La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pour passer le temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayako
Chef Black Spider
Chef Black Spider
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 31/05/2013

MessageSujet: Pour passer le temps   Dim 5 Juil - 21:35

Le navire aérien qui devait emmener Ayako pour le pays de l'eau avait encore une longue distance à effectuer avant d'atteindre sa destination. Probablement trois heures, malgré la vitesse importante de l'engin. Quelques minutes après le départ, Ayako dut faire affaire à une nouvelle Kikyo qui n'avait absolument rien à voir avec celle qu'elle connaissait, et bien qu'elle respectait beaucoup celle qu'elle a connue à la base, elle décida de laisser une chance à la nouvelle, histoire de la surveiller ou d'essayer de mieux la comprendre. Les explications de Kikyo pour justifier sa nouvelle façon d'être ne suffisaient pas pour la Kunoichi des glaces, elle voulait donc passer du temps avec elle, pour mieux comprendre ce qui clochait pour elle.

A la fin de leurs conversations, Kikyo toucha là ou Ayako était la plus sensible: La sexualité. Bien qu'elle était quelque peu troublée par ce qu'elle voyait, elle voulait joindre l'utile à l'agréable et observer cette nouvelle Kikyo... par l'amusement, et donc, le plaisir. Alors elle ne put se résoudre à ignorer l'invitation de sa collègue qui semblait, tout comme Ayako, être attirée par le sexe féminin. C'était une chance à ne pas rater pour elle.

Elle emmena Kikyo vers sa cabine ou elle avait posée ses affaires avant de donner ses directives aux crétins qui l'accompagnent. Malgré son sourire enjouée qui était dessiné sur son visage lorsqu'elle alluma une bougie comme seule source de lumière, elle se demandait avec profondeur si ce qu'elle s'apprêtait à faire était une bonne idée. En effet, contrairement à ce que beaucoup de monde peut penser, Ayako sait réfléchir avant d'agir, même pour ce qui touche la sexualité.


(Ma vieille... Tu as changée à ce point ? Celle que tu considères comme ton amie n'est plus la même... Et tout ce que tu trouves à faire, c'est de profiter de son corps alors qu'elle a surtout besoin d'aide si ça se trouve... Et bien, ma petite Ayako... Tu es incorrigible... Mais aujourd'hui, tu n'es plus la seule à avoir changé de masque... Donc la meilleure chose qui te reste à faire...)

Ayako retira ses deux Getas et tourna les talons, le teint rosé de son visage s'amplifia. Elle se mordillait les lèvres et baissait la tête en essayant d'élever ses pupilles vers le haut pour croiser le regard de Kikyo. Le talon de son pied gauche s'éleva également, et ses orteils gigotaient de gauche à droite, pendant que ses deux mains étaient jointes derrière son dos. Puis elle effectua un premier pas, puis un second, et posa ses deux mains sur les joues de sa collègue. Elle baignait enfin son regard avec celui de Kikyo, et avec une envie intense et pressante de l'embrasser, elle commença à faire glisser ses doigts sensiblement sur le visage de cette dernière

(... Oui, ce qui me reste à faire... C'est montrer à Kikyo du mieux que je peux... Qu'elle me plaît telle qu'elle est... Et que je la soutiens...)

Elle posa tendrement ses lèvres sur celles de Kikyo, elle commença doucement, puis plus sensuellement. Elle gouta ensuite à la langue de sa partenaire pour cette nuit, et commençait à se délecter de ce qu'elle avait commencée. C'était trop tard, elle ne pouvait plus faire machine arrière. Voila qu'elle glissa ses mains là ou c'était le plus tendre et le plus juteux. Remarque, ce n'était pas la première fois puisqu'il y'a quelques minutes, Kikyo laissa Ayako expérimenter la zone comme elle le souhaitait. Mais pour cette seconde fois, Ayako était plus déterminée à explorer la poitrine de Kikyo avec passion. Alors elle plia ses doigts, aggripa le tissu de la nouvelle tenue de la jeune femme qui mettait en valeur ses attributs qui commençaient à faire monter l'adrénaline en Ayako. Sa poitrine était tel un champ de blé, une colline à l'herbe verdoyante, une zone tellement confortable qu'Ayako ne pouvait plus s'en passer. Mais il n'y avait pas que cet endroit qui intéressait la Kunoichi. Alors elle fit, pour la seconde fois, glisser ses doigts qui se déplaçaient avec passion. Ses deux mains attaquèrent ainsi la zone arrière du territoire, là ou cette fois, c'était le plus moelleux. Elle serra ses doigts sur les fesses de la jeune femme, pendant que sa langue se sépara du point de départ pour atteindre le cou de Kikyo. Alors qu'elle malaxait le fessier de sa partenaire, elle commença à planter ses crocs dans sa chaire, et suça sa peau avec appétit. D'habitude, ses origines vampiriques la poussait à planter ses crocs seulement pour boire le sang de sa victime. Mais elle voulut oublier tout cela... Ce qu'elle voulait déguster cette fois, c'était la chaleur du corps de Kikyo, cette chaleur qu'une Kunoichi maniant la glace a besoin pour se sentir bien.

Après avoir bien profité des fesses de Kikyo avec ses mains et de son cou avec ses dents, Kikyo pouvait sentir ses pieds ne plus toucher le sol, car Ayako porta cette dernière avec les mains qui n'avaient pas bougés. Puis après quelques pas, elle déposa le corps de Kikyo sur le lit qui lui était attribuée. Après l'avoir déposée, elle s'avança telle une féline au dessus de Kikyo, puis recommença à gouter aux lèvres de cette dernière. Mais il fallait que la situation évolue, accélère, s'envenime quelque peu. Bref, il fallait que cette chaleur dont Ayako avait besoin s'intensifie. Et pour cela, elle décida de commencer à déballer l'emballage de sa friandise préférée: Le corps totalement nu. Elle retira un à un les vêtements de Kikyo, en épargnant qu'une seule chose, la barrière protectrice du palais royal, là ou tous les guerriers les plus redoutables aiment s'aventurer avec leurs armes préférées. Bref... La culotte... Non, elle voulait encore un court instant avant de voir la partie la plus savoureuse de son repas.

Ayako, quand à elle, portait un Yukata court qui mettait également en valeur ses formes. Ce dernier s'arrêtait jusqu'au bas de ses fesses. Elle ne portait rien au niveau de la poitrine, mais une culotte pour protéger sa propre forteresse. Elle avait des limites quand même, elle n'était pas dévergondée à ce point. Bref, elle portait également une tenue très légère, facile à déshabiller, mais elle voulait que tout le loisir de l'action soit réservé à Kikyo. De son côté, Ayako fit glisser sa langue sur le sein droit de Kikyo, tout en insistant sur la partie centrale, celle qui aide à faire tourner le moteur merveilleux de l'être humain qu'on appelle la "libido". Puis elle attaqua le sein gauche, et cette fois, elle prit les bras de Kikyo, les tendit vers l'arrière, puis posa ses mains sur celles de Kikyo. Et alors qu'elle ne s'y attendait pas, elle croisa ses doigts avec les siens, comme si elle faisait l'amour... Avec une personne qu'elle aimait, chérissait. Elle leva la tête après avoir bien dégustée de la poitrine de Kikyo puis plongea son regard à nouveau sur celui de Kikyo. Elle ne souriait pas, elle observait Kikyo avec un regard intriguée. Un regard envoûtant, ou plutôt, un regard qui découvre... Ce qu'elle découvrait, c'était quelque chose qu'elle pensait connaître, mais au final, elle se fourvoyait. Elle ne connaissait rien en Kikyo. Qui est cette femme au fond ? Pourquoi elle intriguait autant Ayako par sa présence, son comportement, son physique... Ses yeux... Ses yeux si mystérieux, ses pupilles qui en disaient long sur cette femme. Elle était trop formidable pour la Kunoichi des glaces. L'espace d'un instant, elle s'en voulait presque d'en être allé jusqu'à coucher avec elle pour mieux la connaître, mais c'était ainsi. Elle déclara son premier mot depuis qu'elles sont entrés dans la cabine.


Ki...kyo....

Elle rougissait à n'en plus finir. Elle décida, toujours ses mains croisés avec celles de sa partenaire, de planter ses crocs cette fois dans l'oreille gauche de Kikyo. A chaque bouchée, Kikyo pouvait entendre le souffle intense d'Ayako, ce souffle sensuel et amoureux à la fois. Elle en profita également pour faire glisser son pied gauche sur la jambe droite de Kikyo, puis atteignit son propre pied droit pour le caresser à son tour. Puis après quelques coups de langues, elle susurra à l'oreille une première phrase.

Mon coeur... bat si fort... Mon coeur de glace... est en train de fondre... Oui... Tu me rend folle...

Ayako avait pourtant dit cela alors que les festivités avaient à peine commencés. Elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Même avec Azelia et sa beauté légendaire, elle ne ressentait pas cela. Et puis, Kikyo était la seule femme dont Ayako pouvait se soucier. Elle l'avait bien compris au pays du désert. Elle voulait que Kikyo se sente bien. Peut-être parce qu'elle se lisait en elle. Peut-être... Bref, Ayako ne tenait plus... Elle leva la main qui se dirigea vers le dernier endroit encore habillé du corps de Kikyo, il était temps de passer aux choses sérieuses, et Ayako n'allait pas se priver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kira
Sorcière noire
Sorcière noire
avatar

Messages : 226
Date d'inscription : 16/11/2013

MessageSujet: Re: Pour passer le temps   Dim 12 Juil - 8:39

Une fois que la discussion fut terminée sur le pont du navire, la kunoichi, Ayako, emmena Kikyo dans une cabine, suite à une demande assez sensuelle de cette dernière. Et après quelques secondes, elles arrivèrent dans la fameuse cabine. La pièce était sombre, mais fraîche, comparée à l'extérieur où depuis le départ du pays de la lune, le soleil tapait déjà bien, sur le pont du navire, tandis qu'il traversait l'océan. Rapidement, la kunoichi alluma une bougie, qui éclaira fébrilement la pièce, laissant une atmosphère détendue. Mais Kira n'aimant pas l'obscurité - comparé à ce qu'elle peut laisser croire - ce faible éclairage la dérangerait normalement quelque peu. Cependant, étant connectée à l'esprit de Kikyo depuis le début de la conversation, elle ressent donc les besoins et les ressentit du corps et de l'esprit de cette dernière. C'est d'ailleurs cela qui a amené à cette situation pour le moins chaude en devenir. Quoi qu'il en soit, après quelques courtes secondes, pendant lesquelles Ayako semblait pensive, elle s'approcha finalement de Kikyo, puis posa délicatement ses mains sur les joues de cette dernière, pour ensuite la fixer dans les yeux. Puis après un échange de regards, elle posa ses lèvres sur celle de son amie, puis la langue, pour finalement commencer à peloter cette dernière de nouveau. Durant tout ce rituel, Kira se laissa faire, préférant laisser la kunoichi avancer dans les préliminaires. Le parcours de la kunoichi s'intensifiait rapidement, étant maintenant en train de profiter amoureusement de la poitrine de sa partenaire. Cela fit immédiatement monter la chaleur dans le corps de Kikyo, ce qui incita Kira à laisser l'esprit de la mercenaire prendre encore plus le dessus. Pendant ce temps, Ayako avait déjà ses mains sur le fessier de son amie, tandis qu'elle était en train de profiter de la chaleur du cou de cette dernière. L'engeance se demandait très brièvement si c'était une bonne idée de laisser cette femme faire cela, si elle commençait à aspirer du sang d'immortel corrompu comme l'était actuellement Kikyo, ça n'allait pas lui faire du bien du tout... Heureusement, le sang n'était visiblement pas ce qui intéressait la kunoichi, puis le corps de Kikyo commençait à devenir bien trop faible, pour que Kira puisse faire quelque chose.

Après quelques secondes de dégustations, Ayako avait décidé de passer au niveau supérieur. Pour cela, elle déposa sa partenaire sur le lit adjacent, puis commença à s'aventurer de nouveau vers les lèvres de son amie. Ensuite, elle décida finalement d'ôter les vêtements de Kikyo, laissant cette dernière en tenue d'Ève, hormis la petite culotte qui elle était toujours présente, comme si elle attendait le bon moment pour la retirer. Une fois ceci fait, elle attaquait de nouveau la poitrine, mais cette fois de façon bien plus sensuelle et humide. Tandis que sa langue glissait délicatement sur la poitrine de Kikyo, cette dernière pouvait ressentir un plaisir intense l'envahir à présent. Plus l'acte avançait, plus l'esprit de la mercenaire semblait prendre le dessus, pour accentuer encore plus le plaisir, sans pour autant en faire perdre le contrôle à Kira. Bref, alors qu'elle continuait de déguster, elle prit les bras de son amie, pour finalement croiser ses doigts avec ceux de Kikyo. Et tout en revenant à hauteur du visage de cette dernière, elle se mise à fixer de nouveau sa partenaire. Impossible de deviner à quoi elle pensait en cet instant, et à vrai dire, le regard de Kira était lui aussi différent, plus tendre. Cela confirme simplement que la mercenaire appréciait grandement son amie la kunoichi, et son esprit étant devant actuellement, son attirance pour cette dernière se dévoilait à travers ses yeux qui ont toujours fasciné ceux qui les voyaient. La teinte mauve de ces derniers, accentués constamment par une brillance anormalement forte, était une des fiertés de Kira. Même si fatalement, c'était ces mêmes yeux, qui sont à l'heure actuelle responsables du destin de cette dernière, et de ceux qui l'entourent. Après un échange de regards amoureux, Ayako prononça un mot, un seul, et c'était le nom de son amie. C'était presque touchant de voir par la suite, cette dernière rougir comme si une certaine timidité prenait le dessus. Elle mordilla ensuite délicatement l'oreille gauche de sa partenaire, avec laquelle Kira - ou plutôt le subconscient de Kikyo pour le coup - pouvait sentir le souffle d'Ayako. Enfin, après ceci, elle profita d'un interlude pour déclarer sa flamme à son amie, tout en descendant sa main vers le fameux tissu cachant le nirvana. Mais elle allait devoir attendre ! Car soudainement, Kira se redressa et échangea de position avec Ayako, étant à présent au-dessus, le regard plus salace et un sourire malicieux.


Héhé, trop tôt... cet endroit doit se mériter ! Laisse-moi donc te rendre encore plus folle de moi avant... en t'offrant à mon tour un petit cadeau...


Suite à ces mots, Kira commençait à déballer à son tour la kunoichi en commençant par faire apparaître la poitrine de cette dernière. Puis, tout en commençant à malaxer ces derniers, elle posa ses lèvres sur celles d'Ayako. Toujours sensuellement, elle descendit par la suite doucement sa langue sur le cou, puis le haut de la poitrine, pour finalement arriver sur le sein droit. Ce qui était certain, c'est que l'endroit était un vrai bonheur. Kira ne se privait pas, et semblait même adorer cet endroit, ferme, tout en étant moelleux à la fois. C'était clairement une zone non négligeable dans la beauté d'une femme, il fallait le reconnaître. Une fois le tour des seins redessinés avec la langue et le point central tendrement mordillé, elle remonta son visage à la hauteur de celui de sa partenaire, puis déposa de nouveau un baiser sur ses lèvres. Sauf que cette fois, c'était plus langoureux et intense. Et toujours en continuant le baiser, elle retira finalement la tenue d'Ayako après avoir défait l'obi du yukata. Mais tout comme la kunoichi précédemment, elle ne toucha pas non plus à la culotte. Comme pour indiquer à sa partenaire que c'était le jeu du chacun son tour, dans lequel Ayako avait l'avantage de la découverte. Elle se contenta de continuer le baiser, tout en allongeant son corps sur celui de sa partenaire, laissant à présent la chaleur de la peau des deux corps fusionner. Après le long et intense baiser, elle releva légèrement la tête, pour fixer ses yeux dans ceux d'Ayako, puis reprit une nouvelle fois la parole d'une voix douce, mais toujours aussi maligne.

Là.. maintenant que je t'ai réchauffée... je pense qu'on peut passer à l'étape... supérieure, hihi...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayako
Chef Black Spider
Chef Black Spider
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 31/05/2013

MessageSujet: Re: Pour passer le temps   Lun 13 Juil - 22:01

Ayako tentait de poser sa main entre les jambes de Kikyo, mais à sa grande surprise, elle fut interrompue par cette dernière qui effectua un mouvement, provoquant l'échange des places. Cette fois, c'était Kikyo qui était au dessus et posa son regard sur Ayako. Elle déclara qu'il était encore trop tôt pour passer à l'action. Au début, Ayako ne comprenait pas trop ce qu'elle entendait par là. Mériter cet endroit ? Pourtant, Ayako avait fait tout son possible pour tenter de chauffer sa partenaire. Mais suite à la fin des paroles de Kikyo, elle comprit de quoi il s'agissait. Elle voulait en retour rendre la pareille à la Kunoichi. Alors Ayako laissa échapper un sourire assez enchanté, puis ria légèrement.

Héhé... Suis-je bête...

En effet, pourquoi se presser ? Le bateau n'allait pas arriver avant au moins deux heures à destination. Elles avaient tout leurs temps pour se donner à coeur joie. Et rien de mieux qu'une partie de jambe en l'air effectuée avec passion avant de partir en mission. Alors Ayako se laissa faire. Elle était là, avec son amie, dans une chambre, son corps en train de se faire dénuder par elle, qui était déjà presque totalement dévoilée. Il n'y avait aucune raison de se presser... Bref, Kikyo effectua à son tour quelques mouvements de langue sur la poitrine de la Kunoichi, et apparemment, elle appréciait toujours plus cet endroit en particulier, tant elle s'amusa à bien redessiner les contours de ses seins, et à mordiller le centre. Ayako commençait à toujours plus fondre. Alors que c'était que le début, sa respiration devenait forte et bruyante. Son souffle devenait intense, mais sans qu'on puisse entendre le son de sa voix. Le genre de respiration qu'on pousse souvent en pleine situation érotique. Bref, intérieurement, elle était comblée de voir que Kikyo donnait autant d'énergie qu'elle pour ce genre de choses. Et puis, Kikyo commença à son tour à embrasser sa partenaire par sa propre initiative. Et le gout des lèvres de Kikyo était encore plus délicieux ainsi. La fièvre montait toujours plus quand c'est elle qui finit presque totalement nue, avec également sa culotte pour ne pas qu'elle soit déjà en tenue d'Eve. Le baiser se prolongea encore, et Ayako, évidemment les yeux tendrement clos, commença à s'évader. Ce qui l'aidait à sentir la chaleur monter toujours plus haut, c'était le contact de la peau nue de ces deux femmes. Ayako glissait son corps de haut en bas en dessous de celui de Kikyo, les deux poitrines se massaient entre elles, formant un exquis et savoureux mélange corporel. Bref, Ayako commençait vraiment à être en chaleur, mais pas de la même manière qu'avec d'autres personnes comme Seto. Là, c'était plus tendre, plus intime. Bref, après ce long échange de baisers, Kikyo annonça que c'était le moment de passer à la vitesse supérieure. Ayako allait enfin pouvoir voir le corps nu de Kikyo dans son intégralité. Alors, elle se retourna puis échangea encore une fois de place avec elle. Et quand elle observa au bord du lit le corps allongé de Kikyo, elle réalisa qu'il y'avait encore un endroit qu'Ayako trouvait érotique chez une jeune femme et qu'elle n'avait pas encore touché. Elle leva les deux jambes de Kikyo, puis lâcha la jambe gauche pour aller glisser ses doigts de la main gauche sur la culotte de cette dernière, puis, avec la main droite, dirigea la jambe droite de Kikyo, toujours levée, vers le visage d'Ayako. Ainsi, pendant que la main gauche d'Ayako se baladait sur la culotte de Kikyo, elle commença à lécher le pied droit de cette dernière, en insistant bien sur chaque orteil. Ayako considérait que chaque partie du corps de la femme était un instrument, qui, bien accordé, pouvait donner un son agréable, le son de la voix qui devenait érotique. Et donc, toutes les parties étaient à utiliser. Les pieds n'étaient jamais un endroit négligeable pour elle. Alors elle prit son temps pour cela, puis inversa en attaquant le pied gauche. Puis, après une ou deux minutes, se décida enfin à retirer le dernier bout de tissu du corps de Kikyo. Le voici enfin, l'objectif final, qui était droit dans son champ de vision. Ayako avait à nouveau un regard bien malicieux. Elle lécha ses propres lèvres avec passion avant de reprendre la parole.

Héhé, bon appétit.

Ayako posa ainsi sa bouche entre les jambes de Kikyo en les écartant bien. Puis elle fit glisser sa langue doucement mais surement, là ou c'était déjà bien trempé. Et à ce sujet, l'endroit était trop juteux pour Ayako. Elle ne s'en privait pas. Elle était dans l'incapacité de se passer de ce point précis, ses léchouilles étaient plus frénétiques que pour toutes les autres parties du corps qu'elle avait déjà attaquée. C'était presque comme si elle dévorait son repas préférée. Une vraie morfale, en gros... Elle dut malgré tout se séparer quelques instants de ce point pour respirer quelques instants et reprendre son self-control. A la place, elle utilisa deux de ses doigts pour continuer à faire en sorte qu'à ce niveau, le plaisir continue d'augmenter. Elle pénétra donc avec ces doigts à l'intérieur de l'entre-jambe de Kikyo et veilla à ce que tout aille bien pour cette dernière. Quand elle constata que la zone était bien humide, elle laissa échapper un sourire amusé.

Ne chauffe pas trop. Il ne faut pas conclure trop vite...

Ayako s'avança vers Kikyo et leva le haut de son corps en avant, pour ensuite passer derrière elle. Ayako se retrouva donc assise derrière elle, qui était donc également assise. Comme par magie, elle tenait un glaçon en main, qu'elle avait simplement invoqué par magie. Puis elle le fit glisser tout le long du torse de Kikyo, en n'oubliant pas bien sur les deux seins. Elle insista d'ailleurs sur ces deux endroits en particulier. Pendant ce temps, elle embrassait l'arrière du cou de Kikyo, puis les épaules, puis le dos, et enfin, toucha le point le plus sensible de son anatomie avec le glaçon. Avec sa main gauche qui ne tenait pas le glaçon, elle caressait partout le torse de Kikyo, tout en continuant de poser ses lèvres un peu partout sur le haut de son dos, et en caressant ses pieds avec les siens.

Après encore deux ou trois minutes ou Kikyo pouvait donc cette fois, sentir un froid entre les jambes qui ne pouvait qu'accentuer le plaisir, Ayako réalisa qu'elle n'en pouvait plus à son tour. Alors elle posa le corps de Kikyo encore une fois sur le dos, puis s'avança vers sa tête cette fois, ou elle écarta les jambes puis se mit de dos, au dessus du visage de Kikyo. Ainsi, la jeune femme pouvait avoir une jolie vue de là ou elle était sur l'entre jambe d'Ayako. Et pour accentuer le tout, Ayako retira doucement sa propre culotte pour qu'elle puisse tout voir, puis se baissa pour que l'entre-jambe de la Kunoichi soit a une hauteur parfaite pour que Kikyo fasse ce que bon lui semble. C'est ainsi que les deux femmes se retrouvèrent en position 69, avec Ayako au dessus, elle reprit donc son repas préféré, ou elle continua de bien faire glisser sa langue de haut en bas, tout en pénétrant ses deux doigts en même temps. Puis, après quelques instants, une idée salace vint à l'esprit d'Ayako. Elle se pencha en arrière tout en étant toujours au dessus de Kikyo, l'entre-jambe au dessus de son visage. Puis, en baissant la tête, elle se mordilla le doigt, pour enfin faire partager son idée à Kikyo.


Dis moi... Si tu peux invoquer des fraises... tu pourrais peut être... faire apparaître une banane, non ? Qu'en dis tu ? Cela pourrait être parfait pour conclure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kira
Sorcière noire
Sorcière noire
avatar

Messages : 226
Date d'inscription : 16/11/2013

MessageSujet: Re: Pour passer le temps   Dim 2 Aoû - 21:31

Une fois les formalités d'échange effectuées, Ayako continua son chemin vers le plaisir, après avoir repris sa position de dominante. Elle commença par caresser les jambes de sa partenaire, tout en glissant sa langue entre les orteils de celle-ci. Pendant ce temps, la main droite se baladait agréablement sur la culotte de Kikyo. Cette femme avait beau ne plus être Kikyo à proprement parler, Kira n'en ressentait pas moins de plaisir à la situation. La petite culotte de cette dernière étant déjà bien humide. Elle devait bien avouer que la kunoichi savait vraiment y faire avec le sexe, et c'est bon à savoir pour Kira, que les pieds sont un point plutôt sensible en termes de plaisir. Du coup, elle se laissa aller, se contentant de profiter. Elle s'était tellement relâchée, que pour la première fois depuis des millénaires, elle oubliait ses craintes, son objectif, ce qu'elle est, pour se focaliser sur l'instant présent. Peut-être qu'elle devrait pratiquer cela plus souvent se disait-elle au fond, car à part une seule fois par intérêt - dans des conditions obscures - Kira n'a jamais pris le temps pour les rapports sexuels. Enfin, son problème étant ce qu'il est, il est difficile d'avoir une relation comme celle-ci avec son armée ou des immortels. Car, Kira inspire la crainte et la peur dans le cœur de tout être connaissant sa légende. Sa propre armée la craint et n'ose pour la plupart même pas s'adresser à elle, si elle n'en donne pas l'ordre. Et même dans ce cas, ce n'est qu'un échange tête baissée et crainte extériorisée qui se fait sentir. C'est finalement pour cette raison peut-être que l'engeance profite de ce corps et ce monde pour s'amuser. Parce qu'une fois l'origine retrouvée, le règne de la terreur reprendra, lui garantissant une solitude et un amusement restreint de nouveau.

Quoi qu'il en soit, après les préliminaires, Ayako ôta enfin le bout de tissu cachant le nirvana, puis commença son délicieux repas sans attendre. Visiblement, elle adorait cet endroit, vu comme elle s'en donnait à cœur joie. Cela dit, sa partenaire ne s'en plaignit point, vu que le plaisir était intense à ce moment précis. La kunoichi due tout de même reprendre son souffle au bout d'un moment, il serait bête de perdre connaissance maintenant. Elle enchaîna donc en glissant deux doigts à l'intérieur du Graal, ne laissant donc pas le temps à Kira de souffler. Le plaisir restait intense, et la kunoichi y veillait au grain. Finalement, une fois que la zone était plus humide que la brume matinale, Ayako changea de position, ainsi que celle de sa partenaire, pour commencer à faire glisser un glaçon le long du corps de cette dernière. Bien que d'ordinaire, un immortel est immunisé aux températures extrêmes de par leur métabolisme, ce n'était pas le cas de l'instant présent. Kira étant relâchée complètement, l'immunité naturelle était donc amoindrie par la concentration de l'ôte, sur la situation. C'est d'ailleurs pour cela qu'un immortel ressent du plaisir même en pratiquant cette activité avec un mortel. Car, le plaisir intense désactive partiellement la résistance hors normes de ces êtres vivants. Donc, dans un certain sens, le sexe est la plus grande faiblesse d'un immortel.

Bref, la sensation était là, et elle était intense et froide. Et tandis que le glaçon commençait à titiller le point sensible principal, la kunoichi en profitait pour embrasser divers endroits du corps de sa partenaire. L'échange était amoureux et passionné, il n'y avait aucun doute. Ayako prenait soin de Kikyo comme on prend soin d'un trésor précieux. Enfin, après quelques minutes, la kunoichi changea de nouveau de position pour cette fois se retrouver sens contraire à sa partenaire. Bien que Kira ne connaisse pas vraiment le domaine du sexe, elle comprit très vite que cette position était logique dans un échange sexuel, que ce soit avec un homme ou une femme. Une fois qu'Ayako retira donc son dernier bout de tissu restant, tout en s'abaissant, elle reprit son repas préféré. Kira n'attendait pas non plus très longtemps avant de profiter également de la zone. Elle imitait donc ce que faisait sa partenaire, et glissait sa langue de haut en bas, tout en pénétrant délicatement deux doigts à son tour. C'était délicieux et vraiment agréable ce qui était en train de se passer. Se faire titiller le sexe de cette façon était vraiment plaisant et excitant. Sans oublier que l'inverse était également intéressant. C'était vraiment un repas digne d'un grand chef cet endroit, et Kira y allait de plus en plus intensément. Ce n'est qu'au bout d'un moment que la kunoichi stoppa son activité, pour demander quelque chose à sa partenaire, qui laissait cette dernière assez muette sur le coup.



(Une banane ? Qu'est-ce que c'est que ça ? Un fruit d'ici ? Ce doit être ça, donc j'imagine qu'elle doit parler de ces fruits longs, durs et bleus... Mais qu'est-ce qu'elle veut foutre avec ça ? .. Bof, ça ne me coûte rien de lui donner ce qu'elle demande. J'aurai bien ma réponse un moment ou un autre.)


C'est donc après une rapide brillance de l'iris qu'une sorte de banane bleue apparut dans la main de Kira, qui la tendit ensuite à Ayako sans vraiment dire de mots. Elle préférait ne rien dire et attendre de voir, puis Kira aimait bien les surprises, alors pourquoi se presser ? Une fois le fruit donc passé à Ayako, il ne restait plus qu'à attendre la suite...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayako
Chef Black Spider
Chef Black Spider
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 31/05/2013

MessageSujet: Re: Pour passer le temps   Lun 3 Aoû - 23:33

Le jeu continuait à suivre son cours, et Kikyo semblait prendre goût à chaque acte d'Ayako qui visait à amplifier le plaisir chez sa partenaire, et cela montait l'adrénaline en Ayako sans qu'elle ait besoin en retour de lui rendre la pareille. En effet, malgré qu'Ayako était le genre de femme à ne penser qu'à se divertir, le plaisir qu'elle prenait était toujours bien plus grand quand la personne avec qui elle partage ce "divertissement" semble montrer des signes de satisfaction. La jeune Kunoichi a toujours été une femme très complexe. Elle a beau haïr le monde à l'heure actuelle, cela ne change rien au fait que lorsqu'elle parvient, au beau milieu de cette humanité, à trouver quelques rares pierres précieuses comme Kikyo, elle mettra tout en oeuvre pour que cette personne se sente bien à ses côtés. Bref, voir Kikyo se détendre et apprécier chaque caresse, chaque léchouille qu'elle effectuait avec passion, l'excitait de plus en plus. Après tout, l'humidité qu'Ayako sentait en glissant ses doigts sur la culotte de cette dernière, ne ment jamais. Ayako était donc rassurée. Il faut avouer qu'elle était légèrement anxieuse avant de commencer le festin. Etant donné qu'il lui a fallu du temps pour comprendre son amie qui était devenue assez complexe au début, elle avait peur d'avoir des difficultés à lui donner du plaisir. Et le fait d'attaquer ses orteils était aussi assez risqué. Par expérience, Ayalo savait que certaines femmes ne supportaient pas de se faire lécher les pieds, tant cette partie du corps est extrêmement sensible quand on est pas habitué. Mais là, Kikyo était relâchée, détendue. Cela la comblait de bonheur de la voir si détendue, elle avait même l'impression, en voyant Kikyo allongée comme ça, qu'elle avait plus pratiquée cela depuis des âges. Ayako commençait à réaliser qu'avant, la mercenaire devait vraiment souffrir pour ne pas se donner à ce magnifique jeu qu'est la sexualité.

Mais ce qui plaisait le plus à Ayako, c'est lorsqu'elle se positionna pour que le véritable échange démarre enfin. Ayako supposait que Kikyo allait peut être faire preuve de timidité, voire hésiter, vu qu'Ayako dévoila son point le plus sensible assez brusquement sans que Kikyo puisse s'y attendre, mais en réalité, après un départ délicat, mais qui faisait frissonner la Kunoichi avec ardeur, Kikyo s'amusa à imiter Ayako à la perfection. Cela était la preuve ultime que Kikyo prenait du bon temps avec elle, tant elle dégusta son fruit défendu comme une véritable petite gourmandise.

Et c'est là qu'Ayako réalisa quelque chose de surprenant. Le plaisir qu'elle ressentait en cet instant, était absolument divin, exquis. Pourtant, cela était similaire à des préliminaires tout ce qu'il y'a de plus basique, même avec un homme, mais là... Il y'a quelque chose qui faisait que la chaleur en Ayako atteignait des températures surélevés. C'était probablement le fait de voir une des seules personnes qu'elle considérait comme "amie", sembler aimer être en sa compagnie, et surtout, de pouvoir passer un bon moment avec une personne qu'elle avait connue sombre, presque déprimée. C'était une belle évolution pour Ayako en fin de compte et cela participait à son plaisir qui s'accentuait progressivement. D'ailleurs, l'espace d'un instant, Ayako tenta de se contenir. La libido s'agitait bien trop à son sujet.


(Haaaa... La langue de Kikyo.... C'est... absolument divin... Haaa.. Non... Je ne dois pas... Pas maintenant... Pas déjà....)

Ayako décida de marquer une pause. Elle aurait pu laisser couler, tout relâcher, mais elle ne voulait pas que ce moment absolument délicieux se termine déjà. Alors elle fit une proposition à Kikyo qui eut un premier effet qu'Ayako souhaitait dans un sens: Arrêter Kikyo dans son élan. La jeune femme s’exécuta et elle invoqua une banane, mais de couleur bleue. Ayako fixait le fruit avec des yeux ébahis, car là, elle se demandait malgré tout si c'était une riche idée d'utiliser un autre fruit bizarre invoqué par Kikyo. Elle se doutait bien qu'elle n'allait pas encore invoquer une arme de destruction massive comme ces fraises explosives, mais... il y'avait autre chose qu'Ayako constata. La sensation au toucher était différent... Elle avait l'impression de toucher quelque chose de dur. Elle n'osa pas planter ses crocs dessus, mais bon... Si ça pouvait faire l'affaire. Et puis, Ayako voulait rester dans le ton du plaisir, et se poser des questions sur un fruit venant d'un monde qui n'était probablement pas le sien était l'occasion parfaite pour tout casser. Bref, Ayako se repencha en avant, enfonça ses doigts dans l'objectif, histoire de bien vérifier que la voie était libre, puis enfonça le fruit dans ce même objectif, tout en faisant d'abord des aller-retours à petite vitesse, puis, accéléra de plus en plus, sans pour autant y mettre le paquet. Bien sur, Ayako avait gardée la même position pour que Kikyo continue de savourer son propre repas, et elle espérait que cette "initiative" permette à sa partenaire de continuer son action comme il se doit.

L'utilisation du fruit dura trois à quatre minutes. Même si Ayako était presque au bout de ce qu'elle pouvait supporter avant d'atteindre le nirvana, elle voulait aussi profiter de ce fruit, étrange, certes, mais utile. Elle se plaça ensuite en face de Kikyo, assise sur le lit, les jambes écartés. Puis elle enfonça à nouveau le fruit chez Kikyo, sauf que cette fois, elle rejoignit elle même l'autre extrémité, de la même manière que Kikyo. Maintenant que le fruit reliait les deux femmes, en face à face, à quelques centimètres seulement qui les séparait, la Kunoichi qui avait le haut du dos penché en arrière, commença à remuer le bassin pour ressentir le fruit à son tour. Elle posa ses mains sur les épaules de Kikyo pour l'inviter à en faire de même. Ayako faisait tout son possible pour profiter un maximum de cet objet, mais essayait de mesurer ses mouvements pour éviter de conclure si vite, car elle voulait plus, encore et encore. Ses gémissements commençaient à devenir de plus en plus audible et émettaient un son absolument craquant. Après une ou deux minutes, elle porta Kikyo et l'emmena vers elle, en s'allongeant sur le dos. Maintenant que Kikyo se trouvait au dessus, et qu'Ayako replaça le fruit entre les deux femmes, elle posa ses mains sur les fesses de Kikyo, et les malaxa tout en les levant de bas en haut, histoire qu'elle puisse toujours mieux ressentir ce lien entre elles. La scène était assez amusante car cela ressemblait presque à un rapport entre un mâle et une femelle. Ayako faisait d'ailleurs ce qu'il faut pour continuer à bouger le bassin tout en manipulant l'arrière-train de sa partenaire, ainsi qu'en gardant la banane à sa place.

Cependant, la fête commençait à battre son plein, et même un peu trop. Le bouchon de champagne allait éclater et le feu d'artifice allait exploser de manière artistique. Ayako le sentait, elle avait l'impression qu'elle ne sentait plus ses os. Elle allait partir, s'envoler, elle ne pouvait plus contenir ce plaisir qui avait envie de rugir avec panache. Mais Ayako voulait finir de manière classique, et sentir le corps de Kikyo encore plus prêt. Alors elle retira enfin l'instrument qui liait les deux femmes, puis elle se retourna en plaçant Kikyo, pour terminer, en dessous d'elle. Elle se pencha en arrière, assise à nouveau sur le lit, leva la jambe gauche de Kikyo, son pied gauche posé derrière l'épaule droite de la Kunoichi et comme ultime manoeuvre, elle frotta son entre jambe contre Kikyo, au même endroit. Le contact humide entre les deux sexes des deux femmes était, selon Ayako, un parfait moyen de conclure et d'exploser de tout son être. Elle voulait surtout ressentir, ce frisson magistral qui grimpait en elle, à chaque fois que son sexe se frottait contre celui de Kikyo. Les pupilles de la Kunoichi visaient le plafond, et sa bouche restait grande ouverte, tandis que son bassin continuait de se dandiner frénétiquement. Le fait qu'elle fixait le plafond sans lever la tête prouvait qu'une seule chose. Elle allait atteindre le septième ciel. C'en était trop.


Kikyo... Je vais... Je vais.... K... Ky..... Kyaaaaaaaaaaaa....

Et voilà le travail. Le dernier gémissement d'Ayako prouvait que la fête était fini. Ce cri n'était en aucun fort, il était même craquant en réalité. Et après cet orgasme absolument titanesque, la jeune femme subissait tremblements sur tremblements toutes les deux secondes. Son regard était celle de la femme qui n'en revenait pas d'avoir goûté à sans doute le plat le plus gourmand qu'on pouvait dévorer. Elle ne clignait même plus des yeux, et sa respiration était frénétique. La raison était simple, et Ayako n'arrivait même pas à le réaliser. Avoir fait l'amour avec Kikyo... était une expérience pleine de fraîcheur, elle venait d'apprendre que derrière une personne qui lui semblait extrêmement réservée et timide en premier lieu, se cachait une femme si intéressante, au corps aussi brillant qu'un trésor qu'on ne pourrait plus se passer. Ayako fixait ce corps doré aux formes parfaites. Elle pouvait dessiner ce corps, le redessiner, sans arrêt. Et même si après ce moment coquin, elle va devoir malheureusement reprendre le cours de son autre activité principale, la violence, elle s'en fichait. Cette mission, allait être un succès, car tous les sentiments négatifs de la jeune femme se sont envolés, évaporés. Après un ultime soupir absolument radieux, elle posa son corps entièrement sur le lit, le sourire aux lèvres. Elle fixait de ses yeux écarlates ce visage qu'elle voulait continuer d'embrasser. Et à cet instant, pouvait-on encore dire que ces yeux étaient ceux d'une meurtrière ? Ce regard qui peut paraître menaçant pour beaucoup de monde, était en réalité, en cet instant, aussi vivifiant qu'un crépuscule d'été. Ses pupilles brûlaient de la flamme de la passion. Une passion si torride, si magmatique. En bas, sur terre, plus précisément au pays du soleil, est-ce qu'un humain banal et fragile pouvait se douter un seul instant que dans le ciel, près du paradis, deux femmes du pays de la lune faisaient l'amour tout comme eux ? Avec la même romance, la même effervescence ? Probablement, non... Le pays de la lune sera toujours vu comme le pays de la haine, et non de l'amour.

D'ailleurs, Ayako était elle vraiment amoureuse ? Pourtant, ce n'était pas son genre de tomber amoureuse aussi vite. Elle se demandait même si elle était vraiment amoureuse de Seto, un jour ? C'est simple, elle ne l'était probablement pas. Quelqu'un qui n'a jamais connu l'amour de sa mère, vu qu'un shinobi de l'ancienne école ne ressentait rien, ne peut que difficilement connaître l'amour avec une personne qui ne partage pas son sang. Mais pourtant, Ayako venait de réaliser quelque chose d'essentiel.

En effet, après avoir laissé un dernier baiser câlin sur la joue gauche de Kikyo, elle posa son bras droit sur le corps de cette dernière, comme pour l'enlacer, tout en prenant avec son autre main, celle de sa partenaire, tout en croisant pour la seconde fois les doigts. Elle plongea son regard sur celui de Kikyo et d'une voix apaisée, qui n'avait rien à voir avec celle qu'elle utilisait habituellement, elle laissa échapper quelques mots.


Kikyo.... Je... Je... Je crois que j'ai envie d'être libre de mes émotions. Toute ma vie, on m'a obligé à fermer la porte de mes sentiments. J'ai du me taire, laisser le monde m'utiliser comme bon il l'entend. Et cette fois, c'est pareil. Je respecte beaucoup Azelia, mais cette fois, je n'ai pas l'intention de la laisser tout décider me concernant... Je ne veux pas t'oublier, Kikyo... Je veux rester à tes côtés... Même si ce n'est que, en tant qu'amie, je m'en fiche. Peu importe qu'un jour, nous ne partagions plus ce genre de moment, comme ce dernier, que je n'oublierai jamais... Ta présence... me fait apprécier un peu plus la vie... Je sais qu'au début, tu étais réservée, solitaire, et probablement bien plus haineuse que moi. Je ne saurai probablement jamais ce que la vie t'a fait enduré pour que tu sois ainsi... Mais si la nouvelle "toi" veut voir la vie sous un nouveau jour, alors... je veux t'aider à apprécier la vie... Je veux continuer à voir ton sourire, Kikyo...

Mais la voix d'Ayako commençait à fatiguer. Après cet exercice, elle allait probablement partir pour le royaume des songes, en attendant que le navire arrive à destination. Mais elle tentait de lutter contre le sommeil car elle voulait entendre ce que sa "partenaire" avait à dire. Ses ressentiments après cette aventure, ses pensées, peu importe. Elle voulait entendre la voix de sa dulcinée d'un soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kira
Sorcière noire
Sorcière noire
avatar

Messages : 226
Date d'inscription : 16/11/2013

MessageSujet: Re: Pour passer le temps   Dim 9 Aoû - 15:28

Après avoir tendu le fruit étrange à la kunoichi, cette dernière, après une once d'hésitation, reprit la position précédente, laissant de nouveau la zone humide à disposition de sa partenaire. Cependant, tandis que Kira reprit son activité, elle fut soudainement prise d'une légère surprise au moment où Ayako enfonça le fameux fruit au fond du Graal. Il était évident qu'elle ne s'attendait pas un seul instant à cette utilisation du fruit en question. Quelle idée saugrenue était-ce, d'imaginer se servir d'un fruit de cette façon. Mais malgré l'étrangeté de la situation, il était indéniable que cela était intense, voire fantastique. C'était une tout autre sensation qui venait à présent de faire son entrée dans le spectacle, et cette dernière était fabuleuse. Aussi, le va-et-vient que produisait la kunoichi avec le fruit garantissait un plaisir orgasmique. Il fallait bien avouer que les doigts c'était bien, mais le fruit c'est mieux pour le coup. D'ailleurs, au moment de la pénétration, hormis la surprise, l'autre effet a été de perturber l'esprit que l'engeance manipulait. Cela était sûrement le fait de la vulnérabilité dont Kira faisait preuve à l'instant présent, et de la réactivité sensorielle du corps de l'hôte réagissant à la pénétration. Bien qu'aucune répercussion ne soit à déplorer, il était bon à noter pour Kira que la liaison avec ce corps va bien au-delà de ce qu'elle imaginait, et qu'elle peut donc ressentir la douleur et autres joyeusetés. Du coup, bien que même à travers ce corps, elle soit inégalable ici même, elle devra dorénavant se montrer un peu plus prudente, surtout si elle doit rencontrer des adversaires de Légendia. Tant qu'elle ne sera pas de nouveau elle-même, la prudence est de mise, souffrir plus que nécessaire n'est pas dans ses plans. D'un autre côté, ce qui est une mauvaise nouvelle pour Kira en est une bonne pour le corps de la mercenaire, qui pour le coup va être traité avec respect bizarrement.

Quelques minutes après cet intense plaisir, la kunoichi se stoppa, puis changea de position pour visiblement profiter elle-même du fruit. Elle se mit donc face à sa partenaire, de sorte que le fruit pénètre les deux extrémités en même temps. Une fois l'action enclenchée, elle posa ses mains sur les épaules de Kira - qui imita l'action - puis commença à s'envoler pour le septième ciel, au vu des gémissements qu'elle poussait. Du côté de l'engeance, elle se contentait plutôt de suivre la cadence encore une fois, tout en profitant du plaisir que cela procurait. Cependant, même si cela était intense depuis le début, aucun son ne sortait de la bouche de Kira. Non pas qu'elle ne ressentait rien, bien au contraire, mais plaisir ou pas, l'esprit actuel reste un intrus dans le corps de Kikyo, du coup, elle a un contrôle total sur ce dernier. Cela a donc pour effet de ne pas réagir au réflexe habituel du plaisir ou de la douleur, vu que Kira contrôle tout, et donc si elle ne le décide pas, le corps n'émettra pas de son. Cela n'empêche cependant pas qu'elle imite à la perfection les mouvements d'Ayako, dans le but de continuer ce moment intense qu'elle prend comme une libération bienvenue, ou le calme avant une future tempête. Ainsi, après que la kunoichi se rallongea sur le dos, tout en malaxant le fessier de Kira - qui semblait bien lui plaire depuis le début – puis continua le mouvement précédent. Pendant ce temps, Kira en profita pour réitérer ce qu'elle avait fait lorsqu'elle se retrouvait dans cette position, et posa donc de nouveau ses lèvres sur celles d'Ayako, tout en enroulant ses bras autour du corps de cette dernière. Mais encore une fois, au bout de quelques instants, la kunoichi changea encore une fois de position, à croire qu'elle aimait varier selon l'avis de Kira. Cette fois, elle abandonna le fruit, puis se positionna de sorte que les deux sexes se touchent, puis une fois ceci fait, elle recommença à se mouver frénétiquement, provoquant un frottement assez divin. Et finalement, au bout d'un ultime gémissement, la kunoichi semblait avoir atteint le nirvana. Kira avait également atteint certainement ce stade déjà, vu le peu d'expérience et d'endurance que possédait ce corps dans le domaine, mais n'ayant pas le réflexe de s'exprimer, cela n'était pas audible.

Quoi qu'il en soit, après tout cela, le calme revint dans la zone, la kunoichi profitant de cet instant pour se reposer, visiblement au bord de l'évanouissement. Mais elle continuait de fixer passionnément sa partenaire un long moment, en semblant se poser des questions, puis après un dernier baisé sur la joue de Kira, elle croisa de nouveau les doigts de cette dernière avec les siens, comme un couple d'amoureux le ferait. Enfin, elle se mise à fixer les yeux de Kira, qui comme d'habitude, étaient toujours aussi brillants, bien plus que la normale à cause de l'engeance. En fait, cela était plus clair et étincelant que ceux qu'avait la mercenaire, donnant une teinte et une brillance qui rendait le tout magnifique à observer. Les pupilles de Kira ont toujours été envoûtantes et intrigantes, même quand elle n'était encore qu'une enfant. Même si ces dernières sont la raison de ses malheurs, ça reste quelque chose de magnifique, invitant aux songes quiconque plonge son regard à l'intérieur. C'est d'ailleurs pendant cet interlude qu'Ayako prit finalement la parole d'une voix douce, mais fatiguée. Elle commença par raconter sa vie et du fait qu'on l'a souvent privé de toute émotion, puis bien qu'elle respecte la reine lunaire, elle ne voulait pas lui obéir cette fois. Elle ne voulait pas oublier Kikyo, comme cette dernière lui avait demandé. Il semblerait que la présence de la mercenaire soit bénéfique pour la kunoichi incomprise par ceux qui l'entourent, et qu'elle souhaite partager bien plus avec son amie. « Amie », cela sonnait étrangement chez Kira. Avait-elle déjà eu des amis ? Quelque chose qu'elle a aimé ? Si cela avait été le cas, elle ne s'en souvenait plus, enterrée sous sa haine grimpante pour la création depuis des millénaires. Sans doute qu'elle avait elle-même enfoui ces souvenirs, pour ne pas être ralentie par ce qu'on appelle les « sentiments ». La noirceur de son cœur n'étant peut-être qu'une image forgée, pour ne plus souffrir.

Enfin, pour l'instant, il fallait qu'elle réponde à sa partenaire d'une nuit, vu qu'elle semblait proche du départ pour le pays des rêves. D'ailleurs, Kira ne ressentait ni fatigue, ni épuisement, comme tout immortel pratiquant le sexe. Même si le plaisir pouvait être ressenti comme stipulé précédemment, la fatigue physique elle, n'était pas d'actualité. Donc pour le coup, Kira était plutôt tranquille, son regard toujours plongé dans celui d'Ayako. Et c'est en continuant de la fixer qu'elle prit enfin la parole depuis le début de l'événement.

J'apprécie tes paroles, Ayako, mais sache que ce n'est pas la reine lunaire qui a demandé qu'on me laisse tranquille, mais moi. C'est moi qui lui ai fait la demande qu'on m'oublie. Je vais poursuivre un but différent du vôtre à présent. Quelque chose que je veux atteindre seule et qui compte plus que tout pour moi. Vois-tu, depuis les événements de cette pyramide, je suis à la recherche de réponses, et je ne désire rien d'autre que de les trouver. C'est pour cela que je m'isole, et que je ne veux pas ralentir les projets de cette reine, ainsi que son armée. Regarde, tu oublies toi-même que tu as une mission à accomplir en me proposant ton aide, hm ? Crois-moi, il vaut mieux qu'en attendant qu'on finisse tous les deux notre objectif, tu m'oublies réellement. Mais une fois tout ceci accompli, rien ne nous empêchera d'être ensemble... Oui, je pense que c'est une bonne chose, que tu vives, et je te garantis que lorsque tout sera fini, tu feras partie de ceux ayant le droit de vivre... Mais en attendant, continue sur ta voie et poursuit tes objectifs, sans te retourner. C'est important, de se montrer fort et impassible, dans ce monde... Tes ennemis ne tenteront que de te manipuler, si tu montres une once de faiblesse. Il faut être sans cœur et cruel pour atteindre certains objectifs...

Pendant qu'elle parlait, Kira semblait pensive. Ses paroles semblaient la faire réfléchir elle-même, donnait l'impression qu'elle savait parfaitement de quoi elle parlait. C'était comme si elle avait déjà et continuait d'appliquer ces dernières depuis des millénaires. Pour le coup, c'était comme si elle ne se rendait pas compte que théoriquement, elle est censée avoir 26 ans là, et pas plus de 15 millénaires. Mais vue l'état de fatigue d'Ayako, elle ne fera sans doute pas attention. Mais Kira préférait quand même conclure :

… Sur ce, mon objectif m'amène également au pays de l'eau. Alors, pour cette fois, on peut faire route ensemble comme je te l'ai dit tout à l'heure. Mais cela ne change pas que je ne me battrais pas, et n'interviendrait sous aucun prétexte, même si tu es en danger de mort, hm ?

Après ses paroles, Kira soupira et esquissa un sourire, puis reprit la parole d'une voix amusée.

Tu devrais te reposer maintenant, on se reverra plus tard, ne t'inquiètes pas, je ne vais pas disparaître pour le moment, héhé...

Suite à cela, elle attendait à présent que la kunoichi s'endorme. Une fois que ce sera fait, elle en profitera pour retourner voir le soleil extérieur. N'étant aucunement fatiguée, rester allongée là sera d'un chiant intense. Alors, autant sortir prendre l'air, même si cet air ne semble pas vraiment convenir à Kira, c'est déjà mieux que rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayako
Chef Black Spider
Chef Black Spider
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 31/05/2013

MessageSujet: Re: Pour passer le temps   Lun 10 Aoû - 19:38

Ayako attendait la réponse de Kikyo, tant elle luttait contre le sommeil. Ses paupières tentaient de rester ouverts, et son attention dirigé vers Kikyo était encore présente. Elle vit que cette dernière observait la Kunoichi de ses propres pupilles qui décrivaient parfaitement le charme intense que dégageait la mercenaire. Elle était tellement sous l'effet de la fatigue qu'elle n'avait pas vraiment réalisé qu'elle était la seule à commencer à partir. Enfin, elle répondit.

Le début de cette réponse avait d'ailleurs légèrement refroidi la Kunoichi. Elle ne s'attendait absolument pas à cela. La vérité était que c'est elle-même qui désirait qu'Azelia et ses troupes oublient Kikyo. Ayako trouvait cela quelque peu surprenant, étant donné cette raison qui avait poussée Kikyo à rejoindre la troupe d'élite de la reine lunaire. Cette personne chère qu'elle voulait revoir n'était elle pas aussi importante pour qu'elle décide de tout abandonner ? Enfin, c'est la première pensée qui vint à l'esprit d'Ayako, mais elle ne voulait pas montrer la moindre réaction verbale ou physique et se contenta d'écouter le reste. C'est alors qu'elle parla d'un autre "objectif" qui était différent de celui d'Ayako, et que cet objectif était lié à cette sale aventure qui se déroula dans la pyramide. Ayako se posa des tonnes et des tonnes de questions. Et si Kikyo était réellement liée d'une manière ou d'une autre à ces mercenaires qui avaient manqués de les tuer toutes les deux, ou alors, avec cette "magicienne" qui lui avait sauvé la vie sans raison apparente ?

Mine de rien, Kikyo marquait un point. Si elle voulait s'éloigner d'Ayako, c'était pour éviter de la ralentir. Et en effet, ce petit moment intime allait jusqu'à faire oublier Ayako le pourquoi elle naviguait dans ce navire aérien... Pour le règne absolu d'Azelia, et la création de cette "terre promise" qu'Ayako voulait absolument découvrir. Alors inversement, Ayako comprit qu'elle serait également un poids pour Kikyo si elle s'obstinait à vouloir la suivre. Et au final, même si elle était capable de désobéir à Azelia sur ce point, elle ne se sentait pas en mesure d'ignorer le souhait de Kikyo. Alors qu'il en soit ainsi. Elle allait attendre que tout soit terminé pour mener une vie paisible avec son "amie". C'était une nouvelle idée qui fut gravé dans sa tête désormais, et cela allait probablement la motiver encore plus à réaliser l'objectif d'Azelia.

Car au final, de la patience, Ayako en possède beaucoup. Elle a du faire preuve de patience pour survivre jusque là et par ailleurs, ces paroles, qui poussaient à Ayako à oublier quelqu'un provisoirement, Kikyo n'était pas la première à le lui dire. Elle fut même la troisième, plus précisément. Voilà donc aussi pourquoi Ayako n'était pas "dépitée" par la réponse de Kikyo. Et puis, elle ne pouvait être qu'en accord avec elle. Pour avoir la paix, il faut d'avoir trouver les réponses à nos questions et pour ce faire, il ne faut pas hésiter à être cruel et sans coeur.

Sur ce, lorsque Kikyo termina cette réponse, Ayako serra une dernière fois la main de Kikyo. Ses yeux commencèrent à se fermer, mais avant cela, elle prit la parole une dernière fois avec un sourire absolument gracieux et attendrissant, rendant la Kunoichi encore plus craquante avec son corps dénudé, allongé sur des draps humides désormais.


Je comprends... Alors... J'attendrai le moment parfait pour être avec toi... Et jusque là, je te promet de ne pas mourir...

Ayako s'endormit très vite et son sommeil dura au moins deux bonnes heures. Ce sommeil était lourd et paisible à la fois, elle ne fit aucune cauchemar, alors que pourtant, une bonne partie de ses nuits furent envenimés de souvenirs absolument désastreux. Mais cette fois, elle dormait comme une petite princesse, le corps détendue sur le lit, la peau chaude et frissonnante à la fois. Son sommeil fut néanmoins perturbée par un fort bruit provenant de la porte. Quelqu'un toqua. Elle se réveilla doucement, sans se soucier qu'elle était en tenue d'Eve au cas ou cette personne prenait la peine d'entrer sans sa permission.

Ayako... Nous sommes à quelques lieux de l'île de la reine Mishtal. Prépare toi au plus vite, ta mission va pouvoir commencer.

Ayako pouvait reconnaître cette voix grinçante entre milles. C'était cette vipère de Medusa. Il y'avait rien de pire pour Ayako que d'entendre une voix comme celle de ce serpent sans sentiment. Certes, Ayako était une meurtrière au service de l'ennemi numéro un de ce continent désormais, mais elle savait éprouver des sentiments. Or, chez Medusa, Ayako n'a jamais rien perçu d'autre... que du vice. Même si elle n'utilisait pas la glace, elle considérait que la sorcière était bien plus "glaciale" que la Kunoichi des glaces elle-même. Elle prit donc son temps pour se rhabiller en enfilant le même Yukata qu'avant. Elle n'avait pas besoin de mettre une tenue de Kunoichi basique pour une mission aussi mineure. Capturer une faible princesse est un jeu d'enfant pour elle, elle était presque même vexée d'être rabaissée à ce genre de missions. Elle ouvrit la porte et vit que Medusa était toujours là, les bras croisés, le regard toujours aussi pétrifiant.

Qu'est ce que tu faisais avec Kikyo dans cette chambre ?

... Qu'est ce que ça peut te foutre ?

Tu désobéis à notre reine, à ce que je vois... Elle a bien précisée que nous ne devons plus traiter avec cette femme. Or, je suis passé quelques secondes devant ta cabine, et j'ai entendu comme ce qui s'apparentait à des gémissements de plaisir de ta part. Alors à moins que tu te rabaisse soudainement à faire la court à tes subordonnés, je me doute bien que tu as du passé un moment bien agréable avec Kikyo, hum ? C'est mon dernier avertissement, Ayako. J'ai senti que l'on ne peut pas faire confiance en cette femme. Je serai donc contrainte, arrivée sur l'île, à l'isoler du reste du groupe. Et tu devras te concentrer sur ta mission et rien d'autre. Si tu fais preuve de sentiments envers elle, je te considérerai alors comme inutile...

Après ce moment de bien-être intense, Ayako dut revenir à la cruelle réalité rappelée par cette ignoble Medusa. Elle commençait d'ailleurs à la regarder avec un air dédaigneux. Elle n'avait jamais vraiment aimée cette vipère et ça n'allait pas changer du jour au lendemain. Ses pulsions prirent le dessus. Elle créa avec sa magie un poignard fait de glace qu'elle pointa vers le cou de la sorcière.

Ahlala... Il suffit que tu t'accroches à quelqu'un pour que tu ne sois plus toi-même... Quelle faible jeune esprit...

Ayako tremblait. Ce n'est pas qu'elle était facilement victime de ses sentiments, bien que le sang noir ne l'aidait pas à garder son calme, mais ce n'était pas le moment pour utiliser Kikyo afin de la provoquer, ne serait-ce qu'un peu.

Tu veux savoir pourquoi je respecte Azelia à l'heure actuelle ? C'est pour une seule et unique raison... C'est parce que c'est elle... qui m'a enseignée... ce que c'est d'avoir une famille... Après Seto, tu veux tout faire pour dégager Kikyo, n'est ce pas ? Pour ma part, je les considère tous les deux comme des membres de cette famille. Alors que ce monde me dégoûte au plus haut point, c'est avec eux deux que j'ai pu apprendre à me connaître... Je ne suis pas une arme, ni une coquille vide... Mais une humaine avec des sentiments. Alors si il s'avère, qu'effectivement, on doit écarter Kikyo de la partie, alors je l'accepterai, mais ne compte pas sur moi pour l'oublier définitivement. Je te rassure, je mets notre mission en priorité désormais... Mais jamais je n'arrêterai de me soucier d'elle. Et donc... Si il s'avère que tu serais responsable de la moindre chose qui arrivera à Kikyo... Je te promets... Que je vais faire de ta vie un enfer ! Oh, ne me dis pas que je serai une traîtresse. Seto nous as prouvé que la reine en a rien à foutre de toi, et qu'elle a besoin de nous. Donc ne t'en fais pas pour moi.

Bien sur, Ayako bluffa pour mener à bien son avertissement. Elle se doutait bien que Kikyo n'aura jamais de problème avec une être inférieure comme Medusa. En effet, elle croyait en Kikyo, et se doutait bien qu'elle s'en sortirait sans son aide ou son soutien. C'est triste, mais Ayako ne pouvait rien faire de plus maintenant... à part croire en elle... Bien sur, elle se garda de révéler ses croyances à cette vipère.

Sur ce, pour te prouver que j'obéis à la reine, je vais de ce pas "capturer" une princesse dont j'en ai absolument rien à carrer. Après tout, je veux seulement la tête des Hayabusa. Ni plus, ni moins. Et je mettrai une croix sur Kikyo dorénavant... du moins, pour l'instant... Et après, je disparaîtrai de vos vies. Je ne vois pas pourquoi Azelia m'en empêcherait, elle me doit bien ça si je l'aide à atteindre "l'impossible". Maintenant, dégage de mon chemin.

Ayako fit disparaître sa dague et se dirigea vers le pont. Mais avant cela, elle dut entendre une ultime provocation de Medusa dont elle ne prêta pas la moindre attention.

Tu as raison, en effet... Azelia a besoin de toi et de Seto... C'est normal... Vous êtes ses joujoux préférés...

Ayako arriva donc sur le pont. La nuit tomba sur ce pays estival. Le navire était toujours autant en altitude mais on pouvait apercevoir de très loin en dessous des nuages, l'océan azur qui était presque à perte de vue. Des ninjas proposèrent à Ayako de l'aider, mais elle leur fit signe bien sympathiquement qu'elle n'avait nullement besoin de leurs aides. C'est seule qu'elle réaliser sa mission, même si elle n'était pas habituée à capturer quelqu'un. Elle vit Kikyo d'ailleurs qui était sur le pont, en train d'observer le ciel qui allait bientôt être étoilée. Elle décida de ne pas la rejoindre, ni de rien lui dire. Elle voulait commencer à respecter la demande de Kikyo, et donc, elle voulait se concentrer sur son objectif. Elle leva les pieds pour se poser au bord du navire, puis se mit dos au vide, ou finalement, elle tomba, libre, comme une poupée de chiffon. La tête à l'envers, elle chuta vers l'océan comme si de rien n'était. Il lui fallait quelques minutes avant de tomber dans l'océan, alors Ayako en profita pour fermer les yeux, réfléchir, méditer, et au dernier moment, elle déploya des ailes de glace pour ralentir sa chute. Elle avança d'un ou deux kilomètres avant de voir l'île de la reine Mishtal. A cet instant, Ayako activa une technique.

Métamorphose...

Elle changea son apparence puis tomba dans l'eau ou elle se dissimula.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Pour passer le temps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 11 Choses à faire pour passer le temps chez WalMart !!
» Mission pour passer le temps
» Jouer pour passer le temps [Libre ]
» "Petit" questionnaire pour passer le temps :P
» Lit pour passer le temps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de la lune :: Temple lunaire-
Sauter vers: