La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Un avenir difficile

Aller en bas 
AuteurMessage
Iris
Mercenaire
Mercenaire
Iris

Messages : 47
Date d'inscription : 01/09/2016

Un avenir difficile Empty
MessageSujet: Un avenir difficile   Un avenir difficile Icon_minitimeJeu 21 Mar - 22:43

Après une séparation provisoire du petit groupe, afin de profiter au mieux du festival, Iris et Julia se retrouvèrent donc en tête à tête de leur côté. Les deux femmes profitèrent donc du festival, en attendant de retrouver le reste du groupe dans une petite heure. Du moins, elles devraient en profiter, car bien qu'elles parcourussent les attractions, ni l'une ni l'autre ne semblaient réellement en profiter. Iris était tellement pensive, qu'elle se contentait de suivre Julia dans les allées du festival tel un pantin, tandis que la jeune fille, de son côté semblait se forcer à sourire. Pour le coup, bien qu'il ne s'était rien passé, on aurait presque dit qu'il y avait un froid entre les deux filles, tellement elles ne se parlaient pas. Tandis qu'elles sont d'habitude extraverties entre elles, là, c'était le silence total. Un silence que brisa finalement Iris, au bout d'un moment, en s'adressant à sa petite sœur de cœur.

- Julia, lança Iris, d'un ton hésitant, ça te dit qu'on aille se balader un peu à l'extérieur du festival ? J'ai vu un endroit sympa tout à l'heure en survolant la forêt. Ce n'est pas très loin d'ici... et je me disais qu'on pourrait peut-être s'isoler un peu... Je ne suis pas très à l'aise avec tous ces gens...

La jeune adolescente semblait étonnée de cette soudaine proposition, mais pas mécontente d'entendre enfin le son de la voix de sa sœur de cœur. Elle répondit donc par l'affirmative, savant parfaitement que sa partenaire n'aimait guère les gens, et n'était guère à l'aise quand il y a trop de monde, sans avoir besoin de le préciser.

- Oui, si tu veux. C'est vrai qu'il y a du monde... Dans ce cas, je te suis !

C'est donc ainsi que les deux jeunes femmes sortirent du festival, pour se rendre dans la forêt adjacente. Heureusement, Iris semblait savoir où elle allait, et rapidement, elles arrivèrent devant une petite colline qu'elles escaladèrent. Une fois au sommet, une vue magnifique de la forêt, illuminé par les étoiles, s'offrait aux filles. Julia ne perdit pas de temps pour montrer son émerveillement, quant à la scène devant ses yeux, qui venaient de retrouver leur brillance.

- Wouah ! C'est super beau ! Tu avais raison, c'est super sympa ! Tu as réussi à voir cet endroit du faucon ? Attends, tu n'avais pas les yeux fermés ?

- Hum, hésita la mercenaire, heu...

- Haha, j'ai compris, tu viens de trouver cet endroit au hasard, hein ?

- Je l'admets... je cherchais juste un endroit sympa à l'extérieur du festival en vrai, Julia.

- Hihi, semblait amuser l'adolescente, on a eu de la chance alors, car cet endroit est super joli !

Les deux femmes décidèrent donc de s'installer dans l'herbe, commençant à observer les étoiles, qui en cette soirée étaient bien visibles, grâce à un ciel dégagé. C'est donc actuellement installé, que le silence fut de nouveau brisé par Iris, qui s'adressait de nouveau à Julia. Mais cette fois, sa voix était sérieuse, d'un ton déterminé.

- Julia, je peux te poser une question ?

- Hum ? Bien sûr, Iris, je t'écoute.

- D'accord... Pour dire vrai, je pensais que tu allais te confier de toi-même, mais j'ai bien compris que si je ne te pose pas la question, je n'aurai jamais de réponse... Alors, voilà, j'aimerais savoir... pourquoi tu sembles avoir abandonné, Julia... ?

- … Hein ? Qu'est-ce que tu veux dire... ? Je vais très bien !

- Ça va, Julia, arrête... Je ne suis pas aveugle, je le vois bien que tu ne vas pas bien... Tu as beau cacher ça derrière un masque, moi, je vois très bien à travers. Car, moi-même j'en porte constamment un de masque... Alors, dis-moi, Julia, qu'est-ce qui t'empêche d'avancer ? Pourquoi tu ne sembles entrevoir aucun avenir ? C'est de ma faute... ? Dis-le moi, Julia...

La jeune fille resta silencieuse, après les paroles de la mercenaire. Elle laissa son regard dans les étoiles, silencieuse, sans plus rien exprimer émotionnellement cependant. Son regard était vide, en fixant les étoiles. Il était évident que la question d'Iris venait d'atteindre la jeune adolescente. Il fallut une bonne dizaine de secondes, avant que Julia prenne la parole, d'un thon assez mélancolique.

- … Ça n'a rien à voir avec toi, Iris... Au contraire... tu m'apportes tellement de bonheur depuis que je suis avec toi... C'est juste que... c'est...

- C'est quoi, Julia ? Allez, tu peux te confier à moi, tu le sais bien...

La jeune adolescente baissa soudainement la tête, les yeux dirigés vers le sol, d'un air dépité. Au même titre que la voix fébrile avec laquelle elle reprit la parole.

- … C'est juste que... j'ai mal...

À présent, l'adolescente avait la voix tremblante en poursuivant son discours, tandis que les larmes commençaient à couler le long de ses joues.

- J-j'ai tellement mal... c'est t-tellement injuste.... p-pourquoi la vie doit faire aussi mal ? Pourquoi ? Pourquoi avoir des rêves doit faire mal ?! P-pourquoi ? Pourquoi tout le monde m'abandonne toujours ?! Pourquoi elle n'est plus là ? Pourquoi ça aussi la vie me l'a enlevé ?! Pourquoi ?! Qu'est-ce que j'ai fait de mal ?! continuait Julia, cette fois en pleurant à chaudes larmes. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Ça fait si mal ! Pourquoi ça doit faire si mal ?! Je veux juste que ça s'arrête ! Je ne veux plus avoir mal ! C'est injuste ! Injuste ! Je ne veux pas d'un avenir dans ce monde qui fait si mal ! Je... Je...

La jeune adolescente déballait ses paroles sans se contrôler, elle vidait enfin son sac, mais c'était bien plus grave que ce que pensait Iris. Bien qu'elle ne comprenait absolument rien à ce que voulait dire Julia, avec ce débit de plaintes, la chose claire, était qu'elle souffrait. Elle souffrait énormément. Iris n'avait pas besoin de comprendre ce que voulait dire cette fille, pour sentir à travers ses paroles et ses larmes, la douleur qui habitait cette dernière. Une douleur qui foudroyait littéralement le cœur de la mercenaire, en voyant cette fille aussi jeune, et souffrant déjà bien trop de sa courte vie. Dans tous les cas, Iris décida de faire cesser tout cela, jugeant qu'elle en avait bien assez entendu. Elle fit la seule chose qui rassurait toujours la jeune adolescente depuis le début : la prendre dans ses bras.

- Arrête, Julia ! Arrête... c'est bon, tu peux arrêter...

- J-j'ai si mal...

- Ç-ça va, Julia, j-je suis là, c-calme-toi, essaya de rassurer la mercenaire, tout en ayant à son tour les larmes aux yeux, déchirer de voir cette fille dans cet état, arrête, maintenant... J-j'ignore ce que tu as réellement vécu... mais ce dont je suis certaine... c'est que tu n'as absolument rien fait de mal, Julia...

Plusieurs minutes s'écoulèrent, tandis qu'Iris essayait de calmer la jeune adolescente, qui semblait inconsolable cette fois. Mais heureusement, les bras de la mercenaire firent effet au bout d'un moment. C'est donc Julia de nouveau stable, qu'Iris reprit la parole doucement, d'une voix se voulant rassurante.

- Ça va mieux, Julia ?

- Hum, acquiesça la jeune adolescente, désolé...

- Non, c'est moi qui suis désolé, Julia. J-je n'aurais pas dû te forcer à me parler...

La jeune fille, toujours dans les bras de sa sœur de cœur, resserra son étreinte, en voyant cette dernière commençant à culpabiliser.

- N-non, tu n'as rien fait de mal ! J-je ne veux pas que tu croies ça...

- D'accord, d'accord, Julia, répondit Iris, d'un ton compréhensif, mais ne te force pas à me parler, si tu ne te sens pas prête, hum ?

- … Iris... ?

- Oui ?

- E-est-ce que la douleur disparaît... un jour... ?

Sans vraiment avoir besoin de connaître ce qui faisait tant de mal à Julia, Iris se doutait de quel genre de douleur il s'agissait. La jeune adolescente voulait certainement parler de la douleur de la perte de personnes chères. Cela lui paraissait évident de toute façon, rien qu'avec les paroles de Julia, qui avait dans sa complainte, fait référence à une personne qui était partie. Iris pensait d'ailleurs qu'il s'agissait du père de cette dernière, mais la jeune adolescente avait parlé au féminin, pour désigner cette personne. Serait-ce donc sa mère ? Encore une fois, peu de chance, car elle ne l'a pas connu, se souvenait, Iris. Dans tous les cas, elle ne forcera pas l'adolescente à en dire plus, si elle ne le voulait pas. Elle avait déjà appris l'essentiel : Julia souffrait bien de quelque chose qui l'empêche d'avancer. Bien que son ancienne vie ait été balayée lors de cette fameuse nuit, cette dernière continue visiblement de la hanter. Quoi qu'il en soit, Iris se devait de répondre à Julia, quant à cette douleur qu'elle ressent. Cependant, elle ne savait pas réellement quoi répondre à cette jeune fille. Devait-elle mentir et la rassurer ? Ou bien lui dire la vérité ? Le choix, néanmoins, lui paraissait évident, et elle reprit donc la parole, toujours d'un ton calme et rassurant, afin de répondre à la question.

- … Non, Julia, la douleur ne disparaîtra jamais... Elle sera moins douloureuse, plus supportable, mais elle sera toujours là... Cependant, poursuivit la mercenaire, ce n'est pas forcément un mal, Julia.

- … C-comment, ça... ?

- He bien, ce sont les épreuves, qui forgent une personne, Julia. Peu importe qu'on est immortelle ou non, cela est universel. Si je suis si forte et géniale à tes yeux, c'est parce que je me suis servi depuis toute petite de mes craintes, mes pertes, ou encore mes souffrances, pour avancer... Bien sûr que ça fait mal, Julia, mais sers-toi de cette douleur comme d'une force, plutôt que comme une faiblesse... Je ne sais pas ce que tu as vraiment vécu, mais si ça peut t'aider, ma mère, avant de partir, m'a expliqué quelque chose...

Iris se déplaça légèrement, afin de faire face à Julia, se libérant de son étreinte par la même occasion. Puis, elle approcha sa main de la poitrine de la jeune fille, tout en reprenant la parole.

- Elle m'a dit : que peu importe la douleur de la séparation, elle sera toujours là, raconta la mercenaire, en posant sa main sur le cœur de Julia, et que tant qu'elle sera là, alors elle ne sera jamais loin... Tu sais, j'ignore si ma mère est encore vivante depuis le temps, mais cela ne m'empêche pas de la sentir, dans mon cœur. Peu importe ce qu'elle est devenue, j'aurais toujours son visage, et mes moments passés avec elle, dans mon cœur. Et cela, c'est valable pour toi aussi, Julia... Que ce soit ton père, ou cette personne que tu as cité, ou encore... moi, on sera toujours à tes côtés, il suffit simplement que tu y croies... Et c'est en te servant de cette chaleur, que la douleur sera supportable. Ce que j'essaye de t'expliquer, Julia, c'est que tu ne dois pas abandonner, et de continuer à croire en tes rêves, ne serait-ce que pour ceux qui habitent ton petit cœur... Ton père, ou encore moi, on aspire à un avenir pour toi, Julia... Demain, je vais aller me mêler d'une bataille qui ne me concerne pas, uniquement pour que tu puisses avoir un avenir... Je veux t'offrir un avenir, comme tu l'as fait pour moi, sans même que tu t'en rendes compte... Tu es forte, Julia, tu me l'as prouvé à de nombreuses reprises. Je suis certaine qu'une fille aussi forte que toi, qui a déjà connu le désespoir, et qui en est sortie, ne peut que réussir...

- Iris...

- Tu sais quoi, Julia ? Je ne veux pas qu'on gâche cette soirée. Je veux profiter de ce festival avec toi, rigoler, m'amuser, comme tu m'as appris à le faire... Je ne veux pas qu'on pense à demain, ou à l'avenir ce soir. Je veux simplement te voir sourire. Je veux voir ce sourire qui me fait tant de bien, Julia...

Julia observait intensément sa sœur de cœur, les yeux de ces dernières se perdants l'un dans l'autre, tandis qu'Iris esquissait un magnifique sourire réconfortant. Julia ne savait pas quoi répondre, ni comment réagir à tout ce que venait de raconter la mercenaire. Mais ce dont elle était certaine, c'était qu'à cet instant, la douleur s'était estompée. Elle ressentait de nouveau quelque chose dans sa poitrine, mais ce n'était plus douloureux, mais réconfortant. Elle n'avait qu'une seule pensée, en observant sa sœur de cœur dans les yeux. Une seule et unique émotion lui traversait le cœur et l'esprit, et cela était l'amour. L'amour qu'elle ressentait pour cette femme devant elle à cet instant. Une amie, une mère, une sœur, peu importe ce qu'elle représentait, elle l'aimait plus que tout, et c'était tout ce qui comptait pour Julia. C'est donc ainsi, qu'après un long échange de regards, la jeune adolescente esquissa à son tour un sourire, et replongea dans les bras de la Testarossa. Sauf que cette fois, ce n'était pas par peine, mais pour exprimer à quel point elle était heureuse.

- Hum hum, ria la mercenaire, je préfère ça, Julia.

- Merci, Iris...

- Merci à toi, Julia, merci à toi...

Finalement, Iris jugea que ce soir n'était pas du tout le bon moment pour rentrer dans les détails de ce qui bloquait Julia. Mais cela n'était pas que pour le bien de Julia, mais également pour son propre intérêt. Iris savait que la bataille qui s'annonce allait être éprouvante et difficile, et qu'elle aura besoin de son esprit à 100 %. Il était donc préférable qu'en cette soirée, elle en profite, au lieu de gâcher cette soirée qu'elle peut passer avec Julia, et ce petit groupe, pour qui elle a de plus en plus de sympathie. Iris préférait en finir avec tout ça, avant de véritablement parler avec Julia, afin d'être à son tour, concentrée que sur sa petite sœur de cœur. Cela bien sûr, car en cas de victoire, la mercenaire ne comptait pas partir comme une voleuse immédiatement. À présent, elle avait une chose importante à faire ici, qu'elle avait besoin de régler, avant de partir l'esprit libre. Et il s'agissait bien sûr de Julia. Elle refusait d'abandonner cette dernière, sans avoir au préalable, réussi à lui redonner, ne serait-ce que l'envie de profiter de la vie qu'elle lui a offerte, en la sauvant cette nuit-là... Mais en attendant, c'était l'heure de faire la fête, et se libérer l'esprit. C'est donc après un dernier câlin, qu'Iris se releva, puis tendit sa main vers Julia encore au sol, tout en esquissant un sourire motivant.

- On y va, Julia ?

Julia restait quelques secondes hésitantes, en observant la main tendue de sa sœur. C'était comme si ce geste lui remémorait un souvenir, un souvenir magnifique qui avait changé sa vie déjà à l'époque...

- Hum !

La jeune adolescente ne perdit plus une seconde de plus, et attrapa la main de sa sœur, tout en souriant à son tour. Et c'est tiré par Iris cette fois, comme un rôle qui s'échange, que les deux femmes retournèrent profiter du festival...
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Mercenaire
Mercenaire
Iris

Messages : 47
Date d'inscription : 01/09/2016

Un avenir difficile Empty
MessageSujet: Re: Un avenir difficile   Un avenir difficile Icon_minitimeDim 7 Avr - 13:33

Finalement, après une courte excursion hors du festival, afin de discuter entre elles, Iris et Julia étaient de nouveau à l'intérieur de ce dernier, cette fois bien décidé à en profiter. Les deux jeunes femmes visitaient donc les stands les uns après les autres. Elles essayèrent à peu près tout ce qu'on trouve comme mini-jeu dans un festival de ce genre. Cela allait du jeu de pêche précédent, en passant par le tir sur ballon, ou cette fois, Iris était complètement naze, comparé à la pêche. Iris et Julia s'arrêtèrent également devant un autre stand qui semblait sortir du lot, en proposant un mini-jeu de réflexion. Il s'agissait de résoudre un puzzle avant la fin du temps imparti. Pour le coup, Julia semblait motivée pour ce jeu. La jeune adolescente se colla donc à l'activité, bien décidée à gagner un lot pour Iris. Ce qu'elle réussit sans même se forcer, d'une facilité venant déconcerter le forain presque vexé. Mais le jeu était le jeu, et Julia offrit donc le lot qu'elle venait de gagner à Iris. Et pour le coup, c'était aussi un masque qu'elle accrocha derrière la tête de sa sœur de cœur. Cependant, si Julia, c'était un masque de chat, pour Iris, elle avait eu droit à un masque de renard. Néanmoins, les lots n'allaient pas s'arrêter là pour ce soir, car cette fois, ce fut Iris qui se chargea du mini-jeu actuel, qui consistait à tester les réflexes d'une personne. Évidemment, ce fut une totale humiliation du jeu que la Testarossa infligea au forain qui lui aussi était sur le cul. En même temps, ces stands étaient prévus pour des enfants et au mieux pour des shinobi pour les plus coriaces mini-jeux, mais certainement pas pour des personnes comme Iris ou autres, bien au-dessus des mortels. Quoi qu'il en soit, cette fois la mercenaire repartie pas avec un petit lot, mais carrément le gros lot bien encombrant. Il s'agissait d'une énorme peluche qui représentait une espèce de chien, portant un foulard ninja.

C'est donc pratiquement caché derrière l'énorme peluche qu'elle devait porter, que Julia suivie Iris dans un petit stand vendant diverses gourmandises. Comme à leurs habitudes, les deux jeunes femmes prirent des rouleaux, comme si c'était devenu un rituel de manger cela entre elles, et en profita pour aller s'asseoir pour se poser un peu.

- Tu pourrais la porter toi-même la peluche, c'est toi qui l'as gagnée quand même !

- Je te l'ai offerte, donc elle est à toi, Julia.

- Tu n'as surtout pas envie de la porter ! Et puis c'est censé être quoi ?!

- Un loup qui se prend pour un ninja ?

- Meh. Ils ont de drôles d'idées les gens d'ici.

Les deux sœurs de cœur se mirent à rires, puis à discuter de choses et d'autres, tandis qu'elles profitaient de leurs rouleaux. C'est d'ailleurs à cet instant, qu'Iris se rendit compte que pour la première fois, elle s'amusait et riait vraiment. Pour la première fois, elle était heureuse, et voudrait que ce moment ne s'arrête jamais. Mais cela lui fit prendre conscience indirectement de son dilemme qui la tourmentait depuis des jours à présent. Il s'agissait de son départ pour Légendia. Iris ne pouvait plus se mentir. Julia avait tout remis en question en ce qui concerne ses envies, ses ambitions, et ce qu'elle voulait vraiment. Bien que cela était toujours incroyable pour la mercenaire qui avait du mal à y croire. Elle ne savait pas réellement ce qu'elle ressentait pour sa jeune protégée. Tout ce qu'elle pouvait dire, c'était qu'elle ressentait plusieurs sentiments différents envers la jeune adolescente. Mais vu qu'elle n'avait jamais vraiment connu ce genre de sentiment, elle était donc assez perdue. La seule chose certaine, c'était qu'elle aimait la présence de Julia à ses côtés, et que l'idée de la quitter, de ne plus voir son sourire, ou entendre sa voix, la terrifiait. Iris avait peur de perdre ce qu'elle venait de découvrir, tout simplement. Mais cela était loin d'être une inquiétude illogique. Après tout, ici, elle venait enfin de trouver son bonheur auprès de cette jeune adolescente. Mais sur Légendia, elle sera seule, avec un avenir incertain, et toujours cette peur de ne pas être à la hauteur du monde qu'elle souhaite rejoindre.

- Iris ? Iris !?

- Hum ? Ho, désolé, Julia, j'étais pensive... Tu disais quelque chose ?

- Je t'ai juste demandé si tu allais finir ton rouleau un jour ? Si tu en veux plus, je veux bien t'aider à le manger !

Sans s'en rendre compte, Iris était tellement absorbée par ses doutes et ses pensées, qu'elle venait d'avoir une absence totale de ce qui l'entourait. C'est donc sortie de ses pensées par Julia, qu'elle lui esquissa de nouveau un sourire, et lui proposa son rouleau, qui semblait faire saliver la jeune adolescente.

- Décidément, tu es une véritable morfale, Julia.

- Héhé, lança Julia, esquissant un sourire semblant mélancolique, j'ai enfin la chance de manger à l'envi, j'en profite, tout simplement...

- Hum, souriait à son tour Iris, en écoutant l'adolescente, dis, Julia, et si on reprenait un rouleau ? Tu viens de me redonner faim, et tu as mangé le mien alors...

- Vendu !

C'est donc après avoir été chercher deux nouveaux rouleaux, qu'Iris retourna aux côtés de Julia, qui semblait cependant également pensive. Il était évident pour Iris que bien que les deux jeunes femmes profitaient de la soirée comme elles se l'étaient promis, il était impossible pour l'une ou l'autre de ne pas penser à leur avenir, ou le passé, pour le cas de Julia. Car la mercenaire était certaine que c'était encore son passif, qui rendait Julia si pensive. Ce passif qui empêchait cette dernière d'avancer et qui semblait l'avoir fragilisée.

- Et voilà, un rouleau aux pommes pour la pensive.

- Hum ? Ho ! J-je n'étais pas du tout pensive ! Et j'avais demandé aux fraises, roh ! Tête en l'air !

- Ha ?! B-bah, tu n'as qu'à manger le mien ! Il est aux fraises !

- Naah ! Je vais prendre celui aux pommes.

- Mais tu ne voulais pas aux fraises ?

- Je m'en fiche, à partir du moment où c'est toi qui me l'as acheté...

- Hum, rougissait soudainement la mercenaire, o-on aura qu'à partager nos rouleaux dans ce cas, si tu veux... !

- Hihi, d'accord !

Maintenant la pause en-cas terminé, il était presque temps de se rendre au point de rendez-vous. Car mine de rien, le temps passe vite quand on s'amuse. Ainsi, au lieu de repartir se perdre dans les allées du festival, Iris et Julia se contentèrent de rester assise sur le banc à attendre, en attendant l'heure du rendez-vous. Un moment que choisi Julia, pour prendre la parole, d'une voix pensive, tout en souriant mélancoliquement.

- Chloe...

- Hum ?

- C'est le nom de celle qui m'a appris à jouer du piano...

- Ho !?

Sur l'instant, Iris était sous le coup de l'étonnement. Elle ne s'attendait pas à ce que Julia lâche du leste sur son histoire en cette soirée. Surtout vu comment ça a terminé il y a environ une heure. Mais là, la jeune adolescente souriait, et sa voix, avec laquelle elle poursuivi, bien que mélancolique, ne laissait transparaître aucune tristesse.

- Tu as raison, Iris, ça fait moins mal... Bien sûr, je suis triste qu'elle ne soit plus là, mais j'ai passé des moments tellement formidable avec elle, que ça me fait moins mal, quand je ne pense qu'à ces moments...

Iris préférait sur le moment ne rien répondre, ni même émettre le moindre son, préférant laisser Julia enfin commencer à se confier.

- Tu sais, en vérité, je n'ai pas vraiment que des mauvais souvenirs, dans les bas-quartiers où j'ai vécu. D'ailleurs, je n'ai pas fini là-bas dès la mort de mon père. J'avais 8 ans, quand avec ma belle-mère, on a fini là-bas. Même elle, avant notre chute, elle était aimante avec moi. Mais ça, c'était avant... Mais j'estime avoir eu de la chance, car seule, je n'aurai jamais survécu dans cet endroit. C'est grâce à Chloe, que j'ai appris à sourire même dans le malheur et la souffrance. Comparée à moi, Chloe est née dans cet endroit. Malgré ça, elle gardait toujours le sourire et la tête pleine de rêves. Tandis que moi, j'étais pessimiste, elle, était toujours optimiste... Elle était certaine qu'un jour, elle sortirait de cet endroit, et réaliserait son rêve de devenir maestro... À force, j'ai fini par aussi avoir des rêves, dont devenir une chevaleresse, comme mon père. On s'était promis, qu'on sortirait de cet endroit, et qu'on réaliserait nos rêves... Mais finalement, elle est morte, et moi, je suis sortie...

… Pour dire vrai, elle savait qu'elle ne sortirait jamais de cet endroit, car Chloe avait une maladie au cœur depuis sa naissance. Cela la rendait souvent très faible, et donc, je la protégeais, comme elle me protégeait du désespoir... C'est pour ça, que je voulais devenir chevaleresse un jour, pour pouvoir la protéger comme se devait de faire un chevalier. Au final, je n'ai pas pu la protéger... C'était naïf, finalement, de penser que je pouvais la protéger même contre sa maladie. Mais j'étais tellement certaine de pouvoir tout accomplir, avec elle à mes côtés, que j'étais persuadée qu'on sortirait d'ici ensemble...

La mercenaire écoutait avec attention la jeune adolescente, et commençait finalement à comprendre ce qui bloquait cette dernière. Julia devait s'en vouloir, d'être sortie des ténèbres, tandis que son amie n'y avait pas survécu. Iris se doutait également que la jeune adolescente s'accusait certainement de ne pas avoir pu protéger cette Chloe. Cela expliquerait pourquoi Julia avait abandonné cette ambition de devenir chevaleresse. Car elle n'avait plus rien à protéger. Même si pour le coup, il devait y avoir autre chose, qui bloque la jeune fille. Mais la Testarossa n'allait pas demander quoi que ce soit ce soir. Elle se contentera de ce que la jeune adolescente lui confiera, et Iris trouvait qu'elle en avait déjà dit beaucoup, et était plutôt fière du courage de Julia de finalement se confier.

- Hihi, souriait Julia, tu sais, elle te ressemblait beaucoup sur certains points, Iris.

- Ha oui ?

- Oui. Elle était courageuse, forte, et avait le don de me faire sourire, comme toi... Je suis certaine que tu l'aurais adoré...

- Hum, j'aurai été heureuse de la rencontrer, et je ne doute pas un seul instant qu'elle était forte. Cependant, tu ne devrais pas te dévaloriser pour autant, Julia. Je suis certaine que tu as apporté à Chloe autant qu'elle t'apportait. Tout comme tu m'apportes bien plus que tu l'imagine, Julia...

Julia ne répondit rien, et se contenta d’acquiescer en souriant timidement. Il était clair pour Iris, que Julia l’idolâtrait, et que même si elle était consciente de son apport à cette dernière, c'était son héroïne, sa sauveuse. Quant à cette Chloe, son départ ne doit pas faire partie d'un passé lointain. Pour Iris, il lui semblait évident au vu de l'état sensible de Julia à ce sujet, qu'elle avait perdu cette amie il n'y a pas si longtemps. Quoi qu'il en soit, la mercenaire comprenait enfin pourquoi l'adolescente avait si peur de perdre sa sauveuse. Actuellement, Iris est la dernière chose à laquelle se raccroche Julia. Il lui paraissait évident à présent qu'elle représentait tout ce que Julia avait perdu. Elle voyait en Iris autant son père que cette Chloe.

- Iris...

- Oui, Julia ?

- Tu ne vas pas mourir, hein ?

La jeune adolescente avait prononcé ces mots d'une voix calme, les yeux fixés vers l'horizon, pensive, comme si c'était plus un vœu, qu'une question qu'elle exprimait. Bien sûr, Iris se doutait depuis le début que Julia avait très bien conscience de ce que s'apprête à faire sa sauveuse, et de la menace qui pèse sur le monde.

- Julia...

-

- Je te le promets, Julia, je ne mourrais pas.

Cette promesse n'était pas que pour rassurer la jeune fille, mais également pour la Testarossa. Bien que l'avenir était incertain, il était hors de question que son existence s'arrête ici. Elle refusait d'échouer maintenant, alors qu'elle a enfin trouvé des raisons de se battre et appris à apprécier la vie. Néanmoins, même si elle n'avait pas plus de craintes que cela, étant plutôt certaine de ses capacités en général, cette fois, c'était différent. Elle sentait que quelque chose n'allait pas dans son état. Encore une fois, elle ne pouvait l'expliquer, mais depuis cette fameuse nuit, son état n'était pas au beau fixe. Et ce n'était pas le moment idéal pour subir ce genre de faiblesse, alors qu'elle s'apprête à aller saluer un adversaire bien plus dangereux que les précédents. Cependant, douter n'était pas une bonne chose non plus, et rajouter cela à l'addition serait dangereux. Il était donc vital qu'Iris reste concentrée et optimiste sur l'avenir.

- Dis, Julia, si on allait au point de rendez-vous ?

- Hum, acquiesça Julia, sans réelle motivation, d'accord.

- Un problème, Julia ?

- N-non... mais j'avoue que j'aurais préféré rester qu'avec toi...

- Hum, souriait la mercenaire, tu déteins sur moi, Julia.

- Ç-ça n'a rien à voir !

- Héhé, allez, je suis certaine que ça va être bien. On s'est bien amusé avec Kula, hier, non ?

- Mouais, mais alors tu portes la peluche !

- Gnnn...

C'est donc ainsi que les deux jeunes femmes se mirent en route en direction du point de rendez-vous, afin de terminer la soirée en compagnie du petit groupe habituel. Bien sûr, même si Julia n'était pas motivée pour cela, Iris se doutait que ce n'était pas parce qu'elle n'appréciait pas la compagnie des autres. Mais c'était sûrement, car pour cette dernière soirée avec sa sœur de cœur, elle aurait préféré la passer uniquement avec cette dernière. Cependant, Iris de son côté, pensait que c'était une bonne chose pour Julia, de terminer la soirée avec le petit groupe. Ce n'était pas qu'elle ne souhaitait pas elle aussi rester seule avec sa protégée, mais pour cette dernière, elle pensait qu'il était important qu'elle apprenne à s'amuser aussi avec les autres. Que ce soit ce groupe, ou à l'avenir au pays de la forêt quand elle y séjournera. Même si elle se doute que les miracles n'existent pas, et que Julia est une fille assez solitaire de base, cela se voit dès le premier coup d'œil. Iris imaginait très bien que c'était surtout cette Chloe qui devait pousser Julia, tout comme la mercenaire aujourd'hui. Quoi qu'il en soit, la décision était prise, et c'est donc la peluche géante dans les bras, qu'Iris se rendit au point de rendez-vous, accompagné de Julia...
Revenir en haut Aller en bas
Scylla
Capitaine
Capitaine
Scylla

Messages : 309
Date d'inscription : 29/12/2013

Un avenir difficile Empty
MessageSujet: Re: Un avenir difficile   Un avenir difficile Icon_minitimeMer 10 Avr - 16:30

23h20. Kula avait déjà rejoint le point de rendez-vous où se trouvait une horloge placée en hauteur, sur la place centrale du festival. Bien qu'il était trop tôt pour rejoindre le reste du groupe afin de profiter du feu d'artifice de fin d'année, Kula ne se voyait pas déambuler dans les allées du festival seule. En effet, Law ayant souhaité être un peu seul, Kula tenta de rechercher les autres, notamment Scylla. Mais sans succès, le festival étant, évidemment, blindé de monde, il était donc aussi difficile de trouver des amis qu'une aiguille dans une botte de foin. Bref, seule lors de cette soirée qui aurait pu être plus amusante pour Kula, elle patienta tranquillement que l'un des membres du groupe daigne se montrer. Et à la grande surprise de Kula, le premier duo à faire son apparition était Iris et Julia. Kula remarqua qu'au moins, ce duo put se faire plaisir, à la vue des masques, ainsi que de l'énorme peluche qu'Iris se trimbalait, preuve qu'elles ont fait le tour de quelques stands de jeux. Kula, dès qu'elle vit les deux filles, décida de jeter à la poubelle son air ennuyé et mélancolique, pour reprendre son chaleureux sourire habituel.

- Oh, je vois que vous avez gagné le gros lot. Ravie de vous revoir ! Hum, Law n'est pas avec moi car il ne se sentait pas trop bien. Alors, il m'a demandé de le laisser seul quelques instants. Dommage. Bref, il ne reste plus que Scylla et son ami ninja ! J'espère qu'ils ne vont pas nous oublier !

Il ne fallut que quelques minutes pour que le duo en question se montre à son tour. Mais la vue des deux personnes de loin provoqua un état de choc soudain chez Kula. Cette dernière vit ce qu'elle redoutait. Scylla était beaucoup trop festive, tant elle rigolait avec son ami chef de clan, le bras droit enroulé avec le bras gauche de Shuujaku. Et dans la main gauche, elle tenait la cause de son euphorie, une bouteille en verre, et il était clair que ce n'était pas de l'eau. Scylla et Shuujaku marchaient suffisamment lentement pour que Kula, stressée, s'approcha d'Iris et Julia.

- Non c'est pas vrai ! Vous voyez ce que je vois ? C'est la fin du monde qui approche de notre direction. J'espère que ce stupide ninja ne l'a pas trop saoulé, car Scylla ne tient pas du tout l'alcool ! Elle est l'extrême opposée de ce qu'elle est habituellement. Elle cherche à faire de l'humour… merdique, au passage. Elle se dévoile trop, rigole trop, et si on s'amuse à dire le moindre truc de travers, soit elle pleure, soit elle se met en colère, et là, je peux vous promettre que cela n'altèrera pas pour autant ses capacités à l'épée, donc bonjour pour la calmer. Aie aïe, aïe, il faut qu'on s'en aille. Vite ! On s'amusera bien assez toutes les trois !

Alors que Kula posa ses deux mains sur le dos des deux jeunes filles, histoire de les faire avancer vers la direction opposée de Scylla et Shuujaku, une voix familière interpella le trio.

- KULA ! IRIS ! YOUHOUUUU !

- Trop tard...

Malgré le bruit incessant de la foule, Kula parvint à entendre Scylla les appeler au loin. Elle se retourna et vit Scylla faire un appel de la main, un sourire rarement vu jusqu'à présent aux lèvres. L'alcool l'ayant rendu plus euphorique que d'habitude, elle n'était définitivement plus la même personne. Maintenant, restait à voir si c'était pour le meilleur ou pour le pire. Ce qui gênait quelque peu Kula au final, n'était pas le fait qu'elle voyait une femme avec une bouteille d'alcool s'amuser comme une folle. Après tout, vu l'ambiance générale, et à cette heure de la soirée, elle n'était pas la seule à avoir un peu trop picolé. Sauf que là, il ne s'agissait pas d'une simple jeune femme vivant dans le village du coin, mais il était inconcevable d'imaginer que cette rouquine en yukata, qui en plus, avait des oreilles de chat sur la tête, et avait un coup dans le nez, était en réalité la princesse de deux races sacrées pour la création. Mais bon, Kula relativisa en se disant que si Scylla pouvait enfin s'amuser et être moins râleuse, pouvait-on le lui reprocher. Quoiqu'il en soit, Scylla et Shuujaku arrivèrent juste devant le trio.

- Oh, mignonne la peluche !

- Et toi, tu es à croquer avec tes oreilles de chat sur la tête. On ne croirait pas voir la même personne que ce matin qui râlait sur nos tenues, n'est ce pas ? Hum ? On s'est laissé porter par le jeu, ma minette ?

- Ouais bon, c'est différent. Le contexte n'est pas le même. Il y a une différence entre un festival et le discours d'une reine.

- L'aurais-tu oublié ? C'était aussi un festival chez les elfes. Bon, je ne vais pas te taquiner éternellement. Qu'est ce que je t'aies dis concernant l'alcool, Scylla ?

- Euh…. et bien… C'est juste que...

- La, c'est entièrement de ma faute. Je l'ai encouragé car j'ai essayé de l'aider à être de bonne humeur. Vous l'auriez vu, la pauvre, elle stressait à cause de demain. Alors j'ai trinqué avec elle. Sauf que ce qui était censé être un petit verre s'est transformé en petite cuite. Navré, j'ai complètement oublié qu'elle avait du mal avec les boissons alcoolisées.

- D'accord, mais maintenant, stop ! Ok ? Bien, Law n'est pas là et je ne suis pas sûre qu'il va forcément venir. On essaye de trouver un endroit au calme pour qu'on puisse apprécier le spectacle juste nous cinq ?

- Il y'a une station thermale pas loin, en plein air. Avec un peu de chance, je peux vous dégoter un Onsen rien que pour vous, demoiselles. Quand on voit le nombre de personnes réunies ici, cela peut être jouable. Après tout, c'est navrant, mais beaucoup préfèrent jouer et picoler, qu'observer un feu d'artifice sous un ciel étoilé, le corps détendu dans de l'eau bien chaude. C'est une sensation inoubliable qui, j'espère, vous permettra d'avoir un fabuleux souvenir de notre pays.

- Depuis quand les ninjas se préoccupent de l'aspect touristique du pays ?

- Haha, mais ma chère, je ne suis pas qu'un simple ninja, à la base. Allez, suivez-moi, je vous prie.

Ainsi, le ninja emmena les quatre filles en dehors du festival. Après une petite route de quelques minutes, le groupe arriva devant ce qui ressemblait bel et bien à un établissement thermal. Shuujaku emmena le groupe à l'accueil, où une hôtesse patienta derrière un comptoir.

- Bienvenue à vous ! Ce sera pour combien de personnes ?

- Un homme et quatre femmes.

- Entendu. Désirez-vous vous baigner dans un Onsen classique réservés à la nudité, ou dans un bain privé où vous pouvez garder vos serviettes ? Sachez cependant que pour les femmes, il ne reste plus qu'un bassin libre pour chaque type, alors que chez les hommes, il reste uniquement un bassin classique juste à côté du bassin privé pour femmes.

- C'te question. Un bain classi...

- Privé ! C'est parfait, privé !

Scylla tira Kula par le bras et l'emmena dans un coin où elle lui susurra quelques mots.

- Pssst, à quoi tu joues ? On a toujours pris nos bains ensemble sans la moindre pudeur, non ? Et les bains privés sont nettement plus chers.

- Tu as songé à Iris et Julia ? Surtout la deuxième qui n'est qu'une adolescente et assez timide, de surcroît. Ne la mettons pas mal à l'aise.

- Elles n'ont qu'à aller dans le bain privé elles, ensemble, entre amies. Et nous, on va se faire une bonne trempette dans le bain classique, pour les femmes, les vraies, qui n'ont pas honte de leurs courbes !

- Tu me fais presque peur quand tu parles ainsi. Mais c'est vrai que j'ai tendance à oublier que tu es issue d'un peuple qui ne comporte que des femmes. Quoiqu'il en soit, j'ai envie de voir le feu d'artifice avec elles, c'est tout...

- Bon, bon...

Cependant, quand l'hôtesse annonça les prix, cela posa quelque peu souci. Scylla avait tout claqué pendant le festival. La valkyrie n'était pas vraiment très riche en ce moment, l'or étant le cadet de ses soucis depuis quelques temps, surtout depuis qu'elle annonça la clôture de son groupe de mercenaires. Kula avait toujours une partie de son or donné par Laurelin et si Iris et Julia n'avaient pas abusées de leurs côtés, cela devrait également ne pas poser problème. Bref, Scylla s'apprêta à retenter le bain classique, nettement plus dans ses moyens et dans ses habitudes, mais quelqu'un sortit la valkyrie de sa situation précaire et pu mettre tout le monde d'accord. Tout comme les elfes, Shuujaku fit preuve de générosité, et sortit un gros sac d'or qui était digne de son statut de chef de clan. Il fit un clin d'œil vers les filles, avec un sourire craquant.

- Allez, c'est mon instant générosité, pour vous remercier de la petite visite. Allez faire trempette, les filles, et détendez-vous bien !

L'affaire était réglée. Shuujaku se dirigea vers la partie masculine, tandis que les filles pouvaient se changer dans un vestiaire qui, pour rester dans le concept des bains privés et pour ceux qui ne toléraient pas le nudité, n'était pas commun. Chaque fille put retirer leurs yukatas dans une cabine, et ranger leurs vêtements dans un casier prévu à cet effet. Scylla se saisit d'une serviette et se dirigea vers les douches, encore une fois, réparties en diverses cabines. Sauf que cette fois, Scylla et Kula décidèrent de partager la même cabine pour se doucher ensemble. Après tout, elles l'avaient déjà fait ensemble à maintes reprises dans leur repaire, sans que ca parte en savonnette. Car, bien que Scylla s'était déjà un peu trop laissé aller lors d'un bain avec une autre femme il fut un certain temps dans un certain autre monde qu'Atrium, Kula, elle, savait garder ses distances sans être totalement contre de se doucher avec sa meilleure amie. Ce fut l'occasion pour elle de faire un shampoing à son amie valkyrie, pendant que cette dernière était assise sur un tabouret, le visage devant un miroir.

Maintenant que la partie toilette était réglée, afin de garder l'eau de la source parfaitement pure, les quatre filles purent se rejoindre munies de leurs serviettes. L'eau était à température ambiante, mais pas assez pour donner une impression désagréable sur la peau. Au contraire, dès que Scylla et Kula purent poser les deux pieds dans l'eau, elles pouvaient ressentir les jambes se décontracter et se détendre. Rien que déjà maintenant, Scylla et Kula étaient au paradis. C'est à cet instant que Kula plongea son regard vers Scylla, assise sur le bord du bassin. Kula ne savait pas si c'était l'alcool qui pouvait créer de l'embarras chez Scylla, mais la valkyrie rougissait à n'en plus finir, comme si le fait d'être observé avec intensité par la jeune femme aux cheveux lavandes provoquait cet état chez elle. Mais le regard de la valkyrie était plus doux que d'habitude, plus adorable. Kula aurait presque envie de faire un bisou à la valkyrie, tant sa beauté était mise en avant au beau milieu de cette atmosphère.

Spoiler:
 

Un détail chez Scylla que Kula ne manqua pas, était qu'elle s'était installé volontairement assez en retrait du duo Iris-Julia. Scylla le garda pour elle, mais elle voulait vérifier quelque chose pendant ce bain. Mais malgré qu'elle avait l'intention de discrètement observer les deux filles ensemble, cela n'empêchait pas la valkyrie de déjà bien se détendre. Le bain était suffisamment éloigné du festival pour n'entendre que le bruit de l'eau qui coule, tout en étant assez proche pour pouvoir observer le feu d'artifice selon Shuujaku. Maintenant que Scylla avait les jambes bien ensevelies sous l'eau, elle commença à plonger tout doucement le corps tout entier, et bien qu'elle aurait préféré la sensation de l'eau chaude sur sa peau toute entière, la serviette qu'elle gardait sur elle ne l'empêchait pas de sentir en paix.

- Haaaa ! Quel bonheur ! Cela faisait longtemps que je ne m'étais plus sentie aussi détendue.

- Tu vois, je te l'avais dis que tu avais besoin de faire une pause. En revanche, moi, étrangement, je n'arrive pas à faire le vide et à me détendre. Quelque chose… me perturbe.

- Quoi donc ?

- C'est le sentiment que ton ami ninja se trouve pas loin, à se baigner dans une source classique, sans serviette, totalement… nu. Je ne… le connais pas cet homme. Si ca se trouve, il va se faufiler derrière la barrière, et va nous…. mater !

A cet instant, Scylla fut prise d'un sourire mesquin. Encore une fois, le genre de signe qu'on ne verrait pas chez elle lors d'une soirée banale sans alcool.

- Kula, ma chère, tu es vraiment trop pure pour ce monde. Hahaha ! Si tu veux, je lui demande de venir nous rejoindre, comme ça, tu verras que tu ne risques rien avec lui. HEY, SHUU....

D'un geste éclair, Kula se jeta sur Scylla et plongea de force son visage dans l'eau pour la faire taire. Rouge comme une tomate, la jeune femme aux cheveux lavandes serra sa serviette encore plus proche de sa poitrine, tandis que Scylla sortit la tête de l'eau, très étonnée que Kula aille jusque là pour stopper la taquinerie de la valkyrie.

- M-mais ca va pas ? Je plaisantais, hein ! Et puis, il n'aurait jamais accepté !

- J'en étais sûre ! Tu as bu plein plus que d'habitude ! Tu plaisantes trop !

- Quand je suis trop sérieuse, ça te gonfle, et quand je fais preuve d'un peu d'humour, ça t'emmerde ! Faudrait savoir !

- Sauf que ton humour est nul ! Nul, nul, nul !

- Bon, très bien… Je suis désolée, je… ne… recommencerais plus...

Kula avait réussi à baisser la tête de son amie qui semblait dépitée pour avoir quelque peu frustrée Kula. Encore un exploit uniquement réalisable lorsque Scylla a trop consommé. La valkyrie était peut-être devenue un petit sucre, cela était gênant pour Kula, qui ne voulait pas voir son amie bouder comme une gamine. Ainsi, elle se devait de changer la donne pour que le bain ne soit pas trop déprimant, sauf qu'au lieu de se fondre en excuses, elle eut une autre idée, bien plus amusante pour le coup. Ainsi, le même sourire diabolique s'afficha sur le visage de Kula cette fois, prouvant qu'elle avait probablement une sale idée dans la tête.

- Mais dis-moi, Scylla ! Hier soir, nous avons toutes appris davantage sur les autres, mais toi, tu étais absente. Ca veut dire que tu n'es pas encore passé à la casserole !

- Attends, je te préviens, si tu veux qu'on joue à "Action ou vérité", la réponse est non !

- Oh, ne t'en fais pas ! Dans le jeu de l'Action et de la vérité, tout le monde participe. Or, ce soir, c'est sur toi que je vais jeter mon dévolu, et tu n'auras guère le choix du gage. Dis moi toute la vérité, Scylla ! Ce ninja dragon, il y a quelque chose entre lui et toi ?

Kula s'attendait à voir la valkyrie s'exclamer, ou rougir, mais le manque de réaction sur le moment de sa part foudroya Kula qui fut la plus surprise au final. La valkyrie fixa Kula quelques secondes pour créer une sorte de silence malaisant. Et donc, lorsque le sourire de la jeune femme lavande disparut, Scylla prit enfin la parole.

- Pour être tout à fait franche, Kula, non, il n y a rien entre Shuu et moi. Même si je vais l'admettre, il aurait pu m'intéresser. Il est beau garçon, puissant, c'est un dirigeant, un battant, donc, tout ce que j'aime. Il a du charisme et il est immortel. C'est clair que j'aurais pu être tentée de conclure avec lui, oui. Néanmoins, il n y aurait nul avenir entre lui et moi. Shuujaku a choisi de rester ici, sur Atrium, aux côtés de son clan, malgré sa condition. Je respecte son choix, bien entendu. Et deuxièmement, et c'est le plus important, la dernière fois que je l'ai vu, il avait déjà une petite amie. Tu te souviens d'Ayane, la kunoichi solitaire qui avait signé pas mal de contrats pour nous, à l'époque de notre groupe de mercenaires ? Et bien, c'est elle.

- Ayane ? Ah oui, je ne l'aimais pas beaucoup, je t'avoue. Mais que je sache, c'était bien une mortelle, non ?

- Et alors ? Shuu est lui même issu d'une relation entre une dragonne et un mortel de la Yokume, selon Ignir. Et il n'avait pas l'air de mal le vivre.

C'est à cet instant que Scylla se remémora de son dernier instant passé avec Ayane. C'était au pays de l'eau, lors de la mission qui consistait à escorter la princesse Umi jusqu'à sa mère. Shuujaku et Ayane, quand à eux, étaient à la recherche d'Ayako, et lors d'une session d'entraînement devant le palais de la reine, le dialogue fut explosif et vira au règlement de compte. Scylla l'avait bien compris, la kunoichi se laissait consumer par la haine à petit feu. Et Scylla ne le précisa pas, mais les chances de croiser Ayane dans le noyau n'étaient pas nulles. Azelia aurait facilement pu trouver en Ayane une marionnette de choix, en vue de la colère qui envahissait cette femme. Au final, c'était envers Shuujaku que Scylla avait de la peine.

- Quoiqu'il en soit, histoire de me répéter pour la cinq centième fois devant ton insistance, Kula, je n'ai de toute manière pas le temps de me lancer dans une relation avec un homme. Si je devais m'engager envers un homme, j'aurais aimé m'éloigner du champ de bataille avant cela, afin de prendre soin de lui et me donner toute entière à notre couple. Une relation, ça s'entretient, ce n'est pas à prendre à la légère.

- Haha, tu t'es davantage ouverte à moi ! C'est super ! D'habitude, tu ne me dis pas quelle est la raison de ton désir d'éviter toute relation amoureuse avec un homme, mais je comprends mieux, tu attends de prendre ta retraite du champ de bataille.

- Oui, et vu le désordre au sein de la Création, ce jour n'est pas prêt d'arriver.

- Oh, c'est bien dommage tout ça. Parce que ces derniers temps, je me posais la question. Qui peut bien être cet Aidan, hihi ?

- Q-q-q-q-quoi ? Mais d'où connais-tu ce nom ?

- Quand tu dormais dans une cabine du Storm Eagle, n'oublie pas que je veillais constamment sur toi, jusqu'à ce que tu daignes sortir de ton long sommeil imperturbable. Tu semblais faire de longs cauchemars, mais au beau milieu de ton combat avec ton inconscient, je t'ai entendu dire ce prénom, et tu semblais nettement plus détendue. Alors, dis-moi, qui c'est ce petit Aidan ?

- C'est personne ! Mêle toi de ce qui te regardes !

Kula se mit à rire joyeusement face à la gêne absolue de Scylla, tant à sa réaction instantanée, qu'au fait qu'elle était rouge comme une tomate. Il était évident, autant pour Kula que pour la principale concernée, que ce nom faisait un sacré effet à la valkyrie. Et d'ailleurs, cela, Scylla n'a jamais pu comprendre pourquoi. Elle trouvait cet homme mignon, mais cela s'arrêtait là. Elle n'a jamais passé d'incroyables moments sous le signe de l'intimité avec cet homme quand il joua les espions à la solde de Thanathos, pour garder un œil sur elle. Et ses retrouvailles avec lui au pays du désert n'étaient pas au beau fixe. Il était évident que cet homme, suite à cette conversation, n'attendait qu'une seule chose, c'était de se servir de Scylla à ses propres fins. A savoir, la mort de son père. Et bien que Scylla et Aidan avaient un point commun en terme d'objectif, elle considérait qu'il ne valait pas mieux que son père, pour essayer d'utiliser la valkyrie comme si elle leur appartenait. Pourtant, il occupait toutes ses pensées, sans pouvoir interpréter cela. Était-ce parce qu'il était un prince, et Scylla une princesse ? Mais dans tous les cas, Scylla rougissait en entendant ce nom. Il fallait donc vite changer de sujet, et ainsi, ce fut au tour de la valkyrie d'essayer de se venger.

- A ton tour, maintenant ! Quand-est ce que tu vas te décider à te sortir les doigts du cul et à avouer tes sentiments à Law ?

- Quoi ? Mais voyons, c'est ridicule !

- Ne te joue pas de moi, hein ! Tu es totalement amoureuse de lui. Il faudrait être aveugle pour penser le contraire. Tu es toujours derrière lui, la joie transparait en toi à chaque fois que tu passes du temps avec lui, et vous êtes inséparables. J'ai connu des femmes qui se jettent sur les hommes pour bien moins que ça. Alors, qu'est ce que tu attends pour faire un grand pas en avant, et tenter de conclure avec lui ?

- Et bien… Je ne suis pas sûre… qu'il soit si intéressé à moi. Il me voit davantage comme une petite sœur, alors, je me suis habituée à cette situation, voilà tout.

- Ce crétin du désert ne sait pas ce qu'il rate en tout cas ! Tu es belle, dévouée, généreuse autant par ta personnalité que par ton apparence. J'ai rarement vu une femme aussi joyeuse et forte d'esprit que toi. Si je n'étais pas hétéro, je t'aurais déjà dévorée comme le petit sucre que tu es. Bref, tu es une amie en or pour lui, alors, pourquoi ne pas essayer de passer à l'étape supérieure ? Il est maladroit malgré sa personnalité d'aventurier vantard, il a besoin d'une femme comme toi pour l'aider à tenir le gouvernail de la vie ! Alors, après ce bain, tu vas le voir, et tu déballes le grand jeu ! Demain soir, tu es sur un champ de bataille, je te rappelle, alors ce soir, tu passes une soirée romantique avec lui et tu conclus.

- Scylla… Arrête d'être aussi indécente !

- Vous deux, vous n'êtes pas d'accord avec moi ? Dites lui, franchement, qu'elle mérite de trouver l'amour, et qu'elle doit se lancer une bonne fois pour toutes au lieu d'ignorer l'évidence !

Scylla essaya de faire un peu participer Iris et Julia à la conversation, histoire de vérifier si elles étaient capable de s'intéresser aux histoires des autres membres du groupe, ou si réellement, comme Scylla le pensait, les deux filles étaient sur leurs propres nuages, à ignorer le reste du monde. Après tout, c'était l'impression qu'avait donné les deux filles dans la demeure de Shuujaku. Scylla n'était pas bête et avait bien vu qu'Iris et Julia avaient été indifférentes à tout lorsque Shuujaku avait pris la peine de les accueillir. Elle ne blâmait pas ce type de comportement, mais ne l'approuvait pas non plus.

- Bon, très bien, je vais… essayer. Oui, je suis une grande fille, il est temps que je prouve ce que je vaux et que je lui dise deux mots à cette tête de mule ! Ce soir, je vais obtenir mon premier baiser ! Voilà, je m'y engage !

- Ouais ! Ce sont les paroles d'une battante ! J'aime ça !

Alors que Scylla était ravie de voir l'enthousiasme de Kula, un bruit se fit entendre au loin. Quelques secondes suffirent pour comprendre l'origine du bruit. Dans le ciel, des étincelles de couleurs se formèrent. Le feu d'artifice démarra. Des éclats de lumière de couleur bleues, rouges, jaunes ou verts se mêlèrent aux étoiles de la nuit, donnant lieu à un spectacle ravissant pour les yeux. En plus du cadre relaxant que représentait ce bain, ce moment était donc le genre de moment que Scylla et Kula avaient rarement vécus jusqu'à présent, et essayèrent donc d'en profiter un maximum.

- C'est magnifique !

- Hmpf, même si ce déluge de couleurs dans le ciel n'est pas aussi spectaculaire que ce que je suis capable de faire avec mes pouvoirs, cela reste joli, je dois bien l'admettre. Ca change de voir des explosions en dehors des batailles.

- Oh, vraiment ? Montre nous !

Même si ce n'était pas le genre de la maison pour Scylla de faire dans le divertissement avec ses capacités, elle décida de jouer le jeu, d'invoquer une épée de lumière, et de la tendre vers le ciel. Un faisceau lumineux se mélangea au feu d'artifice, avant de se fragmenter en multiples étoiles blanches de tous les côtés. Du coup, on pouvait avoir l'impression que des étoiles filantes chutaient ça et là dans tous les côtés du ciel.

- Bon, je sais que nous ne sommes pas encore le dernier jour de l'année, mais, on joue le jeu ?

- Et comment !

Scylla et Kula se levèrent et commencèrent à se prendre dans les bras pour un long câlin amical.

- Bonne année !

- Bonne année, Scylla !

L'étreinte avait duré pas mal de secondes, étant donné que Kula ne voulait pas lâcher son amie. Elle était tellement heureuse d'être dans ses bras, de trouver du réconfort chez elle. Car en plus d'être un câlin avec sa meilleure amie, cette étreinte était sous le signe du positivisme selon Kula, car dire "bonne année" comme ça, soudainement, voulait dire que les filles parlaient comme si l'avenir était radieux et que cette bataille au noyau lunaire allait être sous le signe de la victoire. Car effectivement, si une défaite devait survenir, il n'y aurait pas de nouvelle année tout court. Quoiqu'il en soit, Kula profita de cette étreinte à fond, de pouvoir sentir Scylla plus chaleureuse, plus amicale, bien qu'il était évident que l'alcool avait un peu joué sur son tempérament actuel. Et puis, étant donné que Scylla avait la taille d'un homme et avait du coup une bonne tête de plus que cette dernière, Kula profitait également de deux coussin moelleux pour poser sa tête, ce qui ne gênait pas la valkyrie pour autant.

Maintenant que le feu d'artifice avait fait son apparition, les filles pouvaient se détendre encore une dizaine de minutes avant que Kula décide de sortir.


- Bon, je vais sortir. Mes doigts commencent à être tous fripés. Et puis, j'ai hâte de retrouver Law !

- Très bien, moi, je reste encore un peu. D'ailleurs, peux-tu me rendre un service ? Avant d'aller rejoindre Law, emmène Julia avec toi. J'aimerais parler à Iris seule à seule.

Kula avait trouvé la demande étonnante. Pourquoi Scylla souhaiterait rester dans le bain avec Iris ? Kula se doutait bien que ces deux-là n'allaient pas boire un verre ensemble ou s'amuser. La conversation allait probablement être sérieuse ou avoir un rapport avec demain. Mais dans ce cas, pourquoi maintenant, en pleine soirée festive ? Scylla, avant d'entendre la moindre objection, tourna son regard vers Julia, avec son air neutre habituel.

- J'en ai pas pour longtemps, j'espère que cela ne te dérange pas si je t'emprunte ton amie quelques minutes.

Bien sûr, malgré son tempérament serein actuel, il était évident que le moindre refus n'allait pas être tolérée de la part de la valkyrie. Donc, une fois que Kula et Julia sortent pour se rhabiller, Scylla fixa Iris de son air habituel, sérieux et décidé.

- Ne t'en fais pas, je me doute bien que tu préfères nettement rester avec Julia, qu'avec une casse-pieds comme moi, n'est ce pas ? Mais je dois te parler sérieusement avant que l'on risque nos fesses chez Azelia, et je pense que dans cet Onsen, le cadre est parfait pour discuter de manière détendue, pas vrai ?

Bref, tu t'en doutais sans doute quand nous avons quitté le pays solaire, mais je n'approuvais pas vraiment le fait que tu cherchais à te lier d'amitié avec cette adolescente que tu as sauvée. Et même si j'ai revu mon jugement entre temps, je me dois de te fournir quelques explications. Je vais être franche avec toi, car je me doute bien que tu participes à cette bataille non pour m'aider, mais pour le bien-être de Julia uniquement. Alors je suis désolée de te dire ça, mais vaincre Azelia ne va rien changer du tout à l'avenir de Julia. Cela ne fera que retarder l'échéance, ni plus, ni moins, au sujet du destin funeste qui attend les mortels. Es-tu étonnée par ce que je viens de dire, alors que j'ai fais tout un discours héroïque chez les elfes sur mon désir de voir la race mortelle exister encore longtemps ? Et bien, je n'ai dis cela que pour calmer l'anxiété de Kula. Mes raisons d'affronter Azelia sont purement égoïstes, car je ne vois pas d'autres intérêts que des intérêts personnels à aller me risquer. Je fais cela uniquement pour mettre au clair tout ce bordel me concernant, par rapport à l'incident qui a eu lieu et que j'ai causé malgré moi, et sur ce qu'Azelia désire à mon sujet.


… je sais que je semble avoir un discours bien présomptueux et pessimiste, mais récemment, j'ai eu des nouvelles du Nirvana. Comme tu le sais, le Nirvana est le royaume dominant d'Atrium, c'est la seule partie de ce monde qui sert de territoire à des immortels de Legendia. Ils sont donc les plus à même d'être au courant de ce qui se trame chez les douze gardiens du Nirvana. Ces douze gardiens ont été élus par les hautes instances du Nirvana pour assurer l'équilibre du monde. Ils représentent l'Ordre Absolu de ce monde, donc, par conséquent, ils peuvent altérer l'avenir de la Yokume et de ses habitants si ils le décident. Or, tu l'ignores peut-être, mais Azelia n'est pas seulement la reine du pays de la lune. Ce n'est qu'un rôle supplémentaire et mineur comparé à ce qu'elle est vraiment, à savoir, une des douze gardiennes en question. Chaque gardien occupe un continent, et Azelia est chargée de veilleur sur la Yokume. Cependant, tu dois savoir qu'Azelia n'est pas une traîtresse qui cherche à remettre en cause son rôle en sacrifiant les motels qu'ils sont censés protéger. La vérité, c'est que TOUS les gardiens d'Atrium ont comme projet d'éradiquer la race mortelle. Le roi d'Atrium est actuellement mon ennemi juré. C'est à lui que je dois ma chute du royaume des valkyries. Et je connais cet individu. Il m'a utilisé comme sujet d'expérience afin de créer une arme capable de rayer de la carte tous les êtres inférieurs au Nirvana. J'ignore si cela a un rapport avec ce qu'a commis Azelia en me voyant, ou pourquoi cherchent-ils tant que ça à effacer la race mortelle de la Creation, mais les fait sont là: Si nous éliminons Azelia, nous avons encore onze gardiens sous la dent à gérer et stopper si nous voulons assurer un avenir à Julia, Kula, Eloraell et les autres...

… toi et moi, nous sommes les seules à permettre à Julia de connaître un avenir parmi les vivants. Personne d'autre que nous deux peuvent lutter en combat égal face à ces gardiens. Nous avons un terrible potentiel qui n'a, malheureusement, pas atteint son maximum. Et où penses-tu que nous devons nous diriger pour le développer et vaincre ces gardiens ? Sur Legendia, bien sûr. N'es-tu pas de cet avis ?

Scylla avait raconté ces informations de la manière la plus sereine possible. Elle venait d'étaler une terrible fatalité, vaincre Azelia n'allait pas changer grand chose, car l'Ordre de Thanathos est composé de douze gardiens. Azelia n'était pas du tout la seule à vouloir la chute des mortels. Et Scylla savait bien que Thanathos allait être bien pire à faire tomber qu'Azelia. La succube elle-même avait affirmée ne pas être à la hauteur face au roi d'Atrium en personne. Bref, Scylla prit un air un peu plus mélancolique et poursuivit.

- Tu sais, Iris, si cela n'engageait que moi, je serais resté ici à protéger Kula. Elle compte énormément à mes yeux, mais si j'essaye tant bien que mal de la fuir, c'est parce que j'ai honte de prétendre être une amie pour elle alors que je ne peux la protéger. A moi seule, je ne peux faire tomber l'Ordre des douze gardiens. Et sur Atrium, il n'y a que Kula qui compte pour moi. J'ai beau être la princesse de deux royaumes, celui des valkyries et celui du Nirvana, ici, sur Atrium, je n'ai aucune armée. Ni trône, ni fidèle, ni famille. Je suis l'unique Vermillion restante. En revanche, sur Legendia, je suis considérée par mes paires. J'ai ma place au sein des valkyries et ma mère, la reine des valkyries, est toujours en vie. La seule chose que je dois faire pour être la princesse de ce peuple… c'est d'oublier éternellement les mortels et la Yokume. Je dois donc faire un trait à mon désir de protéger ceux ou celles qui m'ont acceptés, qui ne m'ont pas rejetés. Vaincre Azelia n'est qu'un bien maigre cadeau d'au revoir avant de les laisser seuls face aux alliés de cette reine lunaire. Mais c'est ainsi, ma place n'est pas ici. Elle est aux côtés de mes sœurs d'armes, sur Eternia. Mais toi, Iris… Qu'en es t'il de toi ?

Scylla fixait Iris avec un regard franc et bienveillant. Maintenant qu'elle avait raconté son histoire, elle désirait laisser la parole à la mercenaire, pour s'assurer d'une bonne chose.

- Sais-tu réellement pourquoi quitterais-tu Julia pour partir loin d'elle ? As-tu un réel intérêt à laisser cette jeune fille seule, loin de sa sœur de cœur ? Crois-tu que quelqu'un t'attend là-bas, et comblera le vide causé par cette future séparation ? Je te pose toutes ces questions, car j'ai besoin de m'assurer que ce pacte entre nous tient toujours. Maintenant qu'il est trop tard et que tu as cette jeune fille au creux de ton âme, est-ce vraiment ce que tu veux ? J'ai dis que je ferais tout mon possible pour t'aider, je comptais réellement te présenter aux valkyries d'Eternia comme une alliée importante pour que tu puisses compter sur leurs soutiens en retour. Mais si tu n'es pas sûre de toi. Si tu doutes de la bonne décision à suivre, que tu viennes avec moi, tourmentée par la peur d'avoir laissé crever une jeune fille qui tenait à toi plus que tout au monde, alors, même l'aide d'une archange ou de mes sœurs ne servira pas à grand chose. Si tu veux découvrir tes origines, tu dois être prête, comme moi, à tourner une page décisive dans ta vie, à oublier fatalement celle qui t'a acceptée, qui t'a permis de connaître des jours meilleurs. Tu dois tout redémarrer à zéro. Car, j'ose espérer que tu n'es pas naïve, et que tu ne penses pas un seul instant que tu peux passer d'un monde à un autre comme si bon te chante. Car, supposons que tu rencontres ta véritable famille, tu ne retourneras probablement pas sur la Yokume pour veiller sur Julia ou t'assurer que la mort ne l'a pas déjà emporté. Là-bas, les mortels sont insignifiants, et tu es bien placée pour savoir ce que cela représente, pas vrai ? J'ai retenu, par expérience, qu'ils se fichent totalement d'eux, ils les considèrent comme des erreurs, des anomalies, et je peux t'affirmer que c'est à cause de mon lien avec certains d'entre eux que j'ai été écartée de mon royaume natal, jusqu'à ce que je décide de les oublier. C'est triste cette vision des choses, mais c'est la réalité. Tu ne pourras pas conserver tes liens dans les deux mondes, tu dois faire un choix, Iris.

… je t'ai dis tout ce que je savais et comment j'interprète ta situation. Je doute bien que tu t'es déjà longuement questionné à ce sujet, mais ce que je t'ai dis concernant le Nirvana doit te faire réaliser l'ampleur de ce dilemme. C'est soit ton objectif qui te poussait à venir sonner à ma porte chez moi, soit la vie de cette fille. Je sais que tu es confidente envers tes capacités, mais n'essaye pas de faire un massacre chez les Saintes instances d'Atrium pour protéger Julia, tu ne fais pas le poids. Pas en restant ici, du moins. Mais si malgré tout, tu penses que tu ne peux te délaisser de cette Julia, et que personne d'autre ne provoquera un tel bonheur chez toi, alors restes. Restes avec elle, aides la à surmonter toutes les épreuves de la vie. Fais ce que je ne peux pas faire, protéger la personne qui t'a aidé à connaître le bonheur. Tout ce que je désire, c'est que tu prennes la décision qui te convient le mieux. Sache que j'ai aussi une sœur de cœur. L'espace d'un instant, sa compagnie me rendait heureuse. J'ai commis certaines choses pas vraiment réglos pour elle, et au final, je sens de jour en jour, que je m'éloigne d'elle, que je ne peux rester avec elle, et cela me fait souffrir. Je ne veux pas que tu vives la même chose que moi à ce sujet. Même si tu te bats pour elle dans ce noyau lunaire, cela ne change rien que je te dois la vie, et que je souhaite le meilleur pour toi. Nous ne sommes pas amies toi et moi, nous avons juste la même cible, mais c'est naturel pour moi de vouloir que tu connaisses le bonheur. Mais j'ai besoin de m'assurer que je peux t'être utile ou non après cette guerre. Car je refuse d'aider quelqu'un qui n'a pas pris la meilleure décision et qui souffre par regret. J'en ai juste pas le pouvoir.


Scylla avait dit tout cela à Iris car dans un sens, elle connaissait aussi ce type de dilemme. Rester aux côtés de Kula et la protéger d'une mort quasi certaine, ou partir pour Legendia, et laisser Kula, Law, Eloraell et Julia périr face à un Ordre trop grand pour eux qui souhaite, comme Azelia, la fin de la race mortelle. Sauf que la différence entre les deux femmes, c'est que la valkyrie est attendue sur Legendia et elle le sait. A condition qu'elle oublie ses liens avec ses proches d'ici, elle pourra vivre avec les autres valkyries qui semblaient l'avoir accepté comme capitaine, et surtout, avec sa mère, l'objet de ses rêves, de ses désirs. Elle sait qu'elle souffrira d'avoir abandonné Kula et les autres, mais de nouveaux liens vont se créer. Mais pour Iris, le risque de laisser Julia seule vaut-il le coup ? Ne serait-ce pas mieux pour la mercenaire de rester avec sa sœur de cœur pour veiller sur elle et l'aider éventuellement à survivre face aux monstres qui veulent l'éradication totale des mortels ? C'est ce que Scylla voulait vérifier, car au fond, elle refusait d'aider quelqu'un qui avait pris la mauvaise décision. Les paroles de la valkyrie étaient franches, dures, mais si Iris connaissait un minimum la valkyrie, elle pouvait comprendre que tout cela était de la bienveillance.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Mercenaire
Mercenaire
Iris

Messages : 47
Date d'inscription : 01/09/2016

Un avenir difficile Empty
MessageSujet: Re: Un avenir difficile   Un avenir difficile Icon_minitimeSam 20 Avr - 8:57

Finalement, après quelques minutes, les deux jeunes femmes arrivèrent au point de rendez-vous. Ici, elles tombèrent sur Kula, qui semblait déjà patientée depuis un petit temps. Cette dernière débuta rapidement l'échange, expliquant entre autres que Law ne se sentait pas trop bien, donc facile d'imaginer qu'il faudra se passer de lui pour le feu d'artifice. Cependant, cela n'allait heureusement pas être le cas des deux personnes manquantes, qui à leur tour, arrivèrent sur les lieux. Bien que Kula semble légèrement paniquée à l'idée d'apercevoir sa copine la valkyrie être visiblement ivre. Pour le coup, la scène était plutôt amusante, même si le principe d'être saoul était inconnu pour la mercenaire, ne pouvant pas subir un tel effet. D'ailleurs, cette dernière pensait que c'était le cas de tous les immortels, mais visiblement elle se trompait. Encore une fois, elle ne s'expliquait pas pourquoi sur ça aussi, elle était différente. Il y avait donc plusieurs sortent d'immortels ? Iris n'en savait rien finalement, mais cela était un nouvel argument sur son dilemme actuel entre rester avec Julia, ou se rendre sur Légendia. Quoi qu'il en soit, maintenant le trio rejoint par le fameux Shuujaku ainsi que sa partenaire Scylla, ce dernier était complet. Après quelques taquineries entre la valkyrie et Kula, le groupe décida de se rendre dans une source thermale, afin de s'y détendre paisiblement. Évidemment, il était hors de question que la mercenaire aille dans un bain public, et quand elle entendit le prix du privé, elle s'apprêtait à faire demi-tour. De toute façon, elle voyait que Julia n'était pas plus motivée que ça pour le public également, et c'était logique. Heureusement, le chef du village intervint et proposa d'offrir le moment détente privée aux jeunes femmes. Par respect, Iris et Julia remercièrent l'homme généreux pour cela, et se rendirent donc dans leurs cabines respectives. C'est d'ailleurs à ce moment, que la plus jeune des deux femmes proposa de partager une dernière fois techniquement, le moment douche.

- Dis, Iris, on peut prendre notre douche ensemble ?

À cette question, Iris esquissa un sourire, tout en répondant d'une voix maligne.

- Ho ? Tu n'as pas peur que je te « relook », Julia ? Hum ?

- Ha ! Roh, arrête, tu sais très bien que j-je disais ça pour rire... !

- Héhé, je te taquine, Julia, bien sûr que tu peux te doucher avec moi.

C'est donc ainsi, que les deux jeunes femmes prirent leur douche ensemble, comme à leur habitude. À ce niveau-là, on pouvait dire que ces deux-là ne se quittaient absolument jamais. Depuis qu'Iris partageait son temps avec Julia, absolument toutes les activités étaient faites avec cette dernière. Que ce soit du repas, en passant par la douche, et pour finir par le coucher. C'était une des raisons qui faisait qu'Iris ne comprenait pas son ressenti actuel dans son cœur. Elle ressentait qu'une seule envie, c'était de partager chaque instant avec cette Julia. À l'heure actuelle, il ne serait d'ailleurs pas étonnant que ce soit Iris, qui ait le plus besoin finalement de cette compagnie. Quoi qu'il en soit, pendant ce moment, encore une fois, Iris remarqua que Julia était légèrement absente et morne. Elle essaya bien de la taquiner pendant la toilette, mais même là, ses réactions n'étaient pas aussi actives que d'habitudes. Iris savait que Julia aurait préféré finir sa soirée en tête à tête, mais il y avait forcément autre chose. Ce n'était pas dans la nature de Julia, d'aller jusqu'à tirer la tête pour cela. La mercenaire se livra donc à la fatalité, et se doutait que c'était sûrement le fait que la soirée touche à sa fin, et dans le même temps, son temps avec sa sœur de cœur. Bref, sur l'instant, Iris ne pouvait plus vraiment rassurer ou dire quelque chose pour la jeune adolescente, car la fatalité était ce qu'elle était et se rapprochait bien trop, à présent. C'est donc après leur toilette, que les deux amies rejoignirent Kula et Scylla.

Une fois ensembles, donc, tout comme les deux autres femmes, Iris et Julia pénétrèrent dans l'eau. Rapidement, la température et les bienfaits de cet endroit firent leur effet et détendirent Iris. Même Julia, semblait finalement se détendre un peu, malgré son air totalement neutre et semblant absent, depuis plusieurs minutes. Rapidement, la valkyrie et Kula commencèrent à échanger entre elles, allant jusqu'à une scène comique qui alla jusqu'à faire sourire Iris, tant la situation était absurde. Par la suite, Kula poursuivit l'échange en évoquant le jeu qui s'était déroulé la veille entre plusieurs filles, dont Eloraell. Sauf que cette fois, la seule et unique victime serait la valkyrie. Et la question portait sur... le chef du village. Plus précisément, pour savoir s'il y avait quelque chose entre Scylla et le ninja. Après une réponse négative à ce sujet, et d'autres détails sur une certaine Ayane et un Aidan, la victime changeant et passa sur Kula, et sa relation avec Law. Pour son cas, c'était une envie de relation, mais qui n'avançait pas du tout. Ni l'un ni l'autre ne semblaient vouloir faire le premier pas. Alors, Scylla insista pour que la jeune Kula aille elle-même faire le premier pas et déclencher enfin le début d'une relation amoureuse. Ce fut à ce moment que les deux jeunes femmes de l'autre côté du bassin furent invitées à participer. Car de leur côté, c'était le silence radio total, depuis le début. Aucun échange n'avait lieu entre elles, aussi étonnant que ça puisse paraître. On pourrait presque croire qu'il y avait un froid entre les deux femmes. Un froid qui semblait surtout venir du côté de Julia, qui ne répondit rien, et qui semblait toujours aussi absente depuis le début du bain. Heureusement, et contre toute attente, ce fut Iris, qui participa et encouragea Kula, afin de suivre Scylla dans son entreprise.

- Je suis d'accord, tu devrais aller lui avouer ce soir, si tu as des sentiments. Ce qui me semble évident. Je n'y connais pas grand-chose en sentiments, mais je pense comme Scylla, que c'est dommage, d'attendre, pour ce genre de choses. Tu en penses quoi, Julia ?

- Hum ? Ha, euh, ouais ouais, je suis d'accord...

- Juli...

Tandis qu'Iris allait commencer à échanger avec Julia au sujet de son humeur actuelle, elle fut coupée par le feu d'artifice qui venait de débuter. Malheureusement, ce qui devait être un beau spectacle n'était pas suffisant pour raviver la mine de Julia, et le malaise que cela causait chez Iris, de voir sa protégée ainsi. Et pendant que les deux autres filles échangèrent un moment câlin, suivi d'un autre feu d'artifice provoqué cette fois par la valkyrie, Iris en profita pour parler à Julia.

- Qu'est-ce que tu as, Julia ? On s'était promis de profiter de cette soirée, non ?

- Je suis juste un peu fatiguée, c'est tout...

- Tu mens aussi mal que moi, Julia...

- Kh ! J-je vais bien, ça va, lâche-moi !

- Ho... Julia ?

La réponse agressive de Julia choqua Iris, qui pour la première fois voyait sa protégée s'en prendre à cette dernière. Était-ce donc de sa faute ? Sur le coup, la Testarossa ne savait plus quoi penser. Et si Julia lui en voulait, au fond ? Malgré ses paroles encourageantes, peut-être, lui en voulait-elle de partir ? Quoi qu'il en soit, Iris ne savait pas vraiment quoi répondre, tellement elle était étonnée de la réponse de sa sœur de cœur. Et pendant la dizaine de minutes qui suivirent, le silence entre les deux femmes était encore plus intense. D'ailleurs, au moment où la valkyrie proposa de parler seule avec Iris, et demanda à Kula de s'occuper de cette dernière, Julia répondit de façon agacée.

- Ça va, j'ai pas besoin d'une nounou, je peux m'occuper toute seule... Il est naze ce bain de toute façon, comme ce festival !

Après ces paroles, Julia sortit donc de l'eau, et partie de son côté, sans se retourner vers Iris, ni personne, d'ailleurs. Elle se contenta juste de partir dans les vestiaires. Évidemment, Iris voulait suivre Julia, afin de lui parler, mais Scylla avait certainement un truc important à discuter avec cette dernière, pour vouloir rester en privé. Donc, elle décida de prendre sur elle-même, et de laisser sa protégée seule pour l'instant. Puis après réflexion, ce n'était pas une mauvaise idée selon cette dernière, de laisser un peu seule Julia. Il était clair qu'elle n'était pas bien et avait peut-être besoin d'être un peu seule pour réfléchir. C'est donc non sans pensée à Julia, qu'Iris écoutait donc ce qu'avait à lui dire Scylla. Visiblement, le début semblait justement concerner Julia et sa relation avec Iris, ainsi que son intention claire d'aller défier Azelia uniquement pour donner à la jeune adolescente un avenir. À cela, la valkyrie avoua que la défaite de cette succube ne changerait finalement pas le destin funeste qui attend les mortels, qui sont menacés par des instances bien plus hautes qu'Azelia. D'ailleurs, son discours au pays des elfes n'avait pour intention que de rassurer Kula, car en vérité, cette valkyrie faisait cela pour son désir personnel. Par la suite, la valkyrie cita le Nirvana et les fameux douze gardiens dont faisait partie Azelia, et qui souhaitaient l'éradication de la race mortelle. Ce qui confirmait que même avec la chute de la reine, il restait en effet encore onze gardiens à faire tomber. Cependant, Iris n'émettait aucune réaction sur le moment, elle était toujours à l'écoute, mais comme ailleurs, tandis que son interlocutrice concluait la première partie de son discours en rappelant qu'actuellement, les deux femmes n'ont sûrement pas atteint leur maximum, et donc, qu'elles seraient incapables d'aller affronter les gardiens restants. Sauf, en allant justement sur Légendia, à la recherche de leur origine.

La Testarossa se contenta de hocher la tête en guise de partage d'avis, à ce sujet, laissant la valkyrie poursuivre sur son attachement à Kula. Elle expliqua que si cela ne dépendait que d'elle, elle resterait ici pour la protéger. Cependant, la vérité est qu'elle en est incapable. Sur Atrium, elle n'avait rien. Ce qui était loin d'être le cas sur Légendia où sa famille l'attendait, et même sa mère, la reine des valkyries. Il était donc logique qu'elle veuille tenter sa chance sur Légendia, plutôt que de rester ici à attendre la fatalité, qui sera inévitable. Néanmoins, cela était loin d'être le cas pour Iris, comme concluait la valkyrie. Scylla avait raison, et Iris le savait que trop bien. Que ce soit sur Atrium ou Légendia, elle n'avait rien. Rien jusqu'à aujourd'hui. À présent, elle a quelque chose de précieux sur ce monde qu'elle désire protéger. Au final, les questions de la valkyrie sur ce sujet, Iris se les posaient déjà à longueur de journée depuis sa relation avec Julia. Quoi qu'il en soit, Scylla posait surtout la question pour savoir si Iris désirait toujours réellement son aide pour aller sur Légendia, ou s'il ne valait pas mieux qu'elle reste finalement ici, aux côtés de Julia. Car l'aide de la valkyrie était inutile, si la Testarossa n'en profitait pas une fois sur place, bloquée par le regret d'avoir abandonné ce qui la rendait heureuse. Une fois sur Légendia, elle devrait faire table rase du passé, et donc d'Atrium, et indirectement de Julia. Mais ça, Iris le savait déjà. Tout comme Scylla envers Kula, Iris agissait de la même manière envers Julia. Les belles promesses qu'elle lui a faite ne seront jamais tenues, et elle le savait. Ce qui est d'ailleurs la raison principale qui fait tant hésiter la Testarossa, et lui faisait également dans le même temps si mal. Mais quelle était la véritable raison de cette soudaine motivation au final ?

Finalement, après ce discours, la mercenaire semblait toujours assez pensive, voire neutre. Son regard baissé, perdu dans le léger mouvement de l'eau. Elle semblait presque mélancolique, mais sans faire preuve de plus d'émotions que cela. Ce n'est qu'au bout de plusieurs secondes, qu'elle sortit de son esprit, et posa son regard sur la valkyrie, semblant réfléchir rapidement. Après ce court moment d'observation, Iris prit enfin la parole, de sa voix neutre habituelle.

- Je ne sais pas réellement ce que tu attends, en me disant tout cela, Scylla... Si c'est pour le service que je t'ai demandée, alors tu peux l'oublier. Je n'ai plus l'intention de partir sur Légendia dès notre victoire, et je doute que tu m'attendes. Donc si c'est pour notre contrat, tu peux l'oublier, je t'en libère... Ce n'est pas que je ne désire plus aller sur Légendia, ou que j'ai perdu de vue ce que je veux vraiment... La vérité, c'est simplement que je sais que j'ai peu de chances de sortir vivante de cette bataille... Je ne fais que mentir à Julia et votre petit groupe depuis le début, mais je sais depuis longtemps que j'approche de la fin. Je n'en étais pas certaine, mais depuis notre combat au pays du soleil, je ne peux plus fuir la réalité, même si j'essaye, de me mentir, pour Julia...

Les paroles d'Iris étaient pour le moins inattendu et surtout effrayantes. Que voulait donc dire la Testarossa avec des paroles aussi sinistres sur son avenir ? C'était difficile de vraiment cerner le sens de telles paroles, mais d'habitude cette dernière sans émotion, arborait actuellement un visage plus grave, et un air fataliste.

- … J'imagine que toi, tu auras remarqué mes changements physiques depuis notre rencontre, n'est-ce pas... ? Si je peux mentir à ce sujet à Julia, toi, tu te doutes que ce ne soit pas quelque chose d'anodin. J'ignore moi-même ce qu'il m'arrive, mais j'ai mal, je souffre, je me sens faiblir de jour en jour depuis cette semaine... C'est la raison pour laquelle je veux aller affronter cette reine lunaire dont je me fiche complètement, pendant que je le peux encore. Je veux offrir un avenir et une raison d'aller de l'avant à Julia, avant de partir... Je m'en fiche que d'autres tarés veuillent exterminer les mortels. En faisant cela, je veux juste me rendre utile à quelqu'un qui m'a offert tout ce que j'ai toujours cherché... Julia ne s'en rend pas compte, mais ces jours passés avec elle, étaient les plus beaux de mon existence. Je veux juste lui rendre ce qu'elle m'a offert, en lui offrant un espoir de voir, même un court instant, que ce monde n'est pas uniquement moche et décadent. Je veux qu'elle puisse sourire, s'amuser, voir le monde avec Kula et Law, comme ce dernier lui a promis... Car moi, je n'en serais pas capable, même si je le voulais... Je ne sais pas comment expliquer cela, mais je le sais, c'est tout...

Suite à ces paroles, Iris resta silencieuse quelques secondes, pensive de nouveau, avant de finalement reprendre la parole d'une voix cette fois légèrement anxieuse.

- Je vais t'avouer quelque chose, Sylla, à propos de moi. Un secret que je me suis gardé de partager avec toi, ou ton groupe. Déjà, car ça ne vous regardait pas, mais aussi parce que c'est quelque chose qui m'effraie depuis toute petite, et ce qui est certainement en train de me tuer... Mais aujourd'hui, je n'ai plus de raisons de te le cacher, si on doit faire équipe dans cette bataille, il vaut mieux que je te tienne au courant du risque que je représente pour toi et ton groupe... Bien que j'ignore moi-même ce qu'il en est réellement, je sais que j'en ai peur... La vérité, Scylla, c'est que je cache en moi quelque chose de terrifiant. J'ignore d'où vient cette chose, mais il fait partie de moi depuis ma naissance... Cet esprit est dans ma tête, dans mes cauchemars, dans mes craintes... Il est là quand j'ai peur, quand je suis malheureuse, quand je doute... Peut-être est-il ici pour me protéger ? Ou peut-être pas, je l'ignore. Mais je sais une chose : c'est quelque chose de terriblement mauvais pour les autres. Chaque fois qu'il a prit possession de moi... il s'est passé des choses horribles... Chaque fois que j'ai une crainte, il l'a détruit. Chaque fois que je vais échouer, lui, il me fait réussir...

… Pendant le combat contre ce stupide dragon blanc, il a essayé tout le long de se libérer, de sortir... Il me poussait à la haine, à la colère, au désespoir... Mais j'ai lutté malgré la douleur quand je lui résiste, pour rester moi-même... Mais je sais que je ne lui résisterais plus longtemps... J'ai de plus en plus de mal à lui résister... Je suis fatiguée de me battre... de me battre contre moi-même... Car, oui, je sais au fond de moi, que cet esprit qui me hante, ne fait qu'exprimer ma vraie nature, ce que je veux vraiment... Ce jour-là, bien que je résistasse, je ne pouvais pas nier que j'avais qu'une seule envie, c'était de faire souffrir ce dragon, comme il voulait le faire... La personne que je crains le plus donc, c'est moi... Et c'est une des raisons qui me poussent à me lier à personne depuis toujours. J'ai peur d'être un danger pour ceux qui partageraient mon existence... comme Julia... Cependant, depuis que je suis avec Julia, je ne l'entends plus, je ne le ressens plus... C'est comme si elle avait étouffé ma peur qui me hante depuis bien trop longtemps... J'en aie donc déduis que c'était l'inverse que ce que je pensais, et que la présence de Julia et ce qu'elle m'apporte, était la solution à ma liberté... Mais la réalité m'a rattrapée, et comme je l'ai déjà dit, je faiblis... Je sens que mon changement physique et ma faiblesse viennent de cette chose... Je sens que je suis en train d'être dévoré par ce quelque chose... J'ai atteint mes limites, c'est tout... J'avais l'espoir que Julia me protège de cela, mais je me trompais... Tôt ou tard, il sortira...

… Si tu veux la vérité, je ne souhaite pas sortir vivante de cette bataille. Car je sais que peu importe le résultat, cette chose va me dévorer... Et je ne veux pas devenir un danger pour Julia, ni pour ceux de ton groupe... Je suis fatiguée de me battre, de lutter... Je veux juste que tout s'arrête... Tu n'as pas idée de la puissance de cette chose... et je préfère qu'aucun de ton groupe, ni toi, ayez un aperçu de cela... Ni ta famille sur Légendia d'ailleurs... Ce dragon a raison, tu sais, je vais finir toute seule, mais je l'accepte, je le sais depuis longtemps... Julia m'a fait espérer quelque temps, que je me trompais, mais il n'en est rien. Cette fille m'a permis cependant d'ouvrir les yeux sur mon existence. Elle m'a enfin fait prendre conscience que mon ambition était naïve. Tu as raison, je n'ai rien sur Légendia, et je n'avais rien sur ce monde non plus avant de rencontrer Julia. Mais le destin ne me laisse pas le choix de pouvoir profiter enfin de ce que j'ai toujours cherché. Que ce soit mon existence ou ce Nirvana, il est où le choix ? Il n'y en a aucun, et tes paroles ne sont que des confirmations à une fatalité que je connaissais déjà... Toi, tu as un avenir, et j'en suis contente pour toi, mais moi, ce n'est pas le cas... Personne ne m'attend sur Légendia, et ici, même si je n'étais pas condamnée, la seule chose qui compte pour moi, a une date de péremption...

Tandis qu'elle continuait de parler, les yeux d'Iris commencèrent à briller légèrement, comme si l'humidité habitait ces derniers. Et ce regard triste, baissé, dirigé dans l'eau, accompagnait une voix mélancolique.

- … La nuit dernière, j'ai rêvé pour la première fois. Dans ce rêve, je me voyais voyager à travers le monde avec Julia et ma mère. J'aurais tellement aimé ne pas me réveiller... J'étais tellement heureuse avec les deux personnes qui compte le plus pour moi... Mais ce rêve m'a fait réaliser que j'étais naïve, encore une fois... La vérité, c'est que ma mère est certainement morte depuis longtemps, sinon elle serait revenue, comme elle me l'avait promis... Quant à Julia, elle ne pourra
jamais faire partie de mon voyage sur Légendia...

… Hum, s'exclama Iris, d'un air fataliste, je n'ai aucune raison de continuer à me battre, Scylla. Je suis fatiguée. Fatiguer de me battre. Fatiguer d'espérer. Fatiguer de souffrir... Mais avant cela, je veux offrir à Julia, ce que moi j'ai perdu et que je n'aurais jamais : des rêves. C'est la seule et unique raison pour laquelle je vais dans cet endroit demain. Je me fiche de cette reine ou de ses raisons. Je veux juste la voir disparaître, car elle représente un obstacle aux rêves de Julia... Quoi qu'il arrive, je la détruirais. Car je suis déjà décidée à tout donner, jusqu'à ma vie, pour offrir un peu de temps à Julia...

Iris semblait avoir terminé son discours, et continuait de fixer l'eau de la source d'un air mélancolique, mais déterminé, comme si elle avait depuis longtemps accepté tout cela. Il était clair à présent qu'elle avait prévu depuis le début de mourir dans cette bataille, et qu'aucun avenir ne l'attendait plus nulle part. C'était donc cela, la véritable raison de son changement d'esprit, de son envie d'aller participer à cette guerre, ainsi que de son attachement à Julia. La Testarossa avait simplement réalisé qu'elle ne pouvait plus fuir la réalité et qu'elle n'échapperait pas à son destin. Évidemment, si elle était si certaine de ses paroles, c'était car Iris savait ce qu'elle vivait à l'heure actuelle. Elle savait, et sentait que sa limite était proche. Quoi qu'il en soit, la mercenaire reprit la parole soudainement, d'une voix cependant plus déterminée.

- … J'aurai juste une chose à te demander, Scylla... J'aimerais que tu me fasses la promesse... que si cette chose... s'empare de moi... que tu n'hésites pas à me tuer. Je veux que tu me tues, avant que cette chose s'empare de moi... Si tu as été attentive dans le dernier combat, tu auras remarqué cette énergie néfaste qui m'a entourée un moment... Si tu revois celle-ci pendant cette bataille, et que je commence à perdre mon calme et mon esprit... Alors tue-moi. Je ne veux pas mourir comme un monstre... Je veux mourir en étant moi-même, jusqu'à la fin. Je veux me battre et mourir en tant que Testarossa...

… Quant à Julia, je l'ai confiée à Eloraell... Je suis certaine qu'elle saura lui offrir ce que moi, je ne serais plus capable de lui apporter... Et sa douleur, avec le temps, sera moins lourde à porter...

Finalement, tout cela était prévu depuis le début, il ne faisait plus aucun doute à présent. Tout ce qu'elle faisait pour Julia, c'était dans le seul but de lui offrir un avenir lorsqu'elle sera plus à ses côtés. Que ce soit son discours sur ses rêves ou son vœu que Julia s'ouvre, ce n'était que pour soulager la perte de sa sœur de cœur qu'elle ne reverra jamais. Mais au fond, Iris savait que Julia s'en doutait, et cela expliquait sûrement son attitude de cette soirée. La jeune adolescente n'était pas naïve, et même plutôt l'inverse. Donc, malgré les paroles rassurantes de la Testarossa, cette dernière était certaine que Julia avait réussi à lire à travers sa sœur de cœur...
Revenir en haut Aller en bas
Scylla
Capitaine
Capitaine
Scylla

Messages : 309
Date d'inscription : 29/12/2013

Un avenir difficile Empty
MessageSujet: Re: Un avenir difficile   Un avenir difficile Icon_minitimeDim 21 Avr - 1:13

Scylla avait effectué la requête de laisser Iris avec elle seule à seule pour lui parler. Ainsi, elle demanda donc à Julia et Kula de sortir du bassin. Une demande qui ne plaisait pas à tout le monde visiblement, étant donné la réaction sèche de Julia à son égard. Une réaction qui n'avait pratiquement pas surpris la valkyrie, ni la préoccupait, car elle tenait à avoir cette discussion tôt ou tard avec la mercenaire, et pour ce faire, elle devait décrocher cette adolescente de sa sauveuse, ne serait-ce que quelques minutes. Que cela la dérange n'était pas son problème. Ce fut bien moins le cas pour Kula, par contre, qui se leva directement de sa place dans l'eau pour essayer de rattraper Julia et lui parler. Cependant, son poignet fut retenu par Scylla, qui bougea la tête de gauche à droite.

- Mais enfin, je ne vais pas la laisser toute seule !

- Elle n'a pas besoin de tes paroles. C'est une enfant, alors laisse-la faire la gueule si ca lui chante, ça lui passera tôt ou tard. Va plutôt rejoindre Law.

Kula était troublée par l'indifférence totale de Scylla à l'égard de Julia, qui semblait en avoir rien à foutre de cette fille. Et sur le moment, c'était le cas. Scylla souhaitait parler à Iris, et personne n'allait lui en empêcher. Face au regard autoritaire de sa patronne, Kula baissa la tête puis sortit du bain, afin de se changer, et de rejoindre Law par la suite.

Maintenant que la valkyrie eut la paix, elle exprima son point de vue à Iris concernant sa situation, et qu'Iris s'était attachée à quelqu'un qui allait probablement mourir. Elle montra néanmoins sa compréhension, et qu'elle était en mesure d'accepter si malgré tout, la mercenaire abandonne son projet de partir à la recherche de ses origines pour rester avec Julia. La guerrière écarlate n'avait de toute manière aucun droit d'empêcher une relation de durer, malgré les conséquences. Désormais, elle attendit la réponse d'Iris. Cette dernière ne semblait pas avoir compris ce que la valkyrie cherchait par ce discours, malgré qu'elle avait été claire, pourtant, mais elle ne perdit pas son temps pour donner son avis sur ce qu'elle désire. Et comme Scylla s'en doutait, Iris n'avait plus du tout l'intention de partir pour Legendia. Scylla savait donc, désormais, que le pacte qui la liait à Iris allait prendre fin, bien que cela n'embêta pas la valkyrie pour autant, car cette dernière se doutait qu'elle allait malgré tout partir pour ce noyau afin de protéger Julia. Pourtant, la suite des paroles commença à étonner Scylla. Iris était tout simplement pessimiste, pessimiste de sortir vivante de la bataille. Et non parce qu'Iris avait peur d'Azelia.

Iris cita alors des changements sur son corps. Et effectivement, Scylla avait remarqué le tatouage sur son corps que même sa serviette ne pouvait cacher, ainsi que son œil. Après cela, elle évoqua sa souffrance, son mal, et en déduisit sans réellement savoir ce qui se trame en elle, que bientôt, Iris en périra. Et donc, elle confirma ce que Scylla pensait, elle veut tout de même affronter Azelia pour permettre à Julia de connaitre un avenir, ne serait-ce que quelques temps. Sauf qu'en vue de ses précédentes paroles, ce combat d'Iris avait des airs de sacrifices. Si Iris voulait que Julia garde espoir, elle, en revanche, semblait avoir totalement abandonné cet espoir la concernant. Elle rentra un peu plus dans les détails en expliquant que dans sa tête, depuis sa naissance, vivait un esprit qui la hantait et qui se manifestait dès qu'Iris était la proie de ses mauvais sentiments. Et visiblement, cet esprit n'était pas vraiment du genre sympa comme l'alter ego de Scylla. Celui-ci semblait plutôt du genre néfaste, destructeur. Peut-être était ce pour protéger Iris, mais dans tous les cas, il réduisait à néant tout ce qui la dérangeait. Bref, cette explication ne laissait pas Scylla indifférente, car il était dangereux, et tout ce qui est dangereux, Scylla s'en préoccupe pleinement. Bref, Iris indiqua que cet esprit était la raison de ce qui rendait la mercenaire si solitaire. Elle avait tout simplement peur de faire souffrir les autres, à bon entendeur. Cependant, malgré que Julia avait permis à Iris de souffler un peu avec cet esprit, cela ne changeait rien au fait qu'Iris souffrait de plus en plus, et donc, était persuadée que la fin était proche.

S'ensuivit ensuite une série de paroles négatives, fatalistes qui prouvaient qu'Iris était malheureuse et surtout, en avait assez de la vie. Elle alla jusqu'à dire des choses horribles comme le fait qu'elle n'avait aucune envie de ressortir vivante de cette bataille, qu'elle ne voulait plus lutter, que cette chose était trop puissante pour elle, pour ses proches, et même pour sa famille sur Legendia, alors qu'elle ne connaissait rien des valkyries. Elle donna même raison à Seto en disant qu'elle va finir seule, qu'elle n'a rien à part Julia, et qu'au final, elle n'aura jamais rien. Elle en déduisit même que sa mère était morte et que c'était pour cela qu'elle ne revint pas vers Iris.
Bref, elle conclut son discours en répétant une dernière fois qu'elle était fatiguée de se battre mais que malgré tout, elle acceptait de se sacrifier pour terrasser Azelia, tout en montrant un regard triste, déprimé. Tout ce qui comptait pour elle, c'était Julia, mais elle, elle n'en avait plus rien à cirer de sa vie. La dernière parole qu'adressa Iris était une demande. Elle demanda à Scylla de la promettre que si pendant la bataille, Iris perde le contrôle, Scylla l'achève avant qu'il ne soit trop tard. Puis, rajouta que Julia était entre les mains d'Eloraell désormais.

A la fin de ce discours, Scylla était sans voix. Elle fixa Iris déprimer, les jambes et les bras croisés. Son expression du visage était neutre, mais cela ne signifiait pas que la valkyrie en avait rien à carrer de l'histoire d'Iris, mais simplement qu'elle n'arrivait pas à trouver une réaction. Entre le dégoût, la déception, la colère ou la tristesse, Scylla ne savait pas quoi penser. La seule chose qu'elle réalisa, c'est que ce discours… ressemblait au sien face à Asuna. Un discours fataliste, venant d'une personne qui n'en a plus rien à faire de la vie et qui a oublié toute idée d'avoir un avenir. Scylla soupira un instant, les yeux fermés, puis prit la parole, d'un ton normal malgré l'effet que lui produisit cette histoire.


- Je te remercie de t'être confiée à moi, Iris. Tu as eu le courage de me dire ce qui te hante depuis toujours. Je sais maintenant qui tu es, et il était temps. Cependant, je t'avoue que je ne sais pas quoi te dire… je n'arrive pas à trouver les mots justes à part… que je suis déçue de toi, Iris. Profondément déçue et attristée...

…. donc si j'ai bien suivi, tu as totalement abandonnée tout espoir, pas vrai ? Tu parles d'une fatalité, en partant d'une chose dont tu n'es même pas sure de l'origine et de la nature ! Tu prétends vouloir offrir un avenir à Julia, alors que tu es persuadée que pour ta part, tu en as aucun. Alors, oui, je te confirme, Iris, tu n'as aucun avenir avec une telle mentalité car tu vas mourir dans ce noyau lunaire, et pas à cause de ce mal en toi. Ton attitude n'est pas adaptée pour un champ de bataille, c'est celle de quelqu'un qui va finir dans une tombe. En temps normal, je devrais te demander de ne pas me suivre demain, et de rester avec Julia, car ton mal semble se manifester dès que tu ressens des émotions négatives, et vu ton état d'esprit actuel, je pense que nous ne serons pas en sécurité avec toi. Si je peux au moins te rassurer, Iris, c'est qu'effectivement, si ton esprit se manifeste parce que tu refuses de lutter contre ce mal en toi, et qu'il se mette en travers de ma quête de vérité, alors je te tuerais sur le champ, Iris. Tu peux compter sur moi là-dessus. Je suis prête à salir mes mains de ton sang et à affronter la haine de Julia si cela me permettrait en retour d'atteindre mon objectif qui est Azelia…

… néanmoins, malgré les apparences et ton négativisme, je tiens à ce que tu sois à mes côtés demain, et je vais te dire la raison. La raison, c'est qu'en temps que princesse valkyrie et capitaine de l'armée d'Eternia, il serait parfaitement stupide que j'ignore ton récit et cette chose en toi. Si on te laisse sombrer comme ça, et que tu la libères, cela serait catastrophique. En vu de ce que tu racontes, cette chose est dangereuse, et je n'ai pas besoin de la connaître pour savoir qu'elle est d'origine Legendienne. Il serait donc débile que je ne fasse rien pour toi, et que je laisse cette chose devenir éventuellement une menace pour mes sœurs ou l'un de mes royaumes d'origine ! Si tu n'es pas capable de te décider, alors je vais le faire pour toi, Iris ! A partir de demain, je souhaite veiller sur toi et agir en conséquence si nécessaire. Et si nous revenons vivantes toutes les deux, je t'emmènerais sur Legendia, que tu le veuilles ou non, pour essayer de trouver la source de ton mal. Je te prierais de croire en mon peuple. Les valkyries existent depuis les origines de la création, elles ont menées des batailles pendant des millénaires dont tu ne soupçonnes même pas l'étendue. C'est un peuple brave, vertueux, légendaire dont la gloire n'est plus à prouver et dont j'éprouve la plus grand fierté. Si j'ai été écartée provisoirement, c'est parce que j'avais besoin d'évoluer pour qu'un jour, je puisse pleinement gérer les responsabilités qu'on m'incombe, à travers ce peuple qui veille à l'équilibre de la création. Cette menace en toi n'est qu'un problème comme un autre pour ce peuple. Et sincèrement, je n'aurais jamais autant peur de cet alter ego en toi, que ma reine qui n'est autre que ma sœur de cœur. Pour finir, les hautes instances d'Eternia possèdent une vaste connaissance de tout ce qui touche la création. C'est grâce à eux que j'ai pu entendre les origines des valkyries et mêmes des dragons. Ils sauront probablement ce que représente cette aura sinistre en toi, j'en suis persuadée. Quand à mes sœurs, elles possèdent un sens de l'honneur inébranlable, ainsi qu'un sens de la famille. Si elles apprennent que tu as lutté aux côtés d'une Kresnik, il est évident qu'elles feront le nécessaire pour t'aider avec tes problèmes. Si jamais mon peuple te permet de vaincre ce mal en toi, ou du moins de le contenir sans risques, alors, tu seras libre de partir où tu veux avec qui tu veux. Et si jamais je me suis trompée et que c'est toi qui as raison, alors soit, je m'occuperais personnellement de mettre fin à ta souffrance avant qu'il ne soit trop tard, je t'en fais la promesse, Iris !...

… sache cependant que si je tiens à garder un œil sur toi dorénavant, ce n'est pas uniquement pour t'empêcher de devenir une menace pour ceux que j'aime. Je considère également que tu as le droit de vivre, Iris, comme tu as le droit d'avoir un avenir ! Malgré tes peurs et tes angoisses, tu as décidé d'aider une jeune fille à devenir heureuse. Tu t'es attachée à elle malgré tout, cela prouve que tu as un cœur, Iris. Cela serait du gâchis que tu abandonnes tout espoir alors que tu as évolué depuis la précédente bataille ! De plus, tu m'as précisé que cet esprit semble t'avoir foutu la paix quand tu passais du temps avec Julia. Cela signifie que tu es capable de le contenir, même si c'est minime. Je suis sûre qu'il existe des solutions, mais tu dois combattre jusqu'au bout, Iris ! Tu n'as pas le droit d'abandonner sans avoir tout essayé, au moins par respect pour cette fille qui t'aime ! N'oublie pas que je suis la mieux placée pour comprendre ta souffrance. Je possède également quelque chose en moi qui peut tout détruire et dont je ne connais rien. Cette chose est suffisamment toxique pour qu'elle pollue une capitale entière, et pour que des connards cherchent à m'exploiter pour anéantir l'humanité. Moi aussi, j'ai peur de moi, Iris. Moi aussi, je crains d'être dangereuse. Mais je veux essayer jusqu'au bout de lutter contre les ténèbres en moi ! Et je combattrais jusqu'à mon dernier souffle ! Ne gaspille pas la main que je te tends, Iris, et sache que j'aies besoin de toi ! Sans toi et Shuujaku, je ne parviendrais pas à vaincre cette reine lunaire. C'est une évidence ! Alors, je t'en prie, ressaisis-toi, Iris Testarossa !


Scylla en avait fini de parler à Iris et de chercher à la raisonner pour qu'elle ne sombre pas. Déjà, parce qu'avec son récit, Scylla ne doute pas un seul instant que rester là à sombrer et à ne rien faire pour se débarrasser de ce mal n'arrangera rien à son souci et risque d'accélérer cette fatalité. De plus, Scylla avait besoin que tous ses alliés aient un mental d'acier lorsque le combat final arrivera. A l'heure actuelle, selon la valkyrie, Iris ne peut pas combattre décemment face à Azelia si elle se fiche de son existence et de son destin. La reine lunaire exploitera la moindre faiblesse de la mercenaire pour la détruire, elle connait Azelia après tout. Bref, il était donc essentiel qu'Iris ne désespère pas et accepte l'aide de Scylla. Elle ne sait pas si ses paroles serviront à quelque chose, mais il était nécessaire pour elle de tenter le coup. Ainsi, elle se leva du bord du bassin, puis passa à côté d'Iris avant de s'arrêter et la fixer du regard.

- Que cette bataille finale te permette de réaliser l'importance de ton existence. Sur ce, Iris, profite de cette dernière nuit pour méditer. Nous nous reverrons à l'aube. Bonne nuit.

Scylla quitta le bain, non sans de la peine pour Iris. Elle n'aurait jamais pensé que cette femme soit aussi sombre et désemparée. Elle n'avait aucune certitude qu'elle pouvait l'aider, mais elle voulait essayer. Maintenant, reste à voir si la Testarossa accepte de tenter une dernière chose aux côtés de Scylla. Avant de se rhabiller, Scylla pénétra dans une cabine pour se doucher une nouvelle fois. Et alors qu'elle fit tomber sa serviette au sol et qu'elle laissa l'eau couler sur son corps, elle serra des poings, comme si quelque chose la troublait. Cette discussion avait sonné très familière pour elle, elle ressemblait en tout point à cette conversation avec Asuna, sauf que la valkyrie n'était pas allé aussi fort avec la mercenaire.

- Hum, est-ce que tu as déteint sur moi, Asuna, ou est-ce que c'est le fait de savoir que je ne fais qu'un avec la reine du Valhalla qui me donne cette assurance ?

***

Du côté de Kula, elle avait déjà rejoint le festival pour rechercher son ami. Déterminée à conclure avec lui, une fureur séductrice guidait ses pas. Pour elle, ce soir, c'était LE soir. Bien que sa timidité allait probablement la bloquer dès qu'elle verra son ami. Cependant, après avoir cherché quelques minutes la trace de son ami, elle parvint enfin à le trouver. Et ce qu'elle vit la remplit instantanément de dégoût, de tristesse et de déception. Law était là, en compagnie de deux jeunes femmes qui se tenaient à lui, en train de rire aux aguets, une bouteille en main. Même si l'alcool pouvait jouer sur la bonne humeur soudain du pirate alors que ce dernier prétendait se sentir mal, il venait de se laisser tenter par le diable, en train de se pavaner avec deux salopes, lui qui n'a jamais osé faire preuve d'une réelle proximité envers celle qui l'accompagne depuis toujours. Bref, voir cela avait totalement laminé la détermination de Kula qui répétait dans sa tête deux mots.

- Pauvre type…. pauvre type !

Jamais Kula ne s'est sentie aussi salie, aussi indignée qu'à cet instant. Certes, elle n'était pas officiellement en couple avec lui, mais elle a montré plus d'une fois qu'elle était amoureuse, et ce type l'avait rejeté en masse. Pourtant, deux inconnues fringuées comme des putes, aucun problème. Sur le moment, Kula voulait rejoindre Law pour péter un scandale, mais elle se retint. Ce n'était ni l'endroit, ni le moment, à la veille d'une guerre sanglante. Mais sur le moment, Kula hésita si elle avait un intérêt à partir pour le noyau lunaire. Scylla allait partir et elle doutait qu'elle pouvait encore parler à Law les yeux dans les yeux après une telle vision. Elle allait finir seule après cette guerre, sans les deux personnes qu'elle chérissait. Les yeux brillants de tristesse, Kula marcha à toute vitesse vers la direction opposée. Les larmes coulaient tandis qu'elle marchait, le cœur sur la main, sans savoir où aller. Cela n'avait plus d'importance désormais...

Lorsque ses larmes s'estompèrent, Kula trouva un stand de boissons. Kula se mit à réfléchir tout en s'essuyant les yeux, et décida d'en avoir plus rien à foutre et de noyer ses soucis dans l'alcool. Ainsi, elle se posa sur un tabouret et commanda à boire, ce qu'il y'avait de plus fort ! Mais avant de boire le premier verre, elle tourna sa tête vers la droite. Elle vit un homme, plutôt bel homme, la trentaine environ, aux cheveux grisonnants et à un détail particulier. Cet homme avait une pupille gauche bien spéciale, la même que pour cet homme qui avait hypnotisé Law il y'a une bonne heure. A vue d'œil, il était seul et n'était pas non plus dans son assiette, comme si quelque chose le troublait, ou le rendait triste. Kula fixa discrètement cet homme avant de penser:

- Foutu pour foutu, qu'est ce que j'ai à perdre, désormais...

Kula décida d'imiter Law et de partager un verre avec un inconnu, peu importe comme cela va finir, de manière propre ou plus osée, comme dans les romans érotiques à deux balles de Scylla. Elle l'aborda, timidement.

- Euh, bonsoir. Etes-vous… un… Hajinmon ? Je demande parce que, votre pupille, je l'ai déjà vu quelque part. L'un des hommes de ce clan avait les mêmes alors j'en ai déduit que… peut-être… vous...

Kula se mit à se ronger les lèvres. Pas terrible comme entrée de jeu, mais Kula n'était pas douée pour ça. Finalement, elle replongea son regard en direction de cet homme, le sourire aux lèvres.

- Oh, je suis navrée de vous accoster ainsi sans me présenter. Je me nomme Kula. Ma chef a signé un accord avec celui du clan Hajinmon pour partir en guerre ensemble dans ce noyau lunaire. Enchantée. Si vous êtes un Hajinmon, alors, cela signifie que nous allons combattre ensemble !...

… voulez-vous que je vous offre un verre ? Nous pouvons faire plus ample connaissance, non ? Vous ne semblez pas dans votre assiette. Etes-vous aussi stressé que moi ? Je dois l'admettre, je suis terrorisée, mais ma chef compte sur moi pour que je l'aide à vaincre l'ennemi, alors, je ne veux pas la décevoir. Et vous, pourquoi semblez vous si amer ?


Kula tourna la tête pour la placer en face d'elle. Elle fixa son verre avant de le boire.

- Je suis désolée si je vous enquiquine avec mes questions. Mais, je ressens le désir de parler à quelqu'un avant de risquer ma vie demain, et je n'ai personne ce soir...
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Mercenaire
Mercenaire
Iris

Messages : 47
Date d'inscription : 01/09/2016

Un avenir difficile Empty
MessageSujet: Re: Un avenir difficile   Un avenir difficile Icon_minitimeDim 21 Avr - 18:48

Après une confession sur ses démons qui la hante, la Testarossa était assez pensive, tandis que son interlocutrice répondit à son tour à ce discours inquiétant. Pour commencer, elle avouait être déçue par la mercenaire, mais aussi attristée. Mais cela n'était pas pour enfoncer cette dernière, mais plutôt une déception sur l'abandon de la Testarossa. Il fallait dire que le discours d'Iris ne laissait que peu de place aux doutes, il était clair que pour elle, c'était la fin. Cela n'était cependant pas une bonne chose sur un champ de bataille, une telle façon de penser. Iris ne pouvait donner tort à la valkyrie sur le coup, et c'est justement sur quoi elle travaille depuis des jours, son état d'esprit. Néanmoins, Scylla accepta de prendre la vie de la mercenaire, si cette chose venait à faire son apparition à cause de l'abandon de la concerner. Bien que sur ce détail, ce n'était pas réellement la faute d'Iris. Si son combat était si difficile à présent, c'était surtout que son physique commençait à la lâcher. Le détail qu'elle n'a pas avoué, était que depuis le pays du soleil, cette dernière avait de plus en plus fréquemment une douleur à la poitrine, en plus de parfois cracher du sang quand la douleur se manifeste. Jusqu'à présent, heureusement, elle a réussi à le cacher à Julia. Finalement, ce qui faisait peur à la mercenaire, c'était l'effort. Si elle arrivait actuellement à rester en « forme », et contenir sa douleur, elle savait qu'une fois sur un champ de bataille, ça allait être sûrement fatal. Quoi qu'il en soit, du côté de Scylla, elle n'avait pas l'intention d'abandonner la mercenaire à son destin. Si la concerner avait abandonné toute notion d'avenir, ce n'était pas le cas de la valkyrie, qui se proposa de veiller sur son interlocutrice, et même de l'emmener sur Légendia si les deux femmes survivaient à la prochaine bataille. Scylla était certaine que sur Éternia, ses pairs trouveront un moyen de sauver la Testarossa. Sur ce point, encore une fois, Iris ne pouvait contredire la valkyrie, car elle-même cherchait à rejoindre Légendia, surtout pour ce souci, justement.

La suite des paroles de la valkyrie firent réagir la mercenaire jusque-là toujours assez inexpressive. Cette fois, le discours de Scylla insista sur le fait qu'Iris méritait d'avoir un avenir, et qu'il fallait qu'elle continue le combat, ne serait-ce que pour Julia. Pour Iris, c'était une drôle de sensation qu'elle ressentait sur le moment. Une sensation qu'elle ne pouvait exprimer clairement, mais elle sentait comme un sentiment de réconfort. Était-ce parce que c'était la première fois que quelqu'un faisait preuve d'intérêt pour l'avenir de la mercenaire, hormis Julia ? Cette valkyrie essayait par tous les mots de motiver la Testarossa à continuer à se battre, à poursuivre un avenir, et lutter contre ce destin fataliste. Ne serait-ce encore une fois pour Julia, à qui les paroles revinrent à l'esprit de la Testarossa. Tout comme les promesses de cette dernière visant à réconforter la jeune adolescente. Sur le coup, elle se rendit compte de son égoïsme, ainsi que de son erreur, en pensant faussement que Julia allait l'oublier tôt ou tard.

- Qu'est-ce qui me prend... ? Qu'est-ce qui m'arrive ? Ma relation avec Julia n'est elle qu'égoïste... ? Je me suis servi d'elle pour me sauver, et me voilà en train de l'abandonner, quand je réalise qu'elle en est incapable, sans prendre en compte ses sentiments... Toutes les promesses que je lui aie faites... j'y croyais. J'y crois toujours ! Je n'ai pas dit cela dans le vent, non ! Je veux pouvoir continuer à la voir sourire, entendre sa voix, la voir heureuse... C'est ce que je veux, je le sais... Alors, pourquoi je suis si égoïste... ? Pourquoi ne pourrais-je pas être heureuse.... ? Mère, que dois-je faire... ?

Finalement, la valkyrie avait fini son discours, tandis que la Testarossa était à moitié présente mentalement. Du moins, pour se rendre compte et entendre les derniers mots de Scylla, avant qu'elle quitte la scène.

- L'importance de mon existence, hein... L'importance de mon existence...

Lorsque la Testarossa se retrouva finalement seule, elle esquissa un sourire, et remercia la valkyrie à voix basse, bien qu'elle n'était plus présente. Elle n'avait rien répondu à cette dernière sur le coup, mais c'était tout ce qu'elle voulait dire au fond d'elle : merci.

- Merci, Scylla...

Suite à cet échange pour le moins intense avec la valkyrie, Iris était restée encore une bonne dizaine de minutes, à réfléchir, avant de finalement sortir. Elle se dirigea dans le vestiaire, et une fois rhabillée, s'observa soudainement devant un miroir, droit dans les yeux. Peut-être essayait-elle de voir à travers son reflet, cet esprit ? Cela n'était pas impossible, après tout, elle, ainsi que cette chose n'était qu'une seule et même personne.

- Qui es-tu ? lança la mercenaire devant le miroir, en concentrant son attention sur son œil actuellement rougeoyant. Qui suis-je... ?

- Tu es ma grande sœur...

Cette voix fit réagir la Testarossa qui la reconnut évidemment sans réfléchir. Il s'agissait de la voix de Julia, qui était visiblement toujours dans les vestiaires depuis le début.

- J-julia... ? T-tu es là depuis longtemps... ?

- J'allais pas partir sans toi...

- Julia...

- J-je suis désolé pour tout à l'heure... Je ne voulais pas dire ça... C-c'est juste que je ne veux pas que tu partes... car je sais que tu ne reviendras pas... Je l'ai lu dans tes yeux... Tu te souviens... ? On arrive à lire l'une dans l'autre facilement, car on est les mêmes... Et toi aussi, tu mens très mal...

Ce que pensait Iris était donc juste, Julia avait découvert l'intention de sa sœur de cœur de mourir lors de cette bataille. La question était de savoir depuis combien de temps la jeune adolescente avait réussi à percer à jour la Testarossa. Cependant, Iris ne posa aucune question, car elle était certaine de la réponse. Julia savait certainement depuis le début. Tout comme cette dernière avait lu depuis le début dans l'adolescente. Sur le coup, Iris ne savait plus quoi dire, en observant cette jeune fille debout, la mine triste, le regard sur le sol. Mais elle comprenait enfin pourquoi cette jeune adolescente avait elle-même motivé la Testarossa à partir pour Légendia. Elle avait vu la souffrance de cette dernière, et tout comme la valkyrie, était certaine que sur le monde natal de sa sœur de cœur, elle pourrait aller mieux. En réalisant que cette jeune fille était consciente de son impuissance, pour aider sa sauveuse, un genre de choc se produisit chez la Testarossa. Et si depuis le début, c'était Julia, qui faisait tout, comme la valkyrie avec son discours, pour aider Iris ? Cela expliquerait pourquoi en voyant l'abandon de sa sœur de cœur, la jeune adolescente était devenue pensive et froide. Tout s'expliquait à présent pour Iris. Tout devenait clair. Julia avait à sa manière, tout fait pour rendre heureuse cette femme au regard anciennement neutre et vide qui lui a sauvé la vie.

- Julia, je... désolé...

- Hum, lança la jeune adolescente, esquissant un sourire, tu déteins sur moi à toujours t'excuser.

- Ha.. haha... Hahaha...

Soudainement, Iris ne pouvait s'empêcher de rire, tandis que des larmes commençaient à couler en même temps de son œil toujours vert. Rapidement, elle fut suivie dans son hilarité par Julia, qui elle aussi avait les yeux qui brillaient. Il n'y avait pas besoin de paroles actuellement, dans cet échange de regards. Les deux sœurs de cœurs lisaient l'une dans l'autre, sans avoir besoin de parler. Après l'instant fou rire, Iris ne put s'empêcher de prendre dans ses bras sa protégée, et d'enfin prendre la parole, et de lui susurrer quelques mots à l'oreille.

- Merci, Julia.

Julia ne répondit rien, et se contenta de fermer les yeux et de serrer ses bras à son tour autour de sa sœur de cœur. Sur l'instant, les deux jeunes femmes ne souhaitaient qu'une seule chose : profiter de ce tendre moment dans les bras l'une de l'autre.

- Bonne année, Iris.

- Bonne année, Julia.

C'est ainsi que se poursuivait la soirée pour les deux sœurs de cœurs. Bien que rien n'était réglé et que du côté d'Iris comme Julia, leur esprit était toujours en combat contre lui-même, ensemble, plus rien ne comptait...


* * *

Pendant ce temps, au sein même du festival, se trouvait un homme, qui avait fait l'effort de sortir de sa chambre pour cette soirée. Bien qu'il n'ait guère le goût à l'amusement, il préférait profiter de l'ambiance festive du festival, plutôt que de ruminer dans un silence de mort. Cet homme, seul, accoudé au comptoir du stand de boisson, à siroter un verre, n'était autre que Kakashi. Mais bien qu'il était au milieu du festival, cela ne l'empêchait pas d'être pensif, au point de réussir à oublier l'agitation derrière ce dernier. Il fut cependant sorti de ses pensées, lorsqu'une voix féminine semblait lui adresser la parole. Afin de trouver l'origine de la voix, il tourna simplement sa tête sur sa gauche. Là, il vit une jeune femme d'environ la vingtaine, d'un charme certain, essayé de lancer la conversation. Kakashi s'aperçut très rapidement que cette femme était en train de stresser pour trouver ses mots, ne serait-ce que par ses mimiques et sa voix hésitante. Cela était plutôt mignon, songea-t-il, tout en écoutant la jeune femme poursuivre son combat pour trouver une façon de l'aborder. Finalement, tout en esquissant un sourire agréable, la jeune femme finit par demander si son interlocuteur était un Hajinmon, et semblait également intriguée par la pupille du ninja. Quoi qu'il en soit, dans un ton plus sérieux cette fois, cette jeune femme semblait faire partie de ceux qui vont aller en première ligne demain. Kakashi observa quelques secondes cette jeune femme, tandis qu'elle parlait, en se disant qu'elle semblait si innocente, là, comme ça. C'était difficile d'imaginer qu'une jeune femme qui semblait si adorable, allait affronter l'enfer. Ou plutôt, pour le ninja, c'était du gâchis. Cette femme devait à peine être plus âgée qu'Ayako et était déjà confrontée à la guerre, comme tant d'autres jeunes adultes. C'était surtout cela, qui lassait l'homme au sharingan à force. Et vu les paroles de cette femme, la crainte et le doute l'habitaient, et c'était normal pour une jeune femme qui, même si avait déjà foulé des champs de bataille, restait assez innocente, et ça sautait aux yeux.

Quoi qu'il en soit, cette Kula, selon sa présentation, semblait vouloir discuter, ou plutôt en avait besoin, au vu de son attitude. Cela sautait aux yeux, que cette jeune femme avait besoin de parler, et était également amère de son côté. Cela faisait déjà un truc en commun avec le ninja, qui d'ailleurs, fit sourire ce dernier, avant qu'il prenne finalement la parole, après que la jeune femme semblait croire qu'elle enquiquinait l'homme avec ses questions.

- Hum, souriait l'homme, en répondant d'une voix amicale, je ne vois pas d'inconvénient à un peu de compagnie. Cependant, permettez-moi de vous offrir moi-même ce verre, Kula. Moi, c'est Kakashi. Je propose qu'on se tutoie, ce sera plus simple, qu'en dis-tu ?

Après ces paroles, Kakashi reprit donc un verre, en même temps qu'il offrait celui promis à son interlocutrice.

- Pour te répondre, je ne suis pas vraiment un Hajinmon, mais plutôt un allié provisoire, si je puis dire. Enfin, difficile à expliquer, et barbant, de surcroît. Même si dans tous les cas, je serais également sur le front demain. Mais au moins, je suis rassuré, de savoir que nous pourrons compter sur d'autres alliés...

… Sinon j'admets que je n'ai pas réellement peur de cette bataille. Je suis habitué à voir la mort autour de moi... Cependant, ce serait mentir de dire que je n'ai aucune crainte. Si tu veux vraiment savoir, j'ai peur également, et je stresse aussi. Mais pas pour les mêmes raisons que la plupart de ceux qui se préparent pour demain. Moi, disons que c'est plus une peur de décevoir une personne, et d'échouer à la sauver... J'imagine qu'on a tous, nos raisons d'aller dans ce noyau, demain. Moi ma raison, c'est d'aller tenter de sauver une personne que ce monde a bien trop fait souffrir...

Kakashi observa rapidement Kula, tandis qu'il lâchait un peu de lest sur ses raisons d'aller en guerre. Puis, lorsqu'il poursuivit, il esquissa un sourire mélancolique, en observant la jeune femme.

- Hum, cette personne a environ ton âge, et je suis toujours aussi écœuré, de voir des jeunes femmes de votre âge devoir partir en guerre, ou souffrir de ce monde, au lieu de profiter de notre courte existence... Je rumine comme un petit vieux, surtout, car je suis las, si tu veux savoir, de voir comment fonctionne notre monde... Je ne comprendrais jamais pourquoi nous passons notre temps à nous entre-tuer, ou faire la guerre... Bien sûr, je n'espère même plus que ça change, mais disons que cette question restera sûrement le plus grand mystère jusqu'à ma mort...

… Haha, désolé, je ne suis pas vraiment la meilleure personne comme tu peux le voir, si tu voulais te changer les idées... Je suis assez amer, comme tu l'as deviné... Mais je ne suis pas le seul visiblement, n'est-ce pas ? Pourrais-je demander à mon tour, ce qui rend une femme aussi charmante et aimable, amère en cette soirée festive ?

Bien que le ninja était bien dans ses pensées, il n'allait pas rechigner à faire la conversation avec cette femme qui en avait besoin. Il était évident qu'elle avait besoin de parler ou de se confier, et d'avoir de la compagnie, en cette dernière soirée avant le jour fatidique. Donc, Kakashi aurait été bien égoïste d'ignorer cette jeune femme, qui lui attire toute sympathie au premier regard. Et puis bien qu'il ne pensait pas du tout à cela, il devait bien avouer qu'avoir une belle fleur comme cette dernière sous les yeux en cette soirée n'était pas de refus. Bien qu'il ne puisse réellement profiter de cela, ayant constamment la femme qu'il a dans la tête depuis plusieurs jours, qui n'était autre qu'Ayako...
Revenir en haut Aller en bas
Kula
Mercenaire
Mercenaire
Kula

Messages : 18
Date d'inscription : 31/01/2016

Un avenir difficile Empty
MessageSujet: Re: Un avenir difficile   Un avenir difficile Icon_minitimeMer 24 Avr - 23:11

Kula avait tenté de faire plus ample connaissance avec un inconnu qui l'intriguait, lui et sa pupille, ainsi que le fait qu'il était une des seules personnes à montrer une image amère, solitaire, au beau milieu de ce décor festif, coloré et musical. Ainsi, elle s'intéressa à cet homme qui semblait assez correct aux premiers abords. Kula était rassurée de voir qu'elle n'avait pas tenté de faire connaissance avec un sale type ou un pervers. Il semblait respectable, alors qu'il proposa de lui offrir un verre lui-même, ainsi que de se tutoyer. Kula acquiesça de la tête et écouta cet homme. Apparemment, il n'était pas un Hajinmon comme cet Itachi, mais restait un allié provisoire, un peu comme le groupe de Scylla. Il n'avait pas vraiment envie d'expliquer les détails, les jugeant trop rasoirs à raconter. Néanmoins, il expliqua ce qui le rendait amer, tout en admettant ne pas avoir peur de mener bataille demain. Son objectif, pendant cette grande guerre, était de sauver une personne, qui semblait avoir souffert de ce monde. Kula trouvait cette raison de se battre admirable, et commençait à s'imaginer dans un coin de sa tête, qui pouvait bien être cette personne. Un ami ? Quelqu'un de la famille ? Un collègue ou même, la femme de sa vie ? Mais c'était plus fort qu'elle, Kula éprouvait de l'intérêt pour le récit, bien que court, de cet homme. Elle aimait entendre quelles pouvaient être les raisons de ceux qui s'en vont en guerre pour aller risquer leurs vies. Peut-être parce que Kula commençait à se demander de plus en plus comment pouvait-on trouver une motivation dans un acte aussi barbare et aussi dangereux que celui du combat, et qu'elle cherchait une réponse ou un centre d'inspiration chez d'autres personnes que Scylla ?

En tout cas, cette personne fut quelque peu décrite par ce Kakashi comme ayant environ l'âge de Kula, et d'être du sexe féminin. Et c'est cette personne qui était la cause de l'amertume de Kakashi, ou plutôt, ce que le monde réserve comme vie à ce type de personnes. Il semblait blâmer ce monde pour obliger l'être humain à risquer sa vie et celle de ses proches sans arrêt, sans raison valable non plus. Ce Kakashi semblait considérer la guerre comme une énigme, un mystère, que Kula elle-même n'a jamais résolue. Au final, est-ce qu'un seul être vivant dans ce monde était en mesure de savoir pourquoi était-ce inévitable de subir tant de violence, tant de bataille ? C'est alors que ce Kakashi s'excusa pour n'être pas la meilleure compagnie souhaitable pour elle, vu qu'il était tout aussi amer que Kula, et il venait de le confirmer. Mais malgré tout, il invita Kula à en faire de même, et à s'exprimer sur les raisons qui semblent également peser sur le cœur de Kula. En effet, Kula ne payait pas de mine, mais pas à cause de la guerre comme unique raison. C'était un homme, un peu comme Kakashi où il s'agissait d'une femme, sauf que Kula n'avait pas l'intention d'en parler. Les problèmes de cœur d'une jeune adulte de 19 ans feraient pâle figure face aux paroles sages de cet homme bien plus mature que Kula. Cependant, était-ce la seule raison ? Kula prit une gorgée de son verre, le temps de réfléchir à ce qu'elle allait bien pouvoir répondre à cet homme, sans avoir besoin de citer ses problèmes de cœur concernant Law.

- Moi ? Et bien, c'est juste que je me demande à quoi bon partir en guerre ? Bien que j'aime la vie en général, et que j'ai envie de profiter de chaque instant de mon existence, je n'apprécie pas ce monde. Je n'ai rien à gagner à défendre la Yokume. Ce pays n'a jamais rien fait pour moi ou pour mes amis. Je pense que je peux te faire confiance, Kakashi. A partit du moment où tu sembles être quelqu'un de dévoué pour le bien-être d'une autre personne, tu es quelqu'un d'intéressant, alors, je peux te le dire… Je suis originaire du pays de la lune, voilà la vérité. Le même pays que toutes ces personnes autour de nous rêvent de voir finir en cendres. Je n'ai aucun souvenir de mes parents, mais ceux qui m'ont permis d'avoir un toit et de quoi manger étaient comme une famille pour moi. Le mode de vie au pays de la lune était propice pour une jeune adolescente comme moi qui avait des rêves, le rêve de servir mon pays à jamais...

… Mais avec le temps, j'ai réalisé que ressentir de l'amour pour mon pays, et payer mes taxes ne suffisaient guère pour être reconnue comme membre de cette patrie. Les pratiques d'Azelia me remplissaient d'un sentiment d'insécurité totale. Il fallait mourir pour son pays pour être toléré, et puis, les enfants étaient enrôlés très jeunes pour servir la cause d'Azelia. Alors, prise de panique d'être enfermée dans une nation qui allait me condamner, je suis partie. Mais comme tu le sais sans doute, Kakashi, les réfugiés qui cherchent à rejoindre un autre pays ou alors, d'autres traditions sont rarement les bienvenus. J'ai du me débrouiller seule pour survivre, entre le vol, la piraterie, de m'associer avec les peuples nomades du pays du désert. Seuls les bas-quartiers m'ont permis de me sentir acceptée. En conclusion, je vais risquer ma vie et mon avenir pour un pays qui m'a rejeté, afin de permettre la chute d'une nation prospère qui m'a permis de dormir dans un lit bien chaud et d'avoir autre chose dans mon assiette que deux petits pois… Et sans la moindre once d'hésitation, je suis prête à parier que les hautes classes de la Yokume vont rester bien au chaud dans leurs gigantesques demeures, à manger du caviar pendant que de nombreuses personnes vont connaître l'obscurité. Elle n'est pas belle, la justice sociale, hihi ?

Kula avait dit tout cela avec son éternel sourire, bien que celui-ci ne pouvait trahir sa mélancolie. Elle avait l'habitude de montrer une image sereine, délicate, admirable, car pour elle, sourire était important dans ce monde de brute. Mais cela ne signifiait pas qu'elle était heureuse, et surtout pas après la vision d'horreur qu'elle vit il y a quelques minutes. Elle considérait tout simplement que c'était une force de sourire et de montrer un visage agréable aux personnes qui semblaient montrer de l'intérêt pour elle.

- En réalité, si je trahis la lune, c'est parce que j'ai été recueillie un jour par ma commandante actuelle. Elle m'a rendu ce que j'avais perdu sur les terres d'Azelia, et m'a prouvé qu'il y a du beau ailleurs également. Cette femme est mon modèle, c'est une figure puissante, courageuse et qui m'avait longtemps inspiré espoir. Elle est comme une grande sœur pour moi. Néanmoins, elle possède un désir ardent de voir la tête d'Azelia arrachée de son corps par son épée. Alors elle va partir livrer bataille également. Cela aurait pu être la seule raison qui me motive à me battre demain. Mais cette personne va s'en aller une fois victorieuse. Elle va rejoindre son véritable royaume une fois sa mission achevée, et je vais rencontrer le même problème. Là-bas, je ne suis pas la bienvenue...

Kula but une nouvelle gorgée de son verre avant de reprendre.

- Voilà ce qui me rend amère, Kakashi. Ce sont ces barrières entre pays, entre races. Ce sont ces idéaux qui s'opposent et qui empêchent les gens de se réconcilier. Cette guerre n'apportera pas une nouvelle pierre à l'édifice du monde que j'aspirais autrefois. Pourquoi ne peux t'on pas simplement écouter nos cœurs et avoir un avenir serein avec les gens que nous aimons ? Je sais que je sonne naïve et enfantine, mais c'est ce que j'aurais aimé au fond de moi. Ne pas me battre pour des personnes qui finiront par me considérer comme un lointain souvenir, ou pour des nations qui continueront de me traiter comme une étrangère même si nous finissons victorieux. Rien n'évoluera, tout empirera. Je ne suis ni perdante, ni gagnante à la fin de cette guerre. Tout ce que je souhaite, c'est essayer malgré tout de laisser un souvenir impérissable envers mon amie, en tant que celle qui a pu l'aider à atteindre son objectif. Je ne serais même pas surprise, Kakashi, si tu me dis que ton amie a souffert de cette même distinction entre les diverses populations qui ne sont pas capables de s'entendre.

Kula avait déballé tout ce qui l'écœurait à un étranger, à une personne qui ne la connaissait pas. Mais cela lui avait fait du bien de se confier. Au final, Kula avait-elle tellement peur de finir seule, entre Scylla qui va l'abandonner pour un royaume lointain et Law qui ne lui rendait pas le respect qu'elle lui montrait, qu'elle cherchait à se faire de nouveaux amis ? Qu'elle parla envers une personne avec qui elle va peut-être construire quelque chose comme une nouvelle amitié ? Après tout, cet homme semblait sincère et à l'écoute. Par chance, pour une fois que Kula tenta d'accoster quelqu'un par désespoir, elle semble avoir trouvé un homme sympathique. Mais elle ne comptait pas se laisser aller éternellement. Elle sait que cette guerre ne représente qu'une nouvelle perte pour ce monde. Ce monde qui oblige les gens de diverses nations, races, religions, coutumes à s'ignorer ou se séparer, autant que les mortels entre les immortels. Alors si Kula ne fait rien et attend que Scylla s'en aille pour prendre son avenir en main, elle finira par en souffrir. Ainsi, parler avec cet homme était un bon début pour elle afin de démarrer sa nouvelle vie une fois la guerre du noyau achevée.

- J'espère ne pas t'avoir déprimée davantage en cette soirée, mais je suis heureuse d'avoir pu m'exprimer avec un homme qui semble si ouvert. Quelques fois, échanger nos craintes et nos malaises peuvent nous permettre de participer à l'évolution de ce monde qui semble si opposé à toute forme d'altruisme. Et je suis contente de voir que cette fête a su rapprocher les gens entre eux, ne serait-ce que quelques heures. Alors...

Kula leva son verra et le tendit vers Kakashi.

- A la nôtre, Kakashi ! A ton amie que tu souhaites sauver ! Et à cette nouvelle année, qui, je l'espère tout de même, sera sous le signe d'une avancée dans la mentalité de chacun !

Kula trinqua avec Kakashi pour essayer, malgré tout, de retrouver un peu de motivation malgré le brouillard qui semblait couvrir l'esprit de ces deux personnes. Kula considérait qu'elle avait besoin d'un mental d'acier pour survivre à la prochaine bataille, et avoir parlé de tout ça lui avait fait beaucoup de bien. Cela n'allait pas arranger ses problèmes et craintes, mais au moins, c'était mieux que pleurer dans son coin. Cependant, alors que Kula souhaitait parler de quelque chose de plus gai avec cet homme, elle sentit une main sur son épaule gauche. En se retournant, elle vit son problème principal apparaître sous ses yeux. Law était là, une bouteille à l'autre main, complètement ivre.

- Bah alors… Kula… Je t'ai…. hic…. ch...che...cherché… partout… Ou t'étais ?

Kula fixa son verre, sans réagir à Law qui la dégoûtait une nouvelle fois. Elle serra fort de sa main son verre, comme si elle cherchait à le briser d'une simple pression. Après avoir passé ses nerfs sur son verre qui ne se brisa pas, elle baissa la tête, pleine de regrets.

- Désolée, Kakashi. Il faut que j'y aille...

Kula se leva de son tabouret, et, sans fixer Law, posa un dernier regard sur Kakashi, mais une fois de plus avec le sourire.

- Cela fut un plaisir de te rencontrer. Nous nous reverrons demain sur le champ de bataille. J'espère qu'on trouvera d'autres occasions, malgré tout, pour bavarder ensemble et parler de choses moins tristes la prochaine fois ! Bonne soirée !

Kula marcha à grands pas loin de Kakashi et de Law, qui essayait tant bien que mal de la suivre. Un moment, il lui attrapa le bras pour la retenir.

- C'était… qui… lui ?

Mais d'un geste brusque, Kula retira son bras de l'étreinte de Law qui marcha encore plus vite pour quitter ce festival et retourner au village Hajinmon. Là où elle n'allait probablement pas échapper à une longue conversation avec le pirate. Cependant, sa colère laissa des traces. Sans le réaliser, Kula avait, en mettant de la pression dans son verre, gelé ce dernier pour le transformer en un bloc de glace pourpre. Un détail que Kakashi allait probablement remarquer, le verre étant toujours posé sur le comptoir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Un avenir difficile Empty
MessageSujet: Re: Un avenir difficile   Un avenir difficile Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Un avenir difficile
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Forgeons l'avenir ! : Présentation de Kinumi Muramasa
» Operations de la PNH a Martissant
» US company in Haiti blames Cuba for loss of barge
» Un entrainement difficile [pv Akaido]
» Un passé & un avenir, tout ce joue ici. [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de la montagne :: Le village Hajinmon-
Sauter vers: