La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le sang du conquérant

Aller en bas 
AuteurMessage
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1238
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 28

MessageSujet: Le sang du conquérant   Mer 16 Aoû - 23:57

Avant que la guerre éclate réellement, Seto se retrouva en tête à tête avec son ennemi juré, l'objet de sa hantise et de sa haine, et dont le cruel destin décida que cet homme ne serait personne d'autre que son paternel. Mais père ou parfait inconnu, Seto s'en fichait. Il n'y avait que l'homme qui lui avait tout retiré, et qui devait payer. Avant de partir mener bataille, Seto imaginait la rage prendre possession de son corps si jamais il verrait son visage, comme si il se confrontait à la pire des gangrènes. Mais étrangement, il était plutôt ravi. Ravi que ce moment tant attendu arrive. Quand à l'homme en face de lui, un sourire malsain se dessinait sur son visage. Il semblerait que pour lui, également, il s'agissait d'une soirée historique. Alors que Seto était en garde, prêt à trancher la tête de l'homme qui a anéanti son clan, Murai leva la main droite, non dans le but d'invoquer une technique, mais comme simple geste qu'il souhaitait d'abord communiquer.

- Avant que nous commençons, ne meurs-tu pas d'envie de savoir réellement pourquoi j'ai exterminé ton clan, alors que tu n'étais qu'un enfant ?

- Mais j'en serais enchanté, vieil homme ! De base, je voulais vous arracher cette vérité de votre corps ensanglanté, mais tant de générosité... Je ne peux résister ! Avez-vous quelque chose à vous faire pardonner, mon bon seigneur ?

- La réponse est simple, mon fils ! Pour prévenir ce genre d'incidents qui est en train de se produire ! J'ai simplement empêché une nouvelle guerre, Seto.

- Et pour ensuite, en créer une toute nouvelle ! Ne me prenez pas pour un imbécile, vieil homme ! Vous pensiez réellement que j'allais rester là, les bras croisés ? A oublier le nom de mes frères et mes sœurs, et accepter que votre génocide soit impuni ? Un dragon blanc réclame justice, vous le savez bien ! Et il ne cessera jamais de combattre, tant que justice ne sera pas rendue !

- La justice, hum ? Un bien piètre mot que les races supérieures comme les nirvits ou les dragons, s'offrent eux-mêmes le privilège d'utiliser en long, en large et en travers. Mais votre justice fardée ne fait rien de plus que prolonger l'amas de haine que vous pensez sincèrement corriger ! Non, Seto ! Tu te trompes sur le véritable rôle d'un dragon blanc. Un dragon blanc, du moins, sur les terres mortelles d'Atrium, n'est pas un justicier, mais un conquérant ! Et tous tes frères et sœurs se fourvoyaient en pensant qu'ils étaient là pour protéger les êtres humains.

- Vous voulez dire que tout ce qu'on m'a enseigné, tout petit, était faux ? Comme si je pouvais accorder un quelconque crédit aux paroles d'un homme qui m'a abandonné alors que je n'étais qu'un nouveau né ! Mais poursuivez, je vous prie ! Donnez moi toujours plus envie de vous trancher la gorge !

- Toi qui est un subalterne d'Azelia, tu dois probablement connaître ce lieu interdit et sinistre que l'on a surnommé le noyau lunaire, pas vrai ?

- Un peu que je connais. Et... ?

- Ta mère avait quitté notre clan très tôt, peu de temps avant que je franchisse le pas également. Je suis parti à sa recherche, et mes pas m'ont menés vers ce lieu. J'ai pu y survivre. J'avais comme certitude que je ne trépasserais pas, pas tant que je retrouvais la trace d'Ikaruga... Et alors que j'avais atteint les profondeurs de cet enfer, j'ai vu ce qu'aucun témoignage n'avait encore narré jusqu'à présent. Une sorte de cocon démoniaque, dont est scellé une énergie rarissime et indescriptible. Ce cocon enfermait Manawyddan, celui qui a dirigé les tout premiers dragons blancs sur Atrium. On raconte qu'il a été scellé par Susanoo, le seigneur du pays de la montagne.

- Je sais déjà tout ça.

- Je me suis rapproché du sceau, et je l'ai entendu. La voix presque éteinte de l'ancien seigneur des dragons. Il m'a confié la tâche de redonner un nom à son travail millénaire ! Après cette brève altercation, j'ai enfin compris que mes croyances étaient infondées ! Nous prions un dieu, et nous imaginons qu'il entende nos prières. Mais ces prières, en question, étaient fausses. Moi seul savais ce que notre seigneur attendait de nous, ses descendants humanoïdes ! Notre véritable mission, était de conquérir le pays solaire ! Et de façonner ce pays, de sorte qu'il devienne une nation indépendante, dirigée par notre cause ! Ces histoires de paix avec les humains ne sont que foutaises en réalité ! Manawyddan avait construit un avenir pour les mortels seulement en les obligeant à se soumettre ! Mais PERSONNE, dans notre famille, ne me croyait !

- Pas étonnant...

- Seul, j'ai donc déserté temporairement notre clan ! Pour un être doté de pouvoirs formidables, c'était un jeu d'enfant pour moi de tuer l'ancien roi dans l'ombre, et de me faire passer pour un de ses ministres. J'ai évidemment truqué les élections, et me suis emparé du trône sans que personne ne sache mon identité ! Enfin, c'est ce que j'ai pensé ! Mais d'une manière que j'ignore, mon ancien clan connaissait mon plan ! J'ai du donc utilisé le chantage avec les dragons blancs, pour éviter qu'ils salissent notre nom en me dénonçant ! Si ils crachaient le morceau aux autres seigneurs de la Yokume, j'aurais banni mon clan hors des frontières du continent ! Mais finalement, ils s'adoucirent plus facilement que je l'avais prévu, dès que j'ai parlé d'honneur bafoué. Tu te doutes bien pourquoi, Seto...

... finalement, j'avais accepté de régner sur le pays sans mes dragons blancs pour m'accompagner. Prendre les rennes de ce qu'a dirigé, jadis, Manawyddan, me satisfaisait pleinement. Mais avec les années, les dragons blancs n'étaient plus si dociles. Mes sources m'assuraient qu'ils préparaient un coup d'état, qui auraient déclenché une infâme guerre, détruisant le royaume que je m'efforçais de protéger ! Malgré le chantage ou mes interventions dans le but de les raisonner, il n'y avait rien à faire. Je ne voyais plus que des conquérants, sous mes yeux, exactement comme Manawyddan m'avait raconté ! Et cela me confirma ce que j'avais pensé depuis ma rencontre avec ce seigneur dragon ! Notre sang désire le combat, la conquête, la supériorité ! Voilà ce qu'était réellement ta famille, Seto ! Voilà ce qu'est en réalité un dragon !


- ... C'est donc en suivant cette croyance que vous ne vous êtes pas seulement contentés des adultes, mais également des enfants. Mais vous avez échoués. Je suis de retour, Murai...

- Sache une chose, Seto. Si j'ai mobilisé toutes mes forces pour te retrouver et te capturer, c'est uniquement pour pouvoir t'approcher. Après mon départ, j'étais dans l'incapacité de pouvoir te voir, mon fils ! Et une fois que j'aurais mis la main sur toi, j'aurai enseigné au jeune garçon que tu étais, la véritable mission qui est la nôtre ! J'aurais fais mon maximum pour que tu sois un prince digne au sein de mon empire !

- C'est parfaitement ridicule... Vous prétendez que vous teniez à me capturer vivant. Pourtant, j'ai connu la mort à cause de votre foutu armée !

- Ceci n'était qu'un ordre mal interprété, Seto ! Un vulgaire malentendu ! J'avais bien insisté pour que tu sois capturé vivant ! Crois moi, Seto, que je n'ai pas récompensé les fautifs ! Je les ai exécuté pour non respect des ordres !

Après cette série de révélations, Seto fixait son père avec un regard presque impassible. Toute cette histoire ferait presque passer Murai pour le bienfaiteur de Seto. Aucune parole ne lui venait à l'esprit ! Tout ce qui finit par sortir de sa bouche, était un léger rire, qui devint par la suite un rire amusé, voire dément.

- Hahahahaha.... HAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !

- Aies-je dis quelque chose de drôle, mon fils ?

- Jusqu'au bout, vous continuerez de mentir sans arrêt ! Oui, vous n'êtes qu'un fief menteur ! Immonde personnage ! Avez vous un grain de travers au point d'entendre des voix ? Comment auriez-vous pu, un seul instant, communiquer avec Manawyddan, hein ? Sachez que je connais parfaitement l'emplacement du cocon qui enferme ce dragon légendaire, et JAMAIS, je ne suis parvenu à entendre sa voix !

- C'est parce qu'aucun de tes dragons ne sont totalement éveillés. Si tu prends la peine de m'écouter, Seto, tu saurais comment amplifier l'énergie de tes dragons pour qu'ils soient parfaitement accordés à ton esprit, comme c'est le cas avec mon propre dragon !

- Et d'ailleurs, qu'est ce que vous me chantez ? Vous auriez recherché ma mère au beau milieu du noyau lunaire ? C'est VOUS qui l'avez tué ! Je vous l'ai dis, au pays de la forêt ! Azelia a pris soin de rendre temporairement la vie à ma mère, et elle m'a TOUT raconté !

- Parce que tu crois sincèrement aux paroles d'une revenante ? Mon pauvre garçon, maintenant que ta mère a rejoint l'au-delà, elle aurait pu te raconter n'importe quelle histoire dans le but de te manipuler ! Quel intérêt possède un mort, pour dire la vérité ?

- Fermez-la ! FERMEZ-LA !

Sous une rage incontrôlée, Seto frappa le sol avec son imposante épée. Un cercle aquatique se forma derrière Murai. En ressortit un clone de Seto qui frappa le dos de Murai avec une réplique de la même épée. Mais à sa grande surprise, l'épée éclata en plusieurs morceaux. Le corps de Murai semblait dur comme l'acier. Il ne perdit pas de temps pour enflammer son poing d'une couche de magma, puis frappa d'un coup sec le clone qui disparut. Semblant déçu, Murai se retourna en direction du véritable Seto.

- Dois-je en déduire que c'est ton dernier mot ? Sais-tu, espèce d'ingrat, que je suis allé jusqu'à annuler ce fichu traité de paix avec Azelia dans le but de te ramener à moi ? Les conflits ont commencés au moment même où j'ai tenté de te récupérer ! Mais au moins, je dois une fière chandelle à Azelia ! Elle t'a écarté de cette philosophie pacifiste qu'est celle des elfes, pour éveiller en toi cet esprit combattif qui est le tien depuis ta naissance ! Maintenant, il s'agit de t'apprendre à le maitriser !

- J'ai une idée qui me traverse l'esprit, père... Si il s'avère que ce que vous me dites est vrai, alors soit, je vais conquérir la Yokume, pour qu'elle soit sous la coupe de mon clan. Mais... SANS vous ! Je n'accepterai pas dans mon futur royaume un pauvre type qui se cache derrière des mensonges et des illusions, et surtout, qui va jusqu'à anéantir mes frères et mes sœurs pour satisfaire ses convictions !

Le sourire dément aux lèvres, avec une forte soif de sang qui le manipule, Seto invoqua cette fois un cercle noir sous les pieds de Murai. Il fut très vite attaché par multiples chaînes noires qui sortirent du sol ! Seto ne perdit pas de temps non plus, et enveloppa son corps d'une forte lumière bleue. Il invoqua l'un de ses fidèles dragons blanc aux yeux bleus, puis pointa du doigt sa victime.

- DEVORE LE ! QU'IL N'EN RESTE RIEN !

Le dragon se pressa en direction de l'imposteur pour le dévorer. Ce qu'il fit. Il arracha l'intégralité du tronc de Murai. Mais soudain, une épaisse brume se forma derrière lui. Celui qui semblait avoir fini dans l'estomac du dragon passa derrière Seto, le corps au grand complet. Seto se retourna, mais il encaissa un second coup de poing de son père, toujours la main enveloppé sous une couche de magma. Il vola à toute allure vers le mur à sa droite. Dès qu'il ressortit des débris, il retira par réflexe son manteau et tout ce qui couvrait son torse. Maintenant qu'il était torse nu, l'on pouvait apercevoir au niveau du nombril une plaque noire se fissurer. C'était encore et toujours la protection que tout être corrompu par le sang noir possède.

- Hey, mon dragon ! Je croyais que tu devais me soutenir pour me délivrer de chaque illusion que ce connard m'envoie !

- Je suis navré, Seto. Mais quelque chose m'empêche d'agir comme bon me semble ! Quelque chose au sein de son esprit !

- Je vois...

Seto comptait sur ses deux dragons pour le libérer de chaque illusion de Murai, comme ils ont toujours fait. Mais il comprit que dans la dimension où sont enfermés les esprits des dragons gardiens, se cache un autre dragon, parfaitement éveillé selon Murai, qui n'allait pas laisser Seto faire comme il le semble. Le combat allait devenir bien plus périlleux que prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1238
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 28

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Mar 22 Aoû - 0:50

Sous la mauvaise surprise de Seto, il n'allait finalement pas être immunisé des illusions de son ennemi. Habituellement, le jeune chef de clan comptait sur ses dragons pour le protéger des sorts de type illusions. Car généralement, la meilleure manière de sortir d'une illusion est de compter sur un allié qui peut libérer la victime de son piège optique. Donc, dans le cas de Seto, ses fidèles dragons. Mais cette fois, cela ne fonctionnait pas. L'un des dragons de Seto expliqua que quelque chose, au sein de Murai, l'affaiblissait constamment. Sur le coup, sa stratégie tombait à l'eau. Cela ne signifiait pas, évidemment, la fin du combat, ou son échec imminent. Il pouvait encore vaincre cet imposteur.

- Tss, son sort d'illusion permanent est désactivé, puisqu'il revêt sa réelle apparence. Donc il a dû utiliser un sort d'illusion optique basique. Le genre de techniques qu'il ne peut réutiliser avec un court laps de temps. Comme quoi, il existe un seul et unique avantage, au fait que je partage le même sang que cette pourriture..

Etant également un Yagami, il savait donc que Murai ne tenterait pas une nouvelle illusion pour le moment. Il décida donc de mettre le paquet avant que la prochaine illusion puisse lui être fatale. Un cercle magique s'afficha sur le sol, révélant la majestueuse apparence d'un nouveau dragon blanc. Face aux deux créatures mystiques, n'importe qui pourrait commencer à s'inquiéter. Mais étrangement, le père de Seto gardait les bras croisés, comme si il attendait qu'il pleuve. Cela perturbait légèrement Seto. D'ailleurs, depuis le début, Seto avait du mal à garder son self-control. La vue de cet homme le dégoûtait jusqu'au plus profond de sa chaire. Il voulait détruire cette image répugnante de son esprit le plus vite possible. Mais ce désir brûlant de tuer l'objet de ses hantises n'allait-il pas emmener Seto six pieds sous terre ? Les deux dragons, invoqués par la volonté de cet homme, semblaient en parfait accord entre eux. La femelle du duo tenait à avertir Seto, malgré qu'elle savait parfaitement ce qu'elle allait recevoir comme réponse.

- Seto, ne te précipite surtout pas ! C'est exactement ce que cet homme attend de toi ! Que tu succombes sous l'effet de la colère et de la rage !

- Je m'en fous ! On va lancer une attaque combinée, à nous trois. Commencez à vous préparer pour tirer !

- Bien, maître !

Les deux créatures ailées commencèrent à ouvrir leurs gueules, dans le but de faire feu. Seto concentra son énergie dans le creux de sa main, devant un Murai toujours aussi impassible.

- Neo Burst Stream !

Une fois les salves envoyées, Murai décroisa enfin des bras, effectua le même geste que son fils, puis annonça la même incantation, mais à un mot près. Ce même mot qui marqua toute la différence de puissance entre le père et le fils.

- Final Burst Stream !

Seto prit de plein fouet son attaque, celle de ses dragons, ainsi que celle de l'ennemi, en une fois. Il fut propulsé au loin, avec ses deux alliés, tandis que le rayon d'énergie réduisit en poussière le trône posé au loin, ainsi que le mur et les vitraux qui l'accompagnent au fond de la salle. Murai semblait s'en moquer que le combat allait probablement alerter encore davantage de peur et d'anxiété à l'extérieur du palais. Sa priorité était de calmer Seto et son sang noir qui le rongeait de l'intérieur. Il s'approcha du jeune homme, le ramassa au sol par le cou, puis le souleva, le fixant avec un air désappointé.

- Tu as de l'audace, c'est certain. Hélas, tu te comportes comme un animal. Un animal qui a besoin d'être dressé ! Tu semblais me blâmer pour n'avoir pas été là quand tu n'étais qu'un gamin, n'est ce pas ? Très bien, c'est entendu. Je vais jouer mon rôle de père pour la première fois, et te rééduquer, petit délinquant !

La salle du trône laissa, en quelques secondes, place à un tout nouveau décor. Seto était probablement plongé au beau milieu d'une toute nouvelle illusion. Par ailleurs, ses deux fidèles servants étaient absents de cette nouvelle apparition optique, il n'était plus sous l'emprise physique de son père, et une dernière chose encore plus étrange. Seto était redevenu un jeune garçon. Encore une fois, tout ceci n'était qu'une illusion. Mais Seto était bel et bien dans le corps qu'il possédait quand le terrible accident qui avait bouleversé sa vie arriva. Histoire que ce que Seto imaginait comme une reproduction soit parfaite, le décor représentait la capitale solaire, en ruines, prisonnière des flammes. Exactement comme en cette soirée. Et plus loin, il pouvait observer son père, les bras croisés, qui fixait l'océan flamboyant qui enveloppait la cité.

- Tu penses que je cherche à te faire revivre ce qui a crée ce traumatisme psychologique en toi, n'est ce pas ? Je sais parfaitement que depuis ton décès, plus rien ne peut te rendre plus cinglé que tu ne l'es déjà. Alors je perdrais mon temps. Mais il ne s'agit pas de ça, Seto. Regarde de plus près ! Observe la scène et tu comprendras la différence.

Même si le décor était similaire, la scène était tout aussi différente. Cette fois, ce n'étaient pas les dragons blancs qui remplissaient la montagne de cadavres. Mais des humains. Des citoyens, et avant tout, de faibles mortels. Bien sûr, l'image présentée était abominable. Des enfants et même des bébés jonchaient le sol, démembrés, ensanglantés, dénudés. Un véritable enfer. Le "petit" Seto marchait devant ce ramassis de chaire humaine.

- Pourquoi vous me montrez cela ?

- Attends, regarde qui a perpétré ce massacre.

Les hommes qui marchèrent impitoyablement sur ce tas de cendres fumées étaient en tunique blanche. Pour Seto, il était très facile de reconnaître les dragons blancs, ou plutôt, l'ancien ordre des dragons blancs, qui avaient éduqués Seto.

- Ma... famille ?

- Oui, et la suite va peut-être te réveiller une bonne fois pour toute.

Toujours au beau milieu de ce désert infernal, cette fois, on pouvait apercevoir des chevaliers en armure bleue, et une allure majestueuse, démarrer un assaut contre les dragons blancs. Le résultat fut très vite tracé. Seto fut le témoin d'un nouveau massacre de sa famille, mais par une nouvelle armée.

- Ce sont...

- ... des soldats nirvits, Seto ! As-tu compris ce que j'essaye de t'enseigner ? Et bien, c'est ce qui serait arrivé si j'avais laissé ton clan en vie. L'issue de cette histoire était inévitable. L'une des deux parties devait être éradiquée. As-tu vu le mal prendre possession de tes frères et de tes sœurs ? Voilà ce qui se tramait dans l'ombre, et que tu ne pouvais distinguer, tellement tu étais un gamin rêveur et insouciant ! Si j'avais fermé les yeux sur leurs actions, ils auraient commis EXACTEMENT ce que tu es en train de faire ce soir ! Et si les rôles étaient inversées, ce sont les nirvits qui auraient posé leurs empruntes sur ce conflit majeur ! Et là, non seulement tu aurais perdu ton clan, mais tu aurais vu tes croyances disparaître une à une. Ne penses-tu pas que dans un sens, supporter la mort de ton clan en plus d'une déception aussi infâme est bien pire que ce que tu as du endurer ?

- ...

- Dans tous les cas, ton clan était condamné. Et ce que tu es en train de faire va également condamner ce nouveau clan que tu t'étais forcé à regrouper ! J'ai ma part de responsabilité dans cette histoire, en n'étant pas parvenue à te retirer des mains des elfes, et ensuite, des griffes de la reine des démons. Mais toi et moi, nous pouvons réparer nos erreurs !

- Je vais vous apprendre une bonne chose, Murai ! Les nirvits ne me font pas peur !

Murai vit le regard de ce Seto enfant devenir mauvais. Son sourire trop confiant cachait quelque chose.

- Le seul moyen pour que vous me soyez utile, c'est de m'emmener voir cette femme de la famille Guan qui vous sert de sœur ! Je sais tout en ce qui concerne ce dragon sous son emprise. Il sera bien plus profitable avec quelqu'un comme moi qu'envers cette prisonnière. Emmenez moi vers elle ! Je sais que vous la retenez prisonnière ! Après, vous pourrez crever en paix !

- Pauvre fou ! Ne t'avise pas d'affronter les nirvits ! C'est de la pure folie ! Le mieux, c'est de pouvoir négocier avec l'ordre du nirvana ! Pour cela, nous pouvons utiliser ton alliance avec Azelia à bon escient !

L'environnement changea, et Seto se retrouva au beau milieu d'une salle qui appartenait à un palais royal. Il s'agissait d'une salle de conseil, avec une table ronde au beau milieu. Seto, qui avait repris son apparence adulte, put y voir plusieurs seigneurs assis autour de cette table. Il y reconnut son père, mais qui avait l'apparence de Sairu Jumeis, ainsi qu'Azelia, Ulyana et ce qui semblerait être les autres seigneurs de la Yokume. La tension semblait être à son comble, et noircissait l'ambiance au sein de cette assemblée qui touchait à sa fin visiblement. D'ailleurs, Seto avait l'espace d'un instant son attention sur une figure féminine qui dégageait quelque chose d'impressionnant rien que par son apparence.

- Hum, Scylla ?

Mais à y regarder de plus près, il ne s'agissait pas de Scylla, mais la ressemblance était frappante, un peu trop même.

- Je peux savoir ce que vous cherchez à me montrer cette fois-ci ?

- C'est un fragment de ma mémoire, que je fais apparaître grâce à mes illusions. J'ai participé à ce sommet entre seigneurs de la Yokume, et la conclusion de ce conseil est assez intéressante. Ecoute ce qu'Azelia s'apprête à déclarer, puis la réaction de cet homme masqué au bout de la table. Après avoir observé ceci, j'ai démarré une enquête au sujet de ta reine, qui risque de t'intéresser.

Seto, bien que fatigué par cette série de visions, prit la peine d'écouter le discours d'Azelia. Sans savoir pendant combien de temps ce petit voyage allait durer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1238
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 28

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Mer 25 Oct - 14:12

Seto ne saurait dire combien de temps il était prisonnier de cette illusion. Dix minutes, trente, ou même peut-être une heure ? En tout cas, ces images que Murai avait enfoncé dans l'esprit de son fils avait retardé l'issue de cette guerre, pour le plus grand malheur de la capitale solaire qui continuait de subir des dégâts critiques. Mais visiblement, cela ne perturbait pas le souverain actuel du royaume. Tout ce qui semblait l'importer, à cet instant présent, était de retourner la veste de son fils pour qu'il rejoigne son parti. Ce dernier avait un genou au sol, la main sur le crâne, en train de réaliser ce qu'il venait de voir pendant un temps indéterminé. Murai laissa Seto prendre tout le temps qu'il avait besoin pour faire le tri dans ses pensées, maintenant qu'il avait vu une certaine vérité. Mais quelle pouvait bien-être cette réalité en question ? Quelque chose qui fit sourire Seto, en tout cas, qui n'avait pas perdu de son instinct destructeur, ce qui troublait Murai qui ne savait plus quoi faire devant ce démon aux gênes de dragon.

- Alors, c'est donc ça ? Intéressant...

- Quelle conclusion t'es venu à l'esprit, maintenant que tu sais toute la vérité sur Azelia ?

- Alors comme ça, le maître des marionnettes n'était pas celui que l'on pouvait imaginer. Belle découverte. Croyez moi que je vais tirer parti de cette information comme il se doit.

- Alors, quel est ton choix ?

- Pour l'instant, je ne vais rien faire d'autre que continuer à attendre. Ce que vous m'avez montré me donne encore plus envie d'utiliser Azelia à mon avantage, et cela, bien sûr, après que je vous aurai éradiqué de ce monde.

- Tu ne comprends toujours pas ? Seul, face à Azelia, tu ne peux rien. Nous devons joindre nos forces, et couper l'herbe sous les pieds de cette mégalo avant qu'il ne soit trop tard. J'ai un plan. Je connais la formule pour ressusciter Manawyddan, c'est...

- ... une formule sous forme de verset, que l'on trouve au sein du 5eme chapitre du livre sacré de Dovahkiin. Je connais. Il n'y a pas que vous qui lisez. Et je dirais même que je me suis bien mieux instruit que vous. Croyez vous sincèrement que cette formule suffise pour réveiller Manawyddan ? C'est faux. Le cocon crée par Susanoo a littéralement dévoré chaque parcelle d'énergie au sein de ce dragon. La vérité, Murai, est que Susanoo ne voulait pas tuer Manawyddan. Il l'a enfermé dans le but de le contenir provisoirement, et de le maintenir sous sa coupe. Notre homme, en plus d'être un parfait artisan, voulait également avoir un dragon de Legendia comme monture. Quel orgueil, pas vrai ? Bref, Manawyddan est aujourd'hui qu'une coquille vide, maintenu en vie par une très faible source d'énergie qui l'alimente uniquement pour qu'il ne crève pas de famine énergétique. Libre à vous de perdre votre temps à retourner dans le noyau lunaire avec votre incantation bien enfoui dans votre cervelle, vous n'allez rien gagner.

- Mais... J'en suis certain ! J'ai entendu sa voix, j'ai entendu ce roi dragon me parler. Il est encore en vie. Il suffit juste de le libérer, c'est tout !

- Vous êtes barge, Murai ! Complètement ! Vous ne proposez aucune solution fiable, et vous songez réellement pouvoir vaincre Azelia ET libérer Manawyddan de son tombeau ? Ne comptez pas sur moi pour rejoindre votre ambition qui, de source sûre, va foirer. Non, le mieux, c'est de laisser Azelia bien tranquillement continuer de conquérir la Yokume. Car elle, au moins, connaît le moyen de restaurer la vitalité de notre homme.

- C'est toi le plus fou des deux ! Si tu laisses Azelia atteindre son objectif, alors...

- ... chaos.... destruction... partout.... etc etc. Oui, je sais, merci ! Et bien, que grand bien fasse à ce monde. Je ne vais pas pleurer pour quelques terres ravagées, après tout, cela peut être une solution pour que les humains comprennent enfin la leçon. Néanmoins...

Le dragon blanc pointa la paume de sa main en direction de son adversaire. Une bourrasque de vent virevolta autour du souverain, qui, resta sur place sans broncher.

- ... quand le moment viendra, j'utiliserais Azelia pour leurrer le roi du nirvana, puis, je me débarrasserais d'elle, car, comparé à vous, j'ai un véritable plan !

Seto leva deux doigts, et tous les vitraux de la salle du trône éclatèrent en plusieurs morceaux de verre. Puis, ce dernier fit léviter chaque morceau vers la mini tornade. Murai fut très vite au beau milieu de multiples morceaux de verre qui tournoyaient autour de lui. Plusieurs morceaux de sa peau, bien que durcies, volaient en éclats, révélant plusieurs tâches noires sur son épiderme.

- Hum, le sang noir...

Seto semblait se réjouir de voir son père souffrir. Mais il savait qu'il allait contre-attaque, alors, il resta bien sur ses gardes. Suffisamment pour entendre un bruit de fracas derrière lui. Une épée de lumière avait transpercé le centre de la porte et volait à toute allure vers Seto qui l'esquiva sans peine. Le jeune dragon blanc fixa la porte qui s'ouvrit brusquement. Il y vit une visiteuse, une chevalière argentée aux cheveux rouges qu'il connaissait parfaitement.

- Tiens, quelle bonne surprise ! La princesse nirvit est enfin là. Je n'attendais plus que toi, Scylla...

Au fond, Scylla se doutait bien que Seto l'attendait. Elle faisait partie du plan d'Azelia, ce même plan que Seto avait entièrement rejeté. Par contre, la présence de Scylla semblait le plaire. Il fixa la valkyrie avait un sourire intéressé. Un sourire qui mettrait mal à l'aise n'importe quelle femme un peu trop timide, ce qui n'était pas le cas de la valkyrie, qui avait toujours son impénétrable expression sur le visage.

- ... tu m'attendais... Et bien, je retiens surtout que tu sembles vouloir traiter avec le roi du nirvana. Intéressant. Je crois qu'on va avoir une looooooongue et pénible conversation, toi et moi.

- Scylla, hum ? Qui aurait cru que j'avais dans mes troupes, jadis, l'unique survivante de l'illustre famille Vermillion. Quel honneur de vous rencontrer, princesse.

Scylla ne prêta même pas attention au roi qui n'avait pas du tout la même apparence qu'à l'époque où elle était à son service. Ce qui lui donnait davantage l'envie de l'étriper, puis de l'embrocher. Mais pour le moment, elle devait collaborer avec lui.

- Alors, quel bon vent t'amènes ? Si tu es venu pour te battre, alors, attends ton tour. Sinon, tu n'as qu'à m'aider à botter le cul de ce fief imposteur.

- Je croyais que tu refusais mon aide, c'est pour cela que tu as pris d'assaut ce pays bien avant l'heure du rendez-vous.

- En effet, j'ai fais ça. J'ai horreur qu'on fourre son nez dans mes affaires, et c'est une histoire de dragons, valkyrie ! Mais bon, puisque tu es là, autant me servir de toi comme bouclier humain...

- C'est vrai ça, Scylla ? Tu faisais partie du plan de conquête d'Azelia ? J'ai du mal à croire que l'élue du Nirvana soit tombée si bas, au point de collaborer avec le mal incarné. Remarque, de quoi pouvais-je m'attendre de la part d'une femme qui s'est perdue et qui s'est rabaissée au point de passer pour une mortelle... Alors, dans quel camp es-tu ?

- Aucun. A vrai dire, je suis partante pour vous pourfendre tous les deux. Mais vu que toi, Seto, possède des informations capitales il semblerait, et que nous avons envie de rencontrer le même homme, je suppose qu'il va falloir que je te tire les vers du nez. Alors, je vais vous aider, Sairu Jumeis ou peu importe votre nom. Et je vous rassure, une fois que j'aurais ce que je désire, je m'en irais. Ce pays ne m'intéresse pas. Je disparaîtrais une bonne fois pour toute, là où le vent voudra bien m'y conduire. Cela vous convient-il, l'imposteur ? Après tout, vous avez peur de tout ce qui vous dépasse, alors, je me devais de vous rassurer, pas vrai ?

- Hum...

- Tu fais une grossière erreur en t'interposant entre ma vengeance et moi. Si tu étais sage, tu aurais pu avoir ce que tu désires de la part d'Azelia. Là, tu vas mourir bêtement, sans en savoir plus sur ce que tu souhaites. Mais bon, tu es une valeur sûre pour notre projet. Alors, je vais devoir te ramener à nous en te traînant par les pieds.

- Hohoho, va-y doucement, Seto. Je suis sensible à cet endroit.

Seto fixa un point précis sur le sol. Plusieurs piliers de lumière sortirent du sol, et encerclèrent Scylla, avant de se refermer sur elle, provoquant une explosion de lumière. Murai en profita pour tenter de frapper Seto du poing, mais sans se retourner, ni poser son regard sur le roi, il se baissa, puis enfonça son coude gauche sur l'estomac du tyran qui fut envoyé, quelques mètres au loin. Le sourire sur le visage de Seto s'évapora, néanmoins, quand il vit que Scylla était indemne. La valkyrie commençait légèrement à être inquiété quand elle vit son Glyph vibrer et raisonner plus faiblement.

- Cette attaque était suffisamment puissante pour que j'aies quelques difficultés à l'absorber. Je ne vais pas pouvoir utiliser mon Glyph éternellement si chacun de ses sorts m'impose autant de pression...

- Les sorts ne fonctionnent pas ? Mais au corps à corps, je suis certain de la surpasser.

Seto ne se fit pas prier pour charger, son épée à deux mains bien serrée. Il donna plusieurs coups vers Scylla qui peinait à se protéger avec sa propre lame. Reculant de plus en plus, elle vit un Seto plus brutal que jamais, tentant éperdument de la faire faillir par la force.

- Alors ! Défends-toi, petite fée ! Tu ne peux rien faire de toute manière face à la férocité d'un dragon !

- Oh ! Tu veux un biscuit, brave bête ? Tu veux un biscuit ?

En ignorant la provocation de la valkyrie, Seto effectua une rapide feinte grâce à son agilité que l'on ne pouvait nier, puis il donna, toujours aussi brutalement un coup d'épaule pour bousculer la valkyrie. Sous le choc, elle fut propulsé et fut contrainte de lâcher son arme. Mais alors qu'elle n'avait pas encore touché le sol avec ses deux pieds, Seto réapparut et donna un puissant coup d'épée après l'avoir dirigé en arc de cercle. Son armure se fissura juste en dessous du niveau du buste, laissant seulement sa poitrine protégée. Et comme si ça ne suffisait pas, alors que Scylla était au sol devant la porte d'entrée, elle vit que le dragon n'en avait toujours pas fini avec elle. Désarmée, elle devait donc faire appel à une nouvelle arme qu'elle avait dans sa réserve dimensionnelle. Une douce lumière s'échappa de la paume de sa main droite. Seto savait parfaitement qu'elle pouvait invoquer des armes à volonté, et donc, allait chercher à se défendre avec. Mais dû à sa considérable force, il était confiant et savait qu'il allait la découper en morceaux. Il ne restait que deux à trois mètres qui séparaient la valkyrie du dragon. Le sourire aux lèvres, Seto s'attendait à voir quelle arme allait invoquer Scylla avant de frapper. Et une fois que la lumière prit forme, Seto prit une position de garde tout en fonçant sur son ennemie.

- Biscuit !

Tout ce que Seto vit était Scylla qui fit un rapide geste de la main, comme si elle lançait quelque chose. Ce quelque chose heurta Seto en plein nez, ce qui le surprit. Il s'arrêta pour voir ce qui trainait au sol devant ses pieds. Il vit un petit biscuit ayant la forme d'un os. Le visage de Seto, à cet instant précis, était vert, et laissait échapper quelque chose d'amusant, de quoi baisser un peu l'atmosphère oppressante du combat.

- Elle... m'a pris.... pour un vulgaire clebs ?

Seto n'eut même pas le temps de lever la tête que Scylla chargea, une nouvelle épée en main et enfonça bien la pointe de la lame au niveau du torse. Elle appuya si fort que sa protection crée par le sang noir s'effrita, et une légère entaille était visible. Et cette fois, ce fut le dragon qui fut projeté en arrière. Une fois au sol, Scylla put voir Murai qui était également bouche bée devant la scène qui était complètement inédite.

- Est-ce que je viens vraiment de voir la légende Vermillion à l'œuvre ? Ravi de voir que tu prends cette guerre autant au sérieux.

- Mais je prends toujours TOUT au sérieux ! La preuve, j'ai même baptisé cette attaque: SNACK TIME !

- C'était risqué, mais... efficace.

Mais Seto se releva vite, trop vite. Et la rage qu'il dégageait était perceptible à des kilomètres. Il prit une large inspiration et hurla pour évacuer sa frustration, tout en dégageant une forte aura qui pouvait foutre mal à l'aise ses deux adversaires, et l'air environnant qui était troublé par sa puissance.

- HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA ! Sale garce ! Ce combat était le combat que j'attendais depuis des années ! Mon heure de gloire devait arriver ce soir même ! J'ai patienté, si longtemps, d'enterrer cette ordure, et toi... TOI, tu oses te moquer de moi avec tes pitreries ? C'est ça, fini de jouer ! Ton humiliation était intolérable ! Je vais te buter, Scylla ! Rien a foutre d'Azelia !

L'air devint très vite malsain tant Seto dégageait une bourrasque d'énergie à faire trembler les genoux. C'était un mélange entre énergie bienfaisante, et aura malfaisante. Les murs vibraient par la même occasion, et ainsi, Scylla comprit que c'était la dernière fois qu'elle allait cherché à s'en sortir avec une blague inattendue. Le combat allait être long et difficile, et elle espérait qu'elle pouvait un minimum profiter de Murai pour affaiblir Seto. Mais les choses s'empirent soudainement, quand Scylla vit les deux dragons de compagnie de Seto apparaître. Ils avaient disparus une fois que Murai avait transféré ses visions au sein de l'esprit de Seto, mais ils sont de retour, et comme si ils partageaient la colère du maître, ils fixèrent Scylla avec qu'une seule envie: la dévorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Lun 30 Oct - 0:50

Scylla fixait les yeux dans les yeux ces deux prédateurs ailés qui inspiraient la crainte chez les mortels. Elle, en revanche, ne quittait pas ces dragons du regard. Elle attendait le moindre battements d'ailes ou de cils pour agir. En revanche, les deux dragons s'illuminèrent, puis disparurent, avant de former deux sphères blanches qui virevoltaient continuellement autour de Seto. Un sourire de maniaque se forgea sur le visage du capitaine lunaire, qui ne fit qu'un avec ces deux parcelles de lumières. Scylla avait une impression de déjà-vu sous les yeux, et elle réalisa qu'elle avait raison de commencer à s'inquiéter lorsque Seto, seul, réapparut, enveloppé par une lourde armure blanche et étincelante comme du diamant. Le contraste entre sa nature sauvage et perfide, et la beauté assommante de sa nouvelle tenue de combat pouvait laisser perplexe. Seto regardait fièrement ce qu'il considérait comme étant sa proie.

- Surprise, Scylla ? Il n'y a pas que toi qui peut changer d'armure. Mes fidèles amis ont toujours fait qu'un avec moi. Cela signifie...

Armé désormais d'une claymore bien plus rayonnante et intimidante, il la remua si vite qu'il pouvait trancher l'air. Ce qu'il fit, apparemment, puisque Murai, même sans avoir reçu le moindre contact avec l'épée de Seto, fut projeté en arrière, avec une nouvelle plaie qui se créa sur son torse.

- ... que je maitrise probablement bien mieux cet art que toi, princesse...

Scylla comprit que l'armure correspondait à l'un des dragons, et la nouvelle claymore de Seto était le second. D'une manière ou d'une autre, Seto a apprit à matérialiser ses créatures pour donner un résultat assez similaire aux capacités de la valkyrie. Une nouvelle plutôt inquiétante, quand on connaît les capacités de base des créatures mythiques qui servaient d'arme fatale à Seto. Néanmoins, Seto était bien prétentieux, comme à son habitude, et Scylla comptait bien utiliser ce défaut à son avantage. C'est ainsi qu'un nouveau croisement d'épée se fit entre la lame légère mais robuste de la chevalière écarlate, et l'épée lourde et écrasante du dragon. Des étincelles rouges et blanches se dispersèrent un peu partout, et Scylla ressentait clairement son désavantage, car malgré le poids de l'arme à deux mains de son adversaire, il la bougeait si vite, comme si il était né avec cette arme entre les mains. Cet homme, âgé de seulement une vingtaine d'années, parvenait à mettre en difficulté une guerrière avec plus d'un siècle d'expérience. Mais Scylla jugeait que ses raisons de combattre étaient plus nobles que cet homme qui souhaitait répandre destruction dans ce pays. Alors, la rage de vaincre dans les yeux, elle repoussa l'imposante claymore de Seto et donna un coup diagonal qui toucha le métal de son armure. A cet instant, Seto sourit. Déjà, parce qu'au grand étonnement de Scylla, l'armure n'avait pas la moindre rayure, et ensuite, elle dégagea une aveuglante lumière. Toute la salle du trôné fut enseveli par un flash lumineux qui perdura quelques secondes. Scylla fut totalement éblouie. Pendant ce court laps de temps où l'on ne pouvait rien distinguer, le bruit assez douloureux de la peau qui se fait trancher, ainsi que des gémissements féminins pouvaient être entendus. Quand la lumière s'estompa, on pouvait donc observer Seto et Scylla se faire face, avec seulement quelques mètres d'intervalle. Scylla avait du mal à tenir debout. Avec sa main droite, elle se tenait le bide qui saignait à n'en plus finir, et ses jambes subirent quelques coupures modestes. Elle ne faisait pas beau à voir, sur le coup. Et son sang coulait le long de la lame de Seto.

- Oups, j'ai comme qui dirait manqué de te trancher en deux, ma belle !

- Tu parles... Tu veux juste prolonger le plaisir de me voir souffrir face à toi.

- Tout va bien, Scylla ?

- Je sais pas. Je vous laisse deviner. J'en ai l'air ? Parce que, quand on pisse le sang comme moi, généralement, on est toujours en forme, c'est bien connu !

Scylla semblait légèrement irritée en observant Murai. Elle avait l'impression que cet homme ne faisait pas vraiment d'effort. A croire même qu'il faisait exprès de ne pas aider Scylla, histoire de laisser Seto se débarrasser d'elle. Il pensait sûrement qu'il était capable de gérer le dragon blanc seul et n'avait pas besoin de l'aide de la valkyrie. Mais c'était une grossière erreur. Seto possédait une force démentielle, couplée à une rapidité fulgurante. Il était au summum de son potentiel, aujourd'hui. Maintenant, la difficulté était donc de se servir de cet homme pour blesser Seto. Scylla commençait à réaliser que son plan avait une faille. Elle n'aurait jamais songé un seul instant que ce Murai soit aussi imbu de sa personne. Elle commençait même à regretter de n'avoir pas choisi de prendre Iris avec elle dès le début. Sous la déception, Scylla cracha volontairement sur le sol une petite goutte de sang qui restait coincé entre ses dents.

- Tss, quand je pense que c'est vous, l'homme qui a décimé le clan des dragons blancs. Vous êtes faible et lâche ! Mais il va falloir que vous reconnaissez l'évidence ! Seul, vous êtes voué à finir découpé par Seto, et c'est seulement en acceptant mon aide que vous y parviendrez.

- Du calme, Scylla. As-tu oublié que tu es venu ici, à l'improviste ? Nous n'avons encore décidé d'aucun plan d'action.

- Haha, que vous soyez amis depuis toujours ou seulement depuis cinq minutes ne changera pas la cruelle réalité. J'ai fais tout ce chemin uniquement pour ce soir. J'ai mon objectif, mon désir, au creux de ma main. Tout est paré, en cette nuit, pour que la victoire soit mienne.

Désireuse de dire à Seto de fermer sa gueule un peu, Scylla, néanmoins, resta silencieuse, car elle devait trouver un plan d'action, seule...

***

Il y'a quelques jours seulement, sur le sol aride du pays du désert, Scylla était face à une jeune Nirvit du nom de Shanoa qui décida de la prendre sous son aile pour l'éduquer et lui enseigner tout ce qu'une Nirvit doit savoir. Scylla était attentive à chaque mot, chaque explication que cette femme expérimentée pouvait lui offrir. Elle en connaissait un rayon sur le Glyph Astral de Scylla. Jamais la valkyrie n'était aussi assoiffée de connaissance. Devant ses pieds, de nombreux fragments de métal étaient parsemés, ici et là, recouverts par le sable du désert. Il faisait chaud, extrêmement chaud, et Scylla transpirait, comme si elle s'était entrainée pendant des heures et des heures. Malgré la température élevée, elle portait son armure habituelle, quitte à crever de chaud, cela faisait partie de l'entraînement.

- Pourquoi ça ne marche pas... Pourquoi ?

- Je pense avoir insisté sur un certain point. Avez-vous oublié ? Une Nirvit n'a pas le droit de ressentir de la colère ! Son âme doit être pacifié, et ne doit comporter aucune trace de haine ou d'impatience !

- Facile à dire ! Depuis que je suis gamine, on m'a enseigné tout l'inverse, au point de me le rentrer dans le crâne par la force ! C'est la rage qui caractérise ma force !

- Et dois-je supposer que vous vous contentez bêtement d'imiter les bévues de votre famille d'adoption ? N'utilisez point les Archaelis comme excuse pour justifier votre incapacité, Scylla ! Il y'a longtemps que la colère aurait du se dissiper en vous ! Bien que l'ennemi a utilisé votre corps pour des expériences des plus compromettantes, vous devez sans doute, depuis, avoir saisi ce que c'est, de connaître la paix intérieure.

- Peut-être, mais je dois admettre que ce n'était probablement pas le meilleur moment pour suivre une leçon sur la "paix intérieure". Beaucoup de rage et d'amertume résident en moi depuis quelques temps. On va dire, pour faire court, qu'une certaine déception, et une certaine incompréhension envers une personne qui m'est chère m'empêche d'être rassurée et apaisée...

- Vous m'excuserez, mais ma mission est de vous mener vers l'excellence, princesse ! Je ne suis pas là pour vous guérir par des paroles maternelles et bienveillantes ! On reprend l'entraînement ! Car si vous continuez de laisser votre personnalité sombrer par quelques crises d'amertumes, jamais vous ne pourrez maitriser votre Glyph Astral, et vous ne serez d'aucune utilité pour vos proches !

- Et pourquoi ça ?

- Parce que votre pouvoir consiste à absorber l'énergie des êtres qui peuplent Atrium, et que dans 90% de cas, l'énergie est incompatible à votre propre organisme. Vous ne pourrez en tirer parti si cette énergie est volatile et ne pénètre pas suffisamment bien au sein de votre Glyph. Et c'est encore pire lorsque l'on tente de réaliser la tâche difficile de sceller cette énergie au sein d'une arme. Si vous ne restez pas calme et maîtresse de la situation, vos épées se briseront comme un vulgaire verre qui se fracasse au sol. Si vous vous voulez vous faire une idée de la difficulté de cette tâche, cette technique est classée parmi les trois techniques les plus ardues de l'histoire d'Atrium.

- Et bien...

Shanoa vit Scylla quelque peu désemparée. Elle se doutait bien qu'on ne peut changer la personnalité d'une femme en quelques jours. Shanoa savait que Scylla marche sous la rage et l'instinct meurtrier que lui a inculqué sa mère adoptive qui l'a kidnappée encore bébé. Un événement vraiment mal opportun pour elle.

- Je ne peux définitivement pas lui en vouloir d'avoir autant de difficulté à être apaisée. Ce qui vit en elle est effrayant et pourrait bien la détruire à petit feu si on ne fait rien. Chaque déception, chaque obstacle dans sa vie sont amplifiés dans son esprit, et son esprit combattif n'arrange guère sa personnalité. Elle lutte presque contre un dangereux cancer à l'heure qu'il est. Mais je dois garder le silence complet. Elle semble déjà perturbée par cette déception dont elle me parle. Lui dire la vérité sur son organisme rebelle pourrait bien l'achever. Alors pour l'instant...

Shanoa sortit une petite fiole de sa sacoche, y fit couler quelques gouttes sur ses phalanges, puis massa délicatement les tempes de Scylla, qui se laissa aller, mais légèrement à contrecœur.


- Qu'est ce que c'est... ?

- Du jus extrait d'un fruit assez rare que l'on nomme l'Eris. C'est très nutritif, et en plus, cela possède quelques vertus miraculeuses, comme atténuer les tensions et douleurs cérébrales. Appliquez ce jus délicatement sur vos tempes trois fois par jour, mais ne le faites que quelques jours seulement, pour éviter que votre organisme ne s'y habitue. N'oubliez pas, vous devez apprendre à rester calme, sereine, détendue. Vous n'êtes pas seulement une valkyrie, mais aussi une membre du peuple le plus serein de l'existence d'Atrium. La route sera longue, mais vous devez y parvenir, car sinon... vos ennemis ne feront qu'une bouchée de vous.

***

Scylla s'était repassée en boucle les paroles de Shanoa tout en fixant Seto qui, de manière perverse, reluquait les blessures abondantes de la valkyrie. Ainsi, tout en ignorant le monde autour d'elle, Scylla fit apparaître dans sa main quelque chose de plus sérieux qu'une vulgaire friandise pour chien. Une légère fiole en verre que Scylla but d'une traite, avant de la balancer au sol.

- Quoi ? Nerveuse au point de boire en pleine bataille ? Tu espères vaincre le stress comme ça ?

- En un sens, oui...

Et toujours en ignorant Seto, Scylla ferma les yeux, comme si elle méditait. Elle était raide comme un torchon, son corps était insensible, détendue. Ce qui poussa Seto à rire aux éclats.

- Tu fermes les yeux maintenant ? Tu fais tes prières ? Ca, c'est le signe de la désespérée de service qui sait qu'elle n'a aucune chance de l'emporter !

Et Seto s'élança vers la valkyrie qui gardait les yeux clos et ne réagissait pas. Jusqu'à la dernière seconde, où Scylla, toujours les yeux fermés, esquiva l'attaque à l'épée qui suit, pour ensuite, donner un coup d'épée qui frôla encore une fois l'armure blanche de Seto. Encore une fois, nulle rayure ne se fit, et la salle du trône fut enveloppé par un halo de lumière éblouissant. Encore une fois piégée par la lumière du soleil, Scylla avait toujours les yeux fermés, et garda les deux pieds au sol, inerte.

- Reste calme, paisible, tranquille... Focalise toi sur l'aura malfaisante de Seto... Tu n'as aucune raison de perdre face à cet amas de haine... Ton corps est peut-être bafoué, mais ton esprit vindicatif est encore intact.

Malgré qu'elle était enveloppée au sein d'un décor vide et une visibilité inexistante, elle parvint à bloquer l'attaque de Seto. Mieux encore, la lumière se dissipa toute seule. Et pour couronner le tout, Scylla tenait deux épées en main, dont une large lumière se propageait au creux des lames, tandis que son Glyph Astral brillait de mille feux. Elle ouvrit enfin les yeux, et tenta de frapper avec l'arme gauche son adversaire qui esquiva très aisément malgré tout. Scylla balança l'une des deux épées vers les airs.

- Attrapez !

L'arme fut réceptionné par Murai, et sans perdre de temps, les deux adversaires de Seto concentrèrent l'énergie au sein des armes, pour envoyer frénétiquement une série de salves tranchantes en direction de Seto. Une trentaine de flashs lumineux furent envoyés vers Seto qui n'esquiva pas, et se contenta de tout encaisser. Mais, en vain...

- Incroyable ! Son armure est toujours intacte !

- Elle surpasse même la matière la plus dure, puisque ce n'est pas une simple matière, c'est une fusion avec ses dragons, qui possèdent déjà des écailles nettement plus solides que le diamant.

Seto n'attendit même pas que Scylla souffle pour contrer. Des bulles noires apparurent des deux côtés de Scylla, et de longues chaînes attrapèrent les deux bras de la valkyrie. Tout d'abord les chaînes s'étiraient pour écarter les bras de la jeune Nirvit, puis elle fut soulevée dans les airs. Elle tenta d'utiliser son flux énergétique pour briser les chaînes, mais rien ne fit et même son Glyph, encore rempli, s'arrêta de briller. Elle était une cible pour Seto qui fonça tête baissée pour la trancher, mais sous le grand étonnement de Scylla, Seto s'arrêta net après avoir frappé... le vide.

- Mais qu'est ce qu'il fout ?

Seto semblait voir quelque chose de complètement différent que Scylla. Dans sa vision, il vit Murai, s'interposer entre lui et Scylla. Et son épaule gauche fut tranché net, laissant gicler une forte dose d'hémoglobine noire qui repeignit l'armure blanchâtre de Seto.

- Et bah alors, Murai ? On réalise enfin qu'on est le plus faible parmi nous trois, et donc, on veut protéger son unique espoir ? Une situation que je vais savourer, croyez moi !

Tout d'abord, Scylla avait du mal à comprendre pourquoi Seto semblait parler tout seul. Mais après réflexion, elle comprit de quoi il s'agissait. Seto était prisonnier d'une nouvelle illusion de Murai. Il n'avait probablement pas agi jusqu'à présent, le temps de préparer cette technique basée sur l'optique. Scylla utilisa sa force mentale pour briser le piège qui la tenait prisonnière. Une fois les deux pieds au sol, elle vit Murai derrière Seto s'approcher, la main droite gantelée par une large couche de magma. Et Seto ne réagissait pas, jubilant en pensant qu'il avait pourfendu son père. Et il déjanta vite quand il sentit le poing de Murai frapper son dos. Et à la grande surprise de Scylla, la lave en fusion qui enveloppait son poing parvint à fissurer une partie de l'armure de Seto, avant d'être projeté vers le mur à sa droite. Scylla vit ensuite Murai marcher discrètement vers elle, la dépassant ensuite, puis se retourna vivement pour la frapper avec le même poing de magma. Sauf que la valkyrie se retourna tout aussi vite et cogna son poing nu contre celui de Murai. Etonné, l'homme recula de quelques pas, et fixa Scylla avec un air intéressé.

- Comment ? Tu n'étais pas censé voir que je me suis faufilé derrière toi !

- Ce n'est pas de chance, mais les illusions ne fonctionnent pas sur moi. Pour la simple raison que je n'ai qu'un seul œil depuis des années maintenant. Je dois ce manque à votre fils, au passage. Nous avons croisé le fer tant de fois...

- Un œil artificiel, je présume ? La médecine des elfes a fait de fulgurants progrès !

- Et puis, tant qu'à enfoncer le clou encore plus profondément, vous n'êtes pas crédible une seule seconde. Il était clair, comme de l'eau de roche, que vous profiteriez de la confusion de vos illusions pour m'évincer. Un homme qui éradique un clan tout entier ne peut être qu'imbu de sa personne, et ne penser qu'à sa poire. Vous voulez être le seul survivant de cette bataille. Je me trompe ?

- Tu n'inspires pas vraiment confiance non plus, quand tu parles de quitter ce pays une fois Seto vaincu. Que dois-je espérer provenant d'une criminelle qui a menti sur son identité et tenté un coup d'état contre ma personne avec cet imbécile de Roy !

- On insulte les morts, maintenant ? Finalement, oui, je crois qu'une fois mon affaire réglée, je ne vais pas partir tout de suite, et je vais rester encore un peu, le temps de vous enseigner la valeur de la vie !

- Il en va de soi, mais d'abord, occupons nous de ce petit délinquant, tu veux bien ?

Alors que ses muscles se bombèrent, Murai concentra entre ses mains un nouveau sort.

- Finalement, ce qu'on dit est vrai. Un père qui abandonne son fils et ne l'éduque pas proprement a bel et bien définitivement échoué. Tu es une cause perdue, Seto. Je n'obtiendrais rien de toi, et donc..

- Nous y voilà, il va chercher à tuer Seto, comme je l'avais imaginé. Je dois empêcher cela... Mais... Cette énergie dans la paume de ses mains, elle est beaucoup trop dense. Il va carrément chercher à le pulvériser !

- Final Burst Stream !

Le Burst Stream était titanesque, et si Seto se le prenait, plus aucune molécule de son corps ne persisterait. Seto contra avec son propre Burst Stream. Le clash entre les vagues déferlantes faisait trembler le palais, et n'importe qui à l'extérieur du palais pouvait ressentir la tension entre ceux qui s'y trouvent à l'intérieur. C'était palpable à des kilomètres. Murai semblait prendre le dessus. Scylla était embêtée, car la technique était si puissante, qu'elle savait que Seto allait disparaître. Et le retour de flammes de son propre Burst Stream n'allait rien changer. Elle s'apprêta à faire ce qui n'était pas prévu dans le plan: attaque Murai, mais...

... à sa grande surprise, Seto hurla de rage, tel un dragon, et il reprit l'avantage, ce qui choqua quelque peu la valkyrie. Le Final Burst Stream étant plus dévastateur que le Neo, il était à peine concevable que Seto puisse dépasser son père, et pourtant, c'était le cas. Il parvint à repousser le rayon de son père, jusqu'à prendre entièrement le dessus. Murai se prit la vague de plein fouet, et après une explosion qui aurait presque pu réduire la pièce en cendres, mais qui se contenta seulement de bousiller les murs et le plafond, il termina au sol, inerte, probablement vaincu cette fois-ci. Seto n'eut pas le temps de vérifier si sa vengeance était enfin faite, qu'il fixa Scylla.


- A ton tour...

Seto envoya sa claymore comme un boomerang vers Scylla. L'épée se métamorphosa à la dernière seconde en un dragon blanc aux yeux bleus, la gueule grande ouverte, prêt à la dévorer. Elle n'eut guère le temps de faire autre chose que maintenir la gueule du dragon ouverte, en posant les deux pieds sur le bas de la mâchoire, et en enfonçant sa lame vers le haut. Elle força de toute ses forces pour que les crocs du dragon ne se referment pas, et en un geste furtif, elle se dégagea à la dernière seconde du dragon qui ferma sa bouche. Puis, elle fit un bond au dessus du crâne du dragon et tenta d'embrocher cette créature par la pointe de son épée.

- Prends ça !

Mais l'échec fut total. Tout comme l'armure de Seto, les écailles du dragon sont trop solides, et aucune cicatrice, pas la moindre éraflure, ne se vit. La bête eut le réflexe de lever la tête, envoyant Scylla quelques mètres plus haut au dessus du sol. Avant même qu'elle rechute, le monstre ailé fit un demi-tour, puis claqua rapidement sa longue queue blanche vers Scylla qui prit un coup sévère et violent. Elle fut projetée si loin, qu'elle dépassa la porte d'entrée de la salle du trône, puis atteignit les escaliers. Elle tomba de plusieurs marches, avant de s'arrêter, inerte, car ses os étaient probablement brisés. Le sang qui coulait le long des lèvres, le long du ventre, et des jambes, elle semblait vaincue, avachie sur une rangée de marches. Seto avait-il remporté la bataille ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eloraell
Reine
Reine
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 14/07/2013
Age : 28

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Lun 6 Nov - 0:46

Maintenant que Scylla était sur le sol, avachie sur une série de marches, la tête vers le bas, elle commença à maudire ses habitudes, notamment celle de vouloir tout gérer par elle-même. Car c'était cette décision, de la jouer solo qui, encore une fois, fit qu'elle était pratiquement vaincue. Seto était nettement plus fort qu'elle, et même si la valkyrie avait encore quelques tours dans son sac, elle n'eut pas le temps de les dévoiler. Ses os étaient brisés, et son bide était ouvert. Elle coagulait sans fin, et était à ça de perdre conscience. Un rire nerveux s'empara d'elle, tandis qu'elle culpabilisait pour sa faute stratégique.

- Héhé, c'est bien fait pour moi. Mon orgueil a encore pris le dessus et voilà la résultat... Cette foutue habitude de vouloir jouer à la preux chevalière, solitaire et intouchable, a eu raison de moi. Quelle idiote ! J'ai pris la décision de demander l'aide d'une étrangère probablement aussi douée que moi, et malgré ça, je n'ai pas voulu qu'elle soit blessée. Tss.. réveille-toi, Scylla. La probabilité qu'elle s'inquiète également pour moi est quasiment nulle. Elle n'aurait pas hésitée à se servir de moi pour arriver à ses fins. Alors, pourquoi faut-il qu'en retour, je joue toujours à la bonne samaritaine...

Elle tenta de poser sa main droite sur sa blessure pour limiter l'hémorragie, mais en vain. Son bras était probablement cassé.

- Peut-être bien que oui, je dois revoir mon concept de la chevalerie. Peut-être bien que le fait de m'inquiéter pour les autres est ce qui représente ma plus infâme des faiblesses. Doit-on enterrer sa compassion pour être aussi forte que Seto, Azelia, ou même...

Scylla ne pensa pas plus loin. Elle sentait que ses yeux se fermaient. Elle n'entendit même pas le bruit des pas rapides qui traversaient les marches au pas de course. Elle ne put entendre qu'une très légère voix qui tentait de la réveiller, suivie d'une sensation de bien-être au niveau de la blessure.

- Scylla... Scylla !

***

Pendant ce temps, au beau milieu du champ de ruines qu'était devenu la salle du trône, Seto semblait jouir d'une vision qu'il avait attendu depuis si longtemps. Il ramassa par la gorge son père qui semblait hors de combat. Le regard pris par la démence, il posa le bout des cinq doigts de son autre main au niveau du cœur de son père, et commença à appuyer dessus.

- Fin du dernier acte. Après de longues années de labeur, le bon roi tire sa révérence. Vous savez ce qui me répugne le plus dans tout ça, Murai ? C'est le fait que je comptais vous arracher tout ce qui compte à vos yeux, comme ce misérable pays qui vous as soutenu, mais vu que vous méprisez tout et tout le monde, je ne pourrais vous faire réaliser à quel point j'ai souffert de votre acte débile. Je pense que vous torturer avant de vous éliminer sera amplement suffisant, en retour.

Seto laissait échapper entre les dents un rire pervers et satisfait en même temps. Il commença à appuyer de plus en plus fort avec ses doigts, dans le but de pénétrer la chaire de sa victime, et enfin, pour retirer l'organe vital de son enveloppe corporelle.

- Ce qui va me consoler, c'est de savoir que par vos pêchés, vous allez rejoindre le même univers où j'ai résidé si longtemps par votre faute. En enfer ! MOURREZ !

Alors que Seto commençait à rire de plus en plus fort, son ennemi montra enfin un signe de vie, et frappa du poing la joue gauche de Seto, si fort, qu'il le relâcha net.

- Mais pourquoi, POURQUOI tenez vous tant que ça à prolonger votre défaite ? A votre place, je crèverai déjà de honte !

- Hum, autant faire les choses jusqu'au bout. De toute manière, je n'ai guère le choix si je veux écraser le sale moustique que tu es devenu, mon fils...

Tout à coup, les muscles de Murai gonflèrent, de haut en bas, au point que son gilet se déchira, et que son pantalon se mit à rétrécir. En plus de ça, sa peau prit une teinture plus foncé, jusqu'à virer au mauve. Et ses yeux devinrent rouge sang, avant qu'un troisième œil prit vie sur son front. Pour Seto, c'était clair. Son ennemi de toujours, qui était aussi corrompu que le fils, tentait une transformation en archidiable, mais visiblement, ce n'était pas dans les compétences de Murai, qui ressemblait davantage à un mutant. Devant cette vision, Seto se mit à rire, comme à son habitude.

- Hahaha ! Je le savais ! Je ne suis pas le seul à avoir pactisé avec le démon ! Sauf que là, tout ce que je constate, c'est que vous n'êtes qu'une expérience ratée de plus. Pitoyable ! Pathétique ! Mina...

Mais alors que Seto pensait que la musculature gonflée de son mutant de père l'empêcherait de se mouvoir plus vite, il avait tort. Il était même bien plus rapide. Il apparut tel un clin d'œil devant Seto et enfonça son poing de magma dans l'armure de Seto qui commença à se fissurer. Il le coursa avant même qu'il put retomber sur le sol et projeta Seto vers la gauche rien qu'avec la force de son coude. Dès que Seto allait amortir sa chute, son père le ramassa avec un nouveau coup bien violent. Au bout du cinquième ou sixième coup, Murai ramassa Seto à terre, qui avait lâché son arme entre temps. Cette fois, c'est lui qui s'amusait à tenir bien fermement sa proie au dessus du sol, et il remercie son fils et sa férocité à son égard, en frappant son visage quatre fois. Le quatrième coup envoya valser Seto qui allait atterrir au bout de la salle. Malgré la violence inouïe des coups de son père qui était devenu une machine à tuer. Seto garda les deux pieds au sol, mais commençait légèrement à stresser.

- Fils de pute !

Seto utilisa sa force mentale pour récupérer son épée au sol entre les mains. Une fois son arme à nouveau bien attaché à la paume des mains, il chargea furtivement et frappa l'abdomen de Murai, qui encaissa le choc, sans broncher. Un sourire satisfait se dessina sur les lèvres du nouveau démon, avant qu'il prenne du recul avec ses épaules et sa tête, et qu'il donna un terrible coup de tête à son fils, qui commençait à gémir de douleur. Seto augmenta la distance entre lui et ce monstre.

- Merde ! Je dois effectuer une retraite au plus vite ! Je ne parviendrais à le blesser que lorsque la cérémonie aura lieu. Je dois rejoindre Angel ! Ou est-elle passée ?

L'armure de Seto, même fissurée, commença à briller, signe pour Murai qu'il allait encore une fois baigner la salle dans une lumière aveuglante. Mais alors qu'il s'apprêtait à agir pour empêcher cela, une nouvelle salve tranchante fonça vers les deux hommes. Elle était si longue, qu'elle prenait toute la largueur de la pièce. Murai fut projeté par cette vague, sans la moindre éraflure vers Seto. Les deux hommes s'entrechoquèrent, et tombèrent au sol ensemble. Ils se relevèrent quasiment en même temps pour voir qui était l'auteur de cette attaque furtive, et ils virent deux silhouettes. Une qui avait quitté les lieux il y'a quelques minutes, à savoir, la valkyrie écarlate qui semblait moins blessée, et la reine des elfes: Eloraell.

- Encore toi ? Tu sembles revigorée. Eloraell, ne me dis pas que...

- C'est exact, Seto. J'ai pansé les plaies de cette femme avec ma magie de soin, avant qu'elle ne perde connaissance.

- Tu plaisantes ? Tu guéris l'ennemi ? Tu oses faire l'inverse de ce que je t'ai ordonné ? On a pactisé ensemble, ne l'oublie pas !

Scylla voyait bien qu'Eloraell n'était pas dans son assiette face à Seto, et cela n'allait pas changer du jour au lendemain. Ainsi, elle décida de prendre la parole.

- Je suis de retour, et cette fois...

Les yeux à moitié fermés, elle fixa dangereusement ses deux ennemis masculins du moment.

- ... je vais vous punir, tous les deux.

- Hoho ? Nous deux ? Allons, ne sois pas ridicule, Scylla ! C'est parce que tu as été imbu de ta personne que tu as failli échouer. Alors efface ce regard enragé qui n'impressionne personne, sois raisonnable, et aide moi à éliminer ce garnement. Promis, si tu es sage, je ne me retournerais plus contre toi.

- Je me passerais de vos services, félon. Désormais, c'est aux côtés de quelqu'un d'autre que je vais nettoyer ce pays de sa gangrène.

- Et ce joker serait Eloraell ? J'ai horreur de me répéter, mais je vais le faire une dernière fois, exceptionnellement. Ne sois pas ridicule ! Qu'est ce qu'une elfe, qu'elle soit pétrie par le sang royal ou non, puisse faire au sein d'un rude champ de bataille ? Elle n'est ni une valkyrie, ni une Nirvit, et le plus important: Elle n'est pas un dragon blanc, qu'elle ait copulée ou non avec mon fils. Elle n'est qu'une pacifiste aux oreilles pointues. Qu'elle reste dans sa forêt qui lui tient tant à cœur, à parler aux animaux !

- Espèce de...

Comme si la discrimination dont venait faire preuve Murai avait réveillé Eloraell, elle fit apparaître un arc de lumière, qu'elle fit bander. Elle visa le visage de Murai, entre les trois yeux. Mais une main gantelée se plaça devant elle.

- Ne rentrez pas dans son jeu, reine elfique. Ne soyez pas comme cet ignoble individu, et restez digne de votre titre sacré !

- Pour une fois, je dois bien reconnaître que la valkyrie a raison. Enfin, reine Eloraell, quelles sont ces manières ? D'abord, vous cherchez à me prendre en otage, et ensuite, vous braquez votre arc vers ma direction ? Croyez-vous que cette attitude inconvenante serait respecté par votre peuple ?

- Taisez vous, et écoutez cette femme parler à un homme qui a sombré dans la démence par votre unique faute !

Eloraell fit deux ou trois pas pour se placer devant Scylla. Les mains sur la poitrine qui gonflait sous la respiration saccadée de cette dernière, elle fixa Seto avec un regard fier et sûr.

- Seto, mon amour...

- Hah...

Le dragon blanc laissa échapper un léger soupir, qui le libéra soudainement de sa folie. Il semblait surpris, étonné, presque apaisé, comme si le mot "amour" avait calmé quelque peu sa souffrance.

- Je sais que j'ai toujours échoué te concernant, et que je ne suis jamais parvenue à te soulager de ton passé traumatisant. Mais c'est en ce soir, alors que tu vas peut-être enfin trouver le salut avec cette histoire, que je te le demande une ultime fois. Oublie ta vengeance, et redeviens le fiancé doux et avenant que j'ai toujours aimé, du fond du cœur... Je t'en prie...

- Tu me demandes de tirer un trait à ma vengeance, alors que je suis à ça d'y parvenir ? Tu romps donc ce contrat qu'on a passé ensemble parce que cette valkyrie, qui ne connaît rien à notre histoire, te l'a demandé ? C'est ça ? N'as tu pas envie de revoir le visage de ta mère, comme convenu ?

- Notre mère, Seto. Et non, tout bien réfléchi, je refuse... Ce sera dur, long, et peut-être impossible pour moi que je puisse me débarrasser de cette tristesse qui m'accable. Mais le prix à payer est trop lourd pour que je puisse accepter ton offre. Pourquoi devrais-je être heureuse aux côtés d'une revenante, lorsque de nombreuses victimes, ce soir, auront perdu le droit de profiter de ceux qui leurs sont chers. Non, je ne suis pas égoïste. Je ne veux pas que ma mère revienne à la vie pour une histoire aussi... horrible, aussi inhumaine... Mais au fond, tu sais, Seto, je n'ai pas totalement perdu espoir te concernant. Quand tu es venu me voir, et que tu m'as proposé cette alliance temporaire, j'ai repensé à notre conversation toute la nuit. Au fond, je te hais pour ce que tu es devenu, et en même temps, une partie de moi est toujours éperdue de toi...

... quand j'y repense, quelques heures avant le drame, tu es venu mettre un terme à notre histoire. Au début, j'étais ensevelie par la colère. Je ne voulais plus te voir. Je ne pensais qu'au mal que tu m'avais fais. Mais en réalité, je me souviens que tu tremblais, non par la haine, mais par ta peine. Tu étais peiné de m'abandonner, je me trompe ?


- ...

- Ce soir, j'ai deux monstres sous les yeux. Deux créatures du diable qui semblent déterminés à s'entretuer. Un fils, et un père... Je n'ai pas de mots pour décrire à quel point je suis écœurée par ce que j'aperçois. Mais l'avantage de cette histoire, c'est que maintenant que j'ai le regard sur cet homme, fourbe et méprisable, qui n'est plus que l'ombre de lui-même, et qui ose insulter mon peuple en se moquant de moi, je me dis que... je me suis peut-être bien trompée sur le fin mot de cette histoire et sur le coupable. Alors Seto, si tu ne veux pas mettre un terme à ta vengeance, alors, au nom de ce que nous avons traversé main dans la main, dis moi au moins la vérité. Je veux l'entendre de ta bouche, Seto, que tu n'es pas celui qui as assassiné notre mère !

Eloraell tremblait d'impatience d'entendre Seto dire la vérité. Elle commençait à être persuadé que Murai était le coupable et voulait que Seto soit celui qui lui confirme tout. Pourtant, Seto parut bizarre. Il baissa la tête, avec ses mèches de cheveux qui cachait son regard, puis, feint un léger rire amusé.

- Au fond, on s'en fout, non ?

- Hein ?

- Tout était prémédité. Que nous nous séparons, que tu me haïsses, que le monde me haïsse, et que ce bain de sang ait lieu. Tout était écrit. Alors, tu vois, Eloraell, si tu veux mon opinion, je vais te la dire. C'est bel et bien moi, qui a creusé la tombe d'Ulyana !

- Non, arrête de dire ça...

- Et pourtant, c'est bien vrai. A partir du moment où j'ai choisi de me venger, je savais que cela allait finir ainsi ! Que j'allais emporter ma famille avec moi dans ma torpeur, et que j'allais devoir passer par cette guerre pour obtenir ce que je désire ! Alors, que ce soit moi qui ai buté Ulyana ou non, ne change rien au fait que c'était une certitude que les événements prennent une tournure aussi tragique. Donc considère que oui, je suis celui que tu dois blâmer si, aujourd'hui, t'as plus la possibilité de contempler le radieux petit sourire de ta mère ! Et tu sais quoi ? Je m'en cogne !

- Pauvre fou ! Dis lui, sans détour, ce qu'elle veut entendre ! C'est tout ce qu'elle désire ! Après, tu peux aller au diable si ça te chante ! Et ne me dis pas que tu avais anticipé à l'avance tous les aspects négatifs de ta connerie de vengeance, et que tu as tout accepté, du moment que ton père crève par tes soins ! Tu es malade !

- Je suis MORT, Scylla ! MORT ! Ce monde peut brûler, car ce n'est pas le mien ! Ce corps n'est pas le mien non plus ! Je ne devrais pas être ici ! Mais vu que le bon dieu a décidé que je pourrais à nouveau respirer l'air nocif de cette pute de Yokume, alors, ok ! Profitions-en pour régler le compte de celui qui m'a envoyé six pieds sous terre. Après, je peux reposer en paix à nouveau, c'est pas grave ! Mon âme sera apaisée !

- Seto...

- Mais après les révélations dignes d'intérêts que je viens d'entendre, j'ai une meilleure idée. Au lieu de retourner en enfer, j'ai un meilleur plan. Je peux essayer d'acquérir l'immortalité ! Et ce cadeau des dieux, je le trouverais sur le sol purifié du Nirvana !

- Inconscient ! Tu es juste doublement mort si tu décides de t'attaquer au Nirvana ! Surtout que le sol n'est pas aussi pur et respirable que tu ne le crois, là-bas ! Arrête de... haaa...

Scylla se tortilla de douleur. Sa plaie au bide était toujours ouverte, et son sang continuait de salir le tapis rouge au centre de la pièce.

- Scylla ! Je vous en prie ! Ne forcez pas ! Je n'ai pas eu le temps de totalement cicatriser vos blessures les plus profondes avec ma magie !

- C'est ça, vide toi de ton sang et ne t'en prends qu'à toi-même pour ce qui t'arrives ! T'aurais du continuer de te mêler de la vie de tes valkyries, au lieu de jouer à l'héroïne là où tu n'as rien à foutre !

- Bon, cette fois, j'en ai assez entendu !

Petit à petit, Eloraell s'approcha de Seto, les yeux rivés sur lui, sans le lâcher du regard. Scylla, qui tenait sa blessure d'une main, leva l'autre vers Eloraell, comme un signe pour la retenir. Mais elle continua de s'approcher d'un Seto qui commençait quelque peu à être désemparé.

- Eloraell ? N'... N'approche pas ! Tu m'entends ? Ne m'oblige pas à faire quelque chose que je pourrais regretter !

Seto avait, l'espace d'un instant, oublié Murai, en fixant Eloraell qui marchait vers lui. Pareil pour elle, qui avait oublié Scylla et le roi imposteur. Il n'y avait plus qu'eux deux, face à face, autour d'un monde qui arrêta de tourner, subitement. Malgré ses pas qui ne s'interrompaient pas, elle ne savait pas quoi faire une fois face à Seto. Le frapper, le gifler, l'étreindre de colère ou tendrement, ou même l'embrasser. Elle n'en avait aucune idée. Mais au final, son questionnement n'allait plus avoir la moindre importance. Une ombre noire colossale profita de l'absence de Seto pour le frapper violemment ! Seto fut projeté, encore une fois, au sol, et cette fois, son visage se craquela, en un multitude de miettes noirs qui trainèrent au sol. Il semblerait que Murai ait réussi à briser la carapace de sang noir de Seto au niveau du visage, et en plus, ce dernier semblait dans les vapes, étourdi, par la violence du coup de son paternel.

- SETO !

Eloraell souhaitait courir pour le rejoindre. Mais une main la retint par l'épaule droite.

- Il suffit, reine elfique. Je vous promets que, peu importe sa décision, Seto ne périra pas en ce soir. Je ne vous promets pas qu'il redeviendra celui que vous aimez, mais il sera en vie. Laissez-moi gérer le reste !

Scylla devait agir, et par conséquent, devait passer au plan B: le plus raisonnable. En effet, même si Seto se releva tout doucement, il était étourdi par le coup au visage causé par son père. Alors, c'était le moment que Scylla attendait, le moment où Seto serait hors d'état de nuire pour que Scylla, et une alliée de taille, puisse mettre un terme à ce combat, tout en écartant ce fou à lier de Murai. Elle ferma les yeux, comme pour se concentrer.

- Law, Iris, je ne sais si l'effet de nos gélules militaires vont durer encore longtemps, alors je vais être brève. Law, tu crées ta Room maintenant ! D'ici quelques secondes, je vais lancer un signal pour que tu téléportes Iris au sein de la salle du trône. Iris, écoute-moi bien. Seto est affaibli. Quand le signal sera lancé, je veux que tu l'attaques de toutes tes forces pour qu'il ne puisse plus se relever après ton attaque. Prépares une technique qui puisse être efficace pour mettre à terre un homme comme Seto, sans le tuer. N'oublie pas, je sais que cela peut-être tentant pour toi, mais ne l'élimine pas. Il sera notre pièce d'échange pour faire capituler Azelia.

Scylla observa la scène où Murai leva sa main ensevelie par de la lave en fusion, prêt à achever Seto, en profitant qu'il soit sonné.

- Puisque la vie n'a aucune importance pour toi, je vais réaliser ton souhait, et t'envoyer rejoindre les défunts.

- Law... Transfert dans trois, deux, un...

Et alors que Murai allait donner le coup de grâce à sa progéniture, il disparut en un éclair. Seto était tellement épuisé qu'il avait du mal à réaliser ce qui venait de se produire sous ses yeux.

- Vas-y ! Iris !

Ainsi, il était maintenant la proie de quelqu'un d'autre. Non d'un colosse blindé au sang noir, mais d'une silhouette féminine aux cheveux roses qui pouvait sonner familier dans l'esprit du dragon blanc, trop près de la silhouette pour esquiver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Ven 10 Nov - 14:41

Tandis que la zone extérieure était redevenue un endroit à peu près sûr, après l'extermination que venait d'effectuer la mercenaire, cette dernière était retournée s'asseoir dans un coin. Comme d'habitude, elle évitait de se mélanger avec les mortels, ou même ce Law. Elle n'avait rien à leur dire et voulait éviter tout échange actuellement, le dernier ayant été assez fructueux. Puis, de toute façon, elle n'avait rien à dire. Comparée à son groupe, elle, elle n'était ici que pour aider la valkyrie, en échange de son aide en retour. Elle n'avait donc aucune réelle raison de parler ou d'en savoir un peu plus sur tout ça, car dans peu de temps, elle sera très loin de tout ça. Même la cible principale qu'elle s'apprête à affronter, elle ne le connaît pas, et ne souhaite pas en savoir davantage. Elle se contente encore une fois de faire sa mission pour la valkyrie. Cependant, au fond d'elle, quelque chose avait changé. Elle n'avait pas prévu sa rencontre avec cette gamine, qui actuellement encore occupe toutes ses pensées. Et comme si cette rencontre avec cette dernière lui avait adouci son tempérament fuyant envers les mortels depuis toute petite, elle se surprenait à s'inquiéter du sort de cette Kula. Même si trop fier pour l'admettre, elle était loin d'avoir son nouveau petit groupe en horreur. Même si actuellement, c'était encore une fois, surtout cette jeune fille qui revenait sans cesse dans sa tête. Iris n'arrivait pas à s'empêcher de se revoir petite en pensant à l'avenir de cette gamine. Et l'apparence de cette dernière n'aidait pas non plus, étant donné que la coïncidence voulait que la ressemblance avec la mercenaire fût carrément dingue.

Mais autre chose lui traversait l'esprit depuis quelques minutes. C'était le fait qu'elle glande à ne rien faire ici. Elle ne comprenait pas pourquoi cette valkyrie avait voulu partir toute seule à la base. Le plus probable serait qu'elle n'a aucune confiance en la mercenaire, mais ses paroles et actions envers cette dernière réfutaient cette possibilité. Était-ce alors parce qu'elle sous-estimait son allié et se pensait bien plus forte que cette dernière ? Elle en doutait également, cette valkyrie n'était pas aussi prétentieuse ou stupide pour ne pas se rendre compte du niveau de la mercenaire. Il ne restait que la solution de danger. Peut-être que cette Scylla ne voulait pas impliquer davantage Iris, et régler ça toute seule si possible, afin d'éviter de mettre en danger ses alliés. Cependant, cette possibilité ne valait pas mieux que les autres en termes de réflexion. Il fallait être bien naïf pour penser pouvoir régler toute cette affaire toute seule. Iris avait pu observer ce Seto lors de leur rencontre, et si le combat avait au lieu, elle aurait certainement déjà dû envoyer absolument toute la sauce, voire de recourir à « ça » pour le tuer. Bref, toute seule, sa victoire était peu probable, et la valkyrie n'était pas d'un niveau supérieur à elle, de ce qu'a pu jauger la mercenaire. C'était donc de la prétention ou clairement de la naïveté, si cette valkyrie avait pensé pouvoir tout régler sans impliquer ses alliés. La mercenaire s'inquiétait soudainement presque de l'avenir de cette valkyrie, si vraiment elle pensait ce genre de choses.

Quoi qu'il en soit, actuellement ce qui est fait est fait, et la mercenaire continuait de glander. La bonne nouvelle dans tout cela était qu'au moins, elle avait déjà récupéré légèrement de sa précédente technique. C'était d'ailleurs un souci récurrent chez la mercenaire l'énergie. Plus elle vieillissait, plus elle en avait une réserve titanesque, mais ce n'était pas suffisant. Elle sentait depuis peu qu'une partie dépassant de loin ce qu'elle utilise actuellement lui était inaccessible. Comme si quelque chose était enfoui et bloqué dans un coin de son être. C'était une des raisons qui la poussait à dépasser ses limites depuis peu, mais également de presser son ambition de rejoindre Légendia. Elle savait qu'il n'y a que dans ce lieu qu'elle pourrait certainement découvrir les réponses à ses questions. Elle avait tellement de questionnements en tête qu'elle se demandait si elle allait un jour en avoir les réponses, d'ailleurs. Que ce soit sur elle-même, sa mère, sa famille, son pouvoir, Légendia, ou bien d'autres, elle était tiraillée par d'incessantes questions. Iris savait très bien qu'elle mettrait un temps fou pour trouver toutes ses réponses, si elle était seule sur Légendia. C'est une des raisons qui l'ont poussée à suivre cette Kira, puis actuellement cette valkyrie. Grâce à elle, la mercenaire pense pouvoir atteindre bien plus rapidement ses objectifs une fois là-bas.


* * *

Après un certain temps à glander, une voix s'éleva soudainement dans sa tête. C'était la valkyrie qui donnait enfin des nouvelles. La situation semblait pressante et cette dernière s'adressa de façon très brève à ses deux alliés. Pour l'un, il devait commencer à préparer sa « room », pour la mercenaire, elle devait dès qu'elle sera dans l'action, profiter de la faiblesse actuelle de ce Seto, pour lui infliger un violent assaut. La valkyrie précisa bien sûr que le dragon devait survivre, pensant sans doute qu'Iris pouvait éventuellement en profiter pour le tuer. Cette idée n'avait pas effleuré la mercenaire, qui allait se contenter d'obéir au plan initial, mais cette mise en garde de la valkyrie a presque fait l'effet inverse. En finir sur le coup pourrait éviter que la situation tourne au vinaigre par la suite, ou que quelque chose se passe mal. Déjà, de base, elle doutait que ce type soit coopératif une fois vaincu, ou que cette reine en est quelque chose à foutre de lui, mais elle avait besoin de cette valkyrie. Donc, en lui promettant de suivre son plan, elle ne pouvait la trahir, ce n'était pas son genre. Elle élimina donc l'utilisation de sa lame de façon meurtrière, une fois devant son ennemi affaibli. Cependant, la mercenaire avait bien des techniques disponibles même sans forcément trancher dans le vif. Elle réfléchissait donc rapidement à une stratégie, afin d'utiliser une technique qui correspondait bien à ce que demandait la valkyrie. Une seule technique lui vint en tête, et qui confirma sa stratégie par la suite. Maintenant que tout était prêt, la mercenaire s'était rapprochée de Law, à attendre le moment décisif. Pour être opérationnelle dès son arrivée, elle commença déjà à charger une sorte d'énergie dans sa main droite, qui formait vite une sphère d'un noir intense, parcouru par des éclairs rouges, marque de fabrique de l'énergie de la mercenaire.

Puis au bout de quelques secondes, l'ordre fut donné. Sans transition, la mercenaire était déjà sur les lieux, face à un adversaire effectivement gratuit. Sans perdre une seule seconde, elle lança sa technique. Dès son apparition, la mercenaire plaça sa main tendue, la sphère toujours active devant cette dernière, et à quelques centimètres de la poitrine de l'ennemi. Et finalement, d'un geste vif, elle fit exploser cette dernière en resserrant le poing. La sphère explosa à bout portant du dragon, ce qui allait probablement l'éjecter à plusieurs mètres. Bien que l'explosion était contrôlée, les fragments de cette dernière s'éparpillèrent dans une bonne partie de la salle. En effet, l'explosion avait plus pour objectif de provoquer une sorte d'effet de fragmentation. Bref, elle n'avait vraiment pas prêté attention aux alentours, donc elle espérait que personne ne soit touché, et que la valkyrie puisse se protéger des fragments. L'important était que ce dragon avait subi la technique et bouffé le plus gros de la fragmentation. Une fois ceci fait, elle recula légèrement, tout en restant en garde, puis observa rapidement la zone. Elle remarqua rapidement que la valkyrie avait déjà bien reçu, et qu'une elfe était également présente dans la salle. Iris ne s'inquiétait pas du sort de son ennemi, la technique qu'elle avait utilisée n'avait aucune chance de tuer un adversaire. Elle se contenta de rester en garde à présent, et attendre la suite, non sans une petite parole envers son allié.

- J'ai presque cru que tu n'allais jamais nous solliciter... Tu vas bien ?

La mercenaire avait lancé cela en observant la blessure de la valkyrie qu'elle tenait avec sa main. Comme elle s'en était doutée dans sa précédente réflexion, il était évident maintenant que la valkyrie avait tenté de régler cela toute seule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Dim 12 Nov - 1:13

Le plan fonctionna plutôt bien, puisque Seto n'eut même pas le temps de réaliser ce qui venait de se produire, qu'il fut impacté par une technique assez modérée. Il fut projeté plus loin, tandis que Scylla et Eloraell avaient pris soin de reculer de quelques mètres, pour éviter d'encaisser les fragments dégagés par la technique de la mercenaire.

Au lieu de continuer à attaquer Seto, Iris décida de vérifier l'état de sa partenaire. Celle-ci semblait avoir perdu espoir que la valkyrie fasse appel à elle, avant de demander si elle se sentait bien.


- Tu en doutais ? N'oublies pas que nous avons signé un accord. Mais ne t'en fais, il en faut davantage pour que je m'agenouille devant l'ennemi. Quelques complications ont ralenti la progression de mon plan...

- Et j'aies bien peur de faire partie de ces complications...

- Ce qui est fait est fait, votre altesse. Maintenant, à nous trois, cette purulence qu'est devenu votre époux ne nous échappera pas !

Seto se releva, l'armure brisée pour de bon cette fois. Néanmoins, le dragon blanc, légèrement blessé, parvint à garder les jambes bien accrochés sans trop broncher. Il fixa ce qui se tramait devant lui. Trois femmes, dont une qui n'était pas vraiment invitée. Il reconnut très vite Iris, dont il se moquait complètement. Ce qui, néanmoins, commençait à fâcher Seto, était que Murai avait disparu de son champ de vision. Le dragon blanc se remémora du plan initial d'Azelia, qui a probablement été modifié par les soins de la valkyrie. Il s'avança légèrement des trois femmes, un sourire enragé aux lèvres.

- Alors, c'était donc ça, ton plan depuis le début, immonde vipère ! Me séparer de mon père pour ensuite me piéger. Jusqu'au bout, tu as décidé de t'opposer à ma vengeance ! Tu n'as aucune idée, Scylla, à quel point ma colère peut être terrible...

- Abandonne, Seto ! Face à nous trois, tu n'es plus qu'une cause perdue.

- Azelia m'a prévenu que parmi ton groupe de minables, il y'a un certain pirate qui travaillait, jadis, pour elle, et qui avait la capacité rarissime de permuter la position des soldats sur un champ de bataille. Un avantage grandissant, que tu as osé employer face à moi. Crois moi, une fois que j'aurais remporté cette bataille, je m'arrangerais pour que ton petit joker connaisse la terreur...

- Je pense que tu te trompes encore une fois sur l'identité de mon "joker", Seto...

- Aaaah, c'est cette fille... Iris, c'est ça ?

Cette fois, c'est vers la mercenaire que le dragon posa le regard.

- Tu aurais du rester chez toi... Si tu as eu la possibilité de trouver un nouveau lieu pour dormir, il en va de soi... CREVE !

Seto chargea avec son épée à une vitesse folle. Eloraell n'était même pas en mesure de suivre des yeux le mouvement du dragon, qu'il était à quelques pas de la mercenaire. Mais elle n'eut pas besoin de se fatiguer de contrer, qu'une ombre écarlate se faufila entre les deux adversaires. Malgré la blessure profonde de la valkyrie, elle parvint à non seulement rejoindre Seto, mais en plus, à trouver une faille dans sa défense. Sa propre épée, enveloppée par une tranchante lumière, toucha Seto, dévêtu de son armure, grâce à Iris. Le coup parvint à créer une large coupure sur l'abdomen du dragon, qui s'écroula au sol, impuissant.

- Argh... Comment ? Sois... maudite... Scylla...

Seto semblait vaincu pour de bon. Elle souffla un bon coup, avant de s'approcher de l'homme au sol. Elle baissa sa lame pour que le bout tranchant soit juste au dessus de la pomme d'Adam du dragon.

- Vous deux... vous avez retenu vos coups face à moi. J'imagine... que vous voulez m'utiliser face à Azelia, pas vrai ?

- N'oublie pas que nous connaissons ton lien avec la succube. Si tu meurs, elle périra avec toi. Néanmoins, malgré que cette idée pourrait arranger tout le monde, ce n'est pas mon cas. J'ai besoin de ta reine. Elle possède certaines informations dont j'ai impérativement besoin.

- Hahaha... Tu ne vaux pas mieux que nous, Scylla. Tu serais prête à prolonger la souffrance d'Atrium, juste pour apprendre la vérité sur tes origines. Héhéhé, je ne te savais pas aussi égoïste. Passer ton intérêt avant celui du monde. Quelle cruelle philosophie...

- Détrompe-toi. Je pense qu'il est préférable que je n'élimine pas Azelia tout de suite. Car quelque chose me dit qu'Azelia n'est pas le seul cerveau de ce chaos. J'irais même jusqu'à dire, qu'elle est très loin d'être celle qui est chargée de tirer les ficelles de cette opération. Et donc, si je tue Azelia, je perdrais probablement l'unique chance que j'ai entre les doigts pour sauver Atrium.

- Je ne comprends pas ton raisonnement.. Mais ne rêve pas, tu n'obtiendras jamais rien d'Azelia... Jamais...

- Ce n'est pas à toi de le décider. Maintenant, nous allons faire de toi notre prisonnier. Tu vas faire un petit tour dehors, comme ça, tu auras le temps de méditer sur ton erreur, en observant la désolation que tu as parsemé sur ce territoire.

- Oh, vraiment... ?

Les sens de Scylla se réveillèrent, lorsqu'elle sentit une énergie furtive se diriger vers elle par derrière. Elle se retourna et frappa avec son épée un pic de glace suffisamment dense pour l'assommer si elle se l'était prise à l'arrière du crâne. Un autre bloc de glace avait également été envoyé en direction d'Iris. Scylla et Eloraell virent une nouvelle silhouette habillée en blanc et en mauve. La jeune femme avait une longue chevelure de la même couleur que la neige d'hiver, et semblait enjouée malgré que son maître était au sol, prisonnier des trois femmes qui luttaient contre sa révolution. Elle possédait un sceptre, probablement une mage du rang des dragons blancs.

Spoiler:
 

- Coucou ! Mon nom à moi, c'est Angel ! Commandante de la troisième division ! Et pourriez-vous avoir l'amabilité de laisser mon chef adoré tranquille, les pisseuses ?

A peine avait-elle fini sa phrase, que le sceptre d'Angel fut levé et brilla de mille feux. Toute la salle fut remplie par un brouillard glacial qui cachait la vue de Scylla et d'Eloraell. Si ce n'était que ça le problème, Scylla ou n'importe qui parmi le trio, pouvait retrouver la trace des deux dragons blancs rien qu'en concentrant son énergie. Sauf que pour couronner le tout, toute les présences énergétiques au sein de la salle étaient camouflés par la brume, comme si le brouillard avait enveloppé toute trace d'énergie, ou comme si elle n'avait fait plus qu'une avec cette énergie. Scylla chercha à dissiper ce brouillard gênant avec son Glyph, mais rien n'y fait, elle l'avait surutilisé depuis le début de la bataille. Au bout de quelques secondes, sans savoir si l'une de ses alliées étaient parvenues à faire disparaître la brume ou si c'était intentionnel, les yeux de Scylla pouvaient enfin revoir correctement. Et quelque chose d'assez déplaisant et imprévu pouvait être aperçu. Seto était à nouveau debout. Il avait la main posé sur le crâne d'Eloraell, qui était, comme manipulée, à genoux sur le sol, les yeux grands ouverts. Scylla pouvait voir une aura blanche parcourait les deux personnes, comme si le dragon pompait quelque chose au sein d'Eloraell. Et en regardant de plus près, Scylla pouvait apercevoir, situé quelque part entre la gorge et la poitrine d'Eloraell, une sorte de talisman raisonner, et qui était bien implanté dans la chaire de l'elfe.

- Alors... Notre serment... C'était pour...

- Tu es bien naïve, Eloraell. Ce talisman que j'ai scellé en toi me permet de puiser comme bon me semble au sein de ton énergie. Je vais me servir convenablement, et me refaire une santé. Tu vas me rendre l'état que j'avais au début de cette bataille. Et après cela, on va pouvoir bien gentiment tout reprendre à zéro. Quand à vous deux, Scylla, Iris. Un seul geste, un seul, et je lui arrache la tête. Est-ce que j'ai été clair ?

- Tu ne le feras jamais ! Tu es trop couard pour ça ! Et tu as encore besoin d'elle !

Pour Scylla, les possibilités que Seto aille jusqu'au bout de ses menaces étaient faibles. Il était encore blessé, donc si il éliminait Eloraell maintenant, cela serait courir à sa perte, face à Scylla et Iris. Ainsi, Scylla tenta un risque: Attaquer. C'était soit ça, soit attendre bien gentiment que Seto retrouve sa forme et écrase aisément les deux semi-légendiennes.

- Ouhla, m'auriez vous oublié, les amies ? La fête ne fait que commencer !

Sans que Scylla puisse agir, Angel débarqua de nulle part et éclaira son sceptre une seconde fois. Scylla et Iris tombèrent dans une sorte de large bassin, qui avait remplacé le sol de la salle du trône. Deux caractéristiques pouvaient être ajoutés à ce bassin. La pression était écrasante, grâce à la magie d'Angel. Et de deux, elle était glaciale. La mage dragonne continuait, de manière permanente à écraser les deux combattantes. Cette Angel était loin d'être une amatrice. Elle pouvait tuer ses proies de trois manières: Soit en les réduisant en purée grâce à la pression, soit par perte d'oxygène, soit en finissant en bloc de glace. Mais manque de bol pour elle, ses deux adversaires n'étant pas des amatrices non plus, cette technique n'allait rien faire de plus que ralentir les deux semi-légendiennes. Scylla, grâce à un excès de rage, parvint à lutter contre la pression de l'eau, en illuminant une ultime fois son Glyph, boostant ses capacités. Et pour s'assurer que tout aille pour le mieux, elle tendit avec détermination sa main vers Iris. La mercenaire gagna également un boost d'énergie. Après cette manœuvre, tout en forçant un minimum sur ses capacités physique, Scylla parvint à sortir du bassin. Elle fit un large bond pour rejoindre la partie de la salle qui n'était pas exposée par la technique de la commandante et s'apprêta à pourfendre Angel.

- Toi ! Casse-toi !

Sauf qu'encore une fois, elle échoua dans sa démarche. Une sphère de lumière la toucha en plein vol, provenant de la main de celui qu'elle redoutait. Seto était parfaitement rétabli, comme si il avait abusé à grande vitesse des ressources de la reine des elfes, avachie devant lui, à quatre pattes. Le bassin disparut, et Angel se place côte à côte avec son maître. Ce dernier fermait et ouvrait continuellement la main, comme pour tester si ses réflexes étaient revenus.

- Héhéhé, excellent ! On va pouvoir bien s'amuser...

L'air satisfait, Seto fixa les deux femmes, mais ne se mit pas en garde.

- Par ta faute, Scylla, j'ai d'autres priorités désormais. Je n'ai plus le temps de jouer avec vous. Vous m'excuserez, mais il va falloir que je vous laisse. Il est hors de question que je laisse s'enfuir ce misérable imposteur. Tout sera décidé en cette soirée, et nulle autre ! Mais ne bougez pas, je vais revenir, et on pourra enfin reprendre là où on s'est arrêté au pays lunaire.

- Non ! Pas encore !

Scylla vit Angel lever encore une fois son sceptre. Tant qu'elle était aux côtés de Seto, elle était intouchable. La brume réapparut pour la seconde fois, et mit une trentaine de secondes avant de disparaître. Trente secondes où les trois alliées ne pouvaient ni voir, ni entendre, ni ressentir l'ennemi, comme si ils avaient fusionné avec la brume. Et une fois dissipé, ils avaient disparu. Irritée, Scylla ne put s'empêcher de frapper du poing contre le mur le plus proche.

- C'est pas vrai ! Comment aies-je pu le laisser s'enfuir ?

Eloraell se releva. Elle possédait visiblement encore quelques ressources.

- Je crois que... j'ai ma part de responsabilités pour ce qui vient d'arriver. Acceptez mes plus humbles excuses.

- Les excuses, ce sera pour plus tard. On doit le retrouver et... haaa...

- Vous n'irez nulle part avec cette blessure. Vous ne ferez que courir à votre perte ! Laissez moi me faire pardonner en soignant entièrement votre blessure. Je pense savoir où Seto se dirige actuellement, et si il s'avère que j'aies correct, il restera immobile pendant plusieurs minutes. Nous précipiter ne servira strictement à rien.

- Oui, vous avez raison. Prenons le temps de souffler un peu...

La valkyrie s'adossa contre le mur, et se laissa glisser vers le sol. Epuisée, elle laissa la reine des elfes prendre soin de sa blessure, en déposant une douce parcelle d'énergie qui cicatrisait lentement sa plaie.

- Je remarque que vous avez une formidable alliée. Elle semble forte et courageuse. Dites-moi, Scylla, pourquoi n'êtes vous pas venus ensemble, à l'intérieur du château ?

- Le but de mon stratagème était, en premier lieu, d'écarter Murai de son fils. Aussi forte soit-elle, il aurait été risqué de combattre complètement ces deux timbrés, même à deux. Mais bon, qu'est ce que cela importe ? Tout s'est soldé par un échec...

- Etes-vous certaine que c'est la seule raison ? Détendez-vous, et ouvrez vous à nous. Au moins, si vous périssez, vous partirez l'esprit léger. Pourquoi n'admettez vous pas la réelle raison qui vous pousse à partir au front, seule, sans arrêt ?

- Haaa... Effectivement, je ne suis pas douée pour trouver des excuses cohérentes. Je ne fais que me perdre. Bon, autant ouvrir mon esprit pendant que vous refermerez ma plaie.

Scylla souffla un coup pour se détendre. Elle savait qu'elle allait encore être jugée pour ce qu'elle s'apprêtait à raconter, mais elle s'en fichait finalement.

- Ma mère et ma sœur... Un soir, par mon unique faute, elles se sont entretuées devant moi. L'une avait perdue l'esprit à cause de moi, et l'autre avait cherché à me défendre. Enfin, j'imagine que c'était pour me protéger. Je me le demande encore... Mais rien ne change au fait que j'étais impuissante face à un conflit qui me dépassait et dont j'étais l'élément déclencheur. Ce combat entre les deux femmes que je chéris le plus a terminé tragiquement. L'une a été gravement blessé, et depuis, semble n'être plus elle-même, et l'autre est plongée dans un profond état comatique et n'est toujours pas revenue parmi nous. Cette bataille, dont j'ai pourtant été que simple spectatrice, est resté gravé dans ma mémoire, et refuse de s'effacer...

... et pour couronner le tout, à chaque fois que j'ai mené bataille et que des hommes ou des femmes m'ont suivi, de nombreuses morts m'accompagnaient dans mon périple. Alors, à force de me sentir trop faible pour soutenir ceux qui m'aimaient, j'ai fini par me rappeler, que mes principales réussites guerrières et chevalières étaient, jadis, lorsque je ne comptais que sur ma propre force, sur mon propre talent. Je ne souffrais pas de la peur de voir mes alliés disparaître. Souffrir de la disparition de mes proches est devenue une phobie et plus jamais, je me suis jurée, que j'assisterais à cette débandade entre ma mère et ma sœur. Au moins, seule, aucun doute, aucune peur ne m'envahit. A plusieurs, la sensation d'être une malédiction pour mes proches prend automatiquement le dessus. Pourtant, je respecte trop mes alliés pour refuser leur soutien. Law et Kula souhaitaient absolument mettre à l'œuvre leur talent pour mon avenir. Et malgré cela, je me contente de marcher devant...

... de plus, j'admets qu'une certaine fierté m'envahit depuis que je connais l'identité de mes parents. Etant la fille de grands seigneurs qui ont été profondément respectés par leurs peuples respectifs, et qui incarnent la perfection, je souhaite rendre hommage à mon nom et à l'honneur qu'ils ont transmis rien que par leurs actions. Voilà pourquoi... J'ai vu cette guerre contre l'armée lunaire, comme une opportunité pour m'élever, me tester, et voir ce dont je suis capable. Car, après tout, si je ne suis pas en mesure de mettre en échec Seto et Azelia, en quoi pourrais-je me rendre utile pour les valkyries qui représente l'élite de la création ? Je ne pourrais participer aux batailles qui cherchent à défaire des menaces bien plus importantes qu'Azelia, actuellement.


- Attendez, il existe une menace qui est plus grave qu'Azelia ?

- La création est vaste, même pour moi. Mais ne vous préoccupez pas de cela. Il appartient à Legendia de gérer les crises les plus déterminantes pour l'avenir. Ici, défaire Azelia sera déjà un grand pas en avant. Quand à toi, Iris...

Elle fixa ensuite Iris droit dans les yeux, malgré qu'elle était assise contre le mur.

- ... Je n'ai pas été parfaitement honnête avec toi. La réelle raison qui m'a poussé à te demander de m'accompagner ici, était pour que je puisse t'observer, voir qui tu es, prendre le temps d'apprendre à te connaître, et même, comparer mes capacités avec les tiennes. Cette alliance n'est qu'un prétexte, plutôt qu'une demande d'aide supplémentaire. Tu m'intrigues, Iris. Jamais je n'ai vu, jusqu'à présent, une personne qui me soit aussi similaire, telle que j'étais par le passé. Et je ne puis être insensible ou indifférente à ton projet. Tu cherches à te connaître autant que moi. Voilà pourquoi, mon souhait de te soutenir était instantané. Au fond, je n'ai pas besoin de remerciements de ta part, ou que tu repayes ta dette envers moi si je me suis réellement montré utile pour ton objectif. Même si je ne doute pas que tu es aussi forte que moi, voire peut-être supérieure, je ne te connais pas encore suffisamment bien pour t'obliger à te risquer pour moi. Voilà pourquoi j'ai réfléchi à une stratégie pour minimiser ma sollicitude envers toi, tout comme Law et Kula. Et voilà le résultat, héhé...

Scylla fixa sa plaie qui commençait à se refermer grâce à Eloraell. Mais il lui fallut encore quelques minutes pour que la douleur s'estompe. Eloraell fronça des sourcils devant le récit de Scylla. Elle semblait avoir son mot à dire.

- Je m'interroge, Scylla. Mais si vous avez peur de blesser vos alliés, croyez-vous que c'est en prenant, à bras le corps, le plus gros de la bataille à leurs places, que vous empêcherez qu'ils s'en aillent perdants ? Pensez-vous que cela puisse faire plaisir à vos alliés que vous ne comptez pas entièrement sur eux ? Au contraire, si vous souhaitez affronter votre phobie de voir davantage de proches tomber sous le désastre qu'a connu votre famille, alors, faites leur confiance. C'est en combattant ensemble, que vous verrez que vous pouvez gagner humainement et mentalement. Non en vous isolant pour éviter d'avoir peur.

- Votre majesté...

- Vous semblez posséder une fierté inébranlable de la chevalière. Mais aujourd'hui, vous n'êtes plus une simple fonction de servante qui sacrifie sa vie, l'épée à la main. Vous êtes une princesse. Un jour, il vous faudra régner sur un peuple. Et même si je dirige les elfes que depuis quelques temps, j'ai pris le temps d'apprendre ceci: Ce n'est pas en protégeant et en se sacrifiant pour son peuple qu'on est reconnu et que notre nom est inscrit dans la légende, mais en acceptant la valeur de son peuple, et en réunissant sous la même bannière ceux qui partagent votre volonté. Acceptez l'aide de vos alliés, Scylla...

- Je vois... De telles paroles provenant d'une mortelle... Je pense que je peux encore apprendre beaucoup de choses des habitants de ce monde.

- Vous m'avez réveillée alors que j'étais prise sous le doute. Je vous devais bien cela, hihi...

Un léger silence mit fin à la conversation. Scylla était bientôt prête à repartir sur le front. Mais cette fois, elle refusait d'y aller seule.

- La prétendante au titre de reine d'Atrium que je suis vous le demande humblement. Eloraell, Iris... J'ai besoin de vous désormais, plus que jamais... Pour vaincre l'ennemi le plus difficile que j'ai affronté jusqu'à présent.

- Bien, repartons sur de bonnes bases. On peut encore empêcher que la situation empire. Le temps que j'ai pactisé avec Seto, j'ai pu m'informer sur son réel objectif. Il compte profiter de cette guerre pour retrouver une femme, prisonnière du roi.

- Une prisonnière ? Qu'est ce qu'elle a de particulier ?

- Je l'ignore. Seto me parlait d'elle, comme si elle représentait un besoin nécessaire pour lui. Pour se... compléter, apparemment.

- Je sais... Je pense avoir compris. Il veut invoquer ce dragon blanc sacré que l'on nomme: "L'ultime dragon blanc aux yeux bleus".

- L'ultime... dragon ?

- Pas le temps d'expliquer dans les détails. Vous risquez de voir le monstre à l'œuvre si l'on ne se presse pas. Et la situation sera catastrophique. Eloraell, où pensez-vous que Seto puisse trouver cette femme ?

- Je n'en sais rien... Je ne sais pas. J'ai été mise de côté lorsque Seto établissait les points privés de la stratégie.

- Ma sœur !

Eloraell retourna la tête en direction de l'entrée de la salle du trône, pour voir Feriel se tenir l'épaule.

- Mon dieu ! Feriel ! Tu es blessée ?

- Rien de trop méchant ! Une femme aux cheveux blancs nous est passé à travers comme si le temps pressait pour elle. Elle a mis à terre la plupart de nos hommes... Mais il y'a plus important. Nos vigies ont vu, depuis la cour centrale, cette femme aux côtés de Seto, se diriger vers le donjon, situé au point le plus élevé du château !

- Très bien, merci Feriel ! Iris, peux-tu te diriger vers le donjon du château, voir ce que Seto manigance ? Ne t'en fais pas, bientôt, je serais entièrement en possession de mes moyens. Donne moi quelques minutes, et je te rejoint. Et cette fois... On va le combattre, côte à côte !

C'est non sans un sourire amical, que Scylla laissa Iris retrouver Seto, espérant qu'elle puisse faire son maximum pour que Seto n'aille pas plus loin dans son projet complètement fou.

***

Pendant ce temps, sur la chemise du donjon du château, le vent brisait le calme qui venait de s'installer depuis peu dans l'enceinte du palais. Seto, contemplait les étoiles qui survolaient les nuages de fumées qui étaient disséminés, ça et là. Plutôt satisfait, il tenait par les cheveux le corps d'une femme, âgée d'au moins la quarantaine.

- Alors, c'est elle, la sœur de ta cible ?

- Ouais, une membre de la famille Guan. Elle possède le dernier fragment pour que je sois en pleine possession de mon pouvoir.

- Tu as l'air de l'avoir malmené, hihi. La pauvre... Elle dort profondément. Elle va vivre un véritable cauchemar après son réveil. Elle ne verra que chaos et destruction.

- Non, j'ai le mérite de ne pas être cruel envers ceux qui me permettent d'évoluer, que ce soit volontaire ou non. Je l'ai endormi avec un simple et banal envoûtement. Histoire aussi de ne pas l'entendre couiner. Oh bien sur, j'ai pris soin de lui raconter que sa fille est morte, hahaha. Bref, elle peut dormir en paix. Après cela, je vais la balancer du haut de ce rempart.

- On a de la compagnie. Diante, elle en a mis du temps.

Seto pouvait voir la mercenaire, alliée de Scylla, avoir retrouvé le dragon blanc et sa commandante. Devant cette ennemie, Seto relâcha la chevelure de sa victime, pour qu'elle s'écroule au sol, sans vie.

- Iris Testarossa... Bienvenue ! Il n'y a rien de plus déprimant que de monter un spectacle sans spectateur. Tu arrives pile au bon moment. Dis-moi, ne me dis pas que ta rancune est si tenace que tu es venue me faire payer cette petite et inutile altercation au pays lunaire ?

Seto laissa échapper un discret petit rire tout en haussant les épaules.

- Remarque, pas la peine de justifier ta présence ici. Car je m'en fiche. On va supposer que Scylla savait d'avance qu'elle était trop pathétique pour m'affronter seule, alors elle a demandé de l'aide à la première venue. Sans toi, elle serait déjà morte, j'imagine.

- Si je puis me permettre, Seto, tu as eu de la chance que je sois intervenue il y'a quelques minutes.

- Inutile de ressasser le passé. On va mettre fin à cet assaut comme il se doit, tel un pur dragon blanc.

- Puis-je jouer avec elle ?

- Non, idiote ! Le jeu en deviendrait très rapidement mortel. Tu ne fais pas le poids face à elle. Je vais m'en occuper personnellement. Quand je pense que je souhaitais que soit Murai, soit Scylla puissent observer en premier ce que je m'apprête à achever... Tant pis, on ne peut pas tout avoir. Un tribut à ne pas déplorer, car toi, en revanche, tu n'auras plus rien lorsque l'aube apparaîtra !

Une vive lumière aveuglante reliait le corps de cette femme couchée au sol et le chef des dragons blancs. Très vite, une sorte de losange blanc scella Seto avec le corps de la femme. Par la suite, deux dragons blancs aux yeux bleus furent invoqués, pour protéger le losange.

- Toi, ton regard me fait frissonner ! Tu es effrayante, tu le sais ça ? Et tout ce qui me fout les jetons, je L'EXTERMINE !

Angel se métamorphosa à son tour, et devint elle même un dragon qui semblait coriace et féroce. Il était nettement plus grand que le dragon d'Eltia, ou même tous les dragons qu'Iris avait occis précédemment.

Spoiler:
 

Le dragon ouvrit la gueule, et recracha une sphère noire, qui avait un pouvoir de type gravité. La sphère restait en l'air, au même endroit, et attirait tout ce qui se situait autour, jusqu'à la moindre dalle de pierre qui constituait le mur du donjon situé à la gauche du dragon. Même le sol sous les pieds d'Iris fut aspiré, en même temps que la mercenaire elle-même. En même temps, les deux dragons de Seto effectuèrent un cercle ensemble en tournant en rond pendant qu'ils volaient, avec la sphère d'Angel comme unique centre. Plus les dragons accéléraient, plus une force magnétique se créa à l'intérieur de ce cercle sous le contrôle des trois dragons. Une tornade foudroyante apparut là où Iris était aspiré. Soit elle allait mourir foudroyé, soit écrasée par les morceaux de pierre qui allaient s'accumuler autour de la sphère si elle ne faisait rien pour empêcher cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Dim 19 Nov - 14:44

Tandis que la mercenaire venait d'arriver sur les lieux, et s'assura de la santé de sa partenaire, cette dernière se voulait rassurante dans sa réponse. Rapidement, le dragon blanc se releva et commença à s'adresser à Scylla. Après un court échange, l'ennemi commençait à comprendre la situation, mais ce fut la valkyrie, qui lui fit comprendre que le joker en question n'était pas ce pirate. Suite à cela, le dragon blanc semblait se souvenir du nom de la mercenaire, au grand étonnement de cette dernière. De son côté sans cette Scylla, elle se souviendrait même plus du nom de ce type. Elle ignora complètement sa réflexion sur le fait qu'il avait détruit son ancienne demeure, préférant rester en garde et silencieuse. Et l'ennemi ne perdit pas de temps pour lancer un assaut. La mercenaire devait avouer qu'il était rapide, mais foncer comme cela était totalement suicidaire, et elle s'apprêtait à contrer sans souci. Sauf, que ce n'était pas utile. La valkyrie intervint, ayant évidemment elle aussi réussi à suivre des yeux les mouvements de ce dragon blanc. Ce dernier se fit contrer, et envoyer au sol pour de bon, cette fois. Scylla relâcha sa garde et s'approcha de ce dernier, afin de s'entretenir avec. Iris de son côté restait prête et sur ses gardes, afin de couvrir d'éventuelles surprises. Une surprise qui n'allait pas se faire attendre, lorsque la mercenaire dévia un projectile de glace. Elle repéra très vite qui était responsable de cela. Il s'agissait d'une jeune femme, qui se présenta comme étant une commandante du clan dragon blanc. Décidément, Iris se disait que c'était une manie de s'énoncer chez eux. Mais pas le temps d'intervenir, qu'un épais brouillard envahissait la salle. En plus de réduire la visibilité, il semblait couvrir les traces énergiques. La mercenaire avait bien une solution pour déblayer ce brouillard, mais c'était trop dangereux. Elle risquerait de toucher Scylla, ainsi que cette Elfe. Mais qu'importe, au bout d'un moment le brouillard se dissipa, et l'on pouvait enfin voir convenablement. Cela fut l'occasion de pouvoir observer quelque chose de plutôt embêtant. Le dragon blanc semblait de nouveau debout, la main poser sur le crâne de cette femme elfique. Il ne fallut pas longtemps à Iris pour comprendre que cette dernière n'était pas dans son état normal, et que ce fourbe de dragon blanc a dû faire quelque chose. Peut-être était-ce lié à ce talisman qui résonnait, implanté dans la chaire de la pauvre elfe. Suite à cela, il lança une mise en garde, qui condamnerait l'elfe, si une intervention était lancée. Malheureusement pour ce dragon, Iris n'en avait rien à faire de cette femme, et commença à prendre appui, afin d'aller découper cette dernière, avant qu'elle le soigne complètement.

Soudainement, le sol semblait s'être transformé, tandis que la mercenaire s'apprêtait à charger. D'ailleurs, elle nota que sa partenaire avait visiblement eu la même intention. Iris comprit rapidement que c'était la magicienne qui venait de passer à l'action. Elle pesta en elle-même, pour avoir fait l'erreur d'oublier sa présence, trop concentrée sur l'elfe et le dragon blanc. Mais le temps n'était pas aux regrets, car une pression énorme, ainsi qu'un froid glacial étaient présents au sein de ce piège. C'était une technique intéressante, voire certainement mortelle, mais le froid n'était pas un si gros souci pour Iris, et la pression n'était pas assez forte pour tuer également la mercenaire. Les températures que pouvait subir la mercenaire allaient bien au-delà de la normale, certainement due à son côté légendienne. Elle pensa que c'était également le cas de la valkyrie, par ailleurs, pour qui elle ne s'inquiétait pas plus que cela. Le véritable souci à présent, c'était quand même de sortir d'ici. Car, bien que ce n'était d'aucun danger immédiat, cela était suffisant pour retenir les deux légendiennes. Iris décida d'activer une sorte de bouclier, qui semblait agir comme un second épiderme. Sa peau était recouverte d'une énergie résonnante, et d'une couleur caractérisant la magie de la mercenaire. Grâce à cela, elle pouvait à présent sortir sans soucis du bassin. Mais avant cela, elle reçut un soutien soudain de la valkyrie, qui venait visiblement de lui augmenter agréablement son intensité d'énergie. C'était une occasion pour économiser ses forces, et donc la mercenaire désactiva son bouclier, et sortit du bassin uniquement grâce à sa vitesse.

Maintenant libre, il était temps de riposter. Mais tandis que la mercenaire était occupée à préparer une attaque à distance, afin de lui faire payer son arrogance, Scylla, elle, fonçait déjà sur cette dernière. C'était risqué de foncer sur cette femme usant de tour de passe-passe, mais ce ne fut même pas cette dernière qui contra, mais le dragon blanc, qui venait d'envoyer la valkyrie sur les roses. Iris cessa de préparer sa technique, à présent c'était inutile, l'ennemi était préparé. Rapidement, ce Seto prit la parole, visiblement satisfait, mais ne semblait pas prêt à passer à l'offensive. Au lieu de cela, il annonça sa fuite provisoire. C'était hors de question pour la mercenaire, que ce dernier s'en va, et la valkyrie semblait également de cet avis. Malheureusement, la magicienne leva de nouveau son sceptre, et la brume couvrait de nouveau la zone. Cette fois, Iris en avait assez, et était tentée de balayer tout cela instantanément, mais elle se retint. C'était inutile, après réflexion. Même si elle se débarrassait du brouillard, l'ennemi avait probablement déjà fui, étant donné que c'était son intention. Et une fois le brouillard dissipé l'ennemi avait bel et bien filé.

Suite à cela, l'elfe proposa à Scylla de faire une pause, avant de repartir à la poursuite du dragon blanc. Cela n'était pas une mauvaise idée en soi, étant encore sous l'effet de sa blessure. La soigner, et en profiter pour se reposer ne pouvait pas faire de mal. Iris était en pleine forme de son côté, mais n'était pas spécialement pressée, donc elle n'en voyait pas d'inconvénient. Au contraire, si cela permettait d'avoir son alliée du moment en forme pour la suite, autant en profiter. Bref, tandis que l'elfe soignait la valkyrie, la mercenaire se posa tranquillement sur une surface. Elle était cependant assez éloignée des deux femmes. Ce n'était pas un éloignement drastique, mais plus une mise en retrait volontaire. Elle se sentait encore bien trop différente et pas à sa place, encore une fois, même avec une prétendue valkyrie. Elle écoutait cependant l'échange qui commença entre la valkyrie et l'elfe. Le début était une question assez pertinente de l'elfe au sujet du : pourquoi avoir été au front en solitaire ? La première réponse donnée sonnait tellement faux, qu'Iris ne fut pas la seule à le remarquer, vu que l'elfe le fit remarquer à Scylla. Par la suite, elle se décida finalement à s'ouvrir pour de vrai. Elle débuta par un récit qui racontait que sa mère et sa sœur se sont entre-tuées un jour, visiblement avec la valkyrie comme base du conflit. Suite à cela, elle se sentait impuissante et s'en voulait également pour les morts qu'elle avait subies à chaque bataille. Du coup, elle expliqua qu'à présent, elle préférait agir toute seule, afin de garantir sa concentration et de ne plus avoir de doutes. Sur ce point, la mercenaire ne pouvait pas réellement comprendre la valkyrie, car elle n'a jamais eu de véritables alliés, et le peu qui se sont alliés avec elle par le passé, elle s'en foutait royalement. Comme depuis toujours, elle se fiche éperdument des personnes qui meurent autour d'elle, tellement elle déteste cet endroit. Peut-être qu'un jour, elle aura la chance elle aussi de rencontrer sa mère, et de ressentir une inquiétude pour une personne, mais en attendant, elle ne connaissait pas la compassion. Même si elle a de la sympathie pour son petit groupe actuel, si c'est la seule à survivre aujourd'hui, ça ne va pas l'empêcher de dormir bien longtemps. Néanmoins, peut-être que ce qu'elle ressentait pour cette gamine était ce dont parle cette Scylla, au fond. Elle n'en savait encore rien, mais c'était clairement la seule chose qui « inquiétait » la mercenaire, actuellement.

Finalement, elle conclut en avouant qu'elle fait également preuve de fierté, depuis qu'elle connaît ses parents et leurs faits d'armes. Elle veut visiblement leur faire honneur dans ses actions et comportement, voyant cette guerre comme une aubaine pour s'élever. Elle estime que si elle n'était pas capable de vaincre ses ennemis ici, elle ne serait jamais digne d'affronter des problèmes bien plus dangereux de la « création ». Iris comprit très vite que la valkyrie parlait de Légendia, mais ne se doutait pas que cette dernière avait déjà des petites idées sur les menaces qui couraient au-delà d'Atrium. D'un seul coup, cette Scylla était devenue bien plus intéressante pour la mercenaire, qui revoyait soudainement son plan, à son sujet. Cette dernière allait finalement s'avérer peut-être bien plus utile, une fois sur Légendia, que ce que la mercenaire avait prévu. Bien sûr, cette elfe semblait étonnée d'entendre qu'il existe bien plus dangereux que cette Azelia, mais rien d'étonnant à cela. Quoi qu'il en soit, par la suite, c'est directement à la mercenaire, que la valkyrie s'adressa. Elle révéla les véritables raisons qui l'ont poussée à faire appel à son alliée. Elle semblait s'identifier à cette dernière pour commencer, et avait pour ambition de comparer ses propres capacités. Pour le deuxième point, Iris était dans le même état d'esprit d'observation. Puis, elle expliqua que l'ambition de la mercenaire la touchait, et que c'était une raison suffisante pour l'aider à l'atteindre. Enfin, elle conclut son discours en expliquant que laisser en arrière son alliée était surtout dû au fait qu'elle ne voulait pas que sa partenaire se risque pour cette dernière, aussi forte soit-elle.

Iris commençait à comprendre avec ces paroles, ce qu'expliquait Scylla précédemment. Tandis que la mercenaire ne voyait la valkyrie que comme un outil utilisable depuis le début, c'était totalement l'inverse pour cette dernière. Elle s'inquiétait pour son alliée, alors qu'elle ne la connaît presque pas. Cette Scylla avait de la compassion pour la mercenaire, tandis qu'elle, de son côté, ne ressentait absolument rien. Cela lui fit comme un électrochoc, qu'elle n'expliquait pas. Peut-être était-ce parce que c'était la première fois que quelqu'un s'inquiétait pour elle ? Quoi qu'il en soit, elle se sentait étrange, soudainement. Entre cette valkyrie et cette gamine, la mercenaire était assez décontenancée depuis le début de cette bataille. Ces deux personnes avaient un impact sur la mercenaire, qu'elle n'aurait jamais pensé possible. Elle qui pensait que la solitude et l'isolement étaient une solution pour ne pas souffrir, elle était en train de se demander si en faisant cela, elle ne se privait pas de cette chose agréable qu'elle commençait à ressentir, et qui lui avait donné chaud au cœur, comme avec la gamine. Elle n'avait pas assez de souvenirs de sa mère, pour se rappeler avoir un jour ressenti cette chaleur. Mais au fond, peut-être que c'est le départ de cette mère, qui lui a causé ce blocage affectif total, et que son destin ne l'a pas arrangé par la suite. Son jugement sur les mortels n'allait certainement pas être remis en question, mais devait-elle forcément condamner la globalité ? Ce Law, cette Kula, ou encore cette gamine étaient à l'opposé de ceux qu'elle détestait. Pourtant, elle a agi exactement comme avec ses ennemis, sans aucune distinction, surtout en ce qui concerne ce Law. Peut-être qu'il serait temps qu'elle laisse une chance à ceux qui veulent s'approcher d'elle, se disait la mercenaire. Au moins ses alliés, pour commencer, car la mercenaire avait assez d'expériences néfastes pour continuer à détester les mortels.

Pendant que la mercenaire était perdue dans ses pensées, en train de retourner dans tous les sens ses soucis, la discussion semblait avoir pris fin, après un discours de l'elfe, destiné à la valkyrie. Puis, Scylla reprit la parole, en demandant humblement cette fois, l'aide de ses alliés, afin de vaincre ensemble son ennemi. Tout semblait rôder à présent, et dans de bien meilleures conditions, et la position du dragon était plus un secret, grâce à la sœur de l'elfe. Maintenant que tout était en place, la valkyrie demanda à Iris de partir en première, afin qu'elle puisse en attendant cette dernière, empêcher ce dragon d'atteindre son objectif. C'est donc ainsi que la mercenaire bougea finalement, et s'apprêtait à se mettre en route. Avant cela, elle décida tout de même de s'adresser à sa partenaire.

- Merci, Scylla...

Iris ne trouvait pas vraiment d'autres paroles à dire, c'était la seule chose qu'elle voulait exprimer à la valkyrie. Que cette dernière comprenne, ou pas, pourquoi ce remerciement soudain, ne dérangeait pas la mercenaire. Elle estimait que pour l'instant, c'était suffisant et que ça valait tous les mots. Et que la valkyrie devrait bien comprendre finalement, ce qu'a voulu dire la mercenaire. Et c'est donc avant de partir pour de bon qu'elle lui rendit son sourire, en lançant de nouveau quelques paroles à son égard.

- Quand tout sera fini... j'espère qu'on pourra échanger de nouveau... Scylla.


* * *

Finalement, après un rapide trajet, Iris était à l'endroit indiqué par cette Feriel. Comme prévu, le dragon blanc et cette enquiquineuse de magicienne étaient présents. Rapidement, la mercenaire remarqua une fille visiblement sans vie, au sol, que le dragon venait de relâcher. Il s'agissait probablement de cette femme prisonnière du roi, dont parlait cette elfe. Bref, le dragon ne perdit pas de temps pour s'adresser à Iris, qu'elle trouvait toujours aussi barbant chaque fois qu'il ouvrait la bouche. Elle se contenta de ne rien répondre, c'était de toute façon de simples provocations, et libre à lui de penser que la valkyrie était pathétique. Puis, c'était au tour de la magicienne, d'intervenir. Visiblement, elle était tellement confiante qu'elle pensait réellement « jouer » avec la mercenaire. Heureusement pour cette dernière, ce dragon blanc, aussi agaçant qu'il puisse être, semblait avoir la tête sur les épaules, en ne sous-estimant pas son adversaire. Cependant, Iris continuait de rester silencieuse, tandis que l'ultime menace du chef des dragons blancs venait de retentir. Suite à cela, une lumière, suivie d'une sorte de losange, enveloppait totalement le dragon, et sa victime, tandis que dans le même temps, deux dragons furent invoqués. Bien que la situation devenait préoccupante, c'était au tour de la magicienne, de se transformer à son tour, en dragon. Non sans avoir annoncé avant, son intention d'exterminer la mercenaire, qui l'effrayait, visiblement. Bref, même si la mercenaire ne le montrait pas, la situation devenait quelque peu complexe.

- Je commence à en avoir marre des dragons. Après cette nuit, je ne veux plus jamais en voir un seul...

Après cette pensée de la mercenaire, face à la situation, la suite s'enchaîna rapidement. La magicienne transformée recracha pour commencer une sphère noire, qui semblait provoquer un effet gravitationnel assez dérangeant. La gravité commença d'ailleurs à tout aspirer, sans trier, ce qui se trouvait dans les alentours. Enfin, dans le même temps, les deux dragons blancs commencèrent à effectuer des rotations autour de la sphère, ce qui à terme, commençait à façonner une tornade foudroyante au centre. Il ne restait que peu de temps désormais à la mercenaire pour réagir, et trouver un moyen de calmer tout cela, avant que toute la tour et elle-même ne soient emportées, ou foudroyées. Pendant les courtes secondes disponibles pour agir, la mercenaire pensait à une solution. Elle en vint rapidement à la conclusion que la sphère est la priorité, et la fautive de ce bordel. Mais la détruire pourrait provoquer une explosion que la mercenaire préférerait éviter. Sans compter que pour atteindre la sphère, il fallait passer outre cette tornade. Prise dans ce torrent, il lui était impossible de toucher les deux dragons afin d'arrêter leur rotation, ou la magicienne. Et la priorité était encore une fois d'arrêter la tempête gravitationnelle de la zone. Une seule idée lui vint soudainement en tête, en observant la tornade, et la rotation des dragons. Iris était rapide, bien plus rapide que ces dragons, étant sa spécialité, la vitesse. L'idée était donc de réduire à néant la tornade, en tournant dans la direction opposée. La vitesse de la mercenaire, tournant à contresens des dragons, ralentirait la tornade, et réduirait à terme à néant l'effet gravitationnel. Mais pour cela, elle devra atteindre une vitesse vertigineuse, qui en temps normal serait compliquée à atteindre. Heureusement, grâce au précédent boost que la mercenaire avait reçu de sa partenaire, c'était loin d'être impossible, actuellement. Comparée à cette dernière, Iris n'avait pas eu besoin d'utiliser ce dernier, pour sortir de ce bassin, donc elle l'avait encore en réserve.

Le plan de la mercenaire était simple, mais allait demander beaucoup d'énergie. Il était clair qu'après avoir réussi son plan, sa partenaire avait intérêt d'arrivée rapidement. Car, Iris serait certainement à bout de forces pendant quelques secondes qui risqueraient d'être fatales. Car, pour tourner autour de la tornade, elle devra activer en premier lieu son bouclier, afin de déverser en même temps qu'elle tourne, son énergie dans la zone. En effet, son objectif final était de profiter de cette rotation inverse, afin d'inverser la polarité et la gravité. Pour faire court, réduire à néant la tornade de l'ennemi, afin de la remplacer par sa propre tornade énergétique. Suite à cela, la tornade générée par Iris allait fatalement faire énormément de dégâts à tous ceux dans la zone, donc, pas le choix pour les dragons de stopper leur rotation. Enfin, une fois que la sphère serait corrompue par l'énergie de la mercenaire, elle l'anéantirait en faisant simplement exploser sa propre énergie.

Finalement, Iris s'élança. Elle activa son bouclier, qui pour le coup la protégeait momentanément des débris et de la foudre, tandis qu'elle tournait déjà à la vitesse de l'éclair autour de la tornade. Sa vitesse était tellement vertigineuse que c'était impossible de la voir, ou de la toucher. La gravité également, n'avait plus d'effet sur elle, tant que sa rotation était maintenue. Tandis qu'elle tournait, comme prévu, une énergie noire, parcourue de rouge commençait à s'emparer de la sphère. Une fois l'énergie aspirée par la sphère, ce fut la tornade qui ralentissait, et qui venait de prendre l'apparence de l'énergie de la mercenaire. Sa vitesse était de plus en plus élevée, et chaque seconde qui passait augmentait cette dernière. Cette fois, elle-même ne pensait pas qu'elle pouvait atteindre une telle vitesse, maintenant qu'elle s'en rendait compte. C'était presque aussi rapide que cette fois, où elle avait tué ce légendien qui voulait sa peau. Ce jour là aussi, elle avait dû se surpasser, et quelque chose s'était éveillé en elle. Comme une énergie qu'elle ne contrôlait pas, mais qui était bel et bien là. Aujourd'hui, cela lui faisait le même effet. Cette intensité dans son Eldrit n'avait rien à voir avec son niveau habituel, elle avait l'impression d'être réellement supérieure. Était-ce donc cela, Légendia ? Tandis qu'elle continuait de tourner toujours plus rapidement, ayant complètement retourné la technique de l'ennemi contre lui-même, il était temps d'y mettre un terme. C'est donc après quelques dernières rotations qu'elle s'arrêtât net, et donnât un coup de lame horizontale vif que la sphère et toute l'énergie de la zone furent réduites à néant. Il ne restait plus que des résidus de poussières, de la sphère, ainsi que du duel énergétique qu'il y avait eu dans la zone. La mercenaire avait réussi à empêcher la situation de s'envenimer et certainement pire, mais à présent, comme prévu, elle était essoufflée. Elle restait en garde, bien sûr, sans montrer à l'ennemi sa fatigue, mais il était évident que ce n'était qu'une image forte, afin de faire douter l'ennemi. Elle allait vite récupérer de son essoufflement, mais il lui fallait plusieurs secondes, voire une bonne minute, qu'elle n'aurait certainement pas, si la valkyrie n'intervenait pas très vite...

- Dépêche-toi, Scylla, je ne pourrais aller plus loin sans toi, à présent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1238
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 28

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Jeu 30 Nov - 1:49

Après une manœuvre plutôt futée de la part d'Iris, l'attaque trio entre les dragons échoua, et mieux, l'attaque se retourna contre les utilisateurs. Cependant, cela ne signifiait pas que la mercenaire était parvenue à rendre la situation meilleure. En effet, les trois dragons étaient parfaitement indemnes, et encore pire, ils fixaient Iris avec un regard de prédateur. Bien qu'elle tentait de le cacher, les dragons étaient suffisamment observateurs pour voir qu'Iris avait subit un contrecoup, désormais épuisée. L'un des dragons blancs aux yeux bleus chargea comme une locomotive en direction d'Iris, et vu la vitesse de la créature ailée, et du fait que le terrain était impraticable depuis la technique précédente, il était clair qu'esquiver cette charge serait bien trop difficile. C'est alors que le dragon, la gueule bien en avant, toucha Iris, dans le but de la propulser en dehors du rempart du palais et de briser quelques os. Mais alors que la mercenaire fut rejetée tel une vulgaire balle en dehors du château, sa propulsion fut interceptée de justesse. Iris pouvait sentir son corps léviter. Scylla la portait, la main gauche en dessous du dos et la main droite en dessous de ses jambes. Elle avait pris soin d'équiper pour la énième fois son armure céleste, qui représentait l'élégance de la valkyrie.

- Coucou !

Scylla battit des ailes et reposa Iris sur le rempart du palais, en face des trois dragons. Elle tenait ses deux épées blanches comme le diamant, prête à affronter les monstres volants.

- C'est bon, je suis fin prête, comme au tout début de cette bataille. Mettons fin à cette guerre qui a trop durée.

- Oui, Scylla, mettons fin à cette guerre. Que je puisse offrir à ces humains le jugement adapté pour leurs crimes.

Scylla fut étonnée d'entendre la voix de Seto, qui provenait de cette barrière à la forme d'un losange. C'est ainsi qu'elle comprit ce qui paraissait évident. Le rituel pour invoquer l'ultime dragon de Seto était en cours. Elle se doutait bien que le temps qu'elle récupère ses forces, l'ennemi allait déjà passer au plan supérieur.

- Iris, attaquons !

Scylla savait très bien que passer outre ces fichus dragons prendrait bien trop de temps. Ainsi, elle leva ses deux épées en l'air. Le ciel subit une légère perturbation, jusqu'au moment où une comète blanche tomba des cieux et s'écrasa sur la barrière, qui se brisa aussitôt. Scylla jeta son regard sur ce qui se trouvait au niveau des fragments de la barrière qui étaient désormais éparpillés sur le sol.

- Est-ce que ça a fonctionné ?

Une légère perle de sueur coula le long du visage de la valkyrie, car elle savait que si les deux filles étaient arrivées trop tard, la situation tournerait au vinaigre. Et malheureusement, elle vit juste. Ou plutôt, à moitié juste. Au lieu de voir un dragon supérieur, elle vit... un troisième dragon blanc aux yeux bleus. Aussi scintillant que les deux autres, mais aussi dangereux. Donc le moment n'était pas très bien choisi pour penser que la situation a évolué. Elle s'est même empirée. Et d'ailleurs, en observant plus bas, on pouvait apercevoir Seto, debout devant ce nouveau dragon, avec une aura blanche qui enveloppait son corps, de la tête aux pieds. Ses pupilles étaient totalement azurs, donnant un air vide dans son regard qui le rendait déjà bien plus intimidant sur le coup. Et là où d'habitude, Seto aurait montré un air excité, là, il était parfaitement calme.

- Angel, reprends ta forme humaine et préviens nos troupes de sonner la retraite. Car je vais le faire...

- Compris !

Angel s'éxecuta. Au moins, l'un des quatre dragons disparut pour laisser place à une silhouette féminine svelte. Elle avait, néanmoins, des ailes emplumées sur le dos, ressemblant davantage à un ange. Elle se jeta dans le vide, puis s'enfuit. Il ne restait plus que Seto et ses trois dragons pour faire face aux deux jeunes femmes.

- Qu'est ce que tu complotes ? Je croyais que tu aspirais seulement à mettre un terme à la vie de ton père !

- Mettre un terme à la vie de qui, jeune femme ?

Scylla se retourna, et comme si la situation n'était pas déjà abominable, c'est encore une fois un dragon qui apparut, sans crier garde. Scylla ne parvenait pas à reconnaître ce dragon, néanmoins, la voix qui venait d'intervenir était bien celle de Murai. Donc, le roi du pays était non seulement le père de Seto, mais un dragon blanc lui-même. La valkyrie ne comprenait pas vraiment comme les choses ont pu finir ainsi.

Spoiler:
 

Cependant, si Iris pourrait penser que cette nouvelle apparition allait rajouter davantage d'emmerdes, Scylla savait pertinemment que les deux filles pouvaient respirer un bon coup, car le combat n'allait pas commencer tout de suite.

- Je te félicite, mon fils. Tu as su réveiller la créature qui sommeillait au fond de l'esprit de ma jeune sœur. Les arts de ton clan n'ont, visiblement, plus aucun secret pour toi. Cependant, ce légendaire dragon était réservé à ma personne. Seul le conquérant qui a su obtenir le pouvoir sur les hommes, peut utiliser ce noble dragon à des fins glorieux. Toi, Seto, avec ta tendance à vendre ton âme au diable, ne possède aucun droit légitime sur ce dragon. Alors, je vais te donner une chance d'accepter ta défaite. Offre moi ce dragon, et j'épargnerai ta vie.

- Quelle situation cocasse. Vous exterminez mes frères et mes sœurs, et malgré cela, vous convoitez l'un des dragons qui servent nos intérêts. Vous êtes tellement foireux.

- On élimine le pouvoir par le pouvoir. Tu le sais déjà, j'imagine ?

- Et si je refuse ?

- Alors je me ferais un malin plaisir de résoudre cet épineux problème par mon unique force.

Le corps de Murai, désormais dragon, se mit à dégager une chaleur suffocante. Il n'était pas vraiment conseillé de tenter de calculer la température qu'emmagasinait ce dragon, mais une chose était certaine, le moindre contact avec ses écailles serait synonyme de mort atroce. Ainsi, le bon roi dragon commença à canter une série de phrases qui ressemblaient aux paroles d'une incantation.

Pierre de soleil fragmentant
La lumière, alvéole à naître
Sa géométrie ajustant
Le prisme ouvre un archéomètre
Dont les Sephiroth sont les écrans
Nakagal de chakra au pied
Se déployant, d'Astarté,
Dont la corne en Seth redescend
Solis Senten...

- Que... ?

Murai se coupa net, et le verbe couper était parfaitement adapté. Malgré que les écailles du dragon étaient protégés par une aura à température ambiante, et qu'elles étaient aussi solide que le diamant, le dragon fut découpé en deux. Une scène violente qui parvint à faire ouvrir la bouche de la valkyrie. Ce qui avait scellé le sort du dragon était une large lame de lumière qui s'étalait sur plusieurs mètres. Cette énergie sortait de l'épée de Seto, tandis que ce dernier dégageait toujours plus d'aura blanche. Quoiqu'il en soit, même si le dragon fut anéanti en un seul coup par Seto, et qu'une telle force ne présageait rien de bon pour l'avenir du duo semi-légendien, Murai était encore là, allongé au sol. Il avait repris forme humaine totalement, ce qui incluait sa forme obscure qui avait disparu. Il semblait terriblement affaibli. Seto fit quelques pas et ramassa le roi par le cou. Il l'observa avec mépris. Tandis que Murai, lui, extrêmement surpris par la puissance de son fils, tremblait légèrement.

- Non, pitié... épargnes-moi... Seto, je suis ton père, celui qui t'a offert la vie... Nous pouvons, à deux, faire de grandes choses ensemble... Nous pouvons restaurer la lignée des dragons telle qu'elle était à l'époque, loin de tes précédents camarades qui ont plongés dans l'erreur. Prends la bonne décision, mon fils...

Seto ne parla pas. Il fixait encore son père, alors que soudain, ses yeux brillaient légèrement.

***

[ Thème d'ambiance: https://www.youtube.com/watch?v=-o8NHjkGO5o ]

Seto fut le seul survivant d'une terrible méprise. Il vit des corps jonchés sur le sol, sans vie, ayant perdu toute la lumière que représentait ces hommes, ces femmes et ces enfants dans le cœur du jeune garçon. Des amis, des frères, et des sœurs avec qui il se sentait joyeux, en sécurité. Morts. Encerclés par un océan enflammé qui brûlait le repaire des dragons blancs jusqu'à la dernière miette. Et le petit Seto vit tout ça. A son arrivée, tout le monde était déjà à l'état de cadavres. Il ne put entendre leurs derniers mots.

- Non... Mes amis... tous... morts... Non, non, noooon ! Pourquoi ? POURQUOI ???

Le plus effroyable pour Seto était la vue d'un cadavre en particulier. Celui d'une jeune gamine appartenant au clan. Elle était parfaitement mignonne, adorable, attachante et toujours souriante. Elle n'avait pas plus que sept ans. Il y'a encore quelques heures, Seto avait partagé des sucreries avec elle, tout en lisant l'histoire des dragons ensemble, assis devant un arbre. Le soleil était radieux et chaud, tout comme le visage de cette enfant qui était sûrement la plus heureuse du monde. Toute cette chaleur n'était plus désormais. Devant cette vision, Seto avait pleuré toutes les larmes de son corps, à genoux devant son corps poignardé en plein cœur. Des gémissements qui traduisaient son martyre sortaient de sa bouche. Il avait du mal à respirer, tellement la fumée picotait ses poumons.

- Tout cela... n'a plus d'importance sans vous... ma famille...

Néanmoins, Seto n'eut pas le temps de vider son chagrin, car les soldats solaires le trouvèrent. Il dut donc courir pour sa survie. A travers les flammes, les cendres, la fumée toxique, et surtout, à travers les soldats qui suivent sans remords la volonté d'un seul homme. Un seul, responsable de cet événement qui avait marqué à jamais l'esprit d'un petit enfant.

Les années passèrent et Seto, incapable de comprendre comment il a pu survivre à ce drame, parvint à connaître la paix grâce au peuple elfique, en plein traité de paix avec le royaume solaire. La bénédiction d'Ulyana lui permit de rester sous la protection d'un peuple pacifique, au beau milieu d'un territoire emboisé, verdoyant et confortable. En revanche, malgré la gentillesse des elfes, et l'amour d'Eloraell, Seto ne parvenait pas à revivre. Il était bien évidemment traumatisé à vie devant cet événement. Il était avant tout apeuré qu'un jour, il ne pourrait plus être protégé par ce peuple si chaleureux et bienveillant. Et cela ne loupa pas. Un beau soir, Seto était seul dans les bois, et il fut encerclé par les troupes solaires. Une bonne vingtaine de soldats souhaitaient l'arrêter. Comme Seto avait profité de sa nouvelle vie pour jouir d'une paix développée et antimilitariste, Seto n'était pas vraiment doué pour se défendre. Armé seulement d'un glaive, il était apeuré.


- Qu'est ce que vous me voulez ? Pourquoi cherchez vous absolument à m'arrêter ? Je vis en paix avec les elfes de ce territoire, je n'ai plus rien à voir avec les dragons. Laissez-moi seul !

- Que l'on sache, tu reste un pur dragon. Et la loi est formelle, tous les dragons doivent connaître la mort !

- La mort ? Pourquoi aller aussi loin ? Il y'a tellement de criminels que vous épargnez et que vous n'exécutez pas, histoire de ne pas passer pour de vulgaires barbares, et moi, vous cherchez réellement à me tuer ? POURQUOI ?

- Ne discute pas ! Vous êtes un fléau pour l'humanité ! Nous devons tous vous éliminer avant que vous vous rebellez contre le roi !

- Il ne reste... plus que moi... Pourquoi cet abruti de roi aurait-peur pour son trône si je SUIS TOUT SEUL ?

Et Seto s'élança pour se débarrasser des lanciers, archers ou autres spadassins qui voulaient qu'il rejoigne l'autre monde. Seto avait beau ne pas savoir se défendre au même niveau qu'un soldat standard. Mais la rage, ou la peur, lui donnait des ailes. Il parvint à pourfendre quelques soldats, par-ci et par là, ce qui stressait les soldats qui tombèrent les uns après les autres. Mais alors que le jeune homme pensait trouver une voie pour s'en tirer, son corps devint lourd, très lourd, et il fut pris par un lourd vertige. Il ne l'avait pas remarqué, mais derrière un buisson, un chevalier visait Seto avec son javelot, et parvint à faire mouche. Transpercé au niveau de la colonne vertébrale, Seto sentit ses forces disparaître. Et cet instant suffit pour que les soldats restants plantent leurs épées un peu partout dans son corps. Avant de rendre l'âme, le jeune dragon eut le temps de penser qu'une seule et unique chose.

- Je vais mourir... Mais au fond, tout cela n'a plus d'importance...

***

Ainsi, seul Murai put le voir, mais Seto versa une légère larme. Au loin, Scylla et Iris ne pouvaient remarquer que Seto n'était pas si insensible que cela. Seto ne put expliquer pourquoi il laissa échapper cette perle sous l'œil droit. Mais pour lui, c'était probablement l'émotion, de constater qu'il tenait l'homme qui à détruit sa vie entre ses griffes.

- Oui, c'est bien, Seto ! Laisse parler ton cœur ! Nous allons conquérir ce monde ensemble ! Je t'offrirais un royaume. Non ? Deux royaumes ? Une dizaine de royaumes seront sous ta coupe !

- Vous avez détruit ma famille, assassiné ma mère, et surtout, vous avez fait de moi un cadavre. Je suis un revenant. Je n'ai plus rien, et donc par conséquent, je n'ai pas de père. Ce qui veut donc dire...

- Non, arrête...

Et sous une nouvelle forme de violence inouïe, Seto fit le grand pas. Par sa force brutale provenant de son sang obscur, Seto décapita son père avec son unique main droite. Il sépara son crâne de ses épaules, et le tenait en l'air comme un vulgaire trophée.

- ... Tout cela n'a plus la moindre importance...

- Je n'en reviens pas. Il l'a fait... Seto a ENFIN vengé son clan...

Tout en ignorant Scylla et Iris, Seto se dirigea vers le bord du rempart, et jeta le crâne de sa victime vers la falaise. Scylla s'approcha de quelques pas. Il était temps de finir avec cette histoire.

- Maintenant que tu as vengé les esprits de ta famille et que tu as éliminé l'homme qui t'a donné la vie, que comptes-tu faire ? Comment te sens-tu et comment entrevois-tu l'avenir ?

- Je ne sais pas... Aucune émotion ne m'envahit. Je ne suis ni heureux, ni triste. J'ai tué cet homme... Comme j'en ai tué des milliers. C'est tout ce qui compte...

- Mais il reste ton objectif. La raison même qui t'a poussé à mettre à feu et à sang cette ville entière. Alors maintenant que tout est terminé, il est grand temps de mettre fin à ce carnage. Si tu rends les armes sans faire de misères, je te promets d'être un minimum gentille malgré le mal que tu as prodigué ce soir.

- Rien n'est terminé ! Ce ne sera jamais terminé ! Cette guerre discriminatoire ne verra jamais de conclusion si on ne remet pas l'humanité à sa place. Scylla, Iris, vous devriez savoir, mieux que quiconque, que tant que la race mortelle existera, ce monde sera pollué par d'innombrables cafards qui nous empêcheront de trouver le véritable bonheur ! Je ne laisserais pas mon clan connaître une seconde tragédie. Et maintenant que la tête de ce fléau a été coupé à la racine, je vais pouvoir librement opérer pour l'avenir de la Yokume !

- N'essaye pas d'imiter Azelia. Tu es encore qu'un pantin, au service d'une philosophie frelaté ! Un être malfaisant comme toi, n'a pas le droit de parler de bonheur !

- Je suis un revenant. Mon cœur ne bat plus. Mais mon esprit est parfaitement à sa place. Ma décision est irrévocable. Je vais soumettre tous ces humains qui ont pu dormir sur leurs deux oreilles sans ressentir le moindre remords envers mes prédécesseurs. Les Vermillion ne sont qu'une légende disparue. Ils sont tous morts. Tu es la seule survivante et pourtant, tu n'es respectée par personne ! Tu es seule, Scylla ! Contrairement à moi qui possède une armée entière, suffisamment puissante pour mettre à genoux chaque mortel de ce pays ! Hommes, femmes, enfants, tous seront les esclaves des dragons ! Car si ni ta famille, ni Legendia cherche à corriger les erreurs d'Atrium, alors JE le ferais !

- Avoir une puissante armée et un esprit de conquérant ne fait pas tout ! Tu devrais le savoir, toi qui a été aimé et choyé par le peuple elfique !

- Silence, valkyrie ! Aucun mot ne saura me convaincre ! Seul le bruit cinglant des lames qui s'entrechoquent m'importent ! Affronte moi fièrement ! J'aurais pu, toi et Iris, vous laisser en paix, que ce soit ici ou dans un autre monde. Mais vous avez pris la décision de vous opposer à moi ! Alors maintenant, je vais devoir vous anéantir, immortelles ! Et pour ce faire, je vais moi aussi faire appel à une puissance qui puise ses origines chez les dieux !

Le corps de Seto qui brillait toujours dégagea une lumière aveuglante. Soudain, une sorte de vortex se forma autour de Seto et des trois dragons. L'effet était renversant. C'était comme si l'espace tout entier chavirait. Des éclairs retentissaient sans arrêt autour du vortex. Et malgré la tumulte, Scylla pouvait entendre brièvement la voix de Seto résonner tel un écho, parlant un langage inconnu. Probablement du dialecte de dragon blanc. Scylla et Iris ne purent rien faire devant un tel déferlement d'énergie, et donc, s'approcher était suicidaire, à moins de vouloir finir déchiquetée. Lorsque le tremblement se conclut au bout d'une bonne minute, Scylla put le voir...

Spoiler:
 

Terrifiant était le mot qui collait le plus à ce dragon tricéphale. Niveau taille, il surpassait un simple dragon à une tête. Et si Scylla était capable de ressentir l'énergie en ce dragon, elle pouvait donc comprendre que la puissance de ce dragon surpassait celle du duo.

- Je vous présente Aithusa ! Autrefois, il était le dragon qui conquit les terres solaires et obligea l'humanité à se plier à la volonté de Manawyddan, son maître ! Un dragon blanc aux yeux bleus n'est qu'un composant de cette créature légendaire. Voici son véritable visage ! Je suppose que le moment est bien choisi pour trembler comme une feuille morte !

Mais Scylla ne tremblait pas. Elle restait déterminée. Elle était suffisamment concentrée pour remarquer que Seto avait disparu, et que sa voix provenait du dragon. Ce qui signifie que Seto ne faisait qu'un avec le dragon, remballant la stratégie de tuer le maître de la créature en premier. Quoiqu'il en soit, le dragon prit son envol et leva les trois gueules à la fois vers les cieux.

- Ce palais a servi de demeure pour un tyran qui profita d'une luxure démesurée pendant que ma famille fuyait sans arrêt pour sa survie ! Une image dégoutante, que je vais supprimer de l'existence.

- Oh non ! Iris, il faut fuir !

Scylla battit des ailes pour fuir du palais, espérant que les elfes ont fait de même depuis un bout de temps. Et si Iris est ce qu'elle est vraiment, elle devrait pouvoir s'enfuir de son côté sans grand souci. Et Scylla eut raison de préférer la retraite pour l'instant. Car le dragon, depuis ses trois bouches, chargea plusieurs sphères blanches, qui prirent la forme de rayons électriques, et qu'il rejeta en plein vers le palais. Le château, aussi imposant soit-il, fut rayé de la carte en un instant, emportant également le sol de la cité dans un rayon d'une centaine de mètres.

Scylla était loin de la zone de dégâts, et prit le temps de rechercher Iris, dont elle ne se doutait pas qu'elle put filer à temps de son côté. Une fois retrouvée, elle profita que le dragon avait perdu de vue les deux jeunes femmes pour lui parler.


- Te voilà ! Bon, nous n'avons pas beaucoup de temps, alors je vais être brève concernant mon ressenti. Nous ne parviendrons pas à défaire ce dragon avec des méthodes conventionnelles. Fort heureusement, j'avais prédit cette éventualité, que Seto invoque un jour cet Aithusa. Alors je me suis documenté à son sujet, et j'ai appris, par mes lectures, que son point faible se trouve au niveau du cou situé au milieu. C'est ici qu'il faut enfoncer le clou pour pouvoir le défaire. Bien sûr, une frappe de haut niveau ne suffira pas...

Scylla invoqua une nouvelle épée, qui ne brillait pas, et semblait plutôt banale par rapport au reste de son arsenal.

- Voici Gram, une épée enchantée qui serait forgée à partir de matériaux très spéciaux. Elle m'a été offerte par une valkyrie qui m'a appris à combattre. Selon elle, elle aurait le pouvoir de percer frénétiquement les écailles des dragons, même si elles sont encore plus solides que le diamant. J'ai emporté cette arme exprès pour Seto. Bien que je vais être franche, je n'ai jamais testé cet outil et n'approuve donc pas son effet. Je n'ai que comme seul argument que je dois la moitié de mon arsenal à cette valkyrie, et aussi détestable était-elle, elle n'a jamais menti au sujet de la puissance de ces armes.

Voilà pourquoi je vais essayer de distraire ce dragon, le temps que tu prépareras une technique depuis la terre ferme qui pourrait l'affaiblir. Je ne veux pas prendre le risque de chercher à le pourfendre sans qu'il ait déjà subi au préalable. Je me souviens que lors de notre séjour dans le navire, tu m'as parlé de ta capacité à outrepasser la moindre défense ennemie, aussi solide soit-elle. Je t'ai donné un boost conséquent grâce à mon Glyph. Ce sera le moment idéal pour l'utiliser. Vu ma vitesse de pointe dans les airs, je devrais être en mesure de l'occuper au moins quelques minutes. Une fois que tu l'auras touché, je l'achèverais avec mon arme fatale. N'attends pas que je m'éloigne pour balancer la sauce, je saurais fuir à temps comparé à cet énorme poids lourd, ne t'en fais pas. Bon, je sens qu'il arrive. Je compte sur toi.


Etant donné que le dragon survolait la cité où Scylla et Iris se cachaient, il était temps d'agir. Ainsi, Scylla s'envola pour démarrer un affrontement aérien avec le monstre à trois têtes. Vu que niveau vitesse, elle surclassait le dragon, elle pouvait servir de leurre pendant un temps imparti. Mais niveau puissance, elle ne faisait pas le poids, et refusait de gâcher de l'énergie dans le vide. Scylla espérait donc qu'Iris soit réellement une spécialiste pour détruire la défense ennemie car ce dragon paraissait extrêmement solide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Sam 2 Déc - 22:27

Tandis que la mercenaire essayait tant bien que mal de reprendre son souffle, l'un des dragons fonça sur cette dernière. Sa vitesse n'était pas fulgurante pour la mercenaire, mais le terrain était impraticable, et la fatigue ajoutée, rendait l'esquive impossible. Son seul réflexe, fut de mettre sa lame en parade. Cela la protégea du plus gros des dégâts, mais ne l'empêcha pas de se faire éjecter du rempart. Encore une fois, elle aurait pu utiliser ses ailes d'énergies de tout à l'heure, mais impossible, actuellement, elle était en pleine séance de recharge. Sa chute était inévitable, et il ne lui restait plus qu'à essayer de se réceptionner, afin d'éviter trop de dégâts de l'atterrissage. Mais par chance, elle fut rattrapée dans les airs, bien avant de chuter. C'était Scylla qui venait de rattraper la mercenaire, tel un prince en armure qui rattrape sa princesse. Tandis que la valkyrie lui adressa un joli coucou, la mercenaire ne put s'empêcher de rougir, quand elle réalisa sa position dans les bras de sa sauveuse. Finalement, une fois de retour sur le rempart, les deux pieds au sol, la situation pouvait reprendre là où elle s'était arrêtée.

- M-merci, ça devrait aller maintenant.

Soudainement, la voix du dragon blanc pouvait être entendue, sortant visiblement de cette barrière. Immédiatement derrière, la valkyrie lança un assaut sur cette barrière, afin de la détruire, pour empêcher le rituel d'atteindre sa fin. Bien que l'attaque semblait avoir détruit la fameuse barrière, un troisième dragon blanc venait quand même d'apparaître. Pour la mercenaire ça devenait dangereux là, quatre dragons en même temps. D'ailleurs, en regardant plus bas, on pouvait apercevoir de nouveau le chef de ce clan, briller comme un sapin de noël. Quelque chose lui disait que ça n'augurait rien de très bon tout ça. Mais, alors que la situation semblait devenir tendue, la magicienne reprit sa forme humaine, et prit la fuite sur les ordres de son maître. Mais à peine le temps de se sentir soulager d'avoir un dragon de moins à gérer, qu'un autre fit son apparition dans le dos des deux femmes. Là, c'était clair, Iris en avait clairement marre de cette race. Quoi qu'il en soit, bien que la situation sentait le roussi, finalement, ce nouveau dragon semblait uniquement s'intéresser à son « fils ». C'était donc lui, ce fameux roi solaire ? Bref, la mercenaire s'en foutait royalement, et profita surtout de ce moment pour se reposer, voyant très bien que pour l'instant, c'est le père et le fils qui allait s'affronter. D'ailleurs, s'ils pouvaient s'entre-tuer, cela ne dérangerait pas la mercenaire. Malheureusement, bien que ce roi manigançât quelque chose, il ne fit pas long feu. D'une seule attaque, ce dernier fut tranché en deux. Par la suite, il reprit forme humaine, grandement affaibli. Bien que la mercenaire se demandait comment ce type pouvait encore être entier, alors qu'en dragon, il était coupé en deux, cela ne changea pas son sort qui était certainement scellé. Il commença à supplier de façon tellement pathétique que la mercenaire avait envie de le tuer elle-même. Mais cela ne servit à rien, étant donné qu'après un petit échange entre les deux, et une sorte d'hésitation, difficile à dire, ce dernier se fît décapiter.

Suite à cela, la valkyrie s'avança vers le bourreau, et commença à papoter avec ce dernier. En fait, elle lui demanda surtout si maintenant qu'il était vengé, il comptait arrêter tout cela. Évidemment, la réponse était négative, et la mercenaire le savait bien avant la réponse de ce type. Ce genre de personne n'en a jamais assez. La vengeance n'est qu'un prétexte pour excuser leurs actions. Pour Iris, c'était clair que ce type n'était qu'un autre exemple de ce genre de personne, qui veulent toujours plus, comme cette reine lunaire. Ces deux-là étaient les mêmes pour cette dernière. Elle avait presque du mal à croire que la valkyrie ait posé cette question naïve à ce type. Et par la suite, pour ponctuer la pensée de la mercenaire à son sujet, il commença à partir en délire de domination et conquête. C'était tellement prévisible pour cette dernière qu'elle esquissa un sourire satisfait, comme si la situation la faisait marrer. Ou alors, c'était le sang de la mercenaire qui commençait à bouillonner, maintenant que le combat allait être inévitable. Iris ne comprenait pas réellement pourquoi soudainement, elle ressentait une telle excitation, mais c'était exactement la même sensation que lorsqu'elle faisait face à ce légendien. C'était comme si elle se réjouissait que le combat ait bien lieu.

Bref, maintenant que les dés étaient jetés, le dragon blanc, après une ultime menace, commença à briller. Un vortex apparut autour de ce dernier et des trois dragons à ses côtés. Bien qu'il semblait logique d'arrêter ce bordel, le déferlement d'énergie qui s'en dégageait était bien trop dangereux. Le mieux était donc d'attendre, malheureusement, la fin de ce rituel. Et, une fois ce dernier terminé, un énorme dragon tricéphale fit son apparition. Cette fois, la situation sentait vraiment mauvais, tandis qu'Iris observait cette chose, qu'elle trouvait impressionnante, mais bien moins belle qu'un dragon. Les trois têtes ce n'était vraiment pas top. Néanmoins, pour la mercenaire, elle préférait étrangement affronter un adversaire que plusieurs. Qu'il possède plusieurs têtes ou non, ne change pas le fait qu'il est seul. D'ailleurs, ce dégénéré semblait faire à présent qu'un avec ce dragon. Cette fois, la mercenaire esquissa un sourire, et ce n'était pas de l'excitation, mais bien un sourire satisfait. Avait-elle prévu quelque chose ? Quoi qu'il en soit, pour l'heure, c'était le temps de la fuite. Ce dragon s'apprêtait à pulvériser le palais tout entier. La valkyrie s'empressa de partir de son côté, tandis qu'Iris fit de même. Sa forme de nouveau au top, elle pouvait de nouveau invoquer ses ailes fictives pour s'enfuir de la zone d'impact.

Une fois à l'abri, elle retrouva rapidement son alliée qui venait de la rejoindre. Elle commença par expliquer ce qu'était cette chose, et surtout, qu'elle était son point faible. Il fallait visiblement viser sa tête centrale. Suite à cette explication, la valkyrie sortit une lame d'apparence assez banale. Scylla expliqua ensuite que cette dernière lui avait été donnée par une autre valkyrie, et qu'elle avait le pouvoir de vaincre n'importe quel dragon. Sur le coup, bien que la valkyrie semblât faire confiance aux dires de cette valkyrie qu'elle citait comme détestable, la mercenaire elle, un peu moins. Elle n'était vraiment pas très certaine de l'efficacité d'une telle lame. En fait, elle n'y croyait carrément pas. Elle observa sa partenaire en levant un sourcil comme si elle se demandait si elle croyait vraiment à ce plan. Mais bref, l'heure n'était pas aux discussions, et la valkyrie semblait tout de même décider à prendre le risque. Il fallait espérer que cette détestable valkyrie, ne soit pas en plus menteuse. Au moins, elle n'allait pas tenter de trancher dans le vif, sans que ce dernier soit affaibli avant. Et c'était à la mercenaire de faire en sorte de le rendre vulnérable, afin que Scylla puisse frapper avec son arme ultime. Quoi qu'il en soit, la valkyrie n'allait pas devoir faire diversion bien longtemps, car la mercenaire avait prévu déjà un moyen d'affaiblir cette chose rapidement, et inévitablement.

- Je pense pouvoir lui faire des dégâts assez rapidement, sans que tu doives jouer les papillons bien longtemps. Je t'avoue que j'y crois moyen à ton épée, mais bon, je vais te faire confiance, et te donner l'ouverture nécessaire. Mon plan est simple, si j'ai appris quelque chose en cette nuit, c'est que ces dragons se transforment toujours tôt ou tard. J'avoue que je commençais à me demander s'il allait se transformer un moment ou un autre, mais finalement, il l'a fait. Vu qu'il ne fait qu'un avec cette chose, il va subir un contrecoup qu'il ne va pas aimer. Vraiment pas... Je me doutais que mes coups ne puissent certainement pas percer une armure d'un dragon trop puissant, sans user trop d'énergie, c'est pourquoi, j'ai opté pour une stratégie plus indirecte. Lorsque je l'ai touché après que Law m'ait téléportée, tu as dû remarquer que j'ai utilisé une technique qui a propagé des fragments dans toute la pièce. C'était fait exprès. Quand je l'ai touché, plusieurs fragments se sont incrustés en lui. Si dans sa forme humaine, ils sont inoffensifs, ce n'est pas le cas dans sa forme actuelle. Plus un corps est gros, plus ces fragments grandissent. À l'heure actuelle, il me suffit de les activer, pour qu'une douleur interne atroce frappe ce truc. Et ça tombe bien, il est tellement gros, qu'il va réellement en souffrir...

… Tu devras profiter de ce moment pour essayer de le frapper. Si ça échoue, mes fragments resteront au pire toujours actifs, ce qui me permettra de passer au plan B de ma stratégie, mais bon, espérons que je ne doive pas en arriver là. J'aimerais éviter de me faire du mal...

Maintenant que le plan était en place, la valkyrie commença à affronter ce dernier. Enfin, plutôt l'esquiver, car aucune des deux femmes ne pouvait actuellement affronter ce colosse en assaut frontal. Ou alors, en gâchant une énergie bien trop précieuse. Iris espérait donc que le plan de Scylla fonctionne, et que son épée fasse le travail. Elle allait lui donner l'ouverture nécessaire, mais par la suite, si cela échouait, le plan suivant était assez douloureux pour la mercenaire, si elle devait le mettre à exécution. Bref, pour activer sa technique à l'intérieur du dragon, elle devait tout de même être assez proche. Deuxièmement, pour l'activer, elle devait toucher ce dernier avec son énergie de nouveau. C'est donc en profitant de la diversion de la valkyrie, qu'Iris décida de rester au sol, hors de vue. Elle profita de cet interlude entre la valkyrie et le dragon, pour charger une énergie dans sa lame. L'énergie qui se dégageait de la lame allait rapidement être perçue par le dragon, tellement elle était intense, maintenant que la technique était prête. Mais c'était trop tard, justement, si la mercenaire venait de débuter cette technique, c'est uniquement grâce à la valkyrie. Maintenant qu'elle était à la phase de l'assaut, le dragon ne pourrait plus éviter l'attaque énergétique.

- Nebula Blade : Dark Wave

Une énorme vague d'énergie sombre fut expulsée de la lame de la mercenaire, après son incantation. L'énorme afflux d'énergie qui se dirigeait droit sur le dragon était inévitable. La vitesse à laquelle venait de partir la vague donnait l'impression d'être instantanée. Peut-être qu'un adversaire plus rapide et réactif aurait pu l'éviter, mais ce dragon qui n'arrivait pas à toucher la valkyrie, n'avait aucune raison d'éviter une telle technique. Il pouvait toujours essayer de s'en protéger néanmoins, cela n'allait pas être très compliqué, étant donné que la mercenaire n'a absolument presque rien envoyé comme puissance dedans. Son seul objectif était que son énergie touche le dragon, et ce sera chose faite, peu importe son action. Lorsque cette dernière le touchera, cela activera les fragments que la mercenaire avait placés en prévention. Et à ce moment-là, le dragon subira une douleur abominable qui devrait donner le temps à la valkyrie de passer à l'action...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Dim 3 Déc - 1:54

Scylla continuait de virevolter autour du dragon nommé Aithusa, car il n'y avait hélas, pas d'autres solutions. La cuirasse de ce dragon était bien trop solide, et ça, pas besoin que Scylla tente le coup pour le remarquer. Après tout, elle avait déjà essayé, auparavant, de perforer une partie du crâne d'un seul dragon, et cela s'est soldé par un cuisant échec. Ainsi, Scylla s'amusa à éviter charges, coups de griffes, ou autres attaques physiques comme magiques, allant même jusqu'à découper ces mêmes attaques magiques avec son épée combinée à son Glyph. Cependant, il fallait qu'Iris agisse vite, bien que Scylla, n'ayant pas eu le temps de continuer à discuter avec elle à cause de l'arrivée funeste du prédateur ailé, ne partagea pas également ses doutes au sujet de la technique de la mercenaire. En effet, Scylla connaissait légèrement Seto, et elle doutait que cela puisse marcher, pour une raison toute simple dont Scylla n'était pas totalement certaine, n'ayant pas fréquenté le seigneur dragon suffisamment longtemps.

[ Thème de combat: https://www.youtube.com/watch?v=hGEjiA7iqyE ]

- Arrête de voler dans tous les sens, cela te rendre encore plus minable, SCYLLA !

- Tu passes ton temps à insulter tes ennemis comme si tu affrontais des moucherons. Mais comme n'importe quel être humain, tu gigotes dans tous les sens uniquement pour brasser de l'air, sans attraper le moucheron en question.

Comme si la colère montait, les trois gueules du dragon scrutèrent les cieux, tout en remuant les cous. Un triple hurlement s'ensuivit, tellement fort et strident, que toute la ville allait probablement l'entendre. D'ailleurs, Scylla ne le voyait pas depuis son altitude, mais tous les citoyens, démons, soldats solaires ou lunaires, et surtout les dragons blancs, arrêtèrent tout ce qu'ils étaient en train de faire pour fixer le dragon, tellement il intriguait et ne présageait rien de bon par sa taille colossale. Après ce cri pour prouver que cet animal mythique en avait dans le cœur, il fut attaqué par quelque chose qui fut envoyé depuis le sol. L'attaque était tellement rapide, que le dragon ne parvint pas à esquiver. Par chance, Scylla était loin et n'eut pas besoin de bouger de son côté. Cependant, elle devait faire vite. Elle voyait que le dragon perdait de l'altitude après le choc, il semblait remué. Maintenant, c'était au tour de la valkyrie d'attaquer. Elle fonça tout droit vers le monstre, les deux épées pointées vers lui. Son aura blanche autour d'elle devint rouge sanglante, et plus elle prit de la vitesse, plus la forme de cette aura se modifia, pour faire place à une énergie ayant pris l'apparence d'un aigle.

- Nova Strike !

Scylla était à ça de toucher le dragon, mais avant même que l'impact ait lieu, il reprit de l'équilibre. Et tout aussi rapidement que la technique d'Iris, un champ de force bleu se forma tout autour de lui. Le dragon envoya valser au loin Scylla. Des morceaux de son armure éclatèrent ici et là, et très vite, elle n'eut à peine le temps de souffler que le dragon, malgré son poids, atteignit rapidement Scylla et frappa cette dernière avec sa griffe gauche. Le choc était effroyable, et Scylla fut projetée au sol tellement vite, qu'elle ne put se redresser. Elle se fracassa par terre, juste à côté d'Iris. Ainsi, en observant le choc, le dragon vit également la mercenaire, qu'il visa de ses six yeux. Tout d'abord, trois forces énergétiques se formèrent depuis les gueules du tricéphale, pouvant faire croire qu'il allait cracher quelque chose depuis les airs. Mais finalement, ces parcelles d'énergies s'effacèrent, et en l'espace d'une seconde, le sol s'effrita. Iris fut envahi par un torrent d'énergie qui sortait du sol. Cela ressemblait à un Burst Stream, mais qui ne fut pas tiré depuis l'utilisateur. Seto semblait donc avoir plusieurs manières d'invoquer cette technique désormais. Il profita que les deux femmes subirent violemment pour perdre de l'altitude. Et maintenant que les deux femmes étaient la proie du torrent d'énergie, il en profita pour les piétiner au sol, à l'aide de ses deux pattes arrières. Si les deux jeunes femmes étaient de simples mortelles, elles auraient été mortes sur le champ, car se prendre autant de poids sur la gueule, cela correspondait à une douleur abominable. Et à ce sujet, il semblerait que le plan de la mercenaire ait échoué. Scylla tenta de se débattre pour échapper à la prise du dragon, mais elle était complètement écrasée au sol par la masse corporelle de ce monstre.

- Jolie tentative, mesdemoiselles ! Mais vous ne vous êtes pas suffisamment préparée avant de chercher à me faire tomber. En particulier toi, la mercenaire !

Un halo d'énergie, plutôt fin, sortit de la tête centrale du dragon. La lumière blanchâtre prit forme, pour devenir une silhouette masculine. Désormais, Seto était sur le crâne du milieu, debout d'un air fier et accompagné d'un regard hautain et provocateur, tandis que le dragon continuait de piétiner les deux femmes impitoyablement.

- Tu m'as pris pour un foutu novice avec tes fragments, hum ? Manque de bol, à ce moment, tu n'affrontais pas une personne, mais trois ! Quand je suis sous forme humaine, mes dragons occupent mon corps sous forme spirituelle. Chaque dragon blanc fait un pacte avec son propre dragon divin. L'esprit veille sur l'hôte sans arrêt, tel un ange gardien. Il n'est pas difficile pour mes dragons d'agir, tel un sort protecteur, sur mon organisme quand celui-ci est touché ou prisonnier par un sort. Cela fait un bail que mes dragons ont détruits tes fragments, juste au cas où.

Toujours pour se moquer d'Iris, Seto se tapota la tempe gauche avec un doigt.

- Tu n'as même pas tilté quand tu as vu Murai se faire découper par mes soins ? Nous ne nous transformons pas, nous échangeons le rôle de corps physique avec celui de forme spirituelle. Je ne doute pas un instant que tu as de l'expérience, mais face à un dragon, tu n'es qu'une novice !

Seto disparut soudainement, tandis que le dragon continuait de serrer l'étreinte, probablement pour briser les deux femmes. Mais une fois que le jeune homme disparut, le dragon arrêta son carnage et prit la voie des airs. Scylla se redressa, non sans douleur, pour voir cette énorme ombre volante dominer la ville. D'ailleurs, tout le monde fixa le dragon, sauf justement, les dragons blancs, qui commencèrent à tous fuir de la ville en battant des ailes. Une large armée vola au dessus de la ville, et quittèrent les lieux. On aurait pu croire que c'est un soulagement pour la ville, que l'ennemi sonne la retraite. Sauf que Scylla le comprit, cela sentait très mauvais.

Le dragon, contrôlé à nouveau par l'esprit du jeune homme, fixa la ville flamber. Ses lumières, son agitation, les cris, il vit et entendit tout. Il plissa de ses six pupilles, avec un air arrogant, les gueules à moitié fermées.


- Toute cette vermine qui a appuyé la décision de mon père de provoquer un génocide doivent ignorer ce qu'est réellement, un massacre, eux et leurs satanés gamins ! Je vais leur montrer, ce que l'on ressent, quand on perd tout...

Le dragon inspira des poumons, qui expira tout doucement une vague lumière, comme avant. Mais cette fois, ce qui allait se produire était nettement plus dangereux et surtout, nettement plus destructeur.

- Final Burst Stream !

Une terrifiante vague de lumière tomba du ciel, tel un météore. Il était clair que bientôt, la cité toute entière allait être emporté, tuant tout le monde sur son passage, même l'armée lunaire qui n'avait pas reçu l'information qu'Angel avait délivrée aux dragons blancs. Scylla avait le corps en miettes, et savait qu'elle ne pouvait plus rien faire. Elle avait effectivement mal préparé son coup, et en plus, avait clairement sous-estimé Seto qui avait de loin le niveau d'un Légendien.

- Mon arrogance a signé mon arrêt de mort...

Même si Scylla n'était pas du genre à abandonner, ici, il fallait être réaliste. C'était la fin. Cette vague surclassait celle utilisée pour anéantir le château. Le rayon se reflétait au beau milieu des pupilles de la valkyrie qui commença à faire ses prières. Sauf que...

... apparemment, l'attaque ne toucha pas le sol. Quelque chose semblait l'avoir retenu. Scylla ouvrit les yeux bien grand, pour voir une technique qu'elle connaissait parfaitement, l'ayant déjà affronté par le passé.


- Ayako... ? Non.... C'est...

Elle vit une silhouette féminine lever les mains en l'air, en direction de ce qui ressemblait à un mur de glace, extrêmement large. Cette femme avait une entaille au tronc, et Scylla savait parfaitement qui l'avait causé.

- Ultear ?

Le mur de glace qui couvrait une zone assez large, et protégeait Scylla et Iris, commença à se fissurer. La jeune femme s'enragea pour contenir le Burst Stream, et soudainement, ce mur de glace brilla de mille feux, avant que le rayon, comme par miracle, disparut pour de bon. Mais les conséquences de ce miroir de glace étaient sans appel, et Scylla comprit vite ce qu'Ultear venait de sacrifier.

- Qu'est ce que.... tu attends.... pour fuir.... Salope d'Erza ? Sauve... ta... vie... et vite...

L'ex-conseillère du roi s'écroula au sol, sans vie. Il est clair, pour Scylla, qu'elle allait rejoindre son ancien commandant vers un monde meilleur. Elle devait en être consciente et ce geste était probablement un geste de rédemption. Sauf que Scylla n'avait pas le temps de s'inquiéter de l'état d'un futur cadavre. L'énorme monstre ailé commença à chuter, tout en hurlant de douleur.

- Il souffre ? Mais oui ! C'est évident ! Comment faire tomber un colosse invincible ? En retournant sa propre force contre lui. Beau coup de maître, Ultear. Mais maintenant, repose en paix. On s'occupe du reste.

Scylla utilisa ses quelques forces pour dégager du chemin, ou du moins, loin de cette image grandissante qui s'approchait à toute vitesse. Le fracas du dragon était époustouflant, et détruisit plusieurs bâtiments. Il chuta sur le ventre. Il ne mit pas bien longtemps pour se relever, toujours en vie. Et avec un regard menaçant, fixa les alentours, pour ne voir rien d'autre qu'un cadavre au sol, et Iris qui a déjà du se relever depuis le temps.

- Cette pute... Elle qui a toujours été inutile, voilà qu'elle se sacrifie pour une population qu'elle a toujours cherché à terrifier et à soumettre ! Belle preuve d'hypocrisie ! Je vais... ARGH !

Le dragon se stoppa net. Il semblait immobile soudainement. Totalement paralysé, il ne put comprendre tout de suite ce qui venait de se produire. Il sentit la gorge au milieu pourfendu par une fine lame. Iris put voir que Scylla chevauchait le dragon et avait planté sa lame nommée Gram, qui n'était plus une épée banale, mais une large épée de lumière.

- Ma chère Sinae, même sous la tombe, tu trouves le moyen de prouver que tu restes la reine des vieilles carnes !

Néanmoins, comme l'ancienne mère de Scylla n'avait probablement jamais affronté un dragon comme celui-ci, elle avait légèrement extrapolé l'effet de Gram. Bien que le dragon semblait paralysé et en train de faiblir, il ne fallait pas être trop observateur pour constater qu'il ne mourrait pas. Et le pire, c'est que l'épée tueuse de dragons semblait perdre en intensité, voire même commençait à se fissurer. Donc l'effet n'était valable que pour une frappe et était plutôt réservé pour des dragons bien plus faibles que celui-ci. Quoiqu'il en soit, cela n'empêcha pas le dragon de se tortiller de douleur, tandis que Scylla luttait tant bien que mal pour garder les deux pieds sur la créature, tout en maintenant cette épée plantée dans la chaire blanche du monstre. Mais combien de temps cela allait-il durer ?

- Iris ! C'est maintenant que tu dois frapper ! Achèves-le ! Il est paralysé, mais je ne vais pas pouvoir le maitriser éternellement. Envoie tout ce que tu possèdes, quitte à m'emporter avec ! Car si je lâche prise, il va s'échapper et reprendre sa charge de plus belle ! Ne t'en fais pas pour moi, ca va aller ! Et même si j'y passe, au moins, je serais heureuse de me sacrifier pour que le monde perde un fléau supplémentaire ! Allez, attaque !

- Noooon ! Toi, tu bouges pas !

Malgré que le dragon se tortillait de douleur, l'une des gueules fixa du regard la mercenaire. Ses pupilles s'éclaircirent, et à la seconde même, la mercenaire fut piégée. Elle se retrouva pieds et poings liées à cause de plusieurs anneaux dorés qui l'étreignirent. Puis il enchaîna très vite par une boule d'énergie bleue qui fonça vers elle. Mais encore une fois, elle allait s'en sortir par une aide extérieure. Déjà, Iris pouvait sentir qu'elle était éloignée de quelques mètres de l'endroit où elle venait de se faire maitriser. Et ensuite, elle était libre de ses mouvements. Rien que par ce qui venait de se produire, Iris pouvait aisément comprendre qui venait de l'aider. Et le pauvre homme en question, qui était Law, avait échangé sa place avec elle, signifiant donc qu'il a encaissé de plein fouet la sphère d'énergie. Une fois au sol, il laissa échapper quelques paroles épuisées.

- Te bile pas !... J'ai pas fait ça pour toi... Je l'ai fais pour que tu puisses obéir à ma patronne... Alors va-y...

Néanmoins, ce petit contretemps semblait permettre au dragon de reprendre le contrôle, et l'épée de Scylla allait bientôt ne pas tenir. On pouvait remarquer que le dragon ne bougeait plus pour rien. Il commença petit à petit à prendre de l'altitude, tout en volant étrangement, tant il partait de gauche à droite sans se contrôler. Bref, il luttait tout en cherchant à se débarrasser de la puce qui rongeait son crâne. Mais vu les mouvements rapides et irréguliers du dragon, il était devenu une cible difficile à atteindre pour Iris. C'est alors qu'au bout d'un instant, le dragon commença à effectuer un mouvement contradictoire. Il perdit de l'altitude, et reposa les pattes sur le sol. Et contrairement à ce que l'on pouvait imaginer, Scylla n'était nullement la responsable.

- Qu'est ce que... Mon dragon... Non... Pourquoi refuses-tu de m'obéir ?????

- Cela suffit, Seto...

Iris et Scylla purent entendre, venant de la gueule de droite, une voix féminine et étonnamment douce.

- Nous avons pactisés avec toi et jurés de te protéger uniquement dans le but d'éliminer celui qui t'a causé ce chagrin. Non pour engendrer le chaos ou soumettre les humains à une forme de tyrannie. Ton père a cherché à te manipuler. Les dragons d'Atrium ne doivent pas conquérir et dévorer les mortels, ils doivent les soutenir, et les guider. C'est ce que Manawyddan désirait, avant de finir scellé.

Soudain, le dragon se calma et Scylla n'eut guère besoin de lutter de toutes ses forces plus longtemps pour garder le contrôle.

- Tu peux nous éliminer, Iris. Notre rôle est dès à présent terminé ! Scylla a planté son épée à l'endroit où Seto garde le contrôle de notre corps, mais au moment où elle retirera ou lâchera son épée, il reprendra le dessus sur nous. Alors fais vite ! En retour, je ne vous demanderais qu'une seule chose... Une fois que Seto se matérialisera sous forme humaine... Ne le tuez pas...

- NON ! COMMENT OSEZ VOUS ME TRAHIR MAINTENANT ????

Enfin, le dragon ne bougea plus, devenant enfin une cible immobile et facile à atteindre pour Iris. Mais cela ne changea pas plusieurs faits. D'une, Scylla devait garder les deux mains sur la poignée de son épée, et deuxièmement, il fallait malgré tout qu'Iris envoie la sauce, car la peau du dragon était toujours aussi solide, bien qu'il était clairement affaibli. Donc elle risquait également Scylla si elle était imprécise. Or, Scylla, attendant la frappe d'Iris, semblait marmonner quelque chose, dans une langue incompréhensible...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Dim 3 Déc - 17:52

Tandis que le dragon hurlait à cœur joie, l'assaut d'Iris le frappa de plein fouet. Suite à cela, c'était au tour de Scylla, de passer à l'action. Elle profita de la perte d'équilibre du dragon pour lui foncer dessus. Malheureusement, ce dernier reprit son équilibre, et envoya valser cette dernière en activant un champ de forces. Puis, il suivit en lui fonçant dessus avec un énorme coup de griffe. Voyant la valkyrie s'écraser au sol à ses côtés, la mercenaire se mit en garde sans attendre, mais l'attaque frappa non pas des airs, mais du sol. Tout comme sa copine, elle fut envoyée au sol à son tour, et activa rapidement ce qui ressemblait une fois de plus à un second épiderme de peau, mais via son énergie. Et heureusement, car le dragon commença à s'amuser à piétiner les deux femmes. Bien que complètement bloquée au sol, la mercenaire subissait peu le poids du dragon, au moins. Du moins, elle l'avait activé uniquement pour l'impact, elle le désactiva rapidement, pour ne pas user trop d'énergie. Le piétinement était bien moins douloureux que l'impact de l'écrasement. Suite à cela, le prétentieux dragon, commença à se vanter, et à expliquer pourquoi la technique avait échoué. Puis, que la mercenaire avait fait une erreur de calcul et n'était qu'une novice, contre les dragons.

Finalement, le dragon cessa son piétinement, et prit de l'altitude. Soudainement, les autres dragons présents dans la cité semblaient prendre la fuite. Cela n'annonçait clairement rien de bon. Et pour cause, l'énorme dragon s'apprêtait à lancer une attaque visant à pulvériser certainement la cité. Il avait visiblement envie d'en finir. C'est donc après ses paroles, qu'une énorme vague de lumière qui allait tout détruire fut envoyée. Mais, bien qu'elle était certainement imparable, Iris ne comptait pas abandonner comme la valkyrie. Si cette dernière s'était résignée, ce n'était pas le cas de la mercenaire qui allait sans plus tarder prendre la fuite. Elle ne comptait pas mourir ici, et d'ailleurs, elle pouvait même emporter la valkyrie dans sa fuite, mais seulement cette dernière. Mais tandis qu'elle se préparait à activer son plan de secours, l'attaque fut tout simplement annulée. Enfin, plutôt stoppé par un énorme miroir de glace, visiblement invoqué par cette gamine qui venait de sortir de nul part. Bien que Scylla semblait la connaître, ce ne sera jamais le cas pour Iris, car après un ultime effort pour annihiler l'attaque du dragon, cette dernière rendit l'âme. Mais la mercenaire pointa rapidement son attention sur un détail intrigant : le dragon commençait à chuter. Bien qu'elle ne comprît pas pourquoi il souffrait soudainement, la valkyrie, elle, en profita pour le pourfendre, une fois que ce dernier s'écrasa avec fracas sur le sol. D'ailleurs, Iris pouvait noter que la fameuse lame semblait avoir visiblement fonctionné. Mais pas aussi efficacement qu'escompter. Scylla se débattait pour retenir le colosse, et demanda à la mercenaire de passer à l'attaque. Cela était inutile, en soi, car cette dernière n'avait pas attendu sans rien faire, et avait déjà préparé son intervention. Mais, le dragon riposta avant, et paralysa cette dernière avec des sortes d'anneaux, tout en crachant par la suite une sphère dans sa direction. Bon, ce genre de sorts n'allait pas franchement retenir ou empêcher la mercenaire de se défendre, mais avant même qu'elle fasse une action défensive, elle sentait qu'elle n'était plus à la même place. Elle réalisa rapidement qui était derrière cette intervention, et qui venait de manger de plein fouet la sphère.

Tandis qu'après cette action, le dragon commença à reprendre des forces, pour tenter de dégager la valkyrie, la mercenaire restait immobile. Elle fixait, surprise, ce type au sol, Law, qui venait de prendre sa place. C'était comme si plus rien n'existait autour d'elle, à ce moment. Tout ce qu'elle était capable de faire, c'était observer ce type.

- P-pourquoi... ? Pourquoi... ? J'aurais pu me...

Pendant ce temps, le dragon venait de nouveau de se poser au sol. Mais cette fois, ce n'était pas grâce à une aide extérieure, mais bien le dragon lui-même. Ou plutôt, la tête de droite, qui semblait être une femelle. Elle expliqua que son rôle, n'était pas de semer le chaos, mais uniquement la vengeance. De ce fait, elle, et les deux autres dragons semblaient désobéir soudainement à leur maître. Contre toute attente, ils allaient même jusqu'à demander à la mercenaire de les abattre, afin de mettre fin à tout ce chaos. Suite à cela, le dragon ne bougea plus, il était totalement immobilisé. D'un prédateur, il était devenu une proie vulnérable. Et tandis que le timbré qui servait de maître s'excitait, les dragons faisaient silence, attendant la mort. Il n'en fallait pas plus, pour que la mercenaire s'active. Elle venait d'avoir un moyen miraculeux de pouvoir débarrasser la vue de cette chose, sans devoir avoir recours à quelque chose de contraignant, qu'elle préférait éviter. Sans attendre, elle leva sa lame dans les airs. La pointe pointait vers le ciel, tandis qu'elle tenait son arme des deux mains. Rapidement, la lame s'enflamma, et semblait brûler d'un intense feu noir. Au bout d'à peine quelques secondes, les flammes semblaient monter de plus en plus haut, donnant presque l'impression que la lame était géante. À présent, la lame d'Iris, toujours au-dessus de sa tête, ressemblait à une flamme titanesque, donnant l'impression d'atteindre les cieux.

- Tu as raison... je ne suis qu'une novice, et j'ai fait une erreur. Mais j'apprends très vite, et tout comme moi, tu es également un novice, contre moi... Et tu vas vite regretter d'avoir sous-estimé mon pouvoir...

Soudainement, si l'homme enragé faisait attention, il pouvait observer la peau de son dragon, ainsi que ses écailles, et même l'épiderme, fondre comme si de l'acide était actif. Une aura noire et rouge émanait du dragon, et qui semblait responsable de l'effet.

- Mes fragments n'étaient que la première partie de mon plan, novice... La vraie technique, c'était la vague que tu as bouffée en pleine face. Tu t'es débarrassé de mes fragments, mais à partir du moment où mon énergie t'a atteint, c'était le début de la fin... Car, comparée à mes fragments, mon énergie a eu le temps, pendant que tu fanfaronnais, de se répandre dans l'énergie même de ton dragon, tel un poison, dévorant lentement sa victime... Et à présent, tu n'as plus aucune armure, et je vais à mon tour, te faire regretter ton erreur...

Suite à ces mots, les flammes noires s'intensifièrent, tandis que cette dernière lança une incantation :

- Flame of Nebula : Brutal Cutter !

Tandis qu'Iris récita ces mots, elle abattit sa lame. Elle frappa violemment le sol avec cette dernière, ce qui déclencha un son strident, semblable au tonnerre. Suite à cette détonation, une onde de choc tranchante traversa à la vitesse de l'éclair la cité. Cette onde laissa derrière son passage, qu'une énorme fissure au sol, d'où ressortaient d'intenses flammes d'énergies. L'attaque venait de littéralement couper la cité en deux. Une large fissure était à présent visible. Cela avait tranché n'importe quel objet, ou bâtiment, sur son chemin. Iris avait fait abstraction des potentielles victimes que ça allait causer, à l'heure actuelle, ce n'était plus la priorité. Son objectif était d'en finir avec ce dragon. Avant son attaque, on pouvait sentir un regard haineux, voire enragé, envers ce dernier. Comme si l'état de Law, lui avait donné une raison de se venger. Au fond, la haine lui avait monté au nez, en regardant le corps de cet homme, dans cet état, pour la protéger. Quoi qu'il en soit, l'attaque d'Iris était destructrice, mais précise. Ce n'était pas une explosion ou une technique bien large, juste une sorte d'énorme vague tranchante, faisant quelques centimètres de largeur. Vu la puissance qu'elle avait mise dans la frappe, en plus de l'armure déjà fragilisée de ce dernier, le dragon n'avait aucun autre destin que d'être coupé en deux, dans le sens de la verticale, comme le reste, qui se trouvait sur le passage de l'onde. Quant à Scylla, Iris a préféré ne pas chercher à l'éviter, en concentrant la totalité de cette onde sur le point faible. Avant de lancer son assaut, elle a observé comme une action verbale, de la part de cette dernière. Pour Iris, cela lui faisait penser que la valkyrie allait trouver un moyen de s'enfuir à temps. Du moins, elle espérait pour elle, car aucune protection, ni armure, ne pouvait arrêter l'attaque qu'elle venait d'envoyer sur le dragon, et encore moins y survivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Lun 11 Déc - 15:09

La technique d'Iris, qui visiblement était suffisamment violente pour couper la ville en deux, atteignit le dragon pile au milieu de son corps gargantuesque, n'épargnant pas une Scylla qui luttait pour maintenir prisonnier l'esprit de Seto au sein du dragon. La déflagration était intense, cependant, malgré que l'onde de choc avait découpé en deux même les bâtiments les plus solides et les mieux bâtis, le dragon, lui, resta en un seul morceau après l'impact, prouvant à quel point il était extrêmement solide. En revanche, il tomba à terre, provoquant un fracas monstre sur le sol qui trembla. Il respirait encore, mais aussi majestueux était-il, il semblait hors d'état de nuire et pour de bon. L'une des têtes, bien qu'immobile, tenta de dire quelques mots:

- Merci, mercenaire...

Maintenant que l'ennemi, qui remercia Iris de l'avoir vaincu, était au sol, les choses pouvaient paraître plus calmes. Néanmoins, Scylla avait disparue. Aurait-elle été désintégrée par la violente technique de la mercenaire ? Par chance, quelques secondes s'écoulèrent avant qu'Iris puisse entendre une voix qui devrait la faire retourner.

- Beau travail, Iris.

C'est ainsi que Scylla était stationnée un peu plus loin, derrière Iris, sur un champ de gravas. Elle semblait intact, comme si elle avait totalement été épargnée par l'assaut d'Iris, et pour couronner le tout, elle portait une armure que la mercenaire aux cheveux roses n'avait pas encore eu l'occasion d'observer. L'intégralité de la tenue était de couleur rose, du plastron jusqu'aux jambières, et la chevelure de la valkyrie était coiffée en tresses. De plus, elle tenait en mains deux épées, aux lames scintillantes, comme si elles n'avaient jamais été utilisées jusqu'à maintenant. Une longue cape ondulante derrière ses épaules, elle dégageait non seulement une apparence qui forçait le respect, mais en plus, si Iris était observatrice, Scylla semblait trois fois plus puissante que jusqu'à présent.

Spoiler:
 

Scylla s'approcha d'Iris, sereinement, avec un léger sourire rassurant sur son visage.

- C'était juste... Si je n'avais pas invoqué cette armure à temps, j'aurais fini découpée en deux. Des fois, je m'impressionne moi-même.

Scylla s'interrompit lorsqu'elle aperçut autour d'elle une foule de citoyens, venus pour vérifier qui étaient les auteurs de ce fracas. Et malgré qu'Iris venait de sauver la cité en vainquant le conquérant, il n'y avait que du mépris dans le regard de ces citoyens envers elle. Probablement parce que l'onde de choc avait fait, à lui seul, plus de dégâts que tout ce qu'avaient propagés les dragons blancs, emportant sûrement des innocents dans la foulée. Si Scylla et Iris tendaient les deux oreilles, elles pouvaient entendre des paroles amères à leurs sujets.

- Est-ce la fin du monde ?

- Il existe quelque chose d'encore plus terrifiant que les dragons ? Bonté divine, qu'allons nous devenir ?

- Ces envoyés du diable ont failli détruire intégralement notre ville. Qu'ils retournent d'où ils viennent !

- Ignore-les. Avec tout ce chamboulement provoqué par cet assaut, je ne peux que comprendre cette ingratitude vis-à-vis de nous. Mais ce n'est pas important, et ce n'est pas comme si l'avis des mortels t'intéressait, n'est-ce-pas ? Quoiqu'il en soit, je pense que je te dois des explications concernant ce déferlement d'énergie qui me traverse. Je n'ai nullement caché mon jeu jusqu'à maintenant, en réalité. Ceci est l'armure Vermillion, elle nécessite une quantité astronomique d'Eldrit pour que je puisse l'invoquer. J'ai donc profité que j'ai implanté Gram dans les cervicales de ce dragon pour lui pomper de l'énergie. En retour, si je l'invoque, toute attaque magique, ensorcellement ou déferlement d'énergie est stoppé par cette armure qui me protège, et convertit cette aura en Eldrit pur qui se lie au mien. Voilà pourquoi j'ai survécu et que, par ailleurs, je semble gonflé à bloc.

- Héhoooooo !

Scylla se retourna, et vit Eloraell et ses elfes faire signe à Scylla depuis quelques débris.

- Que le Nirvana soit loué, vous vous en êtes tirés.

- Oui, et visiblement, nous avons bien fait de nous en aller de ce château. Je n'en reviens pas qu'avec l'aide d'un seul souffle, ce dragon ait pu rayer de la carte un monument de cette envergure...

- Votre majesté, puis-je vous demander une ultime faveur ?

- Que puis-je faire pour vous ?

- Pouvez-vous vérifier l'état de cet homme tatoué, sur le sol ? C'est mon ami, et le savoir sain et sauf serait un soulagement suffisamment nécessaire pour que je puisse savourer un minimum cette victoire...

En acquiesçant de la tête, Eloraell se rua vers le corps de Law, allongé à terre, inconscient. Elle posa ses deux mains sur son torse tatoué, et une douce lumière lia l'elfe au pirate. Après quelques secondes les yeux fermés et concentrée, Eloraell remua la tête de gauche à droite.

- Il vit encore, mais ma magie seule ne le guérira pas de sa douleur. Il a les côtes fêlés, et la tension à peine palpable. Je peux faire en sorte qu'il ne finisse pas handicapé à vie, mais... Le taux de chance que cela fonctionne est faible, et par ailleurs, il me faudrait sous la main un large groupe d'elfes de type soigneur, ainsi qu'une bonne heure de soins intensifs pour le guérir, ne serait-ce qu'un peu, le reste dépendra de lui et d'une rééducation du tonnerre.

- Pouvez-vous l'emmener en dehors de la cité ? Vous trouverez un large navire avec un aigle doré à l'avant. C'est son navire, et notre ticket de sortie pour quitter cet enfer. Faites de votre mieux pour le tirer de son pétrin, on a besoin de lui pour naviguer, et surtout...

Une petite émotion pouvait s'entendre dans la voix de Scylla.

- Ce mortel est précieux à mes yeux... Je veux qu'il puisse vivre encore intensément sa courte vie. Je me sentirais coupable si il finirait mal à cause de moi...

- Hum, nous allons faire le nécessaire.

Eloraell donna l'ordre à Feriel et le reste des elfes à ses côtés de prendre Law en charge, et de l'emmener loin de ce champ de ruines. Eloraell, quand à elle, ne bougea pas.

- Dites-moi la vérité, Scylla. Avez-vous abattu pour de bon Seto ?

- Non, nous n'avons vaincu que son dragon. Seto ne va pas tarder à se matérialiser, et revenir. Mais, vu ce qui est arrivé à Murai après que son dragon soit découpé en deux, je doute fort qu'il aura l'énergie nécessaire pour nous tenir tête, alors il n'y a aucune raison de.... aaaaah... non... Dites moi que je rêve.

Soudainement, Scylla fixa ailleurs avec des yeux tremblants, comme si elle venait de voir le diable. Et si Eloraell et Iris tournaient la tête vers la même direction, elles pouvaient voir un homme, qui, au premier regard, ne devrait pas être reconnu. Mais si on l'observait de plus près, il s'agissait de Seto, avec des cheveux blancs, et des yeux écarlates, ne représentant rien d'autre que la haine. Avant, malgré son tempérament diabolique, Seto dégageait une impression positive, avec une aura blanche et non inquiétante. Mais maintenant, il n'était plus qu'un amas de sentiments négatifs.

Spoiler:
 

- Et bien, tout va bien dans le meilleur des mondes. Il dégage bien plus d'aura qu'Aithusa...

- Hum, et tout cela, je le dois à l'acte fou et suicidaire de la mercenaire. Quand j'ai vu Aithusa, mon ange gardien, périr après m'avoir abandonné et laissé seul à mon sort, j'ai commencé à développer une violente rage, couplé avec le désespoir et l'envie de tout détruire. C'est la seconde fois que je ressens autant de mépris, la première, étant bien sûr, la nuit où mon clan fut éradiqué de l'existence. Quoiqu'il en soit, je viens de perdre mon seul ami, mais... c'est un mal pour un bien, car grâce à toi, Iris, je n'ai jamais été aussi puissant que maintenant. Tu as toute ma gratitude.... novice....

... et par ailleurs, je constate que tu ne dégages plus autant de ferveur maintenant que tu as sorti le grand jeu. C'est bien, je vais pouvoir prendre bieeeeeeen mon temps pour te torturer et te briser pour m'avoir séparé de mon dragon. C'est la seconde fois que l'envie de brutaliser quelqu'un avec ma colère est aussi grande. En revanche, toi, Scylla, je remarque que tu es également revitalisée. J'imagine que tu as su également tirer parti de la technique de cette mercenaire, pas vrai ? Cela m'arrange, on va enfin pouvoir se donner corps à corps, toi et moi, à une véritable bataille, entre souverains...


- Pour quelqu'un qui a perdu son seul ami, tu ne sembles pas si effondré que ça, ou plutôt, tu as l'air d'avoir vite tourné la page.

- J'ai eu un moment de faiblesse, et cela a coûté sa vie. C'est une réalité qui ne disparaîtra jamais. Que dis-je, c'est LA réalité. L'unique loi en ce monde, c'est que la faiblesse est impardonnable. Et cela, mon père l'a parfaitement compris comparé à mon défunt clan. Cela vaut également pour mes camarades disparus. Eltia, Argoth, Urien sont morts car ils n'ont pas été fichus de survivre à une bataille contre quelques rats de votre espèce. Ils ont été faibles, leurs âmes sont désormais en enfer. Point...

A ces paroles, Eloraell semblait se réveiller. Elle serra des poings et prit un ton plus agressif envers Seto.

- Comment oses-tu voir les choses ainsi alors que tu as suivi l'enseignement de ma mère ? Toi qui sembles te lamenter de sa disparition, as-tu déjà oublié ce qu'elle t'a appris ? Ou alors, peut-être que tu n'as jamais montré la moindre oreille attentive à sa philosophie ? C'est ce qu'on est pour toi, des faibles ? C'est ainsi que tu vois mère ???

- Exactement... A force de trop croire en la paix et à une solution sans la moindre effusion de sang, elle en est morte. C'est sa faiblesse d'esprit qui l'a trahi. Eloraell, Scylla, regardez autour de vous ! Et osez me dire le contraire ! Une cité jadis rayonnante, majestueuse, pleine de vie et qui prospérait avec frivolité, a connu un destin tragique, noyé sous un tas de cendres ! C'est le destin de tout homme, mourir ! Tout le monde vit, et tout le monde meurt. Et devant cette fatalité, l'homme, conscient de sa faiblesse, prend peur. Ils sont tels des loups, se rassemblant en meutes pour faire tomber le dragon, qui lui, est un mythe rarissime, dont encore beaucoup d'hommes refusent de croire l'existence. CECI est la réalité que je rejette. Par cette guérilla, j'ai cherché à prouver que les dragons peuvent aussi se rassembler sous la même bannière, et faire entendre son hurlement ! N'est ce pas ce que tu cherchais à faire, Scylla, quand tu te faisais appeler Titania Archaelis ? Ne cherchais tu pas à répandre l'honneur de ton clan à travers les loups que tu chassais inlassablement ?

- Je suis d'accord sur un point... Les loups se rassemblent parce qu'ils ont peur, peur de connaître la mort par simple caprice d'être abjects comme toi, ou moi, jadis. Je ne contredis pas le fait... que je suis peut-être légèrement responsable de l'attitude vénale des mortels envers des êtres comme toi, moi, ou même Iris ici présente... J'ai contribué à cette peur en la semant à travers la Yokume. Cependant, je considère que tout le monde à droit à une seconde chance si l'on prend la peine de se remettre en question. J'ai reçu le pardon des mortels, alors, je leur donne mon pardon. Ma haine envers eux n'est plus, et tu sais pourquoi ? Parce que la différence entre toi et moi, c'est que tu restes prisonniers des sentiers battus du passé. Moi, c'est l'avenir qui guide mes pas et mes actions. Toi, tu es un fléau pour l'humanité, tout simplement !

- Un fléau aussi dissolu que tes principes, valkyrie ! Tu te permets de me juger, alors que ce que tu as répandu en cette soirée, avec ton amie la mercenaire, n'est rien d'autre qu'une autre facette de mon action ! Décider qui vit, et qui meurt, c'est exactement ce que tu as fais, tout comme moi. C'est la guerre, aussi impure soit-elle ! Et toi, tout comme moi, a le pouvoir de prendre cette décision. Par ailleurs, à travers quelle loi, quels écrits, quels traités me juges-tu, chevalière ? La loi des valkyries ? La loi du nirvana ? Cela m'étonnerait, puisque tu es seule. Non, je jugerais plutôt...

Seto laissa échapper un léger rire étouffé.

- ... que tu te bases simplement sur ce tissu de mensonges qu'est la justice !

- Pauvre type, va...

Cette fois, c'est Scylla qui laissa échapper un léger rire.

- Pour qui me prends-tu ? Je m'en fous de la justice, et je n'ai pas souvenir de m'être considérée une seule fois comme une héroïne. Tout ce qui compte pour moi, c'est de me battre pour les êtres que je juge méritants et dignes de recevoir mon soutien. Et à cela, je ne me base pas sur une chaîne de la faiblesse révolue et écrite par des minables de ton envergure ! J'observe, je vis, je regarde et j'analyse. J'ai le flair pour déduire qui mérite que je risque mon honneur de chevalière en son égard, et qui doit être pourfendu haut et court par mon épée. Je ne suis pas LA justice, et même si j'étais sur le trône à diriger ce monde, je ne serais jamais la justice, par contre, je ne vois aucun inconvénient, pour devenir TA justice !

- Mwahahahaha ! C'est mieux, princesse ! J'aime cette attitude flamboyante et galvanisante chez toi ! Maintenant, assez parlé, et battons nous avec plaisir, comme seul deux conquérants de notre envergure peuvent en jouir ! Mais au bout du compte, tu comprendras que ta seule voie de secours sera de prier que les esprits de tes légendaires parents te guident face à moi, sauf que... JE SUIS INEXORABLE !

- Finissons-en, dragon corrompu ! Mais j'aurais cependant une dernière faveur à te demander. Battons nous ailleurs qu'au beau milieu de ce sol poussiéreux. Ce peuple a suffisamment souffert de ton existence et de ta folie.

- Hum, si cela te permet de demeurer concentrée et de m'offrir un beau combat, alors... accordé...

Seto fit apparaître des ailes noires fictive sur son dos pour s'envoler en dehors de la ville. Ce que Scylla imita.

***

Les trois combattants s'arrêtèrent au beau milieu d'une large prairie, loin de toute civilisation. Le champ était parfaitement vierge, rien que des brins d'herbe sous leurs pieds, et rien d'autre. En revanche, le ciel s'était profondément dégradé. Les nuages étaient sombres, et une large pluie commença à s'abattre sur le terrain, accompagné d'un tonnerre grondant férocement.

- Haaa, un décor parfait pour le combat qui va suivre. Je ne pouvais en rêver mieux. Et la météo a l'air également de vouloir se mêler à notre périple !

- Hum ? Attends une minute.

Scylla le remarqua petit à petit, mais les gouttes d'eaux qui coulèrent le long de son corps, donnaient une impression assez douloureuse. l'Eldrit de Scylla raisonnait étrangement, et son visage brûlait légèrement.

- De la pluie acide ?

- J'admets être légèrement responsable du temps actuel. Quoi, vous n'aimez pas le fait que je vous offre une douche gratuite ?

- Merde !

Scylla planta une de ses deux épées sur le sol. Un large champ de force rouge protégea les deux femmes de cette pluie, tandis que Seto s'avança pour frapper le champ de force avec sa Claymore.

- Bon, mon bouclier devrait nous protéger quelques minutes. C'est parfait, car il faut qu'on parle là... J'ai un plan d'action où cette fois, les rôles sont inversées. C'est toi qui vas devoir bloquer les mouvements de notre ennemi pendant que je prépare le grand jeu. Mais il faut que je sois sûre que tu puisses me suivre suffisamment longtemps pour cela. L'attaque que tu as utilisé avant a du esquinter ta lame, j'imagine. Peux-tu me la montrer ? J'ai besoin de m'assurer de quelque chose.

Scylla demanda quelque chose d'assez inhabituel à son alliée. Aurait-elle remarqué quelque chose avant le début de ce nouveau combat au sujet de la lame d'Iris ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Mer 20 Déc - 16:55

L'assaut meurtrier et tranchant de la mercenaire avait eu raison du dragon. Ce dernier s'effondra, vaincu. Et tandis que le calme était revenu, la mercenaire en profita pour souffler. La vérité, c'était qu'elle n'a jamais utilisé cette technique avant aujourd'hui. C'était complètement différent de l'entraînement. Là, quelque chose d'absolument grandiose semblait l'envahir, mais le plus inquiétant pour la mercenaire, était qu'elle venait de ressentir une étrange sensation au moment du lancement. Pratiquer cette technique en situation réelle était clairement quelque chose que la mercenaire ne refera plus si elle a le choix. Si elle n'avait pas relâché son attaque, elle aurait certainement été bien plus destructrice, car Iris aurait perdu le contrôle. Et, qui sait ce qu'il serait advenu de la cité, si même un assaut contrôlé a réussi à couper la ville en deux. Elle n'osait pas imaginer le résultat, si elle avait réellement perdu le contrôle, ou pire, si cette étrange énergie qui s'empare d'elle parfois, avait fait acte de présence.

Rapidement, la valkyrie réapparut dans la scène, visiblement en forme, et portant une nouvelle armure. Iris se doutait que la valkyrie allait trouver un moyen, donc elle ne fut pas surprise. Néanmoins, les explications de cette dernière quant aux capacités de son armure étaient fort instructives. Dans le même temps, des réactions pouvaient être entendues dans la zone. La plupart des citoyens étaient apeurés et observaient la mercenaire avec mépris. Bien que cela n'atteignait pas la mercenaire habituellement, elle ne pouvait s'empêcher cette fois de ressentir quelque chose. Peut-être était-ce dû à son changement d'esprit actuel depuis le début de cette bataille, ou autres, mais ce n'était rien de bon. Tout ce qu'elle ressentait en entendant tout cela, c'était de l'injustice et de la colère. Rapidement, elle observa à son tour avec mépris les quelques regards qui la croisaient, et ceux-là devaient certainement ressentir un frisson angoissant à ce moment. Même si ce n'était pas son objectif, elle estime qu'elle s'est crevé le cul pour eux, là, et recevoir un tel mépris réactiva sa haine viscérale envers les mortels. Finalement, la valkyrie avait tort, cela affecta la mercenaire, bien plus que d'habitude, à cause du chamboulement dans sa tête. Cependant, elle se contenta de feindre, et de répondre de façon rassurante, histoire de cacher son envie de meurtre de masse.

- Ouais, je m'en fou...

Quelques secondes plus tard, ce fut les elfes qui arrivèrent. Une discussion s'engagea avec la valkyrie, qui demanda finalement si ces derniers pouvaient s'occuper de Law. Le pronostic vital était optimiste, mais c'était bien moins joyeux pour son avenir. Il allait survivre, mais dans quel état ? Telle était la question. La mercenaire ne pouvait s'empêcher de ressentir du regret. Si seulement elle avait été plus forte, si elle savait contrôler cette énergie qui s'empare d'elle sans qu'elle ne le contrôle, elle aurait certainement pu empêcher ce drame. Là, tout ce qu'elle pouvait faire, c'est observer cet homme qui a risqué sa vie, pour une femme qui l'a méprisé plus qu'autre chose. Cependant, son malaise fut interrompu brusquement par une douleur au cœur. Cela venait de faire l'effet d'un coup de poignard. La douleur n'était pas énorme, mais suffisante pour perturber Iris. Elle mit rapidement la main sur ce dernier par réflexe, sans réellement montrer quoi que ce soit point de vue extérieur. Mais intérieurement, la douleur ne s'arrêtait pas, et il n'y avait pas que le cœur, son Eldrit également semblait s'emballer. Sa technique venait de provoquer des conséquences qu'elle n'expliquait pas. Elle ne comprenait pas ce qui se passait dans son corps. De vives douleurs la frappaient, allant jusqu'à lui provoquer une grimace, et la forcer à poser un genou à terre. Cela dura quelques secondes, et semblait finalement se calmer, mais malheureusement, un problème n'arrive jamais seul. Tandis qu'elle avait encore un genou au sol, elle venait de croiser du regard sa lame. Et ce quelle vit la terrorisa. Ses yeux s'étaient écarquillés soudainement, comme si elle venait de voir un fantôme. On pouvait presque lire la terreur dans son regard. Ce qu'elle venait d'apercevoir était des fissures effrayantes sur son arme.

- Comment... ? Impossible... pourquoi ma lame est fissurée... ? Non... pas ça.. non, non, non, non... Pourquoi maintenant ? Serait-ce ma technique précédente ? Et pourquoi j'ai si mal ? Serait-ce à cause de ma faiblesse ? Je faiblis à cause des événements... ? Je n'ai donc pas le droit de ressentir des sentiments ? Mon esprit faibli à cause de ça... ? Ma volonté n'est-elle plus aussi forte qu'il y a quelques jours ? … Ces mortels, c'est leur faute... Si seulement j'étais resté seule... Pourquoi je me suis engagé dans cette bataille ? …

Non, non, reprend toi Iris, les mortels ne sont pas responsable de cela. Je ne dois pas rejeter ma faiblesse sur les autres... Mais que dois-je faire ? Sans ma lame je...

Tandis que la mercenaire était toujours au sol, perdue dans sa tête, un nouveau problème semblait faire son apparition. Il s'agissait de ce Seto, qui visiblement venait de revenir, mais loin d'être affaibli, comme suggéré par la valkyrie. Au contraire, il semblait en pleine forme et bien plus puissant. Cela n'arrangeait pas la mercenaire, qui n'avait plus du tout l'envie de se battre. Entre les douleurs fréquentes, l'instabilité de son Eldrit, et sa lame fissurée, c'était un cauchemar la situation actuelle. Bref, maintenant que ce type était de retour, il recommença à ouvrir sa bouche pour toujours plus de vantardise et de prétention. Il profana par la suite des menaces à la mercenaire, par vengeance et colère. Il pensait d'ailleurs que la mercenaire était hors d'état de nuire, ou loin de représenter une menace, maintenant qu'elle avait lâché le grand jeu. Ce qui était totalement faux, mais véridique d'un autre côté. Ce n'était pas un souci de fatigue, mais psychologique, le résultat de sa perte de ferveur. Et tandis que ce dernier échangea de nouveau avec la valkyrie, Iris était toujours perdu dans ses pensées. Sa lame l'inquiétait bien plus que ce fanfaron, et l'idée du repli lui traversait l'esprit depuis plusieurs secondes. Finalement, qu'est-ce qu'elle en avait à foutre des mortels ? De cette valkyrie ? De ce type ? Ce n'était pas sa guerre, et la suite n'était guère optimiste avec ce type blindé aux hormones.

- J'en ai assez de tout ça, je n'ai rien à faire ici, je perds de vu mon objectif... Reprends-toi Iris, tu ne dois rien à cette valkyrie, ni à personne ! J'ai toujours été seule et c'était bien mieux ainsi... Ce monde a beau brûler, je n'en ai rien à faire ! J'en ai rien à faire... rien à...

Soudainement, c'est l'image de la gamine, qui lui revenait en tête. Puis celle de Kula dans son triste état, et également ce Law, qui venait de donner pratiquement sa vie pour Iris. Puis, finalement, ce fut le destin funeste de la valkyrie qui lui vint à l'esprit si elle l'abandonnait maintenant. Mais, cela était-il suffisant pour sacrifier son ambition ? Pour perdre de vue son objectif ? Pourquoi seulement quatre personnes à tout casser devraient l'empêcher de dormir ?

- Que faire... ? Pourquoi c'est si dur ? Pourquoi j'hésite ?! Je ne leur dois rien, rien, rien ! C'est leur faute à eux, si je suis dans cet état ! Leur faute si ma lame souffre ! Tout est de leur faute ! Je ne leur dois rien ! Ma mère les a bien abandonnés elle... même moi... Est-ce parce que je suis faible, qu'elle m'a abandonné... ? Suis-je à ses yeux ce que sont les mortels aux miens ? Ma faiblesse serait la cause des fissures... ?

Pendant que la mercenaire se posait mille et une question, oubliant tout ce qui l'entourait, la discussion entre l'ennemi et la valkyrie continuait. Cependant, la voix de ce type commençait à sérieusement agacer cette dernière. Ses paroles, son attitude, son existence même commençaient à enrager Iris. Plus la discussion durait, plus sa voix résonnait dans sa tête, comme un mauvais esprit qui s'amusait à torturer l'esprit de sa victime. Cela lui provoqua un mal de crâne horrible et une envie de meurtre soudaine. Ce type devait se taire, il fallait qu'il se taise, elle supportait plus la perturbation auditive qu'il provoquait. Puis, soudainement, la mercenaire fut frappée d'une révélation, comme si quelque chose venait de s'éclairer dans son esprit.

- Je comprends à présent... ce n'est pas ma faiblesse la cause, ni les mortels, mais ce type ! C'est sa faute si ma lame est fissurée ! Sa faute si j'ai mal au crâne ! Sa faute si j'ai dû utiliser cette technique ! Sa faute si ces mortels me méprise ! Oui ! Oui, tout est de sa faute à cette raclure de dragon ! Il faut que je le tue ! Je vais le tuer, le tuer... le tuer... Oui, je dois le tuer, l'exterminer !

Maintenant que la mercenaire était en train de développer une haine féroce contre ce type, son regard ne le lâchait plus. Il était noir et haineux, tandis que son esprit devenait meurtrier. C'est ainsi que lorsque la valkyrie et ce type partirent en direction d'un endroit moins peuplé, la mercenaire suivit sans hésitation. Il n'était plus question de fuir, mais de le tuer, de l'atomiser, de lui faire fermer sa gueule à tout jamais. La mission ne comptait plus, elle allait le tuer, à tout prix. Il était responsable de son malheur actuel, il devait mourir, souffrir, payer. Cependant, pendant le trajet, le doute la rattrapa. Ou plutôt, le calme.

- Qu'est-ce qui m'arrive... ? Pourquoi je deviens aussi haineuse ? Pourquoi j'angoisse ? Il faut que je me reprenne... Je ne le tuerai jamais si je suis dans cet état... Mais les douleurs, et ma lame... si elle casse je...

Finalement, Iris arriva à destination, la tête toujours remplie d'idées noires. Sauf que cette fois, elle était partagée entre haine et raison. Un combat était en train de faire rage dans son esprit. Un combat contre sa haine et sa rage. Elle devait absolument se calmer et reprendre son calme, sinon elle sait que cela allait lui coûter cher, comme contre ce légendien. Sa surprise et sa colère avaient failli lui coûter la vie. C'étaient deux choses à éviter dans un combat, ces sentiments. Mais c'était plus facile à dire qu'à faire aujourd'hui. En plus de sa colère montante, elle devait gérer ses douleurs chroniques, et le stress dû aux fissures sur sa lame. Elle était tellement ailleurs, qu'elle ne ressenti que quelques secondes plus tard, qu'un genre de picotement lui titillait l'épiderme. Elle remarqua rapidement qu'il s'agissait de la pluie, qui semblait être acide. Il ne manquait plus que ça tien. Bien qu'elle puisse remercier son épiderme naturel qu'elle n'expliquait toujours pas, de lui procurer une protection suffisante contre cette pluie. D'ailleurs, actuellement, l'épiderme de la mercenaire donnait l'impression que de l'énergie était dégagé de ses pores. C'était en vérité simplement la couche protectrice qui faisait son travail, en prenant les dégâts directement. L'effet s'arrêta cependant, lorsque la valkyrie invoqua un genre de bouclier qui protégea les deux femmes de la pluie. C'est pendant cet interlude, que Scylla s'adressa finalement à la mercenaire, qui était restée silencieuse depuis tout à l'heure. Elle lui décrivait son plan, avant d'enchaîner sur quelque chose qui fit réagir la mercenaire : sa lame. Visiblement, la valkyrie avait remarqué les fissures sur cette dernière, et semblait s'en inquiéter. Iris lui répondit d'une voix frêle, sans même s'en rendre compte. Son ton habituellement assuré, laissait place à un ton bien plus morne, incertain. On pourrait presque ressentir une perte de motivation, voir de la déprime.

- … Je.. je ne sais pas vraiment pourquoi... Mais si ma lame se brise, c'est bien plus grave que tu ne le penses... Je ne sais pas utiliser la magie, autrement que via une lame...

Sans discuter davantage, elle montra sa lame à la valkyrie. Pendant ce temps, la suite des paroles de la mercenaire changea cependant de ton. C'était presque comme si elle était plus toute seule dans sa tête, actuellement. Ce ton était assez déterminé et sérieux. Le calme avec lequel elle parlait donnait presque une sensation malsaine à ses paroles.

- Mais elle tiendra, ne t'inquiète pas, je te soutiendrais... Suffisamment longtemps pour que je puisse détruire ce néfaste insecte...Tout est de sa faute, je vais le tuer...

Même si ces paroles pouvaient inquiéter la valkyrie, quant à la santé mentale actuelle de la mercenaire. Elle n'allait certainement pas pouvoir faire grand-chose, étant donné que l'ennemi se rapprochait du bouclier. Il était donc clair qu'après avoir observé la lame de la mercenaire, elle devra croire les paroles d'Iris, quand elle dit qu'elle la soutiendra dans son plan. Bien qu'elle semblait avoir développé une haine tenace contre ce type, elle avait encore toute sa tête, et était lucide. Il y a juste le détail du meurtre qui allait à l'encontre du plan prévu au départ, mais là, c'était surtout par colère et haine, que ces paroles émergeaient...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1238
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 28

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Jeu 28 Déc - 0:54

Comme Scylla le redoutait, la lame d'Iris était belle et bien fissurée. Or, cela allait à l'encontre de son plan pour défaire le néfaste insecte en question. De plus, un autre souci de taille venait rajouter de la difficulté à l'opération, alors que les deux femmes étaient proche de mettre un terme à cette bataille. Iris avait troqué son air assuré, contre un fort sentiment de déprime que Scylla pouvait ressentir à des kilomètres. Elle expliqua sa principale faiblesse, c'est à dire qu'elle ne pouvait utilise la magie sans une lame. Mais Scylla comprit surtout qu'Iris ressentait probablement de l'attachement envers sa lame. Un sentiment que Scylla ne pouvait avoir elle-même. Elle possède tout un arsenal qu'elle peut invoquer à loisir, étant la principale source de son pouvoir. Après avoir vu Gram se fissurer suite au choc avec le dragon blanc, elle ne ressentit rien, ni aucune faiblesse d'esprit, ni déprime quelconque. Mais dans le cas d'Iris, elle paraissait hors de son état naturel. Scylla voyait bien la solution de prêter une de ses épées à Iris, mais elle doutait fortement qu'elle serait aussi efficace avec que jusqu'à maintenant, et elle se refusait un peu de retirer Iris de son bien.

De plus, ses dernières paroles rendaient encore plus Scylla anxieuse. Elle semblait envahie par une profonde colère envers Seto. Scylla ne comprenait pas Iris. Elle qui semblait jusqu'à maintenant assez froide, indifférente à la situation et n'était présente que pour respecter un engagement de la valkyrie envers son objectif, elle souhaitait voir Seto mourir. Comme si il était la cause de toute la souffrance de la mercenaire. Et puis, Scylla avait remarqué auparavant qu'Iris semblait être envahie par de fortes douleurs. Quoi de plus normal après l'attaque dévastatrice qui élimina pour de bon le dragon tricéphale. Que Seto revienne encore plus dangereux ne faisait définitivement pas parti du plan. Voilà pourquoi Scylla fut presque tentée de demander à Iris de s'en aller et de fuir le combat, à cause de son éternel instinct protecteur, mais elle était présente, et avait décidé de suivre la valkyrie pour affronter le dragon corrompu. Advienne que pourra. La valkyrie décida de ne montrer aucun signe d'inquiétude face à l'état mental assez préoccupant d'Iris, et de continuer à parler de choses sérieuses, car le temps manquait. Seto frappait le bouclier pour le briser, et Scylla estimait la durée de vie de cet abri à quelques minutes.


- Bon, écoute attentivement. J'ai déjà affronté, par le passé, des types comme lui qui sont blindés au sang noir, et tous bénéficiaient d'une solide protection qui renforçait l'épiderme, au point qu'il était aussi compliqué de les blesser que d'abîmer une armure aussi dure que le diamant. Sauf que dans le cas de Seto, il semblerait que l'évolution de son sang a atteint des records. Je ne suis pas sûre de le trancher aussi facilement que les autres glandus que j'ai vaincu jusqu'à présent. Il va d'abord falloir que je l'affaiblisse autrement qu'en le blessant. J'ai la solution pour ça...

Scylla montra à Iris ses deux épées. L'une rayonnait avec une lumière blanche rafraichissante, chaleureuse et éblouissante. Tandis que l'autre semblait sombre, noire, comme le désespoir. C'était le jour et la nuit si l'on pouvait comparer l'impression énergétique que dégageaient ses deux épées.

- Depuis que j'ai revêtue cette armure, je suis en mesure d'utiliser ces deux épées qui demandent une concentration assez extrême. Cette épée noire se nomme Hecate de l'astre lunaire, elle n'est pas très puissante, mais en revanche, elle peut se connecter à mon Glyphe pour que je puisse l'utiliser afin de le vider de son Eldrit. L'ennui est que je ne pourrais pas trop charger cette épée d'Eldrit, au risque de la briser en quelques coups. Voilà pourquoi je vais également utiliser cette épée nommée Horus de l'astre solaire, c'est avec elle que je vais donner le coup final à Seto après avoir bien converti l'Eldrit absorbé pour qu'elle s'adapte à cette épée de lumière. C'est là qu'il me faut absolument une alliée de taille. Après chaque coup, je vais devoir transférer l'énergie entre mes deux épées, et cela me prendra au moins une à deux secondes à chaque tentative. Face à Seto, la moindre seconde comptera. Voilà pourquoi j'ai besoin que tu suives mes mouvements à la lettre, et que nous frappons chacune à notre tour, sans lui laisser le temps d'agir. Je n'ai pas besoin qu'on le blesse, ni qu'on mette le paquet, car cela serait prendre un risque considérable. Je souhaite juste l'empêcher d'agir pendant que je le frappe toutes les deux secondes. Une minute... une minute seulement suffira pour que je puisse utiliser ma technique la plus redoutable sur lui. Tout sera fini à cet instant...

Scylla semblait sûre d'elle en ce qui concerne l'efficacité de cette technique. Mais pour la préparer, elle espérait qu'Iris soit prête à tout donner pour aider Scylla. Et pour être persuadée que la mercenaire puisse retrouver un minimum son esprit combattif, elle posa sa main droite sur la lame d'Iris, et fit briller son symbole sur cette même main.

- Je vais renforcer ton arme avec un tissu d'Eldrit suffisamment dense pour que tu puisses donner encore une trentaine de coups avec, sans agrandir la fissure. C'est le mieux que je puisse faire pour t'épauler. Le reste dépend de toi et de ton unique volonté. Surtout, ne laisse pas ta colère guider tes mouvements, sinon, tu tomberas à la seconde où Seto le percevra. Bien, es-tu prête ? N'oublies pas, tout se jouera au moment où nous engagerons le premier coup. Nous n'avons pas le droit à l'erreur. Montre moi ce que tu as dans les tripes, mercenaire au sang Légendien !

En parlant de fissures, le bouclier commença à montrer un signe de faiblesse. Seto avait donné une bonne trentaine de coups pendant que Scylla donnait ses directives à Iris. Seto se languissait d'avance de pouvoir détruire cette valkyrie, et sa pote la mercenaire. Chacun de ses coups prouvait sa folle envie de défaire ses ennemis.

- Azelia, ce combat... ce n'est pas toi qui l'as programmé...

***

Seto étudiait tranquillement les ouvrages que lui ont laissés ses prédécesseurs, histoire de marcher plus profondément sur les traces de ses ancêtres et de son clan. Mais son apprentissage au sein de son repaire fut interrompu par la venue d'une femme à la beauté empoisonnée.

- La reine lunaire vient en personne me rendre visite... Quel... honneur, hum...

Seto était déjà au service d'Azelia en cet instant. Mais il passait le plus clair de son temps dans son repaire, en compagnie de ses fidèles lieutenants qui lui ont jurés allégeance pour terminer la vie de Sairu Jumeis. De ce fait, les liens entre le dragon et la succube étaient ambigus. D'un côté, Seto en avait tellement rien à carrer de sa commandante qu'on pouvait songer que les deux ne s'appréciaient guère, mais dans un autre sens, il avait tellement de liberté comparé au reste de l'armée démoniaque qu'on pouvait songer qu'un accord intime entre eux existait bel et bien. Seto continuait de tourner les pages de son ouvrage, les deux pieds posés sur la table et la chaise penchant en arrière, ignorant complètement le sourire chaleureux de la reine lunaire.

Spoiler:
 

- Bonsoir, Seto. Je suis ravie de voir que tu t'instruis de ton côté. As-tu quelques instants à consacrer à ton instructrice préférée ?

- Faites vite. Déjà que vous m'harcelez sans arrêt quand je suis à vos côtés, alors, quand j'ai le temps libre pour ne plus voir vos yeux reptiliens, j'aimerais pouvoir savourer mes ouvrages sans que les pages deviennent moites rien que par votre présence...

- Tant de gratuité. Diantre, tu me fais frissonner, ignoble lézard. Mais ne t'en fais pas, je ne suis pas venue empiéter sur ta tranquillité, jeune homme. Je suis simplement venue te rappeler un élément essentiel de notre engagement que tu sembles avoir omis, je me trompe ? Je te donne le pouvoir nécessaire pour faire tomber l'homme qui hante tes cauchemars, et en retour, tu me donnes ce que je souhaite.

- Quoi encore ? J'ai déjà réduit à feu et à sang de nombreuses cités pour... donner l'exemple, n'est ce pas ? Que puis-je faire pour vous, vipère ?

- J'ai besoin de ton aide... pour instruire une jeune femme.

- Pour instruire une femme ?

- Oui, afin d'assurer l'avenir de l'Ordre que je souhaite créer, j'ai besoin que cette femme évolue. C'est une de tes paires qui s'est opposée au règne mensonger de l'empereur solaire. Vois, Seto...

Azelia tendit une feuille de papier à Seto. C'était un simple avis de recherche comme on en croise à tous les coins de rues. Sauf que ce n'était pas la gueule d'un vieux malfrat de cinquante ans mal lavé qui était affichée, mais le doux visage d'une femme aux cheveux rouges, vêtue d'une armure. La somme en dessous du dessin était dérisoire.

- Erza... 15.000.000 pièces d'or à quiconque la ramènera vivante... Ouais, déjà entendu parler d'elle. Une "prodige" de l'épée qui avait plutôt bien aidé l'armée solaire à se faire respecter, et qui du jour au lendemain, décida de tourner le dos à ses compagnons d'armes pour suivre le cul de son colonel, déjà nettement plus faible qu'elle. En quoi lui apprendre quoi que ce soit pourrait faire évoluer vos plans, Azelia ?

- Elle... doit apprendre à ressentir, voilà tout. Elle n'éprouve aucun sentiment pour qui que ce soit ou pour quoi que ce soit. Elle combat sans aucun but, sans aucun objectif. Elle pourrait observer le monde brûler que cela ne lui ferait pas verser la moindre larme. C'est un démon, bien plus terrible que moi. Mais... c'est justement cette capacité à n'éprouver aucune émotion qui gâche son potentiel sans limite.

- Et donc, afin de profiter de ce... soi-disant potentiel, vous souhaitez qu'elle puisse éprouver quelque chose ?

- Précisément...

- Et vous voulez donc que ce soit MOI, qui vous aide ?

- C'est pour ça que je suis venue ici...

Seto se mit à pouffer de rire, comme si il se moquait complètement d'Azelia.

- Vous êtes sénile...

Malgré tout, Azelia continua de sourire toujours plus, sauf que cette fois, son sourire dégageait quelque chose de confident et malsain à la fois.

- Je ne veux en rien te forcer. Si je ne peux compter sur le chef suprême des dragons blancs, les choses vont devenir un tantinet complexe. Mais j'ai besoin de l'aide de quelqu'un qui est déjà passé par tous les stades émotionnels que l'être humain puisse vivre.

- Pfff... Faut que je fasse quoi, en gros ?

- Attaque-la sans la tuer. Fais de sa vie un enfer. Affronte-la, et fais lui connaître le goût de la défaite. Cette femme n'a jamais vraiment affronté de guerriers de son niveau. C'est l'heure pour elle de voir ce que mon champion a dans le ventre ! Tue ses alliés, retire tout ce qu'elle possède, et avant tout, anéantit son cœur de chevalière ! Une fois ceci fait, tu verras enfin ce qu'un potentiel sans fin représente...

Intéressé par un défi à sa hauteur, Seto rechercha cette Erza pour l'affronter. Le jour enfin arrivé, Seto battit à plates coutures la chevalière, jusqu'à lui arracher l'œil gauche, en signe de trophée de victoire. La guerrière aux cheveux rouges souffrait le martyre en ayant perdu l'un de ses deux yeux, la main posé sur la face gauche du visage, le sang qui coulait sans arrêt. Seto observa cette femme avec un regard impitoyable, s'écrouler au sol, pressant quelque chose dans sa main gauche jusqu'à l'écraser. Probablement l'œil de la malheureuse.

- C'est misérable ! C'est donc ça, le potentiel que m'a promis Azelia ? Une simple débutante qui n'éprouve aucune hargne ? Aucune volonté de défaire son ennemi ? Et tu ne sembles même pas enragée que je t'aies brisé en deux en cet instant ! Faut-il que je continue ? Que je t'étrangle et te démembre petit à petit ? Ou encore, faut-il que je t'arrache tes vêtements et te viole par tous les trous pour que tu montres enfin une once de haine en mon égard ? REVEILLE-TOI, SALE CHIENNE !

- Ferme ta gueule... Tu m'as battu en combat.... Achèves-moi...

Seto plongea son regard au creux du seul œil valide de cette chevalière. Après cela, il cracha au sol puis tourna le dos au semi-cadavre derrière lui.

- Non, je ne suis pas satisfait. Il est évident que tu n'as pas connu le désespoir suffisamment. Tu ne sais pas ce que c'est de voir ton monde s'effacer petit à petit ! D'avoir le sentiment d'avoir perdu quelque chose. Je pourrais continuer à te défoncer que tu ne montreras pas la moindre lueur combattive ! Je te laisse vivre, perdante ! Trouve toi-même cette chose qui éveillera ton potentiel sans limite et reviens me voir ! En attendant, j'ai d'autres choses à faire que me préoccuper de ces conneries !

- De quoi parles-tu... ?

- Quand tu auras enfin évolué, reviens me voir. Je me ferais une joie de t'humilier une seconde fois lors d'un véritable combat, cette fois...

***

[Thème du combat: https://www.youtube.com/watch?v=h8YegpwuTas]

Désormais, Seto semblait avoir obtenu ce qu'il désirait. Un combat face à une authentique valkyrie qui se connaît désormais, et qui possède une véritable âme ardente dans les yeux. Tandis que l'orage et la pluie servaient toujours à l'ambiance infernale de ce combat, Seto donna un énième coup qui brisa le bouclier, laissant Scylla et Iris sans défense. Au lieu de s'avancer, il fit un bond en arrière, leva sa Claymore vers le ciel déchaîné. En une fraction de seconde, Iris fut touché par un éclair qui tomba du ciel, puis, toujours aussi rapidement, Seto disparut sous un autre éclair, puis réapparut depuis un troisième éclair derrière elle, déjà en position pour la découper en deux. Scylla, évidemment, s'interposa entre Seto et Iris afin de la protéger en bloquant son coup avec un croisement de ses deux épées. Elle enfonça son genou dans l'abdomen du dragon qui fit un bond en arrière. Scylla n'attendit pas que l'ennemi reprit de l'équilibre pour foncer, et parvenir, sans aucun mal, à lui donner un coup d'épée avec son épée noire au niveau de l'épaule.

- Tu vas avoir ce que tu désirais, Seto. Maintenant, je sais ce que c'est, de perdre quelque chose. Voir ma mère sans vie par ma faute a éveillé en moi ce potentiel qui était caché. Tu ne gagneras pas cette fois-ci, ordure !

Malgré que Scylla fit mouche, comme prévu, elle ne parvint pas à trancher la peau du dragon, extrêmement solide maintenant qu'il avait atteint cette nouvelle forme inconnue pour elle. En revanche, le coup était tellement violent, que Seto fut secoué. Scylla en profita pour s'écarter de quelques mètres. Son épée noire était bien plus obscure, mais en l'espace d'une ou deux secondes, l'obscurité disparut. L'autre épée, en revanche, prit un peu d'éclat. Mais cela semblait insuffisant. Scylla espérait que, le temps que Seto retrouve ses moyens et qu'elle puisse mener à bien son opération, Iris frappe correctement à son tour. Une fois ceci fait, Scylla, tel un éclair, fonça encore une fois vers Seto pour le toucher une nouvelle fois. Cette chaîne entre la valkyrie et la mercenaire devait durer au moins une bonne minute pour que Scylla puisse sortir le grand jeu. A chaque coup, qui malgré tout, ne parvinrent pas à blesser Seto, Horus prit toujours plus de lumière. Ce détail n'échappa pas au dragon, cependant, qui comprit que Scylla préparait un sale coup, et que cette chaîne que Seto ne put esquiver, n'était pas qu'une simple série d'essais désespérés dans le but de briser le second épiderme du dragon. Après une dizaine d'enchaînements, il décida d'interrompre tout ça.

- Dégagez !

Les éclairs qui couvrirent le ciel tombèrent en rafale autour de Seto à l'aveuglette, probablement à cause du pouvoir de Seto lui-même. La zone autour du dragon était inaccessible, tant un déferlement électrique le protégea. Impossible de l'approcher sans subir le ciel qui tombe sur la tête. A cela, Scylla n'abandonna pas de si tôt. Elle fit apparaître par magie non pas une épée cette fois, mais un large bouclier en acier après avoir planté Horus au sol. Elle fonça tête baissée vers Seto, sans risque. Si Iris ou Seto étaient observateurs, ils pouvaient voir que le Glyphe tatoué sur la main de la valkyrie venait d'apparaître au beau milieu du bouclier rouge. Chaque éclair toucha de plein fouet le symbole, comme si il s'agissait d'un puissant paratonnerre. La voie libre, Scylla parvint à frapper d'un coup violent Seto avec Hecate, puis reprit encore une fois de la distance, légèrement consternée de voir qu'elle ne parvint toujours pas à blesser Seto. Son sang noir représentait t'il la défense ultime d'Atrium ?

- Iris ! Maintenant !

Même si Scylla n'était guère épargnée par la pluie acide qui brûlait son visage, elle continuait à absorber avec son bouclier chaque éclair qui foudroyait le sol. Iris avait donc la voix libre pour attaquer, ce qu'évidemment, le dragon refusa.

- Vous êtes désespérante !

Seto illumina toute la longueur de sa longue lame, et soudain, un peu comme dans le château, le terrain, dans un rayon d'une centaine de mètres, fut enveloppé par un dôme de lumière, aveuglant entièrement les deux femmes. Prise dans une prison de lumière, les deux immortelles ne pouvaient voir où se trouvait l'ennemi. Seto ne se fit pas prier pour attaquer Iris de plusieurs coups d'épées, invisible à l'œil nu, tels de multiples flashs lumineux qui foudroyaient la mercenaire.

- Tch ! Elle aussi semble posséder une sorte de second peau qui la protège. Alors, dans ce cas...

Toujours profitant qu'il ne faisait plus qu'un avec la lumière, Seto parvint à poser la main sur Iris. Quelques secondes plus tard, la lumière disparut. Scylla tourna la tête à gauche et à droite avant de voir quelque chose de déplaisant. Iris était prisonnière d'une bulle noire, dégageant une imposante pression maléfique. Elle lévitait dans les airs devant Seto qui tendit la main vers elle. Scylla remarqua également quelque chose. Depuis la paume de cette main, Seto aspirait une large quantité d'énergie noire qui ressortait de cette bulle. Et son Glyphe qui raisonnait fit également comprendre à Scylla une cruelle réalité. Seto gagnait en puissance à un rythme alarmant.

- C'est quoi ce bordel ? Qu'est tu en train de faire à Iris ?

- Tu connais le dicton, Scylla ! Un corps sain dans un esprit sain !

- Quel rapport avec Iris ?

- Si les Nirvits possèdent la capacité d'emmagasiner de la force depuis l'énergie qui alimente le corps des ennemis, nous, archidiables, se nourrissons de l'âme de nos proies, si il s'avère que cette âme sombre dans une série de pensées négatives ! Et des pensées obscures, cette femme en a à revendre, tu ne crois pas ? Je peux le ressentir en toi, mercenaire. Tu es en colère, tu as peur, tu es angoissée. Tout ceci me rend bien plus fort ! Toute ma gratitude, Iris ! Dis-moi, Iris, est-ce que tu me hais ? Et pour quelle raison ? Aies-je dis quelque chose qui t'a déplu ? Que je sache, je n'ai pas éliminé devant tes yeux ta famille et tes amis, sans la moindre pitié ! Tu n'as aucune raison valable de me détester. Ton esprit est faible !

Seto serra du poing. Scylla comprit que Seto était en train de plonger l'esprit d'Iris dans une forte vague de corruption, dans le but de rendre son esprit encore plus négatif, et également, dans le but de l'écraser comme une crêpe.

- Tu n'as pas oublié, j'espère ? Je vais te donner une mort lente et atroce pour avoir tué mon dragon !

- Arrête, Seto ! Iris est bien plus forte que ça !

- Et encore ton indéfectible naïveté ! Franchement, n'as tu pas l'impression que tu t'es encombré d'un sacré poids en emmenant cette femme avec toi ? Sa colère va te mener à ta perte ! De plus, pourquoi la défendre ? J'abandonnerais cet amas de haine sur pattes si j'étais toi ! Et tu sais pourquoi ? Parce que je suis persuadé que si les rôles étaient inversés, la, maintenant, ta copine t'aurait déjà tranché en deux en profitant que j'ai la garde ouverte ! Oh, suis je bête ! C'est un peu ce qu'elle a fait auparavant, au moment de régler le compte de mon dragon. Elle n'avait aucune scrupule pour t'embarquer dans son attaque !

- Tu as tort, Seto...

- Silence, Scylla ! Je veux entendre l'avis de la mercenaire ! N'est ce pas, ma chère, que tu aurais déjà découpé en rondelles ton alliée pour me défaire ? N'est ce pas que ça t'emmerde d'être ici, à aider une parfaite inconnue face à un type qui te fout la gerbe ! Admets que j'aies raison, hein, Testarossa ?

Qu'Iris réponde ou non, Scylla en avait assez entendu. Elle posa la paume de sa main sur le sol qui entra en résonnance avec son énergie. Soudain, le sol sous Seto changea de forme. Une dalle rocheuse s'éleva, embarquant Seto dans les airs. Scylla ne perdit pas de temps, elle courut ramasser Horus, puis, d'un bond furtif et invisible à l'œil nu, retrouva Seto en hauteur et lui donna un coup d'Horus avec toute sa rage entre les dents ! Seto tomba au sol, ce qui permit à Iris de recouvrer la liberté. Scylla se plaça juste devant la mercenaire et lui fit dos. D'un ton neutre, elle prit la parole.

- Si tu considères que cet homme dit vrai, Iris, alors... va t'en. Fuis pour sauver ta peau. Je ne t'en voudrais pas si tu penses à ton objectif personnel avant mon sort. Mais si tu penses qu'il ne raconte que des conneries à ton sujet, alors, relève toi, Iris, et continue de brandir ta lame encore quelques secondes. Fais le bon choix, car...

Scylla retourna sa tête et fixa Iris avec un air presque autoritaire.

- ... je n'accepterais pas qu'après Kula et Law, c'est toi qui tombes par la faute de cet ignoble individu, tu m'as bien compris ?

Il était évident que Scylla tenta de réveiller l'esprit d'Iris qui semblait défaillir. Car, même si Scylla ne le montrait pas directement en gardant sa posture de femme forte et indestructible, elle était en très mauvaise posture. Bien qu'Horus brillait de mille feux, sa technique n'était pas encore complète, et elle était actuellement épuisée. Lorsqu'elle était en plein enchaînement, elle était lancée comme une bête pour frapper Seto encore et encore. Mais maintenant que la chaîne a été brisée, Scylla doutait qu'elle puisse refaire cet enchaînement avec Iris une seconde fois. Scylla ne l'a évidemment pas expliqué, mais plus Horus s'amplifiait, plus l'épée était lourde à garder en main, et même son armure Vermillion pesait presque une tonne pour elle. Elle portait donc un poids extrêmement lourd sur ses épaules. Malgré que son visage était trempé par la pluie, il était également mouillé à cause de la sueur qui coulait le long de son front. Quoiqu'il en soit, malgré qu'Iris ait pu réellement booster Seto avec ses pulsions négatives, cela ne changeait en rien qu'Iris était une personne que Scylla voulait voir vivre et réussir. Et elle espérait qu'elle puisse encore combattre car elle devra la couvrir légèrement, le temps que Scylla se remette de sa fatigue. Mais dans son état, la mercenaire pouvait-elle encore soutenir la valkyrie ? Quoiqu'il en soit, il fallait agir. Seto venait, à l'instant, de lever son épée vers le ciel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Mer 10 Jan - 10:22

Bien que les dernières paroles de la mercenaire montraient un sentiment de combativité, son état général n'était pas aussi stable qu'elle voulait bien le montrer. Les douleurs aux cœurs s'intensifiaient et frappaient à intervalles réguliers. Mais le plus dangereux et fatal, était que son esprit était totalement ailleurs. Elle était partagée entre tellement de pensées, sentiments, qu'elle était complètement perdue dans sa tête. Tantôt lucide, tantôt haineux, son esprit était totalement instable. Elle écouta néanmoins les explications de son allié sur le sang noir, ainsi que sur ses deux lames qu'elle venait d'invoquer. Bien que tout cela, elle le fit à moitié. Son corps écoutait, mais son esprit était ailleurs. Elle comprit néanmoins le plan, et voyait que Scylla avait les moyens d'infliger de lourds dégâts à ce type. C'était une bonne nouvelle pour la mercenaire, étant donné qu'avec ses douleurs et les fissures de sa lame, elle n'allait pas tenter le diable de nouveau. Même l'intervention de la valkyrie, qui consistait à garantir une sécurité provisoire de la lame, ne rassurait que très peu Iris. Le souci était surtout physique et spirituel. Elle se demandait qui allait lâcher en premier sur l'instant. Sa lame, son corps, ou son esprit ?

- Ai-je atteint ma limite ? C'est donc de cela dont je suis réellement capable... ? Si c'est le cas, ça explique pourquoi ma mère m'a abandonnée... Je fais honte à mon nom si glorieux que me vendait ma mère... Mes membres me font si mal... Je me sens si vulnérable.. pourquoi... ?

Iris était totalement perdue dans son esprit. Pourtant, il n'était plus l'heure de rêvasser, car le bouclier venait de céder. L'ennemi passa à l'assaut de nouveau, en prenant pour cible la mercenaire pour commencer. Cette dernière était peut-être ailleurs, mais pas hors-jeu pour autant, elle évita les éclairs habilement, mais n'eut pas besoin de contrer l'assaut final visant à la découper, car son alliée s'en occupa. Par la suite, elle réussit à le repousser violemment, sans réussir à le blesser, mais suffisamment pour le déstabiliser. La valkyrie poursuivie son assaut sans attendre, ce qui était le signal pour la mercenaire de la suivre dans son plan. C'est donc tel un robot qui se contente de taper sans âme, qu'elle enchaîna les rotations avec son alliée. Sur le coup, elle donnait réellement le minimum syndical. Comme si sa volonté s'était totalement volatilisée. Cependant, une forte concentration d'éclairs s'abattaient soudainement autour du dragon. Iris n'eut pas d'autres choix, tout comme sa partenaire, de se retirer à bonne distance. Mais, Scylla ne semblait pas à court d'idées et fonça sur l'ennemi avec un bouclier. Ce dernier semblait absorber la foudre qui protégeait le dragon, ce qui permit à la valkyrie de le frapper de nouveau. Mais encore une fois, aucune blessure visible. Pire, alors qu'Iris était conviée à passer à l'offensive, le dragon plongea la zone dans une lumière aveuglante. La surprise et l'effet de cette lumière empêchaient toute réaction immédiate, ce qui inévitablement, laissait la garde des deux immortelles totalement ouverte. C'est dans ce laps de temps que le dragon attaqua Iris, sans qu'elle puisse esquiver cette fois. Par chance, tout comme l'ennemi, il en fallait énormément pour infliger des dégâts à un Testarossa. Elle fut donc partiellement protégée des multiples coups de lame. Malheureusement, le dragon semblait avoir une autre idée en tête. Et c'est donc sans pouvoir réagir, qu'Iris fut enfermée dans une sorte de bulle.

- Qu'est-ce que... ?

Soudainement, des pensées encore plus négatives frappaient la mercenaire. C'était comme si ses pulsions étaient multipliées par cent. Haine, rage, colère, tout explosa dans son esprit. Toutes ses émotions en même temps plongèrent la mercenaire à la limite de la folie. Elle était perdue cette fois, et ne se débattait même pas. Elle avait perdu toute combativité de toute façon. Il n'y avait plus rien autour d'elle qui comptait. Même les paroles de ce type en train de la narguer, lui parvenaient qu'à moitié. Elle s'en foutait royalement, tout ce qui l'importait, c'était elle-même.

- Je ne suis qu'un échec... J'ai mal partout, je suis si faible... À l'aide, j'ai besoin d'aide... Maman, aide-moi...

La douleur était de plus en plus intense. Son cœur lui faisait de plus en plus mal, et son esprit était presque brisé. D'extérieur, son Eldrit commença à s'enflammer, comme si son subconscient était plongé dans une haine féroce, provoqué par l'ennemi. La mercenaire pouvait sentir que quelque chose s'éveillait, sans qu'elle soit capable de le contrôler. Était-ce cette énergie qu'elle redoute ? Si cette dernière survient maintenant, cela pourrait tuer Iris, tant la pression incontrôlable de cette mystérieuse énergie lui faisait mal à chaque fois. Cette fois, la douleur était abominable, à mesure que cette énergie s'éveillait et commença à changer la couleur de son Eldrit. Dans la bulle, même si Iris était inerte, perdue, son corps luisait d'un Eldrit rouge vif, tout comme ses yeux, bien que baissé et dépité, virait au rouge. Si ce dragon continuait sa pression, tout allait exploser, et ça allait certainement créer quelque chose qu'il allait regretter, même si cela condamnerait à coup sûr la mercenaire. Mais cela mettrait sûrement en danger la valkyrie, si la mercenaire perdait totalement le contrôle, comme ce jour-là contre le légendien. Chaque fois, c'était comme si un alter ego prenait le contrôle de son corps. Ce n'était sûrement qu'une présence dans son esprit, un dédoublement de personnalité due à cette énergie qu'elle ne contrôle pas, qui fait qu'elle change en fonction de son état. Mais dans tous les cas, il était hors de question qu'elle laisse cet « alter ego » prendre le contrôle. Cet esprit est un amas de puissance et de sadisme, dont la mercenaire a peur, depuis ce jour.

- Sale faible, regarde dans quel état tu es ! Tu es pathétique ! Laisse-moi donc prendre le relais, comme ce jour-là ! Laisse-moi transformer ce misérable en tranche de saucisson ! Tu sais que sans moi, tu n'es rien ! Tu n'es bonne à rien ! Laisse-toi aller Iris ! Laisse la vraie IRIS prendre le contrôle !

La mercenaire était tellement brisée, et perdue dans sa tête, qu'elle était à quelques secondes de laisser cet esprit la détruire. Par chance, soudainement, la douleur intense et les pulsions cessèrent. C'était la valkyrie, qui venait de rendre sa liberté à son alliée. Maintenant libre, l'énergie qui la dévorait commençait à disparaître, mais dans son esprit, c'était toujours la guerre.

- Aller... laisse-toi aller, on peut le faire, Iris ! N'est-ce pas ? On a besoin de personne ! Je suis forte, puissante, et les autres ne sont bons qu'à nous ralentir ! La preuve aujourd'hui, tu n'es pas d'accord ? Que ce soit cette gamine, ou notre petit groupe de tocard, ils n'ont contribué qu'à nous affaiblir ! C'est toi-même qui as tué ce légendien pathétique ! Ce type était aussi fort que ce minable dragon prétentieux, alors pourquoi tu as peur ? Laisse-toi aller ! Laisse-moi faire ! Tu n'as besoin de PERSONNE ! Seul TOI et MOI comptons ! Débarrassons-nous de ce type et de cette valkyrie aussi, qui nous a également causé du souci ! Après tout, elle est faible, regarde là ! Laisse-moi faire, et, montrer à ces nazes, c'est quoi la puissance, hahahaha !

Bien que libre de sa prison, le cœur de la mercenaire lui faisait de plus en plus mal. Toutes ces douleurs venaient donc de cette énergie, et son dédoublement de personnalité.

- La ferme, la ferme, la ferme ! Laisse-moi, pitié, laisse-moi ! Je ne veux plus être seule, je ne veux plus être seule, pitié, va-t'en !

- Tu sais que je suis toi-même, hein ? Tu ne crois pas une seconde à ce que tu penses, faux-cul. Toutes mes paroles, sont les tiennes et tu le sais ! Je ne suis que la partie de toi qui s'accepte ! Toi, tu n'es que la faible. Regarde-toi, à supplier ton propre esprit... J'ai presque pitié de moi. Enfin, tu as toi-même pitié de toi, évidemment, hahaha. Cette valkyrie, cette gamine, c'est toi, qui penses qu'ils sont inutiles et qu'ils t'affaiblissent ! Alors, arrête de te cacher, de me retenir, et laisse-moi exploser ! Sois franche avec toi-même un peu ! Tous ces doutes vont nous tuer, espèce de débile !

- C'est faux... c'est faux ! J'ai compris aujourd'hui ce qui me manquait... j'ai enfin trouvé une réponse... je le sais... je le sais... je le sais... C'est ce que je pense ! J'en suis persuadé, persuadé, persuadé... persuadé... per...

- Tu vois ? Tu as toujours été seule, comment tu peux savoir que ce sentiment que tu ressens aujourd'hui, est celui que tu recherches ? Ce sentiment de manque, c'est uniquement notre mère ! Notre patrie ! Notre monde ! Nous ne devons rien à cet endroit pitoyable ! Ces humains sont minables, et ne méritent pas une seconde notre intérêt ! Cette gamine n'est qu'un exemple parmi tant d'autres ! Tu la vue ? Elle est faible, minable, fragile ! Tout l'inverse de toi ! À son âge, nous étions déjà capables de coucher ce monde, et de l'avoir à nos pieds, si tu l'avais voulu !

- Je...

- Tu sais que je suis dans le vrai... D'ailleurs, sans moi, tu serais encore qu'une bonne à rien ! C'est moi qui t'ai libéré de ta pathétique vie de « mortel ».

- Sans toi, mon père serait encore en vie...

- C'est TOI qui l'a voulu ! Il était faible, comme ce petit village ! On te regardait avec mépris, doutes, dégoûts ! Ce jour-là, c'est toi, qui m'as laissé exploser ! Pour la dernière fois, je ne suis que ton subconscient !

Ce qui semblait durer des heures dans l'esprit de la mercenaire, ne durait que des fractions de secondes, dans la réalité. Son combat intérieur faisait rage, et semblait la faire souffrir atrocement, jusqu'à ce qu'elle entende les derniers mots de son allié. Ces derniers traversèrent la barrière « spirituelle » que la mercenaire avait dans son esprit actuellement. Ces derniers mots, cette fois, elles les entendaient clairement. Sa voix intérieure était silencieuse, tandis que les mots résonnaient dans sa tête. Cette valkyrie croyait en Iris, et tenait à la survie de cette dernière. Elle s'inquiétait pour son alliée, pour son état, pour son avenir. Elle était prête à permettre à la mercenaire de partir accomplir son destin, quitte à mourir, une fois seule face à ce type. Soudainement, ce sont également les mots du dragon qui résonnèrent enfin dans la tête d'Iris. Puis, au bout de quelques secondes, la mercenaire, toujours à quatre pattes au sol, semblant souffrante, cessait de trembler. Cette sensation qui émanait de son eldrit commençait à se calmer, tandis que dans son esprit, elle reprit le combat.

- Qu'est-ce qui me prend ? Depuis quand je suis aussi pathétique ? Depuis le début, j'avais la réponse devant mes yeux, à mes côtés. Ce qui m'a toujours manqué, la raison pour laquelle la douleur était si forte... La solitude... Je n'en veux plus ! C'est la raison pour laquelle je veux rejoindre ma mère. Mais ces gens... ce sont les premiers à s'inquiéter pour moi, à me considérer... Ce sont les premiers que je respecte...

Tu as tort, ou plutôt, j'ai tort. Je me trompe. Je me fiche d'être puissante, ou du pouvoir, tout ce que je veux, c'est quitter la solitude ! Je n'ai pas besoin de toi ! Je n'ai pas besoin de toi, et de cette folie ! Je suis puissante, je ne suis pas faible... Je suis une Testarossa, et je ne décevrais pas ma mère davantage. La seule personne dont j'ai besoin à l'instant, ce n'est pas de TOI, mais de cette valkyrie ! Je veux juste la force de la protéger, elle, cette gamine, et ces deux mortels...

Finalement, après encore un court instant au sol, la mercenaire se redressa. Tandis qu'elle se redressait, les yeux fermés, on pouvait noter un calme incroyable émanant de cette dernière. C'était comme si toutes les pulsions meurtrières avaient disparu, et que son esprit était totalement calme. Enfin, une fois droite, elle rouvrit les yeux, et ses pupilles d'un vert éclatant avaient repris leur droit sur les rouges. On pouvait observer dans le regard de la mercenaire, et son visage, qu'elle était calme, en paix. Son regard, qu'elle plongea dans celui de Scylla, n'évoquait plus de la peur, mais de la détermination. Et sa voix, était redevenue naturelle, voire bien plus chaleureuse qu'au tout début.

- Fuir ? Il en est hors de question. Tout comme je ne tomberais pas devant un aussi pathétique personnage... Je suis désolée de t'avoir fait défaut il y a quelques minutes, c'est ma faute, si maintenant ce déchet est aussi fort que prétentieux... Mais, grâce à toi, j'ai enfin trouvé quelque chose que je cherchais, et que je viens de trouver. Et je ne laisserais pas ce type me voler cette chose... Tu peux compter sur moi de nouveau, Scylla, ma lame tiendra le temps qu'il faudra, mais je te promets que ce type se brisera avant cette dernière...

… Quant à toi, ne prononce plus jamais le nom Testarossa avec ta sale bouche pleine de haine... Tu n'es pas digne de le prononcer...

Cette fois, la mercenaire était de nouveau dans la course. C'est pourvu d'un nouvel esprit combatif, qu'elle allait reprendre le combat, en compagnie de son alliée. Bien qu'elle était toujours affaiblie, bien sûr, et que physiquement, elle souffrait encore légèrement de sa technique. Mais, son esprit était sain et calme. Sa concentration était maximale, la rendant certainement bien plus dangereuse et compétente à présent, qu'elle ne l'a jamais été depuis le début de cette longue nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Sam 13 Jan - 14:54

Pendant que la bataille décisive avait lieu à quelques kilomètres de la capitale, les elfes pansaient les plaies des blessés du mieux qu'ils pouvaient avec le soutien des survivants de l'armée solaire. Par miracle, l'armée lunaire avait déserté la capitale. Sans doute avaient-ils compris que Seto n'avait aucun scrupule à les sacrifier, lorsqu'il avait tenté de bombarder la capitale. De ce fait, le calme, après plusieurs heures chaotiques, pointa enfin le bout de son nez. Les citoyens purent enfin respirer. Eloraell soignait les femmes et les enfants en priorité, le sourire bienveillant qui semblait redonner espoir aux plus démunis.

- Soyez loués par les cieux, votre majesté elfique ! Nous sommes ravis qu'un autre peuple ait décidé de ne point nous abandonner dans notre misère.

- Merci, mais notre rôle au sein de cette invasion est ambigu et si transparent. Vous devez votre salut surtout grâce à l'aide de deux guerrières qui mettent leurs vies en jeu pour votre sécurité.

- Comment pouvez-vous en être aussi sûre ? Elles ont le pouvoir de détruire notre ville... Nous ne souhaitions pas aller jusqu'à vaincre le feu par le feu.

- Allons, citoyen, vous avez bien vu la vérité en face. Notre roi n'était qu'une illusion, un imposteur. Cela fait de longues années que nous devons notre protection à un homme fourbe et malhonnête. Alors, nous pouvons, tant bien que mal, accepter le soutien d'une ancienne fugitive. D'ailleurs, maintenant que nous avons la preuve que notre dirigeant était factice, on peut supposer qu'Erza a été jugée criminelle injustement...

Le jeune homme qui intervint était un des capitaines de l'armée solaire qui avait combattu sur le terrain les démons lunaires. Anciennement soldat au sein de la division de Scylla, il avait mal accepté la rébellion de son ex-lieutenante. Il semblait ravi de réaliser que la femme qu'il respectait le plus au monde était innocente et avait combattu pour soutenir la capitale, même si il s'avérait que ce n'était pas son réel objectif. Il s'en fichait et aurait aimé combattre à ses côtés une nouvelle fois.

La reine elfique, quand à elle, avait fini de s'occuper des citoyens les plus démunis. Elle tourna la tête, les cheveux au vent, fixant quelque chose qui l'attristait. Le colossal dragon tricéphale reposait toujours sur un champ de ruines, et semblait être toujours en mesure de respirer, même si légèrement. Mais encore combien de temps cela allait-il durer ? Eloraell se souvenait que ce dragon, sous son ancienne forme, servait d'ange gardien pour son ancien époux. Maintenant qu'il était proche du décès, cela signifiait-il que Seto était perdu, corrompu pour de bon ? Feriel s'approcha de sa sœur, cherchant à comprendre pourquoi elle semblait dans la lune.


- Pauvre dragon...

- Pauvre dragon ? Cette créature a failli réduire à néant toute une civilisation.

- Il était sans doute tout aussi corrompu et manipulé que son propre maître. Un dragon si resplendissant, si majestueux... Quel gâchis. Encore combien de fois une créature divine cherchera à veiller sur nos terres, et se retrouvera rejetée par l'esprit apeuré des hommes ? Qu'est ce qui a bien pu démarrer cette terreur incontrôlée et interminable ?

- Je l'ignore, ma sœur... Je l'ignore...

- Votre altesse ! Pardonnez mon intrusion hâtive.

- Qu'as tu vu, fauconnier ?

- J'ai connecté mon regard avec celui de mon faucon, et je l'ai envoyé directement sur la zone de bataille. Néanmoins, je n'ai pu en voir davantage. La zone est complètement ravagée par un violent orage. S'approcher de la zone serait suicidaire...

- Bon dieu... Dans quelles conditions infernales Scylla et son alliée sont en train de combattre ?

- Eloraell ! Regarde le ciel !

Par les cieux étoilés, un groupe d'hommes et de femmes en tunique blanche survolait la cité dévastée. Ils étaient une trentaine.

- Les dragons blancs...

- Et bien, ils n'ont pas perdu leur temps pour repartir à la charge, ces salauds. Et je crois deviner dans quelle direction ils se dirigent...

- On va les suivre...

- Es-tu inconsciente ? Seto se trouve là-bas. Tu ne feras que déranger celles qui luttent contre lui. Tu seras davantage en sécurité ici !

- Je m'en fiche, je dois y'aller !

Eloraell chercha à s'éloigner de sa sœur, mais cette dernière la rattrapa par le bras.

- Que cherches-tu à faire une fois là-bas ? A te suicider ? Et as-tu oublié la tempête ? Le fauconnier a bien précisé que la zone est inaccessible. Peut-être que ce n'est qu'une bagatelle pour des immortelles comme Scylla et sa pote, mais pour toi, c'est trop périlleux. Et puis, une fois devant Seto, tu vas encore te laisser envoûté par ses belles paroles ? Ma pauvre sœur, tu es ENCORE amoureuse de ce type ! Mais tout cela doit cesser ! Combien de larmes vas-tu encore verser pour ce lunatique, ce maniaque qui a juré de réduire l'humanité à l'esclavage ? Il est devenu Azelia, tu dois te faire à cette idée !

- Ce qui doit cesser, c'est la peur qui nous paralyse ! C'est cette peur qui m'a poussé à ruiner tout ce que ma mère a construit pour mon peuple en l'envoyant sur le front ! C'est cette peur qui a corrompu Seto et c'est cette même peur qui m'a empêché de retenir Scylla quand elle a décidé de prendre les choses en main avec lui ! Et c'est justement ces deux femmes qui luttent sans peur et avec acharnement, pendant que mon peuple tente désespérément de réparer MES erreurs et MES choix ! J'ai participé à cette conquête... A moi d'arrêter tout ça ! Nous ne pouvons pas compter éternellement sur les immortels ! Nous devons agir ! Capitaine ! Capitaine !

Eloraell évita sa sœur, et se dirigea vers le capitaine solaire qui tentait de rassurer la population.

- Capitaine ! Avez vous une écurie dans les parages ?

- Maintenant que le château royal s'est évaporé, l'écurie la plus proche se trouve dans une caserne au nord de la cité. On y sera dans cinq minutes. Mais... pourquoi cette question ?

- Il me faut une cinquantaine de chevaux. Nous partons attaquer le responsable de ce carnage !

- Mais enfin, votre Majesté, c'est du suicide ! Nous nous sentirions coupables si nous laissions un peuple aussi fier et droit courir à sa perte ! Laissez nous mettre nos armes au service de notre pays en vous accompagnant !

- Votre devoir, capitaine, est de protéger la population civile ! D'autres dragons pourraient rappliquer pour finir le travail ou récupérer le dragon tricéphale de Seto. Mon devoir, en tant que reine, est de mettre un terme à un conflit national sans envergure ! Nous partons, dussé-je y perdre la vie si je faillis à ce devoir !

- B...Bien !

Eloraell décida de réunir une cinquantaine d'elfes pour rejoindre Scylla et Seto. Le fait que les dragons décidèrent de rejoindre le champ de bataille inquiétait Eloraell qui refusait que la valkyrie et la mercenaire faillissent à cause de renforts ennemis. Elle savait qu'elle n'atteindrait jamais la zone à temps, mais elle espérait que les deux immortelles puissent tenir le coup suffisamment longtemps, le temps que la balance soit redressée.

Et alors que les elfes quittèrent la capitale au pas de course, les citoyens solaires n'avaient pas fini de trembler. Quelques minutes plus tard, un gigantesque nuage sombre régnait soudainement au dessus du champ de ruines découpé en deux qu'était devenu la capitale. Après observation, ce n'est pas un nuage qui cachait le ciel, mais un navire de guerre, et pas n'importe lequel. Il était plus imposant que n'importe quel navire qui avait bombardé la capitale. A l'avant, une chauve-souris en or massif scrutait la terre ferme. Au sein du navire, un soldat lunaire s'agenouilla devant une silhouette, assise sur un trône, remuant un verre de vin avec passion.


- Votre grandeur, nous survolons actuellement la capitale solaire.

- Excellent...

***

La plaine nord de la capitale était toujours recouverte par une tempête acide digne d'une scène de guerre sans répit. Scylla venait de retrouver le moral en voyant son alliée reprendre du poil de la bête. Elle ne comprenait pas trop en quoi elle avait pu aider Iris à trouver quelque chose qu'elle cherchait. Mais cela l'importait peu. Pour la première fois, elle semblait raisonnable et prête à combattre avec le cœur et non avec colère ou autres idées sombres. Scylla avait un large sourire sur le visage, tandis que Seto, lui, eut l'effet inverse. La colère montait en voyant que son stratagème de faire perdre les pédales d'Iris venait d'échouer. La lame toujours brandie vers les cieux, il décida, mine de rien, de troquer sa grimace dégoûté, contre un sourire moqueur.

- Mais bien sûr, Testaro...

Mais le dragon n'eut même pas le temps d'abattre sa lame, ni de finir sa phrase, qu'une ombre écarlate le rejoignit, et le frappa avec la pointe de sa lame la plus obscure. Seto fut encore une fois projeté en arrière, mais cette fois, il semblait bien plus que seulement secoué.

- Cette attaque... Elle... m'a fait mal !

Même si Seto n'était toujours pas blessé, Scylla semblait avoir compris que son attaque avait fait de l'effet. Toujours souriante, elle était en garde, et fixait Seto.

- Quand une dame annonce sa volonté, un homme digne de ce nom se doit de la respecter.

- Vous deux... Allez au diable !

Seto leva à nouveau sa large épée à deux mains vers le ciel, mais preuve de son habileté, il ne la souleva qu'avec une main. Puis il tournoya deux fois sur lui même tout en faisant basculer son épée comme un moulin. Avec la force procurée par la vitesse de la rotation, il frappa le sol qui trembla, telle une violente secousse. Le sol s'effrita sous les pieds de Scylla et Iris. Par ailleurs, un champ de force électrique parcourait le sol, qui était devenu instable. Scylla fit un large saut en arrière, puis lança Horus vers le sol qui s'y planta. Elle retomba sur un pied à l'arrière de la poignée de l'épée, et resta en équilibre dessus, le temps que le champ de force s'estompa. Le sourire de Scylla en disait long sur l'erreur que venait de faire Seto.

- Merde ! Elle a absorbé ma technique.

- Comment disais-tu, Seto ? Ah oui, tous mes remerciements ! Iris ! A toi de jouer !

Le sol désormais praticable, Scylla posa les deux pieds par terre, déterra son épée de lumière, puis s'éloigna de Seto. Elle leva la main droite vers le ciel et ferma les yeux, la pluie qui continuait de brûler son visage, mais pas seulement. Elle remarqua que son armure commençait à se détériorer. Une autre armure que l'armure Vermillion aurait déjà fini en poussière de métal. Il fallait donc que ça cesse. Scylla n'avait besoin que d'une chose, qu'Iris la couvre, car Seto allait, bien entendu, attaquer une valkyrie qui avait la garde grande ouverte.

- Comme toute technique, il y'a forcément un point de départ. Une source d'énergie... Glyphe astrale, guide-moi !

La princesse Nirvit se concentra pour tenter de repérer le point précis d'où tombait la pluie magique. Une bonne minute s'écoula avant que Scylla repère dans le ciel la présence d'une sphère noire qui contrôlait le sort, malgré les nuages sombres qui la camouflaient. Une fois repérée, Scylla se plaça en dessous de la sphère, espérant qu'Iris parvienne à bloquer Seto quelque secondes encore. Une fois en position, son Glyphe brilla de mille feux. La valkyrie frappa du poing le sol, avec fracas.

- Falling Feng Crush !

Une colonne de lumière s'éleva vers les cieux obscurcis, avec la valkyrie au centre. La lumière perça un trou au milieu des nuages obscurs, puis, détruisit le noyau d'énergie qui régulait la météorologie du territoire. Désormais, c'est seulement une pluie de fragments noirs qui tombèrent du ciel. Seto, toujours occupé à affronter Iris, vit que la pluie et l'orage s'estompèrent. La situation commençait à tourner au vinaigre pour le dragon blanc. Et ce n'est pas tout.

- Iris, tiens bon... C'est bientôt la fin.

Scylla planta Hecate au sol une nouvelle fois. Elle tenait Horus juste devant elle avec les deux mains, la lame en hauteur, cachant le milieu de son visage verticalement. Soudain, le ciel devint encore plus sombre. Les étoiles disparurent, cachés par l'atmosphère ténébreuse. Mais rien d'inquiétant pour Iris, tout cela était le début de la technique de Scylla.

- Shanoa... Il est temps de mettre en pratique ton enseignement. Je suis fière d'être une Vermillion. Je dois rendre honneur à l'art de mes prédécesseurs.

Scylla ouvrit les yeux, et soudainement, sous ses pieds, se traça le symbole de la dualité cosmique. Elle fut ensuite entourée par une aura rougeâtre, tandis que ses pupilles s'illuminèrent, et sa voix laissa échapper un fort écho.

- Rokhs, esprits féeriques du Nirvana, vous qui purifiez les terres d'Atrium pauvres en Eldrit et qui permettez à ce monde de se développer. ENTENDEZ MON APPEL ! Je suis votre gardienne, je suis votre protectrice et votre émissaire. Alors, offrez moi la victoire !

Scylla leva la lame au ciel. Un spectacle assez apaisant se produisit, et sous le ciel noir, sans couleur, une multitude de perles blanches, maintenues en l'air par de délicates ailes féeriques, apparurent comme par magie. C'était comme si ces petits esprits ont toujours été là, mais invisibles à l'œil nu, et que la valkyrie avait le pouvoir de leur donner matière. Ces centaines de petits esprits fusionnèrent avec Horus qui brillait toujours plus abondamment. Et ce n'était pas tout. Quelque chose se produisit chez Seto qui s'interrompit sur le champ de son combat à l'épée avec la mercenaire.

- Mais que... mon pouvoir... mon énergie...

D'autres perles sortirent du corps de Seto, mais ces perles ailées étaient noires. Scylla absorbait également les Rokhs noirs qui semblaient avoir trouvé refuge dans le corps du dragon. Et ce même dragon réalisa que son pouvoir diminuait fortement. Les Rokhs obscurs rejoignirent Horus. La suite donna toujours plus d'éclat et de style chez la valkyrie qui semblait maitriser cette technique, pourtant récemment apprise. Comme si c'était dans son sang, dans ses origines, de faire appel à ce pouvoir majestueux. Son épée devint écarlate, comme son armure qui passa du rose au rouge brûlant. Sa cape devint noire, et son regard de braise fixa Seto, qui commençait légèrement à stresser.

- C'est ça, le potentiel qu'avait cité Azelia ? Et elle voulait m'obliger à affronter ça ? Pourquoi je n'ai jamais pu mettre la main sur un tel pouvoir ?

Mais Seto n'eut pas le temps de cligner des yeux qu'une ombre rouge l'atteignit.

- Grand Aether of Valhalla: HEAVEN SHALL BURN !

Tout ce qui restait de Scylla était sa voix doublée par un écho majestueux, et une vague rougeâtre qui apparaissait ça et là devant, ou derrière Seto. Ce dernier fut frappé par Horus des dizaines de fois, alors que la valkyrie était invisible à l'œil nu, à moins d'avoir un regard perçant et habitué à ce genre de vitesse élevée, comme un légendien. Seto ne parvenait pas à suivre, tellement l'ombre rouge le pourfendait sans relâche partout sur le corps.

- Mon père était en mesure de donner un coup par Rokhs absorbé. Si je peux réussir un vingtième de sa performance, ce sera déjà satisfaisant. Mais je t'en conjure, brise-toi ! Brise-toi ! BRISE TOI !

Seto tenta de contrer cette force invisible qui le persécutait, mais alors qu'il remua sa large épée pour toucher Scylla, la vague rouge détruisit en un éclair son épée en mille morceaux.

- Impossible ! Ma Vorpal Blade !

Seto encaissa encore au moins cinq ou six coups, et finalement, la vague rouge commença à percer la chaire du dragon, telle une scie électrique. C'est à cet instant que Scylla était visible, en train de trancher le corps du dragon, au niveau de l'épaule gauche.

- AAAAAAAAAAARGH !

Mais alors que la valkyrie ne comptait pas s'arrêter alors qu'enfin, elle put voir la couleur du sang de Seto, derrière une large coupure, son rythme s'estompa. Elle fut prise d'une douleur infernale. Elle s'arrêta net en pleine technique.

- Quoi, déjà ? Pourtant, cette technique constitue à laisser son corps se laisser guider par les Rokhs, sans connaître le moindre épuisement. Pourquoi m'abandonnent-ils déjà ?

Scylla comprit le centre du problème lorsqu'elle baissa les yeux. Elle vit, juste devant sa poitrine, un fil rouge qui la liait au dragon. Les yeux tremblants, et la sueur qui coulait le long du visage, elle ne comprenait pas. Par contre, Seto, bien que choqué, semblait mettre le doigt sur ce qui venait de se passer.

- Mais... Ce fil... Cette technique... est-ce parce que j'ai libéré ma forme d'archidiable ?

Seto fit un bond en arrière malgré sa douleur. Il posa sa main sur sa blessure, tandis que le sang obscur coulait le long de sa peau. Désarmé, blessé, la situation pouvait s'avérer critique pour lui. Mais pourtant, il fut épris par un fou rire enragé.

- Héhéhéhéhé.... Hahahahahaha... HAHAHAHAHAHAHAHAHA ! Azelia, jusqu'au bout, vous foutez votre présence partout où c'est le bordel ! HAHAHAHAHAHAHAHA !

Apparemment, maintenant que Seto est devenu un pur archidiable, il éveilla inconsciemment le sort qui rendait Azelia intouchable. Scylla était lié à Seto spirituellement, et les dégâts étaient partagés. Etait-ce parce que Scylla avait absorbé les Rokhs noirs du dragon ? Quoiqu'il en soit, le destin avait décidé qu'encore une fois, vaincre Seto était pas gagné. Et par dessus le marché, Scylla souffrait. A cause de sa propre technique, mais aussi à cause d'un autre détail perturbant.

- C'est... pas... possible... Tout cet... entraînement, tout... ces moments... passés à m'améliorer... Tout ça... pour ça ?

Après Iris, cette fois, c'est la valkyrie qui ne comprenait rien à rien et qui commençait à perdre les pédales. Son armure disparut en milliers d'étincelles de lumière. La valkyrie reprit son armure basique, qu'elle retira par réflexe le plus rapidement possible. Une fois vêtue seulement d'une robe noire, elle remarque très vite qu'elle était déchirée de haut en bas, montrant une large coupure de sang sur le torse. Apeurée, elle glissa ses doigts sur la blessure, et fixa le liquide rouge et collant sur ses doigts.

- C'est... mon sang ? Pourquoi ? Pourquoi ???

Pendant ce temps, Seto paraissait hors d'état de nuire de son côté. Il savait qu'il était une proie facile pour Iris qui était la seule, désormais, à être en bonne condition. Le fil rouge qui reliait toujours les deux épéistes, Seto eut l'idée de s'enfermer dans une sphère d'énergie électrique pour le protéger, puis murmura ensuite les mots suivants.

- Transfusion !

Le fil rouge s'excita, comme si un liquide rouge était en train d'être transfusé depuis le corps de Scylla vers celui de Seto. Doucement, la coupure de Seto se referma, pendant que Scylla continuait de se plier de douleur au sol, utilisant son épée comme seul appui. Epée qui, par ailleurs, avait perdu de son formidable éclat.

Et comme pour insister sur le fait que le duo avait la malchance sur le dos, un bombardement aérien démarra. Scylla fut prise par l'un des tirs ennemis qui provenaient tout bonnement d'un groupe de dragons blancs. La trentaine de mages en tuniques blanches étaient dirigés par Angel qui dirigeait la marche. Très vite, les deux jeunes femmes furent encerclés par les dragons qui posèrent le pied au sol, profitant que la chevalière écarlate était hors d'état de nuire.


- Seto ! Tout va bien ? On a vu que ton dragon s'est écrasé au sol depuis les alentours de la cité. Ne me dis pas que ces deux jeunes femmes t'ont donné du fil à retordre à toi, prince des dragons ?

- Ne sous-estime jamais ces deux femmes, Angel... Sinon, tu mourras...

Angel déglutit difficilement devant le sérieux de son maître. La horde de dragons décidèrent de piéger la valkyrie, en appliquant sur le sol un sort de gravité. Scylla sentit son corps s'alourdir fortement. Elle était comme écrasé au sol, prisonnière des dragons. Seto fit disparaître son bouclier, puis s'approcha du cercle formé par les dragons. Sa blessure était presque refermée.

- Hey, la mercenaire ! Est-ce que tu m'entends ? Ne t'avises pas d'effectuer le moindre mouvement suspect, sinon, nous exécutons ta partenaire sur le champ. Pigé ?

- Qu'est ce que ça changerait ? Tu comptes nous éliminer dans tous les cas...

- Détrompe-toi ! J'ai une bien meilleure idée maintenant que je t'ai vu à l'œuvre. Gâcher un tel potentiel serait une amère erreur de ma part. Je peux vous épargner, toutes les deux...

- Mais à quelle condition... ?

- La légende dit qu'un gardien, ayant été élu pour posséder un Glyphe Astral, peut donner cette marque légendaire à qui bon lui semble, afin d'hériter de sa force de gardien. Tu as fait apparaître des Rokhs tout à l'heure, non ? Je veux pouvoir en faire ce que bon me semble, cela me dédommagera de la perte de mon dragon, par votre faute !

- Vermine ! Tu parles d'un seigneur dragon... Tu es déjà prêt à oublier ton ancien compagnon, pour le remplacer par un pouvoir que tu ne mérites pas... J'ai encore du mal à comprendre comment tes hommes peuvent te couvrir sans la moindre réflexion.

- Ne pousse pas le bouchon trop loin, valkyrie ! Alors, si tu veux vivre avec ton alliée, performe sur le champ le rituel qui me permet de posséder ton Glyphe.

- C'est un trésor qui se transmet entre les membres de ma famille. C'est un bien très précieux qui ne doit pas être entre les mains d'un dangereux maniaque de ton espèce !

Soudain, la valkyrie sentit son corps s'effondrer encore plus vers le sol, car les dragons semblaient avoir rajoutés encore plus de pression sur son propre corps.

- Je vais compter jusqu'à trois. Après, tu pourras crever en paix. Un... deux...

- Je ne peux pas ! Et même si j'accepterais, je ne sais pas comment m'y prendre !

- Très bien, vous savez ce qu'il vous reste à faire !

Quelques mages dragons se concentrèrent sur Iris cette fois. Elle fut attachée par un "cerceau de lumière", pour l'empêcher de bouger des bras. Pendant ce temps, Angel leva son sceptre et fit appel à un cercle magique qui apparut juste au dessus de Scylla. Depuis le cercle, un dragon uniquement fait d'eau tomba telle une cascade sur la valkyrie qui n'arrivait plus à bouger. Seto ensuite, concentra en son seul poing gauche une forte aura électrique, puis, tel un tonnerre, l'envoya au beau milieu de la cascade. Ainsi, Scylla fut prise par une attaque duo mélangeant l'eau et la foudre. L'attaque était terriblement fatale. Une fois disparue, Iris pouvait apercevoir Scylla au sol, sans vie.

- Une bonne chose de faite. Maintenant, messieurs ! Eliminez son alliée !

Toujours encerclée par les dragons, Iris allait devoir se confronter à une trentaine d'hommes et de femmes aux pouvoirs terrifiants. Heureusement, un petit réconfort allait survenir. Deux ou trois de ces ennemis tombèrent au sol, plantés par des flèches de lumière au dos. Ils se retournèrent pour voir une cinquantaine de cavaliers elfiques tirer à l'arc vers les dragons. A la tête, Eloraell, qui menait la charge.

- Pourvu que je n'arrive pas trop tard !

- Tch, quel ennui... DRAGONS ! TUEZ LES TOUS ! A L'EXCEPTION D'ELORAELL !

Les elfes menèrent bataille avec les dragons dans une mêlée mouvementée. Le corps de Scylla demeurait allongé au beau milieu de la poussière engendrée par la confrontation. Mais elle n'était pas encore inconsciente. Elle remua des lèvres pour appeler sa camarade dans un dernier souffle de vie.

- Iris... Iris.... Es-tu la ?... Je n'entends rien d'autre que des cris d'agonie et les pas rugissants des chevaux...

Une fois que la mercenaire lui confirma qu'elle était près d'elle, la valkyrie laissa échapper un faible sourire.

- Je sens ma conscience s'évaporer... Je crois bien que... c'est la fin de ma quête pour moi... Encore navrée... de t'avoir imposée tout ça. Et merci...

Tout en tremblant, les yeux qui luttaient pour ne pas encore se refermer, elle leva son épée vers le ciel.

- En gage de remerciements... Cette épée est à toi désormais... Fais en bon usage.. Je sais que tu... combattras jusqu'au bout... Utilise là pour survivre à cette immonde guerre... Maintenant que je suis hors combat, mes directives ne tiennent plus... Tue Seto si c'est ce que tu veux...

Scylla fut prise par un léger rire nerveux, et ses yeux commencèrent à se fermer petit à petit.

- Jusqu'au bout, j'aurais... échoué... Tu parles d'une légende, haha... mais au moins, je prie pour que mon épée qui... représente ma volonté... te mène à la victoire...

Maintenant que Scylla avait fini de parler, Iris n'allait pas avoir la paix bien longtemps. Bien que la plupart des dragons étaient occupés par les elfes, elle pouvait voir cinq d'entre eux battre des ailes autour d'elle, l'observant tels des faucons qui allaient s'abattre sur leur proie. Et pour couronner le tout, trois elfes furent projetés au sol, près d'Iris et Scylla. Seto n'était pas loin, et tout comme Iris, il possédait une nouvelle arme. Seto a du profiter de cette bataille entre dragons et elfes pour aller ramasser Hecate. Mais le pouvoir obscur de cette épée qui ne lui appartenait pas n'améliorait pas sa condition. Une substance noire commença à s'emparer de son bras, tandis que ses yeux étaient rouges sanglants, et ses dents laissèrent place à une rangée de crocs. Enfin, sa voix était bien plus grave que d'habitude.

- Et c'est ainsi que tomba Scylla Vermillion, reine de "personne". On se souviendra d'elle pour avoir brassé plus de vent que d'actes mémorables. Une fin digne d'elle... Bon débarras !

Les dragons tendirent les mains vers Iris. Un éclat de lumière se forma là où les deux femmes se situaient. Et une fois la déflagration finie, Seto chargea à toute allure vers la mercenaire avec sa nouvelle épée aussi tranchante que les griffes d'un dragon noir.

- Plus de sang ! ENCORE PLUS DE SANG !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Ven 19 Jan - 8:51

Maintenant qu'Iris avait retrouvé son état mental, elle était prête, avec son alliée valkyrie, à en découdre avec ce dragon. Rapidement, Scylla fut la première à attaquer, et la mercenaire pouvait remarquer même à sa distance, que l'ennemi venait de sentir cette frappe. Suite à cela, le dragon blanc riposta en plantant violemment son arme dans le sol, ce qui causa une secousse qui effrita le sol. Puis, un champ de force électrique parcourait la zone terrestre. Tout comme son alliée la valkyrie, Iris esquiva en arrière, et renforça son bouclier naturel, qui semblait cette fois la protéger de la foudre. L'épiderme naturel d'Eldrit de la mercenaire n'avait pas que des propriétés de défenses quasiment impénétrables, mais une fois renforcé, pouvait également devenir également une protection contre la magie. Et surtout la foudre, car cet épiderme ne conduisait pas cette dernière. C'était ce qu'elle comptait utiliser de base contre Eltia, en début de nuit, si Kula n'avait pas prêté main-forte. Le seul souci, c'est que renforcé l'épiderme consomme évidemment de l'énergie, comparé à l'effet naturel. Heureusement, Iris n'eut pas besoin de ce dernier longtemps, grâce à sa partenaire. Cette dernière venait d'absorber la foudre au sol, grâce à sa lame. Puis, soudainement, elle s'éloigna de l'ennemi et commença à charger quelque chose. C'était l'heure pour la mercenaire de passer à l'action. C'est donc de sa rapidité naturelle qu'elle se dressa face à un ennemi qui n'avait plus d'autre choix que de s'arrêter, et se concentrer sur la mercenaire.

- Où tu vas comme ça ?

Sans hésitation, ni peur, à présent, elle n'hésita pas à de nouveau utiliser sa lame. Rapidement, elle enchaîna des assauts répétés sur le dragon d'une vitesse bien trop haute, pour être simplement esquivés. L'échange était inévitable pour l'ennemi. Pour tenir l'attention du dragon pendant la longue minute du combat en un contre un, Iris renforça ses coups et sa lame, par sa capacité à ignorer la défense adverse. Bien qu'elle ne maîtrisait cette capacité qu'à 40%, c'était suffisant si le dragon prenait quelques coups perdus. L'objectif d'Iris n'était de toute façon pas de tuer ce type, mais de couvrir son alliée. Elle remarqua rapidement d'ailleurs, via le changement d'atmosphère dans le ciel, que sa mission avait été menée à bien, et qu'il était temps pour la valkyrie d'effectuer son action. Dès que la technique de la valkyrie fut lancée, la mercenaire s'écarta de l'ennemi, afin de lui laisser la suite. Maintenant que la mercenaire était libre, elle pouvait observer la technique de son alliée, qui semblait faire qu'un avec cette dernière. Puis, l'assaut arriva. Le dragon blanc ne semblait pas réussir à observer et arrêter la valkyrie, qui était bien trop rapide dans ses assauts. Bien qu'Iris puisse suivre sa partenaire des yeux, elle préféra ne pas intervenir, et laisser son alliée en finir elle-même. Attaquer en même temps le dragon avait un risque de plus gênée qu'autre chose cette dernière. Finalement, au bout d'un moment, la lame de l'ennemi se brisa avec fracas, le laissant désarmé face à un attaquant sans pitié. Puis, enfin, le sang du dragon coula pour la première fois. Mais, tandis que la mercenaire s'attendait à ce que son alliée enchaîne, elle ne fit rien et semblait soudainement paralysée. Puis, après un bond en arrière du dragon, il éclata d'un rire enragé. La mercenaire essayait de comprendre ce qui se passait, mais ne trouvait pas réellement d'explications. Mais, sans plus de temps de réflexion, ce fut le sang de la valkyrie qui soudainement giclait, après avoir retiré son armure. Cette fois la situation n'était plus à l'observation, Iris intervint sans attendre, afin d'en finir avec le dragon affaibli. Malheureusement, il s'enferma dans une sorte de sphère. Mais cela n'allait pas arrêter la mercenaire qui allait utiliser son renforcement pour briser la barrière de ce lâche, mais encore une fois, la malchance intervint. Un bombardement débuta sur la zone, touchant au passage la valkyrie souffrante. Iris quant à elle, esquiva avec adresse, mais n'eut d'autres choix que de s'écarter.

Les ennemis soudains n'étaient autres que les dragons blancs, qui venaient à la rescousse de leur leader, mené par cette fameuse magicienne. Ils étaient une trentaine, encerclant à présent les deux femmes. Mais encore une fois, Iris avait de quoi riposter, sauf que, elle était retenue par l'état de sa partenaire, qui fut piégée. C'est donc prise dans le piège ennemi, que ce dernier menaça Iris de tuer la valkyrie si elle tentait quoi que ce soit. Si cette menace serait arrivée quelques heures plus tôt, la mercenaire n'aurait pas hésité une seconde à attaquer quand même. Mais à l'heure actuelle, elle obéit malgré son envie d'agir. S'ensuivit un échange, entre le dragon et la valkyrie qui lui proposait de lui offrir son pouvoir, en échange de leur vie. C'est pendant ce laps de temps, que l'esprit de la mercenaire fut de nouveau dérangé par son alter ego.

- C'est pathétique, regarde-toi, à rester planté là comme une chienne. Ose me dire que ces sentiments ne te rendent pas faible... Il n'y a encore pas si longtemps, tu aurais foncé sans hésiter...

-

- Hihihi, tu sais que j'ai raison, même pas besoin que tu répondes. Tu n'es devenu qu'une faible, encore plus qu'avant, ma pauvre. Tu n'as le pouvoir de protéger personne, tu as besoin de moi. Allez, laisse-moi t'enivrer de ma puissance, de NOTRE puissance. Laisse-moi me déchaîner et réduire ce dragon, ses alliés, ces humains, et ce pathétique monde à néant ! Hahahaha !

- Gnnn...

Sans même s'en rendre compte, la mercenaire fut soudainement prisonnière d'un cerceau de lumière, qui l'empêchait de bouger. Mais à l'heure actuelle, elle était déjà bien occupée à subir les assauts mentaux de son alter ego. Cependant, elle fut sortie de sa tête, lorsque la valkyrie était inerte, au sol, après avoir subi une attaque terrible.

- Regarde-moi cette faiblesse ! C'est ta faute si ton alliée vient de mourir ! Tu n'as pas la force de protéger qui que ce soit IRIS ! Tu es faible ! Libère-moi ! LIBÈRE-MOI ! Hahahaha ! Laisse ta colère se déchaîner !

Tandis qu'à présent que la valkyrie était hors d'état de nuire, ça allait être au tour de la mercenaire, de devoir lutter, et seule, cette fois. Elle avait été incapable finalement de protéger cette valkyrie. L'échec était tout ce qui résonnait dans sa tête, en observant impuissante son alliée au sol, tandis que son alter ego la bousculait dans son esprit. Cette fois, la mercenaire se rendit à l'évidence, et était à deux doigts de libérer cet esprit qu'elle redoutait tant. Sur le moment, c'était son ultime recours. Tout ce qu'elle voulait s'était se venger, et protéger les dernières personnes qui restaient, surtout la gamine. C'est en pensant à cette dernière, et le corps sans vie de cette valkyrie, qu'elle allait laisser cet esprit déchaîner sa rage. Mais, heureusement, comme si la chance était pour une fois du côté d'Iris, alors qu'elle était sur le point de craquer, quelques dragons chutèrent. Iris se retourna en même temps que ses ennemis, et pouvait observer une cinquantaine d'elfes sur des chevaux, en train d'arroser le champ de bataille de leur flèche. Puis, une bataille éclata entre les deux camps. L'intervention de ces elfes, ainsi que la voix de son alliée qui l'appela, redonnèrent à Iris le contrôle de ses sentiments. Elle s'empressa de répondre à la requête de son alliée, et de la rejoindre, après avoir renvoyé son alter ego dans l'oubli. La valkyrie commença par s'excuser d'avoir mêlé son alliée à tout cela, tout en énonçant que sa quête allait certainement s'arrêter pour elle-même, aujourd'hui. Puis, elle leva son épée au ciel, afin de l'offrir à la mercenaire, comme dernière volonté, et remerciement. Finalement, après une dernière phrase, ses yeux se fermèrent lentement, pour un repos éternel. Pendant ce temps, Iris était restée immobile, à observer cette femme parler difficilement, et acceptant la fatalité.

- C'est fini... ? Je suis censée faire quoi maintenant... ?

- Me libérer...

- C'est faux... c'est faux ! Même si je te laisse me dominer, ce qui n'arrivera jamais, ça ne la sauvera plus... Et tu causeras de toute façon bien plus de chaos et de souffrances que ce dragon blanc... Je ne te laisserai plus jamais me prendre quelque chose...

Soudainement, tandis qu'elle était perdue dans son esprit, et que cinq dragons étaient en train de viser la mercenaire, elle fixa son regard sur la bataille. C'était comme si elle venait de découvrir la solution à son problème. Ignorant totalement l'attaque des dragons qui allait bientôt frapper la mercenaire, ainsi que sa presque défunte alliée.

- Non, ce n'est pas encore fini... Je peux encore la sauver... Je peux encore lui permettre de poursuivre sa quête... Mais pour cela...

Tandis que l'attaque éclatante venait d'atteindre les deux femmes, laissant le champ libre au dragon pour porter l'assaut décisif, une explosion sombre eut lieu à la position de la mercenaire. Cette dernière était assez puissante pour repousser l'assaut de l'ennemi, mais on pouvait également noter qu'elle avait protégé la valkyrie avec un bouclier de même couleur. La mercenaire quant à elle, avait pris l'attaque de plein fouet, préférant la sécurité de sa partenaire, mais ne semblait même pas avoir bougé. Son épiderme en train de se régénérer, prouvant que l'attaque l'avait bien atteinte. Pourtant, elle restait immobile, la tête baissée.

- Juste un peu... encore quelques secondes... je peux le faire... Il faut que je garde... le contrôle...

Quand la mercenaire ouvrit les yeux, ses yeux étaient de nouveau rouge sang. Son Eldrit brûlait d'une intensité similaire à celui dans la bulle qui la retenait prisonnière précédemment. Puis, elle s'adressa rapidement, à son alliée, avant qu'elle ne perde connaissance pour toujours. Sa voix était cette fois bien plus féroce, et résonnante, comme si deux voix étaient présentes. Mais, on pouvait entendre également une difficulté à respirer, ce qui indiquait clairement que la mercenaire luttait de toute son âme pour contrôler cette « chose » qui se passait sous les yeux des ennemis.

- Ce n'est pas... la fin de ta quête, Scylla. Je te sauverai... ne ferment pas les yeux... et laisse-moi te sauver... Sois une véritable... valkyrie et tien le coup... Juste le temps... que je te protège !

Suite à ces mots, le bouclier sombre autour de Scylla se renforça, tandis que du côté d'Iris, c'est son Eldrit qui dégageait de plus en plus de pression. Il avait à présent une forme enflammée, comme un feu noir et rouge, brûlant intensément. Puis, sans attendre davantage, elle écarta les bras soudainement, son épée flottant devant elle, et prononça quelques mots :

- Wrath of Nebula : Demonic Rain

Suite à ces mots, une véritable tempête d'Eldrit éclata à la position des deux femmes. Une tempête de lames d'énergies qui couvrait de plus en plus de distance. La tempête était inévitable et d'une pression incroyable. Au centre, on pouvait voir que la tempête venait de la lame, flottante devant Iris, qui canalisait le sort. Mais c'était impossible, de pénétrer le centre. La tempête de lames était impénétrable et rapidement, elle allait devenir meurtrière. Si le dragon blanc allait avoir le réflexe de reculer très loin, ses alliés n'auraient certainement pas le temps, ni la vitesse pour esquiver l'attaque. Et rapidement, la tempête atteignit les premiers dragons autour de la valkyrie et la mercenaire. La tempête réduisait quiconque prit dedans en pièce. Une fois les premiers dragons en morceaux, la tempête atteignit d'autres victimes un peu plus loin. La tempête semblait à présent cesser de grandir, et semblait continuer à faire rage, sur un périmètre d'une trentaine de mètres. Cette dernière s'arrêtait étrangement juste à la distance nécessaire pour éviter aux elfes et aux dragons les combattants d'êtres touchés. Mais, tandis que la tempête faisait rage au point d'impact, les dragons qui affrontèrent les elfes n'allaient pas avoir la paix pour autant. Tel un éclair, plusieurs d'entre eux furent tranchés net, par un assaut invisible. Le champ de bataille était en train de se faire nettoyer de la présence ennemi par quelque chose de terrifiant et invisible. Iris était tout simplement en train de tuer le maximum de dragons ennemis possible, pendant la durée de sa technique. Elle profitait de la lame de Scylla, pour pouvoir maintenir sa technique tempétueuse active grâce à sa lame fissurée, tout en se servant de la lame de la valkyrie pour pourfendre d'un éclair le reste de l'armée. Finalement, au bout d'un court laps de temps, la tempête commençait à se calmer, et les dragons sur le champ de bataille arrêtaient de chuter les uns derrière les autres. Cependant, cela allait certainement permettre aux elfes de prendre l'avantage maintenant. Il n'en restait que quelques-uns... Mais, tandis que la technique de la mercenaire venait de se terminer, et que la tempête prit fin, Iris était de nouveau au centre, aux côtés de Scylla. Mais, au lieu de se saisir de sa lame, elle la planta à côté de la valkyrie, ce qui créa un nouveau bouclier autour de cette dernière. Puis, d'un geste aussi rapide, elle resserra son étreinte sur son autre lame, puis repoussa le dragon blanc. Cet assaut avait la même intensité incroyable que la tempête, cela le repoussa donc à bonne distance, et était bien trop rapide pour qu'il puisse esquiver ou même voir la mercenaire.

Cependant, après cet assaut, et ce dernier coup repoussant, l'Eldrit qui brûlait intensément autour d'Iris se calma.

- J'ai résisté...

- Tu pourrais faire tellement plus, si tu me laissais exploser...

- J'en ai fait bien assez... Je viens de me prouver que je n'ai pas besoin de toi.. Va-t'en..

Finalement, Iris semblait essoufflée, maintenant qu'elle venait de reprendre son état habituel, ainsi que ses pupilles émeraude. Mais elle savait que ce n'était pas fini, et qu'elle devait encore tenir bon, malgré que la douleur au cœur était maintenant de retour plus forte. L'intensité de ses douleurs était bien plus féroce que précédemment, mais cette fois, elle tenait bon. Elle était sereine et calme. Elle fixait avec défi ce dragon devenant de plus en plus monstrueux. Elle décida de lui adresser la parole, maintenant qu'ils n'étaient plus que tous les deux, en face à face, et la valkyrie au sol, toujours sous protection d'Iris, qui ne restait pas loin, afin de maintenir le bouclier actif.

- … Au moins, cette apparence monstrueuse sied bien mieux à ton esprit actuel...

Suivant ses premiers mots lancés avec dégoût, Iris poursuivit d'une voix plus calme, voire mélancolique.

- Dis-moi, que gagnes-tu à faire tout cela ? Que penses-tu accomplir en tuant cette valkyrie, ou moi ? Tu penses que tu accomplis quelque chose avec tes actions d'aujourd'hui ? Moi, je ne vois qu'un pathétique personnage qui a perdu son âme...

… Je ne te connais pas, mais du peu que j'ai pu observer et entendre cette nuit, tu semblais être une personne respectable, appréciable... Tu sais, j'ai rencontré une dragonne de ton clan du nom d'Eltia, au début de cette nuit. C'était visiblement ta lieutenante... Sais-tu ce qu'elle m'a dit, avant qu'elle ne perde la vie ? La dernière chose qu'elle m'a dite, sa toute dernière volonté, était que quelqu'un te sauve... Cette femme ne se battait pas pour ses ambitions, ni pour sa vie, mais pour celui qu'elle considérait comme son seigneur... Et quand je te vois la traiter de faible, comme tous tes dragons qui sont morts aujourd'hui, je ne peux m'empêcher de te trouver pitoyable... Comment un être qui me semble aussi respecté, et aimé, peut-il chuter aussi bas ? Je ne connais pas ta vie, et je m'en fiche, mais tu n'as pas à te plaindre... Tu possèdes le respect, l'amour, des alliés... Tu as tout pour être heureux, et tu fous tout en l'air.. Ça me dégoûte...

… Tu n'es pas quelqu'un de mauvais, dragon, tout ce que tu possédais le prouve... Moi, par contre, je ne suis pas quelqu'un de bien... Je n'ai jamais mérité le respect, je n'ai jamais ressenti le sentiment d'être aimée, je n'ai même jamais eu d'amis... Je suis seule, livrée à moi-même depuis bien avant ta naissance... Mais toi, tu as tout ce que je n'ai jamais eu, et tu agis comme un égoïste. Quand je vois cette reine elfique, qui est venue risquer sa vie dans cette bataille, juste pour toi, et qu'en retour, tu la repousses aussi honteusement... Tu as plein d'alliés, et tu agis comme un pauvre gamin capricieux qui pense tout savoir de la souffrance, alors qu'en vrai, tu ne sais rien... Au lieu de te battre, tu préfères agir de façon stupide, qui à tout perdre... Tu sais, même si tu me tues, et que tu finis par atteindre ton objectif cette nuit, tu as perdu cette bataille... Que tu vaincs ou pas, cette nuit tu as tout perdu, car ton seul destin, c'est de finir tout seul... Tu te rendras compte de ta défaite bien assez tôt, crois-moi... Mais à ce moment-là, ce sera trop tard...

… Tu avais raison tout à l'heure. Je n'ai aucune raison de te haïr. En fait, je ne ressens aucune colère, ni haine contre toi. Tu veux savoir ce que tu m'inspires, là ? Moi-même... Tu deviens exactement la même personne détestable que je suis... Je vois un type qui est en train de tout perdre, qui tourne le dos à tout le monde, et prend le monde comme ennemi... Donc, à présent, ce que je ressens pour toi, est la même chose que pour moi : la déception...

… Finissons-en, dragon. Mais sache, que je ne compte pas échouer. Car, je ne compte pas laisser passer ma chance de devenir une personne respectée, appréciée... Je ne veux plus subir cette souffrance qui me hante depuis si longtemps... Aujourd'hui, ironiquement, grâce à toi, j'ai enfin trouvé la lumière au bout du tunnel, et je ne laisserais personne me la voler...

Iris avait fini de parler, et se mit en garde, la lame de Scylla levée, prête à en découdre avec le dragon blanc et protéger sa partenaire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1238
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 28

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Lun 22 Jan - 2:32

Malgré que les événements prirent une tournure difficile à gérer avec la valkyrie écarlate qui semble avoir mené son dernier combat, les choses n'étaient pas perdues pour autant, et cela, grâce à l'intervention d'Iris, qui calma le jeu au beau milieu de cet acharnement de violence nullement équilibré. Tout en veillant à la sécurité de Scylla, comme si la mercenaire était persuadée que tout n'était pas perdu pour son alliée, elle fit le ménage, donnant un avantage net aux elfes. Bien que plusieurs d'entre eux furent anéantis pendant le cours laps de temps où Scylla communiqua sa dernière volonté, ils étaient au moins quatre fois plus nombreux désormais. Les dragons blancs étaient seulement au nombre de six à être parvenu à échapper à la fureur de la mercenaire, dont Angel. Cette dernière utilisa un sortilège pour invoquer une brume silencieuse, et disparut pendant l'attaque d'Iris, tout en embarquant dans sa technique ses alliés qui étaient tout proche d'elle. La brume disparut dès que le calme revint, laissant apparaître une magicienne et ses troupes, complètement irritée par la situation.

- Mais pour qui se prend t'elle, cette timbrée ? Eradiquer notre armée comme si elle se mesurait à une simple troupe de bandits de bas étages ! Nous sommes les dragons blancs, nous régnons sur... ARGH !

Angel semblait tellement fumer de la tête, qu'elle ne vit pas que Feriel, toujours en course, s'approcha d'elle furtivement. Avec son expérience nettement supérieure que ses semblables, ayant un passé d'elfe noire, elle paraissait bien trop rapide pour une membre de cette race pacifique. De ce fait, la magicienne ne s'y attendait pas. Par contre, le plus surprenant était que l'elfe n'utilisa aucune dague, aucun poignard pour frapper. Elle se contenta de frapper du poing dans l'estomac de la magicienne. Ce simple geste incompréhensible pour la manieuse de sorts, semblait la faire sortir de ses gonds. Cette jeune femme semblait ne connaître aucun juste milieu. Son attitude actuelle contrastait complètement avec l'enjouée d'auparavant.

- Tu ne me prends pas au sérieux ? Alors tu préfères m'affronter avec le strict minimum ? Nous sommes tombés bien bas !

Sans répondre, Feriel s'écarta de la commandante, qui vit de justesse qu'Eloraell, depuis son destrier, pointa son arc vers sa direction. La magicienne esquiva aisément la flèche, et alors qu'elle allait se moquer ouvertement du manque d'habileté de la reine elfique, elle ne réalisa pas que la flèche fit demi-tour en plein vol. Puis, elle repassa juste devant la magicienne, avant de s'enfoncer pile là où Feriel frappa avec son poing. L'elfe guerrière semblait avoir collé un sortilège au niveau de l'estomac de la magicienne. Car un symbole pourpre, ayant la forme d'un papillon, brillait à cet endroit. Il devait probablement avoir l'effet redoutable d'attirer les flèches d'Eloraell comme un aimant. Le bide qui saignait désormais, mais sans réelle profondeur, Angel retira la flèche, puis posa sa main sur sa plaie, nettement moins confiante qu'il y'a quelques secondes.

- Vous cinq... Allez soutenir le maître !

- Mais... Commandante Angel...

- Ne discutez pas ! La priorité, c'est la vie de notre maître ! Et de toute manière, ce ne sont que des gnomes aux grandes oreilles qui n'ont jamais connu la guerre ! Ils ne peuvent rien contre ma magie ancestrale !

A contrecœur, les soldats blancs se ruèrent vers Seto, mais furent vite poursuivis par une horde d'elfes. Angel, blessée, garda néanmoins le sourire aux lèvres. Elle leva faiblement son sceptre, et enveloppa encore une fois le champ de bataille d'une épaisse couche de brume. Depuis cet espace aveuglant, une voix résonna.

- Hihihi, je vais tranquillement reprendre des forces. Pendant ce temps, bonne chance pour retrouver ma piste.

Le fait qu'Angel ait dissimulée sa présence ne semblait guère inquiéter Feriel, qui se contenta de sourire, et d'attacher un parchemin à sa prochaine flèche qu'elle tendit vers la brume

- Peuh ! Je traquais déjà de vieux gnomes poilus au beau milieu de la brume pourpre de la forêt la plus obscure du pays. Alors, ma grande... Tu m'excuseras si je m'apprête à casser ton enthousiasme...

La flèche fut tirée vers le sol. On pouvait apercevoir un simple flash de lumière au beau milieu du brouillard, tandis que des grognements étaient audibles depuis les longues oreilles de Feriel et de sa sœur cadette.

- Kyaaaaaaah !

Le brouillard se leva automatiquement. Au beau milieu de la zone jadis recouverte, on y trouva la jeune mage, se débattre avec un chien de chasse qui la mordait jusqu'au sang.

- Sale bête ! Arrête ! Lâche-moi !

- Le coup d'utiliser de la brume pour camoufler sa présence physique comme spirituelle n'est pas une invention des dragons blancs ! Les brigades d'assassins des elfes noirs dont je faisais partie étaient également des spécialistes dans la matière. Et si on ne peut te voir, ni sentir ton énergie spirituelle, on peut toujours suivre ta trace... grâce à ton odeur ! Tu es désormais la proie de mon fidèle chien de chasse, ma petite colombe !

- Jamais... Jamais de la vie ! Mon maître... a besoin de moi !

Une explosion bleu foncée retentit, et un petit point noir se mit à grossir sous la vue des sœurs elfiques. Comme redouté, Angel décida de laisser sa place à son dragon. Le monstre volant ne perdit pas de temps, sous la colère, à bombarder le champ de bataille d'une large pluie de blocs de glace. Fort heureusement, les elfes étaient toujours sur le dos de leurs destriers, mais la plupart d'entre eux furent écrasés sans pitié par le colérique dragon. Désormais, il ne restait plus qu'une vingtaine d'elfes qui cherchèrent à fuir le monstre ailé. Eloraell, elle, qui était parvenue à fuir la pluie glacée avec sa sœur, fixa le monstre avec un air neutre.

- Quand je pense que mon maître était, à l'époque, éperdu d'une femme comme toi ? C'est le seul aspect où je n'ai jamais compris Seto, lui qui a du goût et de l'audace, se plier au charme d'une pacifiste aux longues oreilles, c'est la meilleure !

La reine des elfes décida de ne répondre à aucune provocation. Elle fit un signe à l'un des cavaliers elfiques pour qu'il s'approche.

- Fauconnier ! J'ai besoin d'un carquois de rechange. Vos flèches feront l'affaire !

Eloraell s'empare de l'équipement offert par son allié. Le dragon s'apprêta à charger une nouvelle série de salves pour faire davantage le ménage. Eloraell commença à tirer très rapidement une série de flèches vers le ciel, tout en se déplaçant grâce à son cheval. Aucune flèche, qui s'illuminèrent au fur et à mesure qu'elles furent envoyées vers les cieux, n'atteignirent la cible. Cette série de manquées surprit la dragonne aux écailles bleues foncées. Elle annula sa charge, ne comprenant pas. Mais son incompréhension allait très prochaine être arrangée. Les flèches s'étaient arrêtées en plein vol, modifiant leurs structures, devenant des boules vertes qui brillaient dans le ciel comme des étoiles.

- Un homme n'a pas besoin d'une groupie qui ne s'arrête que sur quelques critères sans réelle importance. Un homme a besoin d'esprits chaleureux, protecteurs... Et vu l'état actuel de Seto, je doute que tu aies été une meilleure protectrice que moi.

Les étoiles vertes prirent l'apparence de multiples silhouettes de faucons. Tels des rapaces prédateurs, les oiseaux touchèrent le dragon, avant de se séparer en deux. La chaîne se poursuivit, tandis que le dragon était attaqué en masse par une nuée de faucons qui se multiplièrent sans cesse. Malgré que la carcasse du dragon était bien trop solide pour être blessé par si peu, ses mouvements étaient clairement ralentis, faisant de lui une cible facile.

- Je déteste tous ces fichus animaux qui prennent les légendaires dragons de haut.

Complètement secoué, le dragon n'avait même pas le temps de développer son pouvoir pour échapper à ce carnage. Eloraell leva la tête vers le ciel, fit tournoyer entre ses doigts une nouvelle flèche avant de faire bander son arc.

- Comme preuve absolue que j'ai toujours protégé mère nature convenablement, les esprits savent me remercier comme il se doit... Et ils ne me faillissent jamais.

Eloraell concentra toute son énergie dans cette flèche qui s'illumina avec ardeur. Puis, elle lâcha la corde de l'arc. Tel un éclair en plein cœur, la flèche pourfendit les écailles du dragon qui commença à se désagréger en plusieurs fragments de lumière. Eloraell venait d'annuler l'invocation, en éliminant fièrement le dragon, qui laissa place à la magicienne, se laissant tomber vers le sol, sans vie. Au fond de son esprit, avant de perdre connaissance, elle déclara faiblement.

- Enfin, je vais pouvoir tomber dignement et délicatement, tel un ange...

Le cas de la toute dernière commandante de l'armée enfin réglé, Eloraell vit l'un de ses messagers se diriger vers elle.

- Majesté, vous devriez venir aux côtés de la jeune mercenaire aux cheveux roses. Vous verrez, cela vaut le détour.

Sans réellement besoin de suivre le messager, Eloraell ordonna à son cheval de se diriger vers la partie du champ de bataille où Iris, probablement pour gagner du temps, était en train de sortir un long discours en direction de Seto, qui était déjà rejoint par les derniers dragons survivants. Plus Iris parlait, plus les elfes s'attroupèrent derrière elle. Seto ne voyait même plus le point où reposait Scylla, car tout ce qu'il observait dorénavant, était quelque chose d'assez impressionnant. Iris, qui enchaînait les mots, se trouvait devant une ligne parfaitement établie de cavaliers elfiques, comme si elle commandait une petite armée vaillamment. Et très vite, ce fut le tour d'Eloraell et de Feriel qui se placèrent juste aux côtés d'Iris. Tous les elfes, écoutèrent sans interruption les paroles d'Iris, et en ajoutant à cela un regard noble et fier dirigé vers le leader des dragons blancs. La scène était tellement poignante, tellement impressionnante, que même les cinq dragons blancs restants, perdaient leurs latins. Sous le doute, ils se fixèrent entre eux, tandis que Seto, lui, ne sourcilla même pas devant le discours de la mercenaire. Et lorsqu'elle termina de parler, Horus entre les mains, Seto ne semblait pas réellement touché par les paroles d'Iris, comme si il les avait écouté à moitié, voire pas du tout.

- ... C'est bon, c'est fini ? C'est pas trop tôt. Tu avais l'air inspirée à l'instant. Moi, en revanche, tout ce que tu m'inspires, c'est un énième obstacle à mon objectif qui doit être anéanti. Point...

- Mais quel est cet objectif, Seto ? Je ne te comprends pas ! Tu as éliminé celui qui t'a tant fait souffrir ! Que veux-tu de plus ? Réponds donc à sa question, Seto ! Qu'est ce que tu gagnes à faire tout ça ? Si tu ne veux pas lui répondre, fais le au moins pour moi !

Seto fixa Eloraell, puis Iris, puis de nouveau Eloraell, tout en gardant son air sérieux et grave, avant de répondre, gavé.

- Ma liberté. Mon indépendance... Voilà ce que je gagne...

- Comment ça ? Tu veux dire que... tu veux être libre de nous ? Etre indépendant de tout ceux qui veulent ton bien ? Mais... Pourquoi ?

- La réponse est évidente. Parce que j'ai déjà tout perdu, à partir du moment où ma vie a été retiré. Et pourquoi aies-je été assassiné aussi aisément ? Parce que je me préoccupais de ceux qui m'aimaient. Je ne pensais qu'à soulager ceux qui refusaient que je me venge, alors, je me suis laissé aller à une paix qui ne verra jamais le jour. Et pour quel résultat ? Pour finir par devenir l'arme de destruction d'Azelia, son jouet préféré ! Avez-vous une idée de ce que c'est, d'avoir sans arrêt une présence qui vous rappelle inlassablement qu'elle sera toujours scellée au sein de votre esprit ? D'avoir un alter ego qui vous ordonne sans arrêt de tout détruire ? Humains, elfes, valkyries. Je n'ai retrouvé la vie qu'à condition que je me dévoue entièrement à la guerre, au meurtre et à la destruction ! Vos paroles à mon encontre n'ont pas plus d'effets salvateurs qu'un court rayon de soleil sur un sol déjà asséché ! Il me faut simplement de la puissance, et c'est tout, pour me débarrasser de mon alter ego. Une fois ceci fait, je peux mourir en paix !

- Alors c'est donc ça, Seto... Au final, ton objectif final. C'est la mort ?

- Précisément. Si Azelia meurt, je disparaîtrais. Et le seul moyen de tuer Azelia, est d'atteindre les sommets. D'obtenir un pouvoir similaire à ceux des dieux sur Legendia. Je pensais trouver ce pouvoir en Scylla, mais j'ai été profondément déçu. Alors, je continuerais à raser ce monde, à nourrir ma haine jusqu'à ce que j'obtienne le pouvoir idéal pour me défaire de mon "autre moitié" ! Maintenant, vous m'excuserez, mais j'ai une guerre à conclure. Dragons ! Aidez moi à écraser cette mercenaire et le reste du peuple elfique !

Mais malgré l'ordre direct de Seto, les cinq derniers membres de son groupe ne s'exécutèrent pas. Ils continuèrent de se fixer entre eux, voire de se murmurer quelques paroles dans le dos du chef.

- Je vous ai donné un ordre ! EXECUTION !

- Dé... désolée, chef. Mais nous sommes contraints de ne pas vous obéir cette fois...

- Je te demande pardon ?

- Voyons, chef ! Ne le voyez-vous pas ? Nous sommes en pleine débandade ! Notre armée ne fait pas le poids face à cette mercenaire ! Même nos commandants, un par un, ont failli et sont tombés sur le champ de bataille ! Et personnellement, je n'ai juré allégeance que pour conquérir ce pays et faire tomber la tête de son tyran ! Nous n'avons aucune raison valable de déclencher une guerre avec les elfes !

- Vous n'êtes pas dans votre état normal, chef ! Rentrons ! Laissons ces braves gens tranquille, ils n'ont rien à voir avec nos projets. Quand à vos paroles, elles sont sans doute sur le coup de l'émotion, car vous venez enfin de tirer un trait sur votre vengeance ! Un peu de repos, et tout ira mieux !

- Pitié, maître ! J'ai une femme et des enfants ! Ils seront horrifiés d'apprendre que j'ai été tué en luttant contre un peuple aussi pacifiste et honorable que le peuple des elfes.

- Très bien... Ainsi soit-il... Je vous donne l'autorisation de quitter cet endroit...

- Merci infiniment, maî...

Mais le malheureux remarqua bien trop tard que son maître bien-aimé le découpa en deux, pile au niveau du tronc. Puis, sans laisser le reste du groupe accepter le choc de l'instant, il acheva à coups d'épées tous ses hommes, un à un. Le choc incroyable de la scène obligea Eloraell à poser ses deux mains devant sa bouche. Elle ne comprenait plus rien. Seto, qui était tellement attaché aux dragons blancs, au point d'organiser toute une vendetta pour venger les esprit de leurs prédécesseurs, venaitt d'assassiner cruellement cinq d'entre eux. Maintenant, il était seul contre une vingtaine d'elfes, et une mercenaire semi-Légendienne.

- Bravo, Iris... Ton discours, à lui tout seul, à eut plus d'effet que mes ordres.

Seto se retourna tout doucement vers l'armée adverse, la voix toujours plus grave.

- Qu'il en soit ainsi... Le clan du dragon blanc tombe de manière sanglante pour la seconde fois. Je suis, cette fois, le responsable de la destruction de ce clan... Mais je m'y attendais au fond...

... oui, Iris... Ce que tu as déclaré, à l'instant, je m'attendais parfaitement à ça. Etre seul, tout perdre, je savais que les choses auraient pu finir ainsi. Et au final, c'est peut-être mieux ainsi. Si ces malheureux ne m'auraient pas respectés, ils auraient obéi bêtement. C'est l'inquiétude, l'anxiété, la peur envers moi, qui les as poussé à refuser de suivre mes directives... Iris, je ne suis pas comme toi. Je désire être seul ! Je VEUX être seul ! C'est uniquement au sein de la solitude, que je trouverais le salut ! Il n'y a rien de bon à tirer de ce monde, rien... Et dans ton cas, je peux te garantir que tu n'obtiendras JAMAIS ton objectif. C'est le destin de tout être puissant, de finir sa vie seul ! Tu ne connaîtras jamais le respect ! Tu ne seras jamais appréciée, car tu utilises ta force pour éliminer ceux qui te déplaisent ! Et par définition, tout être qui combat et tue est vu ou considéré comme un être mauvais et que l'on ne peut respecter ! Tu finiras seule... Comme moi ! Il n'y a aucun échappatoire !


Les paroles de Seto étaient graves et sombres. Mais c'était un reflet de la réalité. Eloraell, qui était à ça de laisser couler une larme, décida de rester digne, voire même de relativiser.

- Je suis rassurée... Au final, ce n'est pas Seto que j'aies sous les yeux. Mais un démon, cré par Azelia et qui a pris le contrôle de l'esprit de l'homme que j'ai aimé. Seto, lui... n'aurait jamais poignardé les dragons qui étaient si chers à son cœur ! C'est la preuve qu'il est quelque part, et que je dois le sauver. C'est mon rôle, moi qui aies repris le trône d'Ulyana subitement... Je sais parfaitement que je n'ai ni le courage, ni la force d'éliminer Azelia, mais je vais te libérer d'elle... par tous les moyens. Et ce moyen, je l'ai entre les mains...

Eloraell sortit d'un petit sac, attaché à sa ceinture, une fiole, contenant un liquide verdâtre.

- C'est mon dernier recours... Je vais te rappeler que tu n'es pas seulement lié à cette succube, mais également à autre chose de bien plus précieux, et au sens propre du terme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Eloraell
Reine
Reine
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 14/07/2013
Age : 28

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Mar 30 Jan - 18:58

Alors qu'Eloraell fixait tristement un Seto qui semblait avoir perdu tout espoir de vivre, elle comprit une chose: Cet homme était désormais piégé par la malédiction d'Azelia qui le liait à la démoniaque succube. Et c'est cette malédiction qui rendait les paroles de Seto complètement négatives. Elle eut donc une idée qui s'avérait être risquée, mais vu la situation, il n'y avait pas d'autres solutions. Au fond, l'elfe au sang royale ne souhaitait pas qu'Iris élimine le dragon, mais elle se refusait également d'empiéter sa volonté de l'affronter. Alors avant qu'un nouvel échange sanglant ait lieu, Eloraell sortit une fiole contenant un fluide verdâtre. Quel était l'effet de cette potion et en quoi pouvait-elle se rendre utile face à l'archidiable qui semblait imbattable à l'heure actuelle ?

- A mon signal, vous vous éparpillerez...

Feriel jeta un rapide regard en direction de sa sœur. Elle répondit à ce regard, avec un léger geste de la tête. Après ce message sans voix transmis entre les deux sœurs, Feriel s'approcha discrètement d'Iris, et profita de la distance entre elles et l'ennemi pour lui susurrer quelques mots dans l'oreille.

- La reine va effectuer une invocation. Dès qu'elle tirera une flèche vers les airs, occupez vous d'éloigner Scylla du cercle qui va apparaître sur le sol. Nous nous occuperons de tenter de la ranimer à partir de ce moment précis... Tout va bien se passer...

Après ces mots se voulant rassurants, Feriel reprit sa position de départ. Seto avait bel et bien aperçu que l'ancienne elfe noire tentait de divulguer des informations à son ennemie principale. Mais soit par curiosité, soit par excès d'auto-confiance, Seto décida de ne pas agir et de voir ce que les elfes préparaient. Ainsi, Eloraell lâcha le flacon au sol. Après s'être brisée, le liquide pénétra au creux de la terre devant les sabots de sa monture. Ensuite, la reine des elfes tira une flèche vers le ciel. Bien que Seto restait sur ses gardes, il remarqua très vite qu'il n'y avait nul danger. Mais rapidement, les elfes s'éparpillèrent comme ordonné par la dirigeante du peuple. Un cercle vert s'illumina sur le sol. Cet étrange phénomène semblait s'activer à partir du liquide enfermé dans la fiole, comme si un enchantement s'était propagé sur un large périmètre. Les elfes, parfaitement alignés, étaient disposés tout autour du cercle, et commencèrent à réciter une prière dans une ancienne langue elfique. Après une bonne minute de prières et de récitations, le sol se mit à trembler. Quelque chose ressortit du cercle magique. D'abord, quelque chose de couleur brune qui grandissait et s'élevait dans les airs. Très vite, l'élément de cette invocation était reconnaissable. C'était du bois. Un large tronc grossissait à vue d'œil et domina le champ de bataille. Et très vite, au sommet du tronc, les premiers bourgeons firent leurs apparitions. Puis, un stock inépuisable de feuilles vertes recouvrirent l'arbre, jusqu'à ce que l'invocation se termina. C'est ainsi que les elfes se positionnèrent tout autour de l'arbre, le plus proche possible de son pied. A ce moment, Seto semblait presque hypnotisé par ce "miracle" que venaient de créer les elfes. L'enchantement elfique avait de larges progrès, et Seto était visiblement trop concentré sur sa vengeance pour le réaliser. Maintenant que tout était fin prêt, Feriel retourna vers Iris.

- Parfait, maintenant, il faut placer Scylla au bord de l'arbre. Pareil pour vous, restez bien devant son pied. Cela ne prendra que quelques secondes. Faites confiance en notre reine, elle sait comment retenir l'ennemi, je n'en aies aucun doute.

Les milliers de feuilles d'arbre se remuèrent dans tous les sens avant de s'illuminer. A partir de ce moment, une nuée de petites étoiles tombèrent sur le sol, tout autour de l'arbre. Non seulement le spectacle en valait la chandelle, mais en plus, chaque elfe, ainsi qu'Iris, pouvaient ressentir un profond sentiment de bien-être, de relaxation, à la seconde même où les gouttes de lumières touchèrent leurs épaules. Au niveau spirituel et physique, elles provoquaient également une forte régénération. D'ailleurs, le sol, désertique et asséché, vit multiples brins d'herbes pousser. C'était comme si cet arbre apportait une renaissance au corps, à l'esprit, et à la végétation elle-même. Et pour couronner le tout, Horus, qui était entre les mains d'Iris, semblait reprendre vie également, et brilla pour la seconde fois, sans s'arrêter. Seto, qui aurait pu y voir en tout ça comme un retournement de situation certain, semblait carrément hypnotisé par la vue de cet arbre. Il ne prêtait même pas attention à ses effets, et surtout pas que dans un coin, Iris et Scylla reprenaient un bain d'énergie. Eloraell restait en face de Seto, et, le visage marqué par un surprenant sourire, reprit la parole.

- Est-ce que cela ravive ta mémoire, ne serait-ce qu'un tout petit peu ? Cet arbre est le fruit de mes recherches, ou plutôt, de NOS recherches. Quand nous étions encore enfants, avant que ces histoires de vengeance jettent tout à l'eau. Nous avions l'ambition démesurée, rêveurs, de créer des répliques de l'arbre mère, afin de reboiser la Yokume, et lui rendre son éclat d'antan. Nous avions travaillé durs, effectués tellement de nuits blanches, pour atteindre un objectif inatteignable même pour notre mère... Et au final, le plus important est arrivée... je suis tombée amoureuse. Tu te souviens de tout ça ?

- Je.... Je...

- Ce que tu vois ici ne représente qu'un dixième de ce que je recherche. Ridicule, n'est ce pas ? C'est parce que malgré mes connaissance, mon savoir et mon intellect, il manquait quelque chose: ton culot a toujours proposer des solutions farfelues qui me faisaient sourire, rire. Sans toi, j'ai perdu la motivation de poursuivre mes recherches. Alors voilà, Seto, je voulais te remémorer, qu'il y'a un projet qui te tenait à cœur, qui t'attend encore... Et puis, surtout, je voulais te rappeler que c'est devant l'arbre sacré qui siège toujours dans notre village, que nous avons fait nos vœux de mariage...

Seto fixa l'arbre, toujours hypnotisé par ce qui ressemblait trait pour trait à l'arbre sacré, mais en miniature.

***

Six ans auparavant, Seto, qui était déjà revenu de son séjour dans les entrailles de l'enfer, chercha désespérément à fuir le contrôle d'Azelia. Il continuait de jouir d'une vie paisible chez les elfes, mais il suffisait d'un nouveau drame pour que le jeune dragon coupe les ponts avec sa famille d'accueil. Eloraell, encore jeune princesse à la joie de vivre débordante, constatait que le jeune garçon qu'elle aimait avait du mal à laisser parler ses émotions. Bien que vide et insensible, il l'intriguait au plus haut point. Son âme juvénile la poussait à s'intéresser davantage à celui qu'elle considérait comme le plus grand mystère de sa jeunesse.

Spoiler:
 

Un soir, alors que la lune régnait sur l'abondante végétation du pays, Eloraell donna rendez-vous à Seto au pied de l'arbre le plus imposant du pays. Trésor sacré dont les origines relèveraient d'une alliance entre la première reine des elfes et Manawyddan, la jeune princesse souhaitait renouveler la tradition d'une manière ou d'une autre. Et puis, elle comptait guérir les blessures du dragon qui déprimait de jour en jour. De base, il était interdit de s'approcher de cet arbre sans l'accord d'un dirigeant elfique, mais Eloraell était déterminée et considérait que tôt ou tard, c'est à elle que serait transmis la lourde responsabilité de veiller sur la nature.

- Je suis contente que tu sois venu, Seto.

- Réalises-tu qu'il est trois heures du matin, que j'ai une horloge biologique très stricte et que notre mère, qui est de nature très calme, va nous montrer son côté le plus effroyable si il nous arrive quelque chose.

Les deux mains croisés derrière le dos, la mignonne petite princesse remua son pied gauche des deux côtés, d'apparence gênée.

- Je... compte sur toi pour me protéger, mon preux chevalier, hihi...

- Tu n'es pas du genre à enfreindre les règles. Tu es plutôt la bonne fifille à sa maman qui respecte le protocole et qu'on peut gérer à la baguette. Est-ce que... HEHO ! Pourquoi tu me balances des pommes de pin au visage ?

- Parce que tu n'es qu'un idiot ! A ne jamais être romantique !

- Bon, désolé princesse... Que puis-je faire pour toi ?

- Seto, je constate que malgré ton passif, tu es loyal envers notre peuple. Tu m'aides à protéger dame nature, et surtout, tu es patient et rêveur. Considère moi comme naïve ou stupide, mais j'ai des rêves, et je te compte dans mes rêves. Il est temps que je fasse quelque chose pour te remercier, et aussi, pour t'aider à mieux apprécier la vie à nos côtés.

- Ah, euh... je te remercie mais je t'ai déjà expliqué que je refuse que tu te mêles de ma vie...

- Ce n'est pas seulement à cause du génocide que tu as du endurer, mais plutôt parce que je t'aime, et que je veux que tu sois à mes côtés pour le restant de mes jours !

- Eloraell... Je t'aime beaucoup aussi, mais... est-ce que tu gagneras réellement quelque chose à te lier à un revenant comme moi ? Tu pourrais t'épanouir avec un elfe de ton âge. Et puis, j'ai l'impression que tu as trop pris au sérieux ce conte à l'eau de rose que t'as raconté notre mère, au sujet de la relation entre Onore, première souveraine elfique, et Manawyddan.

- Non, je suis catégorique. C'est toi que je veux à mes côtés. Il ne se passe pas un jour sans que je cherche à m'assurer que tu revives petit à petit, et que tu prennes goût à cette paix que nous nous sommes efforcés de créer. Je pense à toi sans arrêt, je m'inquiète pour toi. Si ça, ce n'est pas la preuve d'un amour véritable, alors... qu'est ce... ? La naïveté d'une jeune princesse, qui vit dans un monde trop fantaisiste ? Je pense que tu me connais suffisamment pour savoir que je suis déjà une femme libre qui ne désire qu'une chose, un avenir serein pour notre peuple. Et ce peuple t'aime, Seto. Tu es un grand frère pour tous les enfants de la forêt. Tu es né pour gouverner !

- Eloraell...

- Si il faut que j'escalade cet arbre pour le prouver, alors...

Seto chercha à retenir son amie qui commença à dégainer deux dagues bien aiguisées. Elle les utilisa comme outils d'escalade, et grimpa le tronc de l'arbre, sans fléchir. Elle semblait très sportive et agile pour une princesse. Probablement les parties de chasse, la liberté et l'aventure. Une fois arrivée aux premières branches, elle commença à bondir sans subir le moindre déséquilibre, jusqu'à atteindre les fruits les plus bas. La particularité de ces fruits étaient qu'ils étaient reliés entre eux par le même pédoncule. On pouvait donc les confondre avec des cerises au volume plus important, sauf que la forme s'apparentait davantage à la pomme. De couleur rouge, elles ressemblaient aux "Pommes d'amour" que l'on commercialise souvent lors des festivals organisés par le pays du soleil, mais le sucre en moins. Eloraell retira de l'arbre une paire, puis détacha les deux fruits. Elle en jeta un en direction du sol pour Seto le rattrape.

- C'est... ?

- C'est un foedus, le fruit du pacte. Cet arbre est né de l'union entre une elfe et un dragon. Ils ont scellés des parcelles de leurs esprits au sein de cet arbre pour qu'il vive à tout jamais. Tout les ans, une nouvelle paire de fruits voit le jour, et ces fruits sont utilisés lors d'un événement symbolique pour tout homme et femme qui se respectent mutuellement. Je parle bien sûr du mariage.

- Attends, t'es... t'es... t'es pas sérieuse, si ?

- Je suis connue pour toujours faire preuve de sérieux, et je peux te dire que je n'ai jamais été aussi sérieuse qu'en cette nuit. Une fois que nous aurons tous les deux goûtés de ce fruit et que nous avalerons la graine, nos esprits seront liés, pour le meilleur comme pour le pire...

- Attends, c'est tout... ? Pas de cérémonie ? Pas de prêtres, de bouquets de fleurs à balancer en arrière, de festins sous le clair de lune ?

- Chez les elfes, le mariage est particulier. Le simple fait que tu partages un foedus avec ton âme sœur, est synonyme de mariage. La cérémonie n'est qu'un prétexte pour s'amuser et se goinfrer...

- C'est naze alors... N'importe qui pourrait se marier alors...

- Il faut évidemment la bénédiction de la reine de ce pays, mais... je suis la princesse, et je dirigerais ce pays un jour ou l'autre. J'ai déjà été amené à donner mon consentement pour certains couples du village, vois-tu. Bref, Seto, je te laisse le choix. Je sais que tu souhaites rendre hommage aux dragons blancs. Il n'y a pas meilleur moyen pour cela que de suivre la tradition qu'a laissé ton dieu sur ta nouvelle terre d'accueil. Par ailleurs, une fois que tu auras avalé la graine au sein de ce fruit, il bourgeonnera petit à petit, et ne fera plus qu'un avec toi. Et plus tes sentiments envers moi seront profonds, plus tu ressentiras en toi comme une douce lumière qui te procurera un sentiment de bien-être total. Cela sert surtout pour que l'élu de ton cœur veille sur toi jusqu'à ce que la mort vous sépare. Bien entendue, je tiens à ce que tu m'emmènes à l'autel un jour ou l'autre, alors... ce sera notre petit secret jusqu'à ce que nous soyons deux adultes responsables. D'accord ?

- Hum, je reconnais... que ton cadeau me va droit au cœur. Merci, Eloraell.

Après que Seto répondit avec un sourire affectif, il avala le foedus entièrement en même temps que sa petite amie, tout en prenant soin d'avaler la graine à l'intérieur. Il ne savait pas si il devait croire en cette histoire de lien, mais il s'exécuta, si cela pouvait donner du baume au cœur d'Eloraell. Une fois ceci fait, Eloraell semblait aux anges, mais un dernier souci devait être réglé.

- Voilà, mon chéri ! Nous sommes officiellement ensemble pour le restant de nos jours, maintenant... est-ce que tu pourrais, s'il te plaît, m'aider à descendre ?

Après avoir claqué la paume de sa main sur le visage, Seto fit apparaître une paire d'ailes blanches, puis rejoignit sa fiancée. Il la porta romantiquement, mais au lieu de redescendre, il prit de l'altitude et emmena la jeune elfe faire un petit tour dans le ciel étoilé.

- Je t'aime, Seto...

- Je t'aime aussi. Je t'aimerai éternellement...

***

De retour dans le présent, les choses n'étaient pas aussi roses que souhaités. Eloraell chercha, dans ses souvenirs, à se remémorer cet instant, sans parvenir à réaliser qu'elle avait vécu cet instant avec... ce monstre sans cœur sous ses yeux. Elle ne parvenait définitivement pas à mettre le doigt sur une explication qui justifierait qu'un garçon avec autant de cœur ait pu finir ainsi. Comment Azelia a t'elle pu réussir une telle atrocité ? Maintenant qu'Eloraell avait terminé de tenter de rappeler de doux souvenirs à Seto, ce dernier se tordit de douleur, posant ses deux mains sur le crâne. Mais contrairement à ce qu'elle pensait, ce n'était pas son récit, le responsable de cette douleur. Le dragon ressentit une vague présence s'approcher lentement, mais sûrement de ce lieu. Une présence absolument pas souhaitée.

- Non, pas elle... Pourquoi est-elle ici ? POURQUOI MAINTENANT ?

- Que... ?

- AAAAAAAAARGH ! NON ! LAISSEZ MOI ! ALLEZ VOUS EN ! AAAAAAAAAAAAH !

- Calme-toi, Seto, je t'en conjure...

Et malgré la folie qui prenait le dessus chez Seto, il remarqua autre chose de bien dérangeant. Depuis l'arbre, derrière la foule d'elfes, une nouvelle énergie tentait désespérément de se former. Une énergie qui s'accumula en un point précis, et petit à petit, Seto remarqua que cette puissance soudaine qui se manifestait était alarmante, tellement c'était quelque chose d'intense et puissant. Sous ce constat, Seto reprit son calme, qui n'était bien sûr qu'une couverture.

- Où est-elle ? Tu m'as trompée, sale chienne...

- Que dis-tu ?

- Où est Scylla ? J'ai compris ton petit manège ! Tu as cherché à me divertir de cette bataille pour redonner vie à cette valkyrie ! OU EST ELLE ? DIS LE MOI !

- Navrée, Seto, mais je considère que cette valkyrie a autant le droit de vivre que nous tous ici présents !

- NON ! ELLE DOIT MOURIR ! ELLE DOIT... AVANT QUE...

La rage entre les dents, Seto vit quelque chose qui ressemblait à de la vapeur écarlate provenir du pied de l'arbre. Cette vapeur rouge était différente de tout ce qu'avait pu dégager Scylla jusqu'à présent. Seto ne comprenait pas trop ce qui se passait, mais il devait faire vite, car cette aura était inquiétante, tellement il n'avait jamais ressenti quelque chose d'aussi puissant jusqu'à présent. Sous la colère, il fit apparaître depuis le sol, de multiples pieux noirs qui transpercèrent les elfes en un seul coup. Ces pieux se multiplièrent et continuaient d'apparaître, ravageant tout autour de l'arbre. Derrière Eloraell, Feriel et Iris, les elfes se faisaient embrocher tragiquement un par un, les corps sans vie au dessus du sol. Malgré que la violence de la scène donnait envie de vomir à la sœur de la reine elfique, elle pensa également qu'il fallait encore une fois évacuer Scylla, au risque qu'un de ces pieux ne la transperce, et scelle son sort pour de bon. Maintenant qu'il ne restait plus qu'une dizaine d'elfes qui cherchaient tant bien que mal à fuir et à éviter de finir empalés, et que le pied de l'arbre était presque encerclé par rien d'autre que ces pieux, Eloraell changea du tout au tout. La colère entre les yeux, elle se saisit de sa dague, puis, de manière surprenante, se coupa la paume de la main gauche. Maintenant que son sang coulait, sa main fut entourée par une lueur verte. Elle pointa la paume de cette main vers Seto, toujours incontrôlable et enragé.

- End of Yavanna !

Comme si un miracle venait de se produire, Seto s'arrêta net. Pire, il s'écroula au sol, comme paralysé. Il posa ses deux mains sur l'estomac, comme si on venait de lui planter une épée bien profondément en ce point.

- Qu'as-tu fait, Eloraell ? On croirait que tu le tiens à ta merci.

- Je ne suis pas aussi puissante que vous autres, immortelles. Mais j'ai un avantage: Je connais cet homme comme si je l'avais fait...

- Hey, attends ! Ne t'approche pas de lui !

Mais il était bien trop tard, Eloraell marchait lentement, l'air droit et fier, vers Seto qui étouffait au sol. Toujours la dague en main, elle ne sourcilla pas. On aurait pu la comparer à une chasseuse qui s'apprêtait à achever une bête qui avait pris une flèche là où ça faisait mal.

- "Pour le meilleur et pour le pire..." Quand j'ai décidé que nous allions pactiser devant l'arbre sacré, ce n'était pas seulement une décision qui m'état propre. Il s'agissait d'un ordre... de ma mère !

- Tu... tu... m'as... men... ti...

- Mère craignait que tu deviennes un objet de hantise, un démon incontrôlable. Elle était, jadis, une amie fidèle de ta sorcière de reine. Mais elle l'a trahie, devenant la définition même du vice dans ce monde. Elle était apeurée à un point que tu ne peux soupçonner. Elle t'aimait tellement que quelques fois, elle ne mangeait plus, ne dormait plus. Je la retrouvais très souvent seule dans sa chambre, lamenter ton devenir. Ulyana avait beau être une sainte, et une femme forte par dessus le marché, mais c'était une MERE avant tout ! Alors malgré la peur qui l'envahissait, elle décida d'utiliser mes sentiments envers toi, et d'accepter ce qui était inacceptable. Que je t'emmène devant l'arbre sacré, et que je me lie à toi. C'était la seule manière qu'elle avait trouvé pour en finir avec cette angoisse incessante ! Soit tu guérissais, et nous redevenions une famille idéale et prospère, soit tu sombrais... et tu mourais...

- Je ne... comprends pas...

- Cette graine que tu as avalé est restée logée au creux de ton estomac, et ne s'est pas dissoute. C'est sa capacité principale, elle se scelle en toi pour régénérer ton corps si tu choisis d'aimer ta moitié jusqu'à la fin des jours, où alors, de dégager un léger poison qui va petit à petit parcourir tes intestins, remonter à la surface, et dissoudre ton corps de la tête aux pieds. C'est la définition même du serment du mariage: "Pour le meilleur et pour le pire..."

Eloraell serra bien fort sa dague puis s'apprêta à poignarder son ancien mari sur le champ.

- "Jusqu'à ce que la mort nous sépare !"

Mais malgré que Seto était affaibli, il ne manquait toujours pas de réflexes. Il attrapa la poignée d'Eloraell qui tenait fermement l'arme aiguisée de la reine. Il la fixa droit dans les yeux, puis répondit.

- Tu me connais, Eloraell. Je suis un dragon... Si je dois mourir, ce sera en combattant jusqu'à mon ultime souffle.

Il repoussa Eloraell, puis posa sa main droite au niveau de son propre estomac. Puis, il électrocuta son propre corps, en instant bien au niveau de l'estomac.

- C'est inutile ! Cette graine est liée à la mienne ! Il n'y a que moi qui puisse décider si je peux la désactiver ou non ! Tu perds ton...

- AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

D'un geste toujours plus brusque, Seto se mutila avec sa propre magie. Par un hurlement motivé, il appuya avec sa main dans le but de briser la graine. Et tout à coup, il s'arrêta net, puis s'écroula au sol, sur le dos, épuisé.

- Impossible ! Il a détruit la graine avant même qu'elle n'ait eu le temps de contaminer entièrement son corps.

- Haaaa... Haaaa....

- Mais c'est terminé maintenant. Je vais enfin pouvoir faire ce que j'aurais du, il y'a quelques années de cela.

Eloraell écarta les jambes au dessus de Seto, puis se posa sur lui, les jambes fléchis au sol. Elle tendit le poignard au dessus de la gorge du dragon, prête à l'achever.

- Adieu, démon... Tu vas payer de ton sang pour avoir emporté mon mari...

Seto était à la merci de l'elfe, mais elle ne parvenait pourtant pas à aller jusqu'au bout de sa pensée. Elle se mit à pleurer à chaudes larmes, et tendit que ces larmes tombaient sur le visage du dragon, il se mit à sourire tout à coup. Mais cette fois, ce n'était pas un sourire cruel ou sadique, mais un sourire bienveillant, joyeux, amoureux.

- Tu es devenue une elfe respectable et courageuse, Eloraell.

- Se...to...

Eloraell était paralysée, piégée par ses émotions et ses sentiments envers l'homme qu'elle pouvait désormais assassiné. Et hélas, ces quelques secondes de faiblesse suffirent pour retourner encore une fois la situation. Un rictus diabolique se forma chez Seto, il se redressa violemment, et cogna son front contre la mâchoire de la jolie reine elfique. La bouche en sang, elle se redressa lentement sur les deux pieds, mais Seto commença à la prendre par la gorge. Les yeux rouge sangs, la folie dans son regard perceptible à des milles et des milles, il commença à l'étrangler brutalement.

- ESPECE DE CONNARD ! LACHE MA SOEUR !

- Qu'est ce que je t'aies dis, Iris ? Les sentiments humains ne sont qu'un frein qui creusera ta tombe. C'est seulement en se débarrassant de choses aussi futiles qu'on peut enfin connaître le salut ! Prends cette petite scène comme une ultime leçon avant de MOURIR !

Tellement irritée de voir sa sœur souffrir, Feriel fonça dans le tas. Mais elle ne vit pas que pour la seconde fois, et probablement la dernière, Seto était en train de vider Eloraell de son énergie, via la gemme verte qu'il avait implanté au dessus de sa poitrine. Cette fois, il aspira le tout très rapidement, comme si il s'en foutait de réduire à zéro les réserves d'Eloraell. Et en quelques secondes, un typhon d'énergie noire tourbillonna autour du dragon et de l'elfe. On pouvait seulement entendre le rire dément de Seto raisonner. Impossible de l'atteindre, Feriel se maudissait intérieurement pour avoir permis sa sœur bien-aimée de régler cette histoire par elle-même. Il était pourtant évident qu'elle ne faisait pas le poids face à ce monstre sanguinaire.

Plus tard, Seto réapparut, avec Eloraell allongée à ses pieds, quasiment sans vie. Il avança de quelques pas et frappa du poing Feriel tellement fort, qu'elle s'éclata sur le sol sans réagir ou se redresser. Il ne restait plus qu'Iris et quelques elfes devant lui qui commencèrent à le bombarder de flèches, comme si la défaite d'Eloraell et de sa sœur était un signal pour les pousser à le canarder sans cesse. Hélas, sa peau était toujours aussi dure que le diamant. Il ignora complètement les projectiles qui lui furent adressés, et observa Iris, tout en tendant la main vers sa direction.


- Je vais vous atomiser ! Vous pulvériser ! Vous détruire ! Toi, cet arbre de malheur, et LA VALKYRIE ! Il n'en restera plus une seule particule !

Le sol trembla tandis que Seto emmagasina une énergie sombre tout autour de lui. Fou de rage, il fixa Iris les yeux dans les yeux, avec pour objectif de tout neutraliser.

- FINAL BURST STREAM !

La vague noire était tellement imposante qu'il aurait été trop compliqué de l'esquiver. De plus, même si Iris l'évitait, l'arbre serait malgré tout réduit en cendres... et Scylla avec. Il fallait donc la stopper, coûte que coûte, mais face à une telle énergie, était-ce réalisable pour Iris et son état actuel ? La solution à ce problème se trouve peut-être entre les mains d'Iris, et si cette dernière avait prêté attention aux capacités de Scylla et des élus du clan Vermillion, elle pouvait trouver cette solution. La valkyrie a fait don de son pouvoir spécial à la mercenaire, il était temps d'en faire usage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Mar 6 Fév - 13:42

Pendant son discours, Iris remarqua que les elfes avaient su profiter du ménage qu'elle venait de faire, pour en finir avec la bataille. Puis, à ses côtés, de plus en plus d'elfes s'étaient assemblés, semblant former une ligne derrière cette dernière. Au fur et à mesure de ses paroles, les dragons restants semblaient eux-mêmes ne plus savoir quoi penser. Finalement, après avoir terminé, l'intéressé était le seul qui semblait à l'ouest, ayant probablement rien écouter. Cela n'étonnait pas Iris de toute façon, elle le savait d'avance. Mais, peut-être que c'était avant tout pour elle, que ces paroles étaient destinées. Afin de faire face à la réalité. Sa réalité. Iris était à présent certaine de ses choix et de son avenir, grâce aux événements de cette nuit. Au fond, elle sait que ce type est perdu et que son seul avenir est la mort. D'ailleurs, le dragon lui-même confirma ce fait, prétextant que c'était de toute façon son intention, afin de se libérer de son alter ego, qui prenait la forme de la reine lunaire. Néanmoins, la mercenaire avait, au risque d'étonner le dragon, une idée de ce que c'était, d'avoir un alter ego effrayant qui lui torturait l'esprit à la moindre occasion. Mais, elle préféra ne rien dévoiler à ce sujet, et garder le silence. Elle savait juste que ce type avait tort, et que ce n'était pas avec toujours plus de puissance qu'il allait se débarrasser de ses démons. Tout simplement, car c'est impossible. Que ce soit l'alter ego d'Iris, ou cette reine lunaire, pour leur victime, ils sont bien trop grand, supérieur, pour espérer s'en débarrasser par la force. Il était évident pour la mercenaire, que cette reine avait un contrôle absolu sur ce type.

Finalement, après cet interlude, il ordonna à ses dragons restants de reprendre l'assaut, afin de l'aider à terrasser les elfes, ainsi que la mercenaire. Cependant, nulle action fut entreprise par les dragons en question. Ils continuèrent de se fixer, jusqu'au moment où ils confirmèrent leur intention de ne pas obéir cette fois. Cela n'était en soi pas si étonnant, après tout, la mercenaire s'y attendait. Comme pointée du doigt par le dragon, elle avait complètement décimé ces derniers depuis le début de la nuit. Que ce soit avant ce combat, ou il y a quelques minutes, c'était sûrement celle qui avait tué le plus de dragon, sans le vouloir. Il était donc logique, que les derniers survivants commencent à douter. Et, c'était justement ce fait qui rendait l'ordre de leur chef illogique. Il savait très bien que ses dragons avaient raison. Ils ne faisaient pas le poids contre la mercenaire, et encore moins maintenant qu'une armée d'elfe l'accompagne. Néanmoins, le leader des dragons, dans un élan de lucidité, donna son accord, afin que les derniers dragons restent à l'écart. Évidemment, la suite, Iris l'avait deviné bien avant l'acte abject de ce chef complètement perdu dans sa folie. Quoi qu'il en soit, après cet acte, il reprit la parole, en affirmant que la solitude est son salut. Puis, il continua avec des mots négatifs au sujet de l'avenir qui attendait les êtres comme la mercenaire. Ces paroles auraient certainement pu être dites par Iris elle-même il y a encore quelques heures. Mais, à présent, elle savait que c'était faux. Elle était persuadée que cette logique ne s'appliquait qu'à ce monde faible. Elle savait que sur Légendia, elle trouverait sa place. C'était finalement sa solitude, et la souffrance qu'elle en tire, qui la pousse à rejoindre son monde natal, bien plus que la puissance. C'était d'ailleurs aussi la raison de sa présence dans cette bataille, et son attachement à cette jeune fille. Sans se l'avouer, peut-être, Iris avait aperçu en Scylla, qui vient de Légendia, la première personne qui pouvait la sortir de sa solitude.

Son discours négatif terminé, il était clair que c'était l'heure d'en finir. Iris n'avait rien à répondre à de telles paroles, elle savait que ce n'était plus utile de parler à cette chose. La mort, était tout ce qu'elle pouvait lui offrir. Au moins, il sera libre, comme lui-même l'a dit. Cependant, cette reine des elfes n'avait pas encore compris que c'était perdu, et qu'il fallait savoir accepter la réalité. Ses paroles donnaient l'impression qu'elle allait tenter de le « libérer », effectuer quelque chose, qui semblait être un ultime recours. Dans tous les cas, Iris laissa faire cette dernière, ça ne lui coûtait rien de laisser cette elfe essayer sa solution. Rapidement, elle sortit une fiole de sa sacoche, puis, donna un ordre simple à ceux de son peuple. Pendant ce temps, une elfe s'approcha de la mercenaire, puis lui susurra que la reine allait effectuer un rituel d'invocation. Le rôle d'Iris semblait d'éloigner Scylla du centre, afin de permettre aux elfes de la soigner. Elle se contenta de répondre de façon brève, confirmant son intention d'obéir. Même si évidemment, cela montrait également son air fataliste sur l'avenir de cette situation. Peut-être que Scylla allait aller mieux, mais Iris savait que sauver cet homme était peine perdu.

- Comme vous voulez...

Cependant, Iris restait sur ses gardes, car elle doutait que l'ennemi allait laisser cela se passer sans rien faire. Sauf que, visiblement, en plus d'être perdu, il était assez prétentieux et sûr de lui, pour laisser les elfes faire leur vie. Dans un sens, tant mieux, les ennemis avec cette mentalité sont bien plus faciles à éliminer par la suite. Quoi qu'il soit, une fois le contenu de la fiole versé sur le sol, un cercle apparu à cet endroit. Iris comprit que c'était à son tour d'agir, et se contenta donc d'annuler le bouclier protecteur généré par sa lame, protégeant la valkyrie. Puis, elle l'éloigna du cercle, comme demandé par cette elfe. Après son action, elle pouvait observer les elfes pratiquer un genre de rituel autour de ce cercle. Le rituel durait une bonne minute, une minute où Iris aurait pu tuer cent fois tous ces elfes et n'importe quel autre ennemi, si elle était à la place de ce dragon. Visiblement, la prétention n'était pas la seule chose qui venait d'exploser chez ce type, mais aussi son idiotie. C'est ainsi qu'après ce rituel, l'invocation fit son apparition. Il s'agissait d'un magnifique arbre tout fleuri. Iris avait lâché quelques secondes de vue l'ennemi, pour se concentrer sur cet arbre. Elle devait avouer que c'était impressionnant ce qu'il venait de se produire. Puis, tandis que la mercenaire observait avec un air fasciné l'invocation, elle fut de nouveau rejointe par cette Feriel. Cette fois, il fallait qu'elle dépose le corps de Scylla le plus proche possible du tronc, ainsi qu'elle-même d'ailleurs. Bref, une fois sous le tronc, l'arbre s'agita, et laissa tomber quelque chose, qui semblait revitalisant. Du moins, c'était ce que ressentait la mercenaire, qui pouvait voir sa santé remonter. Son Eldrit repris des couleurs, et physiquement, les égratignures qu'elle avait disparurent complètement. Malheureusement, son cœur la faisait toujours aussi souffrir, mais ça, c'était un problème d'un autre niveau que physique. Cependant, à côté, cet instant était reposant et bénéfique. Iris remarqua également que la lame de Scylla dans ses mains, commença à briller de nouveau. Par réflexe, et espoir, elle regarda rapidement sa lame personnelle, encore plantée au sol, espérant y voir une guérison. Mais, nul miracle. Elle pouvait toujours observer de loin les fissures la parcourant.

Pendant ce temps, Iris pouvait remarquer de loin que la reine discutait avec l'ennemi. Comme lancée par cette Feriel, elle semblait parfaitement attirer l'attention de ce dernier. Il était facile d'imaginer qu'elle essayait certainement de le ramener à la raison, et ainsi le sauver. Mais, Iris savait que c'était impossible. Ce type avait été trop loin dans la folie, d'autant plus que l'alter ego personnifié par cette reine lunaire, ne le laisserait certainement pas partir bien gentiment. La seule vraie solution pour libérer cet homme, était de le tuer, ou de supprimer cette reine. Et pour l'heure, c'était la première solution qui était la plus rapide. Cependant, soudainement, le dragon semblait souffrir, tout en se tenant la tête. Impossible de savoir la raison, de la position d'Iris, mais son attention fut tourné vers Scylla, qui émettait une aura assez intense. Était-ce dû à un effet de l'arbre ? Ou bien autre chose ? Pour le moment, elle n'eut pas le temps de se poser beaucoup de questions, car, l'ennemi semblait lui aussi, avoir remarqué l'énergie. Des pieux sortirent soudainement du sol, pourfendant les pauvres elfes autour de l'arbre. Iris songea que c'était le bon moment pour évacuer cette zone. Par chance, elle n'eut pas besoin de se préoccuper de Scylla, qui fut prise en charge par la sœur de la reine. Dans tous les cas, maintenant à l'abri, il était temps d'arrêter ce massacre, tant qu'il reste encore quelques survivants. Iris décida de partir à l'assaut du dragon, mais, tandis qu'elle s'apprêtait à charger, elle remarqua que la reine venait de le maîtriser. Sa sœur semblait également perdue, devant cette étrange scène, mais les faits étaient là : le dragon était à la merci de l'elfe. C'est d'ailleurs confiante, qu'elle s'avança vers ce dernier, dague à la main, malgré l'avertissement de sa sœur. C'était impossible pour Iris de dire si elle était de l'avis de l'elfe, ou s'il fallait faire confiance à cette reine, en pensant qu'elle sait ce qu'elle fait. Sur le coup, elle opta pour la deuxième solution. Une fois face à ce dernier, elle semblait de nouveau échanger avec ce dernier, et au bout d'un moment, leva sa dague, dans l'intention d'en finir.

Malheureusement, il semblerait que Feriel eût raison finalement. Le dragon arrêta le bras de cette elfe, et la repoussa, avant de se mutiler tout seul. Iris ignorait pourquoi il faisait soudainement cela, mais cela avait certainement un rapport avec l'arme secrète de l'arme. Quoi qu'il en soit, après cet interlude, il s'écroula au sol, sans défense. Une occasion dont se saisit la reine elfique, pour se positionner au-dessus de ce dernier, afin d'en finir. Mais, ce que craignait Iris semblait se produire actuellement. Cette femme était incapable de tuer cet homme. Et ce qui devait arriver, arriva. Il profitait de cet instant de faiblesse, pour se relever en faisant comprendre à cette elfe son erreur. Une fois au sol, il la souleva par la gorge, afin de l'étrangler. Puis, il s'adressa soudainement à la mercenaire, toujours en prétendant que les sentiments ne sont qu'une faiblesse. Elle se contenta de ne rien répondre, et de le fixer avec dédain. Même si, elle reconnaissait que ce dernier s'entendrait parfaitement avec son alter ego, pour le coup. Bref, l'elfe à ses côtés décida d'aller aider sa sœur, tandis qu'Iris restait inactive. Cela n'était évidemment pas parce qu'elle s'en foutait, mais parce qu'elle savait que c'était inutile, et trop tard. Le dragon et sa victime furent de nouveau entourés d'un typhon d'énergie, d'où pouvait être tendu le rire de ce tordu. C'était évident pour Iris, qu'il allait encore se régénérer, mais cette fois, elle ne s'inquiétait pas. Et la confirmation ne tarda pas à arriver, lorsque le typhon disparut, laissant place à un ennemi de nouveau en état. Il semblait également plus fort, vu la défaite que venait de subir cette pauvre elfe, clouée au sol, suite à l'impact du coup. Bien sûr, les elfes restants faisaient feu avec leurs arcs, mais c'était complètement inutile. Puis, finalement, il tendit la main en direction d'Iris, dans l'intention très claire de pulvériser cette dernière, l'arbre, ainsi que la valkyrie. Il semblait clairement avoir perdu la tête cette fois, ne serait-ce que dans ses paroles délirantes. Et, tandis qu'il emmagasinait de l'énergie, afin de déclencher sans aucun doute une violente attaque, Iris restait observatrice, toujours immobile. Il allait certainement lancer la même attaque signature de son dragon précédent, qu'Iris a pourfendu. Et finalement, la vague intense fut libérée. C'était assez imposant pour réduire en cendres ce qui se trouvait dans la zone. Iris aurait pu esquiver, mais cela condamnerait les elfes restants, ainsi que l'arbre, et surtout Scylla.

Cependant, malgré la vague qui arrivait, Iris restait calme et ne recula pas. Au contraire, au moment de l'impact avec cette dernière, elle esquissa sourire satisfait. Il ne fallut pas longtemps, pour comprendre son sourire. L'ennemi devrait également comprendre que l'explosion qu'il attendait n'était pas du tout au rendez-vous. Au contraire, une fois l'énergie et la poussière dissipées, le dragon pouvait observer la mercenaire, toujours debout, avec Horus, la lame de Scylla, levée. À présent, il devrait comprendre l'erreur qu'il vient de répéter, en voyant la scène, et la mercenaire en pleine forme.

- Il y en a qui n'apprenne jamais...

Finalement, Iris baissa son arme, qui brillait intensément à présent, tout en commençant à s'avancer. Elle s'arrêta juste aux côtés de sa lame personnelle, puis reprit la parole.

- Tu ne mérites vraiment pas tout cet amour, et ce respect que tu possèdes... Finalement, je trouve que tu mérites ton sort. Tu n'es qu'un faible à mes yeux. Un minable gamin qui se cache derrière un alter ego pour se donner bonne conscience. Cependant, laisse-moi répondre à une de tes questions précédentes, lorsque tu suggérais qu'on ne savait pas, ce qu'était d'avoir quelqu'un qui nous murmure la destruction et la haine. Et bien, figure-toi, que je connais ce sentiment. Un sentiment qui me persécute depuis ma naissance, comparé à toi. Depuis ma jeunesse, il m'a volé beaucoup de choses, et j'imagine que je lui dois ma solitude actuelle. Mais, jamais, je ne me suis caché derrière lui, pour les actes que j'ai commis. Car, la véritable fautive, c'est moi. C'est parce qu'on est faible, qu'on est incapable de dire non, de résister... Tu vois, pendant cette nuit, tu m'as forcé à me battre contre mon alter ego. Si tu avais réussi à me pousser à bout, et si j'étais aussi faible que toi, actuellement, toi, et le reste de ce pays, seriez tous de l'histoire ancienne... Mais, je suis toujours là, et ce n'est pas grâce à la puissance, mais ma volonté, ma volonté d'avancer. J'ai peur, constamment, mais c'est cette peur, qui me pousse à me battre...

… Si tu aimais vraiment cette femme, ou que tu avais réellement de l'amour pour ton peuple, tu te battrais. Tu lutterais, qui à te faire du mal comme tu viens de le faire, dans le but de faire du mal à cette elfe. Mais, non, à la place, tu as choisi la facilité, et tu te caches derrière, comme un lâche...

Tandis qu'Iris parlait, elle ramassa soudainement sa propre lame, encore plantée au sol. Puis, sans attendre, d'une vitesse impressionnante, bien trop rapide, pour être visible par le dragon, elle lui infligea une attaque directe avec Horus, chargé en énergie. Puis, un autre coup, cette fois avec sa lame, et un autre avec Horus. Elle enchaînait soudainement l'ennemi avec deux lames, sans qu'il ne puisse riposter, tandis que son armure se fissurait à chaque impact.

- … Toi qui penses que la puissance fait tout, laisse-moi te dire que tu trompes.

Iris attaquait sans cesse, entouré d'une aura rougeoyante. C'était sûrement une technique qui épuisait son énergie, mais vu que son énergie venait d'être remontée à son maximum, elle était donc au mieux de sa forme spirituelle. Comme lorsqu'elle débuta le combat, dans la tour. Le dragon subissait des assauts de toutes parts, même s'il pouvait parer quelques coups, Iris était trop rapide, précise, pour qu'il puisse voir une porte de sortie. Sans parler qu'elle faisait exprès de frapper avec sa propre lame les coups qu'il pouvait contrer, tandis qu'avec Horus chargé, elle faisait en sorte de toucher à tous les coups.

- … J'ai longtemps pensé aussi, que la puissance me permettrait de lutter contre mes peurs, mais je me trompais...

Toujours à l'assaut du dragon, qui était totalement dominé, et son armure qui devait sans doute commencer à subir les assauts d'Horus, Iris amplifiait de plus en plus sa vitesse et sa force. À présent, le dragon ne pouvait plus voir la mercenaire à l’œil nu, mais seulement un flash qui apparaissait ici et là, de tous les côtés. Des dizaines de coups pleuvaient sur ce dernier sans s'arrêter.

- … Car, peu importe notre force, nous ne serons jamais capables d'affronter nos peurs ! C'est seulement avec ma volonté, et l'ambition de voir mes rêves se réaliser, que j'ai pu atteindre ce niveau, et maîtriser ma peur... Et même si mon destin, c'est de finir seule, et détestée, je me bats quand même pour ce qui me tient à cœur... Ce que tu aurais dû faire, pour ces gens qui ont tout donné pour toi !

Finalement, après les assauts fulgurants qui n'en finissaient plus, ceux-ci semblaient s'arrêter. Mais, laissa place à la mercenaire, juste à la hauteur du dragon, face à ce dernier. Sauf que cette fois, ce n'était plus Horus qu'elle levait, mais sa propre lame, qui était entourée d'une énergie rouge et noire menaçante.

- Ta faiblesse, ce ne sont pas les sentiments, mais ta volonté, qui peut être brisée facilement, comme la fait cette reine, et comme je vais le faire avec ta défense si « parfaite »...

L'aura autour de la lame d'Iris s'amplifia soudainement, puis, elle frappa le dragon d'une vitesse fulgurante avec cette dernière. Elle le frappa en plein milieu du thorax, tranchant jusqu'au bas de l'abdomen. L'armure au sang noir, aussi solide soit-elle, n'allait pas pouvoir résister à ce coup. Scylla aurait certainement compris ce que venait d'utiliser Iris pour passer à travers, lui ayant révélé la nature de son pouvoir. Mais, pour le dragon, cela devait certainement être impossible à croire. Mais la mercenaire venait d'utiliser au maximum sa capacité à ignorer la défense d'un adversaire. Pour la première fois depuis le début du combat, elle venait de réussir à atteindre un taux bien supérieur à 60%. Grâce à cet arbre, à Horus, et à sa volonté actuelle, c'était comme si elle était devenue plus forte, à présent. C'était suffisant pour briser cette armure, comme n'importe quoi se trouvant sur Atrium. C'était comme si la lame d'Iris s'était transformée en lame de vent, ou fantôme, imparable, ne laissant d'autres choix que de subir. Le sang de ce dernier ayant certainement giclé après cette attaque, elle enchaîna par un violent coup d'Horus, qui repoussa et envoya à bonne distance, le dragon.

- Pfff, quand je repense à cette Eltia, qui a donné sa vie pour un être comme toi, ça me donne envie de vomir... Finalement, peut-être que je n'aurais jamais le respect, mais moi, je ne suis pas la chef d'un peuple. Tu étais censé représenter un espoir pour eux, et à la place, tu n'es qu'un échec... Tu ne mérites décidément pas ce que tu as eu...

… Mais je vais exaucer ton souhait, et te tuer, vu que c'est ce que tu souhaites. J'en ai assez de voir ta tête de lâche et ton esprit de faiblard... Allez, amène-toi, finissons-en... Démon...

Iris se remit en garde, prête à affronter le dragon jusqu'au bout. Elle savait qu'il allait se relever, évidemment, mais cette fois, c'était certainement la dernière fois, qu'il aurait cette chance. Elle était bien décidée à le tuer, et libérer enfin ce pays, de son caprice tyrannique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 300
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Lun 12 Fév - 1:27

Bien que le Burst de Seto semblait impossible à stopper, Iris parvint malgré tout à annuler la technique rien qu'avec son épée de lumière, généreusement offerte de la part de la guerrière écarlate. Mieux, elle semblait même avoir rechargé les batteries de cette lame sacrée en absorbant toute la vague de lumière. Devant cette scène, Seto semblait dépassé pour la toute première fois depuis le début de l'invasion. Ses pupilles tremblaient, tandis que son front laissa perler quelques gouttes de sueurs.

- Qu'est-ce que... ? Tu as absorbé l'intégralité de ma technique ? Mais c'est la spécialité des Vermillion ! Comment as tu fais ? Comment ? Ne me dis pas que tu es déjà en mesure d'utiliser cette lame à la perfection ?

Seto commença à perdre les moyens devant ce triste constat. Qui était cette femme pour être en mesure d'utiliser Horus comme si cette épée lui appartenait toujours ? Ou alors, était-ce simplement un automatisme ? Quoiqu'il en soit, Seto comprit une chose à ce moment. Les méthodes bourrines et conventionnelles ne fonctionnent pas devant un duo composé d'une Testarossa et d'une Vermillion. Il n'avait probablement jamais enduré une épreuve aussi difficile. Démuni, il fixa Iris avec un air enragé. Sans réellement savoir que lui, et la mercenaire, étaient actuellement observés...

***

Dans un espace qui semblait inaccessible pour le commun des mortels, un esprit observa le combat depuis une large boule de cristal, posé sur un support en or massif. Le décor était paradisiaque. L'esprit, d'apparence féminine, était assis sur un trône imposant, à fixer la bataille, tandis que le ciel était rose, et qu'on ne pouvait voir distinctivement autour de cette femme. Tout ce qui était visible, était une large rivière derrière elle, avec comme seul son le doux murmure d'une chute d'eau qui approvisionnait cette même rivière. La rivière circulait également sous les pieds de l'esprit divin, visible depuis un sol transparent en verre. L'esprit, quand à lui, devait sûrement être la dirigeant d'un royaume, par sa couronne royale posée sur sa tête recouverte d'une longue et soyeuse chevelure blonde. Côté vestimentaire, le seul trait distinctif était son long manteau rouge. En dehors de ça, son corps quasiment parfait était plutôt bien dévoilé, avec seulement les sous-vêtements pour cacher ce qui était nécessaire.

Spoiler:
 

- Hoho, plutôt douée cette petite... Utiliser Horus et supporter la pression exercée de cette lame. Elle a absorbée la totalité des Rokhs utilisés pour cette technique. Pas étonnant. Testarossa... Cela me rappelle de vagues souvenirs de ma gardienne originale. Quand je sondais son esprit, sa mémoire et ses connaissances, j'ai repéré quelques souvenirs de ce nom. Il ne provoquait que respect et crainte. Ma gardienne était apeurée que le ciel lui tombe sur la tête, et qu'un autre nom légendaire puisse changer la destinée d'Atrium. Ce jour semble venu...

- Je n'ai pas douté un seul instant de sa réussite. C'est une pure combattante au sang légendien. Sa volonté ne peut être ébranlée par un simple amas de haine. Hum... Au moins, elle a fait ses preuves, comparée à moi...

La divinité qui observait le combat, ne tourna pas une seule fois le regard vers Scylla, derrière elle, dont le corps était enveloppé par un large voile de lumière. Elle ressemblait davantage à un esprit qu'à un être humain.

- Hum, une confiance débordante semble caractériser tes dires. Est-ce de la folie d'avoir offert sur un plateau d'argent MON épée à une étrangère ? La réponse est oui, valkyrie...

- Vos paroles semblent, pour votre part, bien vénéneuses. Pourriez-vous au moins avoir l'amabilité de me dire où je me trouve actuellement ? Et pourquoi mon corps brille sans arrêt, tandis que je me les gèle ? J'ai l'impression d'être nue au beau milieu d'un désert polaire...

- Bienvenue dans le Valhöll, ou plus communément nommé: "Valhalla". Plan spirituel qui a servi de berceau de la création d'Atrium. Ton corps est actuellement converti en Rokhs, et servira dorénavant à nourrir Atrium, telle sera ta mission en tant qu'esprit du Valhöll. Oublie tes espoirs, oublie tes souvenirs et tes proches, car pour faire court: Tu vas mourir. C'est pour cela que je peux communiquer avec toi. Ton cœur est à quelques battements de l'interruption définitive, tandis que ton cerveau est maintenu en vie uniquement par ce qui te rend si... désastreuse, Vermillion.

- Je ne suis pas sûre de tout comprendre, mais c'est bien suffisant. J'ai échouée, je suis morte... Hum, qu'il en soit ainsi.

- Enfin, toute cette série d'affirmations serait à prendre en compte... Si une reine courageuse, ainsi que cette Testarossa ne lutteraient pas actuellement corps et âmes pour ton salut. Ta compréhension des événements et des légendes nirvits est encore bien abstraite. Tu es probablement la honte de tous mes gardiens qui ont servi de berceau pour mon esprit. Mais, tu sembles appréciée. C'est une vertu qui a disparue même chez ma gardienne originaire qui est parvenue à me plier à ne devenir qu'une avec elle. Ceci étant, je pense que je peux d'ores et déjà te confirmer que ta quête n'est pas encore achevée.

- Eloraell ? Iris ? Elles luttent... pour me sauver ?

- Tu vivras, valkyrie. Enfin, pour cette fois... La prochaine fois que tu perdras la vie, Dominus se fera une joie de t'apprendre la place qui te revient.

- Dominus ? Qui est-ce ? Je...

En un éclair, l'être divin se leva de son trône et pourfendit Scylla avec une épée flamboyante. L'esprit qui servait d'incarnation spirituelle de la valkyrie, s'effaça en milliers de perles de lumières. La guerrière blonde rangea son épée de feu dans son fourreau, avant de soupirer.

- Mes onze frères et sœurs n'ont pas sacrifiés leurs êtres et leurs raisons pour une jeune valkyrie qui s'inspire de la force de ses semblables. Je veux te voir gagner, valkyrie. Je veux te voir lutter, souffrir désespérément jusqu'à ce que la gloire t'emporte. Sinon, les Einherjar envahiront ce monde, et Atrium sera enfin ce que nos maîtres appellent: Une zone morte...

La divinité se réinstalla sur son trône, et croisa les jambes et les mains, paraissant perplexe.

- Par le passé, Atrium fut enveloppé par le chaos et la déraison à cause de multiples actes héroïques qui ont été condamnés. Je suis responsable de tout cela, simplement parce que j'ai voulu sauver ma famille... Cela a donné naissance à des êtres comme ce Seto. Il n'est pourtant qu'un Maverick de bas étage, mais il est malgré tout parvenu à réduire à feu et à sang un pays tout entier. Jusqu'ou la foie des hommes finira ternie par la folie de Dominus ?

***

Pendant ce temps, Seto semblait malmené par Iris, qui, tout en enchaînant les techniques à deux lames, faisait comprendre au dragon à quel point elle pensait que ce dernier méritait son sort. Elle lui avait affirmé qu'elle aussi était la proie d'un alter ego qui lui soufflait des idées meurtrières et destructrices, et que si elle avait lâché le contrôle, ce pays aurait été rayé de la carte. Mais contrairement à lui, elle luttait de toutes ses forces pour garder ce contrôle. En gros, elle déclarait que la volonté était plus importante que la puissance qui, elle, ne suffisait pas pour guérir de ses peurs. Des mots que Seto entendait difficilement. A chaque fois que sa volonté prenait le dessus, la puissance d'Azelia était là pour lui rappeler sa place. Mais il n'était pas l'heure pour lui de polémiquer avec la mercenaire, car cette dernière parvint à briser la défense du dragon, créant une large entaille qui fit apparaître son sang noir tout le long.

- Gnaaaaaaaaargh !

Seto fut ainsi projeté plus loin, tandis qu'Iris fit la promesse de retirer la vie de Seto pour de bon. Le dragon posa sa main sur sa large blessure, et laissa échapper un large sourire qui dura cinq bonnes secondes, avant que ce sourire laissa place à une grimace de dégoût.

- Pourquoi ça ne s'est pas activé comme avec Scylla ? Pourquoi ? Suis-je à court d'énergie ? Est-ce aléatoire ? C'est quoi ce putain de bordel ???

Seto espérait bien sûr voir le même fil d'énergie rouge se lier entre lui et Iris. Mais rien ne se fit. Ce qui avait terrassé Scylla et régénéré Seto n'apparut pas cette fois. Bref, la situation semblait désespérée pour lui. Il avait fait l'erreur de sous-estimer à la fois les elfes, et à la fois la mercenaire. Ou plutôt, le bon côté de Seto avait pris le dessus le temps qu'Eloraell chercha à le guérir en invoquant cet arbre magique, ce qui l'avait retint de lancer l'assaut ? Quoiqu'il en soit, Seto se releva doucement, tout en gardant la main droite sur sa plaie bien ouverte. Il avait du mal à reprendre sa respiration, et transpirait à larges gouttes. Bref, il montrait un large stade de faiblesse. Il respira un bon coup pour reprendre son calme, puis se mit à sourire de façon neutre.

- Ca suffit... J'en ai assez. Je reconnais ta valeur, guerrière. T'affronter plus longtemps serait suicidaire et stupide. Mais... Il y'a quelque chose que je ne comprends pas. Azelia m'a toujours mise en garde au sujet de tout ce qui pourrait s'avérer devenir une menace à mes plans. Mais je vois que cette connasse s'est bien gardée de me parler de toi... Tu possèdes bien plus de potentiel que cette valkyrie de pacotille...

... bref, je vais me contenter de la tête de mon salaud de père pour ce soir, et de la satisfaction que je ressens en me disant qu'au final, vous avez perdu cette bataille contre moi. Tes nouveaux petits "amis" sont tous perdus, alors que moi, j'ai pu instaurer la crainte et la peur à ce minable peuple. Le royaume du soleil n'est plus. C'est amplement suffisant, héhéhé...

... et enfin, tu prétends avoir également un alter ego qui peut te corrompre à tout moment ? Il ne m'impressionne guère, quand tu dis que ta volonté suffit pour ne pas perdre le contrôle. Ce ne sont que des conneries ! Seule la puissance compte, et tu vas très vite t'en rendre compte. Tu saisis, Iris ? Maintenant que tu m'as vaincu, tu vas attirer l'attention d'Azelia, et je peux te promettre qu'une fois que tu te retrouveras face à elle, seul le désespoir te tiendra compagnie. A ce moment, tu saisiras ce que c'est, de voir l'obscurité et la haine comme uniques solutions, et tu te laisseras enivrer par ce côté obscur en toi. J'ai hâte de te voir perdre les moyens et détruire tout ce qui sera autour de toi. Tes proches, tes amis... Tout ce qui est interdit aux gens aussi exceptionnels que toi... Enfin, tu vas le réaliser très bientôt, je peux te le garantir... que dans certains cas, ta volonté dont tu sembles si fière a ses limites.


Seto en avait fini avec Iris, mais maintenant, le plus dur était de fuir d'ici. Il était évident pour lui qu'Iris allait empêcher toute manœuvre de retraite. Bref, il tenta le tout pour le tout. Il fit apparaître des ailes de lumière, puis laissa échapper une colonne de lumière.

- Grand Cr...

Mais alors qu'il fit appel à une nouvelle technique, la lumière s'éteignit. Seto se retrouva seul dans les airs, tandis que sa technique fut annulée sur le champ.

- Quoi ? Mes forces ! Mes forces m'abandonnent ! C'est toi la responsable, Iris ?

Mais Seto remarqua quelque chose d'alarmant, soudain. Une multitude de perles ailées sortirent de son corps, tout comme avant. Les esprits se dirigèrent frénétiquement... vers l'arbre sacré invoqué par les elfes. Et pendant ce temps, Seto perdit toujours plus de force. Puis, il fut pris par une forte panique. Car il ressentit, depuis l'arbre, quelque chose d'incroyablement puissant.

- ENCORE ?

Pour Seto, pas question de laisser ça sur le feu. Il s'envola tête baissée vers l'arbre pour voir ce qui se tramait. Mais il s'arrêta net, lorsque l'arbre prit justement feu, en une fraction de secondes. Quelques elfes malchanceux furent carbonisés sur le champ, là où d'autres parvinrent à s'enfuir de justesse. Et les malheureux elfes qui étaient encore empalés autour de l'arbre furent tout aussi bien incendiés. Par chance pour Eloraell, elle était suffisamment éloignée pour ne pas finir brûlée par l'arbre qui allait bientôt finir en cendres. Seto fixa cette cascade embrasée, qui se propagea au sol, laissant place à un océan de feu. Feriel porta le corps de sa sœur au loin, pour fuir le désastre. Quand à Seto, il vit la chose qui était à l'origine de cet incendie. Une ombre prit forme au beau milieu des flammes. Une ombre ailée pour être plus précis.

Spoiler:
 

Cette nouvelle apparition se rapprocha des deux sœurs elfiques, sans battre des ailes, sans que les deux pieds touchent le sol. Elle lévitait, l'air de rien, vers Feriel et Eloraell. Elle fixa la sœur aînée sans la moindre émotion, le regard vide et froid, malgré la chaleur qui s'évacuait de son corps.

- Scylla, est-ce toi ?

Sans répondre, celle qui semblait être Scylla, si l'on excluait les pupilles rouge sang et la chevelure qui avait poussé en un éclair, tendit la main gauche vers Feriel. Sans comprendre ce qui venait de lui arriver, l'ancienne elfe noire fut projetée au loin, et fut éloignée de sa jeune sœur. Scylla tendit ensuite sa main en direction de la reine elfique, toujours évanouie. Puis, son corps se mit à brûler, se qui mit hors de son état naturel Feriel.

- ELORAEEEEEEEEEELL !

[Thème d'ambiance: https://www.youtube.com/watch?v=ign3W-R7xSQ ]

Scylla ne prêta pas attention à Feriel, puis s'envola au niveau de Seto. Bizarrement, l'elfe pouvait remarquer que les flammes qui dévoraient Eloraell disparurent, et le corps de la reine... était intact. Quelle signification était derrière tout cela ? Quoiqu'il en soit, Scylla fixa Seto du même regard sans émotion. Puis, elle leva la main droite vers le ciel. Une imposante lance noire et enflammée apparut dans le creux de sa main. Elle fit tournoyer cette lance avant de la tendre en direction de Seto.

- Exterminer... tous les Maverick.

- Hein ? Maverick ? C'est à moi qu'tu c.... AAAAARGH !

Seto ne se rendit même pas compte que la lance était déjà planté dans son corps, pile au niveau de la blessure. Une chaleur immonde commença à parcourir son corps. Seto souffrait tellement que sa bouche resta grande ouverte, sans dégager le moindre son qui plus est. Quelques secondes après avoir bien morflé, il fut projeté au loin. Presque cinq cent mètres pouvaient être mesurés entre le point de départ, et l'endroit où Seto commença à toucher le sol, tout en rebondissant sans arrêt. Sa course sans fin s'arrêta brutalement. Il fut intercepté par la main droite de la valkyrie uniquement, alors que cette dernière était apparue au beau milieu de la trajectoire. Elle était d'une vitesse à couper le souffle pour le commun des mortels, à se demander si il s'agissait vraiment de Scylla. Seto se redressa, fit un demi tour, puis tenta, avec toute sa rage, de pourfendre Scylla avec Hecate. Mais grossière erreur. La valkyrie attrapa le bras du dragon, puis commença à le brûler, pour qu'il lâche l'arme qu'il tenait fermement.

- Cette lame ne t'appartient pas, Maverick...

Sous la douleur, Seto relâcha l'arme. Sans avoir besoin de la ramasser en se baissant, l'arme se téléporta dans la seconde main de la valkyrie. Alors que le bras de Seto avait fondu, faisant apparaître un bout de son os, le dragon recula de quelques mètres. Mais telle un phénix qui refusait de laisser échapper sa proie, Scylla réapparut encore une fois derrière. Seto, qui commençait à stresser, esquiva le coup de lame vertical de la valkyrie par la voie des airs. Il était une nouvelle fois au dessus de la terre ferme. Il serra du poing, fou de rage.

- Toi aussi, tu possèdes un alter ego qui te manipule ? J'en ai ma claque d'affronter des schizophrènes !

Seto retenta la même chose qu'avec Iris. Une colonne de lumière enveloppa le dragon.

- Grand Cross !

Scylla se retrouva attachée, pieds et poings liés, devant un symbole en pierre à la forme d'une croix. La croix s'éleva dans les airs, tournoyant autour de la lumière. Puis, lorsque Scylla se retrouva loin dans le ciel, la colonne de lumière explosa, et la croix avec. Seto posa les deux pieds au sol pour voir si le monstre enflammé était anéanti. Mais malheureusement, elle était toujours là, intacte dans le ciel.

- Impossible ! C'est de ça qu'Azelia parlait ? Ce potentiel infini ? Cette connasse voulait réellement m'envoyer en pâture à ce monstre ?

Depuis le ciel, Scylla écarta les bras. Soudain, le ciel devint clair. Pourtant, il devait être trois heures du matin à tout casser. Il s'agissait sûrement de la valkyrie qui illuminait le ciel, comme un soleil artificiel. L'énergie de type feu qui prenait possession du corps de la valkyrie, prit la forme d'un phénix géant, qui régnait sur le champ de bataille. Scylla se trouvait au beau milieu du crâne du phénix. L'oiseau légendaire fonça en piqué vers sa cible

- God Bird !

Scylla atteignit Seto qui tenta de se protéger de la charge avec un bouclier noir qui se forma au dessus de sa tête. Le fracas entre la lance qui toucha à toute vitesse ce mur noir provoqua une déflagration, tandis que le phénix embrasé disparut. Seule Scylla restait, qui tenta tant bien que mal avec sa lance de détruire la toute dernière protection du dragon.

- Gnnnnnnnnnnnh....

Seto commença à fléchir des genoux. Il tenta avec ses deux mains de repousser la valkyrie. Mais cela était extrêmement difficile, tellement la jeune femme avait triplé, voire quadruplé en puissance.

- Je suis trop près du but pour mourir maintenant ! J'ai encore un dernier objectif à atteindre ! Plus jamais... PERSONNE, ne me regardera de haut ! En ce monde, je... je... JE N'ACCEPTERAIS PAS LA MOINDRE EXISTENCE SUPERIEURE A LA MIENNE !

Depuis les deux mains, Seto concentra de l'énergie blanche. Il chercha, à l'ultime seconde, de lancer une nouvelle salve Burst Stream pour dégager la valkyrie d'ici. Il était près à balancer la sauce, détruisant le champ de force noir, et la valkyrie par dessus le marché qui tenta toujours de créer une ouverture au sein de cette protection.

- Encore un peu... Encore... un... ARGH !

Seto était tellement concentré sur Scylla qu'il ne prêta pas attention à ses arrières. Il sentit un coup de sabre lui transpercer le dos, et juste après, Scylla parvint à traverser le dragon en faisant glisser Hecate sur son épaule gauche, ouvrant une nouvelle entaille bien profonde. La scène était la suivante. Seto se trouvait entre Iris et Scylla. Iris était devant le dragon et lui faisait dos, tandis que la valkyrie était derrière lui, également de dos. Et au sol, le symbole de la dualité cosmique se forma, probablement parce que les deux épées furent employées en même temps. Seto chuta, le corps lourd, au centre du symbole, là où se rejoignait la couleur blanche avec le noir. Le corps en sang, avec diverses brûlures et hématomes, le combat était fini pour de bon cette fois.

Seto reposait sur le sol, sans bouger. Scylla, quand à elle, se retourna, et fixa Iris avec le même air sans vie, et sans dire le moindre mot. Plusieurs secondes s'écoulèrent, laissant largement le temps à la mercenaire de dire plusieurs choses. Mais la valkyrie ne réagissait pas. Au bout d'un moment, elle regarda pas terre le dragon. Elle tendit la main, et le dragon se mit à léviter entre la valkyrie et la mercenaire. Alors que ce dernier avait repris sa forme normale, par sa chevelure qui redevint noire. La valkyrie desserra tout doucement le poing. Pendant ce temps, le dragon semblait souffrir le martyre, comme si ses muscles s'écrasaient et ses os étaient réduits en purée.


- Pitié... Arrête ça... Arrête... de chercher à... me faire souffrir... Laisse-moi.... mourir.... Pitié....

Mais Scylla continuait d'augmenter la pression exercée sur le dragon, sans écouter la moindre parole autour d'elle. Son regard était froid, impitoyable. Il était clair que Scylla n'était plus vraiment là. Tout à coup, une voix tenta de communiquer par l'esprit dans la tête de la valkyrie.

- Arrêtez ! Cela suffit ! Il a eu son compte ! Il n'est pas nécessaire de chercher à le faire souffrir davantage !

- Cet homme n'a que ce qu'il mérite. Il a tenté de t'éliminer, toi, ma précieuse gardienne !

- Ecoutez ! Il est tout autant manipulé que je le suis actuellement ! La seule fautive dans cette histoire, c'est Azelia ! Seto n'es qu'un pion dont le malheur a servi pour les fins de cette sorcière !

- Azelia ? La fautive ? Ah, risible ! Ecoute moi, valkyrie ! La fautive ne fait plus partie du commun des vivants ! Elle a laissé ses traces chez ces Maverick, comme Azelia et Seto. Le mieux aujourd'hui, est d'atténuer leurs souffrances... en les écartant de la course du destin. En d'autres termes, en les exterminant !

- C'est mon corps que vous contrôlez. Et ce sont donc mes lois ! Alors arrêtez immédiatement.

- Tch, bon, très bien. Tu es vraiment comme ce simplet d'esprit qu'était ton père. Supprimer ce morveux ne sauvera pas ce monde. Enfin, pas que cela m'importe, évidemment. Bref, ton corps et tes fonctions cérébrales sont régénérées. Prends cette expérience de mort imminente comme une leçon. La prochaine fois que tu failliras et que tu tomberas au combat, tu laisseras le contrôle à quelqu'un d'autre. Jusque là, n'espère plus entendre le son de ma voix...

Maintenant que cette conversation spirituelle était terminée, Scylla relâcha Seto. Son visage reprit vie, mais son apparence eut un fort déclin. Sa nouvelle tenue disparut, laissant place à sa tenue sans protection où Scylla était vêtue de sa robe quelque peu déchirée. Son état était assez faible, elle respirait lentement, et posa sa main sur le cœur, tout en gardant un œil clos.

- On a réussi... Iris...

Epuisée, Scylla posa les deux genoux à terre, puis, se tenant toujours la poitrine, fixa Seto, à moitié inconscient, lui parler faiblement.

- Haaa... Tu viens de... me confirmer ce que je pensais, Scylla... Tu n'es qu'un monstre... comme moi... Ton acte... héroïque... ne sera reconnu... par personne... Ce peuple que... tu as protégé... se moque de toi... Tu es seul, Scylla... Comme moi et comme toute personne exceptionnelle... est voué... à finir sa vie.... seule...

Un long silence suivit, tandis que Seto ferma les yeux. Etait-il mort ? Non, comme son dragon il y'a une bonne heure de cela, il respirait encore. Mais il n'était plus une menace. Scylla et Iris pouvaient enfin souffler. Enfin, en théorie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azelia
Reine
Reine
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 18/06/2013

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Mar 20 Fév - 19:13

Maintenant que le combat était terminé, Scylla en profita pour faire le tour de son état actuel. Et étrangement, elle semblait totalement remise de ses blessures. C'était presque comme si elle n'avait pas du tout combattu depuis le début de la soirée. Et elle doutait fortement que l'intervention des elfes était, comme cité par cette étrange apparition dans l'esprit de la valkyrie, soit responsable d'un tel miracle. Dans tous les cas, la valkyrie pouvait maintenant quitter cet enfer en pleine possession de ses moyens. Mais elle savait aussi qu'elle ne pouvait en dire autant de ses alliés, notamment Iris qui devait probablement être épuisée comme jamais après un tel enchaînement de batailles. Après avoir fixée quelques secondes son alliée, elle regarda le sol, là où gisait inconscient Seto. Contrairement à ce que prétendait avec mépris son adversaire, c'est uniquement parce qu'elle n'était pas seule, que Scylla ait pu mettre un terme à sa folie. Au fond, elle n'était pas la seule à avoir été utile durant cette bataille. Chaque personne ici-bas avait donné son maximum pour terrasser Seto, qui semblait invincible. Et cela prouvait à quel point le dragon avait tort sur toute la ligne pour Scylla. Mais allait-il le réaliser un jour ? Donc, maintenant que Seto était vaincu, il ne restait plus qu'une seule chose à faire. Et bien que l'idée de la valkyrie pouvait paraître insensée, elle devait suivre cette idée jusqu'au bout.

- Nous nous sommes drôlement éloignées des elfes. Mais je ne doute pas qu'ils ne vont pas tarder à partir à notre recherche. Ils pourront nous aider à faire prisonnier ce dragon.

Scylla croisa les bras quelques secondes, puis fixa avec embarras son alliée.

- Je ne serais jamais arrivée sans toi, Iris. Encore pardon pour avoir cherché à régler cette affaire par moi-même. Mais maintenant, je me dois de prendre les choses en main avec cet homme. Je sais ce que tu penses. L'épargner serait une grossière erreur. Mais je tiens à ce qu'il soit notre otage. C'est difficile à expliquer en soit, et je ne doute pas un seul instant que tu vas me prendre pour une cinglée, mais pendant mon long sommeil, j'ai aperçu et entendu certaines choses qui m'ont convaincus qu'Azelia ne joue qu'un rôle mineur dans toute cette merde. Je suis, plus que jamais, persuadée que je dois rencontrer cette reine, même si je risque mon existence face à elle. Elle détient probablement les réponses dont j'ai besoin pour vaincre mon ennemi juré, et maintenant que j'ai entre les mains son cœur et son esprit, je vais pouvoir la faire chanter à ma guise. Enfin, j'espère... Bref, je parais égoïste dans mes propos, mais je suis sûre que je me rapproche de plus en plus de mon objectif, et que tout ce chaos sur Atrium cessera un jour.

Scylla sentit le vent souffler de plus en plus, tandis qu'une nuée de chauve-souris, venus de nulle part, survolèrent les deux femmes. L'atmosphère était, en un coup, devenue étouffante. Scylla prit un sourire nerveux, tout en fixant les chiroptères tournoyer sur place devant elle.

- De toute manière, mon hypothèse va pouvoir se confirmer bientôt. Car, elle arrive...

Comme si Scylla avait ressentie sa présence depuis un bail, elle se sentit soudainement stressée en voyant les chauves-souris ne faire qu'une. Une silhouette voluptueuse se forma, et comme elle s'y attendait, la chef d'orchestre de cette bataille prit forme devant elle et Iris. Le sourire narquois, les deux mains derrière le dos, la reine lunaire apparut. Scylla ne savait pas quoi penser. Avait-elle la haine ? Avait-elle peur ? Elle ne savait vraiment pas comment se comporter devant Azelia ici présente. Alors, elle garda une pose neutre, même si ses yeux qui tremblaient prouvaient qu'elle n'était pas totalement à l'aise. Et cela pour une raison. Grâce à son aisance à repérer et calculer la force d'une personne, Scylla réalisa qu'Azelia était largement au dessus du niveau des deux alliées. Elle jurait même qu'à ce stade, la puissance d'Azelia était nettement dans la moyenne de ce qu'elle avait aperçue sur Legendia.

- Comme je m'y attendais, face à elle, seule la stratégie comptera... Mais pourquoi semble-elle aussi détendue, malgré que Seto git à nos pieds ?

Azelia effectua un salut assez théâtral, en s'inclinant légèrement, la main droite devant la poitrine, et la main gauche toujours derrière le dos. Son adorable sourire sonnait assez faux.

- Quel plaisir de te rencontrer pour la seconde fois, princesse valkyrie. Avoir en face de moi à la fois une Kresnik et une Vermillion... Ce n'est pas tous les jours qu'un tel honneur m'incombe.

- Vous semblez bien formelle, pour quelqu'un qui se retrouve en face de celle qui a contribué à la chute de votre meilleur élément, reine Azelia...

- Oui, et à ce sujet, permettez-moi de vous adresser, à toutes les deux, mes plus sincères félicitations pour avoir vaincu mon champion. Un tel prodige ne pouvait être effectué que par les lames de deux semi-légendiennes.

- Hum, je m'en doutais. Vous aviez prédit que Seto tombe face à moi. Donc vous savez certainement beaucoup de choses à mon sujet. Mais remarque, il n'est pas difficile de prévoir la chute de cet homme. Vous l'avez provoqué, à l'instant même où vous avez retourné son esprit, et que vous l'avez forcé à tirer un trait sur ce qui comptait à ses yeux: L'honneur et sa famille...

- Oh, je t'en prie... Je n'ai rien fait au sujet de Seto, à part bien sûr lui rappeler qu'il a signé un pacte avec moi, en infectant ses gênes de dragons avec mon propre sang. Il a cherché maintes et maintes fois à se retourner contre moi, alors j'ai brisé sa volonté, comme une vulgaire brindille. Il savait qu'un jour ou l'autre, il serait condamné, et que seule la force compte dans ce monde. Alors, il a tourné le dos à ses proches, non par mépris, mais pour les protéger... de lui-même. Un triste destin pour un homme qui aurait pu devenir un héros, mais qui est devenu un loup solitaire uniquement parce qu'il a cherché à mordre ce qui est trop gros pour son estomac... Maintenant, assez parlé de lui. Il a échoué, il ne mérite donc même pas que je gaspille ma salive pour plaindre son sort.

- Et moi, je pourrais gaspiller la mienne en vous demandant si vous savez ce que c'est, la valeur de la vie, mais à la place, j'ai de nombreuses questions à vous poser. Je doute que vous allez me fournir les réponses dont j'ai besoin sur un plateau d'argent, alors...

Scylla fit apparaître une épée de lumière qui flottait au dessus du corps de Seto.

- ... Je vais proprement utiliser les informations que je possède pour vous obliger à me répondre, reine Azelia. Je sais que vous et Seto ne formez qu'une seule et même entité. Si j'arrache le cœur de cet homme, c'en sera fini de vos manigances, Azelia. Alors, acceptez-vous de jouer le jeu ? Ou dois-je vous brutaliser en utilisant la poupée vaudou qu'est devenu cet homme ?

- Je ne te savais pas aussi fourbe, princesse. Me menacer en sacrifiant la vie de mon alter ego. C'est lâche et pernicieux tout ça. J'imagine que mon contrôle sur Seto n'était pas absolu si il t'a vendue la mèche.

- Donc cette histoire est vraie ? Je suppose qu'on peut donc négocier. Je suis à un doigt de lâcher cette épée dans le cœur de cet homme, alors ne tentez rien de stupide.

Azelia remarqua que Scylla avait changé. Son regard était impitoyable et froid. Digne de ce qu'une conquérante ou une reine d'un peuple important pouvait montrer. Malgré qu'on pouvait repasser sur la tenue déchirée de la valkyrie, elle avait bel et bien l'impression d'avoir à faire à une authentique dirigeante qui sacrifierait jusqu'à sa mère pour sauver son peuple.

- Tu as grandi, Scylla. Je suis heureuse de constater que tu te rapproches de ce qu'était ton père et ta mère, jadis. Mais il te manque un point essentiel, un seul. Quoiqu'il en soit, si tu veux poignarder Seto, va-y, fais toi plaisir.

- Comment ?

- N'aies-je pas été claire ? Frappe ! Tu veux te débarrasser de moi ? Tu veux sacrifier la vie d'un homme qui a tout perdu dès son enfance et qui ne demandait que de la reconnaissance ? Alors lance-toi. Montre à quel point tu n'es pas différente de moi. FRAPPE !

Scylla ne comprenait pas trop ce qui se passait, mais elle tremblait. Son bras bougeait tout seul, rendant le contrôle de l'épée instable. En voyant cela, Azelia remua la tête de gauche à droite, avant de tourner son regard vers la mercenaire.

- Peut-être que ta nouvelle amie aura moins froid aux yeux, n'est ce pas ? Toi, avec les cheveux roses, tu peux bien lui donner un coup de main ? Tu n'es pas aussi proche avec cet homme que Scylla l'était autrefois, hum ? Alors, frappe !

Scylla tremblait tellement, qu'elle fit disparaître l'épée. Elle fixa avec dégoût Azelia soudainement. Elle était bien trop à l'aise avec sa propre requête. Il était évident pour Scylla que cette histoire d'alter ego n'était que du pipeau, et que tuer Seto était parfaitement inutile. Mais pourquoi le dragon aurait-il menti ?

- Ouiiii... J'en étais sûre... Tu ne peux pas le faire, pas vrai, Scylla ?

- Je ne gagnerai rien à le faire. Vous semblez bien trop confortable avec l'idée que je pourrais, moi ou Iris, poignarder cet homme. Avouez-le. Cette histoire d'alter ego. Ce n'est que de la connerie ?

- Pas totalement. Il est vrai qu'un temps, moi et cet homme, nous ne formions qu'une seule et même entité. A cette époque, je prenais bien soin de lui pour qu'il me reste fidèle. Il était l'autre parti de mon cœur et de mon esprit. Mais un jour, j'étais dans l'obligation de l'envoyer sur le terrain... face à toi. Tu as raison sur un point, Scylla. Seto était voué à perdre contre toi. Franchement, même sans ton alliée, tu ne pouvais perdre face à lui, car tu possèdes un potentiel qui inspire mon admiration. Un potentiel sans limite... Alors j'ai du m'arranger pour que ce pacte cesse, et que ma liberté soit retrouvée. Maintenant, tu peux tuer cet homme, si ça te chante. Mon cœur, lui, restera bien accroché et en parfaite santé... Donc j'imagine que personne ne veut se lancer, non ?

Azelia observa les deux femmes pour voir si une réaction allait se produire. Mais vu que personne ne se lança dans les secondes qui suivent, Azelia invoqua une boule noire assez large derrière qui aspira Seto comme de l'air. Une fois ceci fait, la boule disparut avec le dragon. Scylla, elle, fixa toujours Azelia avec dégoût, émotion.

- Qui-suis je ?

- Je te demande pardon ?

- Que savez vous de moi ? De mon père ? De ma mère ? Que connaissez vous de mon potentiel ? De mes capacités ? Je suis prête à parier, même, que vous savez pourquoi Thanathos a cherché à s'emparer de moi, et m'a utilisé pour ses expériences ?

- Oooh, voilà donc tes fameuses questions ? Tu sais que tu pouvais très bien me les poser sans passer par ce chantage agaçant que tu viens d'effectuer ? C'est avec plaisir que je vais te répondre, Scylla. Mais avant cela, j'aimerais comprendre. Que comptes-tu faire avec Thanathos une fois que tu sauras toute la vérité ?

- Je partirais à sa recherche... Et je le tuerais. Je suis la première responsable de tout ce qui m'est arrivée, moi et ma foutue naïveté. Mais personne ne peut se permettre de profiter de la détresse d'une enfant sans émotions pour des expériences visant à créer une arme de destruction.

- Tu sais déjà beaucoup de choses, Scylla. C'est très bien. Mais ne t'attends pas à réussir là où même moi, j'ai échouée.

- C'est à dire ?

- Thanathos est également mon plus fidèle ennemi. Le voir tomber et perdre son masque devant tout son peuple est un désire brûlant qui m'enivre... depuis des siècles et des siècles. Bien plus que la simple volonté de plier la Yokume, et l'obliger à s'agenouiller à mes pieds. A ce stade, je serais heureuse de t'apporter mon soutien, mais même moi, je ne connais pas la solution pour provoquer le malheur du roi d'Atrium en personne, lui et ses dix millions de subordonnés, si j'ose dire... Navrée, mais tu ne pourras pas récupérer ton trône avant de nombreux cycles à venir. Sauf si ta mère pouvait te soutenir. Mais je vais être franche, je doute que même elle se salirait les mains pour sauver une "zone morte", même par amour pour toi. Il n'y a plus rien à sauver en ces terres, du moins, pas pour l'instant... Et Legendia l'a parfaitement compris. Nous sommes livrés à nous même, Scylla. Triste... Mais vrai.

- Le trône d'Atrium ne m'intéresse pas. Et par ailleurs, je refuse le soutien de ma mère pour tout ce qui concerne ce monde. Elle a bien trop souffert par ma faute pour que je lui demande de m'aider à accomplir ma vengeance.

- Oh vraiment ? Ma petite sainte, ton âme de brave petite princesse au grand cœur me rappelle des souvenirs qui me feraient presque verser une petite larme si mes yeux n'étaient pas déjà secs. Des souvenirs heureux, de ton père. Je suis prête à prendre mon temps pour te raconter une histoire qui devrait, à toi, et même à ton amie, vous intéresser. Mais avant cela, faisons en sorte de n'être point dérangés, êtes vous d'accord ?

Azelia claqua des doigts, et tout à coup, une impression assez étrange parcourut Scylla. Elle se laissa transporter, voire bercer, vers un nouveau monde. Mais un monde chaotique. Le décor était encore plus sombre, comme si l'espace tout entier était avalé. Le sol, sous les pieds de Scylla et d'Iris, était sec, aride. Quelques fissures tectoniques laissaient apparaître une lueur rouge. Scylla avait le sentiment d'être au pied d'un volcan. Par ailleurs, Scylla réalisa autre chose. La quantité d'Eldrit ou de Rokhs dans les environs était pratiquement nulle.

- Quelques explications semblent de rigueur, vous êtes actuellement sur Necros, une version alternative d'Atrium qui regorge uniquement de Rokhs noir, et qui ne contient pratiquement pas de gouttes d'Eldrit. Actuellement, nous sommes au même endroit qu'auparavant, mais nous ne serons jamais aperçues, ni ressenties par qui que ce soit. C'est pour ne pas être interrompue que je fais cela, car j'imagine que les elfes vont se rapatrier ici très bientôt. Bref, je ne vais pas m'étaler sur le sujet car le temps va nous manquer, mais considérez vous au beau milieu de ce que les mortels incultes appellent l'enfer. Moi, j'appellerai plutôt cet endroit: L'avenir d'Atrium.

- Pour faire simple, Atrium a été crée il y'a plus de cinq mille ans désormais. Je fus l'un des premiers organismes vivants dans ce monde à avoir vu le jour. J'ai pu donc entendre parler, alors que je n'étais qu'une mignonne gamine en quête de liberté, de la création d'une entité divine nommée Athéna.

- Athéna ? Mais... n'est ce pas le nom de l'arme que souhaite créer Thanathos ?

- Nous y viendrons. En réalité, Athéna avait une seule particularité, c'était qu'on ne pouvait la classer dans aucune catégorie. Valkyrie ? Archange ? Dragonne ? Nirvit ? Ou simple humaine ? Mais la seule information que l'on puisse tirer, c'est que son existence, à elle seule, avait suffit pour rayer de la carte la moitié du nirvana. Son caprice tyrannique, et sa folie, lui donna l'appellation de "Déesse de la destruction". Au final, seule Ilia Vermillion, la première d'un arbre généalogique dont tu fais partie, put mettre un terme à la volonté archaïque d'Athéna. Mais elle contamina Ilia avec son esprit, et cet esprit rongea même cette légende vivante dont les rumeurs racontent qu'elle était l'égale des plus grandes figures de Legendia. La chute fut imminente, et ce, de manière dramatique.

Bien sûr, on pourrait penser que la disparition d'Athéna provoquerait soulagement et espoir chez les nirvits, mais en réalité, la cupidité des êtres vivant sur Atrium prit le dessus. Athéna, à elle seule, était une source d'Eldrit absolument gargantuesque. L'on raconte qu'elle représentait la moitié de l'Eldrit de ce monde à elle seule. De ce fait, lorsqu'elle fut annihilée, tout l'Eldrit qu'elle dégageait disparut avec elle. Atrium commença à sombrer dans une large pénurie d'énergie, et très vite, de nombreuses sectes cherchaient à redonner vie à Athéna, pour qu'elle puisse, encore une fois, redorer les terres de ce monde avec sa présence.


- Une divinité qui est vitale pour le monde tout en étant également un fléau ? Je ne comprends pas.

- Cela remonte bien avant que je naisse, mais Athéna était, avant Ilia, la première entité qui forçait le respect, et qui était bienveillante envers le monde. Mais un drame tragique a du se produire. Je n'ai pas d'informations à ce sujet. L'affaire a du être étouffée en même temps qu'Athéna elle même. Tout ce que je sais, c'est que c'est la raison qui poussa Legendia à envoyer une Vermillion sur une terre neutre. Pour en revenir au désir de l'humanité de recréer une Athéna, toutes les opérations qui tentaient de faire renaître cette femme échouèrent. Personne, sur Atrium, n'avait un organisme suffisamment développé pour accueillir autant d'Eldrit en soi, et donc, de servir de noyau d'énergie pour le monde. Il fallait impérativement créer une entité qui puisse posséder une réserve d'énergie suffisante pour servir de gardienne d'Atrium, et qui ne mettrait pas sa propre vie en danger comme celles des autres. Mais comment réussir là où même Ilia a échouée ?

... Alors que le nirvana se fourvoyait autour d'une paix virtuelle, montée de toute pièce par les Valgard, ton père, lui, était devenu mon époux. Il était le seul homme dont j'étais amoureuse, et je dédiais chaque jour de mon existence pour son bien-être. Mais cela n'était guère réciproque. En dehors du temps passé ensemble, Leonis Vermillion n'avait qu'une motivation en tête. Et c'était celle, évidemment, de créer une nouvelle Athéna. Et il vit la solution en une valkyrie digne qu'il rencontra. Son nom, évidemment, était Alleria Kresnik.

- Vous voulez dire que... ?

[ Thème d'ambiance: https://www.youtube.com/watch?v=QAIyRem-p-I ]

- Parfaitement, Scylla. TU étais vouée pour devenir la nouvelle Athéna. C'est toi qui étais censée reprendre le flambeau de reine gardienne d'Atrium. Leonis n'étais qu'un opportuniste qui ne voyait Alleria que pour ce qu'elle représentait: une valkyrie ! Une valkyrie représente la quintessence de la création, qui surpasse même l'étendu du possible. Se reproduire avec une valkyrie comme Alleria était le seul moyen de recréer Athéna. Mais le sort fut bien cruel ! Ton père est mort dès qu'il acheva ses propres expériences sur toi, encore bébé. Puis, tu fus capturée par les Archaelis et séparée de ta mère. Si tu veux mon avis, tu es bien plus proche de devenir une nouvelle déesse de la destruction, qu'une lueur d'espoir pour ce monde.

- Vous mentez...

- Tu ES Athéna, que tu le veuilles ou non ! Un jour, tu sombreras comme toute chose qui a vu le jour sur Atrium. Tu te laisseras envoûter par la puissance, au moindre faux pas que tu rencontreras dans ta vie, et qui détruiras ta volonté de combattre. Tu as beau être une valkyrie, tu n'en demeures pas moins un être fragile, avec des sentiments. C'est pour cela que tu représentes, pour Thanathos, un sujet d'expérience fascinant. Un sujet d'expérience qui est déjà sien, à ses yeux. Et c'est pour cela... que le nirvana tout entier te maudit ! Ton existence même est source de corruption avant même que tu aies démarré ton rôle de gardienne. Tu ne mérites pas de vivre... Athéna...

- Et alors ?

- Hum ?

- Avant d'être un mythe, avant d'être un sujet d'expérience ou d'être une quelconque déesse de la destruction, je suis moi. Je me nomme Scylla Kresnik. Et mon objectif est de rendre hommage à tout ce que ma mère a légué. J'ai des choses plus importantes à faire, que me préoccuper d'un peuple qui me hait sans me connaître.

- Je vois. Fidèle à tes convictions jusqu'au bout, hum ? Tu penses sincèrement avoir une volonté infaillible ? Tu crois réellement pouvoir te dégager d'une histoire déjà écrite ? Tu n'es qu'une enfant, frêle et délicate. A mes yeux, tu es une nouvelle née qui n'a jamais posé les pieds au sein de la vérité. Je me dois donc de t'enseigner en quoi tu n'as aucun droit de décision.

D'un seul coup, Scylla et Iris, ainsi qu'Azelia, retournèrent dans la réalité. Les elfes n'étaient toujours pas présent, probablement confus par le fait que la présence des trois femmes s'étaient évaporées l'espace d'un instant. Scylla put reprendre sa respiration, maintenant que l'air était de nouveau vivable. Azelia, et son éternel sourire, commença à réciter une incantation à une langue étrangère que Scylla reconnut comme du Nirvit.

- Elma Astara Zeno Maleva Arta Ragna Nillhelm... DOMINUS !

En une fraction de seconde, le corps de Scylla brilla d'une lueur entre le rouge et le noir. Puis, par un rapide réflexe, elle posa ses deux mains sur le crâne, et ensuite, un hurlement absolument inhumain sortit de sa bouche. C'est comme si Scylla, elle même, n'avait jamais goûté à une douleur si forte. L'hurlement ne s'arrêtait pas, tandis qu'elle remuait dans tous les sens. Puis, un symbole commença à se dessiner sur le visage de la valkyrie. Très vite, des traits noirs se formèrent sur toute la partie gauche du corps de Scylla. Ces traits ressemblaient à des vignes sans feuilles ni raisins. Puis, ces mêmes vignes dessinés sur son corps devinrent rouges. Ensuite, une forte explosion d'énergie rouge sortit du corps de la valkyrie pour rejoindre le ciel. Et en quelques secondes, le ciel noir prit une teinture entre le rouge et le rose. Les hurlements de Scylla se poursuivirent encore quelques secondes avant qu'ils ne cessent. Le ciel était toujours de couleur anormal, tandis que les vignes étaient toujours dessinés sur la moitié de son corps. Scylla se releva très faiblement, pour enfin apercevoir que le ciel était inquiétant.

- Pourquoi... ? Pourquoi faites-vous ça ?

- Pour notre futur, Scylla. Je considère qu'il est temps de mettre ce monde à l'épreuve.

- Vous aviez planifié tout cela depuis le début. M'obliger à combattre Seto en le poussant à détruire le pays solaire. Causant ainsi la mort et la souffrance de milliers d'innocents. Et tout ça pour que je m'éveille à cette condition que vous nommez Athéna ?

- J'ai de multiples raisons de causer la souffrance, comme tu dis, des mortels. Tu vois, Scylla, l'évolution nécessite des sacrifices. Observez...

Azelia invoqua une boule de cristal de grande taille qui flottait au dessus d'elle. Depuis cette boule de cristal, une image apparut. Les deux jeunes femmes pouvaient aisément reconnaître la cité solaire, en plein état d'alerte.

- Ceci est la capitale dont j'ai ordonné à Seto la destruction. Comme vous pouvez le voir, il reste encore beaucoup de survivants, n'est ce pas ? Et pour causer autant de tumulte, il a fallu à Seto plusieurs heures si je ne me trompe. Et bien, voyez maintenant ce pourquoi l'on t'a crée, Scylla, et cela, en seulement une minute.

- Non, arrêtez.... ARRETEZ !!!!!!!!

Depuis le ciel rougeâtre, au dessus de la cité, de nombreuses étoiles filantes s'écrasèrent en plein milieu de la ville, provoquant déflagration sur déflagration. Un nouveau bombardement commença à anéantir la ville à petit feu. Puis, en observant de plus près, alors que la ville commençait à devenir un champ de ruines toujours plus conséquent, les citoyens, eux, semblaient épargnés. Enfin, en théorie. Ils se relevèrent après les explosions, intact, mais enveloppés par une énergie rougeâtre. Ils commencèrent ensuite à s'avancer différemment que ce que ferait un homme normal. Ces humains ressemblaient davantage à des créatures obscures assoiffés de sang. Et très vite, alors qu'en condition d'humains, ils étaient soudés ensemble, maintenant, chacun d'entre eux voyaient les autres comme des proies pour assouvir leur appétit. Ainsi, les habitants de la ville s'entretuèrent, ayant complètement perdus la raison. Scylla vit la barbarie que faisaient preuve les citoyens avec un air apeuré. Ce que venait de faire Azelia était impardonnable. Mais en même temps, elle venait d'utiliser ce qui résidait en elle pour commettre cette monstruosité. Donc, au fond, qui était le monstre en question. Elle, ou Azelia ?

- Tout cela aurait été ta propre œuvre, un jour ou l'autre, Scylla. Le potentiel infini qui réside en toi, comme en moi, causera toujours destruction et haine. A cela, on peut remercier l'arrogance de l'humanité qui a influencé ton père pour qu'il te donne vie, alors que de base, j'étais sa femme. Il m'a tourné le dos seulement pour te créer, préférant écouter son devoir plutôt que son cœur. Hum ?

Scylla était à quatre pattes devant Azelia, et elle semblait verser plusieurs larmes, comme si cette vision venait de la ravager.

- Ne sois pas triste, Scylla. Tout cela n'est pas la fin. Ce n'est que le commencement... Le début de mon NOUVEAU MONDE !

Alors que Scylla était proche de l'abandon, après tout ce qu'elle a entendue, elle entendit une douce voix murmurer dans son esprit.

- Scylla.... Scylla.... SCYLLA..

- C'est... vous ?

- Je m'étais promise de ne plus intervenir dans ton esprit... Mais j'ai entendue tout ce que cette Azelia a dit, et malgré qu'elle ne représente rien de dangereux à mes yeux, je ne peux rester silencieuse après tout ce que j'ai pu écouter. Scylla, je suis au regret de te dire que tout ce qu'elle a raconté est vrai. Mais il y'a un point où elle s'est amusée à modifier la réalité pour son propre intérêt. Si cela peut te consoler, ton père ne s'est jamais rapproché d'Alleria pour créer une seconde Athéna. Il l'a fait car il voyait en elle un modèle de courage et de vertu, et il espérait qu'en toi, il verrait celle qui reprendrait dignement le flambeau. Voilà pourquoi aujourd'hui, il m'a transmis tout mon être à ton service. C'est une drôle de coïncidence que notre premier contact se fasse en cette nuit, alors que tu rencontres enfin une proche de ton père. Mais je trouve cela bien dommage que cette femme, qui a rencontré Leonis, ait sombré dans une boucle aussi infernale. Je ne peux tolérer l'existence d'une telle femme. Et toi, le peux-tu, Scylla ?

Scylla n'y répondit rien. Elle sécha ses larmes, planta ses doigts dans la terre en dessous d'elle, puis ramassa d'un geste brusque Hecate qu'elle avait lâché au sol. Puis elle fonça avec rage vers Azelia, et frappa d'un coup vers le bas. Mais aussi surprenant que ça puisse paraître, Azelia venait de stopper le coup, pourtant puissant de Scylla, avec seulement deux doigts. La valkyrie n'eut même pas le temps de réagir devant l'impossible, qu'elle sentit la paume de l'autre main d'Azelia toucher sa poitrine, mais ce n'était pas vraiment pour le plaisir qu'elle fit ça. Scylla sentit une violente secousse parcourir son corps, puis, elle s'écroula au sol, tout en perdant conscience.

- Alors c'est donc ça ? Le potentiel qui changera éternellement Atrium ?

Maintenant que Scylla était sans vie pour la seconde fois, Azelia tourna son regard vers Iris.

- Il n'est pas nécessaire de m'en vouloir pour ce petit spectacle que tu viens de voir. Les humains s'entretuent depuis la nuit des temps. Ils réduisent à néant toute l'énergie que les dieux leurs ont offert, juste pour des histoires de conquêtes sans queue ni tête. Car ils ont peur, cela va de soi. Ils ont peur de moi, comme ils ont probablement peur de toi. Mon objectif ne s'arrête pas à une simple prise de pouvoir, ou à effectuer un génocide tout bête envers les races qui m'insupportent. Mon souhait est de rééquilibrer la balance, en récupérant toute l'énergie des mortels, pour des actions bien plus mémorables. Je ne suis pas la seule dans ce cas, donc on peut parler d'un objectif commun. Bien sûr, cela entraînera irrémédiablement la disparition totale de la race mortelle. Un sacrifice qui peut te choquer si tu ne prends pas en compte la finalité de mes actes, mais... supprimer des millions et des millions de vies pour en sauver d'autres millions n'est pas quelque chose qui m'effraye...

... Qu'en dis-tu, Iris ? Veux-tu travailler pour moi ? Tu n'es pas de taille face à moi, mais tu pourrais aisément remplacer Seto et devenir la nouvelle commandante de mon armée. Tu auras la sécurité, et toutes les réponses que tu désires. En retour, je ne te demanderais qu'une chose, m'aider à supprimer tous les mortels. Cela ne devrait te poser aucun réel souci, je me trompe ? Après tout, tu ne peux te mélanger avec une race aussi inférieure et égoïste. Ils sont tes ennemis, Iris. Si tu les laisses en vie, ils finiront par faire de ton existence un enfer, si ce n'est pas déjà fait, n'est ce pas ?


Azelia continua de regarder Iris avec un air malicieux avant de lever la main gauche. Depuis cette simple main, une énergie assez redoutable circulait, prenant la forme d'une flamme noire.

- Bien sûr, le refus n'est pas une option, et m'obligera, je le crains, à te supprimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Jeu 8 Mar - 18:47

Maintenant que la mercenaire en avait fini avec son adversaire, elle était prête à en finir, afin de mettre un terme à cette nuit agitée. Mais tandis qu'elle s'attendait à un nouvel échange, le démon semblait à bout et plutôt réaliste. Il déclara que continuer ce combat serait stupide, ainsi que suicidaire. Il continua en prétextant qu'il ne pensait pas voir une femme aussi dangereuse, et accusa cette reine lunaire de lui avoir caché ce détail. Suite à cela, il se félicita tout de même d'avoir réussi à terroriser ce pays, et prit la tête de son père. C'était à ses yeux une victoire bien suffisante, visiblement. Enfin, il conclut ses paroles en clamant de nouveau que la puissance fait tout, et que la volonté de la mercenaire finira par ne plus suffire, un moment ou un autre, pour retenir cet alter ego. La suite, et fin, étaient exactement les mêmes paroles que précédemment. Iris se contenta simplement de le regarder sans répondre, ni émettre une seule émotion. C'était inutile de toute façon, de continuer l'échange avec ce type. Il était clairement aveugle et bien trop perdu pour voir une seule logique dans les paroles de la mercenaire ou de la reine des elfes. Bref, c'est donc après ce discours, que l'ennemi essaya de filer, en invoquant une sorte de colonne de lumière. Mais, peu importe ce qu'il fera, la mercenaire n'allait certainement pas le laisser filer, et Iris s'apprêtait à repartir à l'assaut. Sauf que, ce ne fut pas nécessaire, lorsque la lumière qu'il dégagea s'éteignit. Il accusa en premier lieu la mercenaire, avant qu'il se rende compte que quelque chose se passait près de l'arbre. La mercenaire tourna légèrement la tête pour également observer ce détail qu'elle avait aussi ressenti. Iris devina sans trop de mal qu'il s'agissait de Scylla, et visiblement, l'ennemi l'avait compris aussi, en se dirigeant vers l'arbre. Il s'arrêta cependant net, au moment où l'arbre en question prit feu, tuant au passage tous ceux proche de ce dernier. Puis, une silhouette ailée fit son apparition des flammes.

- Scylla ?

Iris reconnu sa partenaire, mais quelque chose était étrange dans sa façon d'être. Ce n'est pas tant la puissance dégagée qui l'intriguait, mais surtout le néant qui se dégageait de son visage et ses mouvements. Elle semblait comme manipulée par quelque chose, et Iris savait de quoi ça avait l'air, lorsque cela se produit. C'était donc évident pour cette dernière que cette valkyrie n'était pas vraiment sa partenaire à l'heure actuelle. Quoi qu'il en soit, sa première action fut de carboniser la reine des elfes, faisant penser à sa sœur qu'elle venait de l'exécuter, mais finalement, après coup, on pouvait observer que cette même reine était soignée. Finalement, elle se dirigea vers le dragon, puis le fixa toujours d'un air absent. Puis, elle fit apparaître une lance qu'elle planta directement sans qu'il puisse réagir, dans le corps de l'ennemi. Cela fut suivi par un enchaînement qui donnait l'impression que le dragon prenait une nouvelle fois des coups à sens uniques, comme avec la mercenaire. Par réflexe, Iris avait suivi le déplacement des deux adversaires, afin de se tenir prête malgré tout, après tout, on n'était pas à l'abri d'un nouveau retournement de situation. Mais cette fois s'était bien la fin pour ce type qui ne voyait plus la lumière au bout du tunnel. La valkyrie réduisait à néant chaque tentative qu'il entreprenait. Enfin, il tenta une nouvelle fois la technique qui avait pris fin subitement contre Iris, cette fois dirigée contre Scylla. Visiblement, cela avait enfin fonctionné et piégea la valkyrie dans une croix qui monta au ciel avant d'exploser. Mais, malheureusement pour le dragon, la valkyrie était intacte. Puis, la valkyrie illumina soudainement le ciel, ses flammes prenant la forme d'un phénix, avant de foncer en piqué sur l'ennemi pour en finir. Rapidement, la valkyrie rencontra le bouclier du dernier espoir invoqué par le dragon. Le duel dura quelques secondes, avant que la mercenaire décide finalement d'intervenir et de transpercer l'ennemi, donnant à Scylla l'ouverture nécessaire. Cette fois, c'était fini, le dragon chuta, et ne se relèvera pas. La preuve était le fait qu'il perdit son apparence démoniaque, redevenant le même qu'au tout début, à bout de forces.

Après tout cela, la valkyrie fixa finalement la mercenaire du même regard vide, tandis qu'Iris de son coté restait également silencieuse, en renvoyant le regard à cette « femme » qui se trouvait devant elle. Parler lui semblait inutile, dans un état second comme tel, c'était inutile. La seule question, actuellement, était de savoir si cette dernière allait être un nouvel ennemi ou non. Par chance, cette personne ne semblait pas malsaine ou un potentiel danger, comme peu l'être l'alter ego d'Iris, au cas où il sortirait. Au moins, cette personne semblait en vouloir uniquement à ce pauvre dragon qu'elle prit d'ailleurs soudainement plaisir à torturer. Pour Iris, cela lui faisait ni chaud ni froid d'observer cette action. Si la valkyrie ne tuait pas ce type, elle l'aurait elle-même fait, estimant qu'il ne mérite plus d'être sauvé. Mais tandis que ce dernier était certainement sur le point de mourir, la valkyrie relâcha sa victime, et son visage semblait redevenir expressif. Son apparence reprit son état habituelle par ailleurs, ainsi que la fatigue qui allait de pair. Elle s'exprima finalement envers la mercenaire, en déclarant la victoire des deux femmes, avant de poser les deux genoux à terre d'épuisement. C'était donc bel et bien une autre personne qui manipulait Scylla il y a quelques secondes, cela ne faisait plus aucun doute. Mais, encore une fois, cette chose qui venait de prendre le contrôle de son hôte était heureusement, seulement agressif envers ce dragon. Bref, c'était enfin terminé, tout redevint calme, et c'était le moment pour souffler.

- Enfin...

Ce moment fut celui où la mercenaire relâcha enfin la pression. Et si la valkyrie avait eu la chance d'être visiblement retapée, ce n'était pas le cas de la mercenaire. Maintenant que l'adrénaline était dissoute, et que le calme était revenu, Iris souffrait soudainement le martyr et le contrecoup de ses enchaînements pendant l'absence de la valkyrie. Même si, toujours debout et fière, cachant sa souffrance, ce n'était qu'un masque. Son cœur lui infligeait actuellement une douleur insoutenable, tandis qu'elle posait sa main dessus, tout en grimaçant. Actuellement, elle ne serait plus capable de lever une lame, tellement son état était fébrile. C'est comme si soudainement ses forces et sa volonté avaient tout simplement pris la fuite. Cependant, son état n'était inquiétant que spirituellement, extérieurement, la mercenaire était déjà en forme, ses rares blessures déjà en train de cicatriser voire totalement soignées. Une régénération que la mercenaire n'est toujours pas capable d'expliquer, bien qu'elle ait une petite idée de qui en est responsable. C'était d'ailleurs peut-être cette régénération qui provoquait ses douleurs internes ? Impossible pour Iris de le savoir pour l'instant, mais c'était insoutenable intérieurement. Tout ce qui était clair, c'était que la douleur était bel et bien là, et que cela lui donnait presque la nausée, tellement elle ressentait de pression.

- Bordel, ça recommence.. chaque fois que j'utilise mon maximum, je suis incapable de gérer la douleur... Qu'est-ce qui ne va pas chez moi... ?

Finalement, tandis que la mercenaire était perdue dans ses pensées, tourmentée par la douleur et le questionnement, sa partenaire lui adressa la parole. Elle retourna instinctivement son attention sur cette dernière, tandis qu'elle remarqua que la valkyrie semblait embarrassée. C'était certainement le fait qu'elle souhaitait toujours le garder vivant, afin de poursuivre son plan initial. Elle expliqua que tout était bien plus compliqué et qu'Azelia semblait n'être qu'un pion dans tout ce bordel. Nul jugement cependant de la part de la mercenaire, qui converse elle-même avec un alter ego de temps à autre. Donc, rien d'anormal pour cette dernière, si la valkyrie a vu ou entendu quelque chose pendant son sommeil. Quoi qu'il en soit, cette Scylla semblait certaine que son plan allait fonctionner, et que Seto allait être un atout pour manipuler la reine lunaire, et avoir enfin des réponses. Iris n'y voyait pas d'inconvénient, au fond, elle en avait terminé avec ce type. Qu'il vive ou meurt elle en avait strictement plus rien à faire, tout comme du salut d'Atrium qu'espère tant cette valkyrie. Ça n'a jamais été son problème, et ça ne le sera jamais. Ou peut-être que c'était ce qu'elle essayait de se persuader ? Après tout, elle ne pouvait nier avoir pris à cœur la défense de ces mortels, en cette nuit.

- Hum, fais ce que tu veux, ça m'est égal. Si cela peut te permettre d'avoir des réponses, alors je ne m'opposerais pas à ta décision. J'ai dit que je te suivrais jusqu'à ce que tu atteignes ton objectif, et je compte honorer ma promesse, si tu honores la tienne en retour. Donc, que ce type vive ou meurt, tu t'en doutes que cela ne m'importe pas le moins du monde. Même si, effectivement, de mon point de vue, il ne mérite pas le salut. Les déchets dans son genre, moi, je les élimine en général... Je suis presque impressionnée par ta décision, après ce que ce type a fait à ce Law, ainsi qu'à ce pays, enfin bon, c'est toi qui décides, Scylla.

Tandis que la situation s'était calmée un peu, une nuée de chauves-souris survolèrent les environs, rendant l'atmosphère lourde. Au bout d'un court instant, les chiroptères se rassemblaient, pour former une silhouette. Iris devina que cette personne était certainement Azelia, bien qu'elle ne l'ait jamais réellement aperçu. De toute façon, Scylla confirma son identité précédemment en ayant annoncé son arrivée, après avoir aperçu les chiroptères. Alors c'était elle, la reine lunaire ? Iris devait avouer qu'elle dégageait quelque chose d'assez imposant, ne serait-ce que dans sa prestance. On était loin de ce type précédent, qui ne dégageait que de la haine et du déni. De plus, la mercenaire n'était pas assez prétentieuse, pour ne pas se rendre compte qu'il était évident qu'à l'heure actuelle, c'était une très mauvaise chose, cette rencontre. Ce n'était clairement pas le moment, vu l'état des deux femmes, de se trouver devant cette femme. Si Iris et sa partenaire seraient en pleine forme, la lutte aurait peut-être été possible, mais là, c'était perdu d'avance face à un tel niveau. Même si pour l'instant, aucune agressivité notable, juste un salut théâtral, tout en commençant à prendre la parole au sujet de Scylla. Rapidement, elle félicita les deux femmes d'avoir défait ce fameux dragon, qui représentait son champion. Et, comme la mercenaire l'avait deviné depuis longtemps, cette reine se foutait allègrement de ce type, et c'était certainement le cas de tous ceux qui sont dans son camp. Ils sont sûrement tous remplaçables à ses yeux. Quoi qu'il en soit, elle ne s'attarda pas sur le cas de ce dragon, préférant ne pas user sa salive pour un échec. Par contre, quelque chose fit tiquer la mercenaire soudainement, et l'inquiétait légèrement sur la suite des événements, si ce qu'elle venait de remarquer, s'avérait exact.

Quoi qu'il en soit, rapidement, la valkyrie passa à l'action, en appliquant le plan originalement prévu, qui consistait à menacer la reine lunaire, en profitant de sa liaison avec le dragon. Visiblement, elle était prête à tout pour ses réponses, on ne pouvait pas le nier. Malheureusement, comme Iris l'avait deviné à l'instant, lorsque la reine s'exprima sur son « champion », le plan de la valkyrie allait tomber à l'eau. Il était évident, maintenant, que la reine se préoccupait peu de la survie de ce type. Donc, cette histoire de liaison était-elle fausse finalement ? C'était le point qu'Iris ne s'expliquait pas, bien qu'elle n'ait eu que les explications de Scylla, à ce sujet. Dans tous les cas, elle fit bien comprendre à la valkyrie qu'elle pouvait tuer cet homme, en allant jusqu'à la pousser à le faire. Mais, la valkyrie restait immobile, légèrement tremblante, comme si elle hésitait. Elle venait certainement de comprendre que son plan venait d'échouer. La reine lunaire demanda d'ailleurs à Iris de tuer cet homme à la place de Scylla, vu que cette dernière n'en était pas capable. Bien qu'il était évident que c'était inutile, la mercenaire n'avait rien contre cette idée. Si elle n'était pas aussi à bout, elle aurait déjà sorti sa lame et tué ce type. Son regard de mépris envers ce dernier, prouvant qu'elle l'aurait fait sans refuser. Son envie de tuer ce type était encore très présente, mais ce n'était pas de la haine, juste qu'elle estimait qu'il n'avait plus aucun avenir, et qu'il était trop tard pour lui. C'était presque comme si elle souhaitait le libérer, en le tuant. Mais, dans tous les cas, sur le moment, elle ne fit rien, et se contenta de retourner son attention sur cette reine lunaire. D'ailleurs, rapidement, elle expliqua la raison pour laquelle le plan de Scylla avait échoué. Originalement, elle était donc bien liée à ce dernier, mais ce n'était plus le cas actuellement, donc sa mort ne l'inquiétait plus le moins du monde. Bref, encore une fois, elle demanda à une des deux femmes voulaient tuer cet homme. Mais, aucune action de la part de Scylla, ne fit acte de présence. Quant à Iris, aucune raison de réagir non plus. C'est donc ainsi, que la reine fit disparaître le corps de ce type dans une sorte de trou noir.

Maintenant que ce Seto n'était plus à l'ordre du jour, Scylla, visiblement dépitée, posa plusieurs questions à la femme devant ses yeux. Étrangement, la reine daigna d'ailleurs répondre, faisant comprendre à la valkyrie que son petit manège précédent n'était pas nécessaire. Ainsi, une discussion démarra entre les deux femmes, qu'Iris comprenait, mais qui ne la concernait que très peu. Depuis le début de cette soirée, elle avait compris et entendu certaines choses, mais encore une fois, cela ne la concernait pas vraiment. Même si elle n'était pas contre la connaissance, histoire d'être au courant de certaines choses. Bien que ce coup-ci, ça concernait surtout la valkyrie et un certain Thanatos. La suite de l'échange partait dans la même direction, et Iris retint surtout quelques points qui semblaient importants. Le roi d'Atrium, que même cette reine désirait la chute, la mère de Scylla qui pourrait visiblement réussir à faire quelque chose, et le terme « zone morte ».

- Zone morte hum... ?

Mais tandis qu'Iris était en train de se demander pourquoi cette appellation de zone morte, l'atmosphère changea soudainement. Sans trop s'en rendre compte, elle se trouvait dans une zone vraiment morte, cette fois. Tout semblait aride et chaotique, sans parler qu'Iris ressentait un manque certain d'énergie dans les environs. Déjà qu'elle s'est toujours senti étrange sur Atrium à ce sujet, là, c'était carrément insoutenable. Par chance, la charmante reine lunaire qui servait d'hôte actuellement, expliqua rapidement tout ceci. Visiblement, cet endroit se nommait Necros, une version alternative d'Atrium, privé de presque tout cet « Eldrit ». Iris compris enfin que cet Eldrit cité par Scylla et cette reine indiquait le « vrai » nom de ce qu'on appelle « l'énergie ». Quoi qu'il en soit, elle termina en déclarant que cette zone était l'avenir d'Atrium. Soudainement, le terme zone morte devenait plus clair pour Iris. Cette zone, Atrium, allait devenir comme cela ? Iris songea sur le moment que son envie de partir pour sa terre natale n'était peut-être pas une si mauvaise idée après tout. Par la suite, la reine expliqua que cet endroit nommé Atrium avait été créé il y a environ cinq millénaires, et qu'elle était une des premières à avoir foulé cette terre. Puis, la discussion enchaîna sur une certaine Athéna, qui avait visiblement été responsable de la destruction de la moitié du Nirvana. Une certaine Ilia mit un terme à la folie de cette Athéna, mais à son tour, elle devint folle. Mais la disparition de cette Athéna avait visiblement causé également plus de mal que de bien, privant Atrium d'une grande partie de son Eldrit. C'est en partant de ce constat, que certains essayaient de ramener cette Athéna à la vie.

Pour résoudre ce souci, c'était d'ailleurs Légendia qui envoya cette Ilia, et les tentatives pour ramener cette Athéna à la vie par la suite, échouèrent. Mais, c'était surtout dû au fait que personne sur Atrium n'avait ce qu'il faut pour supporter la quantité d'Eldrit que représentait cette Athéna. Pas étonnant comme révélation, pour Iris, qui comprenait maintenant un peu mieux pourquoi elle se sentait vide, depuis sa naissance. Si les légendiens ont un Eldrit aussi important en eux, il est logique que dans une zone presque à sec, elle soit mal à l'aise. Quant à la question du pourquoi Légendia n'a pas envoyé une seconde personne pour supporter la pression de cette Athéna, afin d'aider à la recréer, la réponse était évidente, avec les explications précédentes de la reine lunaire. La suite du discours enchaîna sur plusieurs noms semblant importants, comme les Valgard, un certain Leonis, ainsi qu'Alleria. Il était facile de deviner à présent que cette Alleria était sûrement la mère de Scylla. La suite des explications confirmant ce fait une fois pour toute. Le point intéressant cependant, était que Scylla était celle destinée à devenir la nouvelle Athéna. C'était visiblement la raison qui poussa ce Leonis à s'accoupler avec une valkyrie. Valkyries qui semblaient bel et bien des entités importantes et surpuissantes, finalement. Et il était clair que cette Alleria semblait sortir du lot. Mais la suite était malheureusement assez peu joyeuse, pour ce Leonis qui perdit la vie rapidement, ainsi que Scylla qui fut kidnappée par les « Archaelis ». Puis, finalement, cette Azelia insista sur le fait que Scylla était Athéna et qu'un jour, elle détruirait Atrium.

Sur le moment, Iris se posait pas mal de questions, mais surtout, se sentait assez mal à l'aise pour sa partenaire. Mais, les paroles de cette femme étaient-elles toutes vraies ? Iris en doutait fortement. Bien qu'une partie devait être véridique, elle avait certainement dû modifier le récit pour qu'il colle à son bon vouloir et ses croyances. Elle avait surtout du mal à croire qu'une valkyrie visiblement aussi grandiose que cette Alleria, ignorait qui était ce Leonis, et l'état d'Atrium, au moment de sa relation avec ce dernier. Pour la mercenaire, il était évident que Légendia savait déjà tout ça, et qu'ils se contentaient certainement d'observer de loin, l'évolution d'Atrium. Ou sa chute, selon les dires de cette reine. Bref, c'était compliqué pour cette dernière de prendre au sérieux tout ce récit qu'elle venait d'entendre. Mais, le moment n'était visiblement plus au questionnement, car les deux femmes étaient de nouveau sur Atrium. Iris n'était pas mécontente d'être de retour ici. Bien que ce ne soit pas assez suffisant tout de même, c'est largement mieux que cet endroit infernal nommé Necros. Quoi qu'il en soit, Iris remarqua que la zone était toujours vide de présence. Les elfes n'étant toujours pas présents. Mais c'était le dernier des soucis actuellement. Rapidement, après une incantation de cette reine, Scylla se mit à hurler de douleur. Puis, après quelques secondes, l'énergie qui l'entourait rejoignit le ciel, changeant la couleur de ce dernier. Bien qu'Iris observait impuissante son amie au sol, elle ne put s'empêcher de focaliser son attention sur le ciel. Mais, rien ne se produisit pour l'instant. Quant à Scylla, bien que les sortes de vignes qu'elle avait sur le corps étaient toujours présentes, elle ne semblait plus souffrir.

- C'était quoi ça ? Qu'est-ce que cette femme lui a fait... ? Possède-t-elle un contrôle insoupçonné sur Scylla ?

Mais, encore une fois, pas le temps de se poser de questions, que la reine lunaire invoqua une sorte de boule de cristal, dans lequel on pouvait observer la cité lunaire. Puis, rapidement, après avoir de nouveau survolé la raison de la naissance de Scylla, une pluie d'étoiles filantes s'abattait sur la cité, décimant cette dernière, seconde après secondes. Cependant, les citoyens semblaient pourtant bien vivants, du moins, en apparence, car, soudainement, ils se mirent à tous s'entre-tuer, comme des bêtes enragées. Iris saisi rapidement que c'était l'énergie qui était sortie de sa partenaire, qui était à l'origine de ce chaos. Bien qu'elle se foutait royalement de la survie de ces humains, son esprit ne put s'empêcher d'être instantanément dirigé vers le petit groupe comportant Law, Kula, ainsi que cette gamine. Elle espérait de tout cœur que ces trois-là avaient depuis le temps, quitté la cité. Bien sûr, si Iris n'était pas plus impactée que cela par cette scène, ce n'était pas le cas de Scylla qui était complètement abattue, devant une reine qui commençait à parler de nouveau monde, de façon mégalomane. Ce qui était normal, après tout, c'était cette chose en elle, qui venait de rayer de la carte la cité solaire. Quoi qu'il en soit, Iris cherchait un moyen de rendre la situation meilleure, mais elle ne voyait que peu d'ouvertures. C'était très mal barré, la situation, actuellement. Déjà, il était évident que la cité était totalement perdue, mais elle refusait que ce soit le cas de sa personne et sa partenaire dépité.

- Tu sais que tu pourrais sauver ton amie, et toi-même, si tu le voulais. Hum, faiblarde ?

- Kh... va-t-en ! Ce n'est pas le moment ! Va-t-en !

- Tes paroles sur la volonté étaient très touchantes, tu sais ? Alors, comme ça, tu penses réellement que tu me retiens ? Tu ne t'es pas dit que c'était autre chose, qui m'empêchait de véritablement te remplacer ?

-

- M'ignorer ne me fera pas partir, tu sais ? Je suis autant toi, que tu es moi. J'interviens uniquement quand tu as besoin de moi, quand tu te rends compte que la peur commence à t'envahir. Quand tu sens qu'une situation t'échappe... Tu n'as toujours pas réalisé depuis le temps que c'est toi, qui provoques mon intervention ? La... je le la sens, Iris, ta peur... ton doute... tu ne peux rien me cacher... Au fond de toi, tu souhaites mon aide, tu souhaites ma présence, car tu sais que je suis la solution à tes problèmes... comme ce jour-là, quand tu étais petite... ou encore cette autre fois, ou encore...

- Ça suffit ! La ferme ! La ferme !

Tandis que la situation était toujours aussi tendue, sans réellement rien laisser paraître, Iris était de nouveau perdue dans ses pensées. Sauf que, depuis quelques secondes, la douleur au cœur était de nouveau douloureuse. Tout en posant sa main de nouveau sur sa poitrine, esquissant une grimace, elle put néanmoins remarquer que sa partenaire, tenta une attaque directe sur cette Azelia, après avoir repris une sorte de volonté. Malheureusement, cela se solda par un nouvel échec, presque humiliant, vu la facilité avec laquelle l'attaque fut contrée, avant que la reine couche la valkyrie, qui perdit une fois de plus conscience. Puis finalement, cette femme s'adressa à Iris. Elle raconta la peur des hommes à son encontre et celle de la mercenaire, et que son souhait n'était pas de faire un génocide, mais d'équilibrer la balance. Bien que pour cela, il faille détruire la race mortelle. Bref, après ce récit, elle proposa à cette dernière de rejoindre son camp, estimant qu'elle ferait une bonne remplaçante à son ancien champion. Iris aura tout ce qu'elle désire, en plus de réponses, sur la condition évidente de participer à l'extinction de la race mortelle. Et tandis qu'elle insista sur le fait qu'en cas de refus, elle supprimera la mercenaire, cette dernière ne répondit rien sur l'instant. Elle se contenta d'observer son interlocutrice, de façon neutre, tout en se tenant le cœur qui la faisait de plus en plus souffrir. Puis, finalement, après quelques secondes, la mercenaire prit la parole pour la première fois depuis le début de la rencontre. Cependant, sa voix était fatiguée, mais on pouvait y voir un agacement à travers le ton.

- C'est une offre tentante, mais je me dois de la refuser. Vous avez déjà eu ma réponse, de toute façon, il y a peu, non ? Vous avez raison, je me fiche de ces mortels, mais je me fiche également de vous, et de votre ambition. Vous n'êtes rien pour moi, et vous ne m'apporterez rien. Ce que je veux, c'est des réponses, effectivement, mais ces réponses, vous êtes incapable de me les donner... Je me fiche de votre sécurité que vous ne pouvez m'offrir... Vous ne savez rien de moi, et ce contre quoi je cherche protection... De plus, bien que je me fiche de l'existence de ces mortels, je n'ai jamais eu la volonté de les punir, ou un seul sentiment de vengeance. Je laisse ce genre de choses aux personnes dans votre genre. Après tout, vous avez l'air de bien vous en sortir dans le rôle… De toute façon, on ferait une très mauvaise équipe. Comparé à vos pantins sans âmes, moi, ma volonté, vous ne la briserez jamais. Peu importe qui me fait face, je ne laisserais jamais personne m'écraser ou me dicter mes actes... Même si pour cela, je dois mourir... Je préfère ce sort, à celui de perdre mes convictions et mes ambitions...

… Pff, tuez-moi si ça vous fait plaisir, mais peu importe que vous soyez certainement plus forte que moi, je me battrais, jusqu'au bout. Car, comparé à vos stupides pantins, encore une fois, moi, vous ne me briserez jamais, ça vous n'en êtes pas capable. Ni vous, ni elle...

Bien qu'Iris croyait clairement plus du tout en une solution miracle, elle posait tout de même la main sur son fourreau, prête à dégainer, et se battre, même si la mort était certainement la seule issue. Ou alors, peut-être avait-elle une idée derrière la tête ? Ou bien, c'était comme elle venait de l'énoncer, une solution préférable, à celle de perdre son esprit ? Quoi qu'il en soit, la mercenaire était prête à mourir, vu son état et ses douleurs, elle n'avait aucune chance. Même le plan qu'elle avait en tête, et qu'elle a failli mettre à l’œuvre précédemment contre le dragon quand la situation sentait mauvais, allait être compliqué à effectué, vu son état...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eloraell
Reine
Reine
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 14/07/2013
Age : 28

MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   Ven 9 Mar - 2:21

La réponse d'Iris fut évidente. Elle refusa, tout en expliquant qu'elle se fichait de la reine lunaire autant que les mortels. Elle insista également sur le fait qu'Azelia ne pourrait jamais tenir sa promesse, car elle serait incapable de protéger Iris de son problème principal, et qu'également, elle ne finirait jamais comme Seto ou n'importe lequel de ses sbires. Malgré tout, un détail parvint à surprendre Azelia. Iris, pourtant mal en point, était prête à défier Azelia. Une chose qui fit sourire Azelia, évidemment, tandis que l'atmosphère était malsaine, avec le ciel toujours aussi rouge sanglant. Elle semblait prête à mourir également. Une attitude brave, mais inutile, aux yeux d'Azelia, qui se contenta de sourire, comme toujours.

- Pour être franche, je m'attendais à ce que tu refuses. Mais je ne saurais dire si je dois te considérer comme une femme bien curieuse... ou un être particulièrement stupide. Tu sais d'avance que tu vas mourir, et malgré cela, tu oses te mettre en garde face à moi ? Ton indifférence totale envers ce monde et son destin, te pousserait à préférer tomber par ma main, plutôt que connaître au moins un salut provisoire ? Je ne puis, peut-être, t'aider dans ta tourmente, jeune Iris, mais au moins... tu aurais vécu, et j'aurais gardé ton âme intacte. Soit... Par ailleurs, je ne vois qu'une seule explication logique à cette indifférence qui te caractérise: Tu souhaites rejoindre Legendia, il en va de soi, d'où ton alliance avec Scylla. Raison de plus pour que j'efface ton existence...

Azelia invoqua une faux de longue portée, à l'acier tranchant, la fit tournoyer, puis se mit en garde à son tour. Elle fixa Iris avec un air exalté. Pour un peu, elle pouvait effrayer son interlocutrice si elle n'était pas une courageuse mercenaire qui a tenu tête à un seigneur dragon à l'instant.

- Je vais bien m'amuser à trafiquer ton corps si alléchant, détruire ton âme parties par parties, et à faire de toi ma nouvelle expérience fétiche. Au final, c'est toi qui vas m'apporter de précieuses réponses, Iris Testarossa...

Le combat semblait inévitable. Pourtant, quelque chose retint Azelia. Elle sentit deux frêles mains tenir sa jambe. Elle n'eut pas besoin de baisser la tête pour apercevoir à qui appartenaient ces deux mains affaiblies. Bien qu'elle fut étonnée que cette personne gardait toujours conscience.

- Ca... suffit...

- Tu me donnes des ordres, valkyrie ? Hélas, je ne vois pas quelle raison valable me pousserait à écouter ta requête. Tu me connais suffisamment bien pour le savoir, Scylla, que j'écraserai chaque individu qui n'acceptera pas l'évolution...

- Si vous touchez... à un cheveux d'Iris, je vous le ferais payer, je vous le garantis... alors, disparaissez, ou sinon...

Scylla, après avoir relâché Azelia, se releva très doucement. On pouvait encore une fois apercevoir ces marques en forme de vignes qui parasitaient le côté gauche de son corps. Elle se tenait la poitrine à son tour, puis, cracha une germe de sang au sol, tout en tenant de l'autre main Hecate comme si cette arme représentait sa vie. Azelia ne se retourna pas, gardant toujours un œil sur Iris.

- Je n'ai toujours pas entendu le moindre argument valable de ta part, Scylla. Et non, recracher ton sang sur le sol comme une chienne abattue ne me poussera pas à ressentir la moindre peine pour toi et à t'offrir ma clémence.

- Vous n'avez pas entendue ce qu'elle vient de vous dire ? Elle n'est ni concernée par ce monde, ni par vos projets. Elle s'est alliée avec moi pour que je l'aide à éliminer Seto, qui l'a menacé par le passé. Maintenant, nos chemins vont bien gentiment se séparer. Je n'ai que faire d'une mercenaire, de toute manière... Je n'accepte simplement pas que vous achevez quelqu'un qui s'est vaillamment battue ce soir, et qui n'a pas demandé à être ici.

Bien sûr, le mensonge de Scylla au sujet de son opinion envers Iris était le seul moyen qu'elle venait de trouver, sur l'instant, pour essayer désespérément d'obliger Azelia à épargner Iris, car Scylla connaissait très bien l'issue d'un éventuel combat. Malheureusement, Scylla ignorait qu'Azelia connaissait parfaitement un petit détail qui était, malgré tout, toujours en possession de la mercenaire.

- Une mercenaire dont tu as généreusement prêté ton arme la plus symbolique: Horus de l'astre solaire ! Franchement, Scylla, quand je dis que tu n'es encore qu'une enfant, je ne pensais pas à ce stade !

- Alors je vais répéter une dernière fois ma demande avec le ton que vous méritez ! Si par malheur, vous touchez à cette femme, voire, à n'importe qui d'autre de ce pays, je peux vous garantir que je me comporterais comme celle que vous redoutez ! Si vous me considérez comme une déesse de la destruction, comme vous le dites si bien, alors, j'agirais comme telle ! Votre but doit être probablement de devenir la nouvelle gardienne de ce monde, pas vrai ? Vous qui semblez si persuadée que vous pouvez changer le monde, alors, je m'arrangerais pour détruire ce monde dont vous aspirez tant ! Je ravagerais votre dystopie, tout comme Athéna a effacé de l'existence la moitié du Nirvana, puisque vous insistez tant, que cette identité est la mienne désormais ! Puisque je suis aussi dangereuse, corrompue et malsaine selon vous, alors j'imagine que vous avez tout intérêt à ne pas m'avoir comme ennemie ! Il est même préférable que vous m'aidiez à sortir de cette galère, vous ne croyez pas ? Et puis, bien que vous ayez raison quand vous proclamez que ma mère ne lèvera pas le petit doigt pour combattre quelqu'un d'Atrium, elle ne restera pas indifférente face à la personne qui aura provoqué ma mort ! Vous ne gagnerez RIEN à m'avoir comme ennemie ! Alors, maintenant, c'est MOI qui vais émettre une proposition ! Décidez vous de vous comporter comme une reine digne de votre titre et de signer un accord avec la princesse du peuple le plus digne et le plus respectable de la création, ou alors, vous continuez à agir comme une barbare sanguinaire, et je peux vous promettre que votre futur ne sera qu'un enfer ? Alors ?

Malgré qu'elle était à bout de souffle, Scylla avait dit tout cela d'une traite, sans s'arrêter, ni hésiter. Elle venait de parler avec sa détermination la plus profonde. Et cela, pour la simple raison, qu'elle ne souhaitait plus voir une alliée mourir devant ses yeux, d'autant que cette alliée en question voulait simplement rejoindre sa terre natale, et que la valkyrie l'avait embarqué dans cet enfer qui pouvait détruire ses ambitions. De toute manière, elle s'était jurée, en quittant Legendia, qu'elle resterait forte quoi qu'il advienne, et entendre Iris lutter malgré ses grandes chances de mourir face à Azelia, la poussa à ouvrir les yeux et à combattre, même verbalement, pour sa protection. D'ailleurs, les paroles de Scylla semblaient avoir leurs effets, car pour la première fois depuis cette rencontre, le sourire d'Azelia disparut. Et pas que son sourire. Sa faux également.

- Tch, j'admets que tu sais défendre ce qui compte pour toi, Scylla. Très bien, tu as raison, je n'ai rien à gagner à t'avoir comme ennemie. Pas toi, ma précieuse clé pour me libérer...

Azelia soupira un instant, croisa les bras, puis se retourna vers Scylla, toujours concentrée, malgré tout, sur Iris et sur le moindre geste qu'elle pourrait tenter.

- Je vais donc laisser la vie sauve à ta précieuse amie, Scylla. Mieux, je vais même mettre en place un cessez-le-feu pour l'instant. Je n'attaquerais plus le moindre peuple humain en dehors de mes frontières jusqu'à nouvel ordre. Mais ne crois pas que je fais preuve de bonté à ton égard parce que tu es vouée à devenir la reine d'Atrium, ou parce que ta mère est actuellement l'une des personnalités les plus redoutées de toute la création. Tu veux savoir pourquoi je me montre bien plus docile pour toi ? Parce qu'un jour, j'ai fais une promesse, et même moi, je tiens mes promesses un jour ou l'autre... J'ai promis... de te sauver, Scylla...

Scylla se retrouva tout à coup dans le doute. Pourquoi Azelia irait jusqu'à sauver Scylla ? Et de quoi ? Tout ça à cause d'une promesse ? Envers qui ? C'est à cet instant que Scylla aurait justement aimé entendre la voix qui l'a accompagné lors du combat contre Seto, mais soudain, Azelia tendit la paume de sa main vers Scylla, sans toucher son visage. Une énergie noire, mais non néfaste, se dégagea.

- Tu as donné suffisamment de ta personne pour ce soir, Scylla. Aussi, il est temps pour toi de te reposer. Dors, valkyrie...

Les paupières de Scylla se refermèrent soudainement. Elle semblait plongée dans un long sommeil artificiel. Azelia leva la tête vers le ciel, toujours rouge, lorsque la valkyrie tomba encore une fois à terre, mais pour de bon, cette fois. Quelques secondes plus tard, le sourire, toujours aux lèvres, elle reposa une fois encore son attention sur Iris.

- Malgré ton refus catégorique de me servir, je suis au regret de t'informer que tu vas devoir, tout particulièrement, te rendre TRES utile à mon égard, et cela, que tu le veuilles ou non. Je veux que tu emmènes cette valkyrie hors de ce pays... vivante ! Elle sera bien plus en sécurité avec toi qu'avec ces elfes qui ne vont plus trop tarder. Ensuite, une fois qu'elle se réveillera de son long sommeil réparateur, je veux que tu lui dises ceci. Je lui donne rendez-vous le 31 Décembre, au sein de ma seconde demeure, le sanctuaire de Pandemonium. Il se trouve dans les bas-fonds d'une zone que l'on nomme le noyau lunaire. Dis-lui, je te prie, que ce qu'elle recherche depuis toujours, se trouve en ma possession, et que je suis prête à le lui montrer...

... bien entendu, tu es également invitée à cette petite fête du Nouvel An que je compte organiser. Je songerais, en premier lieu, que ta grande indifférence envers les choses concernant ce monde te pousserais à renier mon invitation. Mais crois-moi, Iris, que tu VAS venir. J'en suis persuadée. Pas besoin d'avoir un sixième sens pour le deviner. Tu n'oserais tout de même pas abandonner, seule, une âme chevalière qui t'a malgré tout prêté son bien le plus précieux: Son épée ! Et puis, tu t'en doutes sûrement, tu as besoin d'elle. Fais moi confiance si je t'annonce qu'il est préférable que tu partes pour Legendia avec la bénédiction de la fille d'une légende, plutôt que tu décides de t'en aller seule, et que tu mettes ton existence en péril face à une civilisation bien plus irrévocable que moi, et qui te traitera comme une parfaite émigrée. Alors, ne cherche pas à fuir, Iris... Et n'oublie pas que je compte sur toi...


L'apparence physique d'Azelia disparut, en se divisant en multiples chauve-souris qui survolèrent le ciel écarlate. Iris se retrouva donc seule avec Scylla qui dormait paisiblement malgré elle. Mais heureusement pour la mercenaire, il ne fallut que quelques minutes pour que les elfes qui ont survécus face à Seto se ramenèrent avec quelques chevaux. Parmi eux, Eloraell, qui était remise de son malaise. A croire que Scylla ait rendu gracieusement l'aide de l'elfe pour lui sauver la vie. Elle semblait plutôt en bonne forme. Elle fit un signe de la main à la mercenaire pour l'inviter à grimper derrière elle.

- Grimpe, Iris, ne restons pas là !

Une fois ceci fait, Feriel descendit de sa propre monture, et ramassa Scylla. Un autre elfe l'aida à la positionner sur l'arrière de son cheval, en position assise, et de sorte à ce qu'elle puisse lui tenir les mains autour de sa taille. Eloraell, avant de repartir, regarda autour d'elle. Un détail évident la perturbait.

- Où est Seto ?

- Tu te préoccuperas de ce sale type plus tard. On doit dégager d'ici. L'air malsain provenant du ciel ne me dit rien qui vaille. Et puis, nos alliés, comme ceux de Scylla, doivent être retrouvés.

- J'ai eu une conversation avec les soldats solaires. Tous les civils, ou tout survivant ont été amenés au sein d'un large château fort à l'extérieur de la cité, nommé SilverGarden. Par chance, j'ai déjà eu l'occasion de participer à des bals royaux qui ont eu lieu au sein de ce fort. Je connais le chemin. Il faudra traverser une courte lisière de forêt.

- Par chance, ce sinistre ciel rajoute un peu de lumière à cette triste nuit. On aura le plaisir de voir plus loin qu'à deux mètres. Hey toi, la dragonne ! T'as intérêt à te tenir tranquille, pigée ?

Feriel venait de de s'adresser à la magicienne, troisième commandante du clan des dragons blancs, qui était retenue prisonnière par les elfes, les poings liés, à l'arrière d'un autre cheval.

- C'est bon, relaxe-toi, l'excitée. Je n'ai pas la moindre envie de jouer à la rebelle après avoir vu l'horreur qu'a provoqué Seto. Vous pouvez faire de moi votre prisonnière, je m'en tape désormais.

Une fois que tout était réglé, les chevaux partirent loin de ce champ de bataille où Scylla et Iris avaient combattu vaillamment le dragon blanc conquérant. Il restait maintenant plus qu'une chose à faire, secourir les alliés actuellement invalides qui se reposent au sein de ce château-fort, avant que les habitants de la ville, enragés, le prennent d'assaut. Il fallut un bon quart d'heure, sans avoir besoin de pénétrer au sein d'une cité chaotique, pour que les elfes, ainsi qu'Iris, atteignent une large forêt, dont le chemin était éclairé par ce ciel post-apocalyptique. Par chance, aucune étoile filante décida de s'écraser sur le sol. La route fut donc sans encombre, jusqu'à ce que justement, le groupe put apercevoir le château-fort depuis une large colline à découvert.

- Je n'en crois pas mes yeux... C'est horrible...

Une horde de damnés tentèrent de pénétrer de force au sein du château-fort. De nombreux soldats solaires bloquèrent le passage, mais le souci était de taille. Les civils enragés étaient en surnombre, comme si un tiers de la civilisation solaire contaminé tentait de forcer le passage, en quête de proies fraîches.

- Tch ! La peste s'est abattue sur ces pauvres citoyens. Hommes, femmes, enfants. Personne n'a été épargné. Quelle monstruosité ! On n'arrivera jamais à rentrer de force au sein de cette émeute, ne nous faisons pas d'illusions !

Eloraell fronça des sourcils, observant depuis la colline le refuge qui était pris d'assaut.

- Et pourtant, il le faut... Nous n'avons pas fait toute cette route pour baisser les bras alors que ce cauchemar prendra bientôt fin. Feriel, tu restes là à veiller sur Scylla et sur la prisonnière. Moi, Iris ainsi que le reste de l'unité, nous allons tenter d'ouvrir une brèche en soutenant les soldats solaires. Ce ne sont que des humains sans pouvoirs qui possèdent une fureur insoupçonnée. On peut y arriver...

- Mais ils sont au moins vingt fois notre nombre ! Soyons réalistes, il faut mettre en place une stratégie, et sans connaître les diverses entrées de ce château, on est plutôt mal barré, non ?

- Besoin d'aide ?

Eloraell vit plusieurs flashs de lumière qui furent balancés depuis la colline, et qui provoquèrent un sacré ménage au sein du groupe de damnés que l'armée solaire peinait à retenir. Mais ce qui étonna fortement Eloraell, c'était l'identité de ceux qui venaient d'ouvrir une voie pour les elfes.

- Des dragons blancs ? Pourquoi vous nous aidez, bande de fumistes ?

- Notre unique objectif était de conquérir le pays du soleil et d'en faire notre territoire, quitte à utiliser la force. Il n'était en aucun cas question d'utiliser le moindre maléfice pour corrompre les habitants de cette capitale. Azelia a trahi notre pacte. Ainsi, nous mettons un terme à notre conquête. Vous pouvez comptez sur notre soutien, pour cette fois...

- Merci, dragons...

- Néanmoins, nous vous demanderons bien vouloir rendre sa liberté à notre commandante que vous retenez prisonnière, en retour.

- On s'en fiche ! Ne vous préoccupez pas de moi, et ne m'appelez plus commandante ! La seule chose qui m'importe désormais, c'est de quitter cette merde vivante !

Grâce à cette aide inespérée, la voie était dégagée. Mais elle demeurait risquée. Tous les elfes plongèrent dans la mêlée, à l'exception de Feriel. Une fois au sein de la cour du château, les elfes, depuis leurs montures, canardaient le plus de damnés possible pour soutenir l'unité défensive du pays solaire. Maintenant que la cour était quelque peu dégagée, Eloraell invita Iris à descendre du cheval et de continuer à pied.

- Séparons-nous pour retrouver nos alliés elfiques ainsi que ceux de Scylla ! Iris, je te laisse mener tes recherches de ton côté. Je suis consciente que tu as beaucoup lutté jusqu'à maintenant, alors je vais te couvrir du mieux que je peux !

Eloraell continuait de bouger avec son cheval tout en tirant des flèches de lumière sur les damnés qui étaient sur la route d'Iris et des autres elfes. Bien qu'il ne s'agissait que d'humains complètement déments, donc pas un problème en soi. Iris devait donc chercher au sein de l'intérieur du palais ceux qu'elle souhaitait voir en vie. Sur le chemin, elle croiserait de nombreuses images d'horreurs, comme des humains manipulés faisant preuve de cannibalisme, des pleurs d'enfants voire de bébés, des cris de femmes qui subissaient une agression sauvage de la part des corrompus, ou même, apercevoir des personnes âgées qui tendaient un symbole en forme de croix vers ces monstres tout en récitant des prières, comme pour les exorciser. Les murs étaient défoncés et repeints en rouge par ce qui était de toute évidence du sang. Les vitres étaient brisées. Certaines chambres étaient en feu. Pour qu'il y'ait autant de fous furieux au sein du château, il fallait donc s'imaginer que de nombreux civils étaient emmenés vers ce fort, et qu'ils ont été touchés également par la malédiction provoquée par Azelia sur la route, prouvant que les chutes énergétiques n'avaient pas que touchés la cité. Bref, Iris allait pouvoir atteindre l'objectif, lorsque depuis une large chambre, des projectiles de glace furent envoyés vers les mortels assoiffés de sang. Ces projectiles étaient couleurs lavande. Donc quelque chose de reconnaissable pour la mercenaire. Au sein de la chambre, Kula était là, à tenter désespérément de faire fuir les créatures, avec derrière sa jupe une enfant qui était souvent dans l'esprit d'Iris récemment et qui était à genoux derrière la kunoichi, à lui tenir la jupe. Par chance, les deux amies de la mercenaire semblaient intactes, ce qui pouvait paraître surprenant pour Kula, qui avait subi une forte violence il y'a quelques heures par ce commandant dragon. C'était presque comme si elle n'avait rien subi. Par ailleurs, derrière Kula et la gamine, un Golden Retriever aboyait avec insistance, pour faire fuir les damnés.

- Arrière ! Ne touchez pas à cette petite fille ! Je vous en conjure ! N'approchez pas !

Kula avait beau lutter de toutes ses forces pour protéger la petite fille, elle commençait à stresser, jusqu'au moment où elle vit une silhouette rassurante.

- Iris ! Tu es là !

Maintenant que Kula était de nouveaux aux côtés d'une alliée de taille, quitter les couloirs allait être un jeu d'enfant. Kula laissa Iris porter la gamine. Sur le chemin vers la sortie, sans remarquer que le chien suivait à la trace les deux alliées et la gamine, Kula donna une rapide information à Iris.

- Law n'est pas ici ! Il a été conduit directement sur le Storm Eagle pour recevoir des soins intensifs, de ce que les elfes m'ont expliqué. On le rejoindra dès qu'on aura fui.

Pour quitter les intérieurs du palais, ce n'était pas bien compliqué. Mais maintenant que les trois filles pouvaient rejoindre la cour sans embuche, le calvaire allait pouvoir reprendre. Ce n'est pas un petit nombre qui bouchait le pont-levis, mais une bonne centaine de civils corrompus désormais. Et le pire dans tout cela pouvait être observé par Kula.

- Les elfes, non !

En effet, les elfes qui se battaient au sein de la cours venait de subir une bonne correction. Les chevaux étaient hors course, et Eloraell, elle, gisait à terre, blessée à la jambe, continuant malgré tout à tirer sur les damnés plusieurs flèches de lumière en rafales.

- Ne vous préoccupez pas de moi, ca va aller. Je suis... contente de constater que tu as retrouvée tes amies, Iris... Maintenant, fuyez par la sortie qui est la seule issue. Je vais vous ouvrir un passage parmi ces monstres. Vite...

- Non, attendez, et vous... ?

- Hélas, rester ici et vous aider à fuir est la seule bonne chose que je puisse faire. J'accepte... mon destin. J'ai perdu ma mère, j'ai causé la chute de mon peuple. Et j'ai permis l'homme que j'aimais de mener un assaut aux proportions inhumaines, obligeant des milliers d'innocents à partager ce que j'ai vécu. Ce que j'ai commis va bien au delà de la criminalité. Ma seule manière de me sentir pardonnée, est de mourir... Ne cherchez donc pas à m'aider à me relever, vous perdrez du temps et vous me gênerez alors que je tente de vous ouvrir un passage.

- Mais...

- Iris, encore merci... pour ce discours que tu as mené et qui a motivé mes troupes. Malgré tout, tu as cherché à réveiller le côté humain de Seto. Tu as peut-être échoué, mais... tu m'as poussé à tenter le tout pour le tout, afin de le sauver. C'était peine perdue, mais ta tentative m'a beaucoup aidé... Alors, échappe toi d'ici vivante, et profite de tout ce que la vie peut t'apporter. Et si par miracle, mon peuple renaît de ces cendres, souviens-toi que... tu seras toujours la bienvenue au pays de la forêt. Maintenant, partez... vite !

Les filles étaient désormais encerclées. On ne pouvait même plus compter le nombre d'êtres qui parasitaient la cour du château. Eloraell savait qu'Iris était clairement affaiblie et tenait sur son dos une enfant, alors, elle chargea, sous un ultime effort, une large flèche de lumière qui déquilla un bon nombre de damnés sur le pont-levis. La voie était désormais ouverte. Le trio pouvait désormais rejoindre Feriel au dessus de la colline. Néanmoins, lorsque la sœur de la reine vit Iris revenir sans la reine en question, elle se jeta sur Iris, la secoua légèrement malgré l'enfant sur son dos, prise de panique.

- Ou est ma sœur ? OU EST ELLE ?

Mais elle n'attendit pas une réponse, qu'elle se rua en bas de la colline, pour porter secours à Eloraell. Angel, depuis son cheval, vit qu'elle était seule, sans la protection des elfes désormais. Et profita qu'elle n'avait que les poings liés pour descendre du cheval et gravir la colline à son tour.

- Hey ! M'oubliez pas ! HEYYY !

Il restait désormais deux chevaux de libre, dont un où Scylla était allongée, à ça de pencher sur le côté et de tomber. Kula l'aida à se redresser, quelque peu inquiète de voir sa patronne dans un tel état. Mais désormais, grâce à ces deux chevaux, les quatre filles pouvaient fuir loin de cet enfer.

- J'ouvre la course. Je sais où le navire se trouve... HUE !

Les deux chevaux galopèrent à travers les bois, conduisant Iris, Kula, Scylla et la gamine vers leurs tickets de sortie, sans réaliser encore une fois que le chien qu'avait protégé Kula les suivait sans arrêt. Le calme revenait petit à petit, bien que le ciel était encore et toujours de couleur anormal. Et après une dizaine de minutes à gambader dans la forêt sans obstacle, le Storm Eagle était à portée de vue, garée au sein d'une large clairière. Kula vit que de nombreux soldats solaires montaient la garde. Elle se dirigea vers l'un d'entre eux.

- Soldats ! Est-ce que le propriétaire de ce navire est remis sur pied ?

- L'homme au couvre-chef et aux multiples tatouages ? Non, il est toujours sous soins intensifs par les elfes. Pourquoi ?

- Il faut fuir, et au plus vite ! Nous vous expliquerons en chemin !

- Venez par ici ! Je suis navigateur au sein de l'armée aérienne du pays. Je peux conduire cette petite merveille ! Si vous êtes le groupe d'Erza, alors venez ! On vous doit bien ça pour avoir affronté ce gigantesque dragon à trois têtes !

Kula fixa d'un air dubitatif Iris.

- Vous avez combattu une créature aussi monstrueuse ? Mais bon sang, je me sens honteuse d'avoir fait la sieste pendant que vous étiez sur le front face à une telle abomination. Brrr...

Les soldats solaires, au nombre d'une dizaine, patientaient que les quatre filles pénètrent au sein du navire pour refermer la cale. A cela, un furtif animal en profita pour se faufiler au sein du navire. Un soldat ne put s'empêcher de réagir, face à une jeune elfe qui était également de charge de veiller sur le navire.

- Qui a laissé ce cabot puant rentrer dans la cale ?

- Vous savez, espèce de malotru, qu'un animal a autant l'instinct de survie que vous autres, humains ? Il cherche à fuir cette guerre, tout simplement. Laissons-le ici, il ne fera rien de mal !

Il ne fallut que quelques minutes pour que le cristal au sein du navire soit activé, pour pouvoir le léviter à travers la voie des airs. C'est ainsi que le groupe de Scylla, accompagné de plusieurs soldats solaires et elfiques, d'une jeune gamine, ainsi que d'un animal, quittèrent la terre ferme, survolant la forêt à travers un ciel toujours aussi rouge sanglant. Mais le plus abominable était de pouvoir observer d'un instant à l'autre la capitale solaire que survolait le navire, complètement en ruines, ou en proie aux flammes, demeurant toujours un champ de bataille entre... les habitants qui avaient perdu la raison. Maintenant, tous les êtres présents au sein du navire allaient pouvoir goûter à la vie encore quelques temps, malgré que les souvenirs marquants de cette invasion inhumaine n'allaient probablement pas quitter les mémoires de ces survivants de si tôt. Au fond, même si Seto fut vaincu et que le roi imposteur ait été exécuté, pouvait-on parler de victoire ? Probablement non...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le sang du conquérant   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le sang du conquérant
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guillaume le conquérant
» CONAN LE CONQUERANT (série TV)
» Présentation d'un conquérant
» Guillaume le Conquérant
» IMPORTANT ▲ La chronologie générale de Westeros

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays du soleil :: Temple du soleil-
Sauter vers: