La paix ou la guerre, le choix est votre.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Douce et enivrante mélodie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayako
Chef Black Spider
Chef Black Spider
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 31/05/2013

MessageSujet: Douce et enivrante mélodie   Lun 23 Fév - 17:25

Pendant ce temps, dans le temple lunaire. Azelia était rentrée de cette réunion qu'elle n'avait pas vraiment appréciée, et surtout, elle n'avait guère aimé le comportement du seigneur Nirvit. Mais cela ne l'empêcha pas de garder le moral, et surtout, confiance en la situation présente. Après avoir annoncée son retour au palais à ses troupes, elle se jeta sur l'une des choses qui l'aidait le plus à se détendre et à vider toutes ses pensées négatives: Son instrument de musique personnel, l'orgue. En effet, Azelia, malgré qu'elle dirigeait d'une main de fer les troupes lunaires, était très sensible à la musique. Elle était passionnée de symphonies en tout genre, et d'opéra. Et déjà toute petite, elle avait un talent inné pour le piano, pour enfin se laisser tenter par l'orgue. Bref, elle commença le "défoulement" par les premières gammes qui sonnaient loin, très loin dans le palais.

Plus loin, une autre femme se détendait à sa manière... Enfin, devant une toute nouvelle manière... La Kunoichi Ayako, revenue d'une écrasante défaite au pays du désert, n'avait pas encore totalement digérée cette épreuve. D'habitude, pour aller mieux, elle avait l'habitude de prendre un bain de sang, mais aujourd'hui, devant les yeux ébahis de Skarlet qui reconnaissait pas trop Ayako sur le coup, cette dernière dégustait une toute nouvelle boisson.


Ayako... Qu'est ce que tu bois ?

Du thé vert... Je sais, c'est la première fois que je touche à ce genre de boissons, mais je sais pas... Cette boisson m'intrigue soudainement. J'essaye de découvrir ce qui se cache dans cette substance, ce qu'on peut y lire.

Ohlaaaaaa, tout va bien ? T'es pas en train de déprimer par hasard ? Si tu veux m'en parler, ne t'en prive pas, dis moi ce qui te tracasse.

Mais c'est rien, sombre idiote... J'ai le droit de déguster autre chose que du sang et de l'alcool, non ? J'y peut rien, je ressens comme ce profond désir de mieux connaître ce que je bois, apprendre ce qu'il y'a à savoir sur le thé vert. Ne faire qu'un avec le thé vert, jusqu'à ce que je puisse voir mon reflet dedans.

Le thé vert est connu pour contenir des antioxydants nommés tanins, ainsi qu'une catéchine nommée épigallocatéchine. Il favorise la réduction du stress, mais à condition de ne pas boire plus de cinq tasses par jour. Il réduit les risques également de pneumonie et de cancer du sang, grâce aux polyphénols présents. Je continue ou tu as tout ce que tu voulais savoir ?

Mais casse toi ! Juste, casse-toi... J'ai pas besoin de toi, l'intello. Non, je veux juste savoir en quoi cette boisson me ressemble tant. Suis-je aussi amer que son goût particulier ?

Non, j'suis désolé... Tu vas vraiment pas bien... Tu sais quoi ? Notre reine est rentrée. Allons lui proposer un bain de sang entre femmes, tu te sentiras mieux, je peux te l'assurer.

Ayako acheva sa tasse rapidement, d'une traite, puis se leva de sa chaise.

Justement, j'avais prévu de lui demander quelque chose, une requête importante. Donc je te suis...

Plus les deux femmes avancèrent dans les couloirs du palais, plus elles entendirent une mélodie provenir d'une salle au loin. C'est là qu'elles comprirent que la reine n'était pas sur le trône, mais dans la salle ou était installé son immense orgue. Elles suivirent donc leurs ouïes pour trouver la reine.

[ Musique jouée par Azelia: https://www.youtube.com/watch?v=X4Kkf_bDT50 ]

Les deux femmes arrivèrent et observèrent la reine se défouler sur son instrument de musique préféré. Au début, elles ne disaient rien, elles écoutèrent tout simplement, sans bouger. Au bout d'un moment, Ayako approcha sa tête de celle de Skarlet, pour lui dire rapidement quelque chose.

Quelle douce et enivrante mélodie, n'est ce pas ?

Je ne pense pas comme toi. Pour moi, cette mélodie raconte une histoire. Celle d'une personne qui a plongé dans le désespoir... Celle d'une personne qui vit dans le noir, qui pleure des larmes de sang, et qui n'a pas d'autre raison de vivre que celle de détruire la vie des autres, arracher les âmes et de se diriger vers la destruction... Oui, cette musique est un prélude d'une "symphonie de destruction"... J'en ai des frissons...

Dit celle qui utilise le sang comme pouvoir principal...

Contrairement à ce que tu penses... La vue du sang m’écœure... Et je maudis mes pouvoirs avec passion...

La chanson se termina, Azelia se leva de son siège puis se retourna vers ses deux alliées, à qui elle adressa son plus beau sourire, comme elle le faisait d'habitude avec ceux qui la suivaient.

Ayako... Skarlet, quel bon vent vous amène ? Vous avez besoin de moi ?

Ayako jubilait bien avant de prendre la parole. C'est comme si elle était en manque de quelque chose et pour une fois, ce n'était pas un manque de sexe.

Ma reine, pouvez-vous... m'enseigner la folie ? Oui... Je veux apprendre ce qu'est la folie dans son plus simple appareil, me nourrir de cette folie, appréhender la folie... Tout savoir de la folie... Je veux me libérer de ces codes morales qui m'entravent... J'ai besoin que ma vie soit dirigé... par la démence !

(Alors c'est pour cela que tu trouvais cette mélodie si enivrante ? Ayako... Qu'est ce qui traverse ta petite tête ?)

Azelia s'arrêta de sourire. Elle comprit qu'Ayako avait atteint un stade délicat de l'évolution du sang noir. Elle était coincée entre des valeurs propres à l'homme, et celles propres au démon. La reine s'approcha de la Kunoichi maudite, et la fixa droit dans les yeux, en oubliant la présence de Skarlet.

J'en déduis que ta volonté de me servir a dépassé ce que j'espérais... Ou il y'a autre chose, Ayako ? Bref, quoi qu'il en soit, j'attendais jusqu’où tu pouvais supporter le sang des démons. Suis-moi, je te prie...

Azelia emmena Ayako jusqu'au laboratoire du palais. Skarlet se résigna de suivre la reine et sa collègue. Elle n'avait clairement pas envie de voir ce qu'Ayako allait devenir après les expériences qu'elle va subir dès à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seto
Capitaine
Capitaine
avatar

Messages : 1233
Date d'inscription : 06/05/2013
Age : 27

MessageSujet: Re: Douce et enivrante mélodie   Ven 27 Fév - 2:03

Plus tard, Ayako fut enfermé dans un tube transparent, plongée dans un bassin, de la tête aux pieds. A l'intérieur, une magie permettait au "cobaye" de respirer parfaitement bien. Mais elle était inconsciente, complètement nue. Elle resterait enfermée dans ce tube le temps que l'expérience se termine. Azelia était très attentive à la manière dont avançait l'évolution du sang en Ayako. Elle était stable pour l'instant, mais ce qui surprenait Azelia, c'est qu'Ayako demanda par elle-même que la reine augmente la dose de sang obscur dans son organisme. Pourtant, Azelia avait bien prévenue la Kunoichi maudite des risques qu'elle encourait si elle faisait preuve d'impatience. Le sang noir, à forte dose, est néfaste quand on a pas l'habitude. Avec les expériences qu'Azelia avait menée sur Seto, elle sait très bien que ce dernier peut résister sans trop de difficulté. Mais pour Ayako, c'était différent.

Je me demande ce qui traverse l'esprit d'Ayako... Pourquoi sa curiosité la pousse tellement à obtenir un pouvoir aussi dangereux ? Est-ce sa fureur pour les Hayabusa ?

Et soudainement, Ayako s'agita. Son sommeil fut perturbée par les paroles d'Azelia visiblement. Malgré qu'elle gardait les yeux fermés, la reine ne put s'empêcher de remarquer qu'elle grognait légèrement.

Elle n'était pas totalement inconsciente ? Elle a du m'entendre dire le nom "Hayabusa", cela a provoquée une irrégularité quelque part... A ce stade... Elle ne deviendra plus qu'une machine à tuer. Dommage... Adolescente, cette fille était plutôt adorable. Mais quand notre rêve commun verra le jour... Son âme sera apaisée... Désolée, Ayako... De toute manière, c'est TON désir..., d'être mon arme absolue pour assouvir les ninjas de la montagne

Azelia entendit que la porte du laboratoire s'ouvrit brusquement. Elle se retourna rapidement, elle espérait que personne ne vienne la déranger, mais elle avait tort. Enfin, jusqu'à ce qu'elle vit la personne en question. C'était Seto. Son sourire qui s'ensuivit disait long, elle semblait heureuse que ce soit ce dernier qui allait probablement la déranger.

Je t'attendais, Seto...

C'est ça... Foutez vous de moi... J'ai pour ma part, respecté ce que vous m'avez demandé. J'ai mis moins de 24 heures pour ramener mon cul ici, comme ordonné. Et en retour, que fait notre reine ? Elle fait un petit séjour au pays de l'eau ? Comme si les différents seigneurs ne savent pas déjà qu'ils ont affaire à une timbrée bien plus puissante qu'eux tous réunis. Cela vous amuse tant que cela de faire désespérer davantage vos concurrents ? Bref, j'aurai pu avoir le temps de me taper une bouffe dans chaque pays de la Yokume, au lieu de cela, j'ai décidé d'obéir, quitte à m'emmerder dans ce château lugubre, à contempler des portraits lugubres.

Toujours aussi grincheux, à ce que je vois. L'essentiel, c'est que tu as fais ce que je t'ai demandé. Bien, pour me pardonner de t'avoir rendu las par mon absence, as-tu besoin de quoi que ce soit qui pourrait rendre ta soirée agréable ? As-tu faim ? As-tu soif ? As-tu besoin que mes servantes te coulent un bon bain ou te font un massage dont tu n'es pas prêt d'oublier ? N'oublie pas qu'ici, tu es comme un prince... Alors demande moi ce que tu désires...

Vous ne m'avez tout de même pas foutu un si court laps de temps pour venir ici pour me proposer des choses de ce genre, comme si j'étais un enfant ? Si vous avez besoin de moi pour une mission, pour un assassinat, ou pour un autre truc, dites le moi, sinon, je vais prendre l'air, je vais me coucher, ou peu importe pour que je puisse m'éclipser de votre regard.

Actuellement, non, j'en suis navrée...

Seto vit à l'instant le corps d'Ayako baigner dans un bassin, complètement immobile. Et dire que c'est à cause de Seto qu'Ayako se trouve dans une telle galère. Mais il ignorait sans doute que derrière cette personnalité complexe, se cache quelqu'un qui ne combat que pour la destruction. Il ne savait vraiment pas qu'Ayako détestait le monde entier, bien avant que le sang noir agisse sur elle.

A peine rentrée, vous prenez déjà une de vos subordonnées comme cobaye pour vos expériences, hum ? Vous ne vous reposez donc jamais...

Détrompe-toi, c'est elle qui m'a demandée d'amplifier l'énergie obscure en elle. Même si elle est un peu inconsciente des risques qu'elle encourt, elle est déterminée à devenir plus puissante, pour, tout comme toi, tirer un trait sur le monde actuel... Vous vous ressemblez beaucoup...

Tsss... J'en ai assez entendu, je me casse...

Non, je t'en prie... Reste...

Seto avait tourné le dos à Azelia pour sortir d'ici, mais contrairement à ce qu'il faisait d'habitude, à savoir, garder ce même dos retourné, il décida de se replacer devant Azelia. La raison fut que... la voix d'Azelia était bien plus douce que d'habitude, comparé à sa voix habituelle de perverse démoniaque et enjouée qui se fiche du malheur du monde et qui faisait horreur au dragon blanc. Et en se retournant, il vit quelque chose de différent. L'oeil gauche d'Azelia était bleu... du même bleu que celui de Seto. Mais c'était pas la première fois que Seto voyait cela. C'était exactement comme dans la dimension des dragons blancs, Azelia avait une part d'elle qui appartenait au clan des dragons blancs. La reine s'avança vers Seto et se jeta sur lui pour le prendre dans ses bras. Seto resta immobile, sans la moindre réaction.

Je suis si heureuse que tu sois revenue finalement... Vraiment... J'avais de plus en plus le sentiment que tu t'éloignais de moi, malgré tout ce que j'ai fais pour toi... Maintenant, redémarrons à zéro... Oublions ce qui est arrivé au pays du feu... Le peux-tu ?

Arrêtez votre cinéma, cela ne fonctionne plus sur moi...

Non... Je suis très sincère... Je ne veux plus que tu t'éloignes de moi... Si je t'ai choisi pour que tu sois mon alter ego, ce n'est pas à cause de tes pouvoirs, ni ton sang, ni ta race... Mais parce que je suis certaine, depuis notre première rencontre, que nous sommes pareils. Nous ne trouvons pas notre place dans ce monde... Nous sommes perdus, coincés entre la lumière et l'obscurité. Notre destin est incertain, et surtout, nous avons vu le chaos trop jeune, et nous avons été utilisés à des fins déplorables... Toi et moi, nous nous ressemblons beaucoup trop... Il en va de même pour Ayako... Tous les trois... Nous sommes comme une petite famille, qui devrait être soudé à jamais... Je ne veux pas vous perdre tous les deux...

Azelia commençait à faire glisser ses doigts sur le torse de Seto, puis le bout de son nez sur son cou, avant de commencer à l’enlacer tendrement, et l'embrasser délicatement sur le cou. Seto ne trembla pas, ne se laissa pas envahir par le contact des lèvres pulpeuses de la reine démon, bien que fort agréable. Il connaissait cette entrée en jeu que trop bien. Avec un sourire limite provocateur, il répondit:

Encore à tenter éperdument d'utiliser vos vieilles farces sur moi ? Votre sort de succube pour me charmer ne fonctionne vraiment plus sur moi. Oubliez toute tentative de me "violer" comme vous l'avez déjà fait auparavant.

Pourquoi es-tu aussi froid envers moi ? Pourquoi ne me vois-tu pas comme je suis pour une fois ? Les larmes que j'ai laissé couler au pays du feu... N'as tu pas senti qu'elles étaient sincères ? Je ne veux pas ton malheur, loin de là, seulement ton bonheur... Pendant ce combat, j'ai énormément souffert... Non pas parce que tu es parvenu à arracher ma peau par ta lame de dragon. Mais parce que j'ai réalisé à quel point je tenais à toi... Moi, qu'on appelle la reine des enfers... Je suis enfin parvenue à ressentir quelque chose de différent que la haine... Tu m'as réapprise à aimer...J'en suis persuadée désormais... Tout ceux qui m'ont trahis, tout ceux qui s'attaquent à moi... Je les détruis, les anéantis habituellement, je les fais souffrir à petit feu... Mais toi, j'en étais incapable... Je t'ai épargnée... Mes yeux sont grands ouverts sur mes sentiments désormais... Je suis complètement éperdue de toi...

J'avoue qu'effectivement, cette fois, vous n'usez vraiment pas de vos pouvoirs de charmes sur moi. Vos baisers semblent sincères, tout comme vos caresses. Vos larmes, ce jour-là, l'étaient aussi. Mais comment, je dis bien COMMENT puis-je encore croire en cette sincérité ? Vous avez fait de ma vie un enfer. Vous vous en êtes pris à ma famille, vous m'avez obligé à détruire des vies humaines sans arrêt, vous avez abusés de moi trop souvent. Et surtout, vous avez utilisé le chantage pour m'obliger à venir ici, abandonnant une bonne fois pour toute mon véritable amour... Si c'est cela, la nouvelle vie qui m'était réservé, alors... J'aurai du rester sur Necros, à jamais. Au moins, je n'aurai pas fait souffrir Eloraell...

Comment peux-tu dire une chose pareille ? Je t'ai donné une seconde vie, un second souffle... Une seconde chance ! Tu ne peux pas me dire ça...

Comment dois-je vous considérer ? D'un côté, vous avez reconstruit ma vie, et de l'autre, vous l'avez détruite... Au final, je vous juge, je vous accuse, je vous maudis, mais je suis effectivement pareil, vous marquez un point, même si cela est de votre faute... J'ai arraché des vies, démoli des clans, encore et encore, ma soif de sang était insatiable... Nous sommes ceux qui semons la mort, souhaitons le chaos... pour ensuite créer un monde meilleur... Vous m'avez inondés par votre pensées obscures... Ca n'en finit jamais, ca se répète encore et encore... Comme le cycle de la vie... Prisonniers de la folie, nous n'aimons rien au final... Rien ne nous amuse, à part... nos pensées qu'un jour... Le monde parfait existera à nouveau... Au final... QUI est Azelia ?

Considère moi comme je suis, c'est tout... Non comme une succube, mais une de tes semblables... Je ne veux plus planter mes crocs en toi... Je veux vivre avec toi... Je veux gouverner avec toi... Oui, nous devons gérer ce monde ensemble. Gouvernons la prochaine ère des dragons ensemble. Nous voulons la même chose, et dis toi que si une personne, telle que moi, t'a plongé dans une telle quête de destruction, moi, c'est le monde entier qui m'a rendu ainsi...

Cette fois, ce sont les lèvres du dragon qu'Azelia visa. Elle embrassa tendrement la bouche de Seto, et à la grande surprise de la "succube dragonne", Seto se laissa faire. Mais il était insensible à tout cela, à tout ce petit échange voluptueux, qui allait de plus en plus frénétiquement. Et cela, pour une raison. Eloraell ne sortait pas de sa tête, c'était impossible... Au bout d'un moment, il se dégagea des lèvres de la reine, et la fixa d'un air neutre.

Arrêtez ce jeu là avec moi, vous savez pertinemment que j'aime vous détester... et je déteste vous aimer...

(Hum, il pense toujours à cette elfe de pacotille ? Bien, il l'aura voulu...)

Les baisers y allaient crescendo. Ils étaient tendres et agréables finalement... C'était surprenant de la part d'Azelia, qui est quand même le genre à utiliser des sorts magiques pour "violer" les hommes comme Seto. Mais Azelia était belle et bien amoureuse cette fois. Après le combat, elle ne ressentait aucun désir pour un autre homme égaré. De toute manière, à part Seto, tous les hommes pour elle n'étaient même pas bons pour lui lécher les pieds. Mais pour elle, il était la révélation, la redécouverte de ce sentiment qu'elle n'avait point ressentie depuis la nuit des temps, depuis des millénaires longs et fastidieux, animés par les tambours de la guerre. C'était bien réel cette fois. Seto le ressentait... Elle ne bluffait pas... Du moins, malheureusement, cette impression ne dura pas. Azelia venait soudainement de poser ses doigts là ou il ne fallait pas... Pour le plus grand malheur de Seto... ou pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://forbiddenyokume.forumactif.org
Azelia
Reine
Reine
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 18/06/2013

MessageSujet: Re: Douce et enivrante mélodie   Sam 28 Fév - 1:35

Seto sentit ce qu'il redoutait, mais cela ne l'étonnait pas d'Azelia, cette femme qui obtient toujours ce qu'elle désire. La main de cette dernière glissait entre les jambes de Seto, juste en dessous de la ceinture. Et quel fut sa surprise quand elle remarqua au toucher, que même sans avoir enfoncé les doigts à l'intérieur de son pantalon, ça travaillait sévère à ce niveau. Et une autre chose la surprenait, Seto ne bougea pas d'un pouce. Il souffla juste un court instant, et prit une expression quelque peu désolée...

Ahlala... C'était trop beau pour être vrai... Fidèle à elle-même...

De quoi tu parles ? C'est très différent cette fois... Je n'utiliserai pas le moindre sort pour t'obtenir. De toute manière, je ne veux plus dire "Tu es as moi", mais "tu es avec moi"... Laisse-toi aller...

Seto prit le poignée d'Azelia et l'empêcha de continuer à caresser le point le plus sensible de son anatomie. Il la fixa droit dans les yeux, avec son regard toujours aussi menaçant. Azelia rendit le regard de manière attristée. Comme si Seto lui faisait du mal en serrant sa poignée très fort.

Seto ?

Alors dans ce cas, vous pouvez rêver amèrement pour que vous puissiez me "baiser" sans vos sorts absurdes. Je ne ressens pas le moindre désir pour vous...

Baiser ? Ce terme n'est plus adapté, désormais... Pour reprendre tes paroles, pour la première fois, je ne cherche pas à vouloir te "baiser"... Oui, je veux simplement faire l'amour avec toi... Pour la première fois de ma longue vie, je veux goûter à un désir plus... romantique, plus intime. J'ai fais une promesse à quelqu'un... et cette promesse revit en toi... Alors je ne veux pas perdre une miette de toi...

Bien, alors je reformule ma phrase. Je ne vous aime pas... C'est clair ?

Mais en revanche, Seto commençait à s'intéresser un peu plus au cas de la personne qui était en face de lui. Cette personnalité, cette douceur, ces sentiments. Seto les voyait pour la première fois en elle. Il commençait presque à s'identifier à elle. Il faut effectivement du temps pour que Seto dévoile ses vrais sentiments aux personnes qu'il ne cherche pas à tuer. Maintenant, dans le cas d'Azelia, étaient-ils vrais ? En revanche, la reine commençait presque à perdre patience. Son oeil azur devint rouge comme le crépuscule, comme Seto le connaissait toujours. Elle se relâcha de l'emprise du dragon, et reprit son sourire provocateur à son tour.

Bien, tu ne m'aimes pas ? Tu ne me désires pas ? Alors explique moi comment cela se fait t'il que ce que tu as dans le pantalon a commencé à montrer son désir aussi rapidement, à peine l'aies-je effleuré ? Si ce n'est pas moi qui te mets dans cet état, qu'est ce que c'est ? Le corps d'Ayako qui se trouve dans ce récipient sous tes yeux ?  Dans tous les cas, tu es un homme, et tu resteras toujours un homme. Tes pulsions sexuelles te trahiront toujours, tu auras beau jouer au prince charmant qui aime et aimera toujours sa petite princesse, cela ne change pas. Et tu veux que je te dise ? Je sais très bien que tu n'as plus eu le moindre rapport sexuel avec ton elfe chéri depuis des lustres, au moins bien avant la guerre de l'outremonde. Tu sais très bien que je sais tout de ce que tu fais, puisque je suis liée à toi.

Seto aurait bien voulu répondre, mais il n'y parvenait pas, il était presque effrayé par Azelia, en lui rappelant qu'elle savait même ce qu'il faisait dans l'intimité avec Eloraell. De plus, plus Azelia s'approchait de lui, plus les yeux de ce dernier viraient au rouge. Ses pupilles brûlaient, chaque cellule de son corps s'emportaient. Le sang noir qu'Azelia avait rajouté en lui au pays du feu faisait effet, et c'était beaucoup plus dur de se contrôler qu'avant désormais. Pendant ce temps, Azelia continuait à provoquer là ou ça faisait mal.

De toute manière, qu'est ce qu'elle t'a apportée jusque-là ? Rien, que des mignons petits sourires, des promenades moroses, les mêmes chansons et les mêmes larmes. Une paix illusoire, une chaleur glaciale, un ennui total... Et la reine... n'a même pas pu te protéger de tes pires ennemis. C'est ridicule ! Alors que moi, ce n'est pas un royaume que je veux t'offrir, mais le monde ! Je t'ai donné le pouvoir pour assouvir tous tes désirs, faire payer à tous ceux qui ont fait naître cette colère incessante en toi ! Oui, ils vont tous payer, ainsi ton maléfice se dissipera, mais pas avant. Tu es un dragon, non ? Un dragon règne parmi les hommes ! Tu as tout pour devenir un grand seigneur dragon à MES côtés ! Tu dois embraser des terres, ces terres ravagés par la bêtise humaine ! Tu DOIS gouverner ! Seto ! Fais éclore la verge de la folie ! Lâche-toi ! Jouis de ta véritable nature !

Seto n'en pouvait plus. Il devenait clairement fou. Les paroles d'Azelia, plus le corps nu d'Ayako en face de lui, quelque chose le démangeait abominablement. Sa tête tournait, son sang circulait à mille à l'heure, il se laissait envahir par la folie, après tout, la folie se nourrit des vices de l'être humain, et de quoi l'humain peut-il devenir fou ? Du manque de sexe. Le sang noir étant plus important chez Seto, les effets de la malédiction l'atteignaient plus facilement. Sa psyché marchait comme elle le voulait, et le pire... C'est que ça brûlait dans son pantalon. C'en était trop, le dragon blanc se jeta sur Azelia et la repoussa vers une table, ou il l'allongea sur le dos. Puis, il retira son manteau puis tout le haut. Son sourire devenait machiavélique, et il se rappela soudainement d'une phrase qu'il avait dit à Miloune.

Haha... Tout de même, je commençais à m'impatienter...

Oui, je suis un dragon, un grand seigneur dragon ! Je ne suis pas fait pour aimer, je suis fais pour régner. Ma suprématie... Je la prouve en plantant mes crocs dans la chaire humaine... Je ne vais pas vous épargner, si c'est tellement ce que vous désirez !

Tel un sauvage, Seto déboutonna le haut d'Azelia sans le moindre ralentissement, il n'y allait pas de main morte. Puis il plongea sa tête dans la poitrine royale qui fut dévoilée sur le champ. Il savourait chaque contour de la peau de la succube, elle tenta de s'agripper sur celle du capitaine, qui était bien plus qu'au garde à vous désormais. Jubilant de plaisir alors que le festin ne faisait que commencer, la reine souriait comme si elle avait gagné la bataille. Le jeune homme recula sa bouche de plus en plus bas, tout en retirant de plus en plus la robe d'Azelia, puis poursuivit par ce qui protégeait très finement l'objectif du dragon. Il ne restait plus que ses bottes désormais. La fleur délicate aperçue, Seto recommença la même manoeuvre, mais plus frénétiquement. Azelia poussait des gémissements de plus en plus intenses. Elle n'avait d'ailleurs pas peur qu'on l'entende. Ses subordonnés savaient qu'il ne fallait jamais déranger Azelia quand elle étudiait dans son laboratoire, peu importe la raison. Seto était le seul à désobéir. Bref, Seto ne poursuivit pas sa manoeuvre bien longtemps, il retira sa bouche et s'essuya la bouche.

Bordel, vous ne traînez pas vous...

Je n'y peut rien, il n'y a pas que sur les champs de batailles ou tu es très performant. Approche maintenant, joue encore avec moi...

Seto s'exécuta, son appétit était bestial. Il tira Azelia par les jambes jusqu'à ce que ses pieds pouvaient toucher le sol. Il posa ensuite ses mains sur les épaules pour la retourner, puis pencha son torse vers l'avant, posée sur la table. Puis il enfonça enfin son arme fétiche dans le corps de la belle , en ouvrant juste la braguette de son pantalon, il ne retira pas le reste. D'abord tout doucement pour être sur, le rythme était de plus en plus rapide, mais c'était encore trop tôt pour que les deux protagonistes de cette scène poussent les premiers gémissements de plaisir.

Haaa... Qu'est ce qui t'arrive.... Seto ?.... Ne me déçois pas, je te prie... haaan...

A ton service, reinette !

Donc Seto bougea plus vite et lui-même commença à sentir que sa respiration devenait de plus en plus féroce. Le fait qu'il plantait ses griffes sur les fesses de la reine des démons en personne et que son souffle était de plus en plus sensuel, tout cela faisait que Seto se laissait enfin aller. Il n'en revenait pas lui-même... Il aimait ça. D'habitude, il ne ressentait pas du plaisir réel, vu qu'il était ensorcelé par Azelia, mais là, c'était très différent vu qu'il avait presque son libre arbitre. C'était vraiment bon. Et il ne pouvait le nier... Le corps de la reine de ces créatures abominables qui peuplent ce pays à la nuit éternelle, était presque parfait. Malgré qu'elle avait presque la trentaine d'apparence, elle avait la peau d'une jeune femme, et même ses gémissements étaient bien plus aigus qu'elle pouvait laisser penser. Bref, l'idée répugnait Seto mais il ne pouvait se passer de ce qu'il avait sous la main désormais. Il se maudissait de n'être qu'un homme au sang corrompu.

Alors que le jeune dragon blanc voulait néanmoins que cela finisse vite malgré tout, quelque chose le surprit, lui et la reine pendant leur acte bestial. Un éclatement de verre se fit entendre pas très loin. Seto ressortit son arme d'Azelia qui se remit droite. Ils regardèrent tous les deux vers là ou se situait le bruit, et ils virent des bris de verres partout, avec un liquide qui coulait presque jusque leurs pieds. Puis, rampant vers eux, un corps nu s'avança lentement, et ce corps n'avait pas l'air d'avoir totalement repris connaissance. C'était Ayako, qui rampait au sol, tentant de reprendre sa respiration après avoir baigné dans ce liquide. Elle ouvrit les yeux, et observa du sol les deux amants qui ne semblaient pas gênés, mais plutôt déçus...


Et moi qui pensais qu'il lui restait encore quelques heures avant de reprendre connaissance. Pour une fois que je commets une erreur dans mes calculs, il a fallu que ce soit à ce moment précis...

Sur ce coup, je ne peux me le reprocher qu'a moi-même si nous avons été dérangés...

Vous deux... Vous vous amusez bien... Devant moi ? Vous n'attendez même pas que je me réveille de mon profond sommeil pour vous distraire ? C'est une blague ?

Arrête, Ayako, je ne te permets pas de t'approcher de nous !

Vous ne me permettez pas ? Laissez moi rire, vous avez acceptés ma requête de me noircir davantage, de me laisser m'enfoncer dans les méandres de la démence, et dieu que j'ai faim... Donc assumez votre choix désormais, car si je n'obtiens pas quelque chose pour me mettre sous la dent... je vais devenir très méchante... Alors... Laissez moi en une part...

Ah non, ça, par contre, je suis pas d'accord... Y'a des limites au délire !

Azelia tenait toujours en main la lame de Seto, pour continuer à l'astiquer proprement pour éviter qu'elle perde de sa performance. Elle voyait bien que ce dernier semblait nerveux devant l'apparition d'Ayako. Et ce n'était pas prévu au programme. Cependant, l'envie qui prenait le pas sur la raison les poussèrent à ne pas changer de pièce.

S'il te plaît, Ayako, rhabille-toi et va t'en !

Non, j'en veux... J'en veux aussi... J'en VEUUUUUUUX !

Ayako se jeta tel une tigresse vers le dragon, au point qu'Azelia relâcha ce qu'elle avait en main. C'était trop tard, Ayako était déjà en train de se nourrir du fruit défendu avec passion. Même Azelia n'en revenait pas de l'appétit de vorace qu'Ayako possédait.

Haaaa.... C'est pas vrai, cte furie...

Ferme-la ! Laisse moi te pomper le dard en silence ! Et retire moi ce pantalon ! Je vois pas pourquoi tu devrais être le seul à nous observer complètement à poil !

Ayako baissa complètement le bas de Seto avant de reprendre là ou elle en était. Azelia regardait le corps de Seto se contracter et bouillir pendant qu'Ayako dégustait de plus en plus sa friandise préférée. Elle semblait intriguée.

(Je vois... La folie a tellement pris le dessus qu'ils s'en donnent à coeur joie, peu importe que nous soyons trois. Il faut croire que la folie se nourrit également des pulsions sexuelles quand elles atteignent un niveau trop élevé. C'est fascinant. Le sang noir fonctionne au quart de tour sous l'influence du sexe également. Je devrais peut-être continuer comme cela, et considérer cette petite scène comme une expérience. Oui, prenons cette soirée au signe du plaisir. La nuit est encore jeune...)

Azelia posa ses mains sur les fesses enfin dévoilés de l'homme et les caressèrent tranquillement, ce qui faisait encore plus frissonner le dragon. Toujours la proie de la tigresse blanche, la succube s'amusait de plus en voyant Seto qui ne se lassait pas des coups de langues qu'il recevait.

Alors, Seto, tu es enfin convaincu ? Tu te sens enfin chez toi ? Tu ne goûteras pas un tel plaisir ailleurs que dans ces murs. Oui, si tu restes ici... Je m'arrangerai pour que tu connaisses cette sensation à chacune de tes victoires, preux guerrier. Regarde, comment elle est entièrement dévoué pour ton plus grand bonheur. N'est ce pas merveilleux, Seto ?

Ouais... C'est parfait...

Tu es un seigneur dragon, c'est bien ce que tu as dis, non ? Alors prouve que tu es supérieur. Profite qu'elle prenne aussi plaisir à cela !

Azelia prit la main droite de Seto pour qu'il la pose sur le haut de la tête de la Kunoichi, afin d'accélérer le mouvement. Enfin, il fallait mieux pas que ça aille trop vite, sinon, cela n'allait pas durer longtemps. Au bout d'un instant, Ayako s'interrompit.

Allez, ça suffit ! A mon tour désormais...

Les deux femmes grimpèrent sur la table. Avant cela, Azelia se déchaussa pour être enfin nue de la tête aux pieds. Ayako attendait allongée sur le dos le guerrier blanc, ouvrant légèrement la porte avec ses deux doigts pour montrer son désir ardent.

Allez, magne-toi ! Ma jalousie n'est pas encore assouvie !

Seto s'exécuta et n'y allait pas de main morte. Il resta droit pendant qu'il remplissait de plaisir la Kunoichi démoniaque. Devant le regard d'Azelia qui voulait faire comprendre à Seto qu'il fallait garder chaud ce qui ne devait pas refroidir, ce dernier embrassa la reine avec passion, et alors qu'il tenait avec sa main droite le pied droit d'Ayako, il utilisa l'autre main pour faire en sorte que la fleur royale ne se referme pas sur elle-même. Ayako bavait pendant ce temps, la langue pendue.

Bordel... Quelle pied ! Il s'est encore amélioré !

Et il n'a pas fini de progresser, crois-moi...

Après quelques minutes, Seto s'arrêta, il respirait de plus en plus fortement. Azelia invita Seto à s'allonger à son tour sur la table. Puis la reine s'installa au dessus de Seto, en restant de dos à lui, profitant à son tour de l'arme de destruction massive. Ayako ne voulait pas se contenter d'attendre, elle se posa quand à elle sur le visage de ce dernier pour rester bien humide comme il se doit. Seto ne semblait pas épuisé en tout cas. Peu importe qu'il était sur le dos, il continuait à profiter à fond du corps de ces deux femmes. Azelia remuait également le bassin très rapidement. Elle devenait folle à son tour.

Haaaaaa...Haaaaaa... Il ne fatigue pas... Seto... Ne t'arrête pas...

Ouais bon... Vieille carne, laissez moi en profiter désormais. Ca fait presque dix bonnes minutes que vous êtes installés comme ça... C'est mon tour d'abuser de notre esclave sexuel !

Azelia ne prêta même pas attention à la provocation d'Ayako, elle se sentait trop bien pour ne pas ignorer... Pour cette fois. Les filles échangèrent de place, sauf que cette fois, elles étaient face à face, car Ayako était installée, position de l'andromaque. Ayako bougeait son fessier aussi rapidement possible, comme si elle était elle-même pire qu'une succube. Au début, les filles semblaient rivales, mais pourtant, quelque chose de surprenant arriva. Azelia et Ayako commencèrent à s'embrasser tendrement sur la bouche. Pour la reine, sa bisexualité n'était plus à prouver, c'était même elle qui à annulé la sanction de la peine de mort chez les lesbiennes et les homosexuels au pays de la lune, instauré par l'ancien seigneur. Par contre, Ayako était plutôt connue comme du côté hétéro, mais là, elle ne put s'empêcher de tester le gout des lèvres féminines... et elle était en extase, la preuve en est qu'un filet de bave commençait à se former entre les deux langues.

La récréation n'allait pas tarder à toucher à sa fin. En effet, les filles gémissaient de plus en plus, et en synchronisé.  Elles contractaient de plus en plus les muscles de l'utérus, comme ce n'était pas permis. Seto était devenu un animal, tellement il utilisait ses lèvres encore plus frénétiquement qu'Ayako au tout début. Bref, la bouteille de champagne allait exploser de leurs côtés.


T'arrête pas ! Oui.... OUI !

Seto... Je... Je....

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH....

Les deux filles étaient submergées de bien-être, elles n'en pouvaient plus. Elles se relevèrent délicatement, et décidèrent de tout mettre en oeuvre pour que la conclusion pour Seto soit aussi explosive que pour elles. L'homme était toujours allongé sur le dos, les deux femmes se ruèrent sur ce qui restait de lui, pour se le partager, comme une glace à la vanille qu'elles léchèrent sans la moindre retenue. Quelques secondes plus tard, il avait enfin explosé à son tour, après avoir bien sur gémit comme un guerrier qui avait gagné une bataille sans merci. Le résultat fut cependant que les deux filles reçurent gratuitement une sympathique crème pour le visage, en guise de trophée. Exténuées, elles se posèrent toutes les deux sur la table et ne bougèrent plus. Seto n'attendit pas, il laissa les deux femmes se reposer, et s'habilla rapidement. Une bonne douche l'attendait. Il regarda de haut les deux filles, puis se dirigea vers la sortie. Deux questions torturaient son esprit. D'une, ce qui anima Azelia à l'instant, c'était l'amour qui se lisait dans son oeil bleu, ou le vice pervers qui brûle de son oeil rouge ? Et enfin, Seto se demandait... si c'est la folie qui l'a emporté... Ou alors, si il avait réellement cru aux paroles d'Azelia avant que tout commence ? Seto ne pouvait absolument pas dire si il était désormais au paradis, ou en enfer... La porte se referma sans que Seto remarque qu'Azelia restait immobile, tout comme son sourire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Douce et enivrante mélodie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vent calme et mélodie douce
» Douce mélodie des ténèbres.
» Sur la plaine enivrante...
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Douce Missive... [Shaelyss]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yokume Peace :: Territoires :: Pays de la lune :: Temple lunaire-
Sauter vers: