La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elfes et dragons

Aller en bas 
AuteurMessage
Eloraell
Reine
Reine
avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 14/07/2013
Age : 28

MessageSujet: Elfes et dragons   Mer 21 Nov - 18:19

Nombre de jours avant la chute de l'Astre: 6

Après une journée difficile, Eloraell se mit au travail pour regagner la confiance de son peuple qui la jugeait de trop influençable, au point de monter des alliances néfastes et dangereuses, notamment pour son propre peuple.

La garde elfique montait la garde comme à son habitude, et commença à bloquer l'entrée du village lorsqu'un groupe d'une dizaine d'hommes s'avança vers eux. Ce qui inquiéta les gardes, et les poussa à se préparer à dégainer leurs armes à tout moment, c'étaient les tenues portées par ces hommes et femmes qui approchèrent. Elles n'étaient pas sans rappeler des alliés provisoires des elfes qui menèrent beaucoup de leurs hommes vers la mort. Arborant une tunique blanche de sorciers ou de mages, les elfes reconnurent la tenue des dragons blancs. Apparemment, après le fiasco de la bataille solaire, ce clan anéanti décida de refaire surface. Mais à quelles fins ? Et comme les dragons blancs n'ont jamais apporté quoi que ce soit d'autre que du malheur chez les elfes, il était clair pour ces gardes que cette visite n'augurait rien de bon.

Devant le groupe, s'avançait en avant une jeune femme aux longs cheveux pourpres. Elle tenait un sceptre, la marque de fabrique des magiciennes du clan. Elle semblait plutôt jeune, probablement âgée entre 18 et 20 ans. Elle fixait les elfes sans la moindre émotion, ni joie, ni hostilité. Bref, bien que les elfes étaient sur leurs gardes, il était difficile de déceler quoi que ce soit chez ces dragons qui avaient le courage de revenir ici de la manière la plus naturelle possible après ce qui s'est passé.


Spoiler:
 

- Halte ! Déclinez votre identité ou partez !

- Bien entendu. Mon nom est Rinea Eingana, apprentie magicienne sous les directives d'Angel, troisième commandante de l'Ordre des Dragons Blancs. Mes suivants derrière moi sont les seuls survivants de la troisième division de notre clan. Nous venons ici pour entamer une série de négociations avec votre reine, messieurs. Veuillez sans plus tarder nous annoncer, je vous prie.

Une chose était sure, cette magicienne, pour une apprentie, n'avait pas froid aux yeux. Elle venait de s'annoncer sans broncher, avec la voix la plus robotique possible. En plus de demander de la manière la plus directe possible qu'elle soit amenée pour entamer une conversation avec Eloraell. En temps normal, les elfes n'auraient eu qu'une seule réponse: d'aller voir ailleurs si ils y étaient. Mais ici, il s'agit de dragons blancs, des êtres avec qui on ne peut plaisanter, même en sous-nombre, et ce qu'ils ont fait à la capitale solaire est une preuve assez pertinente. De plus, si cette magicienne est sous la direction directe d'Angel, une commandante, il était clair qu'elle devait avoir plus d'un tour dans son sac. Ainsi, les elfes décidèrent de retenir les dragons blancs, le temps d'envoyer un messager pour avertir Eloraell. Fort heureusement, la reine elfique accepta, bien qu'elle était en entretien privé avec une certaine valkyrie dans le palais royal. A la seule condition que la chef de file soit l'unique personne à pénétrer dans l'enceinte du palais. Les autres dragons durent attendre devant l'entrée du palais que Rinea Eingana en ait fini.

Eloraell eut largement le temps de s'installer sur son trône pour accueillir la nouvelle venue. En réalité, l'elfe était grandement étonnée par la venue des dragons blancs, surtout si c'est pour engager une série de pourparlers. Jusqu'où étaient-ils tombés pour en arriver à jouer les négociateurs ? Quoiqu'il en soit, Eloraell décida de demeurer la plus neutre possible et de camoufler sa surprise devant cette magicienne. Elle reçut la magicienne à bras ouverts, seule, sans conseiller ou sans Scylla.


- Bienvenue dans mon royaume, jeune magicienne. J'ai ouï dire que votre venue est purement pacifique. Je dois admettre que je suis grandement occupée, alors essayez d'être concise et de m'expliquer pourquoi cherchez vous à traiter avec nous.

- Je vous remercie de bien vouloir tendre une oreille attentive à mon égard, votre Majesté. Voici la raison de ma visite. Moi, mes frères et mes sœurs, souhaitons la libération de notre commandante, celle que vous retenez prisonnière.

- Cette Angel ? Une bien bonne effrontée si je puis me permettre. Et pourquoi autoriserais-je la libération d'une ennemie de mon peuple ?

- Nous, dragons blancs, avons pour principe de continuer d'exister, tant qu'il restera le moindre souffle de vie, même à un seul membre. Néanmoins, il nous faut un chef de meute pour pouvoir continuer notre lutte. Notre seigneur étant porté disparu, et tous les autres commandants décédés, il ne reste plus que mon mentor pour assurer la direction de notre clan, aussi démuni soit-il après les événements de cette fameuse nuit.

- Soit, et supposons que je vous accorde cette faveur, jeune apprentie, pourriez vous me parler de cette lutte qui justifierait votre existence ? Je ne veux pas paraître présomptueuse, mais qu'est ce qui pousserait un clan ayant perdu la face à deux reprises à continuer de se battre ? N'avez vous point appris la moindre leçon ? Si votre seigneur n'a pas su s'imposer face à l'adversité, en quoi cette Angel vous apporterait de meilleurs résultats ? Non, jeune dragonne, je refuse d'entamer la moindre négociation si vous n'admettez pas vos erreurs et qu'il est inutile de résister davantage. Vous êtes dans mon palais, fortement gardé. Un ordre de ma part, et vous rejoindrez votre amie dans la cachot. Alors apportez moi une réponse satisfaisante, je vous prie.

- Notre raison de lutter n'a pas changé, reine elfique. Nous nous battrons pour notre indépendance totale, pour créer une utopie parfaite pour les dragons. Rien d'autre n'a conduit les dragons blancs à se battre que cette unique raison. C'est ce que notre seigneur désirait, éradiquer tout obstacle à notre indépendance en éliminant tout ceux qui souhaitaient notre chute, puis invoquer le dieu des dragons afin d'échapper à l'emprise de la reine des damnés. Seulement à ce moment, nous connaitrions liberté parfaite et nous œuvrions à rendre hommage au véritable maître de la Yokume, le seigneur Manawyddan.

Eloraell trouvait cela absurde que les dragons cherchent encore à se battre pour des raisons qui peuvent paraître futile. Néanmoins, la reine elfique ouvrit grand les yeux et les oreilles lorsqu'elle nota le terme "reine des damnés". Alors finalement, Seto voulait réellement trahir Azelia ? Si elle n'était pas la reine de tout un peuple, et une simple amoureuse transit, elle aurait sourit, rassurée. Pour l'instant, elle devait surtout tirer cette information à son avantage. Mais avant qu'elle ne réponde, la magicienne reprit le cours de ses paroles.

- Je ne doute pas que vous devez être sceptique, confuse. Aussi, si vous acceptez de libérer notre nouvelle commandante en chef, nous vous offrirons ce que vos vœux les plus chers concernant notre peuple peuvent permettre.

- Mes oreilles ne me déçoivent jamais. Aies-je bien entendu ? Vous souhaitez donc marchander la libération de votre commandante ? Je suis effectivement sceptique, dragonne, mais pas pour les raisons que vous pouvez imaginer. Je trouve très étrange que vous parlez de la suprématie des dragons, mais vous demeurez là, béante, à baisser la tête face à moi. Pourquoi vous rabaissez vous à chercher à m'offrir ce que je souhaite en retour ? Vous, dragons, avez largement le pouvoir pour conquérir par la force, n'est ce pas ?

- En effet, mais en cette soirée et bataille, nous avons perdu. Nous sommes les perdants, et vous, les gagnants. Et c'est l'unique et immuable loi qui régit ce monde. Le perdant doit se soumettre aux gagnants.

Eloraell n'en revenait pas de ce qu'elle observait. Cette femme était tellement froide et imperceptible, elle semblait totalement manipulée par ces idées qui étaient également celles de Seto. Chez les dragons, il n'y avait bel et bien aucune autre réalité que celle-ci, où les perdants s'agenouillent devant les vainqueurs. C'était triste, et surtout, cela les éloignait réellement de la vérité. Une vérité que l'elfe comptait bien rappeler à cette Rinea.

- Dites-moi, dragonne, avant de venir me dire ceci, avez vous pris le temps de vous promener dans les rues de ma cité, et de regarder l'état des habitants ? Avez vous vu des sourires, de la joie ? Avez vous aperçu la moindre once de gaieté sur le visage des citoyens, des festivités, des rires et de la vitalité ? Aviez vous l'impression que mes citoyens étaient heureux ? Que le sentiment de victoire semble omniprésent chez mon peuple ? Alors refaites un tour à l'extérieur, prenez le temps de voir, entendre, observer, ne serait-ce qu'une petite demi-heure, et osez me répéter que nous sommes vainqueurs de quoi que ce soit.

- Je ne comprends pas.

- Mon peuple n'a jamais autant souffert qu'en cette période. Il n'y a pas le moindre vainqueur lors d'une guerre, seulement des perdants. Cependant, je peux vous proposer de participer à une nouvelle guerre. Une guerre qui prendra une toute autre dimension que n'importe quelle bataille qu'a connu votre peuple. Une bataille qui scellera enfin votre indépendance, cette indépendance que vous convoitez depuis des siècles. Cette guerre mettra fin à toutes les guerres pendant de nombreuses générations et stoppera son flot de victimes une fois remportée.

- Que proposez-vous ?

- De vous allier à moi et de me prêter main forte. La Yokume a beau vous considérer comme des ennemis, je vous vois, en revanche, comme une opportunité d'évoluer. Vous demeurez les soldats d'Azelia les plus accessibles et les premiers à me proposer une véritable négociation. Je ne compte pas laisser passer une telle chance. Apportez moi les informations que j'aies besoin et je m'arrangerais pour que vous connaissez enfin une véritable victoire: la paix dans le monde.

Rinea fixa Eloraell avec un regard sceptique. Le fait qu'elle pouvait paraître le genre de femmes à suivre les forts et les vainqueurs assez aveuglément ne l'empêchait pas, malgré tout, de se méfier de ce genre de discours. Néanmoins, la magicienne restait réfléchie, et actuellement, c'est cette elfe qui retenait prisonnière son mentor. Et ce simple mentor était actuellement le membre le plus gradé du clan encore en vie. Au fond, c'est sans doute le fait qu'Eloraell tenait le commandant principal des dragons entre ses barreaux, qui pouvait faire que Rinea considérait les elfes comme des vainqueurs, et qu'elle reconnaissait que les dragons étaient dans une position bien délicate. Enfin, ces mêmes elfes étaient la résistance principale du pays lunaire. Donc Rinea avait tout intérêt à écouter jusqu'au bout cette elfe qui était déjà bien clémente comme ça.

- C'est bon, j'accepte votre offre. Mais c'est uniquement parce que je tiens à la libération de mon mentor, et que je continue à croire, malgré vos paroles, que vous êtes le groupe vainqueur de cette bataille. Je n'étais pas directement sur le front, mais plutôt en position de soutien, et avec ce que j'ai vu, je peux vous dire que survivre à un tel chaos, alors que vous étiez prévue aux premières loges selon le maître, relève de l'exploit. C'est presque trop exceptionnel pour un peuple qui préfère le mot "paix" que "soumission". Je suis curieuse de voir si votre survie dépend du miracle ou de votre talent. D'autant plus que vous étiez l'épouse du maître. Un dragon ne s'attache pas à un autre peuple aussi facilement, à moins qu'il ait fait ses preuves par le feu et le sang. Je suis curieuse de voir ce qui vous rend si spéciale, vous qui avez grandi loin des armes.

- Si je peux, d'une manière ou d'une autre, éclairer votre lanterne, Rinea...

***

En premier lieu, Eloraell emmena Rinea jusqu'aux cachots du palais.

- La voici !

- Commandante ! C'est moi, Rinea. Est-ce que tout va bien ?

- Ouais… Putain ce que je me sens bien ! Un vrai palace ici. J'ai le droit à au moins trois coupes de glace au chocolat par jour ! MAIS NON, IDIOTE ! Je crève de faim, j'ai seulement droit à de la flotte avec un cube de bouillon dedans ! C'est de la torture ! C'est inhumain !

- Et moi qui croyais qu'aucune torture ne te ferait fléchir ! Tes mots ne sont que des mots finalement. Mais ne t'en fais pas, tu seras libre dès aujourd'hui de cette prison si, et seulement si, tu décides une bonne fois pour toute de me donner des informations sur l'ennemi et sur ce "noyau lunaire". Si tu ne le fais pas pour moi, fais-le pour ta disciple qui a fait une longue route pour te voir.

- Ah ! Utiliser ma disciple pour me faire parler, vous êtes plus sadique et perverse que je le pensais ! Mais vous n'y parviendrez pas, et ma disciple est extrêmement fidèle et docile. Jamais vous ne la forcerez à...

- Bon Angel, donnez lui toutes les informations qu'elle désire qu'on en finisse !

- QUOI ?

Même Eloraell, qui était du genre calme, mature et sérieuse, ne put s'empêcher de rire légèrement devant cette scène. Surtout qu'elle allait bientôt constater que cette Rinea, à elle seule, allait parvenir à ce qu'Eloraell ne parvenait pas depuis des jours.

- Tsss, vous voulez savoir quoi ?

- Premièrement, comment utiliser ce joyau au dessus de ma poitrine pour communiquer avec le dragon de Seto. J'y parvenais avant la bataille, mais désormais, il m'est impossible de rentrer en contact spirituel avec lui. Et comme je t'ai déjà dis, tant que le joyau n'est pas fissuré, ton maître est encore en vie.

- Normalement, c'est purement automatique. Si vous êtes pas douée, je ne peux rien pour vous.

- Ou alors, la fréquence spirituelle de Seto est difficile à retrouver car il serait trop éloigné de ce point. Pourtant, ces artefacts magiques permettent aux dragons de communiquer sur une distance recouvrant quasiment tout Atrium. C'est étrange. Il faudrait peut-être utiliser votre dragon, Angel, pour pouvoir aider Eloraell.

- Quand je sortirais d'ici, je te garantis que je te ressortirais la cravache pour toi, Rinea !

- Bon, et si vous obéissiez à votre très raisonnable disciple, Angel ? Cela ferait gagner du temps à tout le monde !

Angel acquiesça d'un simple geste de la tête. La reine elfique décida donc de faire signe à un garde d'ouvrir la cellule. Eloraell espérait que cette magicienne ne tente rien de stupide, mais elle n'était pas en position de force à l'heure actuelle. Une fois en dehors de sa cage à oiseau, la lieutenante des dragons blancs se plaça face à l'elfe, et posa ses deux mains sur le joyau de jade.

- Je vais ainsi créer un lien entre mon esprit et le vôtre. Cela éveillera le joyau sur votre poitrine. Vous n'entendrez pas la voix du dragon scellé dans mon esprit, mais lui, pourra scruter votre esprit pour activer le joyau, et il pourra donc tenter de communiquer avec Aithusan. Je vous prierais donc de croire à la bonne foi de mes paroles quand le lien sera achevé.

Une lueur verdâtre apparut entre Eloraell et Angel. Nul danger cependant, le corps de l'elfe paraissait parfaitement stable. Quand à Angel, elle semblait méditer les yeux fermés. En réalité, son dragon scellé en elle activait le joyau sur la poitrine de l'elfe pour qu'elle puisse partir à la recherche d'Aithusan, et par conséquent, de Seto. Eloraell voulait revoir le dragon une dernière fois. Même si la conclusion de la dernière rencontre avait pris une sale tournure, Eloraell voulait savoir ce que le dragon ressentait après cette défaite. Au fond, elle avait encore l'espoir que Seto écoute son cœur, d'autant que l'elfe avait beaucoup réfléchi depuis cette satanée bataille solaire. Elle savait désormais ce qu'elle avait à dire à Seto pour apaiser sa colère. Tout comme elle savait que Scylla avait épargné la vie du dragon et que si elle même croyait en la rédemption de cet homme, l'elfe y croyait aussi. Cependant, lorsque la lumière verte s'estompa, Angel montra une mine bien déçue, et Eloraell le remarqua.

- Mauvais nouvelle, ma tendre amie aux oreilles pointues, mais votre joyau est parfaitement opérationnel depuis le début. Il n'était pas désactivé. Le problème est tout autre. Mon fidèle dragon scellé en mon esprit est incapable lui-même de rentrer en contact avec Aithuan, et comme le joyau n'est ni fissuré, ni brisé, il n'y a que deux hypothèses qui s'offrent à nous. Rinea, si tu as bien suivi la formation de ta brillante mentor, sais-tu ce que cela signifie ?

- Oui, soit maître Seto a quitté Atrium pour traverser les frontières de Legendia, soit… il a été envoyé dans une autre dimension. Mais en aucun cas, maître Seto se trouve encore dans notre réalité.

Eloraell était subjuguée et en même temps curieuse sur le moment. Elle ne comprenait pas ces histoires de dimensions à vrai dire. Cependant, elle trouvait cela plus crédible que ce soit, hélas, la seconde option qui soit correcte. Pour la simple raison qu'Eloraell ne voit pas comment Seto parviendrait à rejoindre ce monde d'immortels. Même Scylla ne pouvait y aller librement, elle qui était une semi-valkyrie, et pas n'importe laquelle. Il ne serait probablement pas le bienvenue si il avait rejoint cette autre réalité. Alors, est-ce que Seto fut réellement envoyé dans une autre dimension ? Le pire était à craindre, hélas.

- Se pourrait-il qu'Azelia ait envoyé Seto en exil dans une autre dimension ? Pour le punir pour avoir échoué face à Scylla ? Angel, vous qui étiez au service de l'ordre lunaire, savez vous si Azelia est capable d'une telle prouesse ?

- Ca, je l'ignore complètement. Mais j'ai suffisamment vu cette reine lunaire à l'œuvre pour comprendre que le mot impossible ne fait pas partie de son vocabulaire. Je ne serais même pas surprise si cette dingue serait en mesure d'ouvrir des brèches vers d'autres dimensions.

- Une dernière chose, Angel, pouvez-vous me parler du noyau lunaire ?

- Vous savez, ma belle, que mes informations ne sont pas gratuites. J'ai cherché à rentrer en contact avec Seto pour ma liberté. Maintenant, il me faut autre chose pour ce nouveau coup de main. J'exige qu'on me prépare un plat qui comblera l'infâme creux dans mon estomac ! Et ne m'apportez pas un plat pour végétarien, hein ! Je souhaite avoir de la viande entre les dents. Je suppose qu'il y'a suffisamment de chaire fraiche dans votre forêt pour me préparer un festin, pas vrai ? Un bon sanglier ferait l'affaire !

- Bon sang, le monde est en danger et vous pensez avant tout à votre estomac ? Comment peut-on être aussi égoïste ?

- Bon bah, faudra trouver un autre rapporteur, madame l'elfe ! Allez viens, Rinea, allons casser la croûte dans une auberge pour fêter ma liberté !

- Vous êtes désespérante...

- La sauvegarde du monde vaut tous les sangliers du monde, et si l'humanité périt, vous ne risquerez plus de vous goinfrer dans la moindre auberge, que je sache. Mais bon, passons. Vous aurez ce qui est demandé.

***

Autour d'une bonne table ronde, Angel et Rinea se goinfrèrent d'un énorme sanglier, chassé directement au sein de la forêt noire. Les elfes n'étaient pas vraiment friands de viande de base. Ils préféraient se nourrir de ce qu'apporte la nature, ce qui leurs valurent une réputation de peuple végétarien. Néanmoins, les bêtes sauvages comme les sangliers saccagent les récoltes en fruits, légumes ou en céréales, ce qui fit que de nombreuses chasses furent ouvertes pour débarrasser la nature de ces animaux qui ruinaient le travail des agriculteurs. Et tant qu'à joindre l'utile à l'agréable, il fut décidé finalement que ces animaux servent à repayer les récoltes perdues en servant justement de repas. Il ne fut donc pas longtemps pour que les elfes servent un sanglier rôti aux deux dragonnes qui s'empiffrèrent devant Eloraell et également Scylla qui fut invitée à se joindre à la table. Néanmoins, la valkyrie, le coude gauche sur la table et le menton posé sur la paume de la main, semblait fatiguée de voir deux femmes se nourrir devant elle.

- Reine Eloraell, vous m'avez conviée pour que… j'observe cette mage ennemie se goinfrer ?

- Et t'en auras pas ! C'est bête, hein, valkyrie ?

- Oh, mais fais toi plaisir, magicienne ! Dévore ce sanglier comme il te convient, comme ça, avec un peu de chance, tu t'étoufferas avec un morceau de cartilage bien placé !

- Scylla…. Vermillion.

- On se connait ?

- Le maître nous avait parlé d'une ennemie dangereuse aux cheveux flamboyants et qui porte toujours une armure sur soit. Or, une telle femme qui aurait rejoint les elfes, ça court pas les rues.

- S'il vous plaît, pouvez vous vous arrêtez quelques instants ? Nous aimerions que vous répondiez à ma demande. Chaque minute est importante pour mettre en place une stratégie adaptée. Et vous voir martyriser cette nourriture est assez embarrassant en soi.

- Vous pwéférwez que che pwarle la bwouche pweine ? Chmé chom vous wouwé !

Scylla ne put s'empêcher de se coller la paume de la main sur le visage. Le conseil des seigneurs était déjà assez embarrassant à subir, mais là, c'était le bouquet. Elle voulait être loin, très loin d'ici, mais selon Eloraell, ces deux mages dragonnes étaient porteuses d'informations de la plus haute importance. Alors Scylla décida de se garder d'être écoeuré et attendit bien sagement que la pauvre bête rejoigne l'estomac des deux femmes. Une fois qu'Angel et Rinea aient fini de s'empiffrer, Angel fit la demande qu'on lui apporte un large rouleau de papier ainsi qu'une plume. Là, elle dessina une sorte de cercle qui prit une bonne partie de la largueur du parchemin, puis, elle relia aux quatre côtés du cercle plusieurs traits, qui semblaient former des routes ou des voies selon Scylla.

- Tout d'abord, il faut que vous sachiez que vu de l'extérieur, le noyau lunaire ressemble à un volcan. Mais à l'intérieur, il s'agit simplement d'une caverne qui, au fur et à mesure que vous la traversiez, vous emmène dans un monde souterrain qui s'étend à une bonne centaine de kilomètres du pays lunaire. C'est ça, le noyau lunaire, une zone sous terre où vous allez petit à petit vous enfoncer de plus en plus profondément, jusqu'à avoir l'impression que vous avez atteint les profondeurs des enfers. Au bout d'un moment, vous allez tellement être sous terre, que vous n'observerez même plus les parois supérieures de ce territoire au dessus de vos têtes, donnant le sentiment d'être dans un autre monde.

- Un autre monde ?

- Oui. Vous voyez ce que j'ai tracé autour de ce cercle qui représente le cratère ? Ce sont des fleuves qui coulent depuis quatre entrées du noyau lunaire. Chaque entrée est camouflé derrière une large cascade. Un être humain normal ne pourrait y pénétrer sans finir broyé sous ces courants d'eau qui s'écoulent depuis le sommet du cratère. Idem pour les navires. Il vous faudra trouver un moyen d'y pénétrer depuis l'extérieur. Moi, comme tout membre de l'armée lunaire, je passais par un portail, accessible uniquement, il en va de soi, depuis le château de son altesse royale. Bref, même si, une fois sous le cratère, vous serez dans l'obscurité, sachez que de nombreuses sphères, ressemblant à des cocons, possèdent en leurs creux une source d'énergie qui illuminera votre chemin, mais très faiblement. Il faudra donc que vous participez en éclairant le chemin vous même. Attention cependant ! La quantité d'énergie dans ces tunnels est faible et demandera donc de l'économiser un maximum si vous ne voulez pas tomber comme des mouches dès les premières heures. On peut ajouter que la largeur du tunnel est assez restreinte. Et en plus, vous risquerez de croiser des monstres qui seront difficile à esquiver dans une zone possédant un rayon aussi petit.

- Ce n'est donc pas l'idéal pour envoyer une armée. Nos hommes se marcheront sur les pieds.

- Ensuite, sachez que si vous atteignez le bout de ces tunnels, ils se croiseront en un point central qui permet bien plus de mouvements, mais cela prendra une bonne journée entière pour l'atteindre, peu importe le tunnel emprunté. Il s'agit d'une civilisation enfouie sous terre: les ruines de la cité d'Harbinger. Qui dit cité, dit zone de circulation.

- C'est donc là qu'on pourra réunir toutes nos factions. Mais comment allons-nous nous organiser ?

- C'est arrivé au beau milieu de ces ruines que vous ressentirez enfin l'impression d'être dans un autre monde et que vous n'apercevrez plus rien au dessus de vos têtes. C'est comme si vous étiez dans un monde dont la nuit est éternelle. Cela risque de jouer sur le moral des troupes, alors bon courage, héhé.

- Et après ?

- Après, il vous faudra chercher une large chapelle au bout de la ville, juste devant un large mur en pierre qui délimite le bord de la cité. Derrière les murs de la chapelle, vous y trouverez une brèche qui permet de passer outre le cul de sac, c'est donc à cet instant que votre route se poursuivra, et après… c'est là que les choses deviennent drôles. Vous allez atteindre, après encore une journée de marche, un long désert, avec encore une fois l'énergie qui se fait rare. Vous allez dépendre de vos propres ressources jusqu'au bout, c'est moi qui vous le dit. Mais si vous traversez ce désert, et si vous êtes capable, valkyrie, de ressentir l'Eldrit au loin, alors vous pourrez repérer le sanctuaire de Pandemonium qui sert de repère pour Azelia.

- Donc, en somme, trois jours de marche. Pour éviter de tomber en panne d'Eldrit, il va falloir se serrer les coudes et économiser un maximum nos réserves. Même pour moi, ca va être compliqué, surtout si nous croisons multiples vagues ennemies. Il va falloir que les plus puissants d'entre nous servent d'éclaireurs au sein de ces tunnels, et une fois arrivé dans cette civilisation enfouie, tout le monde devra donner du sien en cas de bataille.

- Oh, croyez moi que vous êtes mal barrés, valkyrie. Parce qu'à l'heure actuelle, l'armée lunaire compte un bon million de soldats.

Scylla demeura assez inquiète en entendant cette information. Un million de soldats que la valkyrie risquerait de combattre avant d'atteindre Azelia ? Même pour elle, les choses n'allaient pas être une partie de plaisir. Scylla comptait finalement être accompagné d'un grand nombre d'alliés, car dans une zone où l'Eldrit est rare, il fallait s'économiser un maximum pour éviter de tomber raide mort, et surtout, être encore en mesure d'être en forme pour le gros morceau, à savoir, Azelia. Scylla avait une réserve assez conséquente, mais ce n'était pas le cas de tout le monde, et avec un million d'ennemis, tout le monde allait devoir contribuer à la bataille et pas seulement les plus puissants. Scylla l'admettait, mais cette bataille était la plus dure qu'elle allait connaître, et de loin. Scylla tourna la tête vers Eloraell qui avait choisi de suivre la bataille du noyau lunaire. Si jamais l'elfe commencerait à s'inquiéter également après avoir entendu l'effectif total de l'armée ennemie, et qu'elle souhaite se retirer, la valkyrie avait l'intention de lui préciser qu'elle ne lui en voudrait guère de prendre peur. Néanmoins, Scylla fut très surprise de constater qu'Eloraell ne montra aucun signe de peur, de faiblesse ou de terreur. Elle reste la même, l'air décidé jusqu'au bout.

- Je te remercie, magicienne. Si un million d'ennemis nous devons affronter pour faire tomber le tyran, alors un million d'ennemis, nous affronterons.

- Vous plaisantez ? Un million quoi ! C'est du suicide. Qu'est ce que vous, les végétariens qui fument le calumet de la paix, pouvez faire face à un tel empire ? Parce que vous avez une valkyrie à vos côtés, vous pouvez penser que vous allez survivre à un tel affrontement perdu d'avance ???

- Je mentirais si je disais que même sans Scylla et son groupe, je partirais dans l'antre de l'ennemi. Effectivement, je m'en remets à elle pour cette opération périlleuse. Mais c'est le destin de notre monde qui est en jeu. Azelia a suffisamment prouvé qu'elle rêve de voir l'extinction de l'espèce humaine. Donc je combattrais jusqu'à la fin, pour mon royaume natal, et également pour Seto, pour lui prouver, si je le revois, que rien n'est impossible. Quand à toi, commandante Angel.

D'un geste rapide, Eloraell pointa du doigt Angel.

- Tu vas nous servir de guide dans ce noyau lunaire. Cela sera une façon honnête de payer ta dette, pour avoir servi d'obstacle majeur lors de la précédente bataille.

- C'est hors de question ! Même pas en rêve ! Je vous l'aies dis. Je m'en fous de ce salopard de Seto, comme je me moque qu'Azelia veuille nettoyer le monde des humains ! Pourquoi je risquerais ma délicate peau dans cet enfer lunaire ? Surtout pour guider mes précédents ennemis ? Hein ? HEIN ?

D'un geste brusque, comme pour la faire taire, Scylla posa son épée sur la table, provoquant un fracas de tous les diable, tout en faisant remuer la table, ce qui fit sursauter Angel. La valkyrie fixait la dragonne avec un sourire relevant presque du sadisme.

- Alors si tu refuses, c'est ici et maintenant que je vais m'occuper de prendre bien soin de ta délicate peau, petite hirondelle ! Tu crois que j'aies oublié que tu as ruiné mon plan presque parfait pour faire tomber Seto ? D'autant que j'ai failli crever par ta faute. Alors, quel poison veux tu choisir ? Moi ou le noyau lunaire ?

- Hiiiiiiiiiiiiii ! C'est bon ! C'est bon ! On vient !

- Donc, que préconisez-vous, reine Eloraell ?

- Il est évident que face à une telle armée, en plein territoire ennemi, privé d'énergie magique, on va devoir monter une coalition assez conséquente. J'espère que vous n'y voyez aucun inconvénient, Scylla.

- Hier, je vous aurais dis que cela me déplaît, car ce noyau semble être un piège à loup typique. Mais avec ce que j'ai entendu, un coup de pouce ne serait pas de refus. Il faut que je m'économise un maximum avant d'affronter Azelia. Je ne suis pas invincible pour autant. Ainsi, je veillerais à vous protéger de la menace ennemie, peu importe le genre. Mon rôle de chevalier sera enfin mis à rude épreuve.

- Parfait. Je suis ravie de vous l'entendre dire ! Donc comme il y'a quatre voies restreintes jusqu'au noyau lunaire, il va falloir diviser nos forces armées en quatre groupes. Malheureusement, comme le pays du feu ne possède aucun commandant, et que le Daimyo nous a tiré sa révérence, nous n'avons que trois armées à notre disposition.

- Oui, et depuis la bataille solaire, nous avons perdu au moins 90% de notre effectif. Nous sommes au moins une bonne cinquantaine de dragon blancs à être encore valides.

- Pas besoin de ce gamin capricieux. L'homme que je compte rencontrer bientôt fera un chef idéal pour représenter le pays de la montagne. Il ne refusera jamais de combattre à mes côtés. Vous pouvez me faire confiance à ce sujet.

- C'est une bonne nouvelle ! Je n'aies jamais visité le moindre village shinobi. Je ne connais quasiment rien à leur culture. Combattre à leurs côtés sera une expérience enrichissante. Quoiqu'il en soit, on enverra quatre factions distinctes. Les elfes d'un côté, le pays du désert d'un autre, le pays de l'eau et enfin, une dernière faction regroupant les dragons blancs et les shinobis. Nous nommerons divers fers de lances pour servir d'éclaireurs, afin de sécuriser ces voies qui semblent périlleuses. Je suis fière de voir une telle alliance voir le jour. Dragons, elfes, ninjas, guerriers de la terre comme de la mer, ainsi que d'un autre monde. Nous vaincrons, j'en fais le serment !

- Nous sommes prêts à lutter à vos côtés, reine elfique, Scylla Vermillion. Nous vous avons causé du tort et nous nous excusons. Nous récupérerons notre honneur dans les bas-fonds du noyau lunaire, au nom de Manawyddan !

- Ouais, soit… Bon, on peux passer à la paperasse ? Il faut qu'on signe un traité de paix et de non agression ou un truc du genre ?

- Chez moi, c'est comme ça qu'on signe un traité de paix.

Eloraell se mit debout et tendit la main vers Angel, avec un sourire radieux. Ce sourire prouvait qu'Eloraell avait pardonné aux dragons blancs, car elle savait désormais qu'ils ne faisaient rien de plus que lutter pour leur indépendance, leur sécurité, comme tout bon peuple le fait. Les yeux ébahis, presque émus, Angel et Rinea se levèrent de leurs places. La mage aux cheveux blancs comme la neige serra la main de l'elfe blonde, tandis que sa disciple aux cheveux lavandes s'empara de la main tendue de la valkyrie écarlate. Ainsi, une trêve fut crée entre les elfes et les dragons. Car chacun avait besoin de l'autre pour lutter contre Azelia et sa colossale armée, et bientôt, les ninjas rejoindront l'alliance. Jamais la Yokume n'avait connu une telle puissance combinée, et ça, Scylla ne le montrait pas, mais elle en était très fière. Fière de l'évolution des mortels face à la menace. Scylla comptait bien prouver à Azelia ses torts par cette coalition, tout comme Eloraell, au fond, voulait revoir Seto pour lui montrer que les dragons blancs ont pu enfin récupérer leur honneur, bafoué par l'imposteur solaire qu'ils ont cherché à conquérir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Elfes et dragons
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Profils Elfes de la forets noirs, et tribus du harad
» Les Elfes
» [Bande Engagée] Les Elfes noirs de Shalintanor
» Danses des Danseurs de guerre Elfes sylvains
» Satanés Elfes ! [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de la forêt :: Temple de la forêt-
Sauter vers: