La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hélios, le royaume indomptable

Aller en bas 
AuteurMessage
Asuna
Archange des constellations
Archange des constellations
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 08/01/2014

MessageSujet: Hélios, le royaume indomptable   Sam 21 Avr - 10:32

Hélios, royaume prospère de la péninsule d'Éternia. Réputé pour l'architecture de ses cités, ainsi que de sa capitale imprenable, ce royaume brille surtout par l'éclat de sa tour d'or. Tour située au centre de la capitale, symbole de grandeur et richesse, elle domine le royaume, et fait sa renommée. En outre, la position du royaume sur la péninsule, situé entre Éternia et Loxianna, assure le bon développement du commerce. Enfin, ses bonnes relations avec l'ensemble des royaumes de la péninsule, lui garantissent une position diplomatique confortable. Mais, tout cela, le royaume le doit à sa famille royale. Monarque d'héritier en héritier, la famille Galford assure le bon développement de son royaume. Et le dernier héritier en date, Alduin, ne déroge pas à la règle, et fait honneur à son nom. Surnommé le « Lion d'Hélios », ce monarque brille par sa fureur au combat, et son charisme. Considéré comme sans rivaux sur le champ de bataille, armé de ses lames, Tizona et Tiona, il répand la terreur sur les ennemis de son royaume, tel un lion enragé. Mais, ce roi doit sa popularité également à sa bonté envers le peuple. Protecteur, fidèle, aidé de son conseiller, et frère, Lucius Galford, sur qui il peut compter, il met un point d'honneur à protéger son peuple de la fatalité.
Spoiler:
 


C'est donc sous la lumière des trois soleils, et actuellement celle du zénith, qu'une audience aura bientôt lieu, entre le roi, et une invitée de marque. Parcourant les couloirs en direction du trône, la silhouette, accompagnée par le conseiller Lucius, semblait se languir de cette marche. Tantôt maussade, tantôt ennuyée, la silhouette faisait preuve d'une attitude décontractée, loin d'une attitude d'avant rencontre royale. Cependant, l'origine de cette attitude n'était pas de n'importe qui, il s'agissait ni plus ni moins de l'archange et monarque d'Éternia : la reine Asuna. Néanmoins, au premier abord, nulle forme d'archange n'était à noter. Actuellement, l'archange arborait un style plus classique, plus naturel. Pour ceux qui l'ont déjà vu, ce changement était à la fois drastique, et mystérieux. Bien que, son apparence ne trahisse pas l'archange original. Toujours arborant une longue chevelure rousse, tressée à l'arrière, ce qui pouvait étonner était son air plus sérieux, mature, voire féroce. Pour la tenue, l'archange avait abandonné l'armure de plaques rutilantes, et cachant peu de peau, pour laisser place à une tenue plus complexe, plus couverte. Laissant tomber la maille, l'archange avait opté pour du tissu. Seules quelques parties de la tenue étaient recouverts par de fins morceaux d'armures. En particulier les avants bras, où ces derniers étaient plus couverts. D'ailleurs, si la main droite laissait apparaître les doigts fins de l'archange, la main gauche elle, était entièrement couverte d'un gant de maille. Enfin, la tenue était ornée à la taille d'une fine rapière dans son fourreau, ainsi que d'une courte cape blanche couvrant les épaules. Le tout donnait dans tous les cas un style toujours aussi royal, mais bien plus sombre.
Spoiler:
 

Après une longue marche qui semblait ennuyer profondément l'archange, ce dernier et le conseiller Lucius arrivèrent finalement devant une large porte. Sans plus de trivialités, le conseiller invita la reine d'Éternia à pénétrer dans la salle du trône. Une fois la porte passée, l'archange était dans une salle d'une superficie impressionnante. La pièce était soutenue par des piliers imposants d'un bout à l'autre, tandis que le sol, semblait couvert d'or. Enfin, un tapis rouge menant de la porte au trône, était présent, ainsi que le symbole de la famille Galford dessiner sur le sol, au centre de la salle. Quoi qu'il en soit, à l'arrivée de l'archange, le roi se leva, afin de saluer son invité de marque.

- Bienvenue sur Hélios, reine archange. C'est un plaisir de vous accueillir sur mon royaume, bien que je sois quelque peu surpris d'une telle initiative. Vous imaginez ma surprise, lorsque j'ai appris que la reine d'Éternia en personne, souhaitait une audience.

L'archange s'inclina à son tour, puis répondit au monarque qui lui faisait face, d'une voix respectueuse.

- Je vous remercie de votre accueil, et de m'accorder audience, seigneur Galford. Je suis consciente que notre temps est précieux à tous les deux, mais il me tenait à cœur de vous voir en personne.

- Un tel intérêt est agréable à entendre, bien que je devine la raison de votre présence en ces lieux aujourd'hui. Vous êtes certainement présente, afin de revenir sur nos pourparlers en ce qui concerne une potentielle alliance entre nos deux royaumes. À cela, je vous répondrais que ce n'était pas nécessaire de vous déplacer en personne, j'ai déjà refusé, et votre présence ne changera pas ma position sur cette décision. Votre émissaire était plus que suffisant, et vous deviez vous douter que ma réponse reste la même. C'est pourquoi, j'en arrive à mon questionnement actuel : qu'espérez-vous de cette audience ?

- Je vois que vous n'hésitez pas à aller directement au but, seigneur Galford. Vous êtes comme les récits vous dépeignent. Sur ce, comme vous l'avez deviné, je suis effectivement présente, afin de parler de ma proposition d'alliance. Cependant, bien que mon émissaire m'ait fait part de votre réponse, je tenais à moi-même l'entendre de vive voix, et, pourquoi pas, effectivement vous faire revenir sur votre position. J'admets qu'entendre de votre bouche, le pourquoi de votre refus, m'aiderait à satisfaire ma curiosité, ainsi que de soulager ma déception.

- Sauf votre respect, archange, les raisons ont déjà été données à votre émissaire. Et, quand bien même, elles sont assez logiques et claires, pour satisfaire votre curiosité. Mais, puisque vous avez fait le déplacement, et que vous semblez y tenir, je vais donc de ce pas vous répéter les principaux arguments de mon refus. Et, pour commencer, la raison principale est que mon royaume n'a aucune raison militaire, ou politique, de s'allier à Éternia. De plus, on ne pratique des alliances qu'en temps de guerre principalement, ou pour améliorer les relations diplomatiques entre deux royaumes. Et, aux dernières nouvelles, nous ne sommes pas en guerre, et même si c'était le cas, vous ne devez certainement pas ignorer, que nous avons déjà une alliance militaire et politique, avec Loxianna. Je ne vois donc pas, ce qu'Hélios aurait à gagner, d'une alliance avec Éternia ? Que ce soit en termes de force militaire, ou présence politique, Loxianna est loin devant votre royaume, archange. Le royaume d'Éternia est le symbole de la tour de l'éternité, mais il est loin d'être un royaume influent. Arcadia et Loxianna sont les royaumes dominants de la péninsule, en matière de force militaire et routes commerciales.

L'archange observa dans le silence son interlocuteur, lui énumérer les raisons de son refus quant à une potentielle alliance. Et, bien que les arguments d'Alduin étaient logiques et directs, surtout en ce qui concerne la place d'Éternia sur la péninsule portant son nom, cela ne fit pas changer l'archange d'expression. Asuna semblait toujours aussi calme et attentive, aux paroles de ce bon roi. Finalement, une fois le monarque silencieux, l'archange, toujours droit, les mains croisés derrière le dos, prit la parole, d'une voix calme, mais cette fois, saupoudré d'un ton las.

- Voyons, seigneur Galford, pensez-vous vraiment que je sois ici pour entendre des raisons aussi évidentes ? Pourquoi n'abandonnerions-nous pas les fausses manières, afin d'être un peu plus franc entre nous ? Arrêtons donc, de nous mentir, et de faire bonne figure. Je sais pertinemment que vous ne m'apprécier guère, n'est-ce pas ? Alors, si vous me partagiez réellement vos raisons, seigneur Galford ?

La réponse de l'archange laissa le seigneur d'Hélios silencieux quelques secondes. Des secondes pendant lesquelles il observa à son tour son interlocutrice. Son air accueillant et amical, laissant place à un visage neutre, soudainement sérieux. Et, sa voix lorsqu'il reprit la parole, était à l'image de son nouveau visage.

- Je vois que vous aussi, vous allez droit au but, archange. Cependant, mon appréciation à votre sujet n'a rien à voir avec mon refus. Mais, puisque vous insistez, vous avez raison, il y a plusieurs points qui me laissent perplexes, en commençant par vous-même. Je dois admettre que je n'apprécie guère votre façon de penser, ou, pour être plus franc, votre façon de répandre la justice. Vous l'ignorez peut-être, mais votre exemple de puissance et condamnation sur l'ancienne reine d'Éternia, n'est pas passé inaperçu. Vos paroles, ainsi que votre acte ce jour-là, ont été à l'encontre des principes des principaux dirigeants de la péninsule. Nous sommes une péninsule diplomatique, on n'exécute pas des criminels, sans un jugement préalable. Il y a bien longtemps que nous ne sommes plus des sauvages. Rajoutons à cela, les rumeurs circulantes à votre sujet, quant à votre façon de diriger votre royaume. On dit que vous êtes invisible pour votre peuple, et que même vos conseillers ne vous voient que très rarement. Si vous ne seriez pas un archange, il est clair que votre cote de popularité serait inexistante...

… Mais, le point qui me dérange le plus à votre sujet, c'est le fait qu'Hélios n'est pas le seul royaume que vous ayez approché. Imaginez ma surprise, lorsque j'ai appris que vous aviez déjà entamé des pourparlers, avec les autres royaumes de la péninsule. Excusez-moi du peu, mais le fait que vous mangiez à tous les râteliers, ne joue pas vraiment en votre faveur. Comment puis-je faire confiance, à un royaume qui tente une alliance avec le premier venu ? Cela m'a amené d'ailleurs à me demander, pourquoi une telle entreprise ? Vous deviez vous douter que cela jouerait contre vous, pourtant, vous êtes quand même déterminé à poursuivre votre objectif. Je dois admettre que j'aimerais savoir quel est véritablement votre objectif, archange ?

Le roi Alduin venait de prendre au mot la reine archange, et ne lésinait pas sur la franchise. Il expliqua très clairement que les actions, ainsi que l'esprit de l'archange, ne lui plaisaient guère, ce qui expliquait entre autres, pourquoi il ne l'appréciait pas de masses. Bien que le monarque d'Hélios ait dit tout cela avec diplomatie, cela pouvait être difficile à entendre, pour un dirigeant. Pourtant, l'archange continuait de rester calme et toujours détendu. Asuna observait son interlocuteur l'assaillir d'un air assez serein, voire absent. Tout cela ne l'atteignait-il donc pas ? Ou en avait-elle rien à faire ? C'était difficile à dire, actuellement, mais ce qui était certain, était qu'elle était d'un calme impassible. En ce qui concerne son objectif, ce dernier était un mystère, que même Alduin n'arrivait pas à s'expliquer. Après tout, il n'avait pas tort, l'entreprise d'alliance de l'archange n'avait aucun sens, que ce soit en termes politiques ou militaires. Mais, Alduin pouvait se rassurer, l'archange allait reprendre la parole sous peu, d'un ton cette fois-ci direct.

- Mon objectif est simpliste, lança l'archange tout en haussant les épaules, c'est de rassembler sous une même bannière les royaumes de la péninsule.

La réponse de l'archange laissa Alduin sans voix, dans une surprise soudaine. Il n'arrivait pas à expliquer si son interlocutrice était sérieuse, ou si elle se moquait de lui.

- Vous ne pouvez pas être sérieuse, rassurez-moi ?

- Pourquoi m'amuserais-je à mentir sur mon objectif, seigneur Galford ? Ce dernier vous dérange-t-il ?

La réponse sérieuse et l'air déterminé de l'archange ne trompaient pas, ce dernier était réellement sérieux sur son objectif. Cela laissa encore une fois, le monarque d'Hélios sans voix. À présent, il ne savait plus quoi penser de la personne en face de lui. La raison à cela était simple, un tel souhait était naïf et impossible pour ce dernier. Un objectif comme celui-ci, est généralement un rêve que désirent seulement les enfants avec des rêves naïfs plein la tête. Mais la réalité est bien moins douce, et un tel rêve disparaît rapidement des esprits. Pourtant, cet archange semble sérieux sur cet objectif. Cela était incompréhensible, cette reine était-elle naïve à ce point ?

- Au contraire, cela est un objectif honorable. Mais, pardonnez ma rudesse, cela est également très naïf. J'ose espérer que vous savez que cet objectif est irréel ? Je n'imaginais pas entendre un jour, un monarque lancer un tel vœu. Peut-être, parce qu'aucun monarque sain d'esprit ne poursuivrait un objectif qui se rapproche plus de l'utopie, que du possible. De plus, un tel souhait est de mon point de vue, assez égoïste, en plus d'être une insulte à l'histoire. Le passé est chargé, et vous pensez que chacun peut tirer un trait sur ce dernier ? Pensez-vous réellement que mon royaume, par exemple, accepterait une alliance avec le royaume d'Arcadia, alors qu'il y a encore moins de cinq siècles, nous étions en guerre ? Notre péninsule est chargée de rancœur et d'amertume. C'est la raison pour laquelle je trouve votre entreprise égoïste. Vous poursuivez votre ambition, sans tenir compte du passé, ainsi que notre histoire. Ne serait-ce que pour cette raison, votre objectif n'est qu'une utopie, et n'a aucune chance d'aboutir...

Tandis que le roi Alduin descendait en flèche l'objectif d'Asuna, cette dernière décroisa les bras de derrière le dos, et haussa de nouveau les épaules, tout en répondant d'une voix ennuyée, et d'un ton hautain.

- Bien sûr, que mon objectif est impossible, pour une personne comme vous, seigneur Galford. Je ne peux vous en vouloir, après tout, c'est la signature du faible, d'abandonner ses rêves devant l'impossible.

- Je vous demande pardon ?

- Votre Altesse est-elle vexée ? Pourtant, je ne fais qu'énoncer une réalité. Ce qui pour vous est une utopie, pour moi, c'est l'avenir. Ce qui vous semble impossible, pour moi, ce n'est qu'un obstacle à l'évolution. Quant à l'égoïsme de mon objectif, il est au niveau de votre histoire. N'est-ce pas égoïste, de condamner mon ambition, au service du passé ? Néanmoins, encore une fois, cela ne vous est pas imputable directement. C'est difficile pour un faible, d'ouvrir son esprit à l'évolution. Il est bien plus prudent de rester dans son confort rassurant. Car, l'inconnu effraie le faible, c'est bien connu.

Cette fois-ci, le roi Galford se leva de son trône, et effaça son air neutre, pour laisser place à un visage sévère. Les paroles de l'archange étaient trop vénéneuses et insultantes, pour qu'il reste courtois et passif. On ne pouvait pas dire que l'archange y avait été avec le dos de la cuillère. Sa voix provocatrice et son air hautain avec lesquels elle venait de parler, étaient à eux seuls, une raison valable pour sortir de ses gonds. C'est donc d'une voix agacée et un ton accusateur, que le roi reprit la parole.

- Comment osez-vous traiter ouvertement moi-même et mon royaume de faibles ? Pensez-vous réellement que cette attitude vous aidera dans votre utopie ? Je commence à comprendre les rumeurs à votre sujet, et vous cerner, archange !

- Vraiment ? Qu'avez-vous donc découvert ?

- Là n'est pas la question. Pensez-vous réellement que vous pouvez venir sur mon royaume, et tenir un tel discours devant moi ? Je dois admettre que vous dégagez un certain charisme évident, mais cela cache également une reine prétentieuse et hautaine. Je pense sincèrement que votre nature vous est montée à la tête, archange ! Vous parlez d'évolution, d'avenir, au sujet d'une utopie égoïste et impossible ! D'ailleurs, vous qui citez les faibles, si vous me disiez ce que mon royaume aurait à gagner, à s'allier au vôtre, qui est, comme dit précédemment, un des plus faibles de la péninsule en matière de force militaire ?

- C'est évident, non ? Moi.

La réponse instinctive et directe de l'archange fit presque tomber de surprise, le roi d'Hélios. Comment un être censé pouvait lancer une chose pareil d'un air aussi sérieux et d'une voix si assurée ? Cette reine avait soit un ego démesuré, soit une image d'elle-même décidément prétentieuse.

- Cela suffit ! Votre arrogance est insultante, archange ! Vous n'êtes quand même pas en train de vous comparer à un royaume ? Aussi charismatique et puissante que vous soyez, vous ne pouvez pas vous comparer à la force militaire d'un royaume. Pensez-vous réellement que votre simple présence sur Éternia, fait de ce royaume le plus puissant de la péninsule ? Cessez donc cette arrogance ! Je n'arrive pas à croire que vous osiez venir sur mon royaume, et tenir un tel discours ! Je ne sais vraiment pas ce que vous espériez de notre entrevue, mais je ne veux pas en savoir plus. Je pense qu'il est plus que temps de mettre fin à cette rencontre, nous n'avons plus rien à nous dire. Je vous invite à retourner jouer les prétentieuses dans votre royaume, archange !

La colère du roi Alduin était visible autant sur son visage que sa voix. Il était tellement hors de lui, qu'il décidait de mettre fin à cette audience, en invitant l'archange à partir, d'un ton agressif. À cela, cependant, Asuna, esquissa un sourire satisfait, et reprit la parole d'une voix amusée.

- Voyons, inutile de céder à la gratuité, seigneur Galford. Cette façon de parler ne vous met pas en valeur, si vous voulez mon avis. Vous devenez presque aussi arrogant et insultant que ma personne que vous condamnez. Mais bon, comme il vous plaira, seigneur Galford, mettons fin à notre rencontre. Laissez-moi cependant énoncer ma déception, quant à l'échec de nos négociations, uniquement, car mon objectif utopique vous effraie. Je suis pourtant certaine, que nous aurions faits d'excellents alliés.

- Permettez-moi d'en douter...

L'audience étant close, après ces dernières paroles, l'archange détourna les talons, et se dirigea vers la porte. Cependant, juste avant d'ouvrir cette dernière, et de partir, il glissa de nouveau quelques mots, d'un ton malicieux.

- Adieu, seigneur Galford, espérons que vous n'aurez pas à regretter votre choix...

À ceci, Alduin reprit la parole instinctivement, avec colère.

- Qu'est-ce que cela veut dire, archange ? Est-ce une menace ?

- Une menace ? Bien sûr que non, voyons. Plutôt une mise en garde.

- Vous cherchez la GUERRE ?

Asuna se retourna lentement, et esquissa un sourire amusé, avant de reprendre la parole d'une voix toujours aussi arrogante et malicieuse.

- Une guerre ? Voyons, une guerre entre nous est impossible, seigneur Galford. La définition d'une guerre, c'est quand deux ou plusieurs camps s'affrontent. Lorsqu'une bataille est à sens unique, on appelle plus généralement cela un génocide.

- Ça suffit ! Foutez le camp de mon royaume et ne revenez plus jamais, archange !

- À votre convenance, votre majesté, s'inclina l'archange, toujours souriante, je vous souhaite une bonne journée.

Finalement, après cette ultime révérence, l'archange Asuna se retira. Mais, malgré le départ de cette dernière, le roi Alduin était toujours aussi abasourdi par ce qu'il venait de se passer, et sa colère, toujours présente. Il décida de se rasseoir sur son trône afin de réfléchir quelques minutes. Il fut cependant, rapidement rejoint par son frère et conseiller, Lucius, qui, voyant l'audience terminée, vint prendre des nouvelles de cette dernière. Bien que, dès son arrivée, il fût vite alarmé par l'état pensif et inquiet de son frère.

- Un souci, mon frère ?

- Cet archange, répondit le roi, semblant inquiet, j'ai un mauvais pressentiment...

- Il s'est passé quelque chose ?

- Rien de grave, rassura le roi, disons simplement que je suis certain que nous entendrons de nouveau parler de cet archange...

Bien sûr, le roi Alduin savait pourquoi l'archange avait été aussi franc. C'était évident que cet échange ne sortirait jamais d'ici. Asuna se doutait et avait profité de sa notoriété d'archange, pour humilier ce roi. Et bien que le roi enrageait d'un tel comportement, il était obligé d'avouer qu'il n'avait aucun intérêt à ce qu'un tel échange soit rendu public. Cela ne tarirait pas que l'image de l'archange, mais également celle du roi. Néanmoins, Alduin était loin d'être rassuré, et se demandait au final, pourquoi cet archange a provoqué cette audience ? Après tout, elle n'a rien fait d'autre que provoquer, et dévoiler son objectif utopique. Quoi qu'il en soit, il était certain que cette reine n'abandonnera pas son utopie, et qu'Hélios risquerait d'en entendre parler de nouveau un jour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuna
Archange des constellations
Archange des constellations
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 08/01/2014

MessageSujet: Re: Hélios, le royaume indomptable   Sam 9 Juin - 23:08

Plusieurs semaines s'étaient écoulées sur Hélios, depuis l'entrevue entre le souverain du royaume, Aldwin, et l'archange d'Éternia. Des semaines, qui firent rapidement oublier le mauvais souvenir de cet échange. Le roi Galford a bien trop de priorités à gérer, pour s'autoriser d'occuper son esprit avec un archange utopiste. Bien sûr, le fait que l'archange semble peu actif ces temps-ci, selon les rumeurs, aide à l'oubli. Car en effet, il semblerait que la reine d'Éternia ait cessé ses tentatives d'alliances, même en ce qui concerne les autres royaumes. Cela poussait donc à penser, logiquement, pour le souverain d'Hélios, que cette femme a dû réaliser que son ambition était inatteignable. Quoi qu'il en soit, aujourd'hui, le roi, accompagné de ses généraux, discutaient autour d'une table, observant diverses cartes et autres rapports. Il s'agissait ni plus ni moins que d'une banale réunion de routine, afin de s'assurer que tout est en ordre. Cependant, le roi Aldwin, était de son côté, légèrement en retrait depuis quelques minutes, pensif, observant la cité en contrebas, sur laquelle il avait une vue magnifique, du balcon où il se tenait. Il fut néanmoins rejoint par son conseiller, et frère, Lucius, au bout de plusieurs minutes, qui le sortit de ses pensées, en lui adressant la parole.

- Tu sembles préoccuper depuis ce matin, mon frère. Quelque chose te tracasse ?

Le roi, sortit de ses pensées, se retourna vers son frère, tout en lui souriant d'un air se voulant rassurant.

- Inquiet pour ton vieux frère ?

- Mon frère, ainsi que mon roi.

- Hum hum, souffla du nez le roi, ce n'est rien, rassure-toi, Lucius. J'ai simplement une drôle de sensation depuis ce matin. Je ne sais pas comment l'expliquer, mais c'est comme si quelque chose me dérangeait. Mais cela n'est point inquiétant. Cela doit venir de la fatigue et de la tension cumulées ces derniers temps. Après tout, on est à quelques cycles, de la fin d'un long combat politique, au sujet de l'ouverture d'une route commerciale, entre Arcadia et Hélios.

- Il est vrai que c'est une réussite non-négligeable, cette route commerciale. Cela renforce davantage notre traité de paix avec Arcadia.

- Certes, mais tu sais bien que les avis ne sont pas tous en faveur de cette décision. Il faut déjà qu'on se prépare à faire face à la vague de mécontentement, qui va en découdre. Cette route est une aubaine, mais pour certains, c'est surtout une alliance avec nos anciens ennemis. Ouvrir nos frontières à Arcadia a été une lourde décision, aussi bien politique, que spirituelle.

- Tu as raison, mon frère, tu es bien trop en stress. Il est vrai que le peuple n'est pas en faveur d'une telle décision, mais cela ne les empêche pas de croire en toi. Je suis certains qu'au fond, tout se passera bien. Hélios a confiance en toi, tout comme tes conseillers, dont moi-même.

Lucius se rapprocha de son frère, et lui lança une tape amicale sur l'épaule, tout en reprenant la parole d'une voix amusée.

- Tu devrais songer à prendre quelques cycles de repos, mon frère. Cela fait bien longtemps que tu ne prends plus de temps pour toi. Tu as bien le droit de te détendre parfois, tu ne crois pas ? Je suis certain qu'Hélios ne chutera pas, parce que son roi s'occupe un peu de lui-même.

Le roi semblait amusé, et soudainement pensif, tout en fermant les yeux, après les paroles de son frère. Il prit ensuite à son tour la parole, tout en esquissant un sourire, mais d'où une pointe de mélancolie pouvait être ressentie, à travers la voix.

- Tu as sûrement raison, Lucius, cela ne me ferait certainement pas de mal. J'y songerais lorsque la pression actuelle retombera... Haaaw, soupira le roi, que l'époque où nous nous amusions toi et moi dans la cour du château me semble lointaine. Je regrette parfois notre innocence de cette époque.

- Huuuum, réfléchissait rapidement Lucius, je me souviens surtout de père nous réprimandant, à cause de nos nombreuses stupidités d'adolescent.

Suite à cette réponse, le roi et son frère riaient de bon cœur, à l'énonciation d'un passé lointain, mais loin d'être oublié.

- Bon, histoire de t'enlever un peu de stress, sache que nous avons reçu il y a quelques minutes des nouvelles de la garnison de l'Est. Il semblerait que leur absence de rapports fût due à un dysfonctionnement des cristaux de communications. Selon les premiers éléments de l'enquête de la guilde des mages, une perturbation dans l'Eldrit serait à l'origine de cet incident.

- L'eldrit soit loué, mon frère. Cette nouvelle est rassurante, bien que cette perturbation m'inquiète un peu. Mais si cela c'est rétabli, je doute qu'il soit utile que je m'en inquiète davantage. Laissons les mages de la guilde s'occuper de nous donner plus d'informations, lorsque leur enquête aura avancé.

- Oui, et puis ce n'est pas la première fois que des cristaux de résonances se retrouvent perturbés par des interférences dans l'Eldrit.

- En effet.

Le conseiller Lucius n'avait pas forcément tort, et le roi le savait. Les cristaux de communications sont utiles, mais tout ce qui est de nature magique, peut parfois être perturbé. En particulier les cristaux de résonances. Un cristal de résonance est un artefact magique, assez courant sur la création, car en abondance dans les zones à haut taux d'Eldrit. Ils sont généralement en présence abondante, près des sources d'eau, ou les forêts. Une fois ramassé, on peut en faire un peu tout ce que l'on désire, grâce à sa nature, qui le relie directement à l'Eldrit. On peut très bien en faire un cristal de portail, ou encore dans le cas présent, un cristal de communication, qui permet de pouvoir communiquer à distance, de cristaux à cristaux. Ce procédé est utilisé depuis des millénaires, que ce soit sur un champ de bataille, ou pour pouvoir échanger à distance. Bien sûr, cela fonctionne uniquement grâce au réseau de l'Eldrit qui s'écoule dans la création. Mais étant donné la nature changeante de ce dernier, la portée de ces communications se limite en général à un royaume de distance. Les cristaux de téléportations fonctionnant de façon similaire, le même défaut s'applique à ces derniers. On peut rarement changer de péninsule, ou même traverser plusieurs royaumes, grâce à un cristal de téléportation. Bien sûr, il existe des cristaux de résonances bien plus performants, mais bien plus rare également. Il paraîtrait cependant que certains cristaux, permettraient, grâce à leur niveau d'Eldrit, de palier au défaut de la distance, voire même, de passer à travers les barrières magiques entre les frontières. Ils seraient connus sous le nom de cristaux noirs, mais pour créer un cristal noir, il faut avoir une connaissance de la magie noire, ainsi qu'une maîtrise alchimique absolument titanesque. Car, c'est avant tout un procédé magique alchimique, qui permet de créer un cristal de téléportation, communication, ou autres fonctions utiles d'un cristal de résonance. Sinon, ce n'est rien d'autre qu'un beau caillou.

- Sinon, poursuivit le conseiller, dans un tout autre sujet, le commandant de la garnison du pont de l'Ouest nous a envoyé un rapport au sujet de l'enquête que tu avais ordonnée.

- Ha, oui, l'enquête au sujet d'une activité magique étrange ressentie dans la cité de l'Ouest, par les habitants. Et donc ?

- Rien d'inquiétant. Le rapport indique qu'il s'agissait d'une expérience menée par la guilde des mages.

- La guilde des mages ? Étrange, leurs expériences sont rarement effectuées dans le secret. Je m'entretiendrais avec l'archimage Darius à ce sujet, afin qu'il me fournisse des explications sur l'agissement de sa guilde.

- Tu veux que je le convoque ?

- Pas dans l'immédiat. Je dois en premier lieu me concentrer sur ma rencontre à l'aube avec le prince d'Arcadia.

- Espérons qu'Arcadia ne soit pas trop gourmand dans leurs conditions.

- Ça ira. Ils ont plus besoin de cette route commerciale que nous. Je pense qu'ils en sont conscients. Cela ne devrait pas être un problème. Et puis, il est évident qu'il...

Tandis que le roi parlait, il s'arrêta soudainement, ainsi que les autres hauts gradés dans la salle, qui stoppèrent leur occupation. La raison à cela était que la pièce entière était entièrement dans l'obscurité subitement. Tous observèrent à gauche et à droite, se posant des questions sur la raison de cette soudaine disparition de la luminosité. Bien sûr, le roi étant déjà sur le balcon avec son frère, il avait déjà levé la tête au ciel, afin d'apercevoir des étoiles. Il fut rejoint dans son observation par le reste des lieutenants dans la pièce, qui pour la totalité, étaient sous l'effet de l'étonnement. Il faisait nuit sur Hélios, ce qui était impossible sur la péninsule. Tandis qu'il y a encore quelques secondes, le soleil du crépuscule baignait le royaume de sa douce lumière orangée, actuellement, il laissa place à un ciel bleu nuit, peuplé d'étoiles. La nuit ne tombant jamais sur la péninsule, actuellement, lorsque le roi observa la cité en contrebas, tout était plongé dans l'obscurité. Les réactions sur le balcon ne tardèrent pas à émerger, tandis qu'on pouvait observer une agitation dans la capitale en contrebas.

- Comment c'est possible qu'il fasse nuit ?

- Où sont nos soleils ?

Seul Aldwin restait silencieux toujours en observant la cité, ainsi que le ciel à tour de rôle, d'un air calme, mais inquiet.

- … Lucius.

- Mon frère ?

- Convoque immédiatement l'archimage Darius, afin qu'il me fasse un rapport sur l'état du voile éternel.

- Tout de suite.

- Commandant, contactez la guilde des mages, afin qu'ils allument les lumières du royaume.

- À vos ordres !

Le roi savait évidemment la raison de l'apparition soudaine de la nuit. Si la péninsule d'Éternia ne connaît pas de périodes nocturnes, c'est uniquement grâce à ce qu'on appelle le « voile éternel ». Ce voile forme comme un dôme de protection autour de chaque royaume de la péninsule. Son existence n'est possible que grâce à la tour de l'éternité et son cristal. Cette protection a été mise au point par l'archange Tyrael à l'époque de la première guerre, afin de permettre à la péninsule de se protéger des portails clandestins et autres magies extérieures. Bien sûr, ce voile empêche la nuit de tomber, étant une barrière formée surtout d'Eldrit divin, donc une magie de lumière. Chaque royaume de la péninsule s'est donc vu confier un cristal de résonance connecté à celui de la tour de l'éternité, afin de faire profiter de sa protection à toute la péninsule. Bien que chaque cristal soit indépendant en termes d'activités, ils restent liés via leur résonance à la tour. Cela voulait donc dire qu'actuellement, le cristal ne résonnait plus avec la tour de l'éternité, ce qui conduit donc fatalement à la disparition du voile éternel. Cependant, le seul moyen que le cristal cesse son activité, c'est qu'il soit désactivé manuellement sur le royaume d'où il émet. Ce qui dérangeait Aldwin néanmoins, était que personne dans toute la création ne savait la formule pour désactiver les cristaux d'éternité. Tyrael avait lui-même rendu cela impossible, pour éviter justement que ces derniers soient un jour désactivés, comme aujourd'hui. La seule option qui restait, était que le cristal soit détruit, mais étant donné la résonance de ces derniers, si le cristal sur Hélios avait été détruit, il y a fort à parier que la capitale tout entière aurait été déjà emportée dans l'explosion. Car le cristal est évidemment protégé par la guilde des mages et des gardiens, ainsi qu'enterrer dans une salle secrète située profondément sous le palais.

Plusieurs minutes venaient de passer depuis la tombée de la nuit sur le royaume à présent. Cependant, le royaume était moins sombre depuis grâce aux éclairages magiques installés un peu partout sur le royaume. Si la situation n'était pas si préoccupante, on pourrait noter la beauté de la capitale baignée par la nuit. Bien sûr, ni Aldwin, ni le peuple détestait la nuit, c'était simplement une question d'habitude, de vivre sous le voile. Mais actuellement, bien que la nuit pouvait rendre magnifiques certains paysages, sur la péninsule, c'était clairement une mauvaise nouvelle l'apparition de cette dernière. Quoi qu'il en soit, maintenant que la capitale est hors de l'obscurité, on pouvait observer l'agitation dans la ville. Sur le balcon, le roi fut rejoint par l'archimage Darius, qui apparut en toute hâte d'un cercle d'invocation. Rapidement, il s'agenouilla par respect, tout en s'adressant à son roi d'une voix paniquée.

- Archimage, faite moi immédiatement un rapport au sujet de la situation.

- C'est terrible, mon seigneur ! Le cristal de résonance éternelle du royaume a cessé de fonctionner ! Il s'est soudainement éteint, et a perdu toutes traces de résonances ! Mes mages et moi-même sommes actuellement incapables d'expliquer comment cela a pu se produire !

- Quoi ? s'exclama Lucius, comment ça le cristal est éteint ?!

Sans répondre ni à l'archimage ni à son frère, le roi s'adressa en toute hâte à son général.

- Général ! Contactez immédiatement les garnisons du royaume, ainsi que les autres cités. Et déclenchez le niveau d'alerte maximale sur Hélios. Le voile éternel n'est plus actif, nous sommes vulnérables !

- B-bien reçu, mon seigneur ! Je m'en occupe sur...

Tandis que le général répondait à son roi, il fut à son tour stoppé subitement par un bruit assourdissant d'une ampleur à faire frémir un mort. Ce son strident venait du ciel nocturne. C'est donc dans un mouvement commun avec la capitale, que les citoyens, ainsi que le palais levait les yeux au ciel, observant un spectacle terrifiant. Au-dessus de la cité, le ciel se déchirait. Une fissure béante commençait à se former. Dans le même temps, les étoiles disparurent, pour laisser place à un ciel rougeâtre. Puis, finalement, une pluie commençait à tomber sur la capitale. Le roi concentra son attention rapidement sur cette pluie, et en observant sa main, il pouvait très clairement voir que l'eau était de même couleur que le ciel. Ce n'était pas du sang, mais cette pluie n'avait rien de naturelle. Cependant, il n'eut pas le temps de s'inquiéter davantage d'une pluie rougeâtre, que le commandant revînt en toute hâte, et prit la parole d'une voix stressée.

- Mon seigneur ! Mon seigneur ! Nous sommes attaqués ! Des portails s'ouvrent partout dans la capitale ! De ces portails sortent des créatures terrifiantes qui s'en prennent aux citoyens !

La nouvelle fit l'effet d'une bombe pour le roi et ceux présent à ses côtés. Il était clair cependant pour Aldwin à présent, que ce n'était pas une coïncidence l'extinction du cristal, et cette attaque. Cependant, avec cette fissure dans le ciel, cette pluie, et maintenant cette invasion de créatures de l'ombre, la situation était critique, et surtout incompréhensible. Mais en roi compétent et réactif, il gardait son calme, et commença à réagir, en donnant des ordres immédiats.

- Commandant, déployé immédiatement toute la garde de la capitale à la protection du peuple ! Sergent, prenez une unité avec vous et tenter de localiser l'invocateur responsable de ces portails ! Il me paraît évident qu'on a un puissant mage dans nos murs qui est responsable de tout cela ! Quant à vous, Darius, occupez-vous de rétablir le cristal éternel, et envoyez le reste de vos mages en soutien à la garde !

Dès les directives du roi énoncées, tous s'exécutèrent à leur tâche. Sur le balcon, il ne restait que le roi, son frère, ainsi que le capitaine de la garde. Rapidement, Aldwin tourna son attention sur la cité en contrebas d'un air inquiet. Au bout de plusieurs secondes, il s'adressa finalement à son frère, d'une voix calme et toujours aussi maîtrisée.

- Lucius...

- J'écoute mon frère.

- Je veux que tu te rendes sur Loxianna via le portail privé du palais, et que tu demandes du renfort immédiat.

Lucius restait plusieurs seconde silencieux suite à la demande de son frère, et semblait comme stupéfait d'une telle demande. Puis, au bout d'un moment, il reprit la parole d'une voix indignée, avec une pointe de rébellion.

- Tu rigoles, n'est-ce pas ?! Tu veux m'envoyer sur un autre royaume, alors que Hélios est attaqué ? Je refuse de te laisser tomber toi et notre peuple, mon frère ! Tu cherches à me protéger, c'est ça ?

- Ce n'est pas du tout cela, mon frère, et je sais que c'est une tâche ingrate. Mais... tu es le seul à qui je peux confier cela...

- Pour quelle raison ?!

- Lucius, tu dois t'en douter, n'est-ce pas ? Cette attaque et la désactivation du cristal ne sont pas dues au hasard... C'est clairement un enchaînement provoqué. Cependant, nous savons toi et moi, que le seul moyen de désactiver le cristal, est de connaître la formule, mais surtout, d'être à côté. Ce qui veut dire...

- … Qu'il y a un traître... parmi nous ?

- Exact, capitaine. J'en suis certain, il y a un traître dans mes conseillers, ce sont les seuls qui ont accès aux étages inférieurs du palais. Tu comprends à présent pourquoi je te demande une telle mission, Lucius, n'est-ce pas ? Toi et Bertz, vous êtes les seuls en qui je peux avoir confiance.

Comme avoué par le roi, il y aurait donc un traître dans les rangs d'Hélios. Bien qu'il était dans l'incapacité actuellement, de déterminer qui dans ses conseillers était prêt à vendre son royaume, il ne comptait pas en rester là, une fois qu'il sera démasqué. En attendant, il n'a confiance qu'en deux personnes. Son frère, ainsi que le capitaine Bertz. Ce dernier étant dans la garde royale depuis longtemps, remontant au règne du père d'Aldwin, il est comme un membre de la famille. Il est très concerné par le roi et son frère. C'est donc en toute logique, et sans une once de suspicion, que le roi accordait sa confiance à ce dernier. Quoi qu'il en soit, du côté de Lucius, après les explications de son frère, il ne pouvait lui en vouloir de lui ordonner une telle mission d'émissaire.

- … Très bien, mon frère, je me rends immédiatement sur Loxianna...

- Merci Lucius. Hâte-toi, malheureusement, je doute que nous puissions venir à bout de cette situation sans nos alliés...

- Kh, bordel ! Tu n'as pas intérêt à mourir pendant mon absence, mon frère...

- Héhé, souriait amicalement le roi, ton vieux frère ne tombera pas si facilement, Lucius. Ce sont ces créatures qui devraient s'inquiéter.

- Je reviens vite !

Finalement, c'était au tour de Lucius de partir. Il ne restait à présent plus que le capitaine et Aldwin, dans la salle de guerre. Et c'est sans attendre, qu'il s'adressa cette fois à son capitaine et ami.

- Bertz.

- Mon seigneur ?

- Je veux que vous redirigiez absolument tous les soldats du palais, à la défense de la capitale. Quant à moi, je vais prendre un groupe de chevalier royal, et tenter une percer dans l'attaque ennemie.

- V-vous plaisanté... ? C'est de la folie ! Le palais sera vulnérable si nous faisons cela ! Sans parler de vous !? Vous êtes tombé sur la tête ?

- Bertz, vous me connaissez depuis que je suis tout petit... Vous pensez réellement que je vais rester les fesses bien au chaud dans mon palais, alors que mon peuple souffre ? Ils sont sans défense face à des créatures qui les terrifient. Je refuse de rester sans rien faire, tandis que mon peuple sombre dans un cauchemar ! Je suis avant tout un chevalier, avant d'être roi, Bertz. Mon devoir est de protéger mon peuple, même si pour cela, je dois mourir. La mort m'effraie moins que voir une famille brisée à cause de ces créatures...

- Héhé, je m'en doutais de toute façon, vous êtes comme votre père...

- Hum, souriait le roi, désolé capitaine...

- Non, ne le soyez pas, votre père serait fier de vous, mon seigneur. Je vais immédiatement ordonner à la garde du palais de se déployer dans la capitale, et assigné des chevaliers sous votre commandement, afin de vous couvrir sur le champ de bataille.

- Merci Bertz... J'aimerais d'ailleurs que vous restiez ici, et que vous me teniez au courant des rapports du front chaque minute, une fois que je serais dans la capitale. Nous resterons en contact via mon cristal de résonance.

- Bien mon seigneur. Je vous en conjure... faite attention à vous...

- Je vous le promets, Bertz. Tizona et Tiona vont montrer à ces créatures ce qu'il en coûte de s'attaquer à mon peuple.

Finalement, Aldwin prit congé de son ami et capitaine, et se dirigea en direction de la capitale. Il refusait catégoriquement de rester bien au chaud dans son temple, tandis que son peuple est menacé. Son sens du devoir et son attachement pour son peuple étaient assez suffisants, pour que la peur de la mort elle-même ne soit pas un obstacle à son courage. C'est donc une fois arrivé aux portes de son palais, accompagné par un groupe de chevalier, qu'il dégaina ses lames, Tizona et Tiona. Puis, il s'élança, sans hésitation dans la ville qui s'étendait sous ses yeux, que les flammes commençaient à recouvrir de leur chaleur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hélios, le royaume indomptable
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Royaume perdu d'Arnor
» Les souveraines du royaume
» [PARTENARIAT]Le Royaume de Zaïrys
» le royaume d'outrebrumes
» [Fiche d'île] Royaume d'Alabasta

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Légendia :: Péninsule d'Éternia :: Hélios-
Sauter vers: