La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La salle aux miroirs écarlates

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 287
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: La salle aux miroirs écarlates   Mar 29 Sep - 21:09

Le groupe d'Erza, désormais composé de trois alliés à ses côtés, poursuivit son chemin dans un labyrinthe de couloirs qui se ressemblaient tous autant qu'ils étaient. Les quatre femmes étaient néanmoins chanceuses de ne rencontrer aucun ennemi sur le chemin. Cela ne change rien au fait que le groupe trouvait difficilement le bon chemin, que ce soit pour retrouver le reste du groupe, que pour trouver là ou était enfermée la princesse. Mirajane n'était pas dans la possibilité d'aider vraiment Erza et les autres car elle n'était en aucun mise au parfum sur l'endroit ou elle était captive, ce qui pouvait paraître normal dans un sens, par manque de confiance.

Quoiqu'il en soit, Erza passa devant une large porte, et s'arrêta en pleine course. Elle ne savait pourquoi, mais elle était intriguée par cette porte dont elle n'avait pas encore eu l'occasion de pouvoir l'ouvrir.


Derrière cette porte, il y'a une forte diffusion d'énergie. C'est la première fois que je ressens cela depuis qu'on est ici.

Erza semblait être attirée par l'énergie derrière cette porte. Elle sentait également le piège à plein nez, mais cela faisait un moment que le groupe tournait en rond, en vain. Alors elle se tenait sur ses gardes, car elle avait besoin d'avoir le sentiment d'avancer, ce qui lui manque cruellement depuis au moins une heure. Elle posa ses mains sur les deux poignets et pénétra dans la pièce, malgré que Mirajane, derrière elle, tendit la main vers sa direction et semblait inquiète, voire trembler.

Attends, Erza...

Erza n'écouta pas les paroles de son amie, car tout comme Mirajane, elle comprit l'origine de cette énergie. Et à l'intérieur de la pièce, elle sentit qu'elle avait entièrement raison. Elle se trouva au beau milieu d'une pièce rectangulaire, avec comme sol, mur et plafonds, de la glace rouge dont le reflet de la valkyrie se dessinait partout. S'avançant sur un sol glacé mais non glissant, elle ne prêta pas attention à ses reflets qui s'étalaient partout sur les murs. Néanmoins, un léger sourire s'afficha sur son visage.

Bien, vu la couleur et la matière des murs, je pense qu'on s'approche de notre cliente qui nous attend avec impatience !

En effet, de la glace rouge, Erza en avait vu il y'a encore quelques heures, juste avant que la princesse disparaisse. Elle comprit en un instant qu'elle devait être encore plus sur ses gardes, mais si cela se trouve, elle était déjà entre les mains de son ennemie. Le cœur serré, elle garda bien en main son épée, et fit mouvoir ses pupilles de gauche à droite. Mais c'est en face que son attention dut se poser. Car depuis le sol, un corps fait de cristaux apparut. Très rapidement, le corps de cristal prit une véritable forme humaine. Et cette "forme humaine" fit trembler quelques instants Erza. Elle n'en croyait pas ses yeux.

Spoiler:
 

Erza pensait que c'était une mauvaise illusion, mais elle se rappela que par son œil droit artificiel, elle ne pouvait pas être victime des illusions. Alors elle ne comprit pas comment Ayako a pu reproduire l'image même de ce qu'elle était autrefois.

Qu'est ce que ça signifie ? Pourquoi mon reflet vient de prendre vie ? Et surtout, pourquoi elle possède l'apparence que j'avais, jadis, de mon temps d'immortelle ?

Je n'en suis pas si sure, mais pour le peu de temps que j'ai côtoyé Ayako, il me semble qu'elle maîtrise une technique qui permet de créer ce qu'elle veut à partir d'un simple reflet. Les miroirs qu'elle invoque peuvent même aller jusqu'à donner forme à l'esprit de la victime, en analysant la mémoire et l'âme, et c'est souvent l'objet même de ses regrets que la victime observe sous ses yeux. Ce n'est pas une illusion. Les Ibusashi n'en pratiquent jamais, par contre, ce sont des spécialistes pour reproduire ce qu'ils veulent.

Mais Erza n'était plus si inquiète maintenant qu'elle avait apparemment les réponses à ses questions. Il est évidemment impossible pour une simple mortelle de donner vie à un corps immortel, ce qui signifie, en tout logique, que cette imposture ne possède pas même un quart de la puissance qu'elle possédait jadis. Elle se mit en garde sans attendre et s'adressa à tout le monde, Miloune et Nene y compris.

Bien, je suis navrée les filles, car pour la seconde fois, je vais vous demander de me laisser me battre seule. Continuez sans moi, ce sera l'affaire de quelques minutes.

Mais Erza...

Pas de "mais" qui tienne, je suis juste en face de mes regrets qui viennent de se matérialiser. C'est une chance unique pour moi de botter le cul à mes vieux démons, et je sais que mon clone en meurt d'envie. Ca se voit dans son regard qu'elle veut en découdre. Allez, continuez ! Ne perdez pas de temps ou sinon, l'ennemi arrivera à mettre leurs plans à exécution !

De toute manière, le clone semblait être intéressée que par l'originale. Elle ne posait pas son regard sur les trois alliées d'Erza, alors, elle pouvaient probablement passer librement et atteindre la porte en face qui mène à la sortie de cette salle des glaces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Scylla
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 287
Date d'inscription : 29/12/2013

MessageSujet: Re: La salle aux miroirs écarlates   Mer 28 Oct - 21:25

Erza fixa son clone avec un regard ardent. Elle était là, la représentation de ses souvenirs les plus sombres, devant ses yeux. Elle ne la voyait désormais que dans ses cauchemars, elle n'avait jamais imaginée qu'un jour, en se regardant dans une glace, elle la reverrait, la guerrière impitoyable qu'elle était jadis. Elle pouvait lire en elle la même brutalité qui la caractérisait à l'époque. La seule différence, c'est que les yeux de cette copie brillaient de la même couleur que les miroirs écarlates qui constituaient l'ensemble de cette pièce.

J'aime bien... L'air que tu as pris devant ces deux jeunes femmes. Dis moi, Titania, depuis quand t'amuses tu à jouer à l'héroïne au grand coeur ?

Rah putain... Moi qui espérais que tu n'étais qu'un banal clone, crée seulement dans le but de me barrer la route. Au lieu de ça, je vais avoir droit à une emmerdeuse qui parle... Le silence que j'espérais entendre n'est pas prêt d'arriver. De plus, ta voix ne ressemble pas à la mienne... Elle est... plus agaçante.

Je te rassure, Titania, il n'est pas dans mes plans de bavarder avec toi. Si tu te connaissais mieux, tu saurais que tu n'avais pas l'habitude de parler quand tu affrontais tes ennemis. Le seul son que tes victimes pouvaient entendre, c'est le bruit écrasant et déchirant de ta lame qui brisait leurs os et arrachaient leurs boyaux. Ce temps là ne te manque pas ? Tu sais que les gens ne changent pas leurs natures premières ? J'ai du mal à croire qu'en quelques temps, tu as mis de côté cette attitude dont il t'a fallu des années et des années pour la forger. Et que feras-tu si tu te retrouves en face d'Ayako. Tu vas juger ses actes ? Ne me fais pas rire, tu n'es pas vraiment innocente de ton côté.

Ah, je vois, c'est ça la technique d'Ayako ? Créer un débat pour mieux me déstabiliser, tout en jouant avec ma mémoire ? C'est d'un classique, vraiment. Tu m'excuseras, mais je n'ai pas de temps à perdre avec une vulgaire image rémanente, mes deux amies auront besoin de moi. La seule chose que tu dois retenir, c'est que tu ne hantais mes pensées que quand j'étais seule, mais aujourd'hui, c'est différent. Tu as compris ? Bon...

Erza tendit sa lame vers sa copie qui elle, tenait une lance, la lance fétiche d'Erza quand elle se battait sous le nom de Titania. Erza décida de garder son armure de base, elle voulait éviter de trop utiliser le rééquipement car elle savait que le vrai combat sera pour plus tard.

[ Thème du combat: https://www.youtube.com/watch?v=H45f6dg-kBk ]

Le combat commença avec un classique "épée contre lance" ou les armes s'entrechoquèrent sans arrêt. Erza n'était pas inquiète au début, car elle se doutait bien que malgré que le sort d'Ayako est, certes, très redoutable, c'est purement impossible qu'elle puisse reproduire la même puissance qu'Erza possédait autrefois. Mais en observant la vitesse, la précision et l'habileté de son égo maléfique, elle comprit qu'elles étaient de niveau égales. Sous cette situation, il y'avait une très forte probabilité, celle que le combat dure une éternité, jusqu'à que le premier cède. Mais le souci était que selon Erza, il y'avait également une certitude. Etant de chair et de sang, Erza s'épuisera naturellement si le combat dure trop longtemps, mais dans le cas d'un clone invoquée par magie, elle se fatiguera que quand l'invocatrice sera hors d'état de nuire. Bref, il ne fallait pas faire durer le combat éternellement, et cela, Erza en était bien consciente. Hélas, elle avait du mal à trouver une ouverture chez son ennemie. Erza avait travaillée dure chez les valkyries pour créer un style de combat garantissant le moins d'ouvertures possibles. Loin d'être parfait, son art du combat à l'épée était très difficile à parer. Et elle remarqua que cette capacité allait lui poser problème.

(A ce rythme-là... Je vais épuiser mon énergie bêtement.)

Le concert de coups s'ensuivit, avec la voix d'Erza qui gémissait de ses efforts, et qui procurait un effet d'écho dans toute la pièce. Elle était couplée avec les gémissements de la fausse Erza qui étaient bien plus graves et rauques. Erza en avait assez, elle tenta le tout pour le tout, et força une ouverture par un coup horizontal, la lame droite. Mais la copie esquiva par un saut, puis elle se posa, les pieds joints sur la lame d'Erza directement. Elle resta droite comme un piqué sur sa propre épée. Alors qu'Erza allait s'exclamer pour demander à sa copie de descendre, la fausse donna un coup de pied au visage de l'originale pour la déstabilise et la faire reculer Puis elle plongea vers elle avec sa lance qui avait comme bout, une sorte de pince. Erza se redressa et bloqua le coup, mais la pince intercepta la lame de la vraie. Elle pourrait être bloquée, mais elle ne semblait en aucun cas paniquer.

ARMURE DE L’IMPÉRATRICE DES FLAMMES !

Erza s'équipa de son armure des flammes, puis fit dégager avec son épée une forte chaleur qui propulsa en arrière la copie.

Je savais que tu allais en arriver là.

La valkyrie planta ses deux épées dans le sol glacé et tenta de carboniser la salle entière. Elle se disait qu'en détruisant la salle des miroirs, elle annulerait le sort qui a donné naissance à sa copie. Néanmoins, à peine les flammes se propagèrent sur le sol, qu'elle vit que sa copie changea de tenue à son tour. Elle copia également Erza sur ce point, car elle enfila l'armure de feu, puis en levant ses deux épées vers le plafond, attira les flammes vers elle. Seulement le sol avait eu le temps de fondre.

Alors comme ça, tu peux aussi copier mes pouvoirs actuels... Evidemment, cela serait trop simple, sinon. Néanmoins, j'ai maintenant compris que ton point faible, ce sont les miroirs de cette pièce, c'était clair comme de l'eau de roche, Ayako aurait du s'en douter.

Comme si j'allais te laisser agir à ta guise.

La copie fonça droit devant l'originale. Erza se demandait quel était le but de cette manoeuvre car à partir du moment ou elles portaient la même tenue, le combat allait durer encore plus éternellement qu'auparavant. Mais à la dernière seconde, et c'est pourtant une spécialité d'Erza à la base, la copie changea de tenue pour revenir à son apparence de base. Mais pas seulement, son arme changea également. La pince de sa lance devint une pointe normale de lance basique, mais la blancheur de cette lame était aussi éclatante qu'un diamant.

Saint Spear, Ravelt !

La puissance du coup était donc amplifié et parvint à percer un trou dans l'armure d'Erza, et à la propulser vers l'arrière. Mais elle se releva très vite, et bloqua le coup suivant. Elle fixa droit dans les yeux sa copie avec un air que la copie jugea d'anxieux.

Tu sembles stressée. La vue de Ravelt doit clairement t'angoisser. Logique, c'était ton arme fétiche. Un simple coup de cette arme pouvait faire trembler le sol. Et tes ennemis se pissaient bien dessus quand tu l'utilisais. Mais ça, c'est terminé. Tu as tout jeté aux oubliettes, préférant faire confiance à un peuple qui ne t'apportera jamais rien. Tu es lamentable, Titania, ou plutôt devrais-je dire... Erza ! Regarde toi dans un miroir. Regarde toi bien ! Tu es nerveuse, ça se voit. Alors qu'avant, tu gardais ton self control. Tu n'avais jamais peur ! Tu étais parfaitement détendue, car tu ne ressentais rien. Depuis que tu t'es acoquiné avec ses humains, tes sentiments prennent le dessus. Tu sembles fière de ce que tu es aujourd'hui, mais ta fierté dissimule le reflet de ton âme. Et voilà qu'il est là, présenté devant toi, à te prouver toute la réalité.

Je ne suis pas spécialement fière de ce que je suis aujourd'hui, j'ai juste fait un trait sur le passé. Tu as ton propre point de vue, c'est un fait, mais je ne suis plus d'accord avec toi !

Tu me rejettes alors ? Je suis si triste, je vais verser une larme, putain !

La copie leva sa lance et frappa d'un coup vertical qu'Erza ne put bloquer, une entaille se crée au milieu de son torse et son armure se fissura entièrement. Il ne restait plus que quelques bouts de tissus qui recouvraient son corps par-ci et par là. Mais Erza changea de tenue directement et s'équipa de son Hakama. Mais son entaille était encore plus visible désormais.

Tu devrais nous rejoindre et boire du sang obscur. Tu réveillerai automatiquement ta bestialité perdue et tu te retrouverai pas avec cette vilaine blessure au torse. As-tu oubliée que c'est ta vie avec les valkyries qui t'a rendue aussi solide ? Sans ton ancienne vie, tu serais déjà à terre, à croupir au sol comme une chienne ! Et puis, au lieu de perdre ton temps avec tous ces types qui te connaissent pas, tu devrais rejoindre Ayako. Elle est probablement l'humaine qui te ressembles le plus actuellement.

Peut-être bien... Mais si tu étais vraiment moi, tu comprendrais...

D'un seul coup, elle enfonça Benizakura dans le corps de son ennemie, mais au lieu de faire couler du sang, elle sentit que sa lame toucha un corps givré, comme un bloc de glace. Seule de la givre s'éclata au contact de la lame, depuis le corps de la copie.

... que je n'ai pas peur d'être blessée et de combattre car je sais que même le corps meurtri par les coups de mes ennemis, et ma peau entachée par mon sang, des voix continueront de m'encourager... Comparée à Sinae ou la moindre goutte de sang faisait de moi un déshonneur pour elle !

Elle bougea son Katana vers le haut, tranchant en deux la copie.

Je n'ai donc, par conséquent, aucun besoin de ton sang noir. Disparais maintenant.

Mais Erza savait très bien que si elle ne faisait rien pour ces miroirs, la copie allait revenir tôt ou tard. Elle s'avança donc vers un mur et commença à poser sa main droite dessus, là ou son Glyph commença à apparaître. Mais avant cela, la copie se reforma derrière elle, et semblait alertée.

Attends ! Ne fais pas ça ! Tu as besoin de moi ! Tu le sais ! Ceux qui sont suffisamment fous pour jeter aux oubliettes leurs vraies natures finissent toujours pas tomber ! Tu ne peux pas te détacher de ce que tu es vraiment ! Tu ne le pourras jamais !

C'est vrai, je ne peux pas me débarrasser de toi. Tu es "moi" avant tout. Tu es mon passé, et je ne pourrai jamais l'oublier. Et c'est peut être pour cela que des gens comme Ayako et Azelia sont ce qu'elles sont aujourd'hui. Quand à moi, même si je reste au fond une meurtrière et que je ne laverai jamais mes crimes, il y'a une chose que tu dois bien comprendre si tu es "moi"...

Erza retourna sa tête et contempla sa copie une dernière fois.

Mon plus grand souhait, c'est qu'on continue à m'apprécier pour ce que je suis vraiment, une femme qui a découvert son humanité, qui a une personnalité et des sentiments, et non comme un corps sans âme qu'on admire aveuglément. Je ne suis pas une arme, ni une poupée dont on pense faire ce que l'on veut avec. Mais bel et bien une humaine, comme toutes les valkyries.

Erza activa son Glyph pour modifier la nature de la glace qui recouvrait cette salle, puisqu'elle avait elle même le pouvoir de contrôler la glace depuis son Glyph. Alors que la salle allait changer de teinte, en passant d'un rouge sang à un blanc éclatant, elle vit sa copie disparaître petit à petit, mais avant cela, elle remarqua la fine larme qui perlait sur la joue de sa copie. Elle ressentait elle même des sentiments. Erza l'ignorait, tout comme elle ignorait qu'elle était capable d'en avoir elle-même par le passé, bien cachée tout au fond d'elle. Maintenant que la voie était libre, elle posa doucement sa main sur sa blessure qui picotait que très légèrement. Pour elle, c'était une blessure superficielle comparée à celle qu'elle a ressentie lorsque elle se mutila devant Asuna. Elle pouvait donc continuer son chemin et tout en gardant son Hakama, elle se dirigea vers la sortie.

Miloune, Nene, tenez bon. J'arrive !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La salle aux miroirs écarlates
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Salle du Feu
» La salle du trône et le château
» Salle d'opération section civile
» La salle de l'argent
» salle de soins des femmes/ Chambre n° 1 : actuellement Senjo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de l'eau :: Manawa Kokuö-
Sauter vers: