La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Virée dans le désert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 284
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Virée dans le désert   Sam 15 Oct - 1:39

Pays du désert. En plein océan de sable, surnommé ainsi à cause de sa densité absolument titanesque, deux silhouettes foncèrent à toute allure grâce au soutien précieux d'encore deux autres silhouettes aux pattes suffisamment longues pour foncer à toute allure, laissant une volée de sable à l'arrière.

Law et Scylla avaient payés les services de deux "Ostrauch" avant de s'engager sur cette contrée hasardeuse et sans décors de fond, si ce n'est que le soleil qui tapait à plus de 46° sur leurs peaux. Ces oiseaux à l'apparence basique de l'autruche, avait pour différence que comparé à leurs cousines qui pouvait atteindre les 70 Km/h, une Ostrauch dépasse largement les 200 Km/h. De quoi offrir une randonnée des plus extrêmes aux non habitués. Law en était un. Lorsqu'il était encore un simple pirate du désert, ces animaux qui pouvaient devenir de véritables prédateurs étaient les montures de sa bande. Quand à Scylla, elle pouvait aller beaucoup plus vite par la voie céleste, et aurait probablement utilisé ce moyen de transport si elle avait parcouru tout ce trajet en solo. Néanmoins, une sensation de bonheur absolument indescriptible pouvait se lire dans ses yeux. Bonheur partagé par son collègue qui ne se lassait jamais de ce genre de voyage, ou plutôt, cela lui rappelait le bon vieux temps, en compagnie de ses compères pirates.


- WOUUUUUUUUUUUHOUUUUUUUUUUUU ! Bordel, ça faisait longtemps ! WOUUUUUUUUUUUUUUUH !

- J'avoue ! Ça change du vol, mais c'est vraiment amusant de se faire transporter ainsi !

- Hein ? Parle plus fort ! J'entends rien !

Mais Law n'avait pas besoin d'entendre les paroles de Scylla. Il tourna la tête derrière lui pour voir la valkyrie sourire chaleureusement. Il n'hésita pas d'ailleurs pour en profiter pour la contempler, elle qui avait retirée son armure argentée pour laisser visible un court débardeur noir qui allait à ravir avec sa jupette bleutée traditionnelle.

- Bah, peu importe ce que tu as dis, du moment que tu prends enfin du plaisir un peu. Je suis rassuré, toi qui semblait si monotone depuis ton retour.

Cependant, lorsque le mercenaire du désert tourna la tête, il vit que la route sans fin était enfin coupée par un large fleuve paisible. Et visiblement, son Ostrauch, comme celui de Scylla, ne ralentissait pas. Il craignait de faire un vol plané pour boire la tasse au final.

- Hey, attends ! Freine ! Ralentis ! Tu m'écoutes ? FREINE !

Mais c'était bien trop tard. Les deux oiseaux freinèrent pile à la dernière seconde, ce qui propulsa les deux alliés en plein dans la flotte. Law s'empressa de sortir la tête pour gueuler son mécontentement.

- Oh toi ! C'est quoi ton problème ?

Mais il fut vite interrompu lorsqu'il sentit une giclée d'eau sur le dos. En se retournant, il vit son amie valkyrie mouvoir les bras pour l'asperger d'eau, tout en rigolant comme une enfant.

- T'es impossible, toi ! Un jour, t'es glaciale comme un glaçon. Et le lendemain, on dirait une vraie gamine. T'es lunatique, ou alors, le soleil te tape un peu trop sur la cervelle ?

- Ecoute, tu vas pas te plaindre si je m'amuse un peu, non ?

Après un clin d'oeil envoyé par Scylla, Law, gêné, détourna le regard, avant de rejoindre le sable de la surface. Il remarqua que le fleuve était accompagné d'une série de palmiers au bord, et que le soleil commençait petit à petit à ne faire qu'un avec l'océan de sable.

- Bon, ce n'est pas tout ça, mais il va bientôt faire nuit, j'ai l'impression. Et niveau température, on passera très vite d'une extrême à l'autre. Arrêtons nous ici pour la nuit. C'est l'endroit idéal pour effectuer notre toilette, et pour préparer un feu. Je m'occupe de couper du bois.

- Kaluzo est encore loin ?

- Oh oui, ma chère ! Mais demain, à cette allure, nous y serons, je te rassure. Et puis, je crois que j'ai besoin de nourrir nos montures. Elles sont un peu trop excitées...

- Entendu.

La nuit tomba ainsi à vive allure. Les deux compagnons avaient brûlés plusieurs branches de palmiers pour réchauffer l'atmosphère, tandis que les Ostrauch picoraient dans un sac de graines de taille moyenne. Adossés devant l'un de ces palmiers, le vent glacial soufflait abondamment sur leurs corps encore chauds. Pourtant, là ou Law se recroquevillait sur lui-même sous son long manteau noir, Scylla, elle, garda la même tenue que pendant la route. Légèrement décalée, elle lisait un livre pour passer le temps, et même si les flammes n'éclairaient pas assez pour qu'elle puisse observer la moindre lettre sur les pages de son bouquin, Scylla portait une paire de lunettes aux verres magiques, qui permettaient à la valkyrie de voir devant elle comme si il faisait encore jour, rendant possible sa lecture du soir. Silencieuse et concentrée, elle ne prêtait plus attention à Law. Lui, en revanche, était intrigué d'en savoir plus sur le livre qui occupait Scylla. Il s'approcha petit à petit et jeta un coup d'oel sur les pages qu'il ne pouvait lire.

- Qu'est ce que tu lis ?

- "Rencontre avec la vérité". Un de mes romans préférés.

- Ça me dit quelque chose... J'ai déjà entendu parlé de ce roman à succès. Malgré mes activités de mercenaire, je me tiens régulièrement au courant des nouvelles sorties qui font un carton. Mais je crois que celui-ci, si ma mémoire est bonne, je l'ai zappé aussitôt quand j'ai su qu'il était classé dans la catégorie.... rose ? Attends, tu lis un roman érotique ?

- Ouais, et alors ? C'est même mon type de lecture préférée si tu veux tout savoir. Dis le tout de suite que je suis une dévergondée, si c'est ce que tu penses !

- Non non, du tout ! C'est juste que, de ce que j'ai cru voir, les personnages dans ce type de fictions sont trop souvent... parfaits. Ils sont idéalisés au point que cela en devient ridicule. Les auteurs vendent du rêve pour les jeunes filles naïves et à fleurs de peau. Alors que la réalité est tout autre, crois moi !

- Il n'y a aucun mal à fantasmer sur du fictif, Law. C'est justement parce que la réalité est bourrée de mecs ringards comme toi, que quelques fois, il est bon d'évader son esprit vers de nouvelles contrées que la littérature a la bonté de nous présenter. Je ne savais pas que tu étais si fermé d'esprit, Law. Je pense que...

Tout doucement, Scylla retira sa paire de lunettes, puis plaça la branche gauche entre ses dents, tout en observant Law avec un regard sensuel, et avec un léger sourire félin du bout des lèvres.

- ... nous devrions profiter que nous soyons seuls, toi et moi, pour que je remédie à tout cela, hum ?

- Quoi, ici et maintenant ? T'es sérieuse ?

- Idiot, tu as vraiment cru que j'étais sérieuse ? Je déconnais, évidemment. Quoique ton ton légèrement intéressé me fait sourire. Bon, tu m'excuseras, la jeune fille à fleur de peau a rendez-vous avec son prince charmant.

Après que Scylla replaça ses lunettes sur le nez, Law décida de sortir de sa poche une très fine feuille de papier, qui enroulait du tabac. Il sortit ensuite une allumette, qu'il gratta d'un coup sec pour l'enflammer et ainsi, pour allumer cette douteuse composition qu'il possédait. Il se mit à fumer le tout, pendant que Scylla continuait de lire. Après cinq à six coups d'aspirations, Law décida de briser le silence.

- Dis-moi, Scylla. Sois honnête avec moi. L'idée que tu te rapproches de Gerald te rend plus... agréable ? Non parce que, depuis que tu es revenue de Legendia, tu es devenue froide et distante. Il s'est passé quelque chose là-haut ? Je sais que je devrais peut-être me mêler de ce qui me regarde, mais j'arrête pas d'y penser. Et là, tout à coup, tu es plus joviale. Un changement aussi brutal de tempérament, ça m'inquiète... Gerald a t'il quelque chose de plus que nous, pauvres mortels ?

- A vrai dire, je suis quasiment convaincue que oui, il a quelque chose de plus.

- Et pour ma première question ?

- Qu'est ce qui te prend ? Tu as envie que je me confie à toi, c'est ça ?

- Entre autre.

- Et bien justement, je crois que le seul problème dont je peux te faire part, c'est que je me suis un peu trop confiée récemment. Alors je suis assez épuisée par tout cela. Tu m'excuseras alors si je clos la conversation.

- Cela ne me convient pas, Scylla. Je veux savoir ce qui s'est passé là-haut. Je sais que je ne suis rien pour toi, mais pour moi, tu...

Scylla détourna enfin son attention de son livre pour observer Law droit dans les yeux. Elle ferma d'un geste brusque son livre, puis le posa juste à côté.

- Ecoute, Law. Je vais utiliser des termes simples pour que tu comprennes bien ce que je pense aujourd'hui. Chaque enfant, dès son plus jeune âge, crée sa propre personnalité par rapport à son vécu. Il assimile également une multitude d'informations et d'enseignements, et développe également des émotions, positives comme négatives. A l'âge adulte, l'enfant a probablement vécu un mode de vie très différent, mais malgré tout, c'est souvent ce qu'il a expérimenté enfant qui primera et qui décidera de sa perception du monde et de l'humanité. Et même si le temps altère les informations qui dominent l'esprit de l'homme, ce qu'il a appris tout petit restera toujours dans un coin de sa tête. Rien ne disparaît complètement.

- Je te suis, mais... ou veux tu en venir ?

- Bien, étant donné que je considère ma vie au pays céleste comme inexistante, vu que je ne développais rien mentalement, à part une sauvage envie de buter tout ce qui bouge, tu peux donc comparer ma vie parmi les mortels comme mes véritables premières années. C'est sur la Yokume que j'ai appris à avancer, à m'exprimer, à ressentir, à m'amuser. Je me suis également attaché aux terres où j'ai construit ma vie. Bref, malgré mes échecs, j'ai gardé de précieux souvenirs avec les mortels, et ils ne partiront jamais. Alors, tu vois, Law. Quand j'ai mis les pieds pour la première fois sur Legendia, je me suis dis que c'était semblable au passage à l'âge adulte pour moi. Mais j'avais tort...

... En réalité, c'est une renaissance totale qui m'attend là-bas. Passer du statut de mortel au statut d'immortel n'est pas la même chose qu'une simple croissance génétique. C'est bien plus que ça. Mon nom a changé, ma perception a été modifié, ma vision du monde doit être repensé. Tout mon esprit doit changer, car il y'a un univers qui sépare les mortels et les immortels. Je l'ai bien compris en allant la-bas. Je dois tirer un trait à ma vie ici. Quand je pense qu'il existe des fous comme Azelia qui rêvent de passer d'un statut à l'autre, je me dis que cela pourrait leur rendre un fier service, ou inversement, les détruire à petit feu. N'est tu pas de cet avis ?


- Attends, mais c'est parfaitement ridicule. Tu dis que pour vivre parmi les immortels, tu dois absolument tout oublier ici ? Tout ce qui t'a rendu heureuse, tout ce qui t'a aidé à vivre et à oublier la solitude ? Mais pourquoi tu penses ça ?

- Parce que c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour me détacher de ce monde. Je le dois pour pouvoir redémarrer ma nouvelle vie. Mais... j'en suis peut-être incapable. Puisque je me retrouve avec toi, ici, à courir après un fantôme du passé, dont je ne connais rien. Cependant, quand tu réalises qu'au bout du tunnel, tu as ta famille qui t'attend, ta véritable famille. Est-ce que tu sais ce que c'est de pouvoir enfin faire glisser tes doigts sur la peau de celle qui t'a donné vie, même si cette personne est inconsciente ? Cette chaleur au bout de tes doigts qui ne s'éteint pas. Bien sur, j'aimerai tellement que ma famille m'accepte comme je suis, même si je ne parviens pas à oublier ce que je suis aujourd'hui. Mais le sacrifice en vaut la peine.

- Tu m'excuseras, mais je ne comprends pas de quoi tu parles. Je n'ai pas de famille. Ou plutôt, je dirais que j'ai crée ma propre famille. Mes anciens camarades étaient ma famille. Et toi et Kula, vous êtes...

Law sentit les doigts de Scylla glisser le long de sa joue gauche, pendant que la valkyrie observait le jeune homme d'un regard sincère derrière les verres de sa monture.

- Hum, j'imagine que cela n'est pas réciproque. Tu parlais d'une chaleur qui anime le bout de tes doigts, mais là, ils sont... froids. Comme si tu me caressais en gardant tes gantelets de combat. Tu es une armure vivante, Scylla.

Mais la sensation n'était pas désagréable pour autant. Soudain, les doigts de la valkyrie glissèrent jusqu'aux lèvres de Law. Mais au final, la valkyrie retira d'un coup sec le rouleau de tabac qui fumait entre sa bouche, pour commencer à le fumer à son tour.

- Hey, ma clope ! Qu'est ce que tu fous ?

- J'essaye de comprendre une chose qui m'échappe.

Elle fuma une seconde fois le rouleau de tabac, puis, tourna la tête pour expirer toute la fumée qu'elle avait aspirée.

- Et dire que je n'aurai pas eu le temps de tout comprendre dans ce monde. Pourquoi vous, mortels, vous vous pourrissez la santé avec ces saloperies que vous fumez ? Qu'est ce que le sommeil ? Ou encore, ce que c'est de vivre en se disant qu'on ne dépassera pas un siècle. De plus... Ce que je regrette le plus pendant cette première existence, c'est que toutes les personnes que j'ai aimé, n'ont plus rien à voir avec ce qu'ils étaient avant. Eux aussi ont du démarrer une nouvelle vie, donc, le temps des regrets doit s'achever pour moi aussi.

Scylla jeta le mégot au sol, puis se releva pour l'écraser. Ensuite, elle fit dos à Law, et s'éloigna de quelques mètres pour rejoindre une pente sableuse pour s'allonger.

- J'ai encore du mal à te saisir.

- Bien, tu n'as qu'à te demander ceci. Si Kula était ta pire ennemie, et que la dynastie des Don Quixote devenait tes bienfaiteurs, comment réagirais-tu ? Resterais-tu campé sur tes positions, ou alors, tu façonnerais enfin un tout nouveau destin ? Médite la dessus, Law. Sur ce, j'aimerais dormir. Je n'ai pas sommeil, comme toujours, mais j'aime jouer avec le feu, et vérifier si mes cauchemars cesseront enfin. Crois moi, jouer à pile ou face me manque de plus en plus. Allez, bonne nuit !

[ Musique d'ambiance: https://www.youtube.com/watch?v=4TygzbMHgls ]

Law fixa sa partenaire s'allonger tranquillement sur le sable et fermer les yeux. Il ne comprenait définitivement pas pourquoi elle souhaitait autant changer pour sa famille, étant donné qu'il ne connaissait pas la signification du mot "famille" lui-même. C'était un concept qui l'échappait de plus belle. Mais il trouvait cela injuste que Scylla devait tirer un trait sur son vécu ici pour pouvoir recommencer une toute nouvelle existence parmi les valkyries de Legendia. Etait-elle dans le tort pour penser ainsi ? Ce n'était pas à lui d'en juger. A part cela, il s'en voulait d'avoir encore manqué une occasion de lui dire la vérité sur lui-même. Et surtout, pourquoi tout cela le préoccupait tant que ça.

Il ne fallut que quelques minutes pour que la tendre respiration de la chevalière écarlate s'entende délicatement, preuve qu'elle avait rejoint le royaume des songes. A cet instant, Law retira son manteau, puis couvrit la valkyrie avec, comme un frère aurait fait pour une fille qu'il considère comme sa soeur. Puis il s'allongea à quelques mètres d'elle, et en fit de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Law
Mercenaire
Mercenaire
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 31/01/2016

MessageSujet: Re: Virée dans le désert   Mar 18 Oct - 23:29

Le soleil pointa encore une fois le bout de son nez, pouvant tout griller sur son passage, comme sur un vulgaire barbecue. Néanmoins, cela n'empêcha pas le vent de se donner à coeur joie, réveillant ainsi le pirate du désert, Trafalgar Law, qui sommeillait comme un nourrisson. Après avoir frotté ses yeux pour se débarrasser des grains de sables qui décidèrent de squatter là ou c'était sensible, il les cligna à vitesse régulière, avant de réaliser qu'un nouveau jour démarra sur le pays du désert. Il profita du large oasis à sa disposition pour se passer la tête sous l'eau, puis alla se vider devant un palmier plus loin. C'est seulement après avoir ramassé son manteau posé près du palmier où le pirate avait dormi, que le jeune homme remarqua qu'il manquait quelque chose, ou plutôt quelqu'un.

- Hum ? Ou est Scylla ?

Law parcourut ainsi les alentours de l'oasis, après avoir constaté que la monture de Scylla n'avait pas disparu. Ce n'est pas qu'il n'avait aucune confiance envers sa partenaire actuelle, mais vu son tempérament distant, il n'aurait presque pas été étonné que la valkyrie souhaite faire route seule pour trouver cet homme qu'elle considère, en vue de ses mots de la veille, comme supérieur aux mortels. Néanmoins, il fut rassuré, lorsqu'il vit l'eau s'exciter à quelques pas de sa position, accompagnés de cris animaliers si Law tendait bien l'oreille. Il pouvait même entendre comme le son du métal qui pénètre de solides et robustes écailles. Il pressa le pas pour rejoindre l'origine de ce son, avant de voir une silhouette féminine sortir de l'eau, tirant une silhouette beaucoup moins charmante. Portant un maillot deux pièces de couleur noire, Scylla tirait par le bout de la queue un caïman noir, mesurant facilement huit mètres à tout casser. Elle avait visiblement piqué le paquet de tabac de Law, car elle avait une cigarette dans la bouche, un poignard tenu fermement dans son autre main, et du sang réparti sur tout son corps. Law avait du mal à définir si il trouvait la personne en face de lui charmante, ou flippante.

- Tsss, je me demandais où se trouvaient mes clopes. Tu pousses un peu le bouchon trop loin, princesse !

- Je te rassure, c'est la dernière que je t'emprunte. J'ai voulu tester une seconde fois, tellement ma curiosité envers ce monde me tuera un jour. Et non, je suis désolée, ça ne me fait rien. Aucune sensation positive, aucune sensation négative. Pour moi, c'est de la vulgaire herbe à chat. Bref, de la merde...

La valkyrie retira le mégot de sa bouche avant de la balancer dans la flotte, devant le regard abasourdi du pirate.

- Hey, tu sais qu'il y'a certaines choses dont faut mieux pas me taquiner, valkyrie ou p...

Il fut très vite interrompu, lorsque la valkyrie en question donna de force son poignard entre ses mains.

- Bon, c'est pas l'endroit rêvé pour se baigner ici. Néanmoins, j'ai fais le ménage. Tu peux prendre tout le temps dont tu as besoin pour te ressourcer. Si par malheur j'ai oublié quelque chose, utilise ça. Un pirate de ton gabarit devrait pouvoir s'en sortir avec un si petit joujou, non ? Autre chose, ça manque de poissons également dans cette eau. Moi qui espérais faire un peu de pêche pour le déjeuner, je suis déçue...

- C'est pas grave, au fond. J'ai encore un sandwich dans mes affaires. Et dans le meilleur des cas, on arrive à Kaluzo d'ici six à sept heures. Par contre, ça ira pour toi ?

- Je n'ai jamais faim de toute manière. Seule la tentation d'un bon repas me pousse à me nourrir, mais je n'en ressens aucun besoin. Alors ne t'en fais pas, tu peux manger ce qui reste et ne pas te préoccuper de moi.

- Tu n'as ni faim, ni sommeil, et tu ne ressens pas les effets du tabac. Dis donc, ça doit être le pied absolu d'être toi...


***


Après que le jeune pirate fasse sa toilette à son tour, le duo repartit de plus belle vers Kaluzo, au dos de leurs montures aussi rapides que le vent. Visiblement, Law avait sous-estimé les compétences des deux Ostrauch, car ce n'est pas six heures, mais quatre qui suffirent pour que lui et Scylla arrivent enfin dans une toute nouvelle zone qui pouvait émerveiller les non habitués.

[ Thème du background: https://www.youtube.com/watch?v=ijL7MEXhDHQ ]

Depuis une dune assez surélevée, le duo put apercevoir que le sable, au loin, devenait blanc comme de la neige, ou plutôt comme de la poudre de diamant. C'était comme si l'on avait escaladé monts et merveilles, mais au lieu de subir un climat froid et piquant, la chaleur enivrante du soleil était bien au rendez-vous, mixée avec une douce brise qui rafraichissait les ardeurs. Bref, l'éclat du sable pouvait réellement donner l'envie soudaine de rouler dessus, et d'y rester allongé pendant un certain moment. Alors que le jeune pirate retira subitement son bonnet tout en admirant la vue, Scylla laissa le vent jouer avec sa chevelure, et dessina sur son visage un sourire plutôt expressif.

- Voilà, nous sommes arrivés. Le désert de diamant est à portée de vue. Plus loin, nous pourrons observer le village de la tribu Kaluzo. C'est ici que nous devrions trouver mon informateur.

- C'est magnifique !

Bien que le décor de fond restait inexistant, la valkyrie ne pouvait s'empêcher d'être émerveillée par ce qu'elle pouvait observer. Cela la surprenait elle-même, et dans un autre sens, elle demeura assez songeuse.

- C'est bien dommage que cette terre soit considérée comme une terre morte par mes semblables. En même temps, il me reste encore beaucoup de contrées à découvrir. Pas étonnant que je me sente ainsi devant ce simple désert.

Il fallut quelques minutes pour que le duo atteigne enfin le village, qui servira de courte halte pour eux, comme également un centre d'informations selon Law. Le village n'était rien de plus qu'un regroupement de tentes, mais mine de rien, ce que l'on pouvait noter de surprenant, c'est qu'au beau milieu de ce décor qui pouvait inspirer une existence pauvre et nomade, la végétation était bel et bien présente. L'herbe recouvrait plus de trois quarts des allées, et quelques arbres pouvaient également être aperçus. Quelques fleuves en amonts, pour finir, permettaient donc aux villageois de compléter leurs conforts de vies. Ils ne manquaient probablement de rien. Pour pouvoir vivre confortablement au beau milieu d'une atmosphère aussi sèche, la magie devait y être pour quelque chose. Quoiqu'il en soit, la tribu des Kaluzo intéressait la valkyrie, et elle allait bientôt faire connaissance avec ces habitants du désert. Elle y pénétra avec son camarade. Bien qu'elle sentit très vite le regard des villageois vers sa direction, comme si ils n'avaient jamais vu de chevalières en armures, elle comprit vite que les yeux qui sortaient de multiples chèches de couleurs noires, étaient dirigées vers le mercenaire qui l'accompagnait.

- Ne t'en fais pas, Scylla. Je les connais tous et toutes. Ce sont effectivement des assassins nomades, et ils ont des tempéraments assez particuliers, comme les shinobis de la montagne, mais quand ils ont confiance en quelqu'un précisément, ils deviennent très amicaux. Même si bon, j'admets qu'ils ont rarement la visite d'une chevalière à l'artillerie défensive aussi lourde. Bon, sur ce, nous allons nous arrêter ici. C'est une auberge. Mon messager y traîne souvent.

Une fois pénétrés dans l'auberge, Law et Scylla s'installèrent devant le comptoir, pour voir un homme bronzé essuyer ses couverts. Il avait une fine moustache parfaitement taillé, et portait un long chapeau sur la tête. Il était très distinct du reste des habitants du village Kaluzo en tout cas.

- Ah, bonjour, monsieur Trafalgar. Ravi de revoir un de mes meilleurs clients. Et vous n'êtes pas venus seul pour cette fois.

- Ravi de te revoir, Pepito. Et oui, je suis venue avec une amie. Pepito, je te présente...

Soudain, le mercenaire marqua une courte pause et fixa Scylla qui remua la tête assez rapidement vers le bas, comme si elle autorisait Law à dire quelque chose.

- ... Scylla. On a déjà travaillé ensemble sur plusieurs contrats en or, au pays du feu. Bon, je crève de soif. Sers nous une bouteille de ton meilleur whisky.

- Les amies de mes amis sont mes amies, Scylla. Qu'est ce que je vous sers avec le whisky ? Vous devez aussi avoir faim après une longue route aussi éprouvante.

- Vous servez de la pâtisserie ? Si oui, j'aimerai une part de fraisier, s'il vous plaît.

- Désolé, je ne vends pas ça. Mais peut-être puis je vous proposer ma spécialité ? Une part de gâteau au chocolat, fait maison.

- Ah, euh... Oui, d'accord...

Le serveur se dirigea à l'arrière de la tente, pour rejoindre une seconde tente qui servait probablement de réserve ou de cuisine. La valkyrie, devant la proposition de Pepito, fit légèrement la moue, très déçue visiblement.

- Criminel...

- Ne fais pas cette tête, voyons. Tu vas voir, tu vas être comblée. Pepito est vraiment le roi du chocolat. Il possède son propre cacaotier, et utilise sa réserve personnelle comme un titan. C'est le noyau même de son précieux travail, le chocolat. Surtout, ne le vexe pas, d'accord ?

- Je promets rien. Tu sais bien que si je n'ai pas ma dose de fruits rouges, je deviens nerveuse. Mais j'avoue être surprise par l'abondance de la production et des réserves alimentaires et végétales dans ce village. Cela est impressionnant de préserver de telles richesses dans un milieu si hostile. La magie doit y être pour quelque chose, non ?

- On ne peut rien te cacher. Malgré que ce village est un camp de mercenaires en somme, ils ont également leurs propres sorciers. Beaucoup ont étudiés la magie des elfes, car comme tu le sais, il existe un fort lien et partenariat entre les deux pays. Bref, c'est une prouesse rare pour des habitants de ce pays. Il ne faut pas les sous-estimer.

- Bon sinon...

Scylla, avant de poursuivre, décida de se rafraîchir un bon coup avec son verre de whisky qu'elle entama presque de moitié, puis, poursuivit.

- ... ton homme n'a pas l'air d'être là. Je ne veux pas casser l'ambiance, mais je n'aimerai pas rester éternellement dans ce bar, si cela ne te dérange pas. Je sais qu'avec toi, une bouteille, ce n'est jamais suffisant.

- Il est toujours là, ce n'est qu'une question de temps avant qu'il ne se pointe. Surtout que ma venue dans ce village a du faire le bruit nécessaire pour le sortir de son plumard si il ronfle comme un bébé.

Le serveur débarqua enfin pour poser une assiette de gâteau au chocolat devant Scylla. Elle s'empressa de le goûter pour donner son verdict.

- Alors ?

- C'est... merveilleux, Pepito. Je ne me suis jamais autant régalée en mangeant chocolaté. Vous êtes vraiment doué !

- Héhé, merci du compliment ! Surtout, prenez le temps de bien le savourer. Vous n'en mangerez pas deux comme ça, croyez moi !

La dégustation se poursuivit, et Scylla était aux anges. Mais son palais n'allait pas danser bien longtemps, car un nouvel habitant du village s'empressa de rentrer dans l'auberge pour parler avec Law.

- Law, te voilà enfin ! Viens vite ! Tarik, il... il...

- Ouhlà, respire un bon coup avant de poursuivre, Kalu ! Qu'est ce qui se passe ?

- Il n'est pas dans son assiette depuis sa mission que tu lui as confié ! Il faut que tu voies ça !

- J'arrive ! Scylla, la partie plaisir est terminée. Allons-y !

Après avoir soupiré un bon coup pour n'avoir pas le temps d'achever l'onctueux gâteau de Pepito, Scylla sortit de la tante avec Law, qui pressèrent le pas avec ce dénommé Kalu. Ils arrivèrent dans une énième tante pour voir un nouvel homme cagoulé, couché sur un matelas, et effectuant des gestes bizarres avec les bras, comme si quelque chose de pas très sympathique avait pris possession de son corps.

- Oi, Tarik ! Qu'est ce qui ne va pas, mon vieux ?

- Non, je vous en prie... Ne me prenez pas ma femme... Non... Ne faites pas ça...

- Il est comme ça depuis qu'on a été repéré par cet homme aux cheveux bleus. Lui, personnellement, il nous as rien fait. Mais il était accompagné d'une femme aux ailes noires. Et c'est cette immonde jeune femme qui as du maudire Tarik.

- Maudire, comment ça ?

- Alors que nous nous apprêtions à les interroger sur leurs présences ici, la jeune femme a commencé à sortir un petit cahier de poche, et une plume. Elle a gratté dessus, et en quelques secondes, Tarik est tombé au sol, puis a commencé à parler tout seul. Il racontait des choses étranges, comme quoi le sultan du pays aurait capturé sa femme, et l'aurait obligé à devenir son esclave. Cela fait longtemps que l'esclavagisme est abolie sur nos terres. Je ne comprends pas comment il a pu s'écrouler comme ça, pour ensuite déblatérer autant d'idioties sans aucun sens. Et c'est encore le cas maintenant... Le pauvre.

- Non, ne lui faites pas de mal ! Non, pitié !

- C'est louche ça. Cette femme corbeau aurait écrit quelques lignes d'encre sur un petit calepin, et Tarik aurait commencé à développer des hallucinations ?

- Tu sais, Law. A haut niveau de compétences, tout est possible. Entre les mains d'une pro, même une feuille de papier peut devenir une arme de destruction massive. Sinon, monsieur Kalu, c'est bien ça ? Avez vous eu le temps de distinguer le visage de l'homme que vous avez suivi ? Avait-il un tatouage au niveau de l'oeil droit ?

- Je confirme. Mais lui ne me paraissait en aucun cas hostile. Cette maudite femme par contre, avec son charmant sourire, ses formes généreuses, sa tenue gracieuse. Elle nous as bien roulé !

- Pas étonnant, Tarik est un spécialiste à ce sujet. Il est vraiment du genre à sous-estimer les capacités des ennemis féminins. Il trouve toujours le moyen de perdre une bataille contre des femmes, mais il est très persévérant, je lui dois bien ça. Bon, la question en or maintenant. Qu'est ce que Gerald fout avec une femme aussi dangereuse ?

- Et bien, c'est justement ce que je vais aller vérifier pas plus tard que maintenant. Ou avez vous vu ces deux individus quand vous avez été repérés ?

- Sur la route du temple de Zaharem. C'est au sud, mais vous perdez peut-être votre temps. Cela fait au moins deux heures que nous avons perdu la trace de ces deux individus. Vous ne les rattraperez peut-être jamais.

- Peu importe. J'ai surtout besoin d'une confirmation sur cet homme. Et si il est réellement celui que je pense, je devrais obtenir ce que je veux dans tous les cas. Merci pour ces informations, et toi aussi, Law. Je te laisse veiller sur ton camarade. Moi, je pars immédiatement pour ce temple.

- Oh mais attends un peu toi !

Scylla s'apprêtait à se retourner vivement. Mais elle sentit la paume de la main droite de son guide sur l'épaule. Elle pencha la tête légèrement en arrière pour voir que Law semblait assez irrité subitement.

- T'as encore l'intention de faire bande à part ? Je compte pour du beurre moi ? Dis le moi franchement si je suis un fardeau pour toi. Il est passé où ton esprit d'équipe d'autrefois ? Ok, je suis pas le mieux placé pour te faire la morale vu que j'étais constamment absent, mais je te fais confiance. J'ai l'amer sentiment que c'est pas réciproque. Ah non, j'oubliais, tu veux oublier ce monde comme tu l'as si bien dis. Mais si tu n'as pas besoin de moi, tu n'as pas besoin non plus de mener ta petite enquête sur TON Gerald ! Ne te préoccupe pas seulement de ce qui t'arrange ! Respecte un peu les pensées de ceux qui ont envie de te suivre jusqu'au tout dernier instant ! Et ce que je pense de tout ça, c'est que tu cours à ta perte si tu poursuis des individus qui permettent qu'un homme honnête comme Tarik se retrouve à péter une durite, visualisant sa femme se faire maltraiter par un parfait inconnu !

- C'est justement parce que Gerald est en compagnie d'une femme de ce genre que je ressens ce besoin d'élucider ce mystère ! Ne trouves tu pas cela étrange qu'un homme qui rejoins une simple guilde de malfrats, se retrouve ensuite mêlé avec une femme qui n'a pas l'air net, en plus d'être dangereuse ? Moi, j'ai besoin d'en savoir plus, et je ne veux pas que tu m'en empêches !

- Donc je devrais te laisser te jeter dans la gueule du loup ? Bien ! Comme tu veux ! Il est clairement évident que Gerald a tout fait pour que tu le suives comme une femme bien docile, perdue dans ses sentiments. Ce que tu es, Scylla ! Bref, va-y, je ne te retiens pas. Passe le bonjour à Gerald de ma part surtout, hein !

Law venait de remarquer seulement maintenant qu'il avait un peu trop levé la voix dans une tente à la très légère superficie, pendant qu'une victime délirait dans son coin. Et lever la voix face à Scylla, c'est généralement pas la meilleure idée. Il s'attendait à s'en prendre plein la gueule d'ici quelques secondes. Surtout qu'il avait cité des éléments un peu personnels parmi les pensées très extrêmes de la valkyrie. Elle se retourna, fixa assez durement Law, puis posa sa main en fer sur la sienne.

- Ecoute, Law...

Mais étrangement, son ton et son visage étaient à la fois détendus et calmes.

- Cela est trop important pour moi. Et donc, personne ne me fera changer d'avis. Ce n'est pas seulement parce que je ressens un profond besoin d'en savoir plus sur cet homme, mais aussi... parce que je ressens le besoin de pouvoir assumer pleinement mes propres décisions. Je souhaite enfin prendre ma vie en main, seule, sans qu'on me protège. Si je suis toujours incapable d'écouter mon esprit, et que je reste derrière le dos de ceux qui veulent tout décider à ma place, alors je n'avancerai jamais. Je serais toujours un poids mort, faible et fragile. Alors laisse moi y aller, je te le demande par pure gratitude. Car oui, je te remercie de m'avoir accompagné jusqu'ici, et également, de m'avoir fait passer un bon moment.

Law vit un léger sourire sincère sur le visage de Scylla. Cette fois, elle le fixait chaleureusement. Il ne pouvait s'empêcher de se sentir absorbé par les yeux marrons de la valkyrie. Son regard était presque hypnotique. Alors il retira tout doucement sa main, et sans rajouter le moindre commentaire, laissa Scylla se retourner et quitter la tente.

- C'est bien ce que je pensais. Sa main est toujours aussi froide, avec ou sans son gantelet...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Virée dans le désert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perdu dans le désert !
» Sauvetage dans le désert [PV Jake & Blaid]
» Un squelette dans le désert (Jour VI - Walnut Grove)
» Petite virée dans le Canyon [libre]
» Dans la solitude du desert.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays du desert :: L'ocean de sable-
Sauter vers: