iris, a eu le courage de dire la vérité sur son lourd secret. Et deuxièmement, Scylla entendit une discrète voix murmurer dans son esprit « Dis-leur ». Elle demeura pensive encore quelques secondes, serra les poings, puis décida de se jeter dans l’eau.

- C’est mon autre « moi » qui m’a tout expliqué…

- Hein ?

- Je partage mon corps avec une entité que l’on nomme « Theos », il en existe douze sur Atrium. Ce sont les créatures qui servent à invoquer l’Eldrit dans ce monde. Et je suis la gardienne de l’une de ces créatures, ce qui fait de moi, officieusement, l’une des douze gardiennes du Nirvana. Du moins, si les circonstances s’étaient avérées plus favorables.

- Depuis quand ?

- Depuis ma naissance… Mais je ne l’ai réalisé que depuis ma dernière confrontation face à Seto. Je pense que tu l’as aperçu, Iris. A la fin de la bataille, j’avais pris une apparence plus majestueuse, plus enflammée, qui ressemblait à un phénix. Ce n’était pas moi qui était maître des commandes, mais cette créature.

- Et… tu comptes te fier à cet… « Esprit Alter-Ego-Quelque chose » ?

- Oui, tout à fait. Elle m’a sauvée la vie plus d’une fois sans que je le réalise. Et elle existe depuis les origines d’Atrium. Elle a occupé la place que je prône et dont je suis destinée. Elle n’a aucun intérêt à me mentir sur Azelia. De plus, elle m’a expliqué que cette malédiction chez Azelia est purement spirituelle. Je peux trancher ce lien qu’Azelia va chercher à créer pour nous bloquer la route ! Enfin, j’ai appris grâce à mon alter ego une technique qui devrait éradiquer l’esprit d’Azelia définitivement. Mais je n’ai le droit qu’à un essai. Un seul ! Shuujaku, Iris, si je ne m’abuse, vos capacités permettent d’ignorer la défense ennemie, pas vrai ? Je vous laisse affaiblir Azelia tandis que j’essayerais d’en profiter pour l’empêcher de vous cibler avec sa malédiction. Et une fois que le moment sera opportun, je décocherais ma flèche dans la gueule de cette sorcière, et adieu…

Scylla semblait confiante, ou plutôt, boostée par les informations qu’elle venait de recueillir de la part de son Theos. Et elle comptait transmettre sa motivation à ses deux alliés. Scylla n’avait pas d’autres plans en tête mais cela était toujours mieux qu’être dans l’ignorance face aux capacités d’Azelia qui paraissent compliquées à gérer quand on est dans l’inconnu. Shuujaku ferma les yeux et laissa échapper un mignon petit sourire. Il était satisfait de voir que son allié était dans cet état d’esprit, et espérait qu’il en soit de même pour cette Iris qu’il connaissait à peine. Le chef Hajinmon se leva à son tour. Il semblait prêt à partir.

- Le temps file à toute allure, alors je vous propose qu’on parte d’ici un quart d’heure vers le lieu du rendez-vous. Profitez-en pour vous ressourcer et vous préparer. Une longue route vers la victoire nous attend !

Shuujaku tira sa révérence pour se préparer. Scylla et Iris étaient donc invitées à quitter le domicile du chef Hajinmon pour en faire de même. Scylla comptait prévenir Kula et Law du départ pour le noyau lunaire, et elle allait laisser Iris chercher Julia. Mais d’abord, une fois devant l’entrée du domicile, Scylla ne quitta pas tout de suite la mercenaire. Elle s’étira un coup, les bras en l’air, n’ayant pas froid malgré sa tenue légère sous la neige qui commençait à bien recouvrir le sol du village.

- Comment te sens-tu, Iris ? Depuis hier soir ? As-tu réfléchi à mes paroles et retrouvé ton envie de te battre contre ce qui te hante ?
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Mercenaire
Mercenaire
Iris

Messages : 47
Date d'inscription : 01/09/2016

Un ultime répit Empty
MessageSujet: Re: Un ultime répit   Un ultime répit Icon_minitimeMar 4 Juin - 15:04

Une nouvelle journée débuta, pour Julia et Iris, au pays de la montagne. Mais bien que la soirée précédente était festive, on ne pouvait pas dire que cela restera dans les annales des deux femmes, tant leur moral était dans les choux, chacune pour une bonne raison. Cependant, en fin de soirée, l'humeur semblait légèrement plus douce, et c'est exténué, qu'elles avaient rejoint leur chambre. C'est donc en ce début de matinée, qu'Iris était toujours couchée, mais les bras croisés derrière la tête, ainsi que le regard fixé au plafond. Tandis que Julia continuait de dormir à poings fermés, la Testarossa, elle, semblait toujours aussi pensive, absente. Cela, toujours pour la même raison que la veille. Malgré les paroles de Scylla, ainsi que celles de Julia, Iris savait qu'elle n'avait que peu de chances de revenir vivante de cette bataille. C'était un fait, elle mieux que quiconque savait qu'elle avait atteint une limite. Ce n'était pas qu'elle abandonnait, mais elle était simplement réaliste. Elle était dans un état pitoyable, aussi bien physique que psychologique. Mais ce n'était bien sûr pas cela qui la rendait si pensive, mais évidemment Julia. Bien qu'elle se savait condamnée, et avait accepté cet état de fait, sa relation avec Julia venait de tout chambouler. Aujourd'hui, elle ferait n'importe quoi pour revenir de cette bataille. Tandis qu'elle était prête à mourir aveuglément il y a encore quelques heures, maintenant, elle était hésitante, et réfléchissait à un moyen de survivre. Bien sûr, c'était plus facile à croire, qu'à réaliser. Même si la solution la plus logique, serait qu'elle ne participe pas à cette bataille, mais c'était reculé pour mieux sauté. Puis la mercenaire n'était pas prétentieuse, mais elle était certaine que sans sa participation, l'espoir de victoire de cette alliance serait nul. Et deuxièmement, cette reine voulait s'en prendre aux mortels, donc Julia allait y passer, en cas d'échec. Cependant, il restait toujours une potentielle solution, qu'il lui traversait l'esprit depuis quelques heures. Et si la solution, c'était cette chose qui l'habite ? Le souci, c'était que depuis son retour du pays du soleil, elle n'avait plus du tout reçu de signe de cette chose.

Dans tous les cas, c'était un pari risqué d'utiliser cette chose, bien que cela lui permettrait de se débarrasser de cette reine sans forcer et sûrement de « survivre » à son état actuel. Mais survivre en monstre ? C'était hors de question pour Iris. Si c'était pour devenir quelque chose d'encore plus dangereux pour Julia que cette reine ou ce Nirvana, alors c'était une solution à oublier.

- Que dois-je faire... ? Si seulement j'étais plus forte... Oui... juste un peu...

Tandis qu'Iris était toujours allongée dans la même position, en pensant à son désir soudain de pouvoir, quelque chose semblait s'emparer de son esprit. C'était psychologique, mais une soudaine impression fit réagir instantanément la mercenaire. Après avoir comme perdu ses esprits une fraction de seconde, comme hypnotisé par son propre subconscient, elle secoua la tête. Pour le coup, elle s'était redressée, en tailleur sur le lit, légèrement secouée. Une surprise qui n'allait pas aller en s'améliorant, lorsqu'elle aperçut sur son bras droit des glyphes commençant à l'envahir. Cela réveilla d'ailleurs Julia, qui était néanmoins toujours entre le monde des vivants et celui des songes.

- Huum... un problème... ?

- N-non, ce n'est rien, j'ai cru voir quelque chose au plafond, héhé...

- Awn... okay...

La jeune adolescente, tellement claquée, retourna dans les bras de Morphée aussi vite qu'elle en était sortie. Sur le coup, Iris enviait presque Julia, de pouvoir dormir aussi facilement. De toute façon, elle regarda l'heure sur l'horloge juste en face du lit, et venait de se rappeler qu'elle avait rendez-vous avec Scylla et ce chef du village, Shuujaku, ce matin, afin de discuter du plan. Donc même si elle souhaitait essayer de dormir, c'était trop tard. C'est donc ainsi qu'elle s'habilla de sa tenue habituelle, en y ajoutant un bandage sur le bras droit, afin de cacher les glyphes, et se rendit au lieu de rendez-vous, dans la demeure de ce chef ninja.


* * *

Iris arriva assez rapidement sur les lieux, presque en même temps que Scylla d'ailleurs, et fut invitée avec cette dernière, à rejoindre le tatami et de s'y poser tranquillement, afin de discuter. C'est donc maintenant les trois personnes installées, qu'il était temps de commencer. Sans perdre de temps, après une rapide salutation, ce Shuujaku expliqua qu'une flotte de plusieurs vaisseaux était prête pour accueillir ce village, ainsi que les elfes un peu plus tard. Mais la partie intéressante arriva enfin, lorsque le ninja commença à raconter ce qu'il savait au sujet de cette reine lunaire. Pour commencer, fait intéressant, ce dernier avait déjà croisé le fer avec cette dernière, bien que cela se solda par un échec, ainsi que d'une très mauvaise nouvelle. Cette reine semblait pouvoir se dédoubler, littéralement. Iris commençait à réfléchir à ce fait, tout en continuant de suivre légèrement absente la discussion. La deuxième particularité semblait être sa capacité à se lier par le sang à son adversaire. Cela avait pour effet logique de blesser l'agresseur, en cas de blessure sur le lanceur de la technique, en plus de le soigner. Bien que de l'aveu d'Iris, cela devait avoir une limite, et cette limite devait être la nature de la cible de la technique, ainsi que de son Eldrit. Si actuellement le plus gros problème était le fait qu'elle puisse se dédoubler, cette technique du sang était bien moins inquiétante sur le coup. Au moins, c'était quelque chose qui avait pas mal de faiblesses, dont la mercenaire avait déjà quelques idées. Bref, après ce début d'explication, la situation était délicate, c'était le cas de le dire. Le plus gros souci étant surtout, encore une fois, cette capacité à se « cloner ».

Cela ne faisait cependant pas frissonner Iris, ni Scylla, qui d'ailleurs commençait à être absente, tout comme la mercenaire, qui elle, c'était depuis le début de cette conversation. Sauf que d'un coup, la valkyrie quitta en s'excusant la salle, laissant Iris et Shuujaku dans l'interrogation. Un moment qu'utilisa ce ninja, pour s'adresser à la Testarossa. En particulier sur ses capacités, ainsi que ce qu'elle peut apporter face à Azelia. De son côté, Shuujaku expliqua pour montrer l'exemple son pouvoir. Pour cela, il avait invoqué une petite flamme d'un noir intense, suivie par des explications à ce sujet. Ce que retint la mercenaire, c'était que le pouvoir de ce type, avait un effet similaire à ses propres capacités. Ce qui était loin d'être quelque chose d'optimiser, dans un groupe. Dans tous les cas, après l'explication du ninja, Iris prit à son tour la parole, afin de répondre aux interrogations de ce dernier. Mais sa voix, ainsi que son air étaient toujours aussi neutres, donnant presque l'impression que tout cela lui faisait ni chaud ni froid. Bien que ce n'était pas le cas, évidemment, mais l'état actuel de la mercenaire la rendant fortement pensive, donnant l'impression d'être ailleurs.

- Mon pouvoir principal se trouve être mon katana qui se trouve à ma taille. Je ne sais pas utiliser de magie, ni autres tours de passe-passe... Cependant, via mon katana, je peux traverser tout comme toi, la défense de mes adversaires sans forcer. Je possède également une protection corporelle invisible constituée d'Eldrit, mais dépendante de mon état... Mais dans les faits, elle me protège intégralement, comme ce sang noir. Si cette reine veut me blesser, elle devra y aller fort. Néanmoins, que ce soit ta technique ou la mienne, si on ne résout pas le souci de cette reproduction du cauchemar, cela ne sera pas vraiment utile de servir de bouclier ou d'épée... Mais, dans le cas où on arrive à l'empêcher de « revenir », je pense être la plus indiquée dans ce groupe, pour toucher cette reine. Si je ne maîtrise pas de magie, j'excelle cependant dans la vitesse et la précision. Si je dois lancer un assaut décisif, peu importe la puissance de cette reine, elle ne sera pas capable de me suivre. Donc si on trouve une ouverture, je peux lui transpercer le cœur avant même qu'elle ne puisse réagir...

… Mais ça, c'est uniquement si c'est utile de lui transpercer le cœur ou la décapiter, hum ? Et plus je pousse loin dans mes capacités, plus je faiblirais. Ma vitesse dépend tout comme mon bouclier, de mon état. Que ce soit pour l'un ou l'autre, je peux aller jusqu'à quintupler leurs effets, mais en échange de beaucoup d'Eldrit... Cependant, cela doit s'appliquer également pour notre adversaire, non ? Peu importe comment elle fait son tour de passe-passe, que ce soit cette technique, ou ce lien du sang, cela doit forcément lui consommer en ressources. Donc, son dédoublement a forcément une limite. En partant de ce principe, elle ne devrait pas être apte à l'utiliser plusieurs fois dans un seul combat... Quant à ce lien du sang, je doute qu'elle l'utilise sur moi ou Scylla. Je ne sais pas comment le dire, mais je suis certaine que cela ne fonctionnera pas sur nous. Et cela grâce à notre Eldrit. Quoique, Scylla possède une moitié d'ici, mais moi, dans tous les cas, je pense y être insensible. Ce qui appuie d'ailleurs un peu plus mon idée que je sois celle qui lui fasse mal. Ce lien risque de te tuer, et pour Scylla, je ne peux rien garantir, donc au lieu de prendre des risques inutiles, autant utiliser cet avantage...

Après cette réponse, et cet échange avec le ninja, Scylla refit son apparition. Sauf qu'elle semblait pour le moins enthousiaste, soudainement. Et cela, pour une raison toute simple, mais qui pouvait paraître totalement folle. Folle, car elle expliqua que la solution qui venait illuminer son chemin, lui venait... de son double intérieur. Cela étonnant grandement le ninja, mais pas du tout Iris, qui avait déjà aperçu ce « double » lors de la bataille du soleil. Et bien qu'elle ne se doutait pas que cela semblât porter le nom de Théos et que ce soit un truc de gardien, cela revenait au même, c'était similaire à ce qu'avait la mercenaire. Ou peut-être pas du tout, mais pour l'instant, cela lui semblait similaire. Donc aucune surprise quant au fait que ce Théos lui parle et lui révèle des informations. Bien que sur le coup, elle enviait presque la valkyrie, que son alter n'essaye pas de la tuer, elle. Quoi qu'il en soit, pour ce qui est de la technique de « clonage » de la reine, Iris avait vu juste, elle n'allait pas pouvoir en profiter lors de ce combat. Et ce, pour une raison se rapprochant beaucoup de ce que venait de proposer Iris à Shuujaku, comme théorie. Sauf que pour le coup, c'était l'âme, et non l'Eldrit. Dans tous les cas, c'était une bonne nouvelle, car sans cette technique, il y avait bien plus de chance d'en finir rapidement, sans devoir tuer plusieurs versions de cette reine. Enfin, elle conclut en citant une « technique » miracle qu'elle avait appris récemment, et qui pouvait détruire l'esprit de cette reine, pour en finir.

Bref, si la valkyrie semblait confiante, ainsi que ce ninja, ce n'était pas le cas de la Testarossa, qui restait toujours assez froide. Elle ne partagea pas du tout la confiance de sa partenaire, et pour la bonne raison, que c'était trop facile. Elle ne pouvait pas l'expliquer, mais tout bien réfléchi, cet « alter » restait une chose mystérieuse, à laquelle elle ne ferait pas confiance, tout comme son propre alter. De plus, ce rapide échange entre la mercenaire et cette reine lunaire au pays du soleil, la perturbait. Non pas parce qu'elle était puissante ou autre, mais, car elle était sûre d'elle. Lors de cet échange, cette Azelia a invité en connaissance de cause, cette dernière. Pour Iris, c'était clair que cette succube était prête à faire face à deux êtres immortels. Elle espérait qu'elle se trompe, bien sûr, et que ce plan fonctionne. Mais pour la mercenaire, c'était impossible que cette reine lunaire fasse une « erreur » et laisse quelque chose comme cela au hasard. Néanmoins, elle se cacha bien de faire part de ses doutes, ne voulant pas casser le nouvel élan de la valkyrie, et de ce ninja fort sympathique. C'est donc après cet échange, que le chef ninja tira sa révérence, et laissa les deux femmes en faire de même. C'est donc dans l'intention d'aller voir Julia pour la dernière fois avant cette bataille, qu'elle sortit de la demeure afin de se rendre dans sa chambre. Sauf qu'a la sortie, elle fut interpellée par Scylla, qui venait prendre de ses nouvelles. Après tout, la mercenaire semblait assez morne hier soir, avant leur séparation pour la nuit. Cependant, elle ne savait pas réellement quoi répondre, car la vérité était que bien qu'elle eût envie de survivre, elle savait que c'était impossible. C'est donc après une rapide réflexion, qu'elle répondit à sa partenaire, d'une voix assez neutre.

- … Ça va... Je vois les choses sous un angle différent. Je ne vois toujours aucun avenir pour moi, cependant, même avec toute la volonté du monde. Je sais qu'en participant à cette bataille, je n'en reviendrais pas...

Iris déroula le bandage qu'elle avait depuis ce matin autour du bras droit, et révéla à la valkyrie ce dernier. Celui-ci était recouvert de glyphes rougeoyants, comme tatoué à l'encre noire, tandis que son bras était lui aussi teinté.

- … Sache que j'ai apprécié tes paroles, hier, tu m'as ouvert les yeux sur beaucoup de choses. Mais il faut savoir accepter la réalité, parfois, et savoir quand le combat est perdu... Mais ne t'inquiète pas, je vais bien, car grâce à toi, et Julia, j'ai enfin trouvé mes réponses. J'ai enfin trouvé une raison de me battre... Si ce que tu veux entendre, c'est est-ce que j'ai de nouveau l'espoir ? Je te répondrais donc oui. Je n'y crois pas une seconde, mais le fait que Julia croit en moi, me suffit pour espérer... Je suis censée être une « déesse immortelle » à ses yeux rêveurs. Je serais une piètre déesse, si je ne faisais pas tout pour la revoir, non ?

Pour ses derniers mots, la mercenaire esquissa un sourire amusé. Il était évident qu'elle se savait condamnée, et que cette idée n'allait pas lui sortir de la tête. Et avec les effets sur son corps de plus en prononcé, il fallait être réaliste, il était sûrement trop tard, pour tenter un traitement, ou quelque chose, même sur Légendia. Quelque chose était en train de tuer la jeune femme, et cela allait certainement s'accélérer avec la prochaine bataille. Cependant, comparée à la soirée d'hier, ce matin, elle semblait plus le prendre avec fatalité, mais avec espoir. Au fond d'elle, il y avait une flamme qui brûlait, et qui se battait pour trouver une solution...
Revenir en haut Aller en bas
Scylla
Capitaine
Capitaine
Scylla

Messages : 309
Date d'inscription : 29/12/2013

Un ultime répit Empty
MessageSujet: Re: Un ultime répit   Un ultime répit Icon_minitimeMar 11 Juin - 22:09

Scylla cherchait à mesurer l'état mental d'Iris avant de partir en guerre. Car selon Scylla, ce qu'elle vit hier soir n'était pas favorable pour quelqu'un qui avait l'intention de tuer la reine d'un pays. Avec son état d'esprit, Iris était déjà morte face à Azelia, peu importe le soutien qu'elle allait recevoir. Ainsi, Scylla avait tenté de la raisonner et maintenant, elle voulut s'assurer de ce qu'Iris avait retenu de ses paroles. Cependant, la mercenaire ne semblait pas vraiment avoir repris espoir et était toujours persuadée de mourir en ces prochains jours. Et pour donner davantage d'appui à ses paroles, elle décida de retirer ses curieux bandages. Et Scylla vit des glyphes rougeoyants être totalement tatoués sur son bras. Ce qui signifie que les choses avaient empirées en l'espace d'une nuit, prouvant qu'Iris n'exagérait pas et que quelque chose se développait à toute vitesse chez elle. Cependant, pour Scylla, cela ne prouvait pas grand chose. Iris était toujours debout, capable de parler et de marcher. De plus, la valkyrie se souvenait parfaitement que la mercenaire ne semblait pas totalement sûre d'elle sur la véritable nature de son mal. Bref, tant que la mercenaire était debout, Scylla considérait qu'il restait un espoir, mais même les paroles suivantes d'Iris, qui semblait néanmoins un peu plus positives, ne parvenaient pas à convaincre Scylla. Iris avait beau dire qu'elle espérait grâce à Julia, elle doutait réellement qu'Iris se voit avoir un avenir après ce noyau lunaire. Bien sûr, Scylla n'était pas naïve et savait pertinemment que les choses allaient être compliquées pour Iris, et rien ne garantissait que sur Legendia, ses sœurs d'armes allaient trouver la nature de son mal et la guérir. Si seulement elle pouvait l'amener maintenant vers les valkyries, mais maintenant, c'est trop tard. La bataille n'allait pas attendre Iris désormais. Il fallait donc que Scylla trouve un moyen d'améliorer davantage le mental d'Iris, et si les paroles n'avaient pas grand effet, alors, une seconde tentative était de rigueur: utiliser la magie et Scylla, récemment, en avait à revendre.

C'est donc sans prévenir que Scylla fit briller son propre glyphe sur la main. Comme Scylla avait les bras à nus, Iris pouvait donc voir les propres tatouages sur ces mêmes bras chez la valkyrie. Très vite, le glyphe se mit à prendre la forme de plusieurs lierres tout le long du bras. Elle tendit ensuite le bras vers Iris, tandis que la valkyrie brillait de milles feux. Une douce chaleur, soudainement, pouvait parcourir le corps d'Iris, et si cela fonctionnait, lui procurer une sensation de bien-être. L'atmosphère chez les deux femmes devenait tellement vivifiante et réchauffant, que la neige sous les pieds des deux femmes se mit à fondre, pour faire place à un champ d'herbe printanier. C'était presque comme si Scylla pouvait gérer le climat et la nature, un peu comme Eloraell, sauf que l'une étant une Nirvit et l'autre une elfe, il y'avait forcément une différence. La lumière autour des deux femmes devint tellement dense, que bientôt, le village Hajinmon allait remarquer que quelque chose d'incroyable se tramait devant la demeure du chef. Le rite enfin fini, Scylla fixa Iris avec des yeux pleins de courage et d'espoir, bien qu'aucun sourire n'était visible car la valkyrie gardait son sérieux pour discuter une ultime fois avec Iris.


- Je viens de t'insuffler de l'Eldrit provenant directement du Valhalla, source principale d'énergie sur Atrium. C'est cet Eldrit là qui permet à ce monde de rester en vie et de préserver la pureté de l'air environnant. Et c'est également celle-ci qui m'a maintenu en vie depuis si longtemps. Je ne suis pas dupe, Iris, je sais que moi aussi, quelque chose est en train de me ronger. Je le ressens à chaque fois que je suis triste ou en colère, qu'un certain mal cherche à m'éradiquer. Et l'intervention d'Azelia me l'a confirmé. Mais je sais, au fond de moi-même, que cet attribut spirituel du Valhalla me protège et m'empêche d'être consumé. C'est cette énergie qui a donné vie à Atrium qui m'a également permis de garder mon souffle intact quand j'ai failli mourir à cause de Seto. Bref, on dit que l'Eldrit n'est pas seulement une énergie permettant de jeter des sorts, mais c'est également le symbole de toute vie sur la création toute entière. En somme, je t'ai donc offert de l'énergie vitale supplémentaire, te donnant également un léger boost de puissance. Fais-en bon usage, Iris, car j'ai du me servir chez mon alter pour te redonner espoir…

… bien entendu, je ne suis pas naïve, Iris. Mon lien avec l'esprit absolu d'Atrium ne m'a pas donné les chevilles qui enflent et je sais que je ne peux effectuer un miracle te concernant. Tu es maîtresse de ton corps, tu sais bien plus que moi ce qui te fait du mal. Je n'ai pas le pouvoir de détruire la moindre forme de corruption spirituelle, je peux simplement balancer le blanc avec le noir, la lumière et les ténèbres et l'Alpha avec l'Omega. Je cherche simplement à te maintenir en vie suffisamment longtemps, afin que j'honore les mêmes paroles que j'aies entendu alors que tout espoir avait abandonné mon corps: "Ce n'est pas la fin de ta quête, Iris"...

… bref, j'ai simplement stabilisé ton énergie vitale pour qu'elle reprenne le dessus face à ce mal qui te ronge. Cependant, fais moi plaisir et ne force pas trop, d'accord ? Même si tout semble désespéré face à Azelia, c'est à moi d'utiliser la totalité de mon pouvoir, quitte à me sacrifier. Cette guerre, c'est ma seule existence qui en est l'enjeu. Azelia ne s'intéresse qu'à moi, elle me désire, et c'est pour m'obtenir qu'elle fait tout ça. J'en suis persuadée. Alors c'est à moi d'en finir avec cette entité du malin. Toi, tu es importante dans le cœur d'une adolescente, et ça, il y a des moments où c'est bien plus riche que d'être la gardienne de ce monde. Alors ne te force pas trop. Si tu as compris, nous nous reverrons au point de rendez-vous. A plus tard, Iris.


Scylla avait donc donné un souffle supplémentaire à Iris pour qu'elle tienne au moins cette bataille. Enfin, c'est ce qu'elle espérait. Elle venait d'utiliser l'Eldrit de son Theos, donc celui du Valhalla, pour la première fois. Iris était donc un sujet de test sur le coup, même si Scylla voulait vraiment qu'Iris survive. Elle le méritait, pour avoir ralenti sa haine de la race mortelle afin de se lier d'amitié avec l'une d'entre elles. Elle se mit dans un coin pour se changer et passer de son hakama d'entraînement à son armure de base, puis récupéra Law et Kula pour se diriger vers le point de rendez-vous.

***

Le groupe ayant rejoint comme convenu la côte Ouest, Scylla et ses pairs purent observer un spectacle intéressant. Depuis les océans, une flotte d'une centaine de navires rejoignit cette même côte. En vue des drapeaux, ils provenaient de trois pays différents: le soleil, l'eau et le désert. Scylla était surprise de voir autant de navires solaires car l'armée avait pris un sacré coup de fusil lors de la précédente bataille. Mais elle avait oublié que l'armée solaire recouvrait toutes les parties du territoire, et pas seulement la capitale. Ainsi, en comptant cette armée et les deux autres, il devait y'avoir au moins des milliers et des milliers de soldats. Cela pouvait faire plaisir de voir autant de soldats se battre pour la même cause ensemble, mais cela attristait surtout la valkyrie de se dire que parmi ces soldats, de très nombreux parmi eux allaient probablement connaître une mort atroce. Mais c'était le rêve d'Eloraell de voir une telle alliance, et la valkyrie ne voulait pas briser ce désir chez l'elfe. Sur le moment, elle ne comptait même pas la grande partie des Hajinmon qui attendaient derrière elle que les navires accostent pour monter à bord. Elle se retourna néanmoins lorsqu'elle entendit la voix de Shuu l'interpeller.

- Ah, mes amis. Je me permets de vous présenter le groupe que j'ai invité pour se battre à nos côtés. Cette femme aux beaux cheveux flamboyants est Scylla, ma meilleure amie. A ses côtés, si je ne me trompe, il y'a Kula et Law, et ici, les deux jeunes demoiselles aux cheveux roses se nomment Iris et Julia. Sachez que si l'on ne compte pas la jeune demoiselle juste ici, ces quatre personnes ont survécus à l'invasion solaire et sont responsables de la défaite des dragons blancs. Cela, en soit, est une preuve indéniable de leurs capacités hors normes. J'espère que vous saurez collaborer avec eux jusqu'au bout, mes amis.

Shuujaku avait dit cela à ses chefs d'unités, tels qu'Itachi, Taki ou Sheena. Scylla salua les Hajinmon tel qu'elle l'avait lu dans un livre: En inclinant le buste en avant. Law, lui, fixa froidement l'homme aux sharingans, tandis que Kula plongea sa vue dans un autre sharingan, celui d'un homme qu'elle avait eu le plaisir de rencontrer au festival, le bien sympathique Kakashi. D'ailleurs, elle lui adressa un discret petit salut vers l'homme en question. Après ces rapides échanges, Scylla vit le groupe repartir, l'air mélancolique.

- Ils ont l'air fort sympathiques. J'avais lu dans mes ouvrages que les ninjas sont froids, discrets et meurtriers. Difficile de me dire que ces hommes et femmes ont peu de chance de s'en sortir dans ce noyau lunaire.

- Oh mon dieu ! Oui ! C'est pas croyable !

Scylla tourna les yeux pour voir ce qui excitait soudainement Law. Et en fixant le ciel, elle vit un navire aérien qu'elle reconnut tout de suite: "Le Storm Eagle", le vaisseau que Law n'avait plus vu depuis deux semaines, car emporté par l'armée solaire. Scylla était rassurée pour Law, et aussi en se disant qu'elle préférait la voie des airs que celui des mers, non pas qu'elle avait le mal de mer. Kula, en voyant Law tout sourire, gonfla des joues, l'air vexée.

- Quelque chose ne va pas ?

- Ca fait deux semaines que j'ai essayé de lui redonner la pêche, et il a fallu qu'il revoit ce navire pour qu'il soit à nouveau heureux. Si il l'aime tant que ça, il a qu'a se marier avec, hmpf.

- Oh, je t'en prie, Kula, c'est pas le moment...

Une fois que tous les navires atteignirent la terre ferme, il était temps de partir vers le pays de la forêt, lieu de rendez-vous de toutes les armées, étant donné que c'est Eloraell qui préside l'alliance de la Yokume. C'était également dans ce territoire que les réfugiés allaient pouvoir séjourner. Alors que les ninjas grimpèrent sur les différents navires qui naviguaient par la voie maritime, Scylla, Law, Kula et bien évidemment Iris et Julia, embarquèrent sur le Storm Eagle, là où Law allait pouvoir se donner à cœur joie avec le gouvernail.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Un ultime répit Empty
MessageSujet: Re: Un ultime répit   Un ultime répit Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Un ultime répit
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rayon arme
» Présentation d'Ereinion
» Présentation - Ichigo Kurosaki [Terminé || Phase de Relecture]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de la montagne :: Le village Hajinmon-
Sauter vers: