La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fourberies et chantages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1235
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 27

MessageSujet: Fourberies et chantages   Dim 8 Jan - 22:05

Pays de la forêt, royaume des elfes. Les bois habituellement verdoyants ne furent pas épargnés par l'hiver rude qui sévissait sur le continent actuellement. Le soleil était bien présent en cette journée comme les autres, mais les arbres étaient teintés d'un blanc resplendissant, tant la neige avait envahi le village. Mais il fallait mieux cela que de subir une invasion que les elfes redoutaient jour après jour. Ils savaient particulièrement que "lui" allait revenir, un jour ou l'autre. Et leurs craintes allaient devenir réalité. Devant l'entrée du village, désormais doublement gardé après le décès d'Ulyana, un homme portant un long manteau noir, au visage camouflé par sa capuche, s'approcha tout doucement vers ce même village. Les gardes, évidemment, se placèrent devant l'homme pour lui barrer le passage, d'autant que sa longue épée attaché au dos ne laissait en aucun envisager la possibilité qu'il était pacifique. Alors que les gardes posèrent fermement leurs mains sur leurs armes, l'homme dévoila son visage. Un visage reconnu immédiatement par les elfes. Ce visage d'abord fraternel et qui représentait aujourd'hui l'objet de tous leurs malheurs. Il était là, sous leurs yeux. Eloraell avait bien pris soin de prévenir son peuple que cela n'allait pas traîner avant qu'il ne refasse surface.

- Seto...

- Yo, les amis ! Cela fait un bail... Comment se porte Eloraell ?

- Pourquoi as t'il fallu que tu reviennes ? Tu n'es plus le bienvenu ici. Tu es même aujourd'hui classé ennemi numéro un sur notre liste. Rends toi !

Le sourire malicieux aux lèvres, Seto plaça très lentement sa main droite sur l'arme derrière son dos. Les elfes, n'étant pas vraiment des combattants en premier lieu, commencèrent à montrer les premiers signes qui prouvaient qu'ils étaient mal à l'aise face à un ennemi de la trempe de Seto. Très vite, des archers postés depuis les remparts du village, tendirent leurs arcs vers l'homme à abattre. Et alors qu'ils prévoyaient déjà une attaque armée de la part du dragon blanc, il modifia la trajectoire de son bras. Sa main s'éloigna de son arme, et enfin, il leva l'autre bras. Les deux mains levés, Seto ferma les yeux et prit un air embarrassé.

- C'est bon, les gars. Je me rends. J'abandonne. Je reconnais que mon acte était criminel. Je n'ai aucune envie de me battre contre Eloraell alors je jette les armes au sol.

Les elfes ne croyaient pas un seul mot du dragon blanc. Alors les archers continuaient de garder le bras en arrière, prêts à faire feu. Mais pas un seul geste de la part de Seto ne s'ensuivit. Il avait vraiment les mains, toujours en l'air, à attendre qu'on le capture bien sagement.

- Bon alors, vous attendez quoi ? Jetez moi dans l'une de vos geôles ! Grouillez-vous ! Je me les gèle !

Le bruit de l'abandon de Seto traversa très vite tout le village, jusqu'au palais royal. Malgré que cela sentait la fourberie à plein nez, l'ordre de l'enchaîner et de le jeter en prison fut envoyé. Seto ne chercha en aucun cas à se débattre. Il semblait avoir accepté son destin. C'est ainsi que le jeune capitaine de l'armée lunaire était isolé dans une geôle, le corps entièrement enchaîné. Immobile, il garda la tête baissé. Ses mèches de cheveux cachaient son sourire maléfique qui se dessinait sur ses lèvres. Car il savait qu'elle allait venir. C'était obligé, elle allait bientôt se montrer pour l'interroger, ou au pire, cracher sa haine sur lui. Il n'attendait que ça et savait pertinemment qu'elle allait descendre pour se retrouver face au seul homme qui l'aimait tant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Eloraell
Reine
Reine
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 14/07/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Fourberies et chantages   Lun 13 Fév - 21:27

Une belle journée d'hiver venait de démarrer. Eloraell aimait contempler la forêt recouverte de son voile blanc depuis la fenêtre de sa chambre et elle s'accordait chaque jour un moment pour méditer face à ce magnifique paysage. Quelques flocons de neige tourbillonnaient avec aisance et légèreté comme des plumes. Cependant une personne du village vint briser cette douce sérénité en annonçant le retour de Seto à toutes les personnes du palais royal. Un garde se chargea de prévenir Eloraell, en se dirigeant avec diligence vers la chambre de la reine. Celle-ci tressaillit dès qu'elle entendit ce prénom maudit prononcé et une colère enfuie en elle l'envahie soudain. Le meurtrier de sa mère, la reine Ulyana, était recherché depuis longtemps, son souhait le plus cher était qu'il périsse dans d’atroces souffrances puisqu'il lui avait retiré un être si cher à ses yeux. Et maintenant, il osait enfin revenir dans le royaume des elfes où il avait causé un si grand malheur, un acte sanguinaire d'une grande ampleur. La décision fugace de la reine Eloraell fut de ne pas le laisser s'enfuir et de l'enfermer.

- Je vous remercie de m'avoir aussi vite prévenue. J'exige qu'il soit capturé sur le champ et enfermé dans la cellule la plus sûre de la prison. Je n'accepterai en aucun cas qu'il s'échappe à nouveau. Je m'occuperai personnellement de son interrogatoire, je veux être la première à connaître la raison de son acte.

Un quart d'heure plus tard, le garde revint la voir pour l'informer de la capture de Seto. Elle prit un long moment de réflexion et au bout d'une heure, elle se décida enfin à descendre le voir dans sa cellule au sous-sol du palais. Accompagnée de trois gardes, elle pénétra dans la prison où régnait une atmosphère lugubre et glaciale. Elle salua respectueusement le geôlier qui l'attendait patiemment et celui-ci la guida vers la cellule où Seto était enfermé. Dès qu'elle vit Seto enchaîné et attaché par les quatre membres au fond de la cellule, son cœur se mis à battre plus rapidement et quelques vertiges s'emparèrent d'elle. Elle arrivait difficilement à reconnaître l'homme qu'elle avait tant aimé et pourtant en son for intérieur elle ressentait un soupçon de peine et de compassion, mêlé à la haine profonde qu'elle éprouvait. Elle demeura sans voix face à Seto pendant de longues minutes, le temps de réaliser qu'il était enfin capturé, là sous ses yeux.

- Seto, te voilà enfin capturé. Tu devais donc t'attendre à cet accueil de la part de mon peuple. Comme tu as pu le constaté, j'ai mis en garde mon peuple à ton encontre et j'ai ordonné à mes gardes de t'attraper à tout prix. Tu t'es mis à dos le royaume des elfes tout entier en commettant le meurtre de ma mère. Tu me répugnes tellement, comment as-tu pu faire cela ? Tu dois expier ton crime, tu mériterais d'être torturé jusqu'à expirer ton dernier souffle. Ma mère te considérait comme son propre fils et moi, j'avais confiance en toi. Qu'as-tu à me dire pour ta défense ? Pourquoi as-tu fait preuve de tant de cruauté ? Je t'écoute.

Un mélange d'angoisse et de colère commençait à gagner peu à peu la reine des elfes. Elle essayait de maîtriser en vain quelques tremblements naissants au niveau de ses jambes. Elle souhaitait paraître forte pendant son face-à-face avec Seto alors elle demanda discrètement à un garde de lui procurer une chaise afin qu'elle puisse entamer son interrogatoire en tout confort, surtout que celui-ci s'annonçait long et assez éprouvant. Eloraell regarda plus précisément le visage maléfique de Seto, observant chacun de ses traits, ce même visage qui avait été si charmant auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1235
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Fourberies et chantages   Ven 17 Fév - 21:54

Comme prévu, l'ancienne fiancée du jeune dragon blanc se présenta pour interroger celui qu'elle pensait tenir entre ses mains. Il scruta le corps tout entier de la nouvelle élue du trône elfique. Un sourire se dessina sur son visage, contemplant la beauté d'Eloraell, qui était devenue une femme gracieuse, comme sa défunte mère.

- Bonjour, Eloraell. Tu es plus belle que jamais, dis moi...

Il laissa Eloraell s'exprimer, et comme il s'attendait, elle éprouvait une profonde haine envers lui, pour avoir été, soi-disant, le meurtrier d'Ulyana. En son for intérieur, il aurait pu prolonger jusque dans sa chair, sa colère contre son père qui était l'instigateur de cet immonde complot contre lui. Mais au fond, il trouvait la situation plutôt cocasse. Voir Eloraell, si douce par le passé, devenir petit à petit une nouvelle victime du cycle infernal de la haine, intéressait grandement le dragon blanc. Bref, elle souhaitait en savoir davantage sur les raisons qui l'ont poussés à commettre ce crime, tout en rajoutant qu'il ne méritait que d'être torturé jusqu'à son dernier souffle. Devant ces menaces, Seto laissa échapper un léger rire étouffé, qui pouvait sembler absolument sinistre pour les elfes. Sans se débattre, il répondit.

- Héhéhé, tu as beau avoir hérité du trône de ta mère et de sa classe, tu n'en demeures pas moins très faible comparé à elle. Regarde-toi, tu trembles comme jamais. Et le mot "torture" sonne si faux et amer entre tes pulpeuses lèvres. Toi qui croyais tant à la paix, trouves-tu que la haine a bon goût ? Héhéhé...

... tu es également très naïve pour penser que je suis "cruel" au point d'arracher la vie d'Ulyana. J'ai peut-être trahi ta confiance, c'est vrai, mais si j'ai voulu absolument me séparer de toi, c'est uniquement pour te protéger de mon monde. Toi et NOTRE mère. N'est-ce pas en soi une preuve que je ne suis pas si cruel, hum ?


En une fraction de seconde, Seto se débarrassa de ses chaînes aux bras, par la seule force de ses bras. Le sang en lui, lui avait attribué une force surhumaine.

- Tu croyais que ces chaînes qui neutralisent la magie allaient avoir un effet sur le maléfice le plus abouti de l'histoire de la Yokume ?

Seto forma autour de son bras droit une lame magique qu'il utilisa pour découper les deux chaînes qui retenaient ses jambes.

- Navré, ma belle, ce n'est pas aujourd'hui que j'assouvirais ton nouveau fantasme sur la torture.

Le sourire glacial aux lèvres, Seto s'approcha des barreaux qui le séparaient de la reine elfique, puis les découpa net. Une fois tout proche de son ancienne bien-aimée, il redonna à son bras une forme normale, passa en un éclair derrière les deux gardes qui veillaient sur elle, puis les assomma d'un coup net. Il se rua ensuite derrière le dos de la reine, et posa brusquement sa main sur sa bouche, pour l'empêcher de crier ou parler.

- Ne sonne pas l'alerte, si tu ne veux pas que je te tranche la gorge. Depuis que j'ai subi ces immondes accusations en mon égard, je ne suis plus à un meurtre près. Je pourrais, dès maintenant, répandre ton sang si pur sur le sol macabre de cette prison, mais tu vois, je garde encore au fond de ma mémoire, le souvenir de ton sourire si radieux, et du contact de ta peau sur la mienne. Et de plus, j'ai besoin de toi, pour la dernière fois...

Seto relâcha son étreinte et laissa son ancienne partenaire lui faire face. Il était parfaitement prêt, de toute manière à supporter n'importe quel type de regard provenant d'Eloraell désormais. Il vit que soudainement, le troisième garde qui l'avait accompagné et qui s'était éclipsé sous la demande d'Eloraell, venait de revenir avec une chaise entre les mains. Seto, amusé, observa Eloraell d'un regard persuasif, pour bien lui faire comprendre qu'elle ferait mieux de ne donner aucun ordre inconvenant à cet elfe.

- Pourquoi restes-tu planté là, Glorfindel ? Son altesse a besoin de s'asseoir, non ? Apporte lui son dû, et ensuite, laisse nous négocier en paix.

Enfin tranquilles, Seto observa Eloraell de haut en bas, les bras croisés, espérant qu'ils ne seront plus dérangés.

- Tu connais l'une des règles primordiales de ce monde, Eloraell, non ? Chaque réponse, chaque vérité, doit être amplement mérité. Tu n'obtiendras aucune explication de ma part tant que tu ne te rendras pas utile pour moi. Normal, non ? Ce que je te demande est tout simple. Je veux que tu mobilises tes troupes aux côtés de mes dragons blancs, afin de prendre d'assaut la capitale solaire. Mon but est d'exterminer le roi solaire, Sairu Jumeis, et de prendre sa place sur le trône. Les conditions sont avantageuses, pour toi... Tu sais très bien qu'Azelia est célèbre pour être l'une des seules personnes sur la Yokume à maîtriser l'art de la nécromancie. Après tout, ma présence ici est une preuve suffisante du talent millénaire d'Azelia. Et bien, que dirais-tu si ma reine t'offre la possibilité de retrouver ta défunte mère grâce à son pouvoir ? Et pour couronner le tout, tu entendras la vérité de sa propre bouche, sur ce qui s'est déroulé cette nuit-là. Tentant, non ? Bien sûr, inutile de préciser ceci. Si jamais tu refuses cette proposition par simple doute envers moi...

Seto effaça subitement son sourire pour observer Eloraell d'un regard foudroyant et brusque. Ses yeux écarlates fusillaient la reine elfique d'une telle intensité, qu'il faudrait vraiment avoir de l'audace pour supporter une vision si démoniaque.

- ... je te guérirais de tes doutes et de tes troubles définitivement, en réduisant à néant ton peuple sans sommation. Tu sais que j'en ai les moyens, et pour te remercier pour ces moments passés ensemble, je te laisserais la vie sauve. Peut-être qu'à ce moment, tu réaliseras que le bonheur n'a pas sa place dans le coeur d'un vengeur de mon espèce, en observant impuissante cette vision si chaotique...

... j'ai oublié de te dire, mais si tu acceptes, ton peuple connaîtras enfin la paix dans le nouvel ordre que nous instaurerons. Tu seras avec les vainqueurs et tu en recevras tous les privilèges. Vous n'êtes pas des combattants, Eloraell, alors il faut mieux que vous pariez sur le parti gagnant, n'est ce pas ? Quand cela sera fait, je te fais l'ultime promesse... que je disparaîtrais de ta vie à tout jamais.


Le visage de Seto se radoucit, afin de montrer à Eloraell qu'il faut mieux qu'elle provoque cette expression là dans le visage de son ex-compagnon, plutôt que la précédente.

- Maintenant, c'est moi qui t'écoutes, Eloraell. Je souhaites entendre ta décision sur le champ. De toute façon, si tu es un minimum intelligente, tu ne devrais pas avoir besoin de trop de temps pour prendre la bonne décision...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Eloraell
Reine
Reine
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 14/07/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Fourberies et chantages   Dim 26 Fév - 18:06

La reine des elfes avait écouté attentivement les paroles de son ancien bien-aimé, frémissant à certains moments, puisqu'elle ne s'attendait pas à ce que Seto puisse être aussi brutal et provoquant en la comparant à sa mère Ulyana. Eloraell faisait de son mieux pour se comporter et régner sur le peuple comme cette défunte reine. Ce qui la touchait encore davantage, c'était de voir le sourire mauvais qui se dessinait progressivement sur les lèvres de Seto. Par ailleurs, elle pensa qu'il n'avait finalement pas tord, elle avait été naïve de croire que celui-ci avait voulu seulement être cruel. Une multitude de questions lui traversait l'esprit. Elle se demanda subitement s'il avait vraiment voulu les protéger de son monde. De sombres raisons devaient certainement se cacher dernière ce drame. Au début, Eloraell était confiante et pensait avoir la situation bien en main, mais au fur et à mesure du déroulement de la conversation, Seto prenait la situation à son avantage. Elle se tenait déjà sur une pente glissante et elle se retrouva totalement démunie dès qu'il commença à se détacher de ses chaînes, pourtant vantées pour leur résistance et leur invulnérabilité face à la magie. Celui-ci s'avança avec une lame à la place du bras et découpa les barreaux de la cellule, ce qui apeura Eloraell. Son ancien fiancé venait d'assommer les deux gardes qui devaient la protéger et il se tenait proche d'elle. Il mit sa main sur la bouche de la reine afin d'éviter qu'elle puisse donner l'alerte. Des frissons parcoururent le long de son corps dès que Seto lui dit qu'il pourrait la tuer si elle ne faisait pas ce qu'il lui demandait. Cet être maléfique avait réussi à la piéger avec virtuosité, c'est sans doute pour cela qu'il s'était laissé si facilement capturé par les gardes. La reine elfique avait été encore une fois trop naïve, elle aurait du se méfier de lui et maintenant il lui demandait l'impensable, se battre à ses côtés contre le roi du pays du soleil, Sairu Jumeis, afin d'obtenir des explications. Elle réfléchit longuement avant de lui donner sa réponse.

- Tu me demandes de faire combattre mon peuple aux côtés des dragons blancs, alors que nous avons toujours été pacifiques jusqu'à maintenant. Pourquoi souhaites-tu exterminer Sairu Jumeis, si ce n'est que pour convoiter son trône et pour te venger ? Par ailleurs, je ne doute pas de la puissance de la reine Azelia et l'idée de pouvoir revoir un jour ma chère mère grâce à ses pouvoirs de nécromancie ne peut que me ravir. J'aimerais seulement savoir si je peux te faire confiance, si tu me permettras évidemment d'avoir des explications sur ce qui s'est réellement passé ce soir funeste, et surtout si tu laisseras la vie sauve à mon peuple, si j'accepte le marché que tu as si bien préparé et argumenté. D'après ce que tu viens de me dire, j'imagine que je n'ai pas vraiment le choix, je dois accepter mais je veux être sûre que mon peuple pourra à nouveau vivre en paix. J'aimerais que nous scellions un pacte solennel pour être sûre que tu respecteras tes paroles à la lettre et pour ne pas me retrouver perdante. Je veux que tu me prouves ton absolue sincérité pas seulement par des mots, mais par un geste digne du chef de clan que tu es.

Eloraell savait qu'elle était prise au piège et qu'elle ne pouvait refuser la proposition de Seto. Pourtant, elle appréhendait un peu la réaction de son peuple face à cette décision furtive et elle voulait éviter que son peuple soit décimé. Elle prit un temps pour peser le pour et le contre et elle pensa qu'en combattant aux côtés des dragons blancs, les elfes avaient des chances de gagner cette guerre, même s'ils n'étaient pas de grands guerriers, et ils pourraient à nouveau vivre paisiblement. Eloraell était curieuse de voir ce que Seto allait lui proposer pour le pacte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1235
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Fourberies et chantages   Mar 28 Fév - 19:05

Le jeune dragon vengeur ne quitta pas du regard son ex-compagne qui n'avait pas vraiment le droit au choix face à ce dilemme. Il était néanmoins en attente d'une réaction qui pouvait prouver un minimum que la nouvelle reine elfique sait se défendre. Ainsi, elle répondit tranquillement, sans broncher ou hésiter. Elle ne semblait pas apeurée, ni perturbée au moment de la parole, bien qu'il trouvait qu'Eloraell ne semblait pas à l'aise dans son nouvel habit de reine au tout début de l'échange. Elle montra un léger intérêt envers l'offre de Seto, ne doutant pas des capacités d'Azelia, et surtout, elle admit pleinement que le fait de revoir sa mère était un souhait qu'elle voulait voir se réaliser. Néanmoins, Seto se demandait si Eloraell avait bien compris que la nécromancie d'Azelia est incomplète. Seto a déclaré qu'elle reverrait sa mère mais jamais il a précisé que ce serait définitif, et cela dans l'unique but de faire tourner les enchères convenablement. Au bout d'un certain temps, elle ira rejoindre le monde des morts, et cela, pour toujours. Néanmoins, Eloraell était loin d'être bête. Elle voulait une preuve supplémentaire que Seto ne toucherait pas à un cheveu de son peuple et qu'il tiendra parole. Réaction logique, après tout, Seto ne montrait pas vraiment l'apparence de quelqu'un qui tiendrait parole, c'était un point pour l'elfe cette fois. Elle déclara ainsi son souhait qu'elle et Seto signent un pacte solennel, entre chefs de patries. A cette proposition, Seto relâcha son sourire malsain, pour laisser place cette fois à un sourire plus naturel. Après avoir laissé échapper un léger soupir, il conserva son sourire, les bras croisés et le dos au mur, et répondit sereinement.

- Hum, tu as pris de l'assurance. Tu ne te contentes pas seulement d'obéir visiblement. C'est remarquable. C'est presque con que toi et moi sommes incompatibles actuellement, car pour être franc, je te préfère nettement ainsi, héhé...

Seto posa son menton entre le pouce et l'index de sa main gauche, puis la scruta de la tête aux pieds. Il avait encore du mal à s'y faire de l'apparence royale d'Eloraell depuis son élection au trône, et souhaitait la contempler encore quelques temps.

- ... ouais, c'est vraiment dommage, mais bon, ça m'apprendra à tricher... quoi qu'il en soit, es-tu néanmoins consciente que je ne peux, hélas, garantir que ton peuple vivra en paix après avoir respiré l'odeur pestilentielle de la guerre ? En m'offrant ton assistance, tu t'engages officiellement à, éventuellement, retirer des vies sans la moindre scrupule. Je me demande si ta petite famille supportera le lourd poids de la culpabilité après avoir égayé interminablement à des jours de paix et de prospérité. M'enfin, au moins, vous serez en vie. Avec mon clan, vous ne risquez rien, et ces naïfs solaires préféreront zigouiller du démon, trop surpris par la cruelle réalité que vous, elfes, vous décidez enfin à montrer les crocs.

Seto prit un air neutre, puis se retourna.

- C'est entendu, reine de la forêt. Nous allons établir un pacte, rien que toi et moi. Rendez-vous à la tombée de la nuit, devant l'arbre sacré. Là où nous avons échangé notre premier baiser... Cette fois, tu goûteras également à quelque chose que tu n'es pas prête d'oublier, crois moi.

Sans crier garde, Seto se téléporta instantanément, hors des geôles du palais. Eloraell ne pouvait probablement pas deviner la destination de son ancien compagnon.

***

En cette radieuse nuit de pleine lune, l'arbre sacré, toujours aussi majestueux malgré le froid austère, servit donc de point de rendez-vous où Seto patientait calmement devant son imposant tronc. Il ne pensait pas pouvoir, depuis sa rupture avec Eloraell, jouir du bruit apaisant de la nature qui était au paroxysme de sa beauté en ce lieu. Et même si il essayerait, il n'y parviendrait pas. Seto n'était plus capable de ressentir la paix intérieure. Il était parfaitement incapable d'être relaxé, apaisé. Tout ce qui résidait dans son esprit n'étaient que tensions et amertumes. Il patienta donc, et vit Eloraell débarquer, comme convenu.

- Pile à l'heure, gente dame. Je vois que tu ne veux pas trahir ta motivation. Bref, je n'ai pas le temps pour le blabla inutile.

Seto fouilla dans la poche de son manteau et en ressortit un pendentif, en forme de pierre ovale à l'éclat et à la teinture du diamant. C'était exactement le même pendentif qu'il offrit quelques temps à sa défunte cousine, pendant que ce dernier était parti mener une guerre complètement inutile dans ce trou perdu nommé l'outremonde.

- Pas de conclusions hâtives, ma belle. Ce n'est pas un cadeau dans le but de te récupérer, mais cela reste un objet précieux, d'une grande valeur sentimentale. Néanmoins, tu ne pourras pas l'utiliser pour séduire la galerie, car je vais le sceller dans ton corps. Il sera donc invisible aux yeux de ton peuple, mais son effet restera permanent et bien encré en toi. Pour faire simple, ce pendentif permet de rentrer en contact avec les dragons qui sommeillent en mon esprit. Tu peux parler avec eux si tu concentres ton esprit au creux de ce pendentif, comme tu peux également les apercevoir, rien qu'en méditant. Normalement, seul un élu du sang du dragon peut l'utiliser, rien qu'en le portant autour du cou, mais dans ton cas, il va falloir que je passe par une petite opération qui ne sera pas désagréable si tu te laisses aller et que tu enfouis tes doutes l'espace de cet instant. Prends le, mets le autour de ton cou, et laisse moi faire.

Seto laissa Eloraell suivre ses instructions. Une fois ceci fait, il posa deux de ses doigts sur le diamant. Ainsi, Eloraell fut enveloppée par une lumière apaisante. Juste au dessus de sa poitrine, sa peau se déforma, laissant un petit creux dont la forme était parfaite pour accueillir la perle de Seto. Cela fut très rapide et indolore si Eloraell se laissa bien entièrement faire.

- Mes félicitations, votre majesté, ce n'est qu'un fragment, mais tu possèdes maintenant en toi une très infime partie de mon pouvoir. Un peu comme tu as fais par le passé pour moi... En terme d'action, tu ne pourras rien faire de plus, mais au moins, tu peux profiter des services de mes dragons si tu le souhaites. Appelle-les, et je les invoquerais pour toi. Si tu me connais suffisamment, tu es censée bien savoir qu'il n'y a pas plus cher à mes yeux que mes deux dragons, n'est ce pas ? Alors j'espère que tu réalises que je peux difficilement faire mieux, en terme de pacte solennel, n'est ce pas ? Maintenant, prends le temps de te concentrer, et de tester mon présent. Peut-être peux-tu déjà voir mes dragons au fin fond de ton esprit.

Seto permit à Eloraell un léger temps pour s'exercer à utiliser le pendentif ainsi scellé en elle. Puis, il tourna le dos une nouvelle fois, avant de dire les dernières paroles pour la soirée.

- Je te laisse 24 heures pour convaincre ton peuple de notre alliance. Car il faut encore que je parle stratégie avec toi. J'aimerais, à ma prochaine visite, éviter d'apercevoir des archers qui tendent leurs flèches vers moi. Tu sais, Eloraell, mais si je suis trop "spécial" pour veiller sur toi et que je maintiens que je me dois de disparaître de ta vie, ce n'est pas le cas de mes dragons. Ils seront les anges gardiens de ton peuple si tu m'aides à atteindre mon objectif. Sur ce, rentre au palais, tu vas attraper froid. A très bientôt, Eloraell.

Sans attendre la moindre réponse ou réaction de son interlocutrice, Seto s'en alla, mais n'usa point de la téléportation. Visiblement, il préféra la méthode classique cette fois, une bonne marche à travers les sentiers enneigés de la forêt, comme si il cherchait encore quelque chose qu'il a perdu depuis bien longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fourberies et chantages   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fourberies et chantages
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Constitution: Tollé de la classe politique contre les fourberies de Preval
» La famille Féral

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de la forêt :: Le village de la forêt-
Sauter vers: