La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'invasion lunaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eloraell
Reine
Reine
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 14/07/2013
Age : 27

MessageSujet: L'invasion lunaire   Mer 8 Mar - 22:48

La reine elfique avait pris la décision de partir à l'aube, accompagnée de sa soeur Feriel et d'une petite patrouille, pour son trajet jusqu'au pays du soleil. Etant donné qu'aucun obstacle ne se présenta à eux, ils gagnèrent la cité du pays du Soleil peu après le crépuscule. Eloraell fut soulagée d'arriver avant que la nuit ne soit vraiment sombre et ils furent accueilli par le garde chargé de la surveillance de l'entrée du royaume. Une missive avait été envoyée quelques jours auparavant afin de prévenir le roi de leur arrivée et de lui préciser leur objectif déguisé. Eloraell y avait expliqué au roi qu'elle souhaitait mettre de côté le pacifisme des Elfes pour se battre à leurs côtés, en élaborant ensemble une stratégie de guerre. Les deux peuples étaient depuis longtemps alliés et le roi solaire n'avait pu décliner cette offre. Eloraell était attendue dans la salle des conseils, afin de rencontrer pour la première fois le roi en tant que reine des elfes. Sa mère Ulyana avait plutôt entretenu de bonnes relations diplomatiques avec lui. La reine elfique et ses compagnons de route marchèrent à travers les rues menant au palais du roi, qui s'élevait au loin, immense et imposant, et près du palais leur chemin se sépara, seules Eloraell et sa soeur Feriel pouvaient pénétrer dans la demeure du roi. Une fois arrivée à l'entrée du palais du roi du soleil, la reine des elfes put constater que ce bâtiment devait avoir plus de vingt mètres de haut et la voûte était soutenue par des ogives. La décoration semblait sobre pour un palais royal. Eloraell n'eut pas le temps de trop observer ce qui l'entourait, elles furent aussitôt conduite par un garde dans la fameuse salle des conseils. Cette salle semblait plus accueillante et conviviale, une grande table en bois massif, sculptée d'ornements raffinés, attirait le regard et les chaises qui l'entouraient avaient l'air robustes et confortables. Un homme, doté de charisme et d'une grande carrure, vint à leur rencontre et se présenta comme étant le roi Sairu Jumeis.


- Bonjour, votre majesté Sairu Jumeis. Je me présente à vous, je suis Eloraell la reine des elfes et fille de feue la reine Ulyana, et voici ma soeur, Feriel. Nos peuples sont alliés depuis fort longtemps et je vous propose de discuter avec moi d'un sujet assez important. Comme vous avez du en entendre parler, ma mère a été tuée de sang froid par un meurtrier sanguinaire, sans que nous ayons pu intervenir pour la protéger. Depuis que la reine nous a quitté si subitement, mon peuple se sent de plus en plus révolté et commence à émettre le souhait de se battre contre ceux qui ont manigancé ce meurtre. Mon peuple est bien sûr réputé pour son pacifisme et son désintéressement de la guerre. Par contre, nous sommes décidés à combattre à vos côtés contre notre ennemi commun, le pays lunaire. Qu'en dites-vous ? Je sais que vous avez déjà envisager de les attaquer, mais sans grand succès. Mais avec mon peuple à vos côtés, je pense que nous pourrions les anéantir et rétablir une paix et une harmonie entre les peuples dans le monde. J'y ait longuement réfléchi, je sais à quoi je m'engage, la perte d'hommes, les batailles interminables, le sang coulant inexorablement, les mutilés de guerre, les familles déchirées.

Eloraell savait très bien à quoi s'en tenir. Depuis son enfance, elle lisait beaucoup d'oeuvres littéraires, dont certaines grandes épopées et différents récits épiques relatant les faits de différentes guerres réelles ou fictives. Pendant ses études, elle s'était penchée plus précisément sur la question des guerres, elle avait découvert les innombrables malheurs qui en avaient résulté et qui ont tant de fois été réitéré. Elle comprenait que son peuple avait choisi la voie du pacifisme afin de vivre en paix mais surtout pour se protéger et éviter d'être décimé, à cause de conflits parfois superficiels ou sans grand intérêt, dévastant tout un peuple en quelques jours. La mort hantait souvent les nuits d'Eloraell, elle revoyait souvent sa mère se faire tuer, et depuis peu elle voyait ses proches, sa soeur Feriel ou encore des habitants se faire sauvagement assassiner par des êtres vils, sombres et presque fantomatiques. Elle se réveillait souvent en sueur, avec de la tachycardie, et pour se rassurer elle se disait que tout cela n'était qu'un songe ou plutôt un cauchemar, mêlant ses angoisses les plus profondes à la réalité. Sa décision d'entreprendre la guerre avait été difficile à prendre, mais le choix s'était imposé par lui-même, étant donné le dilemme présenté par Seto. Elle allait faire semblant de se préparer à combattre aux côtés de Sairu Jumeis, pendant que Seto encerclerait le royaume. Celui-ci avait établi un plan stratégique pour piéger le roi et l'attaquer par surprise, et Eloraell devait l'amadouer pour qu'il retire la barrière de protection anti-intrusion autour de son royaume.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1235
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: L'invasion lunaire   Lun 13 Mar - 23:33

Comme convenu, le roi Sairu Jumeis reçut sa collègue royale du pays de la forêt dans une large salle de réunion, autour d'une table ronde en bois. Il était assis sur le siège qui semblait être façonné avec davantage de soin comparé aux autres. Un seul et unique soldat était posté aux côtés du roi pour assurer sa protection, pour une raison inconnue. Bien sûr, tous les coins et recoins à l'extérieur du palais étaient minutieusement surveillés, malgré que les elfes n'étaient jamais véritablement soupçonnables de n'importe quelle mesure de rébellion envers l'ordre solaire.

- Bienvenue au pays du soleil, souveraine du royaume elfique. Votre voyage a du être éprouvant et ardu. Prenez place, vous et votre humble soeur.

La nouvelle reine exprima clairement le but de sa visite. Son désir était simple. Elle rappela sans faire de détour le terrible drame qui a atteint à la vie de sa très chère mère. Cela résulta à une révolte générale d'un peuple jadis pacifique et extérieure à toute notion de violence. Cela était compréhensible dans un sens. Ensuite, Eloraell proposa une collaboration pour terrasser l'ennemi commun, Seto Yagami. Eloraell déclara être parfaitement consciente des enjeux désastreux de la guerre et de la cruelle conclusion qui attend chaque clan qui signe son désir d'entrer sur le champ de bataille. A ces paroles, Sairu garda un air neutre, mais ne semblait pas vraiment emballé par cette offre.

- Ainsi, la progéniture d'Ulyana est devenue une femme qui est prête à piétiner les traditions de ses ancêtres pour une question de vengeance. Je n'aurais jamais cru cela de vous. Je vous ai déjà observé, il y'a des années de cela. Vous étiez une gamine adorable, tendre, innocente, qui semblait complètement à la ramasse devant toute notion de guerre et de conflits. Votre mère m'avait d'ailleurs raconté que malgré votre sang royal, vous avez insisté pour rejoindre une académie prestigieuse dans notre nation, afin d'étudier la médecine, et de devenir une herboriste de génie. Première de votre promotion, vous vous êtes fait un nom, même ici, chez nous, comme la princesse de la guérison et du renouveau. Et du jour au lendemain, vous qui semblez créer ou refermer des plaies avec votre savoir, vous désirez tout à coup vous ranger parmi ceux qui détruisent ?...

... je ne dis pas que je n'ais aucune croyance en la sincérité de vos propos, mais sachez cela, dame Eloraell. Il y'a ceux qui donnent, et ceux qui retirent. Seuls quelques personnes de mon envergures ont le talent nécessaire pour faire partie des deux catégories. Vous, en revanche, je ne vous sens pas assez mûre pour espérer avoir un rôle quelconque dans ce conflit actuel. Et je ne saurais compter combien de patries ont été décimés juste pour une question de vengeance. Le cas Seto, c'est notre affaire. Je ne suis pas vraiment pour l'intégration d'une souveraine aussi jeune dans un conflit de cet envergure. D'autant que vous n'êtes.... qu'une femme.


- Un conflit généralisé que vous n'avez toujours pas été en mesure de régler, que je sache... Même présent la nuit du drame, vous n'avez pu stopper le criminel qui court toujours actuellement.

Feriel avait écouté avec attention les moindres paroles des deux seigneurs, mais devant la dernière remarque de Sairu, elle ne put s'empêcher, avec son tempérament corsé, d'ouvrir la bouche pour défendre sa soeur bien aimé.

Spoiler:
 

- ... et puis, c'est quoi cette remarque de vieux misogyne ? Vous semblez oublier que celle qui vous met en difficulté jusqu'à présent est une femme, n'est ce pas ?

- Azelia n'est pas une femme ! C'est une créature satanique qui s'est déguisée en femme pour mieux corrompre les jeunes nigauds comme Seto. C'est sans doute pour cela que son armée se renforce nuit et jour.

- Ah, vous admettez donc qu'il n'y a pas que des désavantages quand on est souveraine, je me trompe ?

- La seule chose que j'admets, dame Feriel, c'est que la perte du peuple des elfes causera un déséquilibre profond sur la Yokume, irréparable et inextinguible. Vous vous méprenez sur votre propre rôle au sein de ce royaume. Vous êtes des guérisseurs, et non des guerriers. Votre place n'est pas sur un champ de bataille. Je dis ça pour votre bien, comme pour l'intérêt commun à tous. Par ailleurs, qui êtes vous pour parler aussi impudemment au nom de votre reine ?

- Oui, j'ai oubliée d'être plus précise, pardonnez moi. Je ne suis pas seulement la soeur de son altesse, mais... je suis également sa conseillère.

D'un geste brusque mais précis, le garde du roi sortit de sa ceinture un poignard pour le positionner pile au niveau de la gorge du souverain, comme si le mot "conseillère" était un signal pour que ce soldat agisse.

- Hum ? Soldat Lecarde, que pensez vous faire avec ce poignard ?

- Je vous l'avais bien dit... Cet homme est une ordure de première...

- Qu'est ce que cela signifie ? Répondez !

Et pour suivre cette étrange action, Feriel fit un simple geste de la main. D'épaisses ronces sortirent du sol et ligotèrent les jambes du souverain, pendant qu'il était toujours prisonnier de son propre garde du corps.

- C'est parfait, Ultear. Tu as immobilisé le roi à temps pour que je puisse mettre en route ma technique. Ton rôle se termine, désormais.

- Qu'est ce que tu viens de dire ? Je n'en ai pas fini avec ce misérable !

Le corps du soldat se fissura en multiples morceaux de glace, pour laisser place à une silhouette féminine qui n'avait pas changé de position. L'ex conseillère du roi, Ultear Ibusashi, semblait s'être rangée du côté des elfes, pour crier également vengeance. Elle avait troquée toute son apparence, comme pour montrer qu'un nouveau départ venait de sonner pour elle. Au lieu de sa tenue blanche traditionnelle, elle arborait cette fois une tenue noire, avec un symbole ressemblant à une croix inversée de couleur blanche, accompagnée d'une longue cape bleue. Elle avait mis de côté son maquillage aux lèvres pour laisser place à un visage plus naturel, et même son regard était différent qu'habituellement. Son côté pervers et pernicieux n'était plus d'actualité, ici, elle montrait une attitude calme, fière, malgré qu'à l'intérieur, une envie glaciale de meurtre traversait tout son corps.

- Qu'est ce qui te prend, Ultear ? Et comment as-tu fais pour t'introduire dans le palais, déguisé en mon garde du corps ?

- Vous avez encore beaucoup de questions insensés prouvant que vous ne vous êtes jamais intéressés à moi ? Remarque, je ne puis blâmer votre misogynie. J'ai fais tout ce qui était dans mon pouvoir pour vous faire croire que je vous appartenais ! Mais maintenant, il est temps de payer les services que je vous ai rendu ! Et pour votre gouverne, je sais tout de vous, puisque vous avez longtemps profité d'autre chose que de mon rôle de conseillère. Et je sais que vous n'êtes pas du genre à apprécier avoir trop de gardes sur le dos. De plus, je connaissais parfaitement l'emploi du temps des unités qui vous surveillent la nuit, et l'ordre dont ils tournent. Le vendredi soir, entre 21h et minuit, c'est le soldat Lecarde qui reste à vos côtés sans interruption pendant que le reste des troupes surveille le château sans avoir le droit de vous approcher ! Et je sais aussi que ce même soldat traîne à Wätervine le soir à 19h, à l'auberge. Je suis partie beaucoup plus tôt que la reine des elfes, j'ai pris au piège votre garde du corps, et j'ai usurpé son apparence.

- Héhé, pas mal, moi qui croyais que les Ibusashi n'étaient bons que pour être des serviteurs. Tu m'ôtes les mots de la bouche.

- Et c'est justement pour cela que nous nous permettons de vous prendre en otage quelques heures, souverain solaire. Pour vous retirer les vers du nez. Nous n'avons rien contre vous, pour l'instant... Mais moi et ma soeur, nous aimerions entendre quelques vérités de votre part. Et malencontreusement, nous n'avons guère d'autre choix que vous molester pour arriver à nos fins. Alors soyez sympathique, votre altesse, et coopérez. Nous ne voulons entendre de votre bouche que seulement l'important, alors ne criez pas aux renforts ou à la garde, d'accord ? Car les ronces à vos pieds sont liés à ma magie de type... explosive !

- Qu'est ce que vous attendez de moi ?

- Voyons, ne nous précipitons pas. Nous, nous avons été seulement chargés de vous immobiliser et vous assagir. Vous répondrez aux questions d'un homme qui souhaite tout particulièrement vous revoir, et...

- Et pourquoi on attendrait la venue de ce type pour assassiner ce fumier ?

- Ultear Ibusashi, tes états d'âmes ne nous intéressent pas. Tu considères cet homme comme un fumier que depuis qu'on t'a retrouvé à moitié morte sur les lieux de l'attentat ! Mais avant cela, on retient de toi qu'une seule chose: une folle dingue qui a perdu de vue ses propres principes pour donner une image nocive des forces solaires. Et je pense que tu es, à toi toute seule, une première preuve que cet homme n'est pas si bénéfique que tout le monde le prétend. Sinon, il ne t'aurait pas engagé. Mais tu auras ton dû si toute chose se passe comme convenu. Nous voulons simplement, ma soeur et moi, que tous les acteurs soient en place pour ce procès que nous allons dresser.

D'un claquement de doigts, les ronces qui enlaçaient les jambes du prisonnier s'évaporèrent.

- Levez-vous !

Toujours retenue par le poignard d'Ultear, le roi se leva de son siège, puis Feriel serra avec la même technique les deux poignets du souverain ensemble.

- Maintenant, avancez et suivez nous !

Le roi fut emmené par les trois femmes qui le tenaient entre leurs mains en dehors de la salle du conseil. A travers chaque couloir ou des soldats furent croisés, le roi émit le même ordre: ne pas agir, sinon, elles n'hésiteraient pas à l’exécuter, ce qui n'était dans l'intérêt d'absolument personne.

Une fois devant l'imposante entrée du palais, tout en haut de la centaine de marches qui ne pouvait pas permettre au moindre citoyen d'observer ce qui se tramait, Feriel donna sa dernière consigne.


- Demandez aux gardes devant l'entrée de couper la barrière magique qui enveloppe la capitale.

- Très bien...

En plus de l'ordre général du roi de n'agir sans aucun prétexte, il ordonna donc aux gardes d'organiser la coupure de la barrière magique qui était crée à travers quatre tours, tout autour des remparts de la cité. Un prêtre par tour était chargé de veiller constamment sur quatre cristaux magiques qui maintenaient la barrière anti-intrusion intacte. L'ordre allait être long et n'était pas certain d'aboutir, aussi, multiples soldats furent dépêchés pour mener à bien cette opération. La panique devenait presque générale pour les troupes solaires, et l'un des prêtres gardiens fut immobilisé par les soldats alliés, refusant de commettre une telle folie sans un cachet officiel du roi. Plus tard, un soldat revint pour confirmer que la barrière invisible a été retiré.

- Eloraell, tu sais ce qu'il te reste à faire !

Il fallut attendre une dizaine de minutes pour que la capitale solaire soit toujours plus plongée dans l'obscurité, et cela, par l'impensable pour tout citoyen qui pensait que cette ville était la plus sure du continent. Une armada de navires aériens venait d'apparaître pour survoler très doucement l'immense cité. Depuis le point où se trouvaient le roi et ses trois ravisseuses, on pouvait tout voir. Sur les navires, les voiles étaient marqués par le symbole de la lune. Il était maintenant évident pour les soldats et pour le roi que les elfes étaient de concerts avec le royaume d'Azelia, ce qui était inimaginable. Le stress avait pris possession des citoyens, et les soldats, suivant toujours l'ordre de ne pas agir, redoutaient le pire. Même Feriel et Ultear stressaient au fond d'elle, comme si un détail n'était pas réellement prévu dans le plan.

Pour l'instant, les navires, bien qu'hostiles d'apparence, ne semblaient pas vouloir écraser la cité pour l'instant. Mais alors que les navires étaient assez proches du palais du roi, quatre silhouettes se jetèrent dans le vide, et retombèrent sur leurs pattes comme si de rien n'étaient, prouvant qu'ils ne s'agissaient pas d'humains ordinaires. Un premier homme était devant les trois personnes derrière lui. Il portait un manteau noir et cachait son visage avec une capuche. Les trois autres silhouettes, néanmoins, avaient le visage à découvert. Il s'agissait de deux hommes et une femme. Le premier homme était de taille modérée, aux cheveux blancs décoiffés et à l'oeil droit caché. Bien qu'il semblait beau garçon, il dessinait avec ses lèvres le sourire typique de celui qui se réjouissait d'avance de créer quelques ennuis ici et là. Le second homme était de grande taille, aisément dans les deux mètres à tout casser. Il était chauve, âgé d'environ la quarantaine, et tenait en main une hache qui ne faudrait mieux pas se prendre en pleine poire. Comparé au premier, il semblait calme comme la rivière qui dort. La jeune fille, quand à elle, semblait bien froide derrière sa chevelure couleur lavande. On pouvait noter qu'en plus de sa longue robe blanche, elle gardait une longue cuissarde au niveau de la jambe droite, que l'on retrouve généralement chez les samourais du clan Busujima.


Spoiler:
 

Ces trois passants qui provenaient de l'un des navires suivaient continuellement l'homme à la capuche qui pouvaient marcher librement entre les regards tant que le roi conservait son ordre de ne pas agir. Arrivés devant le long escalier du château, l'homme fit un signe.

- Eltia, Urien, Argoth. Restez là et n'agissez que sous mon signal.

L'homme monta tranquillement l'escalier, et une fois arrivé devant Eloraell, Feriel, Ultear et surtout le roi pris en otage, il retira sa capuche.

- Je m'en doutais que c'était toi, crapule. Tu as toujours voulu prendre ma place sur le trône, Seto Yagami.

- J'espère que la vue vous est agréable, parce que c'est la dernière chose que vous allez observer avant que je vous exécute publiquement, père ! Il est temps de fermer le rideau sur une histoire qui a trop longtemps duré !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1235
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: L'invasion lunaire   Ven 7 Avr - 22:17

Alors que la tension était à son comble devant l'arrivée de l'envahisseur, les soldats solaires, qui surveillaient le moindre faits et gestes de l'ennemi, malgré leurs incapacités à réellement intervenir, semblaient sous le choc devant une partie des paroles de Seto. Le leader du clan des dragons blancs venait tout bonnement de nommer le roi "père". Un détail qui n'échappa pas non plus aux femmes qui tenaient en otage le monarque solaire. Est-ce que Seto délirait, ou allaient-elles enfin entendre une certaine vérité qui serait, de surcroît, lié à l'assassinat de sa majesté, la reine Ulyana ? Toujours une dague bien placé devant sa gorge, le roi semblait néanmoins envahi par un profond self-control. Seto, quand à lui, souriait comme si il savait que son objectif allait probablement être réalisé ici et maintenant.

- Tu es parvenu à corrompre le peuple des elfes pour qu'ils effectuent un coup d'état sous ta botte. Jusqu'ou iras ton cœur de vengeur, criminel ?

- C'est bien vous qui dites ça ? A mes souvenirs, quand j'étais encore qu'un bambin qui traînait sur les bancs de l'académie, ce royaume était encore un havre de paix, et le peuple prônait la tolérance et la fraternité. Nul n'aurait admis la moindre parcelle d'impétuosité contre une famille qui veillait à la protection de ces valeurs. Et pourtant, un homme, un seul, décida de rompre ce lien, et d'effectuer un génocide. Cet homme, c'est vous, n'est ce pas ?

- Le règne des divinités, même si ils ne sont que d'amères descendants dans le cas présent, est terminé. La voie a été montré. Maintenant, ce sont aux mortels de guider cette terre vers la félicité. Ce peuple n'a nullement besoin de la protection d'un clan qui s'agenouille devant des légendes et croient encore à des chimères. Il y'a longtemps que les immortels nous ont laissé prendre les choses en main. Nous ne vivons plus dans l'ancien temps.

- Peut-être... Mais ce n'est pas seulement pour venger mon clan que je suis ici et que j'ai organisé ce coup d'état. Ce peuple, ce dérisoire et pathétique peuple, a besoin de lumière. La lumière qui les mènera vers la vérité. Voilà ce que la Yokume, le royaume de l'imposture, a besoin. Une bonne vérité devant leurs yeux d'ignorants. Je veux qu'ils sachent tout. Qu'ils sachent que le monarque absolu qui dirige ces terres, n'est qu'une imposture ! Après tout, cet aveuglement les as poussé vers l'ingratitude la plus totale. Un peuple aussi éphémère, mais aussi antimilitariste, n'aurait jamais permis le moindre génocide. Voilà pourquoi...

D'un geste brusque, Seto tendit la main vers les quelques soldats qui étaient mis à part et qui observaient la scène sans avoir la moindre ouverture pour agir.

- ... vous allez de ce pas retirer ce masque hideux qui est resté trop longtemps collé sur votre visage, puis vous allez ordonner à ces soldats de vous obliger à faire un tour de la capitale, devant tous les citoyens. Ainsi, après que votre véritable identité sera dévoilé, nous, dragons blancs, nous établirons votre exécution publiquement. Je ne pense pas que la populace qui réside ici y verra le moindre inconvénient à ce qu'on foute au bûcher un imposteur qui a abusé de leur confiance, n'est ce pas ?

- Je ne vois pas de quoi tu parles. Tu es fou, Seto !

- Si vous ne coopérez pas, Sairu Jumeis, vous connaissez la suite, hum ?

- Tu ne gagneras rien à me tuer maintenant, Seto. Sans preuve concrète, tu passeras juste pour un criminel encore plus notoire que tu ne l'es déjà.

- Effectivement, j'en conviens, et vous vous doutez bien que je n'ai pas parcouru tout ce chemin, derrière les jupons d'Azelia, pour voir une mort aussi facile. Non, je compte vous humilier, vous faire ressentir ma colère tout au fond de votre chaire ! Vous souffrirez jusqu'à quémander mon pardon !

Seto, cette fois-ci, tendit le doigt vers la flotte aérienne qui survolait toujours la capitale solaire.

- Un signal, un seul de ma part, suffira pour que mon armée, qui couvre d'ombre votre belle cité, la recouvre cette fois des flammes du chaos. Si vous refusez de coopérer, j'ordonnerais à mes hommes d'ouvrir le feu. Le bombardement réduira à néant la vie de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants. Ils auront la juste sanction pour avoir suivi inconsciemment la volonté d'un être aussi fourbe et aussi fallacieux que vous !

- Attends, Seto ! Tu comptes vraiment aller aussi loin ?

- C'est la guerre, Feriel ! Ici, c'est soit tuer, soit être tué, soit observer comme un moucheron les autres mourir ! Si vous n'êtes pas prêts mentalement pour ça, alors même sous ma protection, vous finirez tous six pieds sous terre ! Maintenant, Sairu Jumeis, prenez votre décision !

- Imbécile ! Je suis le roi ! J'ai suffisamment de moyens pour reconstruire une nouvelle cité et de lever une nouvelle armée ! Et n'importe quel citoyen rêve de me manger dans la main, car tu le sais bien, Seto, que la puissance effraye !

- Vous assumez pleinement être donc un tyran ! Et en plus, vous semblez avoir fait votre choix !

- Vot... Votre majesté !

- Peu importe... Je n'ai plus besoin de vous. L'heure est venu de recréer un nouveau royaume !

Seto pouvait distinguer un léger rictus entre la barbe rousse du roi, puis il rajouta son propre sourire, implacable, avant de tendre la main vers les cieux étoilés.

- Le roi a parlé !

Seto concentra une parcelle d'énergie dans sa main, et envoya vers le ciel une boule magique lumineuse, qui illumina le ciel d'un trait, avant de se disloquer en une multitude de petites étoiles filantes. Il ne fallut qu'une dizaine de secondes, pour qu'au loin, on puisse apercevoir le navire le plus proche charger un canon magique, pour enfin tirer diagonalement vers le sol. Très vite, la cité fut assaillie par une armada de navire, qui bombardèrent les rues et les allées d'une multitude de "mini Burst Stream". Le spectacle était apocalyptique pour les non habitués de ce genre de batailles, mais pour Seto, il s'agissait d'une véritable symphonie de lumières et de flammes. Pendant ce temps, les trois dragons blancs qui étaient descendus avec Seto et qui patientaient en bas des longues marches du palais, réagirent enfin.

- C'est le signal ! Allons-y, mes frères ! Suivons la volonté de maître Seto !

Eltia, Urien et Argoth, se dispersèrent autour du palais, comme des flèches. Eltia se positionna au sud-ouest, Urien au sud-est, et Argoth au nord central. Configurés en triangle, il joignirent tous les trois les mains, avant de les positionner au sol. En une fraction de secondes, le palais royal fut protégé par une aura pyramidale. En effet, un champ de force doré à la forme d'une pyramide, tenait le château entre les mailles du filet. Seto leva les yeux en l'air, semblant satisfait.

- Tout est en place. Ainsi, nous ne serons pas dérangés lors de cet historique moment !

- Seto ! Espèce de crapule ! Pourquoi es-tu allé aussi loin, à part pour assouvir ta soif de massacre ? Tu ne fais rien de plus que donner raison à l'ennemi en agissant de la sorte !

- Silence, Ultear ! Libère le roi, et sois sage ! Si tu agis selon mes ordres, qui sait, je garderais peut-être une place au chaud dans mon armée pour toi, mais non en tant que conseillère. En tant que sous-fifre qui ne sera bonne que pour me cirer les pompes, ainsi que celles de ta sœur !

Amèrement, Ultear relâcha son emprise sur le roi qui était libre de ses mouvements. Il observa Seto avec un air de défi, un air que lui renvoya l'homme en face de lui.

- Eloraell, Feriel, Ultear, faites en sorte que nous ne soyons pas dérangés. Eliminez tous les gêneurs qui se trouvent à l'intérieur de ce champ de force. Je vous rassure, mes subordonnés choisir pour monter la garder sont mes lieutenants d'élite. Personne ne brisera cette pyramide d'énergie. Quand à vous, mon bon roi, si vous êtes la personne que je pense, vous devriez être en mesure de manier le déplacement instantané à la perfection. Allons à la salle du trône, qu'en dites vous ?

- Hum !

En un clin d'œil, les deux hommes se téléportèrent, laissant les elfes et l'ex-conseillère de l'imposteur faire face aux soldats solaires qui ont pu constater la trahison de leur dirigeant. A la salle du trône, Seto et Sairu apparurent, seuls pour en découdre.

- Maintenant que le moment que j'ai tant attendu est arrivé, je n'ai plus besoin de porter ce masque...

La silhouette du bon roi, à la chevelure courte et à la barbichette rousse, disparut instantanément pour faire place à un homme imposant, à l'allure guerrière. Il avait des cheveux longs gris, et une tenue semblable à celle des dirigeants Shinobi.

- Je pense que cette apparence sera plus adapté pour notre dernier combat, mon fils ! Bien, même si je ne t'ai pas vu grandir comme il se doit, j'ai pu avoir vent de ton long parcours ! Je te connais par cœur, Seto, je savais éperdument que tu allais ni laisser Ultear, ni les elfes m'exécuter. Tu allais garder cet infâme plaisir pour toi, tout seul. Tu es bien un descendant des Yagami, le clan shinobi le plus cruel et le plus sanguinaire de la Yokume !

- Je m'en fous de ce clan qui a disparu depuis des lustres ! Je suis avant tout quelqu'un qui prend la route la plus ardue pour avancer. Emprunter un chemin aisé équivaut à tirer une croix sur la vie. C'est vous, mon cher paternel, qui me l'avez enseigné ! Comme quoi...

- Admirable ! Que l'image du vaincu au sol reste gravé dans l'esprit du vainqueur !

Murai Yagami dégaina un katana que l'on retrouve fréquemment dans l'armement d'un chef ninja. Seto ne se fit pas prier pour sortir sa Vorpal Blade, pour cet affrontement qu'il attendait depuis des années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: L'invasion lunaire   Mar 18 Avr - 21:48

Après une longue embarcation par la voie des airs, les passagers du navire, le « Storm Eagle », purent apercevoir enfin d’un décor enchanteur, au milieu d’un champ d’étoiles. Que ce soit Scylla, Law ou Kula, voir un ciel étoilé sans la moindre péripétie sur le chemin était quelque chose dont il fallait profiter, lorsqu’ils savaient éperdument que bientôt, la vision qui allait s’engager sous leurs yeux allait probablement être horrifique. En effet, la guerre allait éclater ce soir sur les paisibles pénates solaires, et qu’également, la capitale allait recevoir la visite d’un des plus puissants lieutenants lunaire, le chef des dragons blancs, Seto Yagami.

Sur le papier, la situation était assez critique. En face, Seto allait probablement faire appel à sa fidèle armée. Ici, sur le bateau, il n’y avait que quatre combattants, ni plus, ni moins. Tout d’abord, Law et Kula n’étaient, à proprement parlé, pas des combattants aguerris, dans le sens qu’ils n’avaient aucune réelle idée de ce qu’est la guerre. Scylla, elle, était une guerrière d’élite, mais cela n’excluait pas un véritable problème chez elle. Elle n’avait plus participé à une véritable bataille depuis des lustres, seulement quelques combats sans réelles conséquences. Ici, elle va revivre probablement un enfer qu’elle parvenait à supporter seulement lorsqu’elle faisait partie du camp des conquérants. Aujourd’hui, elle était dans le camp des défenseurs. Et ses émotions ont changés du tout au tout depuis la dernière guerre dont elle était mêlée, et qui l’avait simplement menée dans une salle de torture. Depuis, elle était sans arrêt du côté de ceux qui échouent, d’où son manque de confiance en soi qui grandissait sans finir. Bref, en relativisant un peu, Scylla voyait malgré tout ce combat comme une chance de s’approcher de Seto, ainsi qu’une opportunité pour se tester un peu.

Le second point où Scylla tentait de relativiser, mais sans trop se forcer cette fois, était cette nouvelle compagnie qui avait frappé à sa porte la veille. La nouvelle membre de son équipe, prénommée Iris, était tout comme Scylla, une personne qui vivait ici, sur les terres d’Atrium, mais qui semblait posséder des gênes ou des origines « légendiennes ». Cela signifiait donc qu’elle avait probablement un potentiel caché, encore une fois comme la valkyrie écarlate, et que ce même potentiel pouvait lui être favorable face à l’ennemi, en plus de s’accorder probablement avec les pouvoirs de Scylla.

Bref, après de très longues heures de voyage, la capitale solaire était enfin en vue. Les constellations scintillantes laissèrent place à un amas nébuleux qui n’inspirait pas confiance, tant les nuages étaient sombres comme le charbon. Au loin, de vives lumières provenant de la destination finale, la cité solaire, pouvaient être aperçues.

- Nous arrivons enfin à la capitale, c’est pas trop tôt. On peut apercevoir les bâtiments briller de mille feux.

- A moins que ma vue me fasse faux bond, Kula, elle ne brille pas. Elle brûle !

- Il semblerait que les forces lunaires ont décidés de se payer notre tête. On est dans les temps pourtant.

- Oui, cela se voit qu’ils ont commencé un bombardement depuis presque une heure si j’estime ce que je vois correctement. Regardez !

Scylla pointa le doigt au loin. Une armada de navires de guerres couvraient la cité solaire. Plus le navire se rapprochait, et plus Scylla et les autres pouvaient entendre un concert sonore qui est propre à celui de la guerre : Cris, écroulements, ondes cinglantes provenant de sorts magiques balancés un peu partout. Exactement comme la fois où elle fut envoyée pour sauver Leafa sur Legendia, Scylla fixait les flammes de la bataille avec le même air nostalgique, tandis que ses doigts se crispaient et ses muscles se contractaient. Elle ne comprenait toujours pas d’où venait cette éternelle impression lorsqu’elle voit une bataille en cours. Elle trouverait peut-être un fragment de réponse au beau milieu du combat.

- Law, rapproche-toi de la cité.

- Ca va pas ? C’est trop dangereux. Et je doute pas un seul instant que d’ici, on a déjà été repéré.

- Ne t’en fais pas. As-tu oublié l’étendue de mes pouvoirs ? Avec moi, ton navire n’aura pas la moindre éraflure.

- Des fois, tu doutes de toi, des fois, tu sembles sûre que tu pourras tout gérer par toi-même. Tu me surprendras toujours… Hum, dans ce cas, il va falloir que l’on prenne nos pilules militaires. Kula, as-tu le sac ?

- Oui, capitaine !

- Alors prenez en tous une ! Scylla, c’est toi la commandante, tu fournis les explications à notre nouvelle alliée où je m’en charge ?

- Si tu n’y vois pas d’inconvénient, je m’en occupe. Prends cette pilule que Law te tend, Iris. Sois rassurée, ce n’est que bénéfique, à part peut-être le goût aussi salé que de l’eau de mer… Cette pilule est ensorcelée, et est reliée directement avec le reste du paquet. Quand nous en avalerons une tous les quatre, et que nous concentrerons notre énergie, nous pourrons ressentir la présence des autres, et également, entendre leurs voix directement dans notre tête, comme de la télépathie assistée. C’est indispensable pour mettre au point le plan que nous avons enregistré. Quand je serais en proie avec le commandant ennemi, je dois vous envoyer un signal le plus discrètement possible. Voilà l’utilité de ces pilules. Quand le moment sera le plus opportun, je rentrerais en contact avec toi et Law. Ainsi, il pourra créer sa Room pour te téléporter à mes côtés, sans que je puisse trahir la confiance du roi.

Pendant ce temps, le navire continuait son chemin et venait de traverser les frontières de la capitale. Etant un ancien soldat de l’armée de ce pays, elle connaissait l’existence d’un puissant champ de force censé protéger des quatre côtés la ville, mais vu l’armada de navires lunaires qui bombardaient les rues et réduisaient petit à petit la capitale en un tas de débris, il était évident que le bouclier était levé depuis un bail. Une fois au-dessus du champ de bataille, Scylla se rapprocha de la proue du navire, posa un pied au bord du bateau, tout en continuait à faire quelques signes pour obliger Law à poursuivre l’avancée. Ce dernier priait qu’il n’allait pas regretter son embarcation d’ici quelques minutes, mais il connaissait le tempérament un peu casse-cou de sa chef. De près, les passagers du navire pouvaient observer deux choses. Près d’eux désormais, il y’avait trois navires qui semblaient en retrait, et ne semblaient pas participer au bombardement. Ils se contentaient de relâcher des troupes ennemies qui se jetèrent dans la mêlée pour combattre corps et âmes contre les soldats solaires. Et plus loin, là où se situe le palais du roi, une pyramide de lumière enveloppait le château, prouvant, si on était un minimum logique, que l’opération pour détrôner le monarque avait déjà démarré sans attendre Scylla. Ainsi, la valkyrie comprit que soit, la proposition d’Azelia était un piège, soit le commandant de l’assaut avait décidé d’en faire qu’à sa tête. Néanmoins, Scylla avait l’infime conviction qu’elle allait être fixée très prochainement. Le « Storm Eagle » était à une centaine de mètres du plus gros navire de l’armada, au milieu de la rangée de trois. Ce dernier possédait un mât qui faisait la hauteur d’une vingtaine de personnes, avec un voile noir et un motif rouge d’un croissant de lune. La proue représentait le visage d’une gargouille. Il était clair que ce navire était probablement celui du commandant des forces aériennes. Quelqu’un, d’ailleurs, remarqua les nouveaux venus. Il avait une armure noire, avec à ses épaules une longue cape rouge. De sexe masculin vu sa corpulence, il portait un casque avec une visière, cachant le haut de son visage. Il s’approcha du bord de sa propre embarcation, dans le but de questionner le navire intrus.

- Halte ! Déclinez votre identité !

- Mon nom est Scylla, j’ai reçu une invitation de votre reine, sa majesté, Azelia Karnstein. Je possède entre mes mains une missive avec le sceau de son altesse. Laissez-moi monter à bord de votre navire, que je puisse vous prouver que nous sommes ici, en tant que renforts pour votre armée !

- Scylla ? Oui, ce nom me dit quelque chose. Le commandant des dragons blancs, Seto Yagami, vous as identifié comme traîtres à la cause de notre armée. Ne cherchez pas à nous duper !

- Comment ? Vous prétendez prendre en compte les paroles d’un simple capitaine avant les ordres de votre reine ?

- Les ordres sont les ordres, et la reine ne nous as jamais informé de la venue d’une Scylla quelconque. Faites demi-tour immédiatement, ou nous serons contraints de réduire votre vieille bicoque en morceaux !

- Ah, c’est comme ça…

Les autres ne pouvaient le voir, mais Scylla avait un discret petit sourire qui venait de se dessiner sur son visage. Visiblement, Seto avait tenté de duper la valkyrie. C’était l’unique explication envisageable pour elle, la « dupée » connaissant parfaitement le tempérament solitaire du dragon blanc, et sa manie de toujours défier Azelia. Mais à force de de se faire rouler dans la farine, Scylla avait apprise à en rire plus qu’autre chose. Et puis, cette menace de la part de l’ennemi était l’occasion idéale pour elle de passer à la seconde étape du plan, c’est-à-dire, ce qu’elle préférait : la destruction !

Scylla se contenta simplement de sortir son épée de son fourreau, et de tendre sa lame en direction du navire de gauche. Son sourire s’agrandissait à mesure qu’elle visait ce navire avec sa main droite. Elle ne dégageait aucune énergie, mais ce que personne ne pouvait remarquer, c’est que derrière son gantelet droit, le tatouage apparut et brillait constamment.

- Ceux qui pensent pouvoir m’ordonner de dégager d’un champ de bataille aussi animé, et de m’empêcher de me laisser aller sur mon terrain de jeu préféré, je leur fais très vite comprendre que…

En un éclair, un faisceau de lumière s’échappa de son épée. Tel un rayon de lumière, le navire de gauche, ainsi que deux autres navires alignés derrière celui-ci, furent atomisés en un clin d’œil par le faisceau d’énergie.

- … je fais ce que je veux ! La moindre objection sera rejetée et conduira à la mort !

Scylla profita de l’effet de surprise causée par la destruction de trois navires lunaires pour bondir hors du navire, changer de tenue en une seule seconde, et s’équiper de son armure céleste « valkyrion ». Evidemment, le premier réflexe de la flotte ennemi fut d’ouvrir le feu en direction du « Storm Eagle ».

- Sky Waltz !

Plusieurs rangées d’épées de lumière tournoyèrent autour du navire de Law, assurant la protection du navire de tout assaut ennemi dans les airs. Scylla, elle, demeurait à l’extérieur de la protection et comptait se débarrasser des forces aériennes ennemies à elle seule, visiblement. Mais avant cela, elle avait quelques consignes à donner.

- Iris, Kula, étant donné que notre vieil ami a décidé de s’amuser sans nous, cela nous laisse moins de temps pour agir. Cependant, ce bombardement aérien est gênant. Je m’occupe de la partie aérienne de l’invasion. Vous deux, pouvez-vous déjà vous diriger vers cette pyramide lumineuse qui recouvre le château royal ? Enquêter sur un moyen de passer outre cette barrière pourrait m’aider à regagner le temps perdu ! Ne vous en faites pas, je n’ai aucun doute que deux combattantes aguerries comme vous devraient pouvoir gérer convenablement la situation. Considérez que j’en ai pour quelques minutes seulement pour vous rejoindre.

- Je vais tenter de me rapprocher de cette tour sur votre gauche. Dès que je suis à bonne distance, bondissez sur la toiture, et rejoignez les quartiers sous vos pieds. Je vais également faire le ménage de mon côté pour vous couvrir !

- Bonne chance à toutes les deux ! Et surtout, Kula, n’oublie pas ce que je t’ai dit sur le chemin. Avoir un cœur pur est une qualité seulement si tu sais la préserver en toi quand c’est nécessaire !

- Entendue, Scylla !

Alors que Scylla souhaitait visiblement lutter contre l’armada de navires volants, Law profita du bouclier de la valkyrie pour se rapprocher de ladite tour, afin de larguer sur le champ de bataille ses deux alliées. Une fois ceci fait, Kula se jeta dans le vide, puis retomba sur les deux pieds, en haut de la tour. Ensuite, elle se laissa glisser sur du verglas qui se forma automatiquement sous les pieds, puis surfa jusqu’en bas de la tour, comme si la glace se forma juste en dessous d’elle et que Kula continuait de patiner sans tomber.

Une fois sur la terre ferme, et supposant qu’Iris était parvenue à descendre de la tour à sa propre manière, Kula vit de bien plus près ce qui se tramait à l’intérieur de la ville. Une bataille sans merci, des cris étouffants, voire agonisants. Des corps déchirés, démembrés, et le bruit répercutant des armes qui se cognaient entre elles. Tout autour d’elle, les soldats solaires et lunaires s’affrontaient jusqu’au dernier souffle. Pour Kula, cette ambiance était toute nouvelle. La chaleur étouffante ne la rendait pas très à l’aise non plus, elle qui préfère un milieu glacial pour se sentir comme chez elle. Mais Kula n’oublia pas une seule chose : Scylla lui faisait confiance. Alors elle devait se préoccuper seulement des indications de la valkyrie, ne se préoccuper ni de l’armée solaire, ni lunaire si ils se battent déjà entre eux.

- Bon, Iris, profitons de la bataille entre ces soldats pour nous faufiler jusqu’au palais du roi. Je…

Mais alors que Kula allait filer vers la zone ciblée, elle entendit les gémissements d’une petite gamine, qui rampait sur le sol, le manteau déchiré. Près d’elle, un ours en peluche traînait dans la boue, un poignard planté dans sa petite frimousse. La gamine semblait avoir la jambe cassée, et personne dans les alentours ne pouvaient la soigner ou s’occuper d’elle. Tout le monde fuyait, ses parents devaient sans doute déjà être morts. Alors qu’elle demandait très faiblement à l’aide, le cœur de Kula l’aurait poussé volontiers à lui porter secours, mais soudain, elle se remémora des paroles de Scylla. Lors d’une guerre, la moindre hésitation est fatale, et qu’il fallait bien garder à l’esprit qu’on ne peut en aucun cas sauver tout le monde. Sans une forte once de regrets, elle redressa la tête en direction d’Iris, retrouvant sa détermination qu’elle allait presque perdre face à cette vision dramatique.

- Je disais donc, j’ouvre la marche, Iris. Un conseil, ne sois pas trop près de moi.

Kula refit apparaître à nouveau une voie entièrement faite de glace, là où elle commença à patiner, afin d’accélérer le pas. Sur la route, de nombreux soldats des deux camps s’entretuaient, mais constituaient un obstacle sur la route des deux femmes. Kula congela son propre corps grâce à une épaisse couche de glace qui remplaçait sa peau lorsqu’elle se retrouva près d’un groupe de soldats et si aucuns civils n’étaient dans les alentours. Puis elle laissa dégager un fort souffle de glace, frigorifiant toute personne sur son chemin et sur celui d’Iris. Voilà pourquoi elle demanda à cette dernière de ne pas trop rester proche d’elle. De plus, sa manœuvre permit à Iris de ne pas affronter trop d’ennemis, même si il n’était pas exclu qu’elle puisse en manquer quelques-uns et qu’Iris doive dégager le chemin elle-même.

Après cette excursion mouvementée à travers les quartiers de la capitale solaire, dont la nuit tombait sur la tête des citoyens, Kula pouvait apercevoir l’imposante place qui régnait devant le long escalier menant à l’entrée du palais royal. Mais cet escalier semblait inaccessible, bloqué derrière cet écran lumineux en contrebas. Etrangement, personne ne montait la garde, comme si absolument tout le monde était parti défendre les ruelles de la capitale en priorité.

- Nous y sommes, il nous faut trouver un moyen de désactiver cette…

Mais la pauvre Kula n’eut même pas le bonheur de souffler ou de terminer sa phrase, que tel un éclair, une épée tomba du ciel. Elle semblait imposante et lourde, donc l’utilisateur de cette arme à deux mains devait avoir une force incommensurable pour la balancer vers le sol à une telle vitesse, ou alors, était-ce l’œuvre d’un autre type de procédé ? Après un fracas ahurissant entre la lame et le sol, et que cette dernière s’enfonça directement dans ce même sol, il ne fallut à peine pas plus d’une seconde pour que tout le sol de la place soit électrifié. Quiconque avait les pieds au sol lors du fracas allait subir un violent électrochoc, et ce fut le cas de la pauvre Kula qui ne tenait plus debout et semblait paralysé. Par la suite, un second éclair frappa directement vers l’épée, tel un paratonnerre. Apparut soudainement une silhouette féminine qui tenait l’équilibre sur la poignée de l’épée, à l’aide de son seul pied gauche. Elle était d’une particulière beauté avec ses cheveux couleurs lavande, et sa mèche légèrement plus foncée. Sa tenue raffinée n’était pas seulement pour faire beau, mais était le signe qu’elle tenait une place importante dans la hiérarchie de son groupe.

- Mon nom est Eltia. Commandante de la 4eme division des dragons blancs. N’y voyez rien de personnel, mais je vais devoir vous tuer pour vous empêcher d’aller plus loin, tels sont les ordres de mon seigneur !

Alors que le sol était toujours aussi impraticable et que Kula souffrait toujours le martyre, Eltia secoua ses cheveux de gauche à droite, ce qui produisit une bonne trentaine de sphères électriques tout autour d’elle, alors qu’elle gardait toujours équilibre sur sa propre épée, qui produisait continuellement un courant électrique sur la place. Maintenant que le sol était condamné, l’air n’était pas plus sûr. Eltia avait mis les bouchées doubles pour rendre « l’arène » impossible pour tous mouvements, que ce soit pour Kula, ou pour Iris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: L'invasion lunaire   Ven 28 Avr - 22:30

Le voyage vers le pays solaire était long, mais au moins il était calme. Cela avait laissé à Iris le temps de se préparer mentalement, ainsi de réfléchir à ses propres soucis, et son avenir sur Légendia. Car, si elle était certaine d'une chose, c'est qu'elle ne comptait pas mourir dans cet endroit, maintenant qu'elle a enfin trouvé un moyen de regagner son monde. Peu importe l'ennemi, il était hors de question qu'elle échoue. Mais malgré le risque encouru, elle ne regrettait pas sa promesse faite à cette valkyrie. Iris est quelqu'un de parole, et compte bien tenir cette dernière jusqu'à la fin. Cependant, sa promesse ne l'oblige pas du tout à se lier avec les mortels qu'elle tient en dénie depuis sa naissance. C'est pourquoi, le trajet elle l'a passée seule, assise dans un coin du navire, pensive et silencieuse. La mercenaire n'est pas du genre à cracher du venin, au lieu de cela, elle préfère toujours ne pas envenimer les choses, et laisser couler. Il lui serait inutile de dire ce qu'elle pense des mortels ou de faire la rebelle face à ces deux passagers qui l'accompagne. Après tout, ils ne lui ont rien fait, donc elle n'a aucune raison d'être désagréable. Mais rien ne l'oblige non plus à faire la conversation.

Le voyage arrivant à son terme, Iris put enfin observer la capitale solaire. Mais tout comme la valkyrie, elle comprit très vite que ce n'était pas des lumières qui illuminaient les bâtiments, mais un brasier. Un brasier causé certainement par le nombre impressionnant de navires de guerre présents au-dessus de la cité. Pour Iris, c'était clair, l'heure de la pause était finie. C'était l'heure pour elle de retourner une fois de plus au combat. Heureusement, la nuit et le voyage ayant été reposants, elle put récupérer légèrement de son combat contre son précédent adversaire. Bien qu'elle ne soit pas totalement sereine, rétablie, son état actuel était plus que suffisant pour qu'elle puisse assurer son devoir et sa mission. Aujourd'hui, elle allait suivre le plan de cette valkyrie, et bien qu'elle ne la connaît pas réellement, elle semblait savoir ce qu'elle faisait. C'était suffisant pour Iris, pour être confiante. En plus de son calme et sa concentration naturelle, même devant les situations extrêmes. Bien que voir toutes ses flammes, commençait déjà à lui donner chaud, rien qu'à observer.

Quoi qu'il en soit, l'action allait commencer, dès que Scylla ordonna au capitaine du navire d'entrer en plein dans le feu de l'action. Visiblement, elle avait soudainement une confiance en elle débordante, ce qui étonna son ami le mortel. Mais pas Iris. Si cette dernière disait cela, c'est qu'elle savait ce qu'elle faisait. Iris également ne pète jamais plus haut que son cul, donc elle a confiance en cette valkyrie à cet instant. Si cette dernière était si sûre d'elle, c'est qu'il n'y avait rien à craindre. Bref, après que le Storm Eagle s'approcha d'un des navires ennemis en retrait, un homme visiblement, s'approcha de sa propre embarcation, afin de questionner Scylla sur sa présence en ces lieux. Malheureusement, la conversation tourna très vite au vinaigre quand ce fameux pays lunaire avait trahi le plan initial. Comme c'était étonnant... Cependant, après l'échec des négociations, la valkyrie dégaina sa lame, et détruisit sans trop forcer, trois navires de guerre à l'aide d'un faisceau lumineux. Comme le pensait Iris, la valkyrie savait ce qu'elle faisait, pas de quoi s'inquiéter. Elle n'a pas douté une seconde du potentiel de son allié. Elle était même attentive et assez contente, au fond, d'avoir un aperçu de ce que vaut une valkyrie, bien que cette même Scylla affirmait qu'elle n'avait encore rien d'une vraie valkyrie. Suite à son premier assaut, elle invoqua une protection autour du navire qui prit la forme de lames lumineuses, en plus de changer d'armure pour en équiper une plus tape-à-l'œil. Visiblement, elle avait l'intention de s'occuper du problème des navires, pendant qu'Iris et celle qui allait être sa partenaire du moment, Kula, atteignent cette espèce de pyramide. Après des consignes rapides, c'était l'heure de passer à l'action, et Iris s'élança, directement après Kula et avoir avalé une sorte de pilule.

Tandis que Kula utilisait une sorte de patinoire pour descendre la tour, Iris elle s'était contentée d'également sauter dans le vide pour la descendre, sauf qu'avant cela, elle avait invoqué une sorte d'énergie d'un noir intense, parcouru par des éclairs rougeoyants, et qui formaient des ailes d'énergie dans son dos. Cela n'était pas suffisant pour voler, mais planer était le but de cette manœuvre, et ça faisait son travail. Finalement, une fois les deux femmes en plein centre-ville, la situation devenait plus claire. Pour Iris, cela l’écœurait toujours autant de telles visions, mais elle y était habituée. Ce qui ne semblait pas être le cas de cette mortelle qui montrait clairement des signes de malaises. Mais heureusement, cela ne l'empêcha pas de reprendre ses esprits, et de poursuivre sa mission. Sauf qu'au détour d'une ruelle, la jeune Kula tomba nez à nez devant une pauvre gamine, visiblement mal en point, et qui quémandait de l'aide. Il était clair qu'elle était seule, abandonnée, et que son sort était scellé. Mais bien qu'Iris pût observer que cela perturbait la concernée, cette dernière redressa la tête et était prête à partir. Sauf que cette fois, c'est Iris, qu'il l'observa quelques secondes, d'un air inquisiteur, avant d'enfin prendre la parole.

- Tsss, pars devant, je te rejoins...

Après ces paroles, la mercenaire se dirigea vers la gamine, et s'abaissa à sa hauteur, tout en lui adressant la parole d'un ton rassurant et amical.

- Ça va aller, je vais m'occuper de toi, tu n'es plus toute seule.

Iris tendit sa main à la jeune fille, qui la saisit, puis la glissa sur son dos.

- Je vais te protéger, ne t'inquiète pas. Mais pour ça, il faut que tu sois courageuse, et que tu t'accroches bien à moi, d'accord ?

Après avoir donné les indications à la gamine, et cette dernière qui acquiesça tout naturellement, elle ne prêta pas attention si oui ou non cette Kula avait attendu ou non et se mit en route pour la pyramide. Cependant, au lieu de prendre le risque de zigzaguer entre les rues, comme le faisait Kula avec sa patinoire. Iris prit simplement le chemin des toits. Son agilité et sa vitesse étant suffisantes pour voyager par ce moyen-là. Elle se contenta de suivre Kula par les hauteurs, sans la perdre de vue, au cas où elle aurait besoin d'aide. Et puis, maintenant qu'Iris avait une copine sur son dos, elle préférait éviter de devoir tuer à tout va des soldats un peu trop téméraires. Finalement, après une escapade nocturne à travers la ville, les deux femmes arrivèrent devant le palais du roi. Mais une sorte de barrière lumineuse était visiblement présente, afin d'empêcher les curieux de pénétrer dans la bâtisse. Cependant, la place était vide, dépourvue de gardes et de batailles. C'était une situation bien trop calme et idyllique pour que ce ne soit pas un piège évident. De ce fait, Iris préféra rester à bonne distance de la place, sur le dernier toit disponible, afin d'avertir cette Kula que foncer serait une mauvaise idée. Et comme prévu, le piège se referma sur cette pauvre Kula, bien trop ignorante et néophyte pour faire partir d'un champ de bataille selon Iris. La mercenaire n'avait pas eu le temps de la prévenir, et le résulta fut électrifiant. Le sol tout entier de la place s'était soudainement électrifié, après qu'une énorme claymore s'enfonça violemment dans le sol. Enfin, un éclair frappa de nouveau l'arme, pour laisser apercevoir finalement celle qui semblait responsable du piège. C'était une femme assez classe, qui au vu de son entrée en scène, et son style, n'avait rien à voir avec la plèbe qui guerroyait en arrière-plan. Bref, cette dernière se présenta en tant que commandante de la 4e division des dragons blancs. Et qu'elle répondait au nom d'Eltia. Avant d'évidemment annoncer une mort prochaine pour Iris et sa partenaire.

- La foudre... Je déteste la foudre...

Iris se foutant royalement du rang ou de qui était cette femme préféra réfléchir à un moyen de libérer sa partenaire. Mais avant une quelconque action, la commandante électrifia ses cheveux, puis invoqua de ces derniers des sortes de sphères électriques. Il était clair que l'adversaire voulait piéger les airs, autant que le sol. Sans attendre que tout soit condamné, Iris déposa la gamine sur son dos rapidement dans un coin du toit, et la protégea de l'atmosphère par une espèce de bouclier d'ombre. Cela ressemblait à un tourbillon d'énergie rougeoyant, similaire à ce qui constituait ses ailes éphémères précédemment. Puis, une fois la jeune fille à l'abri, c'était l'heure de s'occuper de cette timbrée foudroyante. Mais nul assaut de la part d'Iris pour le moment, dans l'immédiat, il fallait qu'elle force l'adversaire à bouger, et prendre son arme, afin de libérer le sol. Et ça tombe bien, si cette femme se croyait à l'abri, elle se trompait. La mercenaire n'avait pas besoin de bouger actuellement de sa position, pour tenter une approche, elle dégaina simplement sa lame, et d'un éclair, une violente lame d'énergie noire en forme de croissant fut envoyée droit sur l'adversaire. Ou plutôt sur son arme. Car c'était le premier objectif de la mercenaire, de libérer sa partenaire, et le sol. Dans le même temps, elle lança une autre technique qui invoqua plusieurs lames d'ombres qui tournoyaient rapidement autour d'Iris, formant un bouclier réflecteur, identique à celui de la gamine. Cela n'était pas fait pour la protection intégrale, mais était suffisant pour renvoyer les projectiles en attendant la prochaine manœuvre de son adversaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: L'invasion lunaire   Lun 8 Mai - 22:53

Alors qu'Eltia foudroyait le sol d'un puissant champ de force, elle vit, sans tourner ses pupilles, que la supposée alliée de cette jeune femme aux cheveux mauves tenta une manœuvre pour arrêter le carnage. Une lame d'énergie fut envoyée dans le seul but de détruire la claymore plantée au sol. Bonne idée, en théorie, mais cette personne qui avait envoyé cette attaque devait probablement penser qu'Eltia était une simple sous-fifre de l'armée lunaire ou des dragons blancs pour envoyer une technique aussi basique. Tout ce qu'Eltia eut à faire, c'était de bondir hors de sa claymore. Son arme prit une forme électrique, et lors de l'impact, la foudre disparut, ou plutôt, c'était Eltia qui avait absorbé avec sa seule main droite l'électricité en dessous d'elle. Toujours en l'air, elle utilisa ce même courant électrique pour former dans sa main une épée de foudre. Elle balança ce courant électrique vers le sol, pile au même endroit. Le courant prit la forme d'une véritable épée, et si Iris était observatrice, elle vit qu'Eltia venait de planter au sol la même claymore, au détail près. Elle avait tout simplement fait disparaître son arme pour la faire réapparaître, afin de l'empêcher d'être détruite. Eltia reposa ses deux pieds sur son arme, et reprit l'exacte même position qu'avant. Cette fois, elle posa son regard sur celle qui tenta cette offensive.

- Toi, là-bas, perchée sur ton toit... Je ne sais pas dans quel camp tu es, et pour qui tu tentes de me combattre, mais c'était assez irresponsable d'avoir emmené cette enfant ici, à côté de toi. Penses-tu sincèrement la protéger, à toi toute seule ? Si tu souhaites vraiment la sauver, tu aurais du l'emmener loin d'ici, au lieu de l'imposer davantage cette effroyable guerre. Pour ma part, je n'ai pas la moindre envie de te combattre, je ne suis chargée que d'exterminer ceux qui veulent pénétrer dans le château derrière moi. Et quand à toi, je pense que tu as mieux à faire que chercher à me déranger. Alors, prends cette jeune fille, et éloigne-toi d'ici. Plus vite, nous, dragons blancs, aurons atteint notre objectif, plus tôt l'armée lunaire stoppera son carnage, alors en attendant, si tu veux la sécurité de cette fille, va t'en...

La voix d'Eltia démontrait clairement que cette femme n'aimait pas trop la situation actuelle, ou l'alliance avec l'armée lunaire. Elle avait la voix de celle qui agit contre son gré, et sous son air combattif, se cache probablement une femme qui souhaite que cette fournaise se termine très vite. La douceur de sa voix prouvait qu'elle souhaitait la sécurité de cette petite fille aux côtés d'Iris. Ainsi, elle souhaitait du fond du cœur qu'elle obéisse et s'en aille d'ici. Il était difficile de croire, cependant, que cette délicate commandante du clan des dragons blancs, était en train de faire preuve d'un comportement impitoyable envers la pauvre Kula qui continuait de souffrir le martyre.

- Bien, en ce qui te concerne, je... hum ?

Eltia observa de plus près Kula qui montrait de moins en moins de signes de souffrance. Son aura blanchâtre autour d'elle ne périssait pas. En revanche, elle se colora en une aura pourpre qui se mariait parfaitement avec la chevelure et la tenue de cette dernière. Elle serra sa mâchoire au maximum, prouvant qu'elle luttait de toute ses forces contre la douleur. Et une fois qu'elle releva tout son corps, elle serra cette fois-ci les deux poings, puis ouvrit la bouche en un clin d'œil.

- Yaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !

Le hurlement si primaire de Kula donna un certain effet démoniaque, comme si la douce Kula avait laissé place à une créature sombre et destructrice. Mais son apparence était toujours la même, si on excluait cette énergie pourpre tout autour d'elle. Après ce cri, une tornade glaciale enveloppa les deux femmes. Visiblement, Kula maîtrisait son pouvoir, puisque aucun bâtiment ne fut embarquée au sein de sa technique. Seule la zone qui servait de lieu d'affrontement entre les deux femmes fut touchée. Depuis l'extérieur du courant d'air glacé, il était difficile de voir que la claymore d'Eltia fut transformée en une épaisse couche de glace qui s'effrita sur le long terme. Quand à Eltia elle-même, elle fut embarquée également dans l'attaque.

Quelques instants plus tard, la technique prit fin. Le sol était désormais une magnifique patinoire couleur lavande. Plus aucune trace d'électricité dans l'air. Tout avait disparu. Néanmoins, le combat ne semblait pas terminé, et Kula le savait d'avance. Elle avait eu le temps de voir l'espace d'un instant, au beau milieu de la tempête, la silhouette humaine d'Eltia changer de nature, en quelque chose de plus imposant, mais également de plus difficile à décrire. Elle avait du effectuer une métamorphose le temps de subir la dévastatrice technique de Kula. Et maintenant, le pire était à venir, maintenant qu'Eltia n'avait aucune égratignure et se tenait en face de Kula, l'air de rien, les deux pieds sur cette glace pourpre.


- Hum, si ça, c'est pas signé le clan Ibusashi, je ne suis pas l'un des quatre commandants au service de maître Seto. Curieux. J'ai cru que tous les membres de ce clan hivernal étaient six pieds sous terre, si l'on exclut bien sûr Ayako. Attends une seconde...

Eltia reposa son regard sur la glace mauve sous ses pieds. Comme si la couleur même de cette glace était un indice sur l'identité de son adversaire. La main gauche derrière le dos, elle tendit la paume de sa main droite vers Kula, comme pour la stopper dans son élan.

- Ne dis rien, je peux enfin poser un nom sur ton visage. Et je ne retiens l'identité que de ceux qui peuvent avoir une chance contre moi. Je peux d'ores et déjà dire que l'expérience ratée que tu es, est vouée à disparaître face à moi.

- Vous... me connaissez ?

- Evidemment, cette glace pourpre aussi resplendissante qu'un champ de lavande, tu es bel et bien celle à qui l'on a implantée des gênes de cette gamine du clan Ibusashi qu'Azelia a récolté. Aussi fabuleuse soit-tu, tu es dans ma liste à abattre, comme toutes les autres expériences qui se sont échappées. C'est dommage, un tel talent qui doit périr de mes mains. Navrée...

Eltia s'avança vers Kula d'un pas lent et prudent.

- ... mais les ordres sont les ordres.

Kula se mordilla le doigt, comme si elle était envahie d'un stress profond, rien que devant les paroles d'Eltia. Elle venait sans doute de lui rappeler un très mauvais souvenir. Quelques perles de sueur s'écoulaient le long de son front.

- Non... Tout ce que je voulais, c'était de ne plus vivre dans l'obscurité et la misère.

Comme si Eltia ignorait totalement le malaise de Kula, elle continua d'avancer sans s'arrêter. Sous la panique, Kula posa ses deux mains au sol et fit apparaître plusieurs cônes de glace depuis le sol. Mais Eltia disparut en laissant derrière elle quelques étincelles. Elle réapparut juste derrière Kula, et posa sa main droite sur l'arrière de son crâne. Elle fut encore une fois enveloppé dans un champ électrique, mais en bien plus violent cette fois, puisque Eltia le faisait avec la volonté de tuer, et que la source du champ électrique s'attaquait au cerveau de la victime. Kula hurlait à la mort, pendant qu'Eltia observait bien autour d'elle si Iris avait décidé de suivre son conseil et d'emmener la jeune fille en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: L'invasion lunaire   Sam 27 Mai - 10:32

La tentative d'Iris d'enrayer le champ de force au sol n'allait visiblement pas être aussi facile. L'ennemi semblait avoir compris l'objectif de la mercenaire. Elle évita donc l'assaut simplement en transformant son arme en courant électrique, avant de le relâcher sous la forme d'une lame exactement identique à la précédente. Cela prouva l'échec total de la manœuvre d'Iris, mais cela n'avait pas été inutile. La mercenaire venait de forcer son ennemi à déjà montrer une capacité intéressante de ses pouvoirs. Mais tandis qu'Iris réfléchissait déjà à sa prochaine action, l'ennemi s'adressa à cette dernière, après avoir repris sa position initiale. Elle commença par demander dans quel camp la mercenaire était, avant de poursuivre sur son irresponsabilité d'avoir emmené la gamine ici. La suite de ses paroles était toujours centrée sur la gamine, et le fait qu'il était préférable qu'Iris prenne la fuite, avec cette dernière, afin de l'éloigner définitivement de cette guerre. Elle avait pour mission de tuer uniquement ceux qui veulent pénétrer le temple, donc la mercenaire pouvait sans doute partir sans soucis. Enfin, elle conclut son discours en faisant le vœu que tout cela termine au plus vite, afin que ce carnage cesse. Iris put remarquer facilement, qu'il n'y avait aucune haine, ni envie, dans le ton de cette Eltia. Cela la fit réfléchir quelques secondes, à se poser quelques questions, qui la firent oublier furtivement la présence de sa partenaire qui elle, souffrait le martyre. Cependant, la mercenaire fut sortie de ses pensées, par un hurlement strident qui venait de cette fameuse Kula. Sa concentration se fixa instantanément sur sa partenaire, où elle pouvait observer qu'elle était entourée d'une aura pourpre, avant de disparaître, elle et son ennemi, dans une tornade de glace. Par chance, la tornade semblait stable, sans danger pour les alentours, et surtout la gamine. Iris n'était pas en mesure de dire si c'était de la chance, ou si cette Kula avait elle-même contrôlé sa technique. Quoi qu'il en soit, c'était presque impossible de voir à travers la tornade, et la mercenaire dut attendre la fin de la tempête pour de nouveau avoir une vue dégagée sur le champ de bataille. Et ce qu'on pouvait dire, c'est que l'hiver semblait avoir frappé la zone. L'air était devenu bien plus froid, le sol était recouvert d'une glace pourpre, et le plus important : il n'y avait plus aucune trace d'électricité dans les environs. C'était comme si cette Kula avait lu dans les pensées d'Iris, et avait deviné que sa libération était plus pour qu'elle fasse chuter le chronomètre que pour réellement la sauver.

- Béni soit l'hiver.

Malheureusement, cette technique semblait avoir assez mise à mal cette Kula, tandis que l'adversaire lui, était encore indemne. Iris en profita pour se retourner, afin d'observer si la fille n'avait rien. Heureusement, elle était toujours sous le bouclier de la mercenaire, la tête dans les genoux, à se boucher les oreilles. La gamine en bonne forme, la mercenaire put observer et entendre par la même occasion des paroles venant de cette Eltia. Elles étaient adressées à Kula, et parlaient visiblement d'un clan nommé Ibusashi, d'une certaine Ayako, ainsi que d'expériences diverses. Rien qui intéressait vraiment Iris, vu que ce n'était pas ses affaires, et de toute façon elle ne comprenait rien. Finalement, l'ennemi semblait décidé à en finir avec Kula, et la piégea dans un champ électrique, après avoir évité sans problème une tentative de cette dernière. Cette fois, c'était clairement pour tuer. Cependant, pendant son observation visiblement destinée à voir si la mercenaire avait fui avec la gamine, elle pouvait effectivement s'apercevoir qu'Iris n'était plus sur le toit, ni la gamine. Bien que la position de la jeune fille soit un mystère, celle d'Iris n'allait pas tarder à être très claire. Elle réapparut telle une ombre furtive, dans une sorte de flamme mauve, juste devant la tête d'Eltia, avec la lame prête à s'abattre instantanément pour la décapiter. Vu l'effet de surprise et la vitesse de la technique, sa seule échappatoire était de s'écarter très vite de la portée d'Iris. Contrer ou tenter autre chose qu'une esquive était impossible. Car, en plus de son attaque furtive, plusieurs lames noires invoquées frappèrent le sol, pile autour de Kula, comme pour sécuriser la zone. Suite à cela, la mercenaire se plaça devant Kula, comme un bouclier, tout en fixant son adversaire qui avait certainement reculé de quelques mètres. Elle en profita pour prendre finalement la parole.

- Tss... Comme si j'allais partir en laissant une gamine se faire torturer gratuitement. Que je n'apprécie guère ou pas les mortels, ça ne change pas qu'actuellement, cette fille soit mon alliée. Mais je te remercie de t'inquiéter du sort de la jeune fille que je protège, mais tant que je suis là, elle ne risque absolument rien. Quant à son malheur, elle le doit à vous...

Iris observa rapidement son interlocutrice, toujours en garde, dans un court silence, comme si elle réfléchissait à quelque chose à son sujet. Puis, elle reprit la parole cette fois d'une voix assez neutre, bien moins accusatrice.

Tu as raison sur un détail néanmoins : je n'ai aucune envie d'être ici. Mais je ne suis pas la seule visiblement. Cependant, je suis quand même présente, et mêlée à cette guerre. Mais j'y suis de mon plein gré, j'ai moi-même décidé que c'était la voie que je voulais prendre. Et toi, est-ce vraiment ce que tu veux ? Est-ce donc ça l'ambition des légendaires dragons blancs dont j'ai entendu parler ? Vous n'êtes donc que des chiens obéissants à une reine mégalo qui a perdu toute notion de raison ? C'est ça, ton ambition ? Ton seigneur est un esclave de cette reine, et il est responsable de ce qui se passe ici. Ton titre dont tu sembles si fière ne veut-il rien dire ? C'est à ça que vous servez ? Faire le travail de cette reine ? Supprimer des « expériences » comme cette pauvre fille ? C'est pathétique... J'ai pitié de ton clan, et de ton seigneur qui ne rend pas honneur à ce dernier...

… « C'est les ordres », lança Iris, en imitant moqueusement la voix de son adversaire, espèce de chienne. Les gens comme toi me dégoûtent. Vous n'êtes rien d'autre que des pantins bons qu'à obéir, oubliant vos ambitions et votre honneur. C'est important la loyauté, mais il faut savoir quand celui qui nous sert de seigneur ne mérite plus, cette dernière... Si tu veux mon avis, « Eltia », si tu aimes autant ton seigneur et ton clan, tu devrais essayer de le sauver, au lieu de lui obéir bêtement. Car, laisse-moi te dire une chose. Peu importe à quel point tu es forte, ou ce que tu feras, tu n'as aucune chance de me vaincre. Je mettrais le temps qu'il faudra, mais tu finiras par mourir, car tu n'es pas de taille face à moi. Donc, laisse-moi te retourner ton conseil précédent, en te donnant la chance de choisir ce que tu préfères... Si tu as une once d'ambition, et d'honneur, alors aide ton seigneur, et combat cette reine qui vous manipule, et meurt pour une bonne raison. Si tu es finalement qu'un pantin dépourvu d'ambition, alors attaque-moi, et meurt comme une chienne sans âme, que j'oublierais rapidement. Car, j'ai une mémoire similaire à la tienne, en ce qui concerne ce qu'on retient. Si toi tu retiens que ceux qui peuvent te tuer, moi je ne retiens que ceux qui méritent qu'on s'en souvienne...

La mercenaire fixait d'un regard assez neutre le dragon blanc face à elle, comme si elle espérait ne pas devoir combattre cette dernière. Il était évident qu'elle n'avait aucune envie de la tuer, et cela se voyait dans sa façon de l'observer, ainsi que dans ses paroles.

- Dis-moi, penses-tu que ton seigneur mérite vraiment que tu donnes ta vie pour lui ? Il n'est plus que l'ombre de ce qu'il a sûrement été, du moins je l'espère. Car de ce que j'en ai vu, ce n'est qu'un prétentieux gamin qui obéit sans broncher à une reine qui se sert de lui. Si c'est vraiment ton seigneur, il déshonneur totalement les dragons... Prouve-moi donc que ton titre n'est pas là pour faire joli, et que tu as encore une once d'honneur. Ou alors, comme je l'ai déjà dit, attaque-moi, et prouve-moi que tu ne mérites même pas que je retienne ton nom...

Iris s'adressa rapidement à Kula pour finir, toujours en restant en garde depuis le début de la conversation.

- Toi, quand tu seras opérationnel, joins-toi à moi. On est partenaire ici, donc on n'a aucune raison de l'affronter une par une, cela ne fera que gaspiller mon énergie inutilement. On est en guerre, et dans une guerre, il n'y a pas de combat loyal... Si elle est raisonnable, alors elle fera le bon choix, sinon, à nous deux ce ne sera pas long pour lui faire rencontrer son destin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: L'invasion lunaire   Dim 28 Mai - 0:53

Eltia, tout en torturant Kula, avait pris la peine de vérifier si Iris s'était enfuie avec la gamine qu'elle tenait de protéger, malgré le chaos qui avait envahi la cité. Néanmoins, elle resta sur ses gardes, pas totalement persuadée qu'elle avait pris la décision qu'elle espérait. Et elle eut raison de se méfier. En effet, Iris apparut juste devant elle dans le but de la décapiter. Comme si elle s'y attendait, son corps se changea automatiquement au moment de la frappe, en un courant électrique, exactement comme avec la claymore, précédemment. La silhouette d'Eltia était toujours visible et présente, mais elle n'était plus de chaire et de sang. Elle n'était constituée que d'électricité, et rien d'autre. Le coup ayant traversé sa cible, la dragonne humanoïde ne s'arrêta pas là. Le courant traversa très brièvement le corps d'Iris, trop rapidement pour qu'Iris ressente réellement quelque chose. Puis elle se reforma plus loin, avant qu'Iris plante plusieurs épées noires autour d'elle et Kula. Sans aucun doute pour la protéger de quelque chose.

Après cela, Iris décida de taper la causette avec Eltia, ce qui arrangeait cette dernière, puisque son rôle était avant tout de faire gagner du temps à son maître. Iris semblait sûre et certaine de pouvoir protéger la gamine du malheur causé par les dragons blancs. Une accusation qu'Eltia ne releva pas, car il était certain pour elle que les dragons blancs passeraient en premier lieu pour des destructeurs lors de cet assaut. Puis, elle déclara qu'elle n'avait pas non plus envie d'être ici, puis interrogea Eltia sur ses véritables motivations, probablement pour vérifier si les dragons blancs avaient leurs propres ambitions, ou n'étaient que des pantins sans honneur. Puis, elle commença à montrer son dédain envers le clan dont Eltia faisait partie, en commençant par insulter de la manière typique que la personne qui ne connaît rien à rien fait, en général. Une remarque qui n'affectait clairement pas Eltia, comme si elle s'en fichait, ou comme si elle avait plutôt l'habitude de ce genre de remarque. Elle donna ensuite son opinion ouvertement, qu'Eltia devrait plutôt combattre celle qui manipule Seto, plutôt que de l'obéir bêtement maintenant qu'il n'était plus qu'un pantin d'Azelia. Elle proposa à Eltia deux solutions. Soit de réfléchir et de prendre la bonne décision en combattant Azelia. Soit en continuant de la suivre aveuglement et de mourir face à elle. Eltia comprit que cette Iris avait bel et bien l'idée de faire tomber Azelia avant les dragons blancs. Elle répéta une dernière fois que selon elle, son seigneur ne méritait pas qu'elle se dévoue à son service, demandant encore l'avis de la principale concernée. Enfin, Iris émit son désir de compter Kula à ses côtés pour vaincre Eltia, si elle décide de prendre la mauvaise décision. Malgré que Kula venait de se faire griller le cerveau sur place, elle se releva sans trop de difficulté, pour une raison inconnue, et probablement pas seulement parce que les paroles d'Iris semblaient plaire à cette dernière.


- Au début, je n'étais pas vraiment persuadée que tu souhaitais réellement mon aide. Je suis rassurée de voir que tu acceptes un minimum de soutien de ma part. Tu peux compter sur moi, Iris.

Et alors que Kula se releva à côté d'Iris, prête à en découdre, elle vit que l'adversaire se mit à sourire pour la première fois.

- Je te dégoûte, dis-tu ? A la bonne heure... Je n'en attendais pas moins d'une ignorante qui se permet de plonger son nez dans des affaires qui ne la concernent nullement. Et laisse moi te renvoyer ta remarque. As-tu réellement une ambition qui te soit propre, pour venir cracher ton venin dans une bataille que tu aurais aimée éviter ? Ne me dis pas que tu as décidée toute seule, d'un jour à l'autre, de venir te confronter à notre alliance ? Mais ne t'en fais pas, c'est très clair pour ma part, maintenant que je sais que tu es alliée à Kula Diamond...

... nous savons également à qui elle offre ses services actuellement. Dis-moi, as tu une vraie raison de suivre cette dangereuse valkyrie du nom de Scylla Vermillion ? Cette guerrière, qui a déjà massacré des centaines et des centaines d'innocents mortels, n'est pas si différente que nous.


- Ne compare pas Scylla aux membres de ton clan, Eltia ! Elle n'aurait jamais permis une telle guerre.

- Mais je dis pourtant la cruelle vérité. J'ai appris qu'elle s'est fait connaître sous un faux nom, puis a tenté de renverser le pays solaire, car elle aussi a été rejetée par la race mortelle ! Vous vous demandez si nous avons encore une once d'honneur en nous ? Mais justement, nous combattons exclusivement pour rétablir cet honneur qui nous as été dérobé il y'a douze ans de cela ! Tous ceux qui paient de leurs vies en cette soirée, paient surtout la fatale erreur de ce mécréant qui a siégé, bien tranquillement, dans ce palais derrière moi, à penser aveuglément qu'il possède le véritable pouvoir. Mes prédécesseurs ont œuvré pour la protection de ce royaume, et le seul remerciement qu'ils ont reçus, c'est d'être condamnés à mort, juste parce qu'ils surpassent la force du simple être humain...

... je suis persuadée que tous, ignorent, que les dragons ont toujours prospérés loin des frontières d'Atrium, et ce, depuis la nuit des temps. Nous avons simplement hérités d'un sang divin qui nous donne un pouvoir supérieur. Est-ce une raison suffisante pour mettre en place un génocide sans négociation au préalable ? Non ! Le crime de ce tyran ne demeurera pas impuni. En bref, nous avons commandité cet assaut bien avant que nous nous allions avec le pays lunaire. Nous ne souhaitions pas, au début, déclarer une bataille aussi féroce, mais c'était la condition sine qua non pour que nous puissions obtenir la force militaire nécessaire pour obtenir notre liberté, et pour proclamer notre droit d'exister en éliminant le monarque qui nous pourchasse depuis des années ! Voilà ce que nous souhaitons, un royaume sous notre coupe, comme à l'époque des premiers dragons blancs qui vivaient sur Atrium ! Nous n'avons que faire d'Azelia, nous partageons simplement un intérêt commun avec elle. Et une fois cette guerre terminée, notre alliance prendra fin, et nous pourrons ainsi préparer notre avenir sereinement.


Kula, qui écoutait sans broncher le récit d'Eltia, comprit un peu mieux pourquoi les dragons blancs participaient à ce carnage avec le pays lunaire. Néanmoins, elle nota quelque chose. Elle, comme son maître, sous-estimaient grandement le pouvoir de cette succube.

- Parce que tu crois réellement que lorsque vous aurez atteint votre objectif, Azelia vous laissera tranquille, bien sagement ? Vous la connaissez mal ! Avec Azelia, à partir du moment où vous avez pactisé avec elle, il n'y a plus de liberté qui tienne ! Elle se contrefiche de ceux qui la soutiennent. J'en sais quelque chose ! Si j'ai décidé de fuir l'armée lunaire, c'est parce que j'ai très vite compris la véritable nature de cette dingue ! Quand elle n'aura plus besoin de vous, elle se débarrassera de vous, impitoyablement ! Vous êtes trop puissants, en effet, pour qu'elle vous laisse la liberté de reconstruire ce pays à votre image ! Réveillez-vous, toi et ton maitre ! Vous courrez un grave danger !

Eltia fixa Kula d'un air neutre, toujours aussi neutre, le visage cristallisé comme la glace.

- D'où te viens cette assurance soudaine ? C'est à cause de cette fille qui t'accompagne ? Ou alors parce que j'ai parlé très brièvement de cette valkyrie qui t'a laissé crever dans la gueule du loup ? Quoiqu'il en soit, même si ce que vous dites s'avère être vraie, cela ne change pas le fait que je ne peux faire machine arrière. C'est mon seigneur qui m'a tout appris, qui m'a éduqué sur mes origines et qui m'a aidé à garder espoir. Il a agi comme un grand frère avec moi, et j'ai combattu et développé mon pouvoir uniquement pour cet instant présent. Je crois en lui, je suis persuadée qu'il ne se laisse pas manipuler par qui que ce soit. C'est lui qui obtient ce qu'il veut d'Azelia, et non l'inverse ! Je refuse de penser qu'il s'agenouille devant qui que ce soit ! Et si, effectivement, Azelia devient notre prochain obstacle, alors je l'aiderais, effectivement, à la combattre, quitte à en mourir ! Au moins, j'aurais été comblée de l'avoir aidé à avancer jusqu'ici ! C'est tout ce qui compte pour moi...

L'on pouvait entendre une petite pointe d'émotion dans la voix d'Eltia. Même si elle voulait probablement gagner du temps en parlant autant, il était clair également qu'elle voulait remballer toutes les accusations d'Iris, et prouver qu'elle possède une détermination inébranlable, persuadée elle même que Seto n'est pas ce qu'elle dénonce.

- Jusqu'à maintenant, mon envie de vous combattre était inexistante. Mais je vais désormais prouver que je peux prendre mes propres décisions. Je vais vous éliminer, non parce que ce sont les ordres, mais parce que je n'accepte pas que l'on insulte mon seigneur !

Eltia commença à léviter dans les airs, son corps fut envahi par une nuée d'étincelles qui parcouraient tous ses membres. Ses pupilles devinrent azures. A cet instant, son corps commença à s'illuminer, puis à grandir, à se modifier. Ce qui était une silhouette humaine devint désormais la figure imposante d'un dragon bicéphale, à la couleur rose, comme la chevelure de son invocatrice. Ses cornes, suffisamment pointues pour perforer même la roche la plus dure, furent pointées vers le ciel, puis envoyèrent plusieurs éclairs vers les cieux. Le décor céleste et stellaire fit place à un champ nuageux qui couvrit le ciel et l'assombrit davantage. Les nuages tournoyèrent sur eux-mêmes, et accélèrent abondamment. Quelque chose de terrible était en train de se préparer.

- Dis-moi, toi qui juges mon seigneur sans le connaître, ne ressens-tu pas quelques picotements dans tes membres depuis quelques minutes ? Crois moi, je ne t'ai pas touché pour faire beau, avant. Tu vas vite comprendre pourquoi tu as tort de penser que me vaincre soit si facile !

Lorsque Eltia avait traversé Iris, sous sa forme électrique, elle prit soin de poser un sort sur elle. Désormais, Iris était un paratonnerre humain. Chaque attaque qu'Eltia balancera sera désormais automatiquement dirigé vers elle, et amplifiée à une valeur élevée. Maintenant que le ciel était assombri, un torrent électrique tomba à vitesse incalculable sur Iris. La foudre qui tomba sur elle était dévastatrice. Elle était prise au piège par un champ électrique hors du commun, et normalement, personne ne pourrait survivre à une telle attaque. Il était également impossible qu'elle esquive, puisque la combinaison d'Eltia l'en empêchait. Maintenant que l'attaque était terminée, Eltia, toujours sous sa forme de dragonne, vérifia ce qui semblait évident pour elle. Pourtant...

- Que... ?

L'attaque échoua. Iris était toujours debout. A première vue, Eltia comprit que ce n'était pas elle-même qui était à l'origine de cette défense, mais probablement Kula. En effet, le corps d'Iris brillait d'une aura couleur lavande, tandis que la glace pourpre, au sol, dont Kula et Iris avaient les deux pieds dessus, perdit de sa teinture.

- Je suis persuadée qu'Azelia n'aurait jamais considéré que l'échec que je suis, puisse progresser à un stade presque aussi élevé que sa fidèle lieutenante. Si elle, maitrise la glace écarlate, celle qui anéantit tout ce qu'elle touche, moi, je maîtrise le parfait opposé de ce pouvoir malsain. La glace pourpre, en revanche, offre une protection constante. Mes alliés qui ont les deux pieds posés sur cette épaisse couche de glace, sont enveloppés par un bouclier qui enveloppe le corps entier. Iris n'avait donc rien à craindre de ton attaque, aussi puissante soit-elle.

- C'est pour cette raison que tu t'es relevée aussi facilement de ma dernière attaque, je présume !

- Iris, navrée d'avoir agi. Tu n'avais peut-être pas besoin de moi pour te protéger. Mais je souhaite te faire comprendre que je veux t'aider. Tu as peut-être une dent contre les mortels, ce qui explique que tu paraissais si distante de nous, mais si Scylla te fait confiance, alors JE te fais confiance.

- Remarquable, mais futile ! Ta glace a perdu de sa merveilleuse couleur. J'en déduis que tu ne peux le faire qu'une ou deux fois. Il me suffit de recommencer et...

- Rosa Purpura !

Tout en interrompant Eltia, Kula invoqua une rose de glace, toujours de couleur pourpre. Depuis cette fleur, un parfum enivrant de lavande s'échappa, mais la fragrance devint très vite un peu trop envahissante, laissant place à une brume pourpre qui entoura le dragon rose qui régnait toujours dans les airs. Lorsque le parfum s'évapora, on pouvait voir l'imposant dragon prisonnier d'un cristal de glace. Kula semblait néanmoins galérer pour maintenir sa technique.

- Maintenant, Iris ! Je ne pourrais maintenir ce puissant dragon bien longtemps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iris
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 01/09/2016

MessageSujet: Re: L'invasion lunaire   Ven 16 Juin - 13:03

Tandis qu'Iris avait fini son discours, qui avait pour objectif de raisonner cette Eltia, elle lui laissa le temps d'y réfléchir. Pendant ce temps, Kula de son côté semblait se relever et plutôt contente que la mercenaire la considère comme alliée. Puis, l'ennemi ne tarda pas à finalement réagir aux propos d'Iris. Au vu du ton employé et de son sourire, il était clair que son choix était fait. Cela déconcerta la mercenaire qui espérait que cette dragonne ne serait pas aussi aveugle que son seigneur, mais cela semblait raté. Cette dernière se contenta de traiter d'ignorante la concernée, pour ensuite lui retourner ses propres questions. Cette réponse était la preuve que cette personne n'avait rien compris à l'objectif des paroles que la mercenaire tentait de faire résonner dans la tête de cette dernière. Au lieu de cela, elle continuait cette fois en citant Scylla et le fait qu'elle soit aussi coupable que son clan. Cela donna lieu à un échange entre Kula qui défendait la valkyrie, et cette Eltia qui l'accusait, tout en parlant d'honneur. Ce qui fit tiquer Iris fut le moment où la dragonne exprima que les victimes de cette soirée ne faisaient que payer les erreurs de leur roi. Elle laissa continuer son ennemie, toujours silencieuse, mais avec une expression bien plus neutre. La suite parlait de l'objectif des dragons et les raisons pour lesquels ils se sont alliés à cette reine. Encore une fois, elle laissait Kula se charger de répondre, la mercenaire se contentant d'écouter sans les couper dans leur élan. Elle estimait qu'actuellement, peu importe ce qu'elle dirait, ce serait inutile, vu la fermeture d'esprit de l'ennemi. Et vu qu'Iris n'est pas très bavarde de base, si c'est pour parler pour rien, elle préfère se taire. Cela ne l'empêchait pas d'être en accord avec Kula qui essayait de faire comprendre à Eltia - comme Iris précédemment - que la reine se servait d'eux, et que le moment venu, ils seraient supprimés sans scrupules. Avant même la réponse de l'ennemi, Iris avait presque envie de se tourner vers Kula, et de la plaindre, pour avoir gaspillé sa salive. La mercenaire savait qu'il n'y avait qu'un seul moyen pour faire prendre conscience à ce genre d'aveugle : les démolir. Ce n'est qu'aux portes de la mort, que même l'esprit le plus fermé s'ouvre, et que les réalités qu'on cherche tant à se cacher se dévoilent.

Finalement, après avoir réfuté absolument toutes les paroles d'Iris et Kula, l'ennemi semblait vouloir en finir au plus vite. Visiblement pour punir les deux femmes d'avoir insulté son seigneur. C'est donc après une dernière menace que la silhouette humaine laissa place à un dragon imposant. Iris n'était pas du tout impressionnée, mais plutôt admiratrice. Elle a toujours trouvé les dragons magnifiques. Bien que ses lectures et ces découvertes récentes lui aient rendu les dragons bien moins impressionnants. Depuis quelques jours, c'était surtout les valkyries qui l'intriguait, voire passionnait. Au fond, c'était peut-être une raison supplémentaire, qui avait poussé Iris à suivre cette valkyrie. C'était pour voir ce que vaut vraiment cette race, même si Scylla n'en est pas une authentique actuellement selon ses dires. La mercenaire ne comprend toujours pas très bien ce que cela signifie, mais il était presque certain que sa curiosité était ce qui l'avait amené ici aujourd'hui. Bref, une fois en forme de dragon, d'épais nuages couvraient à présent le ciel, annonçant que quelque chose se préparait. Au vu des capacités de l'ennemi, c'était évident que ça allait forcément être lié à la foudre. Et si l'ennemi croyait que la mercenaire n'allait pas comprendre d'où venait effectivement, les picotements qu'elle ressentait depuis peu, elle avait tort. Cependant, elle avait également compris autre chose, en étant sur cette glace depuis peu, et en voyant Kula se relever de sa torture assez facilement. Elle ressentait quelque chose d'agréable et de doux, comme si un voile invisible lui caressait la peau. Et au moment de la foudroyante attaque du dragon, Iris ne fit rien, et se contenta d'observer son corps briller d'une couleur lavande. Après l'assaut dévastateur rendu totalement inutile par ce voile protecteur, Kula se mit à expliquer la différence entre sa glace, et celle de la lieutenante d'Azelia, qui était de ce qu'a retenu Iris, la base qui a servi à créer cette Kula. Cependant, toujours aussi confiante, la dragonne prétendait qu'elle avait juste à recommencer, maintenant que la glace était affaiblie. Déjà, cela allait être compliqué, vu qu'Iris venait de se débarrasser des picotements en utilisant sa magie sur elle-même, tout en préparant un sort pendant qu'elle était protégée par Kula. Cela ne fut pourtant pas nécessaire, vu qu'une fois encore, sa partenaire du moment lança une nouvelle technique. Bien que cette dernière sentait incroyablement bon, cela n'était pas son seul effet, étant donné que le dragon ennemi était totalement prisonnier d'un cristal de glace.

Cela était parfait. La technique qu'Iris préparait demandait du temps et pouvait rater, si la canalisation n'était pas complète ou interrompue. Mais grâce à Kula, la question ne se posait plus du tout. La mercenaire put donc terminer de préparer sa technique, et leva sa lame, pointant cette dernière vers le ciel, tout juste après que sa partenaire lui pria d'en finir au plus vite. Suite à ce geste, une tempête d'énergie noire entoura rapidement le cristal, puis, au bout d'à peine deux secondes, l'énergie ne formait plus à présent qu'une énorme sphère. Tout ce qui était visible à présent, c'était cette énergie noire et pourpre, formant une sphère incroyablement dense, cachant entièrement le cristal. Iris ne se pressa même plus, et prit enfin la parole, comme si elle avait tout son temps.

- Ne sois pas navrée, on est ensemble dans cette guerre et à ce moment. Tu as fait ce que tu devais faire. Maintenant, à mon tour de faire mon travail, et veiller à ce que cette femme ne t'importune plus. Tu peux relâcher la pression et te reposer quelques secondes, le combat est terminé... Grâce à toi, j'ai eu le temps de remplir les conditions nécessaires pour créer cette sphère. Le principe est de former une prison en regroupant l'énergie en un point central. À partir du moment où j'ai entouré le cristal, c'était la fin. La particularité de cette sphère est qu'à l'intérieur, il n'y a rien, à part du vide. Impossible donc qu'elle puisse se transformer en foudre ou autres techniques. Rien ne s'échappe du vide...

De l'énergie entourait à présent la lame d'Iris, qui disparut de sa main. Puis, après avoir levé la main, quatre grandes lames d'énergie pure apparurent aux points cardinaux de la sphère.

- La particularité de ma magie, c'est de pouvoir percer n'importe quelle défense. Il y a peu, j'ai réussi à tuer un adversaire que je pensais invincible pour moi, pourtant, lui-même semblait effrayé à l'idée que je le touche. Et il avait raison. Il me suffit de toucher mon ennemi une seule fois, pour lui infliger des dégâts monstrueux... On peut dire que ce n'est pas de chance pour mon adversaire, quand on vit dans un monde où les plus puissants se croient invincibles... Mais la puissance ne sert à rien, si l'on est plus en état de l'utiliser...

Suite à ces mots, la mercenaire tendit cette fois la paume vers la sphère, puis récita une seule incantation, d'une voix calme, mais rapide.

- Abyssal sword art : Phantom cross

Refermant son poing, les quatre lames imposantes qui stationnaient autour de la sphère pénétrèrent d'un coup dans cette dernière. Au même moment, cela fit littéralement exploser la sphère, laissant l'impression de voir une sorte de croix dans le ciel, formé par le croisement des quatre lames. Maintenant que la sphère n'était plus, on pouvait observer le magnifique dragon au centre de la croix, pourfendue, à l'intersection des lames. L'explosion de la sphère semblait également avoir carbonisé ses écailles, teintant sa crinière mauve, d'une couleur rougeâtre. L'attaque n'avait en elle-même rien d'extraordinaire pour l’œil extérieur, mais comme précisé par Iris, la douleur que ressentent les adversaires touchés par cette dernière est insupportable. Pour traverser les écailles d'un dragon, Iris a jugé qu'il était préférable de lancer une technique plus violente qu'à l’accoutumer.

- Trop faible, pensa Iris, toujours la main tendue, en observant le dragon pendant sa chute, ce n'est toujours pas suffisant. Pourquoi ne puis-je aller plus loin ? Qu'est-ce qu'il me manque ? Je suis capable de traverser actuellement que 40% de l'armure... Aucun progrès depuis ces dernières années... Suis-je arrivé à ma limite ? Suis-je vraiment digne de rejoindre ma mère sur Légendia... ? Est-ce la raison pour laquelle elle m'a abandonnée ? Mon pouvoir est suffisant pour ce monde, mais je doute que ça suffise pour Légendia... Cette valkyrie, serais-je capable de la blesser si on combattait ? Sa détermination, serait-ce ça qu'il me manque ? … Ne suis-je finalement pas si déterminée à rejoindre mon monde natal ? … À moins que ce soit le doute ? Le doute et la peur de l'inconnu seraient ce qui m'empêche d'évoluer ? Dans ce cas, observer cette valkyrie et la suivre, me donnera peut-être la réponse que je cherche...

Iris fut finalement sortie de ses pensées, une fois que le dragon s'écrasa avec fracas sur le sol. Elle redirigea son attention sur la scène, où l'on pouvait observer que ce dernier avait disparu, pour laisser place à la forme humaine. Cependant, bien qu'elle était clairement vivante, Kula pouvait se rassurer. Ses blessures étaient profondes, et l'ennemi était comme paralysé sur le sol, incapable de bouger. Comme prédit par Iris, le combat était terminé. La mercenaire tenait à ce que l'effort fourni par Kula ne soit pas vain, en finissant la rencontre au plus vite, pour que cette dernière puisse se reposer. Elle se doutait que son énergie avait dû en prendre un coup, avec l'enchaînement qu'elle avait fait. Iris n'avait pas vraiment envie de savoir jusqu'où cette « expérience » - comme cité par Eltia - pouvait aller. Mais il était clair d'une chose, c'était une humaine, et avec des limites bien plus restrictives que cette valkyrie, ou encore la mercenaire.

- Reste ici et repose toi, lança Iris en direction de Kula, tout en s'avançant l'arme à la main vers d'Eltia, elle ne peut plus bouger de toute façon.

Une fois arrivée à la hauteur de l'ennemi, elle arrêta sa marche, et fixa quelques secondes la personne au sol. Puis, commença à lui adresser la parole d'une voix calme, bien différente de celle employée pour leur premier échange.

- Si tu es encore vivante, c'est uniquement parce que je n'ai aucune raison de te tuer. J'estime que la guerre ne doit pas être une excuse pour tuer gratuitement. C'est justement pendant une guerre qu'une vie ne doit pas être gâchée. Si je te tuais maintenant, ta mort serait gratuite et inutile. Tandis qu'à présent, tu ne peux plus fuir la réalité. Cette réalité que j'ai essayé de te faire accepter tout à l'heure, et que tu as reniée en bloc... Tu n'as rien compris à ce que j'essayais de te dire, car tu es aveuglé par la peur. Tu as raison, je ne connais rien de votre histoire, et je n'en ai rien à foutre d'ailleurs. Ce n'était pas le but de mes paroles. Mon seul objectif était de te faire comprendre à quel point tu es dans l'erreur...

… Tu penses vraiment que la vengeance apportera sa gloire passée à ton clan ? Il faut être stupide, pour penser que la vengeance est salvatrice. Pour moi, vous ne valez pas mieux que ce roi que vous condamnez. Il est responsable de votre souffrance, tout comme vous êtes responsable de la souffrance de ces gens aujourd'hui. Comme cette gamine, qui vient de tout perdre, pour une histoire de « vengeance », et qui n'avait rien demandé. C'est ça qui me dégoûte. Cette vengeance qui vous anime vous a simplement rendu pathétique, loin de l'honneur que vous vouliez retrouver. Dans cette vendetta, vous vous êtes perdu, et ne faites que servir les desseins de cette reine mégalo...

Iris fit une courte pause, avant de reprendre la parole d'une voix plus sombre, légèrement mélancolique.

- J'ai vu de nombreuses batailles, et assez de souffrance, pour reconnaître quelqu'un de perdu. Et c'est exactement ce que j'ai vu dans les yeux de ton seigneur, quand je l'ai croisé. J'ai vu le désespoir, la peur, le doute. Il est perdu dans un tourment dont il ne peut s'enfuir. Et tout ça, c'est l’œuvre de cette « reine », qui se sert de votre souffrance, pour vous manipuler. Que tu le veuilles ou non, ton seigneur n'est plus qu'un pantin aux mains d'Azelia...

… Tu as parlé de cette valkyrie tout à l'heure. Sur le fait qu'elle est pire que vous, et qu'elle est responsable de bien plus de morts. Ce dont je ne doute aucunement. Cependant, comparée à vous autres dragons blancs, cette valkyrie ne fuit pas son passé. Elle l'affronte, elle l'a accepté, et se bat pour avancer. On ne juge pas quelqu'un sur son passé, mais ses actions présentes. On fait tous des erreurs, à nous de vivre avec, et de continuer d'avancer sans sombrer dans la facilité. On a tous le droit à une seconde chance... C'est pourquoi cette valkyrie a mon respect. Car elle accepte la réalité, tout comme cette Kula derrière moi, qui accepte la sienne. Actuellement, cette jeune fille est bien plus courageuse que toi et ton seigneur réuni. D'ailleurs, n'est-ce pas une preuve de servitude, de vouloir la tuer ? Qu'elle soit une expérience te dérange en quoi ? Pourquoi cette agressivité envers cette fille que tu ne connais même pas ? La faire souffrir comme tu as essayé de faire ne fait que prouver ton aveuglement, et ton refus de la réalité... Et pour ta gouverne, sache que cette valkyrie « détestable » n'a aucune intention de tuer ton seigneur. Au contraire, actuellement, c'est peut-être la seule dans ce monde qui espère le sauver. N'est-ce pas pathétique comme situation ? Ça ne te suffit pas pour ouvrir les yeux, qu'une valkyrie essaye de sauver ton seigneur, tandis que son propre clan ne bouge pas le petit doigt ?

La mercenaire prit son fourreau, et rangea sa lame à l'intérieur d'un geste vif, comme pour montrer qu'elle en avait fini.

- Tes blessures sont assez profondes, mais si tu ne fais pas trop d'efforts, tu devrais t'en remettre un jour... Fais ce que tu veux de mes paroles, j'en ai fini avec toi. Tu n'es plus mon ennemi, je n'ai aucune raison de t'achever.

Iris tourna finalement les talons et s'éloigna de son interlocutrice encore au sol. Elle passa rapidement devant Kula, sans s'arrêter, et se dirigea vers un bâtiment, juste à l'extérieur de la zone de combat, mais où la glace de sa partenaire couvrait quand même le sol. C'est dans une alcôve de la bâtisse, qu'on pouvait apercevoir la gamine, la tête dans les genoux, tout en se bouchant les oreilles, toujours protégée par le bouclier de la mercenaire. Cette dernière s'approcha de l'enfant, puis s'abaissa afin de lui parler d'une voix calme et rassurante.

- C'est fini, lui lança Iris, tout en lui retirant délicatement les mains des oreilles, n'ai plus peur, la foudre est partie. Cependant, il faut être courageuse encore un peu d'accord ? Bientôt, tout sera fini, je te le promets...

- Hum, acquiesça la jeune fille, sans dire un mot.

- Mais pour cela, je dois aller dans un endroit dangereux, où je ne peux t'amener. C'est pour ça que tu vas rester avec cette fille derrière moi. Elle s'appelle Kula, c'est... hésita Iris, une amie à moi. Elle te protégera pendant mon absence... Ne t'inquiète pas, elle est très forte aussi, d'accord ?

Après avoir rassuré l'enfant, elle se releva, puis se tourna enfin vers Kula, afin de lui adresser la parole.

- Merci pour ton aide, sans toi, ce combat aurait été bien plus long et fastidieux. Mais ta glace a aussi été utile pour m'aider à protéger au mieux cette gamine. J'ai compris très vite que ta glace était de nature protectrice, j'en ai donc profité pour placer l'enfant sur cette dernière. J'ai eu raison de te faire confiance, et je te remercie de m'accorder la tienne également. Cela ne change pas mon point de vue sur les mortels, mais sache que j'ai l'esprit ouvert, et qu'aujourd'hui, peu importe qui tu es, tu as mon respect et ma confiance, Kula...

… C'est pourquoi je vais te faire confiance encore une fois, et te confier la gamine. Je ne peux pas la protéger moi-même à présent. Je dois rester ici pour continuer la recherche d'indices dans le secteur, et ensuite je devrais rejoindre Scylla pour le combat final. Donc, c'est à toi que je confie la vie de cette jeune fille... Sache que je tiens toujours mes promesses, et que je lui ai promis de la sortir de cet enfer. Alors, fais en sorte que je n'ai pas promis inutilement... Protège là, au péril de ta vie s'il le faut, comme je l'aurai fait moi-même. Je sais que tout à l'heure tu voulais la sauver, je ne t'en veux pas d'avoir détourné les yeux. Mais maintenant, c'est à toi que je la confie, et tu as toute ma confiance, Kula.

Finalement, Iris retourna rapidement son attention sur la gamine. Elle la fixa d'un air mélancolique, puis se retourna de nouveau vers Kula.

- Prends soin d'elle...

La mercenaire fit comprendre à Kula qu'elle allait rester dans le coin, et qu'il était temps pour la jeune femme de prendre avec elle la gamine, et de s'en aller de la zone. La mission était loin d'être terminée, et le temps manquait, il fallait agir sans hésitation et trouver un moyen d'abattre ce bouclier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 288
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: L'invasion lunaire   Mar 20 Juin - 1:09

Maintenant que Kula était parvenue à piéger l'ennemie partiellement, Kula pria Iris de se dépêcher d'attaquer, avant qu'elle ne soit plus en mesure de retenir prisonnière la dragonne bicéphale. Iris se contenta tout d'abord d'enfermer l'ennemi sous une nouvelle couche d'énergie, sous la forme d'une sphère noire. Et après cela, elle prit son temps pour dire deux mots à Kula. Kula comprit qu'elle avait mit fin au combat, ce qu'elle lui confirma tout en expliquant en quoi consistait sa technique basée sur le vide. Un type de pouvoir vraiment effrayant, mais elle n'en attendait pas moins d'une guerrière probablement égale à Scylla. Bref, il était clair que Kula pouvait enfin souffler un peu. Malgré cela, la technique n'était pas terminée. Iris invoqua quatre lames autour de la sphère, et la pourfendit avec ces quatre lames, créant ainsi une croix avec Eltia au beau milieu. Cette fois, le combat était terminé. Le magnifique et imposant dragon tomba au sol avec fracas, avant de reprendre forme humaine. Et à vue d'œil, Eltia était complètement hors d'état de nuire. Etait-elle morte ? Iris était-elle allé jusqu'à l'exterminer ? Néanmoins, après qu'Iris demanda à Kula de se reposer, elle déclara qu'elle était simplement immobile. Puis elle se dirigea vers sa direction, soit pour en finir, soit pour tenter d'obtenir des informations sur un moyen de briser le champ de force.

Finalement, Iris semblait disposé à ne pas achever Eltia, considérant cela comme gratuit et que cela représenterait un profond gâchis. De plus, Iris semblait déterminée à retenter une seconde fois de changer la vision des choses de la commandante de la quatrième division du clan des dragons blancs. Elle tenta de lui faire comprendre que la vengeance ne résoudra rien à rien, et surtout pas quand il s'agit de restaurer l'honneur d'un clan. Et que tout ce que cela propagea n'était rien d'autre que la destruction. Iris rappela le cruel destin que vient de rencontrer la gamine qu'elle avait secourue. A ce moment, Eltia plissa des yeux, toujours au sol, à écouter Iris sans tenter de la couper. En effet, une fois vaincue, elle sentait son âme s'apaiser. Iris rappela également qu'elle avait vu Seto à l'œuvre, et qu'elle était suffisamment expérimentée pour voir que Seto était un homme perdu. Enfin, elle compara le clan des dragons blancs à Scylla, qu'Eltia avait utilisé comme outil de provocation il y'a quelques minutes. Ce qui faisait toute la différence, selon Iris, c'était que Scylla acceptait son passé, et cherchait à aller de l'avant, alors que Seto et ses hommes étaient toujours prisonniers du passé et refusaient de l'accepter. Enfin, elle rajouta quelque chose d'assez ironique. La valkyrie écarlate était probablement l'unique personne qui voulait la salvation de Seto. Cette simple parole tiqua fortement Eltia, toujours au sol. Finalement, Iris déclara qu'elle n'avait pas l'intention de l'achever, ne la considérant plus comme une ennemie.

Iris laissa Eltia, seule, réfléchir sur ce qu'elle voulait faire maintenant qu'elle avait perdue. Elle récupéra la gamine, tout en la rassurant au passage, et en lui demandant de rester avec Kula. Puis, Iris, tout en remerciant Kula pour son aide, confia l'enfant à cette dernière. Elle devait effectivement rester ici pour comprendre comment désactiver cette pyramide qui protégeait le château de Sairu Jumeis. Le courage de Kula, enfouie en elle, s'éveilla quand Iris lui confia également sa confiance. Elle était doublement rassurée de voir qu'Iris était assez différente de ce qu'elle songeait lors de la première rencontre. Le sourire aux lèvres, elle répondit à cette dernière, motivée.

- Tu peux compter sur moi, Iris. Il est vrai que je suis assez inexpérimentée sur un champ de bataille aussi conséquent, mais je n'aime pas décevoir ceux qui croient en moi. Alors je ferais tout mon possible pour que ta promesse ne soit pas du vent. Finalement, tu as quelques points communs avec Scylla. Je comprends mieux son choix. Je suis persuadée, désormais, que notre équipe peut réussir à remettre de l'ordre dans cette pagaille ! Surtout, tiens bon jusqu'à l'arrivée de Scylla, Iris ! D'accord ?

Elle porta désormais la jeune fille sur le dos.

- Suis-moi. Je te promets que tu n'as rien à craindre tant que je te tiens.

C'est avec un dernier regard en direction d'Iris que Kula s'éloigna de la place du palais royal. Maintenant seule, Iris devait encore trouver un moyen de poursuivre la mission. Mais une voix étouffée allait rapidement la sortir de sa réflexion.

- Iris...

Si Iris se retournait, elle pouvait voir Eltia être à nouveau sur ses deux pieds. Très affaiblie, certes, mais bel et bien debout. Elle tenait à peine droite, mais fixait Iris de ses deux yeux sans broncher ou baisser la tête.

- Je ne sais pourquoi tu te démènes tellement à changer mon esprit, et pourquoi tu me laisses la vie alors que nous sommes en guerre, mais il va falloir que tu revois ta conception des choses, j'en suis navrée. Et si je te disais que le seul moyen pour que tu puisses poursuivre ton chemin, serait de m'achever, et de tuer également les deux autres commandants qui sont requis pour la formation de cette pyramide de lumière ? Considères-tu toujours qu'il est inutile de m'éliminer ? Ta bonté ne te servira à rien ici. On ne retient que les pertes en fin de guerre, et non ceux qui ont fait preuve de générosité ou de pitié...

Un léger sourire apparut sur le visage d'Eltia, encore au bord de la vie.

- Héhé, tu te demandes pourquoi je te dis ça ? Et bien, c'est simple, j'ai perdu. On dit toujours que le gagnant prend tout au perdant en temps de guerre. Si tu penses que me tuer est inutile, alors, je te donne une bonne raison de le faire. Et puis... ta valkyrie que tu as défendu a peut-être un certain don, qui sait ? Sais-tu pourquoi je tentais de mettre fin à la vie de cette Kula ? Apprends, Iris, que quelqu'un qui a servi d'expérience entre les mains d'Azelia et qui a échoué à devenir la finalité recherchée par cette dernière, n'a plus aucun avenir, ni retour en arrière possible. Ils finissent toujours par sombrer dans la démence, dans l'oubli. Ils ne se rappellent même plus qui ils sont, qui sont leurs parents, leurs proches. Ils oublient tout. Puis ils deviennent aussi dangereux pour eux que pour la société. Au début, je songeais que tuer cette fille était lui rendre service. Mais... c'est étrange...

Eltia respira un grand coup, tout en gardant la main droite sur le bide.

- Pour un échec, elle a encore la tête sur les épaules. Et cette assurance qui naquit en elle quand j'ai parlé de cette Scylla. Peut-être bien qu'Azelia n'est pas aussi infaillible que je redoutais. C'est rassurant... Finalement, je pense qu'il est intéressant que je laisse cette Scylla rencontrer mon seigneur pendant cette guerre au sommet. Si elle peut aider mon seigneur à éteindre cette flamme vengeresse qui brûle son âme, alors... qu'il en soit ainsi. Je souhaite du fond de mon cœur que mon maître trouve la paix en son for intérieur. C'est mon seul but, et je croyais, dur comme fer, que l'issue de cette guerre allait mettre fin à sa tourmente. Peut-être qu'une deuxième possibilité peut voir le jour, mais je ne serais pas là pour le voir, car il va falloir que je disparaisse pour que cela se produise...

Comme si cela représentait une aubaine pour elle, Eltia vit plus loin une innocente femme courir, tout en portant entre ses bras et sa poitrine, un jeune nourrisson enveloppé sous un petit drap blanc. Eltia, tout comme Iris, pouvaient entendre les pleurs de détresse du bébé, couplés avec le bruit de la braise qui dévorait les habitations autour de la place. De loin, elles pouvaient également voir un cyclope géant tout dévaster, et courir comme un forcené en direction de la mère et de son bébé. Eltia leva vivement la main droite en direction d'Iris, comme pour l'indiquer de ne pas agir.

- Je crois... que nous pouvons trouver un arrangement... Haaaa...

Eltia se téléporta tout en laissant, comme d'habitude, quelques étincelles derrière elle. Puis, elle réapparut devant le colosse, alors que celui-ci allait écraser du poing ses deux futures victimes. Elle posa ses deux mains sur le poing du géant, pour le stopper. Elle plia des jambes légèrement devant la force herculéenne du monstre, et on pouvait entendre les os de ses bras craquer sous la pression. Mais sous un énième élan de force, cette force qui caractérise un dragon blanc, elle repoussa le monstre qui recula de quelques pas. Elle invoqua ensuite une claymore de foudre, et trancha net le bras droit du cyclope. Mais ses bras n'étaient plus qu'un amas de souffrance. Sans donner un second coup, elle relâcha brutalement son arme au sol. Puis, pendant que le colosse souffrait non en silence, elle concentra dans la paume de sa main droite un tout dernier souffle d'énergie, et le renvoya pile au milieu du seul œil de la créature.

- Neo Burst Stream !

Le tir remua pour de bon le monstre, mais avant de finir au sol définitivement, il utilisa sa seule main disponible, pour attraper une Eltia qui avait déjà les deux genoux au sol après son attaque. Bien qu'Eltia ne criait pas, on pouvait encore entendre ses os faire un son fort désagréable. Après avoir écrasé ce qu'il pouvait du corps de la commandante, il la balança au loin. Eltia fit quelques rebonds sur le sol, et se rapprocha d'Iris. Proche des pieds de la mercenaire, elle commença à utiliser ses dernières forces pour ramper de manière pitoyable vers elle, pendant que le colosse tomba à terre pour la dernière fois, le cerveau complètement grillé par le Burst Stream d'Eltia. Le sourire toujours présent, elle continua de ramper vers Iris.

- Haaa.. Comme ça, c'est très bien aussi... Personne ne fera quoi que ce soit contre ses principes... Iris, si tu penses que mon seigneur n'est plus qu'un pantin au service de sa vengeance, alors... je t'en prie, toi et tes alliés... sauvez-le des griffes d'Azelia... Au final, c'est moi qui suis un échec...

Eltia s'arrêta de ramper. Ses yeux étaient à moitié clos.

- Les deux commandants que vous devez... vaincre sont sans doute... encore placés devant les deux autres côtés de la pyramide... fais... vite, Ir..is...

Cette fois, Eltia était bel et bien morte. Sa dernière action permit à une mère de s'enfuir juste à temps avec son nouveau né. Elle laissa également à Iris des informations qui peuvent l'aider à poursuivre sa quête. Il ne restait plus que deux commandants à abattre. Et pendant ce temps, un combat faisait sûrement rage dans la salle du trône du château toujours inaccessible. Tandis que dans les airs, une autre guerrière remuait ciel et terre pour sa survie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'invasion lunaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'invasion lunaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'invasion des gobelins
» [anim] Invasion des démons en Orneval et autrepart
» l'invasion des moutons
» Songe lunaire.[libre]
» Scénario 1 - Invasion!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays du soleil :: Temple du soleil-
Sauter vers: