La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Confessions à sens unique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 287
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Confessions à sens unique   Mar 22 Mar - 22:40

Après avoir eu le champ libre pour pénétrer dans la chambre ou Alleria Kresnik était allongée et toujours dans le coma, la valkyrie fixa sa mère comme si son existence entière défilait sous ses yeux. Elle imaginait la souffrance que cette pauvre femme ait pu traversé pendant qu'elle, vivait sa propre vie, sans elle. Un seul acte avait pu changer un bon millénaire qui aurait pu s'écouler de manière plus heureuse pour cette femme. Il n'y avait pas besoin d'en savoir plus sur sa mère pour que Scylla ne se doute pas une seconde que l'existence d'Alleria devait être difficile, car la réaction qu'elle eut en la rencontrant au pays du feu était le fruit d'une vie bien sombre, il était facile de lire une telle tragédie en ce moment, et puis, elle n'ignorait pas que pour une valkyrie, le lien familial est sacré. De ce fait, les origines de Legendia qui coulaient dans les veines de Scylla se manifestèrent. Voir sa mère dans le coma était d'un choc terrible pour elle. Elle s'adossa contre le mur, la jambe droite légèrement pliée au niveau du genou. Il y'eut au moins deux bonnes minutes ou Scylla demeura dans cette position, des minutes qui ressemblaient à des heures pour elle. Elle se repassait en boucle dans sa tête le combat acharné entre elle et Asuna, et de plus, la manière dont Alleria, abattue, prononçait le véritable prénom de la valkyrie écarlate, devint presque un chuchotement dans ses oreilles. Elle respira un bon coup, sa gorge commençait à devenir un peu trop nouée, elle refusait de déjà pleurer. Elle prit le risque de se rapprocher, de peur que voir d'encore plus près le visage endormie de sa génitrice ne lui retourne davantage le coeur. Elle prit une chaise, se posa juste devant le côté droit du lit, et fixa encore plus intensément le visage d'Alleria. Elle glissa sa main gauche sur la magnifique chevelure de cette dernière pour mieux apercevoir chaque trait de ce visage dont Scylla commençait à s'identifier.

Elle est tellement radieuse, malgré qu'elle soit endormie... J'ai l'impression de m'observer. C'est comme si je me voyais plus âgée, plus majestueuse, plus gracieuse.

Un court soupir accompagna la respiration de Scylla qui redevint saccadée, malgré le lien spirituel ajoutée par Asuna. Elle avait besoin de dire un mot, puis deux, puis dix, et puis cent. Elle ressentait ce besoin oppressant de lâcher du leste, malgré qu'il y'ait de fortes chances qu'Alleria n'entende jamais le moindre son provenant de sa voix. Elle se lança naturellement et sereinement malgré tout, il fallait que ça sorte, et au fond d'elle, un léger espoir que ses dires parviennent à atteindre l'esprit endormie d'Alleria, naquit tout doucement.

Mère... C'est moi... Scylla... Non, vous n'êtes pas dans un mauvais rêve, je suis bien là à côté de vous. Je doute fortement que vous m'entendez mais peu m'importe. Si jamais, par miracle, il s'avère que mes mots vous atteignent, alors j'espère que ma voix ne sonnera pas inconnue pour vous. Vous m'avez déjà entendue une fois, une seule... Même si... je doute que votre esprit se rendait compte de la situation... Je sais tout, mère. Je comprends mieux pourquoi vous avez laissé votre fureur sur moi prendre le dessus, en me confondant avec une Archaelis. Ce qu'elles ont fait, est impardonnable. Mais c'est fini, tout est terminé à présent. Je resterai à vos côtés, je vous le jure, vous n'avez plus à vous en faire. Moi vivante, je ne vous laisserai plus jamais vous mettre dans un tel état.

Scylla s'empara délicatement de la main droite d'Alleria, croisa ses doigts avec les siens, et les serra fort.

J'ai tellement de choses à vous raconter, mère. Je pourrai attendre que vos yeux ouverts se fondent avec les miens, et qu'on partage un moment intime entre mère et fille comme je n'ai jamais pu avoir avec ma "fausse mère". Mais tout ce millénaire sans échange familial devient trop lourd, beaucoup trop lourd. Et la vue de votre magnifique visage est comme la clé qui déverrouille la serrure de mon coeur. Alors, quitte à tout redire une seconde fois, ou à passer pour une idiote, mais, je vais le faire. Pendant que vous meniez votre vie loin de moi, je n'ai cessé de commettre crimes sur crimes. A y repenser, je pourrai songer que je ne mérite pas votre amour, car en plus d'avoir détruit votre âme, j'ai détruit le monde ou je vivais, mais malgré ça, je reste persuadée que notre avenir sera radieux, car le passé est derrière nous. C'est ce que je voulais vérifier en vous voyant, je voulais m'assurer qu'un nouveau départ est possible, pour vous comme pour moi, et j'en ai la solide conviction que oui, nous oublierons ce passé obscur ensemble.

Peut-être que vous ne vous souvenez pas de la tenue que je portais lorsque vous m'avez aperçue, mais si c'est le cas, vous allez surement penser que c'était pas très glorieux pour une valkyrie de mon rang, n'est ce pas ? Alors si vous saviez l'accoutrement que j'ai enfilé pour pouvoir vous voir, vous rigoleriez peut-être, héhé. Mais vous savez, cette tenue ne me déplaît pas, car j'ai appris, malgré mes crimes, à m'accepter comme je suis, peu importe ce que je fais ou dis. On m'a souvent dit, chez les Archaelis, que les mortels sont des fourmis qu'il faut piétiner, tellement ils sont insignifiants, et pourtant... Ce sont eux qui m'ont enseignés les petits plaisirs de la vie, à apprécier chaque instant, chaque petite chose que le monde peut nous offrir. Il est vrai qu'ils sont bêtes, ignobles, vulgaires, et ne connaissent rien de notre monde, mais ils sont en retour amusants et sympathiques. Je les envie, car cela doit être du à leurs existences que l'on juge justement d'insignifiantes. Bref, j'ai appris à m'amuser, à rire, à chanter, à danser, et même, à aimer...

Les joues de Scylla se teintèrent de rouge, mais cela se termina avec un radieux petit sourire.

... Cependant, cela ne s'est pas vraiment terminé positivement, les hommes sont complexes, mine de rien, donc c'est pas demain la veille que vous me verrez en compagnie d'un autre homme, héhé. Quoiqu'il en soit, malgré que j'ai vécu une vie assez décadente, j'ai été en bonne santé, et surtout, j'ai été heureuse. C'est tout ce qui compte, pas vrai ? Alors quand vous vous réveillerez, j'espère être en mesure de vous partager ce bonheur que je vis, et que vous retrouverez le sourire.

Par ailleurs, en parlant des mortels, je sais également que je suis une Vermillion. Alors, vous vous êtes liée à un habitant d'Atrium ? Si c'est le cas, c'est fantastique. On dit souvent que rien ne lie Legendia et Atrium, mais pourtant, vous m'avez conçu avec un Nirvit, c'est la preuve exemplaire que vous, comme mon père, devez être deux personnes exceptionnels. Même si je ne suis pas très romantique pour un sou personnellement, j'aime bien les histoires d'amours bien construites alors j'aurai tellement désirée que vous me parlez de cet homme, de votre première rencontre, de l'évolution de votre relation, de votre premier baiser... et de vos premières caresses...


Elle glissa à nouveau sa main sur le visage endormie de sa mère, avant de reprendre.

Mais bon, peut-être que vous refuserez de m'en parler, parce que cela paraîtrait trop indiscret de ma part, et peut-être que vous me reprocherez cette indiscrétion. Je ne sais même pas ce que c'est, d'être réprimandée par une mère de toute manière, alors j'aurai bien voulu savoir ce que c'est... Comme j'aimerai savoir ce que c'est d'entendre les mots doux que vous pourriez m'adresser... Qu'est ce que c'est d'être aimée par sa mère ? Je ne sais pas...

Cette fois, Scylla craqua. Une larme coula le long de son oeil qui n'était pas superficiel, puis tomba tout doucement sur les mains croisés des deux femmes. L'espace d'un instant, l'oeil droit trempé de la Nirvit avait l'impression de voir l'oeil gauche d'Alleria laisser couler également sa propre larme, mais ce n'était qu'une illusion, dû à la fatigue probablement. Malgré l'émotion qui envahissait Scylla de tenir la main de sa mère, le sourire était toujours présent.

Je ne sais même pas pourquoi je continue à parler, vous ne m'entendez probablement pas. Je passerai sûrement pour une folle devant cette générale qui stationnait devant votre chambre, ou devant ma "soeur" dont je viens, entre guillemets, de faire la connaissance. Oui, je suis sûrement folle, voire même timbrée... mais je suis surtout folle d'impatience de pouvoir échanger et partager ces mêmes mots avec vous. Oui, je vais attendre votre réveil et je ne bougerai pas... c'est décidé...

Scylla leva la main d'Alleria, puis l'embrassa tout doucement.

En attendant, j'espère que votre sommeil sera le plus paisible possible, mère...

Scylla demeura sur sa chaise à observer Alleria, de la tête aux pieds. Elle patientait encore et encore, pendant des heures et des heures, en faisant quelques allers-retours dans la chambre, fixant l'extérieur depuis la fenêtre, et constatant que le soleil était différent, il était orangé et n'éclairait pas tellement le ciel d'Elyséa comme auparavant, alors Scylla se remémora les explications d'Asuna. Il devait déjà faire nuit. Elle sentit d'ailleurs la fatigue l'envahir. En même temps, depuis le pays de l'eau, Scylla avait quasiment pas dormi, alors malgré que le ciel n'était en aucun cas sombre et étoilé, elle tombait de sommeil. Elle se posa sur la chaise une dernière fois, fixa Alleria encore et toujours, puis laissa son torse se pencher en avant. Tout en baillant, elle posa ses bras et sa tête sur le côté droit du drap qui enveloppait le corps endormi de sa géntrice et se laissa aller dans les bras de Morphée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alleria
Reine des Valkyries
Reine des Valkyries
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 09/11/2014

MessageSujet: Re: Confessions à sens unique   Jeu 24 Mar - 19:49

Cela faisait quelques heures que la valkyrie, Scylla, était dans la chambre de la reine maintenant. Un temps pendant lequel la valkyrie profita au maximum d'être en présence de sa véritable mère. Même si cette dernière n'était pas éveillée, le simple fait d'être à côté de celle-ci semblait une libération pour la valkyrie. Finalement, elle finit par s'endormir au chevet de la reine, visiblement exténuée par ses derniers jours. Cela n'était pas étonnant au final, la zone dispose d'un calme absolu. Le silence dans les environs est si intense qu'on entendrait presque la légère brise extérieure caressant le bois. Le fait d'être dans le ciel de Légendia permet de jouir de cette atmosphère reposante et délicate. Cependant, le calme environnant vint très vite se faire balayer, lorsqu'une silhouette ouvrit la porte de la chambre, réveillant sûrement au passage la valkyrie. Il s'agissait de la fameuse Tsubaki, qui après avoir ouvert la porte et pénétrer à l'intérieur, prit la parole d'une voix pressée. Son visage n'affichait plus cet air neutre et désintéressé que cette Scylla avait pu observer précédemment. Cette fois, c'était un visage sérieux et impliqué.

- Oï la belle endormit, désolée de briser ton rêve, mais j'ai besoin de toi ! Une attaque surprise vient de frapper la cité des elfes, et je manque cruellement de bras pour gérer la situation ici, donc amène-toi, je t'expliquerais la situation une fois à l'extérieur.

Sans vraiment attendre une réponse, Tsubaki fit volte-face et repartit aussi rapidement qu'elle est venue de la chambre. La situation semblait plutôt préoccupante et vu son attitude, cela semblait urgent. D'ailleurs, les paroles de la valkyrie ressemblaient plus à un ordre et une obligation, qu'à une demande d'aide pour le coup. Et vu son départ précipité sans attendre de réponses, cela appuyait le fait qu'elle savait que la fameuse Scylla allait la suivre de toute évidence. De toute façon, la valkyrie en saura plus une fois à l'extérieur, selon cette Tsubaki. C'est donc une fois à l'extérieur de l'arbre transformé en temple que le général prit la parole de nouveau.

- Ah, merci d'être là, je te fais un résumé de...

Mais à peine à l'extérieur et sa phrase commencée, que le général dégaina sa lame soudainement tout en se retournant et infligeant une attaque verticale du même temps. Une première effusion de sang apparut après cela, sortant du corps d'un elfe qui venait tenter d'attaquer furtivement le général, avec une capacité de camouflage. D'une même réaction, Tsubaki répéta la même action cette fois en envoyant un coup de lame à sa droite, tuant un autre elfe. Puis, d'un mouvement rapide, elle attrapa une silhouette qui tenta une attaque plongeante, et une fois l'avoir mis au sol, lui planta en plein cœur sa fameuse lame. Enfin, elle se retourna tout en tendant une main en direction d'un druide qui venait de sortir du temple, puis sans attendre, elle fit apparaître un petit cercle visiblement magique devant elle, d'où sortit une lame d'énergie. Cette lame envoyée d'une vitesse foudroyante venait de finir sa course dans le cœur d'un elfe qui s'apprêtait à tuer le druide. Finalement, ce dernier eut pour récompense d'être empalé sur le mur du temple, et servir de décoration sans pouvoir réellement réagir.

- Hum... laissa échapper Tsubaki, pensive après cette attaque.

Rapidement, elle se baissa en direction de l'elfe qu'elle avait empalé au sol précédemment, puis l'examina. Après quelques secondes, elle reprit finalement la parole d'une voix toujours aussi sérieuse et inquiète.

- Des assassins d'élite elfes... Mais ceux-là empestent une énergie sombre. Oï, le druide, s'exclama Tsubaki en se retournant vers ce dernier, vous avez déjà eu des elfes noirs ici ?

Le druide, encore légèrement sous le choc, mit quelques secondes à réagir. Mais finalement, il répondit à la valkyrie une fois avoir repris son calme.

- N-n-n-non. L-l-l-les elfes de cette couleur i-i-i-indique qu'ils ont succombé à la corru-p-p-p-tion, bégaya l'elfe. Il y en a plus eu dep-p-p-uis un long m-m-m-moment.

- Calmez-vous, il y en a plus dans les environs, respirez, rassura le général, avant de continuer. Bon, la situation n'est vraiment pas enviable, vu qu'ils ont réussi à atteindre cette partie d'Éliséa. Ce qui signifie que la cité inférieure, ainsi que les gardiens du tourbillon d'air ont été abattus...

Cette information déclencha une sorte de réaction chez le druide qui ne semblait pas y croire, en plus d'être encore plus paniqué. Et la déduction de Tsubaki fut confirmée lorsque deux jeunes valkyries se posèrent sur le sol, revenant visiblement de l'étage inférieur.

- Général, la cité d'Istéra est sous le contrôle des elfes noirs. Les habitants ainsi que les gardiens sont dépassés par le nombre de l'ennemi. Aussi, les portails menant aux autres territoires ont été scellés...

- Q-q-q-quoi ? s'exprima le druide. Mais co-co-coment c'est possible un tel s-s-s-siège aussi r-r-r-apidement ?

- Ils étaient sûrement déjà dans vos murs, s'exclama Tsubaki, c'est évident. Pour lancer une telle attaque aussi précise et furtive. Ce qui est embêtant c'est qu'ils ont coupé les portails, empêchant les renforts d'arriver rapidement... Astucieux... Cependant, cela ne retardera que de quelques heures les renforts, donc cette attaque n'est sûrement pas une tentative de prise de pouvoir. Je pense plutôt qu'ils sont ici pour quelque chose qui devrait être rapide et que l'assaut de la cité est une diversion. La présence de ces assassins d'élite dans cette partie supérieure me fait dire que leur but se situe dans cette zone.

- Ho ! L-l-l-la reine ?!

- C'est la possibilité qui me semble la plus plausible dans l'immédiat. Cela expliquerait pourquoi il y très peu d'elfes noirs qui montent ici. Ils prévoient sûrement une attaque furtive sur le temple...

- C-c-c-c'est horrible ! I-i-i-il faut vite aller p-p-protéger la reine !

Malgré la panique du druide, Tsubaki semblait l'ignorer et restait calme, visiblement pensive pendant quelques secondes. Enfin, elle reprit la parole d'une voix cette fois-ci plus calme que précédemment, comme si la situation était moins préoccupante.

- Non, répondit le général au druide, la reine possède une garde d'élite et sait sûrement se défendre. Ce qui n'est pas le cas des elfes pris en otages dans la cité. Ma priorité c'est d'aller les libérer de ce joug.

- M-m-m-mais...

- Je n'ai pas dit que j'allais abandonner votre reine, je dis juste que la situation est plus urgente pour ces pauvres elfes en contrebas. Je me contrefous que quelqu'un soit roi ou paysan, druide, personne ne doit être sacrifié pour qu'un autre puisse vivre. Quand on établit un plan, on prend en considération la situation et les solutions actuellement les plus optimisées. Là, je n'ai que moi, ces deux valkyries, et la fille de la reine avec moi, je n'ai donc que peu de choix tactiques. Les elfes ne sont pas des combattants, et la plupart de ceux qui savent se battre se trouvent justement autour de votre reine. Donc, ma priorité reste la cité et la libération de cette dernière, alors fermez là et allez paniquer dans votre coin.

Le druide n'osait plus vraiment prendre la parole, visiblement tétanisé par la situation, en plus de s'être fait remettre en place par cette valkyrie. Pendant ce temps, le général Tsubaki se redressa, puis reprit de nouveau la parole, cette fois d'une voix rapide et de nouveau pressée.

- Vous deux, s'exclama Tsubaki en observant les deux valkyries, avec moi. On va s'occuper de la cité.

- Bien général, lancèrent en cœur les deux valkyries, sauf une qui regardait le temple où se trouvait la reine des valkyries d'un air inquiet. Si je puis me permettre, on ne protège pas notre reine... ?

- Inutiles de nous inquiéter pour Alleria, ils ne sont pas ici pour notre reine. C'était après moi qu'ils en avaient... Pour la simple raison que je suis ici depuis quelques jours et un possible problème pour eux... Ils vont regretter de m'avoir sous-estimée...

Après cela, Tsubaki se tourna enfin vers Scylla, et lui adressa la parole.

- Bon, quant à toi, tu vois le temple derrière les nuages là-bas ? C'est là-bas que se trouve la reine. J'aimerais que tu y ailles et que tu examines la situation. Il faut d'abord qu'on sache si la garde de la reine est encore debout et dans quel état se trouve la zone. En fonction de la situation, à toi d'intervenir ou de gérer la situation. Reste bien sur tes gardes, il doit sûrement y avoir d'autres de ces assassins sur place...

Tsubaki s'arrêta quelques secondes, tout en observant Scylla dans le silence, puis s'exclama d'une voix plus calme, mais exprimant une certaine inquiétude.

- … Bon, pendant que tu étais avec ta mère, j'ai eu confirmation de la reine de ton histoire. J'ai également eu quelques autres informations sur ta situation actuelle, déclara Tsubaki pensive. Donc, je ne sais pas ce que tu vaux actuellement, mais j'imagine que tu es assez intelligente pour ne pas tenter l'impossible si la situation devient trop dangereuse pour toi. Donc, je te fais confiance pour ne pas mourir, j'aurai l'air bien tien, si tu crèves alors que tu es sous ma responsabilité... Cependant, si je t'envoie t'occuper de ça, c'est que j'ai pleinement confiance en toi, alors ne me déçois pas.

Suite à ces mots, Tsubaki s'avança vers le bord, puis déploya de grandes ailes. Dans le même temps, les deux valkyries partirent en direction de la cité, tandis qu'avant d'imiter ces dernières, Tsubaki s'adressa rapidement une dernière fois à Scylla d'une voix étonnamment encourageante.

- Bonne chance, lança Tsubaki en souriant à la valkyrie, merci de ton aide...

Finalement, le général s'élança à son tour dans le vide, en direction de la cité, laissant Scylla effectuer à son tour sa mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 287
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Confessions à sens unique   Ven 25 Mar - 17:44

Scylla fut réveillée brusquement par un claquement de porte. Malgré que son sommeil était légèrement profond, elle releva la tête en sursaut.

Mère...

Devant ses yeux, rien ne changea d'avant son sommeil. Alleria était toujours en train de comater, et ne montrait aucun signe de vie, alors Scylla retourna la tête pour observer un visage familier.

Général Menethil... ?

Elle n'eut pas le temps de réaliser qu'elle avait pris un air différent que précédemment, qu'elle entendit rapidement les mots "attaques" et "cité des elfes", avant de l'observer retourner les talons rapidement, sans attendre la moindre réaction. Scylla prit tout juste le temps de se frotter les yeux, et de s'essuyer les lèvres, car il semblerait que ces "congés" qu'elle espérait avoir vont être interrompus. Malgré que ce n'était pas le genre de la maison chez Scylla de se plaindre si elle n'avait aucun moment pour se reposer, elle reconnaissait quand même qu'après toutes les préparations et les événements récents, la moindre heure de sommeil constituait une libération dont elle avait bien besoin. Elle ne savait pas combien de temps elle s'était endormie, mais c'était suffisant pour qu'elle soit d'attaque physiquement pour rejoindre Tsubaki pour répondre à cette attaque. Mais mentalement, car Scylla reste humaine avant tout, elle était un peu gavée de toutes ces attaques, ce qui était surprenant de sa part. Soupirant légèrement, et comme si elle prenait la situation plus légèrement que d'habitude, elle pensa sur le coup:

Joie... Moi qui espérais pouvoir enfin me relaxer en paix. Je vois qu'ici, ce n'est pas plus tranquille que sur Atrium... Je plains Asuna... Bref, allons voir ce qui se passe.

Avant de quitter la chambre, elle fixa la véritable "belle endormie" à ses yeux une dernière fois.

Je reviens vite, mère...

Pressant le pas dans les couloirs du temple, comme si elle n'avait jamais sommeillé, elle rejoignit sans plus tarder Tsubaki. Mais alors qu'elle n'eut pas le temps de lui expliquer la situation, plusieurs elfes attaquèrent Tsubaki, en sortant de nulle part. Scylla n'était pas parvenue à les repérer, ils avaient probablement utiliser un sort les camouflant. Lorsqu'elle comprit que la bataille commençait déjà, Scylla fit apparaître un cercle magique par pure réaction normale provenant d'un soldat basique, et invoqua une de ses épées, mais au final, tous les elfes n'avaient pris pour cible que Tsubaki ou un druide qui fut sauvé in extremis par cette dernière. Scylla était restée sur ses gardes jusqu'au bout. Quand le silence revint, elle fixa Tsubaki.

Elle est rapide et a de bons réflexes. Elle semble expérimentée, même si cette attaque était bien mineure. Bon, au moins, cette Tsubaki... c'est pas que de la gueule...

Scylla observa avec Tsubaki l'un des corps qu'elle avait vaincu, et ils semblaient différents que ceux qu'elle avait croisé jusque maintenant. Le général cita des "elfes noirs". Cela rappela certains souvenirs chez Scylla, la dernière fois qu'elle avait mit les pieds dans un royaume elfique, notamment sur la Yokume, elle dut combattre cette race d'elfe si particulière. Après s'être repassée dans sa tête son combat avec Miloune contre la mystérieuse soeur de la princesse Eloraell, elle écouta avec attention la conversation entre Tsubaki et le druide qui tremblait comme une feuille morte. Elle n'émit aucun commentaire, elle se contenta d'ouvrir ses oreilles et d'être attentive, après tout, ici, ce n'était pas elle qui avait les commandes sur la situation. C'était une situation rare chez elle, vu qu'elle s'est toujours débrouillée pour ne pas rester en bas de l'échelle dans chaque groupe ou armée dont elle faisait partie, mais cela ne voulait pas dire que cela la gênait.

Par la suite, deux valkyries rejoignirent la zone pour confirmer qu'actuellement, la cité d'Istéra est sous le contrôle des elfes noirs, et que par dessus le marché, les portails ont été scellés. Scylla était donc coincée ici si le problème n'était pas résolu au plus tôt. Par ailleurs, Tsubaki donna son point de vue sur la situation, et comme la clôture des portails n'empêchera pas totalement la venue de renforts, ce n'est pas un siège, et donc, ce qu'ils souhaitent avec cet assaut, c'est quelque chose qu'ils doivent obtenir rapidement. Scylla était plutôt d'accord avec le jugement de Tsubaki, pour cette fois, et elle songea comme elle. Le but de ces elfes obscurs pourrait très bien être la reine, ou la princesse. Décidément, s'en prendre à une membre de la famille royale est devenue une habitude ces derniers temps.

Tsubaki, malgré tout, décida de prioriser la libération de la cité car c'est là que la défense est la plus faible, laissant la reine entre les mains de ses gardes d'élites. Dans un sens, encore une fois, elle n'avait pas tort, car elle n'avait que trois alliées à ses côtés, ce qui est peu pour gérer deux endroits à la fois. Mais n'étant pas officiellement sous son commandement comme ces deux soldats valkyries, elle était tentée de proposer à Tsubaki de prêter main forte à la défense du palais royal, histoire de déjà rassurer ce druide qui commençait à se pisser dessus et aussi car il ne fallait pas négliger non plus ce premier point qui fut mis sur table par Tsubaki elle-même. Néanmoins, elle attendit la fin de la conversation pour faire sa proposition. Cela ne s'avéra pas nécessaire, car Tsubaki ordonna justement à Scylla de partir pour le palais de la reine. Dans un autre sens, lorsqu'une des valkyries demanda si quelqu'un allait se charger de la protection de la reine des valkyries, elle aurait, au fond, également préférée rester ici pour sécuriser le palais ou repose Alleria, et sans mentir, elle était toujours plus inquiète pour elle que pour n'importe qui présent ici. Malgré que ces elfes noirs ont leurs priorités, il fallait également se dire que s'en prendre à la reine des valkyries serait comme frapper un grand coup. Car de toute manière, maintenant qu'ils ont tentés d'assassiner la "reine provisoire" des valkyries, ils vont vite devenir ennemis du régime d'Alleria, et la bataille va s'intensifier. Mais Scylla décida d'obéir, car ici, malgré que son talent de combattante était supérieur à ces valkyries qui ne connaissent rien à la guerre, elle avait encore des preuves à faire, donc elle ne valait pas mieux qu'elles. Seul son nom et son rang la mettait en valeur, ce qui lui paraissait insuffisant.


... pour être parfaitement franche avec vous, j'aurai préféré rester ici pour veiller sur ma mère, je ne serai pas tranquille si je devais la laisser entre les mains de ces druides qui ne sont pas des combattants. Mais dans un autre sens, je fais pleinement confiance à votre jugement, et je n'ai plus combattue avec des valkyries depuis des lustres, alors, je n'ai rien à dire. Je vais effectuer ce que vous attendez de moi, et vais vérifier que tout est en ordre. Je m'inquiète de toute manière pour princesse Leafa. Vous pouvez compter sur moi.

Avant de se diriger vers le palais de la reine Illia, Tsubaki prit un air complètement différent de ce qu'elle vit en elle jusqu'à présent, elle semblait anxieuse, et cela intrigua fortement Scylla. Mais pour faire simple, elle eut la confirmation qu'elle voulait au sujet de Scylla, et semblait connaître le parcours de cette dernière désormais. Elle conclut en lui disant qu'elle avait pleinement confiance en elle. Cette simple parole donna le sourire à la jeune Nirvit. Déterminée à réussir sa mission, elle se mit au garde à vous, et plaça son poing au niveau du coeur.

Je vais honorer votre confiance en revenant vivante de ma mission, général Menethil. Avoir revu ma mère a remonté mon désir de survivre jusqu'à son paroxysme. Il est hors de question que je meurs et que je laisse Alleria seule une nouvelle fois. Je vous promets de revenir vivante. Soyez également prudente !

Tsubaki s'éclipsa avec ses deux valkyries. Le sourire aux lèvres, elle observa ce départ et demeura légèrement pensive.

Finalement, c'est quelqu'un de bien dans l'ensemble. Son attitude a plutôt bien changé subitement, mais est-ce que c'est parce que la situation l'exige... ou parce qu'elle a appris mon histoire ? J'espère que j'aurai le temps de mieux la connaître... Quand à cette Elesis...

Mais Scylla remit les pieds sur terre, car l'heure est à l'action. Avant toute chose, elle se dirigea vers le druide qui balbutiait devant Alleria. Elle posa sa main sur l'épaule de ce dernier et prit le sourire le plus rassurant qu'elle savait faire.

Je vais de ce pas voir si tout va bien pour votre reine, alors gardez courage. N'oubliez pas qui je suis. Encore merci pour avoir veillé sur ma chère mère.

La valkyrie fit battre ses nouvelles ailes afin de se diriger vers son objectif de mission: Le palais de la reine Illia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Confessions à sens unique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Confessions à sens unique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le début d'un amour... à sens unique ! [ PV Anna ]
» Un amour à sens unique
» SOS RPG[à sens unique]
» Troc à sens unique [Alvaro]
» Retrouvailles à sens unique ; pv. Lucy Heartfilia ; en cours

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Légendia :: Éternia :: Elyséa :: Cité-
Sauter vers: