La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La culpabilité d'une valkyrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Asuna
Archange des constellations
Archange des constellations
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 08/01/2014

MessageSujet: La culpabilité d'une valkyrie   Dim 29 Mai - 17:13

Le soleil du zénith était au milieu de son parcours à présent, indiquant le milieu de journée. Cependant, ce dernier était camouflé par un ciel morne, pleurant à chaudes larmes. Bien que la nuit ne tombe jamais sur Éternia, les conditions météo sont par contre bien présentes. C'est donc sous une fine pluie délicate, que la reine céleste et sa partenaire du jour sortaient de la tour divine. Il ne fallut que quelques minutes aux deux jeunes femmes pour arriver en ville. Malgré le temps, la cité était plutôt active, comme à son habitude. La pluie ne semblait pas déranger les habitants, qui continuaient leurs activités quotidiennes. Pendant la traversée de l'avenue principale en direction du temple céleste, on pouvait en profiter pour observer nombre de commerces et autres boutiques, montrant que Légendia possède un style de vie en somme tout à fait normal. Les citoyens eux, étaient de plusieurs races, au sein de cette cité. On pouvait croiser des elfes, des Angelys et même quelques Néphilims. Bien sûr, peu importe la race, au passage de la reine, tous s'inclinaient avec respect le long de l'avenue. Absolument aucun habitant ne manquait la révérence, montrant à quel point la reine d'Éternia était respectée de l'entièreté du royaume. Certains allaient jusqu'à se prosterner, tandis que d'autres semblaient ébahît d'avoir la chance de croiser la route de leur reine. Cela n'était pas si étonnant, le conseil, ainsi que l'archange sortent très peu en ville, ce qui laisse rarement l'occasion d'observer d'aussi près les étoiles d'espoirs qui dirigent Légendia.

La longue avenue traversée, cela donnait directement sur une énorme porte permettant l'accès au quartier de la cité où se trouve le temple céleste. C'est donc la porte passée, que la reine et sa partenaire s'aventuraient dans les environs privés du palais. Ceci était l'occasion d'observer de magnifiques jardins, ainsi que diverses sculptures. En particulier une décoration attirait le regard, située au milieu du jardin, entre le bas des marches menant au temple et le reste du jardin. Cela représentait une statue d'un homme en armure, portant une lame en main droite, et un bouclier dans la gauche. La posture était élancée, la pointe de l'épée dirigée vers le ciel, donnant l'impression que la sculpture avait pour but de montrer un chevalier ayant vaincu.

- C'est Tyrael, lança Asuna tout en continuant sa marche, le fondateur de l'ordre des Angelys. Ce n'est pas le premier archange, mais c'est lui qui a rassemblé les royaumes sous une même bannière et créé l'ordre actuel qui règne sur Légendia. Il était, selon la légende, l'archange le plus puissant de tous les temps. Il n'avait nul égal dans l'entièreté de la création. Sa seule présence dans un conflit suffisait à faire trembler l'ennemi et mettre un terme à la bataille, tant il était respecté et imposant...

Asuna fit une courte pause, tout en fixant la statue en continuant son chemin, puis détourna le regard de cette dernière, avant de reprendre de nouveau la parole.

- … Mais visiblement, il a trouvé plus puissant, vu qu'il est mort... Enfin, la légende a évidemment été embellie pour pouvoir être racontée aux jeunes voulant suivre un exemple... J'imagine que moi aussi, j'aurai une légende à mon nom, et on racontera tout un tas de conneries sur mes faits d'armes, sans préciser le mal que j'aurai fait entre-temps ou ce que j'ai dû sacrifier le moment venu pour en arriver à être une « légende », concluait Asuna en soupirant, tout en secouant la tête, hum, je préfère mourir avant de devenir une légende... Car si ça arrive, c'est que j'aurai tout perdu, comme Tyrael... Les héros ne rentrent pas dans les légendes, ce sont ceux qui osent et qui ont tout sacrifié qui deviennent des « héros ». Une place loin d'être enviable à côté des histoires qu'on raconte, sur les héros des légendes...

Finalement, les deux femmes arrivèrent en fin de voie, apercevant enfin les marches du temple. Une fois en haut, cela donnait vue sur une grande cour, avec plusieurs destinations possibles. Sur la droite se trouvait une sorte de bâtiment arborant un logo en forme de fleur. Cela était le centre de soins principal de Célestia. À l'est se trouvait ce qui ressemblait à un gigantesque terrain d'entraînement. Cependant, il semblait inutilisé en ce jour de pluie. Enfin, au nord, le temple céleste et son imposante splendeur. Bien que l'objectif soit ce dernier, quelque chose attirait cependant l'attention de la reine. Il s'agissait de deux personnes situées non loin du temple, visiblement en train de discuter, ou plutôt s'engueuler, au vu du ton résonnant qui émanait des deux silhouettes. Décidant d'aller voir ce qui se passe, ce n'est qu'une fois arrivé à quelques mètres, qu'on pouvait aisément reconnaître les protagonistes. Il s'agissait du général Tsubaki, et de la valkyrie-elfe Illia. Leur échange semblait assez violent et colérique à première vue, à tel point qu'elles ne remarquèrent pas la reine et Scylla qui venaient d'arriver tout près. Il fallut que cette dernière intervienne oralement pour attirer l'attention des deux valkyries.

- Oï, oï, un peu de calme je vous prie, intervenait la reine, que se passe-t-il, un problème ?

Suite à l'intervention de la reine, les deux valkyries tournèrent leur attention vers cette dernière. Elles étaient en premier lieu surprises, puis enchaînèrent rapidement sur un salut militaire, afin de saluer la reine. Puis, Tsubaki prit la parole d'une voix rapide, montrant une certaine nervosité.

- Négatif, il n'y a aucun problème, reine Asuna...

La réponse de Tsubaki était plus que claire, même s'il était clair qu'elle mentait. Cependant, cela ne concernait pas la reine qui ne comptait pas insister. Après tout, cela ne la regarde pas si cette dernière a un souci avec un de ses généraux. Il était certainement question d'une engueulade personnelle, les deux valkyries étant amies proches depuis l'enfance. Il s'agissait sans doute d'une simple querelle loin de concerner le conseil. Cependant, après la réponse de la générale valkyrie, ce fut Illia, qui prit la parole, d'une voix plus calme que son amie, mais déterminée.

- Je souhaite que Tsubaki soit mise à pied.

La réaction de Tsubaki ne se fit pas attendre, puisqu'elle se retourna instantanément vers son amie, afin de lui adresser la parole d'une façon accusatrice.

- La ferme Illia ! Mêle-toi de tes affaires !

- Je ne te laisserais pas te suicider Tsubaki, répondit la conseillère, ne sois pas stupide !

Le ton recommençait à monter entre les deux valkyries, mais au moins, la reine venait de comprendre de quoi il en retournait. Cependant, elle ignorait les détails, donc en premier lieu, elle demanda à Illia le pourquoi de sa requête.

- On se calme... Illia, puis-je savoir pourquoi une telle requête ?

- Je ne veux pas du général Tsubaki dans notre armée. Vous connaissez son état, et j'estime qu'elle n'est plus capable de tenir son rôle.

- Je suis tout à fait capable de tenir mon rôle Illia, répliqua le général en colère, tu veux simplement m'écarter pour que je ne prenne aucun risque ! En vérité, reine Asuna, Illia veut simplement que je reste à ne rien faire, en attendant la mort bien sagement.

- C'est faux, et tu le sais très bien ! Tu en fais beaucoup trop, et agis comme si tu étais en pleine forme ! J'essaye simplement de te garder en vie.

- Ma vie ne regarde que moi ! Si j'ai envie de vivre normalement, je le ferai, et tu n'as pas à décider à ma place !

- Tu es stupide, si tu continues comme ça tu vas accélérer le processus et mourir. Tu pourrais encore vivre une dizaine d'années si tu te ménageais ! Mais tu préfères te tuer à la tâche comme si de rien n'était ! Abrutie !

L'ambiance devenait électrique entre les deux valkyries, qui se regardaient tous deux avec défi, tout en s'envoyant à la tête leurs arguments. Au moins, la reine avait compris de quoi il s'agissait. Visiblement, Illia voulait mettre hors-jeu son amie pour la garder en vie le plus longtemps possible. En effet, cela pouvait rallonger de nombreuses années la vie de Tsubaki, si elle se ménageait, l'Eldrit la consumant gagnant du terrain bien plus vite en cas d'exercice et de stress. De l'autre côté, Tsubaki voulait continuer de faire comme si de rien était, et finir sa vie normalement. Il était clair qu'être vue comme mourante ne l'enchantait guère, ce qui était compréhensible. Finalement, Asuna en arriva à la conclusion que les deux femmes avaient de bons arguments, mais quelque chose la gênait, et afin de régler cette histoire, elle reprit la parole, profitant d'un petit moment de silence enfin présent.

- Je vois, s'exclama en premier lieu la reine, mais même si je voulais accéder à votre requête Illia, je ne pourrais pas. Je ne m'occupe pas de la stratégie de l'armée des valkyries, cela est le rôle du commandant Edea Lowell à présent. Elle remplace Alleria jusqu'à son retour. C'est donc auprès d'elle que vous devriez voir ça... Cependant, si je puis me permettre de donner mon avis, vous devriez laisser le général Tsubaki décider de cela. Si j'ai bien compris, vous êtes amies depuis l'enfance, donc comme des sœurs je présume ? Dans ce cas, en tant qu'amie, vous devriez accepter le choix de Tsubaki. Si elle décide qu'elle préfère passer le temps qu'il lui reste à faire ce qu'elle a toujours fait, c'est votre devoir de la soutenir, même si c'est dur, je le conçois. Quant à vous, général Tsubaki, je suis persuadée que vous savez très bien que votre amie tien à vous, et ne fait pas cela pour vous nuire, n'est-ce pas ? Il est donc de votre devoir également de concevoir qu'elle veuille s’immiscer dans votre vie, afin de vous protéger. Vous feriez pareil pour elle, dans le cas inverse, j'en suis certaine. Donc, je préconise que vous vous calmiez à présent, et cela, afin que vous puissiez reprendre votre discussion de façon plus posée plus tard.

Illia et Tsubaki ne répondirent rien sur le moment, et se contentait de se regarder, mais de façon moins défiante. Du côté du général, c'était d'un air gêné, tandis que du côté de la reine des elfes, c'était plus attristé. Finalement, Tsubaki décida de faire volte-face, tout en répondant à la reine.

- Mes excuses pour cela, reine Asuna, je me retire si vous permettez.

- Attend Tsuba...

Sans attendre la réponse de son amie, elle décida de s'en aller, en n'oubliant pas de saluer la reine, ainsi que Scylla, d'un geste amical en passant. Il était clair cependant qu'elle ne voulait plus s'attarder dans le coin, afin sûrement de conclure cette engueulade avec son amie. Suite à son départ, Illia se retourna à son tour vers les deux femmes, puis reprit la parole à son tour, en s'excusant de nouveau pour le spectacle.

- … Mes excuses, pour vous avoir mêlé à cette situation, ma reine...

- Hum, réfléchissait Asuna, il n'y a pas de mal, ne vous inquiétez pas. Je comprends votre ressenti. Mais maintenant que c'est réglé, j'aimerais vous demander comment vous en êtes arrivés à cette situation ? Que faisait le général Tsubaki ici ?

- Tsubaki était venue faire son rapport, je l'ai simplement croisée ici, alors que je me dirigeais dans le temple. Je suis arrivée à l'aube, mais j'avais quelque chose à faire d'urgence à Éliséa, j'ai donc dû m'absenter quelques heures.

- Je vois, merci de l'éclaircissement, du coup j'ai une autre question : avez-vous vu Chrom ? Je l'ai cherché ce matin avant d'être en compagnie de mon invité, mais impossible de le trouver...

- Il me semble que le conseiller Chrom se trouve dans la salle de guerre, avec le seigneur des dragons. Il est revenu il y a peu de temps. J'ignore cependant où il était avant cela.

Asuna semblait pensive quelques secondes, après la réponse d'Illia. Elle reprit la parole qu'après un silence plutôt court.

- Bien, merci Illia. Ho, j'ai une autre requête à vous demander, continuait la reine, pouvez-vous vous occuper de prendre le rapport de notre invité ici présent ? J'ai cru comprendre que vous aviez déjà fait connaissance hier, donc inutile que je fasse les présentations.

- Son rapport ? Oui, comme il vous plaira, je m'en occupe.

- Bien, quand ce sera fait, rejoignez-moi toutes les deux dans la salle de commandement.

- Très bien.

La reine se retourna rapidement vers Scylla, puis lui adressa la parole de façon rassurante.

- Je te laisse en compagnie de la conseillère Illia quelque temps, on se revoit tout à l'heure, d'accord ? Allez, à plus tard Scylla.

Suivant ces paroles, elle fit un clin d’œil à Scylla, puis salua Illia avant de partir en direction du temple. Une fois seule avec la valkyrie, la conseillère restait silencieuse quelques secondes, profitant sûrement du départ de la reine pour repenser à ce qui venait de se passer avec son amie. Puis, au bout de quelques instants, elle fixa la valkyrie, en prenant la parole d'une voix calme, mais légèrement morne, montrant qu'elle n'était pas vraiment dans son assiette.

- Merci encore pour cette nuit, Scylla, ton aide a été très précieuse et a surtout sauvé la vie de mon unique fille. Je t'en suis éternellement reconnaissante, sache-le, si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas. Tu es sa nouvelle héroïne, raconta Illia, en souriant, elle ne parle que de toi. Je n'ai pas eu l'occasion de me présenter correctement hier, ni de t'accorder l'attention que tu méritais. Mais les événements étaient assez déstabilisants, tu en conviendras. Laisse-moi donc réparer mon erreur : je m'appelle Illia Edelhwen, reine d'Éliséa, ainsi que membre du conseil céleste. Même si mon nom originel de valkyrie est Lowell. Je n'ai mon nom d'elfe que depuis que ma mère avait épousé l'ancien roi d'Éliséa...

Une fois les présentations faites de façon plus professionnelle, Illia fit une courte pause, semblant pensive. Pendant qu'elle réfléchissait, on pouvait observer un air anxieux et en même temps attristé sur son visage. Ce n'est qu'au bout d'un court silence, qu'elle reprit la parole d'une voix plus faible, mais moins morne.

- Tu sais, Neldris n'est pas quelqu'un de mauvais, commença à expliquer la reine, il est simplement naïf et influençable. Ce n'est que mon demi-frère, mais il n'a pas toujours été comme ça. Ce n'est que depuis que ma belle-mère l'a manipulé, qu'il est devenu quelqu'un de mauvais... Je suis certaine que c'est elle d'ailleurs qui est derrière cette attaque. C'est la seule que Neldris a toujours suivie et prit comme exemple. Je ne serais donc pas étonnée que ce soit elle qui lui ait donné l'ordre de me faire du mal, étant donné que je suis responsable de sa chute du pouvoir et de son trône. Cependant, ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit, Neldris est conscient de ce qu'il fait, et il sera traité exactement comme ma mère, si on le retrouve. Il a osé s'en prendre à ma fille, et pour cela, je jure que je vais les traquer jusqu'aux confins de la création s'il le faut, lui et ma belle-mère, pour cet acte. Il y a un moment pour le pardon, et un autre pour la rancune définitive...

Malgré ses paroles essayant d'excuser son demi-frère, les derniers mots et le visage qu'elle avait pris montraient clairement qu'elle était déterminée à faire payer l'individu et tous ceux derrière lui. Le fait qu'il soit s'en prit à sa fille est un acte qui n'est plus rattrapable, à juste raison. Au fond, Illia ne lui pardonne pas son acte, mais sa faiblesse d'esprit, estimant que la vraie fautive est l'ancienne reine des elfes, qui a profité de la faiblesse de son propre fils. Ce qui la détermine encore plus à en finir pour de bon avec cette femme responsable de bien trop de souffrance pour une elfe. Bien qu'elle ne comprenait toujours pas comment cette dernière avait survécu à sa rencontre avec la valkyrie-elfe. Elle était pourtant sûre de l'avoir tuée. Il était évident qu'un sombre rituel se cachait derrière tout ça, mais il était trop tôt pour deviner le fin mot de l'histoire. Quoi qu'il en soit, après cette explication, Illia reprit une fois de plus la parole, cette fois d'un air plus grave, voire désolé.

- Ho, désolé que toi et la reine ayez eu à subir mon altercation avec Tsubaki... Cependant, tu ne semblais pas trop étonnée par nos paroles, j'en déduis donc que tu es au courant de sa situation, s'exclama la valkyrie, on ne peut malheureusement rien y faire...

Illia baissa la tête, semblant abattue. Elle semblait en avoir gros sur la conscience et la perte prochaine de son amie la terrorisait. La valkyrie-elfe a en même temps passé la plus grosse partie de sa vie avec cette dernière, ainsi qu'Elesis. Elles ont grandi ensemble, ont évolué ensemble... Et aujourd'hui, tout semble prendre fin petit à petit. Elesis n'était plus là, et Tsubaki va bientôt disparaître. Cela laissait Illia dans un état de doute et d'angoisse insoutenable. Mais il était clair que ce n'était pas uniquement la peur qui la rendait si anxieuse, il devait y avoir quelque chose qui faisait qu'elle ne se fait pas à l'idée que son amie va mourir. Peut-être cependant, que la valkyrie va en savoir plus prochainement, vu qu'Illia se décida à prendre la parole de nouveau, cette fois d'une voix montrant un air de culpabilité.

( https://www.youtube.com/watch?v=VWvlswNzMHY musique d'ambiance)


- Tu sais, je sais que la reine a raison, et que mon action de mettre à pied Tsubaki est égoïste... Mais... je m'en veux tellement... que savoir qu'elle va mourir me terrifie... Entre nous, Tsubaki est certainement la valkyrie de cette génération la plus prometteuse et puissante. Du moins, j'ignore ce que devient Elesis, mais de ce que je sais du reste, Tsubaki nous dépasse de loin toutes les deux... Ce n'est pas pour rien qu'Alleria l'a nommé général. Si elle avait plus de temps devant elle, elle serait sûrement devenue une légende, comme Alleria, au vu de son esprit et sa puissance. Mais... tout ça n'arrivera jamais, et ce talent va s'éteindre bêtement à cause de ce maudit Eldrit, et d'une erreur... Une simple erreur commise par une personne... Moi...

L'aveu d'Illia stipulait visiblement qu'elle était responsable de l'état de son amie. Même si cela était étrange, la suite des explications n'allait pas tarder à arriver.

- Tu te demandes sûrement pourquoi je dis cela, hein ? Comme la reine, tu dois penser que je m'accuse à tort, mais c'est faux. Crois-moi, il n'y a qu'une seule fautive à la mort future de mon amie, et c'est moi... En fait, tout a basculé il y a un peu plus d'une année solaire de cela maintenant. On avait découvert une source d'Eldrit noire sur un royaume, et ce genre de découverte, il faut les fermer le plus rapidement possibles. Pour fermer une source d'Eldrit noire, il existe quelques rituels extrêmement puissants, mais rares pour cela. Actuellement, très peu de ritualistes peuvent fermer une source. Il y a les archanges, et certains druides elfiques. Au jour d'aujourd'hui, je suis une des seules à connaître le rituel et le sort pour effectuer une telle action. Grâce à mes gènes d'elfes, j'ai réussi à lier mon pouvoir lattant de valkyrie à celui d'Yggdrasil, ou l'arbre des âmes, pour les non-elfes. De ce fait, grâce à cela, j'ai acquis la capacité de sceller les sources noires. C'est donc la raison pour laquelle j'ai été envoyée en mission ce jour-là. Pour cette mission, le ritualiste est toujours accompagné par une unité d'élite, car pendant le rituel, nous sommes vulnérables. Tu dois te demander ce que peut bien avoir de dangereux une source hein ? Bien en vérité, on a découvert au fil des millénaires que l'Eldrit en général, possède une sorte de « volonté » comme si ce dernier était vivant. Et donc, lorsqu'on essaye de détruire le cœur d'une source, ce dernier se défend naturellement. Pour cela, il invoque ce qu'on appelle des engeances noires. Ce sont des sortes d'apparitions spirituelles formées à partir de l'Eldrit noir, qui attaque tous ceux qui s'en prennent au cœur. C'est pour cela qu'il faut toujours une unité assez solide pour affronter ces apparitions ténébreuses. Cette fois-là, c'est Tsubaki et une unité de valkyrie d'élite qui m'ont accompagnée...


… Une fois sur les lieux, il faut déjà faire attention aux émanations relâchées par le cœur, du coup, on forme sur une large zone un dôme, dans lequel est emprisonné le cœur. C'est quand la zone est sécurisée de toute contamination que le rituel peut commencer, et que les unités doivent se défendre des assauts perpétuels de l'Eldrit. Car, tant que la source n'est pas fermée, les créations de cette dernière apparaissent à l'infini. Un rituel dure généralement quelques minutes, cela dépend du niveau du ritualiste. Ce n'est pas la première fois que je fermais une source, loin de là, donc j'ai de l'expérience, ce qui fait que le rituel n'a pas duré longtemps. Il ne me fallut que de courtes minutes pour enfermer le cœur dans le sceau. Une fois ceci fait, il reste en général plus qu'à détruire le sceau. Pour cela, il faut le briser, ce que Tsubaki s'apprêtait à faire... Mais, continua Illia, d'une voix morne, j'avais mal fait mon travail, et le sceau se brisa, balayant d'une explosion la zone où se trouvaient Tsubaki et son équipe. Très vite, je refermai le sceau et demanda aux gardiens restants de détruire ce dernier. Ceci fait, c'était fini... Mais le mal était fait... La libération du sceau avait créé une explosion d'Eldrit noir. Je n'oublierai jamais les cris d'agonies des valkyries au sol, en train de se faire dévorer par cette chose... Il ne fallut que quelques secondes, pour que l'unité en totalité soit annihilée dans d'atroces souffrances... Par chance, si je puis dire, Tsubaki faisait partie de ceux qui ont une résistance naturelle à l'Eldrit noir. De ce fait, elle avait perdu connaissance, mais était toujours vivante, la gangrène commençant à la dévorer petit à petit. J'ai très vite appliqué un sceau afin de sceller la partie contaminer, mais ce n'était que provisoire... Et bien que de retours sur Éternia, elle fut prise en charge par la reine Asuna, je savais que c'était trop tard... Elle était condamnée... Depuis, je n'arrive plus à la regarder dans les yeux, ni à me pardonner mon excès de confiance ce jour-là. J'étais tellement sûr de moi et de mon expérience, que je n'ai même pas vérifiée si tout était bien scellé... Et à cause de moi, sept valkyries sont mortes dans des souffrances que je ne souhaite pas à mon pire ennemi, ainsi que le talent de Tsubaki, que j'ai réduit à néant... Ça aurait dû être moi... pas elle... C'est déjà la dernière Menethil existante, et à cause de moi, cette grande famille va disparaître...

Après son récit, Illia semblait abattue, mais surtout en colère contre elle-même. Elle serrait ses poings tellement fort qu'on pouvait voir ses derniers trembler sous la rage. Mais au-delà de cette colère, on pouvait également apercevoir une brillance dans ses yeux, montrant qu'elle se retenait sûrement de pleurer. D'ailleurs, elle semblait s'en rendre compte et ferma ses paupières en les plissant assez fortement, afin de faire partir cette sensation d'humidité. Ensuite, elle reprit la parole de façon moins morne, mais toujours aussi fataliste.

- Bref, c'est pour ça qu'au fond je ne veux pas la voir partir... Je veux la garder près de moi et la protéger, pour soulager ma conscience, qui sait... J'échangerais sans hésiter ma place avec elle, si je le pouvais... Mais je sais fatalement que je ne peux rien faire... C'est comme ça... je n'ai rien pu faire pour retenir Elesis, et je suis encore une fois impuissante pour protéger Tsubaki... Et si tu n'étais pas là, j'aurais aussi perdu ma fille... Cette impression d'impuissance est réellement désagréable...

Finalement, Illia semblait avoir fini son récit. Elle releva d'ailleurs la tête après quelques secondes, afin de reprendre une fois encore la parole, mais cette fois d'une voix bien moins morne, plus contrôlée.

- Haha, pardon pour t'avoir pris la tête avec ça, s'exprima Illia, légèrement gênée, je ne sais pas pourquoi je t'ai raconté tout cela... Enfin, excuse-moi pour t'avoir monopolisé ton temps, je vais m'occuper de ce que m'a demandé la reine et prendre ton rapport. Donc, raconte-moi tout ce que tu as fait, ou vu hier. Tout ce qui peut te sembler important, même un détail insignifiant que tu juges intéressant. Tout peut être décisif dans cette affaire. Vas-y, je t'écoute, Scylla...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 287
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: La culpabilité d'une valkyrie   Mar 31 Mai - 16:13

Alors que Scylla se dirigea avec Asuna vers la cité, le temps vira quelque peu à l'orage. Cela traduisait le changement d'ambiance qui avait régné il y'a quelques minutes entre les deux "soeurs", alors qu'au début de la journée, le soleil dégageait une lueur éblouissante. Mais malgré cela, la valkyrie était déjà passé à autre chose. Elle contempla les alentours, et vit que la ville était bien vivante, en plus d'être peuplé par des personnes de diverses races. Une réalité qui faisait de plus en plus défaut sur la Yokume. Enfin, elle vit comme des regards qui se tournaient successivement en direction d'Asuna. Quoi de plus normal, avec son statut de reine. Scylla ne se posa même pas la question de ce que ces citoyens prosternés, pouvaient songer en voyant Asuna, la reine des archanges, en compagnie d'une parfaite inconnue, qui, de plus, était habillée en tenue civile et décontractée. Un jour, ce même peuple connaîtra son rang de princesse valkyrie, et ce jour-là, elle ne savait pas à l'avance comme se comporter.

La suite de l'excursion mena au palais royal, là ou la jeune Nirvit pouvait admirer diverses sculptures. L'attention de Scylla fut surtout dirigée vers une statue présentée par Asuna. Celle de l'archange Tyrael, considéré comme l'archange le plus puissant, et également, celui qui a crée l'ordre actuel sur Legendia. Scylla ne pouvait que difficilement le cacher, mais elle était admirative devant la posture de cet archange en armure. Cela était important, pour elle, d'avoir des modèles, tellement l'humanité était bafouillée partout ou elle allait. Il fallait bien qu'il y'ait quelques exceptions à admirer. Et cela n'était pas la première fois qu'elle pointait un tel regard empli d'intérêt envers une statue, mais plutôt la seconde fois. Lors de son unique séjour dans le Nirvana, elle avait également aperçu une statue imposante, représentant Leonis Vermillion. Ce jour-là, c'était la toute première fois que les yeux de Scylla restaient scotchés devant une figure de marbre. Elle ignorait pourquoi elle avait un tel ressenti enfoui en elle, mais aujourd'hui, elle comprenait mieux à présent, maintenant qu'elle connaissait son lien avec cet homme grâce à Asuna. Elle serait prête à tout donner pour revoir cette sculpture un jour ou l'autre, ainsi que le visage de l'homme qui lui a donné vie. Malgré qu'elle était enfouie dans ses pensées personnelles, elle écoutait toujours avec attention les paroles d'Asuna et son avis concernant les légendes. Malgré la teinture quelque peu sombre de ses paroles qui prouvaient encore que la Asuna actuelle était très éloignée de celle qu'elle connaissait, elle ne pouvait pas lui donner tort sur sa distinction entre une légende et un véritable héros. Elle décida de répondre en citant l'homme qui était toujours dans sa tête.


- Il est vrai que les récits narrés sur les légendes se ressemblent beaucoup. Gloire, puissance, inégalable. Que des termes recyclés afin d'émerveiller les générations futures et les jeunes femmes naïves comme... moi, on va dire, haha. Mais au fond, avec du recul, on se doute bien que derrière cette figure imposante et victorieuse, se cache de sombres fragments d'histoires, qui se devaient d'être tus. Et si ça se trouve, mon père...

Scylla réfléchissait quelques instants, avant de secouer la tête de gauche à droite.

- Non, oublie. Quoiqu'il en soit, c'est important dans un sens de créer des légendes quand il s'agit de redonner espoir à ceux qui en ont besoin. Mais dans un autre sens, c'est le rôle du héros d'empêcher que cette lueur d'espoir se transforme en déception, amenant inévitablement... au désespoir. Enfin, si je devais un jour avoir une statue à mon effigie, je souhaiterai qu'on connaisse avant tout ce que j'ai enduré pour en arriver là. Je ne veux ni être une légende, ni une héroïne, mais seulement une figure à suivre pour comprendre que rien n'est acquis dans ce monde. Enfin, je pense que tu vois ce que je veux dire.

Après avoir continué la marche, Scylla et Asuna pouvaient apercevoir devant le temple céleste deux personnes qu'elle avait aperçue pas plus tard qu'hier: Tsubaki et la reine des elfes et valkyrie de surcroît, Illia. Visiblement, l'ambiance électrique entre ces deux femmes correspondaient parfaitement à la météo sombre actuelle. Il a fallu qu'Asuna prenne la parole pour que les deux jeunes femmes remarquent enfin les deux nouvelles présences. D'abord, Tsubaki précisa que tout allait bien, mais Illia coupa court et précisa son souhait et raison de cette altercation qui plus est. Illia souhaitait la mise à pied de Tsubaki. Il était évident que cela était lié au fatal handicap de cette dernière. Scylla ne montra aucune émotion et continua d'observer la conversation. Illia s'inquiétait surement pour Tsubaki, donc sa requête était normale dans un sens, mais l'attitude défensive de Tsubaki l'était tout autant. Asuna prit la parole et elle se comporta exactement comme une reine doit agir. Scylla elle-même n'aurait pas répondu mieux. Le calme quelque peu revenu, Tsubaki s'éclipsa. Asuna posa quelques questions à Illia concernant cette dispute et par la suite, au sujet de Chrom. Les réponses parvenues, Asuna demande à Illia de s'occuper de prendre le rapport de Scylla, concernant la veille. Scylla approuva à son tour la requête de la reine, puis la laissa partir, lui adressant son éternel sourire rassurant, pour répondre à son clin d'oeil. Elle continua de fixer Asuna s'en aller, le temps qu'Illia demeurait pensive. Puis, la conversation démarra, avec la valkyrie-elfe qui remercia encore une fois Scylla pour son intervention de la veille. Elle rajouta que Leafa semblait, justement, admirer la chevalière Nirvit. Presque en rougissant, Scylla se frotta la nuque en rendant le sourire de la reine des elfes.

- Ce... ce n'est rien. J'ai simplement fait mon devoir. En tout cas, votre fille est vraiment adorable. J'aurai bien aimé la revoir si possible, lorsque je me dirigerai à Elisea pour veiller sur mère.

Illia prit ensuite le temps de se présenter convenablement cette fois. En effet, elle avait déjà donné son nom à Scylla après les événements avec Neldris, et son statut, mais de façon furtive, et elle même reçut peu d'informations concernant son interlocutrice. Alors, dès qu'Illia raconta tout ce qu'il y'avait à savoir la concernant, Scylla se présenta à son tour, par politesse.

- Enchantée, votre majesté. Je me souviens également qu'on vous as adressé peu d'informations me concernant ce jour-là. Mon nom est Scylla Kresnik, fille d'Alleria. Je suis nouvelle ici, ayant résidé toute ma vie sur Atrium, ou plus précisément, au pays céleste. C'est là que j'ai "grandi" avec Asuna. Avant que nous en sachions plus sur nos réelles origines, nous étions deux "soeurs" valkyries. Mais à ce jour, je ne sais pas vraiment qui je suis au fond. Mon passé demeure encore bien flou. Je viens d'avoir seulement aujourd'hui la confirmation que je suis également une Vermillion, ce qui fait de moi, tout comme vous, une hybride conçue à partir d'une liaison exceptionnelle. Je dois probablement être la seule "valkyrie-nirvit" de toute la création. Quoiqu'il en soit, n'ayant pas encore été liée avec ma mère toujours endormie, je ne suis là que pour veiller que tout aille bien pour elle, comme pour ma "soeur". Mais même si je demeure une valkyrie incomplète et que mon statue de princesse demeure inactif, n'hésitez pas à disposer de moi, votre majesté. Je serai ravie de mettre mon âme et mon épée à votre service.

Scylla acheva sa propre présentation, en prouvant encore une fois sa dévotion chevaleresque devant la royauté. Après cela, un léger silence demeura, laissant Illia dégager un air attristé qui n'échappa pas à la valkyrie. Elle s'apprêtait à demander si tout allait bien dans son esprit. Mais Illia reprit la parole, parlant de Neldris subitement. Elle déclara qu'elle était persuadée que  c'était sa belle-mère qui était responsable de son assaut, et qu'elle les fera payer, tous les deux, pour avoir attaqué Leafa. Le visage d'Illia était normal pour Scylla. C'était la réaction basique de quelqu'un qui voulait se venger d'un acte visant le fruit de ses entrailles. Enfin, elle changea de sujet et parla de l'altercation d'avant entre elle et Tsubaki, jugeant que Scylla était surement au courant concernant son funeste sort.

- Oui... Je sais tout. Asuna m'a tout racontée.

Scylla venait de prendre un air désolé, accompagnant la peine d'Illia. Elle finit par reprendre ses esprits pour parler davantage de cette dernière, se sentant étrangement responsable de ce qui lui est arrivé. Elle cita rapidement le nom "Elesis", qui intriguait toujours plus Scylla. Puis expliqua à quel point Tsubaki était une valkyrie puissante et prometteuse, et que ce talent allait disparaître.. à cause d'elle-même. Etonnée, Scylla laissa la reine poursuivre. Le récit commençait à devenir intéressant. C'est alors qu'Illia raconta une histoire. Elle avait la tâche de sceller une source d'Eldrit noire, ayant une telle capacité grâce à son lien avec Yggdrasil, l'arbre des âmes. D'ailleurs, Scylla fit un léger rapprochement entre cet arbre, et ce que cita Leafa lors d'un court moment d'absence qu'elle eut après que la valkyrie avait liquidé les elfes noirs qui voulaient sa peau. Elle expliqua également que la tâche était complexe, à cause de présences obscures qui furent crées à partir de cette source noire, et qu'elle devait être protégée par une unité d'élite, dont Tsubaki faisait partie. Ainsi, Illia créa un dôme de protection pendant son rituel et que les valkyries affrontent les engeances formés à partir de l'Eldrit noir. Mais alors que le coeur de l'Eldrit allait être anéanti, Illia échoua dans sa tâche, provoquant une explosion d'Eldrit noire, contaminant toutes les valkyries. Seule Tsubaki était en vie, grâce à sa résistance naturelle à l'énergie obscure, mais cela était provisoire. Et ainsi, Illia, pour réparer sa faute, souhaitait conserver la vie de son amie le plus longtemps possible. Enfin, elle se sentait extrêmement faible. Scylla était touchée par le récit d'Illia, pour la simple raison que la conclusion de ce récit s'apparentait aux discours que Scylla tenait très fréquemment. Elle voulut donner son avis sur cette histoire, mais Illia changea très vite de sujet et d'attitude, pour demander à Scylla de faire son rapport. Elle reprit un air neutre, puis démarra son propre récit.

- Et bien, pour commencer... Tsubaki m'avait confiée comme première mission d'intervenir lors du siège du palais royal, mais sur le chemin, c'est à ce moment que j'ai aperçue votre fille être la proie de ce Neldris. Je me suis faufilée discrètement derrière un arbre et j'ai écouté avec attention ses paroles. J'étais apparue en plein milieu de ses élucubrations concernant Asuna. Il semblerait qu'il ne possède aucune foi envers les archanges. Puis, si mes souvenirs sont corrects, il enchaîna en donnant ses impressions sur sa propre race. Il la juge comme faible et impuissante. Et donc, il commença à vanter ses nouveaux pouvoirs, déclarant que son objectif, en cet instant enflammé et chaotique, était de prouver que les elfes peuvent devenir des êtres puissants et redoutés. Il clama haut et fort qu'il représentait l'évolution. Enfin, il annonça que pour atteindre son objectif, il se devait de VOUS éliminer, afin de porter un coup d'éclat assez important à votre peuple, pour mieux leur faire comprendre cette "vérité" qu'il croit dur comme fer. Et pour cela, il voulait tuer Leafa, afin de vous affaiblir mentalement, pour mieux vous achever. Ah, il semble également porter une terrible rancœur envers vous pour l'avoir banni et pour avoir également assassinée votre belle-mère.

Et c'est là que je suis intervenue. J'ai brandi mon épée à temps pour éviter que votre fille soit assassinée, car elle était totalement impuissante face à Neldris, malgré une belle tentative de se défendre de sa part. Je l'ai provoqué en duel, non dans le but de le vaincre, mais seulement pour protéger votre fille, le temps que la situation s'améliore. Je me doutais que j'avais aucune chance, et j'avais bien raison. Ce dernier enflamma son épée. L'énergie dégagée était bien trop forte pour moi et Leafa réunies. Nous allions probablement y passer. Mais par chance, un elfe noir sous le commandement de Neldris apparut et stoppa son chef, déclarant que la situation n'était plus sous contrôle pour lui. Avec un air bien moins décontracté, il s'éclipsa, avec hâte et panique, rien qu'en pensant qu'il pouvait affronter Tsubaki, ce qui prouve qu'il est lui même conscient que son pouvoir est encore bien limité comparé à une valkyrie d'élite. Bref, à cet instant, je peux vous dire que c'est le destin, ou plutôt, Tsubaki, qui a sauvé votre fille, par sa rapidité d'action, et non moi...


Scylla marqua une courte pause, laissant Illia boire les paroles de cette dernière.

- Quoiqu'il en soit, avant de partir, Neldris fit appel à une unité de dix hommes pour finir le travail, et grâce au soutien de Leafa pour m'aider à apercevoir des ennemis qui pouvaient se rendre invisibles, je parvins à les exterminer jusqu'au dernier. Et c'est ainsi que Tsubaki, ainsi que vous, vous nous aviez rejoints. Voilà, c'est tout pour mon rapport.

Scylla laissa encore une fois Illia réfléchir au récit de la valkyrie. Mais après quelques instants, elle se mit à placer sa main sous son menton, puis, d'un air calme et légèrement hésitant, elle se jeta à l'eau pour donner son avis, concernant autre chose.

- Hum... Votre majesté... Le moment est peut-être mal choisi pour que je vous expose mon ressenti, mais... concernant Tsubaki... Je ne sais si je peux me mêler de ce qui ne me regarde pas, mais je ne suis pas restée insensible à votre récit ou a son destin. Je comprends parfaitement que vous souhaitez protéger votre amie et vous racheter du mieux que vous le pouvez. Mais ce sentiment de faiblesse qui vous envahit... ne pensez vous pas qu'en interdisant Tsubaki d'agir à sa guise, vous partagez avec elle ce sentiment néfaste qui vous ronge ?

Bien sur, je ne vous juge pas. Je ne me permettrai jamais d'agir ainsi. Vous avez fait du mieux que vous pouvez ce jour-là, et quand on donne le meilleur de soi, on a pas à se sentir coupable. Et aujourd'hui, vous voulez appliquer ce qui semble le meilleur pour vous, concernant votre amie. Mais en revanche, même si pour ma part, mes jours ne sont pas comptés à cause d'un handicap fatal comme celui de Tsubaki, je sais parfaitement ce que c'est de se sentir faible et inutile. Ayant vécu parmi les mortels, je suis encore bien insignifiante dans ce monde ou nous nous trouvons. Je peux disparaître du jour au lendemain, en une fraction de secondes, comme cela aurait pu être le cas, hier, si la bonne étoile ne m'avait pas sourie. Et si vous voulez une preuve que j'ai tout les droits de penser ainsi, et bien, vous l'avez eu sous vos yeux il y'a quelques minutes.


Cette fois, c'est Scylla qui serra des poings et qui semblait peinée par quelque chose.

- L'oeil bandé d'Asuna, ainsi que le coma d'Alleria. Tout cela me hante chaque soir. Et tout cela, parce que c'est ma faiblesse qui a causé tout ça. J'ai vu ces deux femmes combattre sous mes yeux, sans que je puisse y faire quoi que ce soit. J'étais l'objet de ce violent conflit. Il était de mon devoir d'intervenir pour empêcher que cela aille trop loin. Mais j'en étais incapable, alors les conséquences furent ce que vous savez, aujourd'hui. Si j'avais agit, peut-être que cela ne serait pas arrivée. Peut-être... mais j'en doute. Je n'avais qu'a rester assise et observer ma "soeur" et ma mère combattre, et à fermer ma gueule, à accepter ce que ce combat allait engendrer !

Scylla leva le bras droit et desserra son poing pour poser sa main pile sur le coeur.

- J'aime Asuna. Je pourrai soulever des montagnes pour elle, et cela inclut, comme pour Tsubaki, à risquer ma vie chaque jour pour elle. Je suis sure qu'elle ressent ce même besoin que moi, celui de me rendre utile pour la cause que nous voulons préserver. Et je suis persuadée qu'elle possède la même crainte que moi. Oui, ce qui me fait le plus peur, c'est qu'Asuna me protège et qu'en retour, je dois rester là, les bras croisés, à demeurer inutile et fanée, à cause de ma condition de "valkyrie incomplète". Bref, à ne pas pouvoir lui rendre la pareille. J'ai peur qu'Asuna m'écarte à cause de cette faiblesse qui est mienne. Ainsi, je peux autant comprendre Tsubaki que vous. Je suis une pure valkyrie dans l'âme. Je veux me rendre utile pour mes proches et ma famille. Je ne supporterai pas d'être rejetée des batailles à cause de ce handicap. Il n'y aurait rien de plus insupportable pour moi que de ne pas pouvoir apporter ma contribution. Et même si je ne connais pas vraiment Tsubaki, je n'ai pas besoin d'être proche d'elle pour ressentir en elle, cette volonté de combattre pour son peuple... et pour vous. C'est ça, être une valkyrie, pour moi ! Alors reine Illia, vous qui tenez tant à elle, que préférez vous ? Laisser Tsubaki faire ce qu'elle a toujours voulu faire, afin de disparaître heureuse ? Ou la laisser vivre plus longtemps, tout en se morfondant, et en n'ayant plus aucune autre occupation, que celle d'attendre éternellement le jour fatidique ?

Scylla détendit légèrement son visage pour sourire à Illia, afin de la rassurer et lui montrer qu'elle ne la jugerait pas, quelque que soit son choix.

- Quoiqu'il en soit, je sais que vous ferez le bon choix. Quand on tient à quelqu'un, on sait ce qui est le mieux à faire. De toute manière, je le vois en vous, que vous êtes déjà en deuil concernant Tsubaki, alors... autant faire en sorte de profiter qu'elle soit encore là, près de vous, pour créer à ses côtés quelques souvenirs heureux, vous ne pensez pas ?

Après ces mots, Scylla réalisa qu'elle avait fait bien plus que ce qui était demandé. C'était plus fort qu'elle. Et dans un sens, elle voulait rassurer cette valkyrie-elfe qui connaissait le sentiment d'être faible, tout comme dans un autre sens, elle voulait se rassurer elle-même. En effet, elle aussi était confrontée à cette dure réalité, ou elle tenait à quelqu'un qui était peut-être victime d'un destin inévitable. Alors ses conseils, elle souhaitait les appliquer également à elle-même.

- Cette fois, c'est moi qui suis désolée d'avoir monopolisée votre temps. Je devais juste vous faire mon rapport et voilà que je parle, encore et toujours. Asuna nous attend sûrement. Mais avant cela, il y'a effectivement une chose de votre part que j'aurai besoin. Pouvez me parler quelque peu de cette Elesis ? Je l'ai croisé une fois, en me dirigeant vers la chambre d'Alleria, aux côtés de Tsubaki. Et lorsqu'elle m'a aperçue, elle s'est en allée. C'était comme si elle tentait de me fuir ou de m'ignorer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alleria
Reine des Valkyries
Reine des Valkyries
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 09/11/2014

MessageSujet: Re: La culpabilité d'une valkyrie   Mer 8 Juin - 16:04

Après le départ de la reine céleste, Illia avait engagé rapidement la conversation dans le but de remercier une fois encore la valkyrie pour son aide de la veille. Puis, passé un moment de rougeur dû au fait qu'elle était admirée par Leafa, la reine des elfes se présenta, ce que fit la valkyrie à son tour. Bien sûr, Asuna avait déjà tout raconté au sujet de cette Scylla, après tout, Illia était du conseil suprême. Du coup, elle savait déjà tout ce que racontait cette dernière sauf certains détails plus personnels comme le fait qu'elle ait grandi avec la reine céleste. Il semblerait qu'Asuna cache beaucoup de détail sur son vécu avant son actuel statut. Néanmoins, même si Illia savait déjà tout ce que racontait la valkyrie, elle la laissa poursuivre par politesse et aussi parce que c'est toujours mieux d'entendre tout cela de la bouche du concerné, qui était fort respectueux et sympathique qui plus est, au vu de ses dernières paroles chevaleresques. Une fois les présentations terminées, Illia démarra un récit fort perturbant au sujet de son frère, de la responsable de la menace, mais surtout le destin qui attend Tsubaki. Cependant, elle ne s'attarda pas plus là-dessus, estimant qu'elle venait de raconter tout cela sans vraiment le vouloir, à une valkyrie qu'elle ne connaît encore que très peu. Donc, elle enchaîna par demander le rapport attendu par la reine céleste. Ainsi, le rapport de son interlocutrice ne tarda pas à arriver. Elle y raconta tout ce qu'il s'était passé la veille, sans omettre un seul détail. Le rapport était clair et concis. Quelques détails interpellaient quand même la valkyrie-elfe dans ce que disait Scylla, mais rien qui demandait une interruption. C'était plus quelque chose qui concernait la reine elle-même. La valkyrie termina ensuite son rapport en citant que c'était Tsubaki, qu'il fallait remercier, et pas cette dernière, pour la vie de Leafa. Illia n'était pas vraiment d'accord avec cette finalité, et dans sa tête, les deux valkyries avaient joué un rôle de sauveur. Car, Tsubaki serait arrivée bien trop tard pour sauver Leafa, tandis que de l'autre côté, Scylla n'aurait sauvé personne si Tsubaki n'avait pas effrayé Neldris. Donc, il est clair que la modestie de la valkyrie est prononcée, mais pour le coup elle a bel et bien sauvé une vie.


- Hum, réfléchissait la reine, je vois, alors comme ça mon frère était « puissant » hein...

La reine semblait fort déçue, comme si apprendre que Neldris avait obtenu une nouvelle force était quelque chose qui la décevait. En vérité, cela indiquait simplement ce qu'elle redoutait : que ce dernier soit corrompu par l'Eldrit noir. Elle espérait depuis la veille, qu'il n'en était rien, mais entre le rapport de Tsubaki, et maintenant de Scylla, il ne faisait plus aucun doute que Neldris avait subi une augmentation de capacité trop rapide, pour que ce soit naturel. Cette fois, c'était bien fini, si elle le retrouvait, elle devrait le tuer, de toute façon, il était condamné. Il y avait toutefois une différence entre cette corruption et celle de Tsubaki. Illia hésita quelques instants à expliquer ce qu'il en était, mais elle estimait que cela ne concernait pas la valkyrie dans l'immédiat. Ce fut part contre son interlocutrice qui, après avoir laissé la reine réfléchir, interpella cette dernière afin de visiblement revenir sur son récit précédent, concernant Tsubaki. Sur le moment, Illia était un peu surprise, mais elle décida de laisser la valkyrie se « mêler » de cette histoire, après tout, c'était la reine qui avait commencé. Quoi qu'il en soit, la valkyrie commença par donner son point de vue sur le ressenti d'Illia, et de son intention d'écarter Tsubaki des batailles. Ensuite, elle raconta qu'elle ressentait elle-même ce sentiment de faiblesse, et que sans sa bonne étoile, elle serait déjà morte au bout de même pas une journée passée sur ce monde. La suite elle, commença à faire tilter Illia sur plusieurs détails. Déjà, la valkyrie cita l’œil de la reine qui l'inquiétait, alors que c'était juste une blessure. Sur le coup, la valkyrie-elfe ne comprenait pas vraiment de quoi s'inquiétait cette Scylla, mais la suite allait encore plus renforcer cette sensation d'étonnement. Elle raconta que c'était visiblement un « combat » entre la reine et Alleria, qui avait causé cette blessure, ainsi que le coma de la reine valkyrie. Puis insista sur le fait que c'était pour cette « dernière » que ces deux reines se seraient battue.

- Un combat entre Alleria et la reine céleste ? pensa Illia, tandis que la valkyrie continuait son récit, c'est quoi cette histoire ? Ce n'est pas du tout ce qu'a raconté la reine... Elle aurait menti... ?

Pendant ce temps, Scylla enchaîna sur son amour pour Asuna, et ce qu'elle était prête à faire pour cette dernière. Ainsi que de sa peur sur le fait que sa faiblesse la fasse rester en arrière à regarder la reine céleste la protéger sans rien pouvoir faire. Évidemment, c'était exactement la même sensation qu'allait ressentir Tsubaki, si elle était mise à pied. Illia le savait pertinemment que cette décision allait faire du mal à cette dernière, bien avant les paroles de la reine, et maintenant de cette Scylla. Mais comme elle le précise elle-même, il y a une différence de taille : la mort pour finalité. Donc, même si les paroles des deux valkyries sont sensées, elle ne peut s'empêcher de ne pas être totalement convaincue par ces dernières. Pour Illia, il n'y a pas que le combat qui compte, et elle estime que c'est stupide de profiter de ces derniers instants pour faire quelque chose comme se « battre ». Peut-être qu'elle aimerait justement passer les années supplémentaires que Tsubaki se donnerait, si elle freinait un peu, en sa compagnie. Pouvoir profiter de son amie autre part que sur un champ de bataille.

- Je le sais très bien que mon choix est égoïste, s'exclama Illia, mais c'est une situation que la reine céleste, ainsi que vous ne pouvez comprendre. Je vous remercie de m'avoir fait part de vos sages paroles, mais je ne considère pas que laisser Tsubaki se tuer à la tâche est une fin que je dois accepter. C'est si cruel de ma part de vouloir profiter de mon amie autre part que sur un champ de bataille ? C'est sûrement ma partie elfe, qui m'a toujours rendu si pacifiste pour une valkyrie, mais je ne comprendrais jamais qu'on puisse trouver satisfaction dans le combat. Mais bon, je respecterai le choix de Tsubaki, mais je n'en reste pas moins amer et déçu d'une telle fatalité... Je refuse de la voir mourir comme cela... Je ne veux pas voir mon amie gâcher sa vie restante sur un champ de bataille... C'est pour cela que depuis cet incident, je n'ai plus fait aucune mission avec Tsubaki... Je ne veux pas vivre ça. Je ne veux pas voir mon amie sacrifier le temps qu'il lui reste dans des endroits nauséeux comme le sont les champs de bataille… Il n'y a aucun souvenir heureux de possible sur un champ de bataille, concluait Illia suite aux paroles de la valkyrie, tout ce qu'il y aura à retenir lorsque Tsubaki partira, ce sera que j'ai laissé mon amie gâcher le temps qu'il lui reste, c'est tout...


Finalement, ce fut au tour de la valkyrie, après ce long échange, de s'excuser du temps qu'elle venait de prendre à la reine des elfes. Mais avant d'en conclure, elle fit une dernière demande, malgré qu'elle venait de s'excuser du « temps » perdu. Enfin, cela ne dérangeait pas Illia, c'était plutôt calme aujourd'hui, sur Éternia. Du coup, elle laissa cette Scylla poser sa question, qui visiblement concernait Elesis. Sur le moment, elle était étonnée de cette question, mais après une rapide seconde, elle se rappela que cette valkyrie était sa sœur. Il est vrai que l'esprit encore noyé par Tsubaki et ses soucis actuels concernant l'attaque de la veille, ça lui était rapidement sorti de la tête. Mais maintenant, c'était logique que cette Scylla veuille se renseigner sur Elesis, et Illia n'avait aucune raison de ne pas lui répondre.

- Elesis... répondit Illia, pensive après l'énonciation de ce nom, cela ne me dérange pas de t'en dire un peu sur ta sœur. Cependant, je pense qu'il vaut mieux que je commence par le début, pour vraiment t'aider à la cerner un peu plus...

Illia fit une courte pause, le temps de réfléchir visiblement, puis après un interlude plutôt court, elle commença son récit :

- Pour commencer, moi et Tsubaki on est amies depuis bien plus de temps qu'Elesis. Nous sommes nées sur le même royaume, le royaume d'Arborea. C'est sur ce royaume que ma mère avait rencontré le roi des elfes, Eren. Ma mère, ainsi que celle de Tsubaki étaient parmi les plus grandes valkyries de l'époque, et très proche niveau amitié. C'est la raison pour laquelle avec Tsubaki on a été très proche, dès notre plus jeune âge. Mais, lors d'une bataille sur un autre royaume, nos mères ont été abattues dans la même mission, avec toute l'armée qui les accompagnait. Encore aujourd'hui, j'ignore qui a pu venir à bout d'une telle puissance militaire, mais de ce que racontent les rapports, c'était une seule personne armée d'une gigantesque faux... Bref, très rapidement après la chute de nos mères, le royaume était attaqué par d'innombrables engeances venues visiblement terminer le travail. Tout fut très vite balayé, ne laissant que quelques bâtisses encore debout. Moi et Tsubaki on était encore dans notre petit village, à nous défendre comme on pouvait, mais on était très jeune et sans expériences véritables. Je savais qu'on allait mourir, c'était impossible qu'on s'en sorte, surtout en voyant les centaines de soldats de l'ombre se rapprocher de notre position. Puis, continua Illia en semblant esquisser un sourire, alors que tout semblait perdu, une personne est apparue devant nous pour nous protéger : c'était ta mère, Alleria. Je me souviendrais toujours de ce moment, de cette sensation que j'ai ressentie lorsque j'ai vu cette valkyrie se tenir la tête haute face à une véritable nuée d'ennemis. Tandis que j'étais paralysé par la peur, je ne sais pas pourquoi, mais la simple présence de ta mère me rendait sereine, m'avait calmée. J'avais pratiquement oublié la présence des ennemis et je me concentrais simplement sur l'incroyable beauté et splendeur que dégageait la légendaire Alleria. C'était comme un rêve dans un cauchemar. Elle nous adressa rapidement quelques mots, nous disant de rester en arrière et de ne pas bouger et que tout irait bien maintenant. Puis, elle balaya en quelques secondes l'armée adverse comme si c'était des insectes. Mais Alleria ou pas, c'était trop tard pour le royaume, il était inutile de continuer le combat. Alors, ils ont évacué le plus de survivants possible sur Éternia...

… Une fois tous ces événements passés, j'apprenais que mon père avait été tué dans d'étranges conditions sur Élyséa... Et ma belle-mère ne voulait pas d'une bâtarde chez les elfes. Du coup, ce fut Alleria, qui nous recueillit moi et Tsubaki. J'ai d'ailleurs appris quelque temps plus tard que ce n'était pas dû au hasard si Alleria nous avait sauvé nous, plutôt que d'autres. Il semblerait qu'elle était très proche de ma mère et celle de Tsubaki, avec Édéa. Bref, c'est là que nous avons rencontré sa fille, Elesis. Si je devais décrire ta sœur, je dirais qu'elle est assez compliquée. Bien qu'on ait réussi à devenir ses amies, elle a toujours été très renfermée, solitaire, mystérieuse... J'ai toujours ressenti un mal intérieur chez elle, qui la torturait mentalement, mais elle ne s'est jamais confiée à nous, comme à personne. Néanmoins, vivant avec Alleria et Elesis, il y avait quelques trucs qui étaient facilement identifiables, comme le fait que mère et fille étaient souvent en conflit. J'ignore les sujets, mais je crois avoir une petite idée. Alleria, même si je la respecte plus que tout, protégeait bien trop Elesis. Cette dernière n'avait presque rien le droit de faire, tellement elle était couvée par la reine. Mais, plus elle grandissait, plus elle devenait indépendante et rebelle contre cette méthode d'éducation. Plus le temps passait, plus Elesis devenait violente, provocatrice et solitaire. Elle passait son temps à provoquer Alleria en faisant tout et n'importe quoi pour l'énerver, ou captiver son attention. D'ailleurs, moi et Tsubaki avons été formés de A à Z par Alleria, tandis qu'Elesis elle, ne s'est jamais entraînée avec nous ou la reine. De toute façon, Alleria refusait que sa fille soit mêlée à une quelconque violence que ce soit.

Illia s'arrêta rapidement, semblant pensive de nouveau et légèrement attristée, avant de reprendre d'une voix plus morne son récit.

- Puis un jour, une violente dispute éclata entre Elesis et Alleria, tellement violente qu'Elesis décida finalement de partir. Depuis ce jour, elle n'a plus jamais donné de nouvelles, ni à ses amies, ni à sa mère. Elle avait tout simplement disparu en coupant tous les ponts. Mais cela semblait avoir laissé des traces sur Alleria, que je n'avais jamais vue aussi abattues. C'était comme si elle venait de perdre sa fille, alors que pour moi et Tsubaki, Elesis avait simplement pris le large. Je crois comprendre à présent, en te voyant, pourquoi Alleria nous a toujours semblé pensive, et abattue le jour où Elesis est partie. Quoi qu'il en soit, je n'ai revu Elesis qu'une seule fois depuis ce jour, c'était il y a une dizaine d'années solaires, sur le royaume de Siamat. J'étais en mission sur ce dernier, mais c'était trop tard, la capitale du royaume était en ruine. Seules d'immenses flammes intarissables étaient visibles. C'est là que j'ai vu ta sœur de loin. Je n'arrivais pas à croire que c'était elle qui était responsable d'un tel carnage. Mais ta sœur a toujours manié les flammes avec aisance, alors même si je n'avais aucune preuve, sa présence, ainsi que les flammes me disaient que c'était bien elle la responsable... C'est pour ça que précédemment quand j'ai dit que Tsubaki est la plus forte valkyrie de cette génération, j'ai précisé que j'ignorais ce qu'il en était actuellement pour ta sœur. Après tout, ce jour-là, si c'est bien elle, c'est une cité gigantesque et extrêmement protégée qui a été pulvérisée en même pas quelques minutes. Cependant, je n'ai jamais parlé de ce détail à ta mère, je ne voulais pas la perturber plus qu'elle ne l'était déjà... Enfin bref, j'admets que je suis très inquiète pour ta sœur... Surtout que Tsubaki l'a croisée deux fois de son côté. La première fois, c'était il y a quatre années solaires, visiblement elle était dans un groupe qui se fait appeler les « Xcution ». Puis, elle l'a revue deux années solaires plus tard en compagnie d'un homme aux cheveux bleus, visiblement en train de discuter. De ce qu'elle m'a raconté, cet homme semblait être un Nirvit en raison de ce qu'il dégageait...

… Mais, malgré tous mes doutes et inquiétudes, ta sœur est quelqu'un de bien. Même si son caractère est difficile, elle a toujours été loyale et chevaleresque envers ceux qu'elle aime. C'est pour cela que j'ai du mal à croire qu'elle a fait ce massacre il y a des années sans une bonne raison... Enfin, voilà, c'est à peu près tout ce que je peux te dire sur Elesis, le reste, j'espère que tu le découvriras un jour en pouvant la rencontrer toi-même. D'ailleurs, depuis hier, le royaume est condamné, personne ne peut sortir ou entrer des téléportails jusqu'à nouvel ordre. Du coup, ta sœur doit certainement être encore sur Éternia vu qu'elle était là hier. Si j'avais le temps, j'aurais essayé de partir à sa rencontre, mais bon, de toute façon, Elesis, il vaut toujours mieux ne pas la « forcer »... Si elle a envie de parler ou voir quelqu'un, c'est d'elle-même qu'elle le décide... Même si je me demande si elle est au courant pour l'état de Tsubaki...

Après son récit, Illia semblait repartir dans ses pensées quelques secondes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 287
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: La culpabilité d'une valkyrie   Sam 11 Juin - 15:14

Après que Scylla donna son avis sur la situation de Tsubaki et qu'elle conseilla la reine des elfes sur la voie à suivre, cette dernière contesta, non sans montrer une pointe de gratitude envers la valkyrie et ses paroles. Visiblement, elle souhaitait garder la même décision envers son amie, stipulant que ni Scylla, ni Asuna, ne pouvaient comprendre les sentiments de cette dernière. Elle était malgré tout prête à accepter la fatalité et la décision de Tsubaki, mais à contrecoeur. Scylla était quand à elle, dans l'incapacité totale de reprocher la décision de cette dernière. Il était clair qu'elle était opposée à un cruel dilemme, ainsi sont les choses lorsque la mort pointe le bout de sa faux... Evidemment, elle tentait son maximum de partager sa peine avec Illia, mais comme elle l'avait précisée elle-même, elle ne pouvait comprendre l'elfe. Scylla prit un air désolé, avant de reprendre la parole.

- Bien, je n'aurai peut-être pas du... enfoncer le couteau dans la plaie. J'en suis navrée. Mais je peux vous assurer qu'elle souffrira beaucoup moins ainsi. Après, il est vrai que je ne suis pas la personne la mieux apte à vous conseiller sur Tsubaki, car ma situation diffère quelque peu. Entre autre, si je puis répondre à votre incompréhension, c'est tout simple...

Scylla fit glisser sa main droite sur sa mèche de cheveux, afin de dévoiler quelque peu son visage, puis, gardant cette même mèche en hauteur avec ses doigts, elle poursuivit tout en gardant le sourire.

- ... ce n'est pas qu'on puisse trouver satisfaction sur un champ de bataille qui peut demeurer un mystère pour certains, mais plutôt le fait que l'on n'ait pas réussi à se satisfaire ailleurs au final. Cela est un peu l'équivalent d'avoir un ami d'enfance, un seul et unique ami, dont on ne peut plus se détacher. Vous voyez ce que je veux dire ? Je pense très sincèrement que si on m'interdisait d'aller combattre, soit je m'ennuierai profondément, ou dans le pire des cas, je perdrai à jamais tous mes repères. Mais ne croyez pas un seul instant que je ne souhaiterai pas partager la même idéologie pacifiste que vous, votre majesté...

Elle relâcha sa mèche de cheveux, pour enfin faire passer sa main sur la nuque, comme si elle était légèrement gênée par ses propres aveux. Son sourire toujours présent, pouvait donner l'impression que tout allait bien pour elle, mais si Illia observait plus profondément son interlocutrice, elle pouvait constater, comme une légère pointe de tristesse dans ses yeux, qu'elle tentait de camoufler derrière son rictus bienveillant. C'était comme si la valkyrie avait déjà abandonnée l'idée de connaître la paix et qu'elle savait que toute sa vie, elle serait condamnée à combattre, encore et toujours. Elle était toujours persuadée qu'elle ne pouvait en aucun cas se détacher d'une vie pleine de violence. Pourtant, elle était capable, aujourd'hui, de se créer des souvenirs heureux ailleurs, comme ce moment dans la source avec Asuna, mais elle ne réalisait pas que ce genre d'instant pourrait la changer si elle ouvrait les yeux. Il était clair que son esprit avait besoin d'encore beaucoup de temps avant de se libérer pour de bon.


Quoiqu'il en soit, Illia accepta de passer encore quelques temps avec Scylla pour répondre à sa demande concernant Elesis, sa véritable soeur. Afin de mieux cerner le personnage, elle décida de tout raconter depuis le début. Elle démarra en parlant d'abord de ses origines et celles de Tsubaki, justifiant encore plus le lien entre les deux femmes. Ensuite, elle raconta ce qui causa, brièvement, la mort de leurs mères respectives. La responsable était équipée d'une gigantesque faux. Bien sûr, cela ne pouvait en aucun cas sonner familier pour la valkyrie écarlate, étant toute nouvelle dans ce monde. Et évidemment, cela n'était que le prélude à un enchaînement de moments chaotiques ou les deux enfants durent survivre contre leurs assaillants jours après jours. Mais cela s'acheva lorsque Illia cita la personne que Scylla admirait toujours plus: Alleria, sa mère. D'ailleurs, la simple énonciation de tout ce que pouvait dégager la reine valkyrie actuelle, suffisait à remplir le coeur de Scylla, et de créer un véritable sourire cette fois sur ses lèvres. Protégeant Illia et Tsubaki de ceux qui voulaient leurs peaux, elle décida également de les recueillir, et c'est là qu'elles rencontrèrent Elesis. Illia tenta de mettre le doigt sur la meilleure manière de décrire la soeur biologique de Scylla. Visiblement, cette jeune femme était rongée par un mal qu'elle refusait de ressortir, un peu comme Scylla à l'époque, sauf que la différence était simple: Elesis était en conflit avec Alleria. La raison était simple, Alleria couvait beaucoup trop sa fille, l'empêchant de vivre dans son indépendance, jusqu'à même refuser qu'elle soit mêlée aux batailles. Scylla comprenait parfaitement la raison qui expliquait pourquoi Alleria était si "mère-poule" avec Elesis, c'était clair comme de l'eau de roche dans un sens. Elle laissa poursuivre Illia néanmoins, en expliquant que le pire arriva. Elesis décida de couper les ponts définitivement avec sa mère, laissant Alleria une nouvelle fois seule, sans son enfant. Puis, Illia raconta qu'elle n'avait revue Elesis qu'une seule fois, mais dans des conditions assez spéciales. Elle était la cause de la destruction entière d'une ville, par les flammes. Sa soeur était si puissante ? Quand à Tsubaki, elle ne la revu que deux fois, si on ne compte pas ce moment passé devant la chambre d'Alleria où la Nirvit, elle même, put l'apercevoir. Une première fois en compagnie d'un groupe nommé les Xcution, et une seconde fois, en compagnie d'un homme aux cheveux bleus qui était un... Nirvit ? A cet instant, Scylla remua légèrement les lèvres, elle était très surprise. Déjà, bien que les Nirvits constituent la race suprême d'Atrium et qu'ils sont purement immortels comme un être de Legendia, cela ne change rien au fait qu'ils soient originaires d'Atrium, un monde quelque peu ignoré par Legendia, justement. Alors pour qu'une valkyrie s'intéresse de près comme de loin à un Nirvit, cela devait être un sacré morceau. Soit un empereur, soit un gardien, or, Scylla ignorait l'identité des douze gardiens suprêmes qui avaient pour mission de maintenir l'équilibre du monde. La preuve qu'il fallait être aussi important pour être en compagnie d'une valkyrie, était simplement le fait qu'Alleria était aller piocher chez la grosse pointure d'Atrium pour concevoir Scylla et la mettre au monde. C'était soit ça, soit Elesis faisait preuve d'une grande curiosité, ou alors, ce Nirvit était lui-même un Xcution. D'ailleurs, un homme aux cheveux bleus, Scylla en connaissait un que trop bien, mais il était de l'ordre de la race mortelle, enfin, c'est ce qu'il sous-entendait. Soudainement, la valkyrie demeura extrêmement pensive, au point qu'elle écouta à moitié la fin du récit d'Illia. On aurait dit que quelque chose avait tilté dans son esprit. Cet homme portait un étrange tatouage sur le visage, au coin de l'oeil droit. Se pourrait-il que... ?

- Hum...

Scylla avait lâché ce léger son pensif à la fin du récit d'Illia, et elle avait les doigts sur le menton. Elle était légèrement ailleurs quelques secondes. Mais elle ne voulait pas montrer que c'était surtout à cause de ce Nirvit qu'elle cita, que d'Elesis et son esprit rebelle.

- Je comprends un peu pourquoi Alleria couvait autant Elesis. J'imagine que c'est par peur de perdre son second enfant, qu'elle refusait sûrement et, naturellement, qu'il lui arrive le même destin que sa première fille. On ne peut pas lui en vouloir, si c'est bien pour cette raison. Mais tout cela s'est retourné contre elle, et donc, la voilà éloignée pour la deuxième fois du fruit de ses entrailles, pauvre femme...

Scylla montra un court instant à quel point elle était navrée pour tout ce qui s'était passé pendant ce récit, concernant aussi bien Alleria et Elesis, qu'Illia et Tsubaki.

- Je vous remercie encore d'avoir accepté de partager ce que vous savez, avec moi. Je vous avoue que je voulais en connaître plus à son sujet, dans le but de l'appréhender. Je ne la connais pas, mais elle reste ma soeur, et elle pourrait contribuer au soutien que j'apporte à ma mère. Alleria en a sûrement besoin à l'heure actuelle. Mais maintenant que j'ai entendu ce que je voulais, je préfère m'abstenir, finalement. Elle refuserait sûrement de me parler. J'aimerai mieux comprendre ce qui a causé cette soudaine "corruption". Est-ce que ce sont les Xcution... ou ce Nirvit. D'ailleurs... Est ce que Tsubaki vous a...

Elle tenta de poser une question un peu trop furtivement, mais se retint, Illia n'allait sûrement pas être la personne la mieux adaptée pour parler de cet homme aux cheveux bleus.

- Non, oubliez... Quoiqu'il en soit, je préfère attendre le réveil d'Alleria pour prendre une décision concernant Elesis. Si je dois tenter de la faire revenir, ou non... Bien sur, je n'ai pas l'intention de tout tenter par moi-même. Si Elesis est si redoutable que ça, je pourrai risquer gros. Mais... Je refuse de laisser une mère sans son enfant. C'est pour cela que j'ai autant pris à coeur la protection de Leafa. Et même si Elesis a seulement pris son envol, mère a du être peinée par son départ.

Et puis, il y'avait également le simple fait qu'Elesis n'était pas sa priorité. Asuna, oui. Même en sachant qu'Elesis est de la même famille que cette dernière comparée à l'archange, elle était toujours plus inquiète pour Asuna actuellement. Alors elle décida donc, pour le moment, de mettre de côté le cas Elesis et de ne plus y penser. Même si il y'avait possibilité de retrouver la valkyrie enflammée dû à la clôture des portails, elle préférait que soit Illia, soit Tsubaki s'en chargent, si elles le décident.

- Sur ce, je n'ai plus rien à ajouter. Je pense que nous avons suffisamment fait patienter la reine céleste. Encore merci d'avoir éclairé ma lanterne sur autant de points et d'avoir pris le temps de m'écouter. Je vous suis, désormais, pour retrouver Asuna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La culpabilité d'une valkyrie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Guide valkyrie
» [ Classe ] Valkyrie
» WILLIAM ▲ La culpabilité est la pire des tortures
» Valkyrie Crusade
» Sanna Johnson × Je suis la Valkyrie, es-tu prêt à entendre le son de ma justice ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Légendia :: Éternia :: Célestia :: Cité-
Sauter vers: