La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une fierté réveillée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Une fierté réveillée   Mer 4 Oct - 23:58

Le hall du château royal offrait une ambiance particulièrement détendue, puisque aucune lutte n'avait encore eu lieu à cet endroit. Le contraste pouvait donc surprendre, lorsque l'on passe d'une cité enflammée avec du sang et des cadavres qui jonchaient le sol, au simple intérieur d'un palais qui ne laissait absolument pas paraître la moindre bataille. Scylla resta néanmoins sur ses gardes, à partir du moment où le calme, selon elle, cachait toujours la tempête. Elle s'était efforcée d'emmener cette lieutenante Shepard, histoire de garder une certaine crédibilité, et de pouvoir négocier avec l'armée solaire sans perdre de temps. Mais à l'instant présent, elle ne savait pas encore trop comment pouvoir s'en débarrasser. Elle savait déjà d'avance que cette femme finirait mal face à Seto, ou même le roi, aussi malhonnête soit-il. Cela pouvait paraître assez étrange de la part de Scylla de vouloir se débarrasser d'une gêneuse qui ne faisait pas partie du camp ennemi. Mais alors que sur la place royale, sa décision lui permettait de gagner du temps sans avoir une énième armée sur le dos, ici, ce même choix pouvait lui faire perdre du temps. Quoiqu'il en soit, Scylla décida de tirer un avantage de cette lieutenante.

- Je n'ai jamais eu l'occasion de mettre les pieds dans ce palais. Mes jours au sein de l'armée solaire n'étaient pas suffisamment longs pour que j'aies le prestige d'assister à une réunion entre chevaliers de la cour. Pouvez-vous me guider ?

- C'est par là ! J'espère que nous n'arriverons pas trop tard.

- Tout dépend de votre rythme. Personnellement, si je connaissais le chemin, j'aurais déjà rejoint l'objectif en quelques secondes.

Mais soudain, alors que les deux femmes parcouraient escaliers sur escaliers, allant jusqu'à sauter des marches à grands pas, une série d'explosions pouvaient s'entendre depuis les murs du château. Apparemment, Scylla pouvait déterminer par l'expérience qu'un bombardement aérien avait démarré. Apparemment, l'ennemi n'en avait pas fini avec les attaque célestes. Néanmoins, ces bruits furent stoppés par une nouvelle série de bruits, bien plus déchirants pour les tympans, comme si cette cité allait être anéanti en une fraction de seconde. La série de bruits rendait le spectacle infernal. Rarement la Yokume avait connu tel chaos, rien qu'à cause de cet acte terroriste orchestré par Seto. Vu l'ampleur des dégâts, si le roi capturait Seto, il ne s'en sortirait jamais. D'où le fait que Scylla devait faire vite. Le temps jouait contre elle. Alors que sa concentration était à son paroxysme, elle remarqua un détail. Les bruits de pas derrière elle s'était interrompus. Elle s'arrêta, sans se retourner.

- Tu as entendue ? Ce bombardement... Et ces flashs obscurs qui viennent de retentir derrière les vitraux. Cela a du se produire sur la place royale. Mes hommes... Je dois redescendre voir l'étendue des dégâts.

- Faites ce que bon vous chante et retournez-y si vous le souhaitez. Mais ne me faites pas perdre mon temps...

- Non, la sécurité de mon roi est primordiale ! Et je n'ai pas l'intention de te laisser t'approcher seule de lui, crimi...

Mais Scylla ne l'écoutait plus. Elle avait repris le chemin, pressée de rejoindre Seto et le roi pour semer le trouble dans cette vendetta. Et la valkyrie avait perdu beaucoup trop de temps, notamment à cause de l'information erronée de la part d'Ayako, mais à cause des différentes péripéties rencontrées. Cela tenait, d'ailleurs, du miracle, que Scylla ressentait toujours une aura écrasante au sein de la salle du trône, et qui stationnait sans bouger. Cela était rassurant sans l'être, au final. Car plus Scylla était à quelques pas du but, plus elle sentait tout le poids d'une redoutable force la piétiner. Seto n'avait sans doute plus rien à voir avec ce qu'elle avait connu auparavant. Mais hors de question de faire demi-tour. L'objectif de Scylla était bien trop important pour qu'elle annule tout. Elle ne se questionna pas, et avança. Elle continua même d'avancer lorsque le mur à sa gauche éclata en mille morceaux. Un groupe de dragons blancs s'étaient infiltrés par la force dans l'enceinte du château, depuis un jardin extérieur. D'ici, Scylla pouvait donc apercevoir, à cause de la chute du mur, une magnifique vue sur la pleine lune. Mais ce n'était pas le moment de rêvasser. Les dragons blancs semblaient pressés, également, d'en finir. L'un d'entre eux lança une longue chaîne, qui, automatiquement, fonça comme un serpent vers Scylla et s'enroula autour d'elle. Une fois piégée, elle regarda d'un air blasé le groupe ennemi qui envoyèrent chacun une salve en direction de la longue chaîne. Prise par un long courant d'énergie, Scylla n'allait pas tarder à prendre la série d'attaque de plein fouet, puisque son corps tout entier était en contact avec cette chaîne. La déflagration aveugla presque la lieutenante solaire un peu plus loin qui, pensant encore que Scylla n'était rien d'autre qu'une simple mortelle, stressa sur le champ.

- Erza !

Mais sans comprendre quoi que ce soit, elle vit les dragons blancs tous tomber, comme des dominos. Quand à Scylla, elle avait disparue. Elle réapparut au loin, sur le tas qu'elle avait laissé au sol. La lieutenante solaire avait du mal à distinguer depuis sa position ce qu'elle avait sous les yeux, car la silhouette de la valkyrie avait changé. Tout ce qu'elle parvenait à remarquer, c'est que Scylla tenait deux épées, et que quelques chose de fin remuait depuis ses épaules, mais elle ne voyait rien de supplémentaire. Pour finir, l'énergie développée par Scylla était à couper le souffle. La jeune mortelle sentait sa respiration prendre un rythme saccadé devant la force mentale de la chevalière écarlate. Cette pression se dissipa lorsque l'ombre reprit une forme normale. D'un pas lent, Scylla s'avança vers la lieutenante, un sourire intrigué sur les lèvres.

- Que se passe t'il ? Avez-vous peur ?

- Qui... Qui es-tu ?

- Qui je suis ? Un mythe... une vulgaire légende dans le but de donner de l'espoir aux plus naïfs. Cela sonne t'il familier.... humaine ?

Scylla commença à ignorer la lieutenante qui se demandait combien de temps cette ville allait tenir avec tous ces monstres venus d'un autre monde qui tournaient l'armée solaire en ridicule. Quand à Scylla, elle reprit la marche, toujours plus proche du but.

- Tsss, j'ai déjà du utiliser cette armure-ci... De toute manière, cette guerre a atteint son stade ultime. Les dragons blancs sont sous tension, et Iris a également l'attention de se battre pour de bon. C'est mon tour désormais de ne pas hésiter et de donner tout ce que j'ai sur le champ de bataille.

Bien entendu, l'intuition, ou l'instinct de semi-légendienne chez Scylla lui permettait de deviner que le boucan à l'extérieur était signé Iris. C'est pour cela qu'elle n'avait aucune inquiétude pour Law ou pour les soldats solaires sur la place. Quoiqu'il en soit, elle venait d'atteindre le huitième étage. Selon la lieutenante Shepard, il en restait encore deux avant d'atteindre la salle du trône. Scylla espérait que plus aucun obstacle n'allait contrecarrer ses pas. Sauf que...

- Hein ? Erza ? Qu'est ce que tu fais là ?

- Ce prénom commence à me taper sur le système. Remarque, je ne peux que m'en prendre à moi-même.

Scylla n'avait pas tout de suite reconnue la silhouette de la jeune femme qui se présentait devant elle, car son look avait quelque peu changé. Mais la voix de cette dernière sonnait parfaitement familière.

- Tiens donc, Ultear. Quel bon vent t'amènes ? Oh et puis non, je m'en fiche. Ecarte-toi de mon chemin.

- Tu n'es pas censée être ici... Qu'est ce que tu fais là, je t'ai demandé !

- Ex-conseillère Ibusashi, poussez-vous, nous devons absolument agir pour l'intérêt de notre seigneur. Avant que sa tête soit découpée par ce fou furieux du clan des dragons blanc.

- C'est tout ce qu'il mérite ! Cette ordure doit payée, et si Seto Yagami est le seul qui puisse mettre un terme au règne de cet imbécile, alors je le laisse faire ce que bon lui chante. Quand à toi, Erza, ne me dis pas que tu souhaites le soutenir ? Tout d'abord, tu participes à un coup d'état face à sa personne, et maintenant, voilà que tu veuilles prendre part à son parti ? Qu'est ce qui ne tourne pas rond chez toi ?

- Je suis surprise, Ultear. J'avais l'habitude de te voir lécher les boules de Sairu, et là, tout à coup, c'est limite si tu ne rêves pas qu'il finisse brûlé au bûcher.

- Ultear Ibusashi, comment osez vous insulter le nom de notre bon roi ? Après qu'il vous ait recueilli, gamine, dans une petite campagne montagnarde, pour vous instruire et vous permettre d'évoluer au sein de notre royaume ? Vous passerez également en cour martiale pour...

En un éclair, la lieutenante fut interrompue en voyant, pas très distinctivement, Scylla sortir son épée de son fourreau, et créer une entaille sur la côte gauche d'Ultear qui s'écroula au sol, impitoyablement.

- ... vous me cassez les pieds, toutes les deux. Bon, on y va ?

La lieutenante serra des dents, ainsi que sa lance, comme si elle commençait à perdre patience. Probablement pas autant que Scylla, mais il était clair qu'elle refusait de voir cette femme qui se prétend être une valkyrie continuer de faire son petit manège.

- Je n'aime pas trop ce ton condescendent que tu prends, Erza. A te voir, tu sembles ne ressentir aucune pitié pour ceux que tu croises sur ton chemin. Tu as la personnalité typée de la parfaite criminelle. Les citoyens du pays solaire continueront d'avoir peur, tant qu'existeront des assassins au sang-froid comme toi.

- Les citoyens périssent les uns après les autres, non pas seulement parce que l'ennemi vous surpasse, mais surtout parce que l'on ne vous as pas appris, à l'école militaire, qu'il ne faut pas faire dans le sentiment sur un champ de bataille. Comme on dit souvent, trop bons, trop cons... Bref, je n'ai guère besoin d'une leçon de morale lors d'un instant aussi décisif. Occupez-vous des blessures d'Ultear. Je continue sans vous...

- Un instant, je n'en ai pas fini avec toi ! Notre pays a connu une histoire des plus glorieuses. De nombreux livres historiques narrent nos exploits et nos actes héroïques. Jusqu'au bout, nous combattons, le sang sur la lame, pour défendre les valeurs de notre patrimoine. La flamme de la justice brûle toujours en nous, Erza ! N'insulte pas notre armée, traitresse !

- Blablabla. C'est bon ? Je peux avancer ?

Prise d'une fureur soudaine, la lieutenante fonça tête baissée avec sa lance, dans le but de frapper la valkyrie. Elle se contenta de caresser la poignée de son épée, comme pour faire signe qu'elle n'allait pas tarder à la sortir de son fourreau.

- Allez, sors ton épée. Sors la ! Tu es rapide, mais tu n'es pas invincible ! Ce mythe de la valkyrie, ce n'est rien qui puisse m'effrayer ! Tu ne m'effrayes pas, Erza !

Cependant, à sa grande surprise, sa lance fut arrêtée net, non pas par l'épée de la valkyrie, mais tout bêtement par le creux de sa main gauche. La lieutenante solaire tremblait en voyant le regard glacial de Scylla qui tenait sa lance fermement, sans broncher.

- Les livres d'histoire ne racontent que ce qui arrange les historiens. J'imagine qu'ici, dans n'importe quelle auberge du pays, on ne boit pas seulement de l'alcool, mais aussi les paroles des troubadours. La véritable histoire, c'est celle que vous nommez, par couardise, l'époque oubliée. Celle des dragons, et celle du clan Vermillion. Vous, de votre côté, vous avez décidé de provoquer la colère de ceux qui ont dirigés ce pays lors de cette ère révolue. La flamme de la justice, il fallait y penser AVANT de provoquer un génocide. Maintenant, acceptez votre destin, et surtout acceptez que vous n'avez plus aucun rôle à jouer lors de cette nouvelle ère. Si vous êtes envahi par ceux que vous nommez les "mythes", alors laissez ces mêmes mythes arranger cette affaire. Profitez, lieutenante, c'est la première, et la dernière fois, que je participe à une guerre pour une cause qui, de base, ne m'intéresse pas.

Scylla s'en alla, sans attendre cette lieutenante solaire, qui décida finalement de rester là où Ultear git sur le sol. Toute proche de sa destination, Scylla arriva au centre d'une large pièce, magnifiquement décorée, avec lustre en diamant accroché au plafond, large tapis rouge en soie qui menait vers un large escalier. Au bout du chemin, une large porte d'entrée et derrière cette porte, l'énergie écrasante attendait Scylla. Oui, Seto était derrière. Le but de cette mission était là, à portée de main. Sauf qu'encore une fois...

- Tsss, si près du but.

Dans cette imposante salle, plusieurs portes étaient accessibles sur les côtés. Et y ressortirent toute une troupe d'elfes, pointant leurs arcs en direction de Scylla. Ils étaient en grand nombre, probablement une centaine. Et alors qu'elle était visée de tous les côtés, deux silhouettes bien plus remarquables se présentèrent devant elle.

- Feriel... Et vous, reine Eloraell...

- Nous t'attendions, Erza. Nous avons assisté, depuis les balcons de ce palais, à la destruction de la flotte lunaire... de ta part. Tu as donc participé à la mort de nombreux frères et sœurs qui nous étaient chers. Qu'as tu à dire pour ta défense ?

- Pour ma défense ? C'est très simple. Quand j'aies pris d'assaut cette flotte aérienne, je ne m'attendais absolument pas que j'allais y trouver des elfes dans la cale ! Je pourrais donc être désolée, et m'agenouiller devant vous, votre altesse, pour avoir éliminé des êtres qui vous étaient probablement chers. Mais je ne le ferais pas, car vous n'avez pas écouté mon avertissement ! Qu'est ce que vous faites ici ? Pourquoi participez vous à cette guerre ? En quel nom et pour quel objectif ?

- Nous avons décidé de prendre en otage le roi de ce pays pour lui faire cracher le morceau sur ce qui s'est passé le soir où notre reine a été éradiquée.

- Et donc, vous avez décidé de signer une alliance avec le pays lunaire ? Malgré mes avertissements, vous avez donc préféré vous aventurer sur un terrain encore inconnu pour vous ? Je suis curieuse de savoir ce qu'Azelia vous as promis si vous l'aidez à prendre en otage le roi de ce pays. J'imagine qu'elle vous as promis de ressusciter Ulyana, je me trompe ?

Un long silence s'ensuivit. Feriel préféra ne rien répondre à cela, et pour Scylla, ce silence en disait long.

- Je crois que j'aies mis le doigt dessus, pas vrai ? Je peux comprendre que la mort d'Ulyana vous attriste, mais pardonnez d'avance ce que je m'apprête à vous dire, Feriel, et vous, votre majesté, mais... Ulyana est morte ! Elle ne reviendra plus, que vous le voulez ou non. Vous aurez beau remuer ciel et terre, et pactisés avec le diable si ça vous chante, mais c'est terminé. Mais si vous vouliez respecter le nom de votre défunte mère, vous n'aurez jamais accepté de mettre les pieds sur un champ de bataille ! Ce n'est pas votre place ! Vous étiez un peuple faible, mais censé ! Avec une volonté de protéger une paix qui est vôtre, et qui a rendu prospère la magnifique forêt qui est votre maison ! Voulez-vous voir ce paysage ancestral finir en cendres ? C'est ce qui va arriver, si vous décidez, en plus d'être faible, de devenir également insensés ! C'est ça, la conclusion de ce chemin que vous avez choisi. Le goût de l'enfer était-il ingérable quand vous avez vu ce navire lunaire s'écraser sur le sol ? Normal, bienvenue en enfer !

Votre mère est morte, mais tout n'était pas perdu pour votre peuple ! La volonté, la mentalité, l'objectif d'Ulyana, son envie de voir l'arbre de la vie grandir et se sublimer... Il est en vous, ses filles ! Une mère a beau être morte, a beau avoir disparue ou être dans un profond sommeil, ce qui fait sa personnalité, vit en ses enfants ! Il n'y a rien de plus précieux que ce que lègue une mère pour sa progéniture ! Comptez-vous tout détruire à cause d'une quête de réponse ? Quand on suit le mauvais sentier, celui du chaos, du feu et du sang, on obtient AUCUNE réponse ! Il n'y a pas de lumière dans ce puits sans fond ! Que de l'obscurité ! Vous resterez dans le mensonge éternellement, jusqu'à suffoquer et crever ! Voilà la réalité !


- Alors, que doit-on faire, Erza ? Hein ? Attendre bien sagement de notre côté que tout s'arrange ? Que la vérité vienne tout seule à notre porte ? C'est ça que l'on doit faire ?

- Mon nom n'est pas Erza... Ce nom, à mes yeux, est proscrit. Il est le fruit de ma lâcheté ! Aujourd'hui, je suis Scylla Vermillion ! Fille d'une reine légendaire valkyrie et d'un roi nirvit ! Et mon sang de princesse refuse qu'un autre peuple succombe ! Je ne tolérerais pas votre destruction, peuple elfique ! Alors si vous voulez mourir, continuez de pointer vos flèches vers ma direction, et tirez ! Mais si vous voulez vivre, alors baissez les armes, et laissez moi vous délivrer de cet homme, Seto Yagami, que je libérerais également de sa propre folie !

D'un geste brusque, Scylla jeta son arme au sol et écarta les bras, faisant d'elle une cible facile.

- Que choisissez-vous, Eloraell ? J'attends votre réponse !

Scylla avait, depuis le début de ses retrouvailles avec le peuple elfique, parlé avec un ton certain et fier. Scylla ne le réalisait pas, mais sa fierté de guerrière valkyrie, qu'elle avait perdu après avoir été bannie et séparée d'Asuna, était en train de renaître, tel un phénix. Etait-ce parce que pour la première fois de sa vie, elle avait posé les deux pieds sur un champ de bataille mais pour une raison honorable ? Ou alors, parce qu'elle ressentait l'impression que son périple allait peut-être touché à sa fin, une fois qu'elle pourra rentrer en contact avec Azelia ? Sa quête de réponses, de vérité, lui donnait une motivation inébranlable, et si, contrairement à ce qu'elle pensait, le peuple elfique allait prendre la mauvaise décision, elle était prête à recevoir les flèches des elfes en plein cœur, car son dernier espoir pour l'humanité mortelle pourrait bien s'envoler avec celui des elfes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eloraell
Reine
Reine
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 14/07/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Une fierté réveillée   Dim 15 Oct - 22:11

Eloraell n'avait rien dit jusqu'à maintenant. Elle était le genre d'elfe qui n'ouvrait la bouche que pour dire des choses intelligentes. Elle avait écouté avec attention toutes les paroles de Scylla, qui semblait remettre la faute à la reine des elfes pour la mort d'une grande partie de son peuple. Même si c'est elle qui avait anéanti le navire qui transportait un grand nombre de ses subalternes, cela reste elle qui a décidé de s'engager sur les sentiers de la guerre, alors qu'elle aurait pu laisser son nez en dehors de ce conflit chaotique. Mais la mort de sa mère a provoqué une horrible déchirure dans son cœur. Elle se questionnait sans arrêt, depuis ce soir funeste, sur le sens de cette paix qu'Ulyana avait rendu traditionnel pour son peuple. Elle savait qu'elle refusait de répéter les erreurs qu'elle avait commise avec son mari et avec Feriel, mais est-ce que cette paix était nécessaire lorsque l'on est le seul peuple qui la convoitise ? Cette situation minoritaire, selon Eloraell, ne pouvait qu'emmener son peuple vers le désastre. Quoiqu'il en soit, cette Scylla était claire, Eloraell avait pris une très mauvaise décision. Force est de reconnaître que la valkyrie parlait avec une assurance hors du commun des mortels. Elle semblait même être prête à encaisser les flèches pointées en sa direction, pour faire comprendre à la jeune reine elfique que son choix était le pire.

Eloraell ne voulait pas que cette femme soit transpercée, et au fond, elle ne voulait pas être ici. Elle s'était efforcée de créer une image de femme puissante, de femme forte, sûre d'elle, pour être aussi illustre et respectable que sa défunte mère. Face à Scylla, elle cherchait à trouver, au fond d'elle, la force de lui tenir tête, mais ses chevilles commençaient à trembler. Elle suffoquait face au visage sûr et indomptable de la valkyrie. Cette force dans son regard la tétanisait presque. Elle commença à croiser les bras, et à trembler.


- L'espace d'un instant, j'avais espéré... que je pourrais revivre ces jours paisibles et ensoleillés. A contempler le ciel, à sentir l'odeur du lilas chatouiller mes narines. A marcher main dans la main avec l'homme que j'aime, et à écouter la voix chaleureuse de ma mère, qui me narre encore et encore ses histoires sur les esprits protecteurs de la forêt. Mais ces jours sont révolus... J'avais tant espéré, comme une enfant, et non comme une reine. Je n'ai pas grandi d'un pouce. Cependant, Scylla...

- Hum ?

- ... si ma place n'est pas ici, sur un champ de bataille, ou est-elle désormais ? Devais-je donc rester, au sein de mon palais, à repasser en boucle devant les vestiges de mon passé ? A me ressasser ces souvenirs si chers à mon cœur, jusqu'à tomber dans la dépression et l'inutilité ? Je dois agir pour mon peuple, pour cette vie que nous avons perdu. Car, sachez, valkyrie, que lorsque l'on s'est habituée à vivre au sein d'un climat olympien et antimilitariste, on se retrouve déboussolé lorsque tout s'efface, tout disparaît. J'étais prête à tout pour retrouver cet havre de paix. Mais il semblerait que c'est impossible... c'est... impossible...

Eloraell, qui avait tenté de tenir tête devant Scylla, commença à s'effondrer. Quelques larmes coulèrent le long de ses pâles joues. A cet instant, devant la scène assez tragique qui s'ensuivait, Scylla se radoucit, et son air renfrogné disparut, pour laisser place à de la compassion. Elle reposa les bras, et observa Feriel s'avancer vers sa sœur pour la consoler physiquement.

- J'ai beau, aujourd'hui, haïr Seto, de tout mon cœur. Mais je crois qu'au final, je comprends de mieux en mieux sa soif de vengeance. Je me rapproche de plus en plus de ce qu'il ressent, aujourd'hui...

A ce sujet, Scylla se doutait parfaitement que ce n'est pas Azelia qui avait utilisé le chantage affectif pour piéger Eloraell et les elfes dans ce chaos solaire, mais probablement Seto, jouant sûrement sur les sentiments enfouis de la jeune reine. Dans tous les cas, cette femme avait besoin d'aide, et la voir ainsi renforçait toujours plus son envie de botter les fesses d'Azelia et Seto. D'autant plus que voir quelqu'un faire preuve de chagrin au nom de sa mère fendait quelque peu le cœur de la valkyrie. Elle décida de ramasser son épée, de s'avancer, de franchir les marches vers la reine et sa sœur, sans se soucier des flèches pointées vers elle. Car cette fois, elle se défendra si les elfes font feu. Car elle voulait absolument rejoindre Eloraell. Par chance, personne ne prit l'initiative de tirer, car ni Eloraell, ni Feriel, ne firent signe. Scylla était donc là, juste en face d'Eloraell qui sanglotait à chaudes larmes. Comme la valkyrie comprenait que ces larmes étaient au nom d'Ulyana, elle ne put s'empêcher de poser sa main sur le visage de la nouvelle gouvernante pour essuyer ses larmes avec le pouce.

- Aidez moi, princesse Vermillion. Que dois-je faire ? J'aimerais tellement avoir votre assurance et votre courage.

- Cela viendra avec le temps. Vous avez un peuple qui compte sur vous. De plus, ne vous reposez pas trop sur moi. Vous devez prendre les bonnes décision, et vous le pouvez. Ces mêmes décisions influenceront sur l'avenir de tout un pays. N'ayez pas trop de crédits pour moi... Mes actes n'auront aucun impact sur le futur d'Atrium, et seront vite oubliés. Considérez vous comme celle qui pourra redorer le blason de l'empire d'Ulyana. Moi, je ne suis qu'une petite aide dans l'ombre pour vous épauler. Après, ce sera à vous de jouer...

... pour commencer, maintenant que vous avez les deux pieds dans cette fournaise, restez bien à l'intérieur de ce château. C'est l'endroit le plus sûr actuellement, du fait que les dragons blancs qui gardaient les couloirs et les issues sont annihilés. De plus, l'armée solaire et mes deux alliés s'occupent de garder les entrées du château. Personne ne devrait vous embêter ou vous menacer et donc, vous ne devrez plus subir de pertes désormais. Néanmoins, ne restez pas trop près de la salle du trône. Bientôt, un violent combat aura lieu. Et par ailleurs, je vous conseille une dernière chose et qui risque de ne pas vous faire plaisir. Seto a le même vocabulaire et la même façon de penser qu'Azelia désormais. Je l'ai constaté lors de ma dernière rencontre avec lui. Alors, rien ne me confirme que je serais en mesure de changer son âme, donc préparez vous au pire...


- Je n'en doute pas... Je m'y suis déjà préparée. Mais si, au fond de votre cœur, vous pensez que je peux encore arranger les choses, alors, il devrait en être de même pour Seto. Après tout, Seto a grandi avec moi, aux côtés de mère. Il a connu la paix tout comme moi, mais fut arraché à cette paix bien avant moi. Peut-être pouvez vous encore éveiller ce Seto que j'ai rencontré avant que ce terrible drame n'ait lieu.

Scylla fit un signe de la tête pour dire oui, suivi d'un sourire bienveillant. Maintenant que plus aucun arc d'elfe ne la visait, elle reprit la marche, un peu anxieuse de laisser Eloraell ici, alors qu'un terrible combat va bientôt faire rage. Mais alors qu'elle s'avança vers l'objectif, une voix plus grave que celle de la reine l'interrompit dans sa marche.

- Une chose m'intrigue encore à ton sujet, Scylla. Tu sembles dire à ma sœur qu'elle peut encore changer le cours des choses pour son peuple. Pourtant, rien ne nous oblige à seulement attendre bien sagement. Nous pouvons te soutenir face à Seto. Ne prends pas notre puissance à la légère. Ou bien, es-tu imbue de ta personne au point de te sentir capable de tout prendre sur tes épaules ? Tu es une princesse, si je ne m'abuse. Un jour ou l'autre, tu seras obligée de prendre tes responsabilités à bras le corps et diriger un peuple qui te fera confiance.

- Ce jour n'est pas encore là. Pour l'instant, je préfère agir en emportant le moins de personnes possibles avec moi, surtout si c'est la tombe qui m'attend et que ces personnes ont encore le cœur pur, contrairement à moi. Tu étais une elfe noire, Feriel. Tu dois donc savoir à quel point l'odeur du sang est malcommode. Et puis, figure toi que cette fois, je ne suis pas toute seule.

Scylla laissa la sœur aînée d'Eloraell dans l'incompréhension, puis ouvrit la grande porte en hauteur. Elle vit encore une série de marches qui l'attendait. Des marches interminables, mais royales en terme d'apparence. Elle comprit donc très vite, par la forte perturbation énergétique qui s'accentuait, qu'un combat avait lieu au sommet de ces marches. Et que parmi les combattants, il y'avait son objectif: Seto Yagami. Sans trembler, c'est ainsi que Scylla se dirigea vers la dernière étape de cette guerre, et donc, dans l'optique d'y mettre fin... si tout se passe conformément au plan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une fierté réveillée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]
» Forum: La fierté du Lion
» Zoan éveillé.
» Trop de fierté, tue la fierté !
» [Sorwin]Coma éveillé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays du soleil :: Temple du soleil-
Sauter vers: