La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La rumeur sous le brouillard noir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seira
Vagabond
Vagabond
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2017

MessageSujet: La rumeur sous le brouillard noir   Lun 20 Fév - 0:21

Pays du feu. L'une des zones les plus abandonnés, comme l'une des plus périlleuses se trouvaient dans la zone sud de la nation la plus embrasée de la Yokume. On la nommait "le rocher de la tortue". En effet, au sommet d'une montagne incandescente, enveloppée par une couche de brouillard noir comme le charbon, on pouvait y trouver une caverne, dont l'architecture n'avait rien à voir avec une caverne ordinaire, mais ressemblait plutôt a la sculpture peu banale d'une tortue. La curiosité absolument sans égale des humains les poussaient à vouloir en savoir plus sur cet endroit plein de mystères. Mais personne ne put réellement témoigner de ce qui se cachait dans cet antre du diable, puisque tous les explorateurs en herbe... ne sont jamais revenus vivants de leurs périples. Un seul homme parvint à narrer un témoignage étrange, car il n'était pas assez fou pour s'aventurer dans ce désert sans vie, mais il eut le temps de voir planer dans les cieux ce qui s'apparentait à un dragon obscur.

Le témoignage ne fut pas pris au sérieux et donc, un nouveau groupe, composé seulement de deux personnes, deux hommes pour être plus précis, décida encore une fois d'aller voir ce qui se trame dans ce "rocher de la tortue". Malgré que le récit du seul survivant n'était pas très persuasif, cela avait suffit pour déblatérer une série de rumeurs sans queue ni tête au sujet du mont de la terreur. Un dragon y vivait, ou pire, une créature du diable qui dévorait ses proies sans y laisser le moindre os. Bref, il était considéré comme la créature du brouillard noir...

Le duo, la queue entre les jambes, parvinrent à atteindre ce fameux rocher de la tortue, sans encombre, et une fois pénétrés, solidement armés, s’attendirent à y trouver le fameux dragon en question. Mais à peine à l'intérieur, ils perdirent connaissance, comme si il étaient assomés par quelque chose, ou quelqu'un. A leurs réveils, ils étaient ligotés comme deux saucissons, dos à dos, et ils aperçurent enfin une silhouette qui paraissait humaine, et même que cette silhouette était un peu trop bien foutue par rapport à ce que les rumeurs racontaient inconsciemment.


Spoiler:
 

La silhouette fixait avec envie les deux victimes qui étaient au sol, tentant de se débattre inutilement. Le plus âgé d'entre eux, néanmoins, persistait à penser que la jeune femme était la seule issue possible pour eux.

- Vous, jeune femme. Qu'est ce que vous faites ici, habillée ainsi ? Venez nous délivrer !

- Pourquoi êtes vous ici ?

- Cette question.. Nous sommes venus explorer ce lieu pour trouver la fameuse bête qui rôde dans les parages et qui a tué quasiment tous les voyageurs qui s'aventuraient ici. Trop de villageois ont perdus leurs proches à cause de cette atrocité ! Donnez nous un coup de main !

- Si vous tenez absolument à ce que le carnage cesse, commencez pas laisser tranquille la créature en question qui n'a rien demandé à personne... Et pour répondre à ta question, si je suis fringuée ainsi ici, c'est parce que vous êtes chez moi là... Misérables et pathétiques humains.

- Quoi ? Qu'est ce vous venez de dire ?

La jeune femme cornue soupira un instant, comme si elle était épuisée par cette conversation qui venait à peine de démarrer. Elle s'avança ensuite vers les deux humains piégés, et, de son pied droit non chaussé, écrasa le visage de celui qui parlait pendant un bref instant. Après avoir soulevé le pied pour le reposer à terre, elle cracha sur le visage du malheureux, histoire de l'humilier encore plus.

- Tu as parfaitement entendu, petite merde d'humain. La créature en question que vous chassez, c'est moi ! Et puisque vous faites partie de ces ahuris qui croient à n'importe quelle histoire pour enfant complètement demeuré, vous subirez le même sort que les minables qui sont venus me rendre une visite jusqu'à présent. Maintenant, vous pouvez d'ores et déjà prendre toute la liberté qui vous est permise, pour vous pisser dessus convenablement, les merdes, le temps que je réfléchisse à comment je vais vous arracher votre misérable vie.

- Je me disais, grand frère, cette femme est d'une beauté trop démoniaque pour être une simple humaine.

Devant la remarque du plus jeune des deux, la jeune femme laissa apparaître un sourire bien pervers.

- Haha, j'avoue que quand on n'écoute que les conneries racontés par n'importe quel débile, on ne s'attend absolument pas à voir une belle femme de mon espèce en petite tenue, au cul si parfait. Avouez que vous me trouvez parfaite, humains, DITES LE !

- Oui, oui, vous êtes tellement parfaite !

- Il n'y a pas de quoi rougir pour avoir dit la vérité. Vous, humains, êtes si inférieurs comparés à nous, dragons humanoïdes. C'est indéniable. Les femelles de votre espèce sont si imparfaites comparé à nous, c'est absolument hilarant ! Ah au fait, malgré que vous avez dit l'évidence, vous allez quand même crever !

- Quoi ?

Bien que la dragonne à l'apparence humaine proclamait la beauté de sa race, elle bluffait à contre coeur. Cette jeune femme se nommait Seira. Isolée du monde des humains, pour éviter à elle seule de trop se faire remarquer, Seira ne connaissait pas la moindre personne comme elle. Elle les cherchait, inlassablement, mais sans succès. Malgré son physique de jeune femme de 20 ans, Seira avait déjà passé la trentaine, et avait déjà compris qu'elle n'était pas prête de crever de vieillesse. Son seul but dans sa vie, trouver des personnes comme elle, pour qu'elle ne lutte plus, jour et nuit, contre la solitude qui devenait trop pesante. En attendant, ses seuls contacts étaient avec les humains qui la dérangeait dans sa vie peu mouvementée.

- Attendez, vous pouvez me tuer moi, si ça vous chante ! Mais laissez mon petit frère en dehors de tout ça. Il n'a même pas vingt ans, tout comme vous sûrement. Si vous cherchez à le connaître un minimum, je suis sûr que vous pourriez vous entendre, tellement il est candide et innocent. Il ne ferait pas de mal à une mouche. Mademoiselle la dragonne, n'avez vous pas de frères ou de soeurs ?

- Non, j'en ai aucun ! Bref, c'est bon, vous êtes lourds, j'ai plus envie de vous entendre ! ASHMORE ! VIENS ICI !

Les deux humains allaient vite découvrir qui était cet Ashmore. Et voilà le fameux dragon en question, qui était noir comme le brouillard qui enveloppait la zone, et qui semblait bien plus petit que raconté dans les récits absurdes entre villageois. Néanmoins, il était assez grand pour servir de monture à une personne comme Seira. Le dragon observait tel un reptile ses deux proies, puis pointa son museau en direction de Seira qui le caressa amoureusement, puis, comme une gamine toute heureuse de voir son animal de compagnie, reprit la parole.

- N'est-il pas majestueux ? Vous devriez être les hommes les plus heureux du monde, de savoir que vous allez avoir la mort la plus agréable qui soit. Tués par une race supérieure, n'est ce pas magnifique ? En revanche, je ne donne jamais de nourriture avarié à mes petits chéris. Et ça tombe bien que vous soyez là, j'avais besoin d'un petit feu pour me réchauffer. Bien, Ahsmore, je compte sur toi.

Après avoir donné délicatement un petit bisou à sa monture, Seira laissa le dragon carboniser avec son simple souffle les deux victimes de sa cruauté. Néanmoins, elle ne considérait pas cela comme de la cruauté. Pour elle, les humains sont misérables et lamentables et doivent tomber devant un dragon comme elle, c'était tout. Et elle ne supportait encore moins l'idée qu'un dragon se rabaisse à aider un humain. Voilà pourquoi elle ne supportait pas les dragons blancs, et qu'elle avait été jusqu'à oublier l'existence de son seul frère qui avait pris la décision de mettre de côté sa puissance pour gérer un minable clan de shinobis. Fatiguée d'entendre les cris d'agonis des énièmes humains qui perturbaient son repos, elle décida de prendre l'air. Elle observa l'air infect de cet endroit, tandis qu'elle réalisa que la brume était bien plus épaisse que d'habitude, ce qui n'était jamais bon signe pour elle. Elle ne se préoccupait guère du cas Azelia qui faisait un peu trop parler d'elle, même si au fond, elle espérait la victoire de la reine succube, sans réaliser les conséquences que cela pouvait engendrer. Tout ce qui l'intéressait, c'était que quelque chose la libère de la routine infernale de sa vie qui n'évoluait pas d'un pouce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuna
Archange des constellations
Archange des constellations
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 08/01/2014

MessageSujet: Re: La rumeur sous le brouillard noir   Mer 22 Fév - 18:19

Si la brume épaisse était une marque de fabrique de cette zone, alors cela allait très vite disparaître pour quelques minutes. Si cette fameuse brume se faisait plus épaisse sur le coup, soudainement, une simple observation au loin révélerait à n'importe qui d'observateur que cette dernière s'évaporait. Et plus l'effet se rapprochait de la fameuse dragonne, plus elle pouvait entendre ce qui semblait être des battements d'ailes à travers le brouillard. Finalement, une intense lumière balaya les dernières traces du brouillard, et laissa place à un majestueux dragon étincelant qui illumina les cieux. Le dragon était immense et loin des standards habituels. Il était pourvu d'une armure ornée de diamants et autres décorations plus inutiles qu'autre chose. Cela n'empêchait pas de rendre cet être imposant et presque divin. Quoi qu'il en soit, après avoir illuminé les cieux, le dragon entama sa descente, afin d'atterrir non loin de la fameuse Seira. L'imposante carrure du dragon fit un fracas monumental lorsqu'il se posa sur terre, qui fut d'ailleurs suivi par plusieurs autres fracas, dus aux autres dragons qui venaient de rejoindre le premier. C'était impossible à distinguer comme ça, mais ils étaient environ une vingtaine, et ce n'était qu'une estimation basée sur le bruit. Après tout ce bordel sonore, plusieurs lumières émanèrent des dragons, pour finalement révéler après coup, des silhouettes humanoïdes. Rapidement, Seira pouvait observer ces fameuses silhouettes l'entourer, puis enfin, un chevalier en armure sortit du groupe. Ce dernier semblait bien plus important que les autres chevaliers, rien que de par son accoutrement et le fait qu'il était entouré par deux dragons qui avaient gardé leur forme imposante. Bien que le plus impactant était sûrement la sensation que dégageait ce type, tant il semblait puissant. D'ailleurs, il ne perdit pas de temps, et directement après s'être avancé - sans trop s'approcher - de ce dragon noir, comme s'il avait peur d'être touché par la peste, il prit la parole d'une voix haute et formelle.

- Je suis le chevalier-dragon Alvius Tychondrius, membre de l'inquisition céleste, au service du seigneur de tous les dragons, Neltharion. Sur ordre de la loi datant de la première guerre, et signé par le seigneur Neltharion et le conseil des Angelys, tout dragon noir doit être appréhendé, afin de préserver la création de la corruption. Sur ces faits, dragonne, toujours en respectant la loi céleste, tu as le choix entre la reddition, ou la rébellion, ce qui aboutira à ta destruction. En cas de soumission, nous autres dragons célestes, pouvons vous aider à lutter contre votre noirceur, et vous ramener du côté de la lumière. En cas de refus d'acceptation de la lumière, la destruction de ton hérétique existence est la seule justice valable.

Suivant ces paroles pour le moins étranges, semblables à ce que dirait un aveugle suivant un code religieux, le chevalier en question leva la main droite, et plusieurs chevaliers-dragons commencèrent à s'avancer en direction de Seira, gardant une position de prudence en cas de refus d'obtempérer. Il était clair que selon la réponse et les actions de cette dragonne, ils étaient prêts à la faire taire pour toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seira
Vagabond
Vagabond
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2017

MessageSujet: Re: La rumeur sous le brouillard noir   Sam 25 Fév - 2:57

Seira continuait, sans se lasser, d'observer la brume noire. Cela la détendait presque, sans réellement savoir pourquoi. Elle préférait voir le néant se former sous ses yeux, plutôt que de contempler ce monde si imparfait à ses yeux, si grotesque. Seira avait un goût assez prononcé pour l'art, et cela, depuis toute gamine. L'esthétisme était un point primordial pour rendre la vie plus belle à ses yeux. Mais plus le temps passait, plus la simple notion du "beau" disparaissait à ses yeux. Elle trouvait ce monde à vomir, manquant cruellement, selon elle, de toute notion artistique, baignée dans un océan de laideur, avec les humains comme principaux poissons. Alors, à force de considérer que tout était laid à ses yeux, elle préférait nettement voir une brume obscure qui se mouvait lentement, que la sale gueule des humains qu'elle venait de carboniser.

Mais bientôt, quelque chose de vraiment magnifique allait nettoyer l'horreur qui tarissait ses yeux rouges. Le brouillard se dissipait petit à petit, et alors que Seira pouvait clairement entendre des battements d'ailes provenir de la voie des airs, une lumière absolument aveuglante titilla ses pupilles. Elle plaça sa main droite au dessus de ses yeux, et vit quelque chose qui allait justement briser sa routine. Quelque chose qu'elle espérait depuis longtemps voir. C'était comme dans un rêve, un dragon absolument resplendissant se posa devant elle. Sa carrure majestueuse hypnotisait presque Seira.


- C'est un dragon ? Il est absolument... magnifique. C'est du pur art comme j'ai toujours désiré contempler...

Émerveillée, elle vit son admiration multipliée quand elle put également observer encore d'autres dragons, moins resplendissants, mais suffisamment pour que Seira puisse continuer à savourer ce qu'elle croyait être un rêve. Et alors qu'elle était bouche bée, au point qu'elle ne prêta pas attention au bruit qui pouvait vite devenir insupportable pour n'importe qui d'autre, un concert lumineux transforma le troupeau, en silhouettes humanoïdes. Pour Seira, c'était un signe. Un signe qu'elle avait peut-être devant elle ce qu'elle avait toujours cherché. Elle savait que ces imposteurs de dragons blancs laissaient résider en leurs corps des dragons divins pour faire croire qu'ils étaient de véritables incarnations d'authentiques dragons, mais Seira n'avait jamais vu de tels dragons, et elle sentait bien qu'ils représentaient la même entité que ces silhouettes humanoïdes en question. Seira posa son regard sur le plus imposant d'entre eux, un chevalier en armure qui s'approcha, tout en laissant une certaine distance avec la dragonne obscure. Malgré qu'elle était assez nerveuse devant ces incarnations divines selon elle, elle laissa échapper un sourire assez décontracté.

- Euh... Bonjour ? Que puis-je faire pour vous ?

Ainsi, le chevalier dragon se présenta, avec un nom tellement compliqué que Seira l'oublia déjà au bout de cinq secondes. Et la suite de la présentation ne sonnait pas très clair non plus pour elle. Tout en citant un texte de loi, avec d'autres noms bizarres comme Neltharion ou les Angelys, le chevalier proclama que tout dragon noir doit être appréhendé, car ils représentaient la corruption pour... la création ? Seira ne pigeait pas tout, mais suffisamment pour comprendre que ce type venait d'insinuer qu'elle était corrompue. Et tel une machine sans âme, il laissa le choix à Seira de, soit se rebeller, ce qui mènera à sa destruction, soit à se soumettre ce qui pourrait la mener vers la voie de la lumière. Enfin, il cracha encore plus sur l'existence de Seira en l'insultant d'hérétique, et que sa mort serait la solution pour que justice soit faite. Seira effaça son sourire immédiatement.

- ... Hum ? Quoi ? Tu peux me la refaire, mais en français cette fois ? Qu'est ce que tu viens de dire ?

Seira n'en croyait pas ses oreilles. Alors qu'elle pensait, l'espace d'une seconde, que c'étaient ses semblables qui venaient de se présenter devant elle, elle s'était complètement fourvoyée. Elle venait d'être taxée de corrompue, et en même pas quelques phrases, elle a été menacée de mort. Ce n'était pas un rêve, mais un cauchemar pour elle. Qu'elle soit mal vue par les humains passe encore, mais par des dragons qu'elle espérait voir un jour. Non, ce n'était pas possible pour elle. Mais en même temps, elle venait simplement de subir le même racisme qu'elle éprouvait envers les humains. Elle reprit un air sérieux et calme quand elle réalisa que ce racisme semblait aussi exister chez les dragons. Dans un sens, ces dragons dégageaient une belle lumière, resplendissante, chaleureuse, alors qu'elle... était sombre, noire, effrayante. Mais elle refusait ce destin, tout comme elle refusait de se lamenter sur ce qu'elle était, et qu'elle n'avait pas demandée. Elle ferma les yeux, calme comme l'eau qui dort, puis répondit tout aussi paisiblement.

- Quand on a une vie de merde, on l'a jusqu'au bout alors, hum ? Très bien, Altruc Peticonminus, voilà ce que j'ai décidée...

Seira laissa tomber au sol son gilet qui couvrait le haut du corps, ne laissant plus qu'une silhouette voluptueuse couverte que par des sous-vêtements aguicheurs. Puis, elle fit apparaître une paire d'ailes noires sur son dos, pour enfin prendre la voie des airs. Il était clair qu'elle allait être suivie par plusieurs chevaliers dragons, mais elle fila telle une étoile filante dans les airs. A une certains altitude, elle fit apparaître une lance comme seule arme de défense, et fixa de haut ses ravisseurs, d'un regard déçu, voire haineux.

- Vous êtes laids ! Abominables ! Et vous pouvez vous la foutre où je pense, votre lumière. J'en ai pas besoin pour être libérée. Tout ce que j'ai besoin...

Seira, ignorant quiconque l'aurait suivi dans les airs, visa de sa lance le chef de cette brigade, puis fonça en piqué vers le sol, ou plus précisément, là ou il se trouvait. Et sous la colère, termina sa phrase.

- ... c'est qu'on accepte enfin mon existence !

Seira savait pertinemment que le chevalier allait esquiver, mais elle ne coupa pas son élan. Arrivée au sol telle une flèche, elle enfonça la lame de sa lance au sol, provoquant un fracas bien plus titanesque que les précédents. La lance, en même pas une seconde, s'enflamma d'un feu noir comme les ténèbres. Et d'une voix forte suivie par un écho terrifiant, elle proclama le nom de la technique.

- Despair Typhoon !

Très rapidement, le sol fondait sous les pieds des chevaliers. Un tourbillon noir et embrasé se forma tout autour de Seira, et atteignit une altitude très élevé. Et pour couronner le tout, le diamètre que le typhon noir couvrait était très imposant. Le but pour Seira était de toucher en une attaque un maximum de chevaliers dragons, et vu la vitesse d’exécution de cette seule attaque, il était clair que les assaillants devaient avoir des réflexes de malades pour avoir eu le temps d'échapper à ce typhon d'énergie. Bien sûr, elle choisit de planter sa lance près d'Alvius pour que ce soit lui qui ait le plus de chance de prendre l'attaque de plein fouet. Cette attaque qui dura au moins dix bonnes secondes ou Seira était inaccessible, tellement le typhon était proche d'elle. Et au bout de ce laps de temps, la dragonne noire retira la lance du sol et la leva en l'air. Comme si il s'agissait d'économiser cette magie infernale, elle aspira avec sa simple concentration les flammes qui regagnèrent la lance. A la fin de l'attaque, on pouvait nettement observer un immense creux autour d'elle, d'un rayon d'environ une trentaine de mètres. Seule subsistait une toute petite partie de terre qui suffisait tout juste pour que Seira garde les deux pieds au sol. Elle bougea la tête de gauche à droite, en gardant son sérieux et son calme, pour observer combien de dragons elle avait abattue. Et à la moindre tentative de contre-attaque, elle était prête à recommencer la même manoeuvre, ainsi, elle était parée pour lever sa lance au dessus de sa tête, pour la faire tournoyer et recréer une nouvelle attaque à grande portée. C'était une de ses spécialités, de couvrir un large rayon d'action en une attaque et à grande vitesse, pouvant annihiler un maximum d'ennemis en quelques secondes. Mais là, elle avait affaire à un groupe surpuissant. Elle se doutait que les méthodes conventionnelles n'allaient pas marcher, et même... qu'elle avait une très mince chance de s'en sortir. Mais pour sa liberté, elle était prête à donner tout ce qu'elle avait. Et si elle devait en mourir, alors elle tenait à mourir en tant que combattante, et non comme si elle représentait la peste à elle toute seule. Elle allait faire de sa mort un véritable chef d'oeuvre, pour qu'on se souvienne d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kira
Sorcière noire
Sorcière noire
avatar

Messages : 226
Date d'inscription : 16/11/2013

MessageSujet: Re: La rumeur sous le brouillard noir   Mar 28 Fév - 17:21

Après la menace verbale du dragon céleste à l'égard de Seira, cette dernière répondit de façon expéditive, sans perdre plus de temps. De toute évidence, discuter avec ces dragons n'aurait mené qu'à un débat de sourds, tant ils sont aveuglés par leur justice. C'est donc ainsi que Seira engagea son assaut en prenant son envol, direction les cieux. Elle fut immédiatement suivie par 4 chevaliers-dragons qui déployèrent à leur tour des ailes, afin de la prendre en chasse. Cependant, Alvius, observateur de la scène, ordonna aux chevaliers restants de ne pas imiter l'exemple de leurs frères, mais de rester au sol. Pendant ce temps, Seira continuait de monter, jusqu'à finalement atteindre un point lui permettant de dominer la zone, et de lancer immédiatement une attaque en piquée. Les dragons à sa poursuite, surpris par l'action, tentèrent d'esquiver, mais à une telle vitesse de chute, c'était la dragonne qui avait l'avantage. Le plus proche se fit empaler, puis emporter par la lance, tandis que les autres firent demi-tour, et foncèrent à leur tour en piqué à la poursuite de l'adversaire. Cela allait cependant leur coûter cher, car Seira ne visait pas qu'Alvius, comme le pensaient les dragons. Et c'est une fois la lance dans le sol qu'un tourbillon de flammes noires se forma, après un impact dévastateur. La tempête embrasée emporta les trois dragons qui fonçaient en piqué, ne leur laissant aucune chance de survie. Ce n'est qu'après quelques secondes suivant cet assaut explosif, que le calme revenait, ainsi que la visibilité de la zone. Dans son observation d'après-coup, la dragonne pouvait observer trois cadavres carbonisés, mais surtout Alvius et le groupe de chevaliers-dragons en pleine forme un peu plus loin. La zone autour d'eux donnait l'impression que le souffle n'avait même pas atteint leur position, tant elle n'avait pas changé par le cataclysme qui venait de s'abattre. Cependant, elle pouvait avoir un début de réponses à ce mystère. Elle pouvait apercevoir les deux dragons autour d'Alvius s'être légèrement déplacés, sûrement quand elle montait aux cieux. Seul changement, un troisième dragon était visible, sûrement un chevalier qui avait repris sa forme. Les trois dragons étaient positionnés en triangle autour du groupe de chevaliers, et semblaient canaliser une sorte de lien, qui une fois relié, formait une sorte de barrière magique. Mais vu les égratignures sur le corps des trois dragons, il semblerait qu'eux ne bénéficient pas de cette protection. Logique dans un sens, étant donné que ce sont eux qui forment la barrière. Mais vu le peu de dégâts subis, il est clair qu'en forme de dragon, l'attaque de Seira les a chatouillés, noircissant légèrement leurs écailles dorées.

- Réponse prévisible, lança Alvius d'une voix impassible, les dragons noirs sont tous les mêmes...

Après cette nouvelle provocation envers les dragons noirs, il leva la main, et pointa la paume en direction de Seira. Immédiatement, la dragonne pouvait sentir sa liberté de mouvement s'envoler, tandis que dans le même temps, une sorte d'éclair étincelant sortit de la main du chevalier-dragon, pour s'écraser sur la pauvre dragonne. Sceller au sol, sans capacité de bouger, l'éclair était continuel, et faisait comme une sorte de lien, de la main jusqu'au dragon noir, qui torturait Seira sans s'arrêter. Cependant, cet éclair ne donnait pas l'impression d'être électrocuté, mais plutôt d'être brûlé de l'intérieur, à mesure que le lien durait. Et pendant que la dragonne subissait le martyre sans pouvoir faire grand-chose, à part tenter de résister, Alvius reprit la parole, d'une voix accusatrice.

- Vous autres dragons noirs, n'êtes que barbarie et hérésie. Vous crachez sur la lumière alors même qu'elle vous tend la main. Votre existence néfaste et votre attitude prétentieuse ne vous mènent qu'à une mort certaine. Seul un dragon noir stupide et hautain aurait osé se rebeller contre les dragons inquisiteurs du seigneur Neltharion. Vous n'êtes qu'une bande de sauvages qui doivent être exterminés, rien de plus...

… Gardiens, emparés vous d'elle, sa capture ne posera plus problème à présent.

Finalement, Alvius cessa sa torture - sans relâcher la paralysie pour autant - et laissa deux gardiens s'approcher de la dragonne affaiblie et maîtrisée, afin de la capturer. Mais, tandis qu'ils étaient tout proches de leur cible, les deux chevaliers-dragons s'arrêtèrent net, comme s'ils venaient de rencontrer un mur. Puis, dans la seconde suivante, leur tête se détacha de leur corps, laissant place à une effusion de sang. Dans le même temps, une silhouette était apparue devant les deux victimes. Cette dernière était armée de deux lames, et vu sa pose furtive et souple, il était clair que c'était cette dernière qui venait de faire tomber les deux têtes. Mais à peine le groupe de dragons réalisait ce qu'il venait de se passer, qu'un cri de souffrance retentit sur la gauche de Seira. C'était un autre chevalier-dragon qui cette fois avait une lance en travers le corps. Avec à l'origine de l'arme, une autre silhouette féminine.

- Oups, désolé, il était sur le chemin de ma lance, lança une voix féminine d'une voix désolée, avant de poursuivre d'un ton amusé, il faut dire que vous êtes tellement nombreux dans une si petite zone, qu'on a peu de chances de vous rater. Tu n'es pas d'accord Ayano ?


- En effet.

La silhouette retira finalement sa lance du corps sans vie du chevalier, et s'avança à la hauteur de la première silhouette. Une fois côte à côte, la première se releva enfin de sa position légèrement basse, suite à son attaque, puis se tourna en direction du groupe de dragons. Maintenant que les deux silhouettes étaient parfaitement visibles, c'était plus simple d'observer de quoi il s'agissait. La première silhouette était une femme de taille moyenne, arborant une chevelure écarlate, coiffée en deux couettes. Sa tenue était spéciale, mais dans le bon sens. Les coutures et le style élaborés de cette dernière donnaient un rendu magnifique, qui pouvait faire penser que la jeune femme avait un goût prononcé pour l'art et la beauté. Tout était parfaitement minutieux, de la tête aux pieds. Enfin, pour les armes, il était évident qu'elle utilisait un style de bretteur, mais quelque chose changeait du style habituel. Ses lames étaient très fines, similaires à une rapière. Tout comme le reste, ces dernières étaient également parfaites. La lame brillait d'un éclat infatigable, tandis que le manche était d'un or magnifique, où l'on avait incrusté des sortes de rubis. La minutie et le détail de ces lames ne donnaient pas vraiment l'impression qu'elles étaient faites pour le combat. Mais vu le destin des deux précédents dragons, il était clair que ce n'était pas des lames de musées. Pour ce qui est de la deuxième silhouette, cette dernière possédait également une chevelure écarlate, mais coiffée en queue de cheval. Niveau style, on était dans quelque chose de moins élaboré, et plus brutal. Style qui collait parfaitement à la lance énorme que possédait la jeune femme, qui pour le coup paraissait trois fois trop lourde pour cette dernière. Jusqu'à se demander comment elle arrive à la porter aussi facilement, comme actuellement, posé sur son épaule et tenue par sa main droite, comme on tiendrait un sac à dos. Le contraste entre les deux alliés était assez amusant. D'un côté, on avait une silhouette gracieuse et envoûtante, qui était accompagnée d'une voix calme et sensuelle, donnant un côté mystérieux et fascinant. Tandis que de l'autre, une silhouette tout aussi agréable à l’œil, mais imposante et puissante, accompagnée d'une voix prononcée et espiègle. Cela était visible même dans la situation actuelle, où la première silhouette reste discrète et observatrice, tandis que la deuxième provoque directement les ennemis, semblant s'en amuser.
Spoiler:
 

- Des dragons noirs...

- Waouh, tu as trouvé ça tout seul ? continuait de provoquer, la dragonne amusée. On a affaire à un bon là, tu ne trouves pas ?

- Il est d'une telle perspicacité, ça en est incroyable.

- Vos provocations stupides et moqueuses ne vous seront d'aucune utilité, dragon noir. Vous devez être alliés à cette dragonne j'imagine... Cette fois, vous avez été trop loin en tuant de preux chevaliers-dragons de la lumière...

- Allié ? répondit la dragonne, tout en observant rapidement Seira, avant de se retourner vers Alvius. Non, mais vu que c'est un dragon noir, j'imagine qu'on peut dire que oui ! D'ailleurs, je suis curieuse de savoir pourquoi vous avez besoin d'être aussi nombreux pour abattre un seul dragon noir ? Je sais que vous êtes de faibles lâches, mais quand même, c'en est presque malsain là !

Pendant que la première silhouette répondait, la deuxième, visiblement nommer Ayano, tourna la tête en direction de Seira. Elle fit un rapide tour d'horizon afin d'observer les corps au sol, avant de finir par poser ses pupilles écarlates sur cette dernière. Puis, elle lui adressa un mignon petit sourire, comme pour la féliciter, avant de se retourner.

- Visiblement, ils ne sont pas trop de vingt, vus dans l'état où se trouvent les corps derrière moi.

À son tour, la première dragonne se retourna pour observer les dires de sa partenaire, puis explosa de rire en dirigeant de nouveau son attention sur le groupe d'en face.

- C'est pas vrai, vous vous êtes vraiment fait démolir la tête même à vingt contre un ? Hahaha !

- Setsuna, regarde le blason sur leur armure, c'est des dragons de l'inquisition.

- Ho ? Hahaha haha hahahah, riait la dragonne semblant ne plus pouvoir s'arrêter, elle est belle l'armée d'élite de Neltharion ! Hahaha.

Cette fois, bien que ce dernier clamât ne pas être impacté par les provocations, Alvius commençait à serrer le poing et fixer avec énervement la dragonne qui riait. Il lui adressa un regard inquisiteur et s'adressa à cette dernière d'une voix bien moins calme et passive.

- Ça suffit ! Vos moqueries suffisent ! Qu'un dragon noir ose prononcer le nom du seigneur Neltharion est un blasphème impardonnable ! Vos langues viles et corrompues n'ont aucun droit de salir le nom du seigneur de tous les dragons !

- Je suis curieuse de savoir ce que des dragons célestes de l'inquisition font sur cette zone du néant ? Cette dragonne vous intéresse à ce point ?

- Silence femelle ! Je n'ai aucune réponse à donner à d'hérétiques dragons noirs !

- … Femelle ? Mais... je, suis une femelle. C'est censé être une insulte ?

- Il n'y a que chez les dragons noirs qu'une femelle ose parler ainsi et se moquer de ses paires. Vous n'êtes que décadence et hérésie. Votre existence même est une insulte à la vie. Tant d'insolence, tant d'arrogance doivent êtres punies ! Préparez-vous à être jugé par la lumière éternelle de l'armée du seigneur Neltharion !

Suite à ces paroles, les chevaliers-dragons commencèrent à se mettre en garde, en même temps qu'Alvius dégaina sa lame, afin de la pointer vers les dragonnes.

- Votre hérétique existence va prendre fin immédiatement !

- Oï, oï, lança Setsuna d'une voix totalement sérieuse soudainement, désolé de casser ton délire, mais ça, c'est une chose dont tu n'es pas capable. Si tu es de l'inquisition, ton grand seigneur des dragons a certainement dû vous parler du « vol noir » , hum ?

À l'énonciation de ce « vol noir », les chevaliers-dragons semblaient soudainement choqués, comme s'ils venaient de voir un fantôme. Alvius lui-même avait relâché son air féroce pendant quelques secondes, avant de se ressaisir et reprendre la parole d'une voix assurée.

- Le vol noir n'est qu'une légende du passé datant de la première guerre ! Un mythe, qui n'a sa place que dans les obscures livres d'histoire. Ce clan n'existe plus depuis des millénaires. Le bluff ne vous sauvera nullement de votre destin, dragon noir...

- Du bluff... ? Tu es sûr ? Si tu connais ton histoire, tu devrais savoir qu'on reconnaît un membre de ce vol par la chevalière rubis qu'il porte à son doigt, non ? Et si tu observais ma main gauche et celle de ma sœur juste comme ça, lança cette fois la dragonne d'un air malicieux en levant sa main libre, hum ?

Prenant au mot la dragonne, le chevalier-dragon observa avec attention les deux mains de ses interlocutrices. Il ne lui fallut pas longtemps, avant de repérer la présence des fameuses chevalières rubis. À cet instant, tout changea subitement chez Alvius et son groupe. Son visage devint aussi pâle que sa lame, et on pouvait même observer la main tenant sa lame, trembler légèrement sur le coup de la surprise. Du côté de son groupe, c'était bien pire, vu que certains avaient carrément reculé, tandis que d'autres étaient presque à l'agonie, tant ils étaient en train de se pisser dessus.

- Bien alors, où est passé votre enthousiaste, M. Justice ? On vient de se rendre compte qu'on est dans la merde ? Où sont donc passées les paroles blessantes et haineuses ?

- I-impossible, s'exprima Alvius d'une toute petite voix hésitante, qu'est-ce que le vol noir ferait ici... ?

- Ce n'est pas la même question que j'avais posée à votre sujet ? Dans ce cas, désolé, mais les femelles que nous sommes n'ont aucune réponse à donner à de pleutres mâles.

La tension était à son comble dans le groupe de dragons célestes. Alvius était plongé dans le silence, tout en fixant les deux dragonnes du vol noir, tandis que ses chevaliers étaient quasi tous en train de reculer inconsciemment. Certains chuchotements étaient même audibles, dans les rangs, exprimant leurs doutes et leur surprise. En même temps, il faut dire qu'Alvius n'avait pas tort, le vol noir est un clan très ancien, qui a cessé ses activités il y a fort longtemps. Évidemment, il est clair à présent que ce n'est pas le cas, et qu'ils étaient simplement dans l'ombre, en attendant le moment idéal pour ressortir. Cependant, la légende étant ce qu'elle est, haineux ou pas, même le plus courageux des guerriers de la création ne prendrait pas un dragon de ce vol à la légère. Ce qui explique un peu la panique dans les rangs des dragons inquisiteurs.

- Assez ! s'exclama soudainement Alvius. Reprenez-vous mes frères ! Ce n'est pas une attitude de dragon céleste, de reculer devant la corruption ! Prenons plutôt cette situation comme une chance d'avoir les honneurs du seigneur Neltharion, pour avoir éliminé deux dragons du vol noir ! La lumière est avec nous mes frères ! Sa chaleur guidera nos lames à la victoire ! Pour Neltharion !

On pouvait dire ce qu'on voulait, mais cet Alvius était doué pour les belles paroles, et remotiver ses troupes. Et vu son actuel air déterminé, ainsi que la force avec laquelle il tient sa lame, son discours semble avoir fait effet sur lui-même. Du côté des deux dragonnes, elles étaient assez silencieuses. Ce n'est qu'après quelques secondes qu'elles se regardèrent mutuellement, d'un air amusé pour la première, et dépité pour la deuxième.

- Quel courage, s'exclama Setsuna, à ton avis, c'est de l'ignorance ou de la folie ?

- Le courage est ce qui caractérise les ignorants...

Finalement, Alvius et son groupe rangèrent leurs armes, et commencèrent à briller intensément. Ils furent rapidement baignés d'une forte lumière. Et, bien qu'on ne voyait plus les chevaliers-dragons, l'ombre de leur silhouette grandissait à vue d’œil. Une fois la lumière dissipée, c'était un dragon immense qui remplaçait Alvius. Un dragon cuirassé et aussi étincelant que le soleil faisait à présent face aux deux dragonnes. C'était exactement le même que Seira trouvait magnifique lorsqu'elle l'aperçut la première fois. Bien sûr, le reste du groupe avait également imité leur chef. Il était clair qu'Alvius ne prenait pas le vol noir pour des tendres, et préféra donc directement passer en forme ultime. Cependant, les deux dragonnes ne bougeaient toujours pas, et restaient aussi détendues que depuis leur arrivée. Elles se contentèrent de lever la tête, pour observer le gigantesque dragon qui se dressait devant elles.

- Hum, vu sa taille, ça ne fait plus aucun doute que c'est un dragon céleste alpha. Ce qui est quand même étrange d'en voir un ici...

- Waaaaah, c'est dingue ça ! Tu ne t'es jamais demandé comment les dragons célestes faisaient pour avoir des armures ? Non mais sérieux, tu as vu la taille de la cuirasse ? Il y a vraiment des forgerons qui perdent leur temps à forger des trucs aussi gros ? J'imagine pas la galère pour laver l'armure, hahahahahaha.

- En fait, ce n'est pas une armure forgée, mais une armure naturelle. Lors de la corruption des dragons d'émeraudes, Elwin le créateur a recréé des dragons à partir du vol d'émeraude, afin de rivaliser avec les dragons noirs de Gul'dan, en termes de signification. C'est ainsi que sont nés les dragons célestes. Tandis que les dragons noirs représentaient les ténèbres, Elwin, qui avait un goût prononcé pour l'art, décida d'offrir à ses dragons une apparence divine, d'où les armures et autres décorations inutiles. Ce n'est que pour donner un côté divin et céleste, à ses créations.

- Awnn, soupira Setsuna, tu viens de briser mon délire. Et puis comment sais-tu tant de choses à chaque fois ?

- Je lis.

Tandis que les deux dragonnes du vol noir n'en avaient absolument rien à foutre du dragon menaçant, Alvius, lui, prit la parole d'une voix imposante et résonnante. La forme de dragon avait sensiblement modifié son timbre. Le rendant presque tétanisant pour n'importe quel non-habitué qui entendrait cela. Comme un mortel, par exemple.

- Il suffit, dragon hérétique ! Cette farce a assez duré ! Il est temps que vous rejoigniez votre néfaste créateur ! Votre arrogance, ainsi que votre insolence n'est qu'une faiblesse, qui vous coûtera cher ! La lumière l'emporte toujours sur les ténèbres, ce n'est que le cycle logique de la justice, depuis l'aube de la création !

- Aucune lumière ne pourra te protéger du vol noir... s'exclama d'une voix sombre Ayano.

- Hum, tu t'en occupes ?

- Si tu veux...

- Héhéhé, si on corsait le truc ? Je parie que tu n'es pas capable de tous les tuer en une seule attaque, ET avec une seule lame !

Pendant que les dragonnes commençaient à se lancer dans un pari dans une situation aussi tendue, Alvius lui n'attendait pas le déluge, et ordonna à ses chevaliers-dragons de se mettre en formation. Immédiatement, trois dragons prirent place à droite et à gauche du leader, ainsi qu'un autre planant au-dessus de ce dernier. Puis, sans préavis, des cercles arcaniques apparurent devant leur gueule, tandis que celui du centre était d'une taille colossale. Soudainement, les cercles s'illuminèrent et semblaient se relier à celui du milieu. Une fois ceci fait, Alvius hurla de sa voix forte et imposante :

- Shining Tempest !

Tandis qu'il prononçait ces mots, une intense lumière jaillit du cercle central, puis du flash de lumière, sortit un énorme orbe, semblable à une boule de feu gigantesque, mais bleue. La taille de l'orbe était absolument titanesque, et d'une violence incroyable. Son simple départ du cercle arcanique déclencha un bruit cinglant et puissant, suffisamment pour être entendu à des kilomètres. L'orbe était d'une telle intensité qu'elle emportait tout sur son chemin, telle une supernova. Même si les dragonnes esquivaient, l'explosion de cette chose allait de toute façon emporter la montagne tout entière. Aucune échappatoire n'était possible, au vu de la situation. Néanmoins, ça ne semblait pas inquiéter Ayano, qui s'était déplacée d'un mouvement vif, devant la trajectoire de l'orbe destructeur. Puis, elle intercepta l'orbe en plaçant ses deux lames devant elle. Si l'orbe était impressionnant, il en allait d'autant plus de la dragonne qui avait stoppé la course de cette dernière, juste en croisant ses lames. Tandis que l'orbe continuait de souffler violemment, essayant de continuer sa route. Ayano ne semblait pas reculer, au contraire, elle semblait calme, ses lames tremblaient à cause de la puissance, mais ce n'était pas ses membres. Et, à peine quelques secondes après l'interception, elle écarta d'un geste vif ses lames. Cette action eut pour effet de réduire à néant complètement l'orbe. De cet amas de puissance, il ne restait plus que de l'énergie flottant dans la zone. La dragonne venait tout simplement de disperser sans forcer la technique du dragon. De ce fait, en plus d'éviter les dégâts, même l'explosion avait été évitée, c'était comme si l'attaque n'avait jamais existé. Et c'est toujours en position qu'elle ouvrit furtivement la bouche, de sa voix toujours aussi calme.

- Une lame, c'est ça ?

Suite à cela, elle planta dans le sol la lame qu'elle tenait en main gauche, et avec la droite commença à charger une technique. La lame se voyait rapidement entourée d'une aura orangée, avec des tons de roses. Puis, leva ensuite sa lame, et d'un geste sec, elle tournoya sur elle-même en citant deux mots :

- Moonlight Crimson...

Tourbillonnant en harmonie avec sa lame, telle une danseuse, elle expulsa de cette dernière une énorme onde tranchante en forme de croissant. Des milliers de pétales de fleurs orangées accompagnèrent d'ailleurs toute l'attaque. Cette dernière, similaire à un croissant de lune, balaya instantanément toute la zone où se trouvaient les dragons. Le souffle de la vague était si intense qu'aucun cri n'était audible. Seuls des dragons se faisant complètement carbonisés et coupés en morceaux étaient visibles à travers ce clair de lune tranchant. Finalement, après l'attaque, un doux silence fit son apparition, avec pour seule vision, des pétales orangés flottant dans la zone, mais plus aucune trace des dragons célestes. Enfin, si, mais en tranche sur le sol.

- Keuf keuf, s'exclama Setsuna en essayant de balayer d'un revers de la main les pétales devant elle, tu es toujours aussi gracieuse dans ton style, mais bordel, qu'est-ce que tu peux salir avec tous ces pétales de roses !

- C'est des pétales de cendrelle, pas de rosalia. Les pétales de rosalia sont rosés, tandis que la cendrelle a une teinte orangée, je te l'ai déjà dit des centaines de fois !

- Baaaaah, ça reste des fleurs, c'est toutes les mêmes ! Ha, au fait, tu as perdu, il en reste deux au fond !

- Tsss...

La dragonne ramassa rapidement sa deuxième lame, et se précipita soudainement comme un éclair sur les deux rescapés. Et à peine une seconde plus tard, on pouvait observer le corps draconique de ces derniers se couper en deux dans le sens de la verticale. Puis, Ayano réapparut aussi rapidement à sa place initiale dans un tourbillon de pétales, comme si de rien était.

- Non, ce n'est pas pareil. C'est comme les livres, ils sont tous écrits avec la même plume, ce n'est pas pour autant que tous les ouvrages sont identiques.

- Huuum, ton argument se tient, je l'avoue, répondit la deuxième dragonne, en se grattant le menton, vu sous cet angle ! Bon, ok, princesse cendrelle, je reconnais la différence, si tu avoues ta défaite ! Héhé.

- Hum, ria légèrement Ayano, tout en faisant disparaître ses lames, ça me va, si ça peut te faire plaisir, j'ai perdu.

Après cet échange, Ayano se dirigea finalement vers Seira. Une fois à sa hauteur, elle lui adressa la parole d'une voix inquiétée.

- Tu vas bien ? Tu n'as rien ?

- Bien sûr qu'elle va bien, intervint Setsuna, c'est un dragon noir, héhé ! D'ailleurs, je dois reconnaître que tu sais te défendre. C'est rare qu'un dragon noir non éveillé arrive à survivre et même tuer des dragons célestes ! Par contre, je ne peux pas dire que tu as trouvé la meilleure planque qui soit. Te cacher dans une zone du néant, ce n'est pas très malin. Vu ce que tu dégages, pas besoin d'être éveillée pour qu'on te repère à une péninsule d'ici !

- Je ne pense pas qu'elle se cache, Setsuna. Regarde, cet endroit est un repaire habité, pas une planque. De plus, elle doit être originaire d'ici même en plus d'être très jeune. Son odeur ne trompe pas.

- Waouh, eh bien je ne sais pas par quel miracle personne ne t'as repéré depuis ta naissance, mais je suis navré de te dire que ça ne change pas qu'à présent, tu vas devoir déménager. Maintenant qu'ils t'ont trouvé, ils ne te lâcheront plus et te poursuivront jusqu'au bout de la création...

… Ho, j'en oublie mes bonnes manières d'ailleurs ! Moi, je me nomme Setsuna, et elle, c'est ma sœur, Ayano. Bon, par contre ce n'est pas contre toi, mais ne me dit pas ton nom, d'accord ? Je ne veux pas le savoir. Vois-tu, ce n'est rien de personnel, mais nous autres dragons noirs, avons trop perdu de sœur depuis la nuit des temps. Du coup, on évite de se lier avec celles qu'on rencontre par hasard, histoire d'éviter de s'attacher. Après tout, on ne peut pas regretter quelqu'un qu'on ne connaît pas ! N'est-ce pas Ayano ?

- Oui... répondit-elle, en baissant la tête, comme l'a dit ma sœur, on ne veut plus souffrir de la perte des nôtres. Et vu ta situation, tu es sans doute condamnée, alors on préfère ne pas te connaître...

Ayano semblait incroyablement déçue et abattue en finissant sa phrase. Il était clair que savoir le destin sûrement inévitable de cette Seira l'emmerdait. Mais comme l'avait dit Setsuna, les dragons célestes l'ayant actuellement pour cible, elle n'a quasiment aucune chance de passer la nouvelle année. Cependant, Setsuna reprit la parole toujours de son ton encourageant habituel, et s'adressa de nouveau à cette Seira.

- Bon, vu ta situation, tu es dans une merde insondable ma belle. Mais, je me dis que vu ton talent, tu pourrais nous rejoindre, qu'est-ce que tu en dis ?

- Setsuna...

- Quoi ? Elle est foutue de toute façon, autant lui donner une chance, nan ? Ok, écoute, si tu es née ici, tu ne dois pas connaître Légendia, et encore moins le vol noir. Donc, je vais t'en parler rapidement, histoire que tu puisses te faire une petite idée. Le vol noir est un groupe de dragons rebelles - on va dire - qui lutte contre l'oppression et la discrimination envers notre race. Notre groupe est peuplé des dragons noirs les plus puissants n'ayant jamais existé. D'ailleurs, continua Setsuna d'un air malicieux, comme si elle prenait plaisir à raconter tout cela, le vol noir ne vient même pas de cette dimension !

- En fait, pour être plus précis niveau information, le vol noir est un groupuscule uni dans le but de servir l'esprit primordial Maxwell. Le vol noir a été créé sur l'ancienne primo-dimension, par l'impératrice Caeldori, la première dragonne à avoir été éveillée, grâce à cette même Maxwell, ainsi que Gul'dan, le premier créateur. Le vol noir sert donc de dernière garde ultime, aux desseins du grand seigneur Maxwell, ainsi que de nous permettre de lutter contre l'oppression et d'avoir un endroit où nous pouvons enfin vivre en paix. Le vol noir est avant tout une famille unie sous une même bannière. L'impératrice Caeldori a offert aux dragons noirs une chance d'avoir une famille, un but, des ambitions. De lutter contre cette solitude qui nous est insupportable...

- Ouuuais, semblait réagir la dragonne, légèrement décontenancée, exactement ce qu'a dit le professeur Ayano ! Bref, comme tu as dû le comprendre, le vol noir est exactement ce qu'il faut, pour tout dragon noir qui a de l'ambition, et qui cherche une famille, ou même la puissance... Héhé, comme tu as pu le constater, la simple énonciation du vol noir a fait trembler dans son armure même un puissant inquisiteur céleste ! Et crois-moi, bientôt, toute la création tremblera, sous l'ombre du vol noir...

- Je suis désolé de devoir casser le délire, mais tu as omis de lui raconter la face cachée, du vol noir...

- Hum, mouais, en fait, on n'entre pas comme cela chez nous, comme tu l'imagines. Après tout, on n'est pas aussi redouté pour rien. La principale condition pour nous rejoindre est déjà d'être éligible à l'éveil. Tu as dû m'entendre parler de cette chose depuis tout à l'heure, et bien l'éveil c'est... Ayano ? Tu peux lui faire un résumé rapide ? Je ne suis pas douée pour expliquer les choses héhéhé.

- L'éveil est ce qui définit les dragons du vol noir. C'est un procédé qui permet à un dragon de s'éveiller à un pouvoir transcendant les limites de la création. Vois-tu, à l'aube de la création, Gul'dan le premier créateur façonna les premiers dragons, le vol d'émeraude. Les dragons avaient pour objectif de faire régner l'ordre et la loi sur une création tout juste sortie du berceau. La forme impressionnante était d'ailleurs dans le dessein d'introduire le respect, dans les yeux des vivants. Mais suite à la propagation de l'Eldrit noir sur la création, les dragons d'émeraudes furent corrompus, tout comme le premier créateur. C'est suite à cette corruption que sont nés les premiers dragons noirs. Des hybrides du vol d'émeraude, qui n'ont pas eu de chance. Suite à cette corruption, Gul'dan et les dragons noirs furent vaincus par l'armée du deuxième créateur, Elwin. Ce dernier avait créé des êtres surpuissants appelés valkyries. Les valkyries décimèrent sans problème jusqu'aux derniers dragons frappés par l'Eldrit noir. Au bord de l'extinction et privé du soutien du conseil primordial, abandonné par les siens, Gul'dan et ses créations étaient perdus. C'est alors qu'un des esprits du conseil, le seigneur Maxwell, vint en aide au premier créateur. En tant qu'esprit primordial, Maxwell arrivait à manipuler cet Eldrit destructeur, et donna cette possibilité à Gul'dan. Suite à cela, Maxwell reprit de son côté la formule qu'avait utilisée Gul'dan pour nous façonner, en utilisant cette fois directement cet Eldrit dans le processus de création. Caeldori donc, notre impératrice, fut la première à s'éveiller. L'expérience étant une réussite, Maxwell ordonna ensuite à Caeldori d'utiliser cette nouvelle existence pour mener son peuple à la victoire. L'éveil était si puissant, qu'il permit aux dragons touchés par l'éveil, de venir à bout des puissantes valkyries d'Elwin...

… En fait, l'éveil est une nouvelle forme d'existence pour les dragons corrompus par l'Eldrit noir. Au lieu d'être condamné, le seigneur Maxwell nous a permis de contrôler pleinement cet Eldrit, et d'en faire la seule et unique énergie vitale de notre existence. Pour ce faire, l'esprit primordial a utilisé le même procédé qu'avec les valkyries, c'est-à-dire qu'un éveillé devient un El'gaien. El'gaia étant le berceau des esprits, ainsi que du créateur de toute chose, le crystarium. Bref, si je dis qu'entrer dans le vol noir est presque impossible, c'est parce que l'éveil n'est déjà possible que pour une femelle. Et bien que ce soit ton cas, il faut que tu sois éligible à ce dernier. Le souci est qu'il y a à peine 1 % de dragonne qu'ils le sont, ensuite, même si tu t'éveilles, il y a d'autres épreuves qui attendent les aspirantes... Enfin, il est bon de noter qu'un dragon éveillé n'est plus capable de revenir en arrière, ni de se transformer. Pour la simple raison que nous ne sommes plus des dragons au sens propre, mais de même nature qu'une valkyrie. Cependant, nous avons gardé l'appellation dragon parce que nos cellules primaires restent toujours basées sur les dragons d'émeraudes.

- C-c'est ça ta notion du mot rapide, Ayano ?

- Mais comment veux-tu que je détaille rapidement quelque chose comme l'éveil ? Déjà là je n'ai raconté que la base...

- Mouuuuais, enfin, dans tous les cas, même si elle n'a presque aucune chance, ce n'est pas comme si elle avait beaucoup d'options. Bon, écoute ma sexy petite dragonne, libre à toi de décider ce que tu veux faire. Mais tes options sont simples : c'est où tu crèves en fuyant toute ta vie, ou tu crèves en essayant de réaliser tes rêves. Pour moi, le choix serait vite vu, héhéhé. Bon, je vais laisser Ayano te donner quelque chose qui te permettra de nous rejoindre au cas ou tu serais tenté. En attendant, je vais m'occuper d'un truc, je te laisse gérer ?

- Hum hum.

Suite à cela, la dragonne du nom de Setsuna fit volte-face, et semblait se diriger vers les corps découpés des dragons célestes. Pendant ce temps, Ayano fit apparaître dans sa main un cristal rouge, d'où émanait une légère luminescence.

- Ceci est un cristal de portail. Ils sont très rares et interdits pour une utilisation publique. Cependant, nous autres du vol noir en avons suffisamment pour en faire une collection. Cela nous permet d'être un peu où nous voulons, sans devoir traverser cinquante royaumes pour arriver à notre destination. Ce cristal est enregistré pour te mener directement sur le royaume où nous nous trouvons. Tu l'utilises en brisant ce dernier, mais attention, le portail reste actif que dix secondes. Une fois que tu l'auras brisé, tu ne te retrouveras évidemment pas dans notre repaire, mais dans la capitale du royaume. Ne t'inquiète pas, la cité est secrètement sous notre contrôle. Elle nous sert de couverture. Bref, si tu désires nous trouver, dirige-toi à l'ouest, en sortant de la ville. Au bout d'un long trajet, tu nous trouveras de toi-même. Après tout, tu es un dragon noir, nous ressentir ne devrait pas être un problème. Au pire, crois-moi, nous on te trouvera...

Soudainement, en tendant le cristal à Seira, Ayano recula la main. On pouvait observer qu'elle baissa légèrement les yeux, en plus de paraître assez gênée. Elle reprit la parole d'une voix bien plus fine, comme si elle hésitait à continuer.

- Écoute, je sais que tu es un dragon noir, et que tu te penses invincible, comme tous les dragons noirs non éveillés et éduqués. Mais laisse-moi quand même te proposer une autre solution... Si tu pars à l'est, une fois dans la cité, tu y trouveras des portails légaux. Avec, tu peux aller ou bon te semble sur Légendia, en fonction des péninsules... Vu que tu n'es pas éveillée, tu as très peu de chance sur Légendia de te faire repérer... et.. avec de la chance, tu peux même te mélanger aux autres vivants... Ce que j'essaye de te dire peut te paraître lâche si tu penses comme un dragon noir, mais ce n'est pas de la lâcheté que je te propose, mais de la raison. Peu importe ce que tu penses de ton existence, toute vie mérite d'être vécue. Ne la gaspille pas sous prétexte que tu n'as rien à perdre, car c'est faux. On a qu'une seule existence, et il faut qu'elle compte. Et je n'ai pas envie de voir une autre de mes sœurs, gâcher son existence bêtement... Alors, réfléchis bien, d'accord ? Si tu souhaites nous rejoindre, garde en tête que tu n'as aucun retour possible... Ta vie ne comptera plus, tant que tu seras une aspirante...

… Héhé, je sais que nous avons dit le contraire tout à l'heure, mais... Peux-tu me donner ton nom... ? Comme ça... Je ne t'oublierai pas, et tu auras au moins quelqu'un qui te regrettera si tu meurs... Du coup, c'est un peu comme une promesse que tu ne vas pas gâcher ta vie... d'accord ?

Ayano avait dit ses mots en fixant son interlocutrice droit dans les yeux. Il était clair qu'elle ne souhaitait pas qu'un autre dragon noir subisse un sort injuste. Bien qu'elle-même sur le coup, ressentait quelque chose d'étrange envers cette dragonne. Depuis le début, l'odeur de cette dernière l'avait rendue assez étrange, sans qu'elle le laisse paraître, ne voulant pas inquiéter Setsuna, ou cette Seira.

- Bien, je vais y aller maintenant... Quoi que tu décides, prends soin de toi...

Finalement, Ayano tourna les talons à son tour, et se dirigea vers sa sœur, qui attendait avec entre les bras, des morceaux de dragons célestes.

- Mais qu'est-ce que tu fous avec ça, Setsuna ?

- Je prends des provisions pour le repas. J'en ai marre de bouffer de la viande de dragons noirs, ainsi que des fruits et légumes à longueur de temps ! Ce n'est pas tous les jours qu'on a un festin céleste ! Hahahaha !

- Il est hors de question que je touche... ces morceaux.

- Ne t'inquiète pas, princesse cendrelle, lança la dragonne d'un air malicieux, je sais très bien que tu ne veux pas te salir ! Contente-toi d'ouvrir le portail au moins ?

- Ne m'appelle pas... princesse !

Enfin, après ce dernier échange, Ayano utilisa un cristal similaire à celui qu'elle donna à Seira. Un portail s'ouvrit instantanément, donnant l'impression que rien ne se trouvait derrière. Rapidement, Setsuna se glissa dedans, suivie par Ayano qui jeta un dernier regard sur Seira, tout en lui faisant un mignon signe de la main, avec un joli sourire. Puis, elle disparut comme sa sœur, et le portail quelques secondes après, laissant Seira de nouveau seule, sur ce champ de bataille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seira
Vagabond
Vagabond
avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 17/01/2017

MessageSujet: Re: La rumeur sous le brouillard noir   Jeu 2 Mar - 2:40

Seira tourna la tête un peu partout pour vérifier combien de victimes elle a laissé sur le sol après sa technique aux flammes noires. Malheureusement, sa tentative n'eut que des résultats décevants. Elle n'avait guère réussie à faire mieux qu'a exterminer les seuls dragons qui l'ont pourchassés par la voie des airs. Elle réalisa très vite qu'un chevalier supplémentaire avait repris sa forme d'origine, et que les trois dragons présents avaient formés une protection triangulaire. Elle le remarqua en constatant que seuls les dragons non humanoïdes avaient quelques égratignures par ci et par-là. Seira laissa échapper entre sa langue un léger son prouvant son agacement. Pour elle, c'était quitte ou double, cette manœuvre, mais maintenant, elle savait d'avance qu'elle allait prendre cher, très cher. Elle prépara son prochain coup, mais trop tard, voilà que le commandant de la joyeuse troupe immobilisa Seira au sol. Elle sentait son corps s'électrifier en permanence. Elle possédait une résistance naturelle à toute épreuve, mais là, le choc qui la paralysait de la tête aux pieds était bien plus violent que tout ce qu'elle avait endurée. Bien que néanmoins, Seira ne souffrait pas vraiment le martyre. Elle serra des dents malgré tout, mais au fond, sa véritable souffrance était mentale. Elle ne tolérait pas d'être emmenée à la mort par d'autres dragons. Elle respectait cette race du fond du coeur, et c'était cette même race qu'elle admirait, qui allait causer sa perte. Et elle ne supportait plus d'entendre les provocations de ce dragon céleste qui continua de cracher sa haine envers la race de Seira. Elle, n'avait rien fait de mal, mais si cette discrimination était justifiée ? Est-ce que les pairs de Seira étaient vraiment des pourritures corrompues qui méritent la potence ? Rien que cette idée déprimait Seira. Et elle n'allait probablement pas le juger par elle-même, vu qu'elle allait mourir. Finalement, lorsque Alvius ordonna de capturer Seira, un petit sourire se forma sur ses lèvres. Elle refusait de traîner au sol comme une chienne abattue.

- Tss, de toute façon, cette vie est minable, alors tant pis. Soit. Si tel est mon destin, qu'il en soit ainsi. Bye, monde infect...

Seira semblait avoir accepté la défaite au fond d'elle. Elle ferma les yeux, attendant qu'on l'embarque, vu qu'elle savait qu'elle était dans l'incapacité totale de bouger. Mais alors que tout semblait perdue pour elle, un miracle se produisit. Le genre de miracle qu'on lit dans les romans d'aventures ou de guerres. Deux chevaliers dragons furent décapités sur place par une silhouette que Seira avait du mal à distinguer, sous la douleur. Puis, un autre venait de se prendre une lance dans le bide. Elle entendit une voix, une voix qui semblait amusée, enjouée, presque chaleureuse. Puis une seconde, qui, en l'espace d'un seul mot, semblait plus calme, plus douce. Seira se força à ouvrir les yeux plus grand pour mieux voir ses sauveuses. D'un côté, elle voyait une de dos une silhouette qui semblait gracieuse, et de l'autre, une silhouette qui sonnait guerrière. Bien entendu, elle ne pouvait pas vraiment juger ce qu'elle ne voyait que de dos. Malgré que la paralysie de Seira semblait s'être estompé, elle avait du mal à se relever. Ses membres étaient encore sous le choc de la technique précédente. Elle se demandait qui pouvaient être ces femmes qui avaient la force de zigouiller ces chevaliers aussi vite. Les seuls êtres doués d'une puissance remarquable pour des humaines étaient les envoyés d'Azelia généralement, mais étrangement, Seira ressentait une impression familière chez elles. Elle avait encre du mal à identifier la raison de cette impression, mais alors qu'elle se questionnait sur l'identité de ces femmes, Alvius éclaira la lanterne de Seira. Il s'agissait de deux dragons noirs. Seira crut rêver. Elle venait d'être sauvée par ses paires ? Et heureusement, elles ne semblaient pas hostiles. La moins gracieuse des deux confirma qu'elle voyait Seira plus ou moins comme une alliée, malgré qu'elles ne se connaissaient pas.

Alors que Seira avait encore du mal à réaliser ce qui était en train de se tramer devant elle, une des silhouettes retourna sa tête, pour observer les horizons, dont Seira. Et là, Seira vit une image qui la fit frisonner. La jeune femme, qui offrit un tendre sourire à Seira, était d'une beauté à couper le souffle. Elle n'avait jamais ressenti cela avec une humaine de la Yokume, c'était très étrange. La couleur de ses cheveux était d'un rouge éclatant, et étaient coiffés avec style et perfection. Sa tenue était sophistiquée, et surtout, le détail qui dévorait Seira, son regard. Son visage était à tomber, ses yeux étaient hypnotisant, et son sourire donnait envie de la câliner. Seira ne comprenait pas ce qui se tramait dans sa tête, mais elle n'était pas indifférente devant cette vision idyllique.


- Je me suis foiré avant... La véritable oeuvre d'art que je cherchais est là, sous mes yeux... Je n'ai jamais vu un être vivant me mettre dans un tel état. Elle est si belle...

Mais Seira reprit ses esprits rapidement, et mit de côté sa personnalité de grande rêveuse, car ce n'était ni le moment, ni l'endroit pour fantasmer. Elle aurait aimé se relever pour aider ces deux dragons femelles, mais elle savait qu'elle les gênerait. Par ailleurs, les deux femelles remarquèrent le simple fait que Seira en avait zigouillé à elle seule quelques un parmi l'ennemi, ce qui eut pour effet de faire pouffer de rire celle qui semblait un peu moins calme. Alvius montra un premier signe de faiblesse devant les moqueries de la dragonne à la lance, ce qui eut pour effet de soulager Seira qui avait envie de voir souffrir cet être abject. Et alors que ce type allait, dans son délire, juger les deux femelles, l'une d'entre elle informa ce dernier de l'impossibilité d'une quelconque victoire sur elles. Pour la simple raison qu'elles n'étaient pas de simples dragonnes, mais qu'elles appartenaient à quelque chose qui semblait se nommer le vol noir. Et bien qu'Alvius refusait d'y croire, elles se contentèrent de prouver leurs dires par leurs chevalières rubis qu'elles portent au doigt. L'effet qui s'ensuivit était à mourir de rire, ou de satisfaction. Seira ne put s'empêcher de rire discrètement devant leurs ennemis qui semblaient complètement tétanisés par la simple énonciation de ce nom. Cela prouvait à quel point les deux dragonnes étaient impressionnantes. Alvius tenta de relancer ses troupes, et après cela, tous les chevaliers reprirent leurs formes de dragons. Seira avait beau admirer les deux œuvres d'arts qui veillaient à sa survie, elle commençait légèrement à stresser pour elles, mais mine de rien, elles, en revanche, ne prenaient absolument pas la situation au sérieux, allant même jusqu'à effectuer un petit pari, histoire de pimenter la chose. La dragonne qui ne laissait pas indifférente Seira s'en alla s'en charger, seule. Cependant, les dragons ennemis combinèrent leurs forces pour invoquer une orbe absolument titanesque. Il était clair que si les trois jeunes femmes bouffaient ça, cela allait être catastrophique. Sa protectrice se plaça devant l'attaque, et même si elle semblait consciente de ce qu'elle faisait, Seira ne put s'empêcher de ressentir quelque chose similaire à de l'inquiétude. Bien que Seira était incapable de ressentir de l'anxiété envers autrui d'habitude, là, elle n'avait qu'une envie, c'est de crier à la dragonne de ne pas prendre de risque avec une attaque aussi dangereuse, ce qu'elle fit inconsciemment.

- Hého, qu'est ce que tu fiches ? Fais attention !

Mais l'incroyable se produisit sous les yeux émerveillés de Seira. Avec seulement deux lames, elle stoppa net la course de l'orbe, puis la réduisit à néant, comme si elle avait éclaté une bulle de savon avec un seul doigt. C'était magistral, et ce qui allait suivre était indescriptible pour Seira. En une attaque accompagnée de milliers de pétales de fleurs orangées, elle réduisit également au silence la vie de tous les dragons, sauf un. Le mouvement qu'elle effectua était gracieux. Seira imaginait une toile de peinture dessinée avec amour prendre forme et vie sous ses yeux très sensibles à la beauté. Bref, elle était sous le charme d'une telle performance réalisée par cette dragonne à la beauté angélique. Et maintenant que la menace était écartée, elle se préoccupa enfin de Seira, qui, sur le coup, se releva tout doucement, histoire de ne pas rester couché pendant l'éventuelle conversation qu'elle allait démarrer avec ses protectrices. Elle demande si tout allait bien, mais elle n'allait pas avoir le temps de répondre puisque l'autre dragonne répondit à sa place. Après avoir légèrement complimenté Seira, elle expliqua que cette dernière n'avait pas choisi le meilleur endroit pour se cacher... Se cacher ? Zone du néant ? De quoi elle parlait ? L'autre dragonne semblait avoir compris que Seira était née ici.

- Je suis née ici, en effet, et je vois pas pourquoi je me planquerais de quelque chose que je connais pas... Mais j'imagine que vous allez me fournir les explications sur ce qui vient de m'attaquer au beau milieu de ma routine...

La dragonne à la lance précisa à Seira qu'elle allait devoir bouger d'ici, ce qu'elle même avait bien pigé. Quelle emmerde... Enfin, mine de rien, les dragonnes se présentèrent. Elle se nommait Setsuna, et l'autre qui avait charmé Seira se nommait Ayano. Mais les présentations n'allaient pas se dérouler simplement, puisqu'elles refusaient de connaître le nom de Seira, persuadées qu'elle va y passer, ce qui eut pour effet d'agacer un peu la principale concernée qui croisa les bras et fronça des sourcils.

- Euh oui, si vous y tenez, j'accepte votre choix. Sauf que je pense qu'il serait parfaitement stupide de ma part de m'avouer morte quand je viens d'être sauvée par deux... hum, comment dire... super-dragonnes du vol noir, si j'ai bien entendu... Bref, j'ai eu une chance de m'en sortir, je compte pas la gâcher, vous m'en verrez désolées...

Seira se radoucit néanmoins en voyant Ayano qui sentait dépitée. Cette femelle avait l'air d'avoir quelque chose dans l'esprit qui la rongeait. Sa petite bouille déçue donnait envie à Seira de lui faire un gros câlin, mais elle se retint, naturellement. Bref, alors qu'elle allait remercier ses deux sauveuses, pour ensuite aller quelque part pour vraiment se cacher cette fois, Setsuna lui fit une proposition, celle de rejoindre le vol noir. Les yeux grands ouverts devant cette offre, elle prit un air intéressé, vu qu'elle avait peut-être l'occasion d'atteindre son objectif une bonne fois pour toute, celui de trouver une vraie famille. Setsuna cita Legendia, que Seira avait vite fait entendu parler par sa défunte mère. Elle expliqua très rapidement que le vol noir avait pour principal objectif de vaincre la discrimination que subit un dragon noir. Cela titilla encore plus l'intérêt de Seira. Ensuite, elle laissa la parole à Ayano qui amplifia toujours plus l'intérêt de Seira en expliquant que le vol noir était une famille, qui luttait contre la solitude, et pour la liberté de vivre sous un toit. Elle buvait chaque parole d'Ayano, comme une passionnée, et retint bien plus facilement les noms Maxwell, Gul'Dan et Caeldori. Ces noms qui semblaient être ceux de grands bienfaiteurs pour sa race, et qui faisaient rêver aussi.

Mais la suite fit vite comprendre à Seira que tout n'est pas rose chez le vol noir. Pour y entrer, il faut être éligible à l'éveil. Encore une fois, la parole fut donnée à Ayano qui fit un rapide résumé qui n'en était pas un finalement. L'explication était complexe, et partait sur les origines des dragons noirs. Ce que Seira retenu, c'était que ses ancêtres étaient des dragons d'émeuraudes qui n'ont pas eu de chance et qui furent corrompues par un truc nommé l'Eldrit noir. Et qu'à cause de ça, la discrimination commença. Pour contrer les dragons noirs, un autre créateur du nom d'Elwin créa des valkyries. Seira avait aussi déjà entendu parler du mot "valkyrie". Des rumeurs racontaient qu'une valkyrie vivait justement au pays du feu, mais Seira ne s'est pas amusé à vérifier, vu qu'elle sait très bien à quel point les humains créent des potins sans aucune valeur. Donc elle refusait d'y croire. Néanmoins, si Seira savait plus tôt que les valkyries ont été façonnées pour gérer le cas dragon noir sous Gul'Dan, elle aurait fait quelques recherches plus tôt. La suite intéressa Seira, car cet éveil permit aux dragons d'emporter la victoire.

La suite s'enchaîna sur des termes comme El'Gaia ou le crystarium. Mais ce qui interpella le plus Seira, c'est cette statistique qui ferait jeter l'éponge à plus d'un. Elle n'a qu'un tout petit pourcentage de s'en sortir, et comme si ça suffisait pas, une multitude d'épreuves l'attendent. Sur le papier, cela parait réservé à l'élite de l'élite, mais pour Seira, c'était naturel, car pour obtenir un objectif aussi glorieux, pour avoir le don de faire ce qu'Ayano a pu faire à l'instant face aux dragons de l'inquisition, il faut forcément prendre un risque inimaginable. Rien ne s'obtient par la facilité. Cette pensée fit que Seira ne se crispa pas devant cette statistique désespérante. Elle resta neutre, mais pas encore totalement décidée, et cela, pour une autre raison.


Setsuna reprit la parole, en la nommant "sexy petite dragonne". Seira ne réagit pratiquement pas, elle se contenta de s'auto observer de la tête aux pieds, et en même temps, elle était toujours en sous-vêtements, mettant en valeur son corps voluptueux. Setsuna résuma la situation de Seira par un épineux dilemme ou elle risque de crever dans tous les cas. Le choix était déjà pratiquement fait, néanmoins. Elle laissa à Ayano le soin de lui donner quelque chose, un cristal de portail, lui permettant de rejoindre la capitale ou elle retrouvera Ayano et Setsuna, si elle décide de tenter le diable. Après cela, la jeune dragonne lui donna un conseil, celui de réfléchir malgré tout. Elle lui proposa la solution de profiter qu'elle n'était pas éveillée pour vivre paisiblement, sans se faire repérer, avec d'autres personnes sur Legendia. Elle donna son point de vue, que chaque vie doit être vécue, et qu'elle ne doit pas être gâchée. Et que si elle parvient à maitriser l'éveil, il n'y aura plus de retour possible. Tout cela prouvait qu'Ayano considérait déjà sa "sœur" d'ici, et qu'elle était du genre à ne pas supporter la perte d'une de ses sœurs. Au final, elle fit même l'inverse que ce qu'elle avait dit auparavant et demanda son nom. Cela surprit légèrement la dragonne, mais cela prouva surtout qu'elle semblait encore plus l'apprécier que prévu.

- Mon nom est Seira. Je ne dévoilerais pas mon nom de famille, c'est le nom d'un vulgaire humain qui me sert de père. J'aimerais à mon tour, te dire quelque chose, Ayano. Pour moi, la vie n'a absolument aucune importance. Ici, je n'ai jamais eu le sentiment d'être chez moi. J'ai toujours été seule, j'ai subi cette fameuse discrimination envers les êtres de mon espèce, et j'ai mis fin à la vie de ma mère qui refusait que j'en sache plus sur Legendia. Je suis arrivée à un stade où je n'attends strictement rien de cette vie. Mais ça...

... c'était avant que je vous rencontre, car pour la première fois, j'ai eu le sentiment que ma vie doit continuer. Au moment où vous m'avez sorti du pétrin, un sentiment est apparu en moi. J'étais rassurée d'avoir conservé ma vie, car finalement, mon espoir d'avoir une existence meilleure a refait surface dès que je vous ai vu. A l'heure actuelle, je conçois difficilement ce que tu penses de la vie, mais je pense, très sincèrement, que cela changera si je suis mon rêve, et mon rêve, c'est celui de mettre mon âme et mon corps contre cette foutue discrimination qui m'a tellement hanté et qui a causé cette solitude infernale en moi. Le vol noir me semble être la clé pour réaliser ce rêve, et je pense comme Setsuna. Je considère que si je dois mourir, ce sera d'une manière dont on se souviendra de moi, d'une manière que je jugerais d'artistique ! Alors quitte à crever, autant que ce soit en ayant voulu voir mon rêve se forger.

... je te rassure sur un point, Ayano. Je ne suis pas insensible à ton conseil. Tu me parais si gentille, et je vois bien que tu refuses qu'il m'arrive quelque chose, alors qu'on se connaît à peine. Alors, par respect pour tes sentiments et par gratitude envers ton soutien contre ces dragons de l'inquisition, je vais grandement réfléchir à ta proposition. Dans tous les cas, je te promets que je ne gâcherais plus ma vie. Car la risquer pour enfin se sentir libérée, cela ne sera nullement du gâchis pour moi.


Elle prit le cristal des mains d'Ayano, et se mit à sourire sincèrement à cette dragonne qui avait beaucoup fait pour elle en si peu de temps.

- Je pense que tu devrais rejoindre ta sœur, elle semble occupée à faire je ne sais-quoi avec ces morceaux qui croupissent au sol. Au passage, c'était vraiment magnifique, ce que tu nous as montré là. Du pur grand art, comme j'aime !

Seira vit Ayano s'en aller en compagnie de Setsuna. Avant de traverser le portail, elle fit un signe pour dire au revoir, que Seira rendit également de son côté. Elle espérait un jour les revoir, elle n'avait jamais été aussi satisfaite de rencontrer quelqu'un depuis un bail, voire depuis toujours au fond. Sur ce, Seira décida de ramasser quelques morceaux de viande sur le sol, mais qui serviront surtout à nourrir son dragon de compagnie, avec qui elle va devoir profiter de quelques derniers moments ensemble, avant de partir pour Legendia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La rumeur sous le brouillard noir   

Revenir en haut Aller en bas
 
La rumeur sous le brouillard noir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sous le Pavillon Noir.
» Rumeur sur la V6 et oui déjà
» 02.03/18.Sc. Sous-sols minés
» Sous le Clair de Lune~ Feat. Petite Lune
» BALOU CROISE GRIFFON/CANICHE 13 ANS 4 PATTES SOUS UN TOIT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays du feu :: La forêt de feu-
Sauter vers: