La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le reflet de l'humanité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayako
Chef Black Spider
Chef Black Spider
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 31/05/2013

MessageSujet: Le reflet de l'humanité   Mar 30 Mai - 0:21

Après la demande de Kakashi d'accompagner Shuujaku et Itachi lors du raid sur le mont Ibusashi, le chef du clan Hajinmon semblait ravi de voir que ce dernier se présenta comme volontaire, et il n'était pas le seul. Bien que ce dernier avait songé qu'un troisième Hajinmon était préférable pour cette mission décisive, beaucoup de ninjas semblaient respecter le volontarisme de ce dernier, même si quelques mauvaises langues comme partout semblaient penser autrement. C'est alors que le fond du flacon récupéré par Ibuki fut ingurgité par les trois seules personnes qui étaient donc partants pour affronter Ayako, seule solution pour libérer le village de cette glace écarlate qui tapissait le sol, comme si le village était entouré par un océan de magma. Comme prévu, les trois shinobis purent poser le pied sur ce sol acide sans risquer leurs peaux. C'est ainsi qu'un rapide voyage sur la zone contaminée fut entamé, où les trois shinobis purent observer un décor mort, sans végétation, ni signe de vie. Cette vision cauchemardesque allait-elle pousser les trois alliés à aller jusqu'au bout lors du moment fatidique ?

[ Thème du mont Ibusashi: https://www.youtube.com/watch?v=mhtOtXsiWdo ]

Après une bonne demi-heure à contempler un lieu dévasté, l'équipe de trois arrivèrent sur les sentiers qui mènent au mont Ibusashi, le lieu où Itachi avait repéré, grâce à ses corbeaux, la position actuelle d'Ayako. A partir de là, tout était parfaitement normal. Ce lieu semblait préservé de la technique redoutable de l'ex-kunoichi. La neige était parfaitement blanche, et le sentier forestier qui permettait aux ninjas de prendre de l'altitude sans trop se fatiguer était tout aussi opalescent. Il n'y avait rien d'autre que du blanc. C'était presque paradisiaque, si l'on oubliait le froid qui pouvait picoter les gencives. Itachi avait, à cause de ses connaissances, du mal à apprécier enfin un paysage clair et blanchâtre. Il connaissait l'histoire de cette montagne. C'est ici que vivait le clan Ibusashi avant de se faire conquérir par les autres clans ennemis. Ainsi, ne résidaient en ce lieu aussi blanc que du diamant, que des souvenirs sanglants. C'était presque comme si les esprits de ces ninjas des neiges observaient les trois alliés qui marchaient tranquillement, au rythme du vent hivernal qui pouvait glacer les os.

- Et dire que malgré la beauté de ces lieux, on ne peut ignorer que des batailles sanglantes ont eu lieu au beau milieu de ce paradis enneigé. Je ne saurais dire à quel endroit l'on peut enfin ressentir son âme en paix. Au beau milieu de ce sol écarlate que l'on a traversé, ou alors, ici... ?

- Oui, triste réalité que celle des Ibusashi. Mais ce n'est pas pour autant que cette page sombre de l'histoire doit se reproduire chez nous. Je pense que le moment est parfait pour que je puisse vous faire un court topo de ce que je comptais faire, une fois devant la cible. Comme vous l'avez compris tous les deux, nous sommes sur le point d'affronter la lieutenante la plus redoutable de toute l'armée lunaire. Voilà pourquoi j'ai accepté pleinement vous avoir à mes côtés. Déjà, parce que vous semblez avoir bien étudié les pouvoirs de l'ennemi, et donc, que vous êtes parfaitement conscients que la force brute ne suffit pas contre elle. Or, j'ai beau posséder une résistance naturelle hors du commun, grâce à mes obscures origines, je ne pourrais m'en sortir seul. Pour bien mettre sur table ce que je sais d'elle, je vais citer comme exemple une amie qui a affronté Ayako et qui est parvenue à survivre après en avoir bien bavé. La principale capacité d'Ayako, ce sont ses miroirs écarlates qui renvoient les attaques à l'envoyeur. Le principal atout à posséder contre Ayako, c'est une endurance à toute épreuve, et une forte puissance de destruction massive, afin d'affaiblir le plus rapidement possible Ayako, et l'empêcher de produire davantage de miroirs. Inutile de préciser que de nous trois, je suis le plus apte pour ce rôle. Voilà pourquoi je souhaite être le fer de lance pendant ce combat. Je vous couvrirais également le temps que vous analysez le moment opportun pour utiliser vos pupilles sur elle.

- Chef, pensez-vous réellement pouvoir tenir le coup face à vos propres techniques ?

- Je ne garantis rien. Mais le taux de chance qu'il y'ait un sacrifice lors de cette bataille est assez élevé, soyons réaliste. Et a choisir, c'est à moi d'endosser ce rôle, en tant que chef de clan. Pas à mes hommes, qu'ils soient anciens, ou nouveau.

- Justement, chef. Si quelqu'un doit sacrifier quelque chose pour ce combat, il serait propice de revoir cela, vous ne croyez pas ?

- Qu'est ce que tu suggères, Itachi ?

- Si vous permettez à Kakashi et moi de préparer nos pupilles à temps, nous pouvons boucler ce combat sans tuer l'ennemi. Le sharingan est nettement plus efficace en groupe. Même à seulement trois pupilles, cela devrait suffire pour que Kakashi m'aide à utiliser mon genjutsu le plus efficace. A nous deux, nous pouvons utiliser le sort nommé Izanami, même si je serais l'invocateur de la technique et que Kakashi aura juste à m'aider à la mettre en place. De toute manière, les sharingans sont réglés pour s'amplifier entre elles de manière automatique, pour le peu que les utilisateurs les maitrisent.

- Izanami ?

- C'est un des deux genjutsu ultimes du clan Uchiwa. Il faut maitriser le kaléidoscope hypnotique pour cela. C'est un sort qui me permettra de piéger Ayako, et l'obliger à m'obéir. En temps normal, je pourrais très bien la pousser à se suicider, mais tout bien réfléchi, je ne pense pas que nous réglerons cette crise chez les shinobis en tuant Ayako. J'avais donc songé, avec votre accord, me contenter de l'obliger à effectuer les mudras qui serviront à annuler la technique. C'est la principale faiblesse de toute techniques après tout. Si l'on peut monter un sort, on peut également le démonter de la même manière. Kakashi aura simplement besoin de m'épauler avec l'un de ses propres sorts de dojutsu, je n'aurais plus qu'a mettre la touche finale avec Izanami.

- Tu parlais de revoir le sacrifice. Je suppose que ta technique est dangereuse pour toi, n'est ce pas ?

- En effet, je serais contraint à abandonner l'usage de l'une de mes pupilles, et cela, à jamais. Un tribu bien léger, en contrepartie, si cela peut me permettre de sauver notre village en passant par le procédé le plus juste.

- Si tu penses qu'Ayako mérite que tu jettes à la poubelle une de tes fabuleuses pupilles pour la sauver, alors soit, je ne t'en empêcherais pas. Tu sais autant que moi ce que tu as à faire...

- Oui, j'ai bien repensé aux propos de Kai. Nous sommes des assassins. Il est aisé pour nous d'éliminer une cible sans importance dont nous ne savons rien, à part le prix pour sa tête. Mais quand nous connaissons tout sur la cible, jusqu'à son passif et son histoire, il est nettement plus ardue d'appuyer sur la détente. N'êtes vous pas de cet avis, tous les deux ? D'ailleurs, Kakashi, même si tu as donné des arguments stratégiques pour que l'on t'accepte dans notre groupe, je me doute bien que ce que tu souhaites surtout, c'est voir Ayako, probablement pour vérifier quelque chose, ou pour avoir le temps de parler à la cible. Après tout, tu as fais partie du clan qui a ruiné sa vie à tout jamais. Tu as sans doute besoin de profiter de ce raid pour réaliser quelque chose, trouver une réponse peut-être. Aies-je tort ?

Itachi venait de parler à Kakashi comme si il était un livre ouvert. Pendant ce temps, Shuujaku continuait de mener la marche, mais déplaça légèrement son cou pour voir de l'œil droit son nouvel allié, histoire de voir quel sera sa réaction devant les propos d'Itachi qui semblait avoir compris quelque chose chez lui. Peu importe la réaction de ce dernier, Shuujaku replaça sa tête de manière droite, et observa à nouveau le chemin qui grimpait de plus en plus, sous la forme d'une pente de plus en plus raide.

- Dans tous les cas, j'en dis que nous avons tous une raison de vouloir participer à un combat, sans que ce soit forcément dans le but de protéger sa patrie. Peu importe pour moi ce qui a poussé Kakashi à nous suivre, il est plus que bienvenu parmi nous. Tant que vous n'oubliez pas, tous les deux, que nous n'aurons probablement pas une seconde chance pour coincer l'ennemi et l'obliger à nous libérer de cette prison écarlate.

- Oui, maître...

***

Après une nouvelle demi-heure à marcher et à se les geler, le trio sortit enfin de la partie boisée de la chaîne de montagne. Fini les sapins immaculés par la neige, désormais, il n'y avait rien de plus qu'un désert de diamant, où le souffle du vent était tellement violent, que la poudre fraiche qui recouvrait le sol, s'évaporait également dans l'air. Il était désormais difficile de voir le chemin, tandis que le sentiment d'être en altitude devenait de plus en plus omniprésent. Mais Itachi avait, toujours dans les environs, son corbeau en patrouille dans les cieux, connecté à ses pupilles. Il pouvait donc voir que le trio s'approchait du but. Et qu'Ayako n'avait toujours pas bougé. Il était clair que depuis le début, la lieutenante maudite d'Azelia attendait la visite du chef Hajinmon. Restait à savoir si elle s'attendait à ce qu'il débarque avec deux alliés de poids.

Alors que la brume devenait légèrement épaisse, Itachi et les autres pouvaient entendre une voix chantonner, à proximité. Une voix féminine, familière pour le chef de clan.


- Elle... chantonne ?

- ♪.. Dors, mon amour, tandis que les arbres te protégeront de l'obscurité... Une large rivière t'observera pendant que tu rêveras jusqu'à l'aube... Dors, mon amour... Ferme les yeux. Et lorsque tu te réveilleras, ce nouveau jour t'emmènera dans un tout nouveau monde... ♪

Les trois hommes durent grimper une dernière pente pour avoir enfin une vue complète sur un lac gelé, et près du bord de ce lac, la silhouette à la voix envoûtante était posté sur un rocher, à remuer une branche de gui. Son Jashinken était posé juste à côté d'elle, rangé dans son fourreau. Elle ne se retourna pas, et continua de chanter ce qui ressemblait à une berceuse.

- Ahem, jolie voix... Mais ne penses-tu pas que tu avais mieux à faire que chantonner dans ton coin ? Comme, par exemple, aider tes coéquipiers qui se sont fait laminer par mes hommes, non ?

- Maintenant que ma mère est vengée, je ne peux m'empêcher de chantonner tous les jours cette berceuse qu'elle me chantait, gamine, quand je ne trouvais pas le sommeil. C'est le seul souvenir que j'ai d'elle, et qui persiste. Ou plutôt, on va dire que j'essaye sans arrêt d'oublier le reste. C'est nettement plus important, pour moi, que de surveiller un clan prédestiné à tomber.

Ayako se releva délicatement, et se retourna, observant les trois ninjas qui sont venus lui rendre une petite visite. C'est avec son éternel sourire séducteur qu'elle les dévisagea.

- Wow, trois hommes pour venir s'occuper d'une faible femme. J'en ai de la chance...

- C'est bien ce que je pensais. Tu te moques du sort de tes hommes. Je parierais même que tu as jeté Mileena exprès à la potence pour que l'antidote tombe entre nos mains. A quoi tu joues ?

- C'est exact, messieurs. L'araignée noire me rend si indifférente. Ils ont juste servis de test de la part d'Azelia, et au final, il se trouve qu'ils ont commencé à être effrayé rien que par ma présence, et ils n'ont rien trouvé de mieux que me lécher les pieds, au point qu'ils ont cru que j'allais vraiment les soutenir pendant cette bataille. Quelle bande de nazes... Ce ne sont que des shinobis... Et je hais les shinobis. Tous, jusqu'au dernier...

- Donc, ta haine est dirigée vers le code shinobi. Néanmoins, si tu te renseignais un minimum, tu saurais que mon clan a été rebâti de fond en comble. Nous n'avons pas les mêmes valeurs que ceux qui t'ont malmenés. Mais j'oubliais que tu es complètement influencée par Azelia.

- Je le sais. Je sais tout. Je sais que c'était Genra qui encourageait Joe Hayabusa a pratiquer la discrimination envers les Ibusashi. Une fois mort, son esprit fermé s'est évaporé. Je me disais également que si ce village était désormais entre les mains d'un étranger, peut-être que je devrais laisser les Hajinmon vivre leurs vies paisiblement. Mais malgré tout, je considère qu'il est primordial que vous disparaissiez également.

- Développe donc, Ayako. En quoi mon village mérite t'il de connaître un sort aussi funeste que celui des Hayabusa ?

- Et ça, c'est censé être un chef ? Aucun son de cloche ne sonne dans ton esprit, baka ? Dois-je te rappeler ce que je suis devenu, le fameux soir où Joe et Genra ont pris la décision d'envoyer ma mère pour m'assassiner ?

- Une nukenin...

- Exact. Un bon point pour le rejeton Uchiwa ! Et quel est l'avenir d'une nukenin ? Et bien, c'est simple ! Y'en a pas ! Surtout depuis que le monde shinobi est sorti de l'ombre, et a commencé à développer des liens étroits avec le reste du gouvernement de la Yokume. Et puis, vous savez également ce que représente pour les hommes une survivante d'un clan shinobi aussi prestigieux que le clan Ibusashi ? Hum ? Une marchandise, une rareté ! Une esclave et dans le meilleur des cas, une viande fraîche bonne à baiser. Jeune femme au corps gracieux, nukenin, possédant de précieuses gênes. Magnifique curriculum vitae pour avoir la vie la plus pourrie qui soit ! En fait...

Ayako fit glisser ses doigts dans ses cheveux, jusqu'aux racines, puis amplifia son sourire. Mais ce sourire était plein de rage, jusqu'aux dents.

- ... je suis maudite depuis ma naissance ! Vous avez que le terme "sang noir" dans votre bouche pour me décrire, mais depuis que je suis née, je suis privée de liberté ! Encore aujourd'hui, je me demande qu'est ce que mes parents ont cherchés à accomplir en me donnant la vie ! Espéraient-ils vraiment que je puisse m'épanouir au beau milieu d'un village ennemi ? L'ont-ils faits par amour ? Tu parles ! Ils étaient déjà trop occupés à faire rouler des têtes à la place de ces faiblards d'Hayabusa ! Mes parents n'étaient que des vendus, sans honneur, et ils ont quand même pris la peine de mettre au monde deux filles ! C'est ridicule !...

... Finalement, j'ai très vite compris une chose au bout de la dixième personne qui a pu faire ce qu'il voulait de mon corps ! C'est que mon monde est celui de la violence, de la guerre, du sang et de la haine ! Je suis destinée à vivre dans ce monde, et j'ai du apprendre à m'habituer à ce monde ! Au point que j'en ai pris goût ! Je n'ai pas d'autre choix que de tuer, exterminer et détruire pour assurer ma survie ! Je n'ai confiance en personne, je n'aime personne ! Je ne suis qu'une arme shinobi, au pouvoir incommensurable pour les faibles humains ! Je ne suis qu'un outil, pour combattre ou pour offrir du bon temps à ceux qui ne me respectent pas ! Voilà ma seule voie pour survivre ! Vendre mes services aux plus offrants, de toutes les manières qui soit. Et Azelia fut celle qui a le mieux reconnu mon talent !


Devant la haine d'Ayako, Shuujaku resta de marbre, tout comme Itachi et son calme éternel. Il cherchait à la comprendre, mais encore beaucoup de points demeuraient obscur chez lui.

- Tu as eu une vie difficile, c'est vrai. Mais tu n'as jamais cherché à fuir cette vie humiliante quand tu en avais vraiment la possibilité. Scylla t'a tendu la main si je m'en souviens bien, et tu as refusé !

- Scylla, Scylla... Encore elle, toujours elle ! Et de qui m'auriez vous protégé ? D'Azelia ? Mais vous n'êtes que des minables comparé à elle ! Ce n'est plus un scoop que les faibles se font écraser, jusqu'aux derniers ! Vous n'avez pas la moindre chance face à elle, ni maintenant, ni jamais !...

... En parlant d'Azelia, savez-vous que toutes ses prédictions se sont avérés exactes ? Que je survive au sang noir, que le village Hayabusa me trahisse, que je sois celle qui terrasse le clan qui m'a persécuté ? Tout est arrivé ! Et maintenant, il reste une dernière prédiction dont je suis très curieuse...

... Azelia à prédit que d'ici quinze jours, pour le nouvel an, le monde changera du tout au tout. Tout ce qu'a connu la Yokume va disparaître. Cela inclut la discrimination, l'intolérance, et toute politique inutile et qui n'a pas sa place dans son royaume idéal ! Le monde shinobi disparaîtra une bonne fois pour toute. Et je veux être aux premières loges pour voir ce que le monde sans les shinobis donnera. Considérez donc que c'est par pure curiosité que je continue de combattre à ses côtés. Bien entendu, vous n'êtes pas invités à ce nouveau monde, navrée...


- Nous aussi, nous inspirons à un nouveau monde. Un monde sans reine mégalo et sans discours sans queue ni tête. Bref, je constate qu'aucune parole ne te poussera à abandonner tes projets actuels. Cela me dépite pour toi...

- Bien, j'ai dis tout ce que j'avais à dire. Si nous en finissions ?

- Une dernière chose me chiffonne, Ayako. Si tu souhaites tellement nous éradiquer, pourquoi n'as tu pas fait la même chose qu'avec les Hayabusa ? Il te suffisait de nous viser directement avec ta neige acide. Au lieu de ça, tu nous as bloqués et envoyés tes faibles sous-fifres pour nous assiéger. Et là, tu as tout manigancé pour que je me retrouve en face de toi. Je répète ma question: A quoi tu joues ?

- J'en ai fini avec les explications. Tu n'as qu'à deviner...

- J'ai ma petite idée sur la bonne réponse. Elle me parait même évidente, et je suis sûr que même Kakashi pense comme moi, n'est ce pas ?

Ayako posa désormais son regard sur le seul homme qui n'avait pas encore participé à la conversation, à savoir, Kakashi. Elle avait reconnu ce dernier, puisqu'il était membre du clan Hayabusa, et déjà adulte, lorsque Ayako, encore jeune, avait subi dans son coin une féroce discrimination de ses pairs. Mais jamais, Kakashi, n'avait tenté de faire souffrir Ayako. Au début, elle pensait qu'il se contentait d'ignorer son existence. Mais la jeune adolescente de douze ans, en cachette, était intriguée par ce jeune homme qu'était Kakashi avant ce fameux drame concernant sa mère. Elle sentait chez lui, comme quelque chose de différent, et désormais, maintenant qu'elle était une jeune femme accomplie avec de l'assurance, elle allait enfin avoir l'occasion de faire plus ample connaissance avec ce dernier, même si cela allait être de courte durée.

- Ah oui, Kakashi. Ca tombe bien, j'avais envie de te rencontrer ! Dis moi, est-ce ma beauté qui te fascine et te rend muet depuis le début ? Ou alors, tu attends le moment opportun pour cracher ton dégoût envers moi car j'ai tué tes anciens alliés ? Avant que je vous extermine tous les trois, j'aimerais un peu entendre le son de ta voix, d'accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakashi
Ninja d'elite
Ninja d'elite
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 22/05/2014
Age : 29

MessageSujet: Re: Le reflet de l'humanité   Mer 31 Mai - 12:32

Après une réunion d'information avant le raid final, où Kakashi s'était porté volontaire pour y participer, les trois combattants se mirent en route. Avant le départ, c'est non sans un léger doute que le ninja but à son tour la substance du fameux flacon. Même si un test avait été effectué peu de temps avant, il y a toujours cette méfiance envers les possessions ennemies. Heureusement, tout se passait comme prévu. Le voyage à travers la zone contaminée n'avait cependant rien de joyeux. Tout était mort, vide, triste. C'était difficile à croire qu'il y avait de la végétation il y a encore quelques heures dans cette zone. Kakashi préféra ne pas s'attarder sur le décor morne autour de lui, et se contenta de fixer son attention droit devant lui. Ce n'est qu'une fois arrivé au mont Ibusashi, que la vision était bien plus naturelle. Même si, du point de vue de Kakashi, il en avait vraiment ras le bol de la neige, ces derniers temps. Et bien qu'il connaissait le passif de ce lieu grâce à ses recherches, comparé à son partenaire Uchiwa, il préférait ne pas penser à ce malheur passé. À la place, il imaginait une plage du pays de l'eau, où le sable est chaud, et la mer aussi bleue que son œil droit. Il ne se souvenait même plus depuis combien de temps il n'avait pas profité d'un peu de repos, tellement cela était devenu utopique depuis sa désertion. C'était également un bon moyen de se réchauffer, en plus du masque facial qu'il avait volontairement relevé, afin de servir de cache-nez, plutôt que de cacher quoi que ce soit.

La plage et le soleil allaient devoir cependant laisser place à la réalité, dès le moment où Shuujaku commença à prendre la parole. Cela était dans le but de faire un bilan final, avant l'affrontement fatidique. C'était l'occasion aussi de mettre en place une stratégie, qui semblait tout miser sur les capacités surhumaines du chef de clan. Cependant, cela était presque un aveu de suicide, à cause de la capacité de l'ennemi à renvoyer les dégâts. Itachi semblait également l'avoir compris, et prit les devants, en proposant à son tour une stratégie. Pour le coup, c'était un sacrifice bien moins mortel, mais tout aussi paralysant pour la suite. Cela était une solution pour éviter de tuer Ayako, mais Kakashi n'était pas vraiment partant pour sacrifier quoi que ce soit. Il devait forcément y avoir d'autres méthodes pour piéger cette femme, sans forcément y laisser sa vie. La tactique d'Itachi était la plus logique sur le moment, mais trop incertaine, car trop basé sur des suppositions. Rien ne garantissait que l'ennemi ne possède pas une alternative à cette technique, ou toute autre tentative de contrôle. Kakashi était certain qu'Ayako savait pertinemment qui allait l'affronter, et que c'était presque sûr, que les sharingan ne seront pas une surprise. Deuxièmement, rien ne dit que lui faire effectuer les mudras annulera ladite technique. Finalement, le ninja préférait le plan du chef de clan, mais seulement en y ajoutant bien plus de profondeur tactique. Kakashi était certain que les sharingan devaient être utilisés pour soutenir le groupe, ou tromper l'ennemi, plutôt que pour mettre fin au combat. La technique d'Ayako devait avoir une faiblesse, et Kakashi était bien déterminé à la trouver. Du moins, dans l'éventualité qu'il survive assez longtemps pour cela. Mais il était confiant, le ninja est peut-être un gros paresseux, mais ce n'est certainement pas un défaitiste ou un lâche.

Pour conclure ce briefing, Itachi avouait au ninja qu'il se doutait que ce dernier était surtout motivé pour rencontrer Ayako. Il ne pouvait pas être plus dans le vrai. Kakashi était comme obnubilé par sa quête de réponses, n'hésitant pas à aller au front pour les découvrir. Cependant, quand Itachi lui posa la dernière question, le ninja se contenta de rester silencieux, comme si ce n'était pas le moment pour dévoiler ses pensées à ce sujet. À la place, il prit tout de même la parole, mais en changeant de sujet, en retournant sur la stratégie à adopter. C'était une façon habile de ne pas répondre, mais ce n'était pas non plus hors sujet. Kakashi n'était pas satisfait du plan actuel, et allait en profiter pour émettre à son tour une stratégie.

- Si je puis me permettre de revenir sur les stratégies proposées, je pense qu'il y a plusieurs points à revoir. Le souci majeur de vos stratégies repose déjà sur le fait qu'on devra forcément perdre quelque chose. Partir sur une stratégie visant à tenter le tout pour le tout dès le début est une erreur à ne pas commettre en stratégie. On en arrive à cet extrême que quand le plan « A » à échouer. Pour commencer par ta stratégie, Itachi, celle-ci repose beaucoup sur des suppositions et notre assurance quant à nos pupilles. Cependant, il faut prendre en compte que l'ennemi sait certainement autant de choses sur nos pupilles que nous-mêmes, et ce, grâce à Azelia et ses connaissances je suppose. À l'heure actuelle, on n'est pas en mesure d'affirmer qu'Ayako ne possède pas une technique pour contrer nos sharingan. Gardons en tête qu'il s'agit comme l'a dit Shuujaku, du lieutenant le plus fort d'Azelia. Et quelque chose me dit qu'elle savait déjà que le célèbre Itachi Uchiwa allait participer au combat. Pour finir, il ne faut pas oublier qu'un sacrifice ici, est un handicap certain pour la suite de la guerre. C'est pourquoi il faut préconiser une stratégie qui peut en premier lieu nous éviter de partir avec l'idée de sacrifice...

… Pour cela, la stratégie de Shuujaku est une base déjà plus stable, moins basée sur des suppositions. Cependant, le sacrifice probable est à éviter. Pour cela, je pense que pour ce combat, nous devrions utiliser nos pupilles de façon défensive, afin de permettre à Shuujaku d'atteindre sa cible sans y laisser des membres. L'ennemi s'attend à ce qu'on utilise nos sharingan de façon habituelle, c'est-à-dire pour attaquer ou créer des illusions surpuissantes. Les effets défensifs qu'on peut effectuer avec notre pupille sont peu connus, et peuvent surprendre l'ennemi. D'autant plus qu'on en possède trois pour ce combat, autant en tirer le maximum. Je propose donc en partant de ce postulat, que moi et Itachi soyons en première ligne à affronter Ayako. Si l'on veut sortir vivant de ce combat, il est évident qu'il faut l'abréger le plus possible. Plus il durera longtemps, plus nos chances de victoire seront minces. C'est pourquoi partir sur une défense afin de forcer l'adversaire à passer aux choses sérieuses semble être la stratégie la plus adéquate pour l'instant. Mon but est évidemment que notre amie utilise sa fameuse technique des miroirs, afin qu'on puisse l'analyser et trouver une faille. Si on est synchronisés dans nos actions, notre défense peut poser un sérieux problème à l'ennemi. Profitons de pouvoir communiquer via la connexion de nos pupilles pour réussir cet exploit. Ma stratégie permet donc à Shuujaku de rester en deuxième ligne, et d'occuper l'ennemi sans prendre trop de risques. Votre but, Shuujaku, dans ma stratégie, sera de frapper fort, lorsque ce sera le moment. Comme je l'ai déjà dit, ce combat repose sur la vitesse et la technique, je suis donc persuadé qu'il faut donc miser sur une stratégie comme celle que je viens de proposer.


* * *

Finalement, après une longue dernière marche à travers cette forêt aussi blanche que le ciel, le ninja put enfin observer un autre décor. Mais celui-ci n'était pas plus encourageant, au contraire. Il y avait toujours autant de blanc, c'était tout ce que nota Kakashi. Il commencerait presque à s'inquiéter, et penser que c'est lui qui voit la vie en blanc. Pour couronner le tout, le chemin était pratiquement invisible. Et comme si ça ne suffisait pas, une brume épaisse obstruait la visibilité. Sur le moment, Kakashi regretterait presque la vision de cette neige pourpre. Cependant, à travers la brise gelée, on pouvait entendre une voix fort agréable. En tendant l'oreille, le ninja s'aperçut que cette voix chantonnait. Ce n'est qu'après avoir vaincu une dernière pente, que la source de la voix était visible. Il s'agissait d'une jeune femme, assise au bord d'un lac gelé. Cette scène donnait presque envie à Kakashi d'écouter paisiblement encore la douce voix de cette femme. Mais l'heure n'était malheureusement pas à la détente, et Shuujaku fit taire la mélodie en prenant la parole le premier. Après un premier échange où l'on pouvait déjà comprendre que l'assaut précédent n'était qu'un suicide collectif programmé, la jeune femme se retourna. Enfin, Kakashi était face à cette Ayako qui l'intrigue depuis le début de la bataille. Il attendait ce moment avec impatience, et c'est finalement l'heure du face à face. À l'heure actuelle, le physique ravageur de la jeune femme n'était guère ce qui intéressait le ninja, mais la femme en elle-même. Il commença par se souvenir de cette dernière dans le défunt clan Hayabusa. Il se souvenait d'une jeune fille encore assez jeune à l'époque, mais ses propres occupations avec Ryu l'empêchaient souvent de s'occuper du village ou de bavarder. À moins qu'il y ait d'autres raisons à sa distance envers le clan... ? Quoi qu'il en soit, le clan de l'araignée noire semblait bien pathétique aux yeux de cette Ayako, au vu de ses paroles. Mais cela n'était pas uniquement destiné à ce clan, mais aux Shinobi dans leur globalité. La suite concernait donc le fameux complot dont Kakashi avait entendu parler récemment, qui consistait à faire pression et se servir du clan Ibusashi.

- Hum, pensa le ninja, Ryu avait tout compris depuis le début au sujet de ce Genra et de son père Joe, alors... Foutu code ! Je le savais qu'un jour le monde des Shinobi allait le payer, ce fameux code...

Ayako avoua finalement pourquoi elle visait le clan Hajinmon. En tant que nukenin, ce clan était une menace pour sa vie. Inutile d'aller bien plus loin dans la réflexion, c'était une raison suffisante pour quiconque souhaite protéger sa vie. Même la plus pure des prêtresses succomberait à la haine, pour peu qu'elle ait un cerveau. Ayako se plaignait ensuite de ne jamais réellement avoir connu le sentiment de liberté, et qu'elle était maudite. Elle expliqua qu'après moult souffrances mentales comme physiques, elle trouva sa voie dans la guerre, le sang, le meurtre. Abandonnant par la même occasion tout espoir de connaître un jour le sens du mot liberté. Ce discours laissait Kakashi extrêmement pensif, qui concentrait son regard sur cette femme, en restant silencieux depuis le début. Il l'observait fixement sans détourner le regard, sans même s'en rendre compte. Il n'exprimait plus grand-chose depuis le début de la conversation, lui qui d'habitude est plutôt expressif et plaisantin. Le fait qu'il ait son masque facial accentuant cette attitude mystérieuse de sa part. C'était comme s'il était parti loin, très loin, et ce, depuis quelques secondes. À partir du moment où cette Ayako déversa sa haine sur le monde et son existence elle-même. Depuis la fin de son discours, Kakashi était inexpressif, pensif, observateur. Il était tellement concentré - ou perdu - dans ses pensées, qu'il n'écouta qu'à moitié la suite de la discussion qui vantait la puissance d'Azelia. Cette fois, c'était le discours habituel sur les faibles, et le fait qu'il n'y a aucune chance de réussite. Les paroles de la fille ressemblaient actuellement bien plus aux paroles de la lieutenante de cette reine, que de la jeune femme d'il y a quelques secondes.

Pour Kakashi, tout était clair à présent, il avait eu les réponses qu'il voulait. Il avait enfin terminé son questionnement, et pouvait à présent mieux comprendre cette femme. Il ressentait un sentiment étrange à l'heure actuelle. Il n'avait jamais réellement connu cela depuis sa naissance, ou d'aussi loin que remonte sa mémoire. La raison était simple : il la comprenait. Cela n'était finalement pas étonnant, étant donné que Kakashi a vécu toute sa vie avec le même état d'esprit. Ce sentiment d'être prisonnier, utilisé, forcer de rester silencieux sous peine d'être tué. Cette femme, ça aurait très bien pu être lui à sa place aujourd'hui, s'ils avaient échangé leur vie. Il savait au fond de lui qu'il aurait fait les mêmes choix, les mêmes erreurs... C'est pour cette raison qu'il savait que les dernières paroles de cette femme, vantant le nouveau monde et les prédictions annoncées par cette reine, n'étaient que des paroles manipulées. Car avec son vécu, et son esprit, elle ne pouvait pas être aussi naïve, et penser que cette reine va tout arranger. Cela est utopique, peu importe qui voudra changer le monde, il restera toujours aussi pourri. La croyance envers cette reine provoquait même une sorte de contradiction avec ses paroles précédentes. Finalement, sans vraiment s'en rendre compte, Ayako avait adressé la parole au ninja. Ce dernier, visiblement trop silencieux depuis le début, intéressait visiblement la jeune femme. Elle souhaitait même l'entendre parler avant d'en finir avec cette journée. Kakashi venait finalement de redonner signe de vie, et tout en fixant son interlocutrice, il fit glisser son masque facial. Comme s'il voulait avoir le visage libre pour parler à cette femme. Une fois son masque baissé, et tout juste avant de prendre la parole, on pouvait observer un rictus satisfait très bref, qui disparut dès qu'il s'exprima :

- Du dégoût ? Si je devais cracher mon dégoût envers toi, dans ce cas il faudrait également que je le crache sur moi-même, répondit Kakashi en haussant les épaules, ainsi que 90% de l'humanité. Car, on est en guerre depuis la nuit des temps. Et la guerre ne donne naissance qu'à des actes et des êtres dégoûtants. J'ai moi-même assez de sang sur les mains pour être dégoûtant aux yeux d'une autre personne, tout comme mes deux partenaires. En fait, je n'ai aucune intention de te juger, qui serais-je pour le faire ? Même cette reine, au final je suis incapable de la juger. Je n'ai aucune haine contre elle, ni contre toi. Tout comme toi, elle doit avoir ses raisons, tout comme j'ai mes raisons pour venir me les cailler dans ce mont-blanc. Cependant, si je ne la juge pas c'est parce que je ne la connais pas. Toi, c'est pour une autre raison que je ne te juge pas...

Kakashi observa rapidement Shuujaku et Itachi, avant de retourner son attention sur Ayako. C'était comme s'il s'apprêtait à dire quelque chose qu'il aurait préféré dire seulement à son interlocutrice. Mais la situation étant ce qu'elle est, il devra faire avec ses deux partenaires.

- Depuis le début, j'ai participé à cette bataille que pour une raison, et cette raison, c'est toi. Je suis obnubilé par ma curiosité, depuis la destruction du village Hayabusa, ainsi que cette attaque sur le clan Hajinmon. Depuis plus d'une semaine maintenant, je n'avais que pour envie de confirmer quelque chose. Une chose dont la seule façon d'en découvrir la réponse était de te rencontrer, te connaître. Et même si cela me conduit à ma mort, cela m'est égal. Je préfère mourir cultivé et satisfait, qu'ignorant et emplit de regrets...

… Je pense que maintenant que j'ai eu mes réponses, je peux enfin révéler la vérité à mon sujet. Je pense que tu es la meilleure personne à qui je peux l'avouer. Itachi avait vu juste au sujet de mon implication dans cette bataille, qui n'avait pour but que de te voir. Ce qu'il ne sait pas, et c'est la raison de mon silence précédent, c'est pourquoi je tenais absolument à te voir. La confirmation que je cherchais, c'est qu'on a exactement le même esprit, toi et moi. C'est la raison pour laquelle je ne peux pas te juger, ou te détester. Car, la vérité...

Kakashi fit une courte pause, comme si ce qu'il allait dire était quelque chose qu'il garde en lui depuis toujours.

- … C'est que je déteste le monde des Shinobi. Je déteste ce qu'ils sont, leurs esprits, le code, j'ai toujours détesté ce monde. Je ne suis même pas un Shinobi véritable, de toute façon, je ne sais même pas d'où je viens. Vois-tu, je suis malheureusement amnésique, et je n'ai aucun souvenir de ma vie avant mes 12 ans. Je n'ai pénétré dans le monde Shinobi, que par mon ancien maître, Ryu. Mais bien que je le respecte, j'ai toujours détesté les lois et ce fameux code. Je n'ai jamais considéré les Shinobi comme mes amis, ni ma famille. Car, je sais pertinemment pourquoi j'étais accepté par les Hayabusa : tout comme toi, je suis un outil exploitable. Si Ryu m'a ramassé sur cette plage, inconscient, c'est parce que je possède le sharingan. Cette fabuleuse pupille Uchiwa, qui a fait de moi un ninja d'élite au service d'un clan qui m'exploitait. La seule différence, c'est que j'ai eu la chance d'être un garçon, si je puis dire, et d'avoir eu la bonne main tendue...

… Je ne peux pas prétendre ressentir ta souffrance, mais je peux te comprendre, Ayako. J'ai moi-même grandi depuis toujours, avec le sentiment d'être prisonnier, d'être privé de ma liberté. On m'a inculqué des principes contre ma nature comme la violence, la guerre, le meurtre. Les Shinobi m'ont vendu un monde dont je n'ai jamais voulu. Moi, je ne rêve que d'une chose : la liberté. C'est la seule chose qui m'a toujours importé, et fasciné. C'est la raison, pour laquelle j'ai quitté le clan Hayabusa quand j'en ai eu l'occasion. C'est également pour cela que j'ai refusé de prendre la place de chef du village, à la mort de Ryu. Pourquoi accepterais-je de régner sur un monde que je déteste ? Puis être chef m'aurait privé d'encore plus de liberté, tu ne crois pas ?

Kakashi fit une courte pause, tout en fixant Ayako sans la lâcher du regard. Il semblait réfléchir à quelque chose. Au bout d'un court interlude, il reprit la parole, d'une voix cependant bien plus sombre, donnant presque un sentiment de déni.

- Dis-moi, Ayako, ne penses-tu pas que cette reine n'est qu'un autre visage de ce que tu as détruit ? Je ne vois aucune différence entre le clan qui t'utilisais, et cette reine qui t'utilise aussi comme une arme. Loin de moi l'idée de te détourner de cette reine, j'en suis incapable, je le sais bien. Cependant, penses-tu réellement que son nouveau monde dépourvu de faible dans mon genre sera si idyllique ? Seras-tu vraiment libre ? Penses-tu réellement, au plus profond de toi, que tu n'as plus rien d'autre comme choix que d'être une arme ? Cette reine te promet une liberté qu'elle ne sera pas capable de t'offrir. Elle n'est pas devineresse, et ne prédit rien du tout. Tout ce qu'elle t'a prédit, ce sont simplement des choses qu'elle avait certainement depuis longtemps observées, et préparées. C'est le principe de cette stratégie. Penses-tu que c'est un hasard que tu sois choisi ? Que tu sois trahi ? Je ne pense pas, si tu veux mon avis. Ce que je pense, c'est qu'elle n'a fait que t'enseigner d'autres principes et vérités aussi fausses que celles des Shinobi. Tout comme eux, elle ne fait que te manipuler...

Kakashi esquissa un nouveau sourire, puis sortie son katana, puis le pointa en direction d'Ayako.

- Bien ! Comme je l'ai dit, je suis persuadé que de simples paroles ne peuvent pas te sauver. Cependant, continua le ninja, toujours en souriant, semblant satisfait, je ne serais pas venu pour rien. Car, à partir de maintenant, j'ai une nouvelle ambition ! Une ambition qui va me pousser à combattre pour ma survie dont je me contrefoutais jusqu'à présent...

… Héhé, riait amicalement le ninja, je vais cependant la garder pour moi. Au cas où je crèverais ici, elle n'aura plus lieu d'être de toute façon. Mais je suis persuadé à présent qu'elle vaut le coup que je me batte pour elle ! Et, dans le pire des cas, si je dois mourir, je relativise. J'aurai été tué par une jolie jeune femme. Ce qui est largement préférable que si j'avais été tué par cet abruti de télépathe, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayako
Chef Black Spider
Chef Black Spider
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 31/05/2013

MessageSujet: Re: Le reflet de l'humanité   Mer 7 Juin - 0:04

Ayako attendait l'opinion de Kakashi face à cette situation. Le sourire bien apparent sur les lèvres, elle s'attendait encore une fois à l'éternel blabla qui condamnerait la kunoichi maudite, la traiterait de criminelle, etc... Dans un sens, c'était la réaction basique de celui qui avait perdu des alliés, qu'ils soient anciens ou actuels. Mais Kakashi démarra sa réponse de manière étonnante. Les premières paroles de ce dernier suffirent pour qu'Ayako perde son sourire. Elle était tout simplement étonnée, et semblait également prête à l'écouter jusqu'au bout.

Visiblement, Kakashi ne blâmait pas Ayako, et si il devait le faire, il devrait également blâmer le reste du monde. Pour Kakashi, le monde est un champ de bataille sans fin, depuis toujours. Cette simple remarque avait clairement étonné Ayako, bien qu'elle ne le laissait aucunement paraître. La raison de son étonnement était tout simple, elle était d'accord avec lui au fond. Mais la plus grosse surprise, qui avait également contribué à l'étonnement des deux autres ninjas qui l'accompagnaient, était lorsqu'il déclara qu'il n'avait aucune intention de juger Azelia non plus. Il déclara que chaque personne a sa propre raison de combattre et d'agir, même lorsque l'on est l'incarnation du malin en personne.

Mais l'étonnement d'Ayako allait encore plus s'accentuer quand Kakashi expliqua que la seule raison de son implication à cette guerre, était la kunoichi maudite en personne. Kakashi avait besoin de satisfaire sa curiosité, ou son questionnement au sujet de cet événement tragique qu'elle avait causée chez les Hayabusa. Et pour cela, ce qu'il souhaitait, c'était simplement la rencontrer, pour visiblement confirmer quelque chose. Et ce quelque chose, c'était de vérifier que le ninja aux cheveux argentés avait le même esprit qu'Ayako. Maintenant qu'il s'était mis en tête que cela était parfaitement le cas, il s'apprêta à avouer quelque chose à Ayako, ainsi qu'aux deux ninjas Hajinmon, tout aussi attentifs que la cible de cette expédition.

Kakashi avoua ouvertement qu'il ressentait une profonde haine contre le système shinobi. Il n'a jamais respecté les shinobis, et ne s'est jamais considéré comme tel. La seule raison de sa présence parmi le clan était son respect pour l'homme qui l'avait recueilli, amnésique, encore enfant ce jour-là. Mais en dehors de Ryu Hayabusa, Kakashi avait une certaine dent contre la loi des shinobis, tout comme Ayako par ailleurs. A ce moment, Ayako continua de fixer, attentive, l'homme qui avouait tout sur ses opinions, rien que pour elle. Mais au fond d'elle, un sentiment étrange naquit, comme si elle voulait en entendre davantage, écouter encore plus ce Kakashi qui s'exprimait presque comme elle, avant qu'elle prête son âme à la reine succube. Puis, Kakashi prétendit qu'il pouvait comprendre Ayako, ayant également eu l'impression de vivre privé de liberté. Et que son but est justement d'obtenir cette liberté. Encore une fois, Ayako admettait que les propos de Kakashi étaient similaires au ressenti d'Ayako.

Un long silence qui accentuait toujours plus en profondeur ce long échange des regards entre Kakashi et Ayako, s'ensuivit. Ayako ne parlait pas. Elle vit que Kakashi semblait réfléchir, et cherchait les prochains mots qui allaient sortir de sa bouche. Elle voulait en entendre davantage de sa part, et veillait à ce que les deux autres ninjas ne prennent en aucun cas la parole. Dans le cas contraire, elle aurait été capable de sauter à la gorge de Shuujaku et Itachi si ils s'immiscent entre cet échange.

C'est alors que Kakashi décida de questionner, à son tour, Ayako. Il lui demanda si elle pensait réellement que suivre Azelia était la meilleure solution, à partir du moment où cette dernière, selon lui, n'était aucunement différente de ceux qui ont cherchés à la traumatiser. Et que ce n'est pas à ses côtés qu'elle obtiendra la véritable liberté. Il tentait également de vérifier si Ayako avait abandonné tout espoir de mener une autre vie que celle d'une arme de guerre. Il conclut en déclarant qu'elle n'obtiendra pas la liberté grâce à Azelia et que ce nouveau monde qu'elle attendait de voir naître ne la délivrera pas de ses peurs, et qu'encore une fois, elle était manipulée. Cette fois, Ayako en conclut que Kakashi n'avait pas encore tout compris, mais elle allait probablement se faire une joie de l'éclairer dans sa curiosité.

Maintenant, Kakashi décida de sortir enfin son arme pour affronter Ayako, tout en annonçant qu'il avait désormais une ambition qui le poussait à combattre, chose qui lui faisait défaut avant de rencontrer la cible de cette expédition. Devant une dernière plaisanterie sur le physique ravageur d'Ayako, prouvant qu'il semblait content d'être ici tout à coup, Ayako ne put s'empêcher de continuer d'observer Kakashi toujours aussi intensément, tandis que le vent frais soufflait abondamment et faisait valser ses cheveux vers sa gauche. Bien que sa bouche décrivait une expression neutre, ses yeux, eux, pétillaient, comme si une certaine émotion l'envahissait. Mais alors que son regard semblait trahir quelque chose encore enfouie en Ayako, elle ferma les yeux, puis les rouvrit en un éclair, avant de se mettre à redessiner sur son visage un sourire provocateur.


- Tu as entièrement raison, Kakashi...

Cette fois, les deux ninjas retournèrent l'attention en direction d'Ayako.

- Oui, tu as raison. De simples paroles ne représentent pas la moindre importance pour moi. Pour l'instant, tout ce que je vois en toi, ce n'est rien de plus qu'un beau parleur, qui crois que j'ai besoin d'être sauvée, mais tu n'as rien compris, mon cher. Cette situation, au final, me satisfait amplement. J'ai la force nécessaire pour faire trembler tous ces monarques blindés aux as qui croient représenter la justice pure et dure. Rien que cette pensée, rien que le fait que le monde me considère comme une menace me procure un plaisir intense. Je n'accorde aucune importance pour ce monde actuel. La Yokume peut sombrer, que je m'en fiche royalement...

... franchement, essayes-tu de me faire croire que tu n'as pas le moindre ressenti envers moi ? J'ai retiré la vie d'hommes, de femmes, et d'enfants dans ce foutu village. Des centaines et des centaines sont morts par mes soins. Rien que cela ne te donne pas une légère envie de me haïr ? De toute manière, même si ton joli récit s'avère être vrai, tu me sembles bien louche, Kakashi. Tu essayes de me dire que mon choix de suivre Azelia ne me garantira aucune liberté, mais as-tu toi-même une solution à me proposer ? Je ne pense pas. Tu parles, tu parles, mais tu ne peux rien faire. Et les paroles de quelqu'un qui m'annonce, comme ça, qu'il maudit les shinobis, et va jusqu'à s'allier provisoirement avec ces mêmes shinobis juste dans le but de me le dire, n'ont pas vraiment de sens pour moi. Maintenant que tu as vidé ton sac, qu'attends tu de moi, hum ? Que je stoppe cette bataille, ou alors que j'accepte ton existence, les bras ouverts ? Qu'espères tu que je fasses, toi qui prétends me comprendre ? D'ailleurs, messieurs les Hajinmon, je me pose la question. Maintenant que Kakashi a avoué avoir une dent contre le monde shinobi et prétend me ressembler, pensez-vous encore qu'il est digne de confiance ? Moi, si j'étais vous, je le verrais comme un ennemi.


Shuujaku avait gardé les bras croisés tout le long de cette conversation. Il soupira intérieurement, puis après avoir repris sa respiration, donna son opinion.

- Ce que je pense de Kakashi... n'a pas du tout changé.

- Hum ?

- Je ne suis pas du genre à fermer mon esprit qu'aux shinobis. Cet homme a beau haïr ce système, il a décidé de rejoindre une dernière fois un village shinobi rien que pour toi, Ayako. Qu'il soit un ninja ou non dans l'esprit, ne change pas le fait que c'est un homme respectable, qui a pris le risque de mourir de tes mains pour avoir les réponses qu'il cherchait.

- Bien, mais maintenant, il a également dégainé son arme pour me combattre. Il est sur mon chemin, donc il mourra, tout comme le clan Hajinmon tout entier !

- Est-ce vraiment toujours ce que tu veux, Ayako ?

Cette fois, Ayako tourna son visage vers Itachi, qui décida enfin de rentrer dans le débat, les sharingans désactivés, preuve qu'il n'était pas encore prêt à engager le moindre combat.

- Je sais très bien pourquoi tu n'as pas tenté directement de nous écraser avec cette même technique que tu as employé sur l'objet de ta haine. Tu avais envie, au fond de toi, de vérifier que le monde shinobi est toujours le même sans ceux qui ont fomentés ton meurtre des mains de ta mère. Tu voulais aussi des réponses, des confirmations, comme pour Kakashi, et au fond de toi, je suis persuadé que les paroles qu'il vient de t'adresser, tu avais besoin de les entendre. N'est ce pas ?

Ayako détourna le regard vers la gauche, comme si elle cherchait à fuir une certaine réalité.

- Tu sais, je ne crois pas au destin, mais c'est plutôt une bonne coïncidence que parmi ceux qui veulent t'arrêter, il y'a trois personnes qui ont déjà eu des expériences néfastes avec l'ancien système shinobi. Sais-tu que le code shinobi des Hayabusa a beau être assez contraignant et cruel, il reste dans l'optique de garder une certaine prudence, une certaine limite aux agissements de ceux qui veulent trop jouir de leurs puissances. C'est une loi avant tout. Mais chez les Uchiwa, il n'y a rien de tout ça. Ils ont toujours été des barbares, sans morales ou codes. Ils retiraient des vies sans cesse, et mener Dokuyaku, mon pays natal, a la destruction. Moi aussi, j'ai pensé, quand je regardais mon reflet dans un miroir, que j'étais maudit dès ma naissance. Mais maintenant que j'ai fui le clan qui me torturait, j'ai tenté de redonner un nouveau souffle, aux côtés de Shuujaku, aux préceptes qu'ont tentés de nous léguer les fondateurs du ninjutsu. Je ne veux pas répéter les erreurs des hommes qui m'ont rendus ivre de rage, je veux œuvrer pour un nouvel ordre, moi aussi, mais je ne suis pas faiseur de miracle, comme ta reine par ailleurs. J'œuvre aux côtés de ceux qui ont également souffert des erreurs du passé des shinobis pour réécrire une nouvelle page dans l'histoire du monde ninja. Contrairement à toi, je ne jette rien à la poubelle. J'efface, et recommence. C'est notre objectif, à nous, shinobis hajinmon, et c'est avec l'expérience de ceux qui ont mal vécus les conflits ou autres décisions injustes de nos prédécesseurs, que nous pouvons y parvenir. Il serait dommage d'abandonner un art si précieux, seulement parce que certaines personnes en ont abusés.

Un long silence s'ensuivit. Ayako prit un air plus serein, son sourire hargneux s'effaça pour de bon. Au fond d'elle, elle tentait de retirer cette idée de l'esprit, mais elle considérait que les paroles de ses trois adversaires étaient mûrement réfléchies. Elle n'était pas indifférente à ces propos, notamment à ceux de Kakashi. Mais faire preuve de sentimentaliste devant ces trois hommes qui souhaitaient encore la possibilité qu'il n'y ait aucune effusion de sang n'était plus permis pour elle. Les dés étaient lancés, en même temps que cette fichue guerre. Ayako ferma les yeux et esquissa à nouveau un léger sourire.

- Hum, vous êtes doués pour les beaux discours, je l'admets. Vous semblez vraiment vouloir que j'oublie Azelia définitivement et que je m'écarte de son autorité. Mais me rendre équivaudrait à revivre cette vie de débauche, et à être la proie de ceux qui veulent m'emprisonner ! Tu sais, Kakashi, peut-être bien que je suis manipulée, oui, peut-être bien qu'Azelia ne me libérera jamais, et que j'ai bel et bien vendu mon âme au diable. Mais je préfère nettement survivre aux côtés des seuls qui peuvent garantir ma sécurité, malgré qu'ils soient corrompus, que rejoindre un faible groupe avec qui je finirais par tomber un jour ou l'autre, même si ils veulent mon bien. Mon seul objectif, aujourd'hui, est de survivre, coûte que coûte. Mes parents ont défiés les Hayabusa en donnant naissance à une nouvelle Ibusashi, peu importe la raison de tout ça. Je trouverais ça bête de mourir si jeune alors que je suis ici, maintenant, dans ce monde. Tu ne penses pas que j'ai raison ? Et sachez, messieurs, que l'armée lunaire est entièrement regroupé de personnes qui se sont retrouvés dans un cul de sac sans le vouloir. Seto, Mileena, tous sont devenus les cibles de la "justice" alors qu'ils n'ont rien demandés à personne. Notre mission, à nous, armée lunaire, est d'utiliser le sang noir et la terreur pour transcender les lois de ce gouvernement. Nous en avons le pouvoir. Quand ce gouvernement tyrannique disparaîtra, alors seulement là, nous serons au moins libre du lourd poids de la peur de mourir. Voilà ce qui m'emprisonne, Kakashi ! La peur de mourir ! Qui est toujours présente !

- Alors si rester avec Azelia te permet de vaincre cette peur de mourir, alors je fais le serment de veiller à ta sécurité si tu changes de camp et que tu nous rejoignes face à Azelia ! Nous te protégerons d'elle, Ayako ! Car je suis aussi de l'avis que tu ne seras jamais libre à ses côtés. A t'entendre parler, ton petit groupe est comme une famille pour toi, et tu vois Azelia comme la figure maternelle que tu as perdu, enfant ! Mais pour moi, si elle te voyait telle que tu es, elle ne t'aurait jamais obligé à recevoir le sang noir comme prérequis pour rejoindre cette famille. Une mère n'a pas à imposer quoi que ce soit de néfaste pour son enfant, tout comme l'on n'a pas à imposer quoi que ce soit à une mère !

Ayako comprit que Shuujaku faisait référence à ce que les Hayabusa ont ordonnés à la mère d'Ayako. Ce souvenir douloureux refit surface. Baissant légèrement la tête, serrant du poing, elle semblait désorientée.

- Il suffit. J'en ai assez entendu ! Tu vis vraiment dans un foutu conte de fées, Shuujaku. Bien ! Je prends note de votre détermination à, soi-disant, me libérer d'Azelia. J'accepte votre défi !

- Quoi ?

Ayako dégaina son Jashinken, puis concentra dans la paume de sa main gauche une énergie sombre qui laissait apparaître quelques étincelles écarlate.

- Vous qui pensez être en mesure de me sauver de quoi que ce soit, prouvez moi votre valeur, car je n'ai que faire des paroles de faiblards qui sont voués à mourir face à Azelia. Je veux voir des gestes, combattez moi avec toute votre détermination. Si vous gagnez, je vous dirais où vous pourrez localiser l'arme secrète d'Azelia qu'elle utilisera pour changer le monde. Mais n'attendez pas que je vous rejoigne. Car j'ai juré que je ne me soumettrais plus jamais... AU MOINDRE CLAN SHINOBI !

Très vite, l'atmosphère glaciale s'amplifia. Rien que rester à quelques pas d'Ayako pouvait être fatal aux shinobis devant elle, tellement l'air était frigorifique. L'air prit une teinture rougeâtre, et tournoya autour d'Ayako dans le sens des aiguilles d'une montre. Ayako serra son poing, et une explosion d'énergie retentit. Pendant quelques secondes, personne ne pouvait voir ce qui venait de se produire chez Ayako. Et lorsque l'atmosphère se régula, quelque chose de tout nouveau venait de naître. Ayako avait troqué sa chevelure noire, contre une chevelure aussi blanche que la neige. Une corne avait poussé sur le côté gauche de son crâne, et enfin, son œil gauche, d'habitude rougeâtre, vira du côté du jaune. Mais l'apparence à part, Ayako dégageait quelque chose de surhumain. Shuujaku se sentait concerné, vu que lui même avait des gênes particuliers en lui, mais pour Itachi, cette apparence ne présageait rien de bon.

Spoiler:
 

Maintenant qu'Ayako avait complété sa métamorphose, l'heure était venue aux explications, et pour cela, l'on pouvait entendre que la voix d'Ayako avait un certain écho qui résonnait. Comme si deux personnes parlaient en même temps.

- Voyez, messieurs, le pouvoir qui transcende les règles de ce monde arbitraire. La symbiose parfaite entre celui qui rêve de liberté, et celui qui détruit toute forme d'injustice dans ce système extrémiste qu'est le notre. Avez-vous déjà entendu parler de la race des archidiables ? Je ne suis plus la même que lors de notre précédente rencontre, Shuujaku. Je ne suis plus celle qui a perdu son combat face à Scylla. Toute personne qui possède le sang noir, celui des archidiables, et qui parvient à surpasser le stade de la folie, peut atteindre cette forme éveillé de l'archidiable. Je suis la première parmi les rangs d'Azelia a avoir atteint cette dernière étape de l'évolution du sang noir, même Seto n'y est toujours pas parvenu. Héhéhéhé... Je n'avais pas le droit de décevoir les espoirs de ma reine, que voulez vous. Et quand à vous, j'espère que vous ne me décevrez pas non plus. Je veux voir votre détermination à l'épreuve. Notamment toi, Kakashi ! Combats pour cette nouvelle ambition qui est tienne, et tue moi ! Ou sinon, si tu n'es pas capable d'être un homme, crève comme un chien, comme ce sera bientôt le cas du dernier village shinobi qui résiste encore à l'envahisseur !

- Donc, tu es bel et bien décidé à détruire le village Hajinmon malgré nos paroles, Ayako...

- C'est pour le bien de tous, Shuujaku. Ceux qui résistent à Azelia périront sous d'abominables souffrances. Ceux qui se soumettent seront toujours en vie, mais dans votre cas, vous serez les esclaves du nouvel ordre qui verra le jour très bientôt. Et si il y'a une chose que je ne souhaite à personne, c'est de faire partie du camp des perdants et des soumis. Il est donc préférable que je vous tue tous et que je vous épargne l'atroce destin de la soumission !

Ayako claqua des doigts, et un instant, les trois ninjas furent emportés dans un tourbillon d'énergie glacé. Mais bizarrement, leurs corps ne furent pas affectés. Et lorsque la visibilité était à nouveau au rendez vous, les trois alliés furent enfermés dans un large cube de glace écarlate. Aucune issue n'était visible, il n'y avait rien d'autre à percevoir que de la glace rouge, devant, en dessous, au dessus. Sur tous les côtés.

- Et bien, ça, c'est embêtant.

- De quoi ?

- Cette technique. C'est l'anti-sharingan parfait ! Partout où nous posons nos yeux, nous croiserons le regard de nos reflets.

- Oui, chaque côté de ce cube reflète nos corps. D'ailleurs, où se trouve Ayako ?

- Ici, ici, ou bien ici !

Tout à coup, une armée d'Ayako apparut à l'intérieur des miroirs qui constituaient les faces du cube. Difficile de les compter, mais elles étaient partout, sauf sous leurs pieds. Et Shuujaku et ses alliés pouvaient entendre un petit ricanement enfantin raisonner dans leurs oreilles, sans s'arrêter. Ensuite, les reflets ennemis bougèrent de manière synchro leurs bras. A la fin de ce mouvement, une pluie de shurikens fut envoyé vers leurs directions. Shuujaku dégaina très rapidement son katana, enveloppa son arme d'une large couche embrasée, puis fit un tour rapide sur lui même. Le trio fut protégé par un tourbillon de flammes des salves ennemis. Cette salve se termina au bout d'une dizaine de secondes. Mais Shuujaku savait que la prochaine salve allait survenir très bientôt. Et il n'y avait pas assez de temps pour déterminer où se cache la vraie Ayako. La priorité était de détruire ce cube qui les retenait prisonnier. Il envoya une attaque de type feu en face de lui, dans le but de faire fondre la glace, mais malgré l'avantage élémentaire, rien ne se produisit, le cube resta intacte. Pire, Shuujaku sentit comme son corps souffrir le martyre, et tomba au sol, les deux genoux à terre.

- Putain ! Comme il fallait s'y attendre. Si nous attaquons, c'est nous qui allons...

Mais Ayako n'attendit pas la fin de la phrase, ni qu'il reprenne son souffle, pour relancer la nouvelle salve de shurikens depuis les murs. Mais cette fois affaibli, Shuujaku n'eut pas le réflexe de ressortir sa nouvelle protection pour protéger ses deux alliés. Ils devaient donc esquiver ou bloquer les shurikens à la dure. Les deux Hajinmon tentèrent de bloquer les tirs ennemis avec leurs katanas, mais cela n'empêcha pas qu'ils furent touchés par quelques étoiles et furent donc déjà blessés, alors que le combat venait de commencer. Shuujaku et Itachi remarquèrent qu'Ayako semblait faire exprès de rater les points vitaux, comme si elle voulait encore s'amuser avec eux, ou les tester toujours plus loin.

- Merde ! Nous ne pouvons pas l'atteindre, mais elle peut se donner à cœur joie.

- Pas de panique... chuchota Itachi. Toute technique a une faiblesse, je le répète sans cesse. Restez sur vos gardes, le temps que je vérifie quelque chose.

Itachi utilisa ses pupilles, et remarqua que la partie droite du cube était enveloppé par une force magique plus réduite que le reste du cube. Il sortit un kunai, et le lança pile à l'endroit où il fit sa découverte. Il sentit comme une légère piqure au bras, mais c'était bénin comparé à la confirmation qu'il put faire. Une légère fissure se forma au niveau du choc.

- A ce point, il faut frapper pour détruire le cube.

- Sauf que si on attaque, on risque encore une fois de prendre cher, et vu la tournure du combat en même pas une minute, on peut pas poursuivre dans cette voie. Le mieux serait de trouver un moyen de sortir sans détruire le cube.

- Sauf qu'aucun de nous deux ne possède une technique pour sortir dehors, et quand bien même, laisser toute technique ennemi fonctionner est fata...

- Misérables ninjas... Heartbreaker !

- Non !

Le temps de la mise en place de la stratégie, Itachi et Shuujaku ne virent pas qu'une Ayako s'était placé derrière le reflet de Shuujaku placé derrière lui, et une autre en fit de même, mais au niveau du reflet du dessus d'Itachi. L'image qui suivit était horrifique. Les reflets concernés furent empoignés au dos par les Ayako, et par la simple force de la main gauche, leurs cœurs furent arrachés. Les images touchés s'écroulèrent au sol, morts, tandis que les vrais Shuujaku et Itachi ressentaient une simple forte douleur au cœur. Les autres reflets, eux, suivirent les mouvements des véritables corps enfermés à l'intérieur du cube. Itachi comprit que si tous les reflets meurent, c'est également la mort assurée pour eux. C'est décidé, ils ne pouvaient rester plus longtemps emprisonnés dans le cube. Il y'avait toujours deux solutions, soit détruire le cube en passant par le côté le plus vulnérable, soit trouver un moyen de sortir sans détruire le cube. La première solution était la plus rapide mais trop risquée, car déjà mal aux points, les ninjas Hajinmon allaient peut-être ne pas tenir le coup si les dégâts sont renvoyés à l'expéditeur. La seconde solution ne pouvait pas marcher, étant donné que ni Shuujaku, ni Itachi, ne possèdent une technique pour se téléporter à l'extérieur du cube. Bien sur, il restait Kakashi. Itachi connaissait toutes les techniques réalisables au sharingan, mais il ignorait si Kakashi était capable de la technique qu'il pensait justement. L'idéal était donc de passer à l'extérieur, et détruire le cube de l'extérieur, en supposant que le cube ne reflète que de l'intérieur.

D'ailleurs, Itachi vit également qu'Ayako avait choisi de ne pas utiliser cet "Heartbreaker" sur Kakashi. Pourquoi ? Cependant, cela allait probablement arriver, lorsque une Ayako se plaça bel et bien derrière le reflet de Kakashi placé à sa droite. Mais au lieu de l'empoigner pour démolir son cœur, elle commença à l'enlacer, les bras croisés autour de sa taille. Le visage de cette Ayako se rapprocha de l'oreille droite de cette version de Kakashi. Et le plus étrange était que même si cette scène n'était transmise qu'à l'intérieur d'un mur-miroir, le véritable Kakashi pouvait bel et bien entendre une voix lui susurrer dans l'oreille.


- N'es tu pas satisfait, Kakashi ? Si tu es comme moi, tu devrais aimer voir ces shinobis ramper à terre, n'est ce pas ? Et ensuite, regarde à ta droite. Que vois-tu ? Je veux entendre ton ressenti maintenant que tu es a moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakashi
Ninja d'elite
Ninja d'elite
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 22/05/2014
Age : 29

MessageSujet: Re: Le reflet de l'humanité   Ven 23 Juin - 14:57

Maintenant que Kakashi avait dit tout haut, ce qu'il a toujours pensé tout bas, il se sentait comme libéré. Il se doutait que ses paroles n'allaient pas sauver Ayako, mais au fond, il en avait besoin, ne serait-ce que pour lui-même. C'est donc libéré de ce fardeau, et avec une nouvelle ambition, qu'il attendit la réaction de son interlocutrice, qui ne se fit pas attendre. Comme prévu, les paroles de Kakashi n'avaient eu aucun impact sur l'esprit de l'intéressée. Du moins, d'extérieur c'était ce qui s'en dégageait, mais intérieurement, la suite des paroles d'Ayako prouvait que cela l'avait atteinte. C'était une bonne chose pour Kakashi, qui n'attendait aucun miracle, mais seulement une lueur dans les yeux de son ennemi. Le ninja savait au fond que la satisfaction que tirait Ayako de sa situation était fausse, et manipulée par sa haine. Les paroles de cette dernière étaient trop génériques et différentes du discours précédent, prouvant que ce n'était pas « Ayako » qui parlait, mais sûrement la partie sang noir. Cependant, le discours semblait étrange. C'était comme si cette Ayako voulait absolument que Kakashi ressente quelque chose contre elle, et qu'elle ne croyait pas aux paroles de cet individu qui arrive à vivre pleinement sa vie, avec un tel état d'esprit. Néanmoins, elle n'avait pas tort sur un détail, celui qui insiste sur le fait qu'il ne peut actuellement pas la sauver. Mais Kakashi n'est pas naïf, et n'a pas une seconde pensée à cette idée. Il sait à présent, qu'il y a un moyen de sauver cette fille, mais qu'au jour d'aujourd'hui, il n'en est pas capable.

Finalement, Ayako posa une question en somme logique, aux ninjas Hajinmon, au sujet de comment ils voient Kakashi. Car, ce dernier également, savait que sa révélation n'allait peut-être pas lui garantir un avenir sécurisé, même s'il sortait vivant de cette bataille. Tout comme Ayako, il n'avait aucune confiance aux Shinobi, et cela valait aussi bien pour Shuujaku que cet Itachi, tous les deux Shinobi. Après tout, ils ne les connaissaient pas, vu le peu de temps qu'ils ont partagé ensemble jusqu'à présent. Cependant, nul jugement de la part de Shuujaku, qui fut le premier à répondre. Il expliqua que son point de vu n'avait aucune raison de changer, car ce qui importait actuellement était les actions du ninja. Et qu'actuellement, c'était un homme respectable. Cela fut la même pour Itachi qui après une menace d'Ayako, prit à son tour la parole. Ce dernier expliqua en premier lieu qu'il avait deviné le « pourquoi », l'ennemi n'avait pas détruit le village. Avant de conclure sur le fait que cette dernière avait besoin d'entendre de telles paroles. Sur le coup, Kakashi nota qu'Ayako semblait réfléchir, voire fuir la réalité, comme avec ses précédentes paroles à son égard. La suite des paroles de cet homme était intelligente et réfléchie. Pour Kakashi, les paroles de Shuujaku et Itachi étaient une continuité de ce que ce dernier avait essayé de faire avec ses révélations. C'était parfait qu'actuellement, les trois combattants présents face à Ayako ne souhaitent que la sauver. Le ninja savait que tout seul, il n'allait peut-être pas atteindre cette femme perdue. Mais avec l'aide de ses deux alliés, cette dernière allait forcément être impactée. Ce qui se confirma, lorsqu'elle reprit la parole de nouveau, en révélant quelque chose d'intéressant. Malheureusement, son aveu sur sa peur de mourir confirmait également son attention de poursuivre le combat qui allait avoir lieu. Kakashi se doutait évidemment que c'était inévitable, mais au fond de lui espérait peut-être un dénouement pacifiste à cette entrevue. Et ce n'était pas l'intervention de Shuujaku qui proposait une solution qui semblait assez naïve pour Kakashi, qui allait changer la suite de la rencontre.

C'est donc après cet échange que la discussion commençait à tourner au vinaigre. Ayako réagit de façon assez étonnante, en acceptant le « défi » de voir la détermination des ninjas. Elle précisa même qu'en cas de victoire, elle serait prête à donner une information capitale pour la suite de la guerre. Pour Kakashi cela sonnait bizarre, mais c'était une preuve suffisante - même minime - que cette fille avait entendu leurs paroles. Cependant, la réjouissance ne dura pas, lorsque l'air environnant devint encore plus glacial, tandis que la silhouette d'Ayako n'était plus visible. Ce n'est qu'une fois que la vision se dégagea, que Kakashi pouvait observer une tout autre jeune femme devant ses yeux. Sur le coup, il restait totalement neutre, car impossible de savoir quoi penser de cela. Ce n'était pas tant l'apparence qui le dérangeait, même s'il préférait de loin la jolie silhouette précédente, mais plutôt ce que cette forme représentait. Que ce soit ce qu'elle dégage, ou le timbre de sa voix et l'orientation de ses paroles, cette femme en face de lui n'était plus du tout Ayako. Cette « transformation » était pour Kakashi la preuve ultime qu'Azélia, et le sang noir ont été néfastes pour cette pauvre fille. Il aurait bien des choses à répondre actuellement, surtout au sujet de la peur de mourir, ainsi que d'autres choses. Mais, il préféra se taire pour l'instant, car il estimait qu'à ce stade, c'était uniquement la haine et le sang noir qui allait écouter. Les dernières paroles provocantes de cette « archidiable » prouvant encore plus cette impression. Cela n'allait cependant pas atteindre l'ambition de Kakashi qui est de sauver cette fille. Au contraire, actuellement, l'heure était encore plus urgente, et le ninja espérait davantage la sortir de son enfer au plus vite. Bien qu'à l'intérieur, il bouillonnait de ne pas savoir comment faire à ce moment précisément...

Sans transition, le combat commença. Et dès le début, ça partait déjà très mal, quand Kakashi et ses deux alliés furent pris dans une tempête gelée. Mais nulle intention de blesser, ce blizzard n'avait pour but que de créer un large cube dans lequel les Shinobi étaient piégés. La première chose qui sautait aux yeux de Kakashi pendant son observation était qu'il pouvait observer son propre reflet absolument partout. Et, tout comme le précisa Itachi, cela annulait presque totalement l'utilisation du sharingan. Cependant, alors que Kakashi - tout comme Shuujaku - se demandait où était Ayako, la réponse ne tarda pas à survenir. C'est soudainement des dizaines de silhouettes de la jeune femme qui étaient visibles dans les miroirs. Rapidement, les reflets passèrent à l'assaut en envoyant une salve de shurikens. Vu le nombre de reflets, c'était une véritable pluie qui allait s'abattre sur les ninjas. Heureusement, Shuujaku effectua une technique fortement utile et repoussa entièrement l'assaut. Cette attaque n'avait cependant pas laissé échapper certains détails que Kakashi avait observés dans ce court laps de temps.

- Cette attaque... pensa le ninja, comment des reflets peuvent-ils matérialiser quelque chose ? Mais surtout, comment peut-il y avoir des reflets d'Ayako, sans la présence physique de cette dernière ? La seule solution serait.. que ce cube soit Ayako ? Cela expliquerait pourquoi nos reflets se répercutent au sol et au plafond, tandis que les siens uniquement sur les côtés du cube. Le nombre de ses reflets va également à l'encontre de toute logique. Si ma déduction est bonne, ça signifie qu'attaquer les reflets d'Ayako lui provoquerait des dégâts. Mais alors, cela s'applique aussi à... nos reflets !?

Kakashi tourna rapidement la tête vers Shuujaku qui se préparait à lancer une attaque flamboyante dans l'intention de détruire le cube, afin de le prévenir de ne surtout pas attaquer les reflets...

- Shuu ! Att...

Mais c'était trop tard, l'attaque du chef Hajinmon était lancée et frappa de plein fouet le cube. L'effet fut immédiat et celui escompté. Ce dernier tomba à genoux, souffrant de sa propre attaque. La situation ne pouvait pas être plus désastreuse pour le coup, pensa Kakashi. Le sharingan était inutile, et toute tentative d'attaque pouvait se retourner contre l'utilisateur. C'était un vrai cauchemar, la tournure que prenait l'affrontement. D'ailleurs, un nouvel assaut identique au précédent eut immédiatement lieu. Mais cette fois, Shuujaku n'avait pas le temps de relancer sa technique précédente, et la petite troupe dû se débrouiller pour se débarrasser avec les moyens du bord, des shurikens. Malheureusement, vu le nombre ahurissant qu'il y en avait, Kakashi - tout comme ses deux alliés - fut quand même touché à divers endroits. Le ninja remarqua d'ailleurs qu'Ayako semblait éviter soigneusement les points vitaux. Cela était-il une sorte d'amusement pour cette dernière ? Ou bien, elle hésitait encore à tuer la petite troupe, toujours à la recherche de réponses suite à la précédente discussion ? Kakashi aimait à penser qu'elle était actuellement en plein questionnement, plutôt qu'elle prenne plaisir à cela.

- À quoi joues-tu, Ayako... ?

Finalement, pendant le petit interlude, Itachi en avait profité pour lancer un kunai sur un des coins du mur qui semblait plus fragile. Bien que l'action fût risquée, elle avait été payante et révéla une brèche dans la technique de l'ennemi. Cependant, cela ne résoudrait pas le souci des reflets et des dégâts monstrueux qu'une puissante attaque engendrerait en détruisant le cube. En fait, Kakashi songea même que si les reflets étaient comme des extensions d'eux-mêmes, détruire le cube et les reflets pouvait même être dangereux. C'était un risque à ne pas négliger, et pour l'instant, la seule solution qui lui venait à l'esprit était identique à celle d'Itachi : sortir du cube. Itachi avait-il deviné la capacité spéciale de Kakashi ? Peu importait, c'était effectivement une idée qui tenait la route, mais fallait-il encore pouvoir la réaliser. D'autant plus que le temps de pause était écoulé, et qu'un reflet d'Ayako apparut derrière un des reflets de Shuu et Itachi, puis leur arracha le cœur. Pendant une seconde, Kakashi pensait que c'était terminé pour ses deux alliés, qui n'eurent pas le temps de réagir. Heureusement, ils semblaient tous les deux vivants. En forme pathétique, mais en vie. Cela voulait dire que les dégâts n'étaient pas renvoyés à 100 % sur le corps original. Mais, cela confirma aussi l'idée de Kakashi selon le fait que détruire le cube, détruirait tous les reflets, donc amènerait à une mort certaine...

L'autre surprise qui frappa Kakashi, était qu'il était encore debout, lui, comparé à Shuu et Itachi en souffrance. Ayako n'avait encore touché aucun de ses reflets, et la raison échappait totalement au ninja. Ses paroles avaient-elles eu plus d'effet qu'il ne l'imaginait ? Était-ce la raison de sa « sympathie » envers le ninja ? Un début de réponse allait rapidement arriver, quand un reflet de la jeune femme s'empara d'un des reflets de Kakashi. Mais nulle intention meurtrière, au contraire. Ayako enlaça le reflet, tout en rapprochant son visage de l'oreille du ninja. Il remarqua d'ailleurs instantanément que bien qu'elle s'adressait à son reflet, il entendait comme si c'était lui-même qui écoutait. Cela confirmait totalement le fait que les reflets étaient des extensions, et qu'il pouvait donc commencer à réfléchir à un plan. Mais pour l'instant, il était aux mains de l'ennemi, qui lui chuchota donc à l'oreille quelques mots. Visiblement, elle voulait le ressenti du ninja, quant à la situation de ses deux alliés, ainsi que ce qu'il voyait à sa droite. Le fait qu'elle pense qu'il pouvait être satisfait par cela le fit légèrement tiquer intérieurement. Mais l'heure n'était pas aux bavardages, et Kakashi venait déjà de choisir la solution avec le plus haut taux de réussite. Son objectif premier était de protéger les deux ninjas d'une nouvelle attaque, qui pouvait cette fois être fatale. Et, en prenant en compte tout ce qu'il a pu comprendre de la technique, sortir Ayako du cube pourrait sûrement réduire à néant ce dernier dans le meilleur des cas, ou au moins permettre d'annuler le renvoi des dégâts. Le seul problème était qu'il devait trouver un moyen de se téléporter à l'extérieur avec Ayako. Et à croire que les miracles existent, cette dernière venait de faire l'erreur de s'accrocher à lui. Maintenant qu'il savait que les reflets étaient tous de véritables Ayako, qu'elle soit accrochée à son reflet la téléportera à coup sûr avec lui. Le seul souci qui lui trottait en tête, c'était qu'il allait se retrouver tout seul pour un petit moment, face à cette archidiable bien trop forte pour lui. Mais réfléchir davantage était un luxe pas permis, et il n'allait pas laisser passer cette chance, il avisera le moment venu...

- Dis, Ayako, chuchota à son tour Kakashi, en guise de réponse, tu aimes voyager ?

Soudainement, le ninja activa son sharingan et instantanément derrière, lui et ses reflets disparurent du cube avec Ayako. Si Itachi était observateur, il devait sans doute avoir compris ce que Kakashi venait de faire, et la chance qu'il donne à ses deux alliés...


* * *

De retour à l'extérieur, le ninja profita de l'effet de surprise qui devait sans doute frapper Ayako, pour la déposer au sol, et en s'écartant rapidement, se plaçant à quelques mètres de son interlocutrice. Il n'attendit pas qu'elle comprenne la situation ou qu'elle décide de lui faire payer son acte, qu'il prit la parole sans attendre. Il devait gagner du temps, autrement que par le combat, et la parole était certainement sa meilleure arme contre un tel ennemi.

- Enfin, lança le ninja, d'une voix légèrement amusée, désolé de t'avoir sortie de ton igloo, mais je commençais à trouver l'endroit un peu étouffant. À force d'être toujours prisonnier, on finit par devenir claustrophobe, j'imagine. Tu sais de quoi je parle de toute façon, n'est-ce pas ?

Kakashi se détendit, essayant de ne montrer aucun signe de mise en garde, comme s'il voulait détendre l'adversaire. Bien sûr, il n'aurait jamais fait cela face à un ennemi sanguinaire qui ne veut que sa mort. Mais là, le fait qu'il était en forme comparé à ses deux alliés lui faisait penser qu'Ayako était réceptive à ce dernier, et que l'écouter parler allait peut-être marcher...

- J'imagine que je vais prendre une sévère correction, maintenant que je t'ai sortie de ton igloo, héhéhé. Cependant, si la réponse à ta précédente question t'intéresse toujours, sache que je ne ressens aucune satisfaction à cela. J'ai dit que je déteste le système et ceux qui le suivent. Mais Itachi et Shuujaku m'ont prouvé depuis le peu de temps passé avec eux, qu'ils sont comme mon ancien maître, et qu'ils n'ont rien à voir avec ce qu'on déteste. Il y a une différence entre une personne et un système. Quant à ta seconde interrogation sur ce que je voyais à ma droite, je vais te le dire...

… Ce que j'ai vu, c'est Azelia. Tout comme cette personne qui se trouve devant moi, d'ailleurs, ainsi que ses dernières paroles. Je ne te juge toujours pas, tu sais, même si tu en doutes. Je ne suis peut-être qu'un beau parleur, mais ce que je t'ai dit, je le pense. Bon, évidemment, je ne suis pas aussi naïf que Shuujaku, et je sais que je ne peux te proposer une protection contre la mort, Ayako. Et je peux encore moins te protéger contre Azelia, si tu lui tournais le dos. Cependant, je ne suis pas seul, dans ma tâche. Tu sembles juger mon alliance avec le clan Hajinmon, alors que toi-même tu t'es alliée avec un pays qui te manipule. Tu veux vivres, je veux vivre. On a tous les deux un camp qui nous permet de toucher l'espoir de continuer à vivre, d'exister, de trouver un jour la liberté. Peut-être qu'on n'a aucune chance contre Azelia oui, mais quelle importance ? Je me bats pour vivre, comme tous ceux qui s'opposent aujourd'hui aux idéaux de cette dictatrice. Vouloir imposer sa vision c'est exactement la même chose que les Shinobi qui nous force à suivre un code. Je n'accepte tout simplement pas que cette reine m'impose sa vision, donc je me bats, c'est aussi simple. Comme je t'ai dit tout à l'heure, je veux vivre libre. Si je suis condamné à rester prisonnier toute ma vie des visions d'autrui, alors je préfère encore mourir.

Kakashi fit une courte pause, puis sortit un kunai doré de sa ceinture. Il commença à le faire tournoyer dans sa main, avant de s'amuser à le lancer de haut en bas, puis le lança soudainement en direction d'Ayako. Mais l'interlocutrice devrait sans doute remarquer sans problème qu'il ne l'a pas visée. Le ninja venait de lancer le kunai d'une façon non menaçante, afin de le planter au pied d'Ayako. Si elle baissait les yeux et regardait ce dernier, on pouvait lire sur le tranchant du kunai, le nom « Kakashi » de gravé.

- Je te rassure, je ne suis pas narcissique au point de faire graver mon nom sur mes kunai, plaisanta le ninja. En fait, c'est un cadeau que m'a offert Ryu, lors de mon dix-huitième anniversaire. Bon, je sais qu'il m'a offert ça, car ce type était aussi doué dans le relationnel qu'un ours, donc pour l'idée de cadeau on repassera. Cependant, c'est ce que je possède de plus précieux, et je ne m'en sépare jamais. Tu veux savoir pourquoi, Ayako ? Et bien, ce n'est pas pour avoir un souvenir de mon maître, mais pour une chose qui pour moi est plus importante que ma propre vie : mon identité. Vois-tu, le nom gravé dessus me permet de me rappeler constamment qui je suis. Il me sert à ne jamais perdre de vue ce qui fait de moi ce que je suis. Car, cela signifierait perdre la seule liberté qu'il me reste...

Kakashi resta finalement silencieux quelques secondes, toujours les yeux rivés sur Ayako. Toujours détendu de façon fictive, et sharingan désactivé, il espérait que Shuujaku et Itachi arrivent très vites. Car le ninja ne pense pas pouvoir tenir son adversaire trop longtemps, maintenant qu'il est à court de paroles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayako
Chef Black Spider
Chef Black Spider
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 31/05/2013

MessageSujet: Re: Le reflet de l'humanité   Jeu 29 Juin - 22:28

Alors que tout semblait déjà perdu d'avance pour le trio chargé de stopper la menace Ayako, Kakashi profita que l'un de ses reflets était en contact avec une image d'Ayako, pour se téléporter avec elle en dehors du cube. Sans réaliser quoi que ce soit, elle se retrouva au sol, avec, une nouvelle fois, un champ de neige comme décor tout autour d'elle. Elle vit que Kakashi avait réussi un coup de maître, et qu'elle l'avait sous-estimé en voulant jouer avec lui.

- Tss, les fonctions du sharingan vont bien plus loin que la simple hypnose. Je pense qu'il faut mieux que j'extraie cette pupille du crâne de ce type, et que je l'offre à Azelia en guise de trophée de guerre.

Et c'est ainsi que Kakashi se retrouva seul à seul avec une Ayako plutôt furieuse d'avoir pu la duper grâce à son sharingan. Mais sûrement pour gagner du temps, Kakashi tenta de démarrer une nouvelle conversation. Bien qu'il était tentant pour Ayako de lui faire fermer son clapet, elle demeura inerte et décida malgré tout d'écouter ce dernier. Après tout, c'est elle qui, en premier lieu, tenta de vérifier quelque chose chez lui, notamment si il ressentait du plaisir en voyant Shuujaku et Itachi souffrir. Mais il semblerait que ce ne soit pas le cas. Kakashi voyait ses deux alliés de circonstance comme deux exceptions. N'ayant pas côtoyé ces deux hommes, elle ne comprenait pas ce que Kakashi voulait dire par là. Elle avait bel et bien vu Shuujaku et Itachi tenter de la raisonner, mais encore une fois, elle ne voyait que des beaux parleurs, comme la plupart des hommes qui ont tentés de lui faire du mal.

Ensuite, Kakashi répondit à la seconde demande d'Ayako. Et la, la réponse laissa Ayako perplexe. Kakashi comparait désormais Ayako avec Azelia, ou plutôt, il cherchait probablement à dire qu'Ayako avait laissé place à la corruption en elle et qui résulte des différentes expériences de la reine lunaire sur son organisme. L'homme au sharingan avait d'ailleurs sa pupille désactivé, cherchant sans doute à montrer qu'il était toujours ouvert au dialogue. Et ce que Kakashi chercha une nouvelle fois à lui faire comprendre, était qu'il souhaite être libre avant tout, et qu'il préférait mourir que suivre un mode de vie qu'on lui impose, rappelant également par dessus le marché que suivre Azelia équivalait à suivre le code shinobi. Son désir de liberté le poussait à combattre, même ce qui semblait impossible à vaincre. Pour poursuivre sa tentative de raisonner la jeune femme devant elle, Kakashi lança devant ses pieds un kunai. Kakashi rassura Ayako que cette manœuvre n'était en aucun cas un acte menaçant. Ayako ramassa le kunai, et tout en écoutant les explications de Kakashi, pouvait voir que le nom Kakashi était gravé dessus. Il expliqua ensuite que c'était un cadeau de son maître, Ryu Hayabusa, pour son dix-huitième anniversaire. Et que ce présent servait à lui rappeler la chose la plus importante pour lui: son identité.

A cet instant précis, Ayako vit que Kakashi semblait à court de paroles, mais elle continua de fixer le kunai, comme une enfant intriguée devant un simple bijou. Elle ne profita pas de ce silence pour reprendre la bataille. Elle continuait de scruter le petit outil ninja envoyé par Kakashi, comme si elle cherchait, ne serait-ce qu'un soupçon de réponse, et qu'elle pourrait bien la trouver en voyant le prénom Kakashi sur le tranchant de cet outil.

- Une... identité... un prénom...

Ayako s'arrêta tout doucement de scruter le kunai, puis, comme si elle ignorait Kakashi, invoqua un miroir de glace. Mais si Kakashi était observateur, il pouvait voir que le geste était également non menaçant, car le miroir avait une couleur parfaitement neutre, loin du rouge sang qui couvre les parois du cube de glace toujours présent. Tout en continuant d'ignorer son interlocuteur, elle fixa le miroir, tout en faisant glisser la paume de sa main droite le long de ce miroir.

- Observe, Kakashi...

Si Kakashi prenait la peine d'écouter Ayako, il pouvait voir que le miroir ne reflétait pas ce qui se trame dans la réalité, mais à la place, il pouvait observer une silhouette féminine et adolescente. Il était facile de reconnaître Ayako sur l'image du reflet, quand elle était encore gamine. Elle avait un sourire angélique, et l'on pouvait difficilement croire que la moindre peine envahissait l'esprit de cette jeune fille. Seule l'innocence et la candeur persistait sur son visage. D'ailleurs, un charmant sourire pouvait également se lire sur le visage de la vraie Ayako, qui continuait de faire glisser son doigt sur la "photographie" qui la représentait.

- Ah, les jours heureux où je cherchais à préserver mon identité et à la faire connaître aux yeux de ceux qui la refusaient. Je n'avais que douze ans, quand j'avais un rêve, celui d'être libre pour laisser libre court à ma créativité et mon imagination. Je voulais percer dans la danse, ou la sculpture, ou quoi que ce soit qui n'a aucun rapport avec la violence. Mon identité était très précieuse pour moi. Mais ça...

Ayako frappa d'un coup sec le miroir, et le réduisit en pièces. Cette fois, la colère était parfaitement visible sur son visage.

- ... c'était jusqu'au jour où même ma mère a oublié qui j'étais, et à préféré obéir aux ordres, au prix de bien plus précieux que sa liberté ! Au prix de sa vie ! Ce jour-là, mon identité s'est fissurée, et s'est brisée telle une fragile couche de glace !

***

Il y'a dix ans de cela, le village Hayabusa venait de survivre à une menace qui avait nettement les moyens pour mettre un terme à l'existence de milliers d'être humains. Un démon sorti de nulle part, et qui était connu sous le nom de Deloria, avait frappé le pays de la montagne telle une épidémie. Pire, les ninjas ignoraient qu'ils avaient affaire à un authentique Vasilias. Elle surpassait le commun des mortels sur tous les points. Le village Hayabusa s'était mobilisé pour en finir avec ce fléau. Mais personne ne put survivre devant une telle fureur d'énergie. Personne, sauf une gamine qui n'était même pas de cet illustre clan.

La nouvelle eut l'effet d'une bombe pour les hautes instances du pays de la montagne, qu'une gamine puisse dépasser des shinobis, considérés comme la fine fleur de la puissance de la nation dont ils étaient les gardiens. Le gouvernement ordonna donc aux différents villages shinobis, de régler cette affaire au plus tôt. Ayako avait été très vite pointée du doigt comme dangereuse, au lieu de recevoir le titre d'héroïne. Et après un accord entre Joe Hayabusa et Genra Hajinmon, Ayako devait être liquidée. De peur de perdre des éléments importants, ils envoyèrent donc la mère d'Ayako pour effectuer cette tâche ingrate. Ils jugeaient également qu'elle était la seule personne qui pouvait affaiblir Ayako mentalement, et sous un scénario minutieusement réfléchi, elle pouvait soit refuser de se défendre, soit sombrer dans la démence, prouvant à tous qu'Ayako n'était pas humaine.

C'est ainsi qu'un beau soir, alors qu'Ayako se dirigeait vers sa maison après une longue promenade comme elle adorait, loin de ces rats qui la persécutaient, une kunoichi masquée l'attaqua. Elle fut poursuivie pendant quelques minutes, avant de décider une bonne fois pour toute de se défendre face à ce qui lui collait aux fesses depuis trop longtemps pour elle. Mais probablement parce qu'à la place d'un infâme démon, il s'agissait d'une authentique humaine qui voulait sa peau cette fois, Ayako ne parvint pas à se défendre convenablement. Elle refusait de faire du mal à une humaine, même si elle attenait à sa vie. Et alors que l'enfant fut prise au piège, prête à être assassinée dans un sombre coin de forêt, elle chercha à regarder au delà du masque, pour reconnaître qui tentait de tuer une jeune enfant qui avait à peine atteint son douzième printemps. Et comme si elle était persuadée d'avoir mis le doigt sur la bonne réponse, ses yeux s'effondrèrent de tristesse, tout en mettant ses deux mains devant la bouche, abasourdie...

- Ma... Maman ?

Son assaillante s'arrêta net. Son bras qui tenait son katana tremblait. Finalement, elle refusa d'aller plus loin. Elle se contenta de retirer son masque, et confirma donc, ainsi, les craintes de la jeune Ayako.

[ Thème d'ambiance: https://www.youtube.com/watch?v=AicPHOPFZlE ]

Une fois le masque facial retiré, Ayako pouvait bel et bien distinguer le visage de celle qui lui a donné la vie. Mais au lieu d'observer un visage chaleureux, maternel ou rassurant, elle ne voyait plus qu'une coquille vide, sans émotions, ni rien. C'est comme si on avait minutieusement nettoyé son cerveau. Alors que du côté d'Ayako, c'était tout l'inverse. Ses lèvres tremblaient, ses yeux commençaient déjà à être trempés, et aucun mot ne parvenait à sortir de sa bouche. Il fallut quelques efforts pour qu'Ayako, toujours tremblotante, puisse parler.

- Pourquoi, maman ? Pourquoi toi aussi... ?

- Parce que tu es devenue trop dangereuse, Ayako.

- Comment ça ?

- Plus personne, dans le village, ne te voit comme une jeune fille innocente. Tu ne pourras plus parcourir les rues de ton village, sans que ta sécurité soit menacée. J'ai réalisé que malgré tes efforts pour être reconnue, tu as échoué. Tu n'as crée rien d'autre que de l'aversion chez les ninjas de ce pays. Je voulais que tu sois la fierté de notre famille, j'avais placé tous mes espoirs sur toi. Mais finalement, tu es devenue une cible à abattre, Ayako. Je suis si déçue que tout cela doit finir comme ça, Ayako. Mais tu n'as plus aucun avenir, car désormais... Le monde entier va te craindre, Ayako.

- Mais pourquoi ? POURQUOI ? Tout ça n'a aucun sens ? Pourquoi tout le monde aurait peur de moi ?

- Parce que c'est le cycle infernal de ce monde, Ayako. Les faibles ont peur des forts. Ils les jalousent, et en même temps, les voient comme des créatures d'un autre monde. Après tout, qui nous dit qu'Atrium ne serait pas qu'un grain de sable au beau milieu d'un désert éternel ? C'est avec cette pensée universelle, que les hommes et les femmes, redoutent toute personne exceptionnelle qui sort du troupeau. Tu n'es encore qu'une enfant, bien que tu sois déjà surhumaine, Ayako. Tu es la cible parfaite pour ce gouvernement. Ton identité n'a plus aucune importance. A partir d'aujourd'hui, tu es une créature à abattre.

Ayako pleurait à chaudes larmes et était totalement incapable de prononcer la moindre parole supplémentaire. Elle voulait se réveiller de ce cauchemar, et en essayant mentalement de sortir de cette vision horrifique et en espérant que son esprit allait retourner dans son lit douillet, loin du chaos qui s'emparait de son cœur, elle avait du mal à voir que sa mère pointait sa propre lame contre son propre cœur, prête à commettre l'irréparable.

- Tu vas probablement bientôt mourir, Ayako. Mais on dit toujours qu'une mère doit trépasser avant ses enfants, n'est ce pas ? Alors... Adieu, Ayako !

- Non ! Non ! NOOOOOOOOOON !

Sans avoir le temps de l'en empêcher, Ayako vit sa mère se suicider devant ses yeux. Son corps s'écroula au ralenti devant les yeux trempés d'Ayako. Ayako refusait d'accepter cela comme une réalité. Elle tapota le corps en sang de sa mère sous la panique. Elle savait que c'était terminé, mais elle voulait s'assurer qui lui restait un ultime souffle de vie pour entendre au moins un dernier "Je t'aime, Ayako". Mais il n'y fit rien. Les dernières paroles de sa mère étaient sombres, haineuses, des paroles qu'une mère n'est, en aucun cas, censée prononcer devant le fruit de ses entrailles. Ayako s'empara, entre ses mains, du visage sans vie de sa mère. Puis elle le caressa avec son propre front. Le visage était glacé. Devant cette réalité inacceptable, Ayako leva le visage vers le ciel, puis hurla de toutes ses forces.

- Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!!!!!

***

De retour dans le présent, la nouvelle Ayako, à l'apparence d'une semi-archidiable, fixa probablement le seul homme qui tentait de redonner une lueur d'espoir dans son regard et à lui faire réaliser toute l'importance d'avoir une identité qui lui soit propre. Mais au vue du regard amer qu'elle lui adressait, il était fort probable que sa nouvelle tentative échoua, et que la situation n'allait guère évoluer. Ayako reprit la parole, et si Kakashi tendait l'oreille convenablement, il pouvait sentir, grâce à l'écho de sa voix, que deux personnes parlaient. Une qui était terriblement triste, et une autre qui était d'une colère intense.

- Par la suite, toutes les prédictions de ma mère qui m'ont rendus désespérée, se sont avérés être correct. Mon identité n'avait plus la moindre importance. Je n'étais qu'une criminelle de plus, étant donné que l'on a placé également le suicide de ma mère sur ma poire. Qu'on soit une gosse ou non, avoir participé à la mort de sa génitrice, c'est assez mal perçu dans le coin. Logique, dans un sens, sauf quand on vit dans un pays aussi faussé et aveugle. Idem quand on achète le silence des malfrats et des pédophiles, à quoi sert d'avoir un nom quand on a une belle gueule d'amour, un cul et une chatte, n'est ce pas ?...

... oh, pardon, si jamais je parais trop vulgaire à ton goût. Mais avec le temps, mon respect des bonnes manières est parti à la trappe, comme ma volonté d'avoir une identité. Je suis ravie pour toi si tu as un souvenir de ton maître pour te rappeler qui tu es. Mais moi, je n'avais rien de tout cela. Rien, jusqu'au jour où une certaine personne m'a fait une proposition. Tu devines de qui je parle, pas vrai ?

Cette fois, c'est Ayako qui se mit à faire joujou avec le kunai doré de Kakashi, jusqu'à le tenir en équilibre avec la simple force de son index droit.

- Et ouais, la grande matriarche que les Hajinmon redoutent, fut la première, depuis de très longues et interminables années, à me nommer Ayako. A la seule condition, que j'accepte de porter le même sang qu'elle, tel un covenant pour sceller mon appartenance à sa famille. Et une fois le sang noir sous mon contrôle, j'étais devenue une membre à part entière de la famille la mieux cotée de toute la Yokume. Fini les quartiers mal famés, l'humiliation et l'esclavage. Enfin, j'ai eu droit à une vie paisible et sûre. Tout ce que j'ai à faire en échange de ce luxe, est d'aider ma nouvelle famille à faire évoluer ce monde corrompu. J'ai une grande dette envers Azelia, pour m'avoir donné une nouvelle identité, Kakashi. Je ne suis plus cette gamine qui fuyait la vie et qui pleurnichait sans arrêt. Je fais partie des combattantes les plus redoutés de la Yokume, mais cette fois, pour une bonne raison.

Ayako dégagea une énergie de couleur rouge tout autour d'elle. Ses cheveux argentés virevoltaient dans tous les sens, tandis que son sourire devenait de plus en plus macabre.

- Tu comprends, Kakashi ? Ce sang noir est l'équivalent de ce kunai pour toi. C'est la marque qui symbolise le nouveau "moi". Je l'ai accepté, elle fait partie de moi désormais. Et il n'existe AUCUNE solution ou aucun remède qui peut vaincre le sang noir en moi maintenant que j'ai atteint le stade ultime de mon évolution. Alors, arrête de jouer au pitre devant moi, avec ton air détendu complètement factice, et commence tout doucement à désespérer, Kakashi. Pour le reste du monde, sache qu'en revanche, mon identité n'a plus la moindre importance désormais. Que je me nomme Ayako, Deloria, ou que je sois vue comme Azelia pour toi, n'est qu'un détail. Quoique, je suis plutôt satisfaite que tu me confirmes que je suis les traces de la femme que j'admire le plus au monde, Kakashi.

Ayako s'approcha tout doucement de Kakashi, réduisant la distance de sécurité entre lui et celle qui allait probablement le tuer si il ne trouve pas une solution éclair.

- Comme récompense pour cette comparaison qui me va droit au cœur, mon joli, je vais t'éliminer sans être trop violente. Et oui, je reconnais que tu sors du lot, et cela te donne un certain charme. Mais un pacte est un pacte. Tout ceux qui ignorent et rejettent l'évolution doivent périr. Et pour commencer, je vais d'abord te retirer ton identité, pour que ma souffrance soit imprégnée en toi.

Kakashi pouvait voir qu'Ayako tenait fermement le kunai doré dans sa main droite. Elle l'imprégna d'une aura noire comme la nuit, faisant disparaître l'éclat doré qui rendait cet outil ninja si spécial, même si ce n'était rien comparé au sens affectif qu'il représentait pour son propriétaire. Puis, une lame d'énergie se forma, rallongeant la portée tranchante de l'arme. On pouvait difficilement penser que derrière cette sombre lame enchantée, se cache un simple kunai. En une fraction de seconde, Ayako était déjà nez à nez avec Kakashi. Elle se contenta de donner un coup diagonal avec son nouveau jouet vers Kakashi.

- Et bah alors, Kakashi ? Que se passe t'il ? Ton identité, ton nom... Tu ne cherches pas à les récupérer ? Tu y tiens vraiment à ce précieux souvenir de ton maître ?

Après avoir déjà bien ouvert son adversaire, elle se contenta de frapper le visage de sa pauvre victime avec son poing gauche. Sauf que vu la force surhumaine d'une archidiable comme Ayako, le coup était d'une violence inouïe, et un simple humain sans compétences aurait pu avoir la tête qui dégage des épaules sans problème. Bref, après avoir foutu sans aucun doute Kakashi au sol, Ayako s'avança délicatement vers ce dernier, puis le piétina pile là ou elle l'avait tranché.

- Ca va au moins ? La vue est belle ? J'ai cru comprendre que ce n'est pas si déplaisant de mourir des mains d'une jolie jeune femme. Je vais exaucer ton souhait.

Ayako redonna au kunai doré sa forme originelle. Et le tendit en direction du sol, là ou était allongé Kakashi, comme pour le troubler ou pour le narguer une dernière fois.

- Retiens bien cette leçon, Kakashi, avant de mourir. Pour préserver son identité, donner son âme au diable peut paraître un bien faible tribu en retour.

Ayako s'apprêtait à frapper le coup final. Mais alors qu'elle allait prendre son élan, un bruit cinglant la coupa en plein geste. Le cube à sa droite se fissura, puis éclata, libérant deux silhouettes qui semblaient bien mal au point, mais vivantes. L'une d'entre elle, comme une furie, chargea à toute vitesse vers Ayako pour qu'elle s'écarte de Kakashi. Ayako bloqua de justesse le coup de katana de Shuujaku, mais la pression exercé par le coup la propulsa à quelques mètres d'ici.


- Ecarte-toi de cet homme, Ayako !

- Tsss, à force de me focaliser sur Kakashi, j'ai oublié ces deux rats qui étaient enfermés dans leur cage. J'ai agie comme une débutante. Quand à toi, Kakashi...

Malgré qu'elle fut écartée de lui, Ayako continua d'observer Kakashi au sol.


- Si avec ça, et ce qui va arriver, tu ne ressens toujours pas la moindre rancœur envers moi, alors... c'est que tu n'es pas qu'un simple beau parleur.

Maintenant que Kakashi était en sécurité, le ninja-dragon noir l'aida à se relever, en posant son bras gauche sur son épaule. Tout en le soutenant pour qu'il puisse rester debout, le chef shinobi jeta un coup d'œil vers la droite, pour vérifier si son allié actuel avait toujours le moral suffisamment présent pour poursuivre la bataille.

- Tout va bien ? Au moins, tu nous as fait gagner suffisamment de temps pour qu'on puisse sortir de cette cage à oiseaux. Ecoute Kakashi, je ne veux pas briser ta nouvelle ambition, bien que je sois parfaitement conscient de la nature de cet objectif qui est tien, mais pour ma part, tout ce qui compte pour moi, c'est de sortir mon village de son pétrin. Cela fait quelques minutes que la bataille a débuté, et nous sommes déjà à bout de force. Face à elle, le temps nous est compté. Il faut expédier ce combat le plus tôt possible, ou sinon, non seulement, nous allons périr, mais tous mes hommes qui comptent sur nous disparaîtront également. Alors Kakashi, je pense que nous devons couper court le dialogue, et agir rapidement. Ne perdons plus notre temps à tenter de la raisonner, même toi, tu dois bien distinguer qu'il ne reste plus rien d'humain chez elle. Nous devons donc mettre fin à sa souffrance.

Le revirement soudain chez Shuujaku et ses décisions pouvait étonner. Peut-être était-ce parce qu'il avait le sentiment d'observer autre chose qu'une humaine sous ses yeux inquiets. Avait-il l'intention d'éliminer seulement l'incarnation démoniaque de la kunoichi maudite, ou alors, souhaitait-il réellement en finir avec elle pour de bon ?

- Oui, c'est ça, Kakashi. Ecoute ce lamentable shinobi, et élimine le fléau que je représente. Le monde va tellement mieux se porter sans moi, tu ne crois pas ?

Mais sans un nouvel sourire narquois, Ayako invoqua plusieurs miroirs de glace qui tournoyaient tout autour d'elle. Cela prouvait qu'elle avait encore suffisamment de réserve pour écraser ses trois ennemis du moment, sans trop forcer. La situation n'était guère améliorée dans un sens.

- Mais je ne risque pas de vaincre mon profond ennui en votre compagnie, les amis. Ce n'est pas vous, qui tournez le dos à toute forme d'évolution dans ce monde, qui représentez le défi que j'attends depuis longtemps. Shuujaku, j'ai entendu dire, de la bouche d'Azelia, qu'un dragon qui sait creuser tout au fond de son potentiel, est nettement capable de rivaliser avec une valkyrie. Mais pour l'instant, ce n'est pas un dragon que j'aies sous les yeux, mais un ridicule lézard qui se mord le bout de la queue au lieu de montrer ses crocs. Est-ce seulement Scylla qui soit en mesure de me montrer ce qu'un monde évolué peut accomplir ?

Ayako fit apparaître un petit cristal noir qui flotte tout au dessus de la paume de sa main.

- Que tu te sois libéré de ma cage ne signifie pas que ta vie est sauve. Ton cœur est toujours entre mes mains.

La jeune femme leva l'index de son autre main, et soudain, un petit faisceau d'énergie apparut depuis l'ongle de ce même doigt, formant ce qui paraissait être une griffe. Elle passa le bout de cette griffe le long du cristal, le fissurant légèrement. Et au même instant, Shuujaku posa ses deux mains sur le cœur, et cracha une germe de sang en un éclair. Itachi, qui n'était pas loin de ses deux alliés, comprit que leurs vies étaient menacés, ou plutôt, étaient sous l'effrayant contrôle d'Ayako. Ce cristal noir était probablement, si l'on résume correctement ses dernières paroles, une sorte de continuité du précédent sort. Ce cristal noir devait probablement représenter une sorte de poupée vaudou, et que si il s'avérait qu'elle brise entièrement ce cristal, les conséquences seraient mortelles.

- Couplée avec le sang noir, l'art secret du clan Ibusashi brise les limites que le ninjutsu lui impose. Si tous mes ancêtres avaient pu jouir de cette merveilleuse substance avant ma naissance, ils auraient pu survivre, et mon destin aurait pu connaître un meilleur jour. N'êtes vous toujours pas tenté de goûter à cette expérience qui assurera votre survie ? N'est tu toujours pas tenté, Kakashi ?

Même si Ayako semblait vouloir prendre son temps pour éliminer ses ennemis, soit pour les tester, soit pour tenter de faire apparaître sur leurs visages la moindre marque de désespoir, Itachi ne voulait courir aucun risque de voir son maître subir un arrêt cardiaque qui mettrait fin à toute chance de victoire pour le groupe tout entier. Ainsi, il activa la forme évoluée de ses pupilles, le Mangekyou Sharingan. Puis il invoqua une nuée de corbeaux qui tentaient de s'infiltrer à l'intérieur de la protection d'Ayako, sans briser le moindre miroir.

- Kakashi, déclara Itachi tout bas, pour ne pas être entendu par Ayako. Je vais avoir besoin de ton Kamui pour toucher Ayako sans que l'on puisse en subir les conséquences. Dès que j'aurais invoqué Amaterasu, tu ouvriras une nouvelle brèche, comme avant, et tu dirigeras mon attaque pile sur Ayako. Faisons vite, elle ne pourra pas être la proie de mes corbeaux éternellement.

Itachi utilisa sa pupille gauche pour invoquer son attaque enflammée, à la teinture aussi obscure que la nuit. Il laissa donc Kakashi effectuer son Kamui, puis, l'attaque combinée des deux hommes aux pupilles extraordinaires, atteignit Ayako qui était désormais la proie des flammes. Et comme l'Amaterasu d'Itachi ne parie pas sur la densité, mais sur la durée, Ayako n'était pas prête de se débarrasser de ce qui allait bientôt dévorer sa chaire, puis ses os. Néanmoins, il ne s'agissait pas du plan de ce dernier. Dès qu'Ayako sera suffisamment affaibli, il se dirigerait vers elle, et l'hypnotiserait avec sa pupille. Après avoir, bien sûr, annulé sa technique au moment le plus opportun. Il chercha d'abord à s'assurer que le plan avait fonctionné, mais soudain.

- Haaaaa...

Itachi s'écroula au sol, comme si son attaque s'était retourné contre lui. Pourtant, il s'était bien assuré, que la flamme ne soit pas trop dense, pour convenir avec la technique de Kakashi. Aucun miroir n'aurait du être touché. Tout à coup, tous les miroirs se brisèrent, et Itachi put apercevoir quelque chose d'angoissant, et inhumain en même temps. S'avança vers lui et Kakashi, une silhouette féminine entièrement faite de glace écarlate. La même substance que les miroirs, ou que les parois du cube invoqué précédemment. Itachi comprit que toucher le corps d'Ayako allait renvoyer tout aussi bien les dégâts. Et par ailleurs, elle avait sûrement rien encaissé en retour.

Deux autres détails pouvaient tout aussi bien être aperçus. D'abord, il n'y avait plus rien sur le visage d'Ayako. Ni yeux, ni nez, ni bouche. Un visage démuni de toute expression. Et à chacun de ses pas, le sol se métamorphosa, en un sol rouge et lisse. Exactement comme ce qui retenait prisonnier le village Hajinmon. Le second détail, et cette fois, le plus grave, était que les flammes noires étaient toujours scotchés sur Ayako, et que le comble était tout bonnement que la glace qui protégeait Ayako ne fondait pas. En revanche, Itachi souffrait toujours le martyre. Il se força, en utilisant ses dernière forces, d'éteindre le torrent obscur qui s'était retourné contre lui. Après avoir bien serré des dents, les flammes disparurent, et Itachi se voila les yeux avec la paume des mains. Il était probablement, désormais, incapable d'utiliser ses sharingans davantage pour le reste de la journée.

Ayako continua d'avancer, en laissant trainer derrière elle ce poison qui avait exterminé tant de vie. Ensuite, elle tendit le bras droit en direction d'Itachi qui était à bout de forces pour de bon. Et sans dire le moindre mot, tira un rayon d'énergie de couleur mauve en plein dans le cœur d'Itachi. Sans vie, il tomba à terre et ne se releva plus. Shuujaku, qui commençait à se remettre de sa douleur cardiaque, observa avec stupeur et rage le corps de son ami tomber dans les limbes.


- ITACHI !

Shuujaku n'avait plus vraiment le temps d'établir une dernière vérification, si éventuellement, Ayako aurait raté sa cible: le cœur. Car cette dernière était à portée de main désormais. Shuujaku se jeta vers Ayako sans réfléchir. Et elle, sans forcer, balança son Jashinken dans les airs, effectua un salto arrière qui frappa Shuujaku pile au niveau du menton. Elle reprit son équilibre sur ses deux pieds, s'empara de Shuujaku par le cou, avec l'aide de sa simple main gauche, rattrapa le Jashinken avec la main droite, puis enfonça la lame dans l'abdomen de sa nouvelle victime.

Ceci fait, il ne restait plus que Kakashi. Ayako continua de s'avancer vers lui, toujours sans parler, sans dégager la moindre expression. Elle leva deux doigts de sa main droite. Sous les pieds de Kakashi, un bloc de glace se forma. Il était désormais piégé par une épaisse couche de glace, complètement paralysé, qui grimpait jusqu'au niveau du cou. Sans ses bras, ni ses jambes, autant dire qu'il était hors d'état de nuire également. Soudain, tout le corps d'Ayako se fissura, laissant place enfin à une silhouette uniquement faite de chaire et de sang. Et en parlant de chaire, le mot était parfaitement adapté. Le corps d'Ayako était partiellement dénudé. A part le fait qu'on pouvait enfin voir son visage toujours aussi triste, mais démoniaque en même temps, on pouvait également constater que plus aucun vêtement ne la couvrait. Tout ce qui subsistait, c'étaient des tâches noires, de consistance solide, qui recouvraient ses avants bras jusqu'aux mains, ses jambes en partant du genou et allant jusqu'aux pieds, et enfin, ses parties intimes et sa poitrine, puisque la substance noire avait pris, dans un certain sens, l'apparence de sous-vêtements noirs extra fins. Tout le reste était à découvert et pouvait donc être appréciés à leurs juste valeur, bien que le moment n'était pas vraiment adapté au voyeurisme pour Kakashi.

Elle arriva enfin à proximité de Kakashi, et comme pour le provoquer ou jouer avec lui, elle était à seulement quelques centimètres de lui. Ses lèvres étaient à un pas de celles de Kakashi, tandis que sa voluptueuse poitrine collait celle de Kakashi.


- Chuuut ! Tu parleras, hurleras, ou chialeras que quand je te donnerais le signal, humain.

Ayako recula de quelques pas, et fit appel, depuis sa main droite, à une faux, dont elle fit glisser la lame derrière l'arrière du crane de Kakashi. D'ici, on pouvait difficilement croire que la gamine qui était représentée dans le reflet du miroir d'il y'a quelques minutes était la même personne que cette femme qui ressemblait davantage à une succube, qu'à une humaine. Ayako fixa avec intensité le visage de Kakashi, puis se mordit les lèvres, comme par réflexe.

- Hummm, j'ai pu enfin me rapprocher un peu de toi. Quand je pense que quand j'étais gamine, je me cachais pour t'observer, trop angoissée à l'idée que si j'avais tenté de te parler, tu me rejetterais. Et même maintenant, je n'ai pas l'impression que tu as l'intention de me juger, n'est ce pas ?

... maintenant que seulement quelques centimètres me séparent de toi, je dois admettre une chose, tu es plutôt bel homme. Et je ne me suis guère amusée pendant ce lamentable combat. Je veux que tu me divertisses, Kakashi. C'est un pur gâchis que ce ne soit pas toi qui gérais les Hayabusa, quand j'étais présente. Et il serait encore plus dommage que je te bute aussi facilement. Je ressens un profond désir de voir ce qu'il y'a à l'intérieur de ton crâne. Mais je te rassure, non au sens propre.


Ayako, ou ce qui restait d'Ayako, enfonça le Jashinken dans la neige. Puis elle invoqua un nouveau cristal dans sa main. Le cristal disparut très vite, faisant apparaître un objet que Kakashi pouvait reconnaître. Le kunai doré qui représentait son identité.

- Je vais te laisser une dernière chance, Kakashi. Une dernière chance de récupérer ta liberté, et ton identité. Et pour cela, je vais t'imposer le dilemme que j'ai entendu maintes et maintes fois: Rejoins moi, ou meurs ! Oh, je te rassure, je n'ai pas l'intention de te forcer à rejoindre les rangs d'Azelia, ni ces incapables de l'araignée noire. J'ai bien l'intention de te proposer la liberté que tu désires ! Tu as bien dis que tu ne connais rien d'Azelia, non ? Alors je te propose de m'accompagner au pays lunaire. Tu verras par tes propres yeux, que le pays lunaire est probablement le plus prospère, le plus paisible et le plus sûr de toute la Yokume. Car c'est le pays qui gagneras cette guerre. Et tu es suffisamment intelligent pour savoir que la liberté et la paix ne sont attribués qu'aux vainqueurs. Si tu meurs, tu perdras tout, ton identité, ta liberté, ton ambition. Alors que si tu me suis, tu auras tout ce que tu désires. Je m'arrangerais pour que tu aies la bénédiction d'Azelia et que tu puisses vivre en toute impunité à l'intérieur de nos frontières, jusqu'à ce que tu puisses voir par toi-même, qu'Azelia a les moyens pour que les idéaux que tu rejettes en bloc soient ceux qui mèneront ce monde vers la véritable libération.

Ayako était prête à découper le crâne de Kakashi en deux si jamais il refusait l'offre.

- Alors, Kakashi ? Préfères tu toujours mourir que tenter le coup ? Essayer de nouvelles contrées, de nouveaux horizons, une nouvelle vie... avec moi ! Tu ne le regretteras pas.

Alors qu'Ayako paraissait bien douce dans ses paroles, son ton devenait de plus en plus urgent, comme si elle voulait entendre un "oui" dans les secondes qui suivent.

- Viens avec moi, Kakashi ! Oui, montre moi ta peur de mourir. Montre que tu es comme tous les humains, et que tu trembles devant le couperet de la grande faucheuse ! Accepte cette nouvelle vie, cette nouvelle chance, ou meurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakashi
Ninja d'elite
Ninja d'elite
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 22/05/2014
Age : 29

MessageSujet: Re: Le reflet de l'humanité   Mer 19 Juil - 22:10

Maintenant que Kakashi était à court de paroles, il restait plus qu'à prier que son ennemie était attentive à ses paroles. Par chance, Ayako semblait fixer avec attention le kunai, après l'avoir ramassé. Au bout d'un moment, elle stoppa cette activité et invoqua un miroir de glace qui reflétait une silhouette féminine, d'un âge assez jeune. Il n'était pas difficile de reconnaître Ayako, et de toute façon, Kakashi se souvint rapidement à présent de cette gamine dans le clan qui semblait l'observer sans oser s'approcher. Sur le moment, il était en train de maudire le fait de ne pas lui avoir accordé plus d'importance. Mais au fond, il ne pouvait prévoir son destin, ni l'avenir qui l'attendait. À ce moment, ce n'était qu'une jeune fille banale pour Kakashi. Cela ne l'empêchait pas de penser aux changements que cela aurait pu causer, s'il lui avait accordé autant d'importance qu'aujourd'hui... Peut-être aurait-il découvert le projet mis en place par Joe ? Lui et Ryu auraient certainement empêché cette mascarade, évitant un sombre avenir à cette jeune fille. Mais le ninja reprit vite ses esprits, car les regrets n'étaient jamais utiles, et ne font que ralentir l'avenir. Ce qui est fait est fait, et au fond de lui, il garde l'espoir que ce n'est pas trop tard pour cette jeune fille. Bref, en écoutant les paroles d'Ayako, il comprit très vite que sa propre mère avait été envoyée par les Hayabusa pour tuer sa fille. Le ninja essaya de trouver une raison qui puisse pousser une mère à obéir aveuglément à l'ordre de tuer sa propre fille, mais rien ne lui vînt à l'esprit à part peut-être la peur ? Mais pour ce dernier, ce n'était pas suffisant pour excuser un tel acte. Cela expliquait un peu mieux pourquoi elle semblait si haineuse, mais aussi qu'il allait devoir faire bien plus fort qu'il espérait, pour la sauver. Et au vu du regard meurtrier qu'elle lui adressait, il se doutait que sa dernière tentative était de nouveau un échec. Par la suite, elle continua son histoire en racontant ce dont Kakashi se doutait, au vu du plan des Hayabusa. La mort de la mère par la main de sa fille était l'excuse parfaite pour en faire une nukenin. Mais le ton des paroles de cette dernière et son langage dont Kakashi se foutait totalement - comparé à ce que pensait la jeune femme - la rendaient presque paranoïaque soudainement.

Bien que ce n'était pas une nouvelle information que cette pauvre fille avait actuellement un grain de travers, grâce aux Hayabusa et à cette reine qui a réussi à totalement manipuler cette femme. Au vu de ses paroles, il commençait presque à perdre espoir, tellement elle était aveuglée par cette Azelia. Elle ne se rendait même pas compte que dans ses propres paroles, les conditions que lui proposait cette reine étaient dégoûtantes. Quant aux dernières paroles au sujet de son identité, elle contredisait les paroles précédentes de la vraie Ayako d'avant cette transformation. Kakashi comprit à cet instant, où se situait le problème de cette fille, et comment cette reine a pu la manipuler si facilement. Cependant, tandis qu'il réfléchissait à cette nouvelle découverte qui pouvait jouer en sa faveur, la jeune femme semblait soudainement s'exciter. Il était tellement absorbé par son histoire et une solution pour la sauver, qu'il a oublié qu'elle se trouvait être son ennemie à l'heure actuelle. Elle n'allait pas tarder à lui rappeler par ailleurs, quand les paroles de cette dernière résonnèrent de nouveau, d'un ton menaçant, tout en se rapprochant. Bien qu'elle complimentât son authenticité, ses paroles étaient sombres, en repartant dans le délire de supprimer ceux qui rejettent l'évolution. Pour le ninja, il était temps de se mettre en garde, mais c'était trop tard, son interlocutrice avait déjà formé une sorte de lame à partir de ce simple kunai, et se trouvait déjà devant ce dernier. À peine il put comprendre où se trouvait l'ennemi qu'une entaille et une forte douleur venaient de le frapper à l'abdomen. Puis, après une provocation sur son identité, elle suivit d'une droite d'une violence sans précédent qui envoya le ninja au sol. Finalement, elle conclut tout cela en piétinant la victime là où était située sa blessure - évidemment - tant qu'à faire, tout en reprenant la parole. Cependant, si Ayako était observatrice, elle pouvait voir que Kakashi ne semblait pas du tout effrayer, ni même haineux. Il souffrait, mais mentalement il était serein, comme s'il cherchait à prouver quelque chose à Ayako. Même au moment où elle allait donner le coup final, elle pouvait observer une expression neutre, sans peur, ni intention de crier. Il n'avait d'ailleurs même pas sorti un son de souffrance, en se faisant torturer ainsi par son ennemi. Peut-être voulait-il montrer qu'il avait lui aussi souffert et que ce n'est pas cela qui allait lui faire mal ? Ou alors, qu'il acceptait de souffrir de la main de cette femme, pour compatir avec sa douleur...

Quoi qu'il en soit, le coup fatal ne fut pas donné. Ayako fut repoussée à bonne distance, après qu'une silhouette en furie lui avait foncé dessus. C'était évidemment Shuujaku qui aida d'ailleurs le ninja masqué à se relever, en le soutenant. Kakashi avouait au fond de lui que ces deux-là ne pouvaient pas tomber mieux. Bien qu'il avait ramassé, il était toujours vivant, c'est déjà ça. Cependant, le discours de son sauveur qui suivit le choqua intérieurement. Ce dernier avait totalement abandonné l'espoir de sauver cette fille. Kakashi ne pouvait nier cette décision au vu de la situation, mais d'un autre côté, il était totalement contre. Au contraire, cette fille pouvait être sauvée, et demandait à l'aide. Peut-être que si Shuujaku et Itachi avaient entendu ce dernier échange, ils auraient compris la détresse de cette fille. Mais à l'heure actuelle, il était clair que Shuujaku allait poursuivre le combat pour tuer. Kakashi se contenta de garder son avis pour lui-même dans l'instant, quand le chef Hajinmon lui demanda s'il pouvait poursuivre avec cet objectif en tête. Il répondit simplement à la question de base, tout en se dégageant du soutien du chef.

- Je vais bien...

Pour ne rien arranger, cette Ayako en rajouta une couche, en narguant le fait qu'elle était un fléau et que le monde se porterait mieux sans son existence. Sur le moment, il avait juste envie de lui demander de fermer sa gueule un peu, mais c'était peine perdue. Puis de toute façon, ce fut surtout ce pauvre Shuujaku qui allait rapidement plus pouvoir parler, lorsque l'ennemi fissura délicatement un cristal noir, qui fit gerber ce dernier. Kakashi comprit très vite que la situation était clairement mal barrée, et que ce cristal était une sorte de cube. Le ninja réfléchit instantanément à une solution pour contrer cette technique, ou pour atteindre Ayako, mais il fut déconcentré lorsqu'elle vanta son pouvoir et le sang noir, jusqu'à le proposer à ce dernier. Il se contenta de répondre de façon rapide et nette.

- Non.

Par chance, Itachi semblait avoir compris que la situation pressait et il lança un assaut via ses corbeaux. Il profita de cette diversion pour chuchoter au ninja un plan astucieux qui lui avait frôlé l'esprit à l'instant même. Comme si les deux manieurs de sharingan venaient de partager leurs esprits. Ni une ni deux, la combinaison de techniques fut lancée sur l'ennemi. Kakashi connaissait le sort Amaterasu et sa puissance - également ses risques - du coup, si Ayako le prenait en pleine face, elle allait au moins subir de sérieux dégâts. Grâce à Kamui, cela était possible. La technique combinée atteignit de plein fouet la cible, sans qu'elle puisse l'éviter. Bien que Kakashi n'était pas du genre à se réjouir comme personnage, il était satisfait de voir que le plan s'était déroulé sans accrocs. Du moins, c'était ce qu'il pensait, avant d'entendre Itachi hurler de douleur, avant de s'écrouler au sol. Le ninja comprit très vite que l'attaque avait été renvoyée à l'expéditeur, mais il ne pouvait expliquer comment c'était possible. Il avait réussi parfaitement à téléporter l'Amaterasu sur son adversaire, alors comment avait-elle pu renvoyer les dégâts ? La réponse ne tarda pas à venir d'elle-même, lorsqu'une silhouette recouverte de glace écarlate s'avança vers lui et son allié souffrant. Pour le ninja, il n'était pas surpris. Maintenant qu'il voyait cela en face de lui, il s'accusait de ne pas avoir deviné cela à l'avance. C'était évident qu'elle pouvait elle-même se couvrir de glace. Cependant, ce qui était surprenant, c'était que les flammes n'avaient aucun effet sur cette glace, et qu'Itachi n'eut aucun autre choix que d'éteindre le feu qui le consumait. Malheureusement, c'était loin d'être terminé. À peine le ninja remarqua que les déplacements de l'ennemi laissaient la même neige que celle du village Hayabusa, que son partenaire se fit pourfendre le cœur et tomba sans vie. Et l'intervention du chef Hajinmon n'allait pas être plus chanceuse, vu que lui aussi se fit pourfendre par cette femme, sans trop forcer. Maintenant que Kakashi était le dernier, il fallait qu'il réagisse, et immédiatement. Mais c'était sans compter sur un bloc de glace sortie de sous les pieds du ninja, qui le paralysa des pieds à la base du cou. Seule sa tête était utilisable à présent. Ce qui dans un sens, n'était pas une si mauvaise chose, Kamui ne requérant que la pupille... Mais la question était « pour quoi faire ? » Après tout, qu'est-ce que cela allait lui apporter d'utiliser Kamui ? Fuir ? Retourner au village seul, en ayant fui comme un lâche ? Abandonner son ambition toute fraîche de sauver cette femme ? C'était hors de question ! Si Kakashi échouait aujourd'hui, alors la mort était l'option qu'il avait déjà prévue, comme ses deux alliés tombés avant lui. Mais l'heure n'était pas aux pleurs, de toute façon il n'allait pas tarder à les rejoindre, il le savait...

- Tsss, alors finalement ça va se terminer comme cela... Je ne suis effectivement qu'un beau parleur finalement... Quelle merde...

Au fur et à mesure qu'Ayako se rapprocha, la glace se fissura, laissant apparaître de nouveau le visage de cette dernière. Le ninja aurait pu s'attarder sur le fait qu'elle était pratiquement nue, mais sur le moment, c'était le dernier de ses intérêts, clairement. Il se contenta de fixer cette femme se rapprocher, sans rien exprimer, comme s'il l'attendait. Il se doutait que si la glace ne l'avait pas totalement congelé, c'était forcément que cette dernière attendait quelque chose de lui, ou avait dans l'intention de lui faire la causette. Et c'est donc une fois à sa hauteur, que la jeune femme se rapprocha de façon drastique de sa victime. Kakashi pouvait presque sentir le souffle de cette dernière tellement son visage était collé à ce dernier. Pour ce qui est du reste, même s'il voulait profiter de la proximité, il ne sentait pas grand-chose de toute façon, tout était congelé. Ayako profita de cette nouvelle approche, pour invoquer une faux qu'elle plaça derrière le crâne de Kakashi, tout en prenant la parole. Elle commença par raconter ce dont le ninja s'était souvenu précédemment, sur le fait qu'elle l'observait toujours de loin. Ainsi que de son entêtement à ne pas la juger. Elle enchaîna par un compliment sur le physique de ce dernier, tout en semblant vouloir s'amuser un peu avec sa belle victime encore un peu. Elle invoqua donc suite à ces paroles un cristal, duquel apparut le fameux kunai en or offert par Ryu. Mais encore une fois, aucune réaction n'était lisible sur le visage de Kakashi, il restait silencieux, et attendait la suite. Suite qui arriva très rapidement, et qui concernait exactement ce qu'il avait prévu : la vie d'esclave ou la mort. Et ce n'est pas la suite des paroles d'Ayako qui changeait quoi que ce soit. Peu importe que ce pays fût prospère ou soit le plus magnifique de l'univers, le ninja ne pouvait pas le savoir, ni le nier. Mais ce n'était pas son problème. Son problème actuel était le fait qu'Ayako n'avait toujours pas compris ce qu'il essaye désespérément de lui faire comprendre depuis tout à l'heure. Mais actuellement, plus elle continua ses louanges sur le pays lunaire et cette reine, plus il était dégoûté. Non pas par cette reine, mais qu'une fille peut être à ce point aveuglée et manipulée sans s'en rendre compte, une seconde fois. Son discours ressemblait tellement à un récit religieux appris par cœur que ça en était presque effrayant. Finalement, d'un ton plus pressant, comme si elle attendait une réponse immédiate, elle conclut ses paroles en lui demandant une nouvelle fois de la rejoindre. De lui montrer sa peur, son envie de survivre à n'importe quel prix... Ce à quoi le ninja resta toujours silencieux, les yeux fixés dans ceux de son interlocutrice. Il ne tremblait pas, et son regard ne dégageait aucune crainte, aucun doute. C'était comme si, avant de répondre, il voulait qu'Ayako remarque que ce qu'elle attendait de ce dernier n'arrivera pas. Son regard d'habitude neutre et blazer s'était transformé en un regard déterminé, et d'un sérieux qu'on n'aurait jamais pensé pouvoir observer chez ce ninja. Il renvoyait clairement à la « faucheuse » un regard de défi, provocateur face à la mort. Puis finalement, il prit la parole, d'un ton aussi sérieux que son regard. Il ne rigolait plus, et ne plaisantait clairement plus à présent.

- Je suis désolé, Ayako, mais je ne peux t'accompagner dans ton délire, car je n'ai aucunement peur de la mort. Tu aimerais que j'en aie peur, que j'en tremble, ou que je te supplie de m'épargner, mais ce ne sera pas le cas. La différence entre toi et moi actuellement, Ayako, c'est nos peurs. Tu te sens puissante, intouchable, tu aimerais que j'aie peur de toi, mais ce n'est pas le cas. Pourquoi aurais-je peur d'une fille qui se cache derrière une puissance factice pour camoufler sa peur incessante de mourir ? Une telle peur, qu'elle t'a fait devenir exactement ce que ce pathétique village voulait que tu deviennes : un monstre. Un monstre sans identité, qui n'est bon qu'à être détruit...

… Tu ne fais que te plaindre depuis le début, mais tu crois être la seule à avoir souffert ? Tu n'en as pas marre de t'en prendre au monde, alors que la seule responsable de ta perte d'identité, c'est toi-même !? Ouvre les yeux ! Cette reine n'est pas ta sauveuse, ce sang noir ne te définit pas une seconde ! Ton sang est celui des Ibusashi ! Tu n'as fait que suivre une personne qui manipule une jeune fille prodigue, et en a fait un démon. Si tu penses que ce sang noir est la même chose que la symbolique que j'essayais de te montrer avec mon kunai, c'est que tu n'as rien compris ! Détruis-le si tu veux, pulvérise-le, atomise-le, cela ne me fera rien. Tu peux me blesser avec, me tuer avec, me torturer avec, la symbolique restera la même. Tu veux VRAIMENT savoir pourquoi la mort ne m'effraie pas, et que toi tu en as peur ? C'est parce que tu n'as plus d'identité ! Tu l'as vendu au diable ! Tu as peur de mourir, car tu n'es personne actuellement. Et c'est parce que j'ai une identité, et que la faucheuse elle-même ne pourra me l'enlever, que j'emmerde la mort ! Donc, finissons-en, maintenant ! Car ma réponse restera la même jusqu'au bout, peu importe la beauté du monde de ta reine, ou son pays ! Je préfère mourir en sachant qui je suis, que vivre en ayant perdu ce que j'ai de plus important : mon identité. Alors, si tu penses que j'ai qu'une grande gueule, et que je suis qu'un beau parleur, alors vas-y, tue-moi ! Si tu penses que tu n'es qu'un monstre et que j'ai tort, alors TUE-MOI ! VAS-Y, TUE-MOI AYAKO !

Pendant ces mots agressifs se voulant volontairement puissants, le ninja montrait clairement qu'il était prêt à mourir pour préserver son identité. Dans ses yeux, seule la défiance de la mort pouvait être lue. Il n'avait pas peur, il était même déterminé comme il ne l'a jamais été. Kakashi avait déjà tout dit, depuis le début de cette rencontre, maintenant, aux portes de la mort, il ne lui restait que la solution du choc, pour espérer réveiller cette femme. Ou au moins lui faire prendre conscience qu'elle se ment à elle-même. D'ailleurs, si la jeune femme observait attentivement le ninja dans les yeux, et se rappelait un tant soit peu les paroles de Kakashi. Elle pouvait lire en plus de la défiance face à la mort, une autre chose. Une chose qui à présent ne devrait plus être un secret pour cette dernière : l'ambition du ninja. Ce dernier était prêt à sacrifier sa vie, pour tenter d'offrir une lueur d'espoir à une fille qui en a cruellement besoin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayako
Chef Black Spider
Chef Black Spider
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 31/05/2013

MessageSujet: Re: Le reflet de l'humanité   Sam 22 Juil - 0:09

Alors qu'Ayako était parfaitement sûre que Kakashi allait craquer, comme n'importe laquelle de ses victimes en voyant qu'elle était devant les portes de l'enfer, ce n'était pas son cas, visiblement. Il lui fit comprendre, avec un ton nettement plus sérieux que d'habitude, qu'il n'avait nullement l'intention de suivre Ayako. Il clamait également qu'il n'avait pas peur d'elle, et avec un ton de plus en plus agressif, allait jusqu'à s'en prendre à elle, en l'insultant de monstre, en rabaissant sa personnalité, et en insistant bien que le sang noir ne signifiait en aucun cas qu'elle avait une identité. Au contraire même. Bref, c'est après avoir bien renié en boucle autant l'invitation d'Ayako, que la principale concernée en question, que Kakashi invita cette dernière à aller jusqu'au bout.

Toutes ces paroles, couplées avec le ton agressif, aurait déjà fait qu'en temps normal, Ayako aurait décapité sa proie sans même lui laisser le temps de finir. Mais étrangement, Kakashi était pour l'instant toujours en vie. La raison était simple: Ayako était perdue dans ses pensées, et c'est non sans trembler, qu'elle tenait toujours sa faux, la lame derrière la nuque de Kakashi.


- Qu'et ce que ça veut dire ? D'habitude, n'importe qui aurait déjà succombé à la tentation, rien que pour sauver ses fesses. Toute personne qui s'est retrouvé dans cette posture, devant moi, tremblait comme une feuille morte, et me suppliait pour que je lui laisse la vie sauve. Mais lui, ce type... Il refuse de se soumettre ??? Mais bordel... Qui est ce type ? Qu'est ce qui lui donne une telle assurance alors que je suis à un geste de le décapiter ??? C'est... cette ambition qu'il s'est fixé ? Et d'ailleurs, quelle est cette foutue ambition ? Il tient tant que ça à me... "sauver" ? Mais c'est parfaitement ridicule ! Pourquoi ? POURQUOI ???

Ayako tremblait de plus en plus devant l'air ambitieux et imperturbable de Kakashi qui l'avait encouragé fortement à appuyer sur la détente. Pourtant, une telle occasion d'éliminer un gêneur de plus ne semblait pas toucher plus que ça Ayako, qui peinait à frapper. Soudain, Ayako fut prise par une douleur atroce au crâne, comme si à l'intérieur de son cerveau, ou plutôt de son esprit, un combat sans fin se déroulait. Alors que le cristal qui contenait le kunai de Kakashi flottait toujours en l'air, Ayako posa sa main gauche sur le front, tout en gémissant de rage. Il était évident qu'elle souffrait. Probablement un effet secondaire du sang noir, lorsque l'on ne se laisse pas assez aller à la haine, et qu'on tentait éperdument de s'en dégager. Ou plutôt, Ayako était à ça d'exploser, tellement le ton agressif de Kakashi et les paroles de ce dernier l'avaient troublés. Elle reprit son esprit et son sérieux soudainement, tenant toujours sa faux derrière Kakashi.

- Mais c'est QUOI TON PROBLEME, ENFIN ???? Tu es au beau milieu d'une guerre ! Tu as l'ennemi, devant tes yeux, qui te propose de t'épargner et t'offrir un abri ! Tu as une occasion en or que peu d'êtres humains ont pu se vanter d'avoir. Et toi... TOI ! Tu préfères MOURIR ??? Bordel, mais tes parents t'ont bercés trop près du mur étant bébé ! Ton identité dont tu sembles si fier, elle brûlera en enfer, avec toi, si je te bute ! OU EST L'INTERET ??? HEIN ? Ou alors, est-ce plutôt parce que tu ne supportes pas l'idée que ton ambition échoue, que tu préfères crever ? D'ailleurs, je peux savoir pourquoi tu tiens tant que ça à me séparer d'Azelia ? De mon but ? De ma raison actuelle de vivre ? Hein ? POURQUOI ??? Qu'est ce que ça peut te foutre que j'ai suivie la voie du démon ? Tu pouvais pas rester chez toi, bien tranquillement, à te mêler de ton cul ? Qu'est ce que je représente pour toi, pour que tu tiennes tant que ça à me changer ??? Parce que tu penses que nous sommes pareils ? Tss, tu es lamentable, Kakashi ! Tout nous sépare, toi et moi, à partir du moment où tu es faible, et que moi, je vais pouvoir continuer à vivre, en sécurité !

Le geste était à ça de partir tout seul, et comme Ayako semblait terriblement furieuse contre Kakashi, ce dernier pouvait déjà faire ses prières. Pourtant, la surprise était de taille, quand Ayako fit disparaître le couperet qui allait s'abattre sur Kakashi.

- Tsss, j'en ai assez ! Ca suffit ! J'en ai assez entendu ! Je me suis trompée à ton sujet, Kakashi. Tu ne m'intéresses plus ! Tu m'agaces nettement plus que ces deux abrutis qui t'ont accompagnés et qui ont déjà rejoint leur place, en enfer ! Te tuer ici et maintenant, ne m'apporterait pas la moindre satisfaction !

Ayako fit demi-tour, claqua des doigts, et soudain, la prison de glace qui gelait Kakashi sur place comme un esquimau, ainsi que le cristal dont était enfermé le kunai doré, éclatèrent en morceau. Kakashi était enfin libre, et pouvait même récupérer son bien.

- Maintenant, ramasse ton p'tit joujou si important pour toi, prends ta queue entre tes jambes, et CASSE-TOI ! Je ne veux plus te voir, et encore moins t'entendre !

Alors qu'Ayako s'apprêtait à s'en aller et à abandonner Kakashi tout seul au beau milieu de ce paysage infini, elle se retourna une toute dernière fois.

- Ne rêve pas ! Je n'ai pas l'intention de changer de voie ! Si je t'épargnes, c'est parce que je considère que la mort est bien trop douce pour toi ! De toute évidence, tu n'as pas suffisamment souffert, pour que tu crèves ! Alors si y'a une chose que j'attends de toi, désormais, c'est que tu survives ! Fuis cette guerre, cache-toi, fais ce que tu veux, mais survis à tout prix ! Je ne souhaite qu'une chose désormais, c'est que tu observes ce que demain pourra te réserver ! Plus cette guerre va durer, et plus tu verras ce monde disparaître ! Tu seras témoin de la disparition de l'humanité, et petit à petit, tu vas connaître le désespoir, le sentiment d'être seul, et enfin, la peur de mourir ! C'est indéniable, car tu n'es qu'un être humain, Kakashi ! Tu ne peux pas avoir autant d'assurance devant la mort ! C'est impossible ! Quand tu te retrouveras tel un chien à chercher d'autres personnes comme toi, et que tu réaliseras enfin que tout a été détruit, alors, on verra si ton identité est toujours aussi bien accroché à tes épaules. Oui, je m'arrangerais même pour être la première à voir si tu te vanteras encore d'avoir une identité quand tu remarqueras que le monde actuel a été anéanti ! Je veux voir les regrets te ronger, parce que tu n'as pas su prendre la main que je t'ai généreusement tendue ! Et si malgré tout ça, tu continues de préférer à errer comme un insecte au beau milieu d'un royaume que tu rejettes, alors, tu n'auras qu'à te pendre, Kakashi, vu que la mort ne te dérange pas tant que ça ! BEAU PARLEUR !

Ayako se retourna une toute dernière fois, et tout en marchant dans la direction opposée, adressa une ultime parole à Kakashi.

- Adieu, Kakashi. Et ne cherche pas à me retrouver... Ton ambition n'a aucune raison de continuer...

Si Kakashi tendait l'oreille, il pouvait entendre une voix troublée dire la dernière phrase. En effet, une fine larme coula le long de sa joue gauche. Ayako était incapable d'expliquer réellement pourquoi ses sentiments venaient de la trahir...

... quelques minutes plus tard, Ayako était éloignée du champ de bataille. Loin de Kakashi et des deux hommes qu'elle avait transformé en cadavres, elle errait sans but, sans savoir comment finir cette journée. Après tout, elle réalisa que rien ne s'était réellement passé comme elle le voulait. Ce qui était tout d'abord un assaut contre le tout dernier village ninja de la Yokume, était devenu un drame pour elle. Elle avait épargné la vie d'un homme, sans réellement savoir pourquoi. Et maintenant qu'elle avait décidé cela, que faire maintenant ? Ou aller ? C'était la tête bourrée de questionnement, qu'Ayako décida de faire une pause, au bord d'un sapin, le corps nu toujours recouvert par cette substance noire qui la rendait diabolique. Elle s'assit, et se recroquevilla sur elle-même, cherchant à comprendre le sens de ce qui venait de se dérouler. La réelle raison qui la poussa à épargner la vie de cet homme, tout comme la raison qui le poussait, lui, à souhaiter tellement à ce qu'Ayako redevienne ce qu'elle était, avant ce drame concernant sa mère.


- Qu'est ce qui m'arrive ? Suis-je rongée par les remords ? Est-ce que je regrette tout ce que je lui ai dis ? Cet homme, au lieu de me voir comme une ennemie, a tenté de me changer. Et moi, j'ai...

Ayako releva son visage de ses genoux, et regarda droit devant elle, sans réellement observer un point précis.

- Non, c'est mieux ainsi. Il faut mieux que cet homme oublie son ambition me concernant. Il est trop tard pour moi. Je n'ai plus rien d'humain désormais... Et maintenant, que vais-je faire ? Où dois-je aller ? Je n'ai pas été en mesure d'aller jusqu'au bout de ma mission. Je ne suis pas digne de retourner chez Azelia... Mais si je vais ailleurs...

Quelque chose allait très vite la sortir de ses pensées, quand elle vit une lumière dorée, tomber juste devant elle, telle une étoile filante. Mais elle n'avait pas besoin de se questionner sur la nature de cette lumière. Elle savait qui exactement avait affronté la mort et était de retour. Elle se releva tout doucement, et observa Shuujaku, le corps étinceler au point que cela devenait magnifique à observer.

- Toi... Tu es encore en vie.

Ayako reprit son air sérieux, et son expression la plus froide. Shuujaku, lui, avait sa blessure refermée par une flammèche noire qui remplaçait le trou dans son bide. De plus, une paire de cornes avait poussé sur sa tête, et des ailes de dragon se mouvaient légèrement derrière ses épaules. Pour Ayako, le véritable combat allait commencer.

- Les bruits qui couraient sur toi étaient donc vrai. Tu possèdes des gênes de dragons, tout comme Seto. Sauf que se dégage en toi quelque chose de parfaitement malsain.

- Ayako... Où allais-tu comme ça ?

- Je ne sais pas. Je dirais, comme ça, vers un certain village que tu connais très bien, pour finir un certain travail que l'on m'a confié.

Ce n'est pas son air provocateur habituel qui caractérisait Ayako cette fois, mais un regard déterminé. Comme si ce combat allait lui apporter une réponse. Elle fit apparaître son Jashinken, puis une paire d'ailes noires, de la même substance que ce qui cachait certaines parties de son corps.

- Finissons-en, Shuujaku. Je ne suis plus d'humeur pour m'amuser. Réglons ça une bonne fois pour toute. Bats toi pour l'avenir de ton village, et montre moi qu'une once d'espoir vit encore en toi...

Après avoir secoué la poudre enneigée sous leurs pieds, les deux combattants prirent leurs envols. Ils commencèrent leurs joutes en fracassant leurs armes contre l'autre. Le choc violent créa une sorte de perturbation dans les airs. Cela s'accompagna par divers coups d'épées qui se croisèrent à toute vitesse. Il semblerait que Shuujaku soit en mesure, pour l'instant, de suivre le rythme avec Ayako. Mais comme la jeune femme était également douée pour se battre avec son propre corps, et pas seulement avec des outils de combat, elle se pencha légèrement en arrière, pour frapper du pied droit son adversaire au visage, puis se servit de ce même pied pour prendre de la distance en utilisant Shuujaku comme appui. Une fois la distance augmentée, elle fit apparaître un cercle magique devant sa main non armée. Elle envoya cinq blocs de glace de grande taille, à toute vitesse vers Shuujaku. L'homme-dragon changea la teinture des flammes qui l'entourèrent. Elles étaient désormais noires. Il frappa en piqué chaque bloc de glace, et les éclata comme de vulgaires bulles de savons, avant d'atteindre Ayako et de la toucher en plein dans le mille, d'un coup de katana verticale. Mais comme son corps était solidifié au maximum, aucune effusion de sang ne se produisit. La jeune femme juste propulsée plus loin en arrière. Elle reprit très vite l'équilibre, néanmoins. Puis, elle pointa du doigt Shuujaku, afin de tirer vers sa direction, une multitude de mini rayons mauves, que Shuujaku esquiva sans peine. Devant le résultat du combat, Ayako commençait à transpirer.

- Je faiblis. Je suis capable de nettement mieux ! Qu'est ce qui ne colle pas ? Aurais-je peur ? Malgré mon évolution, aies-je toujours peur de mourir ? Qu'est ce qu'il faut que je fasse pour pouvoir être aussi combattive face à la mort comme Kakashi tout à l'heure ?

Ayako s'arrêta net. Elle resta droite, et ne bougea plus, fixant Shuujaku, stressée. Lui, en revanche, restait impassible, comme si il était pratiquement sûr de l'emporter sur l'archidiable.

- Quelque chose ne va pas, Ayako ? Tu n'as pas l'air dans ton assiette. As-tu enfin réalisé quelque chose d'important tout à l'heure, en te retrouvant seule avec Kakashi ?

- Ferme-la.... ferme-la, et... FERME LA !

Prise par une certaine pulsion, Ayako leva rapidement deux doigts, pour effectuer le signe incantatoire des ninjas.

- Shuujaku... Tu sais quel jour nous serons demain ? Cela fera dix ans que ma mère s'est suicidée et que je suis devenue une nukenin. Cela fait très exactement dix ans que je rêve de remettre de l'ordre face à cet acte qui n'aurait jamais dû se produire, et la seule manière que j'ai trouvé, est d'effacer le code shinobi à tout jamais. Je vais y mettre un terme ici et maintenant. Comme ça, l'âme de ma mère pourra enfin reposer en paix. Hayabusa et Hajinmon, les deux familles qui ont persécutés ma mère pour l'obliger à commettre l'irréparable. Une fois tout ceci éradiqué, ce jour qui m'a toujours hanté, ne sera plus qu'un lointain souvenir. Frozen Genocide !

- Qu'est ce que tu comptes faire ?

- Hihi, prends un peu d'altitude mon ami ! Et regarde en direction de ton village.

Shuujaku s'envola vers un point plus élevé, et observa le ciel. Il vit un cercle magique rouge se former au dessus d'un point précis. Et ce point, si Shuujaku ouvrait bien les yeux, était évidemment le village Hajinmon.

- Non ! Arrête !

- C'est bien, tu as bien deviné ce que j'allais faire ! Ce cercle magique est identique à celui que j'ai activé pour détruire le village Hayabusa. Dans quelques instants, une tempête de neige écarlate, suivie d'une chute de blocs de glace rouge vont s'abattre impitoyablement sur ton village pour l'écraser et le rayer de la carte. J'aurais du faire ça dès le début, si j'avais su ce qui m'attendrait en vous affrontant, tous les trois. Mais tant pis, une erreur, ça se répare, pas vrai ?

- Je ne le répéterais pas une troisième fois ! Arrête immédiatement !

- Alors fais en sorte que j'arrête ! La machine a déjà démarré ! Le sort a besoin de quelques minutes de préparation. Tu as seulement quelques minutes, Shuujaku ! Sois un chef ninja, et TUE MOI ! C'est le seul moyen de sauver ton village ! Montre moi que parmi ceux qui résistent à Azelia, il y'a des hommes courageux, qui comptent sur leurs propres forces, au lieu d'utiliser celle des autres ! Montre moi que tu n'as pas peur de moi, toi aussi ! Je répète ce que je t'ai dis, à toi et aux autres, avant le début du combat ! Montre moi TA VALEUR ! Ou sinon, montre moi ta peur de mourir ! Je veux voir ton courage qui te caractérise, toi qui te crois en mesure de résister à Azelia ! BATS MOI, SHUUJAKU ! OU OBSERVE TON VILLAGE SUCCOMBER !

Evidemment, Shuujaku était quelque peu nerveux, car il ne restait que quelques minutes avant que le village Hajinmon ne connaisse une fin atroce. Le seul moyen d'empêcher un tel destin était toujours le même, tuer Ayako. Shuujaku ne put s'empêcher de penser à Kakashi, qui n'aimerait probablement pas un tel dénouement, mais dans un autre sens, il pensa à Itachi, qui avait rendu l'âme à cause de ce monstre. Quel choix allait-il faire, à quelques instants de la chute de son village, et de la mort de toutes les personnes qui avaient une place spéciale dans son cœur ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shuujaku
Chef Hajinmon
Chef Hajinmon
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/12/2013

MessageSujet: Re: Le reflet de l'humanité   Lun 24 Juil - 2:11

Shuujaku avait seulement quelques minutes pour en finir avec Ayako. Le ciel devenait de plus en plus rouge, au point que même au dessus du mont Ibusashi, tout était écarlate. Ayako observait Shuujaku en ricanant légèrement, mais même lui pouvait voir qu'il s'agissait d'un rire nerveux. Pour Ayako, ce combat pourrait bel et bien être le dernier. Tellement la puissance de son adversaire était bien là, c'était inéluctable. Soudain, Ayako tendit les bras des deux côtés, et poussa un cri presque similaire aux ultra-sons que les succubes produisent pour infliger de lourds dégâts auditifs à leurs victimes. Sauf que le cri servait visiblement à modifier le terrain sous les pieds de Shuujaku. Cette fois, ce n'était plus de la neige que survolaient les deux adversaires, mais un véritable désert glacé. Le sol tout entier était recouvert de la fameuse glace écarlate qui avait piégé le village Hajinmon. Même les sapins étaient prisonniers du sort d'Ayako. Si on rajoute le ciel qui avait pris sa teinture rougeâtre, Shuujaku avait le profond sentiment d'être en enfer, sauf qu'on était à des années de lumière de l'image qu'on puisse se faire de l'enfer. L'atmosphère était glaciale. Ayako avait fait cela pour piéger Shuujaku qui ne pouvait plus poser les pieds sur le sol, mais pour une autre raison. Ayako avait la profonde certitude que Kakashi n'allait pas l'écouter de si tôt, quand elle lui avait ordonné de ne pas la suivre. Elle ne voulait pas être dérangé pendant ce combat, et peut-être même qu'elle ne voulait pas qu'il tente de s'immiscer dans un combat qui s'apprêtait à être violent. Pour finir, Ayako appliqua cette transformation sur elle-même. Toute la partie noire qui recouvrait son corps fut remplacée par la même glace rouge, et ses ailes subirent le même sort. Ayako était désormais vêtue d'une légère armure de combat faite d'une matière cristallisée, et semblait prête à combattre.

- Trop de rouge à ton goût, Shuujaku ? T'en fais pas, bientôt, tout sera noir dans ton esprit, car tu vas perdre la vie face à moi !

Pour commencer, Ayako fit apparaître autour d'elle deux miroirs écarlates, mais alors que Shuujaku pensait qu'il s'agissait encore de son éternelle manœuvre pour renvoyer les coups, les miroirs qui reflétaient la silhouette de la kunoichi, matérialisèrent justement ces mêmes reflets. Le ninja dragon était désormais face à face avec trois versions de la même ennemie, toutes vêtues avec la même apparence. Chaque Ayako levèrent un doigt vers le ciel, tirant le même rayon mauve qu'elle utilisa pour flinguer Itachi sur place. Les trois mini-rayons se divisèrent en une multitude de tirs qui changèrent leurs trajectoires, pour viser le chef Hajinmon qui, sous la surprise, avait peu de chance d'esquiver. Mais épris d'une rage intense face à la situation délicate, Shuujaku, enveloppé par une flamme noire, préféra foncer dans le tas. Et cette fois, c'est Ayako qui fut terriblement surprise. Shuujaku fut touché par une multitude de tirs ennemis, les mêmes tirs qui avaient transpercés Itachi, et lui, ne semblait pas subir grand chose, comme si sa peau était aussi dure que celle d'Ayako. Il se contenta de serrer des dents et de traverser les tirs tout en supportant la douleur. C'était comme si une force d'un autre monde le rendait plus résistant qu'un être humain banal. Ses vêtements étaient en lambeaux, mais il s'en fichait. Ensuite, il décida d'attaquer directement la véritable Ayako, au milieu de la ligne, par un coup de katana horizontal, dans le but d'embrocher sa victime, mais malgré la force du dragon humanoïde, Ayako fut simplement propulsé en arrière, encore une fois, sans perdre la moindre goutte de sang.

- Les attaques classiques ne fonctionnent pas, d'un côté comme de l'autre. Je vais enfin ressentir l'excitation que je n'ai plus retrouvé depuis ce combat avec Erza !

- Sauf que moi, personne n'a traficoté mon corps et mon sang pour que je puisse obtenir cette résistance hors du commun. C'est cette simple différence qui décidera du résultat de ce combat.

- Tu vas pas t'y mettre toi aussi ???

Shuujaku commençait à réaliser qu'Ayako ne conservait plus son calme naturel. C'était une découverte à double tranchant, puisque Shuujaku pouvait tout aussi bien déceler les diverses faiblesses chez Ayako, comme elle aurait très bien pu amplifier son pouvoir sous la colère. Elle se contenta de lever deux doigts vers les airs, puis, depuis le sol, et à vitesse trop élevée pour que Shuujaku la voit arriver, un bras géant, fait de glace rouge, tenta de frapper du poing le ninja dragon qui fut touché de plein fouet. Ayant pris de l'altitude sans le désirer, Shuujaku n'eut pas le temps de se redresser suite au choc extrême de l'attaque, que les copies d'Ayako, non armées, volèrent en direction de leurs proie.

- Kiba Slash !

Les deux Ayako, qui avaient fait apparaître des griffes acérées depuis les doigts, tranchèrent le corps de Shuujaku, mais cette fois, le ninja avait bel et bien perdu du sang, comme si son corps commençait à atteindre déjà ses limites. Le jeune homme se redressa, tout en observant les deux copies tournoyer autour de lui, tel un duo de squales affamés. Il fit disparaître son katana, pour invoquer cette fois son bâton de combat. Comme à son habitude, il enflamma chaque extrémité du bâton d'un type de flamme différent. D'un côté d'une flamme en or, et de l'autre en argent. Puis fit tournoyer son bâton dans les airs. S'ensuivit une pluie enflammée qui s'abattit sur tout le périmètre. Les deux copies furent anéanties par l'attaque. L'originale en revanche, fit comme d'habitude, et se protégea avec un miroir de glace, à défaut de ne pas avoir de parapluie. Evidemment, Shuujaku ressentit la souffrance parcourir ses muscles et ses os, mais cela lui confirma ce qu'il voulait justement confirmer. La glace sur le sol, à défaut d'être particulièrement acide, ne possédait aucune propriété lié au renvoi des dégâts. Mais elle était terriblement solide. C'est alors que Shuujaku, prit par une volonté qu'il n'a jamais eu jusqu'à présent, décida de tenter une belle folie. Une technique de haut niveau pour les dragons de son gabarit, que lui avait appris Ignir, son maître. Mais il ne voyait aucun autre moyen de mettre un terme à ce compte à rebours infernal.

- Ayako, merci...

- Quoi ?

- J'ai toujours douté de mes capacités de chef. A vrai dire, c'est Itachi qui aurait du diriger le village, et non moi. De ce fait, je n'ai jamais ressenti, au fond de mes entrailles, la moindre motivation nécessaire pour dépasser mes limites d'être humain. Mais grâce à toi, et ce compte à rebours que tu m'imposes, j'ai enfin une raison valable de laisser le dragon en moi s'exprimer !

Cette fois, le bâton de Shuujaku s'agrandit, faisant place à ce qui ressemblait à un pilier géant. Il la tenait à la seule force de sa main droite, puis l'enflamma d'une flamme obscure. C'était à se demander la quantité de réserves que le ninja possédait en mode "dragon noir". Il visa le sol, qui constituait une énorme gêne pour manœuvrer. Puis balança son bâton vers le sol, dans le but de faire fondre ce sol glacé et acidifié.

- Magma Stream !

Un océan obscur parcourut tout le long du verglas rougeâtre, l'anéantissant partiellement. Le sol avait également subi de lourds dégâts. Une fois les flammes noires effacées, Shuujaku décida de quitter la voie des airs pour poser les deux pieds sur terre. Ou plutôt, sur ce qui restait du sol, vu à quel point le terrain était dévasté. Il observa Ayako depuis son point, l'invitant du regard à descendre également. Elle se contenta de le fixer, presque tremblotante.

- Il est très fort, tout comme Erza... C'est donc ça, le niveau d'un combattant qui trouve ses origines dans ce monde nommé Legendia, et dont m'a légèrement parlé Kikyo ? Ah, je comprends mieux sa décision de s'écarter de moi...

Ayako posa également les deux pieds sur le champ de ruines qui se trouvait en dessous d'elle. Elle tenta de calmer la tension qui l'accablait, mais c'était peine perdue. Le sang noir a beau être terriblement utile, si l'on succombe au stress et à la pression, il se retourne contre l'utilisateur, irrévocablement. Ayako l'avait compris, hélas. Elle fixa Shuujaku intensément. C'était le moment pour lancer une ultime attaque qui allait tout décider.

- J'ai fais tout ce chemin aux côtés des troupes d'Azelia uniquement pour ce moment. Je dois détruire ce qui m'a hanté depuis si longtemps...

Alors que d'habitude, toutes les techniques d'Ayako dégageaient une aura sombre, ici, c'est une vaste lumière qui se forma derrière le dos d'Ayako. Shuujaku observa de loin ce qui se tramait, et ce qu'il vit pouvait paraître illusoire, mais ce n'était pas le cas. La lumière forma six bras qui partirent des deux côtés d'Ayako, donnant l'illusion qu'elle avait huit bras en tout. Chaque main se croisa avec une autre, situé à la même hauteur. Shuujaku était quelque peu impressionné par l'image illuminée face à lui, donnant le sentiment d'affronter une divinité à huit bras, tandis qu'un cercle de lumière se forma derrière elle. Ses cheveux dansèrent avec le vent causé par sa propre énergie. Mais dans un autre sens, il était ravi. Ravi de voir une once de lumière en Ayako.

- Sois honoré, Shuujaku. C'est avec le ninjutsu que je vais détruire son créateur: Le monde shinobi ! Je vais utiliser la quintessence de l'art de mon clan pour vaincre l'ultime résistance contre mon ambition. Ne cherche pas à l'esquiver, c'est impossible !

- Alors, c'est avec une technique de ton clan que tu comptes en finir, Ayako. C'est parfait. Je n'en attendais pas moins de toi.

[ Thème d'ambiance: https://www.youtube.com/watch?v=krRNUVgl0dE ]

Shuujaku prit une longue inspiration, encore et encore, comme si il accumulait une certaine force intérieure, au fond de son estomac. De l'autre côté, les huit mains d'Ayako formèrent une sphère de lumière qui se forma secondes après secondes.

- Saphed Baagh !

Sous les yeux du ninja dragon, une large vague d'énergie blanche, sous la forme d'un tigre, fonça à toute allure sur Shuujaku. De son côté, il était également prêt. Il expira d'un seul coup toute l'énergie accumulée. Un dragon noir, entièrement de feu, rejoignit le tigre magique d'Ayako. Le clash des deux techniques n'interrompit pas le duel. Au contraire même. Désormais, il s'agissait d'un dernier bras de fer entre les deux adversaires.

- Intéressant ! Voyons de qui, entre le tigre et le dragon, est le plus fort.

Ayako poussa de toutes ses forces son sortilège pour atteindre Shuujaku. Pour se donner de la force supplémentaire, elle commença à se remémorer plusieurs événements. Le suicide de sa mère sous ses yeux, la maltraitance qu'elle avait subie de ceux qui la voyaient comme une esclave. Puis, la main tendue d'Azelia, son nouveau rôle en tant qu'assassin au service du pays lunaire. Le sang, le meurtre, la terreur qu'Ayako inspirait sur le visage de ses victimes. Ce qui était devenu sa vie, le but de son existence:

- LA DESTRUCTION DU MONDE SHINOBI ! JE DOIS DETRUIRE... LES... SHINOBIS !

Shuujaku, malgré étant parfaitement concentré sur ce duel avec Ayako, observa le ciel. Le cercle rouge s'excitait de plus en plus, tournoyant sur lui-même. Il fallait que Shuujaku se dépêche, car il restait peu de temps avant la destruction du clan Hajinmon. Mais cela lui donna sa propre motivation pour remporter le combat. Il relaya son hurlement par la force de ses deux bras, pour pouvoir dire un dernier mot à Ayako avant la fin.

- Je ne te laisserais pas... Non... Je ne laisserais pas Azelia détruire mon VILLAGE !

Sous un dernier effort, Shuujaku utilisa le maximum que son corps pouvait effectuer, pour pousser sa technique une dernière fois. La technique prenait petit à petit le dessus sur celle d'Ayako, ce qui commençait à faire paniquer la principale concernée.

- Non, cela ne se peut. Je faiblis encore ! Je perds en puissance ! Non ! NON !

Sous un ultime déchaînement d'énergie de la part du dragon noir, Ayako perdit le contrôle de sa propre technique, et l'inévitable arriva. Elle fut emportée par la technique de Shuujaku, et cela dura au moins dix bonnes secondes. Dix secondes où la glace qui protégeait Ayako se fissura, dénudant totalement la jeune femme. Les dix mêmes secondes où Ayako ne parvenait pas à réaliser ce qui venait de se dérouler.

- Impossible. J'ai encore perdu ? Alors que j'avais atteint le summum de mon évolution ? J'ai tant donné pour évoluer, pour que ma reine soit fière de moi. Mais, j'ai malgré tout échoué... Qu'est ce qui me manquait pour que je puisse vaincre les shinobis ? Est-ce... cette identité que Kakashi a tenté de m'inculquer ?

Quand le choc s'acheva, et que la fumée se dissipa, Shuujaku, épuisé, tenta de s'approcher du corps d'Ayako. En effet, ce n'était nullement le moment pour lui de se reposer. Le ciel était toujours rouge, et le cercle magique continuait de tournoyer, signifiant qu'Ayako avait survécu. Il devait trouver un moyen d'empêcher une fin atroce pour ses compagnons. Il trouva Ayako allongée sur le sol, complètement nue, ayant repris forme humaine. Ses cheveux blancs avaient disparus, et étaient redevenus noirs, et la corne sur son crâne disparut également. Elle semblait toujours consciente, heureusement pour Shuujaku.

- Ayako, je t'en prie, annule ta technique ! Il n'est pas trop tard pour que tu prennes la bonne décision !

- Si, il est trop tard... Une fois activé, Frozen Genocide ne s'arrêtera plus, sauf si tu...

Un air triste pouvait se dessiner sur le visage de Shuujaku. Même si il s'agissait d'une ennemie, il refusait, au fond, de l'achever, pensant à tous les efforts de Kakashi pour sortir une jeune femme de sa détresse. Mais il restait un chef shinobi. Et entre le village, et une seule personne, le choix était fait.

- Allons, Shuujaku. Ne regrette rien. Sois un chef, et fais ton travail. Il est bien trop tard pour moi. Si certaines personnes préfèrent mourir que perdre leurs identités, moi, je préfère largement rejoindre l'au-delà, que devenir une nouvelle fois l'esclave de cette société martyre. Je ne peux retourner auprès d'Azelia, je suis bien trop faible. Tout ce qui me motive, désormais, c'est de rejoindre ma mère et de m'excuser auprès d'elle... Tu peux bien me rendre ce service, Shuujaku... ?

Shuujaku observa une dernière fois le ciel, puis posa à nouveau le regard sur Ayako qui avait maintenant un mignon sourire aux lèvres, comme si elle acceptait son destin, les yeux brillants d'émotions.

- Allez, Shuujaku... Tue-moi...

- Bien...

Shuujaku fit apparaître son katana, et le tenait verticalement en direction d'Ayako, prêt à frapper et à mettre fin à la souffrance d'Ayako.

- Repose en paix, Ayako Ibusashi...

Ayako ferma les yeux, le sourire toujours aux lèvres.

- Oui, c'est mieux ainsi... Adieu, Azelia. Adieu, Seto. Et adieu à toi aussi, Kakashi. Dans d'autres circonstances, nous aurions pu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kakashi
Ninja d'elite
Ninja d'elite
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 22/05/2014
Age : 29

MessageSujet: Re: Le reflet de l'humanité   Jeu 28 Sep - 11:23

Tandis que le ninja venait de finir son discours, sa seule action maintenant, était d'attendre et observer. Employer un ton agressif et cru était un parti pris, afin d'essayer de provoquer un genre d'électrochoc à cette jeune femme. Pour l'instant, cela semblait avoir fonctionné. La jeune femme était murée dans le silence, et le regard pensif. Kakashi comprit qu'actuellement, Ayako était certainement en train de réfléchir intérieurement, et que les paroles du ninja avaient fait mouche. Néanmoins, ce n'était pas l'heure de se relâcher pour Kakashi. La faux était toujours derrière sa nuque, et son corps toujours prisonnier de la glace. Cette position délicate était assez contrariante, mais le ninja gardait toujours son air impassible, pour continuer de rester en accord avec son discours. Mais la situation évolua soudainement, lorsque la jeune femme posa sa main libre sur son crâne, comme si elle souffrait intérieurement. Puis, après avoir repris son sérieux et calmé sa douleur, elle rompit enfin le silence, pour s'adresser au ninja. Ses paroles trahissaient un sentiment de questionnement et de surprise. Cette fois, c'était clair que Kakashi avait réussi à toucher sa cible. Le discours de cette dernière montrait une femme essayant de comprendre l'attitude et le déni de sa victime, impassible face à la mort. Les nombreux questionnements, ainsi que les tentatives de se rassurer émanant de ses paroles ne laissait peu de doute, quant à la situation mentale actuelle de cette femme. Cela n'était pas une si bonne chose pour Kakashi cependant, qui avait l'impression d'avoir dirigé la rage de son ennemi uniquement sur lui à présent. Pourtant, la situation allait de nouveau changer, et cette fois d'une façon surprenante, lorsqu'elle retira sa menace de la nuque du ninja. Bien que le ninja ne soufflait pas encore, et que le danger était toujours présent, intérieurement il était déjà soulagé de savoir qu'il va peut-être garder la tête sur les épaules.

Finalement, après avoir retiré sa faux, elle reprit rapidement la parole, semblant énoncer qu'elle en avait assez. La jeune femme allait même jusqu'à renier son intéressement pour le ninja, et que ce dernier l'agaçait bien plus que les deux cadavres qui gisaient au sol. Puis, elle expliqua pour finir que le tuer ne lui apporterait plus de satisfaction. Pour Kakashi, il était évident que c'était une parole pour garder la tête haute, et ne pas montrer qu'elle venait de faiblir mentalement, et surtout, qu'elle n'avait aucune envie de tuer ce dernier. Et la suite allait encore plus appuyer ce fait, quand la prison de glace disparut à son tour, libérant définitivement Kakashi de tout danger immédiat. Même le kunai fétiche de ce dernier avait été libéré, alors que la jeune femme avait eu beaucoup d'occasions de détruire ce petit objet fragile. Ce point était évoquant pour Kakashi. Le fait qu'elle laisse ce kunai, qui symbolise cette identité pour le ninja, était le signe qu'elle était en plein questionnement intérieur. D'ailleurs, lorsque la jeune femme lui ordonna de prendre ses jambes à son cou et de partir, cela créa pour le ninja une situation assez paradoxale, voire cocasse, dans d'autres circonstances. Paradoxale sur le fait que c'était cette dernière, qui finalement commençait à partir, et voulait fuir. C'était évident que c'était son vœu à elle, de prendre ses jambes à son cou, et de disparaître. Ce qu'elle commença à faire, avant de se retourner une dernière fois, s'adressant de nouveau au ninja. Cette fois, elle énonça dès le départ qu'elle ne comptait pas changer de voie, et que sa seule raison d'épargner le ninja était qu'elle voulait qu'il souffre davantage. Elle souhaitait qu'il observe le monde brûler, impuissant, et qu'il succombe au désespoir, pour finalement ressentir la peur. Encore une fois, ce discours était la preuve que l'ancienne kunoichi ne comprenait pas la détermination du ninja, et encore moins qu'on puisse défier la mort sans sourciller, préférant son identité, à la vie. Cela la perturbait visiblement à tel point, qu'elle voulait absolument voir, le moment où le ninja succombera à la peur et oubliera son identité. Et, bien que la fin de ses paroles était agressive et crue, cela n'était qu'une façon de se défouler. Toutes les paroles agressives depuis le début, et les insultes qu'il ramassait, ne l’atteignait pas, et ne changea pas son fusil d'épaule sur cette dernière. Il préféra rester dans le silence, jugeant que c'était à présent la meilleure chose à faire, afin de permettre à Ayako de se défouler verbalement. De toute façon, il n'avait rien à répondre à tout cela. C'était inutile, la jeune femme avait exactement l'attitude qu'il espérait, et que ses propres paroles étaient suffisantes.

Après ce dernier discours, et avoir traité de beau parleur le ninja, elle commença à partir pour de bon, tout en faisant ses adieux. Kakashi n'essaya évidemment pas de l'arrêter. C'était pour l'instant le meilleur scénario possible, que la jeune femme s'isole, pour retourner dans tous les sens, ce qu'il venait de se passer. Et la petite voix troublée avec laquelle elle conclut tout cela était suffisante pour prouver qu'elle était toujours là, et que cette femme pouvait être sauvée.


* * *

Une longue minute après le départ d'Ayako, le ninja laissa échapper un long soupire de soulagement. C'était comme si ce dernier était sorti tout seul, tellement la situation avait été tendue. Cette minute encore un genou à terre lui servait aussi et surtout pour reprendre toutes les fonctions motrices de ses membres. Il était resté un petit moment dans ce bloc de glace, et donc, il fallait le temps que les engelures et la paralysie post-traumatique due au choc thermique se stabilisent. Et, bien qu'il récupéra après quelques minutes, il était clair que ce n'était pas à 100%. Déjà, il avait subi pas mal de blessures lors du dernier combat, et les malus actuels qui le traversaient n'allaient pas disparaître par miracle. Pour retrouver toutes ses fonctions au maximum, il lui faudra bien une semaine, voire deux. Cela dépendra des soins et du repos dont il bénéficiera. Mais son état était envieux, comparé à celui de son ami Itachi, toujours inconscient non loin de sa position. C'était sûrement dû au dernier échange avec Ayako, mais il avait presque totalement oublié depuis quelques minutes l'état de ses deux partenaires. Deux ? Tandis qu'il observa la zone afin de confirmer qu'il n'avait pas rêvé, il s'avérait que c'était bien réel. Le corps de Shuujaku était introuvable. Le ninja ne pouvait pas s'expliquer comment ce dernier pouvait être vivant après ce qu'il avait reçu, et encore plus étonnant, qu'il puisse ne serait-ce que bouger. Le chef du village a dû se relever pendant que Kakashi se battait après le départ d'Ayako pour reprendre ses esprits. Cela expliquait le fait qu'il n'a même pas réagi lorsque ce dernier s'était relevé. Cependant, quelque chose fit tiquer instantanément Kakashi. C'était le départ précipité de Shuujaku. Pour que ce dernier parte si vite, sans même prendre le temps de voir comment se porte Kakashi, et plus important, son meilleur ami, Itachi. Il était clair qu'il n'avait qu'une idée en tête : poursuivre Ayako.

Kakashi était soudainement stressé, en réalisant que le chef du village allait continuer de pourchasser Ayako. D'un côté, il pouvait comprendre que laisser l'ennemi s'enfuir était hors de question pour ce dernier, mais de l'autre, il fallait qu'Ayako reste seule, afin de se remettre en question. Si dans son état mental actuel elle était de nouveau mise sous pression, elle pourrait faire n'importe quoi. Comme, par exemple, tenter de réduire le village Hajinmon à l'état végétatif, tout comme le village Hayabusa. Et cette idée était loin d'être une prémonition, mais une confirmation que le ninja pouvait observer, presque terrifier, en observant le ciel au-dessus du village. Il reconnaissait sans souci ces nuages, cette formation, il avait déjà vécu cela. Cette fois, il n'y avait plus aucun doute, Shuujaku et Ayako devaient actuellement se faire face. Mais ce qui pressa le ninja, c'était que maintenant que la disparition du village était préréglée, le chef du village allait certainement tout faire pour mettre un terme définitif à la vie de cette femme. Bien que cela était logique, Kakashi ne pouvait se résoudre à accepter cette fatalité. Il refusait que tous ses efforts soient réduits à néant. De toute façon, c'était trop tard à présent, le village allait disparaître, c'était une assurance pour le ninja. Donc au point où la situation en est, autant tenter de sauver la dernière chose qui peut encore l'être aujourd'hui.

Avant de partir néanmoins, il ne pouvait pas laisser le sort d'Itachi en suspens. Il s'avança donc vers le corps du ninja, et s'abaissait à sa hauteur afin de l'examiner. Il fallut moins d'une seconde pour se rendre compte que son cœur battait toujours, et que ce dernier n'avait pas été touché. Cela pouvait passer pour un véritable miracle, que l'attaque ait raté le cœur, mais pour Kakashi ce n'était pas le cas. Lors de cette action, et de l'attaque, Ayako avait tout son temps, et n'était pas sous pression. C'était impossible qu'elle puisse rater à cette distance l'organe vital de sa victime. La seule explication était donc que c'était volontaire. Dès qu'il réalisa ce fait, un sourire se dessina sur le visage du ninja, puis, d'un geste vif, s'élança à la poursuite d'Ayako à son tour.

* * *

Kakashi ne mit pas longtemps, pour retrouver la trace d'Ayako et de Shuujaku. N'importe qui aurait d'ailleurs pu le faire, tellement le combat qu'il pouvait observer, de sa position, était intense. Et, bien qu'il était trop loin pour entendre les échanges entre les deux adversaires, il avait une très bonne vue quand même. Il préféra cependant rester caché, et observer. C'était évident que le combat sous ses yeux était d'un niveau bien trop élevé pour un ninja. La seule chose qu'il attendait à présent était qu'un des deux sort vainqueur de l'affrontement. Évidemment, bien qu'il était partagé quant au gagnant, il espérait que ce soit Shuujaku qui l'emporte. C'était sur le moment la meilleure des solutions, pour le monde, mais aussi pour la jeune femme indirectement. Et à la vue de l'évolution, le chef du village était d'une supériorité écrasante. Plus le combat avançait, plus Ayako était poussée dans ses derniers retranchements. C'est finalement dans un dernier effort qu'elle lança ce qui s'apparentait à une technique de dernier souffle. Le genre de techniques qu'on lance quand on sait qu'il ne reste plus d'autre espoir de victoire, que le tout pour le tout. Et rapidement, c'était au tour de Shuujaku de lancer une attaque aussi violente en réponse à celle d'Ayako. Les deux techniques se rencontrèrent finalement, et un ultime duel débuta. Le résultat ne se fit pas attendre, et tout comme prévu par le ninja de sa position, Ayako fut finalement balayée par la puissance enragée du chef ninja...

C'était fini. Le corps de la jeune femme était au sol, vaincu. Le fait qu'elle retrouva par ailleurs sa forme humaine confirmait cette finalité. Mais aucun sourire, ou soulagement pour Kakashi, qui avait presque du mépris, de voir le résultat. Ce n'était pas pour la victoire de Shuujaku, mais surtout de voir Ayako au sol, vaincue. Comme prévu, peu importe le vainqueur, le ninja savait que ça n'allait pas être plaisant. Actuellement, Kakashi et Shuujaku avaient détruit indirectement tout l'univers que c'était façonné cette femme. Kakashi par ses paroles, et Shuujaku en lui prouvant sa faiblesse. Bien que le monde que la jeune femme avait créé dans sa tête était néfaste et faux, cela ne change pas que lorsque notre monde s'effondre, le désespoir s'empare rapidement de l'esprit. Le ninja n'avait pas besoin d'être à côté de cette dernière pour comprendre qu'elle devait certainement à l'heure actuelle, avoir abandonné toute notion d'avenir. Et lorsqu'il observa le chef du village lever sa lame pour mettre un terme à la vie de la jeune femme, il savait qu'il allait le faire à contrecœur...

Mais tandis que le couperet allait s'abattre sur Ayako, mettant un terme à cette journée, Kakashi ne put s'y résoudre. Si Ayako avait abandonné tout espoir, et que Shuujaku aussi, ce n'était pas son cas à lui. Il devait faire quelque chose, n'importe quoi, pour que tout ne soit pas perdu aujourd'hui. C'est donc sans plan en tête, mais sans hésitation qu'il activa son sharingan malgré qu'il était presque inutilisable, et qu'une douleur le frappa. Mais il s'en fichait, et kamui fut lancé. Le ninja apparut soudainement au seul endroit où il avait envie d'être actuellement : entre la jeune femme, et la lame du chef Hajinmon. C'est donc son propre katana dégainé, qu'il croisa le fer dans une explosion d'étincelles avec Shuujaku.

- … Désolé... Shuujaku... mais je refuse cette fatalité !

Le ninja avait dit cela d'un ton fatigué, mais déterminé, tout en ayant son katana croisé avec celui du chef Hajinmon. Et c'est toujours dans cette posture et cette situation qu'il reprit la parole

- Je refuse de laisser le destin, voler l'avenir que j'entrevoie pour cette femme... Je sais que je suis le dernier abruti du coin à espérer la sauver, et que je ne suis certainement qu'un beau parleur à ses yeux... Mais cela m'est égal ! Je refuse de laisser mourir cette fille qui a enfin une chance de voir autre chose que des actes égoïstes, et la souffrance, dans sa vie...

Kakashi était assez essoufflé, et avait presque du mal à sortir de longs discours, en partie à cause de la fatigue et de son état, mais il luttait, et devait la sauver, coûte que coûte.

- Je sais que tu n'as aucune envie de la tuer, Shuujaku, et que tu penses que c'est une nécessité pour sauver le village. Mais c'est inutile ! Cette femme, vient simplement de perdre ce en quoi elle croyait, et n'a pour l'instant que la mort comme échappatoire dans son esprit. Mais elle a tort, moi je vois bien d'autres choses pour elle, tout comme toi, j'en suis certain... Et, bien que la vérité est dure à entendre, je doute que la tuer... annule sa technique. Regarde le cercle au-dessus du village... il est déjà activé, et j'ai déjà observé cette chose au village Hayabusa... à l'heure où l'on discute, le village Hajinmon.. doit déjà être un souvenir... Mais tout n'est pas perdu pour autant Shuujaku ! La perte du village ne signifie pas la perte du monde ! Notre véritable ennemi se trouve toujours être Azelia. C'est elle, la véritable coupable de la destruction du village... pas cette fille qu'on vient nous-mêmes de pousser à bout...

… Elle n'est pas mauvaise, et ne mérite pas de mourir ici... Elle ne devrait pas être condamnée pour les actes des Hayabusa et de cette reine ! Bon sang, Shuujaku, si tu l'as tue, toi et moi on ne vaudra pas mieux que les Hayabusa, ou Azelia ! Ces deux entités n'ont jamais cherché à comprendre cette femme ! Ils n'ont fait que la terroriser et la manipuler ! Et je refuse de laisser mourir une femme qui n'a toujours pas trouvé son identité ! Elle mérite qu'on s'intéresse enfin à sa souffrance, à ses pensées, à ses peurs... J'ai pu les observer et lire en elle comme un livre, lors de notre échange ! Un être déterminé à éradiquer l'humanité comme cette reine, ne serait pas aussi facilement lisible... Il est évident qu'Ayako n'a besoin que d'une chose : une personne qui la prenne enfin pour ce qu'elle est vraiment ! Maintenant que j'ai pu voir la détresse de cette fille, je ne peux me résoudre à la voir mourir... et je sais qu'au fond, c'est pareil pour toi...

Kakashi fit une légère pause, afin de nouveau reprendre son souffle, ainsi que d'avoir le temps de penser à ses prochaines paroles.

- Sache qu'Itachi est vivant... son organe vital a miraculeusement été raté. Mais entre nous, on sait très bien que ce n'est pas un miracle, mais bien volontaire de la part de cette fille... Peu importe que tu sois un dragon, si elle avait voulu nous tuer, nous serions tous morts depuis longtemps... Pourtant, nous sommes tous les trois vivants, et c'est notre adversaire, qui est au sol, à demander la mort... Cette situation n'aurait jamais été possible, si c'était une Azelia qu'on aurait eue comme adversaire ! C'est la raison pour laquelle, je me dresse entre cette femme et ta lame, Shuujaku... plus que pour la sauver, c'est également pour lui montrer, qu'actuellement, je lui dois la vie...

… De plus, souviens-toi de ce que nous a promis Ayako au début, Shuujaku... Réfléchie aux informations qu'elle possède sur Azelia et le pays lunaire... Si moi je veux l'épargner parce que j'ai foi en elle, toi épargne là pour l'avenir de la Yokume ! La perte du dernier village Shinobi n'est pas une raison pour abandonner le monde ! Il nous reste toujours un espoir de pouvoir nous relever, de pouvoir lutter contre Azelia, et cet espoir peut très bien être cette femme... Et au fond, n'est-ce pas notre faute, et notre impuissance, si le village a été détruit... ? Si la mort devait frapper quelqu'un ici, ce devrait être nous, ainsi que le monde Shinobi pour son égoïsme et son stupide code...

Bien sûr, Kakashi savait que jouer sur cet argument de culpabilité était un coup bas, mais il fallait qu'il empêche cette femme de se faire assassiner. Cependant, il pensait ce qu'il disait. Bien que c'était une tactique pour perturber la lame du bourreau, cela ne changeait pas qu'il n'avait pas tort. C'était son impuissance, et celle des Shinobi qui sont en partie responsables de leur propre sort. Quoi qu'il en soit, Kakashi avait terminé son discours, et il n'avait plus qu'à espérer que ça fasse mouche. Il avait tout fait pour que cette femme soit sauvée, même si au fond de lui, il trouvait ça complètement fou. Il ne s'expliquait toujours pas, lui qui est toujours si logique, comment il avait pu se foutre dans une telle situation pour cette fille. Mais ce qui était fait est fait, et c'est dans cet état d'esprit qu'il prit une dernière fois la parole. Tandis qu'il allait prendre la parole, il repoussa la lame du chef Hajinmon, mais se contenta par la suite de simplement jeter son katana au sol. Puis, il fixa le chef dragon dans les yeux, et lança d'un ton déterminé, tout en écartant les bras :

- Si tu dois la tuer, alors tu devras me tuer aussi... Comme je l'ai dit, si elle mérite la mort, alors nous aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayako
Chef Black Spider
Chef Black Spider
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 31/05/2013

MessageSujet: Re: Le reflet de l'humanité   Lun 2 Oct - 1:25

Ayako avait accepté la mort. Elle attendait que le couperet se referme et qu'elle soit exécuté. C'était le seul moyen rédempteur qu'elle avait trouvé. Elle avait le sourire aux lèvres, prouvant très clairement que cette fin était celle qu'elle désirait à l'instant présent. Sauf que...

... son souhait n'allait pas se réaliser. Tout ce qu'elle entendit, était le bruit cinglant de deux lames qui se frottent. Elle ouvrit les yeux, pour voir uniquement la silhouette de Kakashi. Il venait de protéger Ayako de son bourreau, au grand étonnement de ce dernier.


- Kakashi, écarte toi ! Tout de suite !

Mais cela ne se fit pas, l'ancien ninja continuait de protéger la malheureuse nukenin. Shuujaku était pressé, il devait sauver son village coûte que coûte, mais dans un autre sens, il refusait de blesser Kakashi. Pour lui, tuer un homme qui a encore la tête sur les épaules était un sacrifice et un prix qu'il ne pourrait surmonter. Il espérait donc que Kakashi s'écarte, mais en vain. Il semblait décidé à empêcher l'exécution. Shuujaku était loin de regretter d'avoir emmené Kakashi avec lui, mais il semblait outré que ce dernier s'oppose à une exécution qui aurait arrangé le bourreau comme la victime.

Quand à Ayako, elle s'apprêtait à dire à Kakashi de se mêler de ses affaires, souhaitant pleinement voir ses jours se terminer, mais avant qu'elle prenne la peine de s'exprimer, il expliqua pourquoi il refusait cette fatalité. S'ensuivit donc une série de paroles qui, au fur et à mesure, faisait monter l'émotion en la nukenin. Il proclama qu'elle avait la possibilité de voir autre chose que la souffrance, et même si Ayako trouvait cette façon de penser parfaitement naïve, en vue de la société actuelle, elle ne comprenait pas pourquoi ces paroles semblait lui faire effet. Entre temps, Kakashi expliqua une autre fatalité qu'il encouragea cette fois à accepter: le village Hajinmon serait déjà détruit. Et enfin, il expliqua que ce n'était pas une raison pour empêcher Ayako d'avoir un avenir, insistant sur le fait qu'Azelia était la véritable coupable de cet incident, et non elle. Il rajouta que si ils achevaient Ayako, ils ne vaudraient pas mieux que ceux qui ont traumatisés la jeune femme, et qu'elle méritait qu'on s'attarde sur son sujet, que quelqu'un puisse l'accepter telle qu'elle est.

Kakashi ne s'en doutait peut-être pas, mais toutes ces paroles avaient eu un effet monstrueux sur Ayako. Si elle était seule, elle aurait probablement fondu en larmes, et si elle avait la possibilité de se relever malgré ses blessures, elle aurait posé sa tête sur la poitrine de l'homme qui avait déclaré tout ça, tout en le serrant fort dans ses bras. Un sentiment incroyable qu'elle ne comprenait pas, venait de naître en elle. Son cœur battait fort, comme si la plaie qui brûlait son organe vitale avait été cicatrisé. Les douleurs qui tiraillaient sa poitrine disparaissait. Malgré qu'elle était nue sur un sol enneigé, elle n'avait pas froid. Elle se sentait réchauffée, apaisée. Elle qui, longtemps, ne ressentait rien d'autre que de la peine et de la colère et souhaitait tout rejeter sur le monde qu'elle détestait, venait de ressentir une forte vague d'émotion. Elle se forçait à ne pas pleurer, ou de murmurer le nom de l'homme qui venait de la sauver, malgré qu'elle avait agi horriblement en son égard. Pendant ce temps, Kakashi défendait encore Ayako, en expliquant à Shuujaku qu'Itachi n'était pas mort, et qu'Ayako avait sans doute volontairement manqué le cœur du jeune Uchiwa. Kakashi était plutôt observateur, car c'était la vérité, au fond. Les trois ninjas, si ils avaient affronté une Ayako qui était sérieuse, n'auraient clairement pas survécu. Etant devenue une archidiable à part entière, une race ayant autant de potentiels que les nirvits, elle avait nettement l'avantage. Pourtant, c'est elle qui gisait au sol, attendant la mort. Et cela était une raison supplémentaire pour Kakashi, de protéger Ayako, car elle avait laissé la vie sauve au trio.

Enfin, son dernier argument plausible était qu'Ayako pouvait dévoiler de précieuses informations pour monter un coup contre Azelia et sa carte maîtresse, encore inconnue pour les ninjas. Et que si le village a été anéanti, il fallait encore penser à la sauvegarde du monde. Shuujaku fut surpris que c'était Kakashi qui s'exprimait ainsi. En effet, lui qui paraissait indifférent d'un bon nombre de choses, il parlait désormais de la sauvegarde du monde. Sa rencontre avec Ayako lui avait-il donné une telle motivation pour l'avenir ?

Quoiqu'il en soit, Kakashi semblait considérer que les ninjas méritent autant de périr qu'Ayako. Ainsi, après avoir repoussé Shuujaku, il jeta son katana au sol, invitant désormais le ninja dragon à aller jusqu'au bout, mais en passant par le corps de celui qui voulait la survie de la jeune femme. A cet instant, Kakashi pouvait enfin entendre la voix d'Ayako, affaiblie, et stressée.


- Non... Kakashi, écarte toi ! Ne fais pas ça ! Je suis prête à mourir, c'est mon seul souhait ! Ne t'y oppose pas ! ECARTE TOI !

Shuujaku perçut de l'inquiétude envers Kakashi lorsque Ayako s'exprima en hurlant. Et le principal concerné ne semblait pas amené à vouloir s'écarter. Shuujaku était donc obligé de tuer deux personnes au lieu d'une. Soudain, un flash rouge illumina le ciel. Tandis que la course des nuages avait pris fin et que le cercle cessa de tourbillonner, le flash avait changé la teinture du ciel pour lui redonner ce brouillard qui caractérisait le paysage enneigé de la scène. Tout était à nouveau blanc. La technique d'Ayako avait prit fin ? Le village Hajinmon avait-il connu un destin tragique ? Hélas, d'ici, à une telle altitude, il était difficile de pouvoir s'en assurer. Ainsi, Shuujaku prit un air désemparé, voire attristé. Etait-ce le destin que venait de connaître son village qui le rendait ainsi ? Ou le discours de Kakashi qui était prêt à donner son corps et son âme pour défendre la nukenin ? Probablement une symbiose des deux. Après avoir fermé les yeux un court instant, il rangea son katana dans son fourreau, et fit dos à Kakashi.

- Fais ce que bon te semble d'elle. Elle est entre tes mains désormais. Pour moi, tout cela n'a plus d'importance...

D'un pas lent, Shuujaku s'éloigna de la vision de Kakashi. La brume glaciale du territoire camoufla la silhouette du ninja dragon, qui ne savait pas quoi faire en premier. Vérifier l'état d'Itachi, prendre un léger envol pour tenter d'apercevoir depuis les airs les alentours du village. Dans tous les cas, il allait maudire son impuissance pour n'avoir pas empêché la destruction du dernier village shinobi de la Yokume. Maintenant que Kakashi et Ayako étaient, une nouvelle fois, seul à seul, elle vit cela comme une aubaine pour s'exprimer une dernière fois avec lui, malgré qu'elle n'était toujours pas en mesure de bouger le moindre membre du corps.

- Le noyau lunaire... Voilà la clé de cette guerre. C'est ici qu'Azelia cache son arme secrète qu'elle compte utiliser pour rayer la race mortelle de la carte. As-tu déjà entendu parler de la forêt d'Elchenberg, au pays lunaire ? Il y'a, au bord d'un lac, une large chute d'eau, cachant l'entrée secrète d'un large tunnel, menant au centre d'un lugubre cratère. C'est cela, le noyau lunaire. Un souterrain qui donne accès à un autre monde, un autre royaume, là où les démons supérieurs du pays lunaire y vivent. C'est un endroit périlleux, abject, dont nul être humain n'est autorisé à franchir. Mais c'est l'unique moyen pour stopper Azelia, actuellement. Même moi, je ne peux m'y aventurer seule, sans être accompagnée par Azelia elle-même, tellement cet endroit est tenu secret du petit peuple. Si vous avez le courage de vous y aventurer, et que vous êtes prêt à tout sacrifier pour affronter Azelia, alors... allez-y. Une fois à l'intérieur, votre objectif sera le "sanctuaire de Pandemonium". C'est ici qu'Azelia cache précisément cette arme qui scellera la fin du monde... Vous n'avez que deux semaines pour agir. Azelia compte déployer son jouet pour le nouvel an.

Maintenant qu'Ayako avait tout dévoilé sans le moindre besoin de l'interroger de façon musclée, elle laissa échapper un petit rire nerveux.

- A m'entendre, on pourrait penser que je t'envoie à la mort, mais... j'ai cru comprendre que la grande faucheuse ne t'effrayait pas. Tu es étrange comme homme, mais si intriguant...

Kakashi pouvait admirer le sourire sincère de la nukenin, mais ce sourire fit place à un air plus sérieux, comme si Ayako comptait dire les choses franchement.

- Ecoute-moi, Kakashi... Je veux que tu te concentres uniquement sur un moyen de contrer Azelia avec tes alliés, et que tu m'oublies... Tu restes néanmoins extrêmement naïf si tu penses que j'ai un avenir dans ce monde. Au risque de me répéter, il n'y a pas d'avenir pour une criminelle. Je vais être jugée, malmenée, enfermée, mais je l'aurai méritée. Un jour ou l'autre, tout se paye. Tu ne me considères pas comme un être abject ou mauvais, mais tu es l'un des seuls. Ce n'est pas le cas des hautes instances qui vont tout faire pour que j'ai la gorge pendue haut et court. Et je refuse, pour ma part, que tu subisses quoi que ce soit par ma faute...

... tu sembles vouloir être celui qui m'aidera à voir autre chose qu'une vision négative de ce monde, mais toutes les personnes qui m'ont suivis ont mal finis. Je suis une malédiction, Kakashi. Je suis tel un poison qui emporte petit à petit chaque personne qui semblait obsédé par moi et mon histoire. Et je n'ai jamais regretté une seule fois dans ma vie cette situation. Je suis toujours resté indifférente au malheur que je causais. J'ai fini par me dire que c'est ainsi. Que je ne serais jamais en mesure d'être attachée à quelqu'un, mais...


La voix d'Ayako s'adoucit au fur et à mesure. Elle n'avait plus rien à voir avec l'agressive archidiable d'il y'a quelques minutes. Cela prouvait très certainement qu'Ayako avait été profondément touché par les paroles de Kakashi.

- ... je crois que toi, je ne supporterais pas que tu te fasses du mal pour moi. J'en souffrirais, c'est une certitude. Je ne veux pas songer un seul instant que tu te mettes en danger en voulant me protéger contre mon destin de nukenin, je ne le supporterais pas, car Kakashi, je crois que pour la première fois depuis longtemps, je...

- Magnifique ! Grandiose ! Que c'est touchant ! Vraiment ! J'avais du mal à imaginer que les mortels étaient encore en mesure de tenir de tels discours, aussi poignants, aussi larmoyants.

Depuis la pénombre de glace qui cachait la vue à cinq ou six mètres, Kakashi et Ayako pouvaient voir une silhouette possédant des vêtements assez raffinés. Il s'agissait d'un homme aux cheveux rouges, avec une fine paire de lunettes, et qui marchait sans regarder devant lui, car il lisait un petit livre de poche tout en s'avançant vers les deux mortels au centre de la brume.

- Cette petite scénette me laisse songer que les mortels PEUVENT éventuellement s'intéresser à la littérature à l'eau de rose. Néanmoins, je suis trop doux. Cela manquait légèrement de... comment dire... de panache ! Incomparable face aux grands auteurs nirvits.

- Toi !

D'un geste brusque, l'homme referma d'un coup le livre et le tenait fermement au creux de sa main droite. Puis, après avoir remonté sa paire de lunettes avec deux doigts de la main gauche, il tendit cette main en avant, le bras plié, prenant la forme d'un V.

- Je suis désolé, monsieur Kakashi. Auriez-vous l'obligeance de vous écarter de quelques pas de cette femme ? Il y'a toujours un moment où les scènes romantiques doivent connaître un élément perturbateur, histoire de tenir les lecteurs en haleine, et je pense que c'est le moment opportun pour stopper cette petite mascarade. Bref, je suis venu ramasser les restes. Décalez vous, je vous prie...

Le regard de l'homme était mauvais, très mauvais. Il était nettement capable de dévorer du regard Kakashi. Il semblait pervers, fourbe, rien de bien folichon, en somme.

- Allons, un mortel qui ressent de la compassion pour une archidiable, c'est un comble. Une tartuferie des plus absurdes ! Alors, hors de ma vue, mortel ! Je n'aime pas perdre mon temps avec une race inférieure qui ne s'intéresse qu'à son nombril, sans savoir que son existence est vide et dénue de sens. Au passage, pas mal ton petit speech sur l'identité. Parce que... tu crois... sincèrement, que ton identité est importante ? Tch, futile...

Alors que l'homme à la paire de lunettes fixait Kakashi d'un air méprisant, il stoppa avec sa main droite une boule de feu qui fut tiré vers sa direction. Il le fit sans prendre la peine de tourner la tête. On pouvait distinguer un tatouage flamboyer depuis son gant noir. Il avait tout simplement absorbé l'attaque sans broncher.

- Ah, voilà le stupide dragon noir. Il ne manquait plus que toi pour la fête...

- Je te reconnais. Tu étais au pays de l'eau sur Manawa Kokuo, tentant d'utiliser Cthulu dans le but de submerger le pays. Artro... Quelque chose comme ça.

- C'est Ancrow, stupide hybride. Déchet de la création. Tss, tes gênes possèdent peut-être une force légendaire, mais tes neurones sont surtout légendaire pour leurs inutilités.

- Tu étais présent dans l'ombre, à observer la scène depuis le début ? Pourquoi personne n'est parvenu à ressentir ta présence ?

- Tu ignores encore que, lorsque la différence de puissance est trop élevée, il est impossible pour le faible, de ressentir la présence du puissant. C'était comme si je fondais au beau milieu de la nature, comme un petit lièvre alpin. Douce Athéna, et dire qu'Azelia redoutait un être aussi ignare que toi...

L'explication d'Ancrow était guère rassurante. Cela signifiait qu'il possédait une force surhumaine, puisque même une femme comme Ayako, déjà suffisamment forte, n'était pas parvenue à le repérer. Shuujaku, de nature passive et calme, commençait à perde patience et espoir devant la venue de cet homme.

- Qu'est ce que tu veux ? Pourquoi es-tu venu ici ?

- Je l'ai dis, je suis venu récupérer les restes. Azelia tient absolument à ce que ses jouets restent en bon état. Elle y est bien trop attaché. Tellement attaché... qu'elle refuse de retirer l'humanité qui réside encore en eux. Une marionnette avec une humanité, n'est pas une marionnette, n'est ce pas ? Vous ne pouvez me dire le contraire ! Mais ca va changer, je vais effectuer quelques modifications par ci et par là. Elle sera aussi docile que la femme Tengu que j'ai statué et emporté depuis le pays de l'eau.

- Non... Pas ça...

- Attends, c'est d'Ayane que tu parles ? Que lui as-tu fais ? Réponds !

- Et bien, elle est entre de bonnes mains. Elle est située dans les profondeurs du noyau lunaire. Vu que cette nukenin a la langue bien trop pendue à mon goût, cet endroit est censé être votre prochaine destination, pas vrai ? Alors, tu la reverras là-bas. Ainsi que cette femme que j'emmène maintenant...

Shuujaku commençait à stresser légèrement, pas seulement pour Ayane et Ayako, mais aussi pour Kakashi, qui n'allait peut-être pas apprécier la scène et laisser Ayako disparaître. Mais l'ennui était tout simplement qu'Ancrow était nettement trop fort pour les deux jeunes ninjas. Et de toute manière, Shuujaku a tout épuisé en une seule attaque. Il fallait donc jouer profil bas. Ancrow ne comptait pas tuer Ayako, c'était déjà ça. Et il a dévoilé qu'ils reverront la kunoichi maudite dans ce fameux noyau lunaire, ce lieu qui mettra probablement un terme à ce conflit qui a trop longtemps duré. Donc il espérait que Kakashi fasse preuve de patience. Un point, qu'en temps normal, le ninja dragon ne se tracasserait pas. Mais vu que Kakashi semble s'être attaché à Ayako, il avait légèrement peur qu'il s'attaque à cet Ancrow ou tente une manœuvre désagréable. Par la suite, Ancrow releva Ayako en l'enveloppant d'une couche d'énergie de couleur noire. Une fois droite et en l'air, les orteils qui touchaient presque la neige sur le sol, une fil d'énergie noire s'enroula tout autour de son corps, comme un serpent. Elle était ligoté et paralysé. Elle ferma un œil, puis grimaça. Ce qu'elle devait vivre était assez désagréable. Même Shuujaku ne tenait plus en place devant ce spectacle.

- Aah... Aaaah... Huuuuh...

- Arrête de gémir. Les gémissements des mortels m'insupportent. En temps normal, je t'aurais déjà poignardé et disséqué, mais... ma reine veut absolument que tu vives. En revanche...

Ancrow s'empara d'un morceau de cette énergie noirâtre qui dépassait du corps d'Ayako, puis la serra, comme si on tenait la queue d'un chat. Le corps d'Ayako fut prit d'un violent électrochoc.

- ... si je laisse quelques marques et brûlures sur ta peau sucrée, elle ne me portera pas préjudice.

- Haaaaaaaaaaa ! Haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !

- Tiens bon, Kakashi. Tiens le coup, je te promets que nous allons la sortir de ce pétrin...

- Qu'est ce qu'il y'a, Kakashi... Tu ne supportes pas ce que tu vois ? Crois-moi, quand tu as les clés pour contrôler le sang noir, tu peux les dresser comme les vulgaires chiens que sont les archidiables. Tu es un mortel. N'as tu jamais ressenti le désir de contrôler ce qui te dépasse ? Hahahaha, non, bien sûr que non. J'ai oublié que j'ai affaire au seul misérable mortel qui s'attache à une créature démoniaque, hahahaha ! Bref, n'interromps pas mon petit plaisir. J'ai besoin de m'amuser, j'ai trop longtemps souffert de ces inepties que j'ai entendu de ta bouche. Et je n'ai rien à tirer de toi, Kakashi. Des sharingans, j'en ai à foison, enfermé dans les bocaux de mon centre d'études. D'ailleurs, qui sait, je suis peut-être celui qui t'a implanté ta précieuse pupille ? Hahahahaha !

Shuujaku avait du mal à supporter ce qu'il voyait, mais par chance, Ancrow s'arrêta au bout de quelques secondes. Ayako fut relâchée. Elle était à quatre pattes sur le sol, et respirait avec difficulté. Ancrow posa le pied sur son dos, qu'il remua de gauche à droite, toujours dans le but de provoquer Kakashi.

- Allez, fidèle chien-chien. Invoque un de tes miroirs...

- Oui, maître...

Un miroir de glace fut invoqué derrière le dos d'Ancrow et Ayako. Le périple de la nukenin n'allait malheureusement pas prendre fin, puisque elle fut enfermée dans un cristal rouge. Vu comment elle s'agitait à l'intérieur, elle devait encore une fois souffrir le martyre. Sous la panique, elle frappa du poing sur les parois du cristal. Malgré sa paralysie, elle fut envahie par une violente force pour tenter de s'échapper de son cauchemar.

- A bientôt, Kakashi ! Si tu veux revoir cette femme, alors, je t'attends dans le noyau lunaire. Mais je ne suis pas sûr que tu apprécieras son nouveau look. Hahahahahahaha !

Ancrow fit mouvoir le cristal vers le miroir de glace pendant que ce dernier marcha également vers le sens opposé. Mais alors qu'Ayako continuait de frapper les parois du cristal, ne laissant pourtant échapper aucun son depuis ses coups, Shuujaku parvint à entendre quelque chose provenant de la voix de la nukenin.

- KAKASHIIIIIIIIIIIII !

Désormais, c'était trop tard, Ancrow venait de disparaître en emportant Ayako avec lui. Le miroir se brisa, laissant un Shuujaku qui était impuissant devant cette scène, en compagnie de Kakashi. Maintenant, le ninja dragon avait besoin de vérifier quelque chose, histoire que cette guerre n'ait pas seulement qu'un bilan des plus négatifs.

- Tout comme tu l'as dit toi-même, tout n'est pas terminé pour elle. On va la sauver. Mais pour l'heure, allons voir les restes du village dès qu'on aura récupéré Itachi. J'espère que tu as suffisamment de force pour marcher.

Shuujaku avait dit cela par réflexe et parce qu'il était pressé, mais allaient-ils pouvoir s'en aller de ce périlleux mont, avec un climat aussi rude pour l'organisme humain ? Kakashi avait été gelé sur place par Ayako, ses engelures n'allaient pas vraiment lui rendre service. Quand au ninja dragon, il n'était pas au meilleur de sa forme non plus. Ils parvinrent à atteindre le corps d'Itachi, qui était gelé, sans le moindre signe de vie, mais cela ne changeait pas qu'il n'avait pas encore rejoint les anges. Shuujaku, également, laissa échapper un sourire en voyant qu'Ayako avait épargné son ami. Quoiqu'il en soit, Shuujaku reprit la marche tout en portant Itachi sur son dos. Le vent soufflait à vitesse élevée, et la température pouvait faire claquer des jambes même le plus solide des humains. Le plus critique dans tout ça, était que Shuujaku ne voyait même pas à deux mètres devant lui. C'était bien beau de survivre des griffes d'Ayako, mais encore fallait-il survivre à ce blizzard démentiel. A croire qu'Ancrow avait envie de laisser les ennemis d'Azelia finir en surgelé, tout bêtement. Et le pire était que nulle habitation pouvait être repéré dans cette chaîne de montagne.

- C'est dans des moments comme ça que je maudis nos prédécesseurs pour avoir exterminé les Ibusashi... On trouvera aucun village, aucune civilisation avant d'avoir traversé toute la chaine de montagne... Je ne suis même pas sûr que je parviendrais à créer la moindre petite flammèche avec mes mains pour nous réchauffer...

Mais alors que tout espoir semblait perdu, Shuujaku et Kakashi pouvaient entendre des battements d'ailes. Un oiseau était en train de survoler la zone. D'abord, Shuujaku avait peur de croiser un rapace sauvage, mais il se souvient que cette espèce ne s'aventurait quasiment jamais sur ce genre de milieu hostile. En ouvrant les yeux au loin, il vit une teinture mauve perdre de l'altitude, comme si l'oiseau posait les deux pattes sur le sol enneigé. Puis, une silhouette féminine accourut vers les deux ninjas.

- R... Rin ? Tu es en vie ?

- Et pourquoi serais-je morte ? Bref, vous êtes parvenu à vaincre Ayako ? Parce que tout est revenu à la normale chez nous.

- Je te demande pardon ?

- Nous avons aperçus, au loin, que le ciel avait prit une voie assez étrange. On pensait même qu'on allait être condamné d'ici quelques secondes. Mais lorsque nous avons été enveloppé par un flash lumineux, nos vies étaient toujours là, bien accrochés à nos épaules, et en prime, toute la glace acide qui bloquait l'accès à l'extérieur du village a totalement disparu.

- Je n'en reviens pas. Quel soulagement !

Shuujaku n'en croyait pas ses oreilles. Finalement, le village n'a pas connu le destin tragique qu'il appréhendait. En plus d'épargner Itachi, Ayako avait également, dans le but d'expier ses péchés, libéré le village qu'elle avait retenu captif. Sur le coup, entendre une telle nouvelle redonna du baume au cœur du ninja dragon. Il fixa Kakashi avec un large sourire. Finalement, la personne qui constituait une menace pour le clan Hajinmon, fut celle qui le libéra d'un lourd pétrin.

- Itachi semble très mal au point. Grimpez ! Avant que nous finissons sous la forme d'une large bloc de glace.

Extrêmement rassuré, Shuujaku monta sur l'aigle pourpre, avec Itachi et Kakashi. Alors que l'oiseau prit son envol, direction le village Hajinmon, Shuujaku fixa Kakashi une dernière fois.

- Je crois que je n'ai jamais eu autant la volonté de sauver la vie de quelqu'un qu'à cet instant présent, Kakashi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le reflet de l'humanité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le reflet du passé [Terminé]
» PRESCRIPTION NON APPLICABLE POURLES CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ SELON MICHEL FORST
» Fiche technique et news de Le reflet des Ombres
» A la limite de l'humanité
» Un geste d'humanité {Léandre de Vallombreuse & Benoît de Courtenvaux}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de la montagne :: Le territoire de glace-
Sauter vers: