La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Istéra, la capitale féérique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alleria
Reine des Valkyries
Reine des Valkyries
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 09/11/2014

MessageSujet: Istéra, la capitale féérique   Dim 13 Mar - 17:45

Le portail que la reine céleste proposa à Scylla menait comme convenu en Éliséa. Une fois arrivée, la valkyrie pouvait déjà observer une différence notable d'architecture, avec son point de départ. C'était un hall de même acabit que l'ancien situé en Célestia, avec divers portails en son sein, mais à l'instar qu'ici, la décoration était d'un style bien plus naturel. Les murs étaient faits à partir de bois de rose, orné de symboles elfiques. Le sol lui, était recouvert d'un carrelage de toute beauté, où se dessinaient également différents dessins, qui une fois assemblés, formaient une magnifique fresque représentant une rosace. La lumière qui servait d'éclairage était comme le reste, naturelle, et venait simplement de la lumière extérieure. Ici, pas de vitraux fantaisistes comme le palais éternel, seulement une fenêtre sans vitres, laissant passer la lumière.

- Bienvenue en Éliséa, princesse Kresnik.

La voix qui venait d’accueillir la valkyrie était douce et chaleureuse, et si cette dernière levait la tête, elle pourrait apercevoir deux silhouettes situées au milieu de la pièce. La première était une magnifique elfe aux cheveux blonds, sublimé par des yeux d'un vert rutilant. Sa tenue était constituée d'une robe mettant en valeur la beauté, ainsi que les formes de sa porteuse. Les bras et les jambes étaient couverts du même tissu que la robe, ornée de divers bijoux. Le style général de l'elfe donnait l'impression d'observer une fée tout droit sortie d'un rêve. Enfin, cette dernière tenait en main droite, un bâton mystérieux avec en son sommet une sphère rutilante. La deuxième silhouette quant à elle avait des cheveux aussi longs, tout aussi blonds, mais coiffés en une longue queue de cheval. Ses yeux également d'un vert rutilant étaient en harmonie avec sa tenue. Bien que d'un style moins classieux et plus rustique, cela n'enlevait rien à la beauté de cette dernière. Et à l'instar de l'autre silhouette, cette dernière portait une fine lame à la taille.

Spoiler:
 
Spoiler:
 

- Je suis Illia, reine du peuple elfique, et voici ma fille, la princesse Leafa, se présenta l'elfe en s'inclinant. La reine céleste m'a fait part de votre venue en ces terres en m'expliquant un peu votre situation. J'ai donc pris l'initiative de vous accueillir personnellement, princesse. Malheureusement, je ne peux négliger mes devoirs et prendre le temps de vous faire visiter mon territoire. Mais ma fille se fera une joie de s'occuper de vous mener à bon port, là où réside votre mère, ainsi que de répondre à toutes vos questions.

Visiblement, Asuna n'avait pas menti, et semblait avoir fait en sorte que Scylla soit connue pour ce qu'elle est véritablement : la fille de la reine des valkyries. En parallèle, il semblerait que la reine céleste ait aussi raconté la vérité concernant la situation de cette dernière. Quoi qu'il en soit, la reine des elfes tenait absolument à saluer comme il se doit cette valkyrie. Alleria est très respectée chez les elfes, les ayant à plusieurs reprises aidés par le passé. Ce qui fait qu'elle et sa famille seront toujours respectées dans ce peuple.

- Bien, sur ce, je vous souhaite de nouveau la bienvenue en ces terres, princesse. Aussi, j'espère que vous passerez un agréable moment dans nos contrées. Veuillez m'excuser une fois encore de ne pas pouvoir rester plus longtemps, mais la surcharge de travail de ces derniers temps m'empêche de réellement pouvoir profiter d'un moment de paix.

La reine s'inclina de nouveau, puis se recula légèrement, et suivi d'un geste rapide avec son bâton, disparut de la zone en ne laissant de sa présence que quelques feuilles virevoltantes, ainsi qu'une fine poussière visiblement magique. Une fois la reine partie, la princesse s'avança vers la valkyrie et prit le relais, comme convenu.


- Salut, lança la jeune elfe d'une voix douce, mais bien plus familière que la reine. Mère m'a expliqué tout ce qu'il y a à savoir sur vous, du coup, je vais vous demander de me suivre et de bien écouter ce que je vais vous expliquer tout le temps que nous passerons ensemble.

L'elfe prénommé Leafa tourna les talons tout en faisant mine à Scylla de la suivre. Une fois à l'extérieur du hall, cette dernière s'arrêta. D'ici, on pouvait observer l'horizon à perte de vue. Le décor était sublime, mais assez vertigineux. En effet, l'endroit où étaient les deux jeunes femmes semblait flotter au-dessus des nuages.

- Héhé, ricana la jeune elfe. Impressionnant hein ? Comme vous pouvez le constater, nous sommes dans le ciel d'Éternia. Vous vous demandez certainement comment c'est possible ? Bien en fait, si vous observez attentivement ce qui nous entoure, vous pouvez voir d'énormes montagnes ici et là. Bien en fait, ce sont d'énormes rochers flottants grâce à l'Eldrit. Et donc, nous autres, elfes, avons bâti nos constructions sur ces chaînes de rochers, nous donnant une sensation de liberté comme on n'en voit nulle part ailleurs ! Cependant, seul un Légendien capable de voler peut attendre la partie supérieure d'Éliséa. C'est pourquoi ce territoire est séparé en trois parties.

Leafa s'approcha du vide, et invita la valkyrie à faire de même. Ensuite, elle pointa du doigt ce qui se trouvait en contrebas.

- La première zone d'Éliséa est la partie inférieure. Sur le sol de notre territoire, il y a toutes sortent de forêts, champs, habitations et chemins. C'est aussi là-bas que se trouve la première partie de la capitale du territoire, Istéra. En bas, il y a très peu d'elfes, et c'est surtout peuplé par des races venant d'autres contrées de Légendia, et pas que d'Éternia. C'est également la dernière zone à avoir été créée. Elle n'est ici que depuis la réunification de notre territoire au reste d'Éternia, pour permettre aux voies marchandes d'arriver jusqu'à nous, afin de nous sociabiliser avec le reste des peuples. La deuxième zone, c'est celle où l'on se trouve. C'est ici que nous autres, elfes, construisons nos habitations. Et si vous observez au loin, vous pouvez apercevoir la partie supérieure d'Istéra. Cette partie de la capitale est située sur la plus longue chaîne de rochers flottants d'Éternia. Ce qui fait de cette partie de la cité, la plus grande, mais aussi la plus tortueuse des zones. Elle n'est accessible qu'en volant, et l'on ne peut se déplacer que de cette façon, à travers les différents quartiers. C'est là-bas que nous allons nous rendre ! Mais avant...

Maintenant, la jeune elfe leva la tête, et pointa du doigt vers le haut. Et même en ayant une vue absolument incroyable, on ne voyait rien d'autre que du ciel toujours d'un bleu aussi intense.

- Au-dessus de nous se trouve la zone royale. C'est là-haut que se trouve le temple de ma mère, ainsi que d'autres endroits importants. Cet endroit est situé bien plus haut que ce dernier où nous nous trouvons, et est surnommé : le toit d'Éternia. Cette zone donc, est située à la même hauteur à laquelle était suspendue la tour de l'éternité, avant de s'écraser sur Célestia il y a des milliers d'années de cela. Cependant, la hauteur de cette zone est telle qu'on ne peut pas l'atteindre en volant. Enfin, c'est possible, mais très peu de races en sont capables. Cela demande une vitesse de vol et un équilibre absolument indécent. Même les dragons ne peuvent atteindre une telle hauteur, c'est pour dire ! De ce que je sais, actuellement sur Éternia, seules les valkyries peuvent atteindre cette zone en volant, vu que votre race possède les ailes les plus puissantes de toute la création.

Leafa semblait réfléchir quelques secondes, avant de reprendre la parole en montrant du doigt cette fois une sorte de pilier situé au loin.

- Si vous vous demandez comment on monte là-haut si on n'est pas une valkyrie, bien on utilise cet énorme pilier de vent que vous voyez au loin. Situé au centre d'Istéra, ce courant maintenu grâce à un relais constant de nos meilleurs magiciens permet aux ailes d'avoir la force de projection nécessaire pour nous propulser jusqu'au sommet ! Et c'est justement ce qu'on va aller prendre, vous et moi. Selon ce que je sais, vous n'avez jamais volé en Légendia, et vous n'avez pas d'ailes naturelles pour l'instant. Mais pas de panique, c'est pour cela que je suis là !

Leafa tendait soudainement une fiole contenant un liquide étincelant possédant une agréable teinte mauve.

- Ceci est une potion fabriquée par nos druides. On l'appelle : l'élixir des fées. Grâce à ce dernier, des ailes de nature spirituelle vont apparaître dans votre dos, pour ensuite pouvoir voler comme bon vous semble. Cet exploit d'alchimie est uniquement possible grâce à nos ailes. Car nous autres, elfes, laissons une poussière appelée : poussière des fées, quand nous volons. Et, en synthétisant cette poussière avec quelques plantes, on arrive à recréer des ailes identiques aux nôtres, mais éphémères. Enfin, ce sera largement suffisant pour vous permettre d'en profiter le temps que vous passerez en Éliséa ! Maintenant, avant de boire cette mixture, je vous demanderais de bien vouloir retirer votre armure. Des habits traditionnels elfiques sont posés non loin d'ici, exprès pour vous, si vous le désirez, concluait l'elfe en indiquant l'intérieur de la bâtisse. La raison pour laquelle je vous demande cela est simple cependant. Nos ailes ne sont simplement pas assez puissantes pour pouvoir supporter des tenues lourdes. C'est pour cela que nous autres, elfes, ne portons que des tenues légères dépourvues d'armures. Après, nous ne sommes pas un peuple de guerriers, mais plutôt de soigneurs, donc ce n'est pas très dérangeant. Mais vu que dans votre cas, vous allez obtenir des ailes d'elfes, vous devez donc retirer ce surplus, si vous ne voulez pas tomber comme une pierre en contrebas une fois élancée dans le vide... Une fois que vous aurez fait cela, revenez me voir, et l'on pourra y aller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 287
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Istéra, la capitale féérique   Lun 14 Mar - 12:16

Après avoir emprunté le portail, Scylla se retrouva dans un hall différent du précédent. Et à peine qu'elle réalisa la beauté du lieu, qu'elle entendit une voix lui souhaiter la bienvenue en ce qui semblerait être Eliséa. Scylla était surprise de constater que l'accueil était aussi rapide. Si ça venait pas d'Asuna, elle aurait pu penser qu'il y'a quelque chose d'étrange dans tout ça, car tout se déroulait aussi rapidement, depuis que la valkyrie est considérée comme la princesse de sa race. En effet, rien que d'entendre les mots "princesse Kresnik" la troublait réellement car elle considérait qu'elle n'avait rien de tel. Quoiqu'il en soit, elle leva la tête pour voir deux jeunes elfes aux cheveux blonds, dont une qui semblait plus majestueuse que l'autre. La première se présenta comme la reine Illia. Voici donc l'alter ego d'Ulyana sur Eternia. Elle était encore plus surprise car elle semblait très jeune pour une reine, mais Scylla n'était pas du genre à juger sur les apparences, et vu qu'elle sait très bien qu'une immortelle ne vieillit plus arrivée à la fin de son cycle, elle ne trouvait pas cela étonnant que sa fille ne semblait à peine plus jeune que la mère. Cela est également le cas pour elle-même et pour Alleria. Des fois, elle se disait que c'était une bonne chose que ses compagnons d'Atrium ne verront jamais la mère et la fille ensemble, au risque de passer pour une folle ou de croire qu'elles sont plus soeurs qu'autre chose. Scylla s'inclina comme il se doit, même si son geste paraissait assez timide, car à côté, elle tentait de cacher son immense gêne devant tout ce petit monde qui la nomme "princesse".

Enchantée, reine Illia, princesse Leafa.

Encore une fois, la régente de ce lieu laissa Scylla entre les mains d'une autre personne, trop prise par ses obligations, ce qui désenchanta encore plus la valkyrie sur son statut princier. Elle sourit à Leafa pour cacher son mal à l'aise, avant que la reine s'éclipse.

Merci beaucoup pour votre accueil.

Scylla ne voulut en aucun cas en dire plus à cette reine, elle était tentée de demander à Illia de ne plus la nommer "princesse", tant que les prestiges d'un tel titre ne lui revenaient pas officiellement de droit et qu'elle ne découvre pas intégralement tout ce qu'il y'a à savoir sur sa nouvelle terre d'accueil, car là, Scylla est un peu comme "un nouveau né" qui fait ses premiers pas, alors la nommer princesse à ce stade, c'est un peu gros. Par politesse devant l'accueil exemplaire qu'elle a reçu, elle se retint néanmoins de donner son point de vue. Au moins, Leafa semblait moins formelle dans sa façon de s'exprimer. Elle la suivit sans attendre, et vit l'extérieur du palais, là ou un paysage céleste servit de premier tableau pour démarrer la visite. Bien que Scylla a vécu un millénaire dans un pays dont les terres flottaient au dessus du ciel, elle trouvait toujours ce genre de spectacle absolument enivrant. Quand au vertige, très peu pour elle. Leafa expliqua qu'elles se trouvaient actuellement sur d'immenses rochers flottants, grâce à la magie de l'Eldrit... L'Eldrit ? Ce nom n'existait pas dans la mémoire de la valkyrie. A peine la visite commencée qu'elle se sentait déjà perdue. Etait-ce une sorte d'équivalent des Rohks dans ce monde ?

Leafa expliqua que la zone était divisée en trois parties, une zone inférieure, une zone centrale, là ou elles se trouvaient actuellement, et une zone en hauteur, ce qui semblerait être la destination de Scylla. Malgré que l'explication de Leafa était intéressante, Scylla n'écoutait pas totalement. Après qu'elle ait pointée du doigt le lieu ou elles allaient se rendre, elle pensait encore à cet instant ou elle reverra Alleria. Comment allait-être réagir devant le coma de cette dernière, sachant qu'elle était en partie responsable de tout ça ? Cette réflexion fit d'ailleurs, qu'au fond, la valkyrie ne profitait plus vraiment du paysage de ce nouveau monde. Même la beauté d'un tel lieu n'avait plus aucun réel impact sur elle. Elle tenta de dissimuler à Leafa ce ressentiment, en lâchant de temps en temps des exclamations verbales comme "C'est beau" ou "Impressionnant", mais elle se doutait bien qu'elle n'allait pas pouvoir jouer la comédie éternellement.

La fin du récit, néanmoins, obligea la valkyrie à bien écouter, car Leafa expliqua que les deux jeunes femmes vont devoir voler pour atteindre la partie supérieure d'Istera, tout en passant par un courant magique. Leafa expliqua que pour pouvoir passer par ce courant, Scylla devra boire un elixir, lui permettant de posséder les mêmes ailes que les elfes de ce pays. Et que pour éviter de tomber comme une enclume, elle devait retirer son armurerie. Là, c'est le point qui coinçait un peu pour elle. Après que Leafa tendit son élixir, la valkyrie l'observa sans tendre la main à son tour pour prendre la potion.


Bien, désolée, mais bien que l'idée de ressembler à une personne de votre peuple pourrait m'enchanter, quand je retire mon armure, c'est un peu comme si j'étais à poil. Je ne dis pas cela au sens propre du terme, mais les armures représentent le noyau dur de ma magie. Sans armure, je perd quasi la totalité de mes capacités et du coup, je ne suis plus capable de grand chose en contrepartie. Je n'ai effectivement pas d'ailes naturelles, mais j'ai fabriqué plusieurs armures pour pallier à ce genre d'inconvénients.

Scylla tenta d'utiliser sa magie pour invoquer l'armure "Black Wing", mais quelque chose clochait. Rien ne se passa, c'était comme si elle était incapable de changer d'armure. Elle avait beau insister, mais rien ne se fit. C'est là qu'elle se rappela qu'elle était liée à Asuna pendant son séjour sur Eternia, et que du coup, elle allait être privée de sa propre magie pendant tout ce temps. La valkyrie claqua la paume de sa main gauche contre son visage qui devenait tellement rouge, qu'il rivalisait carrément avec la teinture de ses cheveux. Elle avait honte d'avoir parlé à Leafa pour rien dire.

Super, je me doutais bien pourtant qu'être liée à une archange avait au moins UN désavantage. Et bien, elle est belle la princesse... Bon, j'ai pas le choix je crois, je vais boire votre potion, enfiler votre tenue et je reviens...

Scylla se changea comme convenu. La tenue était plutôt sympathique par son confort et sa légèreté, malgré que le vert de la tenue ne collait pas trop à la chevelure écarlate de la valkyrie, mais ce n'est qu'un détail peu dérangeant pour elle, elle n'est de toute manière pas venu ici pour s'afficher.

Spoiler:
 

(PS: Je précise qu'il vous faudra imaginer Scylla dans cette tenue, étant donné que je n'ai aucune image d'Erza portant une tenue suffisamment "elfique" pour que ça colle)

Après cela, Scylla but d'un trait la potion. L'effet fut instantanée, des ailes spirituelles se formèrent sur son dos. Tout ce que Scylla constata, c'est que comparé à ses armures de type "vol", la sensation de légèreté était toujours aussi présente. Bien que la valkyrie ait appris à porter le métal de ses tenues tout comme si elle portait un maillot de bain deux pièces, cette sensation d'être légère n'était en soit pas désagréable pour elle. Néanmoins, elle tenta d'effectuer sa manoeuvre habituelle pour battre des ailes, mais il semblerait que cela s'avérera être plus subtil que lorsqu'elle utilise l'armure "Black Wing". Leafa lui expliquera probablement tout ce qu'il y'a à savoir. Maintenant qu'elle possédait, excepté les longues oreilles, toute la panoplie pour paraître comme une elfe d'Eliséa, Scylla retourna voir Leafa.

Je suis prête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alleria
Reine des Valkyries
Reine des Valkyries
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 09/11/2014

MessageSujet: Re: Istéra, la capitale féérique   Lun 14 Mar - 23:01

Tandis que Leafa demanda à la valkyrie de changer de tenue, tout en lui tendant une potion de vol, cette dernière refusa en premier lieu à saisir cette dernière. Elle expliqua qu'elle a de quoi pallier ce souci elle-même, et que donc la potion serait inutile. La jeune princesse ne comprenait pas vraiment de quoi cette Scylla parlait, vu les informations qu'elle avait, mais si elle avait un moyen de voler d'elle-même, alors c'était tout aussi bien. Mais visiblement, après plusieurs secondes, la valkyrie sembla rougir de honte, pour finalement accepter la potion et de se changer. Leafa n'avait pas trop compris tout ce qui venait de se passer, mais vu l'état de son interlocutrice après ses tests, il était clair que quelque chose avait foiré. Finalement, Scylla revint vêtue d'une tenue assez classique sur Éliséa, tout en indiquant qu'elle était prête. Avant de continuer, l'elfe semblait tout de même assez étonnée en voyant la valkyrie arriver. Cette surprise était surtout le fait de voir une valkyrie porter ce genre de tenues. Le peu de valkyries qu'elle avait vues de sa vie, ont toujours des styles propres à elles, avait l'impression la jeune elfe.

- On dirait que vous avez trouvé votre bonheur, lança Leafa, tout en souriant amicalement. Cela vous va à ravir. Il ne manque plus que nos grandes oreilles ! … Mais ça, il n'existe pas encore de potion pouvant donner de longues oreilles ! Héhé.

Après s'être retenue de pouffer de rire, en imaginant une valkyrie avec de longues oreilles, Leafa redevint sérieuse, et se rapprocha de nouveau du bord. Une fois positionnée, elle se retourna pour faire face à la valkyrie, et lui adressa la parole.

- Bien ! Pour commencer, il faut savoir que sur Légendia, voler est très compliqué. De ce fait, certaines races possédantes des ailes ne volent même pas ! Enfin, tout ça à cause de plusieurs raisons. La première, c'est qu'il faut équilibrer son énergie avec l'Eldrit parcourant la création, ou dans notre cas, l'endroit où l'on se trouve. Le problème est que sur Légendia, presque chaque royaume possède une atmosphère et une pression différente. De ce fait, cela rend le vol plutôt compliqué. Car, si l'on n'a pas cet équilibre avec l'Eldrit environnant, les ailes cessent simplement de battre. Le deuxième point, c'est la concentration. Pour pouvoir battre des ailes, il faut les faire bouger, mais c'est là que ça devient compliqué ! Parce que pour les faire bouger, il faut entraîner son esprit à se synchroniser avec ce nouvel instrument généralement magique, donc pas naturel. Ce n'est qu'une extension en gros, et donc, bien l'esprit doit être habitué à cela. Cependant, répliqua Leafa d'une voix soudainement appuyée, nous autres elfes, avons peut-être de faibles ailes, mais elles sont de naissance ! Ce qui fait qu'on ne s'occupe pas de la partie rigoureuse de l'apprentissage demandé pour réussir à voler sur Légendia. Donc dans votre cas, il va simplement falloir vous concentrer sur l'Eldrit qui se trouve dans la zone. J'imagine que je n'ai pas besoin de vous expliquer comment faire cela, si ? Bon, au cas où, ce n'est pas très compliqué ! Nous sommes tous faits de 80% d'Eldrit, donc absorber ce dernier est naturel sur Légendia. En sachant cela, tout ce que vous avez à faire, c'est de vous concentrer sur l'équilibre actuel de cette énergie dans la zone.

Après ces explications, Leafa commença à faire bourdonner ses ailes, puis s'envola, pour finalement se stabiliser au-dessus du vide.

- Normalement, c'est tout ce que vous devez savoir pour réussir à voler avec nos ailes. Pratique non ? Bon, essayez de me suivre et de ne pas me perdre de vue ! Si vous tombez, je doute avoir la force de vous retenir, s'expliqua la princesse en se grattant la tête. Maaaaais il n'y a aucune raison que cela arrive, hein ? Héhé...

Suite à ces paroles, Leafa fit volte-face, puis commença à s'éloigner. Enfin, quelques secondes plus tard, elle tourna légèrement la tête, sans doute pour vérifier si la valkyrie était toujours dans les airs, puis se décida à accélérer. Elle positionna ses ailes en arrière, comme pour se propulser, pour finalement partir comme une flèche en direction de la cité. La valkyrie savait de toute façon déjà comment on vol de « base », et vu que cela ne change pas, elle sait comment accélérer, donc Leafa ne s'inquiétait pas à ce sujet. Il ne fallut que quelques minutes de vol, et une traversée rapide de la cité, pour enfin arriver devant l'énorme pilier d'où provenait un courant surpuissant. Une fois à destination, Leafa se stabilisa légèrement au-dessus du sol, puis s'adressa de nouveau à la valkyrie.

- Bon, nous y voilà ! Une fois au sommet, je vous mènerais au temple druidique, et vous n'aurez plus besoin de moi pour la suite. Donc, ce fameux pilier, pointa du doigt Leafa, c'est ce qui nous sert pour rejoindre le sommet, comme stipulé précédemment. Pour l'utiliser, c'est très simple : une fois à l'intérieur, vous vous stabilisez, et quand vous sentez que c'est bien équilibré, vous positionnez vos ailes de façon aérodynamique comme quand vous accélérez. C'est tout ! Vous n'avez pas besoin de battre des ailes ni rien, vous avez juste à rester en position de vitesse. Ho, encore une chose... N'oubliez pas de vous stabiliser quand vous serez presque au sommet et de stopper votre propulsion ! Sinon... bien... disons que vous allez comprendre votre douleur... Bref ! On se retrouve en haut !

Comme pour montrer l'exemple à la valkyrie, la princesse des elfes prit le courant en première. Et à peine avait-elle positionné ses ailes pour se propulser, que le courant la fit partir à une vitesse vertigineuse. Une fois au sommet, et après avoir attendu la valkyrie, Leafa reprit son envol, pour se diriger au temple visible au loin. Pendant la balade, on pouvait observer au loin un rocher flottant où une sorte d'arbre gigantesque trônait. Le plus étonnant était qu'il semblait entouré.. de nuit totale. Ce qui était assez étrange, sur un royaume où la nuit n'existe pas. Mais le temps n'était pas aux explications et les deux femmes arrivèrent rapidement devant le fameux temple. Ce dernier était assez grand, possédant la même architecture que le hall d'où venait la valkyrie.

- Voilà, on y est, le temple druidique. C'est ici que se trouve votre mère, vous avez juste à vous annoncer à l'accueil et suivre un de nos druides ! Quant à moi, c'est ici que je reprends mes occupations. J'ai été ravi de faire votre connaissance, et vous souhaite un agréable séjour en Éliséa ! Qu'Élinéa vous protège, à la prochaine, héhé.

Finalement, la princesse des elfes reprit un chemin inverse, sauf qu'elle plongea dans le vide une fois avoir atteint le bord. Visiblement, monter ici est quasiment impossible, mais pour descendre, suffit de se laisser tomber et d'activer ses ailes une fois l'altitude stable.

- Bienvenue au temple des druides, princesse Kresnik. La reine céleste nous a prévenus de votre venue, permettez-moi de vous conduire à votre mère.

Scylla fut très vite accueillie par un elfe - visiblement un des fameux druides - puis menée à sa destination. Une fois avoir traversé quelques étages, où la valkyrie pouvait observer que l'endroit était en fait un arbre aménagé, le druide s'arrêta devant un long couloir, puis reprit la parole.

- Nous y voilà, votre mère se trouve au bout du couloir, première porte à votre droite.

Il ne restait qu'un long couloir avant que la valkyrie puisse enfin voir sa mère. Cependant, une fois arrivé au bout de ce couloir, on pouvait observer qu'il s'y trouvait déjà du monde. Deux personnes pour être exact, deux femmes aux cheveux écarlates. Celle de droite portait une armure d'un style assez moderne. Quant à la deuxième, son style était bien plus décontracté. Elle n'était vêtue que d'un léger gilet pour seul haut. Pour le bas, elle avait de jolies bottes montantes, ainsi qu'un pantalon aussi dans un style peu courant, avec une jambe cachée, et l'autre semi-apparente. Cela dit, le style lui allait à merveille et bien que moins combattante que l'autre niveau style, elle semblait dégager naturellement quelque chose de bien plus fort que son interlocutrice. Il y avait quelque chose qui clochait chez cette femme, et ce n'était pas sa grande beauté, mais quelque chose d'inexplicable. Enfin, ce qui était sur, c'est que ce n'était pas difficile à deviner qu'il s'agissait de valkyries. D'ailleurs, les deux femmes semblaient discuter sans trop remarquer qu'une invitée allait bientôt arriver.

Spoiler:
 

- Pourquoi ne restes-tu pas ? C'est justement en ce moment que la reine a besoin de soutien.

- Elle n'a pas besoin de mon soutien en tout cas, elle n'en a jamais eu besoin.

- Tu ne trouves pas cela injuste de dire ça ? Elle a quand même...

Mais la discussion s'arrêta, lorsque la première valkyrie aperçut finalement l'invité qui avait sans doute entendu le début de cette discussion. Très vite, cette dernière s'adressa à Scylla de façon bien moins respectueuse que l'a fait le reste d'Éternia jusqu'à maintenant.

- Oï, tu es qui toi ? Qu'est-ce que tu veux ? Tu es une valkyrie, tu es nouvelle ? Je ne t'ai jamais vu avant...

Du côté de la deuxième valkyrie, cette dernière ne prêta presque même pas attention à Scylla, et se contenta de prendre la parole d'une voix légèrement amusée, tout en commença à partir.

- Hum, c'est de ce soutien, dont a besoin la reine, Tsubaki.

- Qu..Attend, où tu vas Elesis ?

- Bye...

C'était le seul mot que lança la valkyrie d'un geste d'adieu, semblant se foutre royalement des paroles de son interlocutrice, avant de disparaître au fond du couloir. Cela laissa la valkyrie restante - visiblement du nom de Tsubaki - assez silencieuse quelques secondes. Une fois remis du vent monumental qu'elle venait de se ramasser, elle dirigea rapidement son attention sur Scylla.

- Bon, tu es qui, qu'est-ce que tu veux ? Cet endroit est privé, il y a que les valkyries proches de la reine qui peuvent venir ici. Si c'est moi que tu veux voir, je m'occuperai de te recevoir plus tard, ce n'est pas parce que je remplace la reine en attendant son réveil, que je suis au service de toutes les pisseuses de mon peuple qui ont un souci...

- Il s'agit de Scylla Kresnik, général Tsubaki, lança une voix, venant d'un druide qui venait d'arriver. La reine a déjà validé son rang et prévenus de son identité, nous pensions que vous étiez au courant.

- Une Kresnik, toi ? s'exclama la valkyrie d'un air méfiant et hautain. Mouais, je n'ai jamais entendu parler d'une Scylla dans cette famille... Mais bon... si la reine céleste le dit, c'est que ce doit être vrai, j'imagine ? De quel côté de la famille de la reine viens-tu ? Tu es la fille d'une de ses sœurs ? Et d'où viens-tu ? Pourquoi n'ai-je jamais entendu parler de toi ?

- Général, si je puis me permettre...

- Silence, druide, je parle à cette Scylla, ça ne vous concerne pas, disposez je vous prie.

- Comme il vous plaira, général.

Le druide ne s'attarda visiblement pas dans les parages, et préféra s'éclipser rapidement, après s'être fait remettre en place par cette valkyrie visiblement autoritaire. Il semblerait que ce soit un obstacle que Scylla va devoir convaincre, si elle veut voir sa mère...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 287
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Istéra, la capitale féérique   Mer 16 Mar - 0:38

Leafa reprit ses explications en précisant que sur Eternia, il n'y a qu'une seule méthode pour pouvoir voler convenablement, se concentrer sur l'Eldrit environnant. Donc c'est bien ce que Scylla avait compris, l'Eldrit est le nom de l'énergie environnante en ces lieux, et donc, représentent l'équivalent des particules magiques circulant sur Atrium, que l'on nomme les Rohks. Donc si il s'agit de simplement "percevoir" l'énergie dans les alentours, cela pourrait constituer un jeu d'enfant pour elle, puisque les Nirvits sont des spécialistes de la perception. Néanmoins, du genre à tout calculer, la valkyrie compara les explications de l'elfe avec ses doutes.

Alors comme ça, un habitant de ce monde possède 80% d'Eldrit dans son organisme... Mais elle n'a pas trop soulevée le point d'un être qui est à moitié originaire de Legendia, et à moitié originaire d'Atrium. Je ne pense pas qu'elle serait en mesure de me répondre, les hybrides de mon espèce ne doivent pas souvent parcourir les environs. Et jusqu'à présent, c'est mon Glyph qui m'a beaucoup aidé en me facilitant la tâche pour tout ce qui est "perception d'énergie"... Néanmoins, il est inutile ici, tout comme mes armures. Tss, pourquoi je m’inquiète, j'ai ce lien spirituel en moi qui m'a permis de m'adapter à l'environnement, alors je devrai ressentir cet Eldrit comme un jeu d'enfant, d'autant que même privée de la plupart de mes capacités, ma véritable force est en mon expérience. Je n'ai aucune raison de douter, j'ai juste à agir et tout ira bien.

Leafa se jeta dans le vide pour commencer à s'envoler. Scylla avait eu largement le temps de se concentrer avec l'énergie environnante, car avant de posséder cette extension magique qu'est le Glyph, elle possédait déjà un talent certain pour ressentir la magie dans les environs, même si pour ce cas, elle pouvait remercier la liaison avec Asuna qui rendait plus facile chaque manoeuvre de la valkyrie dans ce monde. Quand à la question du battement des ailes, Leafa avait précisé que comme les ailes des elfes sont naturelles, il n'y avait rien besoin de faire de plus. En effet, ceci fait, ses ailes bourdonnèrent à leurs tours. Ainsi, Scylla se jeta dans les airs, suivant Leafa de très près jusqu'à ce que cette dernière accéléra subitement. D'un léger sourire, la valkyrie sentait comme un vent de "défi" secouer ses cheveux.

Au moins, elle ne me sous-estime pas, elle, héhé...

Etant habituée à atteindre des vitesses surélevées en utilisant ses armures de type "vol", il ne lui fut que très peu de temps pour rattraper comme une flèche Leafa, et se positionner légèrement à côté d'elle.

Hum, et dire que je ne suis même pas à fond...

Après ces quelque secondes ou Scylla se prêta au jeu pour se détendre légèrement, les deux jeunes femmes arrivèrent au fameux courant qui mène au temple druidique. Les instructions pour éviter de tomber comme une enclume étaient simples, il suffisait simplement de se stabiliser. Jusque là, rien de bien sorcier pour Scylla. En effet, à l'intérieur du courant, n'importe quel débutant aurait perdu toute concentration et aurait été balayé comme une feuille morte, tellement la pression était dense. Mais Scylla s'en sortait comme une chef, pour son plus grand bonheur car la sensation présente dans ce courant était très agréable. Elle ressentait comme un sentiment de légèreté toujours plus intense, et de la liberté, elle en avait besoin. Se laisser propulser dans les airs, relâchant le corps tout entier, ne pouvait représenter que quelque chose de bien éphémère pour n'importe qui, qui à l'habitude d'emprunter ce pilier de vent fréquemment. Mais pour Scylla, se laisser porter par le courant, les cheveux aux vent, le corps relâché, procurait une sensation si agréable, qu'elle était tentée de fermer les yeux et d'attendre, mais elle ne prit pas le risque, car elle devait bien suivre les procédure de Leafa si elle ne voulait pas justement chuter lourdement vers les abysses. Le vol réussi, Scylla se trouva enfin devant le temple druidique. C'est là qu'elle dut se séparer de Leafa.

Merci, princesse Leafa. Je vous suis reconnaissante d'avoir pris le temps de partager avec moi vos connaissances. A bientôt.

Elle resta clouée quelques instants, le temps de fixer l'architecture du temple, là ou ELLE se trouvait, la véritable mère de la valkyrie. Des palpitations secouaient son corps, mais de manière agréable. Sa gorge fut nouée, mais encore une fois, elle s'en fichait, car elle savait que ce stress enfoui en elle était purement positif. Finalement, après avoir réalisé qu'elle allait observer Alleria une nouvelle fois, Scylla engagea le pas et pénétra dans le palais. Elle fut encore une fois très vite accueillie par une personne qui l'attendait. Comme quoi, la communication chez Asuna, c'est du costaud, et l'organisation en prime. Elle salua toujours aussi respectueusement le druide qui la rappela encore une fois son rang, puis suivit une nouvelle fois la personne en question. Arrivé dans le couloir menant à la chambre ou se repose Alleria, les palpitations s'accentuèrent et atteignirent un rythme assez extrême. Sauf qu'au fond du couloir, elle vit deux femmes ayant la chevelure aussi écarlate que la sienne. Des valkyries, sans aucun doute. Elle entendit légèrement une partie de la conversation, et là, elle se demanda immédiatement qui pouvait être celle qui portait en elle une tenue assez décontractée pour une valkyrie. Quelque chose la perturbait en elle, mais ce qui l'intriguait le plus, c'était les paroles de cette dernière. Quel était son lien avec Alleria pour qu'elle pouvait avoir besoin de son soutien, et enfin, connaissait-elle Scylla pour insinuer qu'elle était justement ce soutien nécessaire pour la reine. Elle sentait presque une légère pointe de jalousie dans ses mots. En pensant à cela, elle avait pratiquement pas fait attention à l'autre valkyrie qui elle, semblait bien moins "accueillante" que le reste des personnes qu'elle a croisée ici. Enfin, elle entendit son nom, Elesis. Encore un nom inconnu pour Scylla. Quoiqu'il en soit, après qu'elle s'éclipsa après l'arrivée de la jeune Nirvit, Scylla subit un interrogatoire de la part de cette femme qui se nommait Tsubaki, et apparemment, elle remplaçait Alleria dans ses fonctions. Avec un vocabulaire pareil et une attitude aussi étrange devant la chambre d'une inconsciente, Scylla espérait réellement qu'elle était fiable, cette Tsubaki. Mais elle ne jugera pas tant que la conversation ne suivra pas son court. Après que le druide fut "remis en place", sans avoir le temps de s'exprimer au sujet de Scylla, elle comprit que c'était à elle de se présenter, et ça tombait bien, c'est ce qu'elle comptait faire. Malgré que le ton utilisé fut assez gênant, la "pisseuse" en question garda son air calme, humble et serein. Elle n'allait pas laisser cette femme bloquer le passage entre elle et Alleria, alors elle décida de ne pas se laisser influencer et de conserver une attitude optimale, telle une "princesse" se doit d'avoir.

Mes plus plates excuses, général Tsubaki, si j'ai interrompu votre conversation, mais ma présence ici, en ce lieu que j'espère, effectivement, être privé, est totalement légitime. Comme vous avez pu l'entendre, je porte le sang des Kresnik en moi. Pour répondre à votre question... Et bien, je suis simplement la fille de la reine en question.

Scylla marqua une courte pause, tout en plaçant un regard mélancolique mais sincère sur Tsubaki, avec l'oeil gauche qui n'était pas camouflé par sa mèche de cheveux.

Si mon nom et mon apparence vous semblent floues, c'est tout à fait naturel. J'imagine qu'elle a gardée, pour la plupart de ses pairs, mon existence secrète, car pour le peu que je connaisse la femme qui m'a donné vie, je dois sans doute représenter un fragment bien douloureux de sa mémoire et de sa vie. J'ai été portée disparue à un âge que je ne saurai qualifier, et je suis devenue amnésique. Je viens d'avoir seulement aujourd'hui la confirmation de mon lien avec Dame Alleria, provenant de la reine céleste en personne, et donc, je vous prierai alors de me laisser rester aux côtés de la reine valkyrie quelques instants, car c'est mon rôle, en tant que princesse, ou plutôt, en tant que fille, de veiller sur ma mère.

Pour finir, Scylla désigna de la main ce qu'elle portait autour du cou, le symbole qui la liait à Asuna.

Je saurai comprendre que mes paroles peuvent sonner étranges à vos oreilles. C'est normal, je suis une parfaite inconnue pour vous, et cela me rassurerait même, dans un sens, pour la protection de ma mère. Je vous invite donc à vous entretenir avec Dame Asuna, qui est bien plus liée à moi que vous ne pouvez l'imaginer, si le moindre doute persiste dans votre esprit. Mais en attendant, je ne bougerai pas d'Eliséa tant que je n'aurai pas aperçu le tendre visage de ma génitrice. J'ai fais tout ce chemin pour uniquement cela, et non pour venir vous déranger, ainsi que pour expier ma faute, d'avoir pu creuser un énorme trou dans le coeur meurtri d'Alleria, et croyez moi sur parole que je sais de quoi je parle.

Pendant toutes ces paroles, Scylla avait prit une voix toute douce, loin de la voix imposante et grave qu'elle fait entendre à tous ceux à qui elle s'adresse, amis comme ennemis. C'était comme si parler de sa mère l'emplissait d'une émotion bien caché en elle, comme si une nouvelle Scylla voyait le jour. Maintenant, à savoir comment va interpréter Tsubaki toutes ces paroles qui étaient sortis du fond du coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alleria
Reine des Valkyries
Reine des Valkyries
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 09/11/2014

MessageSujet: Re: Istéra, la capitale féérique   Mer 16 Mar - 19:06

Après les questions du général des valkyries, il ne fallut que quelques secondes, pour que son interlocutrice prenne la parole d'une façon calme et sereine, afin de répondre. Dès le début, ce qu'elle dévoila était déjà bien suffisant pour changer le visage de Tsubaki neutre, en air surpris. Ensuite, la valkyrie continua son récit en tentant d'expliquer pourquoi jamais personne n'avait entendu parler de cette dernière. Il était visiblement question de secrets douloureux, de disparition, et d'amnésie. Pour finalement conclure qu'elle avait appris son lien avec Alleria que depuis aujourd'hui, de la bouche de la reine céleste en personne. Enfin, elle fit la demande d'avoir la chance de pouvoir rester aux côtés de sa mère, pour remplir son rôle de fille. Bon, pour l'instant, la seule réaction du général était de rester de nouveau neutre, impassible. Tsubaki fixait la valkyrie face à elle avec insistance, la transperçant du regard. Sans paroles, sans réactions, elle restait silencieuse, toujours ses yeux fixés sur cette Scylla, comme si elle tentait de lire en elle. Il fallait dire qu'elle avait une sacrée histoire à digérer là. C'était quand même incroyable et étrange, toute cette histoire pour le général au courant de rien jusqu'à maintenant, malgré sa position actuelle dans la hiérarchie. Cependant, comme si la fameuse Scylla avait lu les doutes du général, elle reprit la parole en insistant cette fois sur le fait que la reine céleste était liée à cette dernière d'une façon bien plus proche qu'on ne peut l'imaginer. Elle stipula que cette dernière pouvait confirmer sans souci le scénario précédemment raconté, ainsi que l'identité de « Scylla ». Pour finir, elle insista de nouveau pour pouvoir passer, et voir sa mère. Il était clair qu'elle n'allait pas bouger d'ici, au vu de ses paroles, tant qu'elle ne serait pas satisfaite. Enfin, maintenant qu'elle avait visiblement terminé, le silence refit son apparition dans le couloir. Tsubaki était toujours aussi silencieuse, et continuait de fixer cette Scylla, mais cette fois plutôt concentrée sur le pendentif à son cou. Il s'écoula un temps sûrement insoutenable pour la valkyrie, avant qu'enfin, le général s'exprima de nouveau, mais d'un air légèrement hésitant.

- Mouais... je reconnais que la ressemblance est étonnante, lança la valkyrie tout en croisant les bras. Bon, on va dire que je vais te croire. Déjà parce que même si ton récit est incroyable, il faudrait être complètement dingue pour inventer une telle histoire, et des détails aussi précis. Enfin, je veux bien te croire aussi parce que tu sembles sincère dans ton regard...

Suite à cela, Tsubaki se gratta légèrement le menton, tout en chuchotant à voix basse quelques mots, comme si elle se parlait à elle-même, mais à haute voix sans faire exprès.

- Hum, ça expliquerait pourquoi Elesis m'a dit cela en voyant cette femme... Mais pourquoi ne m'en a-t-elle jamais parlé... ? Peut-être qu'elle le sait depuis peu ? C'est peut-être ce qui la rend si étrange ces temps-ci...

Rapidement, elle retourna son attention sur la valkyrie, puis reprit la parole.

- Alors comme ça tu es la fille d'Alleria. Dans ce cas, j'imagine que ton amnésie doit être véridique, si tu n'as pas reconnu la fille qui était avec moi il y a quelques minutes. Il s'agit de la fille de la reine également, donc de ta sœur... Haha, se mise à rire la valkyrie, alors comme ça Elesis a une sœur ? He bien, c'est de famille chez les Kresnik les cas étranges...

Finalement, après un léger temps mort, le général s'avança plus proche de la valkyrie, puis lui tendit la main, tout en reprenant la parole d'une voix bien plus calme et douce.

- Bon, excuse mon attitude précédente, je croyais que tu étais encore une de ces pisseuses qui n'arrêtent pas de chialer. Moi, je suis le général Menethil Tsubaki. Mon rôle c'est de m'occuper de tout ce qui touche au domaine militaire. Donc, formation, stratégie, entraînement, et tous les trucs liés. Sauf qu'en l'absence de la reine, je dois aussi gérer la paperasse et la politique, et c'est franchement désagréable. Je passe vraiment une sale période, donc ça explique entre autres mon humeur exécrable. Je te jure, commença à raconter Tsubaki tout en semblant dépitée, c'est infernal depuis quelque temps. Tu sais ce que c'est de devoir gérer des valkyries qui ne savent même pas se battre ? Non parce que depuis que Légendia sait que la reine des valkyries c'est Alleria, et que la reine céleste est une valkyrie également, on a récupéré des tas de valkyries volontaires éparpillés sur d'autres royaumes. Le problème, c'est que la plupart ne sont même pas capables de tenir une arme ! Certaines n'ont jamais été au combat, et encore moins connu de guerres. Et en plus, ce ne sont que des hybrides bâtards, n'ayant aucune idée de ce que c'est d'être une valkyrie. Pffheu ! Sans déconner, voir autant de faibles au même endroit me donne envie de vomir. Mais même ça je ne peux pas le faire, vu que je n'ai rien avalé depuis des jours, tellement j'ai plus une seconde à moi et que je suis stressée ! Franchement, c'est bien beau de la part de cet archange et d'Alleria d'avoir ouvert un nouveau foyer pour nous autres valkyries sur Éternia. Mais il ne faut pas se voiler la face, la plupart des pisseuses qui se ramènent, c'est pour se la couler douce et être en sécurité ! Encore hier, j'ai failli tuer une de ces faibles en la touchant à peine pendant l'entraînement ! Non, mais elles croient quoi ? Que je suis là pour rigoler ? Halala... Je n'arriverai jamais à former de telles faibles au combat...

Tsubaki laissa échapper un long et profond soupir, tout en continuant son récit, qui semblait plus destiner à la soulager, qu'à autre chose. Le besoin d'évacuer sûrement...

- De toute façon, de nos jours, il n'y a que les descendantes des cinq grandes familles valkyries, qui sont de haut niveau. À savoir les Kresnik, les Lowell, les Menethil, les Archaelis, et les Valkyrion. Le problème, c'est que les Valkyrions n'existent plus depuis des millénaires, les Menethil, il ne reste plus que moi, et les Archaelis ont été exterminés. Il ne reste que la famille Lowell sur Cordelica qui est plutôt stable, et les Kresnik... qui sont au nombre incroyable de trois, depuis aujourd'hui, visiblement... Ça veut dire que tout le reste n'a jamais participé à une seule bataille. Tsheu... je ne leur donne pas dix minutes sur un champ de bataille, à ces faibles, avant de mourir. Ha ! toute cette naïveté me répugne... Enfin, qu'est-ce qu'on peut y faire, hum ? Alleria semble absolument tenir à former un nouvel ordre militaire, chez les valkyries. Bien, entre toi et moi, j'espère que la reine céleste ne compte pas vraiment sur ces valkyries nouvelles générations pour la guerre...

Un long silence eut lieu, lorsque Tsubaki termina visiblement sa complainte. D'ailleurs, elle-même ne comprenait pas tellement pourquoi elle avait autant causé de tout cela à une parfaite inconnue. Qui, même si avoue être la fille d'Alleria et proche de l'archange Asuna, cela reste pour l'instant toujours aussi étrange. Mais bon, comme elle l'avait précisé récemment, mentir aussi bien tiendrait du génie, ou de la folie. Car, si elle découvrait que c'était faux, il n'y a aucun doute sur le fait qu'elle retrouverait cette Scylla n'importe où sur la création pour lui faire regretter cet acte.

- Hum, bon, je n'ai aucune raison de t'empêcher de passer. Même si je vais quand même vérifier tes dires, évidemment, tu t'imagines bien. Cependant, je reste dans le coin, juste au cas où... Je ne serais pas loin... Donc si je sens quelque chose de bizarre ou s'il manque un cheveu sur la reine, je te retrouverai, te tuerait, puis je me servirais des tiens pour les remplacer, c'est compris ? N'y vois pas là une menace, juste une prudence de ma part...

Enfin, après ces paroles, Tsubaki fixa de nouveau la valkyrie face à elle de haut en bas, comme pour la jauger.

- Sur ce, j'imagine qu'on se reverra, hum ? Après tout si tu es sur Éternia, c'est que tu seras dans l'armée, et on ne se repose pas ici, encore moins depuis quelque temps... Dans ce cas, n'oublie pas que si tu es dans l'armée, c'est moi ta supérieure. Et que tu sois une princesse ne change rien aux entraînements... Mais j'imagine qu'étant une Kresnik, tu dois certainement être plus performante que la moyenne.. Héhé, j'avoue qu'au vu de ton style actuel, je pourrais avoir des doutes sur ta force, mais bon... Vu la puissance de ta sœur, et son style, je m'abstiendrais de juger sur ce point. Néanmoins, je suis curieuse de savoir ce que tu vaux... Une prochaine fois j'imagine... Bon, à la prochaine...

Finalement, Tsubaki contourna Scylla, puis commença à s'éloigner, après l'avoir salué respectueusement. Cependant, elle reprit rapidement la parole en interpellant de nouveau la valkyrie, alors qu'elle se trouve déjà actuellement à plusieurs mètres de cette dernière.

- Ho fait... Mignonne tes petites ailes, lança Tsubaki en pouffant de rire, avant de finalement s'éloigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 287
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: Istéra, la capitale féérique   Lun 21 Mar - 12:19

Scylla fut rassurée en premier lieu par la réaction de cette valkyrie. Elle était parvenue à lire la sincérité dans ses yeux, ce qui était compréhensible vu à quel point la jeune Nirvit se sentait coupable de ce qui est arrivée à la reine des valkyries. Après cela, elle se mit à chuchoter suffisamment fort pour que Scylla entende tout ce qu'elle se racontait à elle-même. Devant le manque de discrétion de son interlocutrice, la princesse ne put s'empêcher de réagir.

Je vous demande pardon ?

Alors Tsubaki éclaira sa lanterne en précisant qui était la jeune femme qui était partie comme une fusée au moment même ou Scylla débarqua. Elle se nommait Elesis, et le plus important, c'est qu'elle était sa véritable soeur. Etrangement, l'effet de surprise fut moindre chez Scylla, par rapport au scoop qu'elle était cousine avec Asuna. Après tout, elle ne connaissait rien d'Alleria et de ses relatives, ainsi, l'idée qu'elle pouvait avoir une ou plusieurs soeurs lui avait déjà traversé l'esprit. Rien ne lui avait indiquée qu'elle était fille unique dans toutes ces révélations. Par contre, ce qui l'intriguait, c'était l'attitude de cette dernière. Pourquoi s'est elle éclipsée à la venue de sa "soeur", sachant qu'elle avait semblé la reconnaître ? Avait elle été mise au courant de la venue de Scylla, contrairement à cette Tsubaki ? Et pourquoi refusait elle de rester aux côtés de sa mère ? Existait-il un certain froid entre la mère et la fille ? La valkyrie n'a pas put réfléchir plus longtemps, la dénommée Tsubaki se mit à s'exprimer en s'excusant pour son comportement, puis en se présentant. Et tout ce que Scylla retint de cette femme, c'est qu'elle est... étrange. Elle commença à raconter sa vie, ses ennuis, ses galères avec ses recrues qui sembleraient être des inconscientes qui ne savent pas ou elles ont pu fourrer leurs nez en s'engageant dans l'armée. De base, pour des raisons qui lui sont propres, Scylla aurait pu ne pas apprécier cette Tsubaki pour être aussi vénale envers les personnes qui la suivent. Après tout, elle imaginait ces "pisseuses" comme elle les surnommait, faire du mieux qu'elles pouvaient pour suivre ceux qu'elles admiraient, et qu'en retour, cette Tsubaki n'avait pas l'air d'admettre qu'on ne peut dépasser nos limites du jour au lendemain. Mais étrangement, Scylla n'arrivait pas à reprocher les paroles de cette dernière. Déjà, parce qu'elle s'en foutait un peu de la vie de cette Tsubaki, et ensuite, parce qu'elle n'en pensait pas moins le jour ou elle fut promue lieutenante de l'armée solaire. Elle n'avait eu aucune patience avec ces énergumènes qui la suivaient comme des chiens, et il se peut que si l'expérience était à refaire, même avec sa nouvelle mentalité, il n'y ait aucune différence. Mais étant donné qu'elle s'était adoucie, elle n'appréciait pas vraiment les paroles de cette femme lorsqu'elle parle de ces subordonnées. Elle tenta même de garder son air neutre et attentif pour ne pas vexer celle qui barre sa route actuellement, mais au fond, elle espérait que cette Tsubaki se casse bientôt et qu'elle arrête son récit. Elle n'était pas venue pour écouter les complaintes d'une excitée mais pour revoir Alleria, purement et simplement.

Mon dieu, elle a pas bientôt finie ? Elle devient chiante là... J'ai vraiment été comme ça à une époque ? Non, j'étais moins bavarde en tout cas...

Autre réalité qui faisait de la peine à Scylla, c'était que le niveau des valkyries était jaugé par leurs noms, et visiblement, il y'avait cinq grandes familles chez les valkyries qui relevaient le niveau. Elle n'aimait pas trop ce fait, que l'on pense tout de suite, même si cela peut être réel, qu'un nom fait tout. Cela lui rappela la situation d'Atrium, ou la simple énonciation d'un nom peut faire trembler tout un clan. Bizarrement, elle se mit à penser quelques secondes à Ayako. C'est à cause de son nom que les gens la craignent, et qu'elle est devenue ce qu'elle est, une des poupées préférées d'Azelia. Elle avait du mal à l'admettre, mais elle s'inquiétait trop souvent pour la Kunoichi depuis leur combat sur Manawa Kokuo. Enfin, pour revenir à ce que racontait Tsubaki, Scylla relativisait, car au moins, étant une Kresnik, elle osait espérer qu'elle ne l'emmerdera pas, du moins, en théorie. Puis pour finir, elle semblait douter de la décision d'Alleria de former des nouvelles recrues pour les envoyer en guerre. Scylla ne pouvait réellement donner son avis, mais bizarrement, elle croyait en cette décision prise par sa génitrice.

Je ne connais pas vraiment ma mère suffisamment pour juger ses décisions, mais je pense qu'elle doit avoir de bonnes raisons de vouloir recruter des "débutantes", si je puis parler ainsi.

Finalement, cette Tsubaki semblait en avoir fini avec son récit et autorisa Scylla de voir sa mère, tout en, fort heureusement, se renseignant sur la véracité de ses dires. Elle se contenta également de la prévenir, à sa manière, que si Scylla s'en prenait à Alleria, elle le payerait de sa vie. Prenant un air qui prouvait à quel point elle était non impressionnée par elle, pour la bonne raison qu'elle avait aucune raison de s'inquiéter, elle répondit avec le sourire à Tsubaki.

Evidemment, j'aurai réagi pareil à votre place.

Avant de s'éclipser pour de bon, elle précisa que Scylla allait être sous la responsabilité de Tsubaki, une fois entrée à l'armée, et qu'elle devra passer par un entraînement rigoureux. Elle se retint de pouffer de rire car d'une, l'entraînement, c'est son quotidien depuis gamine, au point d'avoir difficilement une "vie" à côté, donc dans un sens, elle n'en voyait pas l'utilité. Mais vu qu'elle reste une nouvelle venue dans ce monde, cela pourrait quand même être intéressant, tant que ce n'est pas un entrainement basique ou elle met Scylla dans le même panier que les débutantes. Après tout ce qu'elle a fait pour "construire" son corps robuste comme l'acier, elle espérait qu'être dans l'armée l'aiderait avant tout à s'habituer à combattre ici, car en terme de style de combat, Scylla pouvait affirmer, sans se vanter, qu'elle n'avait quasi aucune faille, et que les seules choses qui émousseraient ses capacités, ce sont ses problèmes dans sa tête, donc sentimentaux par exemple. C'est le seul point ou elle savait qu'elle avait encore un gros travail à faire pour éviter de poser problème à ses alliés. Quoiqu'il en soit, Tsubaki n'avait pas l'air de mettre la valkyrie d'Atrium dans le même sac que les débutantes, mais cela, c'était après l'avoir jugé par son nom et son style. Ça, c'est un jugement qui aurait pu faire que Scylla se claque la paume de la main sur le visage. Quelle étrange manière de voir les choses. Il ne faut jamais juger quelqu'un par son style, ça évite qu'on soit méchamment surpris quand le pire des glands s'avère être le cerveau d'une opération visant à détruire l'ordre des mortels, comme elle a pu le voir récemment. Bref, après avoir prouvé qu'elle était très particulière comme valkyrie après avoir conclut la conversation de manière débile en se marrant comme une dinde sur les ailes féerique de la Nirvit, elle se mit à rire également, mais de manière plus discrète. Puis, elle se dit qu'il fallait quand même, avant qu'elles se séparent, qu'elle sache un peu le fond de sa pensée, elle n'avait fait que écouter jusqu'à présent, mais là, elle avait son mot à dire. Alors elle se retourna et prit la parole pour interrompre la marche du général.

Héhé, avant que l'on se quitte, Général Tsubaki, j'aimerai juste vous donner mon avis tel qu'il est concernant tout ce qui vous "tracasse" depuis peu. Et comme ça, vous en saurez un peu plus sur moi, étant donné que vous serez ma supérieure. Vous prétendez qu'en cas d'entourloupe, vous serez en mesure d'arracher le moindre de mes cheveux, mais sachez que je n'ai pas passé ma vie en tant qu'amnésique en étant sur-protégée ? Pendant ma longue existence, les entraînements, c'était tous les jours, et les batailles, tous les mois, jusqu'à en devenir obsédée. Vous n'avez pas besoin de savoir sur quels fronts j'ai mené multiples guerres, mais seulement que j'ai été moi-même amenée à gérer plusieurs troupes qui m'ont donnés une première impression assez déroutante. Des pisseuses, des chialeuses, et même des pervers, j'ai du en mater un nombre incalculable, et en dehors de ça, ce n'est pas un tas de paperasse que j'ai du supporter, mais la vue du sang de mes ennemis qui coulait inlassablement. Bref, un petit conseil amical que vous pouvez interpréter comme vous le désirez, mais laissez donc ces valkyries penser qu'elles auront la sécurité chez vous, car croyez moi que sur le champ de bataille, même la plus inoffensive des pucelles peut devenir une bête féroce lorsqu'elle sent la mort s'arrêter à un millimètre de ses yeux. Vous savez, le souffle glacial de la mort qui vous gèle le sang et absorbe votre âme, cette sensation que je trouve si fascinante, pas vous ? Et bien, même pour ceux qui n'ont jamais tenu une arme de leur vie et qui ne connaissent rien à la guerre, observer la grande faucheuse traverses leurs esprits seconde après seconde peut tout changer en eux. Cela ne sera pas le cas pour tout le monde bien sûr, il y'aura toujours des lâches et des faibles partout, même chez les plus grands, mais de base, chaque être humain peut montrer les crocs à tout moment, voilà pourquoi il faut éviter de trop juger sur les apparences, car le moment venu, la surprise peut en devenir insupportable, et il est souvent bien trop tard quand vous réalisez... qu'ils ont été d'un courage exemplaire.

Au début, Scylla avait dit cela avec le sourire pour paraître la plus agréable possible lorsqu'elle donne son point de vue, car il faut avouer que son but premier était de légèrement remettre en place Tsubaki sur ses pensées légèrement "simplistes". Peut-être que ces valkyries sont réellement nazes, certes, mais Scylla avait déjà connue cela. Les mêmes abrutis qui l'ont suivis ont montré une force insoupçonnable lors du coup d'état qu'elle avait menée avec Roy contre Sairu Jumeis, au point que cela changea son point de vue définitivement, surtout lorsque le pire d'entre eux lui avait sauvé la vie. Dommage que cet abruti en question avait bien caché son jeu tout ce temps. Quoiqu'il en soit, après avoir montrée un air enjouée, presque excité même, Scylla devint légèrement mélancolique à la dernière phrase, au point qu'elle marqua une légère pause avant de poursuivre.

Mais bon, je ne vous apprends sûrement rien, et je n'ai à coup sur aucune chance contre vous avec mes mignonnes petites ailes féeriques.

Reprenant un sourire mignon qu'elle était capable de bien cacher sous son tempérament chaud comme la braise qu'elle montrait souvent, elle se mit à faire mouvoir ses ailes, comme pour jouer le jeu du général, ou pour montrer qu'elle s'en fichait des jugements de cette dernière.

Ce sera en tout cas un plaisir de retourner à mes origines, ce bon vieux temps où je m'entraînais sans arrêt, au point que j'en dormais plus. Quel joie, vraiment ! Bref, je ne vous retiens pas plus longtemps, général Menethil. Bon courage avec vos recrues. A bientôt.

Scylla reprit son sérieux, laissant Tsubaki poursuivre sa route, afin de reprendre la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Istéra, la capitale féérique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Indiens d'Amérique
» L'Amérique Latine à l'image d'Haiti
» TNT - la télé tout numérique
» 7 août 2009 D’Arbenz, 1954, à Zelaya, 2009 : Chiquita en Amérique Latine
» Entrée et tableau de la capitale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Légendia :: Éternia :: Elyséa :: Cité-
Sauter vers: