La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une demande délicate

Aller en bas 
AuteurMessage
Eloraell
Reine
Reine
avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 14/07/2013
Age : 28

MessageSujet: Une demande délicate   Mer 12 Sep - 20:14

Le climat agréable qui régnait sur le pays de la forêt contrastait difficilement avec l'ambiance générale du peuple elfique. En effet, près d'une semaine après la terrible bataille solaire, ceux qui étaient partis au combat ne montraient aucun signe de vie, si on excluait l'unité dont faisait partie Laurelin, et qui put s'évader du champ de bataille solaire. Le plus important était qu'Eloraell, la reine actuelle du pays, faisait partie des disparus, et comme les elfes, en plus d'être pacifistes, étaient également réalistes, de nombreux elfes songeaient, soit à mener une expédition pour retrouver les traces de leurs dirigeante, soit, par pur désespoir, à réfléchir à la question du successeur. Mais vu que la zone était extrêmement périlleuse, entre ces habitants vagabonds qui auraient perdus toute trace de raison, et les informations qui relataient les bombardements intensifs de l'armée du désert, c'était la seconde option qui prenait le pas. De plus, le conseiller royal Carcharoth, qui semblait mépriser au plus haut point la politique pacifiste d'Eloraell qui contredisait sa participation aux hostilités, commençait à créer une certaine pression au sein du peuple elfique. Il tentait de pousser le peuple à voter pour un remplaçant, et insistait sur le fait que même si par miracle, la fille d'Ulyana survivait avec sa soeur légitime, elle devait malgré tout laisser ses fonctions à quelqu'un d'autre de plus indiqué. Il accusait sa naïveté naturelle, transmise par sa mère, pour avoir été manipulée par son amour envers un renégat qui travaillait pour Azelia. Et que cette sottise qui la caractérisait l'avait mené à sa perte, en plus d'emporter un bon nombre d'habitants dans son erreur. Enfin, il revendiquait une politique nationaliste, qui cachait en réalité une personnalité raciste et extrémiste. Quoiqu'il en soit, si cet homme prenait le pouvoir, plus aucun étranger ne serait accepté entre les murs du village elfique.

Mais alors que le peuple elfique était partagé entre raison, stupeur, désespoir et tristesse, le fameux miracle dont beaucoup n'espérait pas se produisit. Deux navires du pays de l'eau furent aperçus le long des côtes elfiques. L'un des navires servait à conduire et à escorter la reine Miz Mishtal, figure royale du peuple des océans, tandis que l'autre conduisait une bonne trentaine d'elfes, dont Eloraell et Feriel en personnes. En vue de leurs bandages sur tous les coins et recoins du corps, il était évident qu'ils revenaient d'une guerre féroce. Mais ils étaient en vie, c'était l'essentiel.

La nouvelle provoqua joie à travers les nombreux fidèles de la reine actuelle, une fureur enjouée que Carcharoth ne pouvait imaginer, lui et ses grands discours. De plus, avec une seconde figure royale qui l'accompagnait, tous les regards furent dérivés vers les deux gouvernantes qui furent accueillies avec les formes. Bien sûr, il était évident que tôt ou tard, Eloraell allait devoir faire un long rapport à tout son peuple bien-aimé sur les pertes à cause de cette guerre. Mais pour l'instant, elle voulait voir son peuple sourire, s'ensoleiller en l'observant vivante.

Toute l'après-midi, Eloraell, cependant, ne profita que très peu de son peuple, et eut, à la place, un long entretien privé avec sa collègue des océans. Et en fin d'après-midi, il fut décidé d'envoyer Laurelin vers le village de Diningal pour récupérer quatre individus pour qu'ils soient convoqués devant le trône.

C'est alors qu'une fois que les étoiles illuminèrent le ciel, Laurelin se renseigna auprès des auberges du village pour retrouver les quatre personnes concernés. Une fois ceci fait, elle invita chaque invité à la suivre. Ces personnes étaient bien entendus les rescapés de l'invasion lunaire, à savoir Kula, Law, Iris et Julia. Elle décida de ne raconter aucun détail, indiquant simplement une surprise qui les attendait dans le château royal, mais en vue de son sourire, Kula et Law, au moins, devinaient clairement de quoi il s'agissait.

Après avoir traversé un long chemin sécurisé au beau milieu de la nuit, le groupe rejoignit sans plus tarder le village elfique et cette fois, aucun extrémiste ne refoula le quatuor étranger. Laurelin les mena, à travers les lumières rassurantes des maisons et habitations, vers le château de la reine, qui n'était peut-être pas aussi imposant que le palais solaire qui était devenu poussière, mais au moins, il pouvait emporter loin du chaos toute personne qui n'avait pas habitude de voyager, par la décoration végétale rien que devant l'entrée principale. Bref, après avoir observé un petit monde qui laissait rêveur, il était temps de pénétrer dans le hall du palais. Et, à la grande surprise de Laurelin, qui n'était rien comparé à celle de Kula et Law, la reine elfique Eloraell les attendait de pied ferme, avec une longue robe verte et raffinée, et une couronne dorée, loin de la tenue guerrière et décontractée qu'elle portait sur le champ de bataille. Loin de la mélancolie dont elle faisait preuve une fois face à Seto, elle arborait un sourire chaleureux, qui prouvait qu'il existait encore, sur la Yokume, des dirigeants qui n'étaient pas des imposteurs comme ce Murai Yagami, ou des tyrans avec des rêves démesurés comme Azelia.


Votre Altesse, je pensais que vous nous attendriez bien tranquillement sur votre trône. De plus, vous devez éviter tout effort physique pour l'instant...

Merci de te préoccuper de moi, Laurelin. Mais je vous ai aperçu depuis le balcon de ma chambre, et il était important pour moi de vous recevoir ailleurs que dans la salle du trône. J'aime me mettre au même niveau que ceux qui ont du mérite. Quoiqu'il en soit, soyez les bienvenus dans mon palais.

Reine Eloraell ? Je... Je... J'ai peine à y croire. Vous êtes saine et sauve !

Tout cela, je le dois à l'armée du pays de l'eau. Ils sont arrivés en renfort alors que nous étions encerclés, quasiment en même temps que vous vous soyez éloignés du refuge. Bien sûr, c'était juste... Feriel a fait de son mieux pour me protéger de ces damnés, mais j'ai vu ma vie défiler plus d'une fois.

On ne peut pas reprocher la cavalerie du pays de l'eau d'être intervenu si tardivement. Aucun assaut ne peut siéger une capitale en une soirée seulement. L'armée lunaire a dépassé le domaine du possible.

Oui, mais je ne vous ai pas convoqués ici pour nous morfondre. Maintenant que je suis de retour, je prends en charge ce qui compte désormais: réparer les crimes des dragons blancs, en aidant ceux qui sont dans le besoin. Cela inclut donc votre cas, monsieur Trafalgar. Vous avez ma permission pour recevoir un traitement de choc afin de traiter votre handicap.

C'est vrai ? C'est génial !

Pardonnez-moi, votre altesse, mais... tout ira bien ? Laurelin a du vous prévenir, mais si nous résidions dans ce fort charmant village, c'est parce que nous n'avons pas réellement été accueilli avec des fleurs.

Je suppose que vous voulez parler de Carcharoth ? Laurelin m'a tout raconté, oui. Et même si je peux comprendre que ce corbeau m'a dans l'os, vous n'avez rien à voir avec nos luttes intestines. Et l'heure est délicate et non requise pour qu'il laisse parler ses petits caprices. Sous mon contrôle, ce village accueillera qui je déciderais. Vous avez été d'un soutien remarquable cette nuit-là, vous ne méritez donc pas d'être traité ainsi.

Une chose était certaine, Eloraell, qui était une jeune fille réservée et timide avant son sacre, avait su prendre très vite de l'assurance. Elle savait prendre la parole, et imposer son point de vue en étant intraitable, bien qu'elle conserve sa bonté de coeur. Elle n'était plus la jeune fille naïve et amoureuse d'un dragon corrompu, mais quelqu'un qui savait sacrifier son passé pour évoluer et voir l'avenir sous de nouveaux horizons. Avec sa droiture couplée par sa bienveillance, et son courage dont elle fit preuve face à Seto qui représentait tout pour elle, il était facile de lui faire confiance malgré que le village des elfes ne fût pas à 1OO% fidèle à elle.

Une question seulement. Ou est Scylla ?

Elle s'est séparée de nous pour rentrer chez elle…

Oh ?

... au pays du feu. Elle avait besoin de s'isoler un peu…

Ah, vraiment ? Donc elle est toujours sur la Yokume ? Hum, c'est une bonne chose et en même temps, cela m'inquiète. Si elle était rentrée retrouver sa véritable famille, elle serait en sécurité.

Pardon, votre Altesse, que voulez-vous dire par là ?

Néanmoins, Eloraell ne répondit pas dans l'immédiat. Elle semblait évasive. Etait-elle inquiète pour la valkyrie ? Ou était-ce autre chose ? Cela avait sûrement un rapport avec cette fois-là, où Eloraell s'échappa des côtes solaires et croisa la flotte lunaire, là où Azelia naviguait de son côté.

Hum, je pense que le mieux serait que j'en parle surtout avec la personne qui était présente à ses côtés jusqu'à la fin de la bataille. Ainsi, Iris, peux-tu me suivre, je te prie ? Je tiens à discuter avec toi en privé.

Votre Altesse, sauf votre respect, Scylla est notre amie. Pourquoi nous exclure et nous laisser dans le mystère ?

Toutes mes excuses, mais il le faut... pour le moment. Disons qu'Iris a affronté le commandant ennemi. Elle a vu et observé certaines choses dont vous êtes inconnus. J'ai besoin de m'adresser à elle avant de prendre une décision concernant votre amie.

Kula, un peu par dépit, remua la tête, et Law, s’il le pouvait, aurait fait de même. Mais la jeune femme espérait du fond du coeur qu'il ne s'agissait de rien de grave. Après tout, Scylla a bravé, aux côtés d'Iris, certains dangers qu'elle ne put même pas observer, étant mise sur le banc de touche très tôt face à un simple commandant dragon. Elle comptait un peu sur Iris pour tout lui raconter, si il n'y avait rien de confidentiel, bien sûr. Quoiqu'il en soit, Eloraell s'adressa à la seule personne avec qui elle n'avait pas encore communiqué: la jeune amie d'Iris, Julia. Elle se pencha en avant avec un regard attentionné.

Je n’en ai pas pour longtemps. Je ramène ton amie dès que c'est terminé. D'accord ? Si tu veux, tu peux toujours demander à Laurelin qu'elle t'indique la direction de la bibliothèque. Si ça peut t'occuper…

Maintenant, Eloraell montra le chemin à Iris pour pouvoir s'adresser à elle en privé. Mais avant que la jeune adolescente de 12 ans demande ou non à Laurelin de l'emmener ailleurs, Kula s'adressa à elle avec son éternel sourire.

Bien, Julia, nous ne nous sommes pas croisées à Diningal. Tu vas bien ? Tu as passé une bonne semaine avec Iris ?

***

Eloraell monta plusieurs étages, lors d'une marche qui devait durer au moins cinq minutes. Après tout, le bâtiment était digne de son apparence extérieure, en termes de superficie. Néanmoins, cela ne rendait pas vraiment service à la reine des elfes, qui s'arrêta net pour poser la main gauche contre le mur et la main droite sur sa côte droite. Sa robe cachait de multiples griffures ou autres séquelles subies à cause des hommes et femmes corrompus du pays solaire. Elle transpirait légèrement, et sans se retourner, s'adressa à Iris.

Ce n'est rien, mes blessures sont encore récentes mais je vais bien. Mon métabolisme n'a pas encore fini de se régénérer... Quoiqu'il en soit, reprenons la marche. Je m'excuse d'avance si la pièce où je t’emmène ne rendra pas justice à cette longue excursion. La salle de réunion de notre palais a été détruite. La dernière rencontre avec le défunt roi solaire n'a pas été de toute gaieté, ni pour moi... ni pour ma mère…

Eloraell reprit la marche, sans se retourner, ni montrer son regard qui était bien plus sombre que d'habitude. L'événement avec le roi solaire qui avait mis fin à la vie d'Ulyana et qui avait scellé la rage de Seto, était toujours gravé dans sa mémoire. Enfin, après cette courte et inquiétante pause, la longue marche prit enfin fin, lorsqu’Eloraell ouvrit une simple porte, et invita Iris à pénétrer dans la salle. Ici, il n’y avait rien de bien particulier à signaler, cela ressemblait plutôt à une petite pièce pour prendre le thé, qu’à une salle de conseil. Néanmoins, ce qui valait le regard, c’était la présence d’une autre femme, également vêtue d’une longue robe bleue, et aux cheveux mi- longs de couleur mauve. A la vue de ses oreilles parfaitement normales, ce n’était pas une elfe. Mais Eloraell fit vite les présentations.

- Iris, je te présente Miz Mishtal, souveraine du pays de l’eau. Elle m’a accompagnée chez moi après avoir guidé l’armée qui m’a sauvé la vie, et compte rester ici quelques jours, pour raisons politiques. Installe-toi, nous avons à te parler, Miz et moi.

- Enchantée, Iris.

Une fois la mercenaire installée, Eloraell et Miz lui firent face à l’autre bout de la table, et prirent un air neutre pour essayer de mettre à l’aise la mercenaire. Après une longue bataille infernale, les deux femmes n’avaient pas l’intention d’instaurer un climat désagréable à la jeune Testarossa.

- Tout d’abord Iris, je vais te demander d’écouter attentivement tout ce que nous avons à te raconter. Pour commencer, tu n’ignores pas, sans doute, que c’était le pays du soleil qui avait le monopole de la politique militaire sur la Yokume, en plus d’être le responsable principal du maintien de la justice. Et depuis sa chute définitive, et la découverte que le roi était un pur imposteur, appartenant à la race des dragons blancs, la tension est à son comble au sein de la Yokume. Les autres pays, qui occupaient un rôle majeur au sein de l’économie, des ressources matérielles comme humaines, tout comme celui de médiateurs de la paix, vont pas tarder à prendre les armes, par peur de subir le même sort...

… Or, si tu suis l’actualité, tu as peut-être entendu parler d’un coup d’état qui a eu lieu au pays du désert. Le précédent sultan était assez laxiste, et c’est ce qui a mené à cet acte de rébellion. Jusqu’à présent, les poursuites se limitaient aux soldats ou lieutenants de l’armée lunaire. Mais avec le nouvel ordre qui va se construire au pays du désert, je peux t’affirmer que les choses vont être plus compliquées. Tout d’abord, le nouveau gouverneur est un pur sadique et extrémiste, qui n’hésite pas à pourrir tout ce qui le dérange. Il est donc fort à parier, qu’en utilisant cette invasion lunaire d’il y’a une semaine comme prétexte, le pays du désert tente de rallier le reste de la Yokume sous sa coupe, pour traquer chaque individu ayant, au présent comme au passé, un lien avec le pays lunaire. Tu vois où je veux en venir ?


- Je me suis permis de demander à Eloraell l’identité de ceux qui l’ont aidé sur le champ de bataille. J’espère que tu ne m’en tiendras pas rigueur. J’ai effectué quelques recherches. Certains de mes espions ont pu obtenir les noms des mercenaires ou chasseurs de primes qui résidaient dans le pays lunaire. Et j’ai donc découvert que tu étais une ancienne habitante du pays ennemi. Et en ce qui concerne cette Kula et ce Law, c’est encore plus dangereux, car ils ont déjà travaillé au sein de l’armée d’Azelia. Law était un chirurgien qui menait moult expériences sur les prisonniers d’Azelia, enfants comme adultes, et Kula était un simple soldat qui aurait, à son actif, un sacré nombre de victimes de tous les coins du continent.

- Bien sûr, nous ne pointons du doigt aucun d’entre vous. Et nous n’avons pas l’intention de vous condamner. Les faits sont là, vous avez affronté l’envahisseur avec plus d’efficacité que l’armée solaire elle-même. Le passé n’a plus d’importance pour moi. Mais pour le nouveau seigneur du désert qui va sans doute prendre le relais pour représenter le pilier principal de la Yokume, vous êtes des cibles de premier choix. Or, je ne souhaite pas que vous rentriez en conflit avec lui. Ce ne sont pas nos véritables ennemis actuellement. Voilà pourquoi je vais entrer dans le vif du sujet. J’aimerais te demander, à toi, comme à tes deux alliés, de rester au sein de mon village jusqu’à ce que le conflit prenne une tournure favorable. Si vous vous installez dans mon palais, vous serez sous mon entière protection, et nul seigneur n’aura son mot à dire, pas même ce vil Carcharoth qui refuse la présence du moindre étranger ici, depuis l’incident Seto. Détrompe-toi, je ne cherche pas à vous confiner, vous étouffer, ou vous enfermer. Vous serez résidents de ma demeure le temps que les choses se calment. C’est aussi ma manière de vous remercier, en vous protégeant des détracteurs.

- Je n’ai rien contre la décision d’Eloraell d’héberger potentiellement d’anciens habitants lunaires. Je ne vous connais pas, certes, mais Eloraell m’a expliqué que vous êtes les amis de Scylla. Or, j’ai une lourde dette envers Scylla, donc je n’ai pas l’intention d’avoir ses alliés dans le dos.

Eloraell laissa le temps à Iris de donner son avis sur la question. Bien sûr, il n’était nul question d’enfermer Iris, ainsi que Kula et Law, dans ce village, mais simplement éviter qu’il y’ait conflit entre eux et les autres nations. Eloraell voulait offrir sa gratitude à ces anciens résidents lunaires, mais il est fort à parier que le reste du contient tente de mettre un terme à toute trace de vie relative au pays lunaire. Autant par discrimination et haine, que par méfiance. Et Hardin, le nouveau sultan, était un mégalomane, qui pourrait exterminer sa propre mère si elle avait signé un contrat avec Azelia.

- Maintenant, tu l’auras deviné dans le hall, mais ma seconde préoccupation principale reste Scylla. Si j’ai évité de parler d’elle à ces amis, c’est parce qu’ils auraient refoulés en boucle tout ce que je m’apprête à dire. Pour faire simple, lorsque nous avions tentés de fuir la zone solaire, nous avons croisé une flotte lunaire, et… Azelia y était présente. Fort heureusement, cela n’a pas fini en bataille navale. Mais nous dûmes entendre de lourdes révélations. Des révélations que j’aurais aimé ne pas entendre. Selon Azelia, Scylla serait la porteuse de cette malédiction qui aurait ravagé les mortels de la capitale solaire. Bien sûr, je ne crois pas un traitre mot sortant de la bouche de cette vipère. Mais j’ai tout de même besoin d’une confirmation… la tienne. Tu étais présente jusqu’au bout avec Scylla, tu as sans doute vu ce qui a démarré cette folie chez les habitants de cette défunte capitale, pas vrai ?

Tout à coup, Eloraell semblait à nouveau ailleurs. En réalité, elle venait de réaliser qu’elle s’apprêtait à demander quelque chose de pas évident. Elle reprit la parole, quelque peu hésitante.

- Ecoute, je sais que j’ai l’air d’une ingrate qui te demande de vendre ta camarade. Ce n’est pas mon objectif. En réalité... Miz et moi, nous avons pris la décision d’unir toutes les autres nations de la Yokume pour mener un ultime bataillon contre Azelia. La chute de l’ordre solaire est la plus grande sonnette d’alarme que nous ayons entendue depuis ce siècle. Nous devons endiguer le mal depuis sa racine, sans perdre plus de temps. Et pour être tout à fait franche, j’aimerais que ce soit le peuple mortel qui prenne en main le cas Azelia. C’est à cause de nous que cette reine désire la chute de l’Ordre actuel… non, du monde entier. Et vous avez fait beaucoup pour nous.  Je ne tiens donc pas à vous demander, toi et Scylla, de risquer vos vies pour nous, pour une affaire qui concerne les mortels. Et surtout pas Scylla. Si tu m’assures que c’est elle qui a pu transmettre ce virus chez les mortels, même involontairement, je tiens à l’éloigner le plus possible du front, et surtout d’Azelia. Je compte même lui demander de fuir ce conflit. Car je ne tiens pas à ce qu’Azelia utilise une autre personne importante pour moi afin d’éradiquer l’humanité. Je… ne veux pas revoir cet incident avec mon mari une seconde fois à cause d’Azelia. Tu comprends, Iris ? C’est autant pour nous protéger, que pour son propre bien, qu’il ne faut pas que Scylla s’approche, ou tente de combattre Azelia…

Eloraell fixa Iris avec un regard désolé. Il était clair que cela lui déplaisait d’effectuer cette demande à la mercenaire. Mais il le fallait, car si Scylla constituait une certaine menace malgré elle pour l’humanité, il était très risqué et dangereux de la laisser se frotter à Azelia, pour que le cas Seto se reproduise à nouveau. Evidemment, la valkyrie n’était pas un objet de haine comme le dragon blanc, mais Azelia était une experte pour utiliser la moindre ressource en sa faveur. Et elle ne doutait pas un seul instant qu’Azelia était la première responsable de cette catastrophe. Si elle pouvait utiliser Scylla une fois, elle le referait à un moment décisif de la bataille finale.

- Encore pardon pour cette demande, mais je veux entendre de ta voix si oui ou non, Scylla possède quelque chose de dangereux en elle qu’Azelia peut exploiter à tout moment. Je sais qu’il sera difficile pour moi de convaincre cette valkyrie de s’écarter de la bataille, mais c’est vital pour la suite de notre lutte. Si tu m’aides, je… je ferais ce que bon te semble. Si tu as un souhait, de n’importe quelle nature, fais le moi savoir, Iris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une demande délicate
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Preval demande aux USA d'arreter les deportations d'haitiens
» Problèmes liés à la demande d'envoi d'informations du client DOFUS
» Daniel Elie demande un audit de sa gestion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de la forêt :: Temple de la forêt-
Sauter vers: