La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une demande délicate

Aller en bas 
AuteurMessage
Eloraell
Reine
Reine
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 14/07/2013
Age : 28

MessageSujet: Une demande délicate   Mer 12 Sep - 20:14

Le climat agréable qui régnait sur le pays de la forêt contrastait difficilement avec l'ambiance générale du peuple elfique. En effet, près d'une semaine après la terrible bataille solaire, ceux qui étaient partis au combat ne montraient aucun signe de vie, si on excluait l'unité dont faisait partie Laurelin, et qui put s'évader du champ de bataille solaire. Le plus important était qu'Eloraell, la reine actuelle du pays, faisait partie des disparus, et comme les elfes, en plus d'être pacifistes, étaient également réalistes, de nombreux elfes songeaient, soit à mener une expédition pour retrouver les traces de leurs dirigeante, soit, par pur désespoir, à réfléchir à la question du successeur. Mais vu que la zone était extrêmement périlleuse, entre ces habitants vagabonds qui auraient perdus toute trace de raison, et les informations qui relataient les bombardements intensifs de l'armée du désert, c'était la seconde option qui prenait le pas. De plus, le conseiller royal Carcharoth, qui semblait mépriser au plus haut point la politique pacifiste d'Eloraell qui contredisait sa participation aux hostilités, commençait à créer une certaine pression au sein du peuple elfique. Il tentait de pousser le peuple à voter pour un remplaçant, et insistait sur le fait que même si par miracle, la fille d'Ulyana survivait avec sa soeur légitime, elle devait malgré tout laisser ses fonctions à quelqu'un d'autre de plus indiqué. Il accusait sa naïveté naturelle, transmise par sa mère, pour avoir été manipulée par son amour envers un renégat qui travaillait pour Azelia. Et que cette sottise qui la caractérisait l'avait mené à sa perte, en plus d'emporter un bon nombre d'habitants dans son erreur. Enfin, il revendiquait une politique nationaliste, qui cachait en réalité une personnalité raciste et extrémiste. Quoiqu'il en soit, si cet homme prenait le pouvoir, plus aucun étranger ne serait accepté entre les murs du village elfique.

Mais alors que le peuple elfique était partagé entre raison, stupeur, désespoir et tristesse, le fameux miracle dont beaucoup n'espérait pas se produisit. Deux navires du pays de l'eau furent aperçus le long des côtes elfiques. L'un des navires servait à conduire et à escorter la reine Miz Mishtal, figure royale du peuple des océans, tandis que l'autre conduisait une bonne trentaine d'elfes, dont Eloraell et Feriel en personnes. En vue de leurs bandages sur tous les coins et recoins du corps, il était évident qu'ils revenaient d'une guerre féroce. Mais ils étaient en vie, c'était l'essentiel.

La nouvelle provoqua joie à travers les nombreux fidèles de la reine actuelle, une fureur enjouée que Carcharoth ne pouvait imaginer, lui et ses grands discours. De plus, avec une seconde figure royale qui l'accompagnait, tous les regards furent dérivés vers les deux gouvernantes qui furent accueillies avec les formes. Bien sûr, il était évident que tôt ou tard, Eloraell allait devoir faire un long rapport à tout son peuple bien-aimé sur les pertes à cause de cette guerre. Mais pour l'instant, elle voulait voir son peuple sourire, s'ensoleiller en l'observant vivante.

Toute l'après-midi, Eloraell, cependant, ne profita que très peu de son peuple, et eut, à la place, un long entretien privé avec sa collègue des océans. Et en fin d'après-midi, il fut décidé d'envoyer Laurelin vers le village de Diningal pour récupérer quatre individus pour qu'ils soient convoqués devant le trône.

C'est alors qu'une fois que les étoiles illuminèrent le ciel, Laurelin se renseigna auprès des auberges du village pour retrouver les quatre personnes concernés. Une fois ceci fait, elle invita chaque invité à la suivre. Ces personnes étaient bien entendus les rescapés de l'invasion lunaire, à savoir Kula, Law, Iris et Julia. Elle décida de ne raconter aucun détail, indiquant simplement une surprise qui les attendait dans le château royal, mais en vue de son sourire, Kula et Law, au moins, devinaient clairement de quoi il s'agissait.

Après avoir traversé un long chemin sécurisé au beau milieu de la nuit, le groupe rejoignit sans plus tarder le village elfique et cette fois, aucun extrémiste ne refoula le quatuor étranger. Laurelin les mena, à travers les lumières rassurantes des maisons et habitations, vers le château de la reine, qui n'était peut-être pas aussi imposant que le palais solaire qui était devenu poussière, mais au moins, il pouvait emporter loin du chaos toute personne qui n'avait pas habitude de voyager, par la décoration végétale rien que devant l'entrée principale. Bref, après avoir observé un petit monde qui laissait rêveur, il était temps de pénétrer dans le hall du palais. Et, à la grande surprise de Laurelin, qui n'était rien comparé à celle de Kula et Law, la reine elfique Eloraell les attendait de pied ferme, avec une longue robe verte et raffinée, et une couronne dorée, loin de la tenue guerrière et décontractée qu'elle portait sur le champ de bataille. Loin de la mélancolie dont elle faisait preuve une fois face à Seto, elle arborait un sourire chaleureux, qui prouvait qu'il existait encore, sur la Yokume, des dirigeants qui n'étaient pas des imposteurs comme ce Murai Yagami, ou des tyrans avec des rêves démesurés comme Azelia.


Votre Altesse, je pensais que vous nous attendriez bien tranquillement sur votre trône. De plus, vous devez éviter tout effort physique pour l'instant...

Merci de te préoccuper de moi, Laurelin. Mais je vous ai aperçu depuis le balcon de ma chambre, et il était important pour moi de vous recevoir ailleurs que dans la salle du trône. J'aime me mettre au même niveau que ceux qui ont du mérite. Quoiqu'il en soit, soyez les bienvenus dans mon palais.

Reine Eloraell ? Je... Je... J'ai peine à y croire. Vous êtes saine et sauve !

Tout cela, je le dois à l'armée du pays de l'eau. Ils sont arrivés en renfort alors que nous étions encerclés, quasiment en même temps que vous vous soyez éloignés du refuge. Bien sûr, c'était juste... Feriel a fait de son mieux pour me protéger de ces damnés, mais j'ai vu ma vie défiler plus d'une fois.

On ne peut pas reprocher la cavalerie du pays de l'eau d'être intervenu si tardivement. Aucun assaut ne peut siéger une capitale en une soirée seulement. L'armée lunaire a dépassé le domaine du possible.

Oui, mais je ne vous ai pas convoqués ici pour nous morfondre. Maintenant que je suis de retour, je prends en charge ce qui compte désormais: réparer les crimes des dragons blancs, en aidant ceux qui sont dans le besoin. Cela inclut donc votre cas, monsieur Trafalgar. Vous avez ma permission pour recevoir un traitement de choc afin de traiter votre handicap.

C'est vrai ? C'est génial !

Pardonnez-moi, votre altesse, mais... tout ira bien ? Laurelin a du vous prévenir, mais si nous résidions dans ce fort charmant village, c'est parce que nous n'avons pas réellement été accueilli avec des fleurs.

Je suppose que vous voulez parler de Carcharoth ? Laurelin m'a tout raconté, oui. Et même si je peux comprendre que ce corbeau m'a dans l'os, vous n'avez rien à voir avec nos luttes intestines. Et l'heure est délicate et non requise pour qu'il laisse parler ses petits caprices. Sous mon contrôle, ce village accueillera qui je déciderais. Vous avez été d'un soutien remarquable cette nuit-là, vous ne méritez donc pas d'être traité ainsi.

Une chose était certaine, Eloraell, qui était une jeune fille réservée et timide avant son sacre, avait su prendre très vite de l'assurance. Elle savait prendre la parole, et imposer son point de vue en étant intraitable, bien qu'elle conserve sa bonté de coeur. Elle n'était plus la jeune fille naïve et amoureuse d'un dragon corrompu, mais quelqu'un qui savait sacrifier son passé pour évoluer et voir l'avenir sous de nouveaux horizons. Avec sa droiture couplée par sa bienveillance, et son courage dont elle fit preuve face à Seto qui représentait tout pour elle, il était facile de lui faire confiance malgré que le village des elfes ne fût pas à 1OO% fidèle à elle.

Une question seulement. Ou est Scylla ?

Elle s'est séparée de nous pour rentrer chez elle…

Oh ?

... au pays du feu. Elle avait besoin de s'isoler un peu…

Ah, vraiment ? Donc elle est toujours sur la Yokume ? Hum, c'est une bonne chose et en même temps, cela m'inquiète. Si elle était rentrée retrouver sa véritable famille, elle serait en sécurité.

Pardon, votre Altesse, que voulez-vous dire par là ?

Néanmoins, Eloraell ne répondit pas dans l'immédiat. Elle semblait évasive. Etait-elle inquiète pour la valkyrie ? Ou était-ce autre chose ? Cela avait sûrement un rapport avec cette fois-là, où Eloraell s'échappa des côtes solaires et croisa la flotte lunaire, là où Azelia naviguait de son côté.

Hum, je pense que le mieux serait que j'en parle surtout avec la personne qui était présente à ses côtés jusqu'à la fin de la bataille. Ainsi, Iris, peux-tu me suivre, je te prie ? Je tiens à discuter avec toi en privé.

Votre Altesse, sauf votre respect, Scylla est notre amie. Pourquoi nous exclure et nous laisser dans le mystère ?

Toutes mes excuses, mais il le faut... pour le moment. Disons qu'Iris a affronté le commandant ennemi. Elle a vu et observé certaines choses dont vous êtes inconnus. J'ai besoin de m'adresser à elle avant de prendre une décision concernant votre amie.

Kula, un peu par dépit, remua la tête, et Law, s’il le pouvait, aurait fait de même. Mais la jeune femme espérait du fond du coeur qu'il ne s'agissait de rien de grave. Après tout, Scylla a bravé, aux côtés d'Iris, certains dangers qu'elle ne put même pas observer, étant mise sur le banc de touche très tôt face à un simple commandant dragon. Elle comptait un peu sur Iris pour tout lui raconter, si il n'y avait rien de confidentiel, bien sûr. Quoiqu'il en soit, Eloraell s'adressa à la seule personne avec qui elle n'avait pas encore communiqué: la jeune amie d'Iris, Julia. Elle se pencha en avant avec un regard attentionné.

Je n’en ai pas pour longtemps. Je ramène ton amie dès que c'est terminé. D'accord ? Si tu veux, tu peux toujours demander à Laurelin qu'elle t'indique la direction de la bibliothèque. Si ça peut t'occuper…

Maintenant, Eloraell montra le chemin à Iris pour pouvoir s'adresser à elle en privé. Mais avant que la jeune adolescente de 12 ans demande ou non à Laurelin de l'emmener ailleurs, Kula s'adressa à elle avec son éternel sourire.

Bien, Julia, nous ne nous sommes pas croisées à Diningal. Tu vas bien ? Tu as passé une bonne semaine avec Iris ?

***

Eloraell monta plusieurs étages, lors d'une marche qui devait durer au moins cinq minutes. Après tout, le bâtiment était digne de son apparence extérieure, en termes de superficie. Néanmoins, cela ne rendait pas vraiment service à la reine des elfes, qui s'arrêta net pour poser la main gauche contre le mur et la main droite sur sa côte droite. Sa robe cachait de multiples griffures ou autres séquelles subies à cause des hommes et femmes corrompus du pays solaire. Elle transpirait légèrement, et sans se retourner, s'adressa à Iris.

Ce n'est rien, mes blessures sont encore récentes mais je vais bien. Mon métabolisme n'a pas encore fini de se régénérer... Quoiqu'il en soit, reprenons la marche. Je m'excuse d'avance si la pièce où je t’emmène ne rendra pas justice à cette longue excursion. La salle de réunion de notre palais a été détruite. La dernière rencontre avec le défunt roi solaire n'a pas été de toute gaieté, ni pour moi... ni pour ma mère…

Eloraell reprit la marche, sans se retourner, ni montrer son regard qui était bien plus sombre que d'habitude. L'événement avec le roi solaire qui avait mis fin à la vie d'Ulyana et qui avait scellé la rage de Seto, était toujours gravé dans sa mémoire. Enfin, après cette courte et inquiétante pause, la longue marche prit enfin fin, lorsqu’Eloraell ouvrit une simple porte, et invita Iris à pénétrer dans la salle. Ici, il n’y avait rien de bien particulier à signaler, cela ressemblait plutôt à une petite pièce pour prendre le thé, qu’à une salle de conseil. Néanmoins, ce qui valait le regard, c’était la présence d’une autre femme, également vêtue d’une longue robe bleue, et aux cheveux mi- longs de couleur mauve. A la vue de ses oreilles parfaitement normales, ce n’était pas une elfe. Mais Eloraell fit vite les présentations.

- Iris, je te présente Miz Mishtal, souveraine du pays de l’eau. Elle m’a accompagnée chez moi après avoir guidé l’armée qui m’a sauvé la vie, et compte rester ici quelques jours, pour raisons politiques. Installe-toi, nous avons à te parler, Miz et moi.

- Enchantée, Iris.

Une fois la mercenaire installée, Eloraell et Miz lui firent face à l’autre bout de la table, et prirent un air neutre pour essayer de mettre à l’aise la mercenaire. Après une longue bataille infernale, les deux femmes n’avaient pas l’intention d’instaurer un climat désagréable à la jeune Testarossa.

- Tout d’abord Iris, je vais te demander d’écouter attentivement tout ce que nous avons à te raconter. Pour commencer, tu n’ignores pas, sans doute, que c’était le pays du soleil qui avait le monopole de la politique militaire sur la Yokume, en plus d’être le responsable principal du maintien de la justice. Et depuis sa chute définitive, et la découverte que le roi était un pur imposteur, appartenant à la race des dragons blancs, la tension est à son comble au sein de la Yokume. Les autres pays, qui occupaient un rôle majeur au sein de l’économie, des ressources matérielles comme humaines, tout comme celui de médiateurs de la paix, vont pas tarder à prendre les armes, par peur de subir le même sort...

… Or, si tu suis l’actualité, tu as peut-être entendu parler d’un coup d’état qui a eu lieu au pays du désert. Le précédent sultan était assez laxiste, et c’est ce qui a mené à cet acte de rébellion. Jusqu’à présent, les poursuites se limitaient aux soldats ou lieutenants de l’armée lunaire. Mais avec le nouvel ordre qui va se construire au pays du désert, je peux t’affirmer que les choses vont être plus compliquées. Tout d’abord, le nouveau gouverneur est un pur sadique et extrémiste, qui n’hésite pas à pourrir tout ce qui le dérange. Il est donc fort à parier, qu’en utilisant cette invasion lunaire d’il y’a une semaine comme prétexte, le pays du désert tente de rallier le reste de la Yokume sous sa coupe, pour traquer chaque individu ayant, au présent comme au passé, un lien avec le pays lunaire. Tu vois où je veux en venir ?


- Je me suis permis de demander à Eloraell l’identité de ceux qui l’ont aidé sur le champ de bataille. J’espère que tu ne m’en tiendras pas rigueur. J’ai effectué quelques recherches. Certains de mes espions ont pu obtenir les noms des mercenaires ou chasseurs de primes qui résidaient dans le pays lunaire. Et j’ai donc découvert que tu étais une ancienne habitante du pays ennemi. Et en ce qui concerne cette Kula et ce Law, c’est encore plus dangereux, car ils ont déjà travaillé au sein de l’armée d’Azelia. Law était un chirurgien qui menait moult expériences sur les prisonniers d’Azelia, enfants comme adultes, et Kula était un simple soldat qui aurait, à son actif, un sacré nombre de victimes de tous les coins du continent.

- Bien sûr, nous ne pointons du doigt aucun d’entre vous. Et nous n’avons pas l’intention de vous condamner. Les faits sont là, vous avez affronté l’envahisseur avec plus d’efficacité que l’armée solaire elle-même. Le passé n’a plus d’importance pour moi. Mais pour le nouveau seigneur du désert qui va sans doute prendre le relais pour représenter le pilier principal de la Yokume, vous êtes des cibles de premier choix. Or, je ne souhaite pas que vous rentriez en conflit avec lui. Ce ne sont pas nos véritables ennemis actuellement. Voilà pourquoi je vais entrer dans le vif du sujet. J’aimerais te demander, à toi, comme à tes deux alliés, de rester au sein de mon village jusqu’à ce que le conflit prenne une tournure favorable. Si vous vous installez dans mon palais, vous serez sous mon entière protection, et nul seigneur n’aura son mot à dire, pas même ce vil Carcharoth qui refuse la présence du moindre étranger ici, depuis l’incident Seto. Détrompe-toi, je ne cherche pas à vous confiner, vous étouffer, ou vous enfermer. Vous serez résidents de ma demeure le temps que les choses se calment. C’est aussi ma manière de vous remercier, en vous protégeant des détracteurs.

- Je n’ai rien contre la décision d’Eloraell d’héberger potentiellement d’anciens habitants lunaires. Je ne vous connais pas, certes, mais Eloraell m’a expliqué que vous êtes les amis de Scylla. Or, j’ai une lourde dette envers Scylla, donc je n’ai pas l’intention d’avoir ses alliés dans le dos.

Eloraell laissa le temps à Iris de donner son avis sur la question. Bien sûr, il n’était nul question d’enfermer Iris, ainsi que Kula et Law, dans ce village, mais simplement éviter qu’il y’ait conflit entre eux et les autres nations. Eloraell voulait offrir sa gratitude à ces anciens résidents lunaires, mais il est fort à parier que le reste du contient tente de mettre un terme à toute trace de vie relative au pays lunaire. Autant par discrimination et haine, que par méfiance. Et Hardin, le nouveau sultan, était un mégalomane, qui pourrait exterminer sa propre mère si elle avait signé un contrat avec Azelia.

- Maintenant, tu l’auras deviné dans le hall, mais ma seconde préoccupation principale reste Scylla. Si j’ai évité de parler d’elle à ces amis, c’est parce qu’ils auraient refoulés en boucle tout ce que je m’apprête à dire. Pour faire simple, lorsque nous avions tentés de fuir la zone solaire, nous avons croisé une flotte lunaire, et… Azelia y était présente. Fort heureusement, cela n’a pas fini en bataille navale. Mais nous dûmes entendre de lourdes révélations. Des révélations que j’aurais aimé ne pas entendre. Selon Azelia, Scylla serait la porteuse de cette malédiction qui aurait ravagé les mortels de la capitale solaire. Bien sûr, je ne crois pas un traitre mot sortant de la bouche de cette vipère. Mais j’ai tout de même besoin d’une confirmation… la tienne. Tu étais présente jusqu’au bout avec Scylla, tu as sans doute vu ce qui a démarré cette folie chez les habitants de cette défunte capitale, pas vrai ?

Tout à coup, Eloraell semblait à nouveau ailleurs. En réalité, elle venait de réaliser qu’elle s’apprêtait à demander quelque chose de pas évident. Elle reprit la parole, quelque peu hésitante.

- Ecoute, je sais que j’ai l’air d’une ingrate qui te demande de vendre ta camarade. Ce n’est pas mon objectif. En réalité... Miz et moi, nous avons pris la décision d’unir toutes les autres nations de la Yokume pour mener un ultime bataillon contre Azelia. La chute de l’ordre solaire est la plus grande sonnette d’alarme que nous ayons entendue depuis ce siècle. Nous devons endiguer le mal depuis sa racine, sans perdre plus de temps. Et pour être tout à fait franche, j’aimerais que ce soit le peuple mortel qui prenne en main le cas Azelia. C’est à cause de nous que cette reine désire la chute de l’Ordre actuel… non, du monde entier. Et vous avez fait beaucoup pour nous.  Je ne tiens donc pas à vous demander, toi et Scylla, de risquer vos vies pour nous, pour une affaire qui concerne les mortels. Et surtout pas Scylla. Si tu m’assures que c’est elle qui a pu transmettre ce virus chez les mortels, même involontairement, je tiens à l’éloigner le plus possible du front, et surtout d’Azelia. Je compte même lui demander de fuir ce conflit. Car je ne tiens pas à ce qu’Azelia utilise une autre personne importante pour moi afin d’éradiquer l’humanité. Je… ne veux pas revoir cet incident avec mon mari une seconde fois à cause d’Azelia. Tu comprends, Iris ? C’est autant pour nous protéger, que pour son propre bien, qu’il ne faut pas que Scylla s’approche, ou tente de combattre Azelia…

Eloraell fixa Iris avec un regard désolé. Il était clair que cela lui déplaisait d’effectuer cette demande à la mercenaire. Mais il le fallait, car si Scylla constituait une certaine menace malgré elle pour l’humanité, il était très risqué et dangereux de la laisser se frotter à Azelia, pour que le cas Seto se reproduise à nouveau. Evidemment, la valkyrie n’était pas un objet de haine comme le dragon blanc, mais Azelia était une experte pour utiliser la moindre ressource en sa faveur. Et elle ne doutait pas un seul instant qu’Azelia était la première responsable de cette catastrophe. Si elle pouvait utiliser Scylla une fois, elle le referait à un moment décisif de la bataille finale.

- Encore pardon pour cette demande, mais je veux entendre de ta voix si oui ou non, Scylla possède quelque chose de dangereux en elle qu’Azelia peut exploiter à tout moment. Je sais qu’il sera difficile pour moi de convaincre cette valkyrie de s’écarter de la bataille, mais c’est vital pour la suite de notre lutte. Si tu m’aides, je… je ferais ce que bon te semble. Si tu as un souhait, de n’importe quelle nature, fais le moi savoir, Iris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Une demande délicate   Lun 8 Oct - 21:41

Une bonne semaine s'était écoulée à présent, depuis l'arrivée du petit groupe au pays de la forêt. Cela avait donné l'occasion à Iris et Julia de se rapprocher et apprendre à mieux se découvrir mutuellement. Cela avait carrément abouti à un rapprochement mutuel impressionnant, donnant presque l'impression qu'elles étaient devenues inséparables. Une situation logique pour Julia, mais pour Iris, jamais elle ne s'attendait à subir un tel effet. C'est donc ainsi, qu'actuellement allongé tranquillement sur le lit de l'auberge, les bras derrière la tête, qu'elle pensait à cette semaine, et à tout ce qu'il s'était produit. Du côté de Julia, elle s'occupait à lire un livre également sur le lit, tranquillement. La soirée était tombée sur la forêt, donc l'heure était à la détente. Cependant, le calme qui régnait dans la pièce allait être dérangé par quelqu'un qui frappa à la porte de la chambre. Il s'agissait de la jeune elfe qui avait reçu le groupe lors de leur arrivée, Laurelin. Elle invita Iris et sa camarade adolescente à la suivre au temple royal. N'ayant aucune raison de douter ou de se méfier, Iris et Julia se mirent donc en route, et suivirent l'elfe. C'est donc après avoir traversé - en compagnie de Law et Kula d'ailleurs - une forêt et le village, que le petit groupe arriva devant le palais royal. La décoration était agréable et reposante par ailleurs, loin de ce que pouvait être le pays du feu par exemple. Bref, c'est ainsi qu'une fois à l'intérieur du temple, la première personne qui accueillait le petit groupe était la reine en personne. Cela étonna grandement Iris qui ne laissait moins transparaître sa surprise que ses camarades, mais qui était tout de même agréablement surprise. Cette Eloraell semblait bien vivante et plutôt en bonne forme physique.

C'est donc ainsi qu'après l'effet de surprise, la reine expliqua que sa survie était surtout grâce à l'intervention du pays de l'eau, même si sa vie avait défilé plusieurs fois devant ses yeux. Mais l'important était que la reine des elfes était vivante, c'était déjà un miracle en soi. Quoi qu'il en soit, sans perdre de temps, elle s'excusa de l'attitude de cet elfe méprisable qui avait un nom de pokémon, et qu'elle comptait bien réparer cette erreur de traitement. Et cela, ça commençait par l'autorisation pour Law, d'entamer la cure censée le remettre sur pied. Puis de permettre au groupe de résider certainement enfin dans ce village, au vu des paroles de la reine. Iris était plutôt ravie au fond, de pouvoir sans doute quitter cette petite chambre d'auberge. Avec un peu de chance, elle pourra passer le reste de la semaine dans un endroit un peu plus luxueux avec Julia. Mais en attendant, la reine Eloraell demanda quelque chose au sujet de Scylla, et c'était tout simplement où elle se trouvait. Puis, suite à la réponse de Kula sur la position de la valkyrie, la reine semblait d'un côté rassurée, et d'un autre, dérangé. Et bien que cela fît réagir Law, elle restait évasive, et allait même jusqu'à préférer ne rien dire, ou du moins, seulement à une seule personne : Iris. La mercenaire n'était guère étonnée de la demande de la reine, de la suivre en privé. Elle s'attendait déjà à cela, au moment où elle a compris qu'elle était vivante. Après tout, comme venait de le dire Eloraell en répondant à Kula, qui n'appréciait pas trop cette conversation privée, la mercenaire était la seule du groupe à être restée jusqu'au bout. C'est donc par dépit, que Law et Kula n'eurent d'autres choix que d'accepter ce fait, et qu'Iris s'apprêtait à suivre la reine des elfes. Bien sûr, la reine rassura Julia en lui promettant de ramener rapidement sa camarade, suivie par Iris qui esquissa un sourire à la jeune fille, afin de la rassurer également. Julia rendit à son tour son sourire à Iris et acquiesça bien sagement à la reine.

Maintenant seule, en compagnie de Kula, Law, ainsi que cette Laurelin, Julia s'apprêtait à profiter de la bibliothèque, comme stipulée par la reine. Cependant, elle fut interpellée par Kula, qui vint prendre des nouvelles, n'ayant pas eu la chance de croiser la mercenaire et la jeune fille depuis une bonne semaine. Elle demanda comment s'était donc passée la semaine en compagnie de sa nouvelle amie. Julia se retourna, et répondit à son interlocutrice d'une voix enjouée.

- C'était super ! Iris est génial avec moi ! On a visité plein d'endroits, du village, à la forêt, on a même trouvé un coin d'eau magnifique ! Elle m'a appris à nager aussi, puis elle m'a acheté de nouveaux vêtements. Ha ! J'ai aussi goûté plein de choses que je ne connaissais pas !

La jeune fille racontait tout cela avec un ton passionné et joyeux, sans même une once de timidité. L'adolescente qui racontait sa semaine aujourd'hui était à l'opposer de la silencieuse et souffrante gamine de la dernière fois. Julia semblait aussi heureuse que devrait l'être une enfant de son âge.

- J'ai également appris qu'Iris était une déesse immortelle ! Et aussi qu'un autre monde existait loin d'ici. J'espère qu'un jour, je pourrais le visiter ! Il s'appelle Légendia ! Peuplé aussi d'être immortels visiblement. C'est tellement passionnant tout ça ! Quand je pense qu'un autre monde existe, c'est génial, non ? Non ? Ça remet en cause toutes les croyances populaires ! En vrai, je ne suis pas étonnée qu'Iris soit immortelle, elle est trop forte et parfaite pour être de ce monde ! … Awn, continua la jeune fille, d'un air déçu, mes lectures, à partir d'aujourd'hui, vont être bien mornes...

Une fois sa dernière phrase prononcée, et son air pensif, elle sortit soudainement de cet état, comme si elle venait d'oublier quelque chose. Suite à cet effet de surprise, elle s'adressa de nouveau à quelqu'un, mais cette fois, c'était à Law. Elle s'approcha et lui parla d'une voix plus calme et sérieuse.

- Désolé, je parle, mais j'ai oublié de faire preuve de politesse en vous demandant comment vous vous sentez ? V-vous m'aviez l'air cool la dernière fois, et je voulais vous dire que j'apprécie vos paroles... Je n'ai pas de doutes sur le fait que vous êtes un bon pirate ! J-jespère que vous vous rétablirez... Mais Iris dit que vous irez très bien, donc je ne m'inquiète pas ! Je suis certaine que vous allez vous rétablir, Mr. le héros !

Julia venait de dire sa dernière phrase d'un air encourageant, tout en affichant un sourire réconfortant à son interlocuteur. On pouvait aussi se douter d'où venait le surnom « héros » que la jeune fille cita. Cela prouvait cependant que la mercenaire, bien que dans son coin, croyait vraiment au rétablissement du pirate, et s'y intéressait. Quoi qu'il en soit, du côté de Julia, il était évident qu'Iris avait un impact incroyable sur cette dernière. Ses seules paroles sur sa semaine suffisent à montrer à quel point la jeune fille idolâtre sa sauveuse à l'heure actuelle. Mais encore une fois, c'était une preuve que la mercenaire cachait un tempérament sûrement bien plus doux et amical qu'elle cachait dernière son air impassible.


* * *

Iris suivait actuellement la reine des elfes depuis quelques minutes, à grimper plusieurs étages, et passer nombres de couloirs. Cela ne faisait d'ailleurs guère de bien à la reine, qui dut faire une pause pendant la marche. Bien sûr, bien qu'elle reprît son chemin sans montrer signe de faiblesse, Iris savait très bien, malgré les paroles rassurantes de l'elfe, qu'elle était encore en convalescence. L'autre chose à noter des paroles, était que visiblement, la salle de réunion habituelle était plus de cette existence, donc il faudra se contenter d'une pièce plus classique. Et une fois dans la fameuse pièce, c'était effectivement un endroit tout à fait classique, mais pas dénué de sympathie. Ce qui attirait le regard de la mercenaire cependant, était la jeune femme qui attendait dans cette salle. Iris remarqua très vite que ce n'était pas une elfe, mais son identité n'allait pas rester mystérieuse longtemps, puisque la reine des elfes présenta son invité. Cette femme était la reine du pays de l'eau, Miz Mishtal. C'était visiblement celle qui avait sauvé, avec son armée, Eloraell, des griffes de la mort.

- Enchantée.

La mercenaire avait salué respectueusement à son tour la reine, avant de s'installer, comme proposée par l'elfe. Une fois assise, elle attendit donc la suite des événements, sans réellement d'expressions, à part son éternel calme et silence. C'est donc ainsi, que la reine des elfes débuta son discours par un rappel sur ce qu'était le pays du soleil sur la Yokume. Bref, entre la trahison du roi, ainsi que son appartenance à la race des dragons blancs, cela n'aidait pas à apaiser la tension qui règne sur la Yokume. Évidemment, la chute du pays le plus puissant de ce monde effrayait les autres nations, qui n'allaient pas tarder à prendre les armes pour profiter du chaos, ou de s'en défendre. D'ailleurs, Iris n'était pas étonnée d'apprendre qu'un des pays a déjà pris les armes et fait parler de lui. Appris, car la mercenaire ne suivait pas du tout les actualités, ça aurait été difficile en même temps, là où elle se trouvait avec Julia, et surtout leur isolement personnel. Dans tous les cas, ce nouveau sultan semblait donc profiter de la situation, pour prendre des mesures, en commençant par chasser tous ceux qui ont été un jour ou l'autre liés au pays lunaire. Et donc effectivement, Iris savait où la reine voulait en venir, même si ça ne lui fit pas sourciller ne serait-ce qu'une réaction. Cela ne la dérangeait pas non plus, lorsque la reine de l'eau, avoua avoir fait des recherches sur les membres du champ de bataille. Ce qui intéressait cependant plus la mercenaire, c'était le passif de Law et Kula, qu'elle ignorait jusqu'à ce jour.

Bien sûr, nulles accusations ou autres, envers les trois anciens habitants du pays lunaire. Le passé était le passé, et le présent était le présent. Et aujourd'hui, les trois camarades avaient largement prouvé leur efficacité. Cela n'était évidemment pas le cas pour ce sultan, qui allait bien entendu prendre dans sa toile tous ceux qu'il allait trouver. C'est donc sur se postula, que la reine des elfes, pour éviter un possible conflit, demanda à Iris, et donc aux autres, de rester bien au chaud au sein du village elfique. Elle alla jusqu'à proposer l'enceinte de son palais comme demeure, en attendant que les choses se calmes, afin de protéger le petit groupe des autres seigneurs farouches comme ce sultan. Iris avait subitement une drôle d'impression qui s'installa, en voyant cette elfe vouloir la « protéger ». C'était bien la première fois que quelqu'un souhait le bien de la mercenaire, ou la protéger, en connaissant son origine. En ce qui concerne la reine de l'eau, elle n'y voyait aucun inconvénient à son tour, que le petit groupe séjourne au palais. Quant à Iris, l'idée ne lui déplaisait guère, bien au contraire, mais ce n'était pas pour elle, qu'elle trouvait cela bien, mais pour la seule personne qui occupe ses pensées actuellement. Ce qui dérangeait la mercenaire par contre, était l'intention de la reine, en retenant le petit groupe ici. Avait-elle l'intention de les garder hors du conflit lunaire ? Iris garda le silence, préférant laisser la reine poursuivre, avant de tirer des conclusions, mais cet élan de générosité cachait forcément quelque chose, pour cette dernière...

La suite de la conversation s'intéressait cette fois à Scylla, comme déjà prédit dans le hall. Eloraell expliqua enfin la raison pour laquelle elle souhaitait un dialogue privé. Son argument était valable, et quand elle commença à raconter la petite surprise qu'elle avait rencontrée avec la reine de l'eau, pendant leur fuite, étonna Iris. Visiblement, nulle effusion de sang, juste des révélations au sujet de Scylla, et de son implication sur l'état du pays solaire. Sur le coup, Iris écarta un peu son attention des deux reines, et réfléchissait à ce que pouvait bien gagner cette reine lunaire, à faire cela. Azelia voulait-elle installer le doute dans le cœur des alliés de Scylla ? C'était la raison qui lui semblait la plus plausible, et cela se confirma pratiquement, lorsque la reine, demanda à Iris si les aveux de la reine lunaire étaient vrais, ou faux. D'ailleurs, avant une réponse de la mercenaire, la reine des elfes reprit la parole d'une voix hésitante, comme si ce qu'elle s'apprêtait à demander la dérangeait. Elle commença par expliquer que cette dernière et la reine Miz avaient décidé d'unir les autres nations, afin de mener bataille contre Azelia. Elles comptaient profiter de la chute du pays solaire à leur tour, mais à des fins moins néfastes. Au contraire, leur objectif avait pour ambition de se servir de la chute du pays, pour motiver un peu les autres nations à se débarrasser une fois pour toute, de cette reine lunaire. Cependant, lorsque la reine des elfes fit part de son vœu qui était que ce soit aux mortels de régler ce souci, les craintes d'Iris se confirmèrent. La reine avait vraiment l'intention de se priver de l'aide d'Iris, et également de Scylla, au vu de ses paroles. Iris comprit très vite que cette générosité cachait donc également une intention de bien les garder à l’œil, mais surtout pour se protéger eux-mêmes. Les dernières paroles de l'elfe laissaient aucune place au doute, de toute façon. Elle comptait réellement mettre Scylla en quarantaine fictive, afin de se protéger.

Cependant, Iris ne trouvait pas cela imputable ou stupide, au contraire. Il était vrai, que pour avoir elle-même assisté à ce spectacle qu'elle va confirmer à cette reine elfique, Scylla peut être une arme destructrice, pour Azelia. Et donc, potentiellement responsable une seconde fois de la mort de milliers de mortels, sauf que là, ce sera à l'échelle d'une guerre. Bref, finalement, la reine des elfes conclut en s'excusant une nouvelle fois pour sa demande, et insista une nouvelle fois sur l'implication de Scylla, et la véracité des paroles d'Azelia. Pour cela, elle alla même jusqu'à proposer à Iris de lui accorder ce qu'elle voudrait en échange de son aide. Pour Iris, cette reine semblait complètement perdue. C'était clair qu'elle jouait un rôle qui était encore bien trop grand pour ses épaules. Son courage était admirable, mais son inexpérience et sa crainte, lui faisait oublier certaines réalités. C'est pourquoi Iris réfléchissait à quoi répondre, pendant le temps où les deux reines attendaient une réponse. Elle ne savait pas réellement si elle devait se mêler des affaires des mortels, et donc du plan de ces deux reines, ou si elle devait simplement se contenter de répondre à la question sur Scylla. Car après tout, Iris s'en foutait royalement des mortels et de leur mort. Mais un échec impliquerait forcément la mort de Julia, donc respecter le vœu de cette reine était hors de question pour Iris. Pour la simple et bonne raison, que les mortels n'ont aucune chance, face à Azelia. Le courage et l'héroïsme n'allaient pas sauver cette elfe, lorsqu'elle se retrouvera devant la reine lunaire. Iris imaginait que l'épisode Seto avait été assez clair, mais visiblement, cela n'était pas le cas. La mercenaire ne savait pas si c'était de l'arrogance ou de la fierté, qui rendaient constamment les mortels aveugles, devant des réalités évidentes. C'est donc la raison, pour laquelle actuellement, elle se contentait de fixer la reine des elfes, d'un air neutre, ainsi que cette reine de l'eau, à intervalles réguliers. Ce n'est qu'après un moment de silence et d'observation, qu'Iris soupira, et prit enfin la parole.

- … Je suis désolé de vous l'avouer, votre majesté, mais Scylla est bel et bien responsable de cette malédiction qui a frappé le pays solaire, après la chute des dragons blancs. Je ne vais pas rentrer dans les détails, pour respecter la vie privée de ma camarade valkyrie, mais elle possède effectivement quelque chose en elle, qu'Azelia a utiliser pour détruire la cité solaire...

Iris venait de répondre à l'interrogation de la reine, et s'arrêta à cela sur l'instant. Ce n'est qu'après un court moment de réflexion qu'elle reprit une nouvelle fois la parole, d'une voix cette fois plus sérieuse et concernée.

- Cependant, poursuivi donc la mercenaire, si je puis me permettre, j'aimerais vous partager mon point de vue sur la situation, en espérant que cela puisse vous aider avec votre ambition. Pour commencer, je vous suis reconnaissante pour votre hospitalité, et votre intention de me protéger... Mais pensez-vous sincèrement que vous en êtes capable ? Je ne veux pas manquer de respect à votre ambition et générosité, mais pour être franche, je trouve vos intentions à mon égard et celui de Scylla erronées... Votre intention de nous écarter de la bataille pourrait sembler logique, mais cela ne l'est pas, à partir du moment où vous avez négligé un détail important... Vous n'êtes pas de taille contre cette reine lunaire. Le courage, c'est bien, mais il ne vous servira à rien face à cette reine. Peu importe combien vous serrez lors de cette bataille, vous finirez de la même manière que le pays solaire. Car, votre ennemi n'est pas de votre monde. Votre ennemi est du même acabit que moi ou cette valkyrie... Pour être honnête, je veux simplement dire que vous n'êtes rien contre nous... Encore une fois, vous l'avez dit vous-même, l'armée solaire n'a rien pu faire cette nuit, tandis qu'à moi seule j'ai exterminé plus de dragons que n'importe qui d'autres, sans me fatiguer pour la plupart... Ce que je veux dire, c'est que je ne risque rien de ce sultan ou autres. Je pourrais sans me fatiguer détruire toute son armée et tous les pays de cet endroit sans transpirer, si l'envie me traversait l'esprit. C'est la raison pour laquelle je me fiche des actualités ou autres. C'est parce que je ne risque absolument rien. Tout ce qui vous concerne ne m'inquiète pas le moins du monde, et je n'ai que faire qu'un sultan souhaite me supprimer. Je pourrais le tuer sans même le regarder si je le voulais, tellement il est insignifiant. Et pourtant, cette nuit-là, moi-même devant cette reine lunaire, je n'aurais pas pu la vaincre...

… Alors, aussi forte, sois votre volonté et votre courage, vous pensez sincèrement pouvoir vous débarrasser de cette reine, en vous passant de vos seules armes capables d'en venir à bout ? Réfléchissez bien, votre majesté, et accepté la réalité, sans vous la cachée. Comme je l'ai dit, votre intention n'est pas dénuée de sens, Scylla peut très bien être de nouveau utilisé par Azelia le moment venu... Mais empêcher Scylla de participer à cette bataille vous condamnera tout autant... Quant à moi, je suis navrée, mais je ne suis pas votre alliée au sens propre. Je suis votre alliée et souhaite la mort de cette reine que pour une seule raison : Julia. Son existence est la seule chose qui fait que je suis encore présente sur ce monde à l'heure qu'il est, et qui va faire de moi votre alliée. Et, croyez-moi, que vous insistiez ou non, vous ne m'empêcherez pas de participer à cette bataille. Et la raison est simple : je ne suis pas assez folle, pour confier la protection de ma petite sœur aux mortels... Sans moi, vous ne vaincrez jamais cette reine, et sans Scylla, mes chances de victoire sont quasi nulles. Vous avez donc besoin de nous deux, pour que votre objectif ait une chance de réussir... Donc, en observant cette réalité, pensez-vous vraiment qu'il sera sage de vous passer de notre aide ? Rappelez-vous qu'actuellement, que ce soit moi ou Scylla, nous avons chacune une raison personnelle de vous « aider ». Il serait donc plus judicieux que vous et les mortels, profitiez de cette chance inouïe d'avoir des êtres du niveau de son ennemi dans ses rangs, plutôt que de s'en priver pour une fierté dérisoire et suicidaire...

… C'est admirable de vouloir tout régler vous-même et ne pas nous mêler à vos histoires, mais c'est également suicidaire. Et bien que je paraisse distante et froide, sachez que dans ma famille, l'honneur est au-dessus de tout, et je n'oublierais pas ce que vous avez fait pour moi, cette nuit-là... Je suis navrée de n'avoir pu faire plus pour votre mari, mais vous savoir en forme aujourd'hui me satisfait pleinement. C'est pour cela que je vous dis tout cela, et que je vous force à accepter la réalité... Je ne désire pas que vous et votre peuple disparaissent aussi bêtement... Vous êtes une reine courageuse, pleine de bonne volontés, mais ne laissez pas l'inexpérience prendre les mauvaises décisions. Apprenez à accepter les réalités qui vous entourent, et utiliser tout ce qu'il faut pour protéger votre peuple et vos ambitions. Ne cherchez pas à accomplir quelque chose que vous ne pourrez accomplir... Ne faite pas l'erreur de croire en l'impossible... Ce qui est arrivé à votre mari ne doit pas vous pousser à la prudence et aux choix radicaux... J'ai cru comprendre, que j'ai toute votre confiance, à l'heure actuelle. Rien que de m'isoler avec vous dans cette pièce est peu prudent, non ? Après tout, vous ne me connaissez pas. Je pourrais très bien œuvrer pour Azelia, et décider soudainement de vous tuer toutes les deux, là, si je le voulais... Pourtant, vous me faites confiance. Vous me faites assez confiance pour vouloir me protéger... Alors, pourquoi ne feriez-vous pas de même avec Scylla ? Libre à vous d'essayer de la dissuader de participer à cette bataille, mais cela pourrait faire plus de mal qu'autre chose à votre entente... Vous lui avez toujours fait confiance, non ? Si soudainement vous doutez d'elle, elle pourrait mal le prendre et lui faire à elle aussi plus de mal que de bien, de se savoir abandonnée... Il me paraît évident que c'est ce qu'Azelia a cherché à faire en vous disant ce dont Scylla s'est rendu coupable au pays solaire... Elle cherche à l'isoler de ses alliés, et vu cet interrogatoire, il me semble qu'elle est en train de réussir...

… Maintenant, libre à vous de prendre en considération mes arguments, votre majesté, ou de poursuivre dans la direction que vous avez choisie. Mais n'oubliez pas que, quoi que vous fassiez, vous ne m'empêcherez pas de participer à cette guerre, et croyez-moi, que du peu que je connaisse cette valkyrie... Vous ne l'empêcherez pas non plus d'y participer...

Iris semblait avoir finalement terminé son discours au sujet de la situation et du plan de la reine. Elle avait à son étonnement plus parlé que ce qu'elle comptait en faire, mais elle trouvait cela important, de faire prendre conscience de certaines choses à cette reine elfique. Après tout, bien qu'elle ne le montrât encore une fois, pas réellement, elle appréciait cette elfe, et la trouvait honorable, en plus d'avoir été touché par cette dernière, lors de sa rencontre avec Seto. Donc si avec ses paroles, elle pouvait l'empêcher de partir à la mort, en se privant de ses meilleurs atouts, ce serait déjà une culpabilité qu'elle n'aura pas dans le cas échéant. Quoi qu'il en soit, après avoir fini son discours, la mercenaire reprit cette fois la parole d'une voix toujours aussi sérieuse, mais plus douce en même temps.

- Hum, si je puis me permettre, vous m'avez demandé il y a quelques minutes, que je pouvais vous demander ce que je voulais, si je vous aidais... En vérité, je ne voudrais qu'une seule chose... Je voudrais que ma... petite sœur... Julia, puisse habiter dans ce pays... peu importe le destin qui m'attend... Pour être franche, même si je survis à cette guerre, il n'est pas dit que je puisse rester avec elle... J'aimerais donc qu'elle puisse jouir d'un cadre idéal pour refaire sa vie qui a été faite que de maltraitances et horreurs par le passé... Ma demande est donc que vous preniez soin de Julia, si je ne peux plus le faire... C'est tout ce que je désire...

La demande d'Iris au sujet de son désir était donc uniquement centrée sur Julia. Plus que tout, elle désirait assurer un avenir radieux à la jeune fille, qu'elle désignait déjà comme sa « petite sœur ». Même son intention de prendre part à cette bataille n'était que pour Julia, encore une fois, pour la simple raison, comme stipulée par cette dernière, qu'elle est la seule à pouvoir la protéger de cette reine. Si elle mettait son avenir aux mains des elfes, ce n'était pas le cas du danger immédiat que représente l'ambition de cette reine lunaire. Néanmoins, bien qu'Iris formula qu'un seul vœu, elle reprit une nouvelle fois la parole, cette fois d'une voix hésitante, comme si elle s'apprêtait à demander quelque chose d'assez personnel.

- Hum, veuillez m'excuser, mais j'aurai une autre demande à vous faire, si possible... Celle-ci est un peu moins cruciale, mais... hum, c'est assez personnel.. Il serait possible que sa majesté du pays de l'eau quitte la pièce... quelques instants ? Ce que j'ai à demander est comme j'ai dit, assez personnel...

Iris avait demandé cela avec gêne, mais il n'y avait aucune raison que la reine des elfes n'accepte pas la demande « privé » de la mercenaire. C'est donc une fois la reine du pays de l'eau sans doute compréhensive et à l'extérieur le temps d'une discussion privé entre Iris et Eloraell, que la mercenaire commença à parler de nouveau.

- … Je suis désolée d'abuser de votre temps et gentillesse, mais je n'ai confiance qu'en vous ici, reine Eloraell... Vous êtes la première personne qui ne m'a pas jugé ou autres, malgré mon origine... J-je voulais donc que vous sachiez que je paye toujours mes dettes, et que je n'oublierais pas, comme je l'ai dit, ce que vous avez fait pour moi et Julia... E-enfin bref, voilà, ma demande concerne encore une fois Julia... J'aimerais que vous vous occupiez personnellement de la.. soigner... J'ai découvert avec effroi des cicatrices sur tout son corps, dû à son ancienne vie au pays solaire... Je sais ce qu'elle a vécu, et j'aimerais donc savoir si vous pouviez faire quelque chose pour faire disparaître toutes ses souffrances... Afin qu'elle puisse véritablement démarrer une nouvelle vie... loin de son passé... Si vous accédez à ma demande, je vous en serai éternellement reconnaissante, votre majesté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eloraell
Reine
Reine
avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 14/07/2013
Age : 28

MessageSujet: Re: Une demande délicate   Sam 13 Oct - 19:07

Ainsi, Iris fut emmenée par Eloraell loin de son amie du pays solaire. Kula et Law étaient bien embêtés d’être dans le mystère complet, mais ils n’eurent guère le choix d’attendre. C’est ainsi que Kula décida d’en profiter pour discuter un peu avec Julia, car si Iris était aux prises avec une reine, il y’avait fort à parier que l’attente allait être longue. Ainsi, Kula souhaitait savoir comment c’était déroulé la semaine avec Iris, et comme elle s’y attendait, la joie était ce qui caractérisait la gamine. Rien à voir avec l’image du début qu’elle montrait. Iris semblait avoir fait l’effet d’une thérapie dans le cœur de la jeune fille.

- Ah, Iris est gentille avec toi ? Et bien, tu es un peu une sorte d’heureuse élue, ma chère !

Ce qui était une surprise pour Kula néanmoins, c’était que Julia sut la vérité au sujet de son amie, qu’elle était une « déesse immortelle ». Law était très étonné qu’Iris sauta le pas aussi tôt et dévoila la vérité, au risque de perdre Julia. Néanmoins, quelque chose clochait, et c’était encore une fois la joie de Julia. Elle disait cela de manière aussi enjouée, comme si elle parlait de la pluie et du beau temps. Pourtant, cela aurait pu questionner Julia sur son avenir avec Iris, mais elle semblait trouver cela génial. Bien sûr, Kula et Law jouèrent le jeu, et savaient qu’il était plus intelligent de laisser Julia exprimer sa joie tant qu’elle le pouvait encore. Kula eut un léger rire mignon devant l’exclamation de Julia envers les immortels et Legendia.

- Hihi, on savait déjà pour Iris et son lien avec Legendia pour être franche ! Et navrée si on ne s’exclame pas autant que toi, mais cela fait un bail que nous accompagnons notre propre « déesse immortelle ». C’est vrai que c’est impressionnent de se dire que nous sommes amis avec un individu d’un autre monde, pas vrai ? Mais on s’y fait tôt ou tard, au point d’avoir l’impression de partager nos journées avec un être tout à fait ordinaire !

Julia calma sa joie légèrement, pour s’inquiéter un peu de ses deux interlocuteurs. C’est ainsi qu’elle se pencha sur le cas Law. Effectivement, Iris était une pure thérapie pour la gamine qui décida de ne plus se muer dans le silence et de donner son opinion sur Law. Cette dernière ajouta qu’elle espérait que le pirate se remette de son handicap actuel, mais qu’elle n’était pas inquiète, encore une fois parce qu’Iris lui a dit que tout allait bien se terminer pour lui. Elle le nomma Mr. Le héros, ce qui confirma encore plus à Law à quel point Julia buvait les paroles d’Iris jusqu’au bout. D’ailleurs, le pirate n’était pas handicapé du visage et donc, put montrer une expression de gêne peu commune chez lui.

- I-Iris a dit ça ? Mince… Et bien, si notre amie la « déesse immortelle super parfaite » a dit ça, je n’ai plus aucune raison de m’en faire, hahaha !

- Law, arrête un peu de te moquer !

- Oui bon ok… Donc Julia, tu remercieras Iris de la part de M. le héros, pour se soucier de son rétablissement, ok ?

Law réalisa que la thérapie allait dans les deux sens. Il avait hâte de voir l’effet que Julia allait procurer chez Iris. En effet, Law considérait que cette femme avait besoin d’une relation avec un mortel pour la faire taire un peu, et lui faire comprendre que faire une généralité envers les mortels n’allait la mener nulle part, sauf dans le faux.

***

De l'autre côté, Eloraell et Miz attendaient patiemment qu'Iris réponde à l'importante demande de la reine elfique. Eloraell songeait, aux premiers abords, que pousser Iris à dire quelque chose d'aussi grave envers Scylla ne serait pas si facile. Pourtant, non sans un certain soupir, Iris dévoila la cruelle vérité. Scylla était effectivement la porteuse originale du maléfice qui poussa à la folie les survivants du peuple solaire. Bien sûr, comme deviné, Azelia y était pour quelque chose, et donc, Scylla n'était pas la reponsable directe de ce drame hors du commun. Mais cela ne changeait rien aux faits, laisser Scylla s'approcher d'Azelia était dangereux. Eloraell avait donc bien l'intention de protéger Scylla en l'écartant de ce conflit tout compte fait.

Sauf que contre toute attente, la mercenaire immortelle ne semblait pas vouloir s'arrêter là. Elle comptait donner son avis sur la situation, ce qui était une bonne chose pour Eloraell qui considérait que la moindre opinion était cruciale en ces temps présents, qu'elle provienne d'une personnalité politique ou non. C'est après avoir remercié Eloraell pour sa protection et son hospitalité qu'Iris affirma son désaccord, sur le choix de couvrir Iris et Scylla hors de cette guerre. Pour expliquer son point de vue, Iris utilisa une réalité difficile à admettre et à entendre. Peu importe le courage, peu importe le nombre de soldats engagés sur le front, il est purement impossible pour les mortels de vaincre Azelia. Ce point de vue d'Iris fit ouvrir en grand les yeux d'Eloraell, et inversement, fit froncer les sourcils de la reine des océans. Ce qui rendrait Azelia invincible contre les mortels, est qu'elle est de la même dimension qu'Iris et Scylla. Elle décida d'approfondir son opinion en se comparant avec Azelia. Elle considère que pour elle-même, aucun mortel ne peut l'inquiéter, ni aucune armée qui chercherait à la chasser. Cela traduisit une forte indifférence à la mise en garde des deux reines, et dans un autre sens, remis en question l'utilité de la protection d'Eloraell. Miz n'en revenait pas de cette assurance hors du commun d'Iris. Personne au monde ne s'amuserait à avancer comme ça qu'une armée entière qui veuille sa peau ne représente pas la moindre menace. Pourtant, ce fut le cas d'Iris, que Miz jugea aux premiers abords de particulièrement prétentieuse et arrogante, sauf que cela n'était pas tant le cas que ça, lorsque cette dernière avoua qu'elle n'était pas en mesure, lors de la fameuse nuit, de vaincre Azelia. Cette comparaison suffit pour Eloraell pour comprendre qu'Azelia était d'une toute autre réalité.

Puis, Iris rajouta qu'il était suicidaire de se passer d'elle et de Scylla pour cette guerre. Même si elle admit qu'il était risqué d'engager Scylla face à Azelia, l'empêcher d'agir l'était tout autant. C'était donc une situation perdant-perdant pour les mortels. Utiliser Scylla ou non ? Telle est la grande question de cette entrevue. Quand à Iris qui était aussi mise sur le banc de touche, elle déclara que de son côté, personne ne l'empêcherait d'affronter Azelia. La raison qui la pousse à affronter la reine lunaire était tout simplement la petite Julia qui accompagnait Iris.

Bref, elle insista à nouveau sur le fait qu'il était vital de faire appel à Iris et Scylla pour la bataille finale. Elle poursuivit qu'elle possède un sens de l'honneur prononcé, et qu'elle comptait se souvenir de ce qu'a fait Eloraell pour elle. Elle ne désirait pas voir le peuple elfique et sa reine bienveillante et courageuse disparaître. Alors elle lui conseilla de ne pas prendre l'expérience Seto comme acquis pour empêcher les deux immortelles d'approcher Azelia. Et également, de croire en Scylla autant qu'en Iris, dont elle rappela que rien ne garantissait vraiment qu'elle soit si digne de confiance à l'heure actuelle. Elle considérait que Scylla avait autant besoin de soutien que la mercenaire, si ce n'est plus, et qu'en la refoulant, elle risquait de se sentir abandonné. A ces paroles, Eloraell semblait ailleurs. Elle n'avait pas vu les choses sous cet angle. Tout ce qu'elle souhaitait, c'était protéger Scylla tout en protégeant le monde. Il n'y avait que de la bienveillance dans sa décision. Mais elle n'avait pas pensé un seul instant qu'elle puisse blesser Scylla, qui a été là pour elle sur le champ de bataille, qui a tout donné, avec Iris, pour stopper Seto dans sa folie, même si cela a fini par un résultat négatif. Et selon Iris, c'était le plan d'Azelia lorsqu'elle croisa les deux reines en mer. Bref, elle conclut que peu importe ce qu'elle fera, elle n'empêchera ni Iris, ni Scylla d'affronter Azelia. Eloraell comprit qu'elle était dans une impasse. Elle refusait de sacrifier Scylla, mais dans un autre sens, si elle croyait les paroles de la mercenaire, c'était tristement la seule chose à faire. Eloraell demeura pensive, comparé à la reine des océans qui semblait nerveuse. Pour elle, la réalité était difficile à accepter.


C'est inconcevable ! Cela faisait presque 20 ans qu'avec Azelia et Ulyana, j'entretenais une relation durable et presque amicale, et je n'ai jamais considéré qu'elle nous surpasse à ce point.

Elle cachait peut-être son jeu jusqu'à présent, ou bien elle a mis la main sur un pouvoir hors du commun, ce qui expliquerait peut-être qu'elle soit envahie par de viles ambitions.

Quoiqu'il en soit Iris, je te remercie pour ton point de vue qui n'est pas rentré dans l'oreille d'une sourde. Néanmoins, je peux te dire que tu n'es pas la première immortelle avec qui j'ai eu un entretien, et il y'a un point commun qui vous caractérise toutes. Vous employez vraiment un ton condescendant envers notre égard, qui relèverait presque du mépris. Bien que tu sembles décider à nous aider, peu importe ta raison, tes paroles, pour la plupart, trahissent ta pensée envers nous. Comme cette valkyrie que j'ai rencontrée et qui ressemblait en tout point à Scylla, vous pensez que nous ne sommes que des grains de sables qui doivent attendre que la marée nous emporte. Si j'ai bien suivi ton raisonnement, si nous ne pouvions compter sur toi et ta partenaire, nous aurions du bien gentiment baisser la tête et attendre qu'Azelia nous piétine ? Laisse-moi, si je puis me permettre, retourner ton conseil contre toi. En faisant preuve d'autant d'indifférence envers la mise en garde d'Eloraell, et en pensant qu'à toi toute seule, tu peux soulever des montagnes et éliminer qui bon te semble, tu fais la même erreur que nous venons de faire. D'autant que si tu as quelqu'un à protéger, cette personne n'est pas aussi invincible que toi, et que tu mets cette personne en danger si tu penses n'avoir rien à craindre. Si tu veux mon opinion précisément, ce qui a creusé la tombe du peuple solaire, c'est qu'il n'était pas préparé à un tel assaut provenant d'un peuple qui n'a plus fait parler de lui depuis des années. Il y a une autre facette de la réalité à retenir, Iris.  Vous nous dépassez peut-être génétiquement et en longévité, mais vous êtes très peu nombreux sur la Yokume, alors que nous, mortels, nous sommes légions. Et c'est ce qui a coûté la vie à de nombreux dragons, ou succubes qui pensaient prendre le dessus sur nous à effectifs réduits, ou même seuls contre les armées de la Yokume, il y a de nombreuses années de cela. Mon peuple a lui-même, jadis, lutté corps et âme contre une créature immortelle qui provenait du Nirvana, et nous avons réussi à contenir la menace, par une union soudée et inébranlable. C’est ce genre de fait historique qui m’oblige à te dire que je refuse d’entendre qui que ce soit dire que nous ne sommes rien comparé aux êtres comme toi. Ce que je veux dire par là, Iris, c'est que tu as besoin de participer à une guerre à nos côtés pour que tu réalises que nous aussi, mortels, nous avons notre voix à faire entendre. Et que la barrière entre nos races ne doit en aucun cas nous faire penser que nous luttons contre l'impossible. Quoiqu'il en soit, peu importe ta raison, je suis favorable pour que nous travaillons ensemble désormais, si cela peut t'aider à mieux nous connaître. Même si je suppose qu'en vue de tes paroles, tu avais, initialement, prévue de lutter seule avec Scylla contre Azelia, n'est ce pas ? Tu sembles réfléchie, et tu sais que tu n'es pas plus sûre que nous que tu vas l'emporter, alors mets de côté ce mépris qui te caractérise, et acceptes notre rôle à jouer, Iris. Nous ne resterons pas là à attendre la mort.

Ce que ma collègue essaye de dire, Iris, c'est que nous allons réfléchir à tes informations cruciales. Je ne connaissais pas aussi bien cette femme que ma mère pour réaliser ce que tu viens de nous raconter, mais j'aurais du m'y attendre, je l'admets. Quelqu'un qui contrôle une armée de dragons fiers et ambitieux a forcément quelque chose d'exceptionnel à revendre. Sache que j'ai aussi pris note de ton souhait de protéger cette Julia, alors nous n'allons pas empiéter sur ta volonté de combattre pour cette personne qui compte pour toi. Mais nous n'allons pas rester là à rien faire, et dépendre de vous sous prétexte qu'Azelia est immortelle. Depuis ce conflit solaire, la mort ne doit plus nous effrayer. Je vais réfléchir grandement à tes paroles concernant Scylla. Mais si je l'inclus à cette bataille, il faudra néanmoins garder un oeil attentif sur elle, et ne pas la laisser tout prendre sur ses épaules. Or, c'est le défaut principal de Scylla. Elle veut gérer les pires obstacles sans l'aide de ceux qui veulent sa réussite. Voilà pourquoi j'étais réticente à l'idée de la faire combattre à nos côtés. Cela inclut donc nous, tout comme toi, qui aurons comme mission d'empêcher que Scylla succombe pour la seconde fois. Je compte sur toi pour être prudente, et empêcher que Scylla fasse comme bon lui semble. Nous vous soutiendrons un maximum comme nous pouvons, mais vous devez accepter notre aide, car si vous échouez, c'en est terminé de la Yokume. Je vais réfléchir aux mots que je vais employer pour empêcher Scylla de prendre ce problème de manière trop personnelle.

Là, à ce sujet, je pense qu'on peut écouter Iris et croire en Scylla. Elle reste suffisamment mature pour accepter qu'on puisse l'empêcher de faire une folie et de partir seule vers Azelia. Et puis, il ne faut pas comparer le vécu de votre mari et celui de Scylla. Il était envahi par la vengeance, pour ce que je connais de lui. Ce n'est pas le cas de Scylla, non ? A nous deux, on trouvera bien un moyen de négocier avec elle.

Je l'espère…

Après cette intervention de Miz qui refusait que son peuple soit rabaissé par une immortelle qui pense que les êtres comme elle peuvent faire ce que bon leur semble des mortels sans s’en inquiéter, et la suite des paroles par Eloraell, Iris pouvait donc noter que le duo royal allait dans l’évolution de ce que la mercenaire désirait. Il n’était plus question d’écarter qui que ce soit dans cette guerre, mais de servir de support pour les deux immortelles, afin de protéger Scylla du mieux qu’elles peuvent. L’enjeu est bien trop important pour qu’Azelia s’amuse une nouvelle fois à torturer l’esprit de la valkyrie comme bon lui chante. Il fallait donc trouver un compromis, mais cela, Eloraell devait d’abord en discuter avec la principale concernée avant de prendre une décision cruciale.

Une fois le sujet clos, pour le moment, Iris semblait vouloir discuter d’un autre point avec Eloraell. Cela était dans le but de profiter de l’élan de générosité de la reine elfique. Cette dernière avait proposé de réaliser un souhait de la mercenaire si elle faisait preuve de coopérativité. Iris énonça sa requête avec une légère pointe d’hésitation dans sa voix. Elle souhaitait tout simplement que les elfes accueillent Julia au sein de son royaume si jamais le destin devait les séparer à jamais. Et pas seulement si Iris allait périr face à Azelia. L’elfe comprit qu’Iris allait probablement se séparer de l’enfant à la fin du conflit, à cause de la différence de longévité entre elles. Un destin qu’Eloraell trouvait toujours aussi cruel, malgré les années. De plus, si Iris avait choisi ce pays, c’était pour démarrer une nouvelle vie dans un cadre paisible et sûr, car avant sa rencontre avec la mercenaire, le passé de cette gamine semblait bien tragique.


- Mon territoire est un lieu de bienveillance, de repos et de sérénité pour quiconque a besoin de se sentir protégé. Nous prendrons grand soin de Julia si vos chemins doivent se séparer, j’en fais le serment.

Néanmoins, Iris ne comptait pas s’arrêter là, et sa requête avait une suite visiblement. Et cette fois, elle semblait tellement gênée devant cette demande personnelle, qu’Iris demanda poliment à Miz de quitter la salle quelques instants. Eloraell tourna la tête vers son amie et l’inclina de bas en haut. Sans dire un mot, la reine des océans quitta la pièce, et ainsi, Eloraell put écouter la suite de la demande d’Iris.

- Très bien, parle.

Bien sûr, Eloraell n’était pas bête et savait que la suite était toujours en lien avec Julia. Avant cela, Iris excusa son excès de requête par le fait qu’Eloraell est la seule qui ne l’ait pas jugé ici. Il n’y avait aucune raison à cela dans un sens. Si Eloraell était tombée amoureuse d’un dragon, cela serait étrange qu’elle ne juge Iris. Bien entendu, Iris alla vite au fait, et c’était encore une fois liée à Julia, comme prédit. Iris expliqua davantage la souffrance de Julia par le passé, en citant les cicatrices qui grouillaient sur son corps. Bien sûr, Eloraell ne comptait pas demander les détails pour préserver l’intimité de la gamine, mais elle n’avait nullement l’intention de refuser la seconde requête d’Iris, lorsqu’elle demanda de guérir les marques de la gamine, afin de brûler le passé derrière elle, et l’aider à voir la vie sous un nouveau jour.

- Accordé. Un enfant qui connait moult souffrances à cause de la cruauté des hommes est un acte que je ne peux tolérer. Je vais faire mon nécessaire pour que sa vie redémarre dès à présent. Bien, si tu n’as plus rien à me demander, je vais t’accompagner, toi et Julia, vers votre future chambre. Il se fait tard, un peu de repos me fera le plus grand bien.

Comme convenu, Eloraell prit le temps d'emmener, après avoir précisé à Miz que la réunion s'arrêtait là, la mercenaire vers le hall, pour rejoindre Julia. Elle emmena ensuite les deux amies, et bien entendu Law et Kula vers le premier étage. Eloraell précisa très rapidement aux trois autres personnes concernés qu'ils allaient passer la nuit ici quelques temps. Pour Law et Kula, c'était une évidence que le temps du traitement, ils n'allaient pas retourner dans un hôtel éloigné de la cité elfique, mais de là à dormir dans un véritable palace royal, c'était un luxe à ne pas négliger. Ainsi donc, une fois arrivée au premier étage, Eloraell emmena les quatre alliés au fond du couloir à leur gauche, conduits par un long tapis vert sur le sol. A gauche et à droite, on pouvait y observer de nombreux arbustes bien cultivés, donnant l'impression d'être au beau milieu d'une mini forêt en plein intérieur. Une fois le sentier aménagé traversé, le groupe avait la vue sur trois portes. Une en face, une à gauche et une à droite. Eloraell s'arrêta là.

La porte à votre droite, c'est ma chambre. Libre à vous de frapper si vous avez besoin de quoi que ce soit. Il reste donc la chambre en face, et celle de gauche. Il n'y a aucune réelle différence, la superficie est la même. Vous avez un lit deux places, avec des draps propres, une salle de bain, et un balcon si vous voulez respirer l'air frais. La seule différence à retenir, c'est que l'une des chambres était celle de ma défunte mère, et l'autre, celle à votre gauche… était celle de Seto, avant qu'il ne rejoigne l'armée lunaire. J'imagine que cela peut vous paraître dérangeant de dormir dans la chambre de l'homme qui vous a causé tout ces soucis, et je m'en excuse si c'est le cas, mais je n'ai que deux chambres de disponibles pour vous.

Oh, ça m'est égal, personnellement. Pas vrai, Law ?

Ouais, je veux bien dormir dans l'antre du dragon. C'est pas son lit qui m'a mis dans cet état que je sache. Ce sera sa manière de me rembourser la tétraplégie.

Très bien, je vous laisse vous mettre à l'aise et découvrir vos chambres. Pour ma part, vous m'excuserez, mais je vais me préparer pour aller me coucher. Encore une fois, si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à me demander. Il y'aura deux gardes qui vont se relayer pour monter la garde dans cette allée, en plus de ceux stationnés à l'extérieur du bâtiment. Adressez vous à ces deux gardes pour qu'ils me réveillent si vous avez besoin de me parler. Oh, autre chose, j'espère que vous n'avez rien contre le réveil aux aurores. Demain matin, quelqu'un s'occupera de vous réveiller, car je compte mener une petite excursion qui risque de vous intéresser. Ce sera ma manière de vous souhaiter la bienvenue. Sur ce, que votre nuit soit douce.

Eloraell rejoignit sa chambre, laissant les trois «héros» de la guerre solaire, et la jeune rescapée libres d'en faire autant si ils en ressentent le besoin.

Je pense que je vais en faire de même. L'envie de sentir le contact d'un drap «royal» sur ma peau est trop forte pour avoir envie de veiller cette nuit. Bonne nuit, Iris et Julia. A demain matin !

***

Nombre de jours restants avant la chute de l'astre: 9

Le lendemain matin, alors que le soleil pointa le bout de son nez toujours aussi étrangement, étant en pleine période hivernale, un messager frappa à la porte de la chambre occupée par Iris et Julia. Comme stipulé par Eloraell la veille, cette dernière comptait convier tout le groupe qui bénéficiait de l'hostilité du peuple elfique, à une excursion un peu particulière. L'elfe messager laissa le temps aux deux amies de se préparer, avant de rejoindre la cour avant du château.

Une fois arrivé à destination, Iris et Julia pouvaient remarquer qu'il y avait déjà quelques personnes qui patientaient également que la reine elfique débarque ici. Bien entendu, Kula et Law étaient présents, ainsi que Miz et une autre jeune femme aux cheveux azurs qui discutait sans arrêt avec Kula. Vu la complicité qui ressortait de la conversation entre les deux femmes, il semblerait qu'elles étaient très proche jusqu'à présent. Même Law, d'habitude toujours sous la surveillance rapprochée de Kula, était dans son coin, à attendre sur son fauteuil roulant, complètement ignoré par tout le monde. Cela ne semblait pas lui déplaire néanmoins, comme si il était ravi que Kula passe un peu de temps à papoter aussi avec d'autres personnes que lui. Bien sûr, la conversation s'interrompit lorsque le duo éternel arriva. Kula, transpirant toujours autant la joie de vivre, remua le bras à gauche et à droite pour saluer Iris et Julia. Puis, elle prit la main de cette autre jeune femme pour l'emmener avec elle vers Iris.


Hey Iris, laisse moi te présenter Umi Mishtal, elle est la princesse du pays de l'eau, mais surtout, elle est mon amie la plus fidèle ! Je suis trop heureuse de la revoir !

Kula, voyons, commence par le commencement avant de déblatérer ta joie comme ça. Qui sont ces deux personnes ? Des nouvelles membres de la guilde ?

Oui et non… Comme je t'ai expliqué, la guilde a été dissoute. J'ai encore du mal à comprendre pourquoi... Mais Iris ici présente a combattu à nos côtés, et elle est super géniale ! Elle est capable de faire des trucs de fou avec son épée, et surtout, elle est super gentille. Elle a sauvée cette petite qui s'appelle Julia ! Sans elle, je serais de l'histoire ancienne aujourd'hui !

Oh vraiment ? Alors je veux bien admettre qu'elle est… « super géniale ». En tout cas, enchantée de faire votre connaissance. Et merci d'avoir pris soin de Kula. Cette tendre amie compte beaucoup pour moi. J'étais amnésique il y'a encore quelques semaines, et Kula m'a recueillie et m'a aidé à reconstruire mes souvenirs du mieux qu'elle pouvait. De plus, être avec elle m'a permis de m'habituer à la population moyenne. Comme quoi, même dans les pires instants, il faut toujours relativiser !

Roooh, Umi. « Population moyenne ». C'est tellement snob ! Je préférais quand tu étais une jeune rebelle, sans manière ! Tu étais moins vexante !

Désolée, mais quand ma mère a su que j'avais rejoint un gang de pirates, elle a immédiatement triplé la durée de mes leçons de bonnes manières… Je dois être un modèle pour la société et pour le peuple que je dirigerais un jour. Il est fini le temps où toutes mes phrases étaient accentuées par des « Super cool » ou « Trop fou ». Navrée, ma douce !

On devrait trop se faire une soirée pyjama, maintenant qu'on va résider quelques temps dans la même baraque ! Au fait, c'est vrai ce qu'on dit ? Tu étais en réalité un gros calamar avec des tentacules ?

KU... KULA ! Je t'en prie, chuuuuut ! Déjà, je n'étais pas un calamar, j'abritais un monstre marin tentaculaire dans mon corps. Nuance ! Et maintenant c'est fini selon maman ! Tout était flou quand j'ai été capturée par le pays lunaire, je ne peux t'expliquer les dé.....

UMI !

Umi semblait effrayée quand elle entendit une voix féminine et plus mature crier vers sa direction. En effet, la reine des océans n'était pas loin non plus, et semblait avoir l'ouïe fine. Elle s'approcha de sa fille à grands coups de talons, puis, posa les doigts sur son oreille gauche pour la tirer sec.

Qu'est ce que je t'ai déjà expliqué, Umi ? Ne parle pas de ce genre d'histoires aux inconnus. N'en parle plus tout court, tant que tu y est !

Aie aie… Oui… oui, maman !

Miz, qui semblait assez dure envers sa tendre, mais maladroite fille, reprit un air serein. Bien qu'elle semblait aussi gentille et vertueuse que la dirigeante elfique, elle devait probablement être très stricte et intransigeante envers elle. Rien d'étonnant à cela, car si on connait un minimum les grands noms de la Yokume, la maison Mishtal, en plus de posséder une fortune colossale, avait donc la personnalité qui allait avec, comme pour toute famille aisée. Umi devait donc subir de nombreuses leçons de bonne conduite, en plus d'avoir très peu de liberté. Avec une maman poule pareille, il ne serait pas étonnant que cette jeune ado souhaite, parfois, revenir à son ancienne vie de voleuse, libre comme l'air. Mais elle savait que si elle s'amusait à le dire à haute voix, ce n'est pas une oreille qu'on allait lui tirer, mais les deux.

Excusez ma fille, pour vous avoir importuné avec des histoires sans queue ni tête !

Votre majesté, vous aussi, vous avez été conviée par Eloraell ?

Oui, je pense avoir ma petite idée sur le lieu que nous allons visiter ! Et bien que j'ai toujours été proche de sa défunte mère, elle ne m'a jamais vraiment laissé pénétrer dans ce sanctuaire sacré. C'est enfin l'occasion pour moi d'observer avec intérêt l'une des merveilles de la culture elfique ! Que dis-je, de la Yokume toute entière !

Ah… c'est très beau tout ça, mais je ne suis pas venue pour faire du tourisme. Tout ce que je souhaite, c'est voir l'homme que je…

Kula se mit à rougir, croisant les doigts devant son ventre, très gênée par ce qu'elle allait dire de manière maladroite.

C'est Kula, ton nom ? J'ai discuté avec Eloraell des nombreux projets qu'elle compte prioriser désormais, et je peux te dire qu'elle n'a pas oublié ces engagements. As-tu donc une idée de l'endroit que nous allons visiter ?

Tout à coup, le visage empourpré de Kula s'illumina. Elle courut vers la direction opposée pour rejoindre son camarade qui était quelque peu délaissé.

Law ! LAW ! Tu as entendu ???

Ahlàla, la jeunesse et sa candeur. Sincèrement, je pourrais sacrifier la moitié de ma fortune pour perdre vingt ans d'un coup.

C'est exactement ce que tu fais, maman ! Tu claques quasiment un quart des caisses de l'Etat en crèmes, potions, et autres bêtises pour lutter contre les rides.

Hooooooooohohoho ! Mais au moins, les prétendants affluent par centaines en voyant une reine de quarante ans ressembler à une jeune princesse au teint frais. Bientôt, le pays de l'eau va connaître un nouveau roi, et toi, tu auras un nouveau papa ! Ca ne fera pas de mal à ma douce petite Umi qui a besoin d'un cadre plus masculin pour l'éduquer ! Et par ailleurs, on dit dépenser, pas claquer !

Grrrr….

Après cette scène qui mit mal à l'aise la princesse du royaume aquatique, l'hôte de cette excursion apparut enfin. Eloraell avait le sourire aux lèvres lorsqu'elle rejoignit le groupe. Mais on ne pouvait dire si elle était ravie de voir tout le monde au grand complet, si elle avait bien réfléchi à la conversation de la veille, ou si elle s'efforçait de montrer une image rayonnante d'elle, comme le veuille la coutume. D'ailleurs, elle avait troquée sa longue robe verte, sa couronne, ses talons hauts et sa queue de cheval, pour aborder une apparence plus ouverte. Un peu comme lors de la bataille solaire, Eloraell avait les cheveux détachés, de longues bottes de cuir, et une tenue plus décontractée, mettant à l'évidence ses longues jambes et ses attributs royaux. De plus, sans que Miz et Umi comprennent pourquoi, Eloraell avait la panoplie de chasseuse elfique qui allait avec. Son arc était attaché à son dos, et elle avait emportée, évidemment, son carquois de flèches.

Bonjour à tous, j'espère que vous avez bien dormi cette nuit. Car l'endroit que je souhaite vous montrer requiert un peu de marche. Cela sera l'occasion de vous montrer les merveilles qui font la fierté de notre patrimoine.

Euh, votre Majesté… pourquoi avez vous apporté votre équipement d'archère ? La zone que nous allons traverser pullule de monstres en tout genre, c'est ça ?

Non, ne t'en fais pas, Umi. La route est parfaitement sûre. Mais pendant que je vous laisserais profiter du paysage, je quitterais notre bois une bonne heure pour effectuer ma séance de chasse. Voyez-vous, la seule raison, malgré notre pacifisme d'antan, qui nous poussait à nous exercer à l'arc et au maniement de la lame, c'est tout simplement pour chasser les différentes créatures qui grouillent autour de notre secteur. La vallée aux alentours est une zone que je vous déconseille de parcourir. Il s'agit de la forêt noire, ancien repaire des elfes noirs. Et même si le problème de cette race a été écarté grâce à l'aide de Scylla et Seto, il n'en demeure pas moins que cette forêt regorge de créatures hostiles comme des loups, des sangliers, des plantes carnivores, des tréands et dans le pire des cas, des orcs et des centaures. Je vais donc profiter de cette excursion pour effectuer cette tâche importante pour la sécurité de notre tribu. Car après, j'ai un rendez-vous politique qui m'attend cet après-midi. Surtout, ne traversez pas la barrière que certains de mes soldats gardent constamment. A moins que vous aimiez vous battre avec des monstres lorsque vous pouvez vous reposer paisiblement à la place.

Dites moi, chère amie, n'est ce pas dangereux ? Vous n'êtes pas encore en parfaite santé, et puis, vous avez vos soldats pour effectuer cette chasse.

Ca ira, ca ira. N'oubliez pas que je suis sur le trône depuis peu. J'ai toujours conservé cette aura aventurière qui est en moi, bien au dessus de ma fibre politique. Et puis, j'ai besoin de m'exercer… pour la suite. Bien, en route maintenant.

Le voyage dura une bonne heure, là où le groupe put jouir d'un paysage coloré. Encore une fois, le paysage était tellement vivant et verdoyant, qu'on avait du mal à imaginer que l'hiver s'était installé dans ce territoire. Le lac que le groupe put observer en cours de route était toujours aussi étincelant, les animaux, que ce soient des mammifères comme des lapins ou des biches, ou des insectes comme les papillons, étaient bien présents sur la route et n'hibernaient pas, comme cela pourrait être normalement le cas à cette saison. Le groupe put même remarqué que certaines fleurs avaient un volume dix fois supérieure à la normale. N'importe qui dans le groupe pourrait très bien s'installer à l'intérieur de la corolle des roses croisées sur le chemin. Umi et Kula avaient presque peur que cela supposait également qu'elles pouvaient croiser des abeilles ou guêpes géantes, mais pour l'heure, une autre question brûlait les lèvres de la jeune femme des glaces.

Votre majesté…

Tu peux m'appeler Eloraell, je te prie…

Alors Eloraell, comment cela se fait-il que le climat de cette forêt semble être celui d'une saison estivale ? Tout est si coloré et parfaitement en ordre.

C'est très simple. Pour faire court, je vous emmène à la clairière où vous pourrez admirer notre arbre sacré. Cet arbre ne possède pas que des caractéristiques guérisseuses. Il développe également une forte quantité d'énergie qui agit sur la nature et sur le climat. Et cela, du ciel jusqu'à la terre. Considérez qu'un voile d'énergie recouvre notre large forêt, et protège notre sol des intempéries, ou n'importe quel problème lié à la météorologie. Si jamais de sombres nuages venaient à perturber notre belle flore, cette couche d'énergie crée par notre grand arbre repousse ces nuages et empêche donc le ciel de nous tomber sur la tête. Bien sûr, les perturbations vont généralement s'abattre sur les zones les plus désertiques du pays, mais au moins, nous sommes en sécurité.

Cela ne signifie pas, en quelques sorte, aller à l'encontre de la nature, Eloraell ?

Peut-être, mais si vous vous souvenez de vos cours de géographies, nous sommes situés entre le pays de la montagne, et celui de la lune. Or, le climat dans ces régions est hostile, et les perturbations climatiques de ces deux pays sont souvent renvoyés chez nous. Comme nos habitations sont en bois, au beau milieu de la nature grandissante, cela pourrait s'avérer catastrophique si les tempêtes de ces deux pays toucheraient notre village. Bien sûr, ce sont à nos druides elfiques de juger du climat. Ils pratiquent la météorologie, et sont en mesure de déterminer du temps que nous allons devoir subir. Quelques fois, ces druides réduisent la protection de l'arbre sous la demande des agriculteurs. Notre but n'est pas non plus de provoquer la sécheresse chez nos voisins.

C'est fascinant !

D'ailleurs, au début de l'hiver, nous avons toléré la chute de neige dans notre village pour que les enfants puissent s'amuser un peu, hihi. Mais tout a déjà fondu. Bien, encore quelques minutes, et nous sommes arrivés.

[ Musique d'ambiance: https://www.youtube.com/watch?v=BkjA2MgsyFw ]

Après ces quelques minutes de marche, le groupe atteignit enfin la large clairière qui servait de terrain de présentation pour l'arbre sacré que vénéraient les elfes. Le sol était dans la continuité de tout ce que put observer le groupe, à savoir fleuri. Et de nombreux animaux non hostiles grouillaient d'un peu partout, comme si cet arbre était un repaire vital pour tout ce qui existait dans la nature. Quand à l'arbre, il n'était pas suffisamment grand pour qu'on l'aperçoive au loin, au beau milieu de toute cette végétation abondante, mais il était en parfait état. Le tronc était volumineux, et demanderait un sacré effort pour le grimper si l'on n'est pas doté de pouvoirs spéciaux. Le feuillage était impeccable et regorgeait de nombreux fruits de toute sorte, ce qui n'était peu commun sur le coup. Et comme expliqué par Eloraell, un large voile de lumière se dégageait de la cime, et s'étendait jusqu'aux cieux. Plus on se rapproche, et plus on était en mesure d'entendre le gargouillis de l'eau. En effet, du côté gauche de l'arbre, on pouvait constater une ouverture en bas du tronc, dont s'écoulait depuis son intérieur une longue rivière qui pouvait rejoindre l'extérieur de la clairière. Eloraell s'arrêta ici. Il était clair pour Kula que cet écoulement d'eau allait concerner son ami.

Nous y sommes. Cela fait environ cinq millénaires que cet arbre sert « d'esprit protecteur » à notre forêt. La légende raconte que c'est l'association d'une elfe et d'un dragon qui est à l'origine de sa création. Ils ont travaillé d'arrache pied en cultivant ce qu'on nomme « la graine d'Eden », et par la magie combinée de ces deux êtres, l'arbre vit le jour. Les fruits que l'on peut récolter de cet arbre poussent toujours pas deux. Peut-être est-ce un vœu de ce couple de souhaiter le bonheur et la fidélité éternelle de tous ceux qui se fiançaient devant cet arbre, mais la coutume veut que les mariés avalent ensemble la paire de fruits, et ingurgitent la graine dans le fruit. Par un procédé magique, les deux graines coopèrent entre elles. Si les amoureux rendent le partenaire heureux ou heureuse, la graine procurera bien-être et chaleur au corps du marié, mais si c'est l'inverse, et que l'un des partenaires fait souffrir l'autre, alors la graine devient poison. Vous pouvez trouver cela cruel, mais chez nous, l'amour est un sentiment indispensable, qui engendre la vie. Tout comme cet arbre qui, sous le contrôle des elfes, peut régénérer la forêt entière en cas de catastrophe. Il est donc symbole de vie et d'avenir, et je souhaite que vous puissiez être témoins de la grandeur de notre symbole. Pour ce faire, je demanderais donc à deux volontaires de bien gentiment déshabiller ce charmant jeune homme assis sur son fauteuil roulant, hihi !

Pa… PARDON ?

Vous allez faire trempette dans ce ruisseau, attachés des deux côtés par les racines de l'arbre. Cela risque de durer des jours, nous vous apporterons de quoi vous nourrir. Et pour que le soin soit opérationnel et efficace, l'eau qui ressort de l'arbre doit agir à même la peau. Ne vous en faites pas, vous pouvez garder votre caleçon.

Ah…. Mais j'ai cru entendre que je devais simplement m'allonger au bord du tronc, et que le feuillage allait déverser quelque chose de liquide sur moi pour me guérir.

Ca, c'est la méthode conventionnelle. Vous, vous avez encaissé un foudroiement dont vous pouvez vous estimer heureux d'être encore en vie. Il va donc falloir passer à l'étape supérieure, je le crains. Alors, des volontaires ?

Moi !

Moi aussi !

Très bien, déshabillez cet homme et portez le jusqu'au ruisseau.

Si je guéris et que je chope ce dragon de malheur, je lui fais avaler son manteau en entier, et lui enfonce sa longue lame dans le c...

Roh, Law chéri, de quoi tu te plains ? Tu as deux jolies femmes qui te déshabillent. Tu devrais te sentir chanceux !

Il y a un peu trop de regards féminins vers ma direction. C'est gênant…

Détendez vous, vous êtes sur le point de connaître un moment de bien-être et de douceur. Si cela peut vous aider à penser à autre chose, parlez moi un peu de ce tatouage sur votre torse.

Et bien, ce tatouage sur mon torse représente un coeur. Non pas pour me donner un genre romantique ou autre, mais parce que c'est le symbole de mon ancien équipage. Notre premier capitaine était mort suite à un émissaire du pays solaire qui l'a poignardé en plein coeur. C'était la pratique des soldats solaires, viser le coeur en premier. Depuis, nous avons décidé de rendre la pareille aux bâtards qui ont éliminé notre capitaine, en maîtrisant l'art du «Death Surgery». Même si nous ne parvenons pas à être suffisamment forts pour remporter un combat, il nous suffit de toucher le corps de notre ennemi au niveau du coeur, rien qu'avec le pouce, pour envoyer un électrochoc dans son organe vital et le faire exploser. Avant d'être pirate, j'étais chirurgien, et j'ai appris à utiliser mes doigts pour traiter toute forme arythmies ventriculaires. Cet art de créer des électrodes avec mes doigts est ce qui m'a inspiré mon art du meurtre en retour.

Oh, c'est intriguant tout ça.

Eloraell venait de réagir sur le fait que le pirate avait lui même confirmer qu'il pratiquait la chirurgie, mais à d'autres fins que ce qu'on pouvait imaginer dans les bas-fonds des laboratoires lunaires. Il était en charge de sauver des vies, visiblement. Quoiqu'il en soit, Eloraell poussa un léger rire car le temps de son récit, Law avait à peine remarqué qu'il ne lui restait plus que son caleçon sur lui. Sa petite explication semblait lui tenir à coeur.

Vous voyez ? Ce fut rapide. Maintenant, il faut le porter jusqu'au ruisseau.

Après avoir retiré ce qu'elles avaient aux pieds, Kula et Umi portèrent toutes les deux le corps du pauvre tétraplégique jusqu'au dit ruisseau. Elles allongèrent ensuite son corps, là où Law ne pouvait ressentir, à cause de sa paralysie, les cailloux en dessous de son dos. Il avait juste, par chance, le visage qui n'était pas englouti par le courant et qui dépassait du ruisseau. De toute manière, Law ne pouvait se plaindre de la situation quelque peu inconfortable, ne ressentant aucune gène physique.

Bien, je vais désormais démarrer la procédure.

Eloraell récita une formule magique, au bord du ruisseau. Les racines de l'arbre s'enlisèrent autour des bras et jambes de Law. Comme si il était prisonnier de multiples tentacules. Mais encore une fois, le principal concerné ne le remarquait pas et ne comprenait pas ce qui se passait. Le point d'eau où Law était allongé s'illumina et libéra une lueur fluorescente qui pouvait un peu aveugler si l'on regardait de trop près.

Comme expliqué précédemment, vous allez rester ici le temps qui faudra. Cela peut prendre plusieurs jours, comme plusieurs semaines selon les troubles corporelles. Mes hommes viendront vous ravitailler régulièrement, ne vous en faites pas.

Merci… Je n'oublierais jamais ce que vous faites pour moi, votre Majesté. Bien que manger et boire la tête allongée est une pratique que je n'ai encore jamais testé.

Bon courage, Law ! Je suis de tout cœur avec toi !

Maintenant, ne dites plus un mot. Fermez les yeux, ne pensez à rien. Respirez profondément et laissez la magie de l'arbre s'opérer dans votre organisme. Dormez si il le faut, mais faites le vide dans votre tête. La moindre pensée négative ou la moindre part de doute ralentira le procédé.

Maintenant que le cas du pirate était clos, Eloraell se tourna vers le reste du groupe.

Maintenant que ceci est fait, il me reste une dernière chose à faire avant que je ne vous laisse. Julia, peux-tu me suivre un peu plus loin ?

Ainsi, Eloraell décida d'emmener la gamine du groupe de l'autre côté de l'arbre, à l'abri des regards indiscrets. Une fois qu'elles étaient seule à seule, Eloraell démarra la conversation, de sa voix douce et rassurante.

Je dois admettre que tu as une amie exceptionnelle. Hier soir, je tenais à discuter avec elle du grave événement qu'a connu ton pays, et tout ce qui l'importunait au milieu de toutes mes paroles, c'était toi. Aussi, elle m'a demandé une faveur, que je compte respecter maintenant. Mais avant que je fasse quoi que ce soit à ton sujet, je veux que tu répondes simplement à ma question. Es-tu prête à, dès aujourd'hui, voir la vie sous un meilleur jour ? Je ne connais pas ton passé, Iris n'a rien détaillé, mais son plus grand désir, c'est que tu recommences une nouvelle vie heureuse. Je veux donc m'assurer que tu es prête à faire table rase du passé. Je te demande cela, car certains enfants de ton âge sont incapables de lutter contre leurs traumatismes ou leurs blessures, et vivent perpétuellement avec le chagrin. Je veux savoir qu'en es t'il de toi.

Bien sûr, cette question, c'était parce qu'Eloraell avait promis à Iris d'accueillir dans son peuple cette Julia quand tout sera fini. Elle sera une habitante à part entière, et Eloraell devra donc se charger de son évolution, de son avenir et de son bien-être si Iris devait disparaître de sa vie. Elle devait donc s'assurer que cette fille était mature, stable et prête à faire table rase du passé, contrairement à Seto. Après la réponse de Julia, Eloraell fit apparaître, avec deux de ses doigts, une fine perle de lumière qui resta accroché à ses doigts.

Avant de poursuivre, je vais te demander de ne pas être pudique, et de retirer tes vêtements pour que je puisse voir tes cicatrices. Tu l'auras deviné, mais Iris souhaite que je retire ces vilaines marques de ton corps. Tout comme pour ce pirate, le soin doit être appliqué à même la peau. Personne d'autre ne te voit ici, donc vas-y, laisse toi aller. Oh, ça risque de chatouiller un peu…

Une fois la demande d'Eloraell respecté, cette dernière fronça les sourcils devant un tel spectacle. Cette Julia avait été bien marqué comme il faut, visiblement.

Hum, quelle horreur. Cette gamine vivait au sein du pays représentant de la justice, et de la protection de l'individu. Pourtant, elle semble en avoir vu de toutes les couleurs. Comment est-ce possible, tellement de cruauté ? Combien d'enfants ont soufferts à cause de ce pays dystopique ?

Eloraell se lança et fit glisser ses deux doigts délicatement là où Julia était marquée. Cela prit quelques minutes, une bonne dizaine précisément. Mais à chaque fois que l'elfe toucha une cicatrice, celle-ci se referma. C'était de la pure magie, qui faisait effet sur le corps et qui était du domaine de la reconstruction. L'elfe était capable, visiblement, de remettre un corps à neuf, dans la limite du raisonnable évidemment, puisque elle ne pouvait, seule, traiter le cas du pirate, et qu'elle devait passer par une magie bien plus ancestrale pour ce faire. Une fois terminée, Eloraell fixa la gamine avec un air satisfait.

Et voilà, tu es toute fraîche et toute neuve, désormais. Au passage, je ne doute pas que tu seras une très belle femme à l'avenir. Allez, remets tes vêtements et cours rejoindre ton amie.

Lorsque le traitement pris fin, Eloraell rejoignit le reste du groupe. Kula et Umi avaient déjà pris leurs aises visiblement. La princesse du pays de l'eau essayait de faire une sieste au bord de l'arbre, tandis que Kula, assise sur le sol, s'amusait à souffler sur des pissenlits qu'elle trouvait par terre.

Hum, je vois que certaines d'entre vous l'ont remarqué, mais l'arbre dégage également une aura bienfaitrice qui réagit sur les méridiens de votre corps. Vous devriez bientôt, si vous restez proche de l'arbre, vous sentir en pleine osmose. Nous sommes très nombreux à nous allonger ici, à humer le parfum de l'air, tout en écoutant le bruit du ruisseau, et c'est pratiquement une thérapie pour nous lorsque nous nous sentons stressés ou fatigués. Vous pouvez rester ici, et vous détendre, pour constater vous même les effets purificateurs de cette zone. Je reviens dans quelques instants

Ma chère collègue, vous tenez vraiment à laisser des étrangers près de cet arbre ? Feu votre mère refusait même que ses amis posent le pied ici.

Comme j'ai précisé hier soir, je n'ai aucune raison de ne pas vous faire confiance. Je sais reconnaître le vice chez l'homme, et par vos gestes, vos actions, vos paroles, et surtout, l'attention que vous éprouvez pour vos semblables ou vos proches, il est inconcevable que vous soyez des ennemis. Un espion qui joue la comédie oublie souvent l'essentiel: la valeur de la vie d'autrui. Et même si j'avais tort, le regret finira tôt ou tard par le consumer. Sur ce…

Eloraell quitta la clairière pour s'enfoncer dans la lisière de la forêt, munie de son arc. Une bonne dizaine de minutes s'écoulèrent ensuite où chaque individu près de l'arbre pouvait ressentir un bien-être profond. Kula, allongée sur le dos, une tige de pissenlit à la bouche, ouvrit les yeux pour admirer le ciel azur, jusqu'à ce qu'elle remarqua une silhouette ailée survoler la clairière au loin. Kula trouvait cet oiseau un peu trop gros pour la normale, et cela l'interpella.

Les filles, vous avez vu ça ? J'aurais jamais cru voir un oiseau de cette taille !

Je crois… que ce n'est pas un oiseau. Ca n'a pas la forme d'un oiseau. C'est bien trop gros pour être quelque chose qu'on croise dans la forêt. Alors…

Un… d-d-d-... DRAGON ?

A force d'avoir vu des dragons il y a peu, Kula commençait à en voir partout. La jeune Kunoichi se releva, tremblotant légèrement si il s'agissait d'un ennemi. Surtout que la créature ailée commença à se poser délicatement sur le sol. Donc en effet, elle venait pour le groupe. Mais plus la créature s'approchait du sol, plus Kula et Miz comprirent que ce n'était pas un dragon. C'était quelque chose que les mortels n'avaient probablement encore jamais vu.

Bonté divine ! Je rêve ! C'est... ce que les livres de la mythologie Nirvit appellent… un pégase ?

En effet, la créature avait l'apparence d'un cheval ailé, de couleur noir. C'était la première fois que n'importe quel être qui était allongé ici pouvait en observer un. Bien sûr, le pégase n'était pas tout seul. Une personne chevauchait l'animal légendaire, vêtue d'une armure couleur or, et d'une jupette noire. Bien que Kula connaissait cette personne, elle ne s'exclama pas tout de suite. En effet, elle semblait hypnotisée par la beauté de l'éclat provoqué par l'armure de cette femme, ou plutôt, par l'énergie dégagée par cette femme. Elle n'avait plus rien à voir avec la puissance plus limitée qu'elle possédait il y'a quelques jours. Ici, le simple souffle dégagé par son aura ferait trembler l'ennemi, tellement elle était écrasante. Kula ne parvenait pas à glisser le moindre mot, tellement elle se sentait ridicule comparé à la personne en face d'elle. Par contre, de manière surprenante, Umi, dont les larmes avaient grimpés aux yeux, se jeta corps et âme vers la personne, de manière complètement insouciante.

SCYLLLLLLAAAAAAAAAAAAAAAA !

La princesse se jeta dans les bras de la valkyrie, au point de l'écraser contre le sol tellement brusquement, que les pissenlits sur le sol se dispersèrent dans le vent. Umi, comme un gros bébé, ne lâcha plus son amie qui l'avait sauvé du pays lunaire.

Umi, doucement, calme un peu ta joie, ma douce…

Miz s'approcha et tendit les deux mains pour aider les deux femmes à se relever.

Il ne faut pas être trop brusque avec ma fille, Scylla. Il est naturel, pour une adolescente, d'être ravie de voir sa sauveuse, non ?

Oh, ne vous en faites pas, votre Majesté. J'ai l'habitude des princesses qui m'adorent après que je les ai secourus. En tout cas, je suis contente de voir un peu tout le monde ici en bonne santé. Mais vous et votre fille, que faites-vous ici ?

Longue histoire, Scylla. Trop longue pour en discuter en ce lieu paisible et merveilleux. Eloraell tenait à vous rencontrer au passage, pour parler… de certaines choses moins drôles.

Je vois. Je vais de ce pas la rejoindre dans ce cas.

Quoi ? Mais enfin Scylla, on se revoit après une semaine d'absence et tu ne veux pas t'allonger avec nous ?

Plus tard, Kula. Une fois que j'aurais terminé ce que j'ai prévu de faire, et j'ai besoin d'Eloraell pour ça. Je ne me détendrais qu'une fois ma quête achevée.

C'est une promesse ?

Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer.

Eloraell est partie vers cette direction. Elle a parlé de chasser les monstres au delà de la frontière du territoire elfique.

Hum, je vais aller fouiller. Merci, a plus tard.

Au moment où Scylla se retourna, elle stoppa net, puis fixa derrière elle une dernière fois. C'est là qu'elle remarqua quelqu'un dont elle avait presque oublié l'existence au loin. Aux côtés d'Iris, se trouvait Julia. Scylla se rappelait d'elle comme une enfant sauvée des griffes d'Iris, et elle semblait tellement importante aux yeux de cette dernière, que la mercenaire préférait aller se la couler douce avec cette gamine, plutôt que se préparer avec Scylla pour la prochaine bataille qui sera extrême. Scylla ne comprenait guère l'intérêt de cette relation si Iris compte partir pour Legendia une fois la guerre terminé, et elle n'était pas naïve au point d'ignorer que cette gamine était la raison qui poussait Iris à refuser que la valkyrie l'amène loin de ce monde qu'elle méprise, au point d'aller se frotter avec une menace mondiale. Au début, Scylla pensait que cette fille allait simplement contenir Iris ici et l'abreuver de doutes. Mais ce n'était pas à elle de juger, et Scylla l'avait réalisé après son combat contre son Theos.

Hey, gamine..

Scylla avait dit cela avec son ton neutre, qui était déjà assez impressionnant en soi. En plus de son aura écrasante et sa nouvelle apparence majestueuse, Kula trouvait que la valkyrie jetait un froid monumental rien que par sa présence. Son seul oeil visible, qui n'était pas recouvert par ses longues mèches flamboyantes, ne montrait aucune émotion. Kula avait remarqué quelque chose: Scylla avait changé en présence, à savoir qu'elle ne semblait plus être seule dans ce corps. Elle avait du mal à expliquer cette impression d'avoir deux personnes devant ses yeux, et ce qui était encore plus ardue à expliquer était: pourquoi seule Kula pouvait remarquer un détail pareil ? Elle fixait intensément Julia et Iris, et avant même que la mercenaire s'amuse à faire un commentaire, Kula, hésitante, s'adressa à Scylla.

Heu… Scylla… Cette gamine comme tu dis se nomme Julia… Elle… elle est très gentille, tu…

Ah ouais... Merci Kula, j'avais oublié son nom.

Kula avait peur d'une chose, c'est que Scylla ait une dent contre Julia, pour avoir changé Iris. Elle ne comprenait pas pourquoi. C'était comme si Scylla espérait qu'Iris reste la même mercenaire froide et distante: tout ça pour être prête à partir pour Legendia le jour venu ? Kula avait compris que Scylla avait eu des ennuis dans cet autre monde, à cause de son incapacité à être digne aux yeux de sa soeur, pour avoir trop eu la mentalité des mortels. Souhaitait-elle qu'Iris soit différente ? Qu'elle ne fasse pas l'erreur de la valkyrie ?

Quoiqu'il en soit, alors que Kula espérait que ce moment de malaise où Scylla fixait Julia intensément ne finisse pas en conflit entre les deux immortelles, la pression énergétique de Scylla s'épuisa, et était moins violente. En réalité, Scylla avait encore du mal à dissimuler sa nouvelle force légendaire. Elle dut se concentrer pendant tout le temps où elle fixait Julia pour être moins impressionnante. L'atmosphère était redevenue stable, et mieux encore, le visage de Scylla devint plus doux, plus serein. Un léger sourire timide se dessina sur la bouche de Scylla.

Donc Julia, est-ce que… tu aimerais faire un tour de pégase avec Iris ?

Que… Tu es sérieuse, Scylla ?

Ouais. Considère que… c'est ma manière de me faire pardonner pour avoir essayé de me débarrasser de toi. Tu as besoin d'Iris, ça se voit. J'admets mon erreur de jugement, et t'adresse mes excuses.

QUOIIII ? Scylla S'EXCUSE ? Des lapins roses vont nous tomber sur la tête à ce stade ! Qu'est ce qui t'arrive ? Tu es amoureuse ou quoi ?

Non, justement, le concept d'amour est complètement abstrait à mes yeux. Mais ce n'est pas pour autant que je dois le priver aux autres.

Scylla s'approcha de son pégase et lui murmura plusieurs mots que Kula ne comprenait pas.

Depuis quand tu parles le pégase, Scylla ?

Ce n'est pas du pégase, idiote. C'est du Nirvit. J'ai beaucoup appris ces derniers jours le langage de mon peuple grâce à... enfin… bon bref. Iris et Julia, vous n'avez rien besoin de faire à part grimer sur mon fidèle destrier. Je lui ai demandé de vous faire une petite balade au dessus de la forêt elfique. Une fois le tour achevé et qu'il vous dépose ici, il reviendra automatiquement vers moi.

Kula, Umi et Miz, par leurs sourires, appréciaient beaucoup l'initiative de Scylla pour divertir Iris et Julia. Au final, la valkyrie déterminait qu'il était aussi important qu'Iris vide ses esprits en compagnie de cette enfant. Pour la simple raison qu'avec du recul, Scylla songeait qu'avoir quelqu'un à protéger pouvait donner plus de pouvoir à la mercenaire face à une ennemie qui cherche à tout détruire. Même si cette relation est éphémère et ne durera jamais éternellement. Quoiqu'il en soit, Scylla laissa le groupe à ses occupations, fit un signe de la main aux trois femmes restantes, puis sortit de la clairière pour rechercher Eloraell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Une demande délicate   Ven 26 Oct - 22:33

Après le récit joyeux de la semaine de la jeune fille, Law et Kula semblaient satisfaits de l'évolution de cette dernière. Par la suite, Kula expliqua qu'elle et Law le savaient déjà néanmoins, pour la liaison avec Légendia de la mercenaire. Elle précisa par ailleurs que la rouquine qui ne sourit jamais était aussi de ce monde. Enfin, Julia se doutait que Kula parlât de cette femme, vu qu'elle était avec Iris sur le champ de bataille, et semblait vouloir s'entraîner avec cette dernière, avant qu'Iris préfère passer son temps avec Julia, justement. Quoi qu'il en soit, du côté des deux amis, ils semblaient plutôt bien se porter, et l'encouragement de Julia quant au rétablissement du « héros » avait même légèrement gêné le pirate, qui s'étonna qu'Iris s'intéresse de son cas. Bref, après cet échange, la jeune fille demanda à l'elfe, où se trouvait la bibliothèque, en attendant le retour de sa camarade.


* * *

Après le discours d'Iris au sujet de son avis sur la question, les deux reines semblaient étonner que cette reine lunaire soit devenue si puissante. Bien que c'était surtout la reine du pays de l'eau qui semblait la plus surprise. D'ailleurs, ce fut cette dernière qui réagit suite aux paroles de la mercenaire. Elle semblait avoir du mal avec la vérité au sujet de son inutilité face à Azelia. Au final, le but d'Iris n'était pas de critiquer l'utilité des armées qui seront présentes lors de cette bataille, mais surtout la finalité. Mais le fait que cette reine le prenne comme cela prouvait à Iris que ses pensées étaient plus que corrects sur ce qu'elle pensait des mortels. Si les immortels partageaient le même point commun, les mortels eux, partageaient également tous le même : le refus de la réalité. Bref, bien que ce n'était pas un contre discours en soi, Iris trouvait une telle réaction malheureuse, et dans le ton de ses craintes. Même si au final, elle s'en foutait royalement du destin des mortels présents lors de cette bataille. Bien qu'elle imagine clairement qu'il va y avoir un massacre inévitable, et qu'au final, c'est bel et bien elle-même qui devra combattre cette reine. Immortels prétentieux certes, mais réaliste. Même un million de fourmis ne peuvent lutter contre un seul géant, et cela a déjà été prouvé au pays solaire. Bref, elle ne trouvait pas de raisons d'intervenir, car elle s'en fichait, l'essentiel avait été compris. Il était inutile de réagir à cela, Iris n'avait pas l'intention de démoraliser les troupes mortelles, loin de là. Elle trouvait simplement ça dommage que cette reine ai comprise cela de travers. Iris parlait encore une fois, que de la finalité, dans ses paroles quant à l'impossibilité de victoire des mortels, sans intervention d'immortels. Pour finir, au sujet de Scylla, le message semblait avoir été entendu, vu qu'actuellement, il était plus question de la faire accepter de l'aide, plutôt que de la garder à l'écart comme au début de l'entretien. Enfin, en ce qui concerne la demande au sujet de Julia et de son avenir au sein du peuple des elfes, cela fut accepté, évidemment, tout comme le deuxième souhait.

C'est donc la réunion close, que la reine des elfes retourna dans le hall, accompagné d'Iris, afin de rejoindre Julia, et les deux autres collègues de la mercenaire. Julia était déjà dans le hall, de retour de la bibliothèque, et retourna rapidement auprès d'Iris, comme si ça faisait des heures qu'elle ne l'avait pas vue. Quoi qu'il en soit, une fois tous réunis, le petit groupe fut emmené au premier étage du temple royal, où se trouvaient les chambres qui allaient servir de lieu de vie provisoirement au groupe. La chambre de droite était visiblement celle de la défunte mère d'Eloraell, et celle où allait donc séjourner Iris et Julia. Quant à celle de gauche, il s'agissait de celle de ce Seto. C'est donc après un dernier échange que la reine prit congé du petit groupe, laissant ce dernier vaquer à ses occupations. Cette dernière allait être cependant la même pour tous, et c'était d'aller se coucher. Julia ressentait la fatigue la submerger, au vu de ses bâillements incessants depuis quelques minutes. C'est ainsi qu'après avoir salué pour la nuit les deux amis, les deux jeunes femmes se rendirent dans leur chambre. Cette dernière était spécieuse et classe, rien à voir avec la chambre d'auberge de ces derniers jours.

- Woah ! Elle est gigantesque cette chambre !

- C'est vrai que ça n'a rien à voir avec cette chambre d'auberge. En même temps, c'est une chambre royale, heureusement qu'elle vaut mieux.

Tandis que la mercenaire parlait, Julia, elle, était déjà en train d'essayer le lit, à se rouler dessus, profitant de son confort.

- Le lit est trop cool !

- Hum, souri la mercenaire en voyant sa protégée heureuse, si on en profitait pour dormir, au lieu de s'amuser dessus, qu'est-ce que tu en dis ?

- Oui, t'as raison ! Il faut se lever tôt, demain, j'ai cru comprendre.

C'est donc après quelques minutes, le temps de se mettre à l'aise niveau vestimentaire, que les deux jeunes femmes s'allongèrent sur le lit, en vue de profiter d'une bonne nuit de sommeil. Bien que cela concerna que Julia. Iris de son côté restait les bras croisés derrière la tête, incapable de trouver le sommeil. Bien sûr, cela n'était pas dû à des pensées trop envahissantes, mais simplement à son statut d'immortel. Dormir chaque jour était impossible physiquement pour un immortel. La constitution physique de la plupart des légendiens leur permettait de ne pas sentir de fatigue avant plusieurs jours, voir plusieurs semaines selon les plus physiques immortels. Un légendien basique dort en moyenne une fois tous les deux jours, tandis que les guerriers ou autres, étant en meilleure condition arrivent à dormir une fois tous les cinq ou six jours. En ce qui concerne les el'gaiens, ils n'ont aucun besoin de dormir tout simplement. Cependant, comparés aux légendiens, ils peuvent dormir et manger quand ils le souhaitent, car ils peuvent trouver le sommeil simplement en le souhaitant. C'est simplement qu'un el'gaien n'est indirectement pas « physique ». En ce qui concerne les légendiens néanmoins, les besoins vitaux restent nécessaires comme précédemment expliqué.

* * *

L'aube levée, comme prévue, les deux jeunes femmes furent conviées à se rendre au point de rendez-vous prévu par la reine des elfes. C'est donc après une courte marche, qu'Iris et Julia arrivèrent à destination. Une fois sur place, la première chose qu'on pouvait noter, c'est qu'il y avait déjà foule. C'est à travers cette foule, qu'Iris et Julia aperçurent une silhouette agiter le bras dans tous les sens dans leur direction, avant de commencer à se rapprocher en semblant traîner une autre silhouette dans son sillage. Ce n'est qu'une fois à hauteur des deux femmes, que Kula présenta son amie, qui répondait au nom d'Umi Mishtal. Pour Iris, ce nom sonnait familier, et pour cause, elle l'avait entendu la veille à la réunion. Elle n'avait pas besoin de Kula, pour se douter que cette femme était certainement la fille de la reine vue son jeune âge. Bref, cette Kula semblait tenir à cette amie, et fit les présentations sans réellement laisser aux deux concernés l'occasion de s'exprimer. Les deux jeunes femmes se contentèrent de saluer cette Umi d'un signe de la main, tandis que Kula continuait de parler. Cette fois, elle vanta les mérites de la mercenaire en la trouvant « super-géniale » et qu'elle pouvait faire des trucs de fous avec son épée, en plus d'être « super-gentille ». Cela fit rougir la mercenaire qui était presque gênée que cette Kula dise toutes ces choses. Quant à Julia, elle tira soudainement la moue à l'entente de la « petite ».

- Je ne suis pas petite... !

Par la suite, une discussion s'engagea entre cette Umi et Kula qu'Iris suivait qu'à moitié, amenée malgré elle dans cet échange. Elle se contenta juste de réitérer un geste de la main, pour faire comprendre à cette Umi qu'il n'y avait pas besoin de remerciement pour avoir sauvé Kula. Cependant, tandis qu'Iris avait cessé d'écouter, Julia, elle, tilta soudainement lorsqu'elle entendit très clairement les mots « calamars » et « tentacules ». Un frisson la parcourait soudainement, tandis qu'elle s'empressa de s'adresser à sa partenaire discrètement.

- I-iris ! Iris !

- Hum ? répondit la mercenaire discrètement à son tour. Un problème Julia ?

- Cette femme avait un calamar en elle ! Un calamar ! Tu n'as rien toi, hein ? Hein ?

- T-tu as vraiment un problème avec ça, Julia, vraiment... !

Après cet interlude, la fameuse Reine Miz s'invita dans la conversation à son tour. Un échange débuta entre cette dernière, sa fille, ainsi que Kula. Tout ce que retînt Iris une fois de plus, n'était que la joie soudaine de Kula, lorsque cette dernière apprise que Law allait pouvoir être soigné. Puis, arriva enfin la reine des elfes. Cette dernière annonça qu'une longue marche allait être nécessaire, afin d'arriver à destination. Et cette dernière dura une bonne heure. Cependant, la route était loin d'être ennuyante, en partie grâce à la beauté des lieux. Iris appréciait décidément beaucoup mieux cet endroit, que ce maudit pays du feu. Évidemment, Julia partageait le même avis. Ces deux-là avaient de toute façon les mêmes goûts. La mercenaire retint pendant la marche qu'une certaine forêt « noire » se trouvait dans cette zone, et était dangereuse. Voilà un endroit qu'elle allait devoir éviter si elle désire réitérer des balades avec Julia pendant le temps qu'il reste avant la guerre. Ce n'est pas que ce serait dangereux pour Julia, avec Iris elle ne risque rien, mais si on peut éviter de se battre pendant un moment détente, c'est toujours ça de pris. Puis, le style de combat de la mercenaire est assez brutal. Les dégâts qu'elle causerait à cette forêt seraient catastrophiques, si elle devait sortir son katana. Bref, pendant cette route donc, la reine expliqua ce dont se doutait également Iris depuis le début. Le climat actuel était contrôlé et altéré par les elfes, via leur arbre sacré.

- C'est fascinant. Tu as entendu ça, Iris ? Tu avais raison, c'est bien les elfes qui contrôlent le climat.

- Ouais, c'est intéressant cette façon de contrôler le climat via cet arbre. Cela leur donne un avantage certains pour l'agriculture, mais c'est surtout une formidable option défensive.

- C'est vrai ça ! Une soudaine averse torrentielle sur la tête de l'ennemi !

- Héhé, entre autre, en effet.

Finalement, après des dernières minutes de marche, la troupe arriva dans une clairière où trônait le fameux arbre sacré. Cet endroit était vraiment reposant et un bonheur pour les yeux, c'était indéniable. Iris était de plus en plus certaine à présent que ce pays était le plus indiqué pour l'évolution de Julia. Que ce soit ses habitants ou son environnement, tout était de bon ton. D'ailleurs, en ce qui concerne l'arbre, il semblait avoir été planté là par une elfe et un dragon il y a très longtemps. De plus, les graines de cet arbre donnent un fruit qui se consomme avec sa promise. C'était très romantique en soi, mais assez malsain en cas de coup dur. Visiblement, ce fruit ne faisait pas de distinction entre les raisons d'une séparation ou autres. Iris se souvint soudainement que la reine avait déjà parlé de ce fruit contre ce dragon blanc. Sauf que lui pour le coup, il méritait de subir le contrecoup de sa trahison. Même si au fond, elle est déçue de ne pas avoir réussi à le résonner, et d'un autre côté, déçu de ne pas avoir pu le tuer. Bref, elle était perdue au sujet de ce type, sans savoir réellement qu'en penser. Même si le mépris était le sentiment le plus insistant, au vu de son comportement envers Eloraell, sa promise. Quoi qu'il en soit, tandis qu'Iris était légèrement ailleurs, Law était en train de se faire dépouiller de ses habits par Kula et son amie, afin qu'il puisse enfin bénéficier des soins dont il a besoin. C'est donc après une rapide explication sur son tatouage et un art spécial, que le héros se retrouva dans l'eau. Et après une rapide incantation qui illumina le point d'eau, c'était l'heure de laisser faire la nature. Afin qu'il puisse faire le vide dans sa tête et trouver la paix, il fallait donc le laisser tranquille et lui dire au revoir pour l'instant. Iris en profita donc pour lui adresser la parole pour la première fois depuis cette longue matinée.

- Bon rétablissement, le héros.

Bien sûr, Julia suivit derrière, d'un air encourageant et enjoué.

- Bonne chance, Mr. le héros !

Maintenant que le cas de Law était réglé, la reine avait à présent autre chose à accomplir. Cette fois, c'était au tour de Julia, de suivre la reine dans un endroit éloigné de la foule présente en ces lieux. Bien sûr, Iris comprit rapidement la raison de cette demande, et fit un geste de la tête à Julia pour lui dire qu'elle pouvait suivre sans crainte la reine des elfes, voyant cette dernière hésité légèrement, évidemment méfiante de tout le monde en dehors d'Iris. Kula et Law, elle les connaissaient maintenant, cette reine, pas encore. Mais visiblement ça allait être justement le moment parfait pour faire connaissance, vu qu'une fois seule a seule, la reine Eloraell commença à s'adresser à l'adolescente. Elle lui conta en premier lieu à quel point Iris s'inquiétait pour cette dernière, au point que peu importe les soucis actuels, la jeune fille était son centre d'intérêt. Cela toucha beaucoup Julia, qui ne le montra pas vraiment, et bien qu'elle voyait qu'Iris était attachée à elle, elle n'imaginait à ce point. Cela la rassura, en plus de lui faire le plus grand bien. Au fond d'elle, elle craignait toujours de s'imposer à la mercenaire, mais finalement, il semblerait qu'elle était réellement désirée par sa sauveuse. Enfin, après cela, elle lui demanda si elle était prête à oublier son passé et à aller de l'avant, à partir d'aujourd'hui. Julia était en premier lieu étonnée d'une telle question, puis elle y répondit en haussant les épaules, d'une voix évoquant un sentiment fataliste et m'enfoutisme.

- Bof... Ça fait longtemps que je ne ressens plus mes blessures et mon chagrin... Mon passé a disparu avec cette cité, de toute façon, et tant mieux, hum...

Le ton fataliste devrait néanmoins rassurer la reine des elfes, étant donné que Julia n'avait pas de rancœur ni rien au fond de son cœur. Bien que ses paroles montraient une certaine satisfaction du destin qui a touché toute la cité et ses habitants. Mais cela, Iris aussi l'avait déjà remarqué, que la mort ou la culpabilité ne semblait pas impacté la jeune fille, tellement sa haine pour ses bourreaux était prononcée. Comme elle l'avait déjà avouée à la mercenaire de toute façon, elle était plutôt contente, malgré qu'elle détestait ce sentiment. Bref, après cette réponse, Julia se déshabilla comme demandée par la reine, une fois rassurée par cette dernière. Après cela, Eloraell commença un traitement sur le corps de la jeune adolescente qui dura une bonne dizaine de minutes. Mais l'attente en valait la chandelle, car Julia était comme neuve. Son visage s'illumina en voyant son corps tout net, dépourvu de toutes ces vilaines cicatrices. Et c'est les yeux pleins d'étoiles qu'elle remercia l'elfe qui venait de lui effacer les restes de son passé.

- Merci ! Merci beaucoup votre Majesté Elolarel ! Vous êtes génial ! Merci, merci !

Julia était tellement heureuse de voir son nouveau corps tout neuf, que se rhabiller lui faisait presque défaut. Mais elle n'allait quand même pas se balader à poil. C'est donc après un compliment de la reine sur la future beauté de la jeune adolescente, qui la fit rougir à n'en plus finir, qu'elle se rhabilla.

- Merci encore, répéta encore une fois la jeune fille, Reine Elolarel !

C'est donc après ce dernier remerciement, où elle confirma qu'elle partageait encore un point commun avec la mercenaire au niveau des prononciations des noms, qu'elle retourna vers la foule, en compagnie de la reine. Une fois de retour dans la clairière donc, elle chercha du regard Iris. Elle la trouva rapidement, assise tranquillement sur l'herbe, pensive comme à son habitude. Sans attendre, elle la rejoignit, toujours souriante et s'empressa de lui faire partager son bonheur.

- Iris ! La reine des elfes Elolarel m'a enlevé toutes mes cicatrices ! Je suis toute neuve maintenant, hihi !

- Hum, souri la mercenaire, ravie, je suis contente pour toi, Julia. Maintenant, tu es prête pour un tout nouveau départ.

- Oui, grâce à toi, encore une fois... Merci, Iris...

- Hum, de rien, ma belle, je te l'avais promis, non ?

- O-oui.

S'il n'y avait pas autant de monde dans la clairière, Julia aurait sans doute fait un gros câlin à la mercenaire, tellement elle l'aimait et se retenait de pleurer de joie. Il fallait dire qu'Iris lui avait tout offert pour le coup. Elle a fait bien plus que de la sauver depuis une semaine. Tout ce qui a toujours manqué à la jeune adolescente, la mercenaire lui a offert. La joie, la compagnie, l'amour, et surtout, un avenir. À l'heure actuelle, Iris était autant une sœur qu'une mère envers Julia. Quoi qu'il en soit, à l'instar d'un câlin, elle prit place sur l'herbe aux côtés de la mercenaire, qui en profita pour lui adresser la parole d'un ton amusé.

- Au fait, Julia, c'est Eloraell, pas Elolarel.

- Ha ? Oups... J'étais certaine que c'était Elolarel ! J'espère qu'elle l'a pas mal pris !

- Je suis certaine que non, ne t'inquiète pas.

- Meh, sinon, il va aller mieux le héros du coup maintenant ?

- Je ne m'inquiète pas pour lui. Je suis certaine qu'il ira bien maintenant.

- C'est quoi son prénom déjà d'ailleurs ?

- Bien, c'est Low, tu ne l'as pas entendu tout à l'heure ?

- Sisi... hihi.

- Ha ! Hey, tu te moques de moi, c'est ça ?!

- Pas du tout ! Héhéhé...

Tandis que les deux jeunes femmes discutèrent et profitèrent de ce moment ensemble, dans ce lieu reposant et bienfaisant, elles furent interpellées soudainement par une agitation de la part de Kula. Cette dernière semblait observer quelque chose dans le ciel. Au début, on pouvait croire que c'était un dragon, mais c'était en fait un pégase.

- Je n'avais jamais vu un tel animal.

- Ça ressemble à quoi ? Je ne vois rien du tout.

- Huh ? Il est pourtant clair maintenant dans le ciel, tu ne le vois pas ?

- Hum, hésita Julia, bien, d'habitude, je porte des lunettes en vérité, et ce, depuis toute petite. Mais vu que j'en ai plus depuis cette nuit, bien, je ne vois pas grand-chose de loin, héhé...

- Pourquoi tu ne me l'as pas dit plus tôt ? Je suis certaine qu'on aurait pu t'en trouver une paire dans le village qui correspondrait à ta vue !

- C-ce n'était pas vraiment urgent non plus, j'y vois très bien... de près !

- On s'occupera de ça le plus tôt possible, d'accord ?

- O-ok Iris !

Finalement, le pégase se posa, avec sur son dos la valkyrie qui avait visiblement fini ce qu'elle avait à faire au pays du feu. Bien qu'Iris remarqua un changement dans l'aura de cette dernière. Elle comprit rapidement que son entraînement a dû porter ses fruits. Il fallait dire qu'elle dégageait quelque chose de bien plus intense que la dernière fois, il suffisait de voir comment cela impressionnait la jeune Kula. Cependant, cela ne dérangea pas vraiment cette Umi, ni Julia d'ailleurs, qui était indifférente. Mais cela, c'était certainement dû au fait qu'elles ne sont tout simplement pas capables de ressentir l'Eldrit dans une personne, n'en possédant justement pas, ou très peu, en tant que mortel. Cela donna d'ailleurs à Iris un questionnement sur cette Kula, et le fait qu'elle soit en mesure de ressentir l'Eldrit. Quoi qu'il en soit, après s'être faite littéralement plaqué au sol par cette Umi, une discussion commença entre Scylla et la reine du pays de l'eau. La valkyrie cherchait visiblement Eloraell, et s'apprêtait à la retrouver, maintenant qu'elle avait obtenu un indice sur sa localisation. Mais tandis qu'elle allait partir à sa rencontre, elle se retourna vers Iris et Julia. Puis, rapidement, elle interpella la jeune adolescente de son ton neutre habituel. Cependant, comparé à Kula, encore une fois, pas vraiment de réaction de la part de Julia, qui de toute façon savait que cette femme était une alliée d'Iris. Quant à Iris, elle était indifférente, et pensait simplement que la valkyrie voulait simplement discuter. Après tout, cette valkyrie n'a jamais montré d'animosité envers elle ou son « groupe », donc elle ne comprenait pas réellement pourquoi Kula commençait à s'inquiéter. La seule chose qui dérangeait la jeune fille, était que cette femme la fixait sans sourciller. C'était plus de la gêne que de la méfiance. Et finalement, une fois à hauteur des deux jeunes femmes, elle s'adressa à Julia par son nom que Kula venait de lui rappeler, et en souriant timidement cette fois. Ce qui étonna la mercenaire cependant, ce fut la proposition de Scylla envers Julia, qui lui demanda si elle désirait faire un tour de pégase avec Iris. En plus de s'excuser envers l'adolescente pour son comportement sur le bateau. Iris était rassurée à présent. Elle ignorait ce qu'avait fait la valkyrie ces derniers jours, mais visiblement elle était bien plus calme et stable mentalement. C'était surtout ce qui l'inquiétait du peu qu'elles ont collaboré lors de cette guerre. Quoi qu'il en soit, Julia répondit en souriant à son tour.

- Vraiment ? Je peux ? Cool ! C'est gentil, s'inclina la jeune fille poliment, merci beaucoup !

C'est donc après avoir glissé quelques mots en langue Nirvit à son pégase, que Scylla tira sa révérence et partit à la recherche de la reine des elfes. Du côté de Julia, cette dernière fit d'abord un petit tour du pégase pour l'observer sous toutes les coutures. Après tout, il était beau et unique comme animal. Puis, avec une petite hésitation elle commença à le caresser. Une fois qu'elle vit qu'il n'était guère contre des caresses, elle s'adressa à Iris.

- Hey Iris, tu viens ?

Iris de son côté restait cependant à bonne distance de l'animal, visiblement peu motivée à chevaucher cette chose.

- H-hum, vas-y toute seule, héhé, lança la mercenaire d'une voix étonnamment gênée, j-je t'attend ici !

- Heeeh ?

Le refus de la mercenaire d'accompagner Julia étonna beaucoup cette dernière. Elle était soudainement moins enjouée, à l'idée de profiter de cette balade à dos de pégase, sans sa mercenaire préférée.

- Roh, poursuivit la jeune adolescente d'un ton déçu, je veux y aller avec toi moi... Si tu ne viens pas, je n'y vais pas non plus !

- M-mais pourquoi ? Voyons, ne soit pas bête Julia, profite de ce petit tour.

- Nan. Je n'irai pas sans toi. Je préfère rester avec toi, et faire des choses avec toi, c'est tout...

- Julia...

Voyant la moue déçue de la jeune adolescente, et son intention de rester sur la terre ferme si Iris ne venait pas profiter de la balade, la mercenaire décida de s'approcher et de céder.

- B-bon, d'accord, j-je viens...

- Ha ! Coooool !

Maintenant que la mercenaire avait acceptée de faire la balade, Julia ne perdit pas de temps et chevaucha le pégase sans hésitation, impatiente de partir vers l'infini et au-delà. Iris, cependant, ne se pressa pas, et s'approcha avec hésitation. Une fois à hauteur du pégase, elle le chevaucha à son tour, en montant derrière Julia, non encore une fois sans une légère hésitation. Finalement, une fois les deux femmes installées, le pégase prit son envol sans attendre. Ce dernier commença à monter, monter, encore et toujours plus haut, jusqu'à arriver à une altitude suffisante pour avoir une vue époustouflante.

- Youhouuuu ! Plus haut ! Plus haut, haha !

Tandis que Julia profitait de la balade, et semblait totalement à l'aise, c'était loin d'être le cas d'Iris qui sans s'en rendre compte avait les bras autour de la taille de Julia assez serrée, et les yeux fermés.

- Regarde Iris ! La forêt est toute petite vue d'ici hahaha ! … Iris ? Ha ! s'exclama la jeune fille en retournant la tête rapidement. Pourquoi tu as les yeux fermés ?

- C-c'est le vent qui m-me gène...

Mais Julia n'était pas dupe, elle sentait bien les mains autour de sa taille trembler légèrement, ainsi que la voix incertaine de sa partenaire.

- Hum, réfléchissait la jeune fille, tu as le vertige Iris ?

- H-um...

Non sans hésitation, et un petit gémissement timide, la mercenaire hocha la tête, et avoua qu'elle avait peur de l'altitude.

- Roh ! Il fallait me le dire, je ne t'aurais pas forcée à monter...

- C-ce n'est pas grave ! Profite du v-voyage !

Tandis qu'Iris rassurait Julia sur son état, cette dernière tenta d'ouvrir les yeux, mais comme si le pégase avait fait exprès, ce dernier choisit ce moment précis pour faire un looping.

- Kyaaaaaa !

- Wooouha ! Trop cooool !

- N-non c-c'est pas cool ! S'il refait ça, j'en f-fait du jambon de cette chose !

- Hahahaha, tu es trop marrante Iris ! Haha !

Finalement, après un petit tour d'horizon, le pégase entama sa descente, pour au final se poser à l'endroit de départ. Le petit voyage touchait donc à sa fin, au grand dam de Julia, et au grand plaisir d'Iris. Cette dernière avait l'impression que la balade avait duré une éternité, tandis que pour Julia, c'était l'inverse. Quoi qu'il en soit, la jeune fille descendit du pégase, suivi par Iris, qui une fois sur la terre ferme, tituba légèrement, une main sur la tempe.

- Hihi, ça va Iris ?

- O-ouais, ça va... P-plus jamais ça...

- Hihi, tu es trop mignonne quand tu as peur !

- H-hey, arrête de te moquer !

- D'accord, d'accord I-r-i-s, continua la jeune fille, d'un ton provocateur, tu as besoin d'un câlin ?

- Julia... Attends que j'aille m-mieux, tu ne perds rien pour att... Humpf, s'arrêta la mercenaire sous le coup de la nausée. Si on rentrait... ?

- Hihi, d'accord, il vaut mieux en effet. Ce serait dommage que tu transformes en jambon ce gentil pégase !

Après ces mots, Julia caressa une dernière fois le pégase, avant de laisser ce dernier tirer sa révérence, et retourner auprès de sa maîtresse. Quant aux deux jeunes femmes, elles firent de même, et quittèrent ce lieu, en direction du palais royal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une demande délicate   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une demande délicate
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de baptême, mariage , funérailles, confession etc
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Preval demande aux USA d'arreter les deportations d'haitiens
» Problèmes liés à la demande d'envoi d'informations du client DOFUS
» Daniel Elie demande un audit de sa gestion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de la forêt :: Temple de la forêt-
Sauter vers: