La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une magicienne aveugle

Aller en bas 
AuteurMessage
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Une magicienne aveugle   Mar 12 Juin - 22:56

Lorsque Scylla retourna au pays du feu, elle réalisa que la chaleur du territoire avait un effet plus néfaste que d'habitude sur elle. Elle fut prise par de nombreux vertiges, et elle qui ne connaissait pas la fatigue habituellement, semblait exténuée. Ainsi, pour une fois, elle décida de ne pas forcer sur l'entraînement et de passer au moins une journée à se reposer. Elle pensait à ses trois alliés qui allaient justement pouvoir profiter du confort idyllique du royaume des elfes, donc, pour la première fois, elle alla contre ses principes de ne jamais passer une journée à rien faire. Ainsi, elle en profita pour passer une journée aux thermes pour se relaxer. Et une fois la nuit tombée, elle retourna dans le palais royal pour se coucher. Mais avant cela, elle se rappela d'un détail important. Avant cette terrible guerre, elle bénéficia d'un entraînement intensif avec une jeune Nirvit du nom de Shanoa, et cette dernière lui laissa en souvenirs une flûte en bois, qui, soi-disant, aurait le pouvoir d'appeler à l'aide les dragons galactiques. De base, elle n'était pas vraiment enchantée par l'idée de faire appel aux Nirvits qui ont déjà leurs propres soucis, en plus du fait que la valkyrie avait refusé de les soutenir face à Thanathos. Mais finalement, elle se résigna à faire un essai.

- Hum, cela ne me coûte rien d'essayer. Ces dragons galactiques ne risquent pas de me dire plus que "non"...

Un obstacle était tout de même présent. Scylla se débrouillait très mal avec un instrument de musique. Shanoa n'avait même pas songé à demander si la valkyrie était en mesure de jouer de cet instrument de musique. Alors, il y'avait forcément un autre moyen d'utiliser cette petit flûte. La jeune guerrière posa ses lèvres sur le bec, et souffla dedans. Bien sûr, un son désagréable en sortit. C'est après avoir ronchonné légèrement que Scylla eut une autre idée, allumer son glyphe. Et soudain, le résultat fut différent. La signature royale sur sa main droite semblait rentrer en résonnance avec l'instrument, qui prit une couleur or juste après. Et devant l'étonnement de la valkyrie qui continuait de souffler dans le bec de l'instrument, ses doigts bougeaient tout seul.

- C'est de la sorcellerie ? Avec de tels mouvements de doigts, je sais quoi faire quand je prendrais ma retraite...

En effet, la mélodie qui fut jouée était charmante, envoûtante. Mais cela ne dura que quelques secondes. Après, la flûte redevint un vulgaire instrument de bois. Scylla fixa l'instrument avec curiosité.

- Bon, et maintenant... ?

Vu que plus rien ne se produisit, Scylla imaginait qu'elle devait attendre désormais, et rien d'autre. Elle aurait peut-être de la visite dans les prochains jours, qui sait ? Mais pour l'instant, elle ne pensa qu'à une chose. Se mettre en tenue de nuit et roupiller.

***

Nombre de jours avant la chute de l'astre: 13

Le lendemain matin, Scylla, outrée de voir qu'aucun résultat ne se produisit après avoir joué cet étrange instrument, décida de faire quelques courses au village le plus proche. Evidemment, comme elle s'y attendait, les habitants discutaient entre eux d'un terrible événements non inconnu pour la valkyrie: la destruction de la capitale solaire. Cela circulait entre toutes les bouches et toutes les oreilles. Rien d'étonnant pour Scylla, et elle était ravie de constater que personne ne la dévisageait avec curiosité. La valkyrie avait surtout peur que l'on apprenne qu'elle a participé à cette bataille, et pas qu'un peu, en affrontant le commandant dragon des envahisseurs. Mais visiblement, les témoins de l'événement ont dû devenir des créatures assoiffées de sang. C'est à cet instant que Scylla se rappela que c'est en l'utilisant qu'Azelia a pu transformer ces pauvres êtres humains en monstres voraces et violents. Mais il n'était guère le moment de se morfondre. Scylla aura sa confirmation d'ici deux semaines, sur ce qui circule en elle.

Scylla avait pris soin d'acheter plusieurs fruits et légumes, de la charcuterie et le plus important: de la bière ! Elle tenait le tout dans un panier bien garni désormais, et malgré sa tenue civile habituelle lorsqu'elle fait son marché dans ce village, elle avait accroché à sa ceinture l'une de ses nombreuses épées. Elle comptait l'emmener à la forge pour effectuer quelques réparations. Il était hors de question, néanmoins, qu'elle demande à ce que l'on vérifie ou répare Horus et Hecate, deux épées sacrées qui ont fait leurs preuves face à Seto. De plus, elle avait perdu Gram qui se brisa en mille morceaux lorsqu'elle effectua sa mission, détruire la carcasse du dragon de Seto. C'est ainsi arrivée à la forge qu'elle vit quelqu'un sortir. Probablement une nouvelle cliente, qui, par ailleurs, semblait inconnue pour Scylla, elle qui connaissait les habitants de ce village comme sa poche. Cette femme portait une tenue plutôt bien couverte, avec des cheveux pourpres et un air assez timide. Elle tenait entre ses bras, de manière bien maladroite un bouquin et une épée, rangée dans son fourreau. Elle semblait dans la lune. Au premier coup d'œil, Scylla jugerait voir une mage, ou une sorcière.


Spoiler:
 

Ayant l'air désorientée, cette mystérieuse personne tourna la tête de gauche, comme à droite, tout en effectuant des zigzag en marchant. Scylla se demandait qui pouvait bien avoir le cran de picoler de si bon matin. D'ailleurs, à force de marcher bizarrement, elle trébucha sur un pavé, avant de tomber au sol. Le forgeron sortit vérifier ce qui avait causé ce bruit.

- Nom d'un fer de cheval ! Faites attention, maladroite ! Cette épée, j'y ai mis toute mon âme à la forger. C'est du travail d'orfèvre qui doit être traité comme un nouveau né ! Bon sang, c'est pas une vie saine de se torcher la gueule à l'aube et à cet âge là !

- Je... Je suis désolée...

Scylla secoua la tête devant la réaction du vieux forgeron. Ce dernier avait déjà dépassé la cinquantaine. Il avait le crâne rasé, une longue moustache taillée avec précision et une série de tatouages sur les bras. De plus, derrière son tablier, il ne portait rien de plus qu'un vieux pantalon brun qui mettait en valeur sa silhouette enveloppée. La valkyrie se pencha pour attraper la main de cette magicienne, mais elle loupa sa main à multiples reprises avant d'enfin l'attraper.

- Rien de cassé ?

- Non, je vais bien...

- Hey, Erza ! Ca fait un bail, comment vas-tu ?

- Le moral est là, on va dire ! Et toi, Kobalt ? Tu sembles irrité. D'habitude, tu me dessines toujours un joli rictus derrière ta moustache tellement tu es gai comme un pinçon, mais là, on dirait que la peste s'est abattu sur toi.

- J'ai du mal à croire ce qui s'est passé... C'est effroyable cette invasion chez nos potes du côté du soleil ! On raconte qu'il n'y a plus aucune trace de la capitale désormais. C'est horrible, horrible !

- Oui, je sais. J'ai entendu cette histoire. Cela a fait le tour du pays. Toutes ces vies retirées par les crocs de ces dragons. Quelle tragédie...

- Je vais faire faillite, ça fait pas un pli ! Les soldats solaires étaient mes meilleurs clients. Cela constitue une perte incroyable dans mes affaires. Je vais devoir fermer boutique, je te le dis. Et pour retrouver un boulot à mon âge...

- Ahem, oui... Tu... vas faire faillite... C'est... Le plus important, pas vrai ? Mais tu sais qu'avec la chute de l'Ordre Solaire, on va pas tarder à rentrer dans un conflit internationale de grande envergure, alors secoue-toi les puces pour faire parler de toi, parce que bientôt, même les enfants et les vieillards seront heureux d'avoir une épée en main, je le crains.

- Hoooo, tu as d'excellentes idées, Erza ! J'y avais pas pensé !

- D'ailleurs, j'ai pas mal d'épées de ce modèle que j'aimerais que tu retouches, attrape !

Scylla balança son épée vers le forgeron qui l'attrapa sans se rater. Il scruta son propre reflet traverser la fine lame de l'arme en question. Il semblait émerveillé.

- Je sais pas où tu as trouvé toutes tes merveilles que tu me ramènes. On aurait dit que tu te procures tes épées chez un autre continent. Par contre, j'ai l'impression qu'elle a été usée il y'a peu. La lame semble effritée ça et là. Heureusement qu'il me reste du cristal de terre. T'as participé à une bataille, il y'a peu ?

- Peut-être, peut-être pas. N'oublie pas que je suis chasseuse de têtes pour le compte des mercenaires du pays. Tu sais mieux que quiconque que les affaires n'attendent pas. Alors, tu vois, j'ai un gros sac de pièces pour toi si tu m'aides, d'accord ?

- Entendu, chef. Hum, tu pourrais aussi aider cette gamine que tu viens de ramasser ? Elle est venue dans ce village en cherchant une dénommée Scylla. Mais je crois que la malheureuse s'est paumé. Il n'y a pas de Scylla ici, que je sache. Toi qui connais tout le monde ici, tu saurais de qui elle parle ?

- Oui oui, je crois savoir de qui elle parle ! Je vais l'emmener tout de suite voir cette Scylla.

- C'est une amie à toi ? Et tu ne me l'as jamais présentée ? Je me suis fait à l'idée que je ne pourrais jamais boire un verre avec une femme aussi occupée que toi, alors, tu pourrais au moins avoir la bonté de me présenter à tes amies. Elle est comment, plus ou moins belle que toi ?

- Pareil, je dirais. On dit souvent qu'on a un air de famille, elle et moi. Je peux te la présenter, mais j'ai bien peur qu'elle soit occupée pour les deux prochaines semaines à venir. Elle doit... hum... participer à un salon de cosmétique au pays de l'eau. Oui, c'est ça !

- Ha, quel dommage...

- Le pauvre, si il savait. Autant que je rentre dans son jeu pour qu'il me lâche la grappe. Dans deux semaines, de toute manière, soit je suis morte et enterrée, soit je disparais de la Yokume... Bon, venez avec moi, je vais vous emmener chez cette Scylla.

- Merci infiniment. Par contre, je suis malvoyante. Pouvez vous me tenir le bras en route, s'il vous plait ?

- Ahem, oui...

Scylla enroula son bras droit avec le bras gauche de cette jeune femme aveugle. Mais quelque chose la taraudait. Connaissant les ruraux mal éduqués de ce village, elle n'allait pas tarder à recevoir de plein fouet les regards des manants qui allaient tout de suite se faire des films. Et effectivement, lorsque les habitants, masculins évidemment, virent Scylla se promener avec une autre femme à bout portant, beaucoup s'imaginèrent des choses stupides. Scylla crut entendre certains mots qui semblaient prouver la déception des habitants, qui croyaient sans doute que la valkyrie n'était plus libre. Bref, elle laissa couler, bientôt, elle allait s'en aller de ce pays, cela lui était complètement égal si les habitants l'imaginaient être lesbienne désormais.

***

Une fois arrivée jusqu'au repaire, Scylla sortit de son panier un morceau de côtelette tout frais qu'elle balança au sol. La magicienne aveugle entendit des bruits d'aboiements, tandis que l'animal mâchouillait son repas.

- Alors, sommes-nous arrivées ?

- Oui, pardonnez-moi pour ce petit numéro que j'ai du mettre au point avec ce forgeron, mais en réalité, c'est moi, Scylla.

- Hein ? Mais ce forgeron vous a nommé différemment. C'est pas très beau, le mensonge. Sachez, mortelle, que je suis très occupée et que je...

Scylla ne se préoccupa pas davantage d'argumenter sur la raison de son mensonge. Elle illumina son glyphe. Elle imaginait que cette femme était envoyée par Shanoa, suite à l'utilisation de la flûte enchantée qu'elle lui offrit pour faire appel aux Dragons Galactiques. Donc elle était en mesure, même aveugle, de définir la signature énergétique de la princesse Vermillion.

- Oh, cette sensation. Cette lumière apaisante et chaleureuse. On dirait la marque de la Sainte-Lignée. C'est... Ô déesse phénix, votre lumière sacrée éclaire mon chemin à travers les ténèbres incessantes qui me...

- Ouais ouais, ça va hein ! N'en faites pas tout un plat. Je suis peut-être à vos yeux la sainte reine des reines, etc, mais je suis pas faiseuse de miracles. Je ne sais pas comment guérir une aveugle et je pense que personne ne le peut ici...

- Excusez moi, c'est plus fort que moi. Lorsque vous avez utilisé l'écrin magique que Shanoa vous as confié, il est entré en résonnance avec nos propres instruments de communication. J'ai donc su que vous aviez besoin de nos services, princesse. J'ai donc couru et sauté vers le portail qui mène au pays du feu aussi vite que possible, même si je me suis viandé au moins trois ou quatre fois. C'est un hommage de vous rencontrer, votre Majesté. Alors, en quoi puis-je vous être utile ?

Scylla avait du mal à rester fermée à la simple vue de cette magicienne mal voyante. Elle semblait heureuse d'être aux côtés de la valkyrie, et se comportait face à elle comme si elle était déjà en la présence d'une véritable princesse. A cela, Scylla décida de modérer un peu son comportement, histoire de ne pas trahir l'image qu'elle semblait représenter pour ces Dragons Galactiques. La valkyrie n'était pas du genre à écraser les convictions des autres si elle n'y voyait aucun inconvénient.

- Déjà, deux questions me viennent à l'esprit. Pourquoi ce n'est pas Shanoa qui est venu, et ensuite, pourquoi vous vous êtes embêté à acheter une épée chez ce forgeron ?

- Shanoa est parti en pèlerinage avec sa sœur. C'est un rite qui peut durer des semaines. Mais bizarrement, elle n'est toujours pas revenue de son excursion. Ensuite, pour le glaive, et bien... j'avais envie de ramener un souvenir touristique de la Yokume. Je n'ai pas pu m'en empêcher. Je voulais montrer à tous mes amis ce que j'ai récolté.

Scylla vit que cette femme, comparé à Shanoa, semblait plus enjouée, malgré son handicap. Cela faisait plaisir, au fond, à Scylla de voir une personne qui semblait bien vivre une défaillance quelconque dont elle est victime. Et puis, en vue des événements actuels, un esprit joyeux et innocent pour tenir compagnie n'est pas de trop.

- Quel est votre nom ?

- Sofya, votre altesse !

- Donc Sofya, pardonnez moi si je vais paraître purement égoïste. Je sais que vous avez besoin de moi actuellement, pour vous prêter main forte face à votre ennemi actuel. Mais avant cela, je souhaite d'abord débarrasser le monde d'une personne en particulier. Et à moi seule, princesse valkyrie ou non, je doute fortement être en mesure de réussir cette bataille qui me sera décisive. Puis-je donc compter sur l'aide des Dragons Galactiques pour m'accompagner lors de ma prochaine quête ? Même une partie de ce clan me suffirait.

- Nous sommes à votre entière disposition, majesté. Alors, qui cherchez vous à éliminer ?

- La reine lunaire de la Yokume, Azelia Karnstein.

Sofya changea très vite d'expression du visage en entendant ce nom. Malgré qu'elle semblait prête à confier ses services à sa "princesse", elle semblait réticente à l'idée même de partir mener bataille contre Azelia. Un détail que réalisa vite la valkyrie qui semblait étonnée de cette réaction disproportionnée selon elle.

- Un problème ?

- Navrée, mais Azelia, c'est tout bonnement impossible.

- Mais vous venez de dire que vous êtes à mon entière disposition. Ce n'est pas un souci de manque de volonté. En quoi ce nom vous fait-il si peur ?

- Ce n'est pas la question. Azelia est actuellement intouchable. En fait, je ne suis pas censée en parler, mais puisque vous êtes celle qui est censée reprendre le trône d'Atrium, je veux bien éclairer votre lanterne. L'emplacement de notre quartier général est bien dissimulé et tant que nous restons dans l'ombre, nous ne risquons pas d'avoir les forces militaires de Thanathos qui débarquent pour nous capturer ou nous exécuter. Notre survie dépend de ce secret que nous devons garder jusqu'à la toute fin. Seulement... Azelia connaît l'emplacement de cette cachette, et elle a promis de ne pas dévoiler cette information capitale tant qu'on ne s'oppose pas à ses projets, aussi démentiels soit-il.

- Vous cédez sous la menace si je ne m'abuse ? Vous essayez de détrôner un tyran qui contrôle absolument tout Atrium, mais vous pliez les genoux face à la reine d'un simple continent ? Je ne vous cache pas ma profonde déception. Mais qui suis-je pour juger un groupe dont je ne connais pas trop le vécu.

- Je suis au regret de vous informer qu'Azelia a dépassé tout ce que l'on pouvait imaginer, à l'heure actuelle. N'oubliez pas qu'elle est parvenue à retirer la vie de Leona Vermillion, qui était considérée comme le plus grand prodige depuis le décès de votre père. Et ce n'est pas avec l'aide de son armée qu'elle est parvenue à un tel exploit. A elle seule. D'ailleurs, Shanoa avait conservé contact avec la reine lunaire, étant donné qu'elle a existé lors du règne de votre père, et à cette époque, Azelia était liée intimement à votre père. Et ainsi, notre chef a pu découvrir certains détails sur la reine lunaire. Je ne connais pas ces détails, mais apparemment... Azelia aurait mis au point un moyen... de transcender l'immortalité elle-même...

Scylla ne comprenait pas trop ce que signifiait ce charabia. Avoir la capacité de surpasser l'immortalité ? Dit comme cela, c'était purement insensé pour Scylla. Mais la valkyrie avait confiance en sa cousine. De toute manière, elle allait être fixée prochainement, en quoi cette succube était aussi redoutée, même par le Nirvana. Et visiblement, ce serait sans les dragons galactiques. Mais il était trop tôt pour faire marche arrière, et Scylla n'avait pas d'autres initiatives.

- Je n'entends plus le son de votre voix. Etes-vous déçue ? Pourquoi tenez vous tant que ça à mener bataille contre Azelia ? Pour la survie de la race mortelle ? Azelia a beau être terrifiante, elle n'a aucun moyen entre les doigts pour s'occuper du cas du Nirvana. Tant que le Nirvana ne tombe pas, car représentant de la source majeure d'Eldrit sur Atrium, ce monde ne connaîtra jamais de destin réellement tragique. A l'heure actuelle, Thanathos a le monopole de cette énergie, et l'utilise pour son intérêt personnel et non pour le peuple. Il est préférable que vous nous prêtez main forte pour faire tomber ce fourbe souverain, et non que vous perdez votre temps, voire la vie, face à quelqu'un qui ne risque pas de faire disparaître plus que la race mortelle. Vous êtes jeune comparé à vos prédécesseurs. Ne perdez pas la vie pour une bataille perdue d'avance.

- Je sais bien tout ça... Mais je dois beaucoup à la race mortelle, même si il fut un temps où je ne me préoccupais pas de leurs sorts. Et suis-je digne de diriger Atrium, si je n'offre pas mon service pour tous les peuples ? Azelia ne se préoccupe que de l'évolution des puissants. Elle dénigre les faibles et les opprimés. Elle ne se concentre que sur la sélection naturelle. Ce n'est pas ainsi qu'un souverain doit agir. Vous me nommez princesse comme si j'avais déjà le pouvoir, mais seriez-vous prête à accepter une reine qui laisse un peuple précis traîner dans une marre de sang, sous prétexte que son existence est illusoire ? Ce n'est pas ma conception de l'évolution, Sofya.

- Je respecte votre point de vue. Mais nos opinions divergent malgré tout. Notre priorité reste Thanathos. Ainsi, je ne pense pas qu'il est judicieux que nous mettons à votre disposition nos hommes pour l'instant. En revanche, comme votre survie nous est précieuse, je peux vous proposer un arrangement à l'amiable.

- Et qui est ?

- Je suis prête à compléter l'enseignement que vous a procuré Shanoa, mais cette fois, en vue de l'adversaire que vous avez sélectionné, il va falloir passer à l'étape finale d'une traite. Je suis prête à rester avec vous le temps nécessaire pour cet enseignement. Mais je vous préviens, l'échec sera synonyme de mort. La réussite ? Vous dépasserez votre père avant qu'il ne rende l'âme. Il vous suffit de me prouver que vous êtes la digne descendante du chevalier phénix, Scylla...

Scylla ne savait quoi répondre. La proposition de Sofya était très particulière. Elle venait de lui proposer de tester sa valeur, en retour, elle deviendrait l'égal de son père. Mais en cas d'échec, elle mourrait bien avant d'avoir mené bataille contre la reine succube. Encore une fois, Scylla ne pouvait plus faire machine arrière. Bien qu'Azelia aurait pu devenir une alliée de la valkyrie, ayant également pour ambition de provoquer la chute du tyran d'Atrium, elle ne pouvait se résoudre de laisser Azelia agir. Scylla veut comprendre également ce qui a cloché chez cette succube qui était l'ancienne épouse de son père avant Alleria, pour qu'elle aille jusqu'à sacrifier la race mortelle pour la bonne cause. Et comme la valkyrie venait de la préciser, si elle souhaitait devenir la digne descendante de Leonis, surnommé le chevalier phénix, elle devait suivre la voie de son père jusqu'au bout, et n'abandonner aucun peuple, même si elle ne pouvait se lier définitivement avec ce même peuple en question. C'est donc ainsi que la valkyrie écarlate mit de côté son hésitation, et répondit fièrement à Sofya:

- J'accepte cette épreuve !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Une magicienne aveugle   Dim 24 Juin - 23:32

Scylla venait donc d'accepter l'épreuve que lui avait proposé Sofya, une Nirvit appartenant à l'Ordre des Dragons Galactiques. Mais le résultat de cette épreuve sera quitte ou double. Soit Scylla périssait pour de bon, soit elle deviendrait l'égal de son père, à savoir, l'ancien roi d'Atrium. La valkyrie avait du mal à imaginer qu'en l'espace de deux semaines, elle parviendrait à devenir aussi puissante, mais cette Sofya ne paraissait pas fausse. Elle avait l'air bien déterminée à aider la princesse Nirvit du mieux qu'elle pouvait, malgré qu'elle avait refusée ouvertement de mettre à la disposition de Scylla le moindre homme appartenant à son armée. Tout cela par la faute d'un chantage d'Azelia, encore une fois. Scylla était déjà reconnaissante envers cette Sofya d'avoir répondu présente à son appel. Elle attendit donc la suite, se demandant malgré tout si cet entraînement allait porter ses fruits à la vitesse de l'éclair.

- Et donc, vous pensez sincèrement qu'en l'espace de moins de deux semaines, je pourrais être capable d'égaler mon père qui était pourtant une légende vivante sur Atrium ?

- En toute logique, non. Ceci devrait prendre des mois, voire des années. Mais... vous êtes une valkyrie. Vous avez un potentiel immense. Et c'est la première fois, depuis l'histoire d'Atrium, qu'une valkyrie porte en elle le lourd fardeau d'héberger un Theos en son âme. Je pense que cela doit donc être dans le champ du possible.

- Un Theos... Il est vrai que je suis liée spirituellement avec une créature de cette espèce. J'ai tendance à l'oublier.

- C'est justement le but de cette épreuve. Votre Glyphe Astrale est encore scellé, par un sceau qu'a crée votre père.

- Un sceau ? Pour quoi faire ?

- Parce qu'il n'a pas eu le choix de sceller cette créature en vous, alors que vous étiez bébé. Imaginez, sans ce sceau, le Theos aurait déjà consumé votre âme, puis aurait pris possession de votre corps. Votre conscience aurait fini dans l'oubli, et aurait été effacé de l'existence à tout jamais. Je pense que dorénavant, il est temps de briser le sceau.

- Hum, c'est pas dangereux ?

- Normalement, Shanoa nous as donné l'instruction de détruire le sceau séparant votre âme de celui de votre Theos, qu'à partir du moment où vous alliez mettre les pieds en pleine zone Nirvit. Mais... je pense qu'elle ne me reprochera pas de contourner ses directives ici et maintenant. Pour la simple raison, qu'il est deux fois plus dangereux de vous laisser mener bataille contre Azelia à votre niveau actuel. Et puis, une fois que vous aurez affronté Azelia, vous serez finalement au courant de...

- Hum ?

Sofya s'arrêta net. Elle réalisa sur le champ qu'elle s'apprêtait à dire une bêtise. Pendant ce temps, Scylla s'interrogea sur ce que la magicienne allait lâcher par maladresse. En effet, elle aurait jurée que Sofya venait de confirmer qu'elle allait bel et bien apprendre quelque chose de la part d'Azelia. Mais cela signifiait également, indirectement, que cette jeune femme aveugle connaissait également la vérité sur Scylla, et elle mettait sa main à couper que les Dragons Galactiques devaient également avoir tout un dossier sur la valkyrie. Mais elle décida de ne pas questionner cette Sofya. Elle semblait jeune et frêle, en plus de porter un lourd handicap sur ses épaules.

- Heu, commençons. Le but sera donc, par conséquent, de rencontrer votre Theos, et de le convaincre de lier votre esprit au sien. C'est l'étape primordiale que chaque gardien a du endurer avant d'activer pleinement son Glyphe Astrale. Sachez cependant que si vous y parvenez, votre corps possèdera deux esprits parallèles. Le vôtre, et celui du Theos. Vous ne serez plus une seule personne désormais, mais bien un duo partageant votre apparence. Du moins, cela s'applique à partir du moment où vous resterez sur Atrium.

- C'est tout ? Je dois juste convaincre mon Theos ?

- Veuillez activer votre Glyhpe Astrale, je vous prie. Que je puisse repérer votre présence. Je vais invoquer un cercle enchanté et vous devez être parfaitement positionné au centre.

- Comme ceci ?

- Oui, maintenant, ne bougez plus !

Sofya récita une formule magique, et comme précisé, un cercle rouge se dessina.

- Hum, navrée, mais par l'éternelle maladresse qui me caractérise, j'ai oublié de préciser un point de la plus haute importance... Ca risque de piquer... énormément.

- Quoi ? Attendez, vous auriez pu me prévenir plus...

Scylla n'eut pas le temps de finir sa phrase, que depuis le sol, une chaîne avec un bracelet apparut. Le bracelet, automatiquement, s'attacha au poignet droit de la valkyrie, là où se trouve son Glyphe. Puis, Scylla commença une série d'hurlements. Il semblerait bien que la magicienne n'exagérait en rien quand elle précisait qu'elle allait souffrir. Et ce n'était pas seulement une douleur atroce qui envahissait Scylla désormais. Cette dernière avait l'air de devenir enragée. Ses yeux étaient rouges sang, et ses canines s'élargirent, comme si elle mutait en un démon sanguinaire. Sa vue se troubla le temps de sa douleur. Tout semblait se fragmenter devant elle, jusqu'au moment où elle vit un nouveau décor. Un décor bien familier. C'était cet espace spirituel nommé "Le Valhalla". Elle reconnut tout de suite cet endroit paradisiaque au ciel rosé, et avec un léger ruisseau sous ses pieds, recouvert par une fine couche de verre. Alors qu'elle contemplait, tout en marchant, les cerisiers bourgeonnants autour d'elle, elle vit au fond un trône, avec une silhouette tout aussi familiers qui était tranquillement installé. En effet, elle reconnut cette femme blonde au long manteau rouge qui descendait le long de son dos comme une longue cape de reine.

- J'aurais du m'en douter. Vous êtes mon Theos.

- Comme on se retrouve, valkyrie. Et dire qu'il y'a plus d'une journée, tu n'étais déjà plus en mesure d'entendre le son de ma voix. Et maintenant, te voilà dans ma dimension, pleine de ressources et de vie. T'aies-je manquée ? Non, j'imagine que ma personne ne t'intéresse point. Ce que tu désires, la véritable raison de ton intrusion ici, n'est nulle autre que mon essence, n'est ce pas ?

- Maintenant que nous avons combattu côte à côte pour défaire le seigneur des dragons blancs, mettons encore une fois nos forces en commun pour vaincre celle qui menace l'avenir d'Atrium. Je vous en conjure.

- Hum, voyez-vous ça. Depuis quand aies-je mis ma force sur un pied d'égalité avec la tienne ? Nous n'avons jamais partagé nos pouvoirs pour vaincre un ennemi en commun. C'est moi qui aies annihilé ce dragon, utilisant ton corps, pendant que ton esprit dormait paisiblement. Tu n'as aucun mérite. Je n'offre mon pouvoir qu'a celui ou celle qui dominera intégralement Atrium. Or, ce n'est pas vraiment dans tes plans d'avenirs, je me trompe ?

- Mon avenir ne vous concerne pas. Vous existez grâce à moi désormais. Alors, si vous souhaitez profiter d'un peu de liberté, je vous conjure de briser ce sceau qui nous sépare. Ne faisons plus qu'un, Theos...

- Ahlala, pourquoi devrais-je m'enquiquiner à parler d'avenir avec quelqu'un qui ignore tout de son passé ? Très bien, c'est entendu. On va commencer le rite. Pour commencer, enfile ton armure Vermillion. Puis, une fois ceci fait, dirige toi vers ce ruisseau à ta gauche, et abreuve toi de son eau. Je te donnerais les prochaines instructions une fois ceci fait.

- C'est tout ? Qui me dit que ce n'est pas un piège ?

- Rappelle-moi ce que tu m'as dis lorsque j'ai emprunté ton enveloppe charnelle ? "Mon corps, ma loi", n'est ce pas ? Et bien, je réitère cette phrase en modifiant un détail: "Ma dimension, ma loi". Sommes-nous clair ?

Scylla n'aimait pas trop cela, mais elle se devait de se montrer obéissante, apparemment, si elle espérait parvenir à convaincre ce Theos à la forme humanoïde de ne faire plus qu'un avec elle. Par ailleurs, contrairement aux récits sur les Theos qu'elle entendit, elle n'avait aucune forme animale. Elle avait donc probablement une personnalité s'approchant de celle de l'humaine. Elle pourrait donc réussir à convaincre cette femme avec de la patience. Ainsi, Scylla enfila donc l'armure Vermillion, puis s'approcha de la source d'eau la plus proche pour en boir une gorgée. Et dès qu'elle se redressa, l'armure, de couleur rose, qu'elle portait devint rouge. Puis, la valkyrie se mit à souffrir pour la seconde fois. Elle restait à quatre pattes, à se retenir d'hurler à la mort. D'ailleurs, elle souffrait tellement qu'aucun son ne sortait de sa bouche. Le tétanisme qui la bloquait la paralysait, et même si la douleur était omniprésente, elle semblait asséchée, complètement vidée. Le descriptif qui correspondait à sa douleur était le suivant: Elle prenait un bain dans un volcan en éruption, tellement sa peau brûlait.

- C'est chaud, n'est ce pas ? En t'observant depuis ton plus jeune âge, j'ai cru remarquer que tu étais insensible à la souffrance physique. Alors amusons nous un peu. Voyons voir si tu parviens à résister à cette douleur qui te tétanise, tout en répondant à mes questions. J'ai besoin de vérifier que tu es aussi douée que ton père l'imaginait, alors tiens toi bien, car ça va être atroce.

- Je... je... je vous écoute.

- Tu souhaites donc emprunter mon pouvoir pour vaincre Azelia, hum ? Et quelle est la véritable raison de ce désir ardent de croiser le fer avec quelqu'un qui pourrait t'atomiser en l'espace de quelques secondes ? Azelia a déjà conquis la Yokume. C'est déjà trop tard. A partir du moment où elle a assassinée ton ancêtre, elle a déjà obtenu les clés de ce pays. Ce continent tout entier est à sa merci. Mais malgré cela, tu penses tout de même qu'il est impératif de la vaincre, n'est ce pas ? Dis moi pourquoi. Parce qu'elle t'a promis des réponses ? Ou parce que tu te préoccupes vraiment du sort de la Yokume ?

- Je... je... veux savoir qui je suis... Ce qui vit en moi... en quoi je suis... si dangereuse...

- Pauvre tête de linotte. Dois-je t'apprendre l'évidence même ? J'ai vécu en toi depuis tout ce temps, donc, tu te doutes bien que je connais le moindre détail de ton existence. Ta jeunesse, ton parcours, ton combat, tes réussites comme tes échecs. Je sais tout de toi. Et donc, je peux, si j'en ai envie, te raconter TOUT ce que tu cherches à savoir. Comme ça, tu n'auras plus aucune raison valable d'aller te frotter avec Azelia si je te dis tout. Car, je le sais, que c'est tout ce que tu désires. La seule personne que tu aimes: c'est toi. Je sais tout ce que tu ressens. Comme le fait que tu ressens une profonde déception en pensant à cette archange, tout comme tu sembles oublier petit à petit oublier ces deux mortels qui te suivent à la trace. Le peuple mortel ne t'intéresse pas. Maintenant qu'ils t'ont guéris de l'inconnu, tu n'en tires plus aucune utilité.

- C'est...faux.

- Tu l'as prouvé, il y'a peu. Tes alliés ont tiré d'un sale pétrin une jeune enfant, et tu ne semblais pas t'en préoccuper le moins du monde de son malheur. Vouloir l'envoyer droit dans un orphelinat alors que n'importe quel imbécile comprendrait qu'elle ne veut pas lâcher la première main tendue. Cette Testarossa, qui prétend haïr les mortels, semble plus humaine que toi. Tu es égoïste, tout simplement. Ton petit nombril est tout ce qui compte à tes yeux.

- Ce n'est pas vrai... je... je...

Scylla se redressa légèrement malgré que l'armure qu'elle portait carbonisait son corps, comme si on avait glissé son corps dans un four. Bien sûr, elle réalisa très vite qu'elle ne pouvait la retirer, sinon, ça ne serait pas du jeu. Une fois qu'elle eut un premier pied posé à plat sur le sol, elle fixa intensément son Theos, tout en serrant les dents.

- Je ne pourrais jamais me pardonner si il arrive quelque chose à Kula, et à Law. Je ne pourrais retourner chez moi, l'air digne, si j'ai laissé deux existences qui ont cru en moi, mourir face à une reine mégalo. Je le jure...

- Une reine mégalo ? A ce sujet, supposons que tu parviennes, grâce à mon pouvoir, à vaincre Azelia. Que feras-tu ? Penses-tu un instant que tes amis vont vivre une vie heureuse lorsque Azelia sera pourfendue ? Penses-tu qu'Azelia est le mal absolu ? Que c'est elle la source de tout les maux de ce monde ? Peut-être qu'au fond, pour cette même personne, c'est toi qui est la fautive de la tournure qu'a pris Atrium, pas vrai ? Alors, si tu parviens l'impossible, vas-tu l'éliminer, et fuir, à bras le corps, ce monde, pensant que tout sera réglé ? Ou épargneras-tu la vie d'Azelia, comme tu l'as fait pour ce jeune dragon blanc ?

- Je... ne sais pas...

Soudain, la température provenant de son armure s'amplifia d'un coup. Cette fois, Scylla ne contenait plus sa douleur et hurla un bon coup. De plus, cette même armure semblait peser une tonne. Bref, à ce stade, c'était comme si Scylla tentait de porter un rocher en fusion. Bien sûr, l'augmentation de la température était bien sûr de la part de cette femme Theos.

- "Je ne sais pas" n'est pas une réponse valide, Scylla. C'est oui, ou c'est non ?

- Je ne peux pas décider... tant que je n'ai pas encore mené bataille. Tout dépend... de la tournure que prendront les événements. Mais si j'aperçois une autre solution que celle de pourfendre Azelia, alors, je passerais... par celle-ci... Et je refuse que vous me racontez la vérité. Pas maintenant. La vérité appartient aux vivants. Si je ne prouve pas que je suis digne de vivre, la vérité n'a pas besoin d'être sue...

- Huhu, j'aperçois une lueur de sincérité dans ton regard. Je vois bien que ce n'est pas la guerre que tu cherches. Soit, je commence à considérer l'option de ne faire qu'un avec toi. Mais il y'a une condition à respecter.

- Quelle est elle ? Je ferais n'importe quoi...

- Vraiment n'importe quoi ? Alors c'est parfait. Cette condition est donc la suivante: OUBLIE Legendia, et ne remets jamais les pieds là-bas !

L'ordre donné par ce Theos était direct. Et il eut l'effet d'une bombe sur la valkyrie. Renoncer à Legendia ? C'était impossible pour elle. Sa mère l'attendait, et elle ne comptait pas mourir tant qu'elle n'avait pas retrouvée cette personne.

- Pourquoi m'imposer... une telle condition ?

- J'aies été très claire pourtant. Je n'offre mon aura qu'a celui ou celle qui saura diriger Atrium vers la suprématie, la salvation. Celui qui guidera tous les peuples vers un avenir radieux ! Un dirigeant, un conquérant, un véritable souverain. Voilà ce que je veux pour que je sois un alter bien docile, Scylla ! Toi, il te reste encore à prouver que tu appartiens à Atrium. Mais à mes yeux, c'est ici qu'est ta place. Ton père m'a lié à toi pour que je t'aide à changer le cours des événements, ICI, et nulle part ailleurs ! De plus, Sofya a bien précisé qu'une fois que tu retourneras sur Legendia, le lien qui nous unit sera coupé. Quel intérêt aurais-je à me lier à toi, pour qu'au final, tu me laisses tomber, et que je continue de pourrir éternellement dans cette dimension sans aucune sortie !

- Je suis navrée... Mais je ne peux pas. Mère, je veux... la revoir. C'est ce qui compte le plus à mes yeux... J'ai attendu si... longtemps pour ça...

- Ta mère ? Hahahahaha ! Tu te préoccupes tellement d'une personne avec qui tu n'as aucun passé ? Mais bon, il est vrai que j'avais omis quelque chose d'essentiel, cette Alleria est au dessus de nous, pauvres créatures d'Atrium. Tu dois voir les choses ainsi, pas vrai ? Tu crois que je devrais partager mon identité avec une valkyrie qui, comme toutes les autres, va abandonner Atrium au moindre prétexte ? Une fois que tu auras rejointe ta mère, tu deviendras comme toutes ces lâches valkyries qui se prétendent absolues, mais qui ne sont pourtant pas fichues de s'occuper d'une petite province de rien du tout. Tu oubliera ta destinée, et tu l'abandonneras. Quand on sort d'une zone morte considérée comme une erreur, pourquoi on s'en souviendrait ? Pourquoi vouloir retourner dans les bas-quartiers, lorsqu'on peut enfin jouir de la vie de château ?

Après cette mini tirade, Scylla ne montrait plus l'expression de quelqu'un qui souffrait le martyre, mais d'une femme furieuse. Elle ne semblait pas avoir appréciée ces dernières paroles.

- Je vous... interdis de parler ainsi de ma mère ! Vous m'entendez ?

- Tu essayes de montrer tes crocs, désormais ? Navrée, jeune fille, mais tu ne m'impressionnes pas ! J'ai existé bien avant toi ! Je suis l'un des premiers organismes vivants d'Atrium, bien avant le règne des Vermillion. Et mes onze frères et sœurs Theos, ont lutté, tout comme moi, pour le bien-être absolu d'Atrium, pour son appartenance légitime au sein de la création ! Notre lutte acharnée vers un ordre équilibré nous as mené à perdre notre humanité. J'ai sacrifié tout ce qui constituait ma personne, incluant ma génétique. J'ai tout perdu pour finir scellé dans un lieu que seule toi peut détruire la frontière. Il est donc dans mon intérêt, que la princesse Nirvit qui partage son essence avec la mienne, œuvre pour reprendre le flambeau que j'ai abandonné. Et tu me le dois, chère Scylla...

... écoute ce que j'ai à te dire. Je suis celle qui mérite le plus l'appellation de mère à tes yeux. Tu crois que c'est ton seul potentiel qui t'a permis de braver tous les obstacles qu'Azelia a placé sur ton chemin ? J'ai veillé, telle une mère envers son nourrisson, que tu restes debout, les deux pieds bien au sol ! Sans moi, tu serais morte face à ce Seto. Même bien avant, tu aurais péri. C'est inéluctable que sans moi, ton nom aurait été oublié à jamais, bien avant que tu ne rentres dans les légendes ! Je t'ai protégé jusqu'au bout. Tu me dois donc une large gratification ! Ta mère, elle n'a même pas cherché à venger la mort de ton père ! Elle a été incapable de te retrouver lorsque tu as été kidnappée. C'est le seul hasard qui t'a réunie à elle, alors qu'elle avait déjà oubliée tout espoir de te retrouver. J'ai vu cette petite scénette entre vous au pays du feu. L'attitude de cette Alleria était celle d'une femme perdue qui avait abandonné depuis des siècles ! Je suis celle à qui tu dois tout ! Alors je refuse de donner mon âme à quelqu'un qui suivra l'exemple de Legendia, et fermera toute barrière avec notre monde qui a toujours un espoir de survivre, n'en déplaise aux puristes. Tss, tu préfères quoi ? Tenter ta chance et prouver que tu es la digne descendante de ton père, ou laisser une succube qui est loin du compte, croire qu'elle est le messie ?


- C'est la barrière entre Legendia et Atrium qui vous trouble à ce point, vous qui prétendez être une sainte parmi les saintes ?

Scylla s'était relevée, malgré le poids de son armure et sa température. Comme si entendre ce discours accusateur envers Alleria et les valkyries, poussait Scylla à refuser de croupir au sol plus longtemps.

- Alors c'est promis ! Je prendrai la direction d'Atrium une fois que le tyran actuel goûtera de mon épée. Et une fois mon destin pris en main...

Scylla fit apparaître Horus et l'envoya d'un coup sec vers les pieds du Theos, qui était toujours assise sur son trône, les jambes croisées.

- ... ma première décision en tant que gouvernante sera de briser cette barrière entre les deux mondes, et à bâtir une nouvelle entente entre le royaume de ma mère et celui de mon père. Puisque je suis le dernier pilier qui relie les deux mondes, alors j'assumerais ce rôle et œuvrerais pour qu'Atrium prospère au sein de la création en tant que royaume développé et vivant ! C'est une promesse ! Et si vous me connaissez si bien, vous devriez savoir que quand je signe une promesse avec la pointe de mon épée, elle ne se ternit jamais !

Pour une fois, ce Theos au corps féminin effaça son sourire. Observer Scylla rester debout malgré ce qu'elle devait endurer avec cette armure, et parler avec tant de conviction l'impressionnait même si elle ne montrait guère le moindre sentiment. De plus, pour la toute première fois, Scylla venait d'effectuer la promesse qu'elle rejoindrait les hauts noms d'Atrium, en devenant souveraine, alors qu'elle avait rejeté en boucle son destin jusqu'à maintenant. A cet instant, le Theos cessa de fanfaronner.

- Dis, tu pourrais prendre soin de tes affaires. Cette épée m'appartenait, aux dernières nouvelles. Bon, est-ce que tu supportes la souffrance à ce point ? Alors, tu ne verras aucun inconvénient à porter cette armure quelques heures encore, si ?

La brume rosée derrière le Theos commença à se dissiper tout doucement. Scylla vit derrière elle une sorte de tour apparaître.

- Escalade cette tour avec cette armure, puis apporte moi un cristal rouge situé à son sommet. C'est l'instrument qui m'est nécessaire pour briser le sceau entre nos Glyphes. Désolée ma belle, mais je ne lèverai pas le petit doigt pour toi. Pour la simple raison que le pouvoir a un prix. Si tu te lies à moi, tu devras supporter le poids de mon âme fusionner avec le tien. Cela sera éprouvant aux premiers abords. Porter cette armure qui brûle ta peau est un entraînement parfait pour supporter la vague d'énergie que tu obtiendras une fois le sceau brisé.

Scylla s'avança avec difficulté vers la tour. Apparemment, la conversation semblait avoir pris une tournure évolutive puisque désormais, place à la pratique. Mais une chose inquiétait Scylla: En levant la tête, elle ne voyait absolument pas le sommet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une magicienne aveugle
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Caniche F Toy âgée, sourde, aveugle va mourrir en fourrièr
» Caniche moyen et aveugle env. 8 ans ( frelinghien 59)
» MON AMOUR DE CANICHE DEVIENT AVEUGLE
» TROUVE VIEUX CANICHE QUASI AVEUGLE
» Malaurie Mytheiril, demoiselle aux papillons [Magicienne]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays du feu :: Temple du feu-
Sauter vers: