La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La jeunesse éternelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Itachi
Ninja d'elite
Ninja d'elite
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 11/11/2014

MessageSujet: La jeunesse éternelle   Mar 8 Sep - 23:57

Après avoir été téléporté en dehors du palais de la reine Azelia, Itachi se retrouva dans une sorte de caverne, ou il pouvait observer de nombreux cristaux, incrustés un peu partout entre quelques stalagmites. L'air y était frais, il ne se doutait pas qu'en réalité, il était sous terre, très exactement en dessous du château d'Azelia. Il cherchait la trace de la Kunoichi qui l'avait libéré de ce destin funeste car il avait plusieurs questions à lui poser entre autres. Après tout, elle semblait en connaître un rayon sur les pupilles de l'Uchiwa, pour aller jusqu'à sauver un "inconnu".

Suis-moi.

Elle était là, la fameuse femme qu'Itachi recherchait. Elle ne retira toujours pas son masque facial et ne semblait toujours pas intéressée de dévoiler son identité à Itachi. Ce dernier décida néanmoins de la suivre. Mais son corps était toujours autant endommagé de l'intérieur. Il se forçait à bouger son corps tout en suivant le rythme de la Kunoichi qui ne daignait à peine l'attendre. La marche n'était, néanmoins, pas très longue et Itachi arriva devant un lac souterrain à l'éclat cristallin. Il avait du mal à imaginer une eau aussi claire dans un souterrain, sachant qu'il ignorait toujours l'emplacement même ou il se trouvait.

Cette eau provient des cristaux de régénérations qui pullulent cet endroit. Baigne-toi, et tout tes maux se dissiperont.

Mais Itachi resta figé tout en fixant l'eau de cette source souterraine, et il ne semblait pas vouloir y aller. Ou plutôt, quelque chose l'en empêchait, ce qui était simplement le doute et le manque de confiance envers cette femme.

Qu'est ce que tu attends ? Fous toi à poil !

Pas avant que tu retires ton masque, que je puisse voir qui est la personne qui s'intéresse plus à mes pupilles qu'à ma propre vie !

Ainsi, la Kunochi décida enfin de retirer son masque, et laissa échapper un charmant joli minois qu'Itachi fixa quelques secondes, mais non parce qu'il tombait sous son charme, mais parce que ce visage, maintenant découvert intégralement, lui était bien que trop familier.

Spoiler:
 

Haruka...

Bien, vas tu m'obéir, désormais ? Après tout, c'est pour ton bien...

Maintenant qu'Itachi savait à qui il avait affaire, il s'exécuta aussitôt. Il retira tous ses vêtements et plongea dans cette mystérieuse eau, qui n'en était pas moins bienfaisante. Il sentit que sa douleur se calmait drastiquement, bien que cela n'était pas immédiat. Mais la souffrance physique n'était plus au centre de l'attention d'Itachi. La seule chose qui l'importait, c'était elle, Haruka Misaki. Avec elle et Akatsuki, Itachi fuyait les guerres sur Dokuyaku, et chaque enfant représentait un clan qui se disputait. Itachi représentait les Uchiwa, Haruka les Misaki, et Akatsuki les Lin Kuei. Sauf que là ou les souvenirs d'Itachi remontaient, il ne se souvenait que du décés d'Haruka. Et bien qu'elle était une gamine lors de cet instant tragique, il pouvait la reconnaître entre mille, surtout grâce à son maquillage sous les yeux, représentant des larmes de sang.

Quoi ? Pourquoi tu m'observes ainsi ? Je ne te rejoindrai pas...

Pourquoi tu montres enfin un signe de vie alors que tout le monde te croyait mort à Dokuyaku ? Enfin, après avoir revu Akatsuki, plus rien ne m'étonne. Mais quoiqu'il en soit, mes yeux ne m'ont jamais déçu. Tu ne pouvais pas survivre à cet incident il y'a bientôt 15 ans. Ou alors, pour la première fois de ma vie, j'aurai été moi même victime d'une sale illusion ?

Non, je sentais mon esprit me quitter pour rejoindre les abysses des enfers. Tes yeux ne peuvent te décevoir de toute manière. J'ai été sauvée... par la maîtresse de ce château au dessus de nous.

Azelia ?

Mais je te rassure, je n'ai aucun lien avec la reine lunaire, comparée à Akatsuki qui va vendre son âme à la première venue. J'opère en solo pour mon propre compte. Et cela fait un moment que j'enquête à son sujet, car tu ne l'ignore pas, mais Azelia veut créer une guerre qui rompra à jamais l'ordre des Shinobis, incluant ceux de Dokuyaku. C'est ce que j'ai réalisé en voyant Akatsuki prendre le pseudonyme "Skarlet" sous les ordres d'Azelia. Et de toute manière, si Azelia m'a sauvé, c'est uniquement pour en savoir plus sur les secrets ancestraux de mon clan. Enfin, je suis pratiquement persuadée... qu'Azelia sait quelque chose sur mon frère disparu.

Oui, je me souviens. Ta quête au sein de ton clan était moins privilégiée que la vie de ton frère. Mais qu'est ce qui te fait penser qu'Azelia connait ton frère ?

Azelia est connue pour être un peu trop curieuse. Elle a besoin de tout savoir, tout obtenir, donc il lui faut la peau d'un Misaki... Et mon frère était déjà un génie en étant enfant. De plus, je le sens au plus profond de moi. Il est toujours en vie.

Haruka posa les pieds sous l'eau, en gardant tous ses vêtements. Elle avança avec un regard neutre vers Itachi, avec une démarche assez distinguée. Proche de l'homme dénudé, elle posa ses deux mains sur ses épaules. Ces deux personnes se fixèrent droit dans les yeux, alors que seulement quelques centimètres les séparaient.

Je crois que j'ai toujours été amoureuse... de tes yeux. Tu sais qu'avec tes pupilles, j'aurai pu tout changer, arrêter la pendule démoniaque qui se balançait au dessus de nos clans. Et surtout, je pourrai voir si mes pensées envers mon frères peuvent être confirmés. Tu ignores tellement de choses sur tes propres yeux, quel gâchis.

Mon regard est suffisamment développé pour constater que... tu es bien plus jeune que tu devrais l'être. Tu as cinq ans de plus que moi, mais pourtant, tu sembles plus jeune que moi...

C'est normal... C'est parce qu'il y'a cinq ans, j'ai trouvé ce trésor légendaire qui se trouve dans la source même de ce monde. La vie éternelle ! Et actuellement, je fais partie de l'élite de ce monde.

La vie éternelle ? Tu te moques de moi ? Et de quel trésor parles-tu ? Je suis suffisamment mis au courant pour savoir que même Azelia, a bientôt six millénaires d'existence, n'a jamais pu obtenir le secret de la vie éternelle !

Azelia possédait, jadis, la jeunesse éternelle... Mais on lui a retiré ce don, car que ce soit pour elle ou pour moi, cette jeunesse éternelle est "provisoire" si on ne respecte pas un certain contrat. Quoiqu'il en soit, j'ai suffisamment répondu à ta remarque. Tu n'as pas besoin d'en savoir plus, et de toute manière, oublie tout cela, car même avec ce don qui fait de moi une "immortelle", il se trouve que j'ai besoin de ton aide... J'ai besoin de toi, Itachi, reviens à mes côtés à Dokuyaku.

Quoi ?

Itachi avait du mal à réaliser ce qu'il entendait. Après environ quinze ans qu'ils ne s'étaient plus revus, Haruka souhaite retourner sur leurs terres natales qui doivent être dévastés actuellement, ce qui implique ainsi quitter le clan Hajinmon. Itachi ne pouvait se résoudre à une telle décision, mais il avait besoin d'entendre les paroles d'Haruka jusqu'au bout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Itachi
Ninja d'elite
Ninja d'elite
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 11/11/2014

MessageSujet: Re: La jeunesse éternelle   Lun 21 Sep - 18:25

Haruka sentait qu'Itachi semblait troublé par la proposition soudaine de son amie d'enfance qu'il a longtemps considéré comme défunte. Quoi de plus normal, Itachi pensait que toute cette histoire était derrière lui désormais, et qu'il ne mettrait plus jamais les pieds à Dokuyaku, sa terre natale. Mais il faut croire que le destin refuse de le laisser oublier son cruel passé familial.

La raison est toute simple. Madara est toujours en vie. Et c'est lui qui possède tout le monopole financier de Dokuyaku, ainsi que toutes les ressources militaires. Il s'est hissé au rang d'empereur du continent. En bref, il est considéré comme l'équivalent d'Azelia à Dokuyaku, à savoir "la personne à abattre". Je te donnerai plus d'informations si tu acceptes de me suivre.

Madara Uchiwa. En effet, un homme bien cruel pour Itachi qui était à la base son mentor, mais il ne l'a jamais vraiment respecté, car il pensait "guerre", respirait "bataille" et parlait "combat". Il n'avait pas en soi une véritable raison valable pour justifier sa barbarie. Alors pour Itachi, le fait qu'il se soit hissé en tant qu'empereur de son continent natal, n'envisageait rien de bon. Ainsi, Haruka avait au final sauvé Itachi surtout pour lui émettre un appel au secours. Cependant, au delà du fait qu'elle ait besoin de son soutien, certains points ne sonnaient pas très clair pour lui.

Madara est toujours en vie. Et bien, cela ne m'étonne plus. Cela fait trois personnes que je croyais morts qui réapparaissent du jour au lendemain. Mais je ne comprends pas pourquoi tu as tant besoin de mon aide. Tu as déclaré toi même que tu fais partie de l'élite de ce monde, ou quelque chose de ce genre. Bien que cela sonne pour moi de manière grotesque, je veux bien te croire, même si je ne crois que ce que mes yeux voient. Mais pourquoi ne pas combattre toi même l'oppresseur ? Tu t'attendais à quelque chose en particulier en te présentant de la sorte en face de moi ?

Je considère simplement que seul un utilisateur de Sharingan peut vaincre un autre utilisateur doté de ces pupilles. Et de toute manière, tu as un devoir et un rôle à jouer. Tes frères et sœurs sont actuellement trompés par l'ennemi, tu as été le seul Uchiwa a avoir déserté pour démarrer une nouvelle vie en dehors du clan. Même si cela va à l'encontre de tes principes, tu as eu suffisamment de courage pour franchir le pas. Ne te sous-estime pas, Itachi.

J'aimerai vraiment te venir en aide, mais comme tu l'as dis toi même, j'ai démarré une nouvelle vie. J'ai décidé de ne plus perdre mon temps à me mêler des affaires d'une famille aveugle et brute, sans humanité. Je maudis même mon propre sang et pouvoir. Mais avec mon nouveau clan, j'ai une réelle raison de me battre, car nous sommes une famille... Et j'ai déjà une monarque à vaincre. Mais moi seul contre Madara, c'est peine perdu. Et je n'aime pas agir avec l'élite, n'est ce pas ? Je n'ai pas à participer à ce genre de bataille.

Ainsi, ces pupilles restent closes et ne semblent pas vouloir s'éveiller. Quelle tristesse, mais surtout, quel gâchis.

Haruka décida de sortir du bassin, les vêtements complètement trempés, et fit dos à l'homme dont le regard l'intriguait. Elle ne semblait plus vouée à plonger ses yeux dans les siens.

Je ne suis vraiment pas une femme qui dialogue de base, je préfère aller droit au but. Nous sommes actuellement le 17 Octobre. Il reste donc deux mois et demi avant qu'on démarre une nouvelle année... J'espère te voir à mes côtés avant la première aube de ce nouvel an et que tu abandonnes ton clan actuel, sinon... Je vais m'assurer que ta plus grande peur ne soit pas provoqué par Madara, mais par moi !

Soit...

Itachi sortit à son tour de l'eau et c'est ainsi que la "jeune" femme se retourna en la direction du jeune Uchiwa, complétement dévêtu. Elle ne tira aucune grimace, ni expression quelconque du visage.

Alors non, je n'ai pas pris de serviette avec moi, je ne peux pas penser à tout, et on ne peut pas tout avoir dans la vie. Si tu chopes une crève, c'est ton problème.

Ce n'est pas grave. L'essentiel, c'est que je suis guéri grâce à toi. Mais inquiète toi plutôt pour toi. Quelle idée de venir me rejoindre sans réelle raison ?

Malgré qu'Itachi relativisait et ne semblait pas vraiment inquiet des menaces d'Haruka, Itachi aurait malgré tout bien aimé pouvoir se sécher avant de s'en aller d'ici, et c'est pas dans ce pays dont la lune est reine qu'il pourra trouver son bonheur. Il ne pensait au final qu'a rentrer chez lui, malgré qu'il allait retourner sans son allié. Comment allait-il pouvoir expliquer tout cela aux Hayabusa ? Il craignait quelques représailles provenant du clan avec qui la relation reste constamment fragile, et un shinobi qui abandonner un camarade est souvent très mal vu. Quoiqu'il en soit, Haruka fit signe au ninja de la suivre. Après six à sept bonnes minutes de marche, le duo arriva enfin à la sortie, qui les mena en bord de mer, bien plus éloigné du château d'Azelia désormais. A cet endroit, un homme était assis sur une barque, une rame en main et son visage était cachée par une capuche suivi d'une longue tunique noir qui camouflait parfaitement son corps. Il ne faisait qu'un avec la nuit.

Je ne suis pas venue seule pour te sauver. Voici Saijin, un allié qui va t'emmener directement par la voie des mers vers ton pays actuel. Ne t'en fais pas, il sait rester éveillé, il est pire qu'un mort vivant. Et il a pensé à ramener un panier de victuailles pour que tu ne meurs pas de faim.

Montez, Itachi-San.

J'espère que tu vas bien réfléchir à ce que je t'ai demandé. Tu as une lourde dette à me rembourser désormais. Je tiens à récupérer mon dû tôt ou tard. On se retrouvera.

L'homme commença ainsi à pagayer en laissant Haruka seule sur la plage. Itachi la vit s'éloigner de son regard, jusqu'à devenir un point noir imperceptible. Il se demandait ce qu'elle allait faire désormais. Retourner à Dokuyaku ? Ou continuer à espionner la reine lunaire ? Mais pour l'instant, le marché qu'elle lui proposa était sa plus grande pensée. Que faire entre quitter les siens ou laisser ses origines devenir poussières sous la main de fer d'un tyran assoiffé de sang ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La jeunesse éternelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hébé, déesse de la jeunesse éternelle... Sauf que je ne suis pas une déesse
» Circé [Anthithée]
» CHARLIE comme Indy j'ai cherché le graal, la jeunesse éternelle.
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Michaëlle Jean et le rêve de la jeunesse haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de la lune :: Temple lunaire-
Sauter vers: