La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Azelia et Cya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azelia
Reine
Reine
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 18/06/2013

MessageSujet: Azelia et Cya   Jeu 21 Jan - 17:04

Seto et Ayako étaient déjà de retour au pays lunaire. La Kunoichi du clan des glaces était quelque peu blessé, mais ses cellules fonctionnaient à merveille et son corps se régénérait petit à petit. Elle avait eu le temps, sur le dos du dragon, de reprendre des forces. Cependant, ces quelques heures de trajet entre les océans et le pays de la nuit ont été d'un silence remarquable. Exténuée, la jeune femme n'avait pas dit un mot à son "sauveur", elle préférait attendre qu'ils soient dans un contexte plus paisible pour lui exprimer le fond de sa pensée.

Marchant difficilement, et ne souhaitant pas que Seto la soutienne dans son avancée vers la salle du trône, Ayako était quelque peu effrayée de la réaction d'Azelia si elle lui annonce qu'elle a échouée lamentablement, en plus que sa défaite a provoqué la destruction totale d'un centre de recherches que la reine possédait depuis des lustres désormais. Elle avait complètement failli à sa mission. Et elle redoutait également beaucoup pour Seto qui avait aidé l'ennemi à vaincre le Vasilias. Bref, elle s'avança vers la salle du trône, fixant Seto juste à ses côtés, toujours droit, fier, imperceptible.

Le duo arriva enfin devant Azelia, et ils réalisèrent assez rapidement qu'elle n'était pas seule. Elle était visiblement en entretien avec quelqu'un, une femme à la robe noire, portant une coiffe et un masque au niveau des yeux.


Reine Azelia, nous sommes de retour.

Le duo s'agenouilla, et la reine fit à la seconde même un geste pour leur faire signe de se relever.

Je suis heureuse de vous revoir devant moi, mes chers enfants. Ravie de constater que vous vous portez bien, et aussi, que je puisse enfin avoir l'honneur de vous présenter ma collègue, la sorcière Cya, reine de Lanayru.

Enchantée.

Tout le plaisir est pour moi. Azelia m'a beaucoup parlé de vous, elle a misé gros sur de simples mortels comme vous. Pour que vous ayez toute l'attention de cette "femme au grand coeur", vous devez être de valeureux combattants, fidèles et droits. Mais pour ma part, je ressens comme un profond doute envers vous.

Comment ça ?

Cya était présente sur Manawa Kokuo, et a été témoin de la globalité des derniers événements qui ont eu lieu sur cette île. A la base, elle était venue secourir son apprentie, Medusa, qui s'est retrouvée dans une position bien délicate, alors que MON laboratoire était en train de disparaître. Une zone de travail que je dirige depuis presque un siècle, toutes mes recherches qui ont su croître à vitesse régulière grâce à la magie temporelle de Cya... envolées, ensevelies dans les profondeurs des océans.

Evidemment, Azelia avait construit cette base dans les profondeurs de la zone affectée par la magie de Cya, pour faire preuve de discrétion, mais la défense qui protégeait le laboratoire était censée être imperceptible. Ayako, elle, baissait la tête face à Azelia qui devait sans doute être furieuse envers elle et Seto, surtout maintenant que cette Cya semble avoir tout rapporté à la reine avant qu'ils aient eu le temps de prendre soin de le faire eux-même. Mais Seto, plus serein de nature, remarqua que le ton d'Azelia était bien trop doux comparé à ce qu'elle peut montrer.

Elle m'a également raconté que Cthulhu n'a pas seulement été vaincu par nos ennemis, mais qu'un léger coup de pouce venant d'un jeune dragon blanc fut apporté généreusement. A quoi tu joues exactement, Seto ? Hum ?

Je ne vous ai pas trahi, mais simplement rappelé que si vous voulez absolument réaliser votre objectif, vous ne devez compter que sur la force suprême de mon clan. Qu'est ce qui vous as pris d'invoquer un poulpe sorti de nulle part, qui connut, comme je l'avais prédit, une fin regrettable ! Et puis, j'ai cru comprendre que j'étais votre confident le plus important. Vous ne prenez, généralement, jamais des décisions sans vous entretenir avec moi au préalable. C'est pas très sympa de votre part, ce que vous avez fait, n'est ce pas ?

Idiot ! Le poulpe sorti de nulle part dont tu parles provient d'une race sacrée dont tu ignores tout, vu que tu sembles être totalement imbu de ta propre race et que ton esprit héroïque est aussi fermé que ton regard ! Ton objectif aurait pu voir le jour plus rapidement si tu n'en faisais pas qu'à ta tête.

"Mon regard est fermé", dit celle qui porte un masque. Retirez le, et je serai peut être plus compréhensif vis à vis de vos propos.

Fais ce qu'il te dit, Cya. Je t'avais prévenu dans un sens, il n'en fait qu'à sa tête...

Hohoho, c'est vrai. Toutes mes plus plates excuses.

Cya retira son masque, et montra un visage assez jeune, et plutôt enjoué. Limite, Ayako avait l'impression de revoir une Azelia bis, tant ses yeux étaient froids mais étaient camouflés par un sourire ravageur.

Spoiler:
 

WAH ! Mais elle est bonne !

Bref, en plus d'être des traîtres et des faibles, tes alliés ont un gros problème de savoir-vivre. Mais je venais de me rappeler que tu les as recueilli "enfants" et donc, que tu as été comme une seconde mère pour eux. Tu devrais refaire toute leurs éducations, ma pauvre.

Tu as raison, je devrai être plus stricte avec ma famille, je suis un peu la grande matriarche de cette joyeuse tribu, une mère se doit d'inculquer les bonnes manières, et je devrai, je l'admets, me mettre dans une colère noire devant leurs attitudes mal placés. Mais tu vois, Cya, si j'oublie que mes expériences sont en train de nourrir les poissons actuellement, je peux te dire que tout va pour le mieux, dans un sens. Je n'ai donc aucune raison de devenir furieuse.

Hein ?

Seto nous as prouvé que son évolution est en marche. Il a atteint un stade ou même un Vasilias ne peut lui résister. Si je veux avoir plusieurs régents sous ma coupe qui peuvent m'aider à transformer Atrium en une nouvelle terre sacrée, ils doivent être à la hauteur, donc je relativise dans toute cette affaire, en me disant que mon cher Seto s'approche de plus en plus du stade du guerrier parfait.

Seto ne comprenait rien à rien. Si Cya avait assisté à la bataille contre Cthulhu, Azelia devrait être au courant que Seto n'a pas fait long feu face à ce monstre, et donc, qu'il était encore loin du stade qu'il recherchait éperdument. La bonté d'Azelia cachait quelque chose pour lui. Cette dernière le fixait avec toujours le même regard suspect, tout en se mordillant le doigt, comme si elle jubilait à l'annonce de quelque chose d'important.

Mais cela ne change pas au fait que tu as aidé nos ennemis une fois de plus, alors, tu mérites une petite sanction...

Nous y voilà...

Je pense que tu deviens de plus en plus borné car je t'ai trop couvé en mon sein. Tu as besoin de respirer, voir ou revoir des horizons différents. C'est normal dans un sens, tu restes un humain qui ne ressens pas un fort dégoût lorsque le soleil lui caresse la peau. Alors, ta sanction, sera très claire. Que dirais-tu que l'on marque une petite pause dans notre alliance, histoire qu'on reparte sur de bonnes bases ? Si on se séparait quelques temps, mon petit Seto ?

Quoi ?

La proposition d'Azelia sonnait tellement inattendue que pour la première fois depuis le début de l'entretien, le jeune guerrier perdit son air fier et orgueilleux.

Je lis déjà en toi la personne dont tes pensées sont dirigés en cet instant. Je te laisse deux semaines, pas un jour de plus, ou tu peux gambader ou tu veux, et voir les personnes de ton choix. Tu es libre, Seto, cela te permettra de redevenir toi-même à nos retrouvailles et également, pour te montrer ma totale confiance envers toi. Alors, tenté ?

Seto comprit que cela cachait quelque chose, mais que pouvait-il imaginer d'autre ? En quoi revoir Eloraell et sa vraie famille pourrait lui causer le moindre souci ? Il ne comprenait pas trop quelle était la meilleure solution pour lui, mais jamais Azelia ferait preuve d'une telle clémence, tellement elle s'est battue pour garder Seto avec elle, et à quel point elle trouvait les elfes mous et non adaptés pour Seto. Ayako fixait Seto, inquiète, mais elle se retourna quand Azelia l'appela à son tour.

Quand à toi, Ayako... Tu as perdu ton combat, n'est ce pas ?

Azelia, je... oui, j'ai perdu effectivement ! Mais je vous assure que j'ai donné tout mon possible en affrontant Erza, je vous le jure ! J'ai tout fait pour remporter ce combat et j'ai utilisé tous les pouvoirs que vous m'avez confiés pour la détruire ! Mais... Erza est trop forte pour moi ! J'aurai même du mourir en cet instant, mais elle a trouvé l'idée de m'humilier en m'épargnant. Je ne mérite pas toute votre générosité. Je ne suis qu'une faible, et je sais que vous n'avez, comme personne, besoin d'une faible à vos côtés... Je vous demande pardon.

Relève la tête, Ayako. Tu sais très bien que tu es comme ma fille, et que ton dévouement pour moi me touche le coeur. Tu feras mieux la prochaine fois, d'accord ?

Ou... oui.

Allez donc vous reposer, vous en avez besoin. Je dois encore traiter de certains points avec mon amie, alors si vous pouvez nous laisser poursuivre, cela serait très gentil. Et Seto, n'oublie pas de me donner ta décision avant demain, d'accord ?

Seto ne répondit rien, et sortit de la salle du trône en compagnie d'Ayako. Cya fixa Azelia assez sévèrement.

Tu es incorrigible à toujours jouer les saintes pour mieux cacher ta face de vipère. Je pensais mieux te connaître, mais j'ai tord. Tu as du tact, mais tu ne l'utilises pas. Je suis peut être plus sévère envers mes hommes, mais au moins, je ne les laisse pas mourir comme tu as fais avec Medusa.

Cya n'eut d'abord comme seule réponse qu'un charmant petit rire d'Azelia qui devenait de plus en plus long. La sorcière attendit que la succube s'arrête de rire, mais elle enchaîna avec un sourire démentiel et des yeux grands ouvertes, montrant sa faim cruelle de sang.

Ma chère Cya, dans chaque pièce de théâtre ou chaque opéra, il faut savoir savourer l'entracte avec délicatesse, pour se remettre des émotions des précédents actes, et être en mesure de supporter trois fois plus d'émotions provenant du dernier acte. C'est exactement ce qu'il va se passer. Je vais m'assurer pour que ces deux semaines soient pour Seto un idylle enchanteur qui se transformera en un enfer incandescent. Et ma carte que je vais jouer pour ça, sera Ayako en personne. La prochaine mission que je vais confier à Ayako, sera la plus destructrice. Grâce à elle, la guerre que j'ai annoncé il y'a un mois de cela, va enfin pouvoir démarrer. Je ne donne même pas deux semaines pour que Seto devient enfin mon pantin parfait et que les flammes que j'ai aperçu lorsque j'étais gamine, soient dirigés cette fois vers ceux qui les ont invoqués. Oui, enfin, mon plus douloureux souvenir va devenir pour l'humain, le cauchemar le plus atroce de l'histoire de la Yokume, j'en tremble déjà, hihihihihi....

Même Cya commença à rester bouche bée face à la folie d'Azelia. Son rire portait tout son écho dans tous les murs, tous les vitraux qui constituaient la salle du trône. Après quelques secondes, Azelia stoppa son rire net.

Par contre, je suis navrée Cya, mais cet homme que tu as envoûté, et bien, ton geste était inutile, car moi, je n'accepte pas la survie d'un homme qui s'en prend à ma famille, et il commence à un peu trop faire parler de lui, alors...

Azelia se leva délicatement de son trône, et fixa la large fenêtre derrière elle.

... j'ai décidé que je vais tuer personnellement Roy Ozan avant Sairu Jumeis ou les chefs shinobis, et donc, Scylla viendra plus vite à moi.

Pendant ce temps, Seto et Ayako se dirigèrent ensemble vers la sortie du château, et après un nouveau silence qui gavait la Kunoichi, elle prit enfin la parole.

Et maintenant, tu comptes faire quoi ?

Je ne sais pas encore, je dois y réfléchir. La proposition d'Azelia ne me rassure guère. Mais peut-être que je deviens trop parano, va savoir. Alors au lieu de me triturer l'esprit, je me dis que je pourrai profiter de ce congé... pour t'inviter à dîner.

Gné ? Tu déconnes là ?

Je suis parfaitement sérieux, il y'a un restaurant bien sympa dans le troisième arrondissement de la capitale, on pourrait y'aller tous les deux, qu'est ce que tu en dis ?

Ayako s'écarta de Seto quelques instants et utilisa deux de ses doigts pour faire un signe en forme de croix en direction du dragon blanc.

Arrière, esprit maraudeur de la corruption et de la séduction. Je sais que tu n'es pas Seto ! Tire toi de là, ou sinon...

Ayako, je suis sincère, je t'invite vraiment à dîner ce soir, alors arrête tes gamineries. On se donne rendez vous à 21h chez Kenzo, d'accord ?

Ayako tourna la tête vers la direction opposée et posa ses deux mains sur le nez, car elle avait peur que le sang commence à dégouliner le long de ses narines. Pour la première fois depuis qu'ils se connaissent, Seto proposa à la Kunoichi de passer la soirée ensemble. Evidemment, dans l'esprit de Seto, c'était juste un dîner entre amis, mais vu celui d'Ayako, la jeune femme était persuadée que cela allait finir en sucette et qu'ils allaient rester ensemble tout le long de la nuit. Mais elle reprit son sérieux, peut-être que le jeune homme avait une révélation importante à lui faire. Pour elle aussi, tout cela cachait quelque chose de bien fumeux. Mais vu que Seto attendait une réponse, elle se retourna et avec un large sourire, répondit.

Ok, va pour une soirée chez Kenzo ce soir, mais attends moi plutôt pour 21h30, car je dois guérir mes blessures dans le laboratoire, et me faire toute belle. Tu sais très bien que j'adore me faire attendre, surtout pour toi, mon petit Seto, hihihi.

Je préfère te voir ainsi. A ce soir, Ayako. Ne sois pas en retard.

Quand Seto s'éloigna du couloir, Ayako commença à bondir de joie et à danser toute seule, sans se soucier que quelqu'un la voit péter un câble en solo.

Yesh ! Ma patience est enfin récompensée. Moi et Seto, en tête à tête, hihihi, on va passer une soirée bien torride, je le sens... Une soirée bien torride... une soirée...

Ayako passa d'un statut d'extase à une attitude peinée car en pensant à une éventuelle soirée érotique, elle se remémora la dernière fois qu'elle avait effectué ce genre d'activité avec quelqu'un, et là, ses pensées devinrent mélancoliques. Elle posa sa tête contre un mur, et pensa fortement.

Kikyo... Ou es tu ?... Qu'est tu devenue après cette soirée ensemble ?... Nous n'avons même pas échangée un mot quand nous avons accosté sur l'île... Bordel, je t'en prie, fais moi un signe s'il te plait... Que suis-je pour toi ?

Mais Ayako, les bras croisés, décida de ne pas trop y penser ce soir à la femme avec qui elle a partagé un délicieux moment dans le ciel. Elle ne voulait pas être dépitée pour cette soirée qu'elle attendait depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Azelia et Cya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour au palais d'Azelia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de la lune :: Temple lunaire-
Sauter vers: