La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le sang du conquérant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1234
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 27

MessageSujet: Le sang du conquérant   Mer 16 Aoû - 23:57

Avant que la guerre éclate réellement, Seto se retrouva en tête à tête avec son ennemi juré, l'objet de sa hantise et de sa haine, et dont le cruel destin décida que cet homme ne serait personne d'autre que son paternel. Mais père ou parfait inconnu, Seto s'en fichait. Il n'y avait que l'homme qui lui avait tout retiré, et qui devait payer. Avant de partir mener bataille, Seto imaginait la rage prendre possession de son corps si jamais il verrait son visage, comme si il se confrontait à la pire des gangrènes. Mais étrangement, il était plutôt ravi. Ravi que ce moment tant attendu arrive. Quand à l'homme en face de lui, un sourire malsain se dessinait sur son visage. Il semblerait que pour lui, également, il s'agissait d'une soirée historique. Alors que Seto était en garde, prêt à trancher la tête de l'homme qui a anéanti son clan, Murai leva la main droite, non dans le but d'invoquer une technique, mais comme simple geste qu'il souhaitait d'abord communiquer.

- Avant que nous commençons, ne meurs-tu pas d'envie de savoir réellement pourquoi j'ai exterminé ton clan, alors que tu n'étais qu'un enfant ?

- Mais j'en serais enchanté, vieil homme ! De base, je voulais vous arracher cette vérité de votre corps ensanglanté, mais tant de générosité... Je ne peux résister ! Avez-vous quelque chose à vous faire pardonner, mon bon seigneur ?

- La réponse est simple, mon fils ! Pour prévenir ce genre d'incidents qui est en train de se produire ! J'ai simplement empêché une nouvelle guerre, Seto.

- Et pour ensuite, en créer une toute nouvelle ! Ne me prenez pas pour un imbécile, vieil homme ! Vous pensiez réellement que j'allais rester là, les bras croisés ? A oublier le nom de mes frères et mes sœurs, et accepter que votre génocide soit impuni ? Un dragon blanc réclame justice, vous le savez bien ! Et il ne cessera jamais de combattre, tant que justice ne sera pas rendue !

- La justice, hum ? Un bien piètre mot que les races supérieures comme les nirvits ou les dragons, s'offrent eux-mêmes le privilège d'utiliser en long, en large et en travers. Mais votre justice fardée ne fait rien de plus que prolonger l'amas de haine que vous pensez sincèrement corriger ! Non, Seto ! Tu te trompes sur le véritable rôle d'un dragon blanc. Un dragon blanc, du moins, sur les terres mortelles d'Atrium, n'est pas un justicier, mais un conquérant ! Et tous tes frères et sœurs se fourvoyaient en pensant qu'ils étaient là pour protéger les êtres humains.

- Vous voulez dire que tout ce qu'on m'a enseigné, tout petit, était faux ? Comme si je pouvais accorder un quelconque crédit aux paroles d'un homme qui m'a abandonné alors que je n'étais qu'un nouveau né ! Mais poursuivez, je vous prie ! Donnez moi toujours plus envie de vous trancher la gorge !

- Toi qui est un subalterne d'Azelia, tu dois probablement connaître ce lieu interdit et sinistre que l'on a surnommé le noyau lunaire, pas vrai ?

- Un peu que je connais. Et... ?

- Ta mère avait quitté notre clan très tôt, peu de temps avant que je franchisse le pas également. Je suis parti à sa recherche, et mes pas m'ont menés vers ce lieu. J'ai pu y survivre. J'avais comme certitude que je ne trépasserais pas, pas tant que je retrouvais la trace d'Ikaruga... Et alors que j'avais atteint les profondeurs de cet enfer, j'ai vu ce qu'aucun témoignage n'avait encore narré jusqu'à présent. Une sorte de cocon démoniaque, dont est scellé une énergie rarissime et indescriptible. Ce cocon enfermait Manawyddan, celui qui a dirigé les tout premiers dragons blancs sur Atrium. On raconte qu'il a été scellé par Susanoo, le seigneur du pays de la montagne.

- Je sais déjà tout ça.

- Je me suis rapproché du sceau, et je l'ai entendu. La voix presque éteinte de l'ancien seigneur des dragons. Il m'a confié la tâche de redonner un nom à son travail millénaire ! Après cette brève altercation, j'ai enfin compris que mes croyances étaient infondées ! Nous prions un dieu, et nous imaginons qu'il entende nos prières. Mais ces prières, en question, étaient fausses. Moi seul savais ce que notre seigneur attendait de nous, ses descendants humanoïdes ! Notre véritable mission, était de conquérir le pays solaire ! Et de façonner ce pays, de sorte qu'il devienne une nation indépendante, dirigée par notre cause ! Ces histoires de paix avec les humains ne sont que foutaises en réalité ! Manawyddan avait construit un avenir pour les mortels seulement en les obligeant à se soumettre ! Mais PERSONNE, dans notre famille, ne me croyait !

- Pas étonnant...

- Seul, j'ai donc déserté temporairement notre clan ! Pour un être doté de pouvoirs formidables, c'était un jeu d'enfant pour moi de tuer l'ancien roi dans l'ombre, et de me faire passer pour un de ses ministres. J'ai évidemment truqué les élections, et me suis emparé du trône sans que personne ne sache mon identité ! Enfin, c'est ce que j'ai pensé ! Mais d'une manière que j'ignore, mon ancien clan connaissait mon plan ! J'ai du donc utilisé le chantage avec les dragons blancs, pour éviter qu'ils salissent notre nom en me dénonçant ! Si ils crachaient le morceau aux autres seigneurs de la Yokume, j'aurais banni mon clan hors des frontières du continent ! Mais finalement, ils s'adoucirent plus facilement que je l'avais prévu, dès que j'ai parlé d'honneur bafoué. Tu te doutes bien pourquoi, Seto...

... finalement, j'avais accepté de régner sur le pays sans mes dragons blancs pour m'accompagner. Prendre les rennes de ce qu'a dirigé, jadis, Manawyddan, me satisfaisait pleinement. Mais avec les années, les dragons blancs n'étaient plus si dociles. Mes sources m'assuraient qu'ils préparaient un coup d'état, qui auraient déclenché une infâme guerre, détruisant le royaume que je m'efforçais de protéger ! Malgré le chantage ou mes interventions dans le but de les raisonner, il n'y avait rien à faire. Je ne voyais plus que des conquérants, sous mes yeux, exactement comme Manawyddan m'avait raconté ! Et cela me confirma ce que j'avais pensé depuis ma rencontre avec ce seigneur dragon ! Notre sang désire le combat, la conquête, la supériorité ! Voilà ce qu'était réellement ta famille, Seto ! Voilà ce qu'est en réalité un dragon !


- ... C'est donc en suivant cette croyance que vous ne vous êtes pas seulement contentés des adultes, mais également des enfants. Mais vous avez échoués. Je suis de retour, Murai...

- Sache une chose, Seto. Si j'ai mobilisé toutes mes forces pour te retrouver et te capturer, c'est uniquement pour pouvoir t'approcher. Après mon départ, j'étais dans l'incapacité de pouvoir te voir, mon fils ! Et une fois que j'aurais mis la main sur toi, j'aurai enseigné au jeune garçon que tu étais, la véritable mission qui est la nôtre ! J'aurais fais mon maximum pour que tu sois un prince digne au sein de mon empire !

- C'est parfaitement ridicule... Vous prétendez que vous teniez à me capturer vivant. Pourtant, j'ai connu la mort à cause de votre foutu armée !

- Ceci n'était qu'un ordre mal interprété, Seto ! Un vulgaire malentendu ! J'avais bien insisté pour que tu sois capturé vivant ! Crois moi, Seto, que je n'ai pas récompensé les fautifs ! Je les ai exécuté pour non respect des ordres !

Après cette série de révélations, Seto fixait son père avec un regard presque impassible. Toute cette histoire ferait presque passer Murai pour le bienfaiteur de Seto. Aucune parole ne lui venait à l'esprit ! Tout ce qui finit par sortir de sa bouche, était un léger rire, qui devint par la suite un rire amusé, voire dément.

- Hahahahaha.... HAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !

- Aies-je dis quelque chose de drôle, mon fils ?

- Jusqu'au bout, vous continuerez de mentir sans arrêt ! Oui, vous n'êtes qu'un fief menteur ! Immonde personnage ! Avez vous un grain de travers au point d'entendre des voix ? Comment auriez-vous pu, un seul instant, communiquer avec Manawyddan, hein ? Sachez que je connais parfaitement l'emplacement du cocon qui enferme ce dragon légendaire, et JAMAIS, je ne suis parvenu à entendre sa voix !

- C'est parce qu'aucun de tes dragons ne sont totalement éveillés. Si tu prends la peine de m'écouter, Seto, tu saurais comment amplifier l'énergie de tes dragons pour qu'ils soient parfaitement accordés à ton esprit, comme c'est le cas avec mon propre dragon !

- Et d'ailleurs, qu'est ce que vous me chantez ? Vous auriez recherché ma mère au beau milieu du noyau lunaire ? C'est VOUS qui l'avez tué ! Je vous l'ai dis, au pays de la forêt ! Azelia a pris soin de rendre temporairement la vie à ma mère, et elle m'a TOUT raconté !

- Parce que tu crois sincèrement aux paroles d'une revenante ? Mon pauvre garçon, maintenant que ta mère a rejoint l'au-delà, elle aurait pu te raconter n'importe quelle histoire dans le but de te manipuler ! Quel intérêt possède un mort, pour dire la vérité ?

- Fermez-la ! FERMEZ-LA !

Sous une rage incontrôlée, Seto frappa le sol avec son imposante épée. Un cercle aquatique se forma derrière Murai. En ressortit un clone de Seto qui frappa le dos de Murai avec une réplique de la même épée. Mais à sa grande surprise, l'épée éclata en plusieurs morceaux. Le corps de Murai semblait dur comme l'acier. Il ne perdit pas de temps pour enflammer son poing d'une couche de magma, puis frappa d'un coup sec le clone qui disparut. Semblant déçu, Murai se retourna en direction du véritable Seto.

- Dois-je en déduire que c'est ton dernier mot ? Sais-tu, espèce d'ingrat, que je suis allé jusqu'à annuler ce fichu traité de paix avec Azelia dans le but de te ramener à moi ? Les conflits ont commencés au moment même où j'ai tenté de te récupérer ! Mais au moins, je dois une fière chandelle à Azelia ! Elle t'a écarté de cette philosophie pacifiste qu'est celle des elfes, pour éveiller en toi cet esprit combattif qui est le tien depuis ta naissance ! Maintenant, il s'agit de t'apprendre à le maitriser !

- J'ai une idée qui me traverse l'esprit, père... Si il s'avère que ce que vous me dites est vrai, alors soit, je vais conquérir la Yokume, pour qu'elle soit sous la coupe de mon clan. Mais... SANS vous ! Je n'accepterai pas dans mon futur royaume un pauvre type qui se cache derrière des mensonges et des illusions, et surtout, qui va jusqu'à anéantir mes frères et mes sœurs pour satisfaire ses convictions !

Le sourire dément aux lèvres, avec une forte soif de sang qui le manipule, Seto invoqua cette fois un cercle noir sous les pieds de Murai. Il fut très vite attaché par multiples chaînes noires qui sortirent du sol ! Seto ne perdit pas de temps non plus, et enveloppa son corps d'une forte lumière bleue. Il invoqua l'un de ses fidèles dragons blanc aux yeux bleus, puis pointa du doigt sa victime.

- DEVORE LE ! QU'IL N'EN RESTE RIEN !

Le dragon se pressa en direction de l'imposteur pour le dévorer. Ce qu'il fit. Il arracha l'intégralité du tronc de Murai. Mais soudain, une épaisse brume se forma derrière lui. Celui qui semblait avoir fini dans l'estomac du dragon passa derrière Seto, le corps au grand complet. Seto se retourna, mais il encaissa un second coup de poing de son père, toujours la main enveloppé sous une couche de magma. Il vola à toute allure vers le mur à sa droite. Dès qu'il ressortit des débris, il retira par réflexe son manteau et tout ce qui couvrait son torse. Maintenant qu'il était torse nu, l'on pouvait apercevoir au niveau du nombril une plaque noire se fissurer. C'était encore et toujours la protection que tout être corrompu par le sang noir possède.

- Hey, mon dragon ! Je croyais que tu devais me soutenir pour me délivrer de chaque illusion que ce connard m'envoie !

- Je suis navré, Seto. Mais quelque chose m'empêche d'agir comme bon me semble ! Quelque chose au sein de son esprit !

- Je vois...

Seto comptait sur ses deux dragons pour le libérer de chaque illusion de Murai, comme ils ont toujours fait. Mais il comprit que dans la dimension où sont enfermés les esprits des dragons gardiens, se cache un autre dragon, parfaitement éveillé selon Murai, qui n'allait pas laisser Seto faire comme il le semble. Le combat allait devenir bien plus périlleux que prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1234
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Mar 22 Aoû - 0:50

Sous la mauvaise surprise de Seto, il n'allait finalement pas être immunisé des illusions de son ennemi. Habituellement, le jeune chef de clan comptait sur ses dragons pour le protéger des sorts de type illusions. Car généralement, la meilleure manière de sortir d'une illusion est de compter sur un allié qui peut libérer la victime de son piège optique. Donc, dans le cas de Seto, ses fidèles dragons. Mais cette fois, cela ne fonctionnait pas. L'un des dragons de Seto expliqua que quelque chose, au sein de Murai, l'affaiblissait constamment. Sur le coup, sa stratégie tombait à l'eau. Cela ne signifiait pas, évidemment, la fin du combat, ou son échec imminent. Il pouvait encore vaincre cet imposteur.

- Tss, son sort d'illusion permanent est désactivé, puisqu'il revêt sa réelle apparence. Donc il a dû utiliser un sort d'illusion optique basique. Le genre de techniques qu'il ne peut réutiliser avec un court laps de temps. Comme quoi, il existe un seul et unique avantage, au fait que je partage le même sang que cette pourriture..

Etant également un Yagami, il savait donc que Murai ne tenterait pas une nouvelle illusion pour le moment. Il décida donc de mettre le paquet avant que la prochaine illusion puisse lui être fatale. Un cercle magique s'afficha sur le sol, révélant la majestueuse apparence d'un nouveau dragon blanc. Face aux deux créatures mystiques, n'importe qui pourrait commencer à s'inquiéter. Mais étrangement, le père de Seto gardait les bras croisés, comme si il attendait qu'il pleuve. Cela perturbait légèrement Seto. D'ailleurs, depuis le début, Seto avait du mal à garder son self-control. La vue de cet homme le dégoûtait jusqu'au plus profond de sa chaire. Il voulait détruire cette image répugnante de son esprit le plus vite possible. Mais ce désir brûlant de tuer l'objet de ses hantises n'allait-il pas emmener Seto six pieds sous terre ? Les deux dragons, invoqués par la volonté de cet homme, semblaient en parfait accord entre eux. La femelle du duo tenait à avertir Seto, malgré qu'elle savait parfaitement ce qu'elle allait recevoir comme réponse.

- Seto, ne te précipite surtout pas ! C'est exactement ce que cet homme attend de toi ! Que tu succombes sous l'effet de la colère et de la rage !

- Je m'en fous ! On va lancer une attaque combinée, à nous trois. Commencez à vous préparer pour tirer !

- Bien, maître !

Les deux créatures ailées commencèrent à ouvrir leurs gueules, dans le but de faire feu. Seto concentra son énergie dans le creux de sa main, devant un Murai toujours aussi impassible.

- Neo Burst Stream !

Une fois les salves envoyées, Murai décroisa enfin des bras, effectua le même geste que son fils, puis annonça la même incantation, mais à un mot près. Ce même mot qui marqua toute la différence de puissance entre le père et le fils.

- Final Burst Stream !

Seto prit de plein fouet son attaque, celle de ses dragons, ainsi que celle de l'ennemi, en une fois. Il fut propulsé au loin, avec ses deux alliés, tandis que le rayon d'énergie réduisit en poussière le trône posé au loin, ainsi que le mur et les vitraux qui l'accompagnent au fond de la salle. Murai semblait s'en moquer que le combat allait probablement alerter encore davantage de peur et d'anxiété à l'extérieur du palais. Sa priorité était de calmer Seto et son sang noir qui le rongeait de l'intérieur. Il s'approcha du jeune homme, le ramassa au sol par le cou, puis le souleva, le fixant avec un air désappointé.

- Tu as de l'audace, c'est certain. Hélas, tu te comportes comme un animal. Un animal qui a besoin d'être dressé ! Tu semblais me blâmer pour n'avoir pas été là quand tu n'étais qu'un gamin, n'est ce pas ? Très bien, c'est entendu. Je vais jouer mon rôle de père pour la première fois, et te rééduquer, petit délinquant !

La salle du trône laissa, en quelques secondes, place à un tout nouveau décor. Seto était probablement plongé au beau milieu d'une toute nouvelle illusion. Par ailleurs, ses deux fidèles servants étaient absents de cette nouvelle apparition optique, il n'était plus sous l'emprise physique de son père, et une dernière chose encore plus étrange. Seto était redevenu un jeune garçon. Encore une fois, tout ceci n'était qu'une illusion. Mais Seto était bel et bien dans le corps qu'il possédait quand le terrible accident qui avait bouleversé sa vie arriva. Histoire que ce que Seto imaginait comme une reproduction soit parfaite, le décor représentait la capitale solaire, en ruines, prisonnière des flammes. Exactement comme en cette soirée. Et plus loin, il pouvait observer son père, les bras croisés, qui fixait l'océan flamboyant qui enveloppait la cité.

- Tu penses que je cherche à te faire revivre ce qui a crée ce traumatisme psychologique en toi, n'est ce pas ? Je sais parfaitement que depuis ton décès, plus rien ne peut te rendre plus cinglé que tu ne l'es déjà. Alors je perdrais mon temps. Mais il ne s'agit pas de ça, Seto. Regarde de plus près ! Observe la scène et tu comprendras la différence.

Même si le décor était similaire, la scène était tout aussi différente. Cette fois, ce n'étaient pas les dragons blancs qui remplissaient la montagne de cadavres. Mais des humains. Des citoyens, et avant tout, de faibles mortels. Bien sûr, l'image présentée était abominable. Des enfants et même des bébés jonchaient le sol, démembrés, ensanglantés, dénudés. Un véritable enfer. Le "petit" Seto marchait devant ce ramassis de chaire humaine.

- Pourquoi vous me montrez cela ?

- Attends, regarde qui a perpétré ce massacre.

Les hommes qui marchèrent impitoyablement sur ce tas de cendres fumées étaient en tunique blanche. Pour Seto, il était très facile de reconnaître les dragons blancs, ou plutôt, l'ancien ordre des dragons blancs, qui avaient éduqués Seto.

- Ma... famille ?

- Oui, et la suite va peut-être te réveiller une bonne fois pour toute.

Toujours au beau milieu de ce désert infernal, cette fois, on pouvait apercevoir des chevaliers en armure bleue, et une allure majestueuse, démarrer un assaut contre les dragons blancs. Le résultat fut très vite tracé. Seto fut le témoin d'un nouveau massacre de sa famille, mais par une nouvelle armée.

- Ce sont...

- ... des soldats nirvits, Seto ! As-tu compris ce que j'essaye de t'enseigner ? Et bien, c'est ce qui serait arrivé si j'avais laissé ton clan en vie. L'issue de cette histoire était inévitable. L'une des deux parties devait être éradiquée. As-tu vu le mal prendre possession de tes frères et de tes sœurs ? Voilà ce qui se tramait dans l'ombre, et que tu ne pouvais distinguer, tellement tu étais un gamin rêveur et insouciant ! Si j'avais fermé les yeux sur leurs actions, ils auraient commis EXACTEMENT ce que tu es en train de faire ce soir ! Et si les rôles étaient inversées, ce sont les nirvits qui auraient posé leurs empruntes sur ce conflit majeur ! Et là, non seulement tu aurais perdu ton clan, mais tu aurais vu tes croyances disparaître une à une. Ne penses-tu pas que dans un sens, supporter la mort de ton clan en plus d'une déception aussi infâme est bien pire que ce que tu as du endurer ?

- ...

- Dans tous les cas, ton clan était condamné. Et ce que tu es en train de faire va également condamner ce nouveau clan que tu t'étais forcé à regrouper ! J'ai ma part de responsabilité dans cette histoire, en n'étant pas parvenue à te retirer des mains des elfes, et ensuite, des griffes de la reine des démons. Mais toi et moi, nous pouvons réparer nos erreurs !

- Je vais vous apprendre une bonne chose, Murai ! Les nirvits ne me font pas peur !

Murai vit le regard de ce Seto enfant devenir mauvais. Son sourire trop confiant cachait quelque chose.

- Le seul moyen pour que vous me soyez utile, c'est de m'emmener voir cette femme de la famille Guan qui vous sert de sœur ! Je sais tout en ce qui concerne ce dragon sous son emprise. Il sera bien plus profitable avec quelqu'un comme moi qu'envers cette prisonnière. Emmenez moi vers elle ! Je sais que vous la retenez prisonnière ! Après, vous pourrez crever en paix !

- Pauvre fou ! Ne t'avise pas d'affronter les nirvits ! C'est de la pure folie ! Le mieux, c'est de pouvoir négocier avec l'ordre du nirvana ! Pour cela, nous pouvons utiliser ton alliance avec Azelia à bon escient !

L'environnement changea, et Seto se retrouva au beau milieu d'une salle qui appartenait à un palais royal. Il s'agissait d'une salle de conseil, avec une table ronde au beau milieu. Seto, qui avait repris son apparence adulte, put y voir plusieurs seigneurs assis autour de cette table. Il y reconnut son père, mais qui avait l'apparence de Sairu Jumeis, ainsi qu'Azelia, Ulyana et ce qui semblerait être les autres seigneurs de la Yokume. La tension semblait être à son comble, et noircissait l'ambiance au sein de cette assemblée qui touchait à sa fin visiblement. D'ailleurs, Seto avait l'espace d'un instant son attention sur une figure féminine qui dégageait quelque chose d'impressionnant rien que par son apparence.

- Hum, Scylla ?

Mais à y regarder de plus près, il ne s'agissait pas de Scylla, mais la ressemblance était frappante, un peu trop même.

- Je peux savoir ce que vous cherchez à me montrer cette fois-ci ?

- C'est un fragment de ma mémoire, que je fais apparaître grâce à mes illusions. J'ai participé à ce sommet entre seigneurs de la Yokume, et la conclusion de ce conseil est assez intéressante. Ecoute ce qu'Azelia s'apprête à déclarer, puis la réaction de cet homme masqué au bout de la table. Après avoir observé ceci, j'ai démarré une enquête au sujet de ta reine, qui risque de t'intéresser.

Seto, bien que fatigué par cette série de visions, prit la peine d'écouter le discours d'Azelia. Sans savoir pendant combien de temps ce petit voyage allait durer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1234
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Mer 25 Oct - 14:12

Seto ne saurait dire combien de temps il était prisonnier de cette illusion. Dix minutes, trente, ou même peut-être une heure ? En tout cas, ces images que Murai avait enfoncé dans l'esprit de son fils avait retardé l'issue de cette guerre, pour le plus grand malheur de la capitale solaire qui continuait de subir des dégâts critiques. Mais visiblement, cela ne perturbait pas le souverain actuel du royaume. Tout ce qui semblait l'importer, à cet instant présent, était de retourner la veste de son fils pour qu'il rejoigne son parti. Ce dernier avait un genou au sol, la main sur le crâne, en train de réaliser ce qu'il venait de voir pendant un temps indéterminé. Murai laissa Seto prendre tout le temps qu'il avait besoin pour faire le tri dans ses pensées, maintenant qu'il avait vu une certaine vérité. Mais quelle pouvait bien-être cette réalité en question ? Quelque chose qui fit sourire Seto, en tout cas, qui n'avait pas perdu de son instinct destructeur, ce qui troublait Murai qui ne savait plus quoi faire devant ce démon aux gênes de dragon.

- Alors, c'est donc ça ? Intéressant...

- Quelle conclusion t'es venu à l'esprit, maintenant que tu sais toute la vérité sur Azelia ?

- Alors comme ça, le maître des marionnettes n'était pas celui que l'on pouvait imaginer. Belle découverte. Croyez moi que je vais tirer parti de cette information comme il se doit.

- Alors, quel est ton choix ?

- Pour l'instant, je ne vais rien faire d'autre que continuer à attendre. Ce que vous m'avez montré me donne encore plus envie d'utiliser Azelia à mon avantage, et cela, bien sûr, après que je vous aurai éradiqué de ce monde.

- Tu ne comprends toujours pas ? Seul, face à Azelia, tu ne peux rien. Nous devons joindre nos forces, et couper l'herbe sous les pieds de cette mégalo avant qu'il ne soit trop tard. J'ai un plan. Je connais la formule pour ressusciter Manawyddan, c'est...

- ... une formule sous forme de verset, que l'on trouve au sein du 5eme chapitre du livre sacré de Dovahkiin. Je connais. Il n'y a pas que vous qui lisez. Et je dirais même que je me suis bien mieux instruit que vous. Croyez vous sincèrement que cette formule suffise pour réveiller Manawyddan ? C'est faux. Le cocon crée par Susanoo a littéralement dévoré chaque parcelle d'énergie au sein de ce dragon. La vérité, Murai, est que Susanoo ne voulait pas tuer Manawyddan. Il l'a enfermé dans le but de le contenir provisoirement, et de le maintenir sous sa coupe. Notre homme, en plus d'être un parfait artisan, voulait également avoir un dragon de Legendia comme monture. Quel orgueil, pas vrai ? Bref, Manawyddan est aujourd'hui qu'une coquille vide, maintenu en vie par une très faible source d'énergie qui l'alimente uniquement pour qu'il ne crève pas de famine énergétique. Libre à vous de perdre votre temps à retourner dans le noyau lunaire avec votre incantation bien enfoui dans votre cervelle, vous n'allez rien gagner.

- Mais... J'en suis certain ! J'ai entendu sa voix, j'ai entendu ce roi dragon me parler. Il est encore en vie. Il suffit juste de le libérer, c'est tout !

- Vous êtes barge, Murai ! Complètement ! Vous ne proposez aucune solution fiable, et vous songez réellement pouvoir vaincre Azelia ET libérer Manawyddan de son tombeau ? Ne comptez pas sur moi pour rejoindre votre ambition qui, de source sûre, va foirer. Non, le mieux, c'est de laisser Azelia bien tranquillement continuer de conquérir la Yokume. Car elle, au moins, connaît le moyen de restaurer la vitalité de notre homme.

- C'est toi le plus fou des deux ! Si tu laisses Azelia atteindre son objectif, alors...

- ... chaos.... destruction... partout.... etc etc. Oui, je sais, merci ! Et bien, que grand bien fasse à ce monde. Je ne vais pas pleurer pour quelques terres ravagées, après tout, cela peut être une solution pour que les humains comprennent enfin la leçon. Néanmoins...

Le dragon blanc pointa la paume de sa main en direction de son adversaire. Une bourrasque de vent virevolta autour du souverain, qui, resta sur place sans broncher.

- ... quand le moment viendra, j'utiliserais Azelia pour leurrer le roi du nirvana, puis, je me débarrasserais d'elle, car, comparé à vous, j'ai un véritable plan !

Seto leva deux doigts, et tous les vitraux de la salle du trône éclatèrent en plusieurs morceaux de verre. Puis, ce dernier fit léviter chaque morceau vers la mini tornade. Murai fut très vite au beau milieu de multiples morceaux de verre qui tournoyaient autour de lui. Plusieurs morceaux de sa peau, bien que durcies, volaient en éclats, révélant plusieurs tâches noires sur son épiderme.

- Hum, le sang noir...

Seto semblait se réjouir de voir son père souffrir. Mais il savait qu'il allait contre-attaque, alors, il resta bien sur ses gardes. Suffisamment pour entendre un bruit de fracas derrière lui. Une épée de lumière avait transpercé le centre de la porte et volait à toute allure vers Seto qui l'esquiva sans peine. Le jeune dragon blanc fixa la porte qui s'ouvrit brusquement. Il y vit une visiteuse, une chevalière argentée aux cheveux rouges qu'il connaissait parfaitement.

- Tiens, quelle bonne surprise ! La princesse nirvit est enfin là. Je n'attendais plus que toi, Scylla...

Au fond, Scylla se doutait bien que Seto l'attendait. Elle faisait partie du plan d'Azelia, ce même plan que Seto avait entièrement rejeté. Par contre, la présence de Scylla semblait le plaire. Il fixa la valkyrie avait un sourire intéressé. Un sourire qui mettrait mal à l'aise n'importe quelle femme un peu trop timide, ce qui n'était pas le cas de la valkyrie, qui avait toujours son impénétrable expression sur le visage.

- ... tu m'attendais... Et bien, je retiens surtout que tu sembles vouloir traiter avec le roi du nirvana. Intéressant. Je crois qu'on va avoir une looooooongue et pénible conversation, toi et moi.

- Scylla, hum ? Qui aurait cru que j'avais dans mes troupes, jadis, l'unique survivante de l'illustre famille Vermillion. Quel honneur de vous rencontrer, princesse.

Scylla ne prêta même pas attention au roi qui n'avait pas du tout la même apparence qu'à l'époque où elle était à son service. Ce qui lui donnait davantage l'envie de l'étriper, puis de l'embrocher. Mais pour le moment, elle devait collaborer avec lui.

- Alors, quel bon vent t'amènes ? Si tu es venu pour te battre, alors, attends ton tour. Sinon, tu n'as qu'à m'aider à botter le cul de ce fief imposteur.

- Je croyais que tu refusais mon aide, c'est pour cela que tu as pris d'assaut ce pays bien avant l'heure du rendez-vous.

- En effet, j'ai fais ça. J'ai horreur qu'on fourre son nez dans mes affaires, et c'est une histoire de dragons, valkyrie ! Mais bon, puisque tu es là, autant me servir de toi comme bouclier humain...

- C'est vrai ça, Scylla ? Tu faisais partie du plan de conquête d'Azelia ? J'ai du mal à croire que l'élue du Nirvana soit tombée si bas, au point de collaborer avec le mal incarné. Remarque, de quoi pouvais-je m'attendre de la part d'une femme qui s'est perdue et qui s'est rabaissée au point de passer pour une mortelle... Alors, dans quel camp es-tu ?

- Aucun. A vrai dire, je suis partante pour vous pourfendre tous les deux. Mais vu que toi, Seto, possède des informations capitales il semblerait, et que nous avons envie de rencontrer le même homme, je suppose qu'il va falloir que je te tire les vers du nez. Alors, je vais vous aider, Sairu Jumeis ou peu importe votre nom. Et je vous rassure, une fois que j'aurais ce que je désire, je m'en irais. Ce pays ne m'intéresse pas. Je disparaîtrais une bonne fois pour toute, là où le vent voudra bien m'y conduire. Cela vous convient-il, l'imposteur ? Après tout, vous avez peur de tout ce qui vous dépasse, alors, je me devais de vous rassurer, pas vrai ?

- Hum...

- Tu fais une grossière erreur en t'interposant entre ma vengeance et moi. Si tu étais sage, tu aurais pu avoir ce que tu désires de la part d'Azelia. Là, tu vas mourir bêtement, sans en savoir plus sur ce que tu souhaites. Mais bon, tu es une valeur sûre pour notre projet. Alors, je vais devoir te ramener à nous en te traînant par les pieds.

- Hohoho, va-y doucement, Seto. Je suis sensible à cet endroit.

Seto fixa un point précis sur le sol. Plusieurs piliers de lumière sortirent du sol, et encerclèrent Scylla, avant de se refermer sur elle, provoquant une explosion de lumière. Murai en profita pour tenter de frapper Seto du poing, mais sans se retourner, ni poser son regard sur le roi, il se baissa, puis enfonça son coude gauche sur l'estomac du tyran qui fut envoyé, quelques mètres au loin. Le sourire sur le visage de Seto s'évapora, néanmoins, quand il vit que Scylla était indemne. La valkyrie commençait légèrement à être inquiété quand elle vit son Glyph vibrer et raisonner plus faiblement.

- Cette attaque était suffisamment puissante pour que j'aies quelques difficultés à l'absorber. Je ne vais pas pouvoir utiliser mon Glyph éternellement si chacun de ses sorts m'impose autant de pression...

- Les sorts ne fonctionnent pas ? Mais au corps à corps, je suis certain de la surpasser.

Seto ne se fit pas prier pour charger, son épée à deux mains bien serrée. Il donna plusieurs coups vers Scylla qui peinait à se protéger avec sa propre lame. Reculant de plus en plus, elle vit un Seto plus brutal que jamais, tentant éperdument de la faire faillir par la force.

- Alors ! Défends-toi, petite fée ! Tu ne peux rien faire de toute manière face à la férocité d'un dragon !

- Oh ! Tu veux un biscuit, brave bête ? Tu veux un biscuit ?

En ignorant la provocation de la valkyrie, Seto effectua une rapide feinte grâce à son agilité que l'on ne pouvait nier, puis il donna, toujours aussi brutalement un coup d'épaule pour bousculer la valkyrie. Sous le choc, elle fut propulsé et fut contrainte de lâcher son arme. Mais alors qu'elle n'avait pas encore touché le sol avec ses deux pieds, Seto réapparut et donna un puissant coup d'épée après l'avoir dirigé en arc de cercle. Son armure se fissura juste en dessous du niveau du buste, laissant seulement sa poitrine protégée. Et comme si ça ne suffisait pas, alors que Scylla était au sol devant la porte d'entrée, elle vit que le dragon n'en avait toujours pas fini avec elle. Désarmée, elle devait donc faire appel à une nouvelle arme qu'elle avait dans sa réserve dimensionnelle. Une douce lumière s'échappa de la paume de sa main droite. Seto savait parfaitement qu'elle pouvait invoquer des armes à volonté, et donc, allait chercher à se défendre avec. Mais dû à sa considérable force, il était confiant et savait qu'il allait la découper en morceaux. Il ne restait que deux à trois mètres qui séparaient la valkyrie du dragon. Le sourire aux lèvres, Seto s'attendait à voir quelle arme allait invoquer Scylla avant de frapper. Et une fois que la lumière prit forme, Seto prit une position de garde tout en fonçant sur son ennemie.

- Biscuit !

Tout ce que Seto vit était Scylla qui fit un rapide geste de la main, comme si elle lançait quelque chose. Ce quelque chose heurta Seto en plein nez, ce qui le surprit. Il s'arrêta pour voir ce qui trainait au sol devant ses pieds. Il vit un petit biscuit ayant la forme d'un os. Le visage de Seto, à cet instant précis, était vert, et laissait échapper quelque chose d'amusant, de quoi baisser un peu l'atmosphère oppressante du combat.

- Elle... m'a pris.... pour un vulgaire clebs ?

Seto n'eut même pas le temps de lever la tête que Scylla chargea, une nouvelle épée en main et enfonça bien la pointe de la lame au niveau du torse. Elle appuya si fort que sa protection crée par le sang noir s'effrita, et une légère entaille était visible. Et cette fois, ce fut le dragon qui fut projeté en arrière. Une fois au sol, Scylla put voir Murai qui était également bouche bée devant la scène qui était complètement inédite.

- Est-ce que je viens vraiment de voir la légende Vermillion à l'œuvre ? Ravi de voir que tu prends cette guerre autant au sérieux.

- Mais je prends toujours TOUT au sérieux ! La preuve, j'ai même baptisé cette attaque: SNACK TIME !

- C'était risqué, mais... efficace.

Mais Seto se releva vite, trop vite. Et la rage qu'il dégageait était perceptible à des kilomètres. Il prit une large inspiration et hurla pour évacuer sa frustration, tout en dégageant une forte aura qui pouvait foutre mal à l'aise ses deux adversaires, et l'air environnant qui était troublé par sa puissance.

- HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! Sale garce ! Ce combat était le combat que j'attendais depuis des années ! Mon heure de gloire devait arriver ce soir même ! J'ai patienté, si longtemps, d'enterrer cette ordure, et toi... TOI, tu oses te moquer de moi avec tes pitreries ? C'est ça, fini de jouer ! Ton humiliation était intolérable ! Je vais te buter, Scylla ! Rien a foutre d'Azelia !

L'air devint très vite malsain tant Seto dégageait une bourrasque d'énergie à faire trembler les genoux. C'était un mélange entre énergie bienfaisante, et aura malfaisante. Les murs vibraient par la même occasion, et ainsi, Scylla comprit que c'était la dernière fois qu'elle allait cherché à s'en sortir avec une blague inattendue. Le combat allait être long et difficile, et elle espérait qu'elle pouvait un minimum profiter de Murai pour affaiblir Seto. Mais les choses s'empirent soudainement, quand Scylla vit les deux dragons de compagnie de Seto apparaître. Ils avaient disparus une fois que Murai avait transféré ses visions au sein de l'esprit de Seto, mais ils sont de retour, et comme si ils partageaient la colère du maître, ils fixèrent Scylla avec qu'une seule envie: la dévorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 287
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Lun 30 Oct - 0:50

Scylla fixait les yeux dans les yeux ces deux prédateurs ailés qui inspiraient la crainte chez les mortels. Elle, en revanche, ne quittait pas ces dragons du regard. Elle attendait le moindre battements d'ailes ou de cils pour agir. En revanche, les deux dragons s'illuminèrent, puis disparurent, avant de former deux sphères blanches qui virevoltaient continuellement autour de Seto. Un sourire de maniaque se forgea sur le visage du capitaine lunaire, qui ne fit qu'un avec ces deux parcelles de lumières. Scylla avait une impression de déjà-vu sous les yeux, et elle réalisa qu'elle avait raison de commencer à s'inquiéter lorsque Seto, seul, réapparut, enveloppé par une lourde armure blanche et étincelante comme du diamant. Le contraste entre sa nature sauvage et perfide, et la beauté assommante de sa nouvelle tenue de combat pouvait laisser perplexe. Seto regardait fièrement ce qu'il considérait comme étant sa proie.

- Surprise, Scylla ? Il n'y a pas que toi qui peut changer d'armure. Mes fidèles amis ont toujours fait qu'un avec moi. Cela signifie...

Armé désormais d'une claymore bien plus rayonnante et intimidante, il la remua si vite qu'il pouvait trancher l'air. Ce qu'il fit, apparemment, puisque Murai, même sans avoir reçu le moindre contact avec l'épée de Seto, fut projeté en arrière, avec une nouvelle plaie qui se créa sur son torse.

- ... que je maitrise probablement bien mieux cet art que toi, princesse...

Scylla comprit que l'armure correspondait à l'un des dragons, et la nouvelle claymore de Seto était le second. D'une manière ou d'une autre, Seto a apprit à matérialiser ses créatures pour donner un résultat assez similaire aux capacités de la valkyrie. Une nouvelle plutôt inquiétante, quand on connaît les capacités de base des créatures mythiques qui servaient d'arme fatale à Seto. Néanmoins, Seto était bien prétentieux, comme à son habitude, et Scylla comptait bien utiliser ce défaut à son avantage. C'est ainsi qu'un nouveau croisement d'épée se fit entre la lame légère mais robuste de la chevalière écarlate, et l'épée lourde et écrasante du dragon. Des étincelles rouges et blanches se dispersèrent un peu partout, et Scylla ressentait clairement son désavantage, car malgré le poids de l'arme à deux mains de son adversaire, il la bougeait si vite, comme si il était né avec cette arme entre les mains. Cet homme, âgé de seulement une vingtaine d'années, parvenait à mettre en difficulté une guerrière avec plus d'un siècle d'expérience. Mais Scylla jugeait que ses raisons de combattre étaient plus nobles que cet homme qui souhaitait répandre destruction dans ce pays. Alors, la rage de vaincre dans les yeux, elle repoussa l'imposante claymore de Seto et donna un coup diagonal qui toucha le métal de son armure. A cet instant, Seto sourit. Déjà, parce qu'au grand étonnement de Scylla, l'armure n'avait pas la moindre rayure, et ensuite, elle dégagea une aveuglante lumière. Toute la salle du trôné fut enseveli par un flash lumineux qui perdura quelques secondes. Scylla fut totalement éblouie. Pendant ce court laps de temps où l'on ne pouvait rien distinguer, le bruit assez douloureux de la peau qui se fait trancher, ainsi que des gémissements féminins pouvaient être entendus. Quand la lumière s'estompa, on pouvait donc observer Seto et Scylla se faire face, avec seulement quelques mètres d'intervalle. Scylla avait du mal à tenir debout. Avec sa main droite, elle se tenait le bide qui saignait à n'en plus finir, et ses jambes subirent quelques coupures modestes. Elle ne faisait pas beau à voir, sur le coup. Et son sang coulait le long de la lame de Seto.

- Oups, j'ai comme qui dirait manqué de te trancher en deux, ma belle !

- Tu parles... Tu veux juste prolonger le plaisir de me voir souffrir face à toi.

- Tout va bien, Scylla ?

- Je sais pas. Je vous laisse deviner. J'en ai l'air ? Parce que, quand on pisse le sang comme moi, généralement, on est toujours en forme, c'est bien connu !

Scylla semblait légèrement irritée en observant Murai. Elle avait l'impression que cet homme ne faisait pas vraiment d'effort. A croire même qu'il faisait exprès de ne pas aider Scylla, histoire de laisser Seto se débarrasser d'elle. Il pensait sûrement qu'il était capable de gérer le dragon blanc seul et n'avait pas besoin de l'aide de la valkyrie. Mais c'était une grossière erreur. Seto possédait une force démentielle, couplée à une rapidité fulgurante. Il était au summum de son potentiel, aujourd'hui. Maintenant, la difficulté était donc de se servir de cet homme pour blesser Seto. Scylla commençait à réaliser que son plan avait une faille. Elle n'aurait jamais songé un seul instant que ce Murai soit aussi imbu de sa personne. Elle commençait même à regretter de n'avoir pas choisi de prendre Iris avec elle dès le début. Sous la déception, Scylla cracha volontairement sur le sol une petite goutte de sang qui restait coincé entre ses dents.

- Tss, quand je pense que c'est vous, l'homme qui a décimé le clan des dragons blancs. Vous êtes faible et lâche ! Mais il va falloir que vous reconnaissez l'évidence ! Seul, vous êtes voué à finir découpé par Seto, et c'est seulement en acceptant mon aide que vous y parviendrez.

- Du calme, Scylla. As-tu oublié que tu es venu ici, à l'improviste ? Nous n'avons encore décidé d'aucun plan d'action.

- Haha, que vous soyez amis depuis toujours ou seulement depuis cinq minutes ne changera pas la cruelle réalité. J'ai fais tout ce chemin uniquement pour ce soir. J'ai mon objectif, mon désir, au creux de ma main. Tout est paré, en cette nuit, pour que la victoire soit mienne.

Désireuse de dire à Seto de fermer sa gueule un peu, Scylla, néanmoins, resta silencieuse, car elle devait trouver un plan d'action, seule...

***

Il y'a quelques jours seulement, sur le sol aride du pays du désert, Scylla était face à une jeune Nirvit du nom de Shanoa qui décida de la prendre sous son aile pour l'éduquer et lui enseigner tout ce qu'une Nirvit doit savoir. Scylla était attentive à chaque mot, chaque explication que cette femme expérimentée pouvait lui offrir. Elle en connaissait un rayon sur le Glyph Astral de Scylla. Jamais la valkyrie n'était aussi assoiffée de connaissance. Devant ses pieds, de nombreux fragments de métal étaient parsemés, ici et là, recouverts par le sable du désert. Il faisait chaud, extrêmement chaud, et Scylla transpirait, comme si elle s'était entrainée pendant des heures et des heures. Malgré la température élevée, elle portait son armure habituelle, quitte à crever de chaud, cela faisait partie de l'entraînement.

- Pourquoi ça ne marche pas... Pourquoi ?

- Je pense avoir insisté sur un certain point. Avez-vous oublié ? Une Nirvit n'a pas le droit de ressentir de la colère ! Son âme doit être pacifié, et ne doit comporter aucune trace de haine ou d'impatience !

- Facile à dire ! Depuis que je suis gamine, on m'a enseigné tout l'inverse, au point de me le rentrer dans le crâne par la force ! C'est la rage qui caractérise ma force !

- Et dois-je supposer que vous vous contentez bêtement d'imiter les bévues de votre famille d'adoption ? N'utilisez point les Archaelis comme excuse pour justifier votre incapacité, Scylla ! Il y'a longtemps que la colère aurait du se dissiper en vous ! Bien que l'ennemi a utilisé votre corps pour des expériences des plus compromettantes, vous devez sans doute, depuis, avoir saisi ce que c'est, de connaître la paix intérieure.

- Peut-être, mais je dois admettre que ce n'était probablement pas le meilleur moment pour suivre une leçon sur la "paix intérieure". Beaucoup de rage et d'amertume résident en moi depuis quelques temps. On va dire, pour faire court, qu'une certaine déception, et une certaine incompréhension envers une personne qui m'est chère m'empêche d'être rassurée et apaisée...

- Vous m'excuserez, mais ma mission est de vous mener vers l'excellence, princesse ! Je ne suis pas là pour vous guérir par des paroles maternelles et bienveillantes ! On reprend l'entraînement ! Car si vous continuez de laisser votre personnalité sombrer par quelques crises d'amertumes, jamais vous ne pourrez maitriser votre Glyph Astral, et vous ne serez d'aucune utilité pour vos proches !

- Et pourquoi ça ?

- Parce que votre pouvoir consiste à absorber l'énergie des êtres qui peuplent Atrium, et que dans 90% de cas, l'énergie est incompatible à votre propre organisme. Vous ne pourrez en tirer parti si cette énergie est volatile et ne pénètre pas suffisamment bien au sein de votre Glyph. Et c'est encore pire lorsque l'on tente de réaliser la tâche difficile de sceller cette énergie au sein d'une arme. Si vous ne restez pas calme et maîtresse de la situation, vos épées se briseront comme un vulgaire verre qui se fracasse au sol. Si vous vous voulez vous faire une idée de la difficulté de cette tâche, cette technique est classée parmi les trois techniques les plus ardues de l'histoire d'Atrium.

- Et bien...

Shanoa vit Scylla quelque peu désemparée. Elle se doutait bien qu'on ne peut changer la personnalité d'une femme en quelques jours. Shanoa savait que Scylla marche sous la rage et l'instinct meurtrier que lui a inculqué sa mère adoptive qui l'a kidnappée encore bébé. Un événement vraiment mal opportun pour elle.

- Je ne peux définitivement pas lui en vouloir d'avoir autant de difficulté à être apaisée. Ce qui vit en elle est effrayant et pourrait bien la détruire à petit feu si on ne fait rien. Chaque déception, chaque obstacle dans sa vie sont amplifiés dans son esprit, et son esprit combattif n'arrange guère sa personnalité. Elle lutte presque contre un dangereux cancer à l'heure qu'il est. Mais je dois garder le silence complet. Elle semble déjà perturbée par cette déception dont elle me parle. Lui dire la vérité sur son organisme rebelle pourrait bien l'achever. Alors pour l'instant...

Shanoa sortit une petite fiole de sa sacoche, y fit couler quelques gouttes sur ses phalanges, puis massa délicatement les tempes de Scylla, qui se laissa aller, mais légèrement à contrecœur.


- Qu'est ce que c'est... ?

- Du jus extrait d'un fruit assez rare que l'on nomme l'Eris. C'est très nutritif, et en plus, cela possède quelques vertus miraculeuses, comme atténuer les tensions et douleurs cérébrales. Appliquez ce jus délicatement sur vos tempes trois fois par jour, mais ne le faites que quelques jours seulement, pour éviter que votre organisme ne s'y habitue. N'oubliez pas, vous devez apprendre à rester calme, sereine, détendue. Vous n'êtes pas seulement une valkyrie, mais aussi une membre du peuple le plus serein de l'existence d'Atrium. La route sera longue, mais vous devez y parvenir, car sinon... vos ennemis ne feront qu'une bouchée de vous.

***

Scylla s'était repassée en boucle les paroles de Shanoa tout en fixant Seto qui, de manière perverse, reluquait les blessures abondantes de la valkyrie. Ainsi, tout en ignorant le monde autour d'elle, Scylla fit apparaître dans sa main quelque chose de plus sérieux qu'une vulgaire friandise pour chien. Une légère fiole en verre que Scylla but d'une traite, avant de la balancer au sol.

- Quoi ? Nerveuse au point de boire en pleine bataille ? Tu espères vaincre le stress comme ça ?

- En un sens, oui...

Et toujours en ignorant Seto, Scylla ferma les yeux, comme si elle méditait. Elle était raide comme un torchon, son corps était insensible, détendue. Ce qui poussa Seto à rire aux éclats.

- Tu fermes les yeux maintenant ? Tu fais tes prières ? Ca, c'est le signe de la désespérée de service qui sait qu'elle n'a aucune chance de l'emporter !

Et Seto s'élança vers la valkyrie qui gardait les yeux clos et ne réagissait pas. Jusqu'à la dernière seconde, où Scylla, toujours les yeux fermés, esquiva l'attaque à l'épée qui suit, pour ensuite, donner un coup d'épée qui frôla encore une fois l'armure blanche de Seto. Encore une fois, nulle rayure ne se fit, et la salle du trône fut enveloppé par un halo de lumière éblouissant. Encore une fois piégée par la lumière du soleil, Scylla avait toujours les yeux fermés, et garda les deux pieds au sol, inerte.

- Reste calme, paisible, tranquille... Focalise toi sur l'aura malfaisante de Seto... Tu n'as aucune raison de perdre face à cet amas de haine... Ton corps est peut-être bafoué, mais ton esprit vindicatif est encore intact.

Malgré qu'elle était enveloppée au sein d'un décor vide et une visibilité inexistante, elle parvint à bloquer l'attaque de Seto. Mieux encore, la lumière se dissipa toute seule. Et pour couronner le tout, Scylla tenait deux épées en main, dont une large lumière se propageait au creux des lames, tandis que son Glyph Astral brillait de mille feux. Elle ouvrit enfin les yeux, et tenta de frapper avec l'arme gauche son adversaire qui esquiva très aisément malgré tout. Scylla balança l'une des deux épées vers les airs.

- Attrapez !

L'arme fut réceptionné par Murai, et sans perdre de temps, les deux adversaires de Seto concentrèrent l'énergie au sein des armes, pour envoyer frénétiquement une série de salves tranchantes en direction de Seto. Une trentaine de flashs lumineux furent envoyés vers Seto qui n'esquiva pas, et se contenta de tout encaisser. Mais, en vain...

- Incroyable ! Son armure est toujours intacte !

- Elle surpasse même la matière la plus dure, puisque ce n'est pas une simple matière, c'est une fusion avec ses dragons, qui possèdent déjà des écailles nettement plus solides que le diamant.

Seto n'attendit même pas que Scylla souffle pour contrer. Des bulles noires apparurent des deux côtés de Scylla, et de longues chaînes attrapèrent les deux bras de la valkyrie. Tout d'abord les chaînes s'étiraient pour écarter les bras de la jeune Nirvit, puis elle fut soulevée dans les airs. Elle tenta d'utiliser son flux énergétique pour briser les chaînes, mais rien ne fit et même son Glyph, encore rempli, s'arrêta de briller. Elle était une cible pour Seto qui fonça tête baissée pour la trancher, mais sous le grand étonnement de Scylla, Seto s'arrêta net après avoir frappé... le vide.

- Mais qu'est ce qu'il fout ?

Seto semblait voir quelque chose de complètement différent que Scylla. Dans sa vision, il vit Murai, s'interposer entre lui et Scylla. Et son épaule gauche fut tranché net, laissant gicler une forte dose d'hémoglobine noire qui repeignit l'armure blanchâtre de Seto.

- Et bah alors, Murai ? On réalise enfin qu'on est le plus faible parmi nous trois, et donc, on veut protéger son unique espoir ? Une situation que je vais savourer, croyez moi !

Tout d'abord, Scylla avait du mal à comprendre pourquoi Seto semblait parler tout seul. Mais après réflexion, elle comprit de quoi il s'agissait. Seto était prisonnier d'une nouvelle illusion de Murai. Il n'avait probablement pas agi jusqu'à présent, le temps de préparer cette technique basée sur l'optique. Scylla utilisa sa force mentale pour briser le piège qui la tenait prisonnière. Une fois les deux pieds au sol, elle vit Murai derrière Seto s'approcher, la main droite gantelée par une large couche de magma. Et Seto ne réagissait pas, jubilant en pensant qu'il avait pourfendu son père. Et il déjanta vite quand il sentit le poing de Murai frapper son dos. Et à la grande surprise de Scylla, la lave en fusion qui enveloppait son poing parvint à fissurer une partie de l'armure de Seto, avant d'être projeté vers le mur à sa droite. Scylla vit ensuite Murai marcher discrètement vers elle, la dépassant ensuite, puis se retourna vivement pour la frapper avec le même poing de magma. Sauf que la valkyrie se retourna tout aussi vite et cogna son poing nu contre celui de Murai. Etonné, l'homme recula de quelques pas, et fixa Scylla avec un air intéressé.

- Comment ? Tu n'étais pas censé voir que je me suis faufilé derrière toi !

- Ce n'est pas de chance, mais les illusions ne fonctionnent pas sur moi. Pour la simple raison que je n'ai qu'un seul œil depuis des années maintenant. Je dois ce manque à votre fils, au passage. Nous avons croisé le fer tant de fois...

- Un œil artificiel, je présume ? La médecine des elfes a fait de fulgurants progrès !

- Et puis, tant qu'à enfoncer le clou encore plus profondément, vous n'êtes pas crédible une seule seconde. Il était clair, comme de l'eau de roche, que vous profiteriez de la confusion de vos illusions pour m'évincer. Un homme qui éradique un clan tout entier ne peut être qu'imbu de sa personne, et ne penser qu'à sa poire. Vous voulez être le seul survivant de cette bataille. Je me trompe ?

- Tu n'inspires pas vraiment confiance non plus, quand tu parles de quitter ce pays une fois Seto vaincu. Que dois-je espérer provenant d'une criminelle qui a menti sur son identité et tenté un coup d'état contre ma personne avec cet imbécile de Roy !

- On insulte les morts, maintenant ? Finalement, oui, je crois qu'une fois mon affaire réglée, je ne vais pas partir tout de suite, et je vais rester encore un peu, le temps de vous enseigner la valeur de la vie !

- Il en va de soi, mais d'abord, occupons nous de ce petit délinquant, tu veux bien ?

Alors que ses muscles se bombèrent, Murai concentra entre ses mains un nouveau sort.

- Finalement, ce qu'on dit est vrai. Un père qui abandonne son fils et ne l'éduque pas proprement a bel et bien définitivement échoué. Tu es une cause perdue, Seto. Je n'obtiendrais rien de toi, et donc..

- Nous y voilà, il va chercher à tuer Seto, comme je l'avais imaginé. Je dois empêcher cela... Mais... Cette énergie dans la paume de ses mains, elle est beaucoup trop dense. Il va carrément chercher à le pulvériser !

- Final Burst Stream !

Le Burst Stream était titanesque, et si Seto se le prenait, plus aucune molécule de son corps ne persisterait. Seto contra avec son propre Burst Stream. Le clash entre les vagues déferlantes faisait trembler le palais, et n'importe qui à l'extérieur du palais pouvait ressentir la tension entre ceux qui s'y trouvent à l'intérieur. C'était palpable à des kilomètres. Murai semblait prendre le dessus. Scylla était embêtée, car la technique était si puissante, qu'elle savait que Seto allait disparaître. Et le retour de flammes de son propre Burst Stream n'allait rien changer. Elle s'apprêta à faire ce qui n'était pas prévu dans le plan: attaque Murai, mais...

... à sa grande surprise, Seto hurla de rage, tel un dragon, et il reprit l'avantage, ce qui choqua quelque peu la valkyrie. Le Final Burst Stream étant plus dévastateur que le Neo, il était à peine concevable que Seto puisse dépasser son père, et pourtant, c'était le cas. Il parvint à repousser le rayon de son père, jusqu'à prendre entièrement le dessus. Murai se prit la vague de plein fouet, et après une explosion qui aurait presque pu réduire la pièce en cendres, mais qui se contenta seulement de bousiller les murs et le plafond, il termina au sol, inerte, probablement vaincu cette fois-ci. Seto n'eut pas le temps de vérifier si sa vengeance était enfin faite, qu'il fixa Scylla.


- A ton tour...

Seto envoya sa claymore comme un boomerang vers Scylla. L'épée se métamorphosa à la dernière seconde en un dragon blanc aux yeux bleus, la gueule grande ouverte, prêt à la dévorer. Elle n'eut guère le temps de faire autre chose que maintenir la gueule du dragon ouverte, en posant les deux pieds sur le bas de la mâchoire, et en enfonçant sa lame vers le haut. Elle força de toute ses forces pour que les crocs du dragon ne se referment pas, et en un geste furtif, elle se dégagea à la dernière seconde du dragon qui ferma sa bouche. Puis, elle fit un bond au dessus du crâne du dragon et tenta d'embrocher cette créature par la pointe de son épée.

- Prends ça !

Mais l'échec fut total. Tout comme l'armure de Seto, les écailles du dragon sont trop solides, et aucune cicatrice, pas la moindre éraflure, ne se vit. La bête eut le réflexe de lever la tête, envoyant Scylla quelques mètres plus haut au dessus du sol. Avant même qu'elle rechute, le monstre ailé fit un demi-tour, puis claqua rapidement sa longue queue blanche vers Scylla qui prit un coup sévère et violent. Elle fut projetée si loin, qu'elle dépassa la porte d'entrée de la salle du trône, puis atteignit les escaliers. Elle tomba de plusieurs marches, avant de s'arrêter, inerte, car ses os étaient probablement brisés. Le sang qui coulait le long des lèvres, le long du ventre, et des jambes, elle semblait vaincue, avachie sur une rangée de marches. Seto avait-il remporté la bataille ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eloraell
Reine
Reine
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 14/07/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Lun 6 Nov - 0:46

Maintenant que Scylla était sur le sol, avachie sur une série de marches, la tête vers le bas, elle commença à maudire ses habitudes, notamment celle de vouloir tout gérer par elle-même. Car c'était cette décision, de la jouer solo qui, encore une fois, fit qu'elle était pratiquement vaincue. Seto était nettement plus fort qu'elle, et même si la valkyrie avait encore quelques tours dans son sac, elle n'eut pas le temps de les dévoiler. Ses os étaient brisés, et son bide était ouvert. Elle coagulait sans fin, et était à ça de perdre conscience. Un rire nerveux s'empara d'elle, tandis qu'elle culpabilisait pour sa faute stratégique.

- Héhé, c'est bien fait pour moi. Mon orgueil a encore pris le dessus et voilà la résultat... Cette foutue habitude de vouloir jouer à la preux chevalière, solitaire et intouchable, a eu raison de moi. Quelle idiote ! J'ai pris la décision de demander l'aide d'une étrangère probablement aussi douée que moi, et malgré ça, je n'ai pas voulu qu'elle soit blessée. Tss.. réveille-toi, Scylla. La probabilité qu'elle s'inquiète également pour moi est quasiment nulle. Elle n'aurait pas hésitée à se servir de moi pour arriver à ses fins. Alors, pourquoi faut-il qu'en retour, je joue toujours à la bonne samaritaine...

Elle tenta de poser sa main droite sur sa blessure pour limiter l'hémorragie, mais en vain. Son bras était probablement cassé.

- Peut-être bien que oui, je dois revoir mon concept de la chevalerie. Peut-être bien que le fait de m'inquiéter pour les autres est ce qui représente ma plus infâme des faiblesses. Doit-on enterrer sa compassion pour être aussi forte que Seto, Azelia, ou même...

Scylla ne pensa pas plus loin. Elle sentait que ses yeux se fermaient. Elle n'entendit même pas le bruit des pas rapides qui traversaient les marches au pas de course. Elle ne put entendre qu'une très légère voix qui tentait de la réveiller, suivie d'une sensation de bien-être au niveau de la blessure.

- Scylla... Scylla !

***

Pendant ce temps, au beau milieu du champ de ruines qu'était devenu la salle du trône, Seto semblait jouir d'une vision qu'il avait attendu depuis si longtemps. Il ramassa par la gorge son père qui semblait hors de combat. Le regard pris par la démence, il posa le bout des cinq doigts de son autre main au niveau du cœur de son père, et commença à appuyer dessus.

- Fin du dernier acte. Après de longues années de labeur, le bon roi tire sa révérence. Vous savez ce qui me répugne le plus dans tout ça, Murai ? C'est le fait que je comptais vous arracher tout ce qui compte à vos yeux, comme ce misérable pays qui vous as soutenu, mais vu que vous méprisez tout et tout le monde, je ne pourrais vous faire réaliser à quel point j'ai souffert de votre acte débile. Je pense que vous torturer avant de vous éliminer sera amplement suffisant, en retour.

Seto laissait échapper entre les dents un rire pervers et satisfait en même temps. Il commença à appuyer de plus en plus fort avec ses doigts, dans le but de pénétrer la chaire de sa victime, et enfin, pour retirer l'organe vital de son enveloppe corporelle.

- Ce qui va me consoler, c'est de savoir que par vos pêchés, vous allez rejoindre le même univers où j'ai résidé si longtemps par votre faute. En enfer ! MOURREZ !

Alors que Seto commençait à rire de plus en plus fort, son ennemi montra enfin un signe de vie, et frappa du poing la joue gauche de Seto, si fort, qu'il le relâcha net.

- Mais pourquoi, POURQUOI tenez vous tant que ça à prolonger votre défaite ? A votre place, je crèverai déjà de honte !

- Hum, autant faire les choses jusqu'au bout. De toute manière, je n'ai guère le choix si je veux écraser le sale moustique que tu es devenu, mon fils...

Tout à coup, les muscles de Murai gonflèrent, de haut en bas, au point que son gilet se déchira, et que son pantalon se mit à rétrécir. En plus de ça, sa peau prit une teinture plus foncé, jusqu'à virer au mauve. Et ses yeux devinrent rouge sang, avant qu'un troisième œil prit vie sur son front. Pour Seto, c'était clair. Son ennemi de toujours, qui était aussi corrompu que le fils, tentait une transformation en archidiable, mais visiblement, ce n'était pas dans les compétences de Murai, qui ressemblait davantage à un mutant. Devant cette vision, Seto se mit à rire, comme à son habitude.

- Hahaha ! Je le savais ! Je ne suis pas le seul à avoir pactisé avec le démon ! Sauf que là, tout ce que je constate, c'est que vous n'êtes qu'une expérience ratée de plus. Pitoyable ! Pathétique ! Mina...

Mais alors que Seto pensait que la musculature gonflée de son mutant de père l'empêcherait de se mouvoir plus vite, il avait tort. Il était même bien plus rapide. Il apparut tel un clin d'œil devant Seto et enfonça son poing de magma dans l'armure de Seto qui commença à se fissurer. Il le coursa avant même qu'il put retomber sur le sol et projeta Seto vers la gauche rien qu'avec la force de son coude. Dès que Seto allait amortir sa chute, son père le ramassa avec un nouveau coup bien violent. Au bout du cinquième ou sixième coup, Murai ramassa Seto à terre, qui avait lâché son arme entre temps. Cette fois, c'est lui qui s'amusait à tenir bien fermement sa proie au dessus du sol, et il remercie son fils et sa férocité à son égard, en frappant son visage quatre fois. Le quatrième coup envoya valser Seto qui allait atterrir au bout de la salle. Malgré la violence inouïe des coups de son père qui était devenu une machine à tuer. Seto garda les deux pieds au sol, mais commençait légèrement à stresser.

- Fils de pute !

Seto utilisa sa force mentale pour récupérer son épée au sol entre les mains. Une fois son arme à nouveau bien attaché à la paume des mains, il chargea furtivement et frappa l'abdomen de Murai, qui encaissa le choc, sans broncher. Un sourire satisfait se dessina sur les lèvres du nouveau démon, avant qu'il prenne du recul avec ses épaules et sa tête, et qu'il donna un terrible coup de tête à son fils, qui commençait à gémir de douleur. Seto augmenta la distance entre lui et ce monstre.

- Merde ! Je dois effectuer une retraite au plus vite ! Je ne parviendrais à le blesser que lorsque la cérémonie aura lieu. Je dois rejoindre Angel ! Ou est-elle passée ?

L'armure de Seto, même fissurée, commença à briller, signe pour Murai qu'il allait encore une fois baigner la salle dans une lumière aveuglante. Mais alors qu'il s'apprêtait à agir pour empêcher cela, une nouvelle salve tranchante fonça vers les deux hommes. Elle était si longue, qu'elle prenait toute la largueur de la pièce. Murai fut projeté par cette vague, sans la moindre éraflure vers Seto. Les deux hommes s'entrechoquèrent, et tombèrent au sol ensemble. Ils se relevèrent quasiment en même temps pour voir qui était l'auteur de cette attaque furtive, et ils virent deux silhouettes. Une qui avait quitté les lieux il y'a quelques minutes, à savoir, la valkyrie écarlate qui semblait moins blessée, et la reine des elfes: Eloraell.

- Encore toi ? Tu sembles revigorée. Eloraell, ne me dis pas que...

- C'est exact, Seto. J'ai pansé les plaies de cette femme avec ma magie de soin, avant qu'elle ne perde connaissance.

- Tu plaisantes ? Tu guéris l'ennemi ? Tu oses faire l'inverse de ce que je t'ai ordonné ? On a pactisé ensemble, ne l'oublie pas !

Scylla voyait bien qu'Eloraell n'était pas dans son assiette face à Seto, et cela n'allait pas changer du jour au lendemain. Ainsi, elle décida de prendre la parole.

- Je suis de retour, et cette fois...

Les yeux à moitié fermés, elle fixa dangereusement ses deux ennemis masculins du moment.

- ... je vais vous punir, tous les deux.

- Hoho ? Nous deux ? Allons, ne sois pas ridicule, Scylla ! C'est parce que tu as été imbu de ta personne que tu as failli échouer. Alors efface ce regard enragé qui n'impressionne personne, sois raisonnable, et aide moi à éliminer ce garnement. Promis, si tu es sage, je ne me retournerais plus contre toi.

- Je me passerais de vos services, félon. Désormais, c'est aux côtés de quelqu'un d'autre que je vais nettoyer ce pays de sa gangrène.

- Et ce joker serait Eloraell ? J'ai horreur de me répéter, mais je vais le faire une dernière fois, exceptionnellement. Ne sois pas ridicule ! Qu'est ce qu'une elfe, qu'elle soit pétrie par le sang royal ou non, puisse faire au sein d'un rude champ de bataille ? Elle n'est ni une valkyrie, ni une Nirvit, et le plus important: Elle n'est pas un dragon blanc, qu'elle ait copulée ou non avec mon fils. Elle n'est qu'une pacifiste aux oreilles pointues. Qu'elle reste dans sa forêt qui lui tient tant à cœur, à parler aux animaux !

- Espèce de...

Comme si la discrimination dont venait faire preuve Murai avait réveillé Eloraell, elle fit apparaître un arc de lumière, qu'elle fit bander. Elle visa le visage de Murai, entre les trois yeux. Mais une main gantelée se plaça devant elle.

- Ne rentrez pas dans son jeu, reine elfique. Ne soyez pas comme cet ignoble individu, et restez digne de votre titre sacré !

- Pour une fois, je dois bien reconnaître que la valkyrie a raison. Enfin, reine Eloraell, quelles sont ces manières ? D'abord, vous cherchez à me prendre en otage, et ensuite, vous braquez votre arc vers ma direction ? Croyez-vous que cette attitude inconvenante serait respecté par votre peuple ?

- Taisez vous, et écoutez cette femme parler à un homme qui a sombré dans la démence par votre unique faute !

Eloraell fit deux ou trois pas pour se placer devant Scylla. Les mains sur la poitrine qui gonflait sous la respiration saccadée de cette dernière, elle fixa Seto avec un regard fier et sûr.

- Seto, mon amour...

- Hah...

Le dragon blanc laissa échapper un léger soupir, qui le libéra soudainement de sa folie. Il semblait surpris, étonné, presque apaisé, comme si le mot "amour" avait calmé quelque peu sa souffrance.

- Je sais que j'ai toujours échoué te concernant, et que je ne suis jamais parvenue à te soulager de ton passé traumatisant. Mais c'est en ce soir, alors que tu vas peut-être enfin trouver le salut avec cette histoire, que je te le demande une ultime fois. Oublie ta vengeance, et redeviens le fiancé doux et avenant que j'ai toujours aimé, du fond du cœur... Je t'en prie...

- Tu me demandes de tirer un trait à ma vengeance, alors que je suis à ça d'y parvenir ? Tu romps donc ce contrat qu'on a passé ensemble parce que cette valkyrie, qui ne connaît rien à notre histoire, te l'a demandé ? C'est ça ? N'as tu pas envie de revoir le visage de ta mère, comme convenu ?

- Notre mère, Seto. Et non, tout bien réfléchi, je refuse... Ce sera dur, long, et peut-être impossible pour moi que je puisse me débarrasser de cette tristesse qui m'accable. Mais le prix à payer est trop lourd pour que je puisse accepter ton offre. Pourquoi devrais-je être heureuse aux côtés d'une revenante, lorsque de nombreuses victimes, ce soir, auront perdu le droit de profiter de ceux qui leurs sont chers. Non, je ne suis pas égoïste. Je ne veux pas que ma mère revienne à la vie pour une histoire aussi... horrible, aussi inhumaine... Mais au fond, tu sais, Seto, je n'ai pas totalement perdu espoir te concernant. Quand tu es venu me voir, et que tu m'as proposé cette alliance temporaire, j'ai repensé à notre conversation toute la nuit. Au fond, je te hais pour ce que tu es devenu, et en même temps, une partie de moi est toujours éperdue de toi...

... quand j'y repense, quelques heures avant le drame, tu es venu mettre un terme à notre histoire. Au début, j'étais ensevelie par la colère. Je ne voulais plus te voir. Je ne pensais qu'au mal que tu m'avais fais. Mais en réalité, je me souviens que tu tremblais, non par la haine, mais par ta peine. Tu étais peiné de m'abandonner, je me trompe ?


- ...

- Ce soir, j'ai deux monstres sous les yeux. Deux créatures du diable qui semblent déterminés à s'entretuer. Un fils, et un père... Je n'ai pas de mots pour décrire à quel point je suis écœurée par ce que j'aperçois. Mais l'avantage de cette histoire, c'est que maintenant que j'ai le regard sur cet homme, fourbe et méprisable, qui n'est plus que l'ombre de lui-même, et qui ose insulter mon peuple en se moquant de moi, je me dis que... je me suis peut-être bien trompée sur le fin mot de cette histoire et sur le coupable. Alors Seto, si tu ne veux pas mettre un terme à ta vengeance, alors, au nom de ce que nous avons traversé main dans la main, dis moi au moins la vérité. Je veux l'entendre de ta bouche, Seto, que tu n'es pas celui qui as assassiné notre mère !

Eloraell tremblait d'impatience d'entendre Seto dire la vérité. Elle commençait à être persuadé que Murai était le coupable et voulait que Seto soit celui qui lui confirme tout. Pourtant, Seto parut bizarre. Il baissa la tête, avec ses mèches de cheveux qui cachait son regard, puis, feint un léger rire amusé.

- Au fond, on s'en fout, non ?

- Hein ?

- Tout était prémédité. Que nous nous séparons, que tu me haïsses, que le monde me haïsse, et que ce bain de sang ait lieu. Tout était écrit. Alors, tu vois, Eloraell, si tu veux mon opinion, je vais te la dire. C'est bel et bien moi, qui a creusé la tombe d'Ulyana !

- Non, arrête de dire ça...

- Et pourtant, c'est bien vrai. A partir du moment où j'ai choisi de me venger, je savais que cela allait finir ainsi ! Que j'allais emporter ma famille avec moi dans ma torpeur, et que j'allais devoir passer par cette guerre pour obtenir ce que je désire ! Alors, que ce soit moi qui ai buté Ulyana ou non, ne change rien au fait que c'était une certitude que les événements prennent une tournure aussi tragique. Donc considère que oui, je suis celui que tu dois blâmer si, aujourd'hui, t'as plus la possibilité de contempler le radieux petit sourire de ta mère ! Et tu sais quoi ? Je m'en cogne !

- Pauvre fou ! Dis lui, sans détour, ce qu'elle veut entendre ! C'est tout ce qu'elle désire ! Après, tu peux aller au diable si ça te chante ! Et ne me dis pas que tu avais anticipé à l'avance tous les aspects négatifs de ta connerie de vengeance, et que tu as tout accepté, du moment que ton père crève par tes soins ! Tu es malade !

- Je suis MORT, Scylla ! MORT ! Ce monde peut brûler, car ce n'est pas le mien ! Ce corps n'est pas le mien non plus ! Je ne devrais pas être ici ! Mais vu que le bon dieu a décidé que je pourrais à nouveau respirer l'air nocif de cette pute de Yokume, alors, ok ! Profitions-en pour régler le compte de celui qui m'a envoyé six pieds sous terre. Après, je peux reposer en paix à nouveau, c'est pas grave ! Mon âme sera apaisée !

- Seto...

- Mais après les révélations dignes d'intérêts que je viens d'entendre, j'ai une meilleure idée. Au lieu de retourner en enfer, j'ai un meilleur plan. Je peux essayer d'acquérir l'immortalité ! Et ce cadeau des dieux, je le trouverais sur le sol purifié du Nirvana !

- Inconscient ! Tu es juste doublement mort si tu décides de t'attaquer au Nirvana ! Surtout que le sol n'est pas aussi pur et respirable que tu ne le crois, là-bas ! Arrête de... haaa...

Scylla se tortilla de douleur. Sa plaie au bide était toujours ouverte, et son sang continuait de salir le tapis rouge au centre de la pièce.

- Scylla ! Je vous en prie ! Ne forcez pas ! Je n'ai pas eu le temps de totalement cicatriser vos blessures les plus profondes avec ma magie !

- C'est ça, vide toi de ton sang et ne t'en prends qu'à toi-même pour ce qui t'arrives ! T'aurais du continuer de te mêler de la vie de tes valkyries, au lieu de jouer à l'héroïne là où tu n'as rien à foutre !

- Bon, cette fois, j'en ai assez entendu !

Petit à petit, Eloraell s'approcha de Seto, les yeux rivés sur lui, sans le lâcher du regard. Scylla, qui tenait sa blessure d'une main, leva l'autre vers Eloraell, comme un signe pour la retenir. Mais elle continua de s'approcher d'un Seto qui commençait quelque peu à être désemparé.

- Eloraell ? N'... N'approche pas ! Tu m'entends ? Ne m'oblige pas à faire quelque chose que je pourrais regretter !

Seto avait, l'espace d'un instant, oublié Murai, en fixant Eloraell qui marchait vers lui. Pareil pour elle, qui avait oublié Scylla et le roi imposteur. Il n'y avait plus qu'eux deux, face à face, autour d'un monde qui arrêta de tourner, subitement. Malgré ses pas qui ne s'interrompaient pas, elle ne savait pas quoi faire une fois face à Seto. Le frapper, le gifler, l'étreindre de colère ou tendrement, ou même l'embrasser. Elle n'en avait aucune idée. Mais au final, son questionnement n'allait plus avoir la moindre importance. Une ombre noire colossale profita de l'absence de Seto pour le frapper violemment ! Seto fut projeté, encore une fois, au sol, et cette fois, son visage se craquela, en un multitude de miettes noirs qui trainèrent au sol. Il semblerait que Murai ait réussi à briser la carapace de sang noir de Seto au niveau du visage, et en plus, ce dernier semblait dans les vapes, étourdi, par la violence du coup de son paternel.

- SETO !

Eloraell souhaitait courir pour le rejoindre. Mais une main la retint par l'épaule droite.

- Il suffit, reine elfique. Je vous promets que, peu importe sa décision, Seto ne périra pas en ce soir. Je ne vous promets pas qu'il redeviendra celui que vous aimez, mais il sera en vie. Laissez-moi gérer le reste !

Scylla devait agir, et par conséquent, devait passer au plan B: le plus raisonnable. En effet, même si Seto se releva tout doucement, il était étourdi par le coup au visage causé par son père. Alors, c'était le moment que Scylla attendait, le moment où Seto serait hors d'état de nuire pour que Scylla, et une alliée de taille, puisse mettre un terme à ce combat, tout en écartant ce fou à lier de Murai. Elle ferma les yeux, comme pour se concentrer.

- Law, Iris, je ne sais si l'effet de nos gélules militaires vont durer encore longtemps, alors je vais être brève. Law, tu crées ta Room maintenant ! D'ici quelques secondes, je vais lancer un signal pour que tu téléportes Iris au sein de la salle du trône. Iris, écoute-moi bien. Seto est affaibli. Quand le signal sera lancé, je veux que tu l'attaques de toutes tes forces pour qu'il ne puisse plus se relever après ton attaque. Prépares une technique qui puisse être efficace pour mettre à terre un homme comme Seto, sans le tuer. N'oublie pas, je sais que cela peut-être tentant pour toi, mais ne l'élimine pas. Il sera notre pièce d'échange pour faire capituler Azelia.

Scylla observa la scène où Murai leva sa main ensevelie par de la lave en fusion, prêt à achever Seto, en profitant qu'il soit sonné.

- Puisque la vie n'a aucune importance pour toi, je vais réaliser ton souhait, et t'envoyer rejoindre les défunts.

- Law... Transfert dans trois, deux, un...

Et alors que Murai allait donner le coup de grâce à sa progéniture, il disparut en un éclair. Seto était tellement épuisé qu'il avait du mal à réaliser ce qui venait de se produire sous ses yeux.

- Vas-y ! Iris !

Ainsi, il était maintenant la proie de quelqu'un d'autre. Non d'un colosse blindé au sang noir, mais d'une silhouette féminine aux cheveux roses qui pouvait sonner familier dans l'esprit du dragon blanc, trop près de la silhouette pour esquiver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Ven 10 Nov - 14:41

Tandis que la zone extérieure était redevenue un endroit à peu près sûr, après l'extermination que venait d'effectuer la mercenaire, cette dernière était retournée s'asseoir dans un coin. Comme d'habitude, elle évitait de se mélanger avec les mortels, ou même ce Law. Elle n'avait rien à leur dire et voulait éviter tout échange actuellement, le dernier ayant été assez fructueux. Puis, de toute façon, elle n'avait rien à dire. Comparée à son groupe, elle, elle n'était ici que pour aider la valkyrie, en échange de son aide en retour. Elle n'avait donc aucune réelle raison de parler ou d'en savoir un peu plus sur tout ça, car dans peu de temps, elle sera très loin de tout ça. Même la cible principale qu'elle s'apprête à affronter, elle ne le connaît pas, et ne souhaite pas en savoir davantage. Elle se contente encore une fois de faire sa mission pour la valkyrie. Cependant, au fond d'elle, quelque chose avait changé. Elle n'avait pas prévu sa rencontre avec cette gamine, qui actuellement encore occupe toutes ses pensées. Et comme si cette rencontre avec cette dernière lui avait adouci son tempérament fuyant envers les mortels depuis toute petite, elle se surprenait à s'inquiéter du sort de cette Kula. Même si trop fier pour l'admettre, elle était loin d'avoir son nouveau petit groupe en horreur. Même si actuellement, c'était encore une fois, surtout cette jeune fille qui revenait sans cesse dans sa tête. Iris n'arrivait pas à s'empêcher de se revoir petite en pensant à l'avenir de cette gamine. Et l'apparence de cette dernière n'aidait pas non plus, étant donné que la coïncidence voulait que la ressemblance avec la mercenaire fût carrément dingue.

Mais autre chose lui traversait l'esprit depuis quelques minutes. C'était le fait qu'elle glande à ne rien faire ici. Elle ne comprenait pas pourquoi cette valkyrie avait voulu partir toute seule à la base. Le plus probable serait qu'elle n'a aucune confiance en la mercenaire, mais ses paroles et actions envers cette dernière réfutaient cette possibilité. Était-ce alors parce qu'elle sous-estimait son allié et se pensait bien plus forte que cette dernière ? Elle en doutait également, cette valkyrie n'était pas aussi prétentieuse ou stupide pour ne pas se rendre compte du niveau de la mercenaire. Il ne restait que la solution de danger. Peut-être que cette Scylla ne voulait pas impliquer davantage Iris, et régler ça toute seule si possible, afin d'éviter de mettre en danger ses alliés. Cependant, cette possibilité ne valait pas mieux que les autres en termes de réflexion. Il fallait être bien naïf pour penser pouvoir régler toute cette affaire toute seule. Iris avait pu observer ce Seto lors de leur rencontre, et si le combat avait au lieu, elle aurait certainement déjà dû envoyer absolument toute la sauce, voire de recourir à « ça » pour le tuer. Bref, toute seule, sa victoire était peu probable, et la valkyrie n'était pas d'un niveau supérieur à elle, de ce qu'a pu jauger la mercenaire. C'était donc de la prétention ou clairement de la naïveté, si cette valkyrie avait pensé pouvoir tout régler sans impliquer ses alliés. La mercenaire s'inquiétait soudainement presque de l'avenir de cette valkyrie, si vraiment elle pensait ce genre de choses.

Quoi qu'il en soit, actuellement ce qui est fait est fait, et la mercenaire continuait de glander. La bonne nouvelle dans tout cela était qu'au moins, elle avait déjà récupéré légèrement de sa précédente technique. C'était d'ailleurs un souci récurrent chez la mercenaire l'énergie. Plus elle vieillissait, plus elle en avait une réserve titanesque, mais ce n'était pas suffisant. Elle sentait depuis peu qu'une partie dépassant de loin ce qu'elle utilise actuellement lui était inaccessible. Comme si quelque chose était enfoui et bloqué dans un coin de son être. C'était une des raisons qui la poussait à dépasser ses limites depuis peu, mais également de presser son ambition de rejoindre Légendia. Elle savait qu'il n'y a que dans ce lieu qu'elle pourrait certainement découvrir les réponses à ses questions. Elle avait tellement de questionnements en tête qu'elle se demandait si elle allait un jour en avoir les réponses, d'ailleurs. Que ce soit sur elle-même, sa mère, sa famille, son pouvoir, Légendia, ou bien d'autres, elle était tiraillée par d'incessantes questions. Iris savait très bien qu'elle mettrait un temps fou pour trouver toutes ses réponses, si elle était seule sur Légendia. C'est une des raisons qui l'ont poussée à suivre cette Kira, puis actuellement cette valkyrie. Grâce à elle, la mercenaire pense pouvoir atteindre bien plus rapidement ses objectifs une fois là-bas.


* * *

Après un certain temps à glander, une voix s'éleva soudainement dans sa tête. C'était la valkyrie qui donnait enfin des nouvelles. La situation semblait pressante et cette dernière s'adressa de façon très brève à ses deux alliés. Pour l'un, il devait commencer à préparer sa « room », pour la mercenaire, elle devait dès qu'elle sera dans l'action, profiter de la faiblesse actuelle de ce Seto, pour lui infliger un violent assaut. La valkyrie précisa bien sûr que le dragon devait survivre, pensant sans doute qu'Iris pouvait éventuellement en profiter pour le tuer. Cette idée n'avait pas effleuré la mercenaire, qui allait se contenter d'obéir au plan initial, mais cette mise en garde de la valkyrie a presque fait l'effet inverse. En finir sur le coup pourrait éviter que la situation tourne au vinaigre par la suite, ou que quelque chose se passe mal. Déjà, de base, elle doutait que ce type soit coopératif une fois vaincu, ou que cette reine en est quelque chose à foutre de lui, mais elle avait besoin de cette valkyrie. Donc, en lui promettant de suivre son plan, elle ne pouvait la trahir, ce n'était pas son genre. Elle élimina donc l'utilisation de sa lame de façon meurtrière, une fois devant son ennemi affaibli. Cependant, la mercenaire avait bien des techniques disponibles même sans forcément trancher dans le vif. Elle réfléchissait donc rapidement à une stratégie, afin d'utiliser une technique qui correspondait bien à ce que demandait la valkyrie. Une seule technique lui vint en tête, et qui confirma sa stratégie par la suite. Maintenant que tout était prêt, la mercenaire s'était rapprochée de Law, à attendre le moment décisif. Pour être opérationnelle dès son arrivée, elle commença déjà à charger une sorte d'énergie dans sa main droite, qui formait vite une sphère d'un noir intense, parcouru par des éclairs rouges, marque de fabrique de l'énergie de la mercenaire.

Puis au bout de quelques secondes, l'ordre fut donné. Sans transition, la mercenaire était déjà sur les lieux, face à un adversaire effectivement gratuit. Sans perdre une seule seconde, elle lança sa technique. Dès son apparition, la mercenaire plaça sa main tendue, la sphère toujours active devant cette dernière, et à quelques centimètres de la poitrine de l'ennemi. Et finalement, d'un geste vif, elle fit exploser cette dernière en resserrant le poing. La sphère explosa à bout portant du dragon, ce qui allait probablement l'éjecter à plusieurs mètres. Bien que l'explosion était contrôlée, les fragments de cette dernière s'éparpillèrent dans une bonne partie de la salle. En effet, l'explosion avait plus pour objectif de provoquer une sorte d'effet de fragmentation. Bref, elle n'avait vraiment pas prêté attention aux alentours, donc elle espérait que personne ne soit touché, et que la valkyrie puisse se protéger des fragments. L'important était que ce dragon avait subi la technique et bouffé le plus gros de la fragmentation. Une fois ceci fait, elle recula légèrement, tout en restant en garde, puis observa rapidement la zone. Elle remarqua rapidement que la valkyrie avait déjà bien reçu, et qu'une elfe était également présente dans la salle. Iris ne s'inquiétait pas du sort de son ennemi, la technique qu'elle avait utilisée n'avait aucune chance de tuer un adversaire. Elle se contenta de rester en garde à présent, et attendre la suite, non sans une petite parole envers son allié.

- J'ai presque cru que tu n'allais jamais nous solliciter... Tu vas bien ?

La mercenaire avait lancé cela en observant la blessure de la valkyrie qu'elle tenait avec sa main. Comme elle s'en était doutée dans sa précédente réflexion, il était évident maintenant que la valkyrie avait tenté de régler cela toute seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 287
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Dim 12 Nov - 1:13

Le plan fonctionna plutôt bien, puisque Seto n'eut même pas le temps de réaliser ce qui venait de se produire, qu'il fut impacté par une technique assez modérée. Il fut projeté plus loin, tandis que Scylla et Eloraell avaient pris soin de reculer de quelques mètres, pour éviter d'encaisser les fragments dégagés par la technique de la mercenaire.

Au lieu de continuer à attaquer Seto, Iris décida de vérifier l'état de sa partenaire. Celle-ci semblait avoir perdu espoir que la valkyrie fasse appel à elle, avant de demander si elle se sentait bien.


- Tu en doutais ? N'oublies pas que nous avons signé un accord. Mais ne t'en fais, il en faut davantage pour que je m'agenouille devant l'ennemi. Quelques complications ont ralenti la progression de mon plan...

- Et j'aies bien peur de faire partie de ces complications...

- Ce qui est fait est fait, votre altesse. Maintenant, à nous trois, cette purulence qu'est devenu votre époux ne nous échappera pas !

Seto se releva, l'armure brisée pour de bon cette fois. Néanmoins, le dragon blanc, légèrement blessé, parvint à garder les jambes bien accrochés sans trop broncher. Il fixa ce qui se tramait devant lui. Trois femmes, dont une qui n'était pas vraiment invitée. Il reconnut très vite Iris, dont il se moquait complètement. Ce qui, néanmoins, commençait à fâcher Seto, était que Murai avait disparu de son champ de vision. Le dragon blanc se remémora du plan initial d'Azelia, qui a probablement été modifié par les soins de la valkyrie. Il s'avança légèrement des trois femmes, un sourire enragé aux lèvres.

- Alors, c'était donc ça, ton plan depuis le début, immonde vipère ! Me séparer de mon père pour ensuite me piéger. Jusqu'au bout, tu as décidé de t'opposer à ma vengeance ! Tu n'as aucune idée, Scylla, à quel point ma colère peut être terrible...

- Abandonne, Seto ! Face à nous trois, tu n'es plus qu'une cause perdue.

- Azelia m'a prévenu que parmi ton groupe de minables, il y'a un certain pirate qui travaillait, jadis, pour elle, et qui avait la capacité rarissime de permuter la position des soldats sur un champ de bataille. Un avantage grandissant, que tu as osé employer face à moi. Crois moi, une fois que j'aurais remporté cette bataille, je m'arrangerais pour que ton petit joker connaisse la terreur...

- Je pense que tu te trompes encore une fois sur l'identité de mon "joker", Seto...

- Aaaah, c'est cette fille... Iris, c'est ça ?

Cette fois, c'est vers la mercenaire que le dragon posa le regard.

- Tu aurais du rester chez toi... Si tu as eu la possibilité de trouver un nouveau lieu pour dormir, il en va de soi... CREVE !

Seto chargea avec son épée à une vitesse folle. Eloraell n'était même pas en mesure de suivre des yeux le mouvement du dragon, qu'il était à quelques pas de la mercenaire. Mais elle n'eut pas besoin de se fatiguer de contrer, qu'une ombre écarlate se faufila entre les deux adversaires. Malgré la blessure profonde de la valkyrie, elle parvint à non seulement rejoindre Seto, mais en plus, à trouver une faille dans sa défense. Sa propre épée, enveloppée par une tranchante lumière, toucha Seto, dévêtu de son armure, grâce à Iris. Le coup parvint à créer une large coupure sur l'abdomen du dragon, qui s'écroula au sol, impuissant.

- Argh... Comment ? Sois... maudite... Scylla...

Seto semblait vaincu pour de bon. Elle souffla un bon coup, avant de s'approcher de l'homme au sol. Elle baissa sa lame pour que le bout tranchant soit juste au dessus de la pomme d'Adam du dragon.

- Vous deux... vous avez retenu vos coups face à moi. J'imagine... que vous voulez m'utiliser face à Azelia, pas vrai ?

- N'oublie pas que nous connaissons ton lien avec la succube. Si tu meurs, elle périra avec toi. Néanmoins, malgré que cette idée pourrait arranger tout le monde, ce n'est pas mon cas. J'ai besoin de ta reine. Elle possède certaines informations dont j'ai impérativement besoin.

- Hahaha... Tu ne vaux pas mieux que nous, Scylla. Tu serais prête à prolonger la souffrance d'Atrium, juste pour apprendre la vérité sur tes origines. Héhéhé, je ne te savais pas aussi égoïste. Passer ton intérêt avant celui du monde. Quelle cruelle philosophie...

- Détrompe-toi. Je pense qu'il est préférable que je n'élimine pas Azelia tout de suite. Car quelque chose me dit qu'Azelia n'est pas le seul cerveau de ce chaos. J'irais même jusqu'à dire, qu'elle est très loin d'être celle qui est chargée de tirer les ficelles de cette opération. Et donc, si je tue Azelia, je perdrais probablement l'unique chance que j'ai entre les doigts pour sauver Atrium.

- Je ne comprends pas ton raisonnement.. Mais ne rêve pas, tu n'obtiendras jamais rien d'Azelia... Jamais...

- Ce n'est pas à toi de le décider. Maintenant, nous allons faire de toi notre prisonnier. Tu vas faire un petit tour dehors, comme ça, tu auras le temps de méditer sur ton erreur, en observant la désolation que tu as parsemé sur ce territoire.

- Oh, vraiment... ?

Les sens de Scylla se réveillèrent, lorsqu'elle sentit une énergie furtive se diriger vers elle par derrière. Elle se retourna et frappa avec son épée un pic de glace suffisamment dense pour l'assommer si elle se l'était prise à l'arrière du crâne. Un autre bloc de glace avait également été envoyé en direction d'Iris. Scylla et Eloraell virent une nouvelle silhouette habillée en blanc et en mauve. La jeune femme avait une longue chevelure de la même couleur que la neige d'hiver, et semblait enjouée malgré que son maître était au sol, prisonnier des trois femmes qui luttaient contre sa révolution. Elle possédait un sceptre, probablement une mage du rang des dragons blancs.

Spoiler:
 

- Coucou ! Mon nom à moi, c'est Angel ! Commandante de la troisième division ! Et pourriez-vous avoir l'amabilité de laisser mon chef adoré tranquille, les pisseuses ?

A peine avait-elle fini sa phrase, que le sceptre d'Angel fut levé et brilla de mille feux. Toute la salle fut remplie par un brouillard glacial qui cachait la vue de Scylla et d'Eloraell. Si ce n'était que ça le problème, Scylla ou n'importe qui parmi le trio, pouvait retrouver la trace des deux dragons blancs rien qu'en concentrant son énergie. Sauf que pour couronner le tout, toute les présences énergétiques au sein de la salle étaient camouflés par la brume, comme si le brouillard avait enveloppé toute trace d'énergie, ou comme si elle n'avait fait plus qu'une avec cette énergie. Scylla chercha à dissiper ce brouillard gênant avec son Glyph, mais rien n'y fait, elle l'avait surutilisé depuis le début de la bataille. Au bout de quelques secondes, sans savoir si l'une de ses alliées étaient parvenues à faire disparaître la brume ou si c'était intentionnel, les yeux de Scylla pouvaient enfin revoir correctement. Et quelque chose d'assez déplaisant et imprévu pouvait être aperçu. Seto était à nouveau debout. Il avait la main posé sur le crâne d'Eloraell, qui était, comme manipulée, à genoux sur le sol, les yeux grands ouverts. Scylla pouvait voir une aura blanche parcourait les deux personnes, comme si le dragon pompait quelque chose au sein d'Eloraell. Et en regardant de plus près, Scylla pouvait apercevoir, situé quelque part entre la gorge et la poitrine d'Eloraell, une sorte de talisman raisonner, et qui était bien implanté dans la chaire de l'elfe.

- Alors... Notre serment... C'était pour...

- Tu es bien naïve, Eloraell. Ce talisman que j'ai scellé en toi me permet de puiser comme bon me semble au sein de ton énergie. Je vais me servir convenablement, et me refaire une santé. Tu vas me rendre l'état que j'avais au début de cette bataille. Et après cela, on va pouvoir bien gentiment tout reprendre à zéro. Quand à vous deux, Scylla, Iris. Un seul geste, un seul, et je lui arrache la tête. Est-ce que j'ai été clair ?

- Tu ne le feras jamais ! Tu es trop couard pour ça ! Et tu as encore besoin d'elle !

Pour Scylla, les possibilités que Seto aille jusqu'au bout de ses menaces étaient faibles. Il était encore blessé, donc si il éliminait Eloraell maintenant, cela serait courir à sa perte, face à Scylla et Iris. Ainsi, Scylla tenta un risque: Attaquer. C'était soit ça, soit attendre bien gentiment que Seto retrouve sa forme et écrase aisément les deux semi-légendiennes.

- Ouhla, m'auriez vous oublié, les amies ? La fête ne fait que commencer !

Sans que Scylla puisse agir, Angel débarqua de nulle part et éclaira son sceptre une seconde fois. Scylla et Iris tombèrent dans une sorte de large bassin, qui avait remplacé le sol de la salle du trône. Deux caractéristiques pouvaient être ajoutés à ce bassin. La pression était écrasante, grâce à la magie d'Angel. Et de deux, elle était glaciale. La mage dragonne continuait, de manière permanente à écraser les deux combattantes. Cette Angel était loin d'être une amatrice. Elle pouvait tuer ses proies de trois manières: Soit en les réduisant en purée grâce à la pression, soit par perte d'oxygène, soit en finissant en bloc de glace. Mais manque de bol pour elle, ses deux adversaires n'étant pas des amatrices non plus, cette technique n'allait rien faire de plus que ralentir les deux semi-légendiennes. Scylla, grâce à un excès de rage, parvint à lutter contre la pression de l'eau, en illuminant une ultime fois son Glyph, boostant ses capacités. Et pour s'assurer que tout aille pour le mieux, elle tendit avec détermination sa main vers Iris. La mercenaire gagna également un boost d'énergie. Après cette manœuvre, tout en forçant un minimum sur ses capacités physique, Scylla parvint à sortir du bassin. Elle fit un large bond pour rejoindre la partie de la salle qui n'était pas exposée par la technique de la commandante et s'apprêta à pourfendre Angel.

- Toi ! Casse-toi !

Sauf qu'encore une fois, elle échoua dans sa démarche. Une sphère de lumière la toucha en plein vol, provenant de la main de celui qu'elle redoutait. Seto était parfaitement rétabli, comme si il avait abusé à grande vitesse des ressources de la reine des elfes, avachie devant lui, à quatre pattes. Le bassin disparut, et Angel se place côte à côte avec son maître. Ce dernier fermait et ouvrait continuellement la main, comme pour tester si ses réflexes étaient revenus.

- Héhéhé, excellent ! On va pouvoir bien s'amuser...

L'air satisfait, Seto fixa les deux femmes, mais ne se mit pas en garde.

- Par ta faute, Scylla, j'ai d'autres priorités désormais. Je n'ai plus le temps de jouer avec vous. Vous m'excuserez, mais il va falloir que je vous laisse. Il est hors de question que je laisse s'enfuir ce misérable imposteur. Tout sera décidé en cette soirée, et nulle autre ! Mais ne bougez pas, je vais revenir, et on pourra enfin reprendre là où on s'est arrêté au pays lunaire.

- Non ! Pas encore !

Scylla vit Angel lever encore une fois son sceptre. Tant qu'elle était aux côtés de Seto, elle était intouchable. La brume réapparut pour la seconde fois, et mit une trentaine de secondes avant de disparaître. Trente secondes où les trois alliées ne pouvaient ni voir, ni entendre, ni ressentir l'ennemi, comme si ils avaient fusionné avec la brume. Et une fois dissipé, ils avaient disparu. Irritée, Scylla ne put s'empêcher de frapper du poing contre le mur le plus proche.

- C'est pas vrai ! Comment aies-je pu le laisser s'enfuir ?

Eloraell se releva. Elle possédait visiblement encore quelques ressources.

- Je crois que... j'ai ma part de responsabilités pour ce qui vient d'arriver. Acceptez mes plus humbles excuses.

- Les excuses, ce sera pour plus tard. On doit le retrouver et... haaa...

- Vous n'irez nulle part avec cette blessure. Vous ne ferez que courir à votre perte ! Laissez moi me faire pardonner en soignant entièrement votre blessure. Je pense savoir où Seto se dirige actuellement, et si il s'avère que j'aies correct, il restera immobile pendant plusieurs minutes. Nous précipiter ne servira strictement à rien.

- Oui, vous avez raison. Prenons le temps de souffler un peu...

La valkyrie s'adossa contre le mur, et se laissa glisser vers le sol. Epuisée, elle laissa la reine des elfes prendre soin de sa blessure, en déposant une douce parcelle d'énergie qui cicatrisait lentement sa plaie.

- Je remarque que vous avez une formidable alliée. Elle semble forte et courageuse. Dites-moi, Scylla, pourquoi n'êtes vous pas venus ensemble, à l'intérieur du château ?

- Le but de mon stratagème était, en premier lieu, d'écarter Murai de son fils. Aussi forte soit-elle, il aurait été risqué de combattre complètement ces deux timbrés, même à deux. Mais bon, qu'est ce que cela importe ? Tout s'est soldé par un échec...

- Etes-vous certaine que c'est la seule raison ? Détendez-vous, et ouvrez vous à nous. Au moins, si vous périssez, vous partirez l'esprit léger. Pourquoi n'admettez vous pas la réelle raison qui vous pousse à partir au front, seule, sans arrêt ?

- Haaa... Effectivement, je ne suis pas douée pour trouver des excuses cohérentes. Je ne fais que me perdre. Bon, autant ouvrir mon esprit pendant que vous refermerez ma plaie.

Scylla souffla un coup pour se détendre. Elle savait qu'elle allait encore être jugée pour ce qu'elle s'apprêtait à raconter, mais elle s'en fichait finalement.

- Ma mère et ma sœur... Un soir, par mon unique faute, elles se sont entretuées devant moi. L'une avait perdue l'esprit à cause de moi, et l'autre avait cherché à me défendre. Enfin, j'imagine que c'était pour me protéger. Je me le demande encore... Mais rien ne change au fait que j'étais impuissante face à un conflit qui me dépassait et dont j'étais l'élément déclencheur. Ce combat entre les deux femmes que je chéris le plus a terminé tragiquement. L'une a été gravement blessé, et depuis, semble n'être plus elle-même, et l'autre est plongée dans un profond état comatique et n'est toujours pas revenue parmi nous. Cette bataille, dont j'ai pourtant été que simple spectatrice, est resté gravé dans ma mémoire, et refuse de s'effacer...

... et pour couronner le tout, à chaque fois que j'ai mené bataille et que des hommes ou des femmes m'ont suivi, de nombreuses morts m'accompagnaient dans mon périple. Alors, à force de me sentir trop faible pour soutenir ceux qui m'aimaient, j'ai fini par me rappeler, que mes principales réussites guerrières et chevalières étaient, jadis, lorsque je ne comptais que sur ma propre force, sur mon propre talent. Je ne souffrais pas de la peur de voir mes alliés disparaître. Souffrir de la disparition de mes proches est devenue une phobie et plus jamais, je me suis jurée, que j'assisterais à cette débandade entre ma mère et ma sœur. Au moins, seule, aucun doute, aucune peur ne m'envahit. A plusieurs, la sensation d'être une malédiction pour mes proches prend automatiquement le dessus. Pourtant, je respecte trop mes alliés pour refuser leur soutien. Law et Kula souhaitaient absolument mettre à l'œuvre leur talent pour mon avenir. Et malgré cela, je me contente de marcher devant...

... de plus, j'admets qu'une certaine fierté m'envahit depuis que je connais l'identité de mes parents. Etant la fille de grands seigneurs qui ont été profondément respectés par leurs peuples respectifs, et qui incarnent la perfection, je souhaite rendre hommage à mon nom et à l'honneur qu'ils ont transmis rien que par leurs actions. Voilà pourquoi... J'ai vu cette guerre contre l'armée lunaire, comme une opportunité pour m'élever, me tester, et voir ce dont je suis capable. Car, après tout, si je ne suis pas en mesure de mettre en échec Seto et Azelia, en quoi pourrais-je me rendre utile pour les valkyries qui représente l'élite de la création ? Je ne pourrais participer aux batailles qui cherchent à défaire des menaces bien plus importantes qu'Azelia, actuellement.


- Attendez, il existe une menace qui est plus grave qu'Azelia ?

- La création est vaste, même pour moi. Mais ne vous préoccupez pas de cela. Il appartient à Legendia de gérer les crises les plus déterminantes pour l'avenir. Ici, défaire Azelia sera déjà un grand pas en avant. Quand à toi, Iris...

Elle fixa ensuite Iris droit dans les yeux, malgré qu'elle était assise contre le mur.

- ... Je n'ai pas été parfaitement honnête avec toi. La réelle raison qui m'a poussé à te demander de m'accompagner ici, était pour que je puisse t'observer, voir qui tu es, prendre le temps d'apprendre à te connaître, et même, comparer mes capacités avec les tiennes. Cette alliance n'est qu'un prétexte, plutôt qu'une demande d'aide supplémentaire. Tu m'intrigues, Iris. Jamais je n'ai vu, jusqu'à présent, une personne qui me soit aussi similaire, telle que j'étais par le passé. Et je ne puis être insensible ou indifférente à ton projet. Tu cherches à te connaître autant que moi. Voilà pourquoi, mon souhait de te soutenir était instantané. Au fond, je n'ai pas besoin de remerciements de ta part, ou que tu repayes ta dette envers moi si je me suis réellement montré utile pour ton objectif. Même si je ne doute pas que tu es aussi forte que moi, voire peut-être supérieure, je ne te connais pas encore suffisamment bien pour t'obliger à te risquer pour moi. Voilà pourquoi j'ai réfléchi à une stratégie pour minimiser ma sollicitude envers toi, tout comme Law et Kula. Et voilà le résultat, héhé...

Scylla fixa sa plaie qui commençait à se refermer grâce à Eloraell. Mais il lui fallut encore quelques minutes pour que la douleur s'estompe. Eloraell fronça des sourcils devant le récit de Scylla. Elle semblait avoir son mot à dire.

- Je m'interroge, Scylla. Mais si vous avez peur de blesser vos alliés, croyez-vous que c'est en prenant, à bras le corps, le plus gros de la bataille à leurs places, que vous empêcherez qu'ils s'en aillent perdants ? Pensez-vous que cela puisse faire plaisir à vos alliés que vous ne comptez pas entièrement sur eux ? Au contraire, si vous souhaitez affronter votre phobie de voir davantage de proches tomber sous le désastre qu'a connu votre famille, alors, faites leur confiance. C'est en combattant ensemble, que vous verrez que vous pouvez gagner humainement et mentalement. Non en vous isolant pour éviter d'avoir peur.

- Votre majesté...

- Vous semblez posséder une fierté inébranlable de la chevalière. Mais aujourd'hui, vous n'êtes plus une simple fonction de servante qui sacrifie sa vie, l'épée à la main. Vous êtes une princesse. Un jour, il vous faudra régner sur un peuple. Et même si je dirige les elfes que depuis quelques temps, j'ai pris le temps d'apprendre ceci: Ce n'est pas en protégeant et en se sacrifiant pour son peuple qu'on est reconnu et que notre nom est inscrit dans la légende, mais en acceptant la valeur de son peuple, et en réunissant sous la même bannière ceux qui partagent votre volonté. Acceptez l'aide de vos alliés, Scylla...

- Je vois... De telles paroles provenant d'une mortelle... Je pense que je peux encore apprendre beaucoup de choses des habitants de ce monde.

- Vous m'avez réveillée alors que j'étais prise sous le doute. Je vous devais bien cela, hihi...

Un léger silence mit fin à la conversation. Scylla était bientôt prête à repartir sur le front. Mais cette fois, elle refusait d'y aller seule.

- La prétendante au titre de reine d'Atrium que je suis vous le demande humblement. Eloraell, Iris... J'ai besoin de vous désormais, plus que jamais... Pour vaincre l'ennemi le plus difficile que j'ai affronté jusqu'à présent.

- Bien, repartons sur de bonnes bases. On peut encore empêcher que la situation empire. Le temps que j'ai pactisé avec Seto, j'ai pu m'informer sur son réel objectif. Il compte profiter de cette guerre pour retrouver une femme, prisonnière du roi.

- Une prisonnière ? Qu'est ce qu'elle a de particulier ?

- Je l'ignore. Seto me parlait d'elle, comme si elle représentait un besoin nécessaire pour lui. Pour se... compléter, apparemment.

- Je sais... Je pense avoir compris. Il veut invoquer ce dragon blanc sacré que l'on nomme: "L'ultime dragon blanc aux yeux bleus".

- L'ultime... dragon ?

- Pas le temps d'expliquer dans les détails. Vous risquez de voir le monstre à l'œuvre si l'on ne se presse pas. Et la situation sera catastrophique. Eloraell, où pensez-vous que Seto puisse trouver cette femme ?

- Je n'en sais rien... Je ne sais pas. J'ai été mise de côté lorsque Seto établissait les points privés de la stratégie.

- Ma sœur !

Eloraell retourna la tête en direction de l'entrée de la salle du trône, pour voir Feriel se tenir l'épaule.

- Mon dieu ! Feriel ! Tu es blessée ?

- Rien de trop méchant ! Une femme aux cheveux blancs nous est passé à travers comme si le temps pressait pour elle. Elle a mis à terre la plupart de nos hommes... Mais il y'a plus important. Nos vigies ont vu, depuis la cour centrale, cette femme aux côtés de Seto, se diriger vers le donjon, situé au point le plus élevé du château !

- Très bien, merci Feriel ! Iris, peux-tu te diriger vers le donjon du château, voir ce que Seto manigance ? Ne t'en fais pas, bientôt, je serais entièrement en possession de mes moyens. Donne moi quelques minutes, et je te rejoint. Et cette fois... On va le combattre, côte à côte !

C'est non sans un sourire amical, que Scylla laissa Iris retrouver Seto, espérant qu'elle puisse faire son maximum pour que Seto n'aille pas plus loin dans son projet complètement fou.

***

Pendant ce temps, sur la chemise du donjon du château, le vent brisait le calme qui venait de s'installer depuis peu dans l'enceinte du palais. Seto, contemplait les étoiles qui survolaient les nuages de fumées qui étaient disséminés, ça et là. Plutôt satisfait, il tenait par les cheveux le corps d'une femme, âgée d'au moins la quarantaine.

- Alors, c'est elle, la sœur de ta cible ?

- Ouais, une membre de la famille Guan. Elle possède le dernier fragment pour que je sois en pleine possession de mon pouvoir.

- Tu as l'air de l'avoir malmené, hihi. La pauvre... Elle dort profondément. Elle va vivre un véritable cauchemar après son réveil. Elle ne verra que chaos et destruction.

- Non, j'ai le mérite de ne pas être cruel envers ceux qui me permettent d'évoluer, que ce soit volontaire ou non. Je l'ai endormi avec un simple et banal envoûtement. Histoire aussi de ne pas l'entendre couiner. Oh bien sur, j'ai pris soin de lui raconter que sa fille est morte, hahaha. Bref, elle peut dormir en paix. Après cela, je vais la balancer du haut de ce rempart.

- On a de la compagnie. Diante, elle en a mis du temps.

Seto pouvait voir la mercenaire, alliée de Scylla, avoir retrouvé le dragon blanc et sa commandante. Devant cette ennemie, Seto relâcha la chevelure de sa victime, pour qu'elle s'écroule au sol, sans vie.

- Iris Testarossa... Bienvenue ! Il n'y a rien de plus déprimant que de monter un spectacle sans spectateur. Tu arrives pile au bon moment. Dis-moi, ne me dis pas que ta rancune est si tenace que tu es venue me faire payer cette petite et inutile altercation au pays lunaire ?

Seto laissa échapper un discret petit rire tout en haussant les épaules.

- Remarque, pas la peine de justifier ta présence ici. Car je m'en fiche. On va supposer que Scylla savait d'avance qu'elle était trop pathétique pour m'affronter seule, alors elle a demandé de l'aide à la première venue. Sans toi, elle serait déjà morte, j'imagine.

- Si je puis me permettre, Seto, tu as eu de la chance que je sois intervenue il y'a quelques minutes.

- Inutile de ressasser le passé. On va mettre fin à cet assaut comme il se doit, tel un pur dragon blanc.

- Puis-je jouer avec elle ?

- Non, idiote ! Le jeu en deviendrait très rapidement mortel. Tu ne fais pas le poids face à elle. Je vais m'en occuper personnellement. Quand je pense que je souhaitais que soit Murai, soit Scylla puissent observer en premier ce que je m'apprête à achever... Tant pis, on ne peut pas tout avoir. Un tribut à ne pas déplorer, car toi, en revanche, tu n'auras plus rien lorsque l'aube apparaîtra !

Une vive lumière aveuglante reliait le corps de cette femme couchée au sol et le chef des dragons blancs. Très vite, une sorte de losange blanc scella Seto avec le corps de la femme. Par la suite, deux dragons blancs aux yeux bleus furent invoqués, pour protéger le losange.

- Toi, ton regard me fait frissonner ! Tu es effrayante, tu le sais ça ? Et tout ce qui me fout les jetons, je L'EXTERMINE !

Angel se métamorphosa à son tour, et devint elle même un dragon qui semblait coriace et féroce. Il était nettement plus grand que le dragon d'Eltia, ou même tous les dragons qu'Iris avait occis précédemment.

Spoiler:
 

Le dragon ouvrit la gueule, et recracha une sphère noire, qui avait un pouvoir de type gravité. La sphère restait en l'air, au même endroit, et attirait tout ce qui se situait autour, jusqu'à la moindre dalle de pierre qui constituait le mur du donjon situé à la gauche du dragon. Même le sol sous les pieds d'Iris fut aspiré, en même temps que la mercenaire elle-même. En même temps, les deux dragons de Seto effectuèrent un cercle ensemble en tournant en rond pendant qu'ils volaient, avec la sphère d'Angel comme unique centre. Plus les dragons accéléraient, plus une force magnétique se créa à l'intérieur de ce cercle sous le contrôle des trois dragons. Une tornade foudroyante apparut là où Iris était aspiré. Soit elle allait mourir foudroyé, soit écrasée par les morceaux de pierre qui allaient s'accumuler autour de la sphère si elle ne faisait rien pour empêcher cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Dim 19 Nov - 14:44

Tandis que la mercenaire venait d'arriver sur les lieux, et s'assura de la santé de sa partenaire, cette dernière se voulait rassurante dans sa réponse. Rapidement, le dragon blanc se releva et commença à s'adresser à Scylla. Après un court échange, l'ennemi commençait à comprendre la situation, mais ce fut la valkyrie, qui lui fit comprendre que le joker en question n'était pas ce pirate. Suite à cela, le dragon blanc semblait se souvenir du nom de la mercenaire, au grand étonnement de cette dernière. De son côté sans cette Scylla, elle se souviendrait même plus du nom de ce type. Elle ignora complètement sa réflexion sur le fait qu'il avait détruit son ancienne demeure, préférant rester en garde et silencieuse. Et l'ennemi ne perdit pas de temps pour lancer un assaut. La mercenaire devait avouer qu'il était rapide, mais foncer comme cela était totalement suicidaire, et elle s'apprêtait à contrer sans souci. Sauf, que ce n'était pas utile. La valkyrie intervint, ayant évidemment elle aussi réussi à suivre des yeux les mouvements de ce dragon blanc. Ce dernier se fit contrer, et envoyer au sol pour de bon, cette fois. Scylla relâcha sa garde et s'approcha de ce dernier, afin de s'entretenir avec. Iris de son côté restait prête et sur ses gardes, afin de couvrir d'éventuelles surprises. Une surprise qui n'allait pas se faire attendre, lorsque la mercenaire dévia un projectile de glace. Elle repéra très vite qui était responsable de cela. Il s'agissait d'une jeune femme, qui se présenta comme étant une commandante du clan dragon blanc. Décidément, Iris se disait que c'était une manie de s'énoncer chez eux. Mais pas le temps d'intervenir, qu'un épais brouillard envahissait la salle. En plus de réduire la visibilité, il semblait couvrir les traces énergiques. La mercenaire avait bien une solution pour déblayer ce brouillard, mais c'était trop dangereux. Elle risquerait de toucher Scylla, ainsi que cette Elfe. Mais qu'importe, au bout d'un moment le brouillard se dissipa, et l'on pouvait enfin voir convenablement. Cela fut l'occasion de pouvoir observer quelque chose de plutôt embêtant. Le dragon blanc semblait de nouveau debout, la main poser sur le crâne de cette femme elfique. Il ne fallut pas longtemps à Iris pour comprendre que cette dernière n'était pas dans son état normal, et que ce fourbe de dragon blanc a dû faire quelque chose. Peut-être était-ce lié à ce talisman qui résonnait, implanté dans la chaire de la pauvre elfe. Suite à cela, il lança une mise en garde, qui condamnerait l'elfe, si une intervention était lancée. Malheureusement pour ce dragon, Iris n'en avait rien à faire de cette femme, et commença à prendre appui, afin d'aller découper cette dernière, avant qu'elle le soigne complètement.

Soudainement, le sol semblait s'être transformé, tandis que la mercenaire s'apprêtait à charger. D'ailleurs, elle nota que sa partenaire avait visiblement eu la même intention. Iris comprit rapidement que c'était la magicienne qui venait de passer à l'action. Elle pesta en elle-même, pour avoir fait l'erreur d'oublier sa présence, trop concentrée sur l'elfe et le dragon blanc. Mais le temps n'était pas aux regrets, car une pression énorme, ainsi qu'un froid glacial étaient présents au sein de ce piège. C'était une technique intéressante, voire certainement mortelle, mais le froid n'était pas un si gros souci pour Iris, et la pression n'était pas assez forte pour tuer également la mercenaire. Les températures que pouvait subir la mercenaire allaient bien au-delà de la normale, certainement due à son côté légendienne. Elle pensa que c'était également le cas de la valkyrie, par ailleurs, pour qui elle ne s'inquiétait pas plus que cela. Le véritable souci à présent, c'était quand même de sortir d'ici. Car, bien que ce n'était d'aucun danger immédiat, cela était suffisant pour retenir les deux légendiennes. Iris décida d'activer une sorte de bouclier, qui semblait agir comme un second épiderme. Sa peau était recouverte d'une énergie résonnante, et d'une couleur caractérisant la magie de la mercenaire. Grâce à cela, elle pouvait à présent sortir sans soucis du bassin. Mais avant cela, elle reçut un soutien soudain de la valkyrie, qui venait visiblement de lui augmenter agréablement son intensité d'énergie. C'était une occasion pour économiser ses forces, et donc la mercenaire désactiva son bouclier, et sortit du bassin uniquement grâce à sa vitesse.

Maintenant libre, il était temps de riposter. Mais tandis que la mercenaire était occupée à préparer une attaque à distance, afin de lui faire payer son arrogance, Scylla, elle, fonçait déjà sur cette dernière. C'était risqué de foncer sur cette femme usant de tour de passe-passe, mais ce ne fut même pas cette dernière qui contra, mais le dragon blanc, qui venait d'envoyer la valkyrie sur les roses. Iris cessa de préparer sa technique, à présent c'était inutile, l'ennemi était préparé. Rapidement, ce Seto prit la parole, visiblement satisfait, mais ne semblait pas prêt à passer à l'offensive. Au lieu de cela, il annonça sa fuite provisoire. C'était hors de question pour la mercenaire, que ce dernier s'en va, et la valkyrie semblait également de cet avis. Malheureusement, la magicienne leva de nouveau son sceptre, et la brume couvrait de nouveau la zone. Cette fois, Iris en avait assez, et était tentée de balayer tout cela instantanément, mais elle se retint. C'était inutile, après réflexion. Même si elle se débarrassait du brouillard, l'ennemi avait probablement déjà fui, étant donné que c'était son intention. Et une fois le brouillard dissipé l'ennemi avait bel et bien filé.

Suite à cela, l'elfe proposa à Scylla de faire une pause, avant de repartir à la poursuite du dragon blanc. Cela n'était pas une mauvaise idée en soi, étant encore sous l'effet de sa blessure. La soigner, et en profiter pour se reposer ne pouvait pas faire de mal. Iris était en pleine forme de son côté, mais n'était pas spécialement pressée, donc elle n'en voyait pas d'inconvénient. Au contraire, si cela permettait d'avoir son alliée du moment en forme pour la suite, autant en profiter. Bref, tandis que l'elfe soignait la valkyrie, la mercenaire se posa tranquillement sur une surface. Elle était cependant assez éloignée des deux femmes. Ce n'était pas un éloignement drastique, mais plus une mise en retrait volontaire. Elle se sentait encore bien trop différente et pas à sa place, encore une fois, même avec une prétendue valkyrie. Elle écoutait cependant l'échange qui commença entre la valkyrie et l'elfe. Le début était une question assez pertinente de l'elfe au sujet du : pourquoi avoir été au front en solitaire ? La première réponse donnée sonnait tellement faux, qu'Iris ne fut pas la seule à le remarquer, vu que l'elfe le fit remarquer à Scylla. Par la suite, elle se décida finalement à s'ouvrir pour de vrai. Elle débuta par un récit qui racontait que sa mère et sa sœur se sont entre-tuées un jour, visiblement avec la valkyrie comme base du conflit. Suite à cela, elle se sentait impuissante et s'en voulait également pour les morts qu'elle avait subies à chaque bataille. Du coup, elle expliqua qu'à présent, elle préférait agir toute seule, afin de garantir sa concentration et de ne plus avoir de doutes. Sur ce point, la mercenaire ne pouvait pas réellement comprendre la valkyrie, car elle n'a jamais eu de véritables alliés, et le peu qui se sont alliés avec elle par le passé, elle s'en foutait royalement. Comme depuis toujours, elle se fiche éperdument des personnes qui meurent autour d'elle, tellement elle déteste cet endroit. Peut-être qu'un jour, elle aura la chance elle aussi de rencontrer sa mère, et de ressentir une inquiétude pour une personne, mais en attendant, elle ne connaissait pas la compassion. Même si elle a de la sympathie pour son petit groupe actuel, si c'est la seule à survivre aujourd'hui, ça ne va pas l'empêcher de dormir bien longtemps. Néanmoins, peut-être que ce qu'elle ressentait pour cette gamine était ce dont parle cette Scylla, au fond. Elle n'en savait encore rien, mais c'était clairement la seule chose qui « inquiétait » la mercenaire, actuellement.

Finalement, elle conclut en avouant qu'elle fait également preuve de fierté, depuis qu'elle connaît ses parents et leurs faits d'armes. Elle veut visiblement leur faire honneur dans ses actions et comportement, voyant cette guerre comme une aubaine pour s'élever. Elle estime que si elle n'était pas capable de vaincre ses ennemis ici, elle ne serait jamais digne d'affronter des problèmes bien plus dangereux de la « création ». Iris comprit très vite que la valkyrie parlait de Légendia, mais ne se doutait pas que cette dernière avait déjà des petites idées sur les menaces qui couraient au-delà d'Atrium. D'un seul coup, cette Scylla était devenue bien plus intéressante pour la mercenaire, qui revoyait soudainement son plan, à son sujet. Cette dernière allait finalement s'avérer peut-être bien plus utile, une fois sur Légendia, que ce que la mercenaire avait prévu. Bien sûr, cette elfe semblait étonnée d'entendre qu'il existe bien plus dangereux que cette Azelia, mais rien d'étonnant à cela. Quoi qu'il en soit, par la suite, c'est directement à la mercenaire, que la valkyrie s'adressa. Elle révéla les véritables raisons qui l'ont poussée à faire appel à son alliée. Elle semblait s'identifier à cette dernière pour commencer, et avait pour ambition de comparer ses propres capacités. Pour le deuxième point, Iris était dans le même état d'esprit d'observation. Puis, elle expliqua que l'ambition de la mercenaire la touchait, et que c'était une raison suffisante pour l'aider à l'atteindre. Enfin, elle conclut son discours en expliquant que laisser en arrière son alliée était surtout dû au fait qu'elle ne voulait pas que sa partenaire se risque pour cette dernière, aussi forte soit-elle.

Iris commençait à comprendre avec ces paroles, ce qu'expliquait Scylla précédemment. Tandis que la mercenaire ne voyait la valkyrie que comme un outil utilisable depuis le début, c'était totalement l'inverse pour cette dernière. Elle s'inquiétait pour son alliée, alors qu'elle ne la connaît presque pas. Cette Scylla avait de la compassion pour la mercenaire, tandis qu'elle, de son côté, ne ressentait absolument rien. Cela lui fit comme un électrochoc, qu'elle n'expliquait pas. Peut-être était-ce parce que c'était la première fois que quelqu'un s'inquiétait pour elle ? Quoi qu'il en soit, elle se sentait étrange, soudainement. Entre cette valkyrie et cette gamine, la mercenaire était assez décontenancée depuis le début de cette bataille. Ces deux personnes avaient un impact sur la mercenaire, qu'elle n'aurait jamais pensé possible. Elle qui pensait que la solitude et l'isolement étaient une solution pour ne pas souffrir, elle était en train de se demander si en faisant cela, elle ne se privait pas de cette chose agréable qu'elle commençait à ressentir, et qui lui avait donné chaud au cœur, comme avec la gamine. Elle n'avait pas assez de souvenirs de sa mère, pour se rappeler avoir un jour ressenti cette chaleur. Mais au fond, peut-être que c'est le départ de cette mère, qui lui a causé ce blocage affectif total, et que son destin ne l'a pas arrangé par la suite. Son jugement sur les mortels n'allait certainement pas être remis en question, mais devait-elle forcément condamner la globalité ? Ce Law, cette Kula, ou encore cette gamine étaient à l'opposé de ceux qu'elle détestait. Pourtant, elle a agi exactement comme avec ses ennemis, sans aucune distinction, surtout en ce qui concerne ce Law. Peut-être qu'il serait temps qu'elle laisse une chance à ceux qui veulent s'approcher d'elle, se disait la mercenaire. Au moins ses alliés, pour commencer, car la mercenaire avait assez d'expériences néfastes pour continuer à détester les mortels.

Pendant que la mercenaire était perdue dans ses pensées, en train de retourner dans tous les sens ses soucis, la discussion semblait avoir pris fin, après un discours de l'elfe, destiné à la valkyrie. Puis, Scylla reprit la parole, en demandant humblement cette fois, l'aide de ses alliés, afin de vaincre ensemble son ennemi. Tout semblait rôder à présent, et dans de bien meilleures conditions, et la position du dragon était plus un secret, grâce à la sœur de l'elfe. Maintenant que tout était en place, la valkyrie demanda à Iris de partir en première, afin qu'elle puisse en attendant cette dernière, empêcher ce dragon d'atteindre son objectif. C'est donc ainsi que la mercenaire bougea finalement, et s'apprêtait à se mettre en route. Avant cela, elle décida tout de même de s'adresser à sa partenaire.

- Merci, Scylla...

Iris ne trouvait pas vraiment d'autres paroles à dire, c'était la seule chose qu'elle voulait exprimer à la valkyrie. Que cette dernière comprenne, ou pas, pourquoi ce remerciement soudain, ne dérangeait pas la mercenaire. Elle estimait que pour l'instant, c'était suffisant et que ça valait tous les mots. Et que la valkyrie devrait bien comprendre finalement, ce qu'a voulu dire la mercenaire. Et c'est donc avant de partir pour de bon qu'elle lui rendit son sourire, en lançant de nouveau quelques paroles à son égard.

- Quand tout sera fini... j'espère qu'on pourra échanger de nouveau... Scylla.


* * *

Finalement, après un rapide trajet, Iris était à l'endroit indiqué par cette Feriel. Comme prévu, le dragon blanc et cette enquiquineuse de magicienne étaient présents. Rapidement, la mercenaire remarqua une fille visiblement sans vie, au sol, que le dragon venait de relâcher. Il s'agissait probablement de cette femme prisonnière du roi, dont parlait cette elfe. Bref, le dragon ne perdit pas de temps pour s'adresser à Iris, qu'elle trouvait toujours aussi barbant chaque fois qu'il ouvrait la bouche. Elle se contenta de ne rien répondre, c'était de toute façon de simples provocations, et libre à lui de penser que la valkyrie était pathétique. Puis, c'était au tour de la magicienne, d'intervenir. Visiblement, elle était tellement confiante qu'elle pensait réellement « jouer » avec la mercenaire. Heureusement pour cette dernière, ce dragon blanc, aussi agaçant qu'il puisse être, semblait avoir la tête sur les épaules, en ne sous-estimant pas son adversaire. Cependant, Iris continuait de rester silencieuse, tandis que l'ultime menace du chef des dragons blancs venait de retentir. Suite à cela, une lumière, suivie d'une sorte de losange, enveloppait totalement le dragon, et sa victime, tandis que dans le même temps, deux dragons furent invoqués. Bien que la situation devenait préoccupante, c'était au tour de la magicienne, de se transformer à son tour, en dragon. Non sans avoir annoncé avant, son intention d'exterminer la mercenaire, qui l'effrayait, visiblement. Bref, même si la mercenaire ne le montrait pas, la situation devenait quelque peu complexe.

- Je commence à en avoir marre des dragons. Après cette nuit, je ne veux plus jamais en voir un seul...

Après cette pensée de la mercenaire, face à la situation, la suite s'enchaîna rapidement. La magicienne transformée recracha pour commencer une sphère noire, qui semblait provoquer un effet gravitationnel assez dérangeant. La gravité commença d'ailleurs à tout aspirer, sans trier, ce qui se trouvait dans les alentours. Enfin, dans le même temps, les deux dragons blancs commencèrent à effectuer des rotations autour de la sphère, ce qui à terme, commençait à façonner une tornade foudroyante au centre. Il ne restait que peu de temps désormais à la mercenaire pour réagir, et trouver un moyen de calmer tout cela, avant que toute la tour et elle-même ne soient emportées, ou foudroyées. Pendant les courtes secondes disponibles pour agir, la mercenaire pensait à une solution. Elle en vint rapidement à la conclusion que la sphère est la priorité, et la fautive de ce bordel. Mais la détruire pourrait provoquer une explosion que la mercenaire préférerait éviter. Sans compter que pour atteindre la sphère, il fallait passer outre cette tornade. Prise dans ce torrent, il lui était impossible de toucher les deux dragons afin d'arrêter leur rotation, ou la magicienne. Et la priorité était encore une fois d'arrêter la tempête gravitationnelle de la zone. Une seule idée lui vint soudainement en tête, en observant la tornade, et la rotation des dragons. Iris était rapide, bien plus rapide que ces dragons, étant sa spécialité, la vitesse. L'idée était donc de réduire à néant la tornade, en tournant dans la direction opposée. La vitesse de la mercenaire, tournant à contresens des dragons, ralentirait la tornade, et réduirait à terme à néant l'effet gravitationnel. Mais pour cela, elle devra atteindre une vitesse vertigineuse, qui en temps normal serait compliquée à atteindre. Heureusement, grâce au précédent boost que la mercenaire avait reçu de sa partenaire, c'était loin d'être impossible, actuellement. Comparée à cette dernière, Iris n'avait pas eu besoin d'utiliser ce dernier, pour sortir de ce bassin, donc elle l'avait encore en réserve.

Le plan de la mercenaire était simple, mais allait demander beaucoup d'énergie. Il était clair qu'après avoir réussi son plan, sa partenaire avait intérêt d'arrivée rapidement. Car, Iris serait certainement à bout de forces pendant quelques secondes qui risqueraient d'être fatales. Car, pour tourner autour de la tornade, elle devra activer en premier lieu son bouclier, afin de déverser en même temps qu'elle tourne, son énergie dans la zone. En effet, son objectif final était de profiter de cette rotation inverse, afin d'inverser la polarité et la gravité. Pour faire court, réduire à néant la tornade de l'ennemi, afin de la remplacer par sa propre tornade énergétique. Suite à cela, la tornade générée par Iris allait fatalement faire énormément de dégâts à tous ceux dans la zone, donc, pas le choix pour les dragons de stopper leur rotation. Enfin, une fois que la sphère serait corrompue par l'énergie de la mercenaire, elle l'anéantirait en faisant simplement exploser sa propre énergie.

Finalement, Iris s'élança. Elle activa son bouclier, qui pour le coup la protégeait momentanément des débris et de la foudre, tandis qu'elle tournait déjà à la vitesse de l'éclair autour de la tornade. Sa vitesse était tellement vertigineuse que c'était impossible de la voir, ou de la toucher. La gravité également, n'avait plus d'effet sur elle, tant que sa rotation était maintenue. Tandis qu'elle tournait, comme prévu, une énergie noire, parcourue de rouge commençait à s'emparer de la sphère. Une fois l'énergie aspirée par la sphère, ce fut la tornade qui ralentissait, et qui venait de prendre l'apparence de l'énergie de la mercenaire. Sa vitesse était de plus en plus élevée, et chaque seconde qui passait augmentait cette dernière. Cette fois, elle-même ne pensait pas qu'elle pouvait atteindre une telle vitesse, maintenant qu'elle s'en rendait compte. C'était presque aussi rapide que cette fois, où elle avait tué ce légendien qui voulait sa peau. Ce jour là aussi, elle avait dû se surpasser, et quelque chose s'était éveillé en elle. Comme une énergie qu'elle ne contrôlait pas, mais qui était bel et bien là. Aujourd'hui, cela lui faisait le même effet. Cette intensité dans son Eldrit n'avait rien à voir avec son niveau habituel, elle avait l'impression d'être réellement supérieure. Était-ce donc cela, Légendia ? Tandis qu'elle continuait de tourner toujours plus rapidement, ayant complètement retourné la technique de l'ennemi contre lui-même, il était temps d'y mettre un terme. C'est donc après quelques dernières rotations qu'elle s'arrêtât net, et donnât un coup de lame horizontale vif que la sphère et toute l'énergie de la zone furent réduites à néant. Il ne restait plus que des résidus de poussières, de la sphère, ainsi que du duel énergétique qu'il y avait eu dans la zone. La mercenaire avait réussi à empêcher la situation de s'envenimer et certainement pire, mais à présent, comme prévu, elle était essoufflée. Elle restait en garde, bien sûr, sans montrer à l'ennemi sa fatigue, mais il était évident que ce n'était qu'une image forte, afin de faire douter l'ennemi. Elle allait vite récupérer de son essoufflement, mais il lui fallait plusieurs secondes, voire une bonne minute, qu'elle n'aurait certainement pas, si la valkyrie n'intervenait pas très vite...

- Dépêche-toi, Scylla, je ne pourrais aller plus loin sans toi, à présent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le sang du conquérant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guillaume le conquérant
» CONAN LE CONQUERANT (série TV)
» Présentation d'un conquérant
» Guillaume le Conquérant
» IMPORTANT ▲ La chronologie générale de Westeros

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays du soleil :: Temple du soleil-
Sauter vers: