La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un rendez-vous cauchemardesque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azelia
Reine
Reine
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 18/06/2013

MessageSujet: Un rendez-vous cauchemardesque   Lun 29 Aoû - 0:49

Pays de la montagne. Les deux semaines de sursis pour Momiji, la chef actuelle du clan Hayabusa, venaient de s'achever. Ainsi, ce fut Nene, la Kunoichi qui conclut le marché avec Azelia pour récupérer le shinobi Hanzo, qui fut donc chargée de se diriger avec la "marchandise" vers le lieu du rendez-vous, le sanctuaire de l'ancien clan des dragons noirs. Le pacte était très clair, Nene devait venir seule. Ainsi, le jeune Itachi Uchiwa qui l'avait hébergé pendant ces deux semaines interminables, dut se résoudre à laisser la jeune femme seule face à la reine lunaire.

La route fut longue et ardue, et pendant tout ce temps, Momiji ne s'exprima pas une seule fois, elle ne déclara pas le moindre mot. Elle n'attendait qu'une chose, sa libération. Elle sentait, en vue des derniers événements, qu'elle n'était pas de taille pour reprendre le flambeau de ses prédécesseurs, et que le village se porterait mieux sans elle. Alors elle acceptait son cruel destin, car elle pensait mériter que l'une des membres de son village la vende à l'oppresseur.

Arrivées au temple en question, la nuit avait déjà coloré en noir le ciel nuageux de la montagne, l'ambiance était lugubre. Normalement, de ce que les deux femmes savaient, des moines étaient chargés de protéger les murs du palais, mais étant donné qu'Azelia les attendait à l'intérieur, elles craignaient que la succube ait fait le ménage avant d'y pénétrer. Car en effet, personne n'était là pour les accueillir.


- Bon... On entre ?

Momiji fit un léger signe de la tête pour confirmer. Et une fois à l'intérieur, les deux femmes comprirent ce qui s'était passé il y'a quelques instants. Le long du premier couloir qui se dressa devant elles, une pile de cadavres joncha le sol.

- Evidemment, c'était à prévoir qu'Azelia s'empare de ce temple par la violence. Il n'y a rien de surprenant à ça.

La Miko ouvrit la bouche pour la première fois depuis le début du voyage. Par la suite, les deux femmes virent que sur le sol déjà assombri à cause du manque de lumière dans le palais, il y'avait du sang, qui traçait un trait sur le sol. Il semblerait que la reine des démons avait prit la peine de montrer la route à suivre aux deux jeunes femmes dans ce labyrinthe. Elles pouvaient aussi voir plusieurs flèches sur les murs, toujours dans le but de montrer le chemin à suivre, avec le fluide vital de ses victimes.

- Je vois qu'Azelia prend la violence toujours aussi légèrement.

- On s'en fiche ! Suivons ces flèches. Maître Hanzo m'attend !

Nene accourut aussitôt. Devant l'impatience de la jeune Kunoichi, la Miko pressa le pas également. Nene ne souhaitait qu'une chose, revoir son maître. Elle oubliait totalement qu'elle verrait également le visage de la personne qui menace le ciel ensoleillé de son village d'accueil. De toute manière, le destin des Hayabusa ne la concernait plus. Elle serait sûrement bannie pour avoir mené Momiji à la mort. Mais du moment qu'elle pouvait retrouver Hanzo, plus rien ne la retenait de courir, pas la moindre once de doute. Enfin, après quelques minutes à grimper des escaliers tonitruants, comme si la reine attendait les deux femmes au dernier étage, elles arrivèrent enfin à destination. En effet, Azelia attendait Momiji et Nene au sommet du temple, juste en dessous de la toiture, soutenue par seulement quatre poutres en bois, ce qui permettait à la reine d'observer le ciel obscur du pays tout autour d'elle. Et pendant cette attente, elle était installée bien confortablement sur une chaise ressemblant à son trône, tout en sirotant un verre de vin.

- Bienvenue, mes doux agneaux. Ravie de voir que vous êtes si ponctuelles, Momiji et Nene, hihihi...

Nene n'eut pas le temps de fixer avec colère Azelia, car elle bougea la tête un peu partout, afin de voir ou se trouvait Hanzo, mais elle ne vit personne d'autre.

- Ou est Hanzo ? Ou est il ?

- Allons, allons. Un peu de calme... Généralement, une négociation commerciale se passe avec sérénité entre les deux parties. Donc pas de cris, je te prie. Et puis, moi qui me faisais une joie de boire un verre avec la courageuse gamine qui n'hésita pas à trahir son chef. Vraiment, apprends, petite, que tu as encore toute la vie devant toi si tu sais te tenir tranquille, alors apprécie chaque instant de ton existence.

Les jambes croisés, tout en secouant avec grâce son verre d'une main, elle claqua les doigts avec l'autre, puis fit apparaître derrière elle deux cercueils.

- Hanzo est à l'intérieur du cercueil de gauche, celui qui est fermé. Néanmoins, je ne l'ouvrirai qu'à condition que Momiji s'allonge dans le second cercueil, celui qui est ouvert.

- Qu'est ce qui me fait dire qu'il n'y a aucun piège dans tout cela ?

- Il n'y a pas le moindre piège. Une reine se doit de tenir parole. Maintenant, demande à Momiji de s'exécuter.

- Tu as entendue Azelia ? Allez, avance !

- Tu n'avais pas besoin de me le demander... Nene.

Momiji sentait au creux du dos comme une pointe d'un Kunai piquer sa peau. Nene semblait purement impatiente, ce qui n'échappa pas à Azelia qui observait avec intrigue ce remue-ménage. Momiji s'avança doucement vers le cercueil qui était libre. Le sourire aux lèvres, la reine lunaire fit disparaître son verre vidé, puis posa trois doigts sur son menton.

- Tu sembles vraiment impatiente. On pourrait même penser que tu tiens Momiji responsable de cette histoire. Tu aurai pu être un intéressant spécimen de recherche, si tu n'étais pas, encore une fois, une représentation de la faiblesse humaine.

- Je n'ai pas l'intention de boire la moindre de vos paroles, reine Azelia. Je veux juste que vous me rendez mon maître, c'est tout.

- Ton voeu sera exaucé, dès que Momiji aura posé les deux pieds dans ce cercueil que j'ai réservé exprès pour elle. Allons, pressons, Momiji. Cette jeune enfant veut revoir son "père", hihihi...

Momiji était à deux doigts d'atteindre le cercueil en question. Une fois devant, elle observa le fond noir du cercueil. Ce noir qui sera bientôt éternel pour la Miko. Il était évident qu'Azelia n'allait pas lui faire de cadeau une fois à l'intérieur. Mais au moins, Nene retrouvera son maître. Cette simple pensée suffisait pour que Momiji commence à poser le premier pied dans sa tombe. Mais alors qu'elle allait placer le deuxième, quelque chose, ou plutôt, quelqu'un, allait perturber l'acte de vente.

- Arrêtez ça ! Ca suffit !

Nene se retourna pour voir qui osait vouloir l'interruption de l'échange, sachant que la reine avait insisté qu'elle ne voulait voir personne d'autre que les deux jeunes femmes. Donc sa présence n'était pas souhaitée pour le bon déroulement de la situation. Et cette personne était le chef des Hajinmon, Shuujaku. Ce dernier semblait assez nerveux. On ne pouvait dire si c'était parce que son ennemi actuel se trouvait juste en face de lui, ou si la situation pendant son absence avait prit une tournure assez salée. Mais cela n'était rien par rapport à la nervosité de Nene pour sa part.

- M... maître Shuujaku ?

Nene serra d'avance les dents pour ce qu'elle s'apprêtait à faire, ou plutôt à dire. Elle respectait beaucoup le chef des Hajinmon, et bien plus que celle qui la dirigeait il y'a encore deux semaines de cela. Mais en cette soirée, il était un obstacle. Il allait tout faire foirer, et à cause de lui, Hanzo ne serait pas libéré par la reine des démons, c'était une certitude. Elle prit une forte inspiration, puis se lança.

- Maître Shuujaku ! Allez vous en ! Tout de suite ! Vous n'avez rien à faire ici !

- Comment ça ?

- Maître Itachi ne vous as pas prévenu ? Seulement moi et Momiji étions attendus. Si vous êtes présent, alors... Maître Hanzo... Maître Hanzo ne sera pas libéré ! Allez vous en !

Shuujaku fut surpris de voir une jeune femme comme Nene céder à la panique et à la colère ainsi. De base, elle semblait dotée d'un certain sang froid qui pouvait la rendre fiable, mais cette opération pour la liberté d'Hanzo la rendait complètement folle. Elle était même prête à appuyer sur la détente et a attaquer Shuujaku si il empêchait Momiji de se livrer à Azelia, comme elle le prévoyait.

- Et tu crois vraiment que je vais laisser une chef de clan se rendre à l'ennemi comme ça ? Nous, Shinobis, nous ne devons JAMAIS obtempérer face à l'adversité ! Tu m'entends ? Jamais ! Qui qu'elle soit, il est inscrit dans notre code, de toujours combattre, jusqu'au bout ! Je pensais que c'était clair dans vos esprits, à toi comme à Momiji !

- C'est bon, Shuujaku. J'ai pris ma décision. Si me rendre à Azelia permettra à mon village de continuer de prospérer, alors, je le ferai. J'ai bien compris que mon clan grandira mieux sans moi, alors laisse moi accepter mon destin.

- Mais vous êtes complètement barges toutes les deux ? Vous avez perdu la raison ? Alors la prochaine fois, ce sera quoi ? Azelia voudra également ma vie en échange de celle d'Ayane ? Ou alors, elle prendra en otage le Daimyo du pays, afin d'endiguer toutes nos terres ? Je n'en reviens pas que vous vous faites marcher en bateau comme ça ! Et dire que même mon fidèle Itachi semblait être en accord avec cet échange, vu son message ! Je m'absente quelques temps, et voilà le résultat ! C'est son plan, depuis le tout début, de neutraliser nos villages respectifs, alors vous croyez vraiment qu'elle rendrait comme ça un homme qu'elle compte exterminer tôt ou tard ?

- Bienvenue, Shuujaku. Il est bon de te revoir... Cependant, tu crois réellement que t'absenter de ton village est plus intelligent ? Et pourquoi es-tu parti ? Afin de trouver quelques moyens pour me faire tomber, j'imagine ? La perte de ta bien-aimée aurait peut-être, en quelque sorte, réduit ta capacité à réfléchir à zero. Non, c'est juste que... comme tous les dirigeants actuels de la Yokume, tu es jeune... et sans expérience.

- Azelia...

- En tout cas, je te pensais pas être capable de perdre ton sang froid comme ça. Si tu penses être en mesure de me vaincre, ce n'est pas en tremblotant presque dans tes vêtements de chef de village, que tu auras la moindre chance de sauver ton amie aux cheveux mauves.

- Et pourtant, c'est bien mon intention de vous éliminer, reine Azelia ! Mon envie de vous anéantir est claire, car c'est le seul moyen de pouvoir assurer la survie des miens, ainsi que d'empêcher Ayane de sombrer à vos côtés ! Je me suis entraîné durement aux côtés des Tengus, car je leur ai promis que leurs reine allait revenir ! J'ai une chance de vous abattre sous les yeux, alors oui, je vais vous combattre, ici et maintenant !

- Héhéhéhé, tu es un garçon bien maladroit, toi...

Soudain, le cercueil de gauche, derrière Azelia, s'ouvrit. Nene posa toute son attention en direction de ce cercueil. Sa respiration devint de plus en plus rude, car elle espérait du fond du coeur, qu'elle y verra Hanzo en bonne santé. Et après avoir patienté quelques instants, elle le vit. Son maître venait de sortir du cercueil et il semblait en parfait état, comme convenu. Nene savait que Shuujaku avait tort, et qu'elle reverrait son maître dès ce soir. En ignorant le monde autour d'elle, elle accourut tout droit vers lui. Le sourire rassuré, les larmes aux yeux, elle se retint néanmoins de se jeter dans ses bras, tout en ne remarquant pas que ce dernier semblait encore sonné.

- Maître Hanzo ! Vous êtes en vie !

Hanzo s'avança lentement, trop lentement même vers Nene. Et cette dernière, laissa son bonheur la rendre aveugle. Il n'était pas dans son assiette, et Shuujaku commença à comprendre que quelque chose clochait, car ce dernier avait le regard vide. En un éclair, il leva son bras et frappa Nene du poing. Cette dernière fut propulsée au loin. Shuujaku accourut vers la victime de la machination pour s'assurer que tout allait bien.

- Nene ! Rien de cassé ?

Shuujaku leva les yeux vers Hanzo. Tout à coup, ses pupilles devinrent écarlates, et sa respiration laissa entendre un léger timbre malfaisant dans sa voix. Pour le chef Hajinmon, le doute n'était pas permis.

[ Musique d'ambiance: https://www.youtube.com/watch?v=rp_1NYTcpiE ]

- Azelia ! Soyez maudite ! Je m'en doutais que vous ne tiendrez pas parole ! Vous avez contaminé Hanzo avec votre foutu sang noir, hein ?

- Héhéhéhé, c'est tout à fait correct ! Bravo, jeune pomme ! Mais, au lieu de m'adresser ce regard agressif et malveillant, tu ferai mieux de faire preuve d'un peu de gratitude en mon égard. Vois-tu, j'ai tellement brutalisé le corps de ce malheureux, le temps que... quelqu'un parmi les shinobis fasse enfin preuve de raison, que je n'ai pas eu le choix, afin de donner vie à ma promesse de le rendre flambant neuf, de lui injecter une forte dose de sang noir dans ses veines. Cela va sans doute le rendre bien plus souvent de mauvais poil, jeune Nene, MAIS, il est en pleine forme, comme il était convenu. Il est même encore plus fort qu'il ne l'a jamais été, alors, avouez que c'est le moment ou jamais pour m'adresser un paquet de remerciements, les enfants. N'est ce pas ?

- Non... Pas maître Hanzo...

- Oh, et pour prouver encore une fois que je suis une femme de paroles, je vais rappeler que le pacte était seulement de me livrer Momiji, ni plus, ni moins. Au fond, ce que j'allais en faire dépend uniquement de moi. Mais contrairement à ce que vous imaginiez sans doute, petits ninjas, je n'avais nullement l'intention d'éliminer Momiji. Pourquoi je m'embêterai à supprimer la vie d'une incapable qui n'est même pas fichue de protéger une malheureuse statuette ? Tu ne seras jamais une menace pour moi, Momiji, tu m'en verras navrée.

- Alors que vouliez vous faire de moi ? Egalement m'intoxiquer avec votre sang maudit ? Je suis désolée de vous décevoir, mais je suis bien trop pure pour être corrompue, c'était la condition absolue pour que je devienne la Miko de mon village !

- Hahahahaha ! Tendre à l'extérieur, naïve à l'intérieur, comme je les aime. A ton âge, tu ignores que chaque être humain possède une forme négative en soi ? Tu n'es pas une exception, il suffit de voir ton envie de venger ton maître quand tu t'es jetée corps et âme dans l'outremonde. Le désir de vengeance EST bien suffisant pour que le sang noir ronge ton esprit et ton mental. Pauvre niaise ! Mais tu as également tort sur autre chose. Je n'ai que faire d'une incapable dans mes rangs. Je voulais simplement ressortir cette jolie clé en toi, celle qui ouvre la porte qui se situe juste en dessous de là ou nous nous trouvons. La porte scellant la Yasutsuna ! Et alors que j'aurai eu cette épée en ma possession, je t'aurai relâchée. Hihihi. Bon, je ne cache pas que j'aurai pu légèrement t'étudier, ou j'aurai pu également laissé Ayako te torturer, vu qu'elle n'attend que ça, cette brave enfant. Tu aurais donc été livrée tranchée, découpée, détruite, avec une jambe en moins, au pire... Mais tu aurai été en vie pour assurer tes fonctions de chef et prêtresse à la pureté infinie ! Alors, dites moi, les enfants... QUAND et OU aies-je manqué parole ?

L'ambiance était tendue du côté des ninjas. Shuujaku tentait tant bien que mal de retenir Nene qui voulait se jeter, les yeux trempés, vers Hanzo. Momiji, elle, ne savait plus où se mettre. Pendant ce temps, Azelia, elle, gardait son sourire de vipère qui faisait presque trembler la jeune Miko.

- Je ne peux pas en dire autant de vous, shinobis. Vous qui êtes fidèles à un code d'honneur, vous osez vous dresser contre moi. J'avais bien dit que je ne voulais personne d'autre que ces deux femmes, non ? Mais toi présent, Shuujaku, le pacte est rompu, ce qui veut dire que...

Tout autour des cinq personnes présentes ici, une énergie noire s'installa, servant de barrière visiblement. Personne ne pouvait sortir d'ici sans l'accord d'Azelia, désormais.

- ... vous allez tous mourir. Je vous adresse toutes mes excuses, mais c'est la loi quand on ignore mes conditions de vente.

- C'est parfait, c'est que j'attendais de vous. Vous qui semblez penser que vous êtes la réponse pour que la Yokume trouve enfin la paix, je vais immédiatement vous faire redescendre les pieds sur Terre.

- Mais... C'est la vérité.

Alors que Hanzo se métamorphosa enfin en un démon complet et prêt à en découdre, deux autre cercueil furent invoquées par Azelia. Nene s'en fichait, tellement les pleurs l'avaient envahis en voyant Hanzo devenir un esclave sans âme d'Azelia, Shuujaku et Momiji sortirent leurs armes, patientant que les deux invocations montrent leurs vrais visages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shuujaku
Chef Hajinmon
Chef Hajinmon
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/12/2013

MessageSujet: Re: Un rendez-vous cauchemardesque   Jeu 1 Sep - 20:38

L'ambiance qui régnait au sommet du sanctuaire des dragons noirs devenait électrique. Le marché qui devait être conclu entre Azelia et Nene tourna au fiasco. L'intervention de Shuujaku démarra donc une bataille à mort, engagée par la reine des démons en personne, mais ni Nene, ni Momiji éprouvaient de la rancune envers Shuujaku pour être intervenu. En effet, le chef Hajinmon dévoila donc la cruelle vérité: Azelia voulait livrer un Hanzo corrompu, probablement pour semer toujours plus de pagaille au beau milieu du village Hayabusa. Maintenant, le plus dur était de revenir vivant de ce défi mortel lancé par Azelia. Et pour corser le tout, en plus de devoir affronter Hanzo qui n'était plus qu'un démon sans âme, la reine lunaire venait de faire apparaître deux cercueils. Shuujaku comprit de quoi il s'agissait. Depuis qu'elle a mis les pieds dans son village pour récolter la clé que le chef shinobi protégeait, il connaissait les pouvoirs de nécromancie de cette dernière. Alors il dégaina ses deux katanas, et patienta pour voir qui allait-il combattre. Il était légèrement inquiet, en constatant que Nene ne semblait pas apte à combattre, tétanisée par la vue de son maître qui se retourna contre elle. Quand à Momiji, elle était toujours résolue à mourir, cela se voyait dans son regard. Mais le ninja semblait confiant, mais pour quelle raison ? Enfin, le premier cercueil s'ouvrit très lentement, pour enfin dévoiler l'homme qui fut ramené à la vie par Azelia.

- Dites moi que je rêve... Lui ?

Spoiler:
 

Shuujaku ne l'avait jamais vu directement, mais il avait entendu suffisamment de descriptions de la part des Hayabusa pour deviner de qui il s'agit, tout en scrutant des yeux l'épée du dragon attaché au dos, même si il s'agissait d'une reproduction. Mais après Nene, ce fut au tour de Momiji qui semblait avoir perdu les pieds sur Terre.

- Maître... Ryu ?

- Le seul... et unique !

- Vous êtes allés jusqu'à ressusciter cet homme pour accomplir vos noirs desseins ? Mais jusqu'où comptez vous aller pour écraser vos ennemis ?

- Attendez une minute ! Les rumeurs disaient donc vrais ? Azelia est réellement capable de redonner vie aux âmes défuntes ? Quel type de sorcellerie cette femme utilise t'elle pour accomplir une telle chose ?

- Tout cela provient de cette immonde magie que l'on nomme "nécromancie". Néanmoins, pas d'inquiétude, j'ai déjà vu ça de mes propres yeux, et elle ne peut pas redonner vie à un défunt indéfiniment. C'est une simple invocation qui s'estompe si l'utilisateur est à court de magie. Et je suppose que plus elle fait appel à ce pouvoir, plus ses propres forces s’amenuisent. Mais... avec seulement deux invocations, peut-on penser qu'elle a réellement épuisé son énergie ? Lorsque mon village fut attaqué, une armée mineure est apparue. Et elle semblait en pleine possession de ses moyens lorsque nous l'avons vu à l'oeuvre.

- Maître Itachi m'a appris que chaque technique, aussi puissante soit-elle, comporte forcément une faille, alors cette magie ne doit pas être un cas à part.

- Je vois que le temps passé avec mon second n'a pas été une perte de temps pour toi.

- A vue d'oeil, on dirait, Shuujaku, que tu dédaignes la splendeur de mon art. N'est ce pas le rêve de chaque êtres humains, de voir leurs proches disparus, revenir à la vie ? C'est la perte de ce qui compte pour vous, qui vous pousse à commettre ce genre de pacte avec ce que vous nommez le "diable", je présume ? Les plus instables, comme les plus courageux et les plus sensibles, vont jusqu'à aller au bout du monde pour redonner vie à un proche disparu. Moi, j'ai décelé tout les secrets de la nécromancie. Si vous étiez de braves toutous, j'aurai pu réaliser vos rêves les plus fous, mais vu que vous vous obstinez perpétuellement à me combattre, je tiens à vous offrir votre pire cauchemar. Vous savez, ce que redoute le plus l'homme, c'est de voir ceux qu'il aime se retourner contre lui. Et cela marche à tous les coups, il suffit de voir le moral en confettis de nos deux jeunes amies, n'est ce pas, Nene et Momiji ?

- Votre conception de la vie et de la mort est absurde. Même si l'homme souffre de l'absentéisme de son prochain, c'est le cycle infernal de la vie qui est ainsi. L'homme doit laisser sa place aux générations futures. Si il meurt en combat, c'est pour protéger ceux qui ont encore le temps de vivre, et qui peuvent encore avoir un avenir.

- Cette théorie ne s'applique qu'aux faibles, mon jeune ami ! Quand on a du potentiel, pourquoi le gâcher ? Pourquoi se sacrifier quand on a la force de survivre et de faire évoluer le monde ? Mais il est vrai que, je l'admets, Ryu était une exception parmi les Shinobis. C'est le seul, de tous les Shinobis que j'ai connu, qui possédait une force insondable, mais il a décidé de garder le troupeau bien au chaud, et donc, de partir seul face à l'outremonde, surement parce qu'il a compris que son village était rempli d'éternels perdants. Tu veux mon avis tel qu'il est, Momiji ? Toi et toute cette vermine que tu as mené en bateau dans tes simagrées sur la pureté, vous êtes les responsables de la mort de votre "héros". Vous vous êtes trop reposés sur l'unique force de cet homme, alors, vous l'avez laissé partir. Son destin dans ce monde, qui aurait pu s'avérer grandiose et digne d'intérêt, a été réécrit par ta couardise !

- C'est faux ! Je... je...

- Réfléchis aux mots que tu t'apprêtes à employer avant de tenter de me contredire ! Au pire, j'ai une bonne idée. Pourquoi ne laisserions nous pas le principal concerné donner son propre avis sur cette nouvelle génération qu'il a tenté de préserver ? Histoire qu'il réalise la chute de son village et de ses habitants qui ne sont pas capables de gérer une situation de crise proprement !

En un claquement de doigts, Ryu, qui semblait avoir le regard vide, tel un mort vivant, se réveilla de son sommeil. Ses yeux semblaient enfin traduire la vitalité qui courait dans ses veines. Derrière son masque, on ne pouvait réellement dire quelle impression le ninja pouvait il ressentir en voyant son âme revenir parmi les vivants, mais c'était probablement un ressentiment que ces mêmes "vivants", ne pouvaient comprendre ou interpréter.

- Mo...miji ?

- Maître Ryu ! Vous me reconnaissez ? Tant mieux ! Vous avez été ressuscité par Azelia. Mais je vous en conjure, maître Ryu, aidez nous une dernière fois à vaincre l'ennemi qui menace notre clan ! Nous n'avons pas le temps de vous expliquer. Il ne vous reste plus que quelques minutes à vivre, alors reprenez vos esprits, et prêtez nous mains fortes une toute dernière fois !

- Vous prêter main forte ?

Shuujaku sentait que quelque chose ne collait pas avec ce Ryu. Il semblait absent, et ce n'est pas seulement parce qu'il venait de quitter l'au-delà. Son regard était même menaçant. Les pupilles étaient d'une couleur naturelle, et n'avait pas viré au rouge sanglant comme pour Hanzo. Mais cela ne changeait rien que le piège sentait à plein nez. Le chef Hajinmon se mit en position de "départ", le talon droit légèrement soulevé. Momiji, quand à elle, voulait s'approcher de son ancien mentor. Mais Ryu lui fit un signe de la main, pour l'empêcher de faire un pas supplémentaire.

- Ecoute moi bien, Momiji. Si je suis parti seul affronter l'armée de Marbus, c'est parce que j'en ai décidé ainsi. Depuis la mort de père, le clan est devenu décadent et s'est effondré comme un vulgaire château de cartes. Vous trembliez de peur à la simple énonciation du nom de Marbus. Et maintenant, que s'est il passé pendant que j'errais en enfer ? Explique moi ce qui s'est passé, Momiji, pour qu'on en arrive à ce que je sois de retour, ici et maintenant !

- Je me permets de répondre à sa place, Hayabusa Ryu ! Ce sont mes hommes qui se sont chargés de sceller le démon. J'ai néanmoins décidé de confier la statue du démon à cette chère Miko face à toi. Et devine quoi ? Elle a trouvé le moyen d'échouer dans sa tâche de gardienne. J'ai néanmoins mis fin aux souffrances de ton assassin, Ryu... Et tant que j'y suis, Momiji dirige le clan Hayabusa et s'est allié avec les ennemis jurés de ton père, les Hajinmon.

- C'est une plaisanterie, Momiji ? Mon clan a autorisé qu'une prêtresse prenne le contrôle ? Et à quoi cela a t'il mené ? Les ennemis jurés de mon père, qui a causé sa mort, sont tes alliés ? Tu n'as aucun respect du code que nous avons mis en place ? Et tout ça pour qu'au final, c'est le pays lunaire qui chasse les démons de l'outremonde et récolte tous les mérites !

- Maître Ryu, je suis si navrée.

- Tu entends ça, Ryu ? Une Kunoichi qui est navrée, vraiment... Ton village est tombé si bas, ou plutôt, ils t'ont laissé tomber trop bas. Il me semblait que tu étais un adepte de la vengeance et du meurtre, Ryu. Ton coeur revenu à la vie doit probablement souffrir le martyre, en sachant que celle qui a vengé ton échec, n'est nulle autre que moi, et personne d'autre. Et voilà que je te redonne une nouvelle chance de briller. Faisons en sorte que tout se passe avec douceur, Ryu, et utilise une dernière fois ton épée du dragon pour me montrer toute ta reconnaissance.

- De la reconnaissance ? Vous faites partie de la race des démons, et j'ai pour principe de ne différencier aucun d'entre vous. J'ai tranché vif tellement de créatures de la nuit, qu'il serait disgracieux que j'obéisse à une succube.

Ryu se retourna et adressa le même regard furieux que celui envoyé vers Momiji.

- Je ne vous dois aucune reconnaissance, reine Azelia ! Je n'ai demandé à personne de me ramener à la vie, que je sache. J'ai échoué et j'en suis mort, alors je n'ai pas besoin de voir les déceptions que mon décés a engendré.

- Hihihi, quel charmant homme, comme les longs récits à ton sujet racontent. Mais...

Azelia prit un air plus sévère, pointa du doigt le ninja dragon. Ce dernier commença à se tordre de douleur. Le mal commença à s'emparer de lui. Shuujaku, en voyant la réaction instantanée de Ryu dès qu'Azelia montra du doigt le jeune ninja, comprit ce qui allait se produire. Momiji devait dégager d'ici, et en vitesse. Son coeur pur allait lui causer un ultime tort si elle restait ici, devant Ryu.

- ... je me souviens surtout qu'on racontait de toi, que tu étais assez discret, et parlait très peu. Aurais-je commis une erreur ? Aurais-je vraiment ressuscité le grand Ryu Hayabusa ? Tu parles trop, c'est exaspérant ! Maintenant, pantin, à genoux, et jure que ta dernière heure servira les intentions de ta nouvelle reine !

- Gaaaaaaaaaah !

- Arrêtez ça !

Soudain, une ombre aussi rapide que la foudre, tenta de frapper le ninja corrompu. Le chef Hajinmon dégaina l'un de ses fidèles katanas, seulement pour être bloqué par la Dragon Sword du héros du clan Hayabusa.

- Tu as entendu le monsieur, Momiji ? Il est décédé et il semble pleinement l'accepter ! Maintenant, fuis au plus vite, le temps que je le retienne ! De toute manière, tu ne m'arrêteras pas ! J'ai toujours rêvé d'affronter un Hayabusa digne de ce nom ! C'est pas une occasion qui se représentera de si tôt !

- Non, non et non ! Chacun son adversaire, et c'est ainsi que je l'ai décidé !

Soudainement, Azelia pointa le doigt vers la droite, et en un instant court et furtif, Ryu passa derrière Shuujaku tout en l'ignorant. Il fila comme une flèche vers la pauvre Miko qui, tout en tremblant, prit sa Naginata entre les mains, seulement pour la perdre après un coup de Katana extrêmement précis qui la désarma aussitôt. Mais Ryu ne s'arrêta pas là. Il donna un coup vertical vers le haut qui tailla légèrement le torse de sa victime, avant de l'envoyer en l'air. Puis, il sauta vers elle pour lui donner quatre coups d'épées supplémentaires, avant d'effectuer une dernière action quasi invisible à l'oeil nu. Il rangea son épée dans son fourreau accroché au dos, puis se plaça derrière la Miko, l'étreignant au niveau de la ceinture. Momiji comprit qu'elle allait être la victime de son fameux Izuna Drop. Une technique fatale ou elle se retrouva la tête vers le sol, pendant que le ninja dragon tournoie avec elle jusqu'à ce qu'elle se fracasse contre ce même sol. Ils allaient chuter bien trop vite, donc Shuujaku comprit qu'il ne pouvait agir à temps.

- WAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!!

La projection toucha le sol en bois, pour seulement le briser, poursuivant la chute. Cela perdura sur au moins quatre étages, avant que Momiji fut écrasé sur un sol en pierre. Il y'avait de très fortes probabilités qu'elle ne survive pas à cette chute, sauf si Momiji utilisait le sort que Shuujaku avait en tête. Il tenta de voir de plus près le résultat de la technique en baissant la tête vers le sol brisé. Mais il entendit un léger bruit derrière lui. Le second cercueil, encore non dévoilé, commença à s'ouvrir à son tour.

- Et il n'en resta plus que deux ! Ryu est digne des légendes de la Yokume ! Bon, avant de lancer mon nouvel animal de compagnie nommé Hanzo, et si je dévoilais le dernier acteur de cette comédie dramatique entre Shinobis ? Je me suis légèrement documenté sur toi, Shuujaku, et je pense que la personne que je vais te présenter, sera heureux de te revoir !

Shuujaku ne prit pas la peine de réfléchir à qui Azelia pensait. Car il allait découvrir très rapidement qui allait être son adversaire, tandis que le dernier cercueil s'ouvrit enfin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azelia
Reine
Reine
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 18/06/2013

MessageSujet: Re: Un rendez-vous cauchemardesque   Dim 4 Sep - 22:53

Shuujaku garda ses deux mains sur ses deux armes, prêts à pourfendre l'énième ressuscité de la reine Azelia. Cette dernière avait précisé que cette personne connaissait le ninja Hajinmon. Devant cette révélation, même Nene changea la direction de son regard, car elle fut soudainement curieuse de savoir qui pouvait être lié au chef du clan allié aux Hayabusa. Le couvercle s'ouvrit enfin. C'était un homme qui en sortit. Il portait encore une fois une tenue ninja, mais son visage n'était pas caché par un masque. Il portait un casque, ainsi qu'un bandeau à l'oeil gauche. Il était enfin armé avec une griffe d'une main, et d'une arme bien familière pour Shuujaku, à l'autre.

Spoiler:
 

- Hein ? Je le connais pas ce vieux croûton...

- Attendez, maître Shuujaku ! Cette arme, on dirait le Jashinken d'Ayako !

- Ah ouais, effectivement, mais encore une fois, ce n'est qu'une pale copie. Mais on va imaginer que c'est l'ancien propriétaire de cette lame maudite.

- Bon retour parmi les vivants, Genshin, fondateur du clan de l'araignée noire.

- Aies-je bien entendu ? Le "Jashinken d'Ayako" ? Pale copie ? Enfin, pourquoi aies-je le sentiment malsain que le ninja dragon n'est pas loin d'ici ?

- Vous vous retrouverez très bientôt, je te rassure, mais vous n'aurez pas vraiment le temps d'échanger ensemble... Quand à ton arme et ton clan, j'ai confié leurs protections à ma plus fidèle lieutenante, une Kunoichi d'exception du clan Ibusashi. Tes hommes, ainsi que ton trésor le plus important, sont entre de bonnes mains. Et ton héritage également.

- C'est moi ou ce type a pas l'air perturbé d'être revenu à la vie ? Il est conscient au moins qu'il a passé l'arme à gauche ?

- Alors si tout va pour le mieux pour mon clan... comment cela se fait-il qu'une maudite sorcière ait fait appel à moi ? En quoi pourrai-je vous être si utile que ça, reine Azelia ? La mort était la délivrance parfaite pour le chef de clan que j'étais. Cela vous amuse t'il de briser la conclusion de cette longue histoire entre moi et le ninja dragon ?

- Vous êtes vraiment tous les mêmes, shinobis ! La mort ne vous effraye nullement ! Et c'est pour ça que, malgré votre faiblesse naturelle, je suis allé piocher chez les plus grands. Sois honoré, Genshin ! Tu peux te considérer digne de mon intérêt, moi qui ai donné un nouveau souffle à l'araignée noire ! Bref, j'ai surtout besoin de toi pour confirmer un certain récit concernant le jeune homme en face de toi. Tu ne peux le reconnaître, il n'était qu'un bébé quand tu as tenté de l'assassiner.

- Quoi ?

- Hum, il n'y a qu'un seul enfant qui a survécu à mes griffes... Le petit Kisaragi...

- On s'y approche ! Genshin, comment se nommait les parents de cet enfant ? Et de quelle race était la mère ? Tu vas bientôt retourner parmi les morts, alors, utilise ce petit bonus que je t'offre pour être utile et pour tout me raconter. Si tu ne le fais pas, un simple claquement de doigts et tes capacités cérébrales seront en mon pouvoir, alors fais en sorte que tu puisses encore jouir de tes retrouvailles avec ton ennemi juré.

- Ses parents... se nommaient Ellis et Eiji Kisaragi. Eiji était mon frère, il était mon camarade de clan, mais a tout laissé tomber, lorsqu'il est tombé amoureux d'une dragonne, ou plutôt, une femme qui ne faisait pas partie du commun des mortels. L'enfant, se nommait... Shuujaku Kisaragi...

D'habitude imperturbable, Shuujaku sentit qu'un stress soudain l'envahit sur le champ. Nene fixa silencieusement le dragon noir, d'un air désolé. Ce Genshin venait de tout révéler, sous le simple ordre d'Azelia. Mais ce qui l'empêchait de garder les pieds sur Terre, c'était simplement qu'il se sentait trahi par Ignir, pour qui il avait pleine confiance, et qui aurait caché une lourde vérité à son fils adoptif.

- Vous êtes en train d'essayer de me faire croire, que j'aurai du sang immortel en moi ? C'est absurde ! Je sais très bien que je suis l'héritier du pouvoir des dragons noirs, mais Ignir m'a toujours déclaré que ma mère était une humaine qui avait suivi le culte des dragons divins !

- Alors c'est toi, Shuujaku ? Je ne pensais pas que ce jour viendrait ou j'aurai mon neveu en face de moi. Tu étais donc caché chez Ignir pendant tout ce temps ? Si j'avais su, j'aurai agi plus rapidement... Dans tous les cas, ce que ce vieux dragon de pacotille t'a raconté n'est que balivernes. Ta mère descendait de ce monde inaccessible pour nous, humains, qui se nomme Legendia. Néanmoins, mon frère m'a toujours épargné les détails, notre confiance était mutuelle, mais cet idiot refusait de m'expliquer comment une légendienne se retrouva ici, sur la Yokume. Je me demande même si il était conscient de la vie qu'a mené sa femme, au fond. Tu parles... Mon frère suivait le code Shinobi à la lettre, le rendant cruel et fourbe comme un membre de l'araignée noire devait être. Les sentiments n'auraient jamais éclos en lui si facilement. Si cela se trouve, ton père n'était qu'un opportuniste qui voulait garder la puissance des dieux pour lui, et lui tout seul...

- Ce n'est pas possible...

- Petit, tu ignores donc la vérité sur tes parents ? Tu ne sais donc pas ce qu'est devenu Ellis et Eiji ?

- Je ne savais rien de tout cela. Désolé de vous décevoir, mais il semblerait que j'ai vécu dans le mensonge le plus total... Ou alors, on est encore en train de tenter de m'embobiner. Et à choisir, je préférerai faire confiance à mon père adoptif.

- Shuujaku, SI et seulement si tu reviens vivant de cette soirée, tu ferai mieux de retourner voir Ignir et lui en parler. Si ce dragon est si honorable, alors il devrait comprendre que tu as atteint l'âge ou tu dois tout savoir, avant que tu répondes à tes questions par toi-même.

- Une question me taraude, reine Azelia. Comment savez vous tout cela ?

- Parce que les shinobis, peu importe le clan, aiment, visiblement, écrire tout ce qui interpelle leurs esprits, ou aiment narrer dans leurs journaux personnels ce qu'ils ont dans l'âme. Une manière de soulager l'esprit meurtrier qu'on vous as attribué dès le plus jeune âge, je présume. Cela ne date pas d'hier. Lorsque j'ai récupéré les droits sur ton clan, j'ai également pu récupérer tes effets personnels. J'ai donc trouvé le cahier que tu t'amusais à remplir en tes soirées perdues. Tu as tout écris, sans faute. Ton désir de tuer le rejeton de ton frère par pure vengeance car tu te sentais trahi... Tout y était.

- Saleté... Néanmoins, je mentais lorsque j'écrivais que je voulais tuer le petit Shuujaku Kisaragi.

- Hum ?

- La vérité est que je souhaitais le kidnapper et l'emmener avec moi. Je ne voulais pas qu'Eiji soit le seul à avoir à ses côtés ce pouvoir si rare qui provient de ce monde nommé Legendia. J'avais l'intention, Shuujaku, de t'élever comme mon fils, et donc, d'avoir un semi-Legendien pour compléter mon clan. J'ai raconté que je voulais t'assassiner, car je voulais conserver mon image de chef meurtrier à mon clan si ils retrouvaient mon journal après ma mort.

Shuujaku ne savait plus quoi ressentir. Il n'osait pas y croire, il préférait rester collé au récit raconté par Ignir dès son enfance, qui stipulait qu'il était un simple enfant mortel. Mais même si il s'agissait de le protéger, Shuujaku ne comprenait pas le choix du dragon. En effet, le jeune chef shinobi aurait appris un jour ou l'autre son appartenance au sang divin de cet autre monde dont Scylla provient également. Et il aurait probablement mal vécu son immortalité. Il baissa la tête deux secondes avant de la relever, pour fixer Azelia.

- Pourquoi vouliez vous tant que ça que je sache tout ça, Azelia ? Pourquoi, de toutes les personnes au monde, c'est vous qui m'apprenez cette vérité ?

- Laisse moi répondre à ta question par une autre question, Shuujaku. Au lieu de m'accuser d'être une destructrice, t'es tu réellement posé la question de mes vraies intentions, au delà de celle de terrasser l'ordre Shinobi de ce monde... Maintenant que tu sais qui tu es, je te suggère de te poser les bonnes questions sur ton avenir, et d'être plus réceptif que tes compagnons qui étaient avec toi sur Manawa Kokuo.

- Je vous écoute, reine Azelia. Que comptez vous réellement faire ?

- Je veux simplement créer un monde que nos plus grands seigneurs n'ont pas réussi à forger. Sache, Shuujaku, qu'Atrium a toujours été un endroit minuscule et oublié par tes ancêtres sur Legendia. Il n'évolue pas, il ne grandit pas, il ne fait que se faner, et tôt ou tard, il chutera. J'ai longtemps étudié la question qui expliquerait notre déchéance, dans l'espoir de créer un avenir pour ce monde. Et la cause de notre absolue faiblesse, c'est la race mortelle. Les gardiens du clan Vermillion ont trouvés intelligent de partager une vague partie du peu de magie qui circule sur Atrium, à la population mortelle. Cependant, à quoi cela a t'il servi ? Regarde de plus près Genshin, regarde Nene, Hanzo, et regarde tous les mortels que tu as côtoyé aveuglement jusqu'à présent. Etait ce vraiment utile de vouloir protéger des shinobis qui utilisent cette magie non pour grandir, mais pour tuer, à cause d'un code à la noix ? Je n'en suis pas si sûre, car il suffit de voir le résultat. Les plus prometteurs sont aujourd'hui mes pantins, et n'ont pas le droit de contester mon pouvoir, moi qui ai trouvé les origines de notre force ! Même avec un cadeau des dieux, ils restent éphémères et fragiles...

... Ce que je veux est simple, je ne veux plus que ce monde tourne en rond à cause des erreurs des Vermillion. Je veux réunir toute la magie sur Atrium en une seule bannière, et ne la distribuer qu'aux méritants, qu'à ceux qui sont dignes de porter en eux, les gênes des immortels. Et ensemble, sans cette plèbe qui gâche cette énergie pour de sombres desseins qui ne font que faire souffrir notre monde à petit feu, nous pouvons faire d'Atrium un monde qui ne sera plus ignoré par ce "qu'ils" appellent la création. Nous pourrons peut-être faire entendre notre voix à ceux qui ont tenté de nous aider lors des premières années d'Atrium. Car je refuse de laisser le destin décider à notre place de notre avenir !


Azelia tendit la main vers Shuujaku, comme pour lui proposer de la rejoindre au plus vite.

- Et toi, Shuujaku ? Est-ce cela que tu veux ? Tu es encore bien jeune, alors tu n'as toujours rien réalisé. Mais avec les années, tu aurai remarqué que tu allais évoluer sans ton clan. Tu aurai vu tes amis vieillir, mais toi, tu n'aurai pris aucune ride ! Tu n'as pas ta place parmi les shinobis, Shuujaku. Tu as ta place dans le nouveau monde que je veux créer. Voilà pourquoi je veux que tu prennes conscience de ta vraie nature, comme pour tous les autres que je veux réunir au sein de mon royaume. J'ai fais en sorte que tu saches tout, car quand il y'a la moindre once de potentiel près de moi, je fais toujours en sorte qu'il ne soit pas gâché ! C'est ainsi que doit penser une reine de mon gabarit ! Alors Shuujaku, pense à ce que tu pourrai accomplir si tu pouvais me rejoindre, et ne laisse plus ces misérables shinobis décider de ce qui serait soit-disant le mieux pour toi !

Les paroles d'Azelia eurent un certain effet sur le chef de clan. Si tout ce qui fut raconté est la stricte vérité, il allait vivre parmi une race qui n'est pas la sienne. Mais Azelia venait de lui proposer de rejoindre un nouvel ordre, ne regroupant que les êtres de son espèce, qui ont du sang immortel en eux. Ainsi démarra une longue réflexion chez le maître Hajinmon. Et ces pensées ne furent pas interrompues par le retour de Ryu qui remonta à l'étage supérieur du temple. Il ne fallut que quelques secondes pour que le ninja dragon remarque son rival de toujours être également de retour.

- Genshin...

- Alors tu as également été ramené à la vie, ninja dragon ! Je sais que nous ne sommes plus que des cadavres, aujourd'hui, mais cela ne change rien à notre lien. Dégaine ton épée du dragon une dernière fois et finissons notre combat.

- Genshin, pauvre fou ! J'ai bien peur que cela ne sera pas possible cette fois.

- Ne me fais pas perdre mon temps, Ryu. J'ai délibérément avoué quelque chose censé être secret pour pouvoir profiter de mes quelques instants en ta compagnie, pour pouvoir te trancher comme j'aurai du le faire de mon vivant, et enfin, ressentir cette satisfaction qui me manquait.

- Je confirme ce que vient de dire Ryu ! Je ne vous ai pas rappelé pour que vous vous entre-tuez. Il n'y a pas le moindre intérêt à cela. Non, je vous ai ressuscité pour que vous travaillez main dans la main cette fois.

- Comment ? Azelia, pourriture !

- Tu n'as pas encore eu le supplice que j'ai engendré au cerveau de ton rival. Alors sois au moins, pour ta part, reconnaissant que je t'ai permis de respirer l'air de ce monde une dernière fois.

- MAINTENANT ! CA SUFFIT !

Tout le monde se retourna pour voir une Nene qui semblait suffoquer en son for intérieur. Azelia avait, pour la toute première fois, posé son attention sur la jeune fille, qui dégageait également quelque chose de mystérieux par ailleurs.

- Arrêtez de tout décider à notre place. Vous nous inondez de belles paroles, pour qu'au final, vous nous menez en bateau. Vous avez corrompu mon maître, vous avez blessé mortellement Momiji, et maintenant, vous voulez obliger Shuujaku à se séparer de l'endroit ou il a grandi ! Pire que ça, vous empêchez même les morts de profiter du sommeil éternel. Vous piétinez le coeur des gens avec vos jugements infondés. Qu'est ce qu'on s'en fiche des immortels, lorsque nous pouvons nous épanouir à notre manière ? Pourquoi vouloir chercher à gravir des sommets, lorsqu'on peut nous contenter de ce que nous avons déjà, à savoir, un lien fort entre camarades. Pour vous, un shinobi ne fait que détruire tout ce qui bouge, mais au fond, nous avons pu développer une relation de confiance qui n'a pas de prix ! On ne vous as jamais demandé de décider à notre place ce qui est bien ou mal. Retournez dans vos contes sans queues ni tête, et laissez vivre les honnêtes gens qui n'ont que faire de vos histoires à dormir debout !

De base, Shuujaku aurait été bouché bée devant les paroles courageuses, mais peu téméraires de Nene qui demeura silencieuse depuis le début, sans doute tétanisée par ce qu'est devenu Hanzo. Mais au final, il ne fit rien de plus que sourire, tout en remontant une mèche de cheveux discrètement.

- Bien, effectivement, je n'ai même pas remarqué qu'au fond, notre chère Azelia se contredit parfaitement, du début à la fin. C'est vrai, vous semblez dire que de ne pas être capable de choisir son destin est insupportable, mais c'est exactement ce que vous faites avec nous. En quoi êtes vous si spéciale, Azelia ? Parce que vous êtes reine ? Parce que vous vieillissez lentement ? Parce que vous êtes en mesure de redonner vie aux morts ? Que je sache, vous aussi, vous avez grandi parmi les mortels, non ? Alors qu'est ce qui vous donne le droit de décider ce qui est le mieux pour ce monde ou vous n'avez aucun réel pouvoir, au fond ?...

... Je vous remercie pour cette attention envers moi et mon avenir. Mais je considère que ce sont nos premières années qui décident de ce que nous serons, avec le temps. Nous ne pouvons nous détacher de ce que nous avons observés, vécus et ressentis pendant notre tendre enfance. Au fond, cette histoire ne m'intéresse pas, je n'ai pas l'intention de fuir ce qui a rendu ma vie si grandiose pendant cette vingtaine d'années où j'ai appris tellement. Semi légendien, ou pas, cela ne change rien à l'attache que j'ai pour mon village. Je ne vois pas qu'est ce que je foutrai dans un monde où mes souvenirs ont été volés par la première timbrée du coin qui se croit toute-puissante. Une fois qu'on se sera débarrassé de vous, on pourra continuer de vivre comme des shinobis qui se respectent, ET on mourra en shinobis, aussi simple que ça !


Shuujaku ne pouvait le voir, mais il était parvenu à faire sourire derrière son masque, un glaçon comme Ryu Hayabusa. En revanche, Azelia semblait de moins en moins amusée.

- J'ai du mal à l'admettre, mais il y'a du progrès chez les Hajinmon.

- Effectivement, il suffit... Je vais réaliser ton souhait, jeune homme. Quel dommage que je dois détruire le seconde semi Legendien que j'ai la chance de rencontrer. Mais tant pis, les spécimens rares se trouvent à la pelle !

Azelia remua le doigt, signe qu'elle allait utiliser un de ses pantins pour passer à l'offensive. Mais alors que Shuujaku dégaina ses deux katanas, la reine succube changea la direction que pointait ce même doigt. Nene, encore ravie des propos du chef Hajinmon, ne remarqua pas qu'Azelia venait de commander Hanzo, encore trop immobile jusqu'à présent.

- Nene ! Attention !

- D'abord, la petite insolente...

En effet, ce dernier attrapa sa proie avec l'aide de son Kusari-Gama. Puis il la traîna au sol avant de lui donner un coup fatal. Nene semblait toujours incapable de vouloir se défendre contre l'homme qui avait avoué l'aimer comme sa fille. Alors Shuujaku comprit que c'était le moment ou jamais pour agir. Mais alors qu'il allait courir vers Hanzo pour l'empêcher de continuer, une vague noire apparut depuis le trou au sol qu'avait causé l'Izuna de Ryu. En regardant de plus près, c'était un groupe très vaste de corbeaux qui apparurent. La première cible de cette troupe état Hanzo, qui fut attaqué sans relâches par les prédateurs ailés qui sortirent de nulle part. Mais Shuujaku était rassuré, il connaissait très bien l'auteur de cette action, et comprit que Nene allait être vite sauve. En effet, dans la pénombre causée par les corbeaux, une silhouette humaine apparut, trancha la chaîne de l'arme d'Hanzo, puis traîna Nene par le bras, hors de la nuée. Azelia parvint à parfaitement voir qui était l'homme qui sauva la vie de la jeune femme.

- Itachi Uchiwa, il ne manquait plus que lui...

Sans perdre de temps, le nouveau venu transforma tous les corbeaux invoqués en une pluie de shurikens qui furent propulsés par magie en direction d'Hanzo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itachi
Ninja d'elite
Ninja d'elite
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 11/11/2014

MessageSujet: Re: Un rendez-vous cauchemardesque   Lun 12 Sep - 0:36

L'attaque transperça le corps de sa victime de part en part. Itachi voulait vérifier si le sang noir rendait le corrompu aussi résistant que les rapports l'ont annoncés, mais visiblement, Hanzo fut touché un peu partout sur le corps. De fines gouttes de sang noir coulèrent depuis chaque endroit percés par les shurikens du jeune second du clan Hajinmon. Cette vision fit siffler légèrement Azelia qui fut surprise de voir l'arrivée d'Itachi dans l'arène.

- Itachi Uchiwa. C'est gentil à toi de venir te fourrer tout seul dans la toile d'araignée que j'ai tissé tout autour de ce temple. Oui, vraiment, merci à toi de me livrer la marchandise. Tes yeux ne m'échapperont pas cette fois. Dis moi, comment as-tu fait pour traverser le champ de force que j'ai crée ? Oh non, ne me dis rien, tu es entré en même temps que ton chef, et tu es resté planqué, bien sagement, jusqu'à trouver le meilleur moment pour faire ton apparition, je me trompe ?

Itachi fixa Azelia de ses deux exceptionnelles pupilles, sans répondre dans l'immédiat.

- Et je suppose que je dois également féliciter la petite fouine qui t'a aidé à t'échapper du donjon de mon palais. Rassure toi, je sais parfaitement de qui il s'agit. Dès que je la reverrai, je m'occuperai personnellement de son cas, tout en lui montrant tes deux pupilles qu'elle convoite tant, et qu'elle n'obtiendra jamais, moi vivante.

Itachi détourna le regard, puis se dirigea vers Nene, les fesses au sol, encore sonnée face au spectacle devant elle.

- Tout va bien ?

- Ah, je vois, on préfère m'ignorer. Mais bon, tu n'as pas totalement tort. L'heure de la discussion est déjà terminée depuis longtemps. Place à l'action !

Azelia tendit le bras en avant, et soudainement, ses deux marionnettes, Ryu et Genshin, agirent pour attaquer Shuujaku, qui dut replacer sa concentration sur les deux ressuscités. Il bloqua les coupes de katanas des deux ninjas légendaires, non sans être un minimum étonné par la vitesse d'exécution de ses deux adversaires. Pendant ce temps, Itachi tendait la main vers Nene, mais elle semblait refuser de prendre la main de ce dernier. Son tétanisme était toujours présent, et Itachi n'avait pas besoin de ses pupilles pour le remarquer. Il patienta encore quelques instants, pour voir si le moindre son de la voix de Nene allait retentir.

- Maître... Hanzo.... Pourquoi ?

Itachi recula le bras, il tourna la tête vers Hanzo, toujours au sol, mais qui commençait à remuer les doigts. Puis il tourna la tête vers Shuujaku qui avait du mal à lutter contre deux ninjas d'élite sous le contrôle d'Azelia. Si Itachi rejoignait son maître, le combat serait déjà plus équilibré, alors il devait se bouger au plus vite. Mais dans un autre sens, il ne pouvait laisser Nene être la proie de son professeur qui n'allait pas tarder à contre-attaquer. D'ailleurs, il commença enfin à poser les deux pieds à terre. Une violente turbulence noire s'ensuivit, dégagé par un simple hurlement du démon qu'était devenu Hanzo. Par ailleurs, tous les shurikens qui étaient plantés sur son corps se désagrégèrent automatiquement. Hanzo regarda dangereusement Itachi, beaucoup plus furieux que lors de sa visite chez les Hayabusa. Cette première rencontre ne sortait pas de l'esprit du jeune Uchiwa à cet instant. Ses mains ne tremblaient pas, et aussitôt, il plaça ses doigts sur la poignée de son katana, accroché sur son dos. Nene commença à comprendre ce qu'Itachi allait faire. Les yeux pleins de larmes, elle ne parvint pas à se relever, tellement la tension en elle était forte. Elle leva doucement le bras vers Itachi qui lui faisait dos.

- Non... arrêtez... ne faites pas ça... non...

Pendant ce temps, Shuujaku continuait de galérer, tout en reculant et en bloquant les coups de katanas de ses deux adversaires. Alors qu'il commençait à lire les mouvements de Ryu et de son oncle Genshin, Shuujaku ne put esquiver le prochain coup de l'ancien maître des araignées noires, ou il utilisa cette fois sa griffe à la main droite. Il frôla légèrement le torse du chef Hajinmon, qui fit un bond en arrière pour souffler, retirer le haut de sa tenue de Shinobi, et constater que son oncle qui avait laissé trois belles marques ensanglantées sur son torse musclé et en sueur déjà.

- Tu transpires déjà ? D'habitude, j'aime voir un homme, le corps trempé, mais pas si cela demeure trop précoce à mon goût. Allons, défends toi avec plus d'ardeur sinon, tu vas mourir, semi légendien !

Azelia effectua un nouveau geste, et ses deux pantins reprirent l'assaut vers Shuujaku.

- Itachi ! Je comprends ton hésitation, mais là, faut que tu prennes une décision, et vite !

Alors que Hanzo émit un dernier grognement de fureur et fit apparaître aux doigts des griffes acérées, Itachi ferma les yeux, dégaina son katana en un éclair, puis, toujours les yeux clos, sentit que son adversaire allait plonger sur lui. Ainsi, Itachi pourfendit Hanzo en plein coeur. Sa bouche crache une effusion de sang noir sur le visage d'Itachi qui ouvrit les yeux tout doucement. Derrière, Nene poussa un cri de terreur des plus stridents. Itachi ne réagissait pas. Il retira sa lame du corps d'Hanzo, le laissa tomber au sol vers Nene qui suffoquait intérieurement. Il était bel et bien mort, et rien ne le ramènerait à la vie. Nene n'en pouvait plus, elle n'en revenait pas que l'homme qui a tué son maître était un garçon dont elle avait, d'abord, développé quelques sentiments.

- Vous n'aviez pas le droit... Il existait sûrement une solution pour le ramener du bon côté. Si on pouvait vaincre Azelia... Ou alors... Momiji aurait pu le sauver... Oui, ce n'était pas la peine d'en arriver là...

- Sous le désespoir, tu étais prête à croire que le destin de cet homme aurait pu être changé par la femme que tu as vendu ? Voyons Nene, regarde la réalité en face, il était condamné.

- Non, jamais Hanzo aurait été contaminé ainsi. Jamais, vous m'entendez ? On aurait pu encore le sauver !

- Lors d'une situation critique comme celle-ci, les sacrifices sont nécessaires. Et quand un allié décide, d'une manière ou d'une autre, de rejoindre le camp ennemi, l'hésitation n'est pas permise. Il faut passer à l'exécution.

- Ah oui, j'avais oublié que je parlais à un homme qui a, sans hésiter, exécuté tous les membres de sa famille, en étant seulement un gamin...

Soudain, Nene développa une énergie noire qu'Itachi reconnut tout de suite. Quand à Azelia, elle plaça toute son attention vers Nene, pour la première fois. Cette énergie qu'elle dégageait était assez élevée, et lui paraissait si familière.

- Vous savez quoi, Itachi ? Je VOUS HAIS ! Je vous méprise ! Je n'ai qu'une envie, c'est de vous tuer, ici et maintenant ! Oui, je vais vous détruire pour le meurtre de mon maître, puis, je vais tuer cette garce d'Azelia ! Vous tous qui m'avez retiré la vie de mon maître, je vais tous tuer !

- Si c'est ainsi que tu acceptes cette réalité, alors, je ne te retiendrai pas et accepterai ta haine à pleine voix. Néanmoins, pour le moment...

Itachi se retourna vivement, puis activa ses pupilles, direction les yeux de Nene. Il l'hypnotisa en un instant. Nene perdit connaissance et tomba à terre, sans qu'Itachi prenne la peine de la rattraper.

- Merci pour ces deux semaines passées ensemble. Maintenant, dors. Quand tu te réveilleras, tu auras tout oublié. Tu es encore trop jeune dans ton esprit et trop candide pour assister au massacre qui va débuter dès maintenant.

- Allons, allons, ce n'est pas une façon de traiter une pauvre dame sans défense, monsieur Uchiwa.

Itachi ne se fit pas prier pour poursuivre l'offensive. Ainsi, il prit une forte inspiration, puis recracha le tout en une gigantesque boule de feu qui éclata en direction de Ryu et Genshin, ce qui laissa le temps à Shuujaku de le rejoindre et de reprendre des forces. Néanmoins, les deux morts-vivants se relevèrent trop rapidement. Il en fallait plus pour les vaincre.

- C'est pas trop tôt, Itachi. Quelque chose me dit que notre bonne vieille sorcière bien-aimée a également pris soin de doper ces deux ninjas au sang noir. Bref, il va falloir faire vite et les exterminer sans trop gaspiller notre énergie si on veut atteindre Azelia.

- Héhéhéhéhéhéhé ! C'était pas mal, ce que tu viens de faire, Itachi ! Tu n'es pas différent des êtres que tu renies et affrontes, mon grand ! En fait, vous, shinobis, vous êtes bien pire même ! Comme l'a dit cette malheureuse enfant qui a assisté à la mort de la personne qui était scellée dans son coeur, tu as tué les tiens dès ton plus jeune âge. Cela n'a rien de surprenant. Avoir Ayako a mes côtés m'a bien fait réaliser que c'est une belle coutume chez vous, ninjas, de forger les enfants à être des assassins. Rien ne vous as rendu ainsi, si ce n'est qu'un enseignement qui est proprement inutile, puisque vous êtes des faibles. Vous vous détruisez tout seul, en vous empêchant de vivre la vie telle que vous devriez la vivre, et cela, pour aucun résultat purement bénéfique, puisque vous allez mourir au final, et très jeunes. Remarque, ce n'est pas une si mauvaise mort pour vous, celle que je vous ai réservé. Alors, ninjas, êtes vous prêt à continuer de me prouver que j'ai raison quand je pense que vous êtes des bourreaux et des barbares au fond ? Allez, déchaînez vous, l'esprit perdu, vers mes pantins, Ryu et Genshin ! Divertissez moi !

- J'ai vraiment, mais alors vraiment, une furieuse envie de la faire taire. Pas toi ?

- De base, il en faut beaucoup pour m'ennuyer, mais là, Azelia vient d'atteindre le seuil de non retour. Je vous suis, maître !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shuujaku
Chef Hajinmon
Chef Hajinmon
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/12/2013

MessageSujet: Re: Un rendez-vous cauchemardesque   Lun 19 Sep - 23:31

Après la chute d'Hanzo, il ne restait plus que les deux "morts-vivants" d'Azelia. Shuujaku et Itachi savaient qu'ils devaient achever ces deux défunts le plus rapidement possible, pour pouvoir encore garder quelques moyens, afin de combattre la principale cible, la reine succube elle-même. Azelia resta assise, puis bougea un doigt, un seul. Ainsi, Genshin effectua un vol de l'hirondelle en direction d'Itachi qui bloqua à temps avec son propre katana. Mais il ne pouvait pas se reposer tout de suite, ou même contre-attaquer, car Ryu cibla également le jeune Uchiwa, avec un Ninpo enflammé. Plusieurs salves de feu furent propulsés vers lui qui venait à peine de reprendre l'équilibre après le coup assez fracassant de l'ancien chef du clan de l'araignée noire. Mais son maître put réagir à temps. En effet, Shuujaku propulsa ses propres salves de feu, aux couleurs dorés et argentés, vers celles de Ryu. Le choc permit à Itachi de s'évader à temps et reprendre son assaut sur Genshin. Entre temps, Ryu fonça à toute allure vers ce qui aurait pu être son rival de son vivant. Les deux shinobis bondirent hors du sol, cognèrent avec violence leurs épées, avant d'atterrir chacun à la place de l'autre il y'a encore quelques secondes. Personne ne fut touché par la mêlée, mais pour Shuujaku, l'emplacement actuel des deux ennemis était adapté pour qu'il puisse tester sa nouvelle attaque.

- Itachi ! Ecarte-toi !

Itachi se dégagea de la zone le plus rapidement possible. Il vit que son chef concentra toute son attention vers la zone où était regroupés les deux ennemis. Soudain, un cercle de flammes noires se dessina sur le sol. Très rapidement, Shuujaku serra le poing gauche pour que les flammes se réunissent au centre, pour consumer entièrement Ryu et Genshin, pris au piège. Mais il ne remarqua pas qu'Azelia avait, derrière son dos, levé un doigt vers le plafond. Elle contrôlait parfaitement les faits et gestes de ses pantins, tout en leur offrant un soutien physique nécessaire pour combattre pleinement. Ainsi, comme si des ficelles les tiraient hors de la zone de danger, les deux défunts bondirent au dessus du cercle noir.

- Merde ! Ou sont-ils ?

Après que le sol en bois fut carbonisé par les flammes noires qui s'éteignirent sous le contrôle du chef Hajinmon, ne laissant plus qu'un large trou en forme de rond, il allait avoir sa réponse car les deux ninjas apparurent juste derrière les deux Hajinmon. Ils frappèrent chacun un grand coup vertical, tout juste bloqué par les deux amis, mais la pression du coup les firent tombés dans le ravin causé par les flammes sombres de Shuujaku. Désormais à l'étage inférieur, les quatre combattants furent tranquille pour se donner à cœur joie désormais. Mais seul Itachi n'avait pas la conscience en paix. Il réalisa que Nene était seule, telle la proie idéale pour Azelia. Mais il devait garder sa concentration. Par chance, le combat se calma, car les deux ninjas opposés ne semblaient plus bouger.

- J'ai déjà affronté Eiji Kisaragi par le passé, jeune Shuujaku. Il semblerait que ses réflexes d'acier se soient transmis dans tes gênes.

- C'est ridicule ! Tout son talent provient du sang de sa génitrice. De toute manière, Eiji était un incapable.

- Peu importe. Il est en mesure de nous vaincre. Je suis habitué à combattre dans l'optique que rien ne peut me faire fléchir ou tomber. Mais, je suis mort, alors je vais supposer qu'il peut nous redonner le sommeil éternel que nous avons perdu. Ecoute moi bien, Shuujaku. Toi aussi, jeune Uchiwa. Je vais vous donner quelques conseils pour que vous puissiez nous pourfendre.

- Ouf, tant mieux. La plupart de leurs mouvements ont été commandés par Azelia. Et là, ils n'attaquent plus, ce qui nous laisse le temps de souffler. J'ose espérer qu'Azelia ne puisse pas manipuler non stop nos chers amis les zombies. Ok, ça me convient. Je vous écoute !

- Quel chien battu tu es, ninja dragon ! Donner des conseils à l'ennemi ? Non, laisse ce morveux combattre de toutes ses forces, sans notre aide. J'ai envie de voir ce que le sang de dragon noir puisse lui apporter face à des vétérans de notre espèce. C'est une occasion parfaite pour vérifier si ce pouvoir légendaire n'est que du pipeau, ou demeure une parfaite réalité. Et puis, tu as laissé ta fierté dans ta tombe, misérable chien ? Souhaiter la victoire d'un clan ennemi... Je m'en veux d'avoir considéré un tel lâche comme mon rival éternel.

- Tu serais prêt à laisser Azelia te manipuler juste pour un constat aussi puérile ? Je crois que je ne suis pas celui qui a le plus besoin d'une laisse pour me guider.

- Oui, et puis, je viens d'apprendre seulement maintenant l'importance de mes gênes dans mon organisme, alors sauf votre respect, mon oncle, vous pouvez foutre votre curiosité là ou je pense, et bien profond.

- Assez de bavardages. Parlez, maître Hayabusa ! Que pouvons nous faire pour vous défaire ?

- Et bien, toi, le jeune homme aux Sharingans, tu pourrais...

Néanmoins, alors que Ryu allait partager ses conseils avisés, ce dernier fut pris d'un mal de crâne atroce. Son cerveau sifflait, pendant que ses oreilles bourdonnaient. Et il ne fut pas le seul, Genshin fut également pris par le même maux. Avec un regard interrogateur, Shuujaku et Itachi constatèrent que les deux ninjas dégagèrent une aura obscure sans précédent. Azelia avait probablement rajouté son grain de sel là ou les plaies sont déjà grandes ouvertes. D'ailleurs, la voix de la perfide succube raisonna dans leurs têtes.

- Vous deux ! Je donne de mon énergie pour vous ramener à la vie, et vous préférez causer ? Voulez-vous peut-être que je vous serve le thé ? Maintenant, offrez moi du spectacle, sinon, ni l'un, ni l'autre, n'obtiendrez ce que vous recherchez ! Plus vite que ça !

- GWAAAAAAAAAAAAAAAARK !

[ Thème de combat: https://www.youtube.com/watch?v=EXuKdbP4kws ]

Pour que même Ryu Hayabusa puisse hurler à la mort ainsi, Shuujaku n'imagina pas un seul instant le supplice qu'Azelia faisait subir à cet homme, qui n'avait jamais demandé à être bafouillé dans son honneur, en étant perturbé dans son sommeil éternel. Même si il faisait parti du clan ennemi, Shuujaku admirait beaucoup le légendaire ninja dragon, et c'est même lui qui lui donna goût au Ninjutsu et à son art. C'était un peu puérile, mais tout être humain, dès son plus jeune âge, a son propre héros. Et même si c'est son amitié avec Itachi qui le fit basculer du côté des Hajinmon, Shuujaku aurait tout donné pour suivre son modèle au moins une fois en mission. L'affronter aurait également été un hommage, mais voilà que ce dernier perdit la couleur claire de ses pupilles, alors qu'elles devinrent rouges foncées, exactement comme avec Hanzo. Pour Shuujaku, l'affront était absolu. Il ressentait même de la peine pour celui qui tenta de l'assassiner tout bébé, car il ne doutait pas un seul instant que même l'ancien dirigeant de l'infâme clan de l'araignée noire avait suivi sa propre voie, et puis, il pouvait le remercier de lui avoir procuré des informations non négligeables qu'il pourra échanger avec Ignir. Itachi, lui, n'éprouvait aucun sentiment devant le spectacle. Toujours aussi froid, il scanna avec ses pupilles ce qu'il pouvait vérifier.

- Le niveau de chakra maléfique chez ces deux individus croit à vitesse exponentielle. Je suggère qu'on arrête d'être simples spectateurs, et qu'on abrège leurs souffrances.

- Hummm... Bon... On y va !

Katanas en main, Shuujaku et Itachi se ruèrent vers Ryu et Genshin. Mais la force insondable de leurs auras corrompues propulsa les deux alliés un peu plus loin. Visiblement, Ryu et Genshin étaient fin prêts, ou plutôt, ce qui restaient d'eux, des corps sans âmes.

- Etant donné que Genshin a un œil bandé, il serait plus judicieux que ce soit vous, chef, qui vous chargez de votre oncle. Je ne pourrai pas l'hypnotiser si les deux yeux ne sont pas apparents. Je vais m'occuper de Ryu Hayabusa.

- Quand on pense que tes fabuleuses pupilles possèdent une faiblesse aussi bateau...

Mais la stratégie devait être revue. Ryu était très rapide, comme les dires le proclamaient. Il bondit sur les épaules de Shuujaku, puis, alors qu'il était dans les airs, tenta de donner un coup vertical le long de la colonne vertébrale. Sans le temps de bloquer, après avoir légèrement perdu l'équilibre, Shuujaku effectua une roulade sur le côté. Mais le ninja dragon ne semblait pas en avoir fini avec lui. Itachi ignora Genshin pour l'instant, puis jeta quelques shurikens vers Ryu, que ce derniers envoya valser avec l'aide de son épée du dragon. Cela laissa néanmoins le temps à Shuujaku de se concentrer sur Genshin qui, lui, courut à toute allure vers lui. S'engagea alors un combat entre leurs katanas, ou Shuujaku sentit qu'il pouvait faire jeu égal avec lui, mais pendant combien de temps. D'autre part, alors qu'Itachi tenta d'immobiliser Ryu de tout mouvement avec ses Sharingans, il n'eut aucune chance contre le jeune Hayabusa qui bondit vers lui, posa ses deux mains sur ses épaules, puis effectua une prise nommée le "lancer de la guillotine". Itachi fut propulsé vers Shuujaku. Les deux hommes se heurtèrent violement. Sans avoir le temps de s'excuser, Itachi se releva, puis fut le tour de son patron. Et là, les choses se gâtèrent. Les deux ennemis concentrèrent en leurs mains, côte à côte, une sphère noire chacun, nommée le ninpo gravitationnel.

- Hoho...

- Ecartez-vous ! Je saurai contenir ce Ninpo à temps.

Shuujaku décida de garder confiance en son homme de main favori. Au moment pile ou les deux sphères noires furent envoyées, Itachi prit de l'inspiration, puis recracha depuis sa gorge une boule de feu qui était suffisamment grande pour contenir les deux Ninpos obscurs. Shuujaku se dépêcha d'agir. Il courut vers le mur à sa gauche, prit appui avec ses pieds, puis se propulsa vers Ryu et Genshin qui avaient leurs gardes grandes ouvertes après l'envoi des Ninpos. Itachi espérait que Shuujaku fasse mouche rapidement, tant il tenta de repousser les deux sphères. Et Shuujaku parvint à atteindre Ryu et à donner un coup horizontal en plein vol qui parvint à le mettre à terre. Puis il fit disparaître son Katana pour invoquer son fidèle bâton, une arme qu'il voulait posséder, en l'hommage de l'homme qu'il venait de pourfendre. Il atteignit donc Genshin, souleva son corps avec un simple coup de bâton, puis l'attaqua dans les airs, en lui offrant encore une fois multiples coups avant de terminer avec un coup vertical vers le bas tellement violent, que Genshin fracassa le sol et tomba plusieurs étages plus bas. Les deux ennemis affaiblis, les Ninpos perdirent de leurs puissances, et furent avalés par les flammes d'Itachi qui touchèrent également Ryu. Pendant ce temps, Shuujaku se réarma de son Katana, et fit un plongeon de plusieurs étages pour rejoindre Genshin. Son corps s'enflamma d'une flamme dorée de toute beauté, tandis qu'il s'écrasa, la pointe de la lame vers le bas, vers Genshin qui était au sol. Le choc fut extrêmement violent, au point que Genshin semblait hors d'état de nuire. Shuujaku, les deux pieds sur le sol, reprit son apparence normale et ne semblait pas satisfait. Il avait attaqué dans le but de le pourfendre pour de bon, mais son corps ne semblait pas transpercé. Cela n'était guère rassurant de constater que le sang noir rend le corps si solide, selon les résultats des expériences. Mais dans tous les cas, Genshin semblait vaincu.

- MAITRE ! ATTENTION !

Très vite, Ryu fit le même plongeon que le chef Hajinmon, puis le rejoignit sans plus attendre. Il ne restait plus que lui. Ryu invoqua deux clones, qui semblaient plutôt, avec un regard plus attentif, être de simples images rémanentes. Mais les Shurikens moulins à vent que les trois Ryu envoyèrent étaient bien réels. Il esquiva de justesse, puis fit apparaître cette fois une paire de griffes qu'il accrocha aux poignets. Il recommença la même manœuvre en prenant appui sur un mur, puis fonça, la griffe droite en avant, sur un des clones qui disparut au contact. Il recommença une seconde fois pour en faire de même avec le second clone. Puis à la troisième tentative de cette technique, il visait l'original. Cependant, ce dernier se protégea avec un nouveau Ninpo, un de type vent. Des lames de vents entourèrent le ninja dragon qui touchèrent Shuujaku en plein vol. Il tomba au sol, gravement blessé après diverses coupures au corps, mais se releva sans trop trainer. Il tenta de s'approcher, mais le Ninpo était toujours actif. Ryu était toujours entouré par ces bourrasques de vents. Pour éviter d'avoir cette fois les membres détachés, Shuujaku décida de faire appel à ce qu'il avait obtenu lors de son voyage chez les Tengus. Il prit le risque de libérer son potentiel de dragon noir au maximum. Ainsi, après avoir poussé un hurlement de rage, le corps du jeune homme s'assombrit sous une large couche de flamme noires comme la nuit. Ses pectoraux gonflèrent, tandis que des marques noires camouflaient les diverses coupures sur son corps ensanglanté. Ses griffes métalliques prirent également possession des flammes obscures. Sans attendre une invitation de Ryu, il croisa les deux bras en X, puis disparut, pour réapparaître derrière Ryu. Il en avait profité pour lui donner deux coups de griffes sur le torse, puis, les flammes noires brulèrent le corps tout entier de Ryu qui fut ensuite entouré par un torrent de flammes noires. Shuujaku ne se retourna pas pour voir le corps de Ryu être carbonisé jusqu'aux os. Il le laissa brûler. Il ferma les yeux pour respirer, car il était à deux doigts d'hurler le nom d'Azelia avec toute sa haine destructrice. Il se résigna, reprit son apparence normale, toujours le corps en sang, puis rejoignit Itachi qui l'attendait un peu plus haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azelia
Reine
Reine
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 18/06/2013

MessageSujet: Re: Un rendez-vous cauchemardesque   Mer 28 Sep - 22:51

Les deux ninjas, vainqueurs de la périlleuse bataille, se ruèrent au sommet du palais pour combattre beaucoup plus gros, l'investigatrice de tout ce foutoir qui règne dans ce palais. Itachi était assez inquiet pour Nene qui fut laissée seule, involontairement, entre les griffes de la reine lunaire. Et arrivé donc à l'étage supérieure du palais, ce que virent les ninjas était assez déroutant. Azelia était toujours sagement assise, sirotant son énième verre de vin, tout en étant parfaitement sobre. Mais derrière elle, quelque chose de pas très joyeux se déroulait. Itachi et Shuujaku pouvaient voir Momiji et Nene être soulevées au dessus du sol par ce qui s'apparentait à des tentacules, qui sortaient de ce même sol, probablement invoquées par Azelia. Ces affreuses tentacules serraient les deux femmes jusqu'à la mort, tandis que chaque bout était équipée de multiples crocs acérées qui mordaient le cou de leurs victimes, ou plutôt, suçaient leurs sangs visiblement. Entre les deux femmes, on pouvait également remarquer qu'elles étaient reliées par plusieurs tentacules. Itachi scanna le tout, et il remarqua quelque chose que son collègue était dans l'incapacité de voir de ses pupilles ordinaires. Le sang de Momiji était aspiré, pour être transféré chez Nene. Il ne comprenait pas vraiment, néanmoins, ce que l'ennemi avait en tête.

- Momiji... Quand est ce qu'Azelia en a profité pour la ramasser ?

- Vous êtes mous, les amis. J'aurai eu le temps de capturer ces deux femmes, de boire encore cinq verres, et même de faire un tour complet du sanctuaire le temps que vous vous débarrassez de vos deux adversaires. Mais vous avez malgré tout droit à mon respect. Vaincre deux shinobis légendaires, cela n'est pas donné à tout le monde.

- Merci pour le compliment, que vous pouviez quand même garder pour vous. Car moi, je vous respecte de moins en moins. Sérieusement, vous n'êtes pas malade de vos propres atrocités ? Boire autant de vin tout en jouant avec ces... choses. J'espère que quelqu'un a versé du poison dans votre vin, que vous vous étouffez avec et que vous crevez dans votre propre vomi.

- Ce qui me rend surtout malade, c'est autant de naïveté. Je n'en reviens toujours pas que tu refuses de suivre tes véritables origines pour ces... chiens de chasse que l'on nomme "ninjas". C'est remarquable, la bêtise humaine.

- Vous ne pouvez pas comprendre, vous qui forcez votre entourage à vous suivre. Tout le respect qu'on vous adresse n'est que fictif !

- Arrêtez de gaspiller votre salive, maître ! Raisonner cette femme est une perte de temps. Dites nous plutôt ce que vous trafiquez avec ces deux femmes, Azelia !

- Une petite expérience. Ces deux femmes sont reliées par ces tentacules sangsues. A intervalles régulières, une partie du sang de Momiji quitte son corps pour rejoindre celui de Nene. Une transfusion qui sert également de compte à rebours pour vous, mais peut me confirmer quelque chose d'essentiel pour moi. Si Nene est réellement ce que j'ai cru constater, alors l'expérience va couper court, je vous rassure.

- Vous voulez tester cette partie sombre que j'ai remarqué chez cette jeune femme, je me trompe ?

- Vous savez ce qui lie chaque créature de la nuit sur Atrium ? C'est le sang. Il n'y a pas que la pleine lune qui réveille les instincts les plus meurtriers chez nous, enfants de la nuit. Au contact du sang humain, nous reprenons nos forces et nous revivons instantanément. Or, j'ai cru remarquer que cette femme a une énergie assez familière. Si je lui transfuse, ne serait-ce qu'une légère quantité de sang humain, ses pulsions meurtrières devraient réagir pendant un court laps de temps. Un temps suffisamment long pour que j'ai le précieux sentiment d'avoir encore raison, n'est ce pas ?

- Attendez, mais cette expérience est mortelle dans les deux cas ! Arrêtez ça !

- Ne vous en faites pas, je suis une professionnelle. J'ai déjà effectué cette manipulation sur des semi démons lunaires comme Nene. 250 millilitres suffisent pour que ses cellules réagissent et libèrent la bête enfermée en elle. Bien entendu, c'est déjà une quantité assez importante, mais normalement, je pourrai arrêter cette expérience avant que cela ne s'avère critique. Et malgré que je suis du genre à devenir sérieuse quand je travaille, j'ai constamment cette envie de jouer qui prend le dessus lorsque l'expérience devient amusante. Alors vous savez quoi ? J'ai décidé de régler mes sangsues pour qu'elles aspirent très exactement 50 millilitres par minute. Vous avez exactement quatre minutes pour essayer de me passer sur le corps. Mais si vous ne vous grouillez pas, effectivement, que j'ai raison ou tort, la situation risque d'être sanglante d'ici peu, hihihihihi. Vous avez déjà vu quelqu'un exploser à cause d'une transfusion trop violente ? Ca fait de jolis bruits quand le corps déborde et éclate, quand vous tendez bien l'oreille.

- Merde !

- Il va falloir faire diversion. C'est moi qui m'occuperai de couper ces tentacules. Avec mes pupilles, je peux repérer facilement laquelle de ces tentacules transfuse le sang.

- Ok, je vais retenir cette malade mentale. Cela réglé, on sera plus tranquille mentalement pour l'éclater pour de bon.

- Tic tac tic tac tic tac tic tac.... BOOM !

Putain de...

- Je ne vous laisserai pas faire ! Voilà un moment que je voulais affronter un semi légendien, ainsi qu'un Uchiwa qui maîtrise parfaitement ses pupilles. Vous n'avez pas idée de l'excitation qui frétille en moi ! Hahahaha !

Azelia se leva enfin de son trône, puis, avec un sourire démentiel qui traduisait son excitation face aux combats de haut niveau, fit apparaître deux ailes écarlates, aussi rouges que du sang.

Spoiler:
 

Shuujaku fonça tout droit vers elle avec ses deux katanas, et frappa. Azelia tenta de bloquer les coups de Katanas à la seule force de son bras droit, alors que la frappe était tellement précise et puissante, que cela aurait normalement largement suffit pour que les bras de la reine démoniaque volent hors du corps. Mais à la grande surprise de Shuujaku, Azelia avait bloqué parfaitement le coup, sans laisser la moindre égratignure.

- Quoi ?

- C'est tout ?

Azelia s'écarta, voyant qu'Itachi, quand à lui, courut vers Momiji et Nene. Elle claqua des doigts rapidement, tout en fixant l'acolyte de son adversaire.

- BLOODY NEEDLE !

En un éclair, plusieurs aiguilles de sang noir foncèrent vers Itachi. Le jeune ninja tenta de tous les bloquer à la seule force de son katana. Mais après avoir tenu quelques secondes, Azelia passa juste devant lui, puis donna un coup de pied qui envoya valser Itachi jusqu'à la case départ. Shuujaku, encore outré de n'avoir même pas réussi à trancher l'épiderme d'Azelia, retenta le coup en mettant plus de force. Mais le résultat ne fut pas plus probant. Comme si les bras de la reine des démons étaient des armes en eux-mêmes, elle bloqua tous les coups de Shuujaku, sans exception.

- Je suis aussi du genre à me battre avec des armes tranchantes, mais vu ce que tu vaux, je pense que je vais te mettre à genoux à la seule force de mes bras, petit ninja. Allez, allez ! Du nerf, bon sang ! Le destin de ton village te préoccupe si peu que ça ?

- FERMEZ LA !

Comme si une rage bien enfouie en lui avait pris le dessus, Shuujaku brûla ses deux katanas pis donna un coup beaucoup plus violent cette fois qui parvint à toucher Azelia en plein torse. Les flammes avaient pris possession du corps d'Azelia, et sa blessure avait laissé couler une large trace de sang noir.

- Il l'a touché !

Mais Shuujaku n'en avait pas encore fini avec cette créature du diable. Il comptait la faire souffrir à petit feu et voulut donc frapper toujours plus fort, mais soudain, il fut emporté par une profonde douleur au corps. La douleur fut tellement intense qu'il lâcha ses deux armes, puis posa les deux genoux à terre. Il avait l'impression qu'on lui avait coupé les organes internes tellement la souffrance était exécrable.

- Maître !

Du côté d'Azelia, la démone était reliée à un fil magique avec Shuujaku. Le fil vibra, et rapidement, Azelia se releva. Sa plaie se referma, puis les flammes sur son corps disparurent. Ses vêtements étaient quelques peu brûlées mais restaient dans un état pas trop déplorable. Mais elle même était comme neuve, comme si elle avait totalement guérie de l'attaque foudroyante de Shuujaku.

- Je suis pour le partage, mais là, c'était un peu trop pour moi. Alors je t'ai rendu la monnaie de ta pièce. Pas trop déçu ? Oh, au passage, il vous reste trois minutes !

- Haaaa... AAAAAAAARGH !

Alors qu'Azelia allait piétiner sa vicitme, Itachi bondit vers elle pour lui donner un nouveau coup de katana. Il parvint a recréer une blessure sur le torse d'Azelia, moins profonde qu'avant, mais son sang noir coulait une seconde fois. Quelques secondes plus tard, Itachi tomba également au sol comme si son corps était devenu lourd et insupportable, et quelques secondes plus tard, la blessure se referma. Mais la manoeuvre suicide portait ses fruits pour Itachi qui souriait malgré la douleur qui l'accablait.

- J'ai déjà compris comment fonctionne votre pouvoir, Azelia.

- Hum ?

- J'ai scanné ce fil rougeâtre qui vous lie avec nous. Le fil diffuse une magie de type malédiction, partant tout d'abord de votre corps, pour rejoindre celui de la personne qui vous as blessé. Puis, cette même magie revient à l'envoyeur. J'ai constaté avec mes pupilles que le sort est convertie en magie de soin, puis vous régénère automatiquement, comme si Shuujaku avait attaqué un miroir. Entre autre, cela revient au même que si on s'auto-mutilait. Par ailleurs, j'ai remarqué qu'il y'a un laps de temps différent selon l'attaque. Quand Shuujaku vous as touché, votre sort s'est désactivé pendant une durée très limitée de cinq secondes et demi. Après mon attaque, seulement deux secondes ont servi à mettre un terme à votre lien ténébreux. Tout cela après la phase de régénération. Comme je dis toujours, toute technique a au moins UNE faiblesse.

- Itachi, tu veux dire que...

- Que l'un d'entre nous devra se sacrifier, malheureusement, pour permettre à l'autre de donner le coup fatal pendant ce court laps de temps qui nous sera imparti.

- Tu as calculé tout ça avec ton sharingan ? Et bien, je te félicite, petit Uchiwa. Mais as tu également compté que tu as perdu une minute en explications ? Il vous reste encore deux minutes si vous ne voulez pas voir un bain de sang du côté de vos petites copines derrière moi !

- Itachi, écoute... Si tu as bien préparé ton coup, alors, je vais me sacrifier. J'ai les attaques les plus dévastatrices, alors, tu auras largement le temps d'achever cette tarée.

- Vous êtes déjà trop blessé. Laissez moi jouer le rôle du "sacrifié", tout ira bien.

- Ne me contredis pas et écoute moi ! On a plus beaucoup de temps devant nous avant que son expérience arrive à un stade critique !

- Alors arrêtez de parler, et agissez !

[Thème de combat: https://www.youtube.com/watch?v=berAEVHgL-k ]

Azelia, en pleine forme, transforma son corps en une nuée de chauve souris. Les chiroptères survolèrent Itachi, puis se regroupèrent pour former une silhouette humaine. Azelia tomba sur Itachi, et l'écrasa au sol, le corps droit et les bras croisés. Puis Shuujaku, pour libérer son ami piétiné, tenta une nouvelle attaque après avoir bien pris soin de ramasser ses deux katanas. Cette fois, Azelia ne bloqua pas le coup avec son bras, mais avec la simple force de ses doigts qui attrapèrent la première lame qui avait servi pour le coup. Puis elle posa sa main délicatement sur l'autre lame tenu par la main gauche du chef Hajinmon. Elle approcha tout doucement son visage de celui de son assaillant.

- Ou est passé ta force qui m'a fait tant de mal ? Hum ? As-tu peur de revivre MA souffrance, mon mignon et docile petit dragon ? ♪

Azelia montra ses crocs dignes de ceux d'une vampire, et alors qu'a peine deux centimètres séparaient Azelia de son ennemi, Shuujaku parvint à libérer son katana gauche de l'emprise ennemie, dans le but de la pourfendre au plus vite. Azelia métamorphosa encore une fois son corps en une nuée de chiroptères. Shuujaku recula de quelques centimètres, sortit un rouleau de sa ceinture, puis invoqua son bâton qu'il avait déjà utilisé contre Ryu il y'a peu. Il flamba les deux extrémités de son armes, la tournoya à grande vitesse pour créer une tornade mélangeant du feu doré et argenté. La technique fonctionna, puisque toutes les chauves-souris qui tournoyaient autour de lui furent carbonisés. Du moins, c'est ce que Shuujaku pensait. Quelques chiroptères de la première nuée étaient restés suspendus au plafond pendant tout ce temps et descendirent juste derrière le ninja, qui remarqua bien trop tard que ces chauves-souris se rejoignirent pour a nouveau faire apparaître Azelia. Cette dernière invoqua une faux comme arme de combat. Shuujaku se retourna à temps puis fit un bond en arrière tout en tentant de bloquer le coup avec son bâton... qui fut tranché en deux.

- Il est temps de couper court à ce combat qui a trop duré. Il ne vous reste plus qu'une minute !

Shuujaku tourna la tête pour voir qu'en effet, à force de recevoir le sang de Momiji, le corps de Nene commençait à réagir bizarrement. Une catastrophe n'allait pas tarder à survenir. Néanmoins, Itachi qui se remit de sa blessure, fonça vers les deux femmes. Evidemment, la cruelle reine lunaire bondit en avant pour rattraper Itachi, sa faux en main !

- Meurs !

Azelia jeta comme un projectile sa faux depuis les airs, Itachi plongea en avant pour esquiver l'arme d'Azelia qui se planta au sol. Alors que le ninja pensait avoir réussi à éviter d'être blessé, la faux qui avait troué le sol libéra une décharge électrique qui électrocuta les alentours, là ou Itachi se trouvait, plus précisément. Pris par la foudre, il tombe au sol, épuisé. Mais il ne voulut pas laisser tomber. Il invoqua ses propres alliés ailés, ses corbeaux. Ces mêmes oiseaux foncèrent vers les deux femmes pour prendre le relais. Azelia, toujours dans les airs, invoqua encore une fois ses chauves-souris qui rattrapèrent les corbeaux d'Itachi. Ces chiroptères, au contact de leurs cibles, explosèrent, provoquant une réaction en chaîne, annihilant toutes les cibles, sans exception. Enfin, Azelia pointa du doigt Itachi, prête à le transpercer avec sa technique Bloody Needle. Cependant, d'autres corbeaux étaient planqués au beau milieu des poutres qui constituaient la charpente du toit.

- Vous n'étiez pas la seule, Azelia, a avoir gardé caché des éléments de la première vague.

Les quelques corbeaux devinrent des shurikens qui volèrent automatiquement vers l'expérience d'Azelia, puis découpèrent les tentacules qui reliaient les deux femmes, les libérant avant la fin du test.

- Bien joué, mon ami !

Mais alors que tout semblait faire croire que le combat avait tourné à l'avantage des deux ninjas, Azelia ferma les yeux puis poussa un premier rire, puis un second, puis un troisième rire bien nerveux. Les deux ninjas ne comprenaient pas pourquoi Azelia était prise d'une telle folie, mais cela ne présageait rien de bon.

- Tremblez de peur ! Vous êtes FINIS !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shuujaku
Chef Hajinmon
Chef Hajinmon
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/12/2013

MessageSujet: Re: Un rendez-vous cauchemardesque   Dim 2 Oct - 0:49

Sans réellement comprendre pourquoi Azelia riait à n'en plus finir, Itachi s'avança vers les deux femmes qui venaient d'être libérées par ses efforts. Il scanna le corps allongé de Nene avant celui de Momiji. Puis, prit ses distances sans prévenir. Il rejoignit Shuujaku, tout en ignorant Azelia qui n'avait bougé seulement dans le but de ramasser sa faux au sol.

- Qu'est ce qui se passe ?

- C'est trop tard, la quantité d'énergie obscure en Nene a totalement pris le dessus sur ce qu'elle était avant l'expérience. Et comme j'ai déjà échoué de la raisonner après avoir été obligé d'achever Hanzo, je pense que là, nous sommes bons pour subir un assaut supplémentaire non souhaité.

- Sauf que là, cette aura démoniaque est en elle de base, reste à savoir si elle sera plus dangereuse qu'un corrompu au sang noir, ou alors...

- Elle se réveille.

En effet, alors que Momiji somnolait à n'en plus finir, Nene semblait avoir repris des forces grâce au traitement d'Azelia. Et comme précisé par Itachi, son aura était devenu sombre, comme celle de n'importe quel démon lunaire. Azelia n'avait pas bluffé. Le sang de Momiji avait réveillé son instinct meurtrier enfoui en elle. Shuujaku espérait qu'ils n'auraient nullement besoin de faire du mal à Nene, mais Itachi, plus réaliste de nature, savait très bien que la situation allait encore dégénérer. Quoiqu'il en soit, après avoir posé les deux pieds au sol, Nene avait le regard assoiffé de sang, presque correspondant avec celui d'Azelia qui était satisfaite.

- Tsss, pour que je puisse m'éveiller, on a du m'injecter du sang impur, le sang dégoûtant de ce cafard gisant au sol. Mais bon, au moins, j'ai enfin la possibilité de rencontrer la matriarche de ma VERITABLE terre natale.

- Ainsi, c'est donc ça...

- Oui, tant que j'étais cachée au fin fond des entrailles de cette peste de Nene, je ne pouvais retourner chez moi. Oui, parmi les créatures nocturnes. Je n'en pouvais plus de ce clan de merde. J'ai beau être née d'une union entre un humain et une succube, mon sang humain me dégoûte ! Maintenant que je suis devant vous, reine Azelia, que direz vous d'un petit marché ?

- Bien, presse-toi. Je n'ai pas que ça à faire...

- Je vous aide à exterminer ces rats, et en échange, vous m'aidez à effacer l'âme de la vermine avec qui je partage ce corps. Enfin chez moi, je vous jurerai allégeance, pour m'avoir enfin permis de prendre le dessus sur cette gamine. On est d'accord ?

- Approche... si tu l'oses...

Azelia avait ordonné à "cette" Nene de s'approcher de manière directe, et qui emplit Itachi et Shuujaku d'une montagne de soupçons. Ainsi, la nouvelle venue s'avança vers Azelia d'un air satisfait, comme si elle allait enfin obtenir le Saint-Graal par le simple aide de la reine lunaire. Mais lorsque que quelques centimètres séparèrent Azelia de Nene, celle-ci attrapa le cou de la Kunoichi, et la leva dans les airs. Malgré la nouvelle force de Nene, elle ne pouvait plus se dégager de l'emprise d'Azelia qui la soulevait. La Kunoichi avait les doigts de la grande faucheuse posés sur elle. Néanmoins, de nature amusée généralement, cette fois, son rictus habituel n'était pas présent. Elle semblait même agacée.

- Si il y'a bien un type d'attitude précisément que je souhaite nettoyer chez les insectes en premier, c'est l'insolence. Comment as-tu pu avoir l'impudence d'espérer une seconde marchander avec moi ? Je suis de nature clémente et bienveillante, mais seulement avec les méritants. Ton appartenance parmi la race du démon ne t'a, en aucun cas, donné un ticket d'entrée pour ma famille. Ceux que je traite comme mes "enfants" ont un point commun qui n'est pas donné à tout le monde. Ils assument pleinement ce qu'ils sont et ne tentent pas de renier l'humanité en eux. Car tu vois, Nene, le pays de la lune, c'est avant tout le pays qui scellera enfin l'union entre les différents peuples. Si tu ignores une partie de ton existence, alors tu ne vaux rien. Je n'ai que faire de... prototypes comme toi. L'évolution est en marche, et ne requiert aucuns ratés... comme toi.

Azelia serra de plus en plus la paume de sa main, quitte à étrangler sa victime.

- De plus, ta petite histoire est louche. Tu dis être née de l'union entre un humain et une succube ? Des filles comme toi, il y'en a partout chez moi, dans tous les coins et recoins du pays lunaire. Et AUCUNES ne développent un dédoublement de personnalité comme c'est ton cas. Ton existence est synonyme d'incohérence. Bien que tu aies sans doute une histoire à me faire partager, je ne t'en laisserai pas le temps, car je n'ouvre mes oreilles, comme mes bras, qu'à ceux qui acceptent qu'on rajoute une substance à l'éprouvette, et non qui veulent en retirer une portion. Si tu veux que j'efface quelque chose, c'est ton arrogance que je vais effacer.

Devant Shuujaku et Itachi, Azelia baissa Nene à sa hauteur, puis planta ses canines aiguisés dans la chair du cou de sa victime. Itachi continua, comme à son habitude, d'analyser la situation.

- Nous avons un sérieux problème. L'énergie d'Azelia est en train de grandir de manière exponentielle.

Après avoir sucé l'énergie sombre en Nene, Azelia relâcha le corps de sa victime, laissant une profond trace de morsure au cou. Elle fit mine de s'essuyer les lèvres, comme si elle avait dégusté un copieux et délicieux repas. Puis son sourire narquois revint enfin sur son visage reptilien.

- Shuujaku Kisaragi... Itachi Uchiwa, laissez moi vous féliciter comme il se doit.

- Comment ça ?

- Je le savais, au fond de moi, que vous alliez me donner du fil à retordre. Contrairement aux autres ninjas que j'ai obligé de s'agenouiller à mes pieds, vous êtes tous deux spéciaux. La nature a su vous offrir ce que tout guerrier malchanceux rêverait d'avoir, un pouvoir rare et précieux. Quand je pense que les fragiles êtres humains abusent d'un pouvoir aussi insipide, alors que vous, vous ne gâchez pas votre potentiel au sein d'une cause perdue. Vous avez tout mon respect, mais comme cela n'est pas réciproque, alors je vais devoir faire quelque chose qui m'attriste, vous éradiquer !

- C'est parce que vous êtes persuadés que nous constituons un danger, que vous avez éveillé le pouvoir obscure en Nene, pour l'avaler. Aies-je raison ?

- Quelle perspicacité. Comme toute succube qui se respecte, je n'ai rien contre un petit plaisir, comme celui de dévorer l'énergie de mes proies. Et vous ne pouvez vous en prendre qu'à vous même si j'en arrive là et que je m'en prends à votre jeune ami. Parce que...

En un éclair, Azelia dégagea une nouvelle aura toute fraîche qui pouvait faire frissonner toute personne non habituée aux sensations fortes. Shuujaku, assez épuisé, serra des dents face à cette absorption d'énergie qui pourrait lui être fatal, pour lui, comme pour son compagnon. Les yeux écarlates de l'élue des succubes devinrent toujours plus sanglants, tandis que sa peau s'assombrit et ses ailes battaient toujours plus frénétiquement.

- ... enfin, je trouve un défi à ma juste valeur. Enfin, j'ai le sentiment que quelqu'un peut me faire vibrer parmi la résistance ! Vous êtes talentueux. C'est remarquable ! Alors, continuons de jouer ensemble, sans expériences extérieures pour vous mettre la pression. Donnez moi tout ce que vous avez, ninjas !

Azelia fit un bond en l'air, avant de diriger ses deux bras en direction de ses adversaires.

- Black Ocean !

Un liquide noir apparut sous Azelia, et fut propulsé vers les deux ninjas, comme si ils avaient affaire à un torrent qui allait les emporter, provenant d'une mer sans vie, polluée par la corruption humaine. Fort heureusement, l'attaque ne s'élargit pas assez pour couvrir tout le périmètre de la salle. Il y'avait un court angle mort de chaque côté, permettant à Itachi et son chef d'esquiver. Ainsi, Itachi parvint à éviter en plongeant vers la droite. Mais après avoir amorti sa chute, il remarqua que Shuujaku fut emporté par le torrent.

- Flûte ! Shuujaku est blessé. Il ne peut plus se mouvoir comme au début. Si je n'interviens pas, Azelia va n'en faire qu'une bouchée !

Mais lorsque l'attaque s'acheva, laissant au sol une large mare obscure, Itachi remarqua que son maître était debout, immobile, le corps complètement enseveli, de la tête aux pieds, telle une statue d'argile, mais complètement noire. Itachi ne pensait qu'à libérer son maître de cette prison, qui devait probablement le couper entièrement du monde qui l'entourait. En effet, il ne voyait plus, et n'entendait pas plus. Le jeune Uchiwa n'eut pas le temps, de son côté, pour réfléchir comment traverser cette large flaque noire qui le séparait de Shuujaku. Il se doutait bien que si il posait les pieds sur cette substance noire, il en subirait les conséquences. Pour l'empêcher d'agir, la substance noire laissa apparaître juste devant Itachi, quatre bras noirs qui se solidifièrent. Deux mains attrapèrent les jambes, pendant que deux autres mains serraient les bras du sous-chef Hajinmon. Enfin, un cinquième bras ressortit de la marée de sang noir. Mais cette fois, la main serra du poing, puis frappa Itachi au visage, immobile à son tour. Les multiples coups de poings étaient aussi douloureux que si Itachi encaissait un véritable coup, provenant d'un corps réel. Commençant à en avoir purement assez de tout cela, Itachi utilisa le seul muscle de son corps encore en liberté qui pouvait avoir une utilité. Ainsi, il cracha plusieurs boules de feu avec sa bouche en direction d'Azelia qui survolait le sang noir au sol. Pour bloquer, elle tourna sa faux dans le sens d'un cercle, à vitesse conséquente, comme pour former une hélice pour la protéger des boules de feu. Après avoir bloqué toutes les boules de feu, Azelia, toujours en l'air, plaça sa faux en dessous d'elle. Elle fit mine de s'asseoir dessus comme un balai utilisé par une sorcière pour avoir les pieds au dessus du sol. Puis, avec la main droite, bougea l'index de gauche à droite, tout en faisant claquer sa langue pour émettre un son provocateur. Même la main en face d'Itachi, qui le frappait sans relâche, imita le geste d'Azelia, afin d'ajouter de l'ampleur à la provocation.

- Pauvre enfant, j'ai du mal à te saisir. Pourquoi lutter pour si peu ? Pourquoi risquer ta jeune et courte vie pour quelqu'un qui est différent de toi ?

- Pour si peu ?

Itachi commençait à en avoir assez d'entendre Azelia. D'habitude, il en faut beaucoup pour allumer la mèche chez lui, mais la reine lunaire semblait être parvenue à réaliser un miracle. En effet, Itachi observa Azelia avec un air des plus agressifs. Et ce n'était pas tout, les pupilles d'Itachi se modifièrent à première vue. Les trois points autour du centre de l'oeil se relièrent, pour former une sorte d'étoile à trois branches.

- Je suis peut-être jeune, et ma vie est probablement courte, oui. Mais vous, je pense que votre vie qui a duré trop longtemps ne vous as pas aidé à appréhender la valeur de la vie ! Avec ce que j'ai entendu, je souhaite que Shuujaku ne devienne jamais aussi arrogant et nombriliste que vous !

- Détrompe-toi, je connais parfaitement la valeur de la vie, mais je n'ai pas besoin de me justifier. Tu me fatigues. Je vais t'achever tout de suite, et emporter avec moi la seule chose digne d'intérêt qui compose ton être: Tes pupilles !

Soudain, la main qui cognait Itachi se métamorphosa en une lame acérée, prête à décapiter le jeune survivant des Uchiwa. L'urgence étant à son paroxysme, Itachi prit le risque d'activer ses pupilles brusquement. Très vite, Azelia sentit comme un tremblement de l'air autour d'elle. L'espace environnant vibrait, parvenant même à brusquer Azelia, surprise sur le coup. Elle ne voyait plus que du blanc et du noir devant elle, et commençait à perdre équilibre dans les airs.

- Comment ?

La vue troublée, les sens perturbés, la démone ne parvenait plus à gérer sa propre technique qui n'était pas automatique. Ainsi, Itachi se libéra aussitôt, relâché à l'instant. Il prit un fort élan pour prendre un nouveau risque, celui de sauter au dessus de la flaque noire et visqueuse. Il dégaina son arme, puis frappa Azelia avec un vif coup diagonal, qui, hélas, ne parvint pas à percer la carapace qui constituait le corps d'Azelia. Néanmoins, elle perdit équilibre, relâcha sa faux, puis fut propulsé en dehors de la zone noire. Itachi allait également retomber hors de la zone infecté, mais en plein vol, il fut attaqué par plusieurs aiguilles noires qui furent balancés depuis le sang sur le sol. Sa protection au torse le protégea, mais finit par se fissurer, jusqu'à se briser au bout de la cinquième aiguille qui le toucha. Enfin les pieds sur un sol en bois sûr. Il constata qu'un peu de sang noir jonchait le haut de son uniforme à découvert désormais. Il retira cette partie de ses vêtements aussitôt, puis le jeta par terre. Le torse nu, sans armure ni rien, il vit que son haut fondait comme si de l'acide dévorait le tissu de l'habit, prouvant que son réflexe était intelligent. Cinq à six mètres le séparaient d'Azelia qui avait repris l'équilibre. Alors qu'Itachi fixait Azelia avec toujours autant de haine, elle semblait totalement amusée.

- Finalement, je commence à me demander qui est le plus dangereux entre toi et ton maître. C'est la première fois que j'affronte un utilisateur de ces pupilles d'exceptions, et je crois que je vais devoir redémarrer mes recherches, en utilisant tes propres yeux comme sujets d'études.

Itachi ne répondit rien. Il recomposa ses mudras pour utiliser une nouvelle technique, mais par le répertoire opposé à celui utilisé habituellement, l'eau. Une vague d'eau fut ainsi envoyé vers Azelia qui le subit de plein fouet. Après avoir été légèrement emportée, elle vola en dehors de l'eau pour atterrir plus loin.

- Tsss... Je hais être mouillée en plein combat. Tu as réussi à me taper sur le système, Ita...

Soudain, elle sentit le poids de son corps se développer, et son sang se glacer. Son abdomen fut transpercé depuis le dos par un katana bien aiguisé, celui d'Itachi. Le visage blessé, et les yeux grands ouverts, elle cracha un peu de sang noir depuis sa bouche, avant de retourner sa tête pour voir Itachi qui venait de la pourfendre.

- Toi... Bleurg... Com...mment as tu.... ?

- Et voilà, c'est bien ce que je dis sans arrêt. Rien n'est imperceptible. Chaque chose dans ce monde a une faiblesse, c'est l'équilibre même des énergies qui l'a décidé ainsi. J'ai analysé votre corps tout entier.

- Héhé... Petit coquin...

- Le Mangekyou Sharingan activé, j'ai pu approfondir mon art analyptique pour mieux raisonner et mieux percevoir comment vous pourfendre. Et j'ai constaté que le plus gros de l'énergie produite par le sang noir se trouve au creux de votre épiderme. Vous utilisez le sang noir pour durcir votre peau. Et donc, j'en ai déduit que l'élément le plus adapté pour vous vaincre, c'est l'eau. Même vous, tyran parmi les tyrans, vous avez une faiblesse aussi grande et aussi déductible avec un peu de jugeote. Maintenant, j'ai pu transpercer votre peau, ainsi trempée.

- Haaa... ces pupilles... sont vraiment remarquables. Mais elles restent un mystère pour moi... Tu... n'as pas... idée à quel point... cela me met en colère, Itachi. Moi qui suis destinée à... régner et à faire évoluer ce monde... Je me dois de tout posséder, tu m'entends ? Ce secret qui est en toi, je l'obtiendrai !

- Laissez donc justement ce secret révéler cette destinée dont vous ne serez plus celle qui le façonnera.

Azelia, regarda devant elle, puis vit Itachi proche d'elle, tentant de l'hypnotiser. Celui derrière n'était qu'un vulgaire clone aqueux, matérialisé par l'eau au sol. Itachi tenait Azelia dans sa toile cette fois. Tel est pris qui croyait prendre. Les pupilles sacrées d'Itachi apparurent chez Azelia, comme si elle même possédait deux Sharingans. Sauf qu'elle était purement hypnotisée.

Azelia se réveilla dans un élément macabre, ou il n'y avait aucun mur, ni rien, juste un ciel gris, sans soleil ni lune. Un espace différent de celui de la réalité. Elle flottait au dessus d'un océan encore plus grisé. Il n'y avait que cette couleur, le gris. Aucune autre. Elle était suspendue au dessus de cet océan du néant, les bras écartés, les chevilles jointes. Trois pieux perçaient d'une part ses poignées, et de l'autre part, ses chevilles, sur ce qui semblait être une croix.


- Je suis attachée ? Ou plutôt, j'ai été prise dans une illusion ?

Soudain, comme par magie, une armée se dressa devant elle. Mais une armée composée que d'un seul membre dupliqué en une centaine d'exemplaires. Itachi tenait sa lame vers le haut, comme tous les clones derrière lui.

- Ne tentez pas de vous échapper, vous êtes prisonnière de mon illusion. Laissez vous envahir par une souffrance sans limite, avant de perdre votre dernier souffle.

Une première lame pourfendit Azelia, puis une autre, puis une troisième.

- Chaque seconde, vous sentirez une lame s'enfoncer toujours plus profondément dans votre chaire. Vous ressentirez le poids de la souffrance de vos victimes traverser vos veines, puis votre esprit. Comme nous sommes dans un espace sous mon contrôle, vous continuerez de souffrir, même si je touche votre coeur. Cela ne s’achèvera que lorsque je l'aurai décidé... Azelia...

Le sang d'Azelia continuait de gicler, comme si son corps avait une réserve infinie de sang, ou plutôt, comme si son exécution suivait un cycle sans terminal. Azelia suait en même temps, tandis que son visage exprimait une chose dont seul Itachi était le veinard qui pouvait se venter d'observer une telle chose: la terreur.

[ Musique d'ambiance: https://www.youtube.com/watch?v=89YuBrdB-N8 ]

- Qu'est ce qui m'arrive ? Je tremble ? J'ai peur ? Pourquoi... ? Je n'ai plus ressenti de peur depuis... ce jour... ou plutôt, était-ce... ce jour là ? Ou non, ce jour... En fait, j'ai eu souvent peur... Ou alors, était-ce... J'ai mal... Ce n'est qu'une illusion pourtant... J'ai si froid... et si chaud.

- Tuons la ! Détruisons la ! Maudite succube ! Démon ! Sorcière !

- Pourquoi j'entends ces voix ? Pourquoi ? Ces voix, je les ai déjà entendu. Ces humains qui ont voulus me réduire en cendres... Ils réapparaissent dans mon esprit. Et pas que ça. Les flammes... Le bûcher... Les cris, les prières pour que je disparaisse, les incantations, les regards et les insultes. Tout y est, au fond de mon esprit... J'étais aussi crucifiée ce soir-là...

- Salope ! Crève ! Souffre ! Enfant du diable ! Arrachons lui la peau ! Violons-là ! Sale pute !

Visiblement, le simple fait d'être crucifiée dans cette illusion remémora de vieux souvenirs chez Azelia, qui devint de plus en plus instable ! Elle remua des bras et des jambes, puis fixa le ciel sans âme de l'espace où elle était enfermée, avant d'exploser de rire.

- Hahahahaha. Haaaaaaahahahahahaaaaaaa... HAAAAAAAAAHAHAHAHAHAHAHAHA !!!! HAAAAAHAHAHAHAHA !!!!

Le rire devenait de plus en plus psychotique, tandis que la torture continuait de plus belle. Ce rire devint de plus en plus celui d'un être qui souffre, qui se lamente, qui veut pleurer de toutes ses forces, tandis que pour accompagne les hurlements de folie, le bruit d'une lame qui transperçait des boyaux retentissait toutes les secondes, alors qu'une quantité infinie de sang éclaboussait dans tous les sens.

- Haaaaaaaaahahahaha ! HAAAAAAH ! HAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! HYAAAAAAAAAAAAAARGH !

.... Trahison, sang, guerre, violence, destruction, tyrannie, cruauté, génocide, viols, horreurs et despotisme. Tant que ces actions et sentiments perdureront dans ce monde. Tant que les conflits provoqueront encore et toujours du mal sur Atrium. Je... CONTINUERAI D'EXISTER ! Tu m'entends ? UCHIWA ITACHIIIIIIIII !!!!!

De retour dans la réalité. Azelia tenait debout par pure magie. Mais elle était vide, elle ressemblait à une poupée de chiffons, et fixait le regard inexistant devant elle, Itachi qui la tenait toujours prisonnière de son illusion. Mais malgré l'absence d'esprit en elle, elle parvint à mouvoir très lentement ses lèvres, comme si il s'agissait d'une machine qui s'arrêtait petit à petit de fonctionner.

- J'ex..is...terai...tou...jo...urs...

Le fait qu'Azelia était prisonnière d'une illusion désactiva ses sorts encore actifs. Ainsi, le sang noir sur le sol s'évapora petit à petit. Quand à Shuujaku, la carapace noire autour de lui se fissura, révélant ainsi le jeune dragon noir qui était donc de retour. Malgré la difficulté pour réaliser où il était, il parvint à voir Itachi devant Azelia, et même si cela paraissait trop beau pour y croire, son collègue venait de l'attraper dans son illusion.

- Itachi ?

- Chef ! Parfait ! Je ne pourrai pas la tenir prisonnière de mon illusion éternellement. Si je m'approche de trop près, mon sort se désactivera. Alors je vous laisse l'honneur de l'achever. Dépêchez vous !

Shuujaku décida de faire confiance en son ami. Ainsi, il tenta de brûler son katana d'une flamme en or vif. Mais la fatigue prenait le dessus, ainsi que les douleurs physiques. Il était à ça de tomber au sol comme un sac.

- Non... Encore un peu... Nous y sommes presque. Si je tue Azelia... Tout le monde... sera...

Mais sous un élan de férocité enfermé en lui. Shuujaku donna tout en un seul coup. Son arme flamboyé, il se jeta d'une traite vers Azelia. Puis la décapita, sans sommation.

C'est ainsi que cela arriva enfin. La tête du tyran de la Yokume, de la femme qui terrorisait des générations entières d'êtres humains qui priaient pour qu'un héros puisse pourfendre cette descendante des enfers, venait d'être découpée. Tranché par un homme, Shuujaku Kisaragi, chef du clan Hajinmon. Cet homme était sans doute le sauveur de la Yokume pour avoir enfin terrassé la despote lunaire, Azelia Karnstein. Mais sans l'aide d'Itachi, il n'y serait sans doute pas parvenu. Les genoux fléchis, avec comme seule envie de tomber par terre, il fixa la tête de la reine lunaire au sol. Mais étrangement, elle n'était pas sans vie. Elle remua même des lèvres.


- exi...ste...rai...tou..jou...

Voyant cela, Shuujaku poussa un cri de rage, puis planta son katana enflammé au beau milieu du front d'Azelia, pour enfin réduire en cendres son crâne. Et pour être sure que tout est fini, il balança même une boule de feu vers le reste du corps qui suivit aussitôt. Enfin, Shuujaku se laissa tomber sur le sol, soulagé.

- Enfin fini...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itachi
Ninja d'elite
Ninja d'elite
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 11/11/2014

MessageSujet: Re: Un rendez-vous cauchemardesque   Ven 7 Oct - 0:26

Après la fin de ce combat décisif, Itachi dut rester, seul debout, pour veiller à ses trois alliés qui avaient tous perdus connaissance. En effet, Shuujaku semblait avoir abusé pour la première fois d'un pouvoir encore tout nouveau pour lui. C'était la première fois qu'il prit le risque de se laisser succomber par son sang de dragon, et cela le força à prendre un repos bien mérité, puisque cet effort surhumain pour lui, permit d'enfin vaincre la cause de tous les maux chez les Shinobis, Hayabusa comme Hajinmon. Le jeune Uchiwa avait subi également les contre-coups de son pouvoir totalement acclamé par Azelia. Il n'était plus en mesure d'activer ses pupilles, mais peu importe, car tout était fini.

Cela prit une longue heure avant que les deux filles, qui avaient effectuées une petite sieste après les expériences d'Azelia, ouvrirent leurs yeux. Enfin remises de leurs émotions, le dernier homme debout de la bataille expliqua tout ce qui s'était passé pendant leurs sommeils. Bien que Momiji semblait très satisfaite que la paix allait enfin revenir sur le pays, Nene ne parvint pas à sourire, et alla se recueillir devant le cadavre de son maître, laissant toutes les larmes de son corps glisser sur ses joues. Itachi garda ses émotions pour lui, comme à son habitude. Par contre, il ne comprit pas vraiment comment Nene pouvait paraître en bonne santé, après avoir subi une morsure de la part d'une vampire. Les gênes des démons lunaires persistaient à être un total mystère pour Itachi. Mais au moins, il était rassuré. La tristesse enfin répandue, Nene retourna voir les deux Shinobis restants.


- Nene, lorsque nous retournerons dans notre village, je prendrai le temps de t'examiner. La morsure semble bénigne, mais je dois m'assurer que tu n'as pas été contaminée par le sang noir.

- Vous voulez dire que... je peux remettre les pieds chez les Hayabusa ?

- Le passé reste le passé. Mais j'espère que tu accepteras que nous reprenons un nouveau départ tous ensemble, maintenant que nos ennuis ont enfin pris fin.

- Que comptez-vous faire, Momiji ?

- Je suis navrée, mais je n'ai jamais autant été certaine de ma décision. Maître Ryu a raison. Une prêtresse n'est pas tenue d'endosser une telle responsabilitée. Alors la première erreur que je compte corriger pour notre clan, sera celle-ci. Dès notre retour, je démissionne de mon poste de chef de clan. Je ne vous ai apporté que des soucis ce soir, et mon incompétence a été révélée au grand jour, lorsque Azelia tentait de marchander avec nous. Alors qu'il en soit ainsi, chacun sa place, la mienne n'est pas celle du chef.

- Cependant, qui pourrait bien vous remplacer, maintenant que maître Hanzo n'est plus...

- Et Kakashi qui était mon meilleur élément, et qui a décidé de nous fausser compagnie...

Nene fixa ensuite Itachi avec un regard hypnotique. Elle ne se remémora pas de tout ce qui s'était passé ici, ni comment elle avait pu avoir une morsure sur le cou, ou comment sa chaire se régénérait petit à petit. Mais elle se rappelait très bien avoir hurlé et également menacé Itachi. Qui était-elle pour le juger, alors qu'elle même allait conduire à la mort quelqu'un pour l'intérêt d'une autre personne, voire même d'une population entière ? Elle cherchait les mots à trouver pour lui présenter des excuses qui restaient sur le bout des lèvres. Mais quelque chose d'autre la perturbait, un simple détail qui touche facilement les jeunes femmes.

- Hum, Nene ? Tu as quelque chose à me dire ? J'ai cru comprendre que tu voulais me faire la peau, non ?

- Idiot... J'ai surtout une folle envie de ta peau tout court. pensa Nene tout en scrutant le torse nu du jeune Itachi, avant de regarder ailleurs Je... je suis...

- Ah, enfin un signe de vie !

Les trois ninjas se retournèrent pour voir quel intrus s'exprima soudainement. Ils ne virent que deux personnes. Un homme chauve, portant une tenue de moine. Et ensuite, une jeune femme brune, plutôt fringuée comme une gardienne de temple, armée d'une lance aussi longue que la Naginata de Momiji. A première vue, ils n'avaient pas l'air hostiles, mais leurs présences soudaines, alors que le temple manquait cruellement de vie il y'a encore une heure de cela, ne présageait rien de bon pour Itachi.

- Pardonnez mon impolitesse. Mon nom est Jera, et voici ma disciple, Seung Mina. Nous sommes les deux gardiens, chargés de protéger ce sanctuaire.

- Enchantée, mon nom est Momiji, prêtresse du village Hayabusa. Ici, voici ma disciple, Nene, également du même clan que moi. Quand aux garçons présents avec nous, je vous présente Itachi, sous-chef du village Hajinmon, et l'homme écroulé au sol est le chef de ce clan, Shuujaku. Ou étiez-vous pendant que nous nous sommes retrouvés face à Azelia en personne ?

- Et bien, nous avons effectivement vu Azelia venir pour pénétrer ce temple. Mais inutile de préciser que nous n'avons pas fait le poids. Néanmoins, pour une raison qui nous échappe, elle nous as épargné. Nous avons été retenus prisonniers dans une salle du sanctuaire, à l'intérieur d'une... étrange cage, produite avec une substance noire. Mais ce qui nous retenait prisonniers disparut soudainement.

- C'est normal. Les deux hommes en notre compagnie ont vaincus la reine lunaire. Il n'y a plus rien à craindre désormais.

- Vaincre Azelia ? Vous plaisantez ? Quels genres de démons êtes-vous ?

- Hého, toi ! Tu crois vraiment qu'on s'amuserait à blaguer la-dessus ?

- C'est un miracle. Si vous dites vrai, la colère qui grondait au dessus de notre belle montagne va enfin s'apaiser. Vous avez toute notre gratitude. Néanmoins, j'aurai encore un dernier service à vous demander. Voilà, nos prédécesseurs ont tenus à confier aux quatre grands clans shinobi de la région la protection des quatre clés qui ont scellés l'accès à la chambre de la Yasutsuna, une lame redoutable ayant apparemment été forgé avec les écailles d'un véritable dragon. Car bien que la foi envers leurs talents et leurs sens de la responsabilitée était au rendez-vous, ils craignaient la venue d'Azelia, la monarque qui désirait tout posséder sous sa coupe. Mais... maintenant que tout est rentré dans l'ordre, nous aimerions que vous, chefs de clan, ne portiez plus un tel fardeau sous vos épaules. Pouvez vous nous rendre les clés en question ? Nous avions entendu Azelia, parler d'ouvrir la porte bloquant l'accès à la Yasutsuna. Nous souhaiterions les récupérer, afin que vous soyez enfin en sécurité.

- Hum ? Mais nous n'avons pas ces clés...

Itachi, qui était assis contre le rebord de la salle, avait gardé caché ces trois clés en question. Il en avait pas pris la peine d'en parler aux deux femmes qu'il avait sauvé, mais lorsque Azelia avait été vaincue, ces trois clés apparurent comme par magie. Itachi était au courant que Momiji avait scellé la seule et unique clé qu'Azelia ne possédait pas, en son corps. Il comprit que la succube en avait fait de même avec ces trois clés, et que sa mort avait brisé le sceau, expliquant l'apparition de ces objets. Le jeune homme prit la peine de se lever, et de pointer du doigt les trois artefacts au sol, tant désirés.

- C'est de ça que vous parlez ?

- Oui, c'est cela. S'il vous plaît, veuillez nous remettre ces trois artefacts.  Il est de notre devoir de les remettre à leurs places initiales.

- Hum, avant toute chose, qu'est ce que cette arme a de si spéciale pour que vous voulez absolument que l'on vous rende ces clés ?

- C'est une arme qui a été utilisée par une femme, une pure dragon noir. Elle prétendait que cette arme la manipulait et amplifiait sa soif de violence et de sang. Alors elle a insisté pour que nous la scellions, histoire qu'elle puisse enfin retrouver goût à la liberté. On aurait pensé qu'elle voulait expier ses fautes, dans un sens.

- Se pourrait-il que... ?

Itachi fixa Shuujaku au sol, avant de se retourner vers ce moine qui raconta la vérité sur la Yasutsuna.

- Ces quelques mots devraient suffire pour que vous puissiez appréhender les risques que peuvent causer cette arme. Néanmoins, il y'a une chose qu'Azelia ignorait, c'est que de nombreux trésors sont également retenus sous notre protection. Des trésors très précieux pour l'ordre shinobi, car, il fut un temps, des prêtres des quatre clans se réunirent ici, en ce temple, pour en garder son contenu.

- Quels types de trésors se cachent donc dans votre sanctuaire ?

- Pour vous prouver notre bonne foi, nous pouvons vous montrer ces objets de grandes valeurs directement. Aussi, vous pouvez emporter ce qui vous chante, pour vous remercier d'avoir vaincu Azelia. Ces objets peuvent être des armes, des amulettes ou autres items importants qui vous seront très utiles pour votre avenir, car je n'exclus pas la possibilitée que vos combats perdurent éternellement.

- Il a raison. La mort d'Azelia n'a rien arrêté. Au contraire, ce n'est que le commencement pour nous.

- Hein ? Que voulez-vous dire par là, maître Itachi ?

- Réfléchissez ! Je ne voulais pas en parler avant pour éviter de gâcher l'ambiance, mais Azelia tenait en laisse les démons lunaires, ainsi que leurs bas instincts. Sans une personne compétente comme elle pour tenir les ficelles, ces démons sont libres de causer la tumulte qu'ils ont pleinement besoin de créer. C'est une évidence. Nous allons bientôt avoir une armée de démons sur le dos.

Nene déglutit difficilement, tandis que Momiji resta de marbre.

- Néanmoins, je n'aime pas prendre les décisions seul. Que décidez-vous, Momiji ? Après tout, c'est en vous que repose la dernière pièce du puzzle.

- Très bien, entendu. Je vous laisse ma clé. Cela sera ma dernière décision en tant que chef du clan Hayabusa. Si nous pouvons nous fournir en armes de qualités, qui sait, nous serons peut-être en mesure de retenir l'assaut des démons lunaires une bonne fois pour toute. Et puis, Azelia n'était pas la seule tête pensante. Il y'a encore une personne que nous allons affronter, c'est inévitable.

Même si Momiji ne se sentait plus capable de diriger une troupe de shinobis, il y'a une affaire qu'elle voulait absolument régler néanmoins, et cette affaire a un nom: Ayako Ibusashi. Azelia n'est peut-être plus que histoire ancienne, mais la kunoichi maudite ne restera pas silencieuse.

- Très bien. Suivez nous, je vous prie.

Après être descendu de trois étages, les cinq personnes, ainsi que Shuujaku, toujours inconscient sur le dos d'Itachi, arrivèrent devant une porte gigantesque. La fameuse porte en question était là, avec quatre serrures aux formes très distinctes. C'était cette porte-ci qui ne pouvait s'ouvrir que grâce aux quatre clés.

- Allez-y, Momiji, ouvrez donc cette porte, et prenez tout ce qui vous intéresse. Nous vous devons bien cela.

- N'ayez crainte, si vous avez un doute, nous sommes là.

Devant le sourire de cette disciple du nom de Seung Mina qui savait être discrète jusqu'à présent, Momiji se lança. Itachi était sur ses gardes, même si il était incapable d'activer ses Sharingans pour vérifier si il n'y avait aucun coup fourré dans cet élan de générosité de la part de ce moine. Mais de toute manière, Azelia n'est plus, et ça, ses pupilles l'avaient bien vérifiés. Quoiqu'il en soit, Momiji libéra la quatrième clé en son sein, et s'en servit pour ouvrir la porte. Grinçant légèrement, la porte qui était un monument à elle seule fit apparaître une grande salle, mais vide.

- Mais il n'y a rien dans cette pièce !

- Ce n'est pas fini, Momiji, regardez !

En effet, une seconde porte était là, au fond de la salle. Mais celle-ci n'avait qu'un large parchemin vertical comme sceau.

- C'est derrière cette porte que vous trouvez l'objet tant désiré par Azelia. De base, ce sceau a été déposé par un de vos ancêtres, Momiji. Normalement, étant donné que vous êtes la dernière prêtresse Hayabusa au monde, il n'y a que vous qui puissiez arracher ce parchemin, sans finir maudite ou piégée par un redoutable sort.

- Mais comme Azelia a pris l'habitude de surprendre la Yokume depuis des siècles et des siècles, voilà pourquoi les anciens prêtres ont voulu rajouter un sceau supplémentaire, à savoir, ces quatre clés en question.

- Allez-y, Momiji. Vous êtes l'unique décisionnaire de l'avenir de ce sceau. Que comptez-vous faire ?

- C'est étrange... A quoi sert cette salle si elle ne contient que de l'air ? Je ne comprends pas.

Alors que Momiji tenta de retirer le parchemin, Itachi effectua un ultime effort pour activer, finalement, ses pupilles. Ceci fait, il analysa la moindre trace d'énergie derrière la porte, et le résultat de l'analyse était... à tomber. A un tel point qu'il laissa tomber son chef au sol, puis accourut vers Momiji au plus vite.

- Non, Momiji ! N'ouvrez surtout pas cette porte !

Mais le mal était déjà fait. Elle avait déjà arrachée le parchemin, ce qui eut pour premier résultat de détruire la porte entièrement, avec fracas. Puis ce que redoutait Itachi survint en un éclair. Une énergie maléfique circulait dans toute la salle fraîchement ouverte. Cette tempête magique était ahurissante, au point que même le cumul d'énergie des six personnes ici présentes ne suffiraient pas pour égaler cette magie qui dégageait un souffle redoutable. Soudain, les deux gardiens s'agenouillèrent, comme si ils souhaitaient expier une faute impardonnable.

- Toutes nos excuses, nous ne voulions pas...

- C'est ce que tu voulais, démon ? Maintenant, tu peux nous ramener dans l'au-delà. Allez, qu'est ce que tu attends ?

- Mais qu'est ce qui vous prends, tous les deux ? Et qu'est ce qui se passe ? Qu'a fait Momiji ?

- Elle a juste prouvé qu'elle était la dernière des connes, pour changer. Remarque, je devrais tous vous filer un beau miroir pour que vous vous contemplez, car vous n'êtes guère mieux pour l'avoir laissé faire.

Une nouvelle apparition, peu souhaitée, arriva dans la salle. Tout le monde reconnut la personne en question.

- Ayako !

- Mais franchement, vous avez vu sa gueule ? Un vrai poisson, c'est répugnant ! Bande de baaaaaaaaaakas !

- Ayako, qu'est ce qui se passe ? Tu sais quelque chose ! Dis nous tout de suite ce que je viens de libérer.

- Ta perte, voilà ce que t'as libéré ! Et ma conscience par dessus le marché ! Tu vois, idiote, Azelia m'a raconté ce qui se cache au fond de ce temple. En fait, aux débuts de la Yokume et de ce pays de minables, il existait un démon du nom de Deloria qui sévissait dans les parages. Il a été scellé par les deux enfants de Susanoo, Amaterasu et Tsukuyomi, ou plutôt, une large partie de son esprit a été enfermé ici. Le rituel n'avait pas été totalement accompli visiblement. Il a fallu attendre encore une centaine d'années pour que le corps affaibli de ce truc qu'Azelia nommait un Vasilias, soit enfermé dans un immense bloc de glace par l'un de mes ancêtres.

- Un Vasilias ? Comme Cthulhu !

- Mais pourtant, Deloria a attaqué le village Hayabusa il y'a dix ans de cela ! Comment as t'il fait pour se libérer ?

- Je l'ignore ! Mais de toute manière, je ne suis pas tenue de répondre à vos questions de gros débiles ! L'important, c'est que je vais enfin obtenir justice !

En un éclair, Ayako passa derrière Momiji, et s'amusa avec sa queue de cheval.

- Ma petite Momiji, toi qui m'harcelait sans arrêt pour que je me confie à toi, on va pouvoir causer. Qu'en dis tu ? Et n'ose pas me dire que c'est ni l'endroit, ni le moment pour cela, car c'est la seule occasion que je t'offre pour que tu puisses savoir ce qui se cache à l'intérieur du bloc de glace qu'est devenu mon petit coeur. Si tu savais, comme j'ai eu peur, quand ma vie allait être arraché par cet immonde démon. Mais je voulais exister, me rendre utile pour ton village. Tout ça parce que j'entendais ces couards m'appeler toujours de la même manière: Ibusashi par-ci, Ibusashi par-là. J'ai un prénom, et il a une utilité, mais seulement pour les chiens à l'époque. Bref, proche du couperet final qui allait mettre fin à ma jeunesse maudite, j'ai fini par réussir ce miracle que celui de tuer ce démon millénaire, une bonne fois pour toutes. Et quel remerciement j'ai eu, hum ? Oh, tu la connais l'histoire de toute manière. On insinuait que j'étais plus dangereuse que ce démon, alors, je vais être une sage fille, et donner raison à mes traqueurs...

Ayako donna un coup de pied assez violent en plein dans la colonne vertébrale de la pauvre Miko qui s'écroula au sol, ivre de souffrance.

- Je vais devenir la créature que redoutait ces immondes ninjas de merde. Oui, je ne vais faire plus qu'une avec l'énergie scellée de Deloria. Cela suffira amplement pour... hum, on va dire, détruire ce village qui m'a tellement rebuté par le passé. Je cherchais une occasion parfaite pour établir ma vengeance contre vous, et voilà la parfaite manière de vous juger convenablement. Et tout cela grâce à toi, Momiji. Tu savais que, grâce à ma magie, je pouvais reproduire une reproduction des clés que vous possédiez, ninjas de merde ? Y'avait que ce sceau qui me posait problème, mais tu t'en es chargé pour moi. Merci ! Maintenant, tu vas rendre encore plus utile à l'humanité, en crevant !

- Je t'en supplie, Ayako. Ne fais pas ça... Tu peux encore faire machine arriè... BWAAARGH !

La malheureuse n'eut pas le temps de poursuivre qu'Ayako frappa un grand coup en même endroit, obligeant Momiji à rester au sol. Puis elle la retourna sur le dos, et donna un énième coup de pied en plein estomac, tout en appuyant le plus fort possible avec son geta droit pour écraser l'organe interne de la prêtresse qui, sous le choc, se positionna à quatre pattes, et recracha les morceaux de son déjeuner au sol.

- Momiji !

- Quelle bouffonne, bien sur qu'il est trop tard, mais pour vous. Ne vous avisez pas d'essayer un seul instant de me raisonner. Vous avez tué Azelia ! Vous avez buté celle qui m'a protégé et qui m'a tout appris ! Il ne me reste plus rien ! Je suis seule maintenant ! Mais cela ne durera pas longtemps !

Prise d'une excitation soudaine, Ayako écarta les bras, tandis que l'orage tapait soudainement, pendant que les volets de la grande salle claquaient sous le souffle violent de la tempête qui présageait un malheur prochain.

- Je vais travailler dur pour reprendre les ambitions qui animaient le coeur de ma reine ! Oui, tous ses projets, tous ses désirs, seront les miens désormais. Je vais devenir la nouvelle Azelia ! Et pour cela, je vais m'implanter la même dose de sang noir qui coulait dans ses veines ! Ainsi, je serai enfin suivie par une armée qui sera mienne ! Qu'est ce que vous en dites, hum ? Ca sonne intéressant, au fond !

- Oui oui, très intéressant ! Vraiment ! Mais je crois que tu es encore un millénaire en retard, ma pauvre Ayako !

Alors que la tempête éclatait toujours plus fortement, une nouvelle silhouette, beaucoup plus inquiétante sommeillait dans l'ombre. Lorsqu'un éclair survint et créa un bruit extrêmement tintamarre, Itachi et les autres pouvaient voir qui était cette personne.

- Azelia !

- Ma reine, vous êtes vivante !

- Evidemment que je suis vivante, t'es si mignonne, ma petite Ayako... Qu'est ce que je t'ai appris, hum ? JE suis celle qui va démarrer l'évolution parmi ces troupeaux de moutons, JE suis celle qui va guider le peuple vers le nouvel ordre qui va démarrer, et JE suis celle qui doit neutraliser toute forme de haine. Et tant que mon objectif ne sera pas sur pied, JE continuerai d'exister. Ne doute plus jamais de moi, Ayako !

- Oui !

- Maintenant, je peux faire disparaître ces deux cadavres que j'ai également ressuscité. Leurs rôles sont remplies. Dormez bien !

Ainsi, le moine et sa disciple, qu'Azelia avait pris soin de tuer avant de leur redonne vie, disparurent comme neige au soleil.

- C'est inconcevable ! Mes pupilles ne se trompent jamais ! Je suis en mesure de différencier une copie de l'originale. Celle que nous avons affronté était faite de chaire et de sang. Ce n'était pas une clone conçue par magie !

- Correct, Itachi ! Mais je n'ai pas de soeur jumelle, aux dernières nouvelles. On va plutôt dire que parmi mes projets les plus brillants qui vise l'évolution, j'ai longuement travaillé à créer un véritable clone de moi-même. Une copie parfaite, que ce soit dans les gênes, le sang, la composition au détail près, avec les formes qui vont avec. Néanmoins, ce n'était qu'un prototype raté. Vous avez servi comme sujets de tests, toi et Shuujaku. Quel honneur !

- Attendez ! Vous pouvez réellement créer des copies parfaites de vous-même ? Combien avez vous conçues d'exemplaires ?

Tout en soupirant les yeux fermés, Azelia s'amusa à enrouler son doigt autour d'une mèche de cheveux, avant de répondre.

- Qui sait ? Une, deux, dix, cent, mille. Si ça se trouve, je suis même partout !

- C'est pas... possible !

- Par ailleurs, ne sois pas trop arrogant, Itachi. Sache que vous n'avez vaincu qu'un prototype qui a été étudié pour ne contenir que 10% de ma puissance réelle. Rassurant, pas vrai ? Comme elle le disait, vous avez du potentiel, mais vous le gâchez perpétuellement.

- Comment savez vous cela ?

- Par souci de réalisme, j'ai placé une partie de ma conscience en cette poupée de chaire et de sang. Ce qui fait que toutes ses paroles, et tous ses gestes viennent de moi, de mon contrôle absolu. Je pilotais ma copie dans l'ombre, testant ses capacités comme les vôtres. Et tout ce qu'elle a vu et entendu ont été transmises à ma propre conscience. Ce qui signifie...

Azelia foudroya subitement Itachi du regard.

- ... que ta petite illusion, Itachi, je l'ai parfaitement ressentie et vécue puisque mon âme était présente dans cette copie. Je n'oublierai jamais qu'un jeune impertinent de ton espèce ait osé me mettre dans cet état de folie. Merci beaucoup de m'avoir fait revivre mon pire cauchemar. Quand j'aurai bien pris soin de toi pour t'arracher tes yeux, je vais faire en sorte que tu subisses les pires sévices et les tortures les pus dégoûtantes, comme j'en ai plus fais depuis au moins un bon millénaire.

- Pas si on vous en empêche !

- Allons, baisse ton arme, Itachi. Je vais prendre quelques secondes pour me radoucir. Ainsi, j'ose espérer que vous allez réfléchir et réaliser intelligemment que vu la situation, vous feriez mieux de jeter l'éponge, hum ? Ayako, ne perdons pas de temps, absorbe l'énergie de Deloria, et ensuite, direction le village Hayabusa. Tu vois, Momiji, ce que c'est d'être un commandant ? Une erreur, une simple erreur, et le château de cartes s'écroule en un instant. Le fait que je suis toujours sur le trône depuis plus d'un millénaire, demeure la preuve irréfutable que je ne connais pas l'erreur. Bien que ta naïveté reste un exemple à ne pas suivre pour les générations qui... oh, suis je bête, il n'y en aura pas, car tout va périr ce soir !

Alors que Momiji souffrait le martyre, elle fixa Azelia avec un regard haineux. C'était la première fois qu'on pouvait apercevoir la Miko faire preuve d'autant de colère. Elle prit un certain élan, et se releva.

- Je refuse... Je refuse d'être l'instrument qui servira à la destruction de mon village ! Je vais vous empêcher de commettre l'irréparable, peu importe ce que vous dites ! Viens à moi, Smaug !

Momiji invoqua son imposant de dragon, qui, par chance, tenait dans la gigantesque salle ou se trouvait tout ce petit monde. Sans dire un mot, il montra les crocs vers Azelia qui garda son sérieux, sans fléchir des genoux, ni trembler. Le dragon tenta de dévorer la succube, mais celle-ci fit un bond en l'air, puis posa sa main sur le haut de la mâchoire grande ouverte du dragon. La charge du dragon s'arrêta soudainement, comme si Azelia matait l'animal mythique de son simple regard.

- Smaug ? Que se passe t'il ? Réponds moi !

Mais Azelia ne s'arrêta pas là, elle invoqua une faux, puis passa au dessus de la gorge du dragon.

- Non ! Smaug ! Enfuis-toi !

- Bye bye !

En un coup éclair, Azelia décapita le dragon, malgré ses écailles résistantes, elle le découpa comme un vulgaire morceau de viande. Momiji était au bord de la crise de nerfs, tandis qu'Azelia lécha le sang qui jonchait le long de la lame de sa faux.

- J'espère que tes yeux pétillaient d'espoir quand tu as rencontré ce dragon, car c'est mon but, maintenant, de brûler tout cet espoir pour qu'il en reste plus que néant et que la souffrance en devienne effroyable pour toi.

- SMAUG ! NOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !

- A votre tour... mes agneaux... hihihihihihihi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azelia
Reine
Reine
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 18/06/2013

MessageSujet: Re: Un rendez-vous cauchemardesque   Dim 9 Oct - 22:36

La situation était devenu catastrophique pour les trois ninjas restants. Azelia était toujours vivante, et comme si cela ne suffisait pas, elle avait précisée qu'elle avait la capacité de créer une double parfaite de son propre corps, à l'exception que Shuujaku avait décapité une sorte de prototype qui possédait à peine un dixième des capacités de l'originale. Déjà que ce clone avait déjà fait preuve d'une combativité hors du commun pour de simples shinobis, mais si en plus, elle était à des années lumières de la puissance de l'originale, il faudrait un miracle pour Itachi et les autres pour s'en sortir vivants. Pire encore, l'erreur de Momiji, en ayant naïvement retiré un sceau interdit, rien qu'en écoutant des "zombies", avait libéré un pouvoir qui allait servir pour le projet de l'ennemi.

Itachi s'en voulait également d'avoir trop attendu avant de tenter de tirer cette histoire au clair. Décidément, plus le temps passait, et plus il se sentait incapable de faire confiance à tout ce qui respire. Entre les infectés, les ressuscités et les démons, la menace Azelia était partout, tel un virus rongeant l'humanité au plus profond de sa chaire. Mais bientôt, il n'allait probablement plus réfléchir à tout ça, puisque la mort lui tendait les bras. La faux d'Azelia, après avoir fait couler le sang d'un imposant dragon, allait sceller le sort des trois ninjas d'une seconde à l'autre. Itachi avait néanmoins une dernière carte à jouer, mais les chances que cela fonctionne étaient minimes.


- Savez-vous, mes amis, que quelqu'un qui a la chance de contrôler le sang noir peut ne faire qu'un avec toute aura démoniaque ? Pas besoin de s'inquiéter pour Ayako, Momiji, toi et ta bonté infinie. Va-y, mon enfant, cours recevoir ton cadeau. Tu as enfin mérité de voir le spectacle qui t'attend.

- Tout de suite !

Sans attendre, Ayako se jeta à fond la caisse vers la source de magie qui circulait dans la salle du fond, ouverte par les soins de Momiji. Itachi décida de passer toute sa concentration vers Ayako, car si elle parvenait à ses fins, il n'y aurait plus aucun espoir pour qui que ce soit dans cette salle. Il se jeta alors à toute allure vers la jeune femme pour la stopper, mais il sentit très vite comme des pieux en fer qui se plantèrent dans son dos. Azelia avait envoyé trois Bloody Needles qui transpercèrent sa peau non protégée. Itachi s'écroula au sol, tandis qu'Azelia semblait irritée par le geste du sous-chef des Hajinmon.

- Je ne laisserai personne toucher à un cheveu de ma famille !

Ayako reprit très vite sa course, sans être interrompue, puisque tout ce qui restait niveau résistance, n'était qu'une Momiji au sol, et une Nene tétanisée. Et enfin, elle dépassa la ligne d'arrivée pour se retrouver au beau milieu de ce torrent d'énergie qui appartenait au démon qu'elle-même avait pourfendue alors qu'elle était encore mineure. Cette unique pensée, qu'elle pouvait enfin obtenir vengeance en utilisant la force destructrice du démon qu'elle avait vaincu pour l'unique fois ou elle avait tentée de protéger ce clan qu'elle maudissait tant, cela la faisait frétiller d'impatience. Elle écarta les bras, comme si elle attendait quelque chose. Quelques secondes suffirent pour que son corps aspira l'intégralité de l'énergie encore scellée il y'a quelques minutes.

Pendant ce temps, alors qu'Ayako se faisait une beauté dans son coin, Itachi tenta désespérément de se relever. Sans gaspiller sa salive devant une Azelia prête à tuer tout ce qui bouge, il garda fermement son katana en main, les pupilles actives. Il scanna le corps d'Azelia qui était de chaire et de sang comme le précédent, mais la succube ne dégageait à peine plus d'énergie que l'ancienne Azelia. Etait-ce encore une clone ? Cela rassurait quelque peu Itachi, jusqu'au moment ou celle-ci ouvrit la bouche pour faire chuter le moral du dernier ninja qui pouvait lui tenir tête, étant donné que Shuujaku refusait de reprendre connaissance.


- Etant donné que 10% ne suffisaient pas, on va monter la barre légèrement plus haute. Ne sois pas si déçu si je n'utilise que 20% maintenant, Itachi. Et pour éviter tout risque...

Sous la surprise d'Itachi, Azelia commença à fermer les yeux. Elle comptait se battre les yeux fermés, pour éviter d'être une seconde fois la victime des violentes illusions du jeune Uchiwa ? Cela pouvait paraître ridicule, mais pour quelqu'un du gabarit d'Azelia qui était d'une autre dimension, il fallait rester prudent. Itachi ne se fit pas prier pour envoyer une multitude de corbeaux en direction d'Azelia. La reine lunaire se contenta de soulever sa faux au dessus d'elle, gardant toujours les yeux bien clos. Elle effectua une rotation à toute vitesse de son arme, créant une tornade noire qui l'entourait, explosant un grand groupe de corbeaux évidemment, mais quelques uns parvinrent à s'échapper par les fenêtres, seuls issues encore disponibles. Enfin, le jeune ninja attaqua directement avec son katana Azelia, qui, sans effort, attrapa de la paume de la main la lame de son ennemi.

- Même les yeux fermés, elle parvint à lire mes mouvements ?

- Soul Steal !

Très rapidement, une dizaine de sphères blanches évacuèrent le corps d'Itachi pour rejoindre celui d'Azelia. Il fut peu de temps avant qu'Itachi perdit totalement conscience à son tour. Il n'en restait plus que deux. Azelia put enfin ouvrir les yeux, seulement pour voir Momiji bondir vers elle, la Naginata levée. La Miko frappa au sommet du crâne de la succube d'un coup vertical, dans l'objectif insensé de la couper en deux. Mais évidemment, elle avait prit le réflexe d'activer sa protection magique pour solidifier son corps. Tout ce que Momiji parvint, c'était de frapper dans le vide. Azelia en profita, la lame de la Naginata toujours au sommet de la tête, pour poser sa main sur l'arme, et, d'un coup sec, réduisit son arme en morceaux, comme une vulgaire branche de bois. Désarmée, Momiji recula, effrayée, seulement pour être rattrapée par Azelia. Cette dernière leva la jambe pour donner un coup de pied en pleine mâchoire à la jeune Miko, qui pouvait méchamment sentir le talon de la botte se répercuter en dessous de son menton. Une fois au sol après avoir bien valsée, Azelia posa sa faux par terre, puis la poussa du pied en direction de Momiji.

- Oublie cette camelote à ton image. Tiens, mon enfant, utilise ça. Voilà une arme qui tranche !

Se relevant doucement, Momiji décida de profiter de l'élan de générosité de la part d'Azelia, et ramassa son arme, avec difficulté. Pourtant, la faux ne pesait probablement pas plus de deux ou trois kilos, comme une bâtarde. Mais quelque chose la rendait définitivement plus lourde. Après un effort trop surhumain pour elle, Momiji, souffrant le martyre, parvint à soulever l'arme, et courant étrangement, presque en trébuchant, Momiji atteignit Azelia qui esquiva le coup horizontal rien qu'en effectuant un petit saut. Azelia, d'ailleurs, posa les pieds sur la lame de sa propre arme, droite comme un piquet, les bras croisés.

- Pitoyable ! Tu n'es même pas capable de synchroniser ton énergie avec une arme magique. Diantre, c'est malheureux, tu ne maîtrises même pas la base. Je ne vois qu'un seul type de mort qui te siéra à merveille.

La succube blonde fit un léger bond pour enfoncer son genou en plein sur le visage de Momiji. Vacillante, Momiji n'eut pas le temps de respirer qu'elle sentit le poing d'Azelia en pleine joue droite, puis la gauche, et continuellement. Azelia frappait de toutes ses forces, avec quelques tâches de sang qui giclèrent sur son front. Nene restait immobile devant ce spectacle trop effroyable pour elle. L'espoir avait fané en elle. Et alors qu'Azelia asséna un énième coup à la Miko qui s'écroula à terre, la terreur noire s'approcha d'elle. Nene voulait hurler devant cette situation qui avait trop duré et qui l'étouffait à petit feu. Et c'est alors qu'Azelia se rapprocha d'elle.

- Non, je vous en supplie. Pitié...

- Du calme, tu ne vas pas mourir, sauf si tu en décides ainsi. Je vais t'emmener quelque part. Et je n'oublie pas que tu as souhaité la mort de cette femme il y'a encore quelques jours. Laisse moi guérir ta pleutrerie, en marquant ton esprit à jamais d'une empreinte indélébile.

Soudainement, le bruit assourdissant qui résonnait impitoyablement dans la grande salle à côté s'acheva. Le rituel d'unification semblait terminé. Ainsi, Ayako sortit de l'obscurité petit à petit. Nene transpirait rien qu'à imaginer ce que allait donner la fusion entre un Vasilias comme Chtulhu, et une cinglée psychopathe au sang glacée. Pourtant, aucune réelle modification avait été effectuée au corps d'Ayako.

- Qu'est ce que... Est-ce que ça a fonctionné ?

- Oi, Azelia ! C'est quoi ce foutoir ? J'ai aspiré du vent là. J'pensais que j'allais prendre une apparence bien stylée comme racontée dans les bouquins pour adolescents !

- Mûris un peu, tu veux ? Estime toi heureuse, cela signifie que tu es parfaitement en mesure de supporter la pression énergétique d'une créature comme Deloria. Tu évolueras en temps voulu. Et de toute manière, nous n'attendions plus que toi pour démarrer l'expérience finale. Embarque ces deux femmes, et allons-y... pour le village Hayabusa.

Nene et Momiji furent emprisonnés à l'intérieur de deux cristaux de glace qui flottaient au dessus du sol.

- Qu'est ce qu'on fait des deux hommes ? Je les achève ?

- Huuum, après réflexion, je vais les laisser en vie. Ne sois pas vexée, mais ils ont un talent indéniable, tout comme toi. Je veux les étudier, et j'y parviendrai cette fois. De toute manière, j'ai les hommes qui me faut pour les surveiller. Je les ai rappelé, ils ne vont pas tarder.

Deux minutes plus tard, deux silhouettes prétendues mortes apparurent, celles des deux ninjas vaincus par le duo Hajinmon, Ryu et Genshin.

- Ils dorment paisiblement, sans se douter un seul instant qui n'ont même pas frappé suffisamment fort pour terrasser ces deux hommes. J'ai de la peine pour eux. Le sang noir semble avoir plutôt bien amplifié leurs résistances. Ne perdons pas de temps, ils ne pourront plus rester debout sur leurs deux jambes éternellement.

Azelia et Ayako s'éclipsèrent par les fenêtres de la grande salle avec leurs prisonnières, laissant les deux hommes, perdants de la bataille, surveillés par deux morts-vivants qui avaient perdus leurs esprits et leurs morales.

***

La nuit, toujours aussi paisible, couvrait le village Hayabusa qui dormait paisiblement. Quelques torches qui brûlaient en permanence suffisaient pour que de loin, depuis une colline, on puisse tout contempler par une vue gracieuse et attrayante. Mais le décor allait bientôt devenir chaotique. Deux ombres haineuses planaient depuis cette colline.

- Observe, Momiji. Et toi aussi, Nene. Regardez tout, sans fermer les yeux. Apprenez de vos erreurs, qui sait, cela vous sera peut-être utile dans l'au-delà. Ayako, te sens-tu prête ?

Mais aucune réponse ne parvint. Ayako demeurait immobile devant la vue du village Hayabusa. Elle resta sur place comme une statue de glace, fixant le village, tout en se remémorant la quasi totalité de sa jeunesse. La discrimination, le sentiment d'infériorité, d'injustice, le visage de sa mère décédée qui s'était suicidée, sous la pression de ses oppresseurs. Une famille jamais unie, à cause d'une zizanie sans aucun sens. Ce qui la rendait haineuse envers l'humanité, allait en partie disparaître grâce à cette simple action.

- Ayako, je t'en prie. Réfléchis, il n'est pas encore trop tard. Ne fais pas ça. Je fais appel à ton bon sens.

- Silence, Momiji !... Je n'ai rien à te dire. Je sais que tu n'es aucunement responsable de la mort de ma mère. Mais tu as préférée endosser une honteuse responsabilité. Si tu tenais tant que ça à moi, tu aurais abandonné ce code à la noix. Tu ne te fierai pas seulement à ce nom qui devrait t'emplir d'un dégoût total. TOI, tu aurais fais appel à ton bon sens. Mais t'as préférée rester avec ceux qui gardent l'esprit fermé. Je n'ai pas à discuter avec toi. Adieu, Momiji...

Ayako s'approcha de la falaise, les yeux fermés, le souffle tendu. Elle battit des ailes, pour s'approcher davantage de la cible.

- Qu'est ce que je fais, maintenant ?

- Vole au dessus du village, et laisse toi aller. Utilise n'importe quel sort qui te viens à l'esprit. Tu verras, le résultat sera drastiquement différent. Allez, Ayako. N'aies pas peur, je compte sur toi.

Momiji vit Ayako voler vers le village, et, comme sa collègue, sentit l'angoisse grimper jusqu'au cou.

- Je vous en prie, Azelia. Tuez moi, maintenant. Je ne veux pas en voir davantage.

- Momiji, prends encore le temps de vivre, même quelques minutes. La torture ne doit point être vu comme un supplice, mais comme une leçon, je te le répète. Sois honorée que je t'enseigne le fruit de ton échec avant de te porter le coup fatal.

Ayako était pile au dessus du village, à environ 300 mètres en altitude. Elle ne pouvait donc voir ces ninjas qui semblaient stressés par le départ de Momiji. Mais elle s'en doutait. Au point qu'un village tout entier élise une prêtresse au rang de chef, cela prouvait sans raison réelle qu'elle était aimée par ces hommes. Cet amour, cette confiance, ce fanatisme absolu, cette dépendance aveugle, allait pour Ayako, causer la perte de tous ces ninjas de pacotille qui ont fait de sa vie un enfer, elle qui était cent fois plus talentueuse.

- Adieu...

Les nuages dans le ciel se rejoignirent, formant une perturbation atmosphérique en forme de cercle. La course nuageuse s'accéléra, tandis que de manière surprenante, le ciel noir prit une teinte rosée. Au centre de la perturbation, une lumière qui pouvait paraître divine pour les petits ninjas qui peuplaient ce village, baignait ce même village qui commençait à s'alerter. Mais il était trop tard. Ayako venait d'invoquer plusieurs blocs de glaces à l'épaisseur absolument titanesque. Ces blocs qui faisaient la taille d'au moins dix hommes étaient de couleurs rouges sang. Ils chutèrent à vitesse élevée, pour enfin s'écraser sur le village, emportant maisons sur maisons, habitations sur habitations. Le ciel tombait sur la tête des Hayabusa, à proprement parlé. Mais ce n'était pas tout. Avec la puissance démoniaque qui boostait la jeune Ayako, le sol se congela automatiquement, donnant l'impression d'observer un lac gelé à la couleur écarlate, aussi lisse que du cristal. Ayako ne le voyait pas depuis là ou elle se trouvait, mais tous les hommes et femmes résidant dans le village furent congelées, comme des statues sans vie. Une purge totale fut menée par cette simple action de la part d'Ayako. D'ici quelques minutes, le village Hayabusa allait être enseveli par la glace. Et comme si cela ne suffisait pas, comme si Ayako avait une dent contre la montagne toute entière, les nuages continuaient de s'exciter, pour qu'au final, une tempête de neige démarra. La tempête était alarmante, et surtout, les flocons étaient également de couleurs écarlates. Le vent était si violent, qu'Azelia dut activer une protection. Elle s'enferma avec ses deux victimes dans un cube noire, coupé du reste du monde. C'était fini, Momiji et Nene ne pouvaient en voir davantage. La Miko était abattue, démolie, sans envie de continuer de vivre. Même Nene ne savait plus quoi faire. Azelia brisa les deux cristaux à la seule force de ses poings pour libérer les deux femmes qui ne pouvaient rien apercevoir d'autre que du noir et le visage d'Azelia qui les regardaient de haut, et avec envie.

- L'heure de l’exécution a sonné. PARASITE !

Azelia pointa du doigt Nene qui ne contrôlait plus ses mouvements. Elle en fit de même pour Momiji qui, elle, demeurait immobile. Nene bougeait automatiquement, tenue par des ficelles invisibles contrôlées par Azelia. Elle força d'ailleurs la jeune femme à se saisir de sa dague. Nene comprit ce qui se passait.

- Non, je vous en prie, tout mais pas ça !

- Tu voulais tuer cette femme, je me trompe ? Et bien, je t'exauce ton souhait. Vous, humains, vous n'êtes vraiment jamais contents.

Ni une, ni deux, Nene poignarda Momiji en plein plexus solaire, puis asséna un second coup un peu plus haut, et enfin, un troisième. Le sang fusait dans tous les sens, tandis que Nene pleurait à n'en plus finir.

- Arrêtez ! ARRETEZ ! Pourquoi être aussi barbare ? Nous sommes résolues à mourir, alors, laissez nous mourir en paix, sans nous faire souffrir !

- Je veux que vous goûtez à un festival de souffrance avant de périr. Je veux vous le faire partager. C'est mon cadeau d'adieu. Ainsi, vous comprendrez peut-être comment on a pu en arriver là, ninjas...

Après un quatrième, puis un cinquième coup de poignard, Momiji était à moitié morte, quasiment vidée de son sang. Mais Azelia, toujours aussi tordue avec la souffrance, décida de poursuivre la torture. Elle invoqua pour la seconde fois des tentacules qui sortaient du sol, attrapèrent, pieds et poings liés les deux femmes. Et tout comme avant, le bout de deux tentacules commencèrent à sucer le sang des deux femmes, ou plutôt, une transfusion sanguine de masse démarra, sauf que cette fois, le sens était inversé.

- Regarde à quel point je suis une reine à l'extrême générosité, Nene. Tu trouves que Momiji perd trop de sang ? Alors, on va remplir le manque que tu as causé.

- Vous êtes... monstrueuse...

- Oh oui, redis le moi encore, je ne m'en lasserai plus de ces paroles emplies d'amours, hihihi.

La transfusion démarra. Nene, consciente cette fois, sentit que ses forces l'abandonnèrent, au profit de sa chef. Mais pouvait-on parler réellement de profit lorsque, quelques secondes plus tard, Momiji commençait à être victime de douleurs internes absolument abominables. La pression du sang chez Momiji commençait à devenir trop importante, tandis que la transfusion s'effectuait bien trop rapidement. Petit à petit, Momiji sentait qu'elle allait éclater d'une seconde à l'autre. Elle tremblait comme une machine à laver mal réglée. Puis, quelque chose horrifia Nene. Son sang commençait à s'échapper par toutes les issues possibles. Les oreilles, les narines, la gorge, les yeux, et d'autres endroits pas très joyeux. C'était quasiment épouvantable.

- Arrêtez.... ça......

Nene voulait hurler à la mort devant un tel spectacle, mais elle n'y parvenait pas, elle était à deux doigts de s'évanouir, tellement elle avait offert de sang à la malheureuse qui mourut sous d'atroces souffrances. Le traitement avait achevé Momiji sur le coup qui fut relâchée comme un sac de patates au sol, de même que Nene qui resta allongée au sol, complètement abattue.

- Bien, Nene, que décides-tu ? Tu as tout perdu. Ton village, tes maîtres, tes amis. Mais ne vois pas cela comme la fin, mais plutôt comme une opportunité de tout recommencer. Tous mes hommes les plus fidèles ont eu le même début. Ils n'avaient plus rien. Il en est de même pour Ayako. Nous avons tous ce point commun qui nous lie. Alors, décides-tu de vivre ? Je peux faire en sorte que la tragédie que tu viens d'observer disparaisse en un rien de temps de ta mémoire. Quelle est ta réponse ?

- Ma réponse... est...

Avec un dernier élan, Nene ouvrit grand la bouche, tira la langue, puis se coupa la langue impitoyablement avec ses dents. Azelia était en face de deux cadavres désormais. Il semblerait que Nene préférerait se suicider.

- Il n'y a vraiment plus rien à sauver chez les shinobis...

Azelia fit disparaître le cube noir, pour enfin avoir une magnifique vue... sur une montagne rouge sang, grâce à la tempête de neige causée par Ayako. Quand au village Hayabusa, il ne restait plus rien, à part une large zone verglacée, et une forêt de cristaux géants qui avaient tout piétinés. Le bilan était simple: aucun survivant. Ayako fixait son chef d'oeuvre depuis le ciel, fronçant les sourcils. Mais dans son âme, tout n'était pas terminé. Son coeur n'était pas encore vengé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shuujaku
Chef Hajinmon
Chef Hajinmon
avatar

Messages : 98
Date d'inscription : 30/12/2013

MessageSujet: Re: Un rendez-vous cauchemardesque   Jeu 13 Oct - 21:23

A des kilomètres de l'incident qui provoqua le génocide du clan Hayabusa, le calme restait présent. Une patrouille composée de trois shinobis d'élite stationnait dans une forêt proche du temple du dragon noir. Ils semblaient patienter discrètement, comme si ils attendaient un signal précis. De là ou ils se situaient, il ne pouvait voir ce qui se tramait chez les Hayabusa. Ainsi, inconscients du chaos qui régnait dans une vaste zone du pays, ce trio continuait d'attendre, sans que la moindre conversation brise le silence glacial entre eux. Le groupe était composé de deux femmes et un homme, tous du clan Hajinmon. Tout d'abord, une kunoichi aux cheveux noirs, coiffée en queue de cheval, et portant une tenue moulante couleur rouge, et qui présentait généreusement ses formes. L'autre femme portait un masque de renard du front, jusqu'au nez. La mâchoire dévoilée, on pouvait constater une balafre au niveau de la joue gauche. Elle avait des cheveux rouges mi-longs, et un yukata court de couleur mauve, dévoilant également quelques formes généreuses. L'homme, lui, était un ninja au look basique, portant une tenue de ninja masqué couleur grise. C'est d'ailleurs cet homme qui décida de briser ce calme stressant.

- Tsss, Itachi nous sous-estime grandement. Sous prétexte que la mission inclut la présence d'Azelia, nous sommes contraints d'attendre ici, qu'il dédaigne nous envoyer un signe.

- Tu n'as pas totalement tort, Smoke. Néanmoins, arrête de te plaindre. Tu as été formé pour rester à l'affût en toute circonstance. Ca fait même pas une heure que nous sommes postés ici et tu sembles déjà à deux doigts de perdre ton sang-froid.

- Vous semblez mal connaître Itachi. Il est évident qu'il ne nous considère que comme des soutiens provisoires. Il refuse que nous soyons exposés dans un danger trop important. C'est son esprit protecteur qui le guide. Surtout si, justement, c'est Azelia la cible cette fois-ci.

- Raison de plus pour nous laisser l'accompagner jusqu'au temple, si c'est Azelia qu'il faut abattre.

Mais les ninjas allaient enfin avoir des nouvelles du lieutenant du clan. Un corbeau se posa sur le bras de Taki. Ce corbeau avait la particularité d'avoir les mêmes pupilles qu'Itachi. Il était clair pour elle qu'ils allaient enfin pouvoir bouger.

- Un corbeau aux Sharingans. Et bien voilà, Smoke et Kunimitsu, vos voeux sont exaucés. A l'action !

Sous le commandement de Taki qui semblait être la sous-lieutenante lors de cette mission, le trio s'élancèrent d'arbres en arbres. Il ne fallut que deux à trois minutes pour qu'ils arrivèrent sur la longue colline pierreuse ou sommeillait le temple des dragons noirs. Sans être inquiets par le signal d'Itachi, ils accoururent tels des félins vers l'entrée, sous les gestes et signaux de Taki. Une fois à l'intérieur, brandissant leurs armes de combats, ils longèrent les couloirs sombres du palais, toujours avec Taki à l'avant, puisqu'elle se laissa guider par le corbeau qui mouvait la tête à gauche ou à droite, afin de signaler la direction à prendre. Quelques étages plus tard, le trio arriva enfin à destination, sans croiser le moindre ennemi, ce qui paraissait suspect. La salle était gigantesque, et la première chose qui prouvait que la situation sentait le sapin, était le corps décapité d'un immense dragon au sol. Il avait laissé une mare de sang assez abondante. Mais sans perdre leurs concentrations, ils continuèrent leurs chemins, jusqu'à ce que Kunimitsu, la kunoichi masquée, repéra au sol deux corps.

- Je les ai trouvés !

- Mon dieu... Shuujaku, Itachi !

Taki se précipita vers ses deux alliés pour vérifier leurs pouls. Légèrement rassurée, elle poursuivit.

- Ils vivent encore. Mais ils ont l'air totalement épuisés.

- Bon sang. Ce désastre. Quel être humain pourrait-être en mesure de décapiter un dragon aussi imposant ?

- Je ne veux pas rester ici suffisamment longtemps pour le découvrir. Nos maîtres sont vivants, mais extrêmement blessés. Les séquelles restent assez profondes. On doit les évacuer au plus vite. Bon sang, qu'est ce qui a pris à Itachi d'attendre si longtemps avant de nous envoyer son signal ?

- Je pense que tu as répondu à ta propre question, quand nous étions encore dehors, Taki.

- Bon sang, il faut toujours qu'il en fasse trop. Smoke, oublie ce dragon deux minutes et viens m'aider à transporter les blessés.

Mais alors que le ninja spécialiste en fumigènes revint sur ses pas pour obéir à Taki, il entendit comme un murmure inquiétant, provenant du fond de la salle qui était baigné par l'obscurité. Ce murmure était identique à une respiration saccadée de celle d'une créature sanguinaire, tapie dans l'ombre. Mais ce n'est pas une silhouette qui s'approcha, mais deux. Deux démons, méconnaissables pour les ninjas Hajinmon, apparurent, en marchant très lentement.

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Les ninjas, étant habitués à observer et affronter des démons, ne semblaient pas effrayés par ces deux nouvelles apparitions. Jusqu'au moment où Smoke remarqua un détail à ne pas prendre à la légère.

- Dites moi que je rêve.

- Que se passe t'il, Smoke ?

- Ces deux katanas... Ils appartiennent à deux ninjas que j'ai affronté par le passé. Et pas n'importe qui... J'ai bien l'impression de revivre l'assaut d'Azelia sur notre village, avec tous ces foutus morts-vivants, vidés de toute conscience... Mais en pire.

Smoke tourna la tête vers ses deux alliées, avant de faire face à ces deux créatures blindés au sang noir.

- Kunimitsu, tu vas m'assister pour une seule et unique manoeuvre. Après, profitez de ma diversion pour emporter Shuujaku et Itachi, et courez le plus loin possible.

- Et toi ?

- Ne pose pas de questions. Agis, vite !

Etant donné l'impatience de son camarade, Kunimitsu cracha depuis sa bouche un torrent de flammes vers les deux atrocités. Maintenant qu'ils étaient en proie avec les flammes, Smoke utilisa un sort de Ninjutsu, pour accélérer la propagation de la fumée, avant de ne faire qu'un avec cette même fumée, par simple métamorphose. Alors que la fumée allait bientôt remplir la salle toute entière, la Kunoichi masquée priait dans son inconscient que Smoke s'en sorte vivant.

- Cherche t'il à les asphyxier si jamais le feu ne les éradique pas ?

- Non, il sait parfaitement qu'il a aucune chance. Il sert juste de diversion pour qu'on puisse sauver la peau de nos chefs. Allez, emmène le corps d'Itachi et filons d'ici.

Mais alors que Kunimitsu allait ramasser son partenaire au sol pour le transporter sur le dos comme Taki venait de faire pour Shuujaku, une pluie de Kunai enflammés tomba non loin de la zone où elles se situaient. Puis, après qu'un nuage enflammé survint au dessus d'elles, le démon au Jashinken fit un plongeon vers Kunimitsu, prêt à la découper en fines rondelles.

- Il s'est téléporté ?

La pauvre guerrière masquée tenta de parer le coup de katana vertical du monstre, avec sa propre arme. Seulement pour perdre son bras droit inutilement. Ses cris de douleurs déchiraient les tympans et le mental par dessus le marché de Taki, qui doutait de plus en plus de la réussite de cette mission.

- Non !

Et puisqu'un malheur n'advient jamais seul, elle put constater que la fumée qui enveloppait le second démon commençait à se disperser. Et elle put entendre au loin qu'un autre concert d'hurlements rejoignit ceux de Kunimitsu, mais ceux-là étaient mortels. Et une autre chose rajouta cette insupportable impression d'être en enfer pour la jeune femme. Le démon à la peau d'abord pourpre, avait prit une nouvelle apparence, encore plus effroyable et dégoûtante.

Spoiler:
 

- C'est... un vrai cauchemar...

La créature sanguinaire n'avait plus un katana en main, mais semblait posséder une paire de griffes qui ressortaient des poignées. Inlassablement, telle une bête féroce, il transperçait sans arrêt le corps de Smoke au sol, qui se vidait de son sang, et de sa vie également. Sous un élan de rage devant ce spectacle, Taki se saisit de sa dague et fonça tête baissée vers Genshin. Elle frappa d'un coup sec le sol avec son poing, tout en ayant, au préalable, électrifié sa main. Sous le fracas du coup, le monstre fut propulsé en l'air, puis fut rejoint aussitôt par son assaillante qui essaya tant bien que mal de le poignarder en plein coeur, avec sa dague également électrifié. Après qu'elle retomba au sol, tout en écrasant sa proie, elle se dégagea de sa victime, incapable de dire si elle était réellement parvenue à toucher un organe vital, tellement sa peau était une carapace solide comme l'acier. Mais il semblait sonné pour le moment. Donc sans attendre qu'il se relève, Taki prit la main encore attachée au reste du corps de Kunimitsu pour l'aider à se relever.

- C'est pas la peine, Taki... Je suis fichue. Je perds du sang sans arrêt. Je ne serais qu'un poids mort pour toi.

- Tu rigoles, je n'abandonnerai personne ! Ni toi, ni Shuujaku, ni Itachi ! PERSONNE !

Sous un élan final, Taki ramassa les deux corps pour les positionner sur son dos. Kunimitsu voyait que la jeune Kunoichi galérait à transporter deux hommes qui ne montraient guère signes de vies. Mais elle n'avait pas le choix, elle était la seule personne encore valide pour transporter les deux ninjas hors combat, et dans toute cette histoire, elle savait qu'elle était celle qui avait le moins souffert. Donc comme si une motivation sans faille pouvait l'aider à soulever des montagnes, elle portait ainsi plus d'une centaine de kilos, mais pendant combien de temps ?

- Tu es sûre que ça va aller ?

- On s'en fout ! Courons vers la sortie au plus vite ! Profitons que cette créature du diable s'amuse encore avec le corps de notre défunt collègue pour nous sauver d'ici !

Par un effort surhumain, les deux kunoichi coururent vers la fenêtre, et s'échappèrent par cette issue la plus proche. Kunimitu resta stationnée, néanmoins, sur le rebord de la fenêtre, pour remarquer que le démon aux griffes avait remarqué que les deux femmes tentaient de se faire la malle. Elle prit depuis sa ceinture un shuriken qu'elle envoya vers le démon, mais avant l'impact, ce même shuriken changea de volume pour devenir au moins dix plus grand. Le shuriken moulin à vent toucha sa proie en plein bide qui se tordait de douleur. Elle ne prit aucune seconde pour voir le résultat de l'impact pour se sauver loin d'ici avec Taki. Le temps que les deux démons se relevèrent comme si de rien n'était, devint une belle avance pour les deux kunoichi Hajinmon qui avaient, néanmoins, presque aucune chance de s'en sortir. Cependant, la faiblesse du rituel de nécromancie commençait à apparaître. Cela faisait un bail que Ryu et Genshin furent rappelés parmi les morts, et la métamorphose en "embryons" d'archidiables allaient encore plus raccourcir le temps qui leur était imparti. D'où cet état de faiblesse soudain. Mais les deux monstres parvinrent à utiliser cette force restante pour partir à la chasse aux Kunoichi.

Une dizaine de minutes plus tard, une femme passa le pied droit sur le corps de Smoke, le bide ouvert. Avec une mine désappointée au visage, Azelia, de retour des hautes cimes du village Hayabusa, remarqua que les deux ninjas, ainsi que leurs gardiens, avaient disparus.


- Il semblerait que pour une fois, vous avez fait preuve d’ingérence, Azelia. Vos cobayes se sont fait la malle.

- Oui, je l'admets. Il semblerait que nos deux moutons préférés avaient quelques soutiens bien cachés, prêts à agir au cas si un malheur devait subvenir. Mais ce n'est pas grave, Ayako. Je t'ai appris à toujours relativiser. Le village Hayabusa n'est plus. Je t'ai fais une promesse, et elle s'est réalisée. Maintenant, tu vas pouvoir construire l'avenir que tu désires, ma chère. Quand à nos deux amis, ils viendront à nous quand ils verront avec torpeur que la montagne a subi un drame sans précédent. Je te le garantis. Bien, rentrons au pays lunaire. Je vais organiser ta prochaine mission, Ayako.

- Ok !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un rendez-vous cauchemardesque   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un rendez-vous cauchemardesque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial
» rendez-vous mystérieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de la montagne :: Le temple du dragon noir-
Sauter vers: