La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un mystérieux livre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1233
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 27

MessageSujet: Un mystérieux livre   Lun 1 Aoû - 1:31

Pays de la lune, château de la reine des démons. Trois jours se sont écoulés depuis que l'héritier des dragons blancs, Seto Yagami, perde sa mère adoptive des mains de l'homme qui lui a donné vie. En dehors de ça, il avait donc perdu son unique maison et était donc retranché ici, une bonne fois pour toutes, chez Azelia. Cette même Azelia qui venait de pratiquement achever la mutation de Seto en archidiable humanoïde. Depuis ce jour, Seto, n'ayant pas digéré ce qu'il a aperçu cette nuit-là, ainsi que sa séparation avec la princesse elfique, Eloraell, se laissa engloutir par sa malédiction. Il n'avait plus aucune morale, il n'avait plus aucune limite, il ne jurait que par la vengeance et la cruauté. Il était loin de se comporter comme la marionnette d'Azelia, mais n'était pas loin de se battre pour les mêmes principes que la jeune succube.

En cette nuit, par exemple, il laissa ses pulsions engendrées par le sang noir, pour redevenir l'esclave sexuel de la reine lunaire, même si cette fois, il était parfaitement conscient de son acte. Il voulait déverser toute sa passion brûlante pour la haine aux côtés de celle qui se servit de lui comme un cobaye. Et la seule symphonie qui enchantait ses oreilles, était celle des gémissements érotiques d'Azelia, allongée de dos sur le bord du lit, pendant que Seto, debout, effectuait son rôle d'homme avec dynamisme, tandis qu'il était au bord de l'explosion.


- Haaaaa.... Haaaaaaa...

Même si le jeune dragon blanc était à ça de se relâcher entièrement, mettant fins a ces jeux interdits, sur son visage, on ne pouvait lire aucune émotion. Même le plaisir sexuel était éphémère à ses yeux, mais il l'effectuait, comme si il cherchait le véritable sens de son union avec sa reine. A contrario, la jeune succube, elle, frissonnait de plaisir, tandis que son corps était en sueur et qu'elle s'accrochait au drap du lit. Soudainement, le dragon blanc stoppa net, retira son engin de sa cible trempée, et recracha le tout sur le corps transpirant d'Azelia. Seto ne s'allongea pas sur le lit, et observa Azelia, faire glisser son doigt sur la texture blanche qui recouvrait sa poitrine, pour ensuite l'enfoncer délicatement dans sa bouche, pour tout lécher.

- Roooh, pourquoi tu t'es retiré à la fin ? Tu aurais du te laisser aller au même endroit jusqu'au bout. Ne t'aies-je jamais dis que je n'étais pas contre d'avoir un enfant de toi, Se-to boy ?

- Fermez-la... Vous entendre chantonner me dégoûte.

- Tu ne manques pas de courage pour me parler sur ce ton, morveux. Dois-je te rappeler ce qui est arrivé au dernier impudent qui a voulu jouer à l'homme devant moi ?

- Qu'on soit bien d'accord, je n'éprouve rien pour ce Roy, et pas plus pour Miloune. Je lui ai fais une proposition alléchante, et elle a tenté de me prendre pour un idiot. Elle n'a qu'à rester avec cet homme dans l'autre monde, si elle tient tant à lui.

- Je sens comme une pointe de déception dans ta voix, désormais. Intéressant... Sur ce, je vais me refaire une beauté, et aller me faire couler un bain. Tu viens me rejoindre ?

Mais aucune réponse ne survint. Azelia n'insista pas et pénétra dans la salle de bain de ses appartements. Le jeune dragon se posa sur le lit, assis, et fixa le mur en face de lui. Il patienta comme une machine, sans émotions, et resta à sa place, écoutant l'eau de la baignoire couler abondamment. Azelia ne retourna pas dans la chambre, laissant Seto seul au moins dix minutes. Le bruit s'estompa soudainement, et Seto pouvait entendre l'eau s'agiter. Elle venait de poser les deux pieds dans sa baignoire. C'est alors que Seto bougea enfin la tête, et concentra son regard sur la table de nuit à gauche du lit de la reine. Il vit un rubis rouge, en forme de losange, suspendue par une corde très fine.

- Le pendentif d'Azelia. Elle l'a retirée...

Seto se saisit du pendentif en question, il l'examina aussitôt. Seto était loin d'être un passionné de bijoux ou de bibelots en tout genre, mais il savait que si il voulait en savoir plus sur Azelia, il devait tout fouiller, tout vérifier, tout examiner pour trouver les secrets bien enfouis de la reine. Jusqu'à maintenant, l'opération n'avait connu aucun succès. Mais cette fois, il s'approcha du but. En effet, il vit sur le côté gauche du pendentif, comme un minuscule mécanisme, une sorte de bouton quasi invisible à l'œil nu si on ne pose pas les yeux sur le rubis de trop près. Seto ne se fit pas attendre pour presser le petit bouton, et là, le pendentif s'ouvrit automatiquement. Seto constata qu'en dehors du fait que le rubis était faux, pour une fois, une petite clé était bien caché à l'intérieur du pendentif.

- Tiens donc...

Seto savait bien qu'il y'avait peu de chances que la clé serve à ouvrir quelque chose qui se trouve ici, dans la chambre d'Azelia. Néanmoins, il y'avait également une petite possibilité que cette clé serve pour déverrouiller l'accès à quelque chose... de bien intime. Alors Seto, discrètement, tout en gardant les oreilles bien ouvertes, tenta d'utiliser la clé pour ouvrir chaque meuble dans cette chambre. Et finalement, il obtint un résultat positif en tentant d'ouvrir la troisième tiroir en partant du haut de la table de nuit en question. Et là, Seto trouva un vieux grimoire en parfait état. Il était assez volumineux. Environ cinq cent pages devaient constituer ce livre. Seto s'en empara, et le feuilleta rapidement, en sélectionnant quelques pages au hasard. Une rapide lecture lui confirma que c'était Azelia qui avait écrit ce livre. La narration suffisait, ici et là, pour le prouver. Le livre semblait être une autobiographie, le récit de sa vie. La curiosité de Seto commençait à décupler. Il sentait qu'il était proche du but. Peut-être enfin, il comprendra pourquoi Azelia voue une telle haine envers l'humanité. Après cinq minutes ou Seto feuilleta le livre sans réelles informations importantes, il vit enfin quelque chose qui attira son regard intégralement, un chapitre cita plusieurs fois le même nom.

- "Projet... Heresia" ? Quel est ce projet ? Et d'où Azelia tire un tel nom ? Est ce une personne ?

Seto continua de feuilleter ce même chapitre pour trouver des informations supplémentaires sur ce "projet Heresia", et au final, alors que la lecture devenait de plus en plus intéressante, Seto entendit l'eau de la baignoire s'agiter plus bruyamment qu'avant, puis le son plat du sol après que deux pieds nus le touchèrent. Azelia avait fini son bain apparemment. Seto rangea le livre à sa place, puis la clé dans le pendentif, en n'oubliant pas bien sûr de refermer le meuble. Quelques instants après, Azelia revint, vêtue d'une courte nuisette noire. La main gauche sur la hanche, elle fixa Seto qui était resté assis sur le lit.

- Je pensais que tu t'étais endormi comme un joli prince. Mais je te retrouve encore ici, à demeurer pensif. Qu'est ce qui te traverse l'esprit, mon jeune ami ?

- Rien qui ne vous concerne...

La succube s'allongea au bord opposé du lit, derrière Seto. Un regard malicieux fut balancé derrière le jeune homme. Seto savait que si il se retournait, il observait le diable l'hypnotiser sur le champ. Alors il continua de fixer le mur en face de lui, tandis qu'Azelia commença à faire glisser son pied droit sur son dos. Seto ne fut pas un seul instant dérangé par le contact du pied d'Azelia, mais il savait qu'Azelia ne le faisait pas pour le taquiner ou l'ennuyer.

- Tu n'as rien à me dire, Seto ? Tu es vraiment sûr que tu n'as rien de beau à me raconter ? Je sais que tu meurs d'envie de me parler. Allons, retourne toi. Regarde moi dans les yeux. Parle à ta reine... et maîtresse, désormais...

Encore une fois, Seto ne bougea pas d'un cil. Azelia commença à tirer une expression du visage, semblable à celle de la jeune adolescente qui boudait. Elle semblait vexée, alors qu'en réalité, elle jouait la comédie, bien entendu.

- Oh allez... Tu sais, tu ne vas pas attraper une gangrène si tu me regardes.

- Je me demande juste... qui êtes vous réellement, Azelia ?

- Hum ?

- Vous savez tout de moi, ou tout d'Ayako. En réalité, vous semblez avoir une connaissance absolument parfaite de l'histoire de la Yokume. Mais malgré cela, j'ignore encore pourquoi vous suivez autant cette ambition de changer l'humanité et de démarrer ce "nouvel Ordre" dont vous semblez si... obnubilée. Et à côté de cela, malgré votre haine, vous possédez un esprit si, maternel, envers vos sous-fifres les plus dévoués. Alors je commence à me poser une lourde question à votre sujet... Azelia, avez vous eu des enfants par le passé ?

Azelia stoppa net son sourire malicieux. Seto, comme si il possédait deux yeux dans le dos également, se retourna aussitôt.

- Je crois que j'ai touché dans le mille, hum ? Je peux enfin observer votre visage sans avoir le sentiment de...

- La réponse est "oui"... J'avais une fille... Et aujourd'hui, elle n'est plus, à cause de la stupidité et l'orgueil de l'espèce humaine. Satisfait ?

- Et c'est donc pour ça ? C'est pour cela que vous souhaitez éradiquer l'espèce humaine ? Tout comme moi, vous hurlez donc vengeance aux responsables de la mort de l'être qui vous est le plus cher ! En réalité, il y'a effectivement quelque chose qui nous lie, vous et moi !

- Libre à toi d'écrire dans ta petite cervelle l'hypothèse de ton choix, tout comme tu es libre de te considérer lié à moi quand cela t'arrange, n'est ce pas ? Mais avant tout, tu as une règle d'or à bien retenir si tu veux que tout aille bien entre toi et moi. Et c'est tout simplement... que ce n'est pas avec toi que je raconterai ma vie, d'accord ?

- Mais cela marche dans les deux sens, voyons ! Une collaboration s'effectue seulement si les deux parties peuvent se suivre sur la même longueur d'onde. Vous savez tout de moi, alors, pourquoi vous refusez de me dire enfin ce qui vous amène à changer ce monde, tout comme moi ?

- Parce que tu l'as dit toi-même, Seto... cela fonctionne dans les deux sens. J'ai confiance en toi, malgré tes trahisons. Mais cela n'est pas réciproque, et tant que cela demeurera ainsi, tu ne sauras rien de moi. Sache que ce n'est pas parce que je t'offre constamment mon corps et que je partage avec toi mon plaisir, que je vais aller plus loin. A l'heure actuelle, tu restes mon sous-fifre, mon pantin, mon capitaine. Tu es inférieur à moi. Et j'aimerai que tu n'offres pas seulement ton corps, mais aussi ton âme. Maintenant que tu t'es séparé de ces elfes qui t'ont ruinés le cerveau avec leurs mentalités pacifiques sans aucun sens, j'ose espérer que je puisse tout posséder de toi.

Seto fronça instantanément des sourcils, pendant qu'Azelia remua du pied devant lui.

- Ouille, aurais-je touché la corde la plus sensible de tes sentiments enfouis ? Mais je ne fais que te sauver en t'annonçant la réalité telle qu'elle est. Tant que ton cœur sera dirigé vers ton ancienne famille, il est clair que tu continueras à te rebeller. Mais je ne te tuerai jamais, je ne me lasserai jamais de te rappeler que de nous deux, c'est toi qui me lèchera les pieds, et non l'inverse. Alors si tu veux que ça change et qu'on soit égaux, comme deux véritables partenaires, c'est simple. Deviens mon roi, mon mari. Jure moi fidélité à tout jamais, et ensuite, je t'offrira la clé de mon cœur, et non cette stupide clé que tu as trouvé à l'intérieur de mon pendentif. Quoi ? Tu pensais que je n'avais pas entendu le bruit de cette clé tourner, pour ouvrir le tiroir de ma table de nuit ? J'ai de très bonnes oreilles malgré mes cinq millénaires d'existence, je ne suis pas encore sourde.

Le jeune dragon blanc resta immobile devant Azelia qui défiait Seto jusqu'au bout. Elle calma enfin son regard hypnotique, puis reprit un léger sourire.

- Maintenant, fais moi le plaisir de prendre un bain. J'aimerai retrouver l'odeur sucré et épicé de ton corps qui est actuellement camouflé par ta sueur. Pendant ce temps, je vais commencer à m'endormir, tu m'as épuisée, Seto. Et j'espère qu'à mon réveil, je sentirai tes bras autour de ma taille.

Seto se leva, et, tout en ne quittant pas Azelia du regard, se dirigea vers la salle du bain. Azelia, quand à elle, ouvrit son pendentif, puis attrapa la clé. Elle tourna cette même clé autour de ses doigts, comme si elle jouait avec.

- Mon cher Seto. Il est fort évident que tu vas perpétuellement me défier, et me désobéir. C'est pour cela que je vais tout faire pour que tu accèdes encore et toujours à ce livre. Tu penseras que tu peux y toucher à volonté, que j'ai encore détaché une corde de ton emprise. Mais tout cela sera purement intentionnel, en effet. Car je veux... que tu en apprennes toujours plus sur moi. Car en connaissant ma vérité, ce n'est pas seulement de moi que tu en sauras davantage, mais sur le monde entier. Héhéhé, le meilleur moment d'une expérience sur un sujet humain, est ce loooooong moment ou l'on observe le cobaye décider si il va obéir docilement, ou si il va se rebeller. Ce n'est pas à moi de provoquer cela. Tu es toi même maître de ton destin au final, Seto. Apprends tout de moi et du monde. Aime moi ou maudis moi, c'est toi qui vois. Mais dans tous les cas, je serai aux premières loges pour assister à ton évolution, ou à ta chute. Je serai TOUJOURS assise à cette place.

Azelia se leva, ouvrit les rideaux et observa le ciel obscur par la fenêtre. Les étoiles dans le ciel se mélangeait avec les chiroptères qui tournoyaient autour des tours du palais, tandis que la lune brillait avec passion.

- Cette lune est de plus en plus rougeâtre à mes yeux. C'est passionnant. En parlant de "rouge", je me demande... que deviens-tu, ma chère Scylla ? Tu n'as pas encore aboyé après la mort de Roy et Miloune. Aurais-tu réalisé quelle est ta vraie place, enfin ? Toi aussi, tout comme Seto, tu as une place très importante dans le spectacle que je compte monter prochainement, hihi... Alors, je t'attends...

Azelia posa son coude sur le bord pierreux de sa fenêtre, tandis que son menton resta collé à la paume de sa main. Son sourire et son regard formaient un visage rêveur qui charmerait n'importe quel victime de ses yeux angéliques et démoniaques à la fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
 
Un mystérieux livre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» rendez-vous mystérieux
» Nuage mystérieux , j'espère que tu as du courage ![Nuage Mystérieux mais sinon , libre ^^]
» Un personnage mystérieux
» Azäziel [Assassin]
» Miran le Mystérieux.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de la lune :: Temple lunaire-
Sauter vers: