La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Le royaume artistique

Aller en bas 
AuteurMessage
Seria
Princesse du vol noir
Princesse du vol noir
Seria

Messages : 38
Date d'inscription : 12/08/2015

Le royaume artistique Empty
MessageSujet: Le royaume artistique   Le royaume artistique Icon_minitimeMer 19 Sep - 8:28

Tandis que la question tant attendue pour l'aspirante avait été posée, cette dernière y répondit avec assurance et franchise, comme demandée par la princesse. Avant cela, cependant, elle prit le temps de faire part de son avis élogieux sur l'esprit, ainsi que l'attitude de sa nouvelle reine. Par la suite, elle expliqua dans les détails les raisons de son attitude désignée comme méprisable, ainsi que son état d'esprit. Et il semblerait que tout ceci soit l’œuvre de sa peur. Lorsque cette jeune femme était seule, face à une situation qu'elle ne contrôlait pas, elle devenait détestable. C'était sa façon de se défendre, sur cette zone qu'on nomme Atrium. Du côté de Seria, elle se contentait de laisser continuer sa nouvelle gardienne, sans réellement lui dire que sur Légendia, ce n'est pas nécessairement différent en ce qui concerne l'animosité entre vivants, d'où l'existence du vol noir. Elle espérait simplement que cette jeune gardienne avait dans un coin de sa tête cette réalité qui concernait la création tout entière, et qu'elle ne se fasse pas trop d'illusions sur ce « nouveau » monde qu'elle va découvrir. Quoi qu'il en soit, la suite de son discours en disait plus sur son nouvel état d'esprit. Ce dernier était plus protecteur, moins égoïste, à mesure que le temps avec son groupe pendant les épreuves s'écoulait. Et maintenant qu'elle était gardienne, et qu'une famille lui était offerte, il était inconcevable qu'elle tourne le dos à cela, en faisant preuve d'ingratitude et d'égoïsme. C'est donc une réponse positive évidente, qu'elle donna à sa nouvelle reine, quant à sa question. Aucune hésitation ne pouvait d'ailleurs être aperçue dans la voix ou le regard de cette gardienne, lorsqu'elle énonça son choix. À cela, la princesse esquissa un sourire satisfait, tout en prenant la parole d'une voix plus amicale.

- Excellent, c'était le genre de réponse que j'attendais de toi, franche et argumentée. Cela prouve que tu as bien compris l'enjeu, ainsi que la vie qui t'attend. Sache qu'avec cette seule réponse, je suis déjà plus convaincue que j'ai fait le bon choix en obéissant à l'impératrice. Maintenant, je vais me contenter de laisser faire le temps, pour observer si l'avenir ira dans le sens de tes paroles...

Suite à ces paroles confiantes, la princesse poursuivie de nouveau, cette fois d'une voix plus douce, comme quand elle parlait de ses gardiennes.

- On va s'occuper de faire en sorte que tu contrôles cette peur, et cet esprit qui t'a trop longtemps défini, ne t'inquiète pas. Aujourd'hui, tu n'es plus toute seule, Seira. Ta nouvelle famille sera toujours là pour toi, garde cela en tête. Que ce soit dans les meilleurs, ou les pires moments, on sera présent à tes côtés. N'oublie jamais ce que tu as appris dans cette arène : une gardienne n'est pas parfaite. Ni moi, ni tes sœurs n'attendront de toi la perfection. Simplement que tu sois toi-même, et franche avec toi-même et tes sœurs. N'est jamais crainte de parler d'une chose qui te tient à cœur ou qui te perturberait, nous sommes là pour t'aider à supporter tes douleurs et partager tes joies.

Finalement, Seria fit apparaître un cristal, une fois ses paroles terminées. Puis, un portail s'ouvrit, une fois qu'elle brisa ce dernier.

- Allez, je t'invite à me suivre, Seira. Il est temps de rentrer, dans ce qui va être à partir d'aujourd'hui, ta nouvelle maison.

C'est donc après ces mots, que la princesse invita sa nouvelle gardienne à quitter le Colisée, à l'aide du portail qui se trouvait face à cette dernière. Un portail qui avait la promesse de la mener là où son avenir et son existence pourront enfin évoluer...


* * *

Une fois le portail passé avec succès, ce dernier débouchait sur une zone boisée, baignée par une douce lumière provenant du soleil du zénith. La zone qui entourait la nouvelle gardienne était fleurie et vive. L'air y était doux, et l'atmosphère reposante. Le parfum des fleurs venant délicatement caresser les narines de ceux qui s'aventuraient en ces lieux. Un long ruisseau à l'eau cristalline semblait longer le bois. Cet endroit était loin d'être aussi étouffant qu'Ishgria. Il était donc presque évident qu'actuellement, la gardienne et sa princesse se trouvaient sur un autre royaume. C'était presque à se demander si ce royaume mystérieux était encore situé sur la péninsule d'Ishgria, ou si le clan de Seria se trouvait totalement sur une autre péninsule. L'ambiance et la flore ressemblaient un peu à ce royaume, Élizéa, où avaient atterri les aspirantes, après leur périple dans la zone du néant. Royaume qui était visiblement sous le contrôle des elfes, et qui se trouvait sur la péninsule d'Éternia. Quoi qu'il en soit, après quelques secondes, la princesse ferma le portail, et commença à avancer sur le chemin qui se dessinait à travers la forêt. Tandis qu'elle marchait, suivie logiquement par sa gardienne, elle reprit la parole.

- Bienvenue sur le royaume d'Éorzéa, Seira, ou plus communément appelé : le royaume fleuri. Surprise ? J'imagine que tu imaginais que le vol noir était entièrement installé sur le royaume mère de la péninsule, à juste titre. Mais ce n'est pas le cas, comme tu peux le voir. En vérité, quand on dit que le vol noir est une famille, c'est plus sur le plan spirituel. Physiquement, il n'y a que très peu d'échanges entre les clans. Les raisons à cela sont assez logiques et naturelles, en soi, mais la raison primaire, est que nous ne sommes pas assez stupides, pour positionner au même endroit, la totalité du vol noir. Si les clans sont si éloignés des uns des autres, c'est surtout une question de stratégie. Pour faire simple, si un clan tombe, les autres restent toujours debout. Si tu veux un rapide topo, le clan de ma sœur Sefia se trouve sur Ishgria, tandis que celui de mon autre sœur, Akame, se trouve sur Bectas. Quant à celui de ma mère, il est situé aussi sur Ishgria, mais quand il appartenait à ma défunte sœur, ce dernier était Vilanciel. La raison est que quand ma mère a récupéré le clan de ma sœur, il lui était impossible de changer de position. Son placement sur Ishgria lui permet d'avoir la mainmise sur le vol noir. Car tous nos membres hors des clans sont dispatchés en général dans la cité principale d'Ishgria. D'ailleurs, sache que l'impératrice est en vérité très peu impliquée dans le fonctionnement du vol noir. Caeldori, mon clan, ainsi que ceux à ses côtés qui dirigent le vol noir, s'occupent de détails plus extérieurs, afin de faire avancer notre ambition et atteindre notre objectif...

… C'est donc ma mère qui est réellement celle qui fait tourner la machine. C'est elle et son clan qui gèrent les affaires internes du vol noir. C'est d'ailleurs une des raisons qui fait que je ne serais jamais reine, et que ton ancêtre, Cecilia, a été choisi à la place d'une princesse, lorsqu'il a fallu remplacer ma mère. Je suis bien trop extérieur au vol noir et à ses soucis internes, pour que je puisse reprendre un tel flambeau. Et de toute façon, le pouvoir ne m'intéresse pas, et je n'ai guère ce qu'il faut pour être reine. Si ma mère est sage et expérimentée, moi, je me trouve toujours assez immature pour un tel poste. Je n'ai pas l'esprit pour un tel rôle. Je suis encore bien trop provocatrice et prétentieuse, dans ma façon d'être, héhé...

Tandis que les deux femmes continuaient leur chemin sur le chemin, elles arrivèrent sur une zone assez dégagée, où l'on pouvait observer divers champs fleuris tout autour de leur position. À présent, certaines bâtisses étaient également observables le long de la route. Mais ce qui attirait l'attention, était surtout l'horizon qui se trouvait au bout de la route. Si on plissait les yeux, on pouvait apercevoir une très haute silhouette indescriptible, ressemblant à une fleur géante, au loin.

- Nous sommes presque arrivés, Seira, ce n'est plus très loin. Si cela t'intéresse, sache que ce royaume se situe bel et bien sur la péninsule d'Ishgria. En fait, il est à l'extrémité de la péninsule, touchant la frontière nord, de la péninsule d'Éternia. C'est une des raisons qui fait qu'ici, comparer au centre de la péninsule, nous avons deux cycles de soleils sur trois. De plus, la chaleur est bien moins torride que sur les autres royaumes. Si tu te poses la question, ce n'est pas parce que l'impératrice habite sur ce royaume, que mon clan y est installé. C'est juste... que pour certaines de tes sœurs, la nuit est un moment difficile... Dans mon clan, nous préférons largement la chaleur du soleil, que la lumière nocturne des deux lunes qui éclairent le centre de la péninsule... Et puis entre nous, n'est-ce pas agréable, cet air fleuri et cette sensation de liberté qui règne en ce lieu ? C'est pour cette qualité, que mon clan se situe ici. Il n'y a pas de meilleurs endroits, pour l'épanouissement et la stabilité de tes sœurs. J'espère juste que tu n'as rien contre les fleurs et ce genre d'endroit, car sinon, s'exclama la princesse en haussant des épaules, bien tant pis, tu feras avec de toute façon. Mais je ne m'inquiète pas, de ce que j'ai cru observer sur le sable du Colisée, tu as un certain attrait pour l'art, n'est-ce pas ? Ta dernière technique était très belle, en passant, très artistique.

La princesse Seria avait visiblement bel et bien observé tout le combat de sa gardienne. Allant jusqu'à avouer avoir été impressionnée par l'assaut final de la concerner. Quoi qu'il en soit, tandis que la princesse faisait la discussion, cette dernière et la gardienne arrivèrent finalement à proximité de cet horizon. À présent que les deux femmes étaient toutes proches, la nouvelle gardienne pouvait se rendre compte qu'une petite cité se trouvait devant cette dernière.

- Et voilà, nous sommes arrivés. Bienvenue à Florem, Seira, la cité fleurie. Ma bâtisse, où se trouve ta nouvelle famille, n'est plus très loin. En attendant, je te présente la petite cité où tu vas passer pas mal de temps. C'est ici que nous venons pour les vivres et autres besoins du clan. Pour l'anecdote, tu remarqueras qu'il n'y a que des femmes dans les rues. C'est tout simplement, car cette ville est interdite aux hommes. D'où son surnom de cité de la beauté. C'est visiblement une tradition datant de bien avant l'arrivée du vol noir en ce lieu.

C'est donc sans attendre, que Seria repris son avancé, cette fois à travers la cité, en direction de son clan. L'occasion pour Seira, de pouvoir observer la cité des fleurs. Le moins que l'on puisse dire, était que cette petite cité était originale. Les structures étaient toutes structurées afin de ressembler à des fleurs. Pour les bâtisses plus conventionnelles, elles étaient faites de pierre polies, recouvertes de fleurs. Les rues quant à elles étaient éclairées, et bien vivantes. Le sol était recouvert de marbre, décoré de symboles artistiques. Pour le reste, on y trouvait tout ce qu'une cité possédait, allant des magasins, en passant par les auberges et restaurants. Ce n'est d'ailleurs qu'une fois arrivé sur la place principale, que la gardienne pouvait enfin confirmer ce qu'était ce monument qu'elle avait observé depuis l'horizon. Il s'agissait d'une énorme rose en argile, trônant au milieu de la cité, servant certainement de symbole. Enfin, pour ce qui est des habitantes, le détail qui pouvait étonner, était qu'il n'y avait pratiquement aucune légendienne de race commune. On croisait surtout des humanoïdes de plusieurs races, allant des elfes, en passant par de nombreuses femmes possédant des oreilles d'animaux sur la tête, ainsi qu'une queue. Mais la gardienne ne devrait pas pour autant se sentir isolée, il y avait aussi des femmes de race basique, et également certaines avec des cornes.

- J'imagine que c'est la première fois que tu vois des humanoïdes avec cette apparence, hum ? Ces femmes avec des oreilles de bestiaux font partie de la race des Miqo'tes. Quant au reste, inutile de te présenter les elfes ou les créatures nocturnes de la péninsule Extérieure. Je crois que ça s'appelle des succubes d'où tu viens, c'est cela ? Sache qu'ici, c'est appelé des Lyn. Dans tous les cas, dans cette cité, toutes les races vivent en harmonie, comme tu peux le voir. Même s'il y a peu de discrimination raciale sur Légendia, il reste toujours des injustices touchant que certaines « races ». Autant dire que tes cornes seraient, par exemple, guère apprécier sur la péninsule d'Éternia.

Tandis que les deux femmes poursuivirent leur chemin, à travers la cité de la beauté, on pouvait noter qu'il y avait presque pas de réactions, au passage de la princesse Seria. Cela était également le cas, pour Sylvanas, dans la cité où son clan est installé. On pouvait donc imaginer que la princesse, ou la reine, ont elles-mêmes demandé à ne pas agir différemment en leur présence. Il était évident de toute façon que ni Seria, ni Sylvanas ne se sentaient supérieures à quiconque. C'était d'ailleurs visiblement le cas de tous les dirigeants du vol noir, selon les dires de Ciara, pendant les épreuves. Quoi qu'il en soit, la ville était visiblement bien animée, en plus d'être très artistique dans son architecture. Bref, après avoir longé la cité, les deux femmes commencèrent à sortir de la zone active. Puis, au bout de quelques minutes, elles arrivèrent dans un coin de la cité assez calme, silencieux, reposant. Finalement, après une dernière foulée d'une centaine de mètres, la route se termina devant un jardin d'une beauté à couper le souffle, avec un peu plus loin, une bâtisse magnifique. Cette dernière semblait posséder plusieurs étages, ainsi que de s'étaler sur une assez large zone du jardin. Sa localisation reculé dans la cité, ainsi que son imposante architecture, laissait peu de place aux doutes. Il devait certainement s'agir de l'habitation de Seria, ainsi que de son clan. Ce qu'on pouvait dire, c'est que c'était très loin du château gothique de la reine, ou la princesse Sefia. Ici, c'était plus similaire à un temple, à l'architecture artistique identique au reste de la cité. La bâtisse était entourée comme dit précédemment par un magnifique jardin, avec tout autour, une forêt verdoyante. On pouvait observer des rosaces en argile au sol, avec des petits cristaux à l'intérieur, servant de lumière en période nocturne. Le temple lui, était entouré par un ruisseau qui en faisait entièrement le tour. Le seul moyen de rejoindre la bâtisse était donc de passer la magnifique passerelle en bois qui reliait le jardin et le temple.

- Et voilà, voici ta nouvelle maison, Seira. C'est ici, que je vis, avec tes sœurs, et où tu vas désormais vivre à ton tour. Héhé, lança la princesse, semblant amusée, j'imagine que tu t'attendais à un château gigantesque, aux remparts impénétrables, hein ? J'espère que tu n'as rien contre un style plus calme, et naturel. En fait, cette cité est un ancien bastion régi par les elfes, du coup, la plupart des structures s'y trouvant, sont d'architectures elfiques. Et je t'avoue, que tes sœurs et moi-même avons trouvé cela appréciable, de garder ce style. Nous avons donc simplement refait quelque peu la décoration intérieure et extérieure, sans changer le style en lui-même. Cela est bien mieux qu'un château étouffant où l'on pourrait se sentir prisonniers. Cet endroit est un vrai paradis pour des personnes qui cherchent le calme, et la stabilité, comme tes sœurs.

C'était donc officiel à présent, cette bâtisse et ce lieu étaient bien le lieu où vivaient les nouvelles sœurs de la gardienne, ainsi que la princesse Seria. Il était clair que ce n'était pas le lieu rêvé pour s'entraîner avec acharnement comme le faisait le clan de Sefia. Ni le lieu désigné si l'on est allergique aux fleurs et à l'art. Ici, c'était plutôt un lieu pour se reposer, pour trouver l'inspiration, pour évoluer dans un esprit libre. Du coup, c'était presque paradoxal, de se dire que dans ce lieu de paix, vivaient les gardiennes les plus puissantes du vol noir, et indirectement, le clan le plus au front et donc le plus combatif. Mais l'autre point également pointé du doigt, était que visiblement ces gardiennes avaient un certain accueil chaleureux pour tout ce qui touche à l'art.

- Allez, viens, allons faire un tour à l'intérieur, Seira.

C'est donc après ces paroles, que les deux femmes traversèrent la passerelle, et pénétrèrent dans la demeure, en empruntant l'imposante porte en bois de laurier qui servait d'entrée. Et ce qu'on pouvait dire, était que l'intérieur était tout aussi beau que l'extérieur. Les murs étaient recouverts de fresques magnifiques servant de peinture, tandis que le sol, lui, semblait avoir été coulé à partir d'or pur. La structure de la bâtisse, elle, pouvait être observée rapidement, de la position actuelle. Les deux jeunes femmes se trouvaient donc dans un hall assez large, avec face à l'entrée, un escalier donnant sur les étages supérieurs. Tandis qu'à gauche et à droite, des portes menaient sur les autres ailes du temple. Il n'y avait plus aucun doute qu'il s'agissait bel et bien d'un style qu'apprécient généralement les elfes, vu la grandeur des lieux et sa structure. Ce temple devait certainement être l'ancien lieu où résidait la royauté qui régnait sur la cité.

- Bon, je te ferais bien la visite, mais je dois m'occuper de certains détails te concernant, avec l'impératrice. Mais pour l'instant, je ne pourrais rien te dire, comme je te l'ai déjà dit précédemment. Mais ne t'inquiète pas, tu seras très rapidement convoquée par Caeldori. En attendant, je peux simplement te demander d'être patiente, tu auras certainement bientôt les réponses que tu attends, fait moi confiance...

… Hum, semblait réfléchir Seria, en observant aux alentours, où peut-elle bien être... ? Miyu ? Tu es là ? Nous avons une nouv...

- Je suis là.

- Kya !

La personne qui venait de répondre était apparue soudainement dans la pièce, semblant surgir du néant lui-même. Cela fit sursauter la princesse qui laissa échapper un petit cri plutôt mignon, à l'opposé de sa prestance affichée. En même temps, il fallait dire que cette « Miyu » avait, en plus d'avoir surgi de nulle part, touché l'épaule de la princesse. Il était évident que son attention de l'effrayer était volontaire. Et voyant son sourire amusé, ainsi qu'un petit rire malin l'accompagnant, on pouvait se douter que cela l'amusât clairement.

- Bordel Miyu, je déteste quand tu sors de nulle part comme ça !

Finalement, la silhouette du nom de Miyu fit le tour de Seria, afin de se placer face aux deux femmes. C'était l'occasion d'avoir un aperçu de cette dernière. Cette Miyu était donc d'une taille moyenne, possédait une longue chevelure blonde, ainsi que des cornes sur la tête. Au niveau du style, c'était difficile de s'exprimer, car la jeune femme était en tenue complètement décontractée. Une légère robe couvrant que très peu de parties du corps servait de tenue, et ça s'arrêtait là. Le reste, c'était totalement à nu. Au moins, c'était l'occasion de pouvoir se rendre compte de la beauté enivrante de la femme à l'apparence accueillante. On pouvait néanmoins remarquer que la jeune femme avait encore quelques gouttes d'eau qui perlait le long de ses jambes et ses pieds. Elle devait donc sortir d'un endroit humide, comme un bain, peut-être ?
Spoiler:
 


- Tu es toujours si adorable quand tu es effrayée, hihi, c'est plus fort que moi.

- H-hum, sembla gêner la princesse, b-bon, je te présente notre nouvelle sœur, Seira. Seira, je te présente Miyu.

La femme qui répondait au nom de Miyu s'inclina avec respect et élégance, puis reprit la parole d'un ton toujours aussi amical et agréable.

- Enchanté, Seira, c'est un plaisir de te rencontrer. Je te prie de pardonner ma tenue, je sors tout juste de mon bain. Et je ne voulais pas faire attendre un appel de notre chère Seria.

- Très drôle, s'exclama la princesse, presque vexée, voire boudeuse, bon, je peux te confier notre nouvelle sœur ? Je dois aller m'occuper de plusieurs détails en ce qui concerne Seira.

- Bien sûr, ce sera un plaisir de servir d'hôte à notre nouvelle sœur.

- Bon, c'est donc décidé, je te laisse avec Miyu, Seira. Avant que je parte néanmoins, sache que Miyu n'est pas vraiment une gardienne à proprement parler. Tu peux la considérer comme ta supérieure directe. Elle a autant d'autorités que moi sur ce clan, si ce n'est plus. Donc, en théorie, c'est plutôt à Miyu que tu devras faire part des choses qui te tracassent ou si tu as un souci quelconque. Disons qu'elle est bien plus disponible que moi, et c'est elle qui s'occupe réellement de toi et de tes sœurs. C'est un peu comme... votre maman !

- Seria, lança la « maman » du clan, d'un air sérieux et foudroyant, je te mets au défi de répéter ce que tu viens de dire !

- Héhé, semblait paniquer soudainement la princesse, se grattant l'arrière du crâne, bon, moi, j'y vais, à plus tard, Seira !

- Kh ! Seria, je n'ai pas fini avec toi !

Mais c'était trop tard, la princesse s'empressa de fausser compagnie à sa nouvelle gardienne et cette Miyu. Quoi qu'il en soit, maintenant que la jeune femme cornue était seule avec la nouvelle gardienne, elle reprit son air habituel, ressemblant fortement à celui réconfortant de Sylvanas, et s'adressa à son interlocutrice de nouveau.

- Bien, même si Seria a déjà fait les présentations, permet moi de me présenter de manière plus conventionnelle et officielle. Je me nomme Miyu, mais tu te doutes que ce n'est pas mon vrai nom. En vérité, je me nomme Azaléa Maxwell. Mais je te prierais de m'appeler Miyu, si tu le veux bien. Il est préférable que ma véritable identité ne soit pas connue à l'extérieur de ce clan et pour les autres membres du vol noir.

Suite à cette présentation, Miyu observa de haut en bas la gardienne, tout en se tenant le menton, semblant pensive.

- Hum, tu es dans un état ma pauvre. Tu as dû en voir de toutes les couleurs dans ce Colisée, n'est-ce pas ? Ne t'inquiète donc pas, une fois que je t'aurais fait visiter un peu ta nouvelle demeure, nous nous occuperons de cela. En attendant si nous commencions la visite ? Veux-tu bien me suivre, Seira, je te prie ?

C'est donc ainsi que la jeune femme commença à faire la visite à la nouvelle gardienne. Miyu commença donc par l'étage du bas, et l'aile droite, dans laquelle elle présenta une magnifique pièce servant visiblement de bibliothèque. Il y avait des livres par centaines, bien rangés sur des étagères aux quatre coins de la salle. Au centre, un charmant coin détente pour se poser tranquillement afin de lire son livre. Faisant face à cette pièce, se trouvait ce qui semblait être la cuisine, et tout au fond de l'aile, une pièce immense servant de salle à manger.

- Voilà pour cette aile de la demeure. Libre à toi, si tu es friande de lecture, de te perdre dans des lectures infinies de notre bibliothèque, après tout, elle est également à toi, à partir d'aujourd'hui ! Quant à cette pièce, c'est ici que nous dégustons nos dîners. C'est important pour nous, de partager des moments tous ensemble, dans cette salle, autour d'un bon repas chaleureux. D'ailleurs, un repas spécial de bienvenue est prévu en cette soirée, pour toi !

La visite de l'aile droite effectuée, Miyu invita à présent la gardienne à directement monter les escaliers, sans avoir au préalable visité l'aile gauche.

- Ne t'inquiète pas, nous visiterons l'aile gauche à la fin, car c'est là-bas que se trouvent notre terminus et l'endroit qui va te revigorer. En attendant, si tu veux bien me suivre à l'étage, ma belle.

C'est donc à l'étage à présent, que se passait le reste de la visite. Miyu s'arrêta donc au premier palier, et se contenta de montrer sans réellement ouvrir de portes, le couloir qui s'étendait devant elle.

- Bien, cet étage, Seira, c'est celui où se trouve ma chambre, celle de Seria, ainsi que celle des invités, pour le peu qu'on en reçoit. Donc ce n'est pas réellement ici que tu vas passer du temps, crois-moi. C'est cependant l'endroit où tu as le plus de chance de me trouver, si tu as besoin de quoi que ce soit à l'avenir, d'accord ? Comme l'a très bien expliqué Seria, je ne suis pas vraiment une gardienne à proprement parler, mais plutôt une aide à l'évolution pour tes sœurs et toi, à l'avenir sûrement. Bon, ne t'amuse pas de m'appeler maman, hein ? Sinon, ça ne va pas le faire !

Finalement, après cet interlude et cette explication, les deux femmes atteignirent le dernier étage. À l'instar du précédent, l'hôte s'engouffra dans le couloir de cet étage.

- Bon, ici, c'est l'étage des chambres de tes sœurs, et depuis peu, la tienne. Nous avons tout spécialement préparé une chambre pour toi, en sachant que tu allais arriver. Ho, ne soit pas étonnée, tu as certainement deviné depuis le temps, que pour nous, cela ne faisait aucun doute que tu allais réussir et également nous rejoindre sous peu. Il n'y a pas de hasard, tu n'es pas d'accord ?

Tandis que la gardienne cornue parlait, elle s'arrêta finalement devant la première porte du couloir, mais sans l'ouvrir. Cependant, à travers la porte, on pouvait entendre une mélodie, visiblement du piano, si la nouvelle gardienne était connaisseuse. D'ailleurs, cette mélodie était également audible au premier étage en tendant bien l'oreille. C'était donc de cette chambre qu'était joué cet air reposant.

- Bien, derrière cette porte, se trouve la chambre de ta première sœur, Nine. Cependant, quand elle est dans son monde, il serait dommage de la déranger, tu ne crois pas ? Elle sera présente de toute façon ce soir au repas, soit patiente, héhé. Mais comme tu peux le voir, Nine est notre maestro de la famille. Sa chambre possède un nombre incalculable d'instruments et de partitions. Tu apprendras à la connaître en temps voulu, mais sache que la musique est un refuge pour ta sœur. C'est même son salut... Enfin bref ! Continuons la visite !

La prochaine porte, était à quelques mètres de celle de cette Nine, à sa gauche. Cette fois, Miyu n'hésita pas à entrer, et présenter la chambre à la nouvelle gardienne. Bien sûr, il n'y avait personne à l'intérieur, ce qui ne semblait pas étonner l'hôte. On pouvait cependant noter le décor assez artistique de la chambre. Les murs étaient couverts par une imposante collection de lames courtes, de sabres, et d'armes en tous genres. Pour le reste, c'était une chambre assez classique.

- Voici la chambre de ta sœur Ayano. Comme tu t'en doutes, elle n'est actuellement pas présente, mais tu la verras également ce soir. Néanmoins, tu peux le voir, ta sœur est véritablement obsédée par les belles lames et autres reliques dans le genre.

La suite de la visite, se passa juste dans la porte d'en face. Encore une fois, la gardienne cornue frappa, mais aucune réponse, ce qui la décida à ouvrir la porte. Cette fois, la chambre était commune dans sa décoration, voire assez bordélique. Mais c'était surtout des livres qui traînaient, ainsi que pas mal de feuilles volantes où quelqu'un s'était amusé à dessiner. Un seul coup d’œil suffisait à se rendre compte cependant que le talent du dessinateur était à couper le souffle. D'ailleurs, sur les murs, des toiles pouvaient être observées. Elles étaient similaires à celles, se trouvant dans le hall et les autres pièces. C'était donc cette gardienne qui servait visiblement de décoratrice d'intérieurs au clan. L'autre détail amusant était que sur diverses étagères, ainsi que sur le lit, se trouvait des peluches. Il y en avait de toutes sortes, mais heureusement, ne prenaient que très peu de place.

- Et ici, je te présente la chambre de ta sœur, Setsuna. Setsuna est un peu notre petite sœur, étant la dernière à être arrivée. Mais elle va être contente, à présent, c'est toi, la petite sœur, hihi. Comme tu peux le voir, c'est une véritable artiste ! Mais c'est également une férue de lecture ainsi que d'histoires anciennes et de légendes !

Finalement, Miyu referma la porte, et ouvrit celle juste en face, sans frapper cette fois. Cette fois, il y avait une chambre classique, avec le confort nécessaire pour passer une bonne nuit. Bien que comme les autres chambres, les meubles et les lits étaient loin d'être issus du recyclage. Tout dans la demeure était magnifique et classieux. Des murs, en passant par le sol, le plafond, et les meubles. Absolument tout, faisait plus penser à une demeure de monarque, que d'un paysan.

- Et voici ta chambre, Seira. Comme tu peux le voir, elle est plutôt classique actuellement. Mais c'est justement à toi d'écrire ton histoire à l'intérieur. C'est ton chez-toi, donc ce serait un manque de respect d'oser la décorer nous-même, tu ne penses pas ?

Suite à la visite de la chambre de la nouvelle gardienne, Miyu invita cette dernière à finalement prendre l'escalier situé à la sortie du couloir. Il y avait visiblement un escalier à chaque côté du couloir, pour rejoindre les différents étages. Il n'y avait plus aucun doute, c'était bien une demeure appartenant à une ancienne haute royauté. Quoi qu'il en soit, les deux femmes étaient donc de nouveau dans le hall principal. Suite à cela, Seira fut invitée à prendre le couloir de l'aile gauche cette fois. Ce dernier était assez long, et était d'ailleurs ouvert, donnant une vue sur le jardin.

- La visite de cette aile sera rapide, en fait il n'y a pas vraiment de pièces. Il y en a juste une seule, mais c'est la plus importante de toute la demeure ! C'est ici que nous passons le plus clair de notre temps !

Enfin, après les paroles motivantes de Miyu, cette dernière ouvrit une grande porte donnant sur une pièce immense. La salle devait bien faire deux fois la taille du hall, et était baignée par une atmosphère absolument incroyable. C'était difficile à décrire, mais l'air était incroyablement pur, reposant, enivrant. Cela n'avait rien de naturel, c'était évident, que quelque chose provoquait cela dans la pièce. Cependant, il suffisait d'une simple observation, pour se rendre compte qu'au centre de la pièce, se trouvait une source d'eau. Cette pièce était en vérité un bain géant, où trônait une source d'eau d'une couleur assez étrange. Cette dernière semblait chaude, au vu de la vapeur qui s'en dégageait, mais ce qui était le plus étonnant, était qu'elle était d'un clair absolu. On pouvait presque penser que c'était simplement de l'air solide, tellement elle semblait légère. Néanmoins, un autre détail attirerait n'importe quelle attention, et ce détail, c'était la silhouette d'une jeune femme, tranquillement assise sur le bord de la source, semblant plonger dans une lecture passionnante, vu que cette dernière n'a pas noté l'arrivée des deux femmes.
Spoiler:
 


- Ho, tiens, si ce n'est pas Setsuna. Elle était donc ici ? Pas étonnant, héhé. Bon, autant te la présenter dans ce cas, allons la déranger !

Miyu s'avança donc de quelques pas, et comparée à ce qu'elle avait fait à Seria, ici, elle se contentait de simplement prononcer le nom de la gardienne, afin de la sortir de son occupation. Cela fit effet sans trop tarder, et la jeune gardienne tourna la tête, surprise. L'occasion pour la nouvelle gardienne de pouvoir observer le visage de cette Setsuna. Bien qu'elle l'ait déjà vu à l'époque, ce n'était pas la gardienne qui s'était le plus imposée. Quoi qu'il en soit, Setsuna fixa rapidement son regard sur Seira, comme si elle venait de la remarquer. Puis, plus les secondes passaient, plus son visage devenait rouge, jusqu'au moment où elle retourna rapidement la tête, et s'empressa de se lever en saisissant une serviette, afin de cacher son corps nu.

- Hyaaa ! M-m-m-miyu ?! T-t-tu aurais p-p-pu prévenir !

La pauvre gardienne était rouge comme une tomate, tenant fermement sa courte serviette, tentant de cacher le maximum de peau. Même si cela cachait réellement que la petite fleur, et le début de la poitrine.

- Hahaha, désolé ma chérie, mais tu semblais perdue dans ta lecture, ce n'est pas ma faute. Allons, ne soit pas timide, après tout, c'est notre nouvelle sœur qui se trouve à mes côtés.

- Ho... ?

La gardienne gênée se détendit légèrement et commença à plonger son regard sur celle qui était désignée comme sa nouvelle sœur. Puis, au bout d'un court instant, elle s'exclama enfin, comme si elle venait de se rappeler de quelque chose.

- Ha ! Je te reconnais, tu es la femme que l'impératrice nous avais demandée de trouver sur Atrium ! A-alors c'est toi, notre nouvelle sœur ?! Woah, c'est génial, tu as réussi les épreuves et tout alors ! Héhé, je suis si contente de voir que tu vas bien ! Ayano et moi, on se faisait un sang d'ancre après t'avoir quitté !

Setsuna se détendit instantanément et perdit dans le même temps sa timidité. Mieux, elle s'avança sans perdre de temps, et s'inclina tout en saluant sa nouvelle sœur, en tentant toujours de maintenir sa serviette, malgré le geste d'inclinaison.

- Enchantée, je suis contente de te revoir ! J'espère que tu ne m'en veux pas trop de ne pas m'être présenté à toi la dernière fois... C-c'est juste que j'avais un peu peur... Quand je ne connais pas, je suis assez timide, héhé...

La gardienne venait de rougir de nouveau, en se rendant compte qu'elle était toujours complètement nue, devant sa nouvelle sœur. Comme la première fois qu'elles se sont rencontrées, la gardienne semblait assez marrante dans son attitude. Dans tous les cas, elle reprit rapidement la parole, de sa voix douce, légèrement timide, collant parfaitement à son apparence et son visage.

- Hum, j-je vais vous laisser, j-je dois aller quelque part !

- C'est vrai ce mensonge ?

- O-oui !

Il était évident que la gardienne souhaitait quitter au plus vite cette situation gênante. Si ces gardiennes ne devaient pas avoir de pudeur entre elles, c'était visiblement loin d'être le cas avec une étrangère, et c'était logique.

- Bon, bien, nous te reverrons ce soir au dîner, de toute façon. Allez, tu peux y aller, ma chérie, héhé.

- À c-ce soir !

- Ho, attends, s'exclama Miyu, semblant avoir oublié quelque chose, toi et ta nouvelle sœur vous êtes presque identique niveau taille et physique, ça te dérangerait de lui prêter quelques vêtements ? Ceux qu'elle a actuellement vont partir dans un monde meilleur.

- Ha ? Non, pas du tout, ça ne me dérange pas. Ma chambre est au deuxième étage, première porte de l'escalier gauche. Tu auras qu'à prendre ce que tu veux, ne t'inquiètes pas !

Finalement, la jeune Setsuna quitta la pièce, laissant de nouveau la gardienne et Miyu seules. Ce fut l'occasion pour cette dernière de reprendre la parole.

- Bien, j'imagine que tu dois te sentir bien depuis plusieurs minutes, n'est-ce pas ? C'est en vérité l'effet de cette source qui se trouve en face de toi, et où ta sœur trempait ses jolis petits pieds il y a quelques instants. En fait, si cette eau te semble étrange, c'est que ce n'est pas de l'eau, Seira. C'est de l'Ether concentré pur. Vois-tu, l'Ether, est la forme liquide de l'Eldrit. Si l'Eldrit est le régisseur de toutes vies et choses, l'Ether, lui, et ce qui nous permet d'utiliser la magie. C'est un peu comme si l'Eldrit était un livre, et l'Ether ce qui te permet d'écrire à l'intérieur. La croyance populaire, cependant, a tendance à confondre Eldrit et Ether, allant jusqu'à fusionner les deux pour désigner l'énergie qui nous entoure et que nous utilisons. Mais c'est faux. Alors que les deux sont effectivement de même nature, l'un est spirituel, l'autre physique !

La gardienne venait d'apprendre visiblement quelque chose au sujet de ce fameux Eldrit. Comme stipulée par cette Miyu, la création avait avec le temps oublié les fondamentaux. L'Eldrit était donc en vérité l'énergie vitale qui permet à la vie d'exister, tandis que l'Ether était la structure physique de cette énergie, qui est utilisée pour la magie. Les flammes noires de la nouvelle gardienne par exemple, étaient donc de l'Ether concentré, et non de l'Eldrit, au sens propre. Cela pouvait sembler logique, finalement. Si on utilisait l'Eldrit pour la magie, quand on y pense, on finirait vite par mourir, étant donné que c'est l'essence de l'existence même.

- Bon, allez, finit la parlotte, je vais te laisser voir par toi-même ce que vaut de l'Ether concentré pur. Crois-moi, il n'existe aucune autre source de ce genre sur la création, Seira, héhé, car c'est moi qui ai rendu cela possible ! Mais c'est un secret ! … Sur ce, allez, enlève-moi donc cette tenue fatiguée, et saute te soulager dans cet Ether !

Enfin, la nouvelle gardienne pouvait se plonger dans cette source où n'importe qui aurait envie de séjourner. Une fois à l'intérieur, la gardienne devrait ressentir un bien-être et une impression qu'elle seule pourra décrire. Mais ce sera quelque chose de difficile à désigner, tant la sensation était incroyable et inconnue. Quoi qu'il en soit, maintenant que Seira était dans l'Ether, Miyu en profita pour littéralement faire disparaître son ancienne tenue, trop déprimante à son goût, tant elle était abîmée. La gardienne pourra largement trouver son bonheur, dans la garde-robe de sa nouvelle sœur. C'est donc après avoir fait le ménage, que Miyu s'avança vers la source, et posa ses fesses sur un des rebords surélevés de la source, tout en croisant les jambes. Suite à cela, elle prit la parole, afin de s'adresser de nouveau à la nouvelle gardienne.

- Bien, bien, ne t'inquiète pas, je vais te laisser tranquille, mais avant, je me dois de te demander si tu as des questions, ou autres à me poser ? Que ce soit sur le clan, sur cet endroit, sur tes sœurs, ou n'importe quoi, n'hésite pas, je suis toute ouïe. Cependant, avant cela, j'aimerais en connaître un peu plus sur tes motivations, et ce que tu penses du vol noir, du peu que tu en as vu à l'heure actuelle ? Tu te présenteras ce soir, au repas, mais cette question et ta réponse restera entre nous, d'accord ? J'aimerais que tu me dises ce que tu attends de nous, du vol noir, de ton clan, de ton avenir. Je tiens à ce que tu sois franche avec moi, et que tu me dises réellement ce que tu désires, Seira. Car, en connaissant tes ambitions et tes rêves, moi et le vol noir, nous mettrons tout en œuvre, pour les réaliser...

Finalement, cette Miyu profitait de son tête-à-tête avec la nouvelle gardienne pour qu'elle dévoile ses envies, ses ambitions, ses rêves. Il était facile d'imaginer que c'était plus simple de se confier à celle qui était la confidente du clan, et surtout celle qui semblait s'en occuper en vérité, tant Seria était occupée. C'était donc le moment idéal pour cette dernière, de poser cette question personnelle à cette jeune gardienne. C'est donc en attente d'une réponse, que Miyu gardait son sourire rassurant, tranquillement assise, les jambes croisées, s'amusant à jouer avec l'Ether de son pied droit trempant dans ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seira
Gardienne du Vol Noir
Gardienne du Vol Noir
Seira

Messages : 34
Date d'inscription : 17/01/2017

Le royaume artistique Empty
MessageSujet: Re: Le royaume artistique   Le royaume artistique Icon_minitimeDim 23 Sep - 13:39

Seira venait de déballer tout ce qu'elle avait au fond d'elle, sans chercher à faire de la lèche à cette princesse pour pouvoir obtenir cette rarissime place dans son clan. Elle avait été franche, et surtout, avait admis certaines choses qu'elle n'aurait jamais avoué il y'a peu. Elle eut quelque peur que laisser sortir ses émotions au biais de sa réponse allait lui porter préjudice et allait se retourner contre elle. Mais finalement, en vu du sourire de Seria, elle semblait s'être inquiétée pour rien. Elle affirma que la réponse était celle attendue et que donc, cette première conversation se conclut sous une direction positive, même si maintenant, Seira devait faire ses preuves à l'avenir. L'ex dragonne respira un bon coup, lorsqu'elle réalisa qu'elle avait passé le test. Par ailleurs, Seria semblait tellement satisfaite du discours de sa nouvelle protégée, que le timbre de sa voix changea et semblait un peu plus fraternel. La douceur de sa voix paraissait tout aussi agréable à l'écoute que les paroles de Sylvanas. Et si Seira n'avait pas une fierté du feu de Dieu, elle aurait peut-être fondu en larmes devant la bienveillance de Seria, qui, en plus d'être canon à n'en plus finir, avait un visage merveilleux lorsque le sourire caractérisait son expression. Elle affirma que la dragonne n'était plus toute seule, et que le clan l'aiderait à vaincre sa peur de la solitude. De plus, Seira n'avait pas besoin d'être parfaite comme elle l'avait songé au tout début de la dernière épreuve. Cela provoqua en elle un fort soulagement, car il lui suffisait d'être elle-même avant tout pour avoir sa place dans ce clan. C'était peut-être la première fois que la jeune Seira avait le droit de montrer son vrai visage, et ne pas le cacher à travers un caractère brûlant et arrogant.

Maintenant que Seira avait convaincu la fille de Sylvanas qui allait la prendre en charge désormais, elle la vit créer un portal qui allait enfin lui permettre de quitter le sable du colisée où elle avait risqué sa vie. Elle termina dans une zone qui n'avait rien à voir avec la précédente, et qui était peu commune pour Seira. Une zone à la végétation abondante qui permettait à Seira de respirer un peu. En effet, elle avait un peu honte en marchant derrière Seria, mais elle n'avait pas besoin d'ouvrir grand les narines pour remarquer qu'elle puait la transpiration et le sang. La scène était assez insolite. Une belle femme bien roulée trimbalait une autre femme qui semblait revenir d'une longue bataille acharnée au beau milieu de la resplendissante flore. Et le doux parfum des bois donnait encore plus envie à cette même dépravée de pouvoir arracher ses vêtements et tremper son corps tout entier dans une source étincelante. Mais pour l'instant, il fallait continuer à marcher.

Histoire que la marche ne soit pas interminable, Seria expliqua ce qu'était cet endroit. Les deux femmes ont fini sur le royaume d'Eorzéa, un royaume fleuri, un peu comme celui des elfes sur Atrium. C'est alors que Seira put apprendre que tous les clans du vol noir étaient séparées, malgré le côté familial du vol noir. Pour une raison stratégique et parfaitement logique pour Seira maintenant que sa nouvelle reine en parlait, c'était pour éviter que le vol noire tombe comme un château de cartes si jamais un des clans tombe. Un petit cours sur l'organisation du vol noir s'ensuivit, comme le fait que la reine du vol noir doit rester sur Ishgria car en dehors des clans de gardiennes, la totalité du vol noir reste centré dans cette péninsule, ou encore que c'est davantage elle qui fait tourner l'organisation plutôt que l'impératrice, qui, probablement selon Seira, s'occupent des affaires les plus importantes et les plus décisives. Après tout, malgré que le clan de Seira semblait tout rose et tout mignon, elle n'oublia quand même pas l'explication de Sylvanas que son nouveau clan était l'élite du vol noir, et qu'elle allait probablement en chier si elle devait passer à l'action. D'ailleurs, Seria expliqua, entre parenthèses, qu'elle ne pouvait pas devenir reine du vol noir, à cause des affaires trop extérieures au vol noir de son clan, et qu'elle n'en avait aucune intention, ne se considérant pas comme apte à diriger un clan. A ces paroles, Seira, laissa échapper une courte exclamation, surprise par la modestie apparente de son interlocutrice.


- Vous pensez ne pas être en mesure de diriger une organisation, mais laissez moi vous dire que les souverains de mon royaume natal n'ont même pas un quart de votre personnalité. Enfin bon, qui se ressemble s'assemble. Un royaume banal n'a pas besoin d'un être parfait à ses commandes, tout comme le vol noir a peut-être besoin de quelqu'un d'idéal et qui sait le reconnaître. Mais sachez qu'avec ce que j'ai aperçu jusqu'à présent, cela me fait de la peine que vous soyez si dure avec vous même...

Une fois que les deux femmes arrivèrent dans une zone plus dégagée, mais tout aussi respirable, Seira crut voir, si ses yeux ne la décevaient pas, une silhouette imposante, mais elle avait du mal à mettre le doigt sur son origine. Une fleur ? Un arbre ? Un bâtiment ? Mais au fond, Seira se demandait si cette silhouette qui dominait le reste du paysage n'était pas le fameux quartier général de sa future famille. Seria reprit la discussion en précisant que ce secteur était un havre de paix pour ses futures sœurs, par son climat tempéré, et son air revigorant. Seira avait du mal à comprendre ce que la princesse sous-entendait quand elle disait que les nuits sont difficiles pour ses sœurs, mais elle savait d'avance qu'elle allait avoir sa réponse bientôt à ce sujet. Par la suite, Seria espérait que la jeune dragonne n'ait rien contre ce genre de paysage, mais semblait persuader qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter, à cause du penchant artistique de la nouvelle gardienne. Elle en profita d'ailleurs pour complimenter la technique employée contre Kimyo. Pour répondre à la question de la princesse, Seira était plutôt ravie de vivre dans un endroit un peu plus parfumé, et plus respirable que les cendres du pays du feu, mais un souci persiste, et c'était justement lié à la dernière remarque de Seria.

- Justement, à ce sujet, pour en arriver à ce résultat, il m'a fallu des jours et des jours de pratique, mais dans un territoire désertique. Je crains que ce n'est pas ici que je vais pouvoir préparer ma prochaine œuvre artistique sans participer à un feu de forêt qui restera marqué dans les anales. Mais bon… comme vous dites, je ferais avec...

Seira alla dans le sens de Seria pour éviter de passer pour un être difficile envers celle qui lui offrit enfin un lieu de vie agréable. Mais elle va sans doute devoir se renseigner avec ses futures sœurs sur une alternative pour pouvoir s'entraîner sans cramer quoi que ce soit. L'art de Seira étant la destruction, c'était donc le seul inconvénient de vivre dans un lieu vivant pour s'exercer. D'ailleurs, la ville qu'atteignirent les deux femmes était dans la continuité du paysage, et portait bien son nom: Florem. Et cette ville, qui allait être le lieu de ravitaillement de Seira désormais, avait la particularité de n'être peuplé que par des femmes. Et ça, c'était probablement le point le plus positif de ce territoire pour Seira.

- C'est merveilleux, car je vous avoue que j'ai une profonde aversion pour les hommes. Mes précédents alliés étaient tous des hommes…. brrr, j'en ai encore la chaire de poule rien que d'y penser.

Seira fit donc sa petite visite de Florem, et elle remarqua, en plus du fameux bâtiment qui dominait la ville, que les habitantes étaient très variées, et donc, par conséquent, cette ville devait accueillir un sacré mélange des cultures. Seria présenta quelques races, comme les Miqo'tes, ou les Lyn, qui étaient en réalité des succubes. Au moins, ici, les cornes de Seira passeront crème, comparée à d'autres péninsules comme stipulée par Seria. C'était donc clairement un lieu sans discrimination, tout ce que désirait Seira. Elle espérait toujours autant, néanmoins, que tout ce petit rêve qui devenait réalité ne cachait pas quelque chose.

L'autre détail qui surprit Seira était que personne ne s'inclinait devant sa princesse. Elle se disait que c'était probablement une demande personnelle de sa part envers les habitantes de Florem. La modestie de cette Seria intriguait toujours plus la nouvelle gardienne du vol noir. Par la suite, Seira arriva dans un large jardin, toujours aussi verdoyant, et qui était relié à une sorte de temple qui n'avait pas l'air d'être là juste pour la décoration. Etant donné qu'il n'y avait pas d'autres bâtisses, il était évident que c'était ici que Seira allait séjourner.


- Wah, ça à de la gueule ! Et ce jardin… Purée ! Je me vois déjà en mini jupe, les pieds nus sur l'herbe, à peindre chaque feuillage, chaque arbre, chaque coin et recoins. Yep, les vacances sont terminées, j'aurai l'éternité à ce stade pour tout représenter. Mais qu'est ce que je raconte ? Il faudrait que j'envahisse cette maison avec mes toiles à ce stade. Il va falloir que je sélectionne les zones les plus artistiques seulement, et que je revois ma conception de l'art...

En bref, Seira voyait déjà la cour du repère comme un lieu pour exercer sa passion, et non un endroit pour se la couler douce. Elle comptait bien prendre chaque moment de paix pour laisser parler sa patte artistique. Ce qui ne signifiait pas forcément s'isoler dans son coin et refuser de passer un moment avec ses sœurs. Elle espérait, d'ailleurs, que ses nouvelles sœurs aient l'esprit ouvert à la peinture, et qu'elles sauront apprécier chaque travaux de la dragonne. Mais pour elle, quand on fait partie d'une telle famille, on ne peut être incultivée, ou être fermée à toute chose qui participe à la beauté du monde.

Côté intérieur, rien à redire. En plus du sol couleur or qui pourrait faire frimer,  les murs étaient jonchés de tableaux, qui gardaient la bouche de Seira grande ouverte. Ces tableaux, à eux seuls, représentaient pour Seira la décoration parfaite pour un lieu paradisiaque, bien plus que l'extérieur. Même une cascade à l'eau cristalline faisait pâle figure pour Seira comparé à une toile produite avec passion et talent. Maintenant, comparé à l'extérieur, Seria n'était pas en mesure de faire la visite à sa nouvelle protégée, par manque de temps. Elle rappela à Seira qu'elle allait rencontrer l'impératrice tôt ou tard, et lorsqu'elle rajouta qu'elle pouvait lui faire confiance quand aux réponses que Seira recherche, elle se contenta de remuer la tête de haut en bas pour lui dire qu'elle lui faisait confiance. Seria fit donc appel à une autre personne pour prendre le relais, nommée Miyu. Au début, Seira s'attendait à devoir patienter, ou à partir à sa recherche, mais tel un éclair, cette personne apparut, ce qui eut l'effet comique de faire sursauter la nouvelle patronne de la dragonne. Seira trouva son gémissement bien mignon, par ailleurs. Mais cela perturba Seira sur un point. Comment cette Miyu peut-elle apparaître de manière aussi furtive, au point d'effrayer quelqu'un comme Seria ? Seira n'avait pas sursauté, mais c'est parce qu'elle a toujours eu le cœur bien accroché. Au sujet de l'apparence de cette Miyu, elle avait une longue chevelure blonde, des cornes, histoire que Seira se sente rassurée de ne pas être la seule cornue de la bande, et une tenue… minime. Les gouttes d'eau le long de ses jambes intriguaient quelque peu Seira. On aurait dit qu'elle venait de les tremper à l'instant. Aurait-elle été en train de faire sa toilette à la seconde où la princesse fit appel à elle ? C'était presque effrayant à ce stade pour Seira.

Quoiqu'il en soit, c'est cette Miyu qui allait servir de guide pour Seira désormais, et selon Seria, cette Miyu avait autant d'autorité que la princesse elle-même. Elle devra la considérer comme sa supérieure directe. Ce clan était presque comme une entreprise au final. Il y'a la directrice que l'on ne voit jamais, et la chef d'équipe avec qui tu dois t'exprimer en cas de pépin. Mais cela justifia pas mal pourquoi cette Miyu semblait si directe envers Seria, sans la moindre retenue. Maintenant que Seria disparut du champ de vision des deux femmes cornues, Miyu s'adressa personnellement à Seira, et se présenta réellement. Déjà, un détail fit sourciller Seira. C'était le véritable nom de Miyu: Azalea Maxwell. Et en entendant ce nom, Seira, toujours le sourcil droit levé, lâcha un léger:


- Heh ?

Il était clair que cette femme n'était pas n'importe qui, et le nom Maxwell, qui sonnait familier pour Seira, le prouvait. Mais Seira n'eut pas le temps de questionner Miyu sur cette identité à garder secrète, qu'elle scruta sa nouvelle sœur comme une bête de foire. Maintenant que Miyu le précisa, Seira faisait peine à voir, et aurait bien eu besoin d'un bon bain. Mais d'abord, il était temps de la visite. Au rez de chaussée, Seira découvrit la bibliothèque, endroit que Seira ne fréquentera que très peu, n'étant pas une friande de lecture. Et toujours dans la même aile, la salle à manger, là où toutes les sœurs se rejoignent pour festoyer. D'ailleurs, un dîner spécial était prévu en l'honneur de la nouvelle arrivante. Seira appréciait le geste, mais elle priait que la bouffe soit à base de viande bien saignante. Ayant gardé son sang de dragon, Seira raffolait de charcuterie et de plats bien gras, s'estimant heureux que cela n'affecta pas sa ligne, en revanche, elle détestait les légumes. Bref, le genre de nourriture qui reste bien accroché entre les dents et qui te donne envie de faire la sieste l'heure suivante. Maintenant, sans visiter l'aile opposée, Seira monta d'un étage avec Miyu. Elle précisa que cette aile était la dernière étape de la visite. Probablement la salle de bain. Bref, au premier étage, c'était les chambres de Miyu et Seria, avec qu'une chambre d'ami ou d'invités. Miyu précisa, évidemment, que c'était le lieu pour trouver sa sœur en cas de besoin, tout en rappelant qu'elle était le pilier de l'évolution du clan. Et lorsqu'elle précisa qu'il ne fallait surtout pas l'appeler "maman", Seira répondit brièvement:

- J'y songerais, euh….. Miyu ?

Sans savoir comment l'appeler autrement en dehors du prénom, Seira continua la visite à l'étage suivant. C'était l'étage de sa future chambre et celle de ses sœurs. Comme le précisa Miyu, il était important de noter que le clan s'est amusé à aménager une chambre juste pour elle, malgré qu'elle devait d'abord mériter sa place dans le Colisée.. il y'a encore même pas une heure de cela. Encore une fois, et cela faisait presque de la peine à cette pauvre Kimyo, mais la certitude que Seira réussisse était encore là. Et Miyu en profita pour dire que rien n'était dû au hasard.

- Haha, on croirait entendre Ciara.

Seira passa devant une première porte, là ou elle entendit une jolie mélodie provenant d'un piano. C'était sa première sœur, Nine. Pour l'instant, Seira n'allait pas faire sa rencontre, pour éviter de la déranger pendant sa pratique. Cet art qui lui était propre était un peu comme sa thérapie, au même tire que Seira et la peinture ou le dessin. Puis, elle passa à la prochaine chambre, une chambre d'obsédée de lames en tout genre. Néanmoins, quelque chose bloqua Seira dans les paroles de Miyu: le nom de la gardienne.

- Attends, elle a bien dit Ayano ?

Un léger bonheur traversa Seira, car elle allait être dans le même clan que celle qui lui a sauvé la vie. Et en toute logique, Setsuna devait être aussi ici. Seira n'avait pas oublié les noms de ces deux gardiennes, considérant qu'il était ingrat d'oublier deux personnes qui ont fait que Seira est toujours ici, dans la réalité et non dans l'au-delà. Ensuite, la prochaine chambre était… spéciale. Mais malgré le bordel sur le sol, et les peluches disséminés ça et là, qui pourraient faire croire que cette chambre appartient à une gamine, il y'avait la révélation qui faisait briller les yeux de Seira. Des peintures, tout simplement.

- Cette chambre... est grandissime ! C'est l'oeuvre d'un talent inné ! C'est juste la chambre d'une déesse !

Même si Seira était sublimé et quelque peu dans son délire, cela ne l'empêcha pas d'écouter les paroles de Miyu. Et l'artiste en question était justement Setsuna. Seira était ravie de constater que l'une de ses sauveuses semble partager les mêmes intérêts qu'elle. Au moins avec elle, elle pourrait se sentir bien plus facilement à l'aise. C'est l'esprit rêveur que Seira se dirigea vers la prochaine chambre, et pas n'importe laquelle cette fois: la sienne. Elle était classique, sans décoration, ni rien. C'était la volonté des gardiennes de la laisser telle quel, pour que Seira puisse se faire plaisir à l'aménager comme elle le souhaitait.

- Hum, cela me prendra du temps pour la rendre plus vivante, mais là, comme ça, il y a déjà un sens suffisamment prononcé de l'esthétisme. J'apprécie l'attention.

Le tour était fait, ce qui voulait dire que si l'on ne compte pas Miyu et Seria, les sœurs de Seira ne sont qu'au nombre de trois. Au moins, la tentative d'apprendre à se lier aux autres ne sera pas trop ardue. Maintenant, il fallut retourner en bas pour visiter la fameuse aile que Miyu sauta. Selon elle, c'était une unique pièce dont les gardiennes passent beaucoup de temps. Et la pièce était gigantesque. Il était difficile d'observer la pièce en intégralité, à cause de toute la vapeur environnante, mais pour Seira, cela ne signifiait qu'une chose, c'était bien la salle de bain. Et une sacré, du moins, tellement l'atmosphère était revigorante. Sur le coup, sans vouloir être méchante, Seira s'impatientait que cette Miyu s'en aille pour pouvoir enfin tremper son corps, ce qu'elle en rêve depuis le colisée. Sauf que le bassin était déjà occupé par quelqu'un, ou plutôt, quelqu'un trempait ses pieds dans l'eau tout en lisant… nue. Le visage de Seira se mit à rougir, et elle s'apprêta à proposer à Miyu de s'en aller pour revenir plus tard. Mais la femme cornue comptait bel et bien déranger Setsuna donc, pour la présenter à la nouvelle arrivante. Stressée, Seira tendit la main vers l'avant tout en se forçant de réclamer quelque chose le moins fort possible.

- N-non, attends… c'est pas la peine, hein ! Je peux attendre pour prendre mon bain ou pour les présentations… Re-reviens ! Diantre, trop tard !

Car en effet, Miyu avait déjà interpellé cette Setsuna, qui se retourna, puis remarqua très vite la nouvelle venue. Et tout comme Seira, le visage de cette dernière vira au rouge, avant qu'elle ne se lève pour cacher son corps nu avec une serviette. Embarrassée, elle s'exclama envers Miyu qu'elle aurait prié de prévenir son arrivée avec la nouvelle gardienne. L'esprit légèrement ailleurs, Seira fixa les deux femmes, avec une légère grimace gênée.

- Et toi, tu aurais pu te douter que je viendrais ici, si ma victoire au colisée était SI prévisible… Bref, règle numéro un ici, dont j'ai intérêt à prendre note. L'intimité, c'est pour les ringards !

La gêne dissipée des deux côtés, Setsuna prit enfin le temps de tenter de se remémorer de l'identité de la nouvelle gardienne. Fort heureusement, elle se souvint de Seira, et semblait ravie de la voir saine et sauve, en plus de revenir victorieuse des épreuves. De plus, lorsqu'elle rajouta qu'elle et Ayano s'étaient inquiétés de Seira après leur retour d'Atrium, un léger sourire comblé se dessina sur le visage de Seira.

- Elle est mignonne, cette petite...

Après une inclinaison par respect envers sa nouvelle sœur, Setsuna s'excusa de ne pas s'être présentée dans les normes sur Atrium, par pur timidité, même si la dragonne avait eu du mal à voir où était la timidité là-bas. Cette Setsuna semblait être quelqu'un de très joviale, ce qui ne correspondait pas trop au caractère assez calme de Seira, mais cela ne voulait pas dire qu'elle allait avoir du mal à s'entendre avec elle, car au moins, elles avaient un passe-temps en commun pour bien démarrer. Devant donc les excuses de la rouquine, Seira tendit les deux mains en avant et les remua, de façon modeste.

- C'est bon, tu as pas à t'en faire, c'est une attitude naturelle face à l'inconnu. Moi-même, j'éprouvais de la méfiance en votre égard, mais… sache que je suis contente de te revoir, Setsuna.

La gêne de la rouquine ne s'était pas totalement dissipée visiblement, puisqu'elle tenta de s'éclipser de la manière la moins originale possible. Cela laissa à nouveau Miyu et Seira seule à seule. Celle-ci expliqua à la dragonne ce qui provoquait cet étrange bien être chez elle. C'était ce liquide nommé Ether. C'est l'équivalent de l'Eldrit, mais sous la forme liquide, un peu comme si l'un était l'esprit, et l'autre le corps. Seira comprenait donc mieux pourquoi elle se sentait si vivante et pourquoi Miyu, au début, avait précisé que cet endroit était le lieu préféré de ses sœurs, car ce n'est pas une salle de bain, ou une source ordinaire. Evidemment, Miyu invita Seira à tremper son corps dans cet Ether. Mais avant cela...

- D'accord… Mais d'abord, tu…. tu peux te retourner, s'il te plaît ?

Evidemment, ce n'était pas demain la veille que Seira se débarrassera de sa pudeur, encore une fois, pour la simple raison qu'elle n'a jamais vécu en communauté et s'est toujours lavé seule, si on exclut les créatures sous l'eau qui venaient la harceler de temps en temps quand elle se baignait dans les sources isolées du pays du feu. Bref, une fois les vêtements retirées une fois que Miyu aurait la gentillesse de se retourner, Seira courut en direction de l'Ether et plongea à l'intérieur. Puis, elle refit surface, avec seulement la tête qui en ressortait.

- C-c'est bon… Tu peux te retourner, je suis dans l'éther...

Seira aurait pu ressentir un sentiment de détente hors du commun, sauf que comme la fois précédente, elle n'allait pas pouvoir se baigner sans avoir un ou plusieurs regards vers sa direction. En effet, Miyu était toujours là, et en plus de cela, se permit de faire disparaître pour de bon la tenue fétiche de Seira. Devant cette vision horrifiante pour elle, Seira eut un regard dépitée, et commença à enfoncer sa mâchoire sous l'Ether.

- Reste en paix, ma jolie robe noire que j'ai dérobé à une noble de la Yokume….

Ensuite, Miyu se posa sur un rebord du bassin pour continuer à tenir compagnie à Seira, qui avait envie d'être seule, certes, mais comparé à la fois précédente, Seira se retint de donner son avis, car elle comptait ne faire aucune erreur de comportement maintenant qu'elle avait rejoint cette famille. Tout le monde fut si gentille avec elle. Seira avait beau un caractère difficile, elle savait se préserver et se retenir quand les interlocuteurs font preuve d'une bienveillance extrême avec elle. De toute manière, Miyu comptait partir, mais d'abord, elle avait une série de questions pour la dragonne. Si elle avait elle-même des questions, et avant cela, si elle avait des rêves et des ambitions à faire partager. Quoi de plus normal venant de la part de celle qui s'occupait de l'équilibre des sœurs du clan de Seria. Il était donc prévisible que ces questions surviennent un jour ou l'autre, sauf qu'après une courte réflexion, la réponse de Seira ne fut pas vraiment la plus attendue.

- Je suis désolée, Miyu, mais dans l'immédiat, je ne sais quoi te répondre. Avoir des proches qui veillent sur moi, et inversement était tout ce que je désirais par le passé. Comme je l'ai stipulé à Seria, mon avenir dépendra de l'évolution de notre entente. En réalité, c'est plutôt moi qui aimerait savoir ce que vous attendez de moi. Je sais que l'impératrice devrait être celle qui m'informe avec précision, mais... il y a une question qui me démange, et c'est à ton sujet. Ton véritable nom, c'est Azalea Maxwell, c'est ça ? J'ai déjà entendu le nom Maxwell de la bouche de Sylvanas. Maxwell était un esprit primordial qui a permi à l'impératrice d'être le premier dragon a connaître l'éveil. Et par cet unique fait, les dragons éveilés comme moi lui devaient beaucoup. C'est mon intention en tout cas. Voilà pourquoi j'aimerai savoir... tu es de sa famille ou autre chose du genre ? Tu sembles très importante ici, en plus d'être celle qui a rendu cette source possible, et puis, tu m'as confié quelques secrets. Je compte respecter tes secrets jusqu'au bout, ne t'en fais pas. Moi-même, il y a des choses que je garde bien enfoui en moi. Mais sache que toutes les personnes qui m'ont permis de devenir celle que je suis ont ma gratitude éternelle, alors je veux bien en connaître davantage à ton sujet. Sauf si... tu ne le veux pas, je comprendrais...

Après cette demande, Seira nagea vers le rebord, histoire de réfléchir un peu. Puis elle s'arrêta là ou elle pouvait avoir pied, et posa sa main sous son menton, tout en détournant le regard.

- Hum, j'ai peut-être un certain rêve que je peux faire partager, mais je ne pense pas que vous pourriez m'aider, car tout dépend de mon talent et de ma persévérance. Mon rêve… c'est de pouvoir dessiner ou peindre la plus belle illustration de toute ma carrière d'artiste ! Celle qui fera chavirer mon cœur à chaque fois que je poserais mon regard inquisiteur dessus. Celle qui provoquera votre totale admiration. Il faut qu'elle reflète la perfection, l'idéal, la quintessence même, et qu'elle provoque le même sentiment de confort et de bien-être que cette source même ! Et que même si le temps la dégrade, et que l'espoir se transforme en désespoir, elle demeure éternellement dans votre mémoire ébahie, et qu'elle réveille l'inspiration en vous, pour vous motiver à toujours aller de l'avant ! Bref, elle doit être la trace de ma détermination si jamais je devais devenir poussière ! Pour que les générations futures se souviennent de moi pour des siècles et des siècles ! OUI !

Seira était tellement enjouée, passionnée et dans son monde, qu'elle ne réalisa même pas qu'à la fin de sa dernière phrase, elle se trouvait dans une partie peu profonde du bassin, et était debout, les bras écartées des deux côtés. De ce fait, Miyu pouvait voir parfaitement la poitrine de Seira ET sa petite fleur. Et lorsque Seira le réalisa, elle fixa Miyu en étant encore plus rouge que Setsuna auparavant, puis, tomba en arrière, comme pour se cacher de cette femme.

- Yaaaah !

La scène fut comique, car Seira était tombé en arrière, les jambes en l'air, tellement rouge de honte. Puis elle ressortit, encore une fois avec seulement la tête qui dépassait de l'Ether.

- Je crois que j'ai crée moi-même mon propre baptême du feu… D'ailleurs, c'est bien gentil d'avoir cramé mes fringues, mais… je fais comment maintenant ? Je vais pas sortir d'ici en petite serviette et traverser tout le bâtiment pour aller dans la chambre de Setsuna et lui piquer des fringues, non ? Il serait préférable qu'on me les ramène ici, et… tant que j'y suis, je ne porte que du noir. Les autres couleurs ne me collent pas à la peau...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seria
Princesse du vol noir
Princesse du vol noir
Seria

Messages : 38
Date d'inscription : 12/08/2015

Le royaume artistique Empty
MessageSujet: Re: Le royaume artistique   Le royaume artistique Icon_minitimeJeu 10 Jan - 11:55

Finalement, après une visite de la demeure menée par la mystérieuse Miyu, Seira fut invité à entrer dans la source d'éther, afin de s'y détendre, mais également s'y revigorer. En ce qui concerne la visite en elle-même, Miyu avait noté un intérêt plutôt prononcé pour la nouvelle gardienne, en particulier sur la chambre de Setsuna, où cette dernière s'était soudainement montré passionnée. D'ailleurs, des trois sœurs de la nouvelle gardienne, c'est cette fameuse Setsuna qui fut la première à faire sa rencontre. Bien que la rencontre fût pour le moins gênante pour les deux femmes, en particulier pour la rouquine. Quoi qu'il en soit, une fois Seira dans l'éther, Miyu posa plusieurs questions à cette dernière. Comme ses rêves, ou encore ce qu'elle attend du vol noir ou tout autre chose qui lui triturait l'esprit. Néanmoins, la nouvelle gardienne ne semblait pas réellement savoir quoi répondre actuellement. Ce qui n'étonna guère Miyu, qui s'en doutait, au final. Après tout, cette Seira venait sans doute à peine de réaliser qu'elle avait finalement atteint son objectif, alors qu'elle était sûrement incertaine de son avenir, il y a encore quelques heures dans le Colisée. Cependant, la jeune gardienne semblait finalement intriguée par une chose actuellement, et c'était son interlocutrice. Elle avoua que c'était surtout le véritable nom de cette dernière qui l'intriguait. Maxwell était un nom qui ne sonnait pas inconnu pour la nouvelle gardienne, qui expliqua ce qu'elle avait elle-même entendu au sujet de cette Maxwell, de Sylvanas. À cela, Miyu resta quelques secondes silencieuses, avant de finalement reprendre la parole, toujours de sa voix amicale et bienveillante.

- Sylvanas a dit cela, hum ? lança Miyu en se tenant le menton, tout en esquissant un air pensif. Bien, ma foi, ce n'est pas totalement vrai, ni totalement faux, ce qu'elle a raconté. Mais inutile de lui en tenir rigueur pour la désinformation, il n'y a que très peu de personnes qui connaissent la vérité au sujet de Serena, et la véritable histoire entourant l'éveil et l'Eldrit négatif. Tout ce que je peux te dévoiler pour l'instant, c'est que ce n'est pas Serena qui a percé le secret de l'éveil. Mais Serena reste un esprit primordial, cela, c'est véridique !

Finalement, Miyu avouait à la nouvelle gardienne que même la reine du vol noir ne connaissait que peu de chose sur Maxwell, hormis ce qu'elle a elle-même appris des supérieurs. Et il semblerait que même l'impératrice lui mentît au sujet de cet esprit primordial.

- Mais pour répondre à ton interrogation, je suis lié à la famille Maxwell, d'une certaine manière, mais pas de façon directe, nous allons dire...

Miyu réfléchit de nouveau rapidement, tout en posant ses coudes sur ses jambes, et sa tête sur ses mains. Puis reprit de nouveau la parole en esquissant un sourire, accompagné d'une voix interrogatrice.

- Sinon, qui suis-je, hum ? Voyons, réfléchissait la jeune femme cornue, si je te disais que je suis ce que tu désires ? Pour certaines de tes sœurs, je suis une mère, pour d'autres je suis une sœur, pour d'autres je suis une arme, et encore pour d'autres je suis un bouclier. Bref, tu l'auras compris, je peux être ce que tu désires de moi, Seira. Je pense que c'est la meilleure réponse que je puisse te donner, et c'est celle dont tu as besoin. Après, je pourrais très bien être une simple gardienne sans histoire, ou également être la fille du roi des esprits, ou encore celle à qui l'Eldrit a servi à façonner l'existence et l'évolution sur cet endroit appelé création... Tu en dis quoi ? Ce serait gros, hein ? Haha.

La réponse de cette Miyu était pour le moins curieuse, et il était difficile de savoir si ses paroles étaient justement trop « grosses » pour être vraies, ou si justement, cela était totalement véridique. Cela devait donc forcer à reconnaître que cette femme cornue à l'apparence joviale était l'être le plus important de toute l'existence. Cependant, vrai ou faux, c'était peut-être justement son objectif, de semer le doute dans l'esprit de celles qui sont proches de cette dernière. Mais pas par malveillance, mais plutôt pour les protéger et permettre à ces fameux proches de faire de cette femme ce qu'il désire qu'elle soit à leurs yeux. C'était sûrement son but en racontant cela à la nouvelle gardienne. Une façon de lui faire comprendre que son identité, et ce qu'elle est vraiment n'est pas important, et qu'elle sera ce que Seira voudra qu'elle soit.

Après cela, la nouvelle gardienne révéla finalement avoir un rêve. Ce dernier était de peindre une toile tellement magnifique qu'elle inspirera ceux qui l'observeront, ainsi que leur admiration. Bref, la perfection, comme énoncé par la gardienne. Une toile que le temps ne pourrait atteindre, tout comme le désespoir ou tout autres malheurs. Cette œuvre devait traverser les âges et donner l'envie d'avancer pour les siècles à venir. La gardienne était d'ailleurs tellement passionnée par son discours qu'elle était debout, les bras écartés, sans se rendre compte qu'elle était totalement à découvert, devant les yeux de Miyu. C'est d'ailleurs une fois qu'elle se rendit compte de ce détail, que la gardienne chuta en arrière de panique, avant de ressortir de nouveau seulement la tête de l'eau. Cela fit évidemment rire Miyu, qui esquissait un sourire amusé, en observant cette scène. Puis, reprit la parole à son tour, d'une voix enjouée, tout en applaudissant de façon amusée, encore une fois.

- Incroyable, ça, c'était une déclaration de rêve passionné, haha !

Par la suite, Miyu reprit la parole d'une voix plus posée, d'un air semblant satisfait et d'une expression pensive.

- Aww, soupira cette dernière, ce que j'aime observer de telles existences ambitieuses et motivées ! Je suis certaine que tu trouveras l'inspiration pour accomplir ton œuvre ! Je me languis déjà de voir cette perfection qui ajoutera une touche de beauté à cette existence ! Car, s'il y a quelque chose que j'aime plus que tout, c'est avant tout voir les rêves se réaliser. En particulier ceux de mes petites sœurs adorées, héhé...

Miyu avait lancé sa dernière phrase d'une voix douce, et d'un sourire franc et bienveillant. Il était clair qu'elle ne jouait pas un rôle ou autres. Elle était franche et avait visiblement pour seule ambition la réussite de ses sœurs, ou actuellement, de son clan pour être plus précis, dont Seira fait désormais partie. Quoi qu'il en soit, après cela, la nouvelle gardienne estimait que se balader à poil dans la demeure à la recherche de la chambre de Setsuna n'était guère dans son intérêt. Elle demanda donc si on pouvait lui apporter des vêtements - noir de préférence - directement ici.

- Aww, soupira une nouvelle fois la jeune femme, c'est donc d'une servante que tu as besoin que je sois là tout de suite ? Héhé, on est difficile à ce que je vois en plus ! Bon, eh bien, je vais chercher ce que tu demandes, je reviens vite ! Du noir, hein ?

À ces mots, Miyu disparus instantanément, de la même façon qu'elle était arrivée, lorsqu'elle avait réussi à faire sursauter la princesse Seria. Elle pouvait visiblement se téléporter, cela faisait aucun doute, après il fallait savoir comment elle faisait et surtout, où étaient les limites de cette capacité, qui laissait d'ailleurs une sorte de résidu d'éther rougeâtre, à l'ancienne position de la jeune femme. Dans tous les cas, la gardienne cornue revint à peine cinq secondes plus tard, de la même manière, avec en main, une serviette de bain noire. Puis, elle reprit la parole d'une voix amusée, tout en lançant la serviette du côté où était Seira.

- Voilà, une belle serviette noire, pour que tu puisses atteindre la chambre de ta sœur sans être toute nue. Héhéhé...

Il était évident que cette Miyu venait de faire une mauvaise blague à Seira, tout comme elle avait fait à Seria. Elle semblait donc assez apprécier de piéger ses sœurs et d'ensuite en rire fièrement. Ce qui était certain, c'est que cette femme - peu importe qui elle était - semblait détendue et calme à un niveau extrême. Que ce soit dans sa voix, son comportement, ou encore ses paroles.

- Sur ce, Seira, je vais te laisser tranquille, afin que tu puisses profiter comme tu l'entends de ce bain revigorant. On se revoit ce soir au dîner, donc je ne vais pas te manquer bien longtemps, hihi. Quant au repas, j'ignore de quoi il sera composé ! Cela dépendra d'Ayano ! C'est elle l'artiste de la cuisine ! Sache cependant que dans le coin, on ne trouve que très peu de bêtes, hormis des carbuncles. Une sorte de « lapin » comme vous appelez sur Atrium, mais avec des cornes, et un cristal sur le front. Ah, et c'est assez difficile à chasser... C'est qu'un carbuncle peut être fort enquiquinant, avec sa maîtrise de la magie et de la téléportation ! Je me souviens encore d'un jour où Setsuna avait essayé d'en attraper un, et que le carbuncle a fini par pulvériser la demeure... Ahem, enfin, ne t'inquiète pas, cela n'arrivera pas ce soir !

C'est donc après ces mots que Miyu s'éclipsa comme à son habitude, non sans oublier de saluer son interlocutrice avant de disparaître. La nouvelle gardienne était donc à présent seule dans son bain et était libre de vaquer à ses occupations avant le repas si elle le désirait. Bien qu'avant toute chose, elle devra finalement elle-même se bouger pour avoir une tenue décente pour la suite de la journée.


* * *

La soirée était tombée à présent sur le royaume Éorzéa, et seules les lumières de la cité illuminaient l'obscurité. Le temple où résidait à présent la nouvelle gardienne était d'ailleurs également bien éclairé de son côté, grâce à plusieurs cristaux servant de lumière, éparpillés dans la demeure. Bien sûr, comme absolument tout sur Légendia, c'était de nature magique la lumière des villes où la nuit tombe, et le royaume d'Éorzéa n'y échappait pas. Bien qu'encore une fois, c'était la technologie des cristaux de résonances qui permettait autant d'évolution. Pour sûr, celui qui avait le marché sur les cristaux, aurait le monde dans sa main. Cependant, comparé aux ressources habituelles, les cristaux sont en abondance sur la création, étant directement issus de l'émanation de l'Eldrit. Donc n'importe qui peut en trouver en quantité. Le principal souci, c'est de savoir maîtriser la magie pour rendre ces simples cristaux utilisables. Et c'est justement cela qui est généralement vendu : le savoir-faire.

Quoi qu'il en soit, si Seira avait bien retenu les paroles de Miyu, c'était certainement l'heure du repas. Il suffisait de toute façon d'ouvrir ses sens pour sentir une délicieuse odeur venant de la salle à manger. C'est donc une fois dans la fameuse salle, que la nouvelle gardienne pouvait observer une grande table sur laquelle était entreposé un véritable festin. Il semblait y avoir absolument de tout, et surtout pour bien trop de personnes. Du moins, certainement beaucoup trop pour six personnes. Cependant, c'était bien là, et au moins, il y n'avait pas que des légumes. Mais si c'était Ayano qui avait préparé tout cela, c'était carrément incroyable. D'ailleurs, en parlant d'Ayano, elle était déjà présente, tout comme Setsuna, ainsi qu'une autre que Seira n'avait encore jamais vu. Il s'agissait par évidence de la fameuse « Nine ». Cette dernière, bien qu'assise, semblait d'une taille bien plus petite que ses sœurs ou Seira. Elle avait la taille d'une adolescente, tout comme son visage, assez jeune lui aussi. Elle possédait une longue chevelure rose clair, et portait une tenue assez particulière. Ce qui marquait dans tous les cas, c'était que ses avants bras étaient recouverts de bandages, et que son œil gauche était marqué par un tatouage étrange. Quant à ses yeux, ils n'avaient aucune couleur, mais brillaient d'une lueur assez vive et bleutée.
Spoiler:
 

Ce fut Ayano qui salua en premier la nouvelle gardienne, étant la première à la voir entrée, due à sa position faisant face à la porte. Cette dernière se leva et s'inclina avec grâce, tout en saluant sa nouvelle sœur.

- Bienvenue parmi nous, ma sœur.

Suite à cette action, c'était au tour de Setsuna de réagir. Elle leva donc la tête de son livre qu'elle feuilletait et salua de la main sa nouvelle sœur, sans vraiment se lever de son côté. Cela n'était cependant pas forcément étonnant, cette dernière ayant déjà croisé Seira dans la journée.

- Coucou ! Tu as trouvé ton bonheur dans ma chambre ?

Enfin, c'était au tour de la mystérieuse Nine, de saluer la gardienne. Elle fit également comme Ayano, et se leva, tout en s'inclinant d'une façon cependant bien moins gracieuse. C'était d'ailleurs l'occasion de confirmer qu'elle avait une taille plutôt petite. Cependant, pendant ses salutations, à aucun moment, elle n'avait regardé la concerner dans les yeux ou même poser son regard dessus. Regard qui semblait d'ailleurs complètement vide, mais où l'on pouvait voir son reflet tellement ils ne dégageaient aucune émotion. Quant à sa voix, elle était calme, mais d'un ton d'une neutralité totale.

- Enchanté.

Finalement, après les présentations, ce fut le tour de Miyu d'arriver dans la salle. Dès son arrivée, elle prit la parole, toujours de son ton agréable et son sourire éternel, en s'adressant à Seira.

- Ho, tu es déjà là ? Très bien, prends donc place, après tout, c'est pour toi tout ça, hihi.

C'est donc ainsi que la nouvelle gardienne fut invitée à prendre place à table. Sa place qui se trouvait visiblement à côté de Setsuna, et en face d'Ayano, les autres étant déjà prises. Quant au siège en bout de table, il était inoccupé, mais Miyu fit comprendre à Seira, que sa place était vraiment à côté de Setsuna. Ainsi, une fois la nouvelle gardienne à table, Miyu fit de même et s'installa sur le bout de table opposé. Maintenant que tout ce beau monde était installé, la jeune femme cornue reprit la parole, s'adressant cette fois à Ayano.

- Waouh, eh bien, tu t'es surpassé ma belle !

La concernée se gratta rapidement la tête, d'un air dérangé, avant de reprendre la parole en réponse à son interlocutrice.

- Heu, je n'ai rien fait, j'ai délégué cela à Setsuna. J'avais quelque chose à faire aujourd'hui, je n'avais pas le temps de préparer le repas.

Suite à cette réponse, Miyu complimenta donc Setsuna, mais cette fois, c'était cette dernière qui sortit de nouveau de sa lecture, en réagissant de façon étonnée.

- Hein ? Mais je n'ai rien fait du tout non plus ! Tu m'as demandé de faire ça quand Ayano ?

- Cette après-midi, peu avant que je sorte en ville, je t'ai demandé si tu pouvais t'occuper du repas de bienvenue.

- … Tu ne m'as absolument jamais demandé cela !

- Je t'assure que si !

- Je t'assure que non !

- Mais si, je suis venue dans ta chambre, tu étais en train de dessiner, et quand je t'ai demandé, tu m'as répondu « oui oui ».

- Ho ! Ç-ça me revient... héhé... poursuivi la gardienne en se grattant la tête à son tour. S-sur le coup, je n'ai pas écouté vraiment ce que tu m'as dit... !

- Ha, lança Ayano, d'un ton compréhensif, j'aurai dû savoir que quand tu es dans ton art, tu n'entends plus rien.

Maintenant que ces deux-là semblaient être tombés d'accord, Miyu posa donc la question qui restait en suspens :

- D'accord, mais si ce n'est pas l'une de vous deux... alors qui a préparé tout cela... ?

- La chef Mi'quote de la cité.

La voix qui venait de lancer cela était reconnaissable entre mille, et il s'agissait de celle de la princesse Seria qui venait également d'arriver.

- Pardon de mon retard, j'étais assez occupée.

- Hihi, avec « Killian » ? lança Miyu d'un ton sournois et chantonnant. Hum ?

- P-pas du tout ! répondit la princesse, rougissante. Je m'occupais de certains détails au sujet de Seira, et tu le sais très bien !

- Héhé, je te taquine, et ça marche toujours !

- B-bref !

- Sinon, tout cela vient de la chef mi'quote du coin alors ?

- En effet. Je savais que ni Ayano ni Setsuna allaient s'en occuper, je les connais que trop bien, n'est-ce pas ?

Les deux concernées semblaient soudainement gênées. Ayano semblait se fondre en excuse dans le silence, tandis que Setsuna se gratta la tête.

- Hum, je vois, et tu ne trouves pas que cela fait beaucoup de nourriture quand même, Seria ? Je veux dire, il y en aurait assez pour le vol noir tout entier là ! La note a dû être salée, héhé.

- He bien, heureusement que je suis une princesse et que je suis riche, on va dire, lança Seria en haussant les épaules, je n'ai pas fait attention au prix de toute façon.

Finalement, il semblerait que ce fût le traiteur du coin qui était responsable du repas de ce soir. Et après réflexion, vu la quantité de nourriture, cela semblait plus réaliste que seule une des gardiennes du clan étaient responsables de cela. Quoi qu'il en soit, la question du festin réglée, la princesse restait debout et prit de nouveau la parole, afin de s'adresser à la nouvelle gardienne.

- Bien, Seira, avant d'entamer ce festin, je vais en premier lieu te faire part de certaines règles à respectées au sein du clan. Ensuite, on fera un tour de table afin que tes sœurs se présentent à toi de manière convenu, et ce sera ensuite ton tour, d'accord ? Tu seras libre de dire ce que tu veux, de parler de ce qui t'arrange. Ici on ne te jugera point et on se fiche de ton passif, peu importe que tu étais une sainte ou un monstre. Ce qui compte à partir d'aujourd'hui, c'est ton présent et ton avenir, compris ? À compter de ce jour, tu peux être ce que tu veux... évite juste de devenir comme Miyu, une seule c'est déjà suffisant !

- Heh ?

- BREF ! Je vais donc commencer comme dit précédemment, par t'annoncer les quelques règles inhérentes au clan. Cela sera rapide, il n'y en a que trois, mais elles sont absolues, et je t'invite à ne surtout pas les oublier. La première, commença la princesse, se raclant la gorge, comme si son discours allait être long, il s'agit de l'interdiction de quitter l'enceinte de la cité. Du moins, cela est valable seulement si tu es seule. Si tu désires sortir de la cité, ou du royaume, tu dois obligatoirement être accompagnée d'une de tes sœurs. Peu importe laquelle, tu ne sors tout simplement pas toute seule dans le monde extérieur. Si tu te demandes pourquoi je vous interdis de quitter l'enceinte de la cité seule, c'est simplement pour garantir votre sécurité. On est une famille, une unité, on avance ensemble, on combat ensemble et on souffre ensemble. Ensemble, on est plus forte, tout simplement. Les gens seuls finissent de la même manière que ceux obnubilés par la haine et la vengeance : mort. N'oublie jamais ce principe et ces paroles, d'accord ?

La première règle du clan donc, était de ne jamais quitter la sécurité du cocon familiale en solitaire. Cela était dangereux et déconseillé. Bien sûr, sans avoir besoin de l'expliquer elle-même, Seria se doutait que la nouvelle gardienne avait en tête que le vol noir a beaucoup d'ennemis, et qu'une gardienne isolée peut éventuellement devenir une cible.

- Bien, passons à la deuxième règle. Cette fois, cette dernière concerne tes responsabilités en tant que gardienne de mon clan. Pour faire simple, il y a une hiérarchie établie, et je t'invite à la respecter. Encore une fois, ce n'est pas une manière de te contrôler ou quoi que ce soit, c'est avant tout pour garantir l'ordre. Une famille, c'est comme un royaume, sans ordre et loi, il sombre dans l'incertitude et la décadence. C'est important l'ordre, pour garantir une stabilité dans une structure. Bref, tu es libres de faire ce que tu veux, où tu veux, quand tu veux. Seulement, garde en tête que si j'ai besoin de toi, ou encore Miyu, ou une supérieure au-dessus de moi te demande, tu dois répondre immédiatement présente. N'oublie pas que le vol noir a une mission, et nous sommes toutes ici pour la réaliser avant tout. Mon clan est en première ligne, donc quand on a une mission à accomplir, c'est d'une importance capitale.

La deuxième règle était donc l'obéissance à la hiérarchie. Comme devait déjà s'en douter la gardienne, ce qu'elle a obtenu aujourd'hui n'est pas gratuit non plus. C'est beau, mais ça se mérite, comme tout.

- Enfin, la dernière règle, c'est plutôt un principe, et il s'agit du respect. Peu importe la situation ou ton humeur du jour, jamais tu ne manques de respect à une de tes sœurs. Je ne veux ni insulte, ni combat, ni haine, ni jalousie, ni jugement de valeur envers une de tes sœurs ou n'importe qui d'autre du clan de l'impératrice. Si un seul de ses sentiments ou de ces principes est violé, la punition sera à la hauteur de mon avertissement... Prends cette règle comme la plus importante des trois et celle que je t'invite à ne « jamais » oublier...

- Mais tu as le droit de taquiner si tu veux !

- BREF ! Ce sera tout pour les règles, Seira. Comme tu peux voir, il y en a très peu, et elles ne sont en soi pas encombrantes. Elles sont surtout là pour garantir l'équilibre dans ta nouvelle famille... Sur ce, je vais à présent laisser tes sœurs se présenter chacune leur tour, et ensuite, comme convenu, ce sera ton tour. Allez, on va commencer par toi, Ayano, je te laisse la parole.

C'est donc après ces mots, que la princesse Seria prit place à son tour autour de la table, laissant à présent la parole aux sœurs de la nouvelle gardienne, afin qu'elles puissent se présenter. Et comme annoncé par la princesse, c'était la fameuse Ayano qui prit la parole en première.

- Hum, réfléchissait la ravissante rouquine, on s'est déjà présenté à l'époque, mais je vais refaire cela de manière plus définitive, après tout, tu es ma sœur à présent. Donc, je te souhaite la bienvenue parmi nous, Seira. Je me nomme Ayano Anatoria, comme la dit Seria, si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas à me demander, ok ? Ha, et si au cours de nos missions, tu trouves de vieilles armes en bons états, tu as le droit de les ramasser pour moi ! Je les collectionne !

- Tu n'en as pas déjà assez, Ayano ? Tu as déjà un arsenal qui pourrait équiper un royaume tout entier au sous-sol...

- On en a jamais assez, Seria.

- Héhé, c'est toi la spécialiste.

Maintenant qu'Ayano avait terminé, ce fut Setsuna qui ferma son livre, et qui prit la parole à présent, afin de se présenter à son tour.

- Bon, bien, moi, c'est Setsuna Testarossa. Je suis ravie de t'accueillir dans ma famille, maintenant, je ne suis plus la petite sœur ! Héhé...

- Non non, intervint Ayano, tu resteras ma petite sœur que tu le veuilles ou non.

- Heeh ? Mais c'est injuste ça !

- Hihi, je suis d'accord avec Ayano, rajouta Miyu, tu es très bien à cette place.

- M-mais... Humpf, bouda soudainement la gardienne, puisque c'est comme ça, TU sera ma petite sœur, Seira !

- Il ne peut pas y avoir deux petites sœurs dans une famille !

- blablabla, je t'entends plus Ayano !

- C'est très mature ça, « petite » sœur !

- Mais chut ! C'est MA présentation ! Bref ! Si Ayano collectionne les armes, moi, je suis férue d'histoire et d'art ! Je dessine beaucoup, d'ailleurs je t'ai déjà dessinée en vérité, tu ne m'en veux pas ? Mais sinon, tu aimes quoi ? Tu aimes l'art ? Tu aimes lire ? Tu voudras que je te montre ton dessin ? Ho, et tu penses quoi de la décoration ? Et aussi tu...

- Wow doucement Setsuna, laisse donc respirer cette pauvre Seira, intervint Seria, elle va finir par être rempli sans même avoir encore mangée, haha.

- Ha ! Oups, désolé, je suis tellement contente d'avoir une nouvelle sœur que je ne me rends pas compte que je pouvais être lourde. Héhé, semblait gêner la rouquine, désolé... Bref, je suis contente que tu sois parmi nous Seira, j'espère que tu te plairas ici !

Setsuna calma légèrement son enthousiasme, afin de laisser la gardienne suivante se présenter, et cette fois, il restait donc la fameuse Nine. C'est donc logiquement cette dernière, qui prit la parole toujours de son même ton calme et posé, mais toujours sans fixer son interlocutrice. D'ailleurs, on pouvait croire qu'elle s'adressait à Setsuna, étant donné que son « regard » était fixé sur la gardienne en face de sa position.

- Enchanté, Seira, je me nomme Nine. Je suis désolée, je ne pourrais pas en dire plus, j'ignore mon vrai nom ou mon prénom. Je ne suis pas très bavarde, désolé... Je n'ai pas grand-chose d'intéressant comparé à mes sœurs, mais je suis heureuse de te compter dans ma famille. Je m'excuse d'avance si à l'avenir ma musique te dérange. J'arrêterais de jouer dans le pire des cas, si c'est pour ton bien. Il n'y a rien qui compte plus pour moi que le bonheur de ma famille...

- Voyons, intervint Miyu, je suis certaine que Seira adorera ta musique, comme nous toute ici.

- Je l'espère.

- Et puis c'est faux, intervint à son tour Ayano, tu es aussi intéressante que nous ! Nine est un véritable maestro, Seira !

C'était difficile de savoir si cette gardienne, qui avait le surnom de « Nine », était baigné par un problème d'assurance, ou si c'était un sens du sacrifice absolument incroyable. Au vu de ses paroles, cela semblait plutôt la deuxième option. Il était évident qu'elle valorisait ses sœurs qui à se mettre dans l'ombre. Quoi qu'il en soit, bien que Nine avait terminé, Ayano reprit la parole, et s'adressa à Seira, comme si elle avait oublié de lui dire quelque chose.

- Au fait, si tu te demandes pourquoi Nine ne te regarde pas, c'est parce qu'elle est aveugle.

- Je ne suis pas aveugle au sens propre, Ayano, je te l'ai déjà expliqué.

- Bien, intervint à son tour Setsuna, dans les faits, tu ne vois rien, non ?

- En vérité Seira, répondit Miyu, Nine est aveugle si on veut être littéral et suivre la logique de ce qu'on est censé observer avec nos yeux. Mais si on prend cela d'un sens plus spirituel, Nine ne voit pas la lumière, mais la vie elle-même. Elle voit le flux constant de l'Eldrit et le mouvement de l'Éther. Pour t'expliquer ça de façon simple, elle est incapable de voir ta forme physique, mais elle voit ta forme spirituelle. Si nous nous sommes capables de voir le monde, Nine est capable de voir ses fondations.

- Ne t'inquiète pas, Seira, cela ne me dérange pas. Je ne vois pas les couleurs et j'ignore à quoi ressemble le monde, mais je peux sentir les joies et le bonheur de ceux qui m'entourent, et c'est suffisant pour me faire une idée de la beauté.

- Oui, et puis au moins, tu ne risques pas de voir la décadence qui remplit l'extérieur.

- Certes, mais elle ne peut pas voir mes dessins non plus, et ça, c'est toujours aussi déprimant !

- Ta silhouette spirituelle est déjà une magnifique œuvre d'art, tout ce que tu façonnes ne peut être que magnifique, je n'ai aucun doute là-dessus.

- A-awn... A-arrête voyons... héhé...

Après ces derniers mots, Setsuna rougissait à n'en plus finir, tandis que Seria de son côté, silencieuse, semblait pensive, mais son air était assez grave, en observant Nine. C'était comme si elle était mélancolique, voire triste. Peut-être savait-elle quelque chose que les autres sœurs ignoraient ? Quoi qu'il en soit, elle se tenait la tête en écoutant depuis le début la conversation, d'un air assez pensif. Elle cessa cependant cela, et retira son coude de la table et sa tête de sa main, pour reprendre la parole.

- Bien, toutes tes sœurs se sont présentées, je vais donc à présent t'inviter à faire de même. Comme précédemment énoncé, libre à toi de dire ce que tu veux. Tu peux parler de toi, tes passions, tes rêves, peu importe, ce que tu veux, histoire que tes sœurs et moi-même te connaissions déjà un peu mieux, d'accord ? Allez, je me tais et te laisse te lever et prendre la parole, Seira.

C'était donc au tour de Seira à présent de se présenter à sa nouvelle famille. Bien sûr, comme expliqué par Seria, elle était libre de raconter ce qu'elle voulait, et surtout, elle ne sera jamais jugée, ni aujourd'hui, ni jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seira
Gardienne du Vol Noir
Gardienne du Vol Noir
Seira

Messages : 34
Date d'inscription : 17/01/2017

Le royaume artistique Empty
MessageSujet: Re: Le royaume artistique   Le royaume artistique Icon_minitimeLun 14 Jan - 0:04

Seira avait demandé à Miyu si elle était de la famille de Maxwell. Cette "supérieure en chef" avait balancé son véritable nom à Seira d'une traite, que cela paraissait bizarre pour la nouvelle gardienne en herbe. D'abord, Miyu expliqua que ce que Sylvanas avait raconté au sujet de cette entité n'était pas totalement vraie ou faux, mais que ses informations incorrectes n'étaient pas de la faute de la reine du vol noir, tant peu de monde connait la vérité. D'ailleurs, comme Seira pouvait l'imaginer, cette Miyu esquiva quelque peu la question, surtout lorsqu'elle expliqua qu'elle était en réalité tout ce que Seira pouvait désirer ou imaginer. Seira pouvait être déçue qu'elle n'allait pas en savoir davantage sur une membre de sa nouvelle famille, mais elle n'était pas une gardienne à proprement parler, mais sa supérieure, donc Seira accepta que Miyu ne satisfasse pas vraiment sa curiosité.

- Je vois… Alors… Je réfléchirais à une manière de… t'interpréter…

Après cela, Seira déclara son rêve, digne d'une artiste à l'imagination débordante, ce qui créa une ouverture assez embarrassante sur le corps bien roulé de la Kaliya. Après avoir remarqué qu'elle s'était trahie elle-même par sa déclaration, Seira décida de cacher son corps sous l'eau, gênée, puis demanda à ce qu'on lui ramène des vêtements. Ce n'est pas que Seira était exigeante ou difficile, ou qu'elle refusait de fouiller dans la garde-robe de Setsuna, mais Seira était toujours très pudique, et même couverte par une petite serviette, elle n'était pas très chaude de parcourir sa nouvelle maison sans qu'on puisse l'observer. Ici, il semblerait que la pudeur n'existait pas, mais c'était toujours le cas pour elle, et elle considérait que n'importe qui ici se devait de respecter Seira à ce sujet, même Miyu, donc elle déclara sans gêne son opposition envers la demande de cette dernière. Ainsi, elle se téléporta d'un clin d'œil, ce qui impressionna Seira, puis réapparut tout aussi vite, sauf que ce n'était pas vraiment avec ce qu'elle souhaitait, mais une serviette noire. Seira ne mit pas trop longtemps pour comprendre que Miyu lui avait joué un petit tour. Sur le moment, Seira fronça des sourcils, ne trouvait pas vraiment la blague à son goût.

- Hey attends, est-ce que tu te fou…

Mais Seira s'interrompit lorsqu'elle réalisa qu'elle allait s'emporter. Ici, c'était très déconseillé de faire preuve d'agressivité comme elle en était capable, d'autant que c'est elle qui venait de faire preuve de culot en refusant la proposition de Miyu et en faisant sa difficile. Ainsi, elle reprit son calme, puis se mit à rire, même si il était évident que la dragonne jouait mal la comédie sur le moment.

- Ha… Hahaha, je vois, c'était une BLAGUE ! Bon sang, ravie de voir que tu manques pas d'humour, je devrais m'inspirer de toi si j'ai envie de faire rire mes nouvelles sœurs, hahaha ! Allez, tu as gagné, je vais enfiler cette serviette et m'empresser de rejoindre la chambre de Setsuna avant que je me retrouve dans une situation qui ne me convient guère, héhéhé…

Evidemment, Seira cachait par le sarcasme son immense gêne du moment. Et si justement, Setsuna était dans sa chambre au moment ou elle y pénétrerait ? Au moins, elle serait quitte avec la rouquine, mais même ça, Seira ne le désirait que trop peu. Bref, c'est après avoir fait un petit cours sur les lapins de ce monde que Miyu s'éclipsa. Seira, cependant, quitta la source peu de temps après, elle ne voyait pas l'intérêt de faire trempette éternellement et son corps était pleinement revigoré après sa bataille. Alors elle enfila l'objet de la farce autour d'elle, puis quitta la salle. Telle une ninja, Seira se faufila entre les coins des couloirs, pour s'assurer que personne ne circulait. Jusqu'au bout, elle refusait que ses sœurs la voient d'office, à peine accueillie, dans une position aussi particulière. Arrivée dans la partie "escaliers" du repaire, qui allait la mener vers l'objectif, elle jeta un regard furtif dans tous les côtés, puis, lorsqu'elle remarqua que la voie était libre, se mit à effectuer un sprint digne d'une athlète le long des marches, en prenant soin de ne pas faire tomber sa serviette, ou de se ramasser la gueule au sol, ce qui l'obligerait à quitter cette baraque rouge de honte si on la remarquerait. Seira était juste le genre de femmes qui déteste qu'on se moque d'elle, ou même que l'on rit d'elle.

- Vite vite vite vite vite vite vite vite vite ! Bordel, te plante pas de chambre surtout !

Mais Seira avait bonne mémoire et se souvint de la chambre de l'artiste, elle le remarqua une fois la porte ouverte, tellement sa chambre ressemblait à un musée tenu par une adolescente. Les toiles qui enselivaient le mur étaient d'une telle beauté que Seira se fichait royalement du bordel sur le sol. D'ailleurs, ce qui mit des étoiles sur les yeux de la dragonne, c'était que la concernée n'était pas là. Seira put donc faire un tour dans la garde-robe de sa soeur, mais encore une fois, elle le fit à toute vitesse, avant que Setsuna ne débarque. La jeune femme commença à stresser lorsqu'elle vit que ls vêtements de cette dernière résonnaient bien avec son tempérament coloré. Ce n'est pas que Seira détestait les couleurs, mais quand on a vécu dans l'obscurité, dans une zone au brouillard noir, se défendant avec des flammes noires et en peignant des toiles... noires, et bien, c'était la seule couleur qui mettait à l'aise la jeune femme. Alors que des perles de sueur coulaient le long du visage rouge fonçé de Seira, s'imaginant ressembler à un clown avec des vêtements de toutes les couleurs, elle trouva enfin le Saint-Graal.

- Bingo !

Elle trouva une petite robe à la jupe courte de couleur noir, et l'enfila illico presto avant qu'elle ne soit vue à poil par cette Setsuna. Par contre, elle ne trouva aucune chaussure ou bottine de sa couleur fétiche. Seira se doutait bien qu'elle pourrait trouver son bonheur si elle fouillait davantage, sauf qu'elle n'était pas trop partante pour créer un bordel supplémentaire. Alors, elle se contenta de rester pieds nus pour l'instant. De toute manière, que le sol soit froid ou recouvert d'un tapis n'allait guère déranger la gardienne, si elle comparait son passé ou elle marchait sur le sol rocailleux et brûlant du pays du feu.

Seira suivit l'odeur du festin qui l'attendait pour retrouver la salle à manger même si elle se souvenait des indications de Miyu. Une fois arrivée à la salle en question, Seira vit trois personnes dont deux familières, ainsi que le festin en question. Seira se demandait si le groupe allait accueillir d'autres convives parce que pour seulement quelques estomacs féminins, il y'en avait un peu trop. Enfin, ce n'était pas dérangeant en soi, Seira a longtemps vécu dans une caverne. Ce premier repas dégusté dans une situation plus luxueuse allait être profitable pour Seira qui avait une folle envie de se goinfrer, tellement la vue était paradisiaque, et l'odeur enivrante. Mais avant cela, il était d'usage de saluer ses nouvelles sœurs déjà présentes. Seira revit ainsi Ayano pour la première fois depuis qu'elle quitta Atrium. Physiquement, elle dégageait toujours autant de charme pour Seira, qui n'oublia pas ce spectacle artistique qu'Ayano démontra lorsqu'elle atomisa l'attaque du dragon qui chercha à éradiquer la jeune Kaliya. De ce fait, elle lui devait la vie. Elle remercia Ayano pour l'accueil, puis répondit naturellement à Setsuna.


- Comme tu peux le voir, tes vêtements me vont comme un gant. Mais ne le prends pas mal, ils ne mettent pas vraiment en valeur mon aspect naturel. Dès demain, je compte renouveler ma garde-robe dans cette cité. Mais je te remercie pour ta générosité.

Il y avait une troisième personne assise à table, sauf que Seira ne l'avait encore jamais rencontrée. En procédant par élimination, Seira comprit qu'il s'agissait de Nine, la musicienne du groupe. Seira remarqua qu'en la saluant, cette fille ne prit pas la peine de regarder Seira dans les yeux, ou plutôt, est-ce qu'elle le pouvait seulement ? Seira se doutait bien que c'était probablement la seconde option, tellement le regard de cette dernière semblait vide de lumière. Bref, Seira allait devoir s'habituer à ce détail, mais pour l'heure, elle répondit oralement au salut de cette troisième sœur. Enfin, Miyu arriva et proposa à Seira de s'asseoir à côté de Setsuna et en face d'Ayano. Néanmoins, Seira resta silencieuse. C'était une bonne chose qu'un tel festin motivait Seira, mais la situation l'était un peu moins. C'était son premier repas en famille, alors, Seira ne savait comment se comporter, une fois encore. Une fois assise, Seira demeura silencieuse, la tête légèrement penchée en avant, se triturant les doigts entre eux sous la table. Elle écouta à moitié la conversation, même si Seira souhaitait mieux connaître ses sœurs, elle préférait cela dans un contexte plus intime. D'ailleurs, la Kaliya ne savait tellement pas comment se comporter à table, ni au sein d'une famille, que quand elle entendit Seria arriver, elle se leva d'une traite, car elle avait lu dans un livre - la vie dans une caverne ne l'excluant pas de voler des bouquins pour s'instruire - que quand le chef de famille arrive à table, les convives doivent se lever par respect. Néanmoins, Seira, gênée, vit qu'elle fut la seule à avoir ce réflexe, qu'il soit d'une bonne intention ou non, donc elle reposa ses petites fesses sur sa chaise, rouge de honte.

Une fois la conversation entre sœurs finie, Seria s'adressa à Seira cette fois, en lui expliquant qu'avant de commencer le festin, elle lui expliquera les règles de bonne conduite au sein de cette famille. Puis, chaque membre du clan se présentera et enfin, Seira devra en faire de même. Bien sûr, pour prouver que la dragonne était libre d'être elle-même, elle pouvait dire ce qu'elle voulait sans avoir peur d'être jugée. Ce qui rassura la principale concernée sur le coup. Maintenant, il était temps d'expliquer les choses sérieuses, même si les règles n'étaient qu'au nombre de trois. Premièrement, Seira n'avait pas le droit de quitter la cité seule. Sans doute par pure sécurité, et aussi, parce que la philosophie de la maison semblait qu'on ne doit jamais agir seule, au risque de connaître un destin pas vraiment sympathique. La seconde était que malgré que Seira était libre de faire ce qu'elle voulait ici, elle devait répondre aux appels de la hiérarchie du vol noir si on avait besoin d'elle. Jusque là, encore une fois, Seira ne pouvait pas être en désaccord avec ce second fondement de la maison, car elle n'avait pas l'intention de se tourner les pouces maintenant qu'elle avait rejoint une famille. Au contraire même, son combat ne faisait que commencer, car Seira avait un objectif très clair désormais, celui de payer sa dette envers le vol noir, en combattant sous le nom de sa nouvelle princesse et de donner son maximum pour l'avenir et l'indépendance de l'organisation qui l'a ramassé dans sa misère. Et de toute manière, elle n'avait pas de raisons d'avoir peur, Seira, en prenant le dessus un instant sur Kimyo, avait prouvé qu'elle avait des capacités hors normes. La troisième règle semblait très importante car si elle n'était nullement respectée, Seira en subirait les conséquences. Il s'agissait de ne jamais manquer de respect à ses sœurs, que ce soit en gueulant, en agressant, en jalousant, en insultant ou peu importe. Quoiqu'il en soit, à part la première à la limite, Seira se doutait déjà de l'existence de ses règles et s'était préparée à les respecter bien avant que sa princesse lui en fasse part.

Il était donc l'heure des présentations de table. Ayano fut la première. Sa présentation fut concise, après tout, Seira connaissait vite fait cette dernière pour son intervention sur la Yokume. Tout ce qu'il fallait retenir, c'est que c'était une collectionneuse d'armes de combat et qu'elle lui demanda de ne pas hésiter à en apporter si elle en trouve sur le sol d'un champ de bataille.


- J'y veillerais. Je te promets de t'apporter une arme à la hauteur de ce que tu as fais pour moi, Ayano.

Puis, ce fut sa voisine de table, Setsuna. Seira tilta pour la seconde fois à cause d'un nom qui sonnait familier: Le nom Testarossa. Bref, elle n'avait pas n'importe qui à côté d'elle avec un nom pareil. Mais Seira n'avait pas l'intention de questionner la concernée à ce sujet, n'ayant pas trop envie d'avoir encore une réponse vague comme avec Miyu. Bref, après une série de taquineries, Setsuna confirma l'évident, elle était passionnée d'art, ce qui signifiait que c'était probablement elle avec qui Seira allait être le plus à l'aise, rien qu'en discutant à l'avenir de cette passion. Par contre, ce qui étonna grandement Seira, c'était que cette artiste avait déjà fait une illustration de la jeune Kaliya. Donc une fois que cette adorable rouquine s'arrêta d'inonder Seira de questions, cette dernière répondit avec hésitation, timidement, tellement cette excitation secoua une Seira d'habitude plus calme et posée. Ou plutôt, le fait qu'elle était représentée sur un dessin artistique émouvait quelque peu cette dernière.

- Tu… tu n'es pas lourde, Setsuna et je… je ne t'en veux pas. Je serais… heureuse de voir ton dessin.

Après cela, Seira détourna son regard de Setsuna, pour la énième fois rouge comme une tomate. En parlant de détournement de regard, Seira écouta cette fois la présentation de Nine, celle qu'elle connaissait le moins. Cette dernière ne connaissait pas son vrai nom en tout cas. Et d'une autre part, Nine ne semblait pas vraiment avoir une haute d'estime d'elle même. Elle enchaîna excuses sur excuses, jusqu'à dire qu'elle pouvait arrêter de jouer de la musique si cela dérangerait Seira. Mais évidemment, pour Seira, c'était hors de question. Miyu avait précisée que la musique était comme son unique salut. Seira comprenait mieux avec Nine ce que Seria voulait dire quand elle précisait que ses futures sœurs étaient fragiles. Cette Nine, psychologiquement, semblait avoir pas mal de troubles, mais sa gentillesse hors du commun, dont quelques phrases suffisaient pour le prouver, motivait Seira à s'intéresser à cette charmante gardienne. Elle voulut lui dire qu'elle refusait que Nine s'arrête de jouer pour elle, mais Miyu répondit à sa place de toute manière. Cette dernière lui expliqua, par ailleurs, que si Nine ne regardait pas Seira lorsqu'elle lui causait, c'était pas vraiment parce qu'elle était aveugle, mais plutôt parce qu'elle ne voyait que la forme spirituelle du monde qui l'entoure. Même si une telle capacité pouvait paraître ahurissante, Seira trouvait cela triste que cela l'empêche de voir le visage de ses sœurs. Il est vrai que le monde, dans sa décadence, peut quelques fois donner envie de se crever les yeux, mais Seira venait d'apprendre qu'il n'y avait pas que du laid dans la vie, alors, elle revu sa conception des choses et était quelque peu peinée pour cette charmante jeune femme, dont chaque parole traduisait sa pureté d'esprit.

- Je suis heureuse de faire ta connaissance, Nine, et ne t'arrête surtout pas de jouer pour moi. L'art, quelle que soit sa nature, est le reflet de l'âme. J'ai envie de la découvrir en écoutant chacune de tes mélodies.

Il était temps pour Seira de se présenter à son tour, et Seria prit soin de le lui rappeler. Seira ne commença même pas à réfléchir sur ce qu'elle allait raconter, elle décida simplement de déballer ce que son cœur lui dictait, même si pour le coup, elle fut envahie par de légers tremblements.

- Je… Je… Je me nomme Seira Kaliya. Comme certaines de vous ont pu le voir, je suis née sur Atrium et j'ai toujours vécu là-bas. Je suis issue de la relation entre une Kaliya et un mortel. Pathétique, je sais. Sur ce territoire, les êtres qui vivent plus d'un siècle sont rares, vous ne l'ignorez sans doute pas. Les mortels sont légions et traitent les êtres comme moi comme des déchets. Nous sommes stigmatisés dès que nous commençons à développer notre pouvoir qui surpasse l'ordre de ce monde. J'ai un frère, mais tout comme moi, il fut abandonné car jugé trop dangereux dès sa naissance. Il faut savoir que ma mère semblait avoir complètement rejeté ses origines, et m'a caché la vérité sur mon sang exceptionnel pendant toute mon enfance. Alors imaginez la surprise quand j'ai appris que j'étais différente des hommes de ma terre natale, que j'étais répugnante comparée à eux. J'ai cherché des êtres comme moi, pendant des années et des années. Je voulais tout d'abord conquérir ce monde et le soumettre pour enfin avoir la paix et la sécurité. Mais sans armée, sans la moindre existence similaire à la mienne, je m'épuisais, et j'ai donc appris à me débrouiller seule, en éliminant chaque être qui me dérangeait, incluant ma mère qui était le cœur de mes problèmes…

… vous vous demandez pourquoi je vous dis cela, pas vrai ? J'imagine que comme présentation, elle ne vend pas du rêve. Mais je tiens à vous avertir sur un point. Mes rapports avec le milieu familial sont clairs: ils sont désastreux. Seul la violence et le meurtre me relie aux autres existences. Je considérais que c'est dans la solitude qu'on trouve la paix et le bonheur, je ne comprends pas, aujourd'hui, l'intérêt d'avoir une famille, si c'est pour souffrir d'une éventuelle trahison tôt ou tard. Je crois, Miyu, que je sais au fond ce que j'attends de vous: une réponse, ou plutôt, la preuve que j'ai eu tort toute ma vie de préférer la solitude à l'amour. Et je crois que pour l'instant, avec votre gentillesse si naturelle, si agréable, il me faudra peu de temps pour comprendre la valeur d'une véritable famille soudée. Mais je veux quand même vous avertir que je vais devoir apprendre de A à Z la relation qui lie des sœurs entre elles. Comme je l'aies déjà dis à Seria, il est indispensable que je pose mes cartes sur table dès les premières minutes si nous voulons nous entendre. Et considérez qu'en vous racontant cela, je vous offre ma confiance, car je pense que c'est ici que je comprendrais le sens d'une fratrie...

… quant à toi, Setsuna, pour répondre à ta question, je suis passionnée par l'art, mais mes toiles étaient le fruit de ma vision du monde: ternes, noires, sans la moindre couleur pour les rendre vivantes. Alors, je serais ravie que tu m'aides à développer mes capacités cachées en moi, si cela ne te dérange pas. J'ai eu le temps de jeter un coup d'œil à tes toiles tout à l'heure. Elles sont magnifiques. Je pense que tu peux m'aider à créer la peinture parfaite que je rêve depuis toute petite.


Seira resta silencieuse quelques secondes. Quelque chose semblait ne pas aller dans sa voix quand elle parlait d'art. Elle tremblotait de plus en plus, jusqu'à ce qu'elle posa son avant-bras droit devant les yeux. Elle cherchait à cacher quelque chose, même si cela allait vite être futile: elle pleurait à chaudes larmes.

- Je… je suis navrée… je ne voulais pas que vous me voyez chialer comme une gamine. Mince, je ne pleure jamais pourtant. Je suis ridicule… De tous les moments, il a fallu que ce soit maintenant pour que mes larmes coulent. C'est juste que… vous êtes si gentille avec moi. Je ne pensais pas que la gentillesse existait dans ce monde. Je ne suis pas triste… Je… Je… Je suis heureuse d'être là parmi vous, sincèrement…

Seira se mit à poser les paumes de ses mains sur le visage. Elle avait honte de son comportement face à ses sœurs, mais les larmes ne pouvaient être retenues. C'est comme si toute sa peine, accumulée depuis son enfance, venait d'être gommée devant l'accueil plus que chaleureux de ses sœurs. C'est comme si son combat contre sa haine allait enfin prendre fin et qu'elle allait enfin obtenir ce qui allait terrasser son amour pour la solitude et l'isolement: un lieu où elle avait une place. Les larmes représentaient tout simplement son soulagement d'avoir enfin fini avec cette vie décadente, à rester dans l'ombre, dans une caverne, à attendre la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seria
Princesse du vol noir
Princesse du vol noir
Seria

Messages : 38
Date d'inscription : 12/08/2015

Le royaume artistique Empty
MessageSujet: Re: Le royaume artistique   Le royaume artistique Icon_minitimeLun 28 Jan - 21:32

Après les présentations des nouvelles sœurs de Seira, c'était à cette dernière de se présenter, sur la demande de Seria. Bien sûr, elle avait tout fait pour la mettre à l'aise avant, surtout en ce qui concerne ce qu'elle allait dire. Elle n'était obligée de rien, et pouvait parler de ce qu'elle voulait. La princesse avait fait cela en vérité, car elle connaissait déjà légèrement la gardienne et se doutait qu'elle n'allait pas dévoiler son passif dont elle exècre parler. Un peu comme toutes les nouvelles gardiennes de toute façon. Sauf que le discours de la nouvelle gardienne étonna fortement la princesse, et ce, dès le début de sa prise de parole. Même si elle ne le montrait pas directement, elle était subjuguée par la franchise de sa nouvelle gardienne. Et cela dans le bon sens. Tandis qu'elle écoutait avec attention cette femme tout lâcher sur son passé et son ancienne vie, un sentiment de fierté l'envahi. Elle était simplement confiante sur l'avenir de cette gardienne. Le fait qu'elle venait de briser sa propre barrière, était un pas en avant inespéré pour Seria, qui n'aurait jamais parié sur des aveux aussi rapides. Mais cela montrait aussi un cruel besoin pour la nouvelle gardienne, de partager, d'échanger, d'avoir du contact. Elle était peut-être jeune comparée à ses sœurs millénaires pour la plupart, mais sa souffrance intérieure était aussi vive qu'une autre. À chacun sa souffrance et ses cauchemars. Finalement, Seria, confiante, écoutait donc avec confiance la fin du discours de sa nouvelle gardienne.

Du côté des sœurs de la nouvelle gardienne, tout comme Seria, elles étaient attentives à son discours, et son histoire. Mais dans leurs visages, comme prévenu par la princesse, aucun sentiment de jugement, ni aucun autre sentiment pouvant montrer un début de rejet, par exemple pour ses actions, ou encore son lieu de naissance. Au lieu de cela, c'était des visages compréhensifs, et légèrement étonnés également, ne s'attendant pas à autant d'aveux non plus, comme leur princesse. Enfin, après son discours, elle s'adressa à Setsuna afin de lui faire partager sa passion pour l'art, tout en lui demandant de l'aide, afin de rajouter de la couleur dans son propre art, sombre et solitaire. Puis alors qu'elle finissait de parler à Setsuna, sa voix se faisait plus grave, légèrement tremblante. Elle allait même jusqu'à soudainement mettre son bras en opposition, afin de cacher son visage, pour cacher l'évidence : de chaudes larmes. Des larmes qui étaient autant de joie que de délivrance. Elle était simplement reconnaissante, envers ses nouvelles sœurs, et heureuse d'être parmi ces dernières, dans sa nouvelle famille. Bien sûr, encore une fois, personne n'allait rien lui dire, quant à ses larmes incessantes dont elle semblait s'excuser et avoir honte. C'est d'ailleurs pendant cette fin de discours larmoyant, que Seria esquissa un sourire, puis se leva. Puis sans prévenir, mais avec douceur, elle prit sa nouvelle gardienne larmoyante dans ses bras, tout en prenant la parole d'une voix chaleureuse.

- Ce qui serait ridicule, ma belle, ce serait de tout garder en toi. Pleurer n'est pas signe de faiblesse, c'est le signe que tu es vivante, et que tu as un cœur, Seira... Tu viens simplement de faire le premier pas vers ta famille. C'est parfois douloureux, d'avoir un cœur ou d'aimer, sache-le, mais tu verras, il n'y a pas meilleur sentiment, que d'aimer, et de se sentir aimé... Et nous, aussi bien moi que tes sœurs, nous sommes là pour toi, et t'aimer autant que nous nous aimons les unes les autres...

Finalement, la princesse finissait son discours par chuchoter quelques mots dans l'oreille de la nouvelle gardienne, toujours d'un ton chaleureux et bienveillant.

- Bienvenue chez toi, Seira, ma sœur...

Bien sûr, pendant ce câlin et ses paroles réconfortantes, prouvant que cette princesse était avant tout ici pour prendre soin de ses sœurs, avant d'être une princesse. Les autres sœurs de Seira brisaient le silence à leur tour. Du moins, ce fut Ayano, qui s'adressa à Setsuna de sa voix douce habituelle, mais légèrement amusée.

- Mais tu pleures, Setsuna ?

- Hm, hésita la rouquine, essuyant ses yeux, mais ne pouvant cacher une voix tremblante, p-pas du t-tout ! J-j'ai juste une p-poussière dans l'œil... !

- Tu veux que je vienne te faire un câlin ? Ou tu préfères que ce soit Seria ?

- M-mais non ! P-pas du tout ! L-lâche-moi Ayano ! … Mais si tu veux me faire un câlin, on peut s'arranger...

- Ha ! Là, je retrouve ma « petite » sœur !

- A-rrête avec ça ! P-puisque c'est comme ça, je ne veux plus de câlins !

Finalement, l'ambiance se détendit, tandis que la princesse relâchait son étreinte sur sa nouvelle gardienne, tout en lui souriant, et prenant la parole.

- Je sais que tu aimes les câlins, n'est-ce pas, lança la princesse, faisant évidemment référence à sa mère et le câlin que semblait apprécier la gardienne à ce moment, mais il ne faut pas en abuser, hum ? Héhé...

Quoi qu'il en soit, après cette présentation larmoyante, mais libératrice, et cet échange chaleureux, la princesse invita sa nouvelle gardienne à reprendre les festivités, et de commencer à manger le festin qui se trouvait devant cette dernière. Surtout que cela lui a coûté une blinde, et qu'elle aimerait au moins rentabiliser une partie de l'investissement. C'est donc ainsi que le repas se poursuivit, dans une ambiance bien plus joyeuse. Un repas qui devait déjà être moins stressant et plus ouvert, pour la nouvelle gardienne, qui avait d'ailleurs été comprise. Aucune de ses sœurs ne l'inonda de question pendant le repas, afin de respecter son souhait de ne pas la brusquer ou forcer le relationnel. Bien sûr, il y avait quand même des échanges avec cette dernière, en commençant par Setsuna, qui commençait à parler d'art avec sa nouvelle sœur.

- Et du coup, Seira, tu es plus peinture ou dessin ? Tu peins plutôt avec quel style de pinceau ? Tracé ? Biseauté ? Cranté ? Éventail pour les paysages ? Pointes multiples ? Il faudra que tu me dises quel style de peinture tu aimes également et dans quoi tu te spécialises ! Histoire que je mette à disposition ce qu'il faut pour que tu t'exprimes ! Après avoir mangé, tu auras qu'à venir dans ma chambre, je te montrerais mes dessins et quelques peintures si tu veux ! Hum ? D'accord ?

Après Setsuna, ce fut la princesse Seria, qui s'adressait de nouveau à sa gardienne, cette fois pour lui parler évidemment d'un sujet différent, qui a tout de même son importance.

- Ho, avant que j'oublie, Seira, je dois te parler du fonctionnement du clan et des ressources. Comme tu t'en doutes, la plupart de tes sœurs et beaucoup d'autres membres du vol noir n'ont pas eu d'éducations sur la conduite en société, comme par exemple le respect, mais aussi le mérite. J'entends par là que si tu désires quelque chose, Seira, tu devras le mériter, donc te l'acheter avec ton propre argent. Donc, finis le vol ou autres délits, ici, tout ce que tes sœurs possèdent, elles l'ont acheté ! Pour te faire de l'argent, ne t'inquiète pas cependant, tu seras récompensé au fur et à mesure de tes missions. Je ne vais pas non plus vous forcer à travailler, je n'ai moi-même pas besoin de cela, étant une « princesse ». Enfin, j'estime quand même qu'il est important que vous puissiez vous-même avoir un aperçu de ce qu'est une vie en société. Et vous récompenser de vos missions pour vous faire ensuite vos propres plaisirs, je trouve cela essentiel !

- Ne t'inquiète pas, intervint Ayano, Seria est beaucoup trop généreuse, elle nous récompense gracieusement à chaque mission ! Tu seras vite riche !

- Hum, n-n'abuse pas non plus Ayano, ou ta prochaine mission, je divise ton salaire par deux !

- Hein ?! Surtout pas ! J'ai prévu de m'acheter une nouvelle tenue que j'ai aperçue en ville !

- Tu n'as pas assez ? Tu es vraiment trop dépensière Ayano ! Tu dépenses déjà beaucoup trop en tenue pour ton style !

- C'est important de choisir sa tenue en fonction de la mission, je te l'ai déjà dit ! Chaque mission est une danse différente, et chaque danse demande une tenue bien appropriée !

- Je suis d'accord avec Ayano, intervint à son tour Nine, qui même discrète, partageait à son tour ce moment à sa façon, la musique fonctionne de la même manière. Chaque cœur, chaque mouvement résonne différemment, c'est important de ressentir et d'écouter la mélodie qui nous enivre, pour guider nos mouvements.

- Hum, lança Miyu, souriante en s'adressant à la musicienne, et quelle mélodie résonne actuellement dans ton cœur, Nine ?

- Une mélodie douce, bienveillante, qui résonne dans mon cœur et le couvre d'une chaleureuse couverture.

Pour la première fois, le visage de cette gardienne avait abandonné la neutralité, pour laisser place à un sourire discret, mais bien présent, tandis qu'elle dévoilait son sentiment sur l'ambiance actuelle. Tandis que du côté de Miyu son sourire était encore plus radieux en écoutant Nine. Il était d'ailleurs assez facile de remarquer que Miyu semblait avoir une relation particulière avec cette gardienne. Ne serait-ce que par ses paroles à son sujet lors de la visite guidé, mais surtout sa façon de la regarder, de rester à ses côtés, comme si elle désirait la protéger. Ou encore d'avoir tout de suite pris sa défense, lorsque cette dernière avait peur que sa musique dérange la nouvelle gardienne. Peut-être que lorsque Miyu répondit à Seira, sur qui elle était, que pour certaines, c'était une sœur, et pour d'autres une mère, elle faisait illusion à Nine. Qui sait, seul le temps pourra le confirmer.

- Hum, réfléchissait Myu, et si tu nous faisais écouter cette mélodie ? Je suis certaine que je ne suis pas la seule à avoir envie de l'entendre ! Et ça montrerait à notre nouvelle sœur ce qu'elle t'inspire. Tu en dis quoi ?

- Je ne voudrais pas déranger les échanges...

- Ne dis pas n'importe quoi, intervint Setsuna, Miyu a raison, ça manque d'une mélodie ce repas !

- Tu as du mal à t'exprimer avec des mots, exprime-toi donc à Seira avec ta mélodie, non ?

- … D'accord.

[Thème mélodie : https://www.youtube.com/watch?v=QsOR6DvUQ0k ]

C'est donc après avoir été encouragée par ses sœurs, que la gardienne musicienne se leva et se dirigea dans le coin de la pièce où reposait un magnifique piano. Puis, elle prit place devant l'instrument, et ferma les yeux. La mélodie commença finalement à naître au bout de plusieurs secondes. Cette dernière était le reflet des paroles précédentes de la gardienne : douce et chaleureuse. Comme prévu par Miyu, la gardienne semblait en transe avec la mélodie et s'exprimait beaucoup mieux ainsi. Elle pouvait finalement réellement faire part de son sentiment à l'égard de sa nouvelle sœur et ce qu'elle lui inspire. Et tandis que la musicienne glissait ses doigts fins le long de l'instrument, à l'aveugle, mais à la perfection, le repas se couvrait soudainement d'un voile aussi chaleureux que le cœur de cette musicienne. Évidemment, encore une fois, Setsuna ne pouvait s'empêcher de verser sa larme. Décidément, la jeune rouquine semblait assez sensible, derrière son air hyperactif et constamment festif. Pour ce qui est d'Ayano, elle balançait sa tête de droite à gauche au rythme de la mélodie. Du côté de Miyu, elle avait également fermé les yeux, et profitait de la mélodie qui parcourait la demeure. À cet instant, plus rien n'était moche, le monde était simplement composé de cette salle, et des six femmes qui s'y trouvent. C'est finalement peut-être cela, que protègent Seria et le vol noir. La raison pour laquelle ce clan est isolé, et ses gardiennes qui le composent entre elles. Elles sont peut-être au front, mais ce sont également les plus humaines et soudés de tous les clans. Seria n'avait évidemment pas menti, en disant cela à Seira, au sujet de la bienveillance et la fragilité de ces gardiennes vues comme « légendaires » et « invincibles » par le vol noir. Ce clan est simplement leur paradis privé, leur vie, et où leurs rêves se réalisent.

* * *

Finalement, le repas touchait à sa fin, bien qu'il restait encore assez de nourriture pour nourrir tout un régiment. Cela fera du reste pour les prochains cycles au moins. Dans tous les cas, le repas à présent terminé, mais la douce mélodie jouée par Nine servant toujours d'ambiance, il était temps de quitter la table. Setsuna invita donc sans plus attendre sa voisine de table, à se diriger ensemble dans sa chambre, afin de lui montrer son art. Avant cela, néanmoins, Seria interpella la nouvelle gardienne, qui était acculée par une Setsuna motivée comme jamais à l'emmener dans son paradis. Mais elle devra attendre quelques secondes, au moins le temps que Seria s'adresse à sa gardienne.

- Héhé, commença à sourire Seria, avant que Setsuna ne te kidnappe, je vais revenir sur ce que je t'ai dit tout à l'heure, tu te souviens, à propos de l'argent et du mérite ? Bien à ce sujet, j'ai cru comprendre que Miyu avait gentiment expédié ta tenue dans l'au-delà, donc pour cette fois, et pour te souhaiter la bienvenue, on va dire, je vais te donner ce qu'il faut pour que tu puisses te faire plaisir demain, dans la cité, d'accord ? Mais ensuite tout ce que tu voudras, ce sera au mérite, ma belle, ça te va comme marché ?

Bien sûr, Seria avait dit tout cela avec le sourire, et d'une façon bienveillante, histoire de ne pas non plus faire comprendre à la nouvelle gardienne que c'était quelque chose de primordial. Si cette dernière avait de toute façon bien suivi, elle devait certainement déjà avoir compris que c'était surtout un principe pour éduquer et apprendre à vivre dans le monde à des femmes qui n'ont jamais connu rien d'autre avant ce clan, que le vol et la décadence. D'ailleurs, ce système devait certainement être également actif dans les autres clans, il n'y avait pas de raison que cela ne soit pas le cas. Même si c'était difficile d'imaginer la princesse Sefia, donner une récompense à ses gardiennes. Ou alors, elle y était obligée, ce qui était sûrement plus proche de la vérité, au vu de la personne. Quoi qu'il en soit, à peine Seria venait de finir de parler, que Setsuna agrippa la main et enleva littéralement Seira, en l'attirant hors de la salle, afin d'enfin rejoindre sa chambre.

- Ouais, bon, elle a compris ! On y va !

- Hey, je n'ai pas fi...

Mais c'était trop tard, Seira venait déjà de se faire enlever par la rouquine. Tout cela s'était passé tellement vite, que personne n'aurait pu la sauver à ce stade.

- Hihi, intervint Miyu, voilà une bien intéressante jeune femme qu'on a là. Tu es rassuréé à présent, Seria ?

- Je n'ai pas douté de toi ni de Killian en soi, en ce qui concerne Seira. J'avais simplement peur du changement, qui sait... Ce paradis est le nôtre, je désire simplement le protéger.

- Bien, il semblerait qu'à présent, nous ayons une nouvelle âme pour qui ce paradis sera une ode à l'espoir, et que nous devrons protéger envers et contre tout. Mais j'imagine qu'elle pourra compter sur ses sœurs également, hum ? Tu en penses quoi, Ayano ?

- Je l'aime déjà. Elle est trop mignonne avec son air rebelle mais timide !

- Hum, souriait Miyu, j'imagine qu'il est inutile de demander à Nine, au vu de l'infinie mélodie qui résonne dans la demeure depuis tout à l'heure.

- C'est clair qu'elle est inspirée, là. Seira a eu de l'effet sur toi Nine, héhé.

Suite aux paroles d'Ayano dirigé sur la musicienne, cette dernière perdit son rythme une fraction de seconde, causant une fausse note dans sa mélodie. Visiblement, cette dernière aussi, derrière son air impassible, pouvait être perturbée par la gêne.

- Hihi, oui, aucun doute, au vu de cette fausse note.

C'est donc dans cette ambiance toujours chaleureuse, qu'allait finir la soirée pour les femmes restantes dans la salle à manger. Il était évident que cette soirée, elles allaient la laisser à Setsuna et Seira. Elles avaient toutes compris que Setsuna était la partenaire idéale pour la nouvelle gardienne. Setsuna elle-même devait d'ailleurs l'avoir remarqué, au vu de son enthousiasme.

* * *

C'est finalement à présent dans la chambre de Setsuna, que la nouvelle gardienne pénétra de nouveau. C'est qu'elle allait commencer à bien connaître cette chambre maintenant, bien mieux que sa propre chambre, limite. Quoi qu'il en soit, Setsuna lâcha enfin la main de son otage, et se dirigea vers un tiroir qu'elle ouvrit, visiblement, cherchant quelque chose, tout en prenant la parole.

- Je vais chercher mon cahier où je dessine quand je suis en mission et que je m'ennuie, deux petites secondes. Il doit être dans le coin, j'en suis certaine...

Évidemment, au vu de la chambre, c'était peut-être une artiste, mais elle était bordélique à souhait. Du petit tiroir, elle était à présent en train de retourner toute sa chambre, pour retrouver ce fameux cahier. Par contre, si quelque chose était à sa place et parfaitement ranger, c'étaient ses peintures. Elles étaient toutes dans une grande armoire actuellement ouverte, bien rangées et étiquetées. Il y avait aussi un coin où se trouvaient différents bibelots, ressemblant à des artefacts pour certains. Eux aussi étaient bien à leur place. Cette jeune fille n'était donc bordélique qu'avec ce qui est extérieur à ses passions.

- Heu, lança la rouquine la tête dans une armoire, tu peux faire un tour de mes toiles si tu veux en attendant, elles sont dans cette armoire, à ta gauche.

Tandis que Setsuna continuait sa chasse au cahier, son invité était donc autorisé à parcourir la fameuse armoire où se trouvaient les peintures, si l'envie lui prenait. Dans tous les cas, après cinq bonnes minutes, la rouquine laissa échapper dans la chambre un soudain cri de victoire.

- Ça y est, je l'ai trouvé !

Finalement, si Seira se retournait, elle pouvait voir que Setsuna se tenait debout sur son lit, le cahier à main, tout sourire. Il était facile de deviner que ce dernier se trouvait finalement sur l'étagère au-dessus du lit, où trônent les peluches de la charmante rouquine. Comment il avait fini là-haut était cependant un mystère même pour la concerner, car c'était quand même un cahier qu'elle emmenait selon ses dires, partout. Mais bon, tout est bien qui finit bien, et elle pouvait enfin montrer son cahier à sa nouvelle sœur. Néanmoins, tandis que Setsuna descendit du lit, elle fit tomber un genre de petit tube, qui traînait certainement sur le lit, et qui semblait contenir ce qui ressemblait à des pilules. Elle s'empressa de le ramasser, comme si sa vie en dépendait, puis le posa sur la table de chevet. Juste à côté d'un cadre qui contenait un dessin encadré représentant la famille de la rouquine. Il y avait fort à parier qu'elle allait d'ailleurs mettre à jour ce cadre et rajouter un moment ou un autre sa nouvelle sœur sur ce dernier. Quoi qu'il en soit, ces pilules étaient loin de ressembler à des bonbons, et se devait plutôt être une sorte de traitement que suivait la rouquine. Cependant, pas le temps de se poser de questions à ce sujet pour la nouvelle gardienne, car Setsuna s'approcha enfin, et l'invita à feuilleter le cahier qu'elle venait de lui tendre.

- Ton dessin se trouve vers la fin. Il n'est pas bien vieux !

Tandis que la gardienne tournait les pages du cahier, elle pouvait y voir toutes sortes de dessins. Il était clair que ce cahier - que Setsuna devait souvent changer - était une sorte de recueil de son imagination sur l'instant. Un genre d'endroit où elle dessine ce qu'elle observe, que ce soit un champ de bataille, ou quelque chose qui l'intéresse. Et c'était impressionnant. Le coup de crayon était magnifique et sans raté. Pourtant, tous les dessins de ce cahier étaient faits en pleine mission, entre deux pauses. C'était limite si elle ne dessinait pas parfois dans le feu de l'action. Car en parcourant les pages, Seira pouvait observer des paysages, mais aussi des silhouettes dans diverses positions. Sur pas mal de pages, elle pouvait aisément reconnaître Ayano, arborant chaque fois une tenue différente, semblant danser sur les dessins, ses lames à la main. Il y avait aussi pas mal de dessins de Seria, dont un visiblement pris dans un certain endroit où les vêtements ne sont pas de mise. Ayano aussi avait eu droit à ça, et en fait, même Nine, apparaissait sur un dessin, complètement dénudé. Visiblement, Setsuna n'épargnait personne et absolument aucun endroit n'était sûr pour éviter de se faire immortaliser. Bref, passé ces pages qui se suivaient étrangement, Seira pouvait observer le dessin d'un homme, pourvu d'un sourire bienveillant. Mais c'était le seul homme, et il revenait souvent, très, souvent. Peut-être s'agissait-il de ce « Killian » furtivement énoncé lors du repas, lorsque Miyu taquina Seria. Enfin, une sorte d'elfe aux cheveux longs revenait souvent également. Encore une fois, si Seira se souvenait de la statue présente dans le palais de la reine, elle devait saisir qu'il s'agit de l'impératrice du vol noir sur ces dessins. Quoi qu'il en soit, cela voulait donc dire que ce clan est bel et bien souvent proche des dirigeants du vol noir.

Finalement, au bout d'une bonne soixantaine de pages, Seira pouvait enfin observer une silhouette qu'elle n'allait pas avoir de mal à reconnaître, étant donné qu'il s'agissait d'elle-même. Sur ce dessin, elle était dessinée esquissant un sourire, tout en tenant en main un cristal. Il devait s'agir du moment où Ayano avait confié ce cristal à l'ancienne dragonne. Cela voulait dire que bien que dans son coin, Setsuna n'avait pas manqué ce moment, et avait surtout retenu le sourire de sa nouvelle sœur.

- Ho, f-fait pas attention en fait, à la tenue, c'était la seule que j'avais de toi à ce moment !

Effectivement, comme venait de le faire remarquer Setsuna, mais que la concernée avait certainement dû voir depuis le début, était la tenue dans laquelle elle était représentée. Cette dernière était exactement la même que le jour où elle a croisé ses deux sœurs. C'est-à-dire une tenue pour le moins très légère, et pour en rajouter une couche, Setsuna ne s'est visiblement pas privé de marquer en bas du dessin « sexy petite dragonne ».

- Hum, héhé, semblait gêner la rouquine, j-j'ai fait ça vite fait, a-après notre entrevue sur cet endroit volcanique ! D'ailleurs, j'espère que tu ne m'en veux pas, d'avoir gardé mes distances ce jour-là... M-mais j'avais peur de m'attacher... mais que je te revois plus jamais par la suite... C'est beaucoup moins douloureux, de ne jamais revoir une personne qu'on ne connaît pas...

Suite à ces paroles, la rouquine semblait soudainement pensive, et avait baissé les yeux rapidement, comme si une vive douleur due à un souvenir venait de lui traverser l'esprit. Mais elle releva rapidement la tête, et reprit son air souriant et motivé habituel. Bien qu'il était évident qu'il cachait un passif et une souffrance encore palpable chez cette charmante femme.

- Bon ! En ce qui concerne la peinture et la toile de tes rêves, je veux bien t'aider, mais il me faut d'abord voir de quoi tu es capable. Mais l'art et l'inspiration ne viennent pas sur commande, alors, avant de t'aider, je vais attendre que tu peignes une toile. Rien ne presse, tu as le temps à présent, hihi.

Setsuna esquissa un sourire, et se mise à réfléchir quelques secondes, son index posé devant sa bouche.

- Huuum, continuait de réfléchir la rouquine, quand tu auras fait une œuvre, tu me la montreras, et je pourrais t'aider ensuite, sur ce que tu dois améliorer, tu en dis quoi ? Ne t'inquiète pas, je suis sûre qu'à nous deux, on va réussir à te faire peindre la toile de tes rêves ! Hihihi !

Encore une fois, Setsuna était plus motivée que jamais, à l'idée d'aider sa nouvelle sœur à atteindre sa « toile » parfaite. Mais c'était certainement aussi parce qu'elle pouvait enfin partager sa passion avec une de ses sœurs. Bien sûr, les autres pouvaient également comprendre, mais c'est différent. Si elle se met à parler de peintures, il est logique qu'Ayano par exemple, qui excelle dans la danse et les lames, n'y comprenne rien.

- Bien, on va faire comme ça alors. Héhé, je suis impatiente de voir ton œuvre !

Finalement, la soirée s'écoula assez rapidement, et le temps que Setsuna discute, ou que Seira avait des questions de son côté à poser, il semblait déjà si tard, que plus aucun bruit n'était audible dans la demeure. Du moins, le doux son de la mélodie provenant du salon avait cessé depuis déjà un moment. Puis finalement, quelqu'un toqua à la porte de la chambre, il s'agissait de Seria, qui avait visiblement quelques trucs à dire à Seira.

- Excusez-moi de vous déranger toutes les deux, mais il se fait tard, et je tenais à te tenir au courant qu'au lever du soleil, Seira, je t'attendrais dans le hall de l'entrée. C'est évidemment pour t'accompagner voir l'impératrice. Tu vas finalement avoir des réponses plus tôt que prévues... Inutile de te mentir bien sûr, tu te doutes que ton entretien dépendait de moi, et de ma certitude quant à ton cas. Mais j'ai été rassurée ce soir, bien plus que ce que j'imaginais, et tu as ma confiance et celle de tes sœurs en ce jour, donc je n'ai aucune raison de te faire languir davantage...

… Pour la tenue, bien, tu auras qu'à emprunté à Setsuna à nouveau, jusqu'à ce que je t'accompagne en ville dans l'après-midi. Hum, semblait réfléchir Seria soudainement, en fait, je pense que Setsuna ferait une parfaite guide pour toi, dans les boutiques, tu en penses quoi « petite sœur » ?

- A-arrêtez avec ça ! E-et d'accord, j-je veux bien accompagner Seira si elle est d'accord, bien sûr...

Tandis que Seria semblait avoir terminé, elle restait cependant toujours devant la porte, semblant réfléchir à quelque chose. Puis au bout d'un court instant, elle reprit une nouvelle fois la parole.

- Hum, au fait, Seira, cela ne t'embête pas si tu passes la nuit dans la chambre de Setsuna ? Disons que, semblait réfléchir toujours plus la princesse, euh, il y a un petit souci avec ta chambre, rien de grave, mais pour cette nuit, il vaut mieux que tu dormes avec ta nouvelle sœur, si ça ne te dérange pas. Tu veux bien ?

Ce que venait de demander Seria était en soi pas réellement étrange, mais c'était surtout la raison, qui était assez mal amenée. Il était facile de se rendre compte que la princesse venait de chercher une excuse pour que Seira n'ait pas vraiment le choix de dormir avec Setsuna. D'ailleurs, lorsqu'elle reprit la parole, elle laissait clairement un indice sur le fait que ce n'était pas uniquement une demande « innocente », et que c'était plus important que ce que cela paraissait. Elle faisait cela comme si elle voulait que Setsuna ne comprenne pas, mais que Seira comprenne qu'il s'agissait de quelque chose d'important, et qu'elle seule allait pouvoir comprendre sur le coup.

- Les nuits peuvent être difficiles sur le royaume, tu t'en souviens ? Alors je sais que ça peut paraître un peu tôt, mais ça serait vraiment bien que tu acceptes...

Cette fois, Setsuna intervint, légèrement décontenancé, voire gênée.

- C-ce n'est pas obligé au pire ! Seira a peut-être envie de p-passer sa nuit dans sa chambre !

- Ayano n'est pas disponible ce soir, Setsuna, et ça fait plusieurs nuits que tu ne dors pas, et tu sais bien que...

- O-oui, je sais... Mais je ne veux pas forcer Seira...

- Dans ce cas, laissons s'exprimer l'intéresser. Alors, tu en penses quoi Seira ? Si ça te dérange, tu as le droit de le dire, on ne t'en tiendra pas rigueur. Ni moi ni Setsuna.

- C-certainement pas même !

Visiblement, tout cela cachait quelque chose de bien plus profond que ça en a l'air de prime abord. Ne serait-ce que par la remarque de la princesse Seria, sur le fait que la rouquine ne dort que très rarement. Bien sûr, cela n'est pas vital pour un el'gaien, mais comme déjà expliquer par Ciara, dormir permet de reposer son esprit et de faire le vide. Mais dans tous les cas, c'était à Seira de décider si elle jouait le jeu et acceptait de passer la nuit avec Setsuna, afin qu'elle trouve enfin le sommeil ? Ou si elle préférait passer sa première nuit dans sa chambre. Dans tous les cas, ce n'était pas Setsuna qui allait lui en vouloir, même si elle refusait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seira
Gardienne du Vol Noir
Gardienne du Vol Noir
Seira

Messages : 34
Date d'inscription : 17/01/2017

Le royaume artistique Empty
MessageSujet: Re: Le royaume artistique   Le royaume artistique Icon_minitimeMar 5 Fév - 23:28

Seira fit un énorme pas en avant en avouant une partie de son existence à ses nouvelles sœurs. Mais cet acte eut comme conséquence de vider Seira du trop plein qu'elle avait accumulée durant de trop nombreuses années, bien qu'au final, elle prétendit que ses larmes étaient plutôt de l'ordre du soulagement et de la joie d'être présente ici. Cependant, elle avait honte de son comportement. Seira avait une fierté inébranlable, et aimait montrer son côté froid et impénétrable, pourtant, la coquille fut brisée alors qu'elle venait à peine de faire la connaissance de ses nouvelles sœurs. Elle eut la peur au ventre d'être jugée comme faible ou décevante sur le moment. Car après tout, elle n'avait pas seulement rejoint une petite famille, mais également le clan le plus important du vol noir, là où se trouvaient les gardiennes d'élites, à être sur le front en premier ordre si jamais on avait besoin d'elles. Pleurer devant ces gardiennes de légende n'étaient pas une très bonne chose pour la dragonne sur l'instant. Pourtant, alors qu'elle n'observait plus l'environnement autour d'elle, elle sentit deux mains, puis deux bras l'enlacer délicatement. Seira était étonnée, car Sylvanas n'était pas présente. Donc ce fut une autre personne qui chercha à provoquer réconfort chez Seira, et ce fut, étonnamment, Seria, la princesse qui la dirigeait. Seira se sentait apaisée dans les bras de cette belle femme, tout autant par son apparence majestueuse, que par son cœur. Elle était contente de découvrir son côté doux et aimable malgré qu'elle pouvait paraître stricte aux premiers abords. Elle tenta de rassurer la dragonne par quelques paroles, comme le fait qu'en versant des larmes, elle avait prouvé son côté humain, et qu'elle était capable d'éprouver de l'affection pour les autres. Puis, elle rajouta que ses sœurs seront toujours là pour elle. Sur l'instant, Seira était redevenue l'enfant qu'elle n'avait jamais été au final. Elle se laissa bercer par Seria, que ce soit par le contact que par ses paroles. Ses larmes s'estompèrent en un seul coup. Par contre, Seira, qui avait de bonnes oreilles, entendit une autre personne qui venait de faire couleur quelques larmes, et il s'agissait de Setsuna.

Après ce moment chaleureux, il était temps pour Seira de s'en mettre plein la panse. Et Seria pouvait se rassurer, car la dragonne avait un appétit qui faisait honneur à sa race natale. Elle allait rentabiliser les achats de la princesse en un clin d'œil. Bien sûr, maintenant qu'elle partagea un vrai repas pour la première fois depuis des années avec quelqu'un, il lui était difficile de faire preuve de partage et d'en laisser aux autres. Bien sûr, elle ralentissait son rythme de loup affamé pour ne pas tout manger avant les autres, et de toute manière, par politesse, elle arrêta un instant de mâchouiller, quand elle remarqua que Setsuna s'adressa à elle. Elle démarra le sujet de la peinture avec elle. Rien d'étonnant en soi, Seira avait avoué adorer l'art. Cependant, beaucoup de termes utilisés par sa nouvelle sœur rappela que Seira n'avait jamais peint avec passion jusqu'à présent, et qu'elle avait encore beaucoup à apprendre. D'un air désolé, Seira répondit à sa nouvelle sœur.


- Je suis désolée de te décevoir, Setsuna, mais je ne comprends pas grand chose de ce que tu dis. En fait, quand je disais que j'adorais l'art, c'est plus compliqué que cela. C'est plutôt comme observatrice qu'en tant qu'artiste. En fait, pour faire court, près de ma caverne volcanique, il y avait un petit village d'humains qui avait pour habitude d'organiser fréquemment des expositions, où ces pseudos-artistes dévoilaient leurs œuvres devant un large public qui semblait être connaisseur. C'est toujours à cet instant que je prenais le risque de sortir de mon trou, le corps entièrement couvert et le visage voilé pour me fondre parmi les humains. Tout simplement parce qu'à l'époque, c'était à ce moment que je découvrais que j'étais capable d'être émue par quelque chose. Bien que cela provenait de ces primitifs mortels, les paysages représentés étaient splendides, colorés, percutants ! En réalité, j'ai vite réalisé, que ces peintures me servaient de modèle pour mon imaginaire, quand j'essayais de créer une représentation mentale de ma future maison. Là où mes origines m'attendaient à bras ouverts, loin du souffre qui brûlait ma respiration. Alors, je me débrouillais toujours pour voler des pinceaux et des toiles vierges, sans savoir réellement quel type d'outil j'avais entre les mains. Puis, je tentais de reproduire la même chose chez moi. Mais une fois seule, rien ne venait. Aucune inspiration, rien. J'avais tellement envie d'avoir des représentations de ma vraie maison pour donner des couleurs à ce refuge où je vivais tous les jours. Mais je n'y parvenais pas. Et quand je dis que je cherche à créer la toile ultime, c'est par rapport à cet objectif que j'avais, de créer la représentation qui provoquera toujours un sourire sur mes lèvres, même quand je me sentirais fatiguée de tout. Mais tout cela n'a plus la moindre importance, car j'ai enfin trouvé ma vraie maison, n'est ce pas ?

Maintenant que Seira était chez elle pour de vrai, elle ne doutait pas qu'elle trouverait enfin l'inspiration pour peindre de meilleures toiles. Mais Setsuna et son goût pour l'art devrait être fort utile pour elle, ainsi, elle acquiesça quand Setsuna lui proposa de rejoindre sa chambre après le repas. Mais alors que le repas suivait son cours, Seria s'adressa à nouveau à la nouvelle gardienne pour reparler d'une chose fondamentale au sujet de ce clan. Si Seira désire quelque chose, elle devra l'acheter, avec l'argent qu'elle récoltera pour chaque mission. Encore une fois, bien que Seira comprenait que sa princesse se devait de le lui expliquer, elle trouvait cela légitime et logique dans un sens. Alors elle acquiesça encore une fois. Même si elle réalisa qu'elle était encore sans le sou actuellement, et que si elle devait attendre qu'on lui confie une mission pour qu'elle puisse acheter ses propres vêtements, cela allait être très vite problématique. Ainsi, Seira se demandait si elle ne devait pas oser demander à Seria de faire une légère exception pour commencer sa nouvelle vie, juste suffisamment pour qu'elle puisse avoir une nouvelle garde-robe pour une bonne semaine. Mais elle voulut attendre un peu d'être au calme avec Seria pour cela. De toute manière, cette simple explication démarra une nouvelle conversation entre sœurs, sur le fait que Seria semblait très généreuse en terme de financement, ou bien de l'importance d'avoir une tenue raffinée selon Ayano.

Cette conversation mena également à une requête de Miyu en direction de Nine pour qu'elle joue la mélodie qu'elle avait actuellement à l'esprit, en ce moment présent. Elle se lança lorsque tout le monde semblait l'encourager à accepter sa requête. Seira continua de manger lors de la première minute de la mélodie. Puis, elle mangea de plus en plus doucement, jusqu'à s'arrêter totalement. La mélodie était en train de faire un effet particulier chez la dragonne. Presque comme les toiles qu'elle admirait depuis son enfance, cette mélodie changeait le monde qui existait en elle, vers un univers plus doux, plus bienveillant. D'ailleurs, Setsuna ne fut pas la seule à verser sa petite larme, car pour la seconde fois, Seira se mit à pleurer à son tour. Mais encore une fois, ce n'était guère parce que la mélodie était triste, c'était tout l'inverse même. C'est parce que dans le préconscient de Seira, tout était chamboulé. C'était cela qui causa ce déversement d'émotions chez Seira. Le fait que sa vie avait pris un tout autre sens alors qu'elle avait franchi les portes de cette maison. Elle fixa Setsuna, les yeux mouillés, avant de baisser la tête vers son assiette, le sourire timide, puis marmonna quelques mots.


- Bon sang, si Feena et Ciara me voyaient… Vous autres, gardiennes, vous avez eu un effet magique sur moi.

***

Le repas venait de s'achever, et même si Seira avait mangé comme jamais, il y restait encore beaucoup de restes sur la table. Seira avait envie de s'allonger et de se caresser le bidon, tout en écoutant Nine qui jouait continuellement ses petites ballades, cela aurait rendu sa digestion plus agréable. Néanmoins, la dragonne était déjà bien demandée. Entre Setsuna qui bouscula avec enthousiasme Seira pour qu'elle lui montre ses œuvres et Seria qui voulait aussi parler avec elle, ce n'est pas pour tout de suite qu'elle allait se poser et faire une petite sieste. Et au final, il était peut-être un peu tard pour cela. La prochaine fois que Seira allait fermer les yeux, c'est pour le grand sommeil. Car en effet, elle avait nettoyé son corps et rempli son estomac après la bataille contre Kimyo, il y avait encore une chose qu'elle n'avait pas fait depuis cet affrontement: dormir. Mais il fallait d'abord qu'elle soit disponible pour ces deux femmes. Donc, tout d'abord, Seira put se rassurer car elle n'eut nullement besoin de présenter sa requête à Seria considérant cette fameuse exception. Elle lui donna un peu d'argent pour au moins arrêter de chiper tous les vêtements de Setsuna. Mais après cela, elle allait devoir mériter son or. Seira remua la tête tout en lâchant un petit mot.

- Je comprends, princesse Seria. Merci à vous pour votre générosité.

Seira venait à peine de remercier Seria qu'elle sentit sa main se faire tirer par derrière par Setsuna complètement impatiente, visiblement. Seira ne put rien faire d'autre que se laisser emmener au loin, bien que Seria semblait n'en avoir pas fini. De toute manière, elle reviendra à la charge tôt ou tard quand Seira ne sera plus "prisonnière" de sa sœur.

Ainsi, Seira se retrouva de force dans la chambre de Setsuna, pour la énième fois. Maintenant que Seira avait la main relâchée, elle était libre de marcher à gauche et à droite pour contempler encore une fois cette symbiose entre art et bordel, pendant que cette dernière était occupée à chercher un cahier de dessins. Elle jeta un coup d'œil vers les toiles de Setsuna qui se trouvaient dans la grande armoire, puis, sortit de ses pensées au bout de cinq minutes, lorsque Setsuna s'exclama d'avoir retrouvé son cahier. Sur le moment, Setsuna fit tomber un petit tube, rempli de pilules. Ce qui tiqua la curiosité de Seira sur le moment. Était-ce un traitement que prenait Setsuna ? Était-elle malade ? Était-ce grave, au point que cela justifierait la joie de vivre de Setsuna tant qu'elle avait encore la vie ? En vue du geste pressant que Setsuna eut pour ranger ces pilules, il était clair qu'elle ne voulait pas que Seira le remarque, mais c'était trop tard, elle l'avait vu, et une série de questionnements démarra dans la tête de la dragonne. Mais elle décida de ne rien demander. Elle saura tôt ou tard si Setsuna cache un terrible secret lié à ces pilules.

Elle se contenta pour l'instant de contempler le cahier, qui regroupait un peu de tout: des paysages, comme des silhouettes humaines dont Seira reconnut ses sœurs. Elle trouvait le coup de crayon de Setsuna formidable, bien que son visage se teinta de rouge lorsqu'elle vit que Setsuna était même allé jusqu'à dessiner ses sœurs, Seria inclue, sans le moindre vêtement. Cela rappela encore une fois à Seira qu'il va falloir qu'elle apprenne à dire "adieu" à son intimité, vu que cela ne semblait pas exister ici. Bref, après avoir tourné les pages qui lui permirent de découvrir toujours plus ses nouvelles partenaires, elle vit un homme cette fois, ce qui surprit grandement Seira.


- Tu as dessiné un homme ? J'avais cru comprendre que les rapports avec le sexe masculin n'étaient pas au beau fixe ici. Se pourrait-il… qu'il soit ton petit copain ? Hin hin...

Bien que Seira avait changé, elle avait conservée son esprit provocatrice et moqueuse, même si cette fois, c'était plutôt de la moquerie bienveillante. Mais après cette petite plaisanterie, Seira continua de parcourir le cahier. Elle y vit également une figure elfique. Une figure familière, probablement celle de l'impératrice. Et enfin, elle trouva finalement le dessin qui la représentait.

- Ha oui, je m'en souviens. Le fameux moment où je vous dois la vie, à toi et à Ayano. Je me souviens même pas avoir souri ce jour-là. C'est dingue comment je ne me connais toujours pas…

Setsuna se mit à avertir rapidement Seira concernant la tenue, mais cela la fit gentiment rire.

- Hihihi, en même temps, c'était bel et bien la tenue que je portais. Je ne pensais pas recevoir de visites là où je créchais, et surtout pas de deux femmes qui allaient me changer la vie. De toute manière, je reste bien plus couverte sur ce dessin que nos sœurs sur certaines de tes illustrations. N'essaye pas de me dessiner en tenue d'Eve, en revanche. La "sexy petite dragonne" ne montre ses formes qu'a celui ou celle qui saura la dénuder.

Bien sûr, Seira avait prévenu Setsuna gentiment. Car elle se doutait que tôt ou tard, elle tenterait de redessiner Seira avec le même érotisme que pour les autres filles du groupe. Mais Seira n'était toujours pas en mesure de vaincre sa pudeur. Etre en petite tenue, c'est une chose. Montrer là où c'est rose, c'est autre chose. Seira ferma délicatement le livre et le rendit à Setsuna, tout en prenant un air plus posé et serein, afin de répondre à quelque chose qu'avait dit auparavant Setsuna.

- Tes dessins sont magnifiques, Setsuna. Et ne t'en fais pas, je ne peux t'en vouloir d'avoir été distante, car je suis mal placée pour te juger. C'est pour cette raison que je me suis isolée dans mon coin pendant tout ce temps, pour m'attacher à personne. Mais maintenant, c'est fini, je suis là, dans ta chambre, et avec moi, tu n'as pas à craindre de ne plus me revoir. Je ne bougerais jamais de cette famille, tu peux me faire confiance. Alors attache-toi à moi tel que tu le souhaites, Setsuna.

Seira avait les yeux étincelants. Décidément, c'était probablement la reconnaissance qu'elle éprouvait pour Setsuna, tout comme pour Ayano ou Seria, qui faisait qu'elle était bien plus douce que d'habitude, mais ce fut l'attitude qu'elle montrait, et elle était naturelle. Mais en réalisant la proximité des deux sœurs, tandis qu'elle la fixait du regard, Seira réalisa qu'elle montrait trop de proximité. Alors, elle se déplaça de quelques centimètres, puis se mit à fuir ce regard, gênée…

Setsuna se mit à parler des choses sérieuses concernant le projet artistique de Seira. Elle proposa à Seira de peindre une première toile, pour ensuite l'aider à s'améliorer. Seira posa également son doigt sur le menton, puis réfléchit une vingtaine de secondes, avant de répondre quelque chose concernant la proposition de Setsuna.


- En fait, j'ai toujours voulu me spécialiser dans l'illustration des paysages, mais, je n'avais jamais envisagée jusqu'à maintenant qu'on puisse atteindre un tel niveau artistique en dessinant les courbes d'une silhouette humaine. Tu m'as presque donné envie, Setsuna, de faire un essai… Mais pour dessiner qui ? Hum, je ne sais pas trop… Tes dessins de nous sont très bien tels qu'ils sont, il ne faudrait pas que quelqu'un reproduise la même chose, et puis, je ne pense pas égaler ton niveau tôt ou tard. Je pense donc qu'il faudrait que je dessine des paysages que tu n'as pas encore représenté. Il serait préférable que je me démarque un minimum de toi.

Seira se mit à se gratter la tête avec frénésie, comme si quelque chose la perturbait.

- Raaaah, je sais pas quoi représenter, ça m'énerve ! Au pire, pourrais-tu m'accompagner un jour vers des paysages que tu n'as pas encore dessiné ? Je ne veux vraiment pas dessiner quelque chose que tu as déjà fait, tu comprends. A moins que…

Seira semblait avoir eu une petite idée, tandis qu'elle fixait, sans s'en rendre compte, Setsuna de la tête aux pieds. Mais elle remua la tête de gauche à droite, comme pour effacer cette idée.

- Naaaan, oublions ça…

Alors que Seira était en pleine réflexion et qu'elle semblait se mettre la pression toute seule concernant son prochain dessin, quelqu'un frappa à la porte. C'était Seria, qui semblait vouloir en finir avec la dragonne là où elle a été interrompue. Seira reprit donc son air calme et naturel pour écouter sa princesse. Celle-ci proposa à Seira de partir à l'aube avec elle rencontrer l'impératrice. Enfin, Seira allait comprendre tout cet espoir dirigé vers elle depuis le tout début, et pourquoi on envoya ses nouvelles sœurs jusque dans un trou paumé comme Atrium pour la chercher, elle qui est jeune, sans expérience vis-à-vis de Legendia, en plus d'être une semi mortelle. Et en vue des paroles répétées de Ciara, son nom n'était pas la seule cause. Mais enfin, le questionnement allait s'arrêter demain. Tant mieux, c'était la toute dernière chose que Seira souhaitait dans sa vie actuelle pour qu'elle soit complète, savoir en quoi elle était si exceptionnelle. Mais du coup, la dragonne allait de nouveau devoir emprunter des vêtements chez Setsuna, avant de faire les boutiques l'après-midi. Seria proposa encore une fois Setsuna pour ce faire. Seira remua la tête de haut en bas pour dire oui à la fois à Seria et également à Setsuna.

Puis, Seria fit une dernière proposition à Seira, celle de dormir dans la chambre de Setsuna. D'abord, elle utilisa d'un prétexte bidon concernant sa propre chambre, pour ensuite laisser échapper un indice justifiant cette demande. Seria souhaitait surtout, en réalité, que la dragonne veille sur Setsuna, qui apparemment, avait du mal à fermer l'œil la nuit. La dragonne se remémora que la princesse, avant de l'emmener ici, avait bien précisé que ses sœurs sont fragiles et qu'il va falloir être sociable avec elles, à chaque moment. Donc il était clair que Seria, dès l'entrée de jeu, comptait sur Seira pour accompagner une de ses sœurs, déjà pour cette nuit. Cependant, la principale concernée semblait gênée et pas trop chaude pour passer la nuit avec sa nouvelle amie. En même temps, Seira ne pouvait se sentir vexée. Ce n'est facile pour personne de partager un lit avec une personne que l'on connait que depuis une heure ou deux. D'ailleurs, en temps normal, Seira aurait pu réagir comme Setsuna. Mais il n'y fut rien. Au contraire, Seira laissa échapper un sourire un peu taquin en direction de Seria.


- Vous savez, je suis passé à ma chambre lors de ma visite guidée, et je ne vois absolument pas de quoi vous voulez parler ! Ce n'était guère la peine de chercher un prétexte, il suffit de me dire que vous souhaitez que je veille sur Setsuna ce soir. Pour ma part, je n'y vois pas d'inconvénient. C'est tôt, je sais, mais je vous ai promis que je veillerais sur mes sœurs en toute circonstance, et si dormir avec l'une d'entre elles est un début à mon apprentissage de la vie en famille, alors, je suis prête à partager un lit avec quelqu'un. En revanche, je veux que cette envie soit partagée. Si toi, Setsuna, tu ne te sens pas prête à passer la nuit avec moi, alors, dis-le moi. Il est nécessaire que tu dormes mieux, et si ma présence te mets dans un état inconfortable, tu ne pourras fermer l'œil, alors, tu veux qu'on fasse un essai ou pas, Setsuna ?

Seira avait dit oui à la requête de Seria, mais elle ne voulait pas être la seule à vouloir tenter quelque chose qui, en temps normal, aurait pu la gêner. Mais le simple argument que Setsuna ne parvient pas à dormir en ce moment, fit réfléchir Seira, et la poussa à faire quelque chose qu'elle n'avait encore jamais fais, dormir avec une autre personne. Elle attendit donc que Setsuna accepte, sans se forcer bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Setsuna
Gardienne du Vol Noir
Gardienne du Vol Noir
Setsuna

Messages : 1
Date d'inscription : 21/02/2019

Le royaume artistique Empty
MessageSujet: Re: Le royaume artistique   Le royaume artistique Icon_minitimeJeu 21 Fév - 16:30

Finalement, une fois le repas terminé, c'était donc dans la chambre de Setsuna que s'était retrouvé Seira. Une chambre dans laquelle cette fois la nouvelle gardienne fut invitée par la propriétaire de cette dernière. Comme convenu, Setsuna laissa le soin à Seira de faire un petit tour du fameux cahier où la gardienne dessinait à ses heures perdues. C'est d'ailleurs en feuilletant le cahier que la nouvelle gardienne lança une tirade amicale au sujet de l'homme dessiné sur le cahier. Bien sûr, cela fit sourire Setsuna, qui rougissait même légèrement lorsque Seira lui demanda si c'était son petit copain. Mais aucune réponse sur l'instant ne fut donnée, car le fameux dessin de l'ex dragonne était enfin en vu. Cela ne semblait d'ailleurs finalement pas la déranger, d'avoir été immortalisée dans cette tenue. Après tout, comme elle venait de le dire, c'était de toute façon la tenue qu'elle portait. Elle en profita également pour mettre en garde Setsuna quant au fait de la dessiner en tenue d'Eve. Ce à quoi Setsuna se contenta de légèrement sourire, et d'acquiescer d'un air malin. Il était évident que ses autres sœurs avaient certainement déjà dû essayer à l'époque, mais avaient abandonné bien vite. Enfin, en réponse aux excuses au sujet du comportement de Setsuna lors de leur première rencontre, Seira se voulait étrangement rassurante, tout en faisant preuve d'une proximité soudaine étonnante. Le regard des deux sœurs était plongé l'un dans l'autre, tandis que Setsuna souriait aux paroles de sa nouvelle sœur. Cela l'avait touché, qu'elle la rassure en lui disant ces paroles. Mais cet instant prit fin, lorsque Seira se déplaça de quelques centimètres, tentant de fuir le regard de sa sœur, gênée. Cette dernière le remarqua évidemment, et se contenta de rire d'un air mignon, préférant ne pas taquiner sa sœur sur le moment.

- Hihi.

La soirée se poursuivit sur le fameux projet artistique de Seira, dont Setsuna n'avait pas oublié le souhait. C'est donc après la proposition de cette dernière, que la nouvelle gardienne répondit à son tour. Bien que cette dernière souhaite en premier lieu se spécialiser dans l'illustration de paysages, elle venait visiblement d'avoir été motivé à peindre plutôt dans l'illustration de portraits, suite à l'observation des œuvres de Setsuna. Bien sûr, Seira ne souhaitait pas copier le style de sa nouvelle sœur, voulant justement se démarquer. Pour cela, elle fit la demande à sa nouvelle sœur, si cette dernière voulait bien l'accompagner un de ces jours, dans un endroit inédit qu'elle n'avait pas encore dessiné. Sur le coup, malheureusement, en pleine réflexion, Setsuna ne voyait aucun endroit réellement disponible pour ce souhait. Tous les endroits qu'elle connaissait, Setsuna les avaient évidemment déjà tous immortalisés. Bien que soudainement, un endroit lui vint en tête, et bien qu'elle l'ait déjà dessiné une fois, un paysage a plusieurs facettes, donc ce n'est pas dérangeant. Elle allait donc proposer cet endroit à Seira, mais fut interrompue par la venue de la princesse Seria, qui semblait avoir encore une chose à dire à sa nouvelle gardienne et sœur. Une fois ceci fait, elle demanda cependant un service à la gardienne,. Et cela consistait à passer la nuit avec Setsuna, afin de lui permettre de fermer l'œil cette nuit. Ce qu'elle avait visiblement du mal à faire, toute seule. Quoi qu'il en soit, Seira accepta de toute façon la proposition d'accompagner sa sœur pour la nuit, à l'étonnement de Seria, qui ne s'attendait pas à une réponse aussi facile. Elle esquissa d'ailleurs un sourire après les paroles de sa nouvelle gardienne, suite à son prétexte complètement bidon.

- Hum, souriait donc la princesse, tu as raison, je suis nulle en mensonge. Dans tous les cas, je te remercie d'accepter ma requête, et évidemment, c'est bien à Setsuna de décider, au final. Alors, tu en penses quoi, Setsuna, tu veux bien que Seira passe la nuit avec toi ?

Setsuna semblait légèrement surprise, certainement étonnée à son tour, que Seira accepte la proposition, et donc était sur le coup, assez gênée lorsqu'elle répondit.

- J-je.. heu... balbutia la gardienne, avant de finalement poursuivre, d'une voix bien plus basse, tandis qu'elle rougissait, s-si elle est d'accord, alors j-je veux bien partager ma chambre...

- Vendu ! Allez, je vous laisse tranquille du coup, et n'oublie pas de prendre ce que tu sais avant de dormir, Setsuna.

- O-oui oui ç-ça va, je sais ! Allez, o-ouste maintenant !

- Héhé, très bien, je m'en vais. On se voit demain à l'aube, Seira, bonne nuit.

C'est donc après ces paroles, que la princesse du clan tira sa révérence, laissant de nouveau les deux sœurs entre elles.

- B-bon, on devrait se coucher, tu en dis quoi ? J'ai cru comprendre que tu as des choses à faire demain !

Bien qu'elle essayait de le cacher, Setsuna rougissait depuis le départ de Seria, et était un peu gênée. Cela n'avait cependant rien d'étonnant en soi. Après tout, Seira était nouvelle ici, et donc, c'était différent que de dormir avec une Ayano par exemple, avec qui elle a déjà dû partager des milliers de fois un lit. Mais il y avait aussi le fait qu'elle se sentait sûrement coupable, de « forcer » sa nouvelle sœur à dormir avec elle, bien que cette dernière semblait volontaire. Dans tous les cas, elles allaient passer la nuit ensemble, c'était décidé, et elles feraient mieux de se coucher rapidement, car Seira avait un rendez-vous important, à l'aube. Ainsi, Setsuna se leva du rebord du lit où elle était assise depuis l'arrivée de Seria, et s'adressa à sa nouvelle sœur, tout en ouvrant une armoire.

- Hum, tu dors dans une tenue spéciale en règle générale ? Moi, je dors en sous-vêtements le plus souvent, donc je m'embête pas, mais ce n'est peut-être pas ton cas... N-n'hésite pas si tu veux une tenue spéciale pour dormir... ! J-je vais peut-être mettre un truc plus habillé pour cette nuit, héhé...

Il était évident que Setsuna était assez gênée, et allait pour cette nuit, enfiler une tenue un peu plus couvert que d'habitude, comme énoncé par cette dernière. Ce n'était pas qu'elle était gênée de dormir en sous-vêtements avec sa nouvelle sœur, après tout, elle l'avait déjà vu à poil il y a quelques heures. C'était plutôt car elle avait remarqué que Seira était encore plutôt pudique actuellement, et qu'elle ne souhaitait pas que son invité du soir, soit mal à l'aise. C'est donc ainsi, qu'après avoir sorti une tenue du placard, la rouquine enfila cette dernière. Pour le coup, il s'agissait d'un mini short, ainsi que d'un top cachant la poitrine pour le haut. Pendant son habillage, elle n'avait cependant pas hésité à se déshabiller entièrement, logique, prouvant que ce n'était pas par pudeur qu'elle allait mettre une tenue plus habillée cette nuit. Une bonne occasion pour de nouveau observer les magnifiques courbes que la nature avait offertes à cette rouquine. Quoi qu'il en soit, maintenant en tenue pour aller au lit, elle retira finalement ses bas, afin d'être totalement à l'aise, en laissant ses jambes et pieds à l'air.

- Tu préfères dormir à droite ou à gauche ?

Peu importe le choix qu'allait faire la nouvelle gardienne, il était temps de se coucher, et pour cette dernière, de profiter d'un bon repos mérité pour le coup. Bien que même couché, Setsuna se tourna vers sa direction et lui adressa la parole, tout en souriant d'un air chaleureux.

- C'est gentil d'avoir accepté de dormir avec moi, Seira, commença la rouquine, avant de poursuivre d'une voix plus sérieuse, ce n'est pas vraiment que j'ai peur du noir ou autres... C'est juste que j'arrive pas à fermer l'œil quand je suis toute seule... Je fais plein de cauchemars à chaque fois. Enfin, c'est toujours le même en vérité, mais je déteste faire ce cauchemar... Il fait toujours noir, dans ce cauchemar... M-mais, il m'arrive aussi de faire un rêve aussi parfois, quand je me sens en sécurité, et que je dors avec une de mes sœurs ! Dans ce rêve, je vois toujours une silhouette féminine. Je n'arrive pas à voir son visage, mais je me sens tellement bien en sa présence. J'adore, faire ce rêve ! Miyu m'a dit qu'il s'agit certainement de ma mère, mais que vu que j'ai aucun souvenir d'elle, je ne perçois pas son visage. Logique quand on y pense...

À ces dernières paroles, Setsuna semblait soudainement pensive, légèrement ailleurs. Il était évident que ce rêve, bien que bienveillant, torturait pas mal la charmante rouquine, qui rêvait certainement de voir le visage de cette silhouette, ou plus précisément, de sa mère dont elle n'a aucun souvenir. Quant à ce fameux cauchemar, elle n'en dévoilera visiblement aucun détail, car elle changea radicalement de sujet, tout en reprenant son air souriant habituel.

- Au fait, au sujet de ta réflexion sur l'homme dessiné sur mon cahier, il s'agit de Killian. Et c-ce n'est pas du tout mon petit copain... ! Même si je le trouve super mignon, je l'admets... I-il est vrai cependant que j'ai cru comprendre que dans le vol noir, les hommes n'étaient pas vraiment appréciés. Moi-même, je ne les apprécie pas vraiment, mais je sais qu'Ayano par exemple, a énormément souffert à cause des hommes... Enfin, dans tous les cas, Killian, lui n'est pas comme eux, et c'est le seul homme qu'Ayano admire ! Killian est génial, il est cool et on peut vraiment compter sur lui... En vrai, je le vois comme mon grand frère, héhé...

Ce Killian dont le nom était souvent cité dans ce clan semblait avoir le respect et la sympathie des gardiennes ici présentes. Même Ayano, qui visiblement avait énormément souffert à cause des hommes, semblait admirer et faire confiance à ce Killian. Et vu les derniers mots énoncés avec un sourire adorable de la part de Setsuna, il était clair que cet homme comptait beaucoup pour cette dernière. Quoi qu'il en soit, il était évident à présent, que ce Killian faisait donc partit du clan de l'impératrice, et indirectement, du clan de Seria. En parlant de Seria, Setsuna enchaîna soudainement d'un ton malin cette fois, en parlant de sa princesse.

- Hihi, par contre, ne lui dis pas que je te l'ai dit, mais Killian et Seria sont ensemble ! Avec Ayano, on sait très bien où se trouve Seria certaines nuits ! Enfin, après, je peux comprendre Killian, après tout, c'est vrai qu'elle est belle Seria, hein ? Pour te dire la vérité, j'adore la dessiner, comme Ayano. Après, c'est surtout, car dans les missions, c'est surtout Ayano et Seria qui se battent. Moi, j'ai le droit d'intervenir qu'en dernier recours à chaque fois... Seria et Killian refusent que je me surmène pour rien. Du coup, bien, je m'ennuie, donc je dessine... Humpf, semblait soudainement frustrer la gardienne, je sais que c'est pour mon bien, mais c'est chiant...

Soudainement, en disant ces mots, Setsuna semblait réagir, comme si elle venait d'oublier quelque chose. Ce quelque chose, c'était le flacon de pilule, qu'elle s'empressa d'attraper sur la table de chevet derrière elle, afin d'avaler une des pilules du flacon avant de dormir. Bien sûr, cette fois, la gardienne, une fois de retour face à son interlocutrice, lui parla enfin de ces pilules.

- T-tu doit te demander ce que c'est hein ? C'est juste un traitement qui m'aide à contrôler mon Éther. C'est aussi la raison pour laquelle on évite de me faire combattre trop souvent. Il peut m'arriver de perdre le contrôle de mon Éther, et si ça arrive, Killian m'a dit que je risque de faire beaucoup de mal, aussi bien à moi qu'aux autres autour de moi... Alors, je ne préfère pas prendre de risque...

Que voulait dire la jeune femme par perte de contrôle ? C'était difficile à dire, car elle n'insista pas longtemps sur ce sujet, et passa très vite à autre chose.

- Au fait, tu as remarqué que Nine avait plein de bandages sur les bras ? He bien, sache qu'en dessous en vérité elle a plein de symboles sur la peau. Quand elle est dans le bain, elle enlève ses bandages, donc on peut voir qu'elle possède ça sur tout le corps ! En fait, c'est des symboles qui veulent dire quelque chose, mais aussi étrange que ça puisse paraître, je n'arrive pas à déchiffrer ce que ça dit... Pourtant, je sais parler énormément de langues, même les plus anciennes, mais ces symboles, impossibles ! Ma théorie, c'est que c'est une langue très ancienne, seulement utiliser sur El'gaia même ! Mais comment Nine s'est retrouvée avec ça sur le corps, aucune idée, hum...

Visiblement, Setsuna était une vraie érudite, en plus d'être une artiste. Elle semblait posséder une connaissance de l'histoire et des langues impressionnante. Ce qui était également une certitude, c'est qu'elle était bavarde, et avait plus envie de parler avec sa nouvelle sœur, que de pioncer. Il fallait dire que la charmante rouquine n'avait certainement depuis longtemps, plus parlé avec quelqu'un comme cela. Après tout, elles se connaissent toutes entre elles, donc difficiles de raconter tout cela à un proche qu'on côtoie depuis des centaines d'années voire plus. Donc, aujourd'hui qu'elle a une nouvelle sœur toute fraîche pour l'écouter, elle se laisse porter par sa fougue.

- Bon, enchaîna une nouvelle fois la gardienne, en ce qui concerne ta question concernant un endroit où tu pourrais exprimer ton art, j'en connais bien un qui pourrait convenir. C'est un endroit magnifique, situé à quelques kilomètres de la cité. On peut y faire un tour après notre balade en ville, tu en dis quoi ? Même si faudra que j'avertisse Seria ou Miyu avant, vu qu'on devra quitter la ville. Mais tu es avec moi, donc ça va, ne t'inquiète pas, il ne peut rien nous arriver, hihi ! Puis en vrai, ce n'est pas vraiment sur ce royaume qu'on risque de se faire attaquer par nos ennemis. C'est plus de la prévention, qu'une mise en garde d'un danger. Mais bref, alors, tu en dis quoi ? Je te montre ça demain ?

La jolie rouquine semblait enthousiaste à l'idée de montrer cet endroit à sa nouvelle sœur, comme tout le reste, d'ailleurs. Si la nouvelle gardienne avait peur de ne pas être acceptée, elle devait certainement être rassurée depuis le début de la soirée. Entre le repas, et cette Setsuna qui montre un intérêt incroyable pour cette dernière à présent, et qui semble déjà l'adorer, il était clair que la nouvelle gardienne avait été acceptée dans la famille. D'ailleurs, Setsuna semblait soudainement observer intensément sa nouvelle sœur sans dire un mot, se mordillant les lèvres, comme si quelque chose la démangeait. Ce n'est qu'après plusieurs secondes, qu'elle reprit la parole.

- Dis, Seira, je peux... toucher tes cornes ?!

Setsuna venait de lancer cela d'une voix absolument sérieuse, et presque suppliante, telle une gamine.

- Je suis fasciné par tes cornes, ça me démange depuis le début de les toucher ! M-mais, je préfère demander, histoire que je ne me fasse pas empaler par accident ! D'ailleurs, tu as déjà empalé quelqu'un avec tes cornes ? Ce n'est pas gênant parfois ? Tu les laves souvent ? Il est vrai que vous avez des sensations de plaisirs si ont les caresses ? C'est Miyu qui m'a dit ça, j'aime bien lui attraper les cornes parfois sans qu'elle s'en rende compte, héhé... Elle m'a dit que c'est comme les oreilles et la queue des miquo'tes, c'est des endroits sensibles ! D-du coup, tu m'autorises à les toucher ? Juste pour voir si elles ont la même texture que celles de Miyu ! S'il te plaaaaaît, dis ouiiiii !

Finalement, la nuit allait être plus longue que prévue, au vu de l'excitation de Setsuna, qui semblait bien trop passionnée par sa sœur, pour dormir. Mais cela n'était pas forcément un mal non plus. Dans cette intimité que partagent actuellement les deux sœurs dans ce lit, c'était une occasion en or pour ces deux-là d'apprendre à se connaître. Et Setsuna était d'ailleurs bien plus à l'aise depuis plusieurs minutes maintenant, presque comme si Seira avait toujours fait partie de sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seira
Gardienne du Vol Noir
Gardienne du Vol Noir
Seira

Messages : 34
Date d'inscription : 17/01/2017

Le royaume artistique Empty
MessageSujet: Re: Le royaume artistique   Le royaume artistique Icon_minitimeMer 27 Fév - 23:34

Seira avait accepté la proposition de sa princesse de rester avec Setsuna pour la nuit, afin de pouvoir veiller sur elle. Visiblement, la gardienne avait du mal à trouver le sommeil, et Seria comptait donc sur sa nouvelle recrue pour l'aider à dormir. Bien sûr, Seira voulait que la décision arrange tout le monde, donc, voyant Setsuna gênée, elle demanda à la gardienne de trancher. Avant cela, Seria avoua que son prétexte était un mensonge assez bidon. Setsuna accepta, mais toujours aussi gênée. Ainsi, le mieux à faire lorsque la princesse du groupe sortit de la chambre, était d'aller se coucher. Ce que Setsuna proposa, tout en balbutiant.

- En effet, je suis exténuée. J'ai besoin de dormir.

Après cela, Setsuna demanda à Seira si cette dernière avait une tenue spéciale lorsqu'elle dormait. A cette question, ce fut la nouvelle gardienne qui se mit à rougir et qui semblait gênée. Car il n'y avait qu'un seul type de tenue que Seira connaissait pour dormir, et il était très peu conseillé pour elle de dormir ce soir sous cette fameuse tenue. D'ailleurs, l'ex dragonne ne se priva pas pour l'avouer.

- Oui, j'ai une tenue spéciale de nuit, habituellement… à poil...

Seira savait qu'elle n'allait rien arranger à la gêne de Setsuna en parlant ainsi, mais elle n'avait pas pour habitude de mentir ou trouver une réponse toute faite de remplacement. Elle avoua donc la vérité, mais cela ne signifiait pas qu'elle allait suivre ses habitudes maintenant qu'elle était ici, à partager une chambre en commun.

- Bah quoi ? Je vivais seule, et il faisait une chaleur étouffante là où je pieutais, étant donné que c'était près d'un volcan… Et p-puis, j'avais fabriqué ma propre couverture rien qu'en chassant les bêtes sauvages des environs. J'utilisais leurs fourrures pour me couvrir, la nuit, et la sensation de ma propre fabrication contre ma peau nue était juste fabuleuse… Mais t-t-t'en fais pas, et ne te fais aucune idée… J-je.... Je vais porter le même type de tenue que toi si possible...

Seira avait déblatéré tout ça très rapidement, en étant probablement plus rouge que sa voisine de lit. Au final, elle demanda une tenue identique si Setsuna avait, à savoir un mini short et un top. Lorsque Setsuna se dénuda pour enfiler sa tenue de nuit, Seira détourna le regard. Elle avait beau avoir déjà vue sa nouvelle sœur sous cette tenue par accident, cela ne signifiait pas qu'elle allait prendre l'habitude de se rincer l'œil. D'ailleurs, Seira fit de même une fois que Setsuna était prête, mais évidemment, répéta encore une fois ce qu'elle avait déjà dit à Miyu.

- N'en… n'en profite pas pour regarder si tu ne veux pas… que je change d'avis.

Une fois les deux femmes prêtes pour dormir, Seira ne se fit pas prier pour s'asseoir sur le lit. Setsuna posa une question que Seira jugea de bien curieuse sur le moment.

- Hum, quel côté je préfère ? Et bien, étant donné que c'est la première fois que je dors avec quelqu'un d'autre, tu te doutes bien que je me suis jamais vraiment posé la question, n'est ce pas ? C'est donc à ta convenance.

Seira s'allongea donc du côté que Setsuna laissa de libre. Elle s'apprêtait à fermer les yeux et se laisser bercer par les songes, mais Setsuna semblait avoir envie de discuter légèrement, ou plutôt de remercier Seira pour avoir accepté de dormir avec elle. Seira décida d'être attentive aux paroles de sa sœur avant d'essayer de pioncer, car c'était une occasion de mieux la connaître. Setsuna n'avait pas peur du noir, mais curieusement, quand elle dort seul, elle fait d'horribles cauchemars. Alors que quand l'une de ses sœurs reste à ses côtés, elle parvient enfin à rêver paisiblement d'une silhouette rassurante dont elle ne parvient pas à voir le visage. Donc en théorie, cette silhouette inconnue pourrait être le reflet de sa mère dont elle n'a aucun souvenir. Face à ce récit sérieux et que Seira trouvait étrange, la nouvelle gardienne décida d'employer un peu d'humour.

- Oh, je vois. C'est bien dommage qu'il n'existe aucun sort pour échanger nos rêves. Si je pouvais ne pas voir le visage de ma mère dans mon sommeil, ce serait le pied.

Mais visiblement, cette histoire semblait troubler la concernée, au point qu'après avoir montré un léger signe de mélancolie, elle changea de sujet direct. Elle parla de Kilian, ce fameux homme qui semblait être une exception pour les filles du vol noir. Elle précisa qu'il n'était pas son petit copain, mais plutôt un grand frère pour les membres du vol noir qui, pour la plupart, n'aimaient pas plus les hommes que Seira elle-même. Elle prit Ayano comme exemple qui avaient souffert à cause des hommes, mai encore une fois, ce Kilian était une exception. Seira, avec les mots de Setsuna, ne comprenait pas trop en quoi il différait des autres membres de son sexe, mais la nouvelle gardienne se doutait bien qu'elle allait s'en rendre compte un jour ou l'autre. Maintenant qu'elle était sous la directive de Seria, il était évident qu'elle allait faire sa connaissance tôt ou tard. Peut-être même demain. Une des paroles de Setsuna provoqua une légère déception chez l'ex-dragonne. Si ce Kilian n'était pas le petit copain de Setsuna, il était en revanche le compagnon de Seria. C'est à cet instant que la nouvelle gardienne interrompit Setsuna.

- Elle est très belle, certes. Dès l'instant que je l'ai vu, j'ai cru voir une véritable œuvre d'art en question. Et donc, par conséquent, je crois que je vais avoir beaucoup de mal à me faire à l'idée qu'une figure aussi parfaite se fasse toucher par les mains d'un mâle. Tu as beau me dire ce que tu veux de cet homme, je ne me sens pas à l'aise avec cette idée. Non, vraiment pas…

Seira l'avait pratiquement avoué à Setsuna, mais il semblerait que l'ex-dragonne en pinçait pour la princesse. Depuis le moment où elle la sauva des griffes de Sefia, qu'elle la recruta pour qu'elle rejoigne sa famille, sa façon de parler, son sourire, son corps, sa démarche, absolument tout forçait l'admiration de Seira. Seira l'avait quelque peu songée, sans se faire des illusions, mais si la princesse était libre, et qu'éventuellement une ouverture pouvait se créer, elle n'aurait pas dit non pour lui prouver son admiration, de la tête aux pieds. Mais il semblerait que Seira allait devoir sublimer ses fantasmes. Déjà que Seira n'était qu'une gardienne et Seria une princesse du vol noir, voilà que cette femme parfaite était déjà sous l'emprise d'un homme. De toute manière, une relation trop intime avec une autre personne n'était pas dans les priorités de Seira. Avoir des sœurs qui la respectent était déjà suffisant pour son bonheur.

Setsuna rappela qu'elle adorait dessiner Seria. Une autre chose dont songeait Seira, était que son œuvre d'art parfait était de dessiner la princesse, mais vu que Setsuna le fait déjà, Seira décida de trouver autre chose. Elle rajouta quelque chose d'un peu moins amusant, en disant qu'elle était surprotégée par le couple en question, et qu'elle se battait rarement, donc, sous l'ennui, elle prenait le temps de peaufiner ses dessins. Seira ne comprenait pas ce que cela signifiait, mais elle allait avoir un début d'explication lorsque sa sœur s'empara du fameux flacon de pilules qu'elle fit tomber avant d'aller se coucher. En réalité, c'étaient des pilules qui lui permettaient de contrôler son Ether, et que si elle perdait le contrôle, cela serait aussi dangereux pour elle, que pour ses sœurs. Était-ce une sorte d'apparence sombre et incontrôlée qui prenait le dessus si elle était victime de son propre pouvoir ? Seira avait du mal à imaginer quoi que ce soit de dangereux chez une femme aussi souriante et enjouée que Setsuna, pourtant, il semblerait que sa sœur avait de lourds secrets. Des secrets qu'elle espérait ne jamais voir en face à face sur le coup. Seira n'y répondit rien. Elle se contenta de regarder sa sœur, allongée sur le côté, l'air quelque peu inquiète sur l'instant.

Setsuna changea très vite de sujet et se pencha désormais sur Nine et ses symboles sur le corps que ses bandages cachent. Les paroles de Setsuna traduisent également que cette sœur avait aussi sa dose de secrets, que même Setsuna ne connaissait pas. Bien que cette dernière avait des connaissances et était érudite, elle n'en savait pas assez pour trouver une explication sur les origines de ces marques. Sur le moment, Seira relativisa en se disant qu'elle n'allait pas s'ennuyer avec ses sœurs, tellement elles étaient toutes mystérieuses, et qu'il lui faudrait donc beaucoup de temps pour les connaître entièrement. Alors que les paupières de Seira se faisaient lourdes et qu'elle se laissait bercer par les paroles de Setsuna, cette dernière parla d'un endroit qu'elle pouvait lui montrer dans l'après-midi, et qui pouvait lui être utile si elle voulait travailler sur une éventuelle œuvre d'art. Bien que Seira avait désormais les yeux à moitié ouverts, elle était toujours attentive aux paroles de Setsuna. Ainsi, quand elle lui demanda si elle était d'accord pour visiter cet endroit demain, Seira laissa échapper un léger sourire qui avait du charme.


- Bien sur que je suis d'accord, Setsuna. Merci pour ton aide.

Alors que Seira était à deux doigts de s'endormir pour de bon, une nouvelle question survint, et cette fois, cela eut pour effet d'ouvrir grand les yeux de Seira qui venait enfin de pratiquement trouver une voie vers le royaume des songes. Sa sœur souhaitait toucher ses cornes. A cela, elle montra une attitude de gamine suppliante qui avait un intérêt très enthousiaste sur une chose aussi bête que ses cornes. Elle posa multiples questions concernant ces mêmes cornes, et même si Seira n'avait pas trop la force de répondre à autant de questions d'un coup, elle chercha à faire un effort, tant bien que mal, pour satisfaire la curiosité de sa sœur.

- Hum… D'habitude, je n'aime pas qu'on me touche les cornes, mais… je vais faire une exception parce que c'est toi, et SI, tu me promets qu'après que j'aurais satisfait ta curiosité, tu essayes de dormir. Je n'ai rien contre le fait de t'écouter parler, au contraire même, mais je suis épuisée de mon combat d'aujourd'hui, et Seria compte sur moi pour t'aider à trouver le sommeil. Il serait dommage que ma présence t'empêche d'une autre manière de te reposer. Nous aurons tout le temps, demain, de faire plus ample connaissance. Et tu y vas touuuut douuuuucement avec mes cornes, ok ? J'accepte également pour ma propre curiosité, c'est un endroit que personne ne peut toucher sans finir en cendres alors je n'ai aucune idée de l'effet que ça fait.

Seira laissa donc Setsuna se faire plaisir après avoir, sans le réaliser, joué le rôle d'une grande sœur, en sermonnant gentiment Setsuna d'essayer de fermer les yeux et de laisser Seira en faire de même. Seira aimait la compagnie de Setsuna, mais pour elle, ce n'était pas le meilleur moment pour taper la causette. D'autant que c'est la première fois que Seira dort aux côtés de quelqu'un, elle ne pensait pas que cela allait être aussi long pour elle de pouvoir fermer les yeux paisiblement. Alors que Setsuna pouvait donc toucher, exceptionnellement, les fameuses cornes de Seira, elle répondit une à une à toutes ses questions.

- Premièrement, je n'ai jamais empalé personne avec. Cela reviendrait à avoir une proximité trop proche avec les pitoyables humains que je maudis, et rien que d'imaginer avoir leurs sangs de faiblards sur mon visage me remplit d'un certain dégoût. Deuxièmement, je les nettoie, oui, et très souvent même. Cela demande d'ailleurs un entretien régulier, surtout là où je me trouvais. Les cendres éparpillés ci et là dans l'air salissaient mes cornes, et je devais frotter avec la plus grande précision pour faire partir les tâches noires sans les abîmer. Cela peut paraître éreintant, mais je peux m'estimer heureuse. J'ai ouï dire que certaines dragonnes humanoïdes de mon monde avaient également conservées leurs queues. Je ne veux même pas imaginer le travail derrière pour qu'elles gardent de leurs splendeurs. Car oui, cette partie du corps est très importante pour moi. Elle prouvait, dans mon monde, ma supériorité sur les êtres humains qui me fuyaient. Mes cornes font partie de moi, et si elles devaient disparaître, ce serait comme retirer une partie de ce qui fait mon identité. Sache, Setsuna, que quand je vivais dans mon monde, même si mon sang de dragon me garantissait la plus platonique des solitudes, cela ne change rien que j'aies toujours été fière d'être ce que je suis. Et personne ne me dira le contraire.

Alors que Seira avait tourné son explication sur ses cornes à une affirmation qu'elle était fière d'être une dragonne de naissance, quelque chose semblait la déranger.

- Par contre, au sujet de la sensation, je ne sais pas… tu as beau toucher mes cornes, rien ne traverse mon corps. Ni sensation de plaisir, ni gêne, ni rien. Je veux bien croire Miyu, mais, moi, je ne ressens rien. Je crois que… je suis encore quelque peu fermée au contact physique des autres. On dit toujours que la peur est une frontière, et qu'elle bloque une personne même lorsqu'on la touche. Je pense que… je n'arrive pas à me faire à l'idée que quelqu'un me touche les cornes...

Seira semblait assez déçue sur le moment. D'une part, parce qu'elle semblait complètement de glace devant le toucher de Setsuna, et ensuite, parce qu'elle était dans l'incompréhension. Les câlins de Sylvanas et de Seria lui avaient procuré un bien fou, mais il s'agissait probablement du contexte. Un câlin se voulant rassurant, Seira absorbait mieux le contact physique qu'à cet instant présent. Mais cela ne justifiait pas le fait que Seira ne ressentait rien lorsque Setsuna la touche, alors que selon Miyu, la jeune femme devrait être sensible à cette partie du corps. Peut-être que cela dépendant de la personne, mais cela na changea rien au fait que Seira se questionna soudainement, et qu'elle n'allait pas fermer l'œil aussi facilement qu'elle l'espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seria
Princesse du vol noir
Princesse du vol noir
Seria

Messages : 38
Date d'inscription : 12/08/2015

Le royaume artistique Empty
MessageSujet: Re: Le royaume artistique   Le royaume artistique Icon_minitimeSam 16 Mar - 11:40

Bien que les deux jeunes femmes étaient couchées, Setsuna semblait décidée à faire la conversation, bien plus intéressée par sa nouvelle sœur, que par le sommeil. Cependant, du côté de la concerner, elle avait clairement besoin de repos, au vu de sa longue journée éprouvante, c'était peu de le dire. Néanmoins, elle fit l'effort de suivre la cadence de sa partenaire de lit, et de l'écouter jusqu'au bout, et même de répondre à certains points. Finalement, au bout d'un petit moment, la jeune rouquine demanda à sa nouvelle sœur si elle pouvait toucher ses cornes. Ce à quoi répondit favorablement Seira, mais à condition qu'après quoi, Setsuna s'endorme enfin. Elle précisa que de toute façon, elles auraient tout le temps de discuter à présent.

- Cool, s'exclama Setsuna, d'un air ravi, promis, après je dors et te laisse tranquille !

C'est donc ainsi que la rouquine commença à toucher délicatement, bien sûr, les cornes de sa nouvelle sœur. Évidemment, elle n'y passa pas des heures, cela ne dura que quelques secondes, après tout, ce n'était que des cornes. Elle nota cependant une différence de matière entre les cornes de Seira, et celles de Miyu. Si elle devait comparer, celles de Miyu étaient plus douces et lisses, tandis que celles de Seira étaient plus fortes et denses. Cela pouvait simplement s'expliquer par la différence de race entre les deux femmes. Les cornes d'un dragon sont bien plus puissantes et imposantes en général, que les cornes d'une succube, par exemple. Bien que Miyu ne semble pas être une Lyn non plus ceci dit. Bref, après son analyse, elle remercia sa partenaire, et retira sa main.

- Hum, elles sont bien différentes de celles de Miyu, héhé ! En tout cas, merci, Seira, c'est cool de m'avoir laissé toucher tes cornes. J-je suis désolé pour les sensations, c'est juste que Miyu semble réagir quand on touche ses cornes, donc je pensais que ça allait aussi te faire quelque chose, lança la rouquine, tout en se grattant la tête, d'un air désolé, peut-être que ça dépend des cornes, héhéhé... Hum, quoi qu'il en soit, une promesse est une promesse, je vais te laisser tranquille, et te laisser dormir, je sais que tu dois te lever tôt, demain... Du coup, bien, bonne nuit, Seira...

Finalement, Setsuna honora sa promesse, et laissait donc à présent sa nouvelle sœur dormir tranquille. D'ailleurs, la rouquine semblait bien consciente que pour Seira, la proximité n'était pas son fort encore actuellement, et donc ne se colla pas à cette dernière, et allait même jusqu'à se décaler un peu, pour ne pas déranger sa nouvelle sœur pendant son sommeil. Un sommeil que trouva d'ailleurs rapidement Setsuna, qui à peine quelques secondes après avoir fermé les yeux, elle semblait déjà partie loin dans les songes. Preuve que la jeune femme avait besoin de se reposer depuis plusieurs jours de son côté aussi...


* * *

L'aube se leva finalement, baignant la chambre de Setsuna d'une douce lumière bleutée, amenée par le soleil de l'aube, qui sur ce royaume, était bien présent comparé à Ishgria. C'était d'ailleurs comme cela qu'on différenciait les soleils sur les royaumes qui en possédaient au moins deux sur trois. Le soleil de l'aube brillait d'une lueur légèrement bleutée, tandis que le soleil du zénith, indiquant l'après-midi, brillait d'une lueur basique d'un soleil. Quant au soleil du crépuscule, il émettait une lueur orangée, accompagné par des reflets de mauves. C'est souvent le soleil le plus apprécié de la création, pour l'atmosphère qu'il apporte avec lui. Quoi qu'il en soit, l'aube était là, et la nouvelle gardienne sans doute levée, attendant sa princesse dans le hall comme convenu. Elle pouvait d'ailleurs prendre son temps, vu que même une fois dans le hall, la princesse n'était pas encore présente. Il s'écoula bien une dizaine de minutes, avant que le hall s'anime d'une deuxième présence spirituelle autre que la gardienne. Il s'agissait de la princesse Seria, qui venait de pénétrer dans le hall, après avoir passé la porte menant dans l'aile gauche, ou plus couramment appelé l'aile du bain. Et cela ne pouvait pas être plus vrai que cet instant, car Seria venait visiblement de sortir de son bain matinal, vu qu'elle était... en simple serviette. Elle s'arrêta donc, en semblant légèrement surprise, à la vue de sa nouvelle gardienne, puis esquissa un sourire, tout en prenant par la suite la parole, de sa voix calme habituelle.
Spoiler:
 

- Ho, tu es déjà là ? He bien, au moins tu es ponctuelle, Seira, c'est bien. Du coup, tu excuseras ma tenue et mon retard, si tu veux bien ? J'avoue que je m'attendais à avoir plus de temps, héhé. Allez, je file enfiler une tenue plus décente, et je suis à toi, ne bouge pas ma belle.

La princesse poursuivit donc sa route sans se presser, en direction de l'escalier, prouvant qu'elle ne semblait pas dérangée plus que ça d'être vue en serviette par ses sœurs, nouvelles ou pas. Dans tous les cas, après cinq bonnes minutes, la princesse réapparut dans le hall, cette fois habillée. Pour le coup, elle avait cependant laissé tomber sa tenue habituelle servant sans doute pour les missions, pour une tenue plus décontractée. Le style était assez citadin, mais dans un style toujours assez recherché, un peu comme les tenues d'Ayano. La tenue actuelle se composait donc d'un haut court décolleté, couvert par une veste noire donnant l'effet d'une cape. Quant au bas, il était classique, avec une jupette en noir de jais, accompagné par une paire de collants et de bottines montantes. C'était définitivement une tenue citadine et de repos, prouvant que la princesse était tranquille aujourd'hui.

- Désolé pour l'attente Seira, on peut y aller, tu viens ? On va y aller à pied, ce n'est pas loin.

La princesse Seria invita donc sa nouvelle gardienne à lui emboîter le pas, et c'est donc ainsi que les deux femmes sortirent de la demeure, dans une direction pour l'instant inconnue pour Seira. Les deux femmes s'aventurèrent donc hors de la propriété, direction le petit coin de la cité où était déjà passée hier la gardienne. Pendant cette marche, Seria commença à prendre la parole, afin de rendre cette marche plus animée.

- Alors, Seira, tu as bien dormi ? Tu penses quoi de tes sœurs ? C'est chaleureux, n'est-ce pas, de se sentir exister. Je dois admettre que tu m'as étonné, vu ce que tu m'avais dit sur le sol du Colisée, au sujet de ton esprit. Au final, tu es un vrai sucre, héhé, taquina légèrement la princesse, tu dois toi-même t'étonner, n'est-ce pas ? Je te rassure, c'est tout à fait normal. Tu verras, tu vas découvrir rapidement ton véritable « toi » maintenant que tu as une raison d'avancer et de rêver...

… Au fait, merci d'avoir passé la nuit avec Setsuna. C'était très gentil de ta part, Seira. D'ailleurs, sache que tu as l'air de faire de l'effet sur Setsuna. Pour dire vrai, c'est très rare quand notre rouquine de service n'émet plus du tout de signe spirituel. Son sommeil reste toujours assez agité, que ce soit avec moi ou Ayano. Cependant, avec toi, cette nuit, elle était d'un calme absolu... J'ignore de quoi ça vient, ceci dit, car cela se produit aussi avec Nine, quand elle passe sa nuit avec Setsuna. Hum, vous avez peut-être quelque chose dans votre présence éthérienne qui calme Setsuna. Je ne sais cependant pas si je dois me sentir vexée ou contente, haha.

Tandis que la route se poursuivait, la gardienne pouvait noter que sa princesse était bien plus décontractée qu'elle y paraît au premier abord. Encore une fois, c'était peut-être une princesse, mais ce détail n'était pas du tout appuyé, que ce soit dans sa façon de parler, de s'exprimer, ou de se comporter. Peut-être essayait-elle de mettre à l'aise sa nouvelle gardienne, qui semblait toujours aussi impressionnée par sa princesse ? Quoi qu'il en soit, les deux femmes arrivèrent dans un endroit où Seira n'était pas encore passée hier : le centre de Florem. Et à présent que la gardienne pénétrait enfin dans le centre de la cité, elle pouvait y voir déjà de bon matin une activité, mais assez calme, posée. Personne ne semblait se presser dans cet endroit. Une délicieuse odeur de pain chaud parcourait d'ailleurs la rue où avançaient les deux femmes. Une odeur qui semblait ne pas laisser indifférente la princesse.

- Huuum, s'exclama la princesse, tu sens cette odeur ? J'adore me balader en ville de bonne heure. Ça permet de voir la cité s'éveiller, les étals prendre vie, les marchands décorant ces derniers. Sans oublier cette fameuse odeur. Tiens, d'ailleurs, on arrive devant mon objectif !

Les deux femmes étaient finalement arrivées devant ce qui semblait être la destination de Seria. Mais cela n'était pas un temple, mais plutôt un étal où étaient posées délicatement de nombreuses brioches et autres gourmandises matinales. Derrière l'étale, on pouvait y observer une jeune femme, de dos, semblant chercher quelque chose dans sa réserve. Elle avait des oreilles de chats, ainsi qu'une queue soyeuse qu'elle balançait dans tous les sens.

- Salut Liana, s'exclama Seria, de son sourire habituel, c'est moi !

Suite à la salutation de la princesse, la Mi'quote se retourna en direction de cette dernière, et se plaça devant son stand, souriante à son tour, tout en répondant à son interlocutrice.

- Ho, Serrria, bien le bonjour, comment vas-tu, nya ?

- Très bien, je te remerrrcie, nya.

- C'est petit ça, Serrria ! nya.

- Haha, désolé, désolé, mais je trouverais toujours votre façon de vous exprimer trop mignon.

Visiblement, il n'y avait pas qu'avec son clan, que cette princesse était familière. Il semblerait que même les habitants de Florem tutoient sans pression cette dernière. Bien que pour le cas de cette Liana, elle semblait bien connaître Seria. On pouvait cependant vite comprendre que cela devait certainement être l'endroit où elle prend son petit déjeuné matinal. D'ailleurs, pour que Seria taquine cette mi'quote avec leur façon de parler très spéciale, elle devait évidemment bien la connaître. Il fallait dire en même temps que cette race semblait rouler les « r » semblant ronronner, en plus de ponctuer beaucoup de leurs fins de phrases par une sorte d'exclamation, ressemblant à un miaulement.

- Bon, quand tu aurrras fini de te moquer, je te mets comme d'habitude ? Un chausson aux pêchas et laurier ?

- Pour moi, ce sera comme d'habitude oui. Quant à ma nouvelle sœur, ce sera selon son envie. D'ailleurs, laisse-moi te la présenter : Liana, Seira. Seira, Liana, la meilleure boulangère de la cité !

- Enchanté Seirrra, s'exprima la mi'quote tout en s'inclinant, voyons, arrrête, Serrria, tu vas me faire rougir... Sinon, c'est rarrre de voir une Daevas dans les envirrrons !

- En effet, répondit Seria en acquiesçant, avant de s'adresser à sa gardienne, si tu te demandes ce qu'est un Daevas, Seira, il s'agit simplement du nom des dragons sur légendia. Un peu comme les Lyn, qui d'où tu viens sont appelé Succube. Donc, toi, tu es une Daevas, Seira.

- Ho, elle vient d'Atrrrium ? Il n'y a que là-bas que j'entends parler de dragons, nya.

- C'est une longue histoire, Liana, mais je me suis mal exprimé, Seira n'a rien à voir avec cet endroit, c'est une pure Daevas el'gaienne, n'est-ce pas, Seira ? Allez, choisis donc ce que tu veux, je t'offre ton petit-déjeuner.

Évidemment, Seria faisait cela pour ne pas raconter plus que le nécessaire sur sa nouvelle gardienne. Après tout, sa vie était privée, et ce n'était pas à elle de répondre à sa place. De plus, évidemment, elle savait que ce lieu nommé Atrium était sensible pour cette dernière, donc elle préférait rapidement passer à autre chose. Puis depuis son éveil, cette gardienne n'avait plus rien de ce côté qu'elle déteste tant, donc la princesse n'a pas réellement menti. Quoi qu'il en soit, après que Seira ait choisi sa collation matinale, les deux femmes reprirent leur chemin le long de la rue. Une longue rue, qui permettait à Seria de savourer sa gourmandise, tout en reprenant la parole.

- Hum, s'exprima donc Seria, finissant d'avaler, sinon, je suis certaine que Setsuna a insisté pour toucher tes cornes, hein ? Haha, cela ne m'étonnerait guère, elle passe son temps à embêter Miyu avec ça. Cela me rappelle une fois quand elle était encore toute jeune et venait d'arriver dans le clan, où elle a attrapé la queue d'une mi'quote. Ce n'était clairement pas une bonne idée, haha. Tiens d'ailleurs, pendant que j'y pense, grâce à toi, j'ai pu prendre mon bain tranquille ce matin. Je t'assure, éviter Setsuna qui ne dort presque jamais, c'est un calvaire. Je n'imagine même pas combien de dessins de moi entièrement nue elle doit avoir dans son cahier... Ho, elle ne t'a pas montré son cahier, hein ? Hein ? Enfin bref, j'imagine que tu vas y avoir droit aussi. Reste sur tes gardes, c'est une vraie pro de l'infiltration pour ce qui s'agit de nous immortaliser quand on ne s'y attend pas !

Finalement, après une longue marche à travers la cité, les deux femmes arrivèrent sur une grande place, avec en fond une bâtisse similaire à celle de la princesse. Cependant, elle était moins imposante, tout en comprenant moins d'étages également. Cela n'en faisait pas pour autant une demeure comme une autre, elle dénotait clairement dans le paysage. Il était clair que cet endroit devait déjà à l'époque des elfes servir un lieu important de la royauté. Quoi qu'il en soit, la princesse continua son chemin à travers la place, se dirigeant tranquillement vers la demeure. Il était donc évident que c'était là-dedans que Seira allait avoir ses réponses et rencontrer le reste de sa famille. Avant cela, néanmoins, Seria s'arrêta peu avant les grandes portes de la bâtisse, afin de parler à sa gardienne. Elle se tourna donc finalement face à cette dernière et prit la parole, toujours en dégustant son déjeuner ceci dit.

- Hum, on est arrivée, Seira, voici la demeure où réside le reste de notre famille. Tu imaginais quelque chose de plus grand, non ? À vrai dire, notre demeure est la plus grande de Florem. Comme tu as pu le remarquer, Florem est une grande cité, mais ne possède pas de hautes bâtisses comme certaines capitales comme Ishgria par exemple, où les bâtiments sont empilés les uns sur les autres. Bon après, ce n'est pas comparable, évidemment. Florem n'est pas une capitale ou même une cité comme Estria ou encore Arcadia, pour ne citer que les plus grandes villes de la création.

Tandis que Seria expliquait un peu la géographie à sa gardienne, elle se stoppa soudainement, comme si elle venait de se souvenir de quelque chose de plus important.

- Ho, s'exclama donc la princesse, avant que j'oublie, je voulais te parler de certaines missions que nous recevons de la part de Florem ou de nous-mêmes. Pour te la faire courte, comme tu as pu le voir à Ishgria, ou ici, à Florem, nous vivons en harmonie avec les habitants locaux. Pour faire simple, on ne s'impose pas à nos hôtes. Florem nous a accueillis à l'époque où nous avions besoin d'un endroit où nous poser. En échange, nous les protégeons et participons à l'économie, en effectuant diverses missions de mercenariats. Bon, tu te doutes qu'ici à Florem, c'est moi qui m'occupe de l'économie. C'est ma famille, qui possède l'argent dans le vol noir, donc ici, à Florem, c'est un peu moi la « dirigeante », tout comme ma mère à Ishgria ! Et là, tu dois te demander depuis que tu es arrivée dans ce clan : pourquoi personne ne s'incline à mon passage, ou me montre le respect qu'on doit à mon rang, n'est-ce pas ? Bien, sache que c'est tout simple : c'est une demande personnelle de nous-mêmes. Que ce soit moi, ma mère, ou tout le reste de ceux qui sont au sommet du vol noir, à aucun moment nous ne nous sentons supérieurs à autrui. J'estime que mon rang ne veut absolument rien dire. Au fond, je suis comme Liana, ou toi, une simple rêveuse qui fait juste son chemin à travers son existence, héhé... Hum, souriait légèrement Seria, en vérité, c'est ma mère qui m'a enseigné ces principes. Elle m'a toujours appris que ce n'est pas le rang qui fait la richesse ou le bonheur, mais nos actions et nos rêves pour lesquels on se bat. De ce fait, le vol noir estime qu'on ne mérite pas plus de respect qu'une simple boulangère ou qu'une de nos sœurs, tel que toi, Seira, par exemple...

Après ces paroles, la princesse Seria se rapprocha légèrement de sa gardienne, et lui tapota l'épaule, tout en souriant.

- C'est pour cela que tu dois te détendre, héhé, lança la princesse, en secouant un peu la gardienne, tu es toute tendue là. Sache qu'à l'intérieur de cette bâtisse, ils partagent le même principe que ta « princesse », alors, ne te met pas trop de pression, hum ? Je sais que ce n'est pas évident, mais tout va bien se passer. Car tu ne vas rencontrer que des membres de ta famille, Seira, rien de plus ! Bon, encore une fois, je me doute que tu vas pas pouvoir nous tutoyer du jour au lendemain, mais bon, tant que tu ne me refais pas le coup d'hier à table, ça me va, haha. Ce n'est pas que je n'ai pas apprécié que tu te lèves par respect, mais ça m'a fait légèrement bizarre sur le coup, héhé. Je t'invite, à essayer déjà avec moi, hum ? Allez, si tu ne seras pas capable de tutoyer tout de suite ceux de cette bâtisse, commence avec moi ! Oublie le « princesse » devant mon prénom, et appelle-moi juste « Seria », d'accord ? …

… Hum, enfin, je m'écarte du sujet initial, là. Donc, en parlant des missions, je voulais que tu saches que j'estime que tu n'es pas prête à partir avec une de tes sœurs actuellement. J'aimerais avant, voir ce que tu vaux en équipe et sur le terrain. C'est pourquoi j'ai eu l'idée de voir directement ce que tu vaux, dans une de mes missions. J'en ai une de prévus dans quelques cycles. Bien que je fasse d'habitude mes missions seules, pour ne pas vous déranger, cette fois ça va être légèrement tendu, donc je comptais partir avec Ayano. Mais finalement, je pense plutôt te prendre toi. Comme ça, je pourrais voir de mes propres yeux ce que tu vaux... Tu te demandes pourquoi je fais mes missions seules, hein ? Alors qu'une des règles stipule que vous devez vous déplacer qu'en binôme... He bien, déjà, je ne suis pas aussi fragile que tes sœurs. Quand je parle de fragilité, je parle d'esprit, et de compréhension du monde extérieur. La plupart de tes sœurs ont déjà bien trop souvent vu l'horreur et la mort... Donc c'est mon devoir de princesse, de vous protéger le maximum de ces taches noires, hum ? Moi, je suis assez forte pour endurer la souffrance du monde, et la mort autour de moi. Vous, j'estime que ce n'est pas votre devoir. Je préfère donc faire la plupart de mes missions seules, ou accompagnés par un des membres de cette bâtisse. Puis, je suis assez forte également physiquement, pour tout régler moi-même la plupart du temps, héhéhé... Bref, en général, toi et tes sœurs, je vous invite à effectuer des missions internes à Florem, sauf quand je n'ai pas le choix de faire appel à vous...

Seria avait expliqué tout cela avec son sourire habituel, mais cette fois d'un air plus sérieux, voire presque mélancolique. Il était évident que sous son air détendu, cette princesse prenait à cœur le bien-être de ses sœurs. Elle venait d'avouer ni plus ni moins qu'elle prenait absolument tous les risques, qui à en souffrir, plutôt que d'impliquer ses sœurs. Et cela avait l'air d'être également le cas des autres dirigeants du vol noir.

- Ah oui, s'exclama une nouvelle fois la princesse, j'ai failli oublier ça aussi. Décidément, je suis tête en l'air ce matin. Bref, tiens, attrape.

Suite à ces paroles, la princesse lança une petite bourse à sa gardienne, puis reprit la parole d'un air souriant.

- Voilà de quoi te faire plaisir cette après-midi avec Setsuna. Pour cette fois, c'est à mes frais, comme promis. D'ailleurs, je pense qu'il faut que je te tienne au courant de la monnaie utilisée ici, sur légendia. Il s'agit du « Kinah ». La valeur du Kinah varie cependant d'une péninsule à l'autre, en fonction de l'économie actuelle sur les dits royaumes. Enfin bref, les variations ne sont jamais drastiques, donc n'y prête pas trop attention. Donc, pour te faire un cours rapide, il y a plusieurs sortes de Kinah. Il y a le Kinah de bronze, le Kinah d'argent, le Kinah d'or, et enfin le Kinah de diamant. Un Kinah de bronze vaut un Kinah. Le Kinah d'argent vaut 500 Kinah de bronzes. Le Kinah d'or lui, vaut 5 000 Kinah de bronzes. Et enfin, le Kinah de diamant, celui-ci vaut 30 000 Kinah de bronzes. Dans la bourse que je t'ai donnée, il y a quelques Kinah d'argent et d'or. Tu en as pour environ 30 000 Kinah dedans... Haha, on ne dirait pas hein ? L'avantage avec cette monnaie, c'est qu'en fonction du Kinah, sa valeur change. Donc une petite bourse peut très bien être plus fournis qu'un coffre-fort....

… Bon, tu as tout compris ? Dans ce cas, tiens, ça, c'est cadeau. On va dire que c'est pour te souhaiter la bienvenue.

Cette fois, la princesse Seria lança une sorte de pièce brillante comme le diamant, vers sa gardienne. Il s'agissait évidemment d'un Kinah de diamant. Seria venait donc en plus de la bourse, offrir un précieux et rare Kinah de diamant à sa nouvelle gardienne.

- Avec ça, ça te fait donc une bonne bourse pour te refaire un début de garde-robe et deux ou trois autres choses pour te faire plaisir ! Oui, seulement « quelques », car tu vas vite te rendre compte que 60 000 Kinah ça part à une vitesse vertigineuse... Pour te donner un ordre d'exemple, une armure de bonne qualité à Florem coûte dans les 30 000 Kinah, et ça, c'est que le plastron... Enfin, tu verras par toi-même. Et rassure-toi, ce ne sera pas ton seul Kinah de diamant que tu auras, alors même s'il est beau, inutile que tu l'économises, fais-toi juste plaisir, d'accord ?

… Bon, allez, en route, suis-moi, il est temps d'y aller !

C'est donc après toutes ces explications sur la monnaie, les missions, et d'autres choses, néanmoins important selon l'avis de Seria, qu'il était finalement temps de pénétrer dans la demeure. Une fois passé la grande porte donc, les deux femmes arrivèrent dans un grand hall. Pour le coup, l'architecture était similaire à la demeure où habitait Seira, donc la visite allait être rapide. Seul l'agencement des pièces semblait différent. Quoi qu'il en soit, aucune âme qui vive pour l'instant, visiblement, dans la demeure.

- Hum, suis-moi, on va directement aller dans le salon principal.

Seria entraîna donc sa gardienne dans l'aile gauche de la demeure, qui donna sur une porte assez massive, qui une fois ouverte, donnait à son tour sur une salle de grande taille. Elle était d'un style assez classique, sans trop de décorations. Il y avait une grande table au milieu de la salle, ainsi qu'un canapé assez large près de la cheminée crépitante, accompagné par deux fauteuils. Comparé à la demeure de Seria et des gardiennes, ici, il y avait eu peu de retouches. Donc le tout semblait encore assez elfique dans le style. Bref, une fois dans ce « salon », cette fois, il y avait bien une âme, mais ce n'était clairement pas celle qu'on attendait de voir aujourd'hui. Il s'agissait de la reine Sylvanas, qui semblait roupiller sur le fameux canapé, comme d'habitude.

- Tiens, mère ?

-

Ne voyant aucune réaction de la part de la reine du vol noir, Seria décida de hausser la voix, afin de réveiller cette dernière.

- Mère ! On se réveille ! Ohé ohé !

- Wooah, quoi, comment, qui ?!

Cette fois, cela fonctionna, et réveilla en sursaut la pauvre femme sortie avec violence de son sommeil. Il lui fallut bien quelques secondes, pour se remettre de son réveil en sursaut, et remettre ses esprits en place. Une fois ceci fait, elle s'étira sans pression, puis prit la parole d'une voix fébrile, frottant sa tempe avec sa main dans le même temps.

- Awn, soupira la reine, pas besoin de hurler comme ça, Seria...

- C'est pas vrai, vous passez vraiment votre temps à dormir, mère !

- Heh ? Je n'y peux rien, c'est ce foutu soleil qui me fatigue, tu le sais bien ! Je déteste cette foutue lumière... Pourquoi il a fallu que vous vous installez ici, sérieusement...

Finalement, la reine tourna enfin la tête en direction de sa fille, et remarqua soudainement qu'elle était accompagnée par Seira. Suite à cela, elle resta quelques secondes silencieuses, puis se leva soudainement, tout en reprenant d'une voix plus motivée.

- Ho, mais c'est Seira ! Tu vas finir par croire que je fais exprès de me réveiller quand on se voit, haha... Hum, bref, tu vas bien ? Comment c'est passé ta première nuit dans ton nouveau clan ? Seria n'est pas trop stricte ? Tu me le dis si elle t'en demande trop, je m'occuperais de son cas immédiatement !

- Pour ça, il faudrait déjà que vous restiez éveiller plus de 3 h par cycle...

- C'est seulement quand je suis sous le soleil que je fatigue ! Seulement sous le soleil !

- Ha oui, j'oubliais que le peu de fois que vous êtes éveillés, vous prenez des bains.

- Il faut bien prendre soin de sa peau, non ? Tu crois que je vais garder une peau aussi sublime et un teint aussi parfait, en faisant n'importe quoi ? Comparé à toi, moi ma peau devient gratteuse au soleil !

- Awww, soupira à son tour Seria, sur ce, que faites-vous ici, mère ?

- Ho, bien, je devais régler quelques détails au sujet d'une gardienne avec Killian, mais surtout, j'attends Ciara !

- Ciara ?

- Oui ! Ça fait une heure que j'attends ! On doit aller s'occuper d'un truc ensemble, mais elle n'est toujours pas là !

- Ha, désolé, je ne l'ai pas croisée depuis le Colisée. La connaissant, elle doit être en train de se refaire une santé, haha.

- Si c'est le cas, je vais lui refaire une santé à ma manière moi... !

Visiblement, Sylvanas n'était donc évidemment pas uniquement là pour pioncer sur le canapé, mais pour régler quelques détails avec toujours ce fameux Killian, mais également en attente de Ciara. Une Ciara qui semblait s'amuser à faire glander la pauvre reine, obligée de quitter son royaume nocturne pour se rendre ici, sur un royaume baigné par la lumière des soleils. Quoi qu'il en soit, après ce rapide échange sur sa présence ici, elle s'adressa de nouveau à Seira.

- Ho, bien d'ailleurs, ça tombe bien que tu sois là, Seira. J'ai quelque chose à te remettre. Je comptais le faire passer par Seria, mais autant le faire en main propre !

C'est donc ainsi, que la reine fit apparaître une enveloppe, et la tendit à son interlocutrice.

- Tiens, c'est une lettre de Kimyo. Elle tenait à ce que je te la fasse parvenir. Bien sûr, elle ne s'adresse qu'à toi, donc je ne me suis pas permis de la lire, promis !

La fameuse enveloppe contenait donc une lettre de Kimyo adressée tout spécialement à Seira, et seulement à cette dernière. Néanmoins, le fait qu'elle l'a confié à la reine, prouve que cette dernière s'est bel et bien occupée du cas Kimyo, après le Colisée. Bref, tandis que Seira commença à lire la lettre, Sylvanas et Seria échangèrent de leur côté, laissant la gardienne lire en paix :

Seira,

Je t'écris cette lettre, car je doute qu'on se revoie de sitôt. Je tenais cependant à
te tenir informé de ma décision. Voilà, j'ai décidé de quitter le clan de Sefia, et
abandonner mon rang de gardienne... Tu m'as fait prendre conscience que je
n'étais pas digne d'un tel prestige... Sur le sol de ce Colisée, tu m'as fait réaliser
à quel point j'étais lamentable. Mais ne te méprends pas, si je te dis cela, c'est
justement pour te remercier... Je veux te remercier de m'avoir ouvert les yeux. Te remercier
de m'avoir sortie de ma boucle de haine. Mais surtout, je tenais à te remercier d'avoir
cru en moi. C'est la première fois, que quelqu'un se soucie de moi, et s'intéresse à moi..
Grâce à toi, Seira, j'ai enfin existé aux yeux de quelqu'un, alors, merci.

Quant à mon avenir, je le vois enfin clairement. Je sais ce que j'ai à faire à présent.
Tu m'as montré que j'étais dans l'erreur. Aujourd'hui, je ne blâmerais plus et n'envierais
plus les « génies ». Au lieu de cela, je vais simplement me préoccuper de moi, sans
prendre en compte les autres. J'ai passé ma vie à essayer d'être quelqu'un d'autre, pour plaire
aux autres. Aujourd'hui, je vais enfin me plaire à moi-même avant tout. Ma quête ne sera
pas facile, mais je crois que ça ira. Je sais que j'existe, et que mon avenir importe certaines personnes, comme la reine, qui comme toi, à décider de m'aider...

Bref, je doute que j'aie été capable de te dire ça en face, donc la lettre tombe bien, pas
vrai ? Bien que sans l'intervention de Sefia, j'allais déjà te remercier... Enfin, pour terminer,
je tiens à te féliciter pour ton nouveau rang. Sincèrement, tu m'as prouvé que
tu mérites ta place ici. D'ailleurs, sache que notre combat restera dans ma mémoire. Mais pas dans le mauvais sens. Malgré ma défaite, sache que c'était la première fois que je me suis autant
éclaté. J'ai adoré ce combat, et j'aurais aimé être plus forte, pour le faire durer
plus longtemps...

Ps : Reconnaît que je n'ai quand même pas de bol d'être tombé sur ma faiblesse
élémentaire... Mais qui sait, c'est peut-être le destin, qui m'a mis face à toi... Bien que la
prochaine fois, vas-y doucement avec le feu. J'ai eu putain de chauds pendant des heures interminables après notre combat !

Bref, j'ai plus assez de place pour écrire... Donc, au revoir, Seira, et encore merci
pour tout. Je te revaudrais cela un jour, je te le promets...
Kimyo.

Une fois la lettre lue par Seira, la reine reprit la parole, afin de s'adresser à cette dernière, voyant cette dernière relever la tête.

- Alors, Kimyo n'a rien dit de méchant au moins, hein ?!

- Pourquoi elle aurait pris la peine d'écrire une lettre si c'est pour insulter son interlocutrice ?

- Je plaisantais Seria, je plaisantais... !

- Comment suis-je censé déceler ça ?!

- Depuis le temps, tu devrais pouvoir y arriver, Seria, hihi.

Une nouvelle voix venait de faire irruption dans la salle, et rapidement une silhouette pouvait être visible...


Dernière édition par Seria le Sam 16 Mar - 12:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seria
Princesse du vol noir
Princesse du vol noir
Seria

Messages : 38
Date d'inscription : 12/08/2015

Le royaume artistique Empty
MessageSujet: Re: Le royaume artistique   Le royaume artistique Icon_minitimeSam 16 Mar - 11:52

La silhouette qui fit irruption dans la conversation était à présent bien visible, et on pouvait enfin mettre un visage, sur la voix qui venait de rejoindre la conversation. Pour le coup, c'était un sacré visage. La femme qui venait d'arriver dans la salle n'avait rien à envier aux autres femmes dans la salle, tellement elle était gâtée elle aussi. Son visage était doux et agréable, et mis en valeur par le ton sombre de sa chevelure coiffé en chignon, saupoudré de mèches rougeoyantes, allant de pair avec ses yeux rouges perçants. Au niveau de la tenue, elle était plutôt traditionnelle, et travaillée dans le style.
Spoiler:
 


- Ho, salut Alessa.

Cette femme, qui semblait répondre au nom d'Alessa, répondit, et laissa de nouveau entendre sa voix. Elle était douce et calme, collant parfaitement au style qu'évoquait cette jeune femme d'apparence.

- Bien le bonjour, je vois qu'il y a du monde, lança la mystérieuse jeune femme, posant par la suite son regard sur Seira, ho, je vois, tu dois être Seira.

- En effet, c'est bien Seira.

Suite à cette confirmation, Alessa se rapprocha de la gardienne et une fois face à cette dernière s'inclina, tout en reprenant la parole.

- Dans ce cas, enchanté, Seira, c'est un plaisir de faire ta rencontre, et de t'accueillir dans notre famille. Je me nomme Alessa Valkyrion, au plaisir.

C'était difficile à expliquer, mais bien que Sylvanas et Seria dégageaient de la classe et de la prestance, il y avait quelque chose de mystérieux chez cette femme, qui forçait le respect. Ce n'était pas une histoire d'éther ou de physique, simplement quelque chose d'inexplicable sur le moment, qui rendait cette femme mystérieusement intense dans sa présence. Cela ne l'empêchait cependant pas de participer à son tour à la discussion.

- C'est rare de te voir ici, Sylvanas, tu souhaites voir mon frère ?

- Ne t'inquiète pas, c'est déjà fait. Là, j'attends Ciara. Ça commence à faire long, là, l'attente ! Qu'est-ce qu'elle peut bien foutre ?!

- Hum, réfléchissait Alessa, je ne l'ai pas croisée de la matinée, je n'en ai aucune idée, malheureusement.

- Quelle plaie...

Soudainement, tandis que la pièce commençait à être bien rempli avec l'arrivée de la fameuse Alessa, la porte du fond s'ouvrit. De cette dernière, apparurent deux silhouettes. Une masculine, et une féminine. La silhouette féminine était pourvue d'une tenue peu commune, mais donnant un style royal à cette dernière. Le bleu de la tenue allait plutôt bien avec la chevelure blonde de la belle jeune femme qui venait d’apparaître. Quant à la silhouette masculine, elle portait une tenue tout autant travaillée et stylisée dans les finitions. Quant à son apparence physique, l'homme était pourvu d'une chevelure rougeoyante, allant de pair avec des iris donnant l'impression d'être flamboyants. Le tout rendant les yeux de ce dernier envoûtant. Enfin, le détail à noter était que la partie gauche de son visage était plus foncée, pile à l'endroit où se trouvait le même tatouage que portait d'ailleurs Nine. Dans tous les cas, ce petit détail ne changeait pas que ce personnage avait un physique avantageux, et qu'il ne devait pas avoir de souci pour plaire au sexe opposé, mais pas que, bien sûr, car tout cela lui donnait un charisme évident, rien que par sa présence. Et tout comme Alessa, quelque chose sur ce dernier le rendait imposant, mais en bien plus prononcé. D'ailleurs, la femme à ses côtés donnait une impression similaire également, mais différente. Si Alessa et ce type avaient un côté mystérieux, pour ce qui est de cette dernière, elle imposait le respect par sa prestance.
Spoiler:
 


- He bien, il y a foule ici.

L'homme en question avait une voix tout aussi calme que cette femme, Alessa, avec la même douceur dans le ton.

- Ho, Seria, excuse-moi du retard, j'ai eu quelques affaires urgentes à régler avec Artoria.

- Pas de soucis Killian, nous ne sommes pas arrivés il y a longtemps.

Finalement, le nom de l'homme en question venait d'être révélé, et il s'agissait du fameux Killian. Bien qu'il parût évident qu'il s'agissait de ce dernier, étant donné que ce Killian était déjà désigné comme le seul mec du vol noir. Quant à la femme à ses côtés, il semblerait qu'elle se nomme Artoria. Dans tous les cas, ce Killian posa à son tour ses yeux sur Seira, puis prit de nouveau la parole, tout en commençant à s'approcher de cette dernière.

- Enchanté, Seira, bienvenue parmi nous. J'espère que ton premier jour ici t'a plu.

- Enchanté, lança à son tour Artoria, c'est un plaisir de faire ta rencontre. Navré de faire aussi court, mais je dois retourner à mes obligations.

- Artoria est le fameux chevalier blanc d'Estria, expliqua Killian à la jeune gardienne, l'arme ultime des « lames sacrées ». Comme tu peux le voir, toutes les lames sacrées ne sont pas nos ennemies.

- Nous serons certainement amenés à nous revoir, Seira. En attendant, c'était un plaisir.

Cette Artoria était donc une lame sacrée comme Feena, et pas n'importe laquelle. Sauf que comparé à Feena, Artoria était encore en place, et semblait carrément être la commandante en chef de ce groupe. Mais ce n'est pas aujourd'hui malheureusement que la gardienne pourra faire plus ample connaissance, car après une révérence, la chevaleresse en armure s'éclipsa de la pièce. Après ce départ, Killian se positionna face à la nouvelle gardienne, puis l'observait rapidement, avant d'esquisser un sourire amical, tout en reprenant la parole.

- Bon, il est inutile d'attendre Caeldori, elle n'est pas disponible aujourd'hui. Mais tu la rencontreras une prochaine fois, ne t'inquiètes pas. En attendant, permets-moi de me présenter en bonne et due forme, poursuivit l'homme, en s'inclinant avec grâce, je me nomme Killian Valkyrion... et je suis également le fondateur et le seigneur du vol noir.

Finalement, la position de ce « mâle » dans le vol noir venait d'être révélée, et il s'agissait ni plus ni moins que du créateur et du seigneur de cette famille qu'est le vol noir. Passez le probable effet de surprise, une question était donc légitime : qui était donc Caeldori ? Par chance, Killian reprit la parole peu de temps après sa présentation, en commençant par s'excuser.

- Je te présente des excuses, au nom du vol noir, pour t'avoir menti au sujet de ce détail. Sache qu'il y a une raison à ce mensonge global sur l'impératrice du vol noir, et que si tu désires une explication, je t'en fournirais une avec joie. Mais avant toute chose, avant qu'on ne commence quoi que ce soit, j'ai une question à te poser, Seira. Comme tu t'en doutes, c'est moi qui possède les réponses à tes questions, et qui souhaite te parler aujourd'hui... Cependant, sache que je ne te forcerais pas à supporter ma présence, si cela te met mal à l'aise. Je sais que le contact avec un homme est délicat pour beaucoup d'entre vous, alors je refuse de m'imposer, si cela ne te convient pas. Je souhaite que tu sois à l'aise dans ta nouvelle famille, donc, si tu préfères la présence d'une femme, je peux attendre que Caeldori soit disponible, et je lui donnerais simplement les informations dont tu cherches les réponses.

La question de ce Killian pouvait paraître inattendue, mais pourtant, il proposait bel et bien à la nouvelle gardienne un choix quant à son désir de lui parler ou non. Au moins, cela prouvait qu'il était respectueux des sentiments et bien-être de ses sœurs. Mais maintenant qu'il s'agissait du fondateur de cette famille, était-ce réellement étonnant, qu'il soit ainsi avec sa famille ? Peut-être pas tant que ça. Quoi qu'il en soit, il avait beau être un homme, son regard envoûtant et son sourire semblaient sincères, et dépourvus de malice.

- V-voyons Killian, intervenait soudainement Alessa, légèrement gênée, Seira n'a aucune raison de refuser, elle sait maintenant que tu es le...

- Non, c'est important, Alessa, de laisser le choix à notre nouvelle sœur. Tu sais combien ça a été difficile pour Ayano, par exemple.

- Ce n'est pas comparable. Ayan...

- Oui, je le sais, mais je tiens quand même à ce que Seira exprime ce qu'elle désire à cet instant. C'est important de lui montrer que dans sa nouvelle famille, nous ne lui imposerons jamais quoi que ce soit... Alors, Seira, le choix t'appartiens, et il n'y aura aucune conséquence dans le cas où tu refuses, ne t'inquiète pas.

Avant d'aller plus loin dans sa quête de réponses, la nouvelle gardienne devra donc pour le moment, faire part de son ressenti, sur son acceptation de cet homme. Bien qu'il soit le fondateur du vol noir, il venait d'insister sur le fait que cela ne changeait rien au fait qu'il pouvait être un possible malaise pour cette gardienne. C'est donc ainsi qu'il attendait la décision de sa nouvelle gardienne, toujours ses pupilles fixés sur son interlocutrice, arborant cependant un air détendu, presque rassurant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seira
Gardienne du Vol Noir
Gardienne du Vol Noir
Seira

Messages : 34
Date d'inscription : 17/01/2017

Le royaume artistique Empty
MessageSujet: Re: Le royaume artistique   Le royaume artistique Icon_minitimeLun 25 Mar - 22:42

Alors que Seira avait demandée à Setsuna d'essayer de trouver le sommeil, en échange de son autorisation de lui toucher les cornes, la rouquine ne semblait pas réticente et promit à sa camarade de chambre de l'écouter. Ce qui rassura Seira, elle eut quelque peu peur de froisser sa sœur. Et de toute manière, cela ne dura que quelques secondes, des secondes qui ne furent pas vraiment mémorables pour Seira qui ne ressentit rien sur le moment, alors qu'une femme touchait délicatement une partie de son corps. Et visiblement, Setsuna ne fut pas vraiment capable d'expliquer ce manque de sensation chez Seira non plus. Quoiqu'il en soit, Setsuna décida d'être une bonne sœur et d'écouter Seira en essayant de trouver le sommeil. Ce qui se fit rapidement, preuve que malgré tout, la compagnie de Seira semblait rassurante pour elle. Quand à la dragonne, il ne lui suffit que de quelques minutes pour qu'elle s'endorme, car évidemment, elle attendait ce moment avec impatience, pouvoir réellement se reposer après une telle bataille acharnée.

Le lever du soleil avait permis à Seira de rapidement ouvrir les yeux. Pouvoir être réveillée par une douce source de lumière provenant d'une fenêtre était une sensation encore bien nouvelle pour Seira, tout comme le fait de dormir dans un bon lit douillet. De ce fait, Seira ne put réellement se plaindre d'avoir mal dormi. Elle était revigorée et était donc prête pour partir avec Seria. Même si avant cela, sans attendre de vérifier si Setsuna se réveillait de son côté, Seira fouilla discrètement dans l'armoire de sa sœur pour se servir en vêtements, comme proposé. De toute manière, après l'après-midi prévu, elle n'aurait plus besoin d'abuser des affaires de sa sœur. Une fois habillée avec ce qu'elle avait trouvé, donc encore une fois, des vêtements pas très colorés, elle prit le temps de se rafraîchir, puis attendit dans le hall du palais. Cependant, si Seira avait tout fait pour être ponctuelle, ce ne fut pas vraiment le cas de la princesse qui n'était toujours pas présente. Seira attendit une bonne dizaine de minutes, les bras croisés, fixant les murs, jusqu'au moment où sa princesse apparut, mais pas vraiment prête. C'est donc ainsi que la dragonne put avoir un aperçu du corps de Seria qui venait de sortir du bain. Cela rappela que l'intimité chez ces gardiennes du vol noir, ce n'était pas leur fort. Mais Seira, pour une fois, ne s'en plaignait pas. Elle tentait de ne pas le montrer par une attitude neutre, mais elle salivait devant ce qu'elle apercevait, même si elle trouvait cela un peu tôt de pouvoir voir Seria sous cette apparence. Et le fait que la princesse la nomme "ma belle" n'arrangea rien au plaisir de la dragonne de voir sa princesse. Fort heureusement, Seria s'éloigna bien vite, puis revint tout aussi vite, habillée différemment que d'habitude. Seira se contenta de suivre sa princesse hors de la demeure, et pendant la marche, elle décida de démarrer la conversation en lui demandant son avis sur ses sœurs. Après cela, elle émit un petit commentaire qui fit gonfler les joues de la dragonne, du fait que Seria semblait penser que Seira était bien plus douce que ce qu'elle avait affirmée.


- Hmpf, détrompez-vous... je suis loin d'être une personne adorable, c'est juste que… ce sont vos gardiennes. L'esprit chaleureux qui les envahit est contagieux, voilà tout….

Alors que Seira nia une nouvelle fois qu'elle était capable d'être une femme tout à fait attachante, elle continua d'écouter Seria qui la remercia d'avoir passé la nuit avec Setsuna. Ce qui étonna Seira sur le moment, c'est que Setsuna avait parfaitement dormi aux côtés de sa nouvelle sœur. Ce qui semblait rare selon Seria. Elle émit l'hypothèse que sa présence Etherienne, comme pour Nine, avait peut-être un effet bénéfique sur Setsuna, ce que Seira trouverait bizarre, son aura étant noire et corrosive, mais comme Seira ne se connaissait pas suffisamment, elle pourrait, comme le précisait Seria, s'étonner toute seule.

- Je ne saurais vous dire. Je n'ai rien fait de spécial, à part l'écouter parler quelques temps avant de lui demander de fermer les yeux.

Alors que la promenade de Seira et sa princesse qui n'en paraissait pas une en cette matinée suivait son cours, les deux femmes arrivèrent au centre de Florem, une cité plutôt calme, à l'odeur de pain qui alléchait les narines de la dragonne. Encore quelque chose qui rendait heureuse la dragonne, pouvoir se promener librement dans un quartier avec des vies humaines en son sein, sans pouvoir se cacher le visage ou le corps. D'ailleurs, Seria emmena Seira là où l'odeur provenait, et c'est là qu'elle vit une créature aussi curieuse qu'elle même, une femme ressemblant à un chat, ou plutôt, ayant des traits s'apparentant aux chats, telles que des oreilles ou une queue soyeuse. Seira avait entendu que même sur Atrium, des êtres de cette espèce existaient sur un autre continent appelé Lanayru, mais elle n'eut pas l'occasion d'en rencontrer. C'était donc la première femme-chat qu'elle voyait. Et vu comment Seria taquinait cette dernière, elle en déduisit qu'elles se connaissaient plutôt bien. Seria devait donc être une cliente habituelle de cette Mi'Quote. Ce qui étonnait toujours plus la dragonne, qui avait du mal à se rendre compte qu'une princesse comme Seria pouvait se balader, comme ça, librement et prendre son petit-déjeuner dans une boulangerie, comme n'importe quelle personne. Cette boulangère fut surprise de voir Seira qu'elle nomma Daevas, ce qui rajouta une explication de la part de Seria sur la signification de ce mot. Il s'agissait tout simplement du nom que l'on donne aux dragons ici.

- Mouais, d'accord… Je trouve le nom dragon meilleur. Il sonne plus majestueux pour moi...

Après cette réflexion qui rappela que Seira avait bien hérité de la fierté et l'orgueil des dragons, elle se contenta de commander exactement la même chose que Seria, sans se poser plus longtemps la question du pourquoi tout était nommé différemment sur Atrium que sur Legendia. Les deux femmes dégustèrent leurs collations sur le chemin, et une fois ceci fait, Seria revint sur le sujet Setsuna. Elle semblait ravie que Seria puisse prendre son bain tranquille sans Setsuna qui essaye d'immortaliser la scène par ses dessins d'espionne. D'ailleurs, Seria semblait avertir la dragonne qu'elle allait devoir rester sur ses gardes si elle ne veut pas que Setsuna dessine cette dernière sous son état le plus naturel.

- Et bien, il va donc falloir que je dise à Setsuna que si elle veut m'avoir encore comme camarade de chambre, elle va devoir éviter de reproduire cette manie avec moi. C'est que j'ai horreur qu'on viole mon intimité.

Après davantage de marche, Seira arriva devant une grande bâtisse qui semblait être l'objectif de cette balade, là où Seira allait probablement rencontrer l'impératrice, et qu'elle allait ENFIN comprendre pourquoi elle était considérée comme si spéciale depuis le début, entre le fait qu'elle put réussir l'éveil haut la main, qu'elle fut nommée d'office aux épreuves, qu'elle fut carrément nommée pour affronter une gardienne, et qu'elle finisse même dans le clan le plus prestigieux du vol noir. Mais avant cela, Seria fit un cours d'éco-géographie qui, sur le moment, n'intéressait pas trop Seira qui commençait à bouillir d'impatience d'avoir ses réponses. La seule chose qui tiqua l'esprit de la dragonne, c'est cette philosophie chez le vol noir, à demander à être traité comme n'importe qui, quitte à ce que ce soit au même stade qu'une banale boulangère. Une philosophie que ne partageait pas vraiment Seira, qui considère que quand on a la chance de représenter la suprématie, il faut le montrer, et ne pas s'abaisser aux autres. Sinon, à trop vouloir ressembler à n'importe qui, on dévoile vite nos faiblesses à autrui. C'est ce qu'a vécu Seira. Si elle s'était comportée comme une dragonne dès le début avec les pathétiques humains, au lieu de chercher à être comme eux pour se lier à eux, elle n'aurait pas souffert si longtemps. Donc pour elle, quand on représente le haut de la chaîne, il faut le montrer pour éviter de se faire marcher dessus. Elle venait à peine de rejoindre ce clan, alors il était clair que ce n'est pas aujourd'hui que Seira comprendra l'intérêt de s'abaisser au simple boulanger du coin quand on est une dirigeante. C'est donc après que Seria tenta de détendre la dragonne avant qu'elle n'entre dans cette grande demeure, que Seira répondit à l'invitation de Seria de la nommer seulement par son prénom.

- Désolé, mais là-dessus, je ne partage pas cette opinion. Faire preuve de fierté envers ce qu'on est, est ce qui permet, à mes yeux, de se protéger de ceux qui nous jalousent, qui nous envient. Vous êtes une princesse, élégante et puissante, alors ne m'en voulez pas si je vous considère ainsi jusqu'au bout. Je vous respecterais toujours davantage que n'importe qui d'extérieur au vol noir car vous êtes ma supérieure et celle qui m'a offert le droit de rêver. Sans vous ou Sylvanas, je continuerais de sombrer dans les déchets de la création. Vous comprenez donc pourquoi je considère les choses sous un angle différent que vous ou votre mère. Ce sont les êtres puissants comme vous qui influencent l'avenir du reste de l'humanité, comme moi, jadis, qui avais besoin d'une famille et qui n'aurait pas pu m'offrir ce que je désirais si vous étiez la simple dirigeante d'un groupe de mercenaires sans intérêt. Il est donc légitime que vous recevez le respect que vous méritez. Enfin, je verrais si je comprendrais mieux votre façon de penser, ici, avec le temps...

Avec ce discours, Seria pouvait donc comprendre que ce n'est pas demain la veille que sa nouvelle gardienne allait la traiter comme n'importe qui. Pour la simple raison que toute cette philosophie est contraire en ce qu'a toujours cru Seira. Le rang fait tout pour Seira. Sur Atrium, tout ce que Seira connaissait était le fruit d'un être occupant une grande place. Elle repensait à l'incident des dragons blancs, qui ont failli devant un simple roi, parce qu'il avait le pouvoir de rallier les hommes entre eux. Ou encore, les catastrophes qui avaient lieu avant qu'elle ne quitte Atrium, et qui étaient à l'origine d'une simple reine lunaire qui s'était crée une armée titanesque. Mais si cette femme était une simple boulangère qui vivait mal sa vie parmi les mortels, elle n'aurait jamais pu créer ce lot de catastrophes. D'ailleurs, Seira a toujours songé que si le légendaire clan des dragons noirs existaient encore sur la Yokume, elle aurait cherché à en prendre le contrôle pour coucher les mortels au triste destin qu'ils méritent. Mais Seira était seule, simple vagabonde, ainsi, elle ne put même pas réaliser ses propres rêves, jusqu'au moment où des êtres importants comme Sylvanas et Seria se mêlèrent de leurs vies. Ainsi, la dragonne tenait Seria en très haute estime, et trouvait donc grotesque qu'elle doive s'adresser à elle comme une simple sœur, ou une égale. Il était donc évident, aujourd'hui, que Seira avait la mentalité d'une femme très extrémiste, mais ça, c'était l'attitude de tous les dragons sur la Yokume, Seira n'en était pas une exception.

Après cette parenthèse, Seria parla des missions qui risquaient de lui être attribuées, bien que pour l'heure, Seria estimait qu'elle ne pouvait pas rejoindre une mission avec une de ses sœurs. C'est pourquoi elle eut l'idée de tester Seira en formant un binôme avec elle pour sa prochaine mission, bien que de base, la princesse de Seira faisait toutes ses missions seules. Et cela, pour la simple raison qu'elle refusait d'engager ses sœurs dans une mission qui avait la mort comme enjeu, preuve de l'esprit très protecteur de Seria. Du coup, les sœurs de Seira étaient réduites à de simples missions internes à Florem. Pourtant, cette fois, Seria prenait la responsabilité de prendre Seira avec elle, ce qui la convenait. Ainsi, elle s'inclina généreusement devant Seria, et prit un ton agréable.


- Ce sera un honneur pour moi de vous accompagner en mission, princesse Seria. Je ferais tout mon possible pour vous être utile.

Avant d'entrer dans la bâtisse, Seria conclut avec un ultime détail. La bourse dont a droit Seira pour commencer sa nouvelle vie, et donc, de quoi se faire plaisir avec Setsuna après avoir rencontrée l'impératrice. Seria fit un rapide cours sur cette monnaie nommée Kinah, qui était assez explicite. Seira se demandait de plus en plus pourquoi tout avait un nom différent que dans son royaume natal. Mais ce qu'elle retint surtout, c'est qu'elle avait pas mal de monnaie pour démarrer, grâce à un mélange de pièces d'argent, d'or, et même carrément une pièce de diamant. Malgré que selon Seria, cela ne la rendait pas extrêmement riche pour autant.

- Merci pour votre générosité, princesse. Je vous avoue que je commence à être mal à l'aise à force de porter les vêtements de Setsuna. J'ai le sentiment d'abuser de la gentillesse de tout le monde...

Finalement, le duo pénétra dans la demeure, assez classique à vue d'œil. Et après quelques secondes de marche, Seira arriva dans un large salon, où quelqu'un qu'elle connaissait bien maintenant s'adonnait à son activité préférée: la sieste. Il s'agissait donc de Sylvanas, fidèle à elle-même. La reine du vol noir roupillait jusqu'à ce que Seria tente tant bien que mal de la sortir des bras de Morphée. Cela provoqua un discret petit sourire chez Seira qui ne se lassera jamais de ce genre de scène comique. Après donc un éternel débat mère et fille, Sylvanas expliqua qu'elle attendait Ciara, mais qu'elle était introuvable à l'heure actuelle.

Après cela, Sylvanas donna une enveloppe à Seira qui était adressée uniquement à elle. Celle qui avait pris le temps d'écrire cette lettre était Kimyo, l'adversaire de Seira la veille lors de la terrible épreuve du Colisée. Etonnée, Seira, sans plus attendre, ouvrit l'enveloppe. La lettre démarra avec Kimyo qui annonça son départ du clan de Sefia. Une idée qui ne pouvait qu'être bénéfique pour cette pauvre femme, à condition bien sûr que Sefia ne cherche pas à le lui faire regretter. Et bien que Kimyo semblait être dure avec elle-même, elle remercia Seira pour tout, pour avoir cru en elle, pour lui avoir remis les pieds sur terre malgré des paroles assez vénales sur le moment, mais qui semblaient avoir fait leurs effets. Par la suite, au paragraphe suivant, Kimyo expliqua qu'elle décida de vivre pour elle, et non pour tenter de se faire remarquer par sa princesse. Et cela, grâce à l'aide de Sylvanas. Donc effectivement, la reine du vol noir semble bien avoir tenté quelque chose pour cette Kimyo. Enfin, Kimyo remercia encore une fois Seira, tant pour ce qu'elle a fait, que pour le duel qui semblait l'avoir plu malgré sa violence. Et bien sûr, elle félicita Seira pour sa promotion qu'elle méritait selon elle. Bref, une lettre plutôt touchante pour Seira, qui ferma les yeux après avoir lu la lettre, et lâcha un mignon sourire satisfait.


- Une véritable perle, cette Kimyo. Dire que je l'avais mal jugée. Elle a eu un rôle important au sein des gardiennes, celle de surprendre une tête de mule de mon envergure. Votre Majesté, je considère que c'est la moindre des choses que je réponde à cette lettre. J'aimerais rentrer en contact avec elle d'une manière ou une autre. Est-ce possible ?

Peu de temps après, une nouvelle silhouette apparut. Une femme nommée Alessa, qui se présenta d'elle-même en tant qu'Alessa Valkyrion. Un nom qui sonnait un peu étrange pour Seira car il sonnait… ennemi. Mais sans questionner l'origine de ce nom comme elle a pu le faire avec Miyu pour que dalle, Seira s'inclina devant cette femme, par le respect qui semblait être important pour la dragonne.

- Tout le plaisir est pour moi.

Après cela, la pièce se remplit davantage par la venue de deux personnes. Une femme blonde et… un homme. A cet instant, Seira fut prise d'un malaise qu'elle tentait de dissimuler. La vue de cet homme provoqua une réaction de stress chez Seira. Pour la simple raison que les hommes donnaient envie de vomir à Seira, comme tout ce qu'elle jugeait de laid. Même si cette fois, c'était bien moins prononcé qu'avec le monstre d'entropie de la troisième épreuve, bien sûr. Mais dans tous les cas, bien que cet homme était plutôt bel homme, cela ne changea rien au fait que sa présence ne mettait pas Seira à l'aise. Pourtant, Seira avait reconnut après quelques secondes l'homme qui était la cible de pas mal d'illustrations, comme dans le cahier de Setsuna. Il s'agissait donc probablement de ce fameux Kilian. Cet homme qui pouvait à loisir poser ses mains sur SA Seria adorée. Bref, Seira fixa d'un regard de glace cet homme, ignorant presque cette autre femme nommée Artoria.

Quand celui-ci s'approcha davantage de Seira pour communiquer avec elle, la dragonne luttait contre elle-même pour dissimuler le moindre malaise qui l'envahissait actuellement. D'ailleurs, en temps normal, Seira aurait déjà effectué un geste pour repousser cet homme, mais elle avait un minimum de lucidité pour savoir que cela ne serait pas une très bonne idée. Néanmoins, la lutte contre son propre mauvais côté devint difficile quand ce Kilian annonça que l'impératrice était absente et qu'elle n'allait pas encore la rencontrer. La patience de Seira commençait à atteindre ses limites sur le moment.

Néanmoins, l'homme qui mettait mal à l'aise Seira n'était nul autre que le créateur du vol noir. Seira fut subjuguée en entendant cela. Cet homme semblait avoir très vite compris qu'il mettait royalement mal à l'aise Seira, et donc, proposa à Seira d'attendre pour avoir ses réponses que l'impératrice revienne si jamais Seira ne tolérait pas cette présence masculine. Cette proposition ne réduisit pas le malaise de la dragonne, mais au moins, cela surprit Seira face à cette bonté soudaine. Alors face à ce choix, Seira tenta de se calmer pour parler, bien qu'entre le regard de cet homme et de tout le monde autour d'elle, Seira fut prise de quelques tremblements, alors que sa respiration était forte. Soudain, Seira commença à pousser un petit rire nerveux, incontrôlable sur l'instant.


- Ha…. Haha…. Hahaha…. Je me disais bien, tout ceci était trop beau pour être vrai. L'organisation qui m'a permis de fuir cette misérable vie sur Atrium… a été crée par un homme, ce type d'être humain que je hais au plus haut point.

Seira calma son stress en le transformant en un regard méfiant, voire sombre, vers cet homme.

- Vous l'avez donc deviné, Kilian. La vue des hommes me met dans un état de fureur incontrôlée. En temps normal, je devrais déjà tourner les talons et disparaître de cette salle avant que je commence à devenir très mauvaise. Après tout, pour moi, les hommes sont aussi infects envers les femmes que les mortels envers les dragons.

La rage de Seira envers les hommes était dû au fait qu'elle est à l'origine de sa colère contre les mortels. Bien que les femmes ont également fait souffrir Seira en l'ignorant et en la rejetant, les hommes, eux, ont cherchés à lui faire du mal physiquement, en plus de l'exploiter. Seira avait fait confiance en un seul homme, un seul, et finalement, il l'a trahi comme elle n'a jamais été trahie jusqu'à présent. Bref, il était évident que le sexe masculin était la source d'une terrible blessure chez Seira.

- Cependant, je risque de me surprendre moi-même en disant cela, mais… j'accepte de m'entretenir avec vous. Je ne vous fais pas confiance, car je n'ai pas la force de croire en une personne du sexe masculin. Mais ce sont à mes sœurs que je fais confiance. Elles vous considèrent comme un bienfaiteur, une exception à la règle, il serait donc parfaitement immature de ma part que je ne cherche pas à faire l'effort qu'ont produits mes sœurs, qui, sachez-le, ont déjà une place dans mon cœur. Et vous êtes le créateur du vol noir, vous êtes donc à l'origine de ma libération, je me dois donc de vous respecter autant que je respecte Sylvanas et Seria, bien que cela m'écœure de l'admettre que je dois tout à un mâle… Et puis, ma bataille d'hier m'a prouvé que je devrais juger moins hâtivement.

Seira se détendit un coup, en réalisant qu'elle n'était pas encore partie à toute allure de cette maison, ce qui prouvait qu'elle n'avait pas autant de haine envers cet homme que pour n'importe lequel. Il était difficile pour elle de le reconnaître, mais elle devait montrer de la gratitude envers cet homme autant qu'envers Seria et Sylvanas. Ainsi, elle fit face à Kilian, avec un regard déjà plus neutre.

- Je vous écoute, mais sachez que tout ce qui m'intéresse, c'est de savoir que signifie ma présence ici. Pourquoi le vol noir a tant cherché à m'avoir dans ses rangs ? Pourquoi être allé sur une zone aussi pollué et dissidente qu'Atrium pour récupérer une semi-mortelle ? Pourquoi quelqu'un comme Ciara semblait tellement parier sur ma réussite alors que je ne connais rien de ce monde, de mes pouvoirs, de ce que je représente ? Suis-je qu'un nom ? Suis-je une génie ? Je veux tout savoir, votre… "Grandeur"...

Seira avait dit ces derniers mots non par sarcasme, mais parce qu'elle avait cherché à la dernière seconde à trouver comment nommer ce Kilian par un mot qui ne sonnerait pas trop détestable sur l'instant. C'est donc en prenant sur elle-même que Seira était prête à écouter ce Kilian, bien qu'elle lui fit comprendre qu'elle ne comptait l'écouter que pour entendre ce qu'elle comptait entendre, et rien de plus. Rien ne garantissait qu'elle allait supporter sa présence bien longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Le royaume artistique Empty
MessageSujet: Re: Le royaume artistique   Le royaume artistique Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Le royaume artistique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Royaume perdu d'Arnor
» [Fiche d'île] Royaume d'Alabasta
» Géographie du Royaume (à lire en premier)
» Nandor du Royaume de Thranduil
» De la fondation du royaume du Rohan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Légendia :: Péninsule d'Ishgria :: Éorzéa-
Sauter vers: