La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Athena, l'arme ultime du Nirvana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 283
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Athena, l'arme ultime du Nirvana   Dim 6 Nov - 23:43

Alors que le crépuscule commençait à dominer le désert tout entier, une apparition venait de troubler la paix du camp de la tribu Kaluzo. Très vite, les nomades se regroupèrent au beau milieu de l'allée centrale du camp, pour observer une femme à la longue tunique bleutée, marcher sans prêter attention à qui que ce soit. Mais de toute manière, l'attention globale était plutôt centrée non sur cette étrangère, mais sur ce qu'elle tenait entre les mains. Un corps à moitié dénudé, donc la peau était repeint par le sang qu'elle avait perdu et qui était aussi écarlate que sa chevelure. Devant cette scène qui pouvait mettre mal à l'aise les enfants non habitués à la violence, un seul homme s'engouffra dans la foule. Cet homme à la casquette blanche et aux points noirs redoutait le pire, et c'était bien le cas, car il remarqua très vite que c'était Scylla qui était inconsciente et bien arrangée sur tout le corps.

- Scylla ! Scylla !!!!

Mais elle n'entendait rien. Quand à la femme qui la tenait, une main à l'arrière du crâne et l'autre en bas des hanches, elle bougea ses pupilles pour voir quel homme dans la foule semblait plus bruyant que le reste.

- Tu connais cette femme ?

- Oui, je suis un ami. Que lui est-il arrivé ?

- Et tu ne l'as pas empêché de se jeter dans la gueule du loup, je suppose ?

- Si, j'ai bien tenté, mais rien n'y faisait... Je...

Law souhaitait se justifier, mais il remarqua que cette femme tatouée au dos le fusilla du regard, comme si elle l'accusait d'être responsable de ce qui venait d'arriver à Scylla. Bien que son caractère quelque peu rebelle l'aurait poussé à réagir devant ces yeux accusateurs, il ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle avait raison, et qu'il n'avait rien fait pour empêcher ce qui lui semblait si prévisible.

- Ou puis-je m'isoler avec elle pour pouvoir la soigner ?

- Vous pouvez utiliser ma tente. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas à me le dire.

- Oh, vraiment ? Alors tu peux faire quelque chose, oui: Rester dans ton coin pour contempler ton inutilité. Je m'occupe de tout désormais.

Malgré cette voix glaciale qui ressemblait beaucoup à celle de la blessée en question, Law décida de la laisse faire. Même si c'était une inconnue, il savait très bien qu'il ne pouvait rien faire d'autre que lui faire confiance, elle qui avait ramenée Scylla encore vivante. Alors il décida de ne suivre personne, et d"attendre une éventuelle évolution.

La jeune femme à la robe bleue pénétra dans la tente en question, allongea Scylla sur le matelas, puis illumina le tatouage sur son dos. Comme par magie, une fiole apparut au creux de ses mains. Elle en retira le bouchon, avant d'imprégner Scylla sur chaque plaie, chaque blessure. Elle versa ensuite le fond de cette fiole dans la bouche de la valkyrie, après l'avoir légèrement ouverte. Puis elle croisa les mains, comme si elle s'apprêtait à prier. Mais au lieu de réciter son incantation au fond de son esprit, elle commença à parler à haute voix, à une langue encore inconnue.


- Ishtos Remanus, Arkanos Rejectos Arma Sectum. Thran Mesaria Allesta Epastos. Sanctarios Hebastia Maleficaros. Lumina Azema.

Le tatouage dorsal de cette "magicienne" s'illumina encore une fois, mais pas seulement. Celui de Scylla, sur sa main droite, brûla également de mille feux. Il semblerait que celle qui tentait de guérir la valkyrie essayait de créer un lien entre les deux Glyphs, d'une manière ou d'une autre. Mais alors que les paupières de Scylla restaient closes, elle commença à se dandiner dans tous les sens, comme si une force extérieure tentait de prendre le contrôle. Son torse se crispait, et ses doigts serraient bien forts le drap du matelas, tandis qu'elle gémissait de plus en plus fort.

- UUUUURGH ! AAAH..... AAAAH ! YAAAAAAH ! HUUUUH !

- IRACTARE ! SECARE ARBITRA MAFARISTOS ! LARAS MELIORES ARIES MALEFICAROS ! ZAN !

Une lumière enveloppait tout le corps de la valkyrie, puis celui de la magicienne. Après quelques secondes, l'enchantement toucha à sa fin. Le comportement de Scylla, à nouveau endormie, s'était donc stabilisé pour le mieux. La jeune femme qui avait veillé à ce que la valkyrie se sente mieux désormais, posa ses doigts sous son menton, comme si elle réfléchissait.

- Hum, étrange. Son épiderme ne s'est pas totalement cicatrisé. Elle va garder de lourdes séquelles de sa bataille, c'est certain. Mais cela prendra encore moins de temps que si je n'avais pas agi. J'imagine que Tira a du l'envoûter avec son pouvoir malfaisant, et a du accélérer la croissance de Dominus dans ses neurones. Quelle pauvre femme... Personne ne mérite d'être contaminée par le Glyph le plus terrifiant et le plus toxique que le Nirvana a connu... Je n'imagine même pas le jour ou elle apprendra la vérité. Moi, j'en ai eu des sueurs froides et je n'ai plus réussi à manger et à boire pendant une bonne semaine. En attendant son éveil, elle va sûrement voir son sommeil troublé par d'épouvantables cauchemars.

La jeune femme se releva et se dirigea vers la sortie de la tente, puis tourna la tête pour fixer la valkyrie allongée une dernière fois.

- Pour beaucoup de monde, nous sommes la même entité, vous et moi, princesse valkyrie. Pourtant, nous avons un père et une mère différents. Mais cela ne change pas que nous sommes "Dominus", l'incarnation de la balance entre régénération et destruction.  Dois-je vous en parler lors de votre réveil ? Non, il est encore bien trop tôt... Je ne veux pas que vous perdez ce qui vous reste comme j'ai perdu moi-même...

La magicienne releva le rideau puis ressortir de la tente, laissant la jeune chevalière rousse dormir paisiblement.

***

Le lendemain matin, le climat doux et tempéré du désert s'installa à nouveau sur le camp de nomades où avait sommeillé Scylla. Elle était couverte de bandages sur le torse, le front, les bras et les jambes, avec quelques pansements sur le visage. Elle était restée allongée sous la demande de Law qui lui expliqua très rapidement la situation. Mais au moins, elle avait reprit ses esprits, et en attendant que sa sauveuse revienne pour avoir une conversation avec elle, elle fixait une feuille enfermée dans de l'ambre, dont un cristal fort joli était incrusté au sein de cette feuille. Son regard était comme envoûté par cet artefact. C'est à cet instant que la personnalité qui avait sauvé in extremis la valkyrie pénétra dans la tente.

- Vous êtes éveillée...

Scylla releva la tête pour voir la figure qu'elle avait cru apercevoir avant de fermer les yeux devant Tira et Miyama. Puis elle reposa le regard sur ce qui semblait si précieux entre ses mains.

- Vous semblez attirée par cet artefact qui est, ma foi, d'une grande beauté.

- C'est un présent dont je ne me séparerai jamais. Cette petite feuille d'ambre est la preuve irréfutable que cette peste que j'ai affronté a tout faux à mon sujet. Je ne suis pas seule, et des gens comptent sur moi, quelque part, pour que je reste en vie. De plus, le cristal en son sein brille de mille feux. Mon âme est donc en paix, pour l'instant...

Scylla reposa délicatement la feuille concocté par Leafa sur une table de nuit, avant d'observer sa sauveuse d'un regard plus sérieux.

- Vous m'avez sauvé. Vous avez toute ma gratitude. Votre présence dans ce temple, ainsi que ce tatouage sur votre corps, me fait réaliser que vous êtes une Nirvit, n'est ce pas ? Qui êtes vous ?

- Si vous voulez m'exprimer votre gratitude, alors je ne vous demanderais qu'une seule et unique chose. Cela sera de me croire sur parole, car ce que je vais vous dire est un peu difficile à concevoir à la première entente. Mon nom est Shanoa... et je suis une Vermillion...

Scylla avait effectivement du mal à croire ce qu'elle venait d'entendre. Toutes les informations qu'elle avait reçue étaient formelles, elle était l'unique survivante de ce clan légendaire. De plus, un certain détail chez cette Shanoa intriguait Scylla.

- Une Vermillion ? C'est absurde. Ce clan est censé avoir disparu au fil du temps. Vous avez masqué votre identité ? De plus, j'ai cru entendre que la marque qui révélait le plus l'apparence d'un Vermillion, c'est sa chevelure écarlate, peu importe la couleur de cheveux du second parent. Mais j'ose espérer que ma sauveuse n'est pas une bluffeuse qui cherche à m'embobiner. Dites moi précisément qui vous êtes, Shanoa, je vous en serais très reconnaissante.

Law avait posé sur la table à côté de Scylla un bol rempli de fruits rouges de toutes sortes. Scylla piocha dedans tout en proposant à Shanoa de se servir par un simple geste, ce que la Nirvit refusa avec politesse.

- Pour commencer, vous et moi, nous sommes cousines. Je suis également cousine avec l'homme que vous avez suivi jusqu'à l'entrée de ce temple macabre, le prince Aidan Valgard, fils du roi Thanathos.

A ce moment, Scylla avala de travers la fraise qu'elle était en train de mâcher. Elle toussa à maintes reprises pour reprendre son souffle, puis, semblant être complètement perturbée, comme si elle n'avait retenu que ce qui l'arrangeait, s'exclama.

- Qu-qu-quoi ? Moi et Aidan, enfin je veux dire, vous et Aidan ?

- Non, c'est seulement entre lui et moi. Voyez-vous, pour faire simple, ma mère était une Vermillion, une des deux soeurs de Leonis Vermillion, votre père. Vous êtes actuellement la fille de l'ancien roi d'Atrium, Scylla.

- Je le sais déjà. Poursuivez, je vous prie.

- Quand à mon père qui est toujours vivant, hélas, c'est un pur Valgard. Au cas ou vous l'ignorez, le Nirvana a toujours été dirigé par trois principales puissances. Les Vermillion, les Valgard, et les Sänger. Savez-vous comment ont été fondés ces trois grandes puissances ? Et bien, la première Vermillion, Ilia Vermillion, avait beaucoup de difficultés à gérer son flux d'énergie. Elle avait crée le tout premier Glyph, puis partagea ce Glyph en trois morceaux. Elle garda la partie qui servait à fusionner la magie, entre parenthèses, le pouvoir d'équilibrer parfaitement le positif et le négatif, puis offrit les deux autres à deux assistantes. La première Valgard, et la première Sänger. Dans un élan de générosité, Sänger pouvait absorber la magie. Mais Valgard reçut la partie la plus négative de ce premier Glyph. Ainsi, lorsque les trois femmes créèrent chacune leurs propres arbres généalogiques, ces Glyph se transmirent de génération en génération, lorsque tous les Nirvits n'ont reçu qu'une petit enseignement pour développer des Glyphs à faible puissance. Mais ce sont bel et bien ces trois grandes familles qui possèdent une fraction du Glyph original. Bref, pour finir, ne pensez pas que mon père a décidé de me concevoir par amour. Il voulait simplement effectuer un test en procréant aux côtés d'une Vermillion. Hélas, alors qu'il souhaitait donner naissance à une hybride parfaite entre les deux races les plus puissantes d'Atrium, il remarqua que je n'avais rien développé de spécial. En effet, le but de mon père était de reproduire le même Glyph qu'Ilia Vermillion. Un sceau magique parfaitement équilibré, ce que nommaient nos ancêtres, la dualité cosmique.

- J'ai déjà entendu ce terme à maintes reprises. C'est donc cela, la dualité cosmique ?

- Chez nous, nous n'utilisons aucun termes comme les mots "blanc" et "noir", "bien" ou "mal", mais plutôt "positif" ou "négatif". La dualité cosmique, c'est une philosophie en quelques mots. C'est l'art de considérer que là ou toute chose peut être retirée, toute autre chose peut également être ajoutée. Et mon père voulait obtenir la synthèse parfaite de cette philosophie en me créant. Néanmoins, tout ce qu'il put remarque, c'est que le sang des Vermillion est incompatible avec celui des Valgard. Je ne possède aucune caractéristique spéciale. Je ne suis rien de plus qu'une Nirvit lambda en quelques mots.

Etrangement, Scylla semblait assez dépitée par ce qu'elle venait d'entendre, au sujet de cette incompatibilité entre les Vermillion et les Valgard. Elle ne pouvait pas vraiment mettre le doigt dessus, mais cela la gênait quelque peu, non seulement pour Shanoa, mais pour une autre raison.

- Pourquoi vous me racontez tout cela ?

- Je parle beaucoup de moi, c'est vrai. Mais il était nécessaire pour que je puisse en arriver à la véritable raison de notre rencontre. Je ne suis pas totalement une Nirvit lambda en réalité. Mon existence cache un terrible secret, et ce secret est lié au vôtre, Scylla.

Scylla fronça des sourcils devant tout ce charabia, tandis que Shanoa tendit la main vers la valkyrie écarlate, comme si elle attendait qu'un accord soit signé.

- Je ne vais pas aller par quatre chemins, Scylla. J'ai besoin de former une alliance avec vous, car, vous et moi, nous sommes les deux seules personnes qui pouvons sauver Atrium... comme nous pouvons le détruire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 283
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Athena, l'arme ultime du Nirvana   Dim 13 Nov - 3:04

Scylla se retrouva face à une Nirvit du nom de Shanoa, et qui partageait un lien du sang avec elle. La main tendue, elle venait de proposer une alliance avec la valkyrie écarlate, avec comme seul argument qu'elles étaient toutes les deux les seules femmes qui pouvaient sauver le monde, comme le détruire également. Scylla trouvait très étrange que cette femme attende réellement qu'elle accepte aussi vite de faire équipe avec elle, alors qu'elle n'expliqua pas vraiment ce qu'elle attendait d'elle et de cette soi-disant alliance. Se demandant ce qui ne tournait pas rond avec elle, elle ne put s'empêcher malgré tout de ressentir une sorte d'attraction provenant de cette simple main tendue vers sa direction. Elle approcha délicatement la sienne, juste pour vérifier ce qu'il en adviendrait. Une fois que les deux mains entrèrent en contact, Scylla vit son Glyph apparaître sur sa main, puis, une sensation de chaleur traversait tout son corps, de la tête aux pieds. Mais contrairement à cette brûlure presque acide qui la démangeait à l'intérieur du temple où elle venait de se faire trucider, cette douce chaleur était purement et simplement agréable. Elle vit d'ailleurs que Shanoa venait de clore ses yeux délicatement. Elle décida de l'imiter, histoire de mieux comprendre ce que cette magicienne Nirvit voulait lui faire partager. En un court instant, Scylla se sentait submergé par un océan de bien-être. Son corps était comme transporté sur un petit nuage, sensation qu'elle n'était incapable de ressentir, sauf lors d'un autre acte bien précis. Elle planait presque et allait jusqu'à oublier toutes les douleurs qui la tiraillaient. Puis, subitement, Shanoa relâcha sa main. La sensation s'estompait très lentement. Scylla inspira, puis expira.

- Je vois que nos Karma sont parfaitement compatibles. Je suis vraiment en face de notre véritable souveraine...

- Pardon ? Aies-je bien entendu ?

Malgré que Scylla venait de revenir d'un voyage et léger et savoureux avec sa conscience, elle avait dit cela avec un ton légèrement tendu.

- Je tenais tellement à vous rencontrer pour que vous puissiez nous guider. Le simple contact de votre main, l'unique réaction que je viens de vivre avec votre esprit prouve que vous êtes véritablement celle qui peut nous aider à vaincre l'imposteur. Ecoutez moi, Scylla. Je suis la dirigeante d'un groupe de rebelles que l'on nomme les dragons galactiques. Et notre mission est simple: Faire tomber la lignée des Valgard, pour redorer le blason des véritables seigneurs de notre contrée, les Vermillion. Mais pour cela, nous avons besoin de vous. Vous seule pouvez mettre fin à la tyrannie de Thanathos.

Malgré les belles paroles de Shanoa en l'égard de Scylla, elle ne semblait montrer aucune réaction, un peu comme la veille où Aidan lui déclara également qu'elle pouvait être celle qui pouvait l'aider à terrasser son propre père. Ce manque de précision gavait quelque peu Scylla. Pour l'instant, elle avait trop peu d'éléments qui pouvaient la convaincre sur cette fameuse raison qui expliquerait qu'elle puisse sauver l'humanité sur Atrium, à part que c'est une Vermillion, et cela, c'était purement insuffisant pour elle. Soupirant légèrement, elle se disait qu'elle allait probablement regretter ce qu'elle s'apprêtait à dire à la femme qui venait de la sauver de justesse, mais parler franchement était la seule chose qui lui vint à l'esprit.

- Ecoutez, c'est bien joli tout ce baratin, mais pour faire dans le simple, vous voulez que je sois un peu comme une sorte d'héroïne, ou une autre connerie du genre ? Ecoutez, Shanoa, vous me paraissez très sympathique, et je vous en serai éternellement reconnaissante pour m'avoir sauvé. Mais il va falloir redescendre de votre nuage. Je ne vois pas pourquoi je m'occuperais du cas du Nirvana comme ça, pour la simple raison que ce n'est pas moi qu'on attend là bas, mais mon nom. A entendre n'importe quel Nirvit que j'ai croisé, je pourrais vaincre Thanathos uniquement parce que je suis une Vermillion. Premièrement, je me fiche pas mal que le monde ait besoin de moi ou non, car j'ai très bien compris récemment qu'on ne peut changer le destin comme ça. La réalité sera toujours cruelle, fade et désespérante. Deuxièmement, jusqu'à aujourd'hui, je n'ai été formée que pour être une soldat, pas une faiseuse de miracles. Je me doute bien de ce que vous devez avoir derrière la tête. Vous rêvez sûrement que je prenne la place de votre tyran sur le trône, non ? Désolée, diriger tout un royaume, c'est pas mon délire. Surtout si ce royaume n'est pas le mien.

- Que voulez vous dire par "ce royaume n'est pas le mien" ?

- Je suis une valkyrie avant tout, une guerrière. Je n'ai pas l'étoffe d'une gardienne, ni d'une "héroïne", louée par les cieux. Tout ce qui m'intéresse, c'est d'offrir mon talent et mes services à ceux que je juge méritants. Et de ce que je me souvienne, le Nirvana n'a rien fait d'autre que de tenter de me piéger avant que je vous rencontre. Je ne vois aucune raison de me mêler des histoires de votre peuple quand, à côté, mon peuple maternel m'attend et me propose une place bien plus glorieuse que celle de gardienne d'un monde voué à disparaître.

Scylla était allé un peu fort dans ses propos, et elle le savait pertinemment. Mais elle refusait catégoriquement d'endosser une telle responsabilité. Même si elle désirait, au fond d'elle, de botter le cul bien comme il faut de Thanathos, cela ne changeait pas le fait que c'était par simple esprit vengeur, et non dans le but de protéger le monde, ou de suivre n'importe quelle destinée, aussi glorieuse soit-elle. Elle voulait simplement faire réaliser cela à Shanoa, qu'il ne fallait mieux pas trop espérer d'elle, car sauver le monde n'est vraiment pas dans ses plans. Après ces propos peu diplomates, Shanoa croisa les bras, et soupira à son tour.

- Je m'attendais à cette réponse peu convaincante, venant de quelqu'un qui n'a toujours pas compris le réel sens de son existence. C'est normal, ce n'est pas de votre faute...

Etrangement, Shanoa avait répondu avec un ton des plus calmes et détendus.

- ... après tout, avec toutes les couleuvres qu'on a tenté de vous faire avaler, et la fausse existence que vous avez mené, cela n'est guère étonnant que vous êtes encore une personne vraiment à côté de la plaque. Mais c'est mon rôle également, d'assurer à ce que vous sachiez tout.

Est-ce que le moment tant attendu pour Scylla allait enfin arriver ? Allait-elle enfin comprendre pourquoi l'on désirait tant qu'elle affronte Thanathos pour libérer le Nirvana ? Soudain, elle fit enfin preuve d'attention, car cette Shanoa allait enfin devenir intéressante à écouter.

- Vous savez ce qui se serait passé si je n'étais pas intervenue lorsque vous avez croisé le fer avec Tira ? Et bien, c'est très simple. Je vais vous raconter quelques sources que mon espion, infiltré directement parmi les Bloodrain, m'a fait partager. Ce que vous avez sur la main, ce Glyph qui semble encore loin d'être arrivé à maturité, est un Glyph qui possède un usage unique, qu'aucun autre Glyph ne possède. Ce Glyph est en réalité une clé qui permet d'accéder au noyau même de l'énergie qui circule partout sur Atrium. Mais pour activer ce Glyph, l'utilisateur doit connaître quelque chose qui peut paraître tout simple, mais tellement difficile à obtenir dans une réalité aussi contraignante. Cette chose, c'est le bonheur ! Vous voyez où je veux en venir ?

- Les expériences que j'ai subi de la part de Thanathos. Ce qu'Ancrow a voulu me dire...

- Oui, le but de Thanathos était de faire éclore votre Glyph, et tout cela, en éveillant des sentiments que vous ne connaissiez pas. Il voulait vous plonger dans une illusion permanente, rempli d'images sereines, lumineuses, joyeuses, loin de toute notion de violence, de terreur, de destruction, pour qu'enfin, vous connaissiez la paix avec le monde. Et lorsque le tour sera joué, il utilisera votre Glyph comme une clé pour contrôler ce noyau d'énergie et en faire sien.

- Mais pourtant, Thanathos m'a relâché alors que je n'étais toujours pas en mesure d'éveiller ce qui dort en moi.

- Thanathos savait très bien que cela prendrait une éternité pour vous contrôler, si vous restiez enfermé dans une cellule d'opérations. Alors il vous as jeté dans la nature pour que vous vous ouvrez au monde. Il voulait effacer l'enseignement barbare et machinale de votre mère adoptive, pour recréer une nouvelle valkyrie qui accepterait la vie, et stopperait toute action relative à la mort. Oui, c'est triste, mais tout votre vécu sur la Yokume, tout les liens que vous avez crée avec la population mortelle, a seulement servi à nourrir les ambitions de ce fou à lier !

- Non...

Scylla était perturbée. Elle commençait enfin à reconstituer le puzzle de sa vie, et cela était loin d'être amusant. Elle sentait qu'elle transpirait à grosses gouttes pendant que son estomac se nouait férocement.

- Et ce n'est pas tout. Mon espion m'a également rapporté que ces expériences ont également permis à Thanathos de prélever quelques gênes dans votre organisme. Et que ce simple prélèvement aurait permis à ce tyran de développer une arme qui lui permettrait de causer un terrible malheur sur Atrium. Le nom de cette arme, c'est "Athena". Et cette arme aurait, selon mon espion, le pouvoir... de détruire toute trace de magie chez la population mortelle. Les mortels, privés d'énergies, mourront petit à petit, sous d'atroces souffrances, pendant que Thanathos garderait tout pour lui. Cela veut dire que ce serait la fin du monde. Tout simplement, Scylla ! Oui, toute votre vie a été contrôlé par cet homme et pourrait bien mener Atrium à sa perte ! VOILA la vérité, Scylla ! Votre soi-disant bienfaiteur est encore un homme qui vous as considéré comme son arme de destruction ! Et rien qu'en respirant, en riant, en aimant, rien qu'en développant des émotions, vous avez ouvert petit à petit un chemin vers la destruction du monde !

Scylla en avait suffisamment entendu. Elle avait lutté de toutes ses forces pour changer de vie, ne plus être une arme de destruction. Et maintenant, cette Shanoa l'aurait accusé de continuer à créer des ravages rien qu'en essayant d'être heureuse ? Soudain, Scylla se leva avec précipitation de son lit. La main sur le ventre, elle accourut vers la sortie de la tente, mais alors qu'elle y était presque parvenu, elle posa avec fracas les deux genoux sur le sol, puis les deux mains, avant de sentir une substance chaude traverser sa gorge, avant de ressortir par la bouche. Après avoir vomi pendant une trentaine de secondes sur le sol, Scylla semblait épuisée. Elle gardait toujours les genoux et les coudes au sol, pendant que plusieurs larmes perlaient le long de ses joues. Sa tête lui faisait mal, et ses plaies étaient toujours aussi pesantes, mais sa plus grande douleur se trouvait au fond du coeur. Shanoa tourna tout doucement autour de Scylla, tout en l'observant au sol.

- Je voulais... simplement être heureuse. Et même ça... même avec ça. Je n'ai causé que des catastrophes...

- Tout n'est pas fini, Scylla... Vous avez commis une erreur, il est vrai. Mais vous pouvez encore la réparer. Athena n'est pas encore arrivé à se fructifier complètement, et vous êtes encore là. Mais vous n'êtes pas en sécurité. Voilà pourquoi je vous propose cette alliance. Vous n'avez pas idée de l'importance de votre existence. Moi, je sais tout de vous... Du tout début, jusqu'à aujourd'hui, alors laissez moi vous prêter main forte.

- Qu'est ce que vous savez de moi, hein ? Du tout début, vous dites ? Ne vous foutez pas de moi !

- Même de Titania Archaelis, je sais tout. Car vous avez tué mes hommes au pays céleste.

- Quoi ?

- J'ai été au service d'une autre Bloodrain qui souhaite la mort de Thanathos dans l'ombre. Elle m'a confié le commandement de troupes mortelles que j'ai envoyé au pays céleste pour s'approcher de vous. Vous les avez tous éliminé, mais j'ai pu à temps obtenir toutes les informations que j'avais besoin. Un sacrifice effroyable, mais nécessaire, car ces informations ont beaucoup servi à mon ancienne employeuse. Ne me demandez pas son identité, je pense qu'il est trop tôt pour que je vous la donne, et tôt ou tard, vous la rencontrerez, c'est certain...

[ Musique d'ambiance: https://www.youtube.com/watch?v=AXTQawVicjk ]

- Je pourrais vous haïr, Scylla. Je pourrais en profiter que vous êtes à genoux pour vous écraser sous mes bottes, mais... vous me rappelez votre père. Je n'étais qu'une gamine... quand je l'ai vu mourir, après vous avoir offert ce Glyph qui réside au plus profond de vous.

- C'est lui qui m'a donné ce pouvoir ?

- Oui. Et avant de mourir, il a confié à ma mère comment pouvoir ouvrir le sceau qui bloque ce pouvoir. Pour un enfant qui n'a pas encore fait ses premiers pas, il n'a pas eu le choix de sceller un tel pouvoir en vous, et il a décidé que vous ne pourriez l'invoquer... qu'à condition que vous trouvez le bonheur.

- Ah ouais ? Et bien, il aurait du s'en douter que j'allais courir de tels risques ! Je lui ai pas demandé de m'offrir un tel cadeau empoisonné !

- Il l'a fait... car il croyait en vous, et il croyait en Alleria. Il savait que vous suivrez un jour ou l'autre ses traces, et que vous tenteriez de reprendre le flambeau. Il en était persuadé. Car vous savez, Scylla... Leonis vous aimait du plus profond de son coeur. Alors il était prêt à vous confier le destin de son royaume entre vos mains. N'est ce pas une manière primordiale pour un parent de prouver son amour pour son enfant ?

- Cela ne change rien... que ma mère est en vie... et que lui.. il est mort...

- Vous semblez tenir à votre peuple maternel, Scylla. Néanmoins, je vais vous poser une seule et unique question... Qu'a fait le peuple des valkyries pour vous exactement ?

Scylla ne comprenait pas pourquoi, mais était-ce le chagrin qui l'envenimait et qui l'empêchait de répondre, ou n'était-elle même pas sure de la réponse ?

- Vous disiez, avant, que les valkyries vous attendaient, n'est ce pas ? Alors laissez moi vous dire cela. Il y'a une part de vrai dans ce que disait Tira hier. Ou sont-elles aujourd'hui ? Vous voulez mon opinion ? Si les valkyries savaient vraiment qui vous étiez, et ce qui dort en vous, elles ne vous auraient jamais laissé seule, ici, comme je vous ai retrouvé. Vous allez sans doute me répondre qu'avec votre niveau actuel, elles ont préféré que vous restiez ici pour votre bien, n'est ce pas ? Mais croyez moi, vous êtes bien moins en sécurité ici, avec toute l'armée de Thanathos qui va tenter de mettre la main sur vous. Sauf si vous acceptez de venir avec moi. Nous, dragons galactiques, nous nous engageons pour que vous évoluez dans les meilleures conditions. Nous sommes ceux qui souhaitons le plus que le voeu de notre véritable seigneur soit exaucé, qu'un père qui possède une croyance inébranlable pour le fruit de ses entrailles puisse reposer en paix pendant que sa progéniture reprenne le flambeau, et honore son juste sacrifice.

Scylla reconnaissait au fond que cette Shanoa n'avait pas totalement tort. Même si Asuna avait d'abord renvoyé la valkyrie écarlate sur Atrium pour la protéger, il était encore bien difficile de penser à ce qui est pire. Se retrouver dans un monde peuplé de créatures légendaires qui auraient pu au moins veiller sur elle, ou se retrouver dans un monde plus inférieur ou son niveau est déjà plus abordable pour survivre, mais en retour, pour finir seule face à une armée qui veut justement sa peau et qui mettra tout en oeuvre pour l'obtenir ? Pourtant, Asuna savait probablement tout cela au sujet de Scylla. Alors, pourquoi ? Elle ne savait plus ou se diriger. Néanmoins, la seule chose qu'elle savait de source sure, c'est qu'elle était obligée de retourner sur Legendia pour obtenir de la puissance, et sans cette puissance, elle ne sera jamais d'une quelconque utilité pour ces dragons galactiques, ou pour Aidan. Mais une fois qu'elle remettra éventuellement les pieds chez les valkyries, pourra t'elle honorer le voeu de son père ? Elle était censé occuper un poste de capitaine valkyrie là-bas, pour lutter contre une menace bien plus importante que celle de Thanathos, et donc, elle ne sera plus sur le champ de bataille pour protéger un royaume considéré comme une "erreur" par ses pairs. Elle devait faire un choix, et sa seule et unique pensée qui trottait dans sa tête, était qu'elle devait demander l'avis à quelqu'un d'autre qui a connu Leonis. Et cette personne était Alleria, évidemment. Décidant de ne pas se morfondre davantage et de prendre le récit de Shanoa comme un enseignement primordial, elle se redressa, le dos droit, puis fixa Shanoa qui s'apprêta à sortir de la tente.

- Maintenant, reposez-vous. Je reste ici, le temps de m'assurer que vous retrouvez vos forces. Digérez ces amères émotions, car quand cela sera le cas, vous grandirez, j'en suis sure.

- Shanoa...

- Oui, votre altesse ?

- Je m'engage à réfléchir profondément à votre demande d'alliance... si vous acceptez à m'enseigner les secrets de mon pouvoir.

- Je peux faire mieux, vous entraîner. Quand vous sentirez que votre corps sera disponible, alors, venez me voir. Je vous ferais un petit cours qui vous sera, je n'en doute pas, d'une utilité non négligeable. Sur ce, bon repos, votre altesse.

Shanoa quitta la tente. Scylla, assez affaiblie après avoir recraché sa bile, retourna se coucher, et, même si elle n'en ressentait pas le besoin, tenta de dormir, afin d'oublier un peu ces émotions suites à ces fortes révélations qui ne la quitteront pas de si tôt, car Scylla venait enfin de réaliser... que son existence est d'une importance capitale pour le monde, qu'elle le veuille ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Athena, l'arme ultime du Nirvana
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rayon arme
» Une arme ultime.
» [Armes-Equipements] Vos stufs.
» Chez Eäràr, maître d'arme.
» L'arme de la dialectique n'aurait pas donné des résultats +

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays du desert :: L'ocean de sable-
Sauter vers: